Version classiqueVersion mobile

Les dimensions émotionnelles du politique

 | 
Isabelle Sommier
, 
Xavier Crettiez

Troisième partie. Philippe Braud vu d'ailleurs

19. Histoire et science politique : un dialogue

Claire Andrieu et Philippe Braud

Texte intégral

1Claire Andrieu.

  • 1 Laborier P., Trom D. (dir.), Historicités de l’action publique, Paris, PUF, 2003 ; Offerlé M., Rou (...)

2Les relations entre l’histoire et la science politique ou plus généralement les sciences sociales ont déjà fait l’objet d’excellentes réflexions1. Mais la forme du dialogue nous donne quelque liberté de ton et j’aimerais en profiter pour tester des impressions. La première tient à cette constatation : pour toute recherche ou toute préparation de cours, j’examine la bibliographie disponible en sciences sociales. Les réflexions des politistes et des sociologues sur les principes politiques, les groupes ou leurs motivations, sont d’une utilité directe pour appréhender le foisonnement des archives et définir une perspective. L’historien se trouve confronté à une fourmilière d’acteurs et de facteurs, et de cette myriade d’éléments et de dynamiques, il doit tirer un tableau sinon cohérent du moins lisible, pour l’établissement duquel les sciences sociales offrent des leviers. Mais il me semble que ce point de vue n’est pas universellement partagé chez les historiens, et que symétriquement, tous les politistes n’éprouvent pas non plus le besoin de tester leurs constructions intellectuelles par la méthode empirique.

3Philippe Braud.

4Je constate également entre nos deux disciplines un niveau d’échange assez faible. De même, les coopérations personnelles sur des projets communs de recherche demeurent-elles rares. Mentionnons tout de même l’existence de la revue Genèses, fondée en 1991, qui s’est voulue d’emblée une revue « d’histoire et de sciences sociales ». Si l’on raisonne en termes d’équilibre de la balance intellectuelle des échanges, je crois qu’elle est déficitaire pour la science politique. Je veux dire par là que nous empruntons plus que nous exportons. C’est le fait surtout de ces politistes en nombre non négligeable, qui écrivent sur le passé. Les uns font de l’histoire des idées politiques ou de la philosophie politique, s’intéressent à la Révolution française par exemple, au jacobinisme, à Lamennais, à Tocqueville… D’autres, plus sociologues, étudient l’émergence des mobilisations sociales au XIXe siècle, « l’invention » de l’homme politique moderne, les préfets et les hauts fonctionnaires sous la IIIe République, etc. Ces auteurs ne peuvent donc se permettre d’ignorer la masse des travaux d’historiens spécialisés sur la même période. Par ailleurs, certains travaillent sur archives, une démarche qui devrait créer un élément de compréhension réciproque. Néanmoins j’ai l’impression que ces politistes citent davantage les historiens qu’ils ne sont eux-mêmes cités par eux. Comment expliques-tu cela ?

5C. A. Il est vrai que les historiens ne cherchent pas particulièrement à franchir les limites de leur discipline : c’est peut-être là une dissymétrie à élucider. Mais fondamentalement, les méthodes, les langages, les fonctions sociales, voire la composition sociologique des deux disciplines ne sont pas les mêmes. Il y a deux principaux obstacles à l’assimilation. La démarche empirique de l’historien, qui bâtit sa problématique et même son sujet dans le dialogue avec les archives, a peu de rapport avec l’approche par en-haut de ceux qui travaillent sur une notion ou sur une question pré-formulée en cherchant à y répondre soit par « les auteurs », soit par un discours cohérent et inventif. Telle est du moins l’impression que me donne un certain nombre d’ouvrages. La pratique historienne se rapproche plus des enquêtes de terrain des politistes ou de leurs études de statistiques électorales, de grand intérêt, mais elle en diffère aussi profondément parce que son objet n’est pas le présent. La critique des sources et leur exhaustivité, principes de base de l’historien, n’ont pas beaucoup de place dans les livres de science politique. Il ne s’agit pas de dire que ces principes sont toujours parfaitement observés dans les ouvrages d’histoire, ni qu’ils forment les seules voies d’accès à la vérité, mais simplement de marquer une différence entre les deux disciplines. Le recours aux archives n’est même pas, en soi, une garantie de scientificité. Chacun sait que les archives, pas plus que les faits, ne parlent d’elles-mêmes et que deux historiens confrontés au même paquet de documents n’en tireront pas nécessairement les mêmes conclusions.

6Nous avons aussi nos « ouvriers du onzième livre », ces historiens qui écrivent sur la base de la littérature déjà publiée. Cela tend à brouiller la frontière entre les disciplines et rend parfois aléatoire la caractérisation de l’une ou de l’autre. Si l’on cherche les risques comparés dont elles sont toutes deux porteuses, on peut considérer que le risque pour le politiste est de construire un texte déconnecté de l’expérience, voire de dérouler un langage qui tienne lieu de contenu. Le risque existe aussi pour l’historien mais il est peut-être minimisé par le fait que bon nombre d’historiens sont passés par les lycées et collèges, et, pour certains d’entre eux, y font leur carrière. Ils sont donc dans l’obligation de parler une langue française classique s’ils veulent être compris, alors que l’enseignant de science politique ou de sociologie ne s’adresse qu’à des étudiants antérieurement sélectionnés, qui sont en mesure d’être séduits par l’apprentissage d’une langue nouvelle pourvue d’une apparence de scientificité.

7Inversement, un risque guette l’historien, c’est celui de l’érudition pure et simple, la collecte et le classement des faits à la manière du philatéliste qui aligne ses timbres. Heureusement, les tenants de l’art pour l’art – les collectionneurs en histoire et les précieux en sciences sociales – sont peu nombreux dans leurs disciplines respectives. Il me semble que les collectionneurs ont au moins le mérite de contribuer à l’établissement des faits, mais il serait normal qu’en tant qu’historienne, je sous-estime l’intérêt d’une langue fermée.

8Ph. B. Tous les politistes ne travaillent pas en vase clos. Beaucoup sont engagés, surtout les chercheurs des grands laboratoires, dans des contrats de recherche, notamment avec les pouvoirs publics. Ce qui n’exclut pas parfois l’adoption d’une « novlangue », qu’elle soit influencée par celle de leurs partenaires ou, au contraire, relève d’une stratégie de distinction savante mal placée. D’autres interviennent dans les médias où ils sont tentés, à l’inverse, d’éviter tout langage un tant soit peu savant.

9Quant au déséquilibre des influences réciproques, je me suis demandé s’il n’était pas en partie imputable aux considérables différences de développement institutionnel entre nos deux disciplines. Sans accorder une importance excessive à ce facteur, il faut tout de même rappeler que l’histoire, en tant que discipline organisée, est beaucoup plus ancienne que la science politique, et riche de figures majeures qui constituent autant de références fondatrices. Les historiens professionnels sont infiniment plus nombreux que les politistes. Pour ne parler que des universitaires, nous ne sommes que quelque 360 professeurs et maîtres de conférences dans la section science politique du CNU.

10C. A. On compte plus de 2000 enseignants-chercheurs dans les deux sections d’histoire du CNU. Il y a certainement un effet de masse et d’ancienneté du côté des historiens, au point qu’aucun d’entre eux n’est en mesure de dresser un état général de la discipline. Mais ce qui est peut-être plus déterminant, c’est la fonction sociale de la discipline, avec son rapport direct avec la citoyenneté. Plus de 25 000 professeurs d’histoire et géographie forment des générations d’élèves qui constitueront ensuite autant d’amateurs critiques de livres, de magazines et d’émissions historiques. En France, nul n’est censé ignorer l’histoire. En ce sens, l’histoire est une science véritablement sociale. Il serait intéressant de comparer l’origine sociale des historiens avec celle des politistes : reflète-t-elle l’opposition montrée par Pierre Bourdieu entre les lettres et le droit ? La situation pourrait évoluer, d’ailleurs, si le recrutement dans l’enseignement supérieur à partir des concours du second degré en sciences économiques et sociales se développait.

11La position sociale des historiens a-t-elle un rapport avec le fait qu’ils sont souvent rétifs aux modélisations sophistiquées ? L’idée même que l’histoire puisse devenir le domaine réservé d’un petit nombre d’initiés seuls capables de lire des équations complexes est presque contraire au sens général de la discipline. La réticence est d’ordre politique, mais aussi épistémologique. Dans la mesure où l’histoire est une science de l’homme, le doute demeure sur la validité d’une mathématisation très élaborée. Puisque la « matière » – l’objet d’étude et les méthodes d’analyse – comporte nécessairement une part d’aléa et d’arbitrage, les méthodes quantitatives ne peuvent dépasser le stade du simple raisonnement statistique sans créer un édifice illusoire, qui n’a de scientifique que l’apparence. Heureusement, la science politique en France est moins « mathématisée » qu’en Angleterre, par exemple. L’histoire aussi, d’ailleurs, a ses amateurs de figures mathématiques du côté de l’histoire économique, mais même dans cette branche de la discipline, ils ne sont pas nombreux. Ce regret concernant la mathématisation ne vise pas la quantification qui, elle, dans les limites de l’usage des quatre opérations, est au contraire peut-être insuffisamment répandue.

12Ph. B. Les politistes ne chercheront pas chez les historiens des problématiques ou des modèles sophistiqués, c’est certain. Pourtant, je suis convaincu que la lecture d’un Georges Duby, d’un Marc Bloch, d’un Ernst Kantorowicz, pour ne prendre que ces trois exemples, serait de nature à enrichir considérablement le regard porté par les politistes sur leur propre objet. Les Trois ordres ou l’imaginaire du féodalisme attire l’attention sur les classifications fondatrices que tout ordre social met en scène pour se légitimer et se pérenniser ; il en existe d’analogues aujourd’hui, aussi fermement structurantes de l’esprit de nos contemporains, mais elles demeurent peu apparentes et constituent un impensé très regrettable. Les Rois thaumaturges ou Les Deux corps du Roi soulignent la nécessité dans laquelle se trouve tout pouvoir politique de développer une « politique symbolique » et de faire appel à une forme ou l’autre de sacré pour renforcer sa légitimité. Dans nos sociétés sécularisées, le sacré change évidemment de contenu. Mais si on le définit, après Durkheim et Mauss, comme l’ensemble des croyances, rites et cérémonies soustrait à la libre critique du sens, il est clair que nos démocraties en connaissent des variantes. Je pense aux postulats relatifs à la souveraineté du Peuple, aux mérites du suffrage universel, au principe de majorité. Bref, j’ai l’impression que la science politique gagnerait à emprunter à l’histoire non seulement des données factuelles mais, bien davantage encore, des modes de lecture et des catégories d’analyse.

13C. A. Une disposition symétrique existe-t-elle du côté des historiens ? D’une manière générale, ils empruntent assez peu les problématiques de la science politique ou, plus largement, des sciences sociales. Ils connaissent bien le grief qui leur est fait de trop se refuser aux montées en généralités, de se méfier des conceptualisations ou des modélisations qui gomment un peu facilement les singularités. Mais pour eux, ces défauts que leur attribuent certains politistes sont des qualités.

14En outre, il y a lire et lire. Un historien lisant un ouvrage de science politique ne devrait pas lui demander ce qu’il attend d’un livre d’histoire, pas plus qu’au cinéma il ne cherchera les notes de bas de pages au bas de l’écran. Un regard historien relève aisément les erreurs et les contre-sens historiques dans les travaux de science politique, mais cette discipline lui apporte autre chose : l’incitation à rechercher la logique sociale des situations, le rapport des forces en présence, l’hypothèse posée (parfois prise pour vérité) de tendances générales ou de long terme, bref un cadrage toujours utile. Par exemple, si l’on lit La Civilisation des mœurs ou La Dynamique de l’Occident de Norbert Elias, on peut relever des généralisations hâtives ainsi qu’une prise de position globale – celle de la civilisation au sens de processus observable à l’échelle des temps – assez discutable. Mais cela n’empêche que cet ouvrage est celui d’un penseur original et stimulant. C’est le questionnement qui est intéressant. On pourrait dire la même chose de Surveiller et punir, de Michel Foucault.

  • 2 Favre P. et Legavre J.-B. (dir.), Enseigner la science politique, Paris, L’Harmattan, 2010.

15Ph. B. L’accueil que les politistes réservent à Norbert Élias est sûrement moins empreint de réserves. Nous sommes en général fort peu à même d’identifier les approximations historiques auxquelles tu fais allusion. Au contraire nous apprécions vivement, en général, sa tentative de modéliser une histoire longue autour de quelques tendances sociologiques lourdes : la curialisation des guerriers, la rationalisation et la psychologisation croissantes des rapports sociaux, le renforcement par la socialisation du phénomène d’autocontrainte qui a permis une certaine réduction de la violence matérielle exercée par le pouvoir politique. L’approche d’Élias est en phase avec la propension des politistes à rechercher l’explication ultime des phénomènes politiques dans des dynamiques sociales. On touche ici au problème des différences entre nos cultures scientifiques respectives2.

16C. A. En effet, les historiens sont généralement réticents à ne parler qu’en termes de dynamiques sociales ou de « processus sans sujet » comme on disait du temps d’Althusser. Comme si les individus étaient absents de l’histoire qui se crée, ou comme si les concepts étaient des esprits animés qui agissaient par eux-mêmes. Si les historiens cherchent, eux aussi, ou du moins certains d’entre eux, à dégager des tendances longues, des moyennes et des médianes, s’ils ne sont pas indifférents à l’explication scientifique en termes de processus économiques ou culturels, c’est à travers des visages humains et des situations concrètes qu’ils s’interrogent. Cela se manifeste dans leur goût pour les études de cas, la description d’itinéraires individuels, voire la peinture de portraits, ce que l’on trouve rarement sous la plume des politistes.

  • 3 Agulhon M., « Présentation », in La politisation des campagnes au XIXe siècle. France, Italie, Esp (...)

17L’histoire se perçoit comme une science humaine, par opposition aux sciences sociales. Beaucoup d’historiens pourraient se reconnaître dans ces lignes de Maurice Agulhon, extraites d’une présentation qui constitue une grande leçon sur le métier d’historien : « […] je suis peu (et sans doute trop peu) attiré par les mots abstraits, les théories, les systèmes (même sur la “sociabilité” j’ai été tâtonnant) et ma façon de travailler est plus intuitive et empirique que conceptuelle3 ». Pourtant, peu d’historiens ont été aussi conscients que lui des grands enjeux politiques de l’écriture de l’histoire, et peu ont été aussi inventifs, y compris dans la création de formes nouvelles de conceptualisation.

  • 4 Buton F., Mariot N. (dir.), Pratiques et méthodes de la socio-histoire, Paris, PUF, 2009 ; Déloye (...)

18Ph. B. Dans la science politique d’aujourd’hui, un courant non négligeable se réclame de la sociologie historique (ou socio-histoire)4. On pourrait lui chercher quelques titres de légitimité dans les ouvrages d’historiens comme Henri Pirenne passablement oublié aujourd’hui, ou Barrington Moore. Le premier, dans son histoire de l’apparition des villes au Moyen Âge, parue en 1927, se révèle un pionnier de l’histoire économique. À ce titre, il a, je crois, influencé l’École des Annales. Son raisonnement est sociologique en ce sens que toute sa recherche privilégie l’étude des tendances lourdes du développement économique qu’il met en rapport avec l’apparition d’une nouvelle classe sociale, celle des marchands. Quant au second, son maître ouvrage : Les Origines sociales de la dictature et de la démocratie (1966), met sur le devant de la scène, de façon encore plus systématique, les classes et les alliances de classes. Ce sont elles qui expliquent, selon lui, les cheminements politiques contrastés des États-Unis et de la Russie, de l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la France, dans le commun processus d’une transformation de sociétés agraires en sociétés industrielles entre la fin du XVIIIe siècle et le milieu du XXe. La sociologie historique aurait pu considérer leurs travaux comme des œuvres fondatrices, quoique je n’aie pas l’impression que cela ait été beaucoup le cas, au moins dans le passé. Mais est-ce que les historiens eux-mêmes lisent les travaux de sociologie historique ?

19C. A. Oui, avec grand intérêt. Mais ces livres font parfois penser aux albatros, un peu patauds sur le pont des bateaux. C’est en vol qu’on les admire, pour les directions qu’ils prennent et les signaux qu’ils envoient dans leur liberté aérienne.

20Là où il demeure un problème de fond, c’est lorsque le politiste travaille sur des périodes particulièrement controversées en histoire. Comment choisit-il entre les différentes thèses et quels sont les critères de son choix ? On a parfois le sentiment que les ouvrages d’histoire sont pris pour des données premières et uniformes, et que l’histoire telle qu’elle est perçue par les politistes est aussi lisse que celle des manuels d’histoire. Cela peut aboutir à des peintures un peu naïves ou des schémas assez mécanistes.

21Ph. B. Donc à ton avis, la sociologie historique n’est pas forcément la passerelle rêvée pour un dialogue interdisciplinaire fructueux. Pourtant il existe des historiens qui, eux, sont férus des grandes figures de la sociologie contemporaine et qui font sinon de la sociologie historique, du moins de l’histoire sociologique.

22C. A. Bien sûr, nous sommes nombreux à admirer la grande majorité des ouvrages de sociologie ou de science politique. On pourrait même faire un sondage et comparer la proportion d’ouvrages jugés « bons » par les historiens, les politistes et les sociologues dans leur discipline propre et dans les disciplines cousines. On trouverait vraisemblablement que les historiens ne sont pas plus critiques, statistiquement, à l’égard des ouvrages de science politique ou de sociologie qu’à l’égard de ceux d’histoire. Mais d’un point de vue qualitatif, les « hit parades » ne se rejoindraient pas puisque les critères de jugement issus des formations des uns et des autres sont différents.

23C’est l’identification à une discipline autre que la sienne qui me semble illusoire. Il peut y avoir utilisation réciproque des disciplines l’une par l’autre, mais elles restent distinctes. Les cultures professionnelles et les savoir-faire sont trop différents. L’historien qui se sert de la science politique ou le politiste qui se sert de l’histoire reste étranger à la discipline dans laquelle il puise. Il y ferait figure d’autodidacte s’il prétendait s’y placer. La science politique de l’historien n’est pas celle du politiste : elle n’est qu’une image réfractée, « autodisciplinée », de la discipline cousine. L’inverse est sans doute vrai.

24Ph. B. Personnellement je suis convaincu que les politistes ne peuvent se faire historiens qu’à leurs risques et périls. En revanche, je crois que tous, même ceux qui ne travaillent pas sur le passé, ont besoin d’une solide culture historique pour être de bons sociologues du politique. Et disant cela, je pense à une culture historique qui ne soit pas seulement ethnocentrée mais embrasse les grandes civilisations extra-européennes. Mon premier argument est d’ordre épistémologique. Pour évaluer correctement à la fois la singularité et la banalité d’un phénomène, il est nécessaire de chercher des éléments de comparaison avec des phénomènes homologues. On peut les trouver dans l’espace, c’est-à-dire dans d’autres pays, d’autres cultures contemporaines ; mais ils sont également disponibles dans le passé. Prenons l’exemple un peu facile des fonctions du suffrage universel. Dans la Cité antique, elles sont l’image exactement inversée de ce qui se passe dans les démocraties modernes. On tire au sort les dirigeants politiques sauf… les chefs militaires qui, eux, sont élus. On vote les lois en payant les citoyens pour qu’ils se déplacent. « L’étonnement méthodologique », si j’ose dire, est le point de départ d’une créativité dans les questionnements.

25Par ailleurs, la comparaison historique peut servir, dans certains cas de substitut à l’expérimentation. Dans les sciences dures, il est courant de construire une situation artificielle et de modifier en laboratoire les paramètres pour évaluer leur influence respective dans le processus observé. La plupart du temps, cette méthodologie est hors de portée en science politique. Pourtant la mise en perspective historique peut introduire des éléments d’appréciation qui s’en rapprochent, au moins dans certains cas. C’est ce qui a été réalisé par les auteurs qui se sont attachés à l’étude des partis politiques ou à celle des processus révolutionnaires, tout particulièrement dans le déroulement de leur dynamique interne. Je suis convaincu qu’une meilleure connaissance des travaux d’historiens relatifs aux révolutions anglaise, française et bolchevique permettrait aux politistes qui s’intéressent aux « printemps arabes » de 2011 de poser de meilleures questions de recherche. À condition, naturellement, qu’ils soient en mesure de repérer les spécificités des cultures qu’ils étudient.

26Il existe enfin un troisième argument, banal mais non dépourvu pour autant de pertinence. C’est l’importance de l’explication par genèse. Le présent n’est que le point d’aboutissement provisoire de tendances longues. Comment, par exemple, bien comprendre les systèmes de représentations que les citoyens actuels se font de leurs institutions ou de leurs pratiques si l’on méconnaît les traditions et les expériences historiques qui les ont constituées ? Ce point est particulièrement crucial lorsqu’on est confronté au rôle de la mémoire dans la construction des repères identitaires, au niveau national mais aussi infranational. Les historiens nous apprennent à penser en termes de continuités et/ou de ruptures, un paramètre souvent négligé en science politique.

27C. A. Certains historiens dont je suis éprouvent le besoin du « détour » par la science politique. Les ouvrages de celle-ci leur apportent une inspiration, une orientation spéculative, ou bien la formulation théorique de questions qu’ils se posent de manière empirique à la lecture des archives. On voit aussi des articles ou des livres qui prennent de front des notions ou des topoï de la littérature historienne pour en montrer les limites ou les présupposés. Ces travaux nous rendent les plus grands services.

28Mais on est parfois surpris de la déperdition de matière qui s’opère lors de certaines lectures. D’un livre entier, il arrive qu’on ne tire par exemple qu’une ou deux formules. Quelques ouvrages semblent surchargés de mots, de préalables et de déclarations de principe assez ordinaires, dont les effets se font peu sentir dans le développement qui suit. Bref, le politiste verra certainement là la marque de l’incapacité de l’historienne à percevoir la vraie valeur de la science politique !

29Ph. B. Je serai encore plus sévère sur la qualité d’écriture de nombreux travaux en science politique. Le langage abscons ne contribue pas à légitimer la place de la science politique dans l’espace social. De même l’ergotage théorique qui se manifeste dans certains articles et ouvrages, s’apparente à la maladie infantile d’une discipline encore jeune qui s’efforce de prouver sa créativité intellectuelle. Les politistes devraient être beaucoup plus conscients de ces faiblesses qui nuisent à l’image extérieure de leur discipline.

30Le recours à l’outil mathématique est dans bien des cas une nécessité et la condition d’un progrès. Mais je suis également convaincu que cette évolution n’est pas souhaitable en tous domaines ; elle peut même comporter des dangers de régression si le souci du traitement statistique et mathématique conduit à une simplification excessive des hypothèses (la fameuse quantification du qualitatif), voire à l’abandon pur et simple de dimensions pourtant éclairantes de la vie politique (le rôle du symbolique ou celui des leviers émotionnels).

  • 5 Cf. le difficile mais passionnant ouvrage de J.-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, Paris, (...)

31Quant au besoin de théorie et de discussion épistémologique, je ne crois pas qu’il puisse être nié, ni dans les sciences humaines ni dans les sciences sociales5. Un objet de recherche se construit dans un certain regard et les faits ne sont pas des objets bruts mais des constructions de sens. Ceci étant, il est vrai que l’excès de théorie caractérise trop souvent la science politique française alors que certains d’entre nous sont toujours tentés d’en stigmatiser le manque en histoire. Je pense que les divergences de cultures scientifiques entre nos deux disciplines sont bien réelles même s’il faudrait se garder d’y voir le moyen de conforter des préjugés négatifs symétriques. Un dialogue plus ouvert et plus étroit devrait faciliter l’emprunt à autrui de ce qui fait sa force. Ceci étant, les spécificités disciplinaires demeureront toujours fortes malgré toutes les promotions d’interdisciplinarité car la science politique et l’histoire se définissent selon des critères qui ne sont pas du tout du même ordre et recourent à des méthodologies qui ont peu de rapports entre elles. Les historiens, par définition, ne peuvent faire ni des enquêtes de terrain ni de l’observation participation, sauf dans des domaines bien particuliers ; les politistes ne sont pas solidement préparés à travailler sur archives. Je pense que nos métiers respectifs étant différents, il est préférable que chaque discipline continue sa course sur son erre. Bien sûr, il y aura toujours des francs-tireurs qui s’aventureront sur le territoire de l’autre avec un certain bonheur. Mais je doute que ces réussites puissent être très nombreuses.

  • 6 Thompsonklein J., Interdisciplinarity. History, Theory & Practice, Wayne State University Press, 1 (...)

32C. A. Il faudrait mieux connaître l’histoire de l’interdisciplinarité. Le mot est devenu courant autour de Mai-68, en même temps que multi-et pluri-disciplinarité. Et l’on a maintenant la co-, poly-, trans-, post-, et même méta-disciplinarité6. Inversement, certains s’inquiètent de l’in-disciplinarité qui caractérise les studies qui se définissent par un objet et non par une discipline. Mais quand la discipline devient un carcan ou impose des œillères, la création « d’études » peut être légitime.

33La pratique elle-même de l’interdisciplinarité, – « l’indépendance dans l’inter-dépendance », pour reprendre une formule des années 1950 –, est certainement bien plus ancienne que les années 1960. Galilée, Descartes et les Encyclopédistes auraient quelque chose à dire à ce propos, de même que Marc Bloch et Maurice Halbwachs qui discutaient de leurs travaux respectifs, ou encore les économistes des années 1930 qui se divisaient sur leur rapport aux mathématiques. On peut défendre l’idée que les disciplines sont nécessaires – en sciences humaines et sociales, c’est la discipline qui distingue la science de la culture générale ou du sens commun –, et que le dialogue des disciplines, notamment de l’histoire et de la science politique, est bénéfique. Il aide l’une à structurer la narration, et l’autre à fonder la théorie. Tout en sachant que chaque discipline génère chez l’autre une image plus virtuelle que réelle, et que si l’historien, par exemple, a intérêt à voyager dans la science politique, il n’y reste qu’un passager.

Notes

1 Laborier P., Trom D. (dir.), Historicités de l’action publique, Paris, PUF, 2003 ; Offerlé M., Rousso H. (dir.), La Fabrique interdisciplinaire. Histoire et science politique, Rennes, PUR, 2008 ; Peschanski D., Pollak M., Rousso H. (dir.), Histoire politique et sciences sociales, Bruxelles, Éd. Complexe, 1991; Tilly C., As Sociology Meets History, New York, Academic Press, 1981.

2 Favre P. et Legavre J.-B. (dir.), Enseigner la science politique, Paris, L’Harmattan, 2010.

3 Agulhon M., « Présentation », in La politisation des campagnes au XIXe siècle. France, Italie, Espagne et Portugal, colloque de l’École française de Rome-274, 2009. Également, Berstein S., Milza P. (dir.), Axes et méthodes de l’histoire politique, Paris, PUF, 1998 ; Veyne P., Comment on écrit l’histoire, 2e éd., Paris, Le Seuil, 1978.

4 Buton F., Mariot N. (dir.), Pratiques et méthodes de la socio-histoire, Paris, PUF, 2009 ; Déloye Y., Sociologie historique du politique, 3e éd., Paris, La Découverte, 2003 ; Noiriel G., Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, 2006. Également, dans une perspective plus critique, Corcuff Ph., « Analyse politique, histoire et pluralisation des modèles d’historicité. Éléments d’épistémologie réflexive », Revue française de science politique, vol. 61, no 6, décembre 2011.

5 Cf. le difficile mais passionnant ouvrage de J.-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, Paris, Nathan, 1991, et, plus particulièrement ici, le chapitre « Histoire et sociologie. Identité sociale et identité logique d’une discipline », p. 57-88.

6 Thompsonklein J., Interdisciplinarity. History, Theory & Practice, Wayne State University Press, 1990; Morin E., « Sur la transdisciplinarité. Guerre et paix entre les sciences. Disciplinarité, inter- et trans-disciplinarité », Revue du MAUSS, 1997, no 10 ; Blanchard-Laville C., « De la co-disciplinarité en sciences de l’éducation », Revue française de pédagogie, no 132, juillet-septembre 2000.

Auteurs

Professeur des universités en histoire contemporaine à l’Institut d’études politiques de Paris, chercheure au Centre d’histoire de Sciences Po et chercheure associée au Centre d’histoire sociale de Paris 1. Elle travaille actuellement sur les comportements comparés des populations civiles dans l’Europe de la Seconde Guerre mondiale. Elle a récemment codirigé, avec Sarah Gensburger et Jacques Semelin, La Résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search