Version classiqueVersion mobile

Agir-en-réseau

 | 
David Dumoulin Kervran
, 
Marielle Pépin-Lehalleur

Première partie. Le réseau comme modèle dominant de l'action collective et grille d'évaluation

3. Organisation en réseau et renouveau de la contestation en France

Irène Pereira

Texte intégral

  • 1 Nous reprenons ici les critères proposé par David Dumoulin lors de la préparation de ce colloque e (...)

1La notion de réseau est bien souvent associée au renouveau de la contestation. Elle se trouve mobilisée d’une part par les acteurs eux-mêmes qui l’utilisent pour nommer leur propre mode d’organisation : Réseau éducation sans frontière (RESF), réseau No Pasaran, réseau No Vox… Elle est utilisée par la littérature sociologique sur le militantisme pour qualifier, par exemple chez Jacques Ion ou Boltanski/Chiapello, un mode d’organisation propre au militantisme contemporain qui se caractériserait par son horizontalité, sa fluidité, son ephémérité1

2Pour notre part, il nous semble que l’intérêt militant pour la notion de réseau se situe dans le cadre de la remise en cause du capitalisme industriel et le passage à un capitalisme postmoderne. En ce sens, l’intérêt suscité par la notion de réseau serait pour une part le corollaire de l’émergence du capitalisme en réseau analysé par Luc Boltanski et Ève Chiapello dans Le nouvel esprit du capitalisme. Il serait aussi le revers de la remise en cause du centralisme démocratique issu de la grammaire militante marxiste-léniniste. C’est donc dans ce double contexte, nous semble-t-il, qu’il faut situer l’émergence de cette catégorie militante du réseau.

3Il nous semble que la notion de réseau, dans le cadre du militantisme, se situe dans une interaction entre un discours savant et un discours militant. Nous souhaitons montrer dans cette intervention, tout d’abord, comment cette notion peut être reprise et théorisée par les militants eux-mêmes en en dégageant plusieurs usages dans le discours des acteurs. Du côté du discours savant, nous désirons analyser comment se développe un discours savant, qui se veut à la fois descriptif et normatif, qui associe le réseau à la forme militante postmoderne qui caractériserait et devrait caractériser notre époque.

4Nous voulons aussi montrer comment cette notion de réseau peut-être l’objet de controverses entre militants. En effet, il nous semble que deux orientations alternatives à l’organisation centralisée, qui avait dominée les organisations d’inspirations marxistes-léninistes, se font jour. D’une part, certains militants revendiquent l’organisation en réseau comme forme alternative, tandis que d’autres se réfèrent à la tradition anti-autoritaire du mouvement ouvrier marquée par la notion de fédéralisme.

5Pour étudier les positions militantes et les controverses qui les animent, nous nous appuierons sur une enquête, en situation d’observation participante, que nous menons depuis 2006 dans deux organisations de la mouvance libertaire au sens large liée au mouvement syndical. Il s’agit d’une part d’un syndicat, Sud culture solidaires, et d’autre part d’une organisation politique communiste libertaire, Alternative libertaire.

Les usages militants de la notion de réseau

6Nous souhaitons dans un premier temps de cette intervention classifier les différents usages de la notion de réseau que nous avons pu observer chez les militants que nous avons étudiés

Le réseau comme réseau de relation

7Le premier usage de la notion de réseau que nous avons pu observer n’est pas strictement militant. Il s’agit de la notion de réseau telle qu’elle est utilisée dans le langage courant et reprise d’une manière plus formalisée par la sociologie des réseaux sociaux. Le réseau désigne un certain nombre de relations qui unissent différentes personnes lors d’interactions sociales.

8Les militants que nous avons pu observer parlent par exemple ainsi du réseau militant du 13e arrondissement pour parler de l’ensemble des militants qui dans l’aire géographique que constitue le 13e arrondissement de Paris tendent à se côtoyer régulièrement lors d’actions ou d’évènements militants.

  • 2 Confédération nationale du travail (syndicat anarcho-syndicaliste).

9Nous souhaitons donner deux exemples qui illustrent ces relations plus ou moins formelles. Lors de l’enquête que nous menons à Sud culture, nous nous sommes rendus à une action qui devait avoir lieu aux abords de la BNF (Bibliothèque nationale de France). Parmi les militants qui se trouvent à cette action, nous pouvons constater que sont présents des militants de Sud culture, des militants de la CNT2 Culture de la BNF et de la Cinémathèque, dont une militante qui est à la fois membre de la CNT et d’Alternative libertaire, un militant d’Alternative libertaire qui n’est pas lui-même membre d’un syndicat de la Culture, des militants de la CGT Culture travaillant à la BNF. Ces militants ne se connaissent pas tous, mais ils connaissent tous tel ou tel militant qui connaît tel ou tel autre militant présent. Le second exemple est celui d’une soirée d’anniversaire qui se déroule chez un militant d’Alternative libertaire. Lors de cette soirée, se côtoient des militants d’Alternative libertaire souvent anciens militants à Sud étudiant, des militants de Sud étudiant par ailleurs adhérents à la LCR, tel militant de la CNT connu sur les bancs de l’université. Nous constatons donc que ce réseau militant se forme lors d’actions militantes, mais aussi s’entretient par des liens de sociabilité informels. En ce sens, le réseau militant ne diffère pas dans son mode de constitution, par exemple, du réseau de relations professionnelles.

Le réseau comme synonyme de collectif

10Le second usage de la notion de réseau que nous désirons dégager est cette fois plus spécifiquement militant. Il nous semble que cet usage apparaît lorsque les acteurs désirent désigner un groupement militant sans utiliser les notions attachées à des organisations militantes plus traditionnelles telle que la notion d’association ou la notion de parti. Ils vont alors chercher des notions qui semblent insister sur le caractère peu formalisé de ce groupement, sur l’absence de contraintes qui pèsent sur les membres de ce regroupement militant. On utilise alors de manière semble-t-il indifférencié les notions de collectif ou de réseau…

11On parle ainsi d’un collectif ou d’un réseau d’organisations, par exemple, sans qu’il soit possible de distinguer des différences particulières dans leur mode de fonctionnement. On peut citer à ce sujet le cas du Réseau Sortir du nucléaire ou du Collectif uni contre une immigration jetable. Les deux organisations que nous avons étudiées sont toutes les deux membres de ces deux regroupements. Les collectifs ou les réseaux peuvent être constitués soit d’organisations, soit d’individus, soit des deux à la fois.

  • 3 Luc Boltanski et Ève Chiapello ont montré, dans Le nouvel esprit du capitalisme, que l’analyse en (...)

12On peut s’interroger sur les raisons de l’apparition de la notion de « réseau » pour désigner des regroupements militants. Nous n’avons pas à ce sujet de réponse précise. Nous pouvons seulement remarquer qu’il semble préexister, comme nous le verrons, un usage chez certains intellectuels engagés de la notion de réseau3.

Le réseau comme forme d’organisation militante revendiquée

13Une troisième acception de la notion de réseau, telle que nous avons pu en constater l’usage dans le milieu militant, consiste à en revendiquer l’usage en tant que le réseau serait une forme d’organisation qui a ses caractéristiques propres. Dans ce cas, la notion de réseau est défendue en étant par ailleurs bien souvent référée à des théorisations savantes produites par des intellectuels.

14Nous allons illustrer cet usage par deux exemples.

15Le premier est le cas d’AC ! Réseau. Ce groupement est le résultat d’une scission au sein d’Agir ensemble contre le chômage. Au sein de cette organisation ont toujours coexisté deux tendances, d’une part l’une qui est plus proche du milieu syndicaliste et l’autre davantage liée à la mouvance autonome (Sommier, 2003).

16C’est cette dernière qui a pris le nom de AC ! Réseau. Parmi les animateurs de cette tendance, on trouve des activistes proche du philosophe Antonio Négri.

17Il est intéressant de citer l’analyse que les membres d’AC ! Réseau font de la scission qui a eu lieu au sein de cette organisation :

  • 4 Christophe de Limoges, « La véritable scission dans AC ! » (16 janvier 2006). Disponible sur : [ht (...)

« Mais derrière cet antagonisme à propos du fonctionnement d’une organisation, il y a deux conceptions radicalement différentes de l’organisation. L’une est horizontale ; elle tient compte de la multiplicité des points de vue ; les prises de décision, les positions communes y sont soumises à débat. L’autre est verticale ; elle appuie sa légitimité sur la représentation ; au nom de l’urgence et de l’efficacité, les décisions y sont prises par un petit cercle restreint (voire une personne) et ne sont pas soumises à débat. C’est sur cette question que s’est structuré l’antagonisme qui a abouti à la scission. […] En septembre dernier, les partisans du “centralisme démocratique” ont lancé l’offensive par un texte initié par l’un d’entre eux puis signé par quelques autres. On peut y voir se profiler le putsch. En effet, ce texte propose d’entrée de jeu un vote lors des assises. Or cette procédure est exceptionnelle puisque, historiquement, c’était le consensus qui avait cours dans le mouvement. […] la réduction du temps de travail à 32 heures et le droit au revenu, pensé comme réponse à l’urgence mais aussi comme redéfinition de la question du travail. Et celles et ceux n’entrant pas dans ce cadre revendicatif se voient traités de “handicapés sociaux”, de “bras cassés radicaux” et de “lumpenproletariat”. Au moins, la conception autoritaire de l’organisation est explicite4. »

18Ce texte est intéressant à bien des égards. Le fonctionnement en réseau est ici référé à un mode d’organisation qui s’oppose au centralisme démocratique du léninisme. Le réseau est la forme d’organisation dans laquelle l’horizontalité et la prise en compte même des points de vue minoritaires par le consensus est valorisé. Ces valeurs sont estimées supérieures à la recherche de l’efficacité. Pour finir, l’extrait fait apparaître que les revendications d’AC ! Réseau se situent dans le cadre d’une société dans laquelle le statut du travail à changé par rapport à celui de la société industrielle.

19Le second exemple sur lequel nous allons nous appuyer est celui du Réseau No Pasaran. Il s’agit d’un regroupement de militants libertaires. Sur la page de présentation du réseau sur son site internet, on peut lire :

  • 5 « Présentation du réseau No pasaran » Disponible sur : [http://nopasaran.samizdat.net/article.php3 (...)

« Ni organisation partidaire, ni structure figée, le Réseau No Pasaran se compose de groupes et collectifs fédérés entre eux à travers l’hexagone. Il fonctionne sur un mode libertaire. […] Il s’inscrit dans un large mouvement d’émancipation politique, économique, social et culturel pour lequel résister c’est créer5. »

20Le réseau No pasaran est issu de la mouvance antifasciste radicale des années 1980 liée à la mouvance autonome et à la scène rock alternative. Le réseau est constitué en 1992. Organisation récente, No pasaran est en quête d’identité au sein de la mouvance anarchiste principalement divisée entre les synthésistes de la Fédération anarchiste et les néo-plateformistes d’Alternative libertaire. On constate que le texte de présentation que nous avons cité reprend l’injonction du Manifeste de Buenos aires, dont un extrait figure sur la page d’accueil du site internet de No Pasaran, selon laquelle « Résister, c’est créer ». Parmi les signataires de ce manifeste figurent le collectif Malgré tout dont est membre le psychanalyste Miguel Benasayag. Cette injonction est par ailleurs le titre d’un des ouvrages de cet auteur.

21Mais au-delà, c’est à Gilles Deleuze que nous devons cet énoncé puisque, selon lui, la philosophie ne consiste pas à communiquer, mais à créer des concepts. C’est en effet, très certainement, via Négri et Benasayag, à la notion deleuzienne de rhizome qu’il nous faudra remonter si l’on veut comprendre l’émergence théorique de la notion de réseau.

22Pour conclure sur la question des usages militants de la notion de réseau, il nous semble intéressant de montrer que l’utilisation savante de la notion de réseau appliquée en particulier au militantisme se trouve pris dans des ambiguïtés liées à la polysémie de la notion qui la situe à la fois dans l’ordre de la description et l’ordre de la préscription. Nous voudrions donc rapidement distinguer trois usages sociologiques de la notion de réseau militant. Le premier usage est celui qu’en fait par exemple Hélène Duriez (2004) me semble-t-il. Pour elle, il s’agit d’appliquer l’analyse des réseaux au militantisme comme on s’en sert pour analyser d’autres sujets d’étude. Un second usage de la notion de réseau est celle par exemple de Luc Boltanski. Le réseau est là aussi une notion descriptive, mais elle s’applique plus particulièrement au nouvel esprit du capitalisme et l’usage militant de la notion de réseau se situe à l’ère du nouvel esprit du capitalisme. Le réseau militant implique un changement historique dans la nature des formes organisationnelles militantes. Le dernier usage de la notion de réseau est celle qu’en font les théoriciens proches de Négri (Negri et Hardt, 2004 ; Blondeau, 2007). Le réseau militant est non seulement une catégorie descriptive, mais aussi prescriptive. Le réseau est la forme organisationnelle que prend et que doit prendre la résistance postmoderne.

Les théorisations politiques intellectuelles du réseau militant

23Il nous semble donc que l’émergence de la notion de réseau dans le cadre militant doit être mise en relation avec son émergence dans le discours d’un certain nombre d’intellectuels. La notion de réseau dans le milieu militant, nous semble se situer en ce qui concerne son émergence à la croisée d’un contexte social, de discours théoriques intellectuels et militants, et de pratiques militantes. Nous désignons, par la notion d’intellectuels, des individus qui possèdent une compétence reconnue institutionnellement soit par des titres universitaires, soit par un statut social, et qui à partir de cette compétence reconnue, prennent position sur des questions militantes. En ce qui concerne le discours intellectuel, nous souhaitons montrer que celui-ci se rattache à un cadre théorique bien particulier.

Le rhizome deleuzien

24Pour aborder cette question, il nous semble essentiel de remonter à la notion de deleuzienne de rhizome développée, entre autres avec Guattari, dans Mille plateaux. Dans une intervention qui date de 2005, sur l’haktivisme underground postmoderne, Raphael Josset met en relief le lien qui existe entre des nouvelles formes militantes et la pensée de Deleuze :

« Ce sont des multiplicités connectables avec d’autres par “micro-fentes” et “tiges souterraines” superficielles, à l’image des liens hypertextes et autres “points nodaux”, de manière à former et étendre un “rhizome” qu’il s’agira alors de “cartographier” dans un plan de consistance et d’extériorité suivant une écriture et une pensée nomade. La métaphore du “rhizome” semble ici tout à fait appropriée à l’étude de notre objet de recherche. Étude qui, comme on vient de le dire, ne se cantonne pas à l’observation de l’utilisation subversive des réseaux numériques mais qui se conçoit plus globalement comme une “socio-anthropologie” de “l’underground postmoderne”. » (Josset, 2005.)

25Deleuze et Guattari décrivent de la manière suivante les principales caractéristiques du rhizome :

« 1er et 2e Principe de connexion et d’hétérogénéité : n’importe quel point d’un rhizome peut être connecté avec n’importe quel autre […] 3e Principe de multiplicité : c’est seulement quand le multiple est effectivement traité comme substantif, multiplicité, qu’il n’a aucun rapport avec l’Un comme sujet ou comme objet, comme réalité naturelle ou spirituelle, comme image et monde […] 4e Principe de rupture signifiante : contre les coupures trop signifiantes qui séparent les structures ou en traversent une. […] 5e et 6e Principe de cartographie et de décalcomanie : un rhizome n’est justiciable d’aucun modèle structural ou génératif. » (Deleuze et Guattari, 1980.)

26Cette notion de réseau référée au rhizome deleuzien, nous la trouvons par exemple énoncé dans Le Manifeste du réseau de résistance alternatif, dont nous avons déjà fait mention ci-dessus au sujet du réseau No Pasaran et de Miguel Benasayag. Ainsi est-il précisé dans ce Manifeste qu’« un réseau de résistance qui respecte la multiplicité est un cercle qui possède paradoxalement son centre dans toutes ses parties ». Nous pouvons rapprocher cela de la définition du rhizome de Gilles Deleuze :

« Dans un rhizome, on entre par n’importe quel côté, chaque point se connecte avec n’importe quel autre, il est composé de directions mobiles, sans dehors, ni fin, seulement un milieu, par où il croît et déborde, sans jamais relever d’une unité ou en dériver, sans sujet, ni objet. » (Deuleuze, 2000.)

27Le réseau inspiré par le rhizome deleuzien s’oppose donc clairement au centralisme des organisations léninistes.

Négri et les luttes en réseau

28Antonio Négri est lui aussi influencé par la multiplicité deleuzienne dont la notion de multitude s’avère un prolongement. Il fut aussi par ailleurs particulièrement proche de Felix Guattari avec lequel il écrivit Les nouveaux espaces de liberté. Chez Négri, la notion de réseau militant constitue le revers du mode production postfordiste. La notion de réseau est non seulement utilisée de manière descriptive, mais aussi prescriptive. L’organisation en réseau se révèle être le mode d’organisation souhaitable. La forme réseau trouve sa condition de possibilité dans les forces productives du mode de production postfordiste. En particulier, l’existence d’Internet en est une condition paradigmatique.

« L’organisation en réseau, quand à elle est fondée sur la pluralité continue de ses éléments et de ses lignes de communication de telle sorte qu’il est impossible de la soumettre à une structure de commandement unifiée et centralisée […] La lutte en réseau, en revanche, de même que la production postfordiste, ne dépend pas à proprement parler de la discipline : ses valeurs cardinales sont la créativité, la communication et la coopération auto-organisée. » (Hardt et Negri, p. 107-108.)

29Les zapatistes constituent pour Négri l’exemple paradigmatique de ce nouveau militantisme en réseau :

« Les zapatistses ont fait de la communication un élément central de l’idée de révolution et ils ont constamment affirmé la nécessité de créer des organisations réticulaires et horizontales plutôt que des structures verticales et centralisées » (Hardt et Negri, p. 110.)

30Les caractéristiques des nouvelles organisations en réseau sont pour Négri « leur attachement à l’autonomie et leur refus de tout principe hiérarchique central, de tout dirigeant, de tout porte-parole » (Hardt et Negri, p. 111). Négri et Hardt terminent leur analyse en affirmant que

« la structure recticulaire constitue le modèle d’une organisation absolument démocratique qui correspond aux formes dominantes de la production économique et sociale et qui représente aussi l’arme la plus puissante contre la structure du pouvoir en place » (Hardt et Negri, p. 113).

31Tout comme pour Marx, le capitalisme industriel crééait les conditions de possibilité de la société communiste, pour Négri, Hardt ou Yann Moulier-Boutang, le capitalisme en réseau crée les conditions de possibilité matérielles d’une organisation sociale radicalement démocratique et communiste où s’exprime la créativité individuelle. Le web (le grand réseau d’information et de communication mondial) constitue, pour ces auteurs, l’exemple par excellence de ces potentialités à l’œuvre dans la forme réseau. Le web permet une coopération horizontale sans organe central qui rend possible d’envisager ce que pourraient être une démocratie reposant sur l’intelligence collective et la puissance de la multitude. De même, le téléchargement illégal, les logiciels libres, les graticiels ou les créatives commons attaquent radicalement le droit de propriété et créent les conditions de ce que pourrait être une société communiste reposant sur une économie non marchande, une économie du don. Enfin Internet s’avère être un espace où toutes les formes de créativité individuelle et collective peuvent s ‘ exprimer, la forme réseau rendant difficile un contrôle et une censure de ces expressions.

32Hardt et Négri soulignent au cours de leur genèse des luttes en réseau l’importance qu’a joué la résurgence d’un mouvement anarchiste en Amérique du Nord. Nous voudrions pour notre part, dans une troisième partie de cette intervention, nous interroger sur le rapport entre organisation en réseau et anarchisme.

Les controverses militantes autour de la notion de réseau

33Nous souhaitons montrer, dans cette dernière partie de notre intervention, que le rapport des anarchistes à l’organisation en réseau n’est pas univoque. À travers ces controverses, il s’agit de nous interroger sur le fait de savoir si les formes d’organisations militantes qui entendent résister au système capitaliste en épousent la forme réseau ou s’il existe des militants, qui tout en refusant la forme parti du centralisme démocratique léniniste, refusent aussi la forme réseau du capitalisme postmoderne.

34Au sein de la mouvance anarchiste, il nous semble qu’il faut distinguer au moins deux tendances. À côté de la tendance incarnée par No pasaran, proche des milieux autonomes, qui exalte la forme réseau, il existe d’autres militants qui cherchent dans l’histoire du mouvement ouvrier anti-autoritaire, lié au syndicalisme révolutionnaire et à l’anarcho-syndicalisme, le modèle d’une forme alternative d’organisation. Au réseau, ces militants opposent la notion de fédération.

Le fédéralisme anarchiste : de Proudhon à la CGT de la Belle Époque

35Jacques Ion, dans son ouvrage La fin des militants, considère que le réseau, comme organisation horizontale, vient remplacer la forme « fédération » qui serait l’incarnation de l’organisation verticale. En réalité, il faut bien distinguer deux formes de fédéralisme. La fédération dont parle Jacques Ion n’est pas le fédéralisme anarchiste. Le fédéralisme anarchiste correspond en réalité à ce que les juristes appellent confédéralisme, c’est-à-dire que l’échelon inférieur garde toujours plus de pouvoir que l’échelon supérieur contrairement à ce qu’on qualifie habituellement de fédéralisme. Le théoricien du fédéralisme anarchiste est Pierre Joseph Proudhon. Celui-ci dans Du Principe fédératif le caractérise de la manière suivante :

« l’Autorité chargée de son exécution ne peut jamais l’emporter sur ses constituantes ; je veux dire que les attributions fédérales ne peuvent jamais excéder en nombre et en réalité celles des autorités communales ou provinciales, de même que celles-ci ne peuvent excéder les droits et prérogatives de l’homme et du citoyen. S’il en était autrement, la commune serait une communauté ; la fédération redeviendrait une centralisation monarchique ; l’autorité fédérale, de simple mandataire et fonction subordonnée qu’elle doit être, serait regardée comme prépondérante ; au lieu d’être limitée à un service spécial, elle tendrait à embrasser toute activité et toute initiative ; les États confédérés seraient convertis en préfectures, intendances, succursales ou régies. » (Proudhon, 1863.)

36L’opposition théorique entre fédéralisme anarchiste et jacobinisme marxiste est un axe majeur de la distinction entre les deux courants comme le montre par exemple les articles de Paul Lafargue, le gendre de Marx, sur l’autonomie (Lafarque, 1881).

37Le fédéralisme anarchiste a une influence particulière sur le syndicalisme révolutionnaire de la CGT au début du XXe siècle comme le montre par exemple le texte d’Émile Pouget intitulé La CGT :

« L’organisme confédéral est essentiellement fédéraliste. À la base, il y a le syndicat – qui est un agglomérat de travailleurs ; au deuxième degré, il y a la fédération de syndicats et l’union de syndicats – qui sont des agglomérats de syndicats ; puis, au troisième et dernier degré, il y a la Confédération générale du Travail – qui est un agglomérat de fédérations et d’unions de syndicats. À chaque degré, l’autonomie de l’organisme est complète : les fédérations et unions de syndicats sont autonomes dans la Confédération ; les syndicats sont autonomes dans les fédérations et unions de syndicats ; les syndiqués sont autonomes dans les syndicats. » (Pouget, 1910.)

38Il existe donc au sein du mouvement ouvrier français deux traditions. La première est la tradition dite anti-autoritaire et celle qualifiée par ses adversaires d’autoritaire qui domine après la Première Guerre mondiale en France suite à la victoire des bolcheviques en Russie.

39L’existence de ces deux notions « réseau » et « fédération », ayant des sources théoriques différentes, nous amène à nous demander si les nouvelles formes d’organisation militantes qui rejettent le centralisme démocratique hérités du léninisme s’appuient toutes sur la forme postmoderne du réseau. Une telle interrogation nous conduit en réalité à nous demander si toutes les formes du renouveau contestataire adoptent pour le combattre la forme réseau issue du nouvel esprit du capitalisme. Si l’on prend l’exemple des militants anarchistes s’appuient-ils tous sur la forme réseau ?

Alain Bihr et la question du retour du fédéralisme

40Alain Bihr est un universitaire français, sociologue, marxiste libertaire, proche de l’organisation communiste libertaire, Alternative libertaire. Il est l’auteur entre autres d’un livre intitulé Du grand soir à l’alternative. Dans cet ouvrage, il se donne pour objectif de penser la crise du mouvement ouvrier, mais aussi son possible renouveau. Les mutations que connait le capitalisme conduisent-elles à reléguer dans les vitrines de l’histoire le mouvement ouvrier et syndical ? L’analyse du capitalisme en terme d’affrontement entre le capital et le travail, dans la société postfordiste, est-elle devenue complètement obsolète comme le pense par exemple Négri ? Le travail salarial a-t-il perdu sa centralité au profit d’autres formes d’activités dominées par la précarité dans la société postmoderne conduisant à la nécessité de revoir totalement les formes d’organisation de lutte contre le capitalisme ? Tels sont les enjeux théoriques, sociologiques et politiques qui s’expriment à travers la question de la place du réseau dans le militantisme contemporain.

41Pour sa part, A. Bihr, qui accorde une actualité à la lutte des classes entre le capital et le travail, recherche non pas dans la forme réseau, mais dans l’histoire du mouvement ouvrier anti-autoritaire, la forme militante qui lui semble pouvoir permettre de dépasser la crise des formes organisationnelles qui avaient dominé le mouvement ouvrier à partir des années 1920. Pour A. Bihr, les organisations de luttes doivent adopter un principe directeur qui est le fédéralisme. Ce qui doit être gardé de la tradition anti-autoritaire est « le rapport non-dirigiste et non-bureaucratique » (Bihr, 1991, p. 241), en revanche le syndicat, et donc le mouvement ouvrier, ne peut plus constituer « la seule organisation révolutionnaire » (Bihr, 1991, p. 243).

42Néanmoins, la relation entre fédération et réseau ne doit pas être conçue sur le plan théorique comme un simple rapport d’opposition. D’une certaine manière, la fédération possède des caractéristiques communes avec le réseau : le principe fédéraliste est « en accord avec la stratégie de contre-pouvoir qui requiert la double organisation de leur collectif de base en réseaux et en faisceaux » (Bihr, 1991, p. 237). En effet, tout comme le réseau, la fédération met en avant des relations horizontales entre les collectifs de base, sans que ceux-ci passent nécessairement par l’aval d’une structure centrale.

43En étudiant un exemple de controverse entre militants d’Alternative libertaire au sujet de la forme réseau et de la forme fédération, nous allons essayer de comprendre ce qui distingue ces deux formes. On peut néanmoins déjà faire remarquer que la controverse au sein d’AC !, que nous avons mentionné plus haut quand à la question de l’efficacité, l’existence et le rôle d’un secrétariat fédéral ainsi que la question de la prise de décision au consensus ou par vote majoritaire, nous ont déjà donné des éléments de compréhension des termes pratiques de ce débat.

L’exemple d’une controverse autour des formes organisationnelles réseau et fédération

44Afin d’illustrer de manière pratique les oppositions et les différences qui se jouent autour de ces deux formes organisationnelles au sein du mouvement anarchiste, nous allons nous appuyer sur deux entretiens que nous avons mené avec des militants d’Alternative libertaire. Nous précisons, avant d’en venir aux entretiens proprement dit, que la forme fédération domine au sein de cette organisation, comme dans la plupart des autres organisations anarchistes en France, à l’exception de No Pasaran. Voici comment le fonctionnement de l’organisation est présenté dans Le Manifeste d’Alternative Libertaire :

  • 6 Disponible sur : [http://www.alternativelibertaire.org/spip.php?article58].

« L’organisation est donc une fédération autogérée, placée sous la responsabilité collective de l’ensemble de ses militants. Renversant l’image traditionnelle du parti hiérarchisé, mais sans nier la nécessité et l’importance des activités de coordination et d’animation de l’organisation, nous cherchons à établir un cadre de débat et d’intervention horizontalisé et décentralisé. L’organisation est un lieu pluriel où, sur un fond identitaire commun, une grande diversité d’opinions peut s’exprimer librement. S’il est naturel qu’elle se donne démocratiquement une orientation majoritaire, elle n’en garantit pas moins scrupuleusement les droits des minorités et des groupes de base à l’expression, dans le débat interne bien sûr, mais aussi dans la presse de l’organisation, selon des modalités établies par le contrat statutaire6. »

45Rom. était militant à Alternative libertaire au moment où nous l’avons interrogé, mais il nous fait part durant son entretien des raisons qui conduisent peu après à son désengagement de cette organisation :

« Je perçois l’AL comme un énorme réseau d’échange d’informations sur les mouvements sociaux, ce qui renforce considérablement chaque militant-e-s lui apportant des expériences venues d’autres secteurs en lutte. […] Je pense qu’un fort courant égotiste traverse l’AL et que la logique de parti est en train de prendre pas sur le fonctionnement en réseau. À terme cela va détruire la spécificité de l’AL […] Le terme de réseau, ça désigne la construction de systèmes d’informations parallèles. Mais rien que déjà si on arrive à ça, c’est déjà pas mal. C’est des systèmes qui vont développer des analyses destinées à contrecarrer, a donner une autre vision des choses. Le fonctionnement en réseau, c’est simplement que quelque chose existe et agrège des gens. Pour moi le réseau, c’est un agrégat. Ma crainte de voir l’AL se transformer en parti politique, c’est que moi si je suis un mec de droite, nous pourrir la vie c’est super simple. Je l’ai vécu dans ma section syndicale. Moi j’étais dans une section syndicale tenue par des PC stals, j’ai tenu dix ans et après au bout de 10 ans j’ai fini par lâcher l’affaire. Toutes les réunions étaient très simples, dès que j’ouvrais la bouche, on me disait : “de toutes façons vous les libertaires, vous aimez rien”. Ce qui fait que quoi que j’ai pu dire, cela ne n’a jamais été pris en compte. Dans un deuxième temps, il y avait une chose que je ne comprenais pas : pourquoi il y avait des décisions qui avaient été prises en réunion syndicale, qui apparaissaient sur les tracts, et je n’en avais jamais entendu parler pendant les réunions. Jusqu’au moment où j’ai réalisé qu’il y avait deux réunions. Il avait la réunion de direction qui donnait la ligne, qui allait être suivie. Et il y avait la réunion “théâtre” qui était la réunion qu’il fallait faire avec les militants pour qu’ils acceptent de continuer à être militant. Pourquoi il fallait qu’ils continuent à être militants ? Parce qu’ils allaient distribuer des tracts et qu’ils allaient aller convaincre les autres. »

46Nous constatons à travers cet entretien que ce qui est perçu, comme nous le verrons dans le second entretien comme la constitution d’une organisation politique libertaire fédéraliste, est perçu par Rom. comme le passage d’un réseau à un parti. Le problème qui se pose est donc de savoir s’il existe deux formes : la forme parti et la forme réseau comme le soutiennent les partisans du réseau ou trois formes : parti, fédération et réseau comme le soutiennent le partisan de la forme fédéraliste.

47G. est lui aussi militant à Alternative libertaire. Son engagement s’inscrit dans la durée puisqu’il y est militant depuis plus de dix ans. Il en est un des animateurs et se donne pour objectif de construire ce qu’il appelle une « organisation politique » :

  • 7 Union des travailleurs communiste libertaire. Organisation qui a précédé l’AL et dont les adhérent (...)
  • 8 Les Coordinations fédérales sont des assemblées décisionnaires de délégués de tous les groupes de (...)
  • 9 Collectif pour une alternative libertaire. Il s’agit des groupes de base dont les délégués de coor (...)
  • 10 Le secrétariat fédéral est l’instance d’animation ou exécutif de l’organisation. Il est élu en con (...)

« Ce qui fonctionne bien à présent : la démocratie fédéraliste. […] Ce qui fonctionne mal, c’est plusieurs choses mais qui sont solubles […] Et puis un certain nombre de camarades qui en sont restés à la culture de l’UTCL7 et de l’AL d’hier : c’est-à-dire une culture infra-organisationnelle, faite de réseaux de copains, de localisme, de dilettantisme, et qui considère la cohésion fédérale comme accessoire ou lointaine. Ce qui n’est pas incompatible avec un engagement important dans les mouvements sociaux. Mais qui condamnerait AL, si cette attitude était majoritaire, à n’être qu’un sympathique réseau syndicaliste, et en aucun cas une organisation politique. […] Pour moi la chose cruciale, vraiment cruciale, c’est que toutes les grandes décisions et orientations soient discutées et prises collectivement. Que les CF8 et les congrès soient préparés de façon très rigoureuse, afin que chaque CAL9 puisse s’emparer des débats. Et ça, ça nécessite que le SF10 soit vraiment vigilant et anticipe beaucoup, pour que la démocratie existe vraiment. Si le SF ne garantit pas cela, ça conduit à un fonctionnement beaucoup plus mou, lent, genre usine à gaz qui prend peu de décisions, et dont les rares décisions ne sont pas appliquées. C’était le fonctionnement de l’AL jusqu’en 2000 et, auparavant, de l’UTCL. […] Aujourd’hui AL a refait sienne cette culture de tolérance en interne qui était celle du mouvement ouvrier avant le léninisme. C’est une culture de tolérance qui n’exonère pas du débat, de la controverse, et de l’exigence politique, mais qui évite de sombrer dans le ridicule et l’avant-gardisme. »

48Nous constatons donc clairement au vue de ces deux entretiens qu’il y a une controverse de qualification entre deux courants militants au sein du renouveau contestataire : il existe deux courants anti-autoritaires qui n’ont pas exactement les mêmes conceptions organisationnelles. Pour Rom. ce que G. qualifie d’organisation politique essayant de concilier démocratie et efficacité dans l’action constitue un parti politique autoritaire. Pour G., ce que Rom. considère comme une organisation démocratique se réduit en réalité à une usine à gaz inefficace et en réalité peu démocratique. Nous constatons au vue des éléments que nous avons exposé au sujet d’AC ! qu’il semblerait que ce soit déjà plus ou moins dans ces termes que ce sont opposées les deux tendances au sein d’AC !. C’est principalement autour du rôle des instances exécutif que se cristallise la controverse. Pour les partisans du réseau, il s’agit d’en nier le rôle car celui-ci est nécessairement autoritaire et anti-démocratique. Pour les partisans de la fédération, il s’agit d’en définir les limites afin que cette instance puisse jouer un rôle d’animation démocratique dans un souci d’efficacité organisationnel. La principale différence entre le réseau et la fédération libertaire passe donc par l’existence ou non d’une structure fédérale de coordination. Dans un cas, il n’existe pas formellement de secrétariat fédéral, avec le risque que des individus de manière informelle jouent le rôle de cette instance sans en avoir le mandat (Mathieu, 2009), dans un autre cas, il existe une instance fédérale, avec le risque qu’elle dégénère en organe bureaucratique comme le souligne Roberto Michels.

49Il est difficile d’avoir une évaluation chiffrée des militants dont les pratiques se situent dans le cadre organisationnel du réseau et ceux dont les pratiques se situent dans le cadre de la fédération. Mais l’on peut citer comme exemple deux organisations qui illustrent ces deux formes. D’un côté, la CIP (coordination des intermittents et précaires) d’Ile-de-France comprend des militants proches de négrisme tel que Laurent Guillauteau. D’un autre côté, sur le même secteur d’activité, on peut citer le syndicat Sud culture solidaires dont l’un des fondateurs est un militant d’Alternative libertaire et dont les statuts font explicitement référence à une organisation fédéraliste. L’étude des pratiques des militants de ces deux types d’organisation fait en outre apparaître une différence. Les militants des organisations en réseau semblent plus sensibles à des pratiques minoritaires, telle que l’occupation, tandis que les militants des organisations fédéralistes sont davantage sensibles à des pratiques de masse telles que les grèves et les manifestations (Pereira, 2009). Ce qui se joue dans ces différences organisationnelles tient entre autres à la question des formes d’organisation adaptées pour lutter contre le capitalisme. Pour les négristes, les transformations actuelles du capitalisme rendent obsolètes les formes issues du mouvement ouvrier, tel que le syndicat, qui correspondent à une centralité accordée au travail salarié. Pour eux, la forme en réseau du capitalisme et la perte de centralité du travail ouvrier dans la grande industrie au profit du travail immatériel et de la catégorie d’activité amène et doit amener une transformation de la nature des organisations militantes qui doivent s’adapter au changement de nature du capitalisme. Au contraire, les militants qui restent attachés à la notion de fédération pensent que la forme syndicale n’est pas dépassée. Pour eux la catégorie travail et ses corollaires que sont la valeur-travail et l’exploitation de la force de travail continuent de garder une centralité même dans le capitalisme postfordiste. Il ne s’agit pas dans ce cas de s’adapter à la forme réseau du capitalisme pour lui résister, mais d’utiliser les formes propres au mouvement ouvrier anti-autoritaire.

50En conclusion, nous allons reprendre les principaux éléments avancés au cours de cette intervention. La notion de réseau militant à trois acceptions. Premièrement, le réseau désigne les liens qui se créent entre militants. Deuxièmement, la notion de réseau est synonyme de collectif, elle est propre au militantisme à l’ère du capitalisme post-moderne. Troisièmement, le réseau est la forme organisationnelle adéquate de lutte contre le capitalisme postmoderne. La notion de réseau, dans cette dernière acception, trouve sa théorisation dans le rizhome deleuzien reprise ensuite par des auteurs tels que Négri ou Benasayag. Cependant, il existe une autre forme organisationnelle au sein du renouveau contestataire qui prétend elle aussi s’opposer au capitalisme tout refusant le modèle du léninisme. Il s’agit de la forme fédération inspirée de Proudhon et du mouvement ouvrier anti-autoritaire.

Bibliographie

Bibliographie

Alternative libertaire (1991), Le manifeste pour une alternative libertaire. Disponible sur : [http://www.alternativelibertaire.org/spip.php?rubrique23] consulté en août 2010.

Benasayag Miguel et Sztulwark Diego, (2000), Du contre-pouvoir, Paris, La Découverte.

Bhir Alain, (1991), De l’alternative au grand soir, Paris, Édition Ouvrières.

Blondeau Olivier, (2007), Devenir Media, Paris, Édition Amsterdam.

Boltanski Luc et Chiapello Ève, (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Cardon Dominique et Aguiton Christophe, (2007), « Réseau et Forum », Communication au congrès Marx International, octobre 2007, Paris X. Disponible sur : [http://netx.u-paris10.fr/actuelmarx/cm5/index5.htm].

Damien Robert, (2001), « Proudhon, une philosophie politique des réseaux », in Parrochia Daniel (dir.), Penser les réseaux, Paris, Champ Vallon, p. 222-232.

Datchary Caroline et Pagis Julie, (2005), « Jeunes altermondialistes en réseau », Réseaux 5/2005, no 133, p. 199-228.

Deleuze Gilles, (2000), « Manifeste du réseau de résistance alternatif », in Du contrepouvoir, Paris, La Découverte.

Denis Jean-Michel, (2001), Le groupe des dix, un modèle syndical alternatif, Paris, La Documentation française.

Duriez Hélène, (2004), « Modèles d’engagement et structuration des réseaux de la gauche mouvementiste à Lille », Politix, vol. 17, no 68, p. 165-199.

Guattari Félix et Deleuze Gilles, (1980), Mille Plateaux, Paris, Édition de Minuit.

Guattari Félix et Negri Antonio, (1985), Les nouveaux espaces de liberté, Paris, Éditions Dominique Bedou.

Hardt Michael et Negri Antonio, (2004), Multitude, Paris, La Découverte.

Ion Jacques, (1997), La fin des militants, Paris, L’Atelier.

Josset Raphaël, (2005), « Hardcore : vers une socio-anthropologie de l’underground ». Disponible sur : [http://1libertaire.free.fr/HardcorePostmoderne.html] consulté en août 2010.

Lafargue Paul, (1881), « L’autonomie ». Disponible sur : [http://marxists.anu.edu.au/francais/lafargue/works/1881/12/lafargue_18811225.htm] consulté en août 2010.

Lafargue Paul, (1881), « Au nom de l’autonomie ». Disponible sur : [http://www.marxists.org/francais/lafargue/works/1881/12/pl18811218.htm] consulté en août 2010.

Lyotard Jean-François, (1979), La condition postmoderne, Paris, Édition de Minuit.

Lénine Que faire ? (1902) : Disponible sur : [http://www.marxists.org/francais/lenin/works/1902/02/19020200.htm] consulté en août 2010.

Mathieu Lilian, (2009) : « Un nouveau militantisme ? À propos de quelques idées reçues », disponible sur : [http://contretemps.eu/socio-flashs/nouveau-militantismepropos-quelques-idees-recues] consulté en août 2010.

Michels Robert, (2009), Les partis politiques, Bruxelles, université de Bruxelles.

Moulier-Boutang Yann, (2007), Le capitalisme cognitif, Paris, Éditions Amsterdam.

Pereira Irène, (2009), Un nouvel esprit contestataire. Disponible sur : [http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00392699/en/].

Pleyers Geoffrey (2005) : « Réseaux et altermondialisme », Quelques réflexions sur les mutations de l’engagement, Congrès triennal de l’Association Belge de Science Politique. Liège, 29 et 30 avril 2005.

Pouget Étienne, (1910), La CGT. Disponible sur : [http://www.pelloutier.net/dossiers/dossiers.php?id_dossier=78] consulté en août 2010.

Proudhon Pierre-Joseph, (2004), Du principe fédératif, Romillat, disponible sur : [http://www.panarchy.org/federalism/proudhon.1863.html] consulté en août 2010.

Sommier Isabelle, (2003), Le renouveau de la contestation à l’heure de la mondialisation, Paris, Flammarion.

Notes

1 Nous reprenons ici les critères proposé par David Dumoulin lors de la préparation de ce colloque et qui nous semblent bien décrire les grands traits communs dégagés par cette littérature sociologique des réseaux militants.

2 Confédération nationale du travail (syndicat anarcho-syndicaliste).

3 Luc Boltanski et Ève Chiapello ont montré, dans Le nouvel esprit du capitalisme, que l’analyse en réseau est devenue un nouveau paradigme qui est utilisé par divers auteurs aux approches sensiblement différentes. Cette analyse s’attache aux propriétés relationnelles et non substantielles des objets. En ce qui concerne l’origine de l’utilisation de la notion de réseau dans le cadre militant et ses affinités avec des usages savants, nous avons choisi de mettre en avant les liens avec la pensée de Deleuze et Guattari, pour autant il est possible d’analyser les affinités avec d’autres théories comme celle d’Ivan Illich qui accorde dans ses ouvrages une place importante à cette notion.

4 Christophe de Limoges, « La véritable scission dans AC ! » (16 janvier 2006). Disponible sur : [http://www.ac-reseau.org/spip.php?article1331].

5 « Présentation du réseau No pasaran » Disponible sur : [http://nopasaran.samizdat.net/article.php3?id_article=156].

6 Disponible sur : [http://www.alternativelibertaire.org/spip.php?article58].

7 Union des travailleurs communiste libertaire. Organisation qui a précédé l’AL et dont les adhérents se veulent les héritiers.

8 Les Coordinations fédérales sont des assemblées décisionnaires de délégués de tous les groupes de l’AL qui ont lieu au moins trois fois par ans. Chaque délégué porte la voix de chacun des membres de son groupe et non pas la voix majoritaire qui s’est dégagée dans son groupe. Les délégués sont sur mandats semi-impératifs. S’ils prennent une décision sur laquelle ils n’avaient aucun mandats, le groupe dont il est issu à quinze jours s’il désire contester le vote que son délégué à pris en son nom.

9 Collectif pour une alternative libertaire. Il s’agit des groupes de base dont les délégués de coordination fédérale sont issus.

10 Le secrétariat fédéral est l’instance d’animation ou exécutif de l’organisation. Il est élu en congrès. Il est chargé d’appliquer les décisions prises en congrès et en CF. Son mandat est semi-impératif. S’il doit prendre une décision importante et qu’il n’a pas de mandat, il doit organiser une consultation des adhérents de l’organisation. Les membres du SF peuvent être révoqués en cours de mandat si les adhérents de l’organisation considèrent qu’ils n’ont pas respecté les mandats décidés collectivement.

Auteur

Irène Pereira, chargée de cours à l’université Paris-Dauphine, chercheuse associée au GSPM/EHESS et présidente de l’IRESMO, a publié : Anarchistes (La ville brûle, 2009), Peut-on être radical et pragmatique ? (Textuel, 2010), Les grammaires de la contestation (La découverte, 2010), Les travailleurs de la culture en lutte (D’ores et déjà, 2010), L’anarchisme dans les textes (Textuel, 2011). (ir_pereira@yahoo.fr)

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search