Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution des paroisses

 | 
Restif Bruno

Deuxième partie. Le siècle de la Réforme catholique

Chapitre VI. Transformations de l’espace sacré et magnificence du culte

Entre liturgie et pastorale

Texte intégral

Les transformations de l’espace sacré

Le renforcement du réseau des chapelles

  • 1 Alors que Georges Provost les a comptabilisées pour les trèves ne comportant pas d’autres chapelle (...)

1Grâce, essentiellement, aux pouillés et aux travaux des érudits du xixe siècle, Georges Provost a pu réaliser un inventaire des chapelles bretonnes qui ne se limite ni à celles qui ont subsisté jusqu’à aujourd’hui (car plus de la moitié des chapelles ont disparu), ni à celles qui sont représentées sur la carte de Cassini, bien incomplète en la matière. Comme lui, je choisis ici d’incorporer les enclaves de l’évêché de Dol aux diocèses dans lesquels elles s’imbriquent, afin de mieux faire ressortir la répartition régionale des chapelles, mais, en revanche, j’exclus de l’inventaire toutes les églises tréviales1. Cet inventaire fait apparaître la répartition suivante :

Tableau 28. – La répartition des chapelles par diocèse.

Tableau 28. – La répartition des chapelles par diocèse.

Tableau 29. – Répartition par type de chapelle et par diocèse.

Tableau 29. – Répartition par type de chapelle et par diocèse.
  • 1 Il s’agit des chapelles de prieuré, en proportion non négligeable dans le diocèse de Dol, des chape (...)

2Note 1. 1

3Ces chiffres révèlent une homogénéité globale de la région, avec toutefois une certaine spécificité du diocèse de Saint-Malo. Les chapelles domestiques sont de très loin les plus nombreuses puisqu’elles constituent, dans chaque diocèse, environ 60 % de l’ensemble. Les chapelles publiques représentent une proportion nettement moindre, mais qui n’est pas négligeable, notamment dans le diocèse de Saint-Malo, qui présente un différentiel de 10 points par rapport aux deux autres diocèses, ce qui explique que le nombre de chapelles par paroisse y soit plus important. Si l’on envisage de façon plus fine la répartition géographique de ces chapelles qui visent à desservir des quartiers de paroisse, ou frairies, le diocèse de Saint-Malo s’avère hétérogène, le réseau des chapelles frairiennes n’étant véritablement dense que dans ses parties les plus septentrionales, à savoir le Clos-Poulet et le Poudouvre, et méridionales, approximativement le doyenné de Beignon, où il faut compter une chapelle ou plus pour moins de 11 kilomètres carrés.

  • 2 Provost G., op. cit., p. 23 sq.

4Les explications suggérées par Georges Provost pour l’ensemble de la Bretagne sont diverses2 et peuvent être reprises ici. Il existe un lien d’une part avec les densités démographiques, ce qui apparaît avec évidence pour les paroisses côtières et celles des bords de la Rance maritime, d’autre part avec la zone des paroisses les plus étendues, ce qui est le cas pour le doyenné de Beignon. Là, à titre d’exemple, Guer couvre près de 9 500 hectares en comptant sa trève de Monteneuf. L’église paroissiale est difficile d’accès pour ceux qui habitent les écarts les plus éloignés du bourg, et les chapelles de quartier permettent de résoudre ce problème. Aussi Guer possède-t-elle huit chapelles frairiennes.

  • 3 Loth J., « Les langues romane et bretonne en Armorique », Revue celtique, t. xxviii, 1907, p. 374- (...)
  • 4 Tangy B., « La limite linguistique dans la péninsule armoricaine (iveve siècles), d’après les don (...)
  • 5 Chédeville A., Guillotel H., La Bretagne des saints et des rois. vexe siècle, Rennes, 1984, p. 2 (...)

5Georges Provost insiste sur un troisième élément, qui permet d’éclairer la différence existant entre une partie du Poudouvre, où le réseau est dense, et les franges septentrionale et orientale du diocèse de Rennes, aussi peuplées mais au réseau plus lâche. Selon lui, il existe un lien entre la densité du réseau des chapelles publiques et l’histoire du peuplement de la péninsule bretonne, car les populations venues d’Outre-Manche auraient privilégié les subdivisions en frairies. S’attachant à la ligne établie par Joseph Loth en 1907 à partir d’une étude des toponymes qui, correspondant à la limite entre le diocèse de Rennes et ceux de Dol et de Saint-Malo, marquerait l’avancée maximale de la langue bretonne vers l’est, il présente les densités moyennes du centre du diocèse de Saint-Malo et de l’essentiel du diocèse de Dol comme la marque de la pénétration de la culture francophone. L’intérêt heuristique des découvertes de Joseph Loth et de Georges Provost est évident, mais les conclusions doivent à mon avis être légèrement nuancées. Comme l’a souligné Joseph Loth, la question du peuplement est complexe et ne peut être réduite à une sorte de ligne de front3. Il faut évidemment poser la question de l’importance numérique des populations venues d’Outre-Manche et celle des enclaves romanes. L’importance des noms de lieux en -ac dans la moitié occidentale de la Haute-Bretagne, et notamment dans le diocèse de Saint-Malo, renvoie certainement, comme le souligne Bernard Tanguy, à une véritable romanisation et à une moindre densité de l’implantation bretonne4, ce qui permet d’expliquer l’importance et la rapidité du recul du breton dès le ixe siècle. Par ailleurs, il n’est pas impossible qu’il y ait eu à la même époque un mouvement migratoire en provenance du pays rennais à destination de la zone centrale du diocèse de Saint-Malo, afin de coloniser des terres vraisemblablement peu peuplées5. Les régions correspondant aux diocèses de Dol et de Saint-Malo passent donc assez rapidement dans la zone romane, mais si l’on considère la répartition des noms de lieux en plou-, qui désignent de façon incontestable les paroisses bretonnes primitives, le Poudouvre et l’ouest du diocèse de Dol apparaissent bien comme ayant connu une immigration bretonne assez importante. Le réseau des chapelles publiques apparaîtrait donc plutôt, mais pas seulement, nous venons de le voir, comme une marque non atténuée des différences régionales dans l’histoire du peuplement.

  • 6 Froeschlé-Chopard M.-H., Espace et sacré en Provence (xviexxe siècle). Cultes, images, confréries(...)

6Sur l’ensemble des 1 666 chapelles recensées (tous types confondus), 1 022, soit 60 %, ne peuvent être datées. En revanche, 244 sont, de façon certaine, bâties au xviie siècle. Ces nouvelles chapelles, qui permettent de densifier le réseau, s’inscrivent dans la logique qui présidait déjà à la localisation des édifices antérieurs. À la différence de ce qui existe en Provence, elles ne sont pas implantées aux marges du terroir6, mais au cœur des hameaux. L’objectif des chapelles publiques reste donc la desserte des quartiers. C’est ainsi qu’à Domalain, en 1663, le prêtre Julien Marie fonde une chapelle au village de la Heinrière « pour le soulagement des habitans de plusieurs villages sur les extremités des paroisses de Domallain, de Sainct Germain du Pinel, d’Argentré et Estreslles, esloignees pour la plus grande partye d’une lieue et plus de leurdites paroisses, en sorte que les peuples de ses quartiers et particulierement les gens d’age, serviteurs et enfans qui garde leur bestial sur la lande de Touschenaux, ne peuvent entendre la sainte messe aux festes et dimanches, ny les catechismes qui se font ausdites paroisses ». Les préoccupations qui marquent la Réforme catholique jouent donc dans le sens du renforcement du réseau.

  • 7 Provost G., op. cit., p. 39.

7Malgré tout, la cellule d’encadrement dont l’identité est la plus fortement vécue reste très probablement la paroisse ou la trève, et non la frairie, comme permettent de le penser l’absence de trésoriers indépendants, ainsi que « le naufrage général des archives des chapelles publiques de Haute-Bretagne [qui] suggère pratiquement toujours la modicité des offrandes et l’irrégularité d’une desserte soumise aux avatars du règlement des fondations7 ». Les autorités ecclésiastiques veillent par ailleurs à ce qu’aucune chapelle ne soit bâtie sans permission, à ce qu’aucune ne soit desservie sans bénéficier d’une fondation suffisante et d’ornements liturgiques nombreux et en bon état, et à ce que l’heure de la célébration des messes puisse permettre à tous d’assister à la grand-messe. Mais des problèmes liés à l’éloignement des hameaux demeurent, et c’est pourquoi, dans les églises paroissiales, il est permis de dire les vêpres « immediatement apres la grande messe, ce qui se pratique en plusieurs lieux a cause que pour la grande etandue des paroisses les paroissiens ne pourroient y assister apres midy », comme il est précisé dans les statuts synodaux promulgués par l’évêque de Dol Mathieu Thoreau.

  • 8 C’est ainsi qu’en 1673 Marguerite Bouttin, dame de Camprillon, propriétaire de la seigneurie du No (...)

8Le souci renforcé de voir chaque chapelle correctement fondée et le contrôle qui l’accompagne nous permettent de disposer d’un certain nombre de documents. 148 actes de fondation conservés pour le xviie siècle concernent des chapelles, dont 142 sont postérieurs à 1620. Dans 125 cas, il s’agit explicitement d’une chapelle qu’a fait bâtir l’auteur de la fondation ou un membre de sa famille. Si un certain nombre concernent des chapelles déjà existantes, pour lesquelles il est nécessaire de pratiquer une nouvelle fondation en bonne et due forme, il va aussi de soi que tous les documents ne nous sont pas parvenus, et que le xviie siècle est donc marqué par la construction de nombreuses chapelles privées. Les autorités ecclésiastiques tentent de limiter l’essor du nombre des chapelles et les fondateurs doivent développer un discours portant sur l’éloignement de l’église paroissiale8. Dans 29 cas, presque tous postérieurs à 1640, l’argumentaire développe l’idée selon laquelle la chapelle est construite également en faveur des habitants des hameaux voisins, ou plus particulièrement des enfants, domestiques et personnes âgées, les chefs de famille et leurs épouses devant se rendre à la grand-messe, en l’église paroissiale. Ainsi, Jean Lecompte, avocat au Parlement, « poussez du pur motif de la gloire de Dieu et considerant que leurdite maison et seigneurye de La Galardiere est esloignee de la paroisses de Vern […] de plus d’une demye lieue, et que la pluspart des voisins et particulierement les enfants et serviteurs n’entendent la messe aux saincts jours de dimanche », déclare souhaiter fonder une chapelle. Une partie au moins des chapelles domestiques joue donc aussi un rôle de chapelle publique, tandis que partout est affirmée la nécessité pour les chefs de famille d’assister à la grand-messe dans l’église paroissiale.

Le souci de l’espace clos, traduction d’une certaine conception du sacré

9Pour l’essentiel, les modifications qui touchent l’organisation spatiale de l’enclos paroissial s’inscrivent dans un mouvement initié à la fin du Moyen Âge et qui a connu des traductions dans un certain nombre de paroisses au xvie siècle. Ce qui caractérise le xviie siècle, c’est la généralisation et la systématisation. Ainsi, l’enclos de La Bosse, trève de Saulnières dans le sud du diocèse de Rennes, semble incomplet jusqu’au début du xviie siècle. Le portail principal, fait de pierre et de bois, se généralise dans la première moitié du siècle, mais il est à noter que la partie occidentale du diocèse de Saint-Malo semble en retard, dans ce domaine, par rapport à la partie orientale. Évidemment, la présence d’un enclos total, avec des échaliers et un portail, n’empêche pas qu’éventuellement, à l’hiver, lors de la saison pluvieuse, une partie du mur se dégrade et que, comme à La Gouesnière en 1693, il soit nécessaire de « racommodé la muralle du simetierre ou le bestial passoit ». Il semble, à la lecture des comptes de fabrique, qu’un deuxième portail soit réalisé dans certaines paroisses à partir du milieu du siècle : à Coulon en Montfort en 1641, à Gévezé en 1645, à Plerguer en 1657, à Saint-Malon en 1662.

  • 9 Cet inventaire a été réalisé en collaboration avec Georges Provost.

10La situation est la même en ce qui concerne l’ossuaire qui, lui aussi, s’inscrit dans cette volonté de séparation entre des espaces sacrés clos et des espaces profanes plus ouverts. Un ossuaire est réalisé à La Bosse, dans le diocèse de Rennes, en 1608/1609, à Roz, dans le diocèse de Dol, en 1636, à Saint-Malon, dans le diocèse de Saint-Malo, en 1640 et à Saint-Gondran, dans le même diocèse, en 1658. Si cet édifice paraît désormais présent dans un grand nombre de paroisses, il ne s’impose cependant pas partout puisque les visites pastorales effectuées, dans les années 1770, par l’évêque de Rennes François Bareau de Girac révèlent que certaines paroisses en sont à cette date encore dépourvues, mais elles semblent être minoritaires. Un inventaire voulu le plus exhaustif possible, mené à partir des documents d’archives, des traces archéologiques et des travaux des érudits de la fin du xixe et du début du xxe siècle, permet d’affirmer que 82 ossuaires existent de façon certaine au milieu du xviiie siècle dans le cadre des trois diocèses (en excluant les villes épiscopales). Ce chiffre doit bien sûr être considéré comme un minimum, et l’inventaire révèle surtout une répartition géographique assez uniforme9.

11Plusieurs ossuaires constituent, nous l’avons vu, la partie supérieure d’un porche sud, élément dont la diffusion se poursuit au xviie siècle. Comportant des bancs situés en vis-à-vis, ce porche, qui permet au conseil de paroisse de se réunir à l’extérieur de l’église proprement dite, s’inscrit pleinement dans l’optique de séparation entre l’espace sacré et les activités profanes. Encore ces délibérations concernent-elles, pour l’essentiel, l’église et la vie religieuse. Les activités purement profanes, elles, ne doivent pas trouver place dans l’enclos. En 1620, Guillaume Le Gouverneur rappelle dans ses statuts synodaux qu’il est défendu « a toutes personnes de vendre ni exposer aucunes marchandises ou denrees dans l’enclos des cemetieres des eglises, si ce ne sont chandelles ou autres choses requises au service de l’eglise ». En 1676, lors d’une visite pastorale à Ercé, dans le diocèse de Rennes, un vicaire général précise que cette interdiction faite aux marchands « d’exposer leur marchandises » concerne également « le tour des murailles dudit simetiere ».

  • 10 En effet, les exemples de construction au xviie siècle fournis par les documents d’archives et l’e (...)

12À l’intérieur de l’église, d’autres soucis de séparation se font jour. Alors qu’à partir du xvie siècle les objets et vêtements liturgiques sont généralement placés dans la tour, souvent réalisée à cette époque, au xviie siècle les autorités ecclésiastiques souhaitent l’existence d’une pièce consacrée spécialement à cet effet : c’est la sacristie, qui ne communique qu’avec le chœur, et traduit donc aussi une certaine mainmise du clergé sur ces objets du culte, propriétés de la paroisse. Une sacristie est ainsi réalisée à Chanteloup, près de Rennes, à partir de 1623, à La Bosse en 1625/1626, à Helléan, près de Josselin, à partir de 1631. Il faut toutefois attendre 1695 pour que les paroissiens de Saint-Thurial, dans l’est du diocèse de Saint-Malo, se dotent d’une sacristie, date à laquelle une nette majorité d’églises paroissiales en semblent pourvues10.

  • 11 Cf. Photographie 21.

13Les évêques se soucient également d’imposer aux fidèles une certaine distance physique à l’égard des fonts baptismaux et des autels. Aussi, lorsqu’en 1640 il est fait procès-verbal de l’église en « grande indigence » de Saint-Aubin-du-Cormier, le notaire consigne : « visitans les fons ou s’administre le sacré baptesme, les avons trouvé sans balustres alentour, ce qui est cause, ainsi que nous a remonstré ledit sieur recteur, que beaucoup de personnes se vont a toute heure appuyer et accouder dessur et y deschargent leurs chappeaux et autres hardes [vêtements] », gestes qualifiés d’« irreverences ». N’oublions pas en effet que les nefs sont alors dépourvues de bancs, et que les fidèles doivent, pendant la mauvaise saison, se vêtir suffisamment pour affronter les intempéries sur les quelques kilomètres qui séparent leur domicile de l’église paroissiale. Leurs gestes ne sont donc pas conçus par les intéressés comme étant irrévérencieux, mais ils sont désormais, dans le cadre de cette nouvelle conception de l’espace, jugés ainsi. C’est la raison pour laquelle des balustrades sont également posées autour des autels situés dans la nef, dans les chapelles et dans les bras du transept. Les fonts baptismaux sont ainsi clos à Sainte-Colombe en 1629. À Saint-M’Hervon, enclave du diocèse de Dol située au nord de Montauban, les balustrades placées autour des « deux autels qui sont dans la nef » sont suffisamment abîmées en 1698, et donc probablement déjà anciennes, pour que l’on se préoccupe de leur réparation. Cette multiplication des clôtures correspond à un type de rationalisation des usages de l’espace : à chaque espace strictement délimité correspond une fonction, au caractère sacré plus ou moins affirmé, et il s’agit d’en contrôler les usages11.

14Cette conception de l’espace ne s’accommode qu’assez peu des sépultures dans l’église, si ce n’est bien sûr celles des prêtres. Mais c’est évidemment dans le chœur que la présence laïque pose le plus de problèmes, a fortiori lorsqu’il ne s’agit pas de défunts, et l’expulsion du seigneur hors du chœur liturgique devient la règle. À Chanteloup, la balustrade qui, au xviie siècle, remplace le chancel, n’est pas placée au niveau de l’arc diaphgrame mais en-deçà, afin que le banc du seigneur et la pierre tombale qui signale le droit d’enfeu de sa famille ne soient pas situés dans le chœur liturgique proprement dit. En 1655, Jean Phillipot, sieur de la Carperaye, propriétaire de la maison de la Pignellaye, fait installer dans l’église de Mouazé « un banc a queues avecq acoudouer armoié de ses armes et de la maison de la Pignellaye », faisant « couper led. balustre pour placer sondict banc ». Il est jugé que cela constitue une gêne à la « commoditté du service divin », et Jean Phillipot est condamné à rétablir la balustrade et à déplacer son banc.

15À l’inverse, à la fin du siècle, dans les églises urbaines, des bancs sont placés dans la nef, comme à Notre-Dame de Vitré où l’on établit en 1694, à la suite d’une délibération, des bancs et des chaises que chacun peut louer pour une somme modique à verser aux trésoriers de la fabrique. Mais, placés dans la nef et servant à remplacer la station debout par la station assise pendant la messe, au bénéfice sans doute d’une attention plus grande de la part des fidèles concernés au déroulement des offices, effet certes non attendu lors de leur installation et cependant non négligeable, les bancs ne mettent pas en cause cette conception de l’espace clos liée à une certaine perception du sacré. Ces évolutions s’accompagnent, de façon apparemment paradoxale, d’une unification de l’espace intérieur des églises.

Visibilité et mise en valeur du maître-autel : installation des retables et réaménagement des chœurs

  • 12 L’église de Tréfumel est l’un des rares cas où l’arc triomphal subsiste. Cf. Photographie 26.

16Au xviie siècle, d’après les sources disponibles, plus du tiers des églises paroissiales ou tréviales font l’objet de modifications architecturales importantes ou non négligeables, alors même qu’une bonne partie d’entre elles ont été assez récemment refaites ou agrandies. C’est que, cette fois, l’organisation de l’espace est profondément modifiée. Dans bien des églises, comme à Québriac, l’arc diaphragme qui marquait l’entrée du chanceau, et qui datait généralement de l’époque romane, est détruit. À Billé, près de Fougères, l’arc roman, en plein cintre, qui laissait probablement une ouverture large d’environ 3,50 mètres sur 5 mètres de hauteur, est remplacé par un nouvel arc, brisé au sommet et à l’écartèlement maximal, d’une largeur d’environ 5,70 mètres et d’une hauteur de 7,50 mètres. En même temps, le chancel ou jubé est détruit. C’est ainsi le cas en 1625/1626 à Saint-Aubin-des-Landes, près de Vitré. Il y a donc en ce sens une unification de l’espace. D’autant que les autels secondaires qui étaient dans un certain nombre d’églises placés contre l’arc diaphgrame ou contre le chancel sont déménagés12. En 1676, à Saint-Sulpice-la-Forêt, près de Rennes, le recteur propose de financer le déménagement « des deux autels de la nef de l’eglise, et de les restablir le longt des deux costés de l’eglise, atendu qu’ils ocupent le jour du grand autel, ce qui fait pour la gloire de Dieu et pour faciliter la veue du grand autel au peuples de sa paroisse ». L’objectif est bien en effet de rendre visible à tous le maître-autel et donc la célébration eucharistique. Aussi le chancel, ou jubé, est-il remplacé par une clôture nettement plus basse, appelée « balustre », généralement en chêne, qui est à hauteur d’appui, permettant une visibilité parfaite, et sert de table de communion. En outre, le maître-autel est surélevé à l’aide de gradins, afin d’en améliorer la visibilité. À Éréac, dans le Mené, c’est le cas en 1623.

  • 13 Cf. Photographies 22, 24 et 25.

17Tous les regards convergent donc désormais, dans un espace unifié, vers le maître-autel. Mais sa visibilité est gênée par la maîtresse-vitre, qui est aveuglante et ne convient donc pas à cette nouvelle organisation de l’espace. La solution est trouvée rapidement, dès les années 1620. C’est alors, en effet, qu’apparaissent dans les diocèses de Rennes et du Mans les premiers retables, en tant que structures architecturées comportant des représentations figurées et placées derrière l’autel afin de le mettre en valeur. D’ailleurs, dans la plupart des contrats, le retable est désigné par le mot « autel », ce qui dit assez son absence d’autonomie par rapport à ce dernier. Le retable n’est certes pas une nouveauté en soi, même si la grande majorité des églises paroissiales n’en possédaient pas auparavant, mais son utilisation, elle, est nouvelle. Par sa monumentalité et sa somptuosité, il donne plus de solennité au maître-autel. Les retables de Pacé et de Nouvoitou sont réalisés, par des ateliers rennais, en 1624 pour le premier et vers 1625 pour le second. Ils cachent la partie inférieure de la maîtresse-vitre, lui faisant ainsi perdre sa cohérence. Mais le choix de sa suppression n’est évidemment pas aisé à effectuer, dans la mesure où elle a constitué jusqu’alors, avec l’autel majeur, l’élément principal déterminant l’organisation spatiale de l’église. Aussi l’autel est-il surmonté par le retable puis par la verrière. Le premier cas certain d’installation de retable ayant entraîné la suppression de la verrière axiale est Billé, dans le pays de Fougères, où le retable réalisé en 1629 par Jean Martinet monte à huit mètres de hauteur13.

  • 14 Non de naissance certes, mais il l’est devenu par son mariage.
  • 15 Salbert J., « Retables du Grand Siècle en Mayenne », 303, 1984, n° 2, p. 30-39 ; Salbert J., « La (...)

18Jean Martinet est un Lavallois14 qui a déjà travaillé pour les bénédictins de Notre-Dame de Vitré en 1624. L’école lavalloise, aux productions de marbre et tuffeau, qui naît alors pour répondre aux besoins nouveaux, n’est pas l’héritière d’une tradition locale. Jacques Salbert émet l’hypothèse selon laquelle le collège des jésuites installé à La Flèche, dans le nord de l’Anjou, dans les premières années du xviie siècle, joue un rôle essentiel15. Les architectes parisiens Louis Métezeau et Martellange y travaillent à partir de 1607 pour le premier, de 1612 pour le second. Or, Jean Martinet y est chargé en 1621 de la clôture de l’autel Saint-Ignace dans la chapelle du collège, et en 1633 c’est Pierre Corbineau qui réalise le retable du maître-autel. Il faut aussi signaler l’influence probable jouée par le nouveau jubé de la cathédrale du Mans, érigé en 1604-1610 sous la direction de l’architecte parisien Jacques Bugier et qui présente déjà tous les éléments architecturaux et ornementaux que l’on trouve dans les retables réalisés par la suite, notamment par Tugal Caris. Les ordres religieux sont les premiers à passer commande aux nouveaux architectes lavallois, mais les commandes paroissiales suivent tôt.

19Jean Martinet intervient dans les églises paroissiales de l’est du diocèse de Rennes à partir du milieu des années 1620. C’est à cette date qu’il réalise trois retables pour l’église de Javené, près de Fougères, deux pour encadrer l’arc triomphal et un pour la chapelle de la Vierge, qui tous comportent exclusivement des niches à statues. Il est probablement aussi l’auteur des retables de Rannée et de Moutiers, près de La Guerche, qui à l’inverse encadrent des peintures sur toile, et ne possèdent qu’une niche dans le cas de Rannée, aucune dans celui des deux retables de Moutiers. Il intervient ensuite à Billé, nous l’avons vu, à Saint-Sulpice de Fougères à la même date, à Saint-Étienne de Rennes vers 1637, à la chapelle Saint-Eustache de Teillay, et selon Roger Blot c’est lui et non Pierre Corbineau qui aurait réalisé en 1638 le retable du maître-autel de Brie. Il décède l’année suivante.

  • 16 Cf. Photographie 23 et Annexe V.

20Pierre Corbineau, né en 1600, travaille dans un premier temps aux côtés de son père pour des églises conventuelles, dans le Maine et en Anjou. Sa première intervention dans une église paroissiale de Haute-Bretagne a lieu en 1632, à Piré, paroisse enrichie par le commerce des toiles, entre Rennes et La Guerche16. Suivent le retable de l’autel majeur de Domalain en 1637, les retables latéraux de Piré en 1638, celui du maître-autel de Torcé en 1652 et des autels latéraux de Brie en 1653, ainsi que celui de l’autel nord de Drouges et celui du château du Verger à Saint-Germain-sur-Ille, à des dates non déterminées. Pierre Corbineau travaille également pour des églises conventuelles à Rennes, ainsi que pour la cathédrale de Dol, et il dirige l’achèvement du palais du Parlement de Bretagne de 1646 à 1655, puis la réalisation de la façade de la cathédrale de Rennes de 1654 à 1678, date à laquelle il décède.

21Les plus anciens retables réalisés par Tugal Caris subsistant actuellement datent de 1632 et 1633 et sont situés dans le Maine. Sa réalisation principale est la construction en 1634-1636 du retable majeur de Saint-Sauveur de Redon, dans le diocèse de Vannes, qui lui assure une certaine notoriété. Il travaille alors sans doute pour des abbayes et des couvents rennais, et il réalise le retable du maître-autel de l’église paroissiale de Tinténiac en 1636. Les retables suivants sont destinés à des églises paroissiales du Maine et à la cathédrale de Tréguier. Il revient ensuite s’installer dans la région rennaise et est l’auteur, en 1641, du retable majeur de Saint-Germain-sur-Ille, vers 1640, probablement, de celui de la chapelle du Châtelet en Balazé, en 1642 de deux retables à Rannée, en 1642-1643 du retable de l’autel majeur d’Availles, vers 1645 de celui de Noyal, et en 1650-1651 de celui de Gaël. En outre, il dirige de 1640 à 1646 la réalisation du palais du Parlement de Bretagne, de 1640 à 1653 celle de la façade de la cathédrale de Rennes, intervient par la suite à Nantes et à Carnac (dans le diocèse de Vannes), avant de mourir en 1665.

22L’installation du retable nécessite un aménagement du chœur, car la maîtresse-vitre est désormais totalement bouchée et il est donc nécessaire de percer de nouvelles fenêtres. Par ailleurs, il est nécessaire de disposer d’un espace suffisamment vaste pour que le retable, ouvrage véritablement monumental, puisse se déployer. La volonté de rendre le chœur visible à tous les fidèles placés dans la nef plaide dans le même sens, de même que l’influence des modèles architecturaux développés d’abord à Rome et diffusés rapidement par les ordres religieux, notamment les nouveaux ordres, au premier rang desquels les jésuites. En effet, bien que les décrets du concile de Trente ne traitent pas d’architecture, l’insistance sur l’Eucharistie et la Présence réelle se traduit logiquement par des choix qui se retrouvent un peu partout en Europe, l’église du Gesù, bâtie à Rome de 1568 à 1575, constituant un modèle qui connaît une diffusion rapide. Le plan de cette église des jésuites est une combinaison d’un espace centré, comprenant le chœur et le transept, et organisé autour de la vaste coupole située au-dessus de la croisée du transept, celui-ci étant large et peu saillant, et d’un espace longitudinal constitué par la nef, large et flanquée d’une succession de chapelles sur les bas-côtés. Les chapelles des collèges jésuites de La Flèche et de Rennes – la seconde réalisée de 1624 à 1649 – reprennent ce plan.

23Dans les églises paroissiales, le chœur peut être agrandi par la construction de deux chapelles formant transept, comme à Québriac, où le retable majeur est réalisé par Mathurin Thé en 1684. Ici comme ailleurs, de nouvelles fenêtres sont percées afin de distribuer différemment la lumière. Il s’agit de fenêtres qui éclairent de façon latérale le retable et l’autel, et pour lesquelles le verre blanc semble souvent utilisé, permettant ainsi une bonne visibilité. Des retables secondaires sont placés dans les bras du transept, encadrant alors le retable de l’autel majeur. Ainsi, à Brie, au sud-est de Rennes, où le retable du maître-autel est réalisé en 1638, un transept est édifié vers 1645 et des retables latéraux sont placés en 1653. Cette association de trois retables de style « lavallois » est un modèle qui se diffuse dans les églises paroissiales de l’est du diocèse de Rennes à partir du milieu du siècle. Les retables secondaires bénéficient eux aussi d’un éclairage latéral, et à Trébédan, en 1654, les trésoriers font « accommoder led. autel du Rosaire » et « mettre une fenestre en la costalle de derriere l’eglise pour eclairer aud. autel ». Dans certaines églises, des bas-côtés sont construits, agrandissant la nef ou permettant d’aménager des chapelles qui reçoivent à leur tour des retables. À Domalain, le bas-côté sud est construit en deux campagnes, une autour de 1622 et l’autre de 1632, aboutissant à une enfilade de cinq pignons, et l’église compte au moins cinq retables à la fin du xviie siècle.

24Il y a des églises où le chœur est entièrement refait. Il en est ainsi à Fleurigné, près de Fougères, où, grâce au financement assuré par les châtelains du Bois-Février, le chanceau prend vers 1660 la forme de trois ensembles à pans coupés presque parfaitement symétriques, à savoir le chœur architectural et les chapelles d’un transept large et assez peu saillant. Il y a là une belle association entre un plan centré et un plan longitudinal, ce qui donne un chœur très spacieux, et l’emplacement des fenêtres assure un excellent éclairage des autels et des retables.

Document 30. – Les transformations architecturales de l’église de Québriac au xviie siècle (Blot R., « L’église de Québriac », La vie diocésaine, 1997, n° 8, p. 215).

Document 30. – Les transformations architecturales de l’église de Québriac au xviie siècle (Blot R., « L’église de Québriac », La vie diocésaine, 1997, n° 8, p. 215).

Document 31. – La reconstruction du chœur de l’église de Fleurigné vers 1660 (Blot R., « Église Saint-Martin de Fleurigné », La vie diocésaine, 1997, n° 13, p. 343).

Document 31. – La reconstruction du chœur de l’église de Fleurigné vers 1660 (Blot R., « Église Saint-Martin de Fleurigné », La vie diocésaine, 1997, n° 13, p. 343).

Évolutions liturgiques et modifications des aspects matériels du culte

Diffusion de la liturgie romaine, renforcement des réglementations, souci du rangement et de la propreté

25En application des décisions prises lors de la dernière session du concile de Trente, en 1563, sont imprimés en 1568 le Bréviaire romain et en 1570 le Missel romain, qui fixent définitivement la liturgie de la messe. Suivent le Rituel romain et le Graduel en 1614. Nous avons vu que l’évêque de Rennes Aymar Hennequin fait éditer en 1588 un missel destiné à introduire la liturgie romaine dans son diocèse, ainsi qu’un nouveau missel à l’usage du diocèse de Rennes. Pour des raisons liées à la fois à l’inertie, au coût financier et au contexte troublé, l’acquisition de ces ouvrages par les fabriques se fait de façon progressive. Ainsi, à Domalain, ce n’est qu’en 1607/1608 que sont acquis, pour 11 livres, « deux missaux neufs et recentz a l’usage de Rennes ». En 1627, l’évêque de Rennes Pierre Cornulier fait imprimer le Bréviaire romain et rend son usage obligatoire.

  • 17 Une fois de plus, nous sommes assez largement ignorants des réalités dans le diocèse de Dol.

26Le premier bréviaire imprimé pour le diocèse de Saint-Malo date, nous l’avons vu, de 1603, et les synodes tenus par l’évêque Jean du Bec de 1604 à 1609 visent en bonne partie à obliger les recteurs à acquérir ces bréviaires, puis à réformer les diurnaux et les missels, qui sont imprimés respectivement en 1607 et 1609. En 1615, année de la réception des décrets du concile de Trente par l’Assemblée du clergé de France, l’évêque Guillaume Le Gouverneur rend obligatoire l’utilisation des bréviaires et missels à l’usage romain. Il fait imprimer un Propre des saints la même année, puis un processionnal et un rituel romain en 1617. Dans les statuts synodaux qu’il fait éditer en 1619, l’évêque exige qu’il y ait dans chaque paroisse, outre les missels, un graduel, un antiphonaire et un psautier, trois ouvrages dont il a été décidé lors d’un synode de 1613 que des exemplaires imprimés à Paris devraient être achetés par les trésoriers des fabriques, ainsi que, évidemment, un rituel nouvellement imprimé. Les inventaires d’ornements dressés dans la seconde moitié du siècle montrent que les paroisses du diocèse de Saint-Malo possèdent effectivement tous les ouvrages requis, parfois en deux exemplaires, à l’exception du psautier, souvent absent, tandis que graduel et antiphonaire sont réunis en un seul et même ouvrage17.

  • 18 Cela se constate aussi à l’importance qu’accordent à ce sujet des ouvrages comme Le parfaict eccle (...)

27Cette diffusion de la liturgie romaine s’accompagne d’un renforcement des réglementations concernant l’ensemble des aspects matériels du culte. Il est vrai que le Rituel romain comporte un certain nombre de prescriptions en la matière, notamment pour ce qui touche à la présentation des autels, reprenant d’ailleurs pour une bonne part, en ce domaine, des réglementations plus anciennes, mais le mouvement est général, touche l’ensemble des questions matérielles et constitue ainsi un des aspects de la Réforme catholique18. Ainsi, par exemple, Guillaume Le Gouverneur exige, dans ses statuts synodaux édités en 1619, qu’il y ait dans chaque paroisse un ou deux calices d’argent, les autres pouvant être en étain, deux ciboires d’argent, une croix de procession et une autre croix qui doit être portée aux malades, un encensoir, six chandeliers, deux pupitres.

28Les visites pastorales offrent à la hiérarchie ecclésiastique l’occasion de contrôler le respect des règles en ce qui concerne la quantité et la qualité des ornements liturgiques. C’est ainsi ce que fait le vicaire général du diocèse de Rennes Gilles de Gain en 1676. Le dépouillement des comptes de fabrique permet de relever un certain nombre d’achats consécutifs à « l’ordonnance de la derniere visitte », quel que soit le diocèse, par exemple à Montauban dans le diocèse de Saint-Malo en 1604/1605, à Saint-Thurial dans le même diocèse en 1663, ou à Plerguer dans le diocèse de Dol en 1651 suite à l’examen du compte de la fabrique. Les lazaristes eux-mêmes font des commentaires dans leur cahier de mission s’ils considèrent que la paroisse dans laquelle ils missionnent est insuffisamment pourvue en ornements. Dans la seconde moitié du siècle se multiplient les procès-verbaux de visite de chapelles, qui deviennent nécessaires pour obtenir l’approbation de l’ordinaire, et cela facilite l’application des réglementations.

  • 19 Le fait qu’ils apparaissent à cette époque dans les églises paroissiales de Haute-Bretagne n’exclu (...)

29Quelques ornements nouveaux apparaissent et se diffusent rapidement, comme les canons d’autel, petits panneaux portant imprimés certains textes invariables de la messe, qui sont utilisés comme aide-mémoire19. Ils font leur apparition à Bazouges-la-Pérouse en 1629, à La Gouesnière en 1643, à Saint-Gondran en 1658, à Roz-sur-Couesnon en 1662. En matière d’orfèvrerie, le patrimoine des paroisses s’accroît au long du siècle. La fabrique de la petite paroisse de Trigavou, dans le diocèse de Saint-Malo, possède en 1660 trois calices avec leurs patènes en argent doré, deux calices avec leurs patènes en étain, deux ciboires d’argent dont une dorée, un ciboire de cuivre. Puis, à la fin du siècle, le patrimoine des paroisses pâtit des fontes imposées pour financer les guerres royales.

30L’augmentation du nombre des ornements entraîne une multiplication des meubles de rangement, notamment à l’occasion de la construction des sacristies, comme c’est le cas à Coulon en Montfort en 1652, où est réalisé un ensemble de meubles. Ces meubles sont encore souvent des coffres dans la première moitié du xviie siècle, achetés en même temps que les vêtements et objets liturgiques. Puis se diffusent les armoires ou, plus souvent, les buffets à tiroirs, ancêtres directs des chapiers et des chasubliers, sans oublier les armoires à bannières qui remplacent les simples étuis. À partir du milieu du siècle apparaissent dans les paroisses des petites villes puis dans les paroisses rurales de véritables meubles de sacristie, associant armoires, placards et buffets à tiroirs, comme c’est le cas du meuble que fait réaliser le recteur de Coulon en Montfort en 1662, avant d’être remboursé par la fabrique.

31Les tâches de ceux qui remplissent la charge de sacristain, au sens large, font l’objet d’une plus grande précision. Ainsi, celui qui est recruté pour cet emploi à Brielles en 1669

« a promins et c’est obligé de sonner les cloches de ladicte parroisse faiste et dimanche, […], bailleayer [balayer] ladicte eglise tous les sabmediz et vigilles des faistes solemnelle, sonner les glas et faire les fosses des deffunctz […], nettayer les aultels, reparemant et rideaux d’iceux de la poussiere et areinays [araignées] qui les pouroit incomoder, et t’actizier le feu en la lampe, luy estant au prealable fourny d’huille ».

32Ce souci de la propreté apparaît assez largement nouveau car il n’était guère formulé au xvie siècle. Dans les statuts synodaux qu’il fait imprimer en 1619, l’évêque Guillaume Le Gouverneur affirme que se préoccuper de la propreté, c’est « pourvoir a ce que tout soit honneste et decent en la maison de Dieu ». Et dans l’Interrogatoire des confesseurs que fait éditer le même évêque en 1624 puis 1626, il est prévu de poser la question suivante lors des confessions de prêtres : « avez-vous tenu sales et immundes les vases, vestemens, purificatoires, paremens et ornemens, desquels vous usez a celebrer ? ». Aux balais et chiffons s’ajoutent alors les « espousetes », « servant a balayer et eraigner », c’est-à-dire ôter les toiles d’araignées qui se forment sur les autels, les retables ou les tableaux sur toile. Ainsi, la fabrique de Sainte-Colombe acquiert cet outil en 1631, et les confréries, chargées de l’entretien d’autels secondaires, ne manquent pas non plus d’en posséder dans la seconde moitié du siècle.

  • 20 Vigarello G., Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, 1985, p. 90-102

33Ce souci de la propreté du lieu de culte et des objets qui y sont employés est certainement à relier au développement contemporain, souligné par Georges Vigarello, du linge blanc et du parfum chez les élites20, et constitue finalement une manifestation de la civilisation des mœurs.

Paramentique et Réforme catholique

34Si la hiérarchie ecclésiastique se montre peu exigeante en matière de paramentique au xvie siècle, elle le devient nettement à partir du début du xviie siècle. Cette exigence se manifeste inévitablement dans les statuts synodaux promulgués par l’évêque de Saint-Malo Guillaume Le Gouverneur. Dans l’édition de 1619, l’évêque exige ainsi qu’il y ait dans chaque église 6 amicts, 6 aubes, 6 corporaux et 6 purificatoires possédés par la fabrique, « outre les […] ornemens que chaque prestre doit avoir en son particulier ». Il signale également l’obligation pour chaque fabrique de posséder des chapelles, au sens d’ensembles constitués par une chasuble et deux dalmatiques accompagnées d’étoles et de manipules, de couleurs blanche, rouge, noire, violette, verte, soit 5 ensembles. Les allusions aux visites pastorales, que nous trouvons dans les comptes de fabrique lorsque les trésoriers doivent justifier certains achats, montrent que les évêques et leurs vicaires se préoccupent à la fois de l’état des ornements, de leur nombre, des couleurs et des matières, et qu’ils exigent l’achat de nouveaux linges et vêtements, ce qui s’explique à la fois par le développement de certaines dévotions et par une volonté renforcée de décence et de magnificence du culte.

35À partir de 1640 environ, les recteurs se font les relais actifs des exigences de leur hiérarchie. En 1655 les trésoriers de Saint-Jouan-de-l’Isle achètent des ornements « par l’ordre et commendement de monsieur le recteur », en 1674/1675 ceux de Saint-Aubin-des-Landes font l’acquisition de deux dalmatiques « suyvant l’ordre de monsieur le recteur ». Certains recteurs n’hésitent pas à acheter eux-mêmes des ornements avant de chercher à se faire rembourser par les trésoriers, à l’image de Raoul Corbes, recteur de la paroisse Coulon de Montfort. Estimant que l’église est « depourveue d’ornements, il a esté obligé de faire achapt de quantité d’ornements propres et necessaires, […] et pour cet effaict il a par l’advis du general de lad. paroisse advancé plusieurs sommes » de 1662 à 1665, qui montent à 797 livres, dont il est remboursé en totalité. Dans plusieurs paroisses des comptes parallèles apparaissent, pour quelques années, alimentés par les reliquats des fabriques. C’est le cas à Rozsur-Couesnon au début des années 1660, ce qui permet alors de dépenser 470 livres en ornements liturgiques, constitués en quasi-totalité par des linges et des vêtements. Partout, le montant des dépenses apparaît majeur.

  • 21 Croix A., Quéniart J., De la Renaissance à l’aube des Lumières, Paris, 1997, p. 49.

36Pour cette raison, et même si plusieurs comptes sont gérés par des prêtres, les paroissiens jouent également un rôle dans le choix des bannières, linges et vêtements. Ainsi, à Gévezé, en 1644, le trésorier est rémunéré pour « estre allez expres audict Rennes en compaignie de monsieur le recteur et quelques paroissiens » acheter divers tissus afin de réaliser une chape, une chasuble et deux dalmatiques avec leurs étoles et manipules. Les discussions sont réelles, notamment à propos du choix de la bannière, qui est le « drapeau » de la paroisse, pour reprendre l’expression d’Alain Croix21. En témoigne cette affaire jugée par la sénéchaussée royale de Fougères, dans laquelle un témoin rapporte qu’à La Chapelle-Saint-Aubert, en 1689, une brodeuse ayant apporté une bannière, « les paroissiens s’assemblassent pour voir si elle leur hettoit [plaisait] et si ils la prendroint », avant qu’une dispute éclate avec le recteur. Parallèlement, l’évergétisme nobiliaire et ecclésiastique perdure, ce qui permet à la fabrique de La Gouesnière d’acquérir une chasuble avec étole et manipule, un voile de calice et un conopée, c’est-à-dire un pavillon de tabernacle, en 1636, une chasuble en 1641, deux amicts et une aube en 1660, deux chapelles, l’une de couleur verte et l’autre de couleur violette, deux aubes et deux surplis en 1673.

  • 22 Mais la vogue des tissus fleuris mène bientôt à un retour de la polychromie, mais sous une forme n (...)

37Pour ces raisons, l’équipement des paroisses correspond généralement, à partir des années 1650-1660, aux exigences de la hiérarchie ecclésiastique. À Trigavou, dans le diocèse de Saint-Malo, il y a en 1660 9 chasubles, toutes les couleurs étant représentées, même le bleu. Parallèlement, l’usage des chasubles de soie se généralise au xviie siècle, tandis que la polychromie (usage de plusieurs couleurs sur une même chasuble) est en recul22.

  • 23 Aribaud Ch., Soieries en sacristie : fastes liturgiques, xviie-xviiie siècles, Paris/Toulouse, 199 (...)

38Du fait de la multiplicité des acteurs, les prescriptions de la hiérarchie ecclésiastique ne constituent pas le seul critère permettant d’étudier le choix des tissus, des couleurs et des ornementations. La bannière, emblème de la paroisse, reste de couleur rouge, comme l’attestent aussi bien les comptes de fabrique que les objets conservés. Lorsque les paroissiens font l’acquisition d’une nouvelle bannière, il existe alors deux objets fort semblables dans la sacristie, comme c’est le cas à Trébédan, La Bazouge ou Saint-Aubindes-Landes. L’évolution porte en fait sur la qualité des broderies et sur la quantité des fils d’or et d’argent utilisés. Les autres objets conservés sont fort peu nombreux, mais les comptes de fabrique et les inventaires d’ornements sont suffisamment détaillés pour percevoir l’extraordinaire vogue des tissus fleuris dans la seconde moitié du siècle, vogue qui touche presque tous les types de linges et vêtements. Ainsi, les voiles de calice, dont le nombre augmente, comportent souvent un décor végétal et floral utilisant de nombreuses couleurs, et l’utilisation de fils d’or et d’argent est de plus en plus courante. Si nous considérons les deux chasubles rennaises et les deux voiles de calice qui ont été conservés, nous constatons que les motifs végétaux et floraux usent du vert, du violet, du rose, du rouge, du jaune et du bleu ; pour une chasuble et un voile de calice s’y ajoutent des fils d’or et d’argent. Quant aux nappes, elles sont désormais souvent partiellement en dentelle, ce qui n’était guère le cas auparavant. Ces évolutions se retrouvent dans d’autres régions de France, sans qu’il soit possible d’établir les courants de circulation des modèles, mais l’on peut en tout cas constater que la Haute-Bretagne est touchée plus tôt que le Haut-Languedoc par la vogue des tissus à fleurs23.

  • 24 Dais d’autel : ouvrage de bois fixé ou soutenu au-dessus d’un autel. À ce dais est généralement at (...)
  • 25 Parement d’autel : élément de décor servant à couvrir la face et éventuellement les côtés d’un aut (...)

39Ces changements accompagnent de façon directe l’évolution des dévotions. Guillaume Le Gouverneur, dans ses statuts synodaux de 1619, rappelle l’obligation des courtines et du dais pour chaque autel. La pratique est générale au moins jusqu’aux années 1660, puis l’on assiste à une disparition progressive des courtines. Il en est de même des vêtements de statues, que l’on ne prend plus la peine d’inventorier. À Saint-Sulpice de Fougères, en 1662, il est signalé que « n’ont esté les abitz de la Vierge et du petit Jesus, […] et autres faillis [mauvais, de peu de valeur] menuz ustancilles de meubles usez et de nulle valleur qui ne meritent d’estre inventoriés, employés audict inventaire ». À l’inverse, l’apparition des tableaux sur toile s’accompagne de celle de nouveaux rideaux. En 1655, les trésoriers de Trébédan achètent du tissu afin de réaliser un rideau « pour couvrir le tableau du Rosaire ». Partout se multiplient les ciels de dais d’autel24, qui ne concernent peut-être, dans un premier temps, que les autels majeurs. Il y a également une forte augmentation du nombre de parements d’autel25. Il s’agit presque toujours d’antependiums, c’est-à-dire de parements en tissu.

40Des ciels de dais sont également installés au-dessus des fonts baptismaux, comme à Saint-Jouan-de-l’Isle, à l’extrême sud du Poudouvre, en 1655. Ces évolutions sont, dans cette région du diocèse de Saint-Malo, plus tardives que dans les paroisses de l’est du diocèse et celles du diocèse de Rennes. Les explications sont diverses. Elles tiennent en partie à des raisons économiques, liées à la pauvreté des paroisses et à l’éloignement par rapport au marché rennais. L’avance chronologique des petites villes comme Montfort tient aussi sans doute à la densité de la présence cléricale. Mais il n’est pas impossible que les explications soient également d’ordre pastoral. En effet, la paroisse de Saint-Brice, dans le Coglès (diocèse de Rennes), présente quelques caractéristiques communes avec celle de Saint-Jouan-de-l’Isle, dans le Poudouvre (diocèse de Saint-Malo) : il s’agit dans les deux cas de paroisses nettement rurales et situées à l’écart des pays toiliers. Mais la première possède déjà des tentures installées au-dessus du maître-autel et des fonts baptismaux au tout début du xviie siècle, alors qu’il faut attendre le milieu du siècle pour constater la même chose dans la seconde.

  • 26 Voile de calice : grand voile carré qui recouvre entièrement un calice.

41Le plus valorisé des sacrements est l’Eucharistie et cette insistance se traduit aussi dans le domaine de la paramentique. Ainsi, en 1630, les trésoriers de Trébédan achètent « de la toille blanche pour tendre le sacraire », la couleur blanche étant associée à la lumière divine et au Saint-Sacrement, dont le culte est alors fortement développé. Dans toutes les paroisses apparaissent puis se multiplient les conopées, voiles recouvrant le tabernacle, et les voiles de calice26, auxquels s’ajoutent des ornements spécifiques pour le port du Saint-Sacrement aux malades.

42La dimension pédagogique de la Réforme catholique est présente dans l’iconographie, celle des bannières du Rosaire bien sûr, mais il y a aussi celle des voiles de calice et des conopées, qui présentent souvent une croix, le monogramme du Christ ou la représentation de l’agneau mystique. Des représentations iconographiques existent également sur certains parements d’autel, tel celui de Saint-Sulpice de Fougères, « de cuir doré, de differentes couleurs, au millieu duquel est une Assomption de la Saincte Vierge ».

43Avec l’apparition puis le développement rapide des confréries de dévotion, c’est un nouveau marché, important, qui se crée, dans lequel les confréries du Rosaire occupent une place prédominante. En effet, nous l’avons vu, les dominicains exigent, pour donner leur aval à l’institution d’une confrérie, que les confrères fassent réaliser une bannière blanche et qu’ils acquièrent les ornements nécessaires à l’entretien d’un autel. Il y a alors un développement important de la couleur blanche. L’inventaire des ornements de la confrérie du Rosaire de Montfort nous signale l’existence d’un ciel de dais d’autel, de courtines, de nappes et d’un antependium blancs, ce qui nous permet d’imaginer un autel entièrement couvert de blanc, devant lequel célèbre un officiant vêtu d’une chasuble blanche. Le développement du blanc accompagne probablement une évolution du goût et de la sensibilité, jusque là plutôt portés, dans les paroisses rurales en tout cas, vers les couleurs vives. En effet, l’achat de linges liturgiques blancs se retrouve dans les dépenses des fabriques à la fin du siècle. En attendant, le siècle est largement marqué par une recherche de la magnificence.

Magnificence et sollicitation des sens

44Considérons l’évolution des dépenses en encens à Saint-Gondran, une paroisse du diocèse de Saint-Malo aux revenus modestes, qui ne peut investir ni dans des modifications architecturales importantes ni dans la réalisation d’un retable.

Graphique 32. – L’évolution des dépenses en encens à Saint-Gondran.

Graphique 32. – L’évolution des dépenses en encens à Saint-Gondran.

45Années Avant le milieu des années 1590, les dépenses en encens sont toujours inférieures à 5 sous par an, les trésoriers n’achetant qu’une ou deux onces d’encens qui sont brûlées pendant la période pascale et à Noël. Puis, alors que le prix de l’once reste de deux sous, la dépense annuelle moyenne passe à 7 sous au début du xviie siècle, à 12 sous dans la deuxième moitié des années 1610. L’évolution est surtout nette à partir du milieu des années 1640, et ne s’explique pas seulement par l’existence d’une légère inflation. Des années 1640 aux années 1680, la dépense annuelle moyenne est en effet comprise entre 15 et 20 sous. Cette évolution existe dans toutes les paroisses ayant conservé des comptes de fabrique. Ainsi, la fabrique, un peu plus riche, de Coulon en Montfort affecte à ce poste de dépense 3 sous par an au début du xviie siècle, plus de 3 livres en 1649 « en encens, benjoin et storax qu’ils ont fait venir de Saint Malo », la même somme en 1652 « par l’avis de monsieur le recteur », 4 livres au début des années 1660 « pour encenser tout le long de l’an […] aux jours convenables et solemnels ». Storax et benjoin sont la résine et une substance résineuse tirées du styrax, un arbre dont les productions aromatiques, très estimées, sont importées des Indes orientales. À Notre-Dame de Vitré, ces deux produits sont « brullées audit monumant pendant le temps que le tres Sainct Sacremant y a esté », est-il précisé en 1640, et l’on voit ainsi que la sollicitation du sens de l’odorat intervient au service de la dévotion.

  • 27 Delumeau J., une histoire du paradis, t. i : Le Jardin des délices, Paris, 1992, p. 177-178.
  • 28 Goody J., La culture des fleurs, Paris, 1994, p. 214.
  • 29 Car il y a déjà au xvie siècle un usage des jonchées, mais il est très occasionnel, n’intervenant (...)

46Le sens olfactif est également stimulé par les fleurs qui envahissent les autels au xviie siècle. C’est en 1625 que, pour la première fois, les trésoriers de la paroisse Coulon en Montfort achètent « deulx viollieres de tere plombez pour meptre fleures pour servir sur le mestre autel ». Onze ans plus tard, on trouve la même dépense à Saint-Malon, où sont acquis « deux poteaulx de tere a mettre des fleurs sur les autels de lad. eglize ». Jean Delumeau repère la naissance d’un intérêt pour les fleurs dans la culture des élites au xvie siècle27, et Jack Goody signale que la première moitié du xviie siècle est, en France, l’époque de la mode des bouquets de fleurs coupées, bouquets qui sont alors intégrés dans la sphère domestique des milieux aisés28. En Haute-Bretagne comme ailleurs, c’est aussi le moment où se diffuse un goût nouveau pour les fleurs, et surtout pour un usage nouveau des fleurs29, et il faut souligner le rôle des églises paroissiales dans la diffusion du goût. L’utilisation des fleurs vise à satisfaire l’odorat mais aussi la vue, de même d’ailleurs que l’encens qui dégage une fumée. En effet, les trésoriers de Coulon, en Montfort, achètent en 1649 « deux boucquets a mettre sur l’autel tout le long d’un an, faicts de parchemin et de cire de telle couleur que requierent les fleurs que ledict boucquet represente ». Cette apparition des bouquets d’autel, composés de fleurs artificielles, et leur diffusion rapide (il y a quatre bouquets sur le seul maître-autel de l’église de Brielles en 1690), doivent évidemment être reliées aux représentations florales qui figurent de plus en plus sur les chasubles et les linges liturgiques, et créent ainsi une association qui vise à magnifier le culte.

  • 30 Castel Y.-P., « Les vases acoustiques des églises. Des architectes au service du chant », Ar Men, (...)

47L’ouïe n’est pas oubliée, même si les moyens utilisés pour l’exciter nécessitent un investissement financier plus important. Dans les années 1610, la paroisse rurale de Domalain, située en pays toilier, acquiert des orgues, grâce à une substantielle aide financière du recteur. Dans le gros bourg de Bazouges-la-Pérouse, dans le nord du diocèse de Rennes, c’est en 1633 que sont acquises des orgues, pour 750 livres. Évidemment, toutes les paroisses ne peuvent effectuer de telles dépenses, d’autant qu’il faut par la suite rémunérer l’organiste, ce qui coûte 100 livres aux trésoriers de Bazouges-la-Pérouse pour la seule année 1645/1646. Dans quelques églises, comme celle de Romagné, des vases acoustiques sont installés, non pas pour amplifier les sons, mais, comme l’a souligné Yves-Pascal Castel, pour mettre en valeur les plus subtiles nuances du chant30.

Graphique 33. – L’évolution des dépenses en luminaire (hors huile) à Saint-Gondran.

Graphique 33. – L’évolution des dépenses en luminaire (hors huile) à Saint-Gondran.

48Mais le sens le plus sollicité est la vue, qui est de plus en plus soumise à des stimulations lumineuses. Si l’on établit une représentation graphique des dépenses en cire pour le luminaire à Saint-Gondran, l’on constate que l’allure du graphique est tout à fait semblable à celle du document présentant les dépenses en encens, et ces variations, une fois de plus, ne s’expliquent pas seulement par la fluctuation des prix. C’est dans les années 1590 que la dépense en cire dépasse les 10 livres par an, ce qui représente une quantité d’une douzaine de livres de cire. Dès le début du xviie siècle la dépense annuelle dépasse souvent les 15 livres, pour une quantité de cire qui est de 15 livres en 1605/1606, de 25 livres en 1608/1609, de 29 livres en 1614/1615, l’année où les jésuites missionnent dans la paroisse. La moyenne des dépenses baisse dans les années 1620 et 1630, où la quantité de cire achetée est souvent inférieure à 15 livres. Puis les dépenses repartent à la hausse à partir du milieu des années 1640 et atteignent ensuite généralement les 20 livres, dépassant même souvent les 25 livres du milieu des années 1650 au milieu des années 1670, pour des quantités de cire toujours supérieures à 20 livres et dépassant à plusieurs reprises les 25 livres.

49De même, à La Fresnais, dans le diocèse de Dol, les dépenses en luminaire, qui sont en moyenne d’une quarantaine de livres à la fin du xvie siècle, sont en moyenne de 70 livres dans les années 1630, puis progressent de façon fulgurante pour atteindre une moyenne annuelle de 130 livres du milieu des années 1650 au milieu des années 1680. Nous avons vu par ailleurs que le percement de nouvelles fenêtres et l’utilisation du verre blanc permettaient de faire pénétrer davantage la lumière dans les édifices cultuels. Signalons enfin qu’il existe une multiplication des messes, du fait de la fondation des messes des confréries et d’un nombre important de messes privées. Pour les unes comme pour les autres, le luminaire n’est pas fourni par la fabrique, mais il l’est dans le premier cas par les confréries et dans le second par les fondateurs. Il y a donc une véritable invasion de la lumière, qui se justifie d’un point de vue théologique par son caractère théophanique, mais qui accompagne aussi, et provoque certainement, un développement de la perception visuelle.

  • 31 Ménard M., une histoire des mentalités religieuses aux xviie et xviiie siècles. Mille retables de (...)

50Tout cela sert aussi une incontestable théâtralisation. Les trésoriers de la paroisse Coulon en Montfort, par exemple, achètent en 1627 une corde pour suspendre un angelot. En 1680, ceux de Saint-Malon achètent de l’« or », « argent », « vermillion » « et autres drogues » « pour etoffer » les statues. Quant aux retables, on peut considérer, à la suite de Michèle Ménard31, qu’ils présentent un aspect théâtral, avec leur structure architecturée, leurs éléments décoratifs et notamment les motifs végétaux et les chérubins, leurs volumes, leurs courbes, leurs couleurs. De fait, le retable permet une extraordinaire mise en valeur de l’autel, de même que l’utilisation des tentures, nappes, antependiums, sans oublier les bouquets de fleurs, les cierges qui brûlent sur les chandeliers et la fumée de l’encens qui monte de l’encensoir. Si l’on y ajoute l’orgue ou les chantres, les odeurs des fleurs à certaines saisons, les vêtements somptueux du ou des célébrants, ainsi que les ors du tabernacle et le conopée, il apparaît avec évidence que la liturgie, au sens large, de la Réforme catholique vise l’ostentation, l’exaltation et le triomphe. Et ce spectacle, baroque, est visible par l’ensemble des fidèles, grâce à la suppression des chancels ou jubés, au percement des nouvelles fenêtres et à l’emploi du verre blanc.

51L’objectif est vraisemblablement d’éblouir les fidèles par l’emploi des couleurs, l’or de la dignité et de la manifestation divine, le rouge sang du Crucifié et des martyrs qui est aussi la couleur de la ferveur, le bleu céleste de la Vierge, le blanc de la pureté virginale ou du Saint-Sacrement, le vert du temps ordinaire qui est aussi celui de la création et de la vie végétale, le noir et le violet de la pénitence et de l’humilité. C’est une véritable débauche de couleurs pour des hommes et des femmes habitués aux couleurs brunes ou écrues des vêtements et de l’habitat. De même, l’intensité de la lumière tranche avec la faible luminosité des intérieurs paysans éclairés au suif, la propreté du lieu de culte et les parfums des fleurs contrastent avec les fortes odeurs liées à la relative rareté des bains et des lessives, à l’absence d’égoûts évidemment et au caractère encore exceptionnel des latrines, sans oublier la promiscuité entre hommes et animaux dans ce pays d’élevage, et la boue qui envahit tout à la mauvaise saison, très pluvieuse.

  • 32 Delumeau J., une histoire du paradis, t. i : op. cit., t. 3 : que reste-t-il du paradis ?, Paris, (...)
  • 33 Histoire du christianisme, t. ix : L’Âge de raison (1620-1750), Paris, 1997, p. 319.
  • 34 Ibidem, p. 322.
  • 35 Précisons que cette association existe encore, évidemment, au xviie siècle.

52Joue peut-être aussi l’influence d’une certaine vision du Paradis, lieu du plaisir des sens dans des jardins où les fleurs sont symboles de vertu, tandis que l’ouïe est comblée par la musique des anges musiciens et que la vue l’est par la vision de Dieu, qui est lumière selon les textes bibliques32. Il est certain que les sens sont utilisés comme chemin vers la conversion, pour reprendre une formule de Bernard Dompnier33, qui parle aussi d’une « pédagogie de l’émotion34 ». De l’association traditionnelle des cinq sens aux occasions de pécher35, dans une logique liée à la dépréciation du corps, l’on passe à l’utilisation des sens pour séduire les corps et, par là, élever l’âme, une certaine perception du monde sensible pouvant permettre ou du moins aider à atteindre le monde invisible. Il y a ainsi une véritable pastorale de la sensibilité, qui autorise à associer Réforme catholique et sensibilité baroque, au sens large de ce terme.

Vers le reflux d’une sensibilité baroque et le retournement de la conjoncture économique

53L’extraordinaire développement de l’emploi de la couleur blanche, emploi lié dans un premier temps aux confréries du Rosaire et au culte du Saint-Sacrement, se perçoit aussi dans les achats de linges et vêtements liturgiques effectués par les trésoriers des fabriques ou par les ecclésiastiques à la fin du siècle. À la même période, la couleur blanche se fait de plus en plus présente sur les retables, et cette conjonction chronologique interdit de voir dans ces évolutions le seul fait du hasard. Cette fin de siècle semble être aussi la période où débute le reflux de la sensibilité baroque. La précocité de ce reflux, par rapport à d’autres régions, s’explique peut-être en partie par l’influence des lazaristes, adversaires du faste, notamment à travers la formation du clergé qu’ils assurent à partir du milieu du siècle à Saint-Méen.

54La dépense annuelle moyenne en encens est, à Coulon en Montfort, de 4 livres au début des années 1660, d’une livre 10 sous dans les années 1670. Dans les années 1670 également, les dépenses annuelles en luminaire baissent de moitié à La Gouesnière. Partout, la tendance est la même. À La Gouesnière, l’examinateur du compte de la fabrique note en 1687 que « pour le luminaire […], les tresoriers modereront la depence qu’il faudra y faire », afin « que le tout de la fabricque soit bien mesnagé ». Des remarques du même type sont formulées pour l’ensemble du diocèse de Saint-Malo lors du synode de septembre 1708, à cause du « tems ou nous sommes », autrement dit la conjoncture économique. Quatre ans plus tard, au synode de juillet 1712, il est signalé « qu’en certaines eglises il se fait une depense prodigieuse en cierges, ce qui ruine les fabriques, lesquelles n’ont ordinairement que tres peu de revenus », et il est décidé pour y remédier de réglementer strictement la quantité de cierges utilisés, afin d’en limiter l’usage, alors qu’au début du siècle l’objectif, inverse, était de veiller à ce qu’un luminaire suffisamment abondant soit utilisé. La situation est la même dans les diocèses de Rennes et de Dol.

  • 36 Il ne s’agit pas d’en conclure à l’existence d’une explication en dernière instance, ni du côté de (...)

55Ce qui intervient en fait ici, aussi, c’est l’évolution de la conjoncture économique, qui connaît un retournement, souligné par Alain Croix, à partir des années 1660-1670. Ce retournement s’explique par l’augmentation des prélèvements fiscaux, monarchiques et seigneuriaux, et par des difficultés économiques liées aussi bien à la politique douanière et commerciale menée par Louis XIV dans un contexte de guerre européenne qu’à une absence de mutation des structures économiques et sociales de la province. Il est particulièrement intéressant de noter que ces difficultés financières se joignent à un changement de sensibilité36 déjà nettement perceptible pour clore, à la fin du siècle, un âge baroque marqué aussi par la multiplication des fondations de messe.

La grande époque des fondations de messe

Interroger les sources et mesurer des pratiques

  • 37 En fait, il peut arriver que des messes soient fondées sur une durée très longue (cent ans, par ex (...)
  • 38 Lemaitre N. (dir.), Histoire des curés, Paris, 2002, p. 136-139.
  • 39 Il faut ainsi relier ce développement à celui de la croyance au Purgatoire.
  • 40 Guitton L., Étude sur la vie religieuse à Dinan : vers 1400–vers 1580, mémoire de maîtrise, Univer (...)

56Réalisée ou non dans le cadre de la pratique testamentaire, la fondation consiste à faire célébrer une ou plusieurs messes pendant une durée (normalement) indéterminée37, et se distingue ainsi des messes que les testateurs font célébrer dans l’année qui suit leur décès. La pratique des fondations de messes, née véritablement au Moyen Âge central38, connaît un développement important au Bas Moyen Âge, de façon inégale suivant les régions39. Le mouvement touche les villes de Haute-Bretagne d’une façon relativement tardive. Il semble que, comme à Dinan, les fondations aient d’abord été effectuées dans les couvents avant de l’être dans le cadre des paroisses, ces dernières étant gagnées par le mouvement dans la seconde moitié du xve siècle40.

57Les obituaires, conservés, des xvie et xviie siècles, ne permettent pas d’établir une chronologie des fondations de messes dans les paroisses urbaines, ni même d’effectuer une pesée globale du phénomène après le xvie siècle, parce que la plupart des messes de fondation qui y sont consignées ne comportent pas la date de la fondation, et parce que la pratique des réductions de messes fausse les calculs. En outre, ces documents sont presque tous incomplets. Quant aux rentiers du xviiie siècle, ils se basent souvent sur les biens-fonds alors que dans la seconde moitié du xviie siècle un nombre croissant de fondations sont assurées par des rentes constituées. Bref, le phénomène n’apparaît pas mesurable pour les paroisses urbaines.

  • 41 Berthelot Du Chesnay Ch., Les prêtres séculiers en Haute-Bretagne au xviiie siècle, Rennes, 1974, (...)

58Cherchant à établir le nombre des chapellenies desservies dans les paroisses de Haute-Bretagne au xviiie siècle, c’est-à-dire des seules fondations de messes permettant la desserte de chapelles, Charles Berthelot du Chesnay s’est appuyé sur les pouillés diocésains réalisés au milieu du xviiie siècle pour servir de base au département général des décimes entre les diocèses41. Il a ainsi trouvé 51 chapellenies pour le diocèse de Saint-Malo et 95 pour celui de Rennes, mais il n’a pu saisir par cette méthode que les bénéfices qui sont pourvus d’un revenu d’une certaine importance. Complétant ce dépouillement par le relevé effectué de façon aléatoire par Guillotin de Corson pour la réalisation de son Pouillé, Charles Berthelot du Chesnay estime à près de 200 le nombre de chapellenies existant dans le diocèse de Rennes dans la seconde moitié du xviiie siècle. Puis il conclut que l’inventaire exhaustif des fondations défie les recherches.

59Cette constatation reste valable et le demeurera certainement. Cependant, nous disposons d’informations intéressantes sur des paroisses rurales pour la fin du xviie siècle et le début du siècle suivant. C’est alors, en effet, que sont dressés des inventaires de fondations dans le cadre des déclarations visant au recouvrement des droits d’amortissement, qui permettent aux gens de main-morte, en l’occurrence les fabriques, d’éviter les mutations de biens et donc de conserver ces derniers dans le patrimoine paroissial. La visite pastorale effectuée par le vicaire général du diocèse de Rennes Gilles de Gain en 1676 fournit également des renseignements. En outre, des prêtres ou des trésoriers de fabrique procèdent à des inventaires des fondations de messe à partir des années 1670. Au travers de ces sources, l’on constate que vers 1680-1690 l’on compte souvent entre 20 et 25 fondations de messe pour une paroisse rurale.

  • 42 Pour 150 actes, j’ai bénéficié d’un dépouillement réalisé par Patricia Revault dans le cadre du Ce (...)
  • 43 Croix A., La Bretagne aux xvie et xviie siècles. La vie, la mort, la foi, Paris, 1981. Ces fonds l (...)

60Le dernier type de source dont nous disposons sont les actes eux-mêmes, actes de fondation ou testaments, conservés dans les archives des paroisses et dans celles des confréries, elles-mêmes placées dans les fonds des paroisses. J’ai procédé au dépouillement de l’ensemble de ces documents42, soit 899 testaments et fondations des xvie et xviie siècles. Ce corpus est l’exact complément de celui étudié par Alain Croix, et qui se compose des documents conservés dans les archives notariales43. Les deux permettent sans doute de donner une bonne vue d’ensemble de la réalité. L’ensemble des documents figurant dans les fonds des paroisses se répartit de la façon suivante.

Tableau 34. – Répartition par type et par date des testaments et des fondations conservés dans les fonds des paroisses.

Tableau 34. – Répartition par type et par date des testaments et des fondations conservés dans les fonds des paroisses.
  • 1 N’ont été placés dans cette catégorie que les documents pour lesquels le type d’écriture employé ne (...)

61Note1 1

6295 % de ces documents proviennent des fonds des fabriques et seuls 5 % des archives des confréries. Il s’agit presque toujours de copies. Dans un certain nombre de cas ce sont des grosses, c’est-à-dire des copies effectuées par le notaire lui-même, et elles sont alors strictement identiques à l’original, mais dans d’autres cas ce sont des copies ultérieures, l’objectif étant pour la fabrique ou la confrérie de posséder un acte lui garantissant la perception de la rente, et en même temps un document où sont consignées les exigences du fondateur. Cela explique le fait que nous disposons de fondations testamentaires qui ne sont pas accompagnées du reste du testament. Il existe par ailleurs 48 testaments ne comprenant pas de fondation, mais seulement des legs. Le corpus comprend donc 851 fondations. Sur ces 851 fondations, 736, soit 86 %, sont, de façon exclusive ou non, des fondations de messe. Les autres fondations ont généralement pour objectif d’assurer des revenus à diverses institutions, confréries et surtout bourses des défunts, sans autre contrepartie que la récitation de prières.

  • 44 Cf. Annexe VI.
  • 45 Bien entendu, les villes épiscopales n’ont pas été prises en compte dans ce calcul, puisque le cho (...)
  • 46 La faible représentation de Dinan résulte elle d’un choix, celui de ne dépouiller que les document (...)
  • 47 En procédant au dépouillement des archives notariales, Alain Croix avait de même constaté la faibl (...)

63La répartition géographique de ces actes de fondation de messes est particulièrement inégale44. Sur 736 fondations de messes, 595, soit 80 %, concernent le diocèse de Rennes, tandis que 62 concernent le diocèse de Dol, enclaves comprises, et 79 seulement le diocèse de Saint-Malo – dont 49 pour le seul doyenné de Poulet –, pourtant le plus vaste45. Une première explication du déséquilibre réside sans doute dans les aléas de conservation, ce qui expliquerait l’absence de Josselin et de Ploërmel, par exemple46. Ceci dit, quel que soit le diocèse, les villes petites et moyennes livrent peu de fondations47.

64Mais si l’on considère le seul diocèse de Rennes, deux logiques apparaissent. D’une part, l’on constate une forte représentation des gros bourgs ruraux. D’autre part, il apparaît que les régions les plus rurales, à savoir les anciens doyennés de Vendel et de Louvigné (dans le doyenné de Fougères), les doyennés d’Aubigné et de Bain, livrent moins de documents que celles qui sont situées à proximité des villes, ce qui est particulièrement vrai pour la région rennaise, mais aussi pour les ensembles vitréen et fougerais. Cette logique permet aussi sans doute d’expliquer le faible nombre de fondations conservées pour le diocèse de Saint-Malo, constitué, à l’exception du Clos-Poulet, de régions beaucoup plus rurales que celles qui forment le diocèse de Rennes, et les aléas de conservation ne feraient ainsi qu’accroître les déséquilibres.

65C’est la raison pour laquelle il faut sans doute prendre en compte la question du recours à l’écrit. Tous les documents conservés sont des actes notariés ou des copies de ces actes, ce qui implique donc que le fondateur ait eu accès à un notaire. Tous les fondateurs ont-ils accès, et recours, à un notaire royal, seul habilité en principe ? En d’autres termes, toutes les fondations de messes donnent-elles lieu à la rédaction d’un acte notarié ? Il est fort probable que cela soit souvent le cas des fondations non testamentaires qui, au nombre de 267 (si l’on considère les seules fondations de messes), constituent 36 % des fondations de messe dont les actes ont été conservés. Mais il n’est pas certain que le notaire soit un personnage incontournable, ce qui contribuerait à expliquer le contraste existant entre le faible nombre d’actes conservés et les listes de fondations de messe qui figurent dans les mémoires rédigés à la fin du xviie siècle.

  • 48 Brunet S., Les prêtres des montagnes. La vie, la mort, la foi dans les Pyrénées centrales sous l’A (...)
  • 49 Croix A., La Bretagne aux xvie et xviie siècles (…), op. cit., p. 878-882.
  • 50 « Pour ce qui est des fondations et chapelles faites dans l’estendue des paroisses, sur la remonst (...)

66Serge Brunet a constaté que dans les Pyrénées les prêtres jouent à l’occasion le rôle de notaires48. Cette réalité ne concerne pas seulement les Pyrénées, mais aussi la Bretagne, comme le montre le cas tout à fait intéressant trouvé par Alain Croix pour la région de Questembert, dans la partie gallèse du diocèse de Vannes, tout près du diocèse de Saint-Malo donc, dans le second quart du xviiie siècle. En effet, de 1727 à 1743, le notaire Le Mauff, de Questembert, enregistre les testaments, déjà rédigés, que lui apportent les prêtres des paroisses rurales voisines de Questembert49. L’existence de cette pratique est confirmée par les passages qu’y consacrent des textes réglementaires du diocèse de Saint-Malo. Dans les statuts synodaux édités en 1619, l’évêque de Saint-Malo Guillaume Le Gouverneur ordonne « que chaque prestre qui aura confessé le defunct, marquera et paraphera, ou chiffrera de sa main en certain papier ce qu’il scaura veritablement avoir esté ordonné, legué, ou testé par iceluy, pour ce qui concerne les legs pieux, ou du moins en fera recit verbal a son recteur, et declarera mesme si, ou non, il y aura testament ». Dans une paroisse du même diocèse, à Monterfil, en 1646, l’official, prenant des « ordonnances generalles » pour l’ensemble du diocèse, exige la mise par écrit des messes ordonnées oralement par les testateurs (ce qui concerne à la fois les messes ordonnées par le testateur pour l’année qui suit son décès et les fondations de messes), cette ordonnance faisant suite à une décision prise lors du synode de la Pentecôte 164550.

67Il apparaît ainsi fort probable que l’essentiel des fondations de messe réalisées dans le cadre testamentaire nous échappe, parce que dans le monde rural le recours au notaire royal n’est pas la règle majoritaire en matière de pratique testamentaire.

Un grand siècle des fondations de messes, et ses acteurs

  • 51 Douze ne portent pas de date et il n’est de ce fait pas possible de les intégrer dans un classemen (...)

68Considérons la répartition chronologique des actes de fondation de messes conservés51.

Graphique 35. – Répartition chronologique des actes de fondation de messe conservés dans les fonds des paroisses.

Graphique 35. – Répartition chronologique des actes de fondation de messe conservés dans les fonds des paroisses.

69Si l’on s’intéresse aux seuls actes conservés, c’est dans la dernière décennie du xvie siècle que le mouvement des fondations de messe commence à prendre de l’ampleur, puis l’augmentation est forte et continue à partir des années 1610. Le mouvement culmine dans les années 1660, puis la diminution du nombre de fondations s’avère forte dès 1670, et est particulièrement marquée à la fin du siècle. Si, parmi ces documents, l’on s’intéresse aux seules fondations non testamentaires, c’est-à-dire le type de fondation pour lequel le recours au notaire a sans doute été le plus important, et qui est donc le type de fondation pour lequel nous sommes le moins confrontés au caractère partiel de la documentation conservée, le contraste entre le xvie et le xviie siècle apparaît là aussi avec évidence. C’est pendant la période 1641-1680 que, d’après les actes conservés, sont effectuées le plus grand nombre de ces fondations, 162 sur 267, soit 60 % du total, dont 66 pour la seule décennie 1661-1670.

70Il importe évidemment de comparer ces chiffres avec les listes de fondations de messes dressées dans les paroisses à la fin du xviie siècle et au début du siècle suivant. Beaucoup ne comportent aucune référence à des fondations antérieures au xviie siècle, et la chronologie qui ressort de l’étude de ces documents est globalement semblable à celle qui apparaît sur le graphique précédent, avec un certain décalage cependant : il apparaît que la pratique des fondations ne prend véritablement de l’essor qu’à partir de 1620, et connaît un fléchissement à la fin du siècle.

  • 52 Ce tournant chronologique intervient dans les campagnes parisiennes, dans le diocèse de La Rochell (...)

71On ne peut certes exclure l’hypothèse d’une annulation partielle des fondations antérieures, entreprise appelée « réduction », que seul l’évêque peut effectuer et qui permet de « réduire » le nombre des messes fondées lorsque les revenus qui les financent ont connu une importante dévaluation liée à l’inflation. Il n’empêche. Ce qui apparaît certain, c’est qu’une dynamique nouvelle est engagée au tout début du xviie siècle, qu’elle connaît son apogée dans la période 1650-1680 puis un déclin à la fin du siècle. Ce tournant qui interviendrait vers 1700 a également été constaté pour plusieurs régions françaises52.

72Il y a donc une inflation de messes privées au xviie siècle, alimentée non seulement par les messes de fondation mais aussi par celles que les testateurs font célébrer dans l’année qui suit leur décès. Il faut y ajouter les messes célébrées sur les autels des confréries. En outre, le tarif d’une messe ne varie pas ou guère, la messe haute restant payée une dizaine de sous par célébrant – 20 pour le recteur –, plus les dépenses en luminaire. Cette relative stagnation du coût de la messe la rend évidemment meilleur marché au cours du siècle, l’inflation dévaluant la monnaie, et cela contribue probablement à alimenter la demande. Il est donc possible que la baisse du nombre de fondations de messes à la fin du xviie siècle s’explique en partie par une saturation de l’offre, les prêtres moins nombreux ne pouvant peut-être plus faire face à une demande plus importante.

73Les documents conservés nous permettent de cerner les acteurs de ce « grand siècle » des fondations de messes.

Tableau 36. – Répartition par sexe des fondateurs de messes.

Tableau 36. – Répartition par sexe des fondateurs de messes.
  • 1 Dans 6 cas, l’identité du fondateur est inconnue (documents abîmés) ; dans 16 cas, plusieurs person (...)

74Note 1. 1

75La surreprésentation masculine n’est, a priori, pas étonnante. Il est en revanche intéressant de noter la proportion non négligeable représentée par les couples. Il arrive en effet que lorsque l’un des conjoints teste, le testament comprenne une fondation commune. Évidemment, la part des couples est encore plus importante si l’on considère les seules fondations non testamentaires : 64 sur 267, soit 23 %. Une étude de la situation socio-professionnelle des fondateurs donne le résultat suivant.

Tableau 37. – Situation socio-professionnelle des fondateurs de messes.

Tableau 37. – Situation socio-professionnelle des fondateurs de messes.
  • 1 Ont été placés dans cette catégorie les 19 hommes qui étaient qualifiés d’« ecuyers », sans autre p (...)

76Note1. 1

  • 2 Le total supérieur à 736 s’explique par le fait que certaines fondations de messes sont le fait de (...)

77Note 2.2

  • 53 Pour les couples, cette fois, j’ai compté deux entrées si chacun des conjoints portait une marque (...)

78Nous constatons la forte représentation des ecclésiastiques, 171 au total, soit près du quart des fondateurs. Les seigneurs sont bien représentés eux aussi, et ils le sont plus encore si l’on considère les seules fondations non testamentaires, où ils constituent près du quart (23 % exactement) des fondateurs. Pour connaître les 455 fondateurs pour lesquelles nous ne disposons d’aucune information sur la profession, il est possible d’étudier les marques d’estime sociale qui peuvent être accolées à leur nom53.

Tableau 38. – Marques d’estime des fondateurs dont nous ignorons la situation socio-professionnelle.

Tableau 38. – Marques d’estime des fondateurs dont nous ignorons la situation socio-professionnelle.
  • 1 Ils peuvent également être qualifiés de sieurs (8 cas), d’« honorable » (1 cas) ou d’« honnete » (1 (...)

79Note 1. 1

  • 54 Ainsi, Michel Beschaye, écuyer, sieur des Garmeaux, La Bouestelière, La Pillière, réside en sa mai (...)

80Le titre de « sieur » désigne un propriétaire foncier, qui peut être roturier ou noble, et n’exclut pas que l’homme ainsi désigné soit un seigneur54. Le titre de « dame » est à la fois le féminin du mot « sieur » et celui du mot « seigneur ». Il y a donc une première catégorie, composée de plus du quart des personnes (26,3 %), qui regroupe des propriétaires fonciers, roturiers ou nobles. Une catégorie à peu près équivalente en chiffres relatifs (28,2 %) est constituée par ceux qui sont qualifiés de « maitre », « honorable » ou « honnete », marques d’estime qui désignent généralement des maîtres des métiers et des marchands.

81Si l’on considère à la fois ces indices de notabilité et les indications d’ordre socioprofessionnel, il apparaît que toutes les catégories privilégiées, des nobles aux marchands en passant par les ecclésiastiques, sont fortement sur-représentées. Cela semble logique dans la mesure où une fondation requiert une certaine aisance. Finalement, ce n’est que pour un bon quart des fondateurs que nous ne disposons ni d’indications sur la situation socio-professionnelle ni d’indices de notabilité : cette catégorie est sans doute surtout composée par des laboureurs aisés.

  • 55 Goubert P., « Les rentes constituées et le crédit : nature et rôle économique des constitutions de (...)

82Le financement des messes de fondation est assuré par des rentes. Le modèle le plus classique consiste dans le versement d’une somme en argent provenant du revenu d’un bien-fonds, produit d’une terre ou location d’un bâtiment. Un nouveau modèle apparaît vers 1620, la constitution de rente, qui est un contrat notarié par lequel une partie s’engage à payer une redevance, ou rente, en échange d’un capital, appelé principal55. Il s’agit donc, en fait, d’un type de prêt à intérêt, maquillé du fait de l’interdiction théorique du prêt à intérêt par l’Église. Généralement, le montant du principal est compris entre 100 et 500 livres, et le taux d’intérêt est presque toujours au denier vingt, c’est-à-dire à 5 %. En principe, une constitution de rente se fait à titre perpétuel, le prêteur ne pouvant demander le remboursement de son capital et devant se contenter de la rente, mais en fait l’emprunteur peut rembourser le principal lorsqu’il en a la possibilité (principal qui n’est pas entamé par le versement de la rente qui ne représente que les intérêts). À partir de 1620 donc, des « prêteurs » choisissent d’affecter le montant de la rente constituée qu’ils perçoivent au financement d’une fondation. Les fondations de messe financées de cette manière restent minoritaires, puisqu’elles représentent 10 % des fondations dont nous avons conservé les actes, mais leur nombre augmente dans la seconde moitié du xviie siècle.

  • 56 Viguerie J. de, « Les fondations et la piété du peuple fidèle. Les saluts fondés à Angers aux xvii(...)

83L’autre modification intervient précisément dans cette seconde moitié du xviie siècle, et surtout dans le dernier quart. Des fondations de messe sont alors effectuées pour un temps déterminé. C’est le cas, dans les actes conservés, de 18 fondations de messes, toutes postérieures à 1640, et il s’agit dans presque tous les cas de fondations financées par des rentes constituées. La durée prévue varie de 4 à 200 ans, la moyenne tournant autour de 50 ans. Ce sont toutefois bien des fondations, puisqu’il ne s’agit pas d’y affecter une somme d’argent donnée, jusqu’à épuisement, ni même de fixer un nombre total de messes. Le mémoire des fondations de messe dressé à Sains en 1690 recense 14 fondations perpétuelles, la dernière datant de 1677, et 10 fondations « faites […] pour certain temps », la première datant de 1676. Il est évident qu’il y a là un changement important du rapport au temps, perçu aussi par Jean de Viguerie pour l’Anjou à partir de 168056, et l’on peut considérer que débute par là la fin de la grande époque des fondations de messes.

Les caractéristiques des messes de fondation

  • 57 Les prêtres sont particulièrement soucieux de fonder des services dans ces chapelles publiques, pe (...)

84Une partie assez importante des messes fondées le sont dans des chapelles. La première explication tient à l’édification de nouvelles chapelles, privées et publiques57. La deuxième explication tient au renforcement de la réglementation dans ce domaine. Lors du synode tenu dans le diocèse de Saint-Malo à la Pentecôte 1636, il est enjoint aux recteurs d’avertir les chapelains de la nécessité de présenter à l’évêque, lors de sa visite, les actes de fondation des chapelles qu’ils desservent. Huit ans plus tard et « apres tant d’advertissemens », il est demandé aux recteurs, lors d’une nouvelle assemblée synodale, de déclarer interdites les chapelles qui ne sont pas fondées en bonne et due forme. La même réglementation existe dans le diocèse de Rennes. En 1662, Michel Beschaye, écuyer, sieur des Garmeaux, La Bouestelière et La Pillière, fonde des messes dans la chapelle qui dépend de sa maison seigneuriale de Garmeaux, en Janzé, signalant au passage que « ses predecesseurs proprietaires de ladite maison auroint obtenu de temps en temps permission de nosseigneurs les precedents evesques de Rennes […] mais […] jusques a present il n’y a point eu de fond special affecté a la dotation de ladite chappellenie ».

85Si l’on considère les informations qui figurent dans les actes conservés sur le nombre de messes voulues par les fondateurs, il est possible d’établir quelques catégories.

Tableau 39. – nombre de messes fondées.

Tableau 39. – nombre de messes fondées.

86Les fondations prévoyant la célébration de moins de 52 messes par an ne sont en fait pas très nombreuses, si l’on considère le coût d’une fondation. L’explication réside sans doute dans le biais présentée par la source : ceux qui fondent des messes sans avoir recours à un notaire sont peut-être surtout ceux qui fondent une ou quelques messes par an. Si l’on s’intéresse au seul corpus des actes de fondation conservés, la pratique la plus courante consiste à fonder 1 messe par semaine, soit 52 par an. Il s’agit d’un schéma classique, qui correspond déjà au choix majoritaire dans les actes qui ont été conservés pour le xvie siècle. Le choix, pour les plus aisés, de fonder 2 messes par semaine, soit 104 par an, fonctionne sur le même modèle. Restent deux catégories, qui concernent quasi-exclusivement la seconde moitié du xviie siècle, et permettent ainsi d’expliquer le « pic » de la décennie 1660 sur le graphique présentant la répartition chronologique des actes de fondation de messes conservés. Il s’agit de fonder une messe tous les dimanches et fêtes chômées, auxquels peut s’ajouter un autre jour dans la semaine, plus, éventuellement, quelques jours dans l’année, par exemple le jour de la fête de tel ou tel saint patron. Il s’agit là, typiquement, du modèle des fondations de messe dans les chapelles.

87Reste la question des « services », demandés dans 144 actes de fondation de messes, et dans 125 d’entre eux de façon exclusive. Pour l’essentiel, ces demandes se concentrent dans la première moitié du xviie siècle. Il est alors généralement question de fonder un ou deux services par an. Il n’est pas toujours facile de savoir ce qu’est un service et, pour cette raison, il paraît prudent de ne pas les convertir automatiquement en nombre de messes. En effet, si, généralement, un service est composé à la fois de messes hautes et de messes basses, leur nombre est variable selon les lieux et les temps. En tout cas, il apparaît que dans un certain nombre de cas le mot est utilisé pour désigner des obits.

88L’obit perpétuel est un « service » composé de quelques messes, célébré une fois par an, le plus souvent à la date anniversaire du décès du fondateur (il s’agit d’une fondation testamentaire), mais cette règle n’est pas générale puisqu’à La Fresnais la plupart des obits sont célébrés un jour de fête chômée. Dans cette paroisse, douze obits sont célébrés en 1609/1610, et pas un de ces actes de fondation ne nous est parvenu. Quant au mémoire des fondations de messes dressé à Erbrée en 1692, il présente une liste de 24 fondations : dans 16 cas, il s’agit d’une fondation de moins de 33 messes par an. Ce sont donc bien les fondations les plus modestes qui sont les moins bien représentées dans le corpus des documents conservés, et ce à cause du biais tenant à la constitution de la source. Les fondations testamentaires, dans un certain nombre de cas sans doute par des laboureurs aisés, de quelques messes par an ou d’un obit perpétuel, qui ne font pas l’objet d’un enregistrement devant un notaire mais sont consignées dans le « memoire » tenu par les prêtres, semblent ainsi constituer le cas le plus courant en milieu rural.

89Un certain nombre de précisions sont parfois données par les fondateurs sur les messes qu’ils souhaitent faire célébrer. Les messes hautes sont de plus en plus demandées au long du siècle, et l’on peut considérer que la solennité des offices est alors préférée à l’importance du nombre des messes. Dans 84 fondations du corpus, le fondateur demande que les messes soient célébrées sur tel autel de l’église paroissiale, souvent un autel consacré à la Vierge. 153 fondateurs souhaitent que les messes soient annoncées au prône des dimanches précédents et/ou que soient récitées en leur faveur des prières au prône. Certains prévoient une distribution de pain bénit et d’autres donnent des précisions sur le luminaire qui doit être employé, ou sur les sonneries des cloches, qui doivent inciter les fidèles à venir assister aux messes fondées.

90De fait, au xviie siècle, beaucoup de messes de fondation ne peuvent plus être qualifiées de messes privées. Cela est vrai pour nombre de messes fondées dans des chapelles, mais aussi de messes fondées dans les églises paroissiales. René Blouet, sieur du Fail, et son épouse fondent en 1679 dans l’église de Bourg-des-Comptes « un service solemnel pour etre celebré le jour et fete de Paques de chacun an ». Ils souhaitent « que le tres Saint Sacrement soit exposé sur le grand autel au lieu ordinaire pendant les messes qui y seront dites et celebrees ledit jour et pendant les vepres, qu’immediatement apres la grande messe il soit chanté l’hymne du Saint Sacrement et un De Profundis avec les oraisons qui se disent ensuite, et prieres nominales pour les fondateurs auparavant le De Profundis, pour exciter le peuple a plus grande devotion ».

  • 58 Viguerie J. de, art. cit., p. 303.

91Le fondateur précise ainsi parfois – rarement – que les messes doivent être célébrées en l’honneur de telle ou de telle dévotion. Il s’agit alors généralement d’une dévotion christique ou d’une dévotion mariale. 121 fondateurs, soit 16 % de ceux qu’il est possible d’étudier par le biais du corpus, imposent au célébrant l’ajout de prières supplémentaires. Ces prières, le plus souvent chantées, sont, comme dans l’Anjou étudié par Jean de Viguerie58, tirées pour l’essentiel de l’office des défunts, le Libera me et le De Profundis étant particulièrement bien représentés. Cela concerne surtout les fondations testamentaires, et les messes qu’accompagnent ces prières s’inscrivent finalement dans une continuité par rapport aux messes célébrées dans l’année qui suit le décès du testateur/fondateur.

  • 59 Ce tableau comptabilise non pas la totalité des messes en question, mais le nombre d’actes où appa (...)

92Plusieurs actes de fondation conservés étant des copies qui s’attardent plus sur la rémunération des messes que sur les détails de celles-ci, seuls les deux tiers des documents (487 sur 736) fournissent des informations sur le ou les jours choisis pour la célébration des messes, informations récapitulées dans le tableau suivant59.

Tableau 40. – Jours choisis pour les fondations de messes (nombre d’actes).

Tableau 40. – Jours choisis pour les fondations de messes (nombre d’actes).
  • 60 Viguerie J. de, art. cit., p. 301.

93Le choix le plus classique, celui du jour du décès, correspond à l’obit au sens strict. Le caractère très minoritaire de sa présence confirme les caractéristiques déjà soulignées du recours au notaire. La place occupée par le mardi et le mercredi est assez importante, si l’on considère que ces jours ne sont voués à aucun culte particulier, tandis que le lundi est plutôt consacré aux Défunts. Il est possible de constater une fois de plus l’importance du culte rendu à la Vierge, au travers du choix des fêtes mariales, mais aussi du samedi, la messe du jour lui étant consacrée. Plus encore, le choix des jours montre à quel point la messe est, de façon d’ailleurs logique d’un point de vue théologique, l’occasion d’une dévotion aux personnes divines et plus particulièrement au Christ. Il faut en effet ajouter aux fêtes en l’honneur des personnes divines le vendredi, jour de la célébration d’une messe de la Passion, et le jeudi, jour de la célébration d’une messe en l’honneur du Saint-Sacrement. Enfin, la volonté de fonder des messes dans des chapelles explique que le dimanche soit choisi dans un quart des documents pour lesquels nous disposons de renseignements, et il en est de même des fêtes chômées, auxquelles il faut ajouter les fêtes en l’honneur des saints patrons, peu présentes ici en comparaison des pratiques angevines60.

Conclusion

94Au xviie siècle, l’application de la Réforme catholique se traduit par des transformations de l’espace sacré et une magnificence accrue du culte. À l’échelle du territoire paroissial, les modifications de l’espace sacré se caractérisent par une densification du réseau des chapelles qui, bien que liée à un développement des initiatives privées, s’effectue principalement en fonction d’un objectif d’ordre pastoral. Il s’agit d’assurer une meilleure desserte des écarts les plus éloignés des bourgs, sans pour autant concurrencer la grand-messe célébrée dans l’église paroissiale, qui doit continuer à rassembler l’ensemble des chefs de famille. Dans le bourg, plus exactement dans l’enclos, l’espace sacré connaît des évolutions liées au développement du souci de l’espace clos. Il s’agit de l’inscription dans l’espace d’une conception qui définit le sacré par opposition au profane. Ce mouvement, qui se développe depuis la seconde moitié du xve siècle, connaît au xviie siècle son plein épanouissement. Cela se traduit par une généralisation en matière d’achèvement des murs d’enclos et de construction d’ossuaires et de porches, par l’édification de sacristies en tant que pièces spécifiques et par l’installation de balustrades autour des fonts baptismaux et des autels, enfin par la volonté d’expulser le seigneur hors du chœur liturgique. En même temps, l’espace intérieur des églises est marqué par une profonde réorganisation, qui s’effectue en fonction du souci de visibilité et de mise en valeur du maître-autel. La destruction de l’arc diaphgrame et du chancel ou jubé, le déménagement des autels secondaires, la surélévation des autels à l’aide de gradins permettent d’assurer une plus grande visibilité du maître-autel et du Sacrifice eucharistique. Aveuglantes, les maîtresses-vitres sont bouchées au profit de l’installation de retables architecturés qui permettent de magnifier l’autel. L’installation d’un retable s’accompagne généralement d’une reconstruction ou d’un agrandissement du chœur, ainsi que du percement de nouvelles fenêtres qui permettent un éclairage latéral du retable.

  • 61 Selon l’expression de Bernard Dompnier (Histoire du christianisme, t. ix, op. cit., p. 323).

95La liturgie romaine, modifiée de 1568 à 1614, se diffuse dans les paroisses par le biais des acquisitions d’ouvrages liturgiques. Ce processus de diffusion est assez rapide puisqu’il paraît terminé, pour l’essentiel, dans les années 1620. La Réforme catholique se manifeste aussi par un renforcement des réglementations concernant l’ensemble des aspects matériels du culte. On constate une augmentation du nombre des ornements, une multiplication des meubles de rangement et un souci de la propreté qui n’est pas sans lien avec la civilisation des mœurs. En matière de paramentique, le rôle des recteurs, l’importance des dépenses, l’évergétisme nobiliaire et ecclésiastique font que l’équipement des paroisses correspond généralement, à partir des années 1650-1660, aux exigences (nettement accrues par rapport au siècle précédent) de la hiérarchie ecclésiastique. La magnificence des tissus s’intègre dans la pastorale car elle sert à développer les nouvelles dévotions. De même, la forte augmentation des dépenses en encens et en luminaire, l’utilisation de fleurs et de productions aromatiques, l’usage des orgues et l’installation de tribunes pour les chantres, la théâtralisation permise par les retables permettent d’éblouir les fidèles par une sollicitation des sens qui tranche avec l’ordinaire de la vie quotidienne. La liturgie de la Réforme catholique vise l’ostentation, l’exaltation et le triomphe. Cette véritable « pastorale de la sensibilité61 » autorise à associer Réforme catholique et sensibilité baroque, au sens large de ce terme. À la fin du xviie siècle, le retournement de la conjoncture économique et le reflux de cette sensibilité baroque marquent la fin d’une époque.

96L’âge baroque de l’association entre liturgie et pastorale est aussi une grande époque de fondations de messe, qui permettent de fonder les chapelles, de participer aux éclats de la liturgie et d’assurer la solidarité entre les vivants et les morts. Le phénomène n’est pas facile à saisir, dans la mesure où les notaires ne sont pas des personnages incontournables (ce qui a des conséquences non négligeables en matière de sources), pour les fondations testamentaires en tout cas, et il faut compter avec l’importance du rôle des prêtres en milieu rural. Il n’est pas sûr que le xviie siècle soit la plus grande époque des fondations de messes en milieu urbain, mais il est certain qu’en milieu rural au moins une dynamique nouvelle est engagée au tout début du xviie siècle, connaît son apogée dans la période 1650-1680, puis un déclin à la fin du siècle. Les fondateurs de messes sont pour l’essentiel des représentants de l’ensemble des groupes sociaux qui connaissent une certaine aisance, mais ils présentent une diversité indéniable et pour cette raison il existe plusieurs modèles de fondations de messes. Les principaux sont d’une part le modèle classique, testamentaire, d’une ou deux messes par semaine, d’autre part la fondation (non testamentaire) d’une chapelle qui privilégie les dimanches et fêtes chômées, enfin les fondations plus modestes et plus courantes, testamentaires généralement, celle de l’obit perpétuel par exemple. L’évolution est favorable aux messes hautes et d’une façon plus générale à la solennité des offices, à tel point qu’un certain nombre de messes de fondation ne sont plus à proprement parler privées, mais revêtent un véritable caractère public. Dans le dernier quart du siècle principalement, des fondations de messes sont effectuées pour un temps déterminé, ce qui annonce d’une certaine façon la fin d’une époque.

97Le grand siècle de la Réforme catholique, qui commence vers 1610, se termine effectivement à la charnière du xviie et du xviiie siècle. À cette date en effet, un tournant majeur intervient dans tous les domaines qui ont fourni le cadre de la vaste entreprise réformatrice, et dans lesquels ont été trouvés les moyens d’action et ont été fixés les objectifs de celle-ci. On constate ainsi tout à la fois le retournement de la conjoncture économique et la chute des ressources financières des fabriques, le déclin de la sensibilité baroque et celui des fondations de messes, l’achèvement du réseau des confréries de dévotion en milieu rural, la répartition géographique des paroisses en « stations » pour la prédication et la diffusion des sermonnaires, la révocation de l’édit de Nantes au profit de l’absolutisme politique, l’établissement des séminaires jusque, tardivement, dans le diocèse de Dol, l’aboutissement du mouvement de forte baisse du nombre des prêtres qui a accompagné l’accès définitif des recteurs à la notabilité, et la fin du système de démocratie inégalitaire qui présidait à la gestion des paroisses au profit de l’instauration d’une oligarchie de droit. Tous les indices concordent donc pour faire de la période 1680/1690-1710/1730 (la chronologie variant légèrement en fonction des éléments pris en compte) une époque de transition entre le grand siècle de la Réforme catholique et un xviiie siècle qui s’annonce de fait fort différent.

98Il reste à s’interroger sur les réussites et les limites de cette ambitieuse réforme, dans le domaine des croyances et dans celui des pratiques. La question de la transformation des pratiques et celle des conversions intérieures qui doivent l’accompagner doit être traitée au travers d’une étude précise des moyens mis en œuvre pour assurer l’individualisation et l’intériorisation de la vie religieuse, des traductions concrètes de la politique visant au perfectionnement de chacun et des usages de l’image-objet. La mesure des évolutions et des permanences qui marquent les dévotions requiert d’abord une critique serrée des sources et des conditions de validité qu’elles offrent, puis une étude du culte des saints et de celui du Saint-Sacrement. Dans un troisième temps, il importe de s’interroger sur les résistances du monde ancien tout autant que sur ses mutations. Cela peut être fait au travers de l’étude d’éléments qui, relevant autant du culturel au sens large que du religieux, ressortent de la façon dont les membres d’une société gèrent leur environnement, affrontent la fragilité de la vie et font face à la mort.

Notes

1 Alors que Georges Provost les a comptabilisées pour les trèves ne comportant pas d’autres chapelles. J’exclus aussi les chapelles des trois villes épiscopales. Ces choix, et la volonté d’intégrer toutes les trèves dans la liste des paroisses, expliquent les légères différences qui existent entre les chiffres présentés par Georges Provost (Provost G., La fête et le sacré. Pardons et pèlerinages en Bretagne aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1998, p. 25) et ceux qui figurent ici. Il y a, dans le diocèse de Rennes, 218 paroisses, 10 trèves et 3 enclaves du diocèse de Dol. Quant au diocèse de Saint-Malo, il compte 162 paroisses et 23 trèves, auxquelles s’ajoutent 24 enclaves du diocèse de Dol.

1 Il s’agit des chapelles de prieuré, en proportion non négligeable dans le diocèse de Dol, des chapelles de cimetière, assez nombreuses dans l’évêché de Rennes, des chapelles hospitalières, et d’autres chapelles dont le statut n’a pu être déterminé.

2 Provost G., op. cit., p. 23 sq.

3 Loth J., « Les langues romane et bretonne en Armorique », Revue celtique, t. xxviii, 1907, p. 374-403.

4 Tangy B., « La limite linguistique dans la péninsule armoricaine (iveve siècles), d’après les données toponymiques », ABPO, t. lxxxvii, 1980, n° 3, p. 429-462.

5 Chédeville A., Guillotel H., La Bretagne des saints et des rois. vexe siècle, Rennes, 1984, p. 289.

6 Froeschlé-Chopard M.-H., Espace et sacré en Provence (xviexxe siècle). Cultes, images, confréries, Paris, 1994.

7 Provost G., op. cit., p. 39.

8 C’est ainsi qu’en 1673 Marguerite Bouttin, dame de Camprillon, propriétaire de la seigneurie du Noyer à Orgères, fonde une chapelle « a saditte maison du Noyer, joint l’esloignement qu’elle est de l’eglise matrice et mauvais chemins ».

9 Cet inventaire a été réalisé en collaboration avec Georges Provost.

10 En effet, les exemples de construction au xviie siècle fournis par les documents d’archives et l’examen des édifices conservés sont très nombreux, et, à l’inverse, les sacristies construites au xviiie siècle paraissent assez rares. Cf. Photographie 20.

11 Cf. Photographie 21.

12 L’église de Tréfumel est l’un des rares cas où l’arc triomphal subsiste. Cf. Photographie 26.

13 Cf. Photographies 22, 24 et 25.

14 Non de naissance certes, mais il l’est devenu par son mariage.

15 Salbert J., « Retables du Grand Siècle en Mayenne », 303, 1984, n° 2, p. 30-39 ; Salbert J., « La chapelle Saint-Louis du collège de jésuites de La Flèche en Anjou (aujourd’hui prytanée militaire) », AB, t. lxviii, n° 1, 1961, p. 163-187. Le collège est officiellement créé par un édit de mai 1607, mais les jésuites sont à La Flèche dès la fin de l’année 1603 et les cours commencent dès le début de l’année 1604.

16 Cf. Photographie 23 et Annexe V.

17 Une fois de plus, nous sommes assez largement ignorants des réalités dans le diocèse de Dol.

18 Cela se constate aussi à l’importance qu’accordent à ce sujet des ouvrages comme Le parfaict ecclesiastique rédigé par Claude de La Croix et imprimé à Paris en 1676.

19 Le fait qu’ils apparaissent à cette époque dans les églises paroissiales de Haute-Bretagne n’exclut pas qu’il ait pu en exister auparavant ailleurs en Occident, mais là n’est pas le propos.

20 Vigarello G., Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, 1985, p. 90-102.

21 Croix A., Quéniart J., De la Renaissance à l’aube des Lumières, Paris, 1997, p. 49.

22 Mais la vogue des tissus fleuris mène bientôt à un retour de la polychromie, mais sous une forme nettement différente de celle du xvie siècle.

23 Aribaud Ch., Soieries en sacristie : fastes liturgiques, xviie-xviiie siècles, Paris/Toulouse, 1998, p. 71.

24 Dais d’autel : ouvrage de bois fixé ou soutenu au-dessus d’un autel. À ce dais est généralement attaché un ciel, ouvrage en tissu servant à mettre en valeur l’autel.

25 Parement d’autel : élément de décor servant à couvrir la face et éventuellement les côtés d’un autel.

26 Voile de calice : grand voile carré qui recouvre entièrement un calice.

27 Delumeau J., une histoire du paradis, t. i : Le Jardin des délices, Paris, 1992, p. 177-178.

28 Goody J., La culture des fleurs, Paris, 1994, p. 214.

29 Car il y a déjà au xvie siècle un usage des jonchées, mais il est très occasionnel, n’intervenant qu’à de rares occasions, trois ou quatre fois par an en général.

30 Castel Y.-P., « Les vases acoustiques des églises. Des architectes au service du chant », Ar Men, n° 42, 1992, p. 38-43.

31 Ménard M., une histoire des mentalités religieuses aux xviie et xviiie siècles. Mille retables de l’ancien diocèse du Mans, Paris, 1980.

32 Delumeau J., une histoire du paradis, t. i : op. cit., t. 3 : que reste-t-il du paradis ?, Paris, 2000.

33 Histoire du christianisme, t. ix : L’Âge de raison (1620-1750), Paris, 1997, p. 319.

34 Ibidem, p. 322.

35 Précisons que cette association existe encore, évidemment, au xviie siècle.

36 Il ne s’agit pas d’en conclure à l’existence d’une explication en dernière instance, ni du côté de l’économique ni du côté du culturel, mais bien de souligner une conjonction, fort intéressante.

37 En fait, il peut arriver que des messes soient fondées sur une durée très longue (cent ans, par exemple) et non pas une durée indéterminée.

38 Lemaitre N. (dir.), Histoire des curés, Paris, 2002, p. 136-139.

39 Il faut ainsi relier ce développement à celui de la croyance au Purgatoire.

40 Guitton L., Étude sur la vie religieuse à Dinan : vers 1400–vers 1580, mémoire de maîtrise, Université Rennes 2, 1989.

41 Berthelot Du Chesnay Ch., Les prêtres séculiers en Haute-Bretagne au xviiie siècle, Rennes, 1974, p. 343 sq.

42 Pour 150 actes, j’ai bénéficié d’un dépouillement réalisé par Patricia Revault dans le cadre du Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés et Cultures de l’Ouest européen ; j’ai ensuite effectué un certain nombre de vérifications, consultant moi-même plusieurs de ces documents pour m’assurer de la qualité de ces 150 fiches de dépouillement. Le total de 899 inclut ces 150 documents.

43 Croix A., La Bretagne aux xvie et xviie siècles. La vie, la mort, la foi, Paris, 1981. Ces fonds lui ont fourni, à l’échelle de la province, 1 720 testaments.

1 N’ont été placés dans cette catégorie que les documents pour lesquels le type d’écriture employé ne permet pas de trancher entre la fin du xvie et le début du xviie siècle.

44 Cf. Annexe VI.

45 Bien entendu, les villes épiscopales n’ont pas été prises en compte dans ce calcul, puisque le choix initial a été de ne pas dépouiller les fonds de leurs fabriques.

46 La faible représentation de Dinan résulte elle d’un choix, celui de ne dépouiller que les documents conservés aux Archives départementales des Côtes-d’Armor (2), Françoise Cohan et Laurent Guitton ayant dépouillé toutes les fondations conservées à la Bibliothèque municipale de Dinan.

47 En procédant au dépouillement des archives notariales, Alain Croix avait de même constaté la faiblesse du nombre des testaments (comportant fondation) conservés hors des grandes villes.

48 Brunet S., Les prêtres des montagnes. La vie, la mort, la foi dans les Pyrénées centrales sous l’Ancien Régime (Val d’Aran et diocèse de Comminges), Aspet, 2001, p. 497-504.

49 Croix A., La Bretagne aux xvie et xviie siècles (…), op. cit., p. 878-882.

50 « Pour ce qui est des fondations et chapelles faites dans l’estendue des paroisses, sur la remonstrance du promoteur il y est ordonné qu’il en sera mis acte deument signé et garenty aux archives des eglises, desquels les thresoriers se chargeront d’an en an comme des aultres hardes et meubles des eglises », et une copie sera remise au recteur.

51 Douze ne portent pas de date et il n’est de ce fait pas possible de les intégrer dans un classement par décennies (j’ai pu en dater 4 du xviie siècle, 1 du xvie siècle, et pour les 7 autres il ne me paraît pas possible de trancher de façon certaine).

52 Ce tournant chronologique intervient dans les campagnes parisiennes, dans le diocèse de La Rochelle et en Provence, de même qu’à Rouen (Ferté J., La vie religieuse dans les campagnes parisiennes (1622-1695), Paris, 1962 ; Goujard Ph., « Échec d’une sensibilité baroque : les testaments rouennais au xviiie siècle », AESC, t. xxxvi, 1981, n° 1, p. 26-43 ; Pérouas L., Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, 1964 ; Vovelle M., Piété baroque et déchristianisation en Provence au xviiie siècle. Les attitudes devant la mort d’après les clauses des testaments, Paris, 1973).

1 Dans 6 cas, l’identité du fondateur est inconnue (documents abîmés) ; dans 16 cas, plusieurs personnes se sont associées pour fonder des messes.

1 Ont été placés dans cette catégorie les 19 hommes qui étaient qualifiés d’« ecuyers », sans autre précision.

2 Le total supérieur à 736 s’explique par le fait que certaines fondations de messes sont le fait de plusieurs personnes (mais chaque couple compte ici pour une unité).

53 Pour les couples, cette fois, j’ai compté deux entrées si chacun des conjoints portait une marque d’estime sociale, ce qui explique que le total soit supérieur à 455.

1 Ils peuvent également être qualifiés de sieurs (8 cas), d’« honorable » (1 cas) ou d’« honnete » (1 cas).

54 Ainsi, Michel Beschaye, écuyer, sieur des Garmeaux, La Bouestelière, La Pillière, réside en sa maison seigneuriale de Garmeaux en Janzé.

55 Goubert P., « Les rentes constituées et le crédit : nature et rôle économique des constitutions de rentes dans la France du Nord au xviie siècle », Le Siècle de Louis XIV, Paris, 1996, p. 115-123.

56 Viguerie J. de, « Les fondations et la piété du peuple fidèle. Les saluts fondés à Angers aux xviie et xviiie siècles », ABPO, t. lxxxi, 1974, n° 3, p. 589-597.

57 Les prêtres sont particulièrement soucieux de fonder des services dans ces chapelles publiques, peut-être aussi pour offrir des revenus aux prêtres natifs.

58 Viguerie J. de, art. cit., p. 303.

59 Ce tableau comptabilise non pas la totalité des messes en question, mais le nombre d’actes où apparaît chacun des jours désirés, ce qui fait que le total est évidemment supérieur à 487.

60 Viguerie J. de, art. cit., p. 301.

61 Selon l’expression de Bernard Dompnier (Histoire du christianisme, t. ix, op. cit., p. 323).

Table des illustrations

Titre Tableau 28. – La répartition des chapelles par diocèse.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7073/img-1.png
Fichier image/png, 9,4k
Titre Tableau 29. – Répartition par type de chapelle et par diocèse.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7073/img-2.png
Fichier image/png, 12k
Titre Document 30. – Les transformations architecturales de l’église de Québriac au xviie siècle (Blot R., « L’église de Québriac », La vie diocésaine, 1997, n° 8, p. 215).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7073/img-3.png
Fichier image/png, 211k
Titre Document 31. – La reconstruction du chœur de l’église de Fleurigné vers 1660 (Blot R., « Église Saint-Martin de Fleurigné », La vie diocésaine, 1997, n° 13, p. 343).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7073/img-4.png
Fichier image/png, 367k
Titre Graphique 32. – L’évolution des dépenses en encens à Saint-Gondran.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7073/img-5.png
Fichier image/png, 4,6k
Titre Graphique 33. – L’évolution des dépenses en luminaire (hors huile) à Saint-Gondran.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7073/img-6.png
Fichier image/png, 4,7k
Titre Tableau 34. – Répartition par type et par date des testaments et des fondations conservés dans les fonds des paroisses.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7073/img-7.png
Fichier image/png, 10k
Titre Graphique 35. – Répartition chronologique des actes de fondation de messe conservés dans les fonds des paroisses.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7073/img-8.png
Fichier image/png, 4,3k
Titre Tableau 36. – Répartition par sexe des fondateurs de messes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7073/img-9.png
Fichier image/png, 5,8k
Titre Tableau 37. – Situation socio-professionnelle des fondateurs de messes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7073/img-10.png
Fichier image/png, 9,5k
Titre Tableau 38. – Marques d’estime des fondateurs dont nous ignorons la situation socio-professionnelle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7073/img-11.png
Fichier image/png, 8,4k
Titre Tableau 39. – nombre de messes fondées.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7073/img-12.png
Fichier image/png, 7,1k
Titre Tableau 40. – Jours choisis pour les fondations de messes (nombre d’actes).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/7073/img-13.png
Fichier image/png, 8,6k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540