Version classiqueVersion mobile

Les dimensions émotionnelles du politique

 | 
Isabelle Sommier
, 
Xavier Crettiez

Troisième partie. Philippe Braud vu d'ailleurs

18. Philippe Braud et le droit : un intérêt sans passion

Jacques Le Goff

Texte intégral

  • 1 Au cours d’un entretien, le 31 mai 2011.
  • 2 Recueil des arrêts du Conseil d’État.
  • 3 Actualité juridique du droit administratif.
  • 4 Revue du droit public.

1« J’ai aimé le droit » se souvient Philippe Braud1 qui ajoute aussitôt, dans un sourire : « Cela dit, le lendemain de l’agrégation de droit public, c’en était fini du Recueil Lebon2, de l’AJDA3, de la RDP4 ! Je tournais la page sans regret. » Une parenthèse se refermait à l’heure où émergeait l’horizon de la science politique. Le principe de désir prenait le pas sur celui de réalité dans un tournant libérateur. C’est dire l’ambiguïté d’un rapport au droit partagé entre un réel intérêt et un sentiment de frustration intellectuelle né du constat de son impuissance à rendre compte du politique d’emblée inscrit dans un statut référentiel. Il occupe en effet très tôt, dans son champ de questionnement, une place de premier plan pour des raisons d’ailleurs inexpliquées, l’attention portée aux affects, aux émotions, à la dynamique psychosociale des conduites et choix politiques pouvant s’interpréter comme une manière d’introspection et d’intelligence de sa propre inclination. Une inclination d’ailleurs contrariée, ab initio, par le refus qu’opposeront ses parents à son projet de rejoindre sans retard la rue Saint Guillaume. Les raisons de coût y auront moindre part que la crainte de voir le jeune Philippe exposé aux charmes délétères de la capitale. D’où le choix de l’École de droit d’Angers placée sous la tutelle de la Faculté de droit de Rennes.

Le droit, un accès au monde

2Malgré sa déconvenue, le jeune étudiant ne tarde pas à s’intéresser à l’objet juridique qui lui offre la chance « d’une découverte concrète du monde ». Le droit constitutionnel et la sociologie politique très classiquement enseignée comblent ses attentes. Mais en dévoilant bien des ressorts cachés de la vie collective, en explicitant des notions, des cadres organisationnels jusqu’alors nébuleux, le droit de la famille, le droit commercial, pénal, du travail piquent non moins la curiosité d’un esprit toujours en éveil et impatient de comprendre son propre cadre d’existence. Si le choix de raison ne se mue pas en passion sauf à l’heure du cours d’idées politiques, le charme du droit opère néanmoins avec, très tôt, une nette prédilection pour le droit public alors dominé par la haute stature des Georges Dupuis, Jacques Georgel, Jacques Moreau… maîtres dans l’alliage du droit et de la culture.

3Et lorsque vient en fin de licence, alors en quatre ans, le moment du choix de l’orientation professionnelle, c’est presque naturellement que Philippe Braud se tourne vers la carrière universitaire. Bien des raisons l’y inclinent : peut-être l’héritage familial d’un père enseignant, plus probablement d’excellents résultats tout au long de cette première séquence, et plus décisivement un goût prononcé pour la recherche et l’écriture déjà remarquable de clarté et de sens pédagogique. Il enchaîne deux DES de droit public et de science politique avec un premier mémoire sur L’État tiers en droit international et un second sur La Belgique fédérale. Étude de sociologique politique qui lève déjà le voile sur ses centres d’intérêt ultérieurs.

  • 5 Publiée à la LGDJ en 1968 sous le titre La notion de liberté publique en droit français.

4Mais avant de s’y consacrer entièrement, il va devoir s’infliger le « pensum » de la thèse de droit. « Ce que je n’aurais jamais dû faire », dit-il et qu’il fait pourtant pour des raisons de stratégie de carrière. Il n’a pas le choix. La seule agrégation qui lui soit ouverte est, en effet, celle de droit public modérément accueillante aux recherches doctorales de sociologie politique. S’engager dans cette voie revient à faire un pari très risqué. D’où le choix d’une thèse de droit public bien classique dont le sujet lui est proposé par son futur directeur : Georges Dupuis qui sera, dit-il, l’équivalent à la fois d’un « directeur de conscience » et d’un manager, va le chaperonner et le guider plus d’ailleurs dans le parcours de carrière que dans le travail de thèse proprement dit. Il est vrai que le sujet inclinait naturellement à une direction souplement libérale : « La notion de liberté publique en droit français5. »

5Le profil du thésard est déjà suffisamment affirmé pour écarter un thème de recherche pointu en droit administratif, en contentieux… qui risque d’enfermer la réflexion dans le champ vite asphyxiant de la pure technicité. Il a au contraire besoin d’air et le sujet proposé par G. Dupuis ne pouvait mieux convenir par son allure de compromis entre l’enseigne aux couleurs du droit public et de futurs développements qu’il devine et souhaite placer sous le signe du désenclavement disciplinaire. Il s’inscrit en effet au carrefour de la plupart des grandes disciplines juridiques et à l’interface du droit et de la philosophie politique, de la sociologie et de la science politique. Par là, il permet de satisfaire son désir de comprendre le droit en situation comme langage de la société sur elle-même.

Une thèse annonciatrice

6Réalisé en 4 ans, l’opus tient ses promesses. S’il n’introduit pas de révolution dans l’approche du concept de liberté publique, son grand mérite est d’en souligner le statut-charnière entre État et société. C’est dans le va-et-vient permanent entre ces deux grands protagonistes que la vie démocratique tire les fils des principales libertés définies comme « des obligations juridiques de l’État constitutives de droits au profit des particuliers » (p. 41).

7Donner ainsi, dans une tonalité assez kelsénienne, l’antécédence à l’État souligne la place centrale reconnue au droit positif, à la cristallisation juridique de principes et d’aspirations sinon exposés au risque de l’inconsistance verbeuse. Pour autant, Braud est loin se rallier aux vues du positivisme strict. Pas une ombre de statolâtrie chez lui mais au contraire la conviction d’un État soumis « aux normes supra-étatiques » indépendamment de toute expression de volonté de sa part. Il y a un système universel et particulier, global et local, des droits fondamentaux qui est la mise en forme d’un travail de la société sur elle-même en tant que lieu de manifestation de ce que Gurvitch nomme le « droit intuitif », notre auteur préférant parler de « droit réflexe » guère éloigné de la notion de droit naturel.

  • 6 Ibid. p. 441.

« Les libertés publiques, en tant que catégorie juridique, écrit-il dans les premières lignes de sa conclusion, traduisent la retombée dans les structures d’un élan vital : l’esprit de liberté. La volonté d’indépendance minimale des particuliers s’exprime par un droit qui endigue la puissance de l’État6. »

8C’est dire s’il refuse de s’en remettre entièrement à ce dernier du soin d’en assurer la garantie qui passe par la distinction sans complète séparation des ordres sociétal et politique, caractéristique de la démocratie libérale.

  • 7 Également illustrée par son cours de finances publiques de 2e année qui, sans faire l’économie des (...)

9Encore faut-il que la société soit suffisamment affermie dans ses convictions, dans son ethos, dans sa culture démocratique pour parvenir à faire pièce, si nécessaire, à l’État. Ce type de préoccupation dénote un tempérament intellectuel qui est déjà celui du politiste attentif aux modes d’inscription du droit et des valeurs dont il est porteur dans l’épaisseur des sociétés7.

  • 8 p. 443.

« La proclamation de libertés publiques ne suffit pas nécessairement à créer un climat de liberté véritable […]. Les déclarations de droit les plus techniquement évoluées peuvent fleurir dans des pays où règne l’arbitraire. Cela s’explique par un manque de maturité politique. Fréquente dans le tiers monde, cette carence a des raisons structurelles […]. Lorsqu’un libéralisme réel ne triomphe pas dans un pays qui, par ailleurs, inscrit dans sa constitution une liste de droits inviolables et sacrés des personnes, cela signifie que ces droits n’ont aucune aptitude véritable à l’effectivité8. »

10On est aux antipodes de l’angélisme et d’un nominalisme positiviste générateur d’illusions et d’idéologies pernicieuses. Et ces remarques finales font écho à la mise en garde formulée dès les premières lignes de la thèse :

  • 9 P. 1.

« Il convient de ne pas oublier que la façade [des libertés proclamées] n’a aucun sens en elle-même et pour elle-même ; selon que “l’esprit de liberté” sera ou non vivace, ces libertés publiques prendront une importance particulière dans l’ordonnancement juridique ou, au contraire, s’étioleront sous l’effet de violations répétées, acceptées dans l’indifférence9. »

  • 10 Braud Ph., Sociologie politique, Paris, LGDJ, 4e édition, 1998, p. 79.
  • 11 Cf., entre autres, Braud Ph., « Du pouvoir en général au pouvoir politique », in Grawitz M., Leca (...)

11On comprend mieux pourquoi dans sa théorisation ultérieure de l’État « phénomène de puissance qui se coule dans les formes du droit10 », Braud insiste à ce point sur la dimension de légitimité et sur les facteurs psycho-sociaux dont elle est l’alchimie11.

Passion de la synthèse

  • 12 Thèse toujours citée en référence par l’ouvrage de Jacques Robert et Jean Duffar, Droits de l’homm (...)
  • 13 Il cite, à ce titre, une étude menée avec son collègue économiste rennais Yves Fréville sur le mon (...)
  • 14 L’Harmattan, 1993 (dir.).
  • 15 Le Seuil, 2e édition, 2003.
  • 16 Le Seuil, 2e édition, 2009.
  • 17 Avec François Burdeau, Montchrestien, 2e édition, 1992.
  • 18 10e édition, 2011.
  • 19 4e édition, 1996.
  • 20 LGDJ.

12On découvre surtout, à travers cette belle thèse12 tenue par son auteur pour « mal nécessaire » menée « sans passion mais non sans intérêt », son inclination pour le travail de synthèse qui se manifestera plus tard avec éclat dans la plupart de ses travaux. « Sauf exception, je n’ai pas été un vrai chercheur13 », confie-t-il à la surprise de son auditeur, « mais un homme de synthèse. J’éprouve beaucoup d’intérêt pour ce type de travail permettant de dresser l’état d’une question ». Cela donne La violence politique dans les démocraties européennes occidentales14, La démocratie15, L’État16, L’histoire des idées politiques17, La science politique18, La vie politique19 et Sociologie politique20 qui en est à sa 9e édition. Bref, une œuvre qui compte et pour longtemps.

13Cette passion de la synthèse s’alimente à une double source, intellectuelle et déontologique. La source intellectuelle est le désir de compréhension au sens de Dilthey et d’Arendt, qui implique la mise à distance de l’objet du savoir de manière à l’envisager sous toutes ses facettes. Là où certains séparent par souci de pureté méthodologique, Braud au contraire met en gerbe et joue sur les effets de mitoyenneté des savoirs, la science politique se voyant confirmée dans son statut de lieu synergétique des approches non normatives du politique. Son regard balaie large mais sous réserve, nous y reviendrons, de rester en-deçà de la froide ligne d’horizon de l’empirique.

14Mais il y a aussi un motif déontologique attaché à la non-coïncidence des points de vue, génératrice d’une pluralité discursive tenue pour valeur. À la lecture de notre ami, on sent à quel point il aime restituer l’entrechoc des analyses, mettre en scène les conflits d’interprétations en n’hésitant pas à prendre part au débat. C’est un discutant et on ne compte pas les colloques, tables rondes, interventions radio et télévisées qui l’attestent. À ce propos une petite anecdote, un souvenir de mai 68 à la Faculté de droit de Rennes. Dans le hall, un groupe débat vivement de quelque sujet. En cours de discussion, l’un des étudiants s’en prend sans ménagement à l’analyse jugée trop sage d’un des protagonistes. Lorsque le groupe se sépare, la vérité se dévoile : « Mais tu ne sais qui tu as mouché tout à l’heure ! C’était Braud, le prof. de Finances publiques ! » Léger rougissement chez l’intéressé. Sans raison, déjà jeune pour l’éternité, le sympathique professeur ne s’en était nullement offusqué. Il était une voix parmi les autres, rien de plus et trouvait manifestement plaisir à cet échange musclé. Un peu plus tard, on le verra soutenir la « lutte » des assistants dont le statut était alors menacé. Et c’est lors d’une assemblée générale dans le fameux amphi VI que je l’entendrai reprendre à son compte le mot de Beaumarchais dans Le barbier de Séville, un mot qui me séduira et qui dit bien son souci d’équité : « Aux vertus qu’on exige d’un domestique, Votre Excellence connaît-elle beaucoup de maîtres qui fussent dignes d’être valets ? »

  • 21 Sous-titré Essais d’herméneutique, Le Seuil, 1969.
  • 22 « Il n’est de savoir que relatif à la position de l’observateur » et « le chercheur devrait, chaqu (...)

15On comprend mieux pourquoi Le conflit des interprétations21 de Paul Ricœur fut à ses yeux le « seul livre de philosophie » vraiment digne d’intérêt. S’y dévoile, en effet, la structure ontologique du réel comme lieu d’un « sens caché » qu’il s’agit d’approcher au point d’intersection tremblé des discours de la psychanalyse, de la linguistique, de l’histoire et bien sûr de la philosophie. Et Braud sait très bien que si scientifique que soit l’analyse de la réalité, elle n’est jamais qu’une interprétation à partir d’un certain point de vue conscient de sa relativité22. D’où d’ailleurs, entre autres raisons, ses fortes réticences à l’endroit de Bourdieu qui le séduit autant qu’il l’agace par sa propension à la lévitation, à l’apesanteur sociologique. Dans le fond, il sait comme Pascal que nous sommes « embarqués » et qu’il convient d’en tirer une règle de modestie.

  • 23 « L’avilissement ne rend pas » (Esprit, mars 1950) dans Œuvres complètes, Le Seuil, 1963, tome IV, (...)

16Et c’est cette modestie méthodologique que révèle sa manière de convoquer sur chaque thème abordé les thèses en présence et d’en organiser la confrontation dans l’attente d’un surcroît d’intelligibilité. Voilà un trait qu’il partage avec Paul Ricœur qui fut un infatigable lecteur et un discutant de thèses qui n’avaient pas son assentiment, mais toujours avec la plus grande honnêteté dans leur exposition. On pourrait parler de cette passion dialogale également si vive chez Mounier au point que Garaudy, alors cerbère de l’idéologie au PCF, dira de lui : « Jusque sur la charrette qui le conduirait à l’échafaud, Mounier continuerait encore à débattre avec ceux qui viennent de le condamner23. »

« Donner à voir »

  • 24 Pouvoirs, op. cit., p. 135.

17Au fond, dès la première période de son histoire intellectuelle, Braud met déjà en œuvre cette éthique de la recherche fondée, dira-t-il, sur un « précepte unique : donner à voir, afin de respecter les conclusions plurielles qui peuvent en être tirées au niveau des engagements et des choix24 ». Il tient sur le droit comme langage des valeurs, particulièrement actives dans le domaine des libertés, le discours de la méthode qu’il déploiera par la suite en science politique : ne pas nier la réalité des valeurs mais en analyser la place et le rôle d’un regard froid, « clinique » (mot qu’il affectionne beaucoup) préservé de toute préférence dans une sorte d’équanimité frisant l’impassibilité. Prendre les valeurs comme des données du réel et s’en tenir à un strict jugement de fait.

  • 25 Mouvement créé en 1947 par André Cruiziat et Pierre Goutet dans le sillage du scoutisme et avec le (...)

18Mais aussi les prendre au sérieux en tant que telles sans prétendre les réduire à un niveau de réalité plus élémentaire supposée receler la clé d’explication de leur statut. Braud n’a jamais cédé à la tentation moniste du marxisme. Il s’est en revanche trouvé exposé à celle de l’idéalisme ou de ce qu’il tient aujourd’hui pour tel, à savoir sa fréquentation de l’œuvre de Mounier et du mouvement La vie nouvelle25 très directement inspiré du personnalisme.

19Pour être franc, lorsque j’ai envisagé ce papier je m’imaginais une influence forte sur le développement intellectuel de notre ami. L’entretien que nous avons eu n’a pas tardé à ramener les choses à leur juste mesure : fréquentation limitée de cette pensée, peu de lectures des écrits les plus théoriques et assez vite une prise de distance sans retour malgré l’attachement de plus longue durée à La vie nouvelle.

20Que Mounier soit taxé d’idéalisme se discute. Ce n’est pas le lieu d’en débattre. Retient en revanche l’attention le fait qu’une telle association va provoquer, chez le jeune lecteur, un mouvement de recul lié au sentiment d’une prise de contrôle de la connaissance par l’action, d’un « abus de pouvoir » pense le juriste. Comme si la lecture du réel devait se plier aux réquisitions de la praxis, de l’« engagement » selon le vocable acclimaté par Mounier et par la suite repris par le mouvement existentialiste. Or cette vue, d’ailleurs largement discutable, offense chez Braud le scrupule intellectuel et le devoir de vérité. Sa déontologie s’y oppose assez tôt, imposant la distinction nette entre la raison et le wishfull thinking.

  • 26 De la condition historique du sociologue. Leçon inaugurale au Collège de France prononcée le 1er d (...)
  • 27 « Raymond Aron ou le principe de réalité », Le Monde, 9 octobre 1981.
  • 28 Cité par François George, Sillages, essais philosophiques et littéraires, Hachette, 1986, p. 297.

21Il y a chez lui quelque chose d’aronien par son insistance sur les limites du savoir contre la tentation de l’hubris, son allergie à l’illusion lyrique et aux « discours de fin de banquet », son prosaïsme revendiqué qui le porte, comme disait Aron, à « dépoétiser la réalité26 ». Michel Contat27 a souligné que l’auteur de L’opium des intellectuels avait porté sa faculté de passion sur un objet qui, chez les autres, la repousse : le principe de réalité. C’est également l’option de Braud qui fait largement sienne la réponse d’Aron à la question de Sartre « Pourquoi, mon petit camarade, as-tu si peur de déconner ? » : « Faut-il déraisonner pour montrer qu’on a bon cœur28 ? » Max Weber avait mis en garde : le bien ne doit pas être confondu avec le vrai. La générosité a son lieu ailleurs que dans le savoir qui, néanmoins, peut en préparer l’exercice les yeux grands ouverts. Dans les rencontres de La vie nouvelle, c’est le message qu’il tentera de faire passer : pas d’action pertinente sans rigueur et lucidité dans la découverte du théâtre politique ou social de son inscription. Sans « dévoilement », terme qui revient fréquemment sous sa plume, grand risque de dévoiement. Sans « démythologisation », fort danger de mystification.

  • 29 La Croix, 10 septembre 2011.

22Un souvenir récemment rapporté par Robert Paxton illustre l’effet praxéologique induit par le constat descriptif froid d’une situation sociale. Il doit un jour écrire, pour son professeur, un article sur le Sud des États-Unis à l’heure de la ségrégation. Il y décrit cliniquement la frontière sociale entre Blancs et Noirs dans une société où les Noirs pouvaient aller au cinéma à condition de s’asseoir au balcon, les églises et les écoles étant totalement séparées. « Mon professeur a publié le texte mais en le musclant de termes polémiques qui étaient autant de jugements de valeur. Alors que j’avais fait une analyse froide comme sur Vichy plus tard. La description sèche des faits a tellement plus de force29. » C’est elle qui peut le plus efficacement pousser à l’action réformatrice.

Positivisme ?

23Un point de vue partagé par Braud qui refuse les injonctions et prescriptions de l’action, ce qui peut se révéler, au bout du compte, la meilleure des propédeutiques à l’engagement dans le respect des recommandations de l’Ecclésiaste : « Il y a un temps pour chaque chose. »

  • 30 Sur la précarité en Grande-Bretagne, dans le cadre du Conseil de l’emploi, des revenus et de la co (...)

24Positivisme ? Oui si l’on entend par là le lestage de la pensée par la pesanteur du fait, fût-il normatif comme le droit. Mais chacun sait qu’il y a beaucoup de demeures dans la maison du positivisme qui est moins une école qu’une sensibilité intellectuelle au principe d’une nébuleuse aux contours plutôt vaporeux. Lorsqu’à la présentation d’un dossier30 qui lui semble pécher par insuffisance de faits avérés, Jacques Delors réplique, j’en fus témoin, « En êtes-vous si sûr ? », il se révèle à sa manière positiviste et, somme toute, en accord avec la pensée de Mounier qui n’a jamais cessé d’être l’étoile du Nord de son action. Comme lui, Braud se refuse à sacrifier l’épaisseur et la profondeur du réel à la conviction qu’il n’est de fait que de l’immédiatement tangible, que du seul visible en tant qu’objet de quantification. Il se révèle en cela plus phénoménologue que strictement positiviste.

  • 31 L’idée de la phénoménologie (1907), PUF, 1970, p. 33.

25Il reprendrait volontiers à son compte le mot d’ordre de Husserl qu’il cite volontiers : « Retour aux choses elles-mêmes31 », par dépassement de l’opposition paralysante entre idéalisme et positivisme. Contre la manière impériale d’aller aux choses pour s’en rendre « maître et possesseur » (Descartes), il faut accepter de laisser les choses venir à soi, consentir à les « voir » et les accueillir dans leur infini miroitement. « La vraie philosophie, dit Merleau-Ponty, est de réapprendre à voir le monde. »

  • 32 Gallimard, 1964.
  • 33 Ibid., p. 127.

26Et dans son grand livre posthume Le visible et l’invisible32, ce dernier insiste sur le fait que « le propre du visible est d’avoir une doublure d’invisible […] qu’il rend présent comme une certaine absence […]. L’invisible est le relief et la profondeur du visible, et pas plus que le visible [il] ne comporte de positivité pure33 ». Et pourtant sa réalité en tant que manifestation de l’être des choses s’impose comme clé d’intelligibilité du monde humain.

  • 34 Vrin, 1930, p. 18. Sur Gurvitch, cf. mon ouvrage, Gurvitch, le pluralisme créateur, Le bien commun (...)
  • 35 Expression de Paul Ricoeur, Esprit, « La pensée Ricœur », mars-avril 2006, p. 208.
  • 36 Dialectique et sociologie, Flammarion, 1962, p. 7.
  • 37 « La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale », Revue philosophique, 1 (...)

27Une intuition qu’avait défendue avec vigueur Georges Gurvitch dans son premier ouvrage Tendances de la philosophie allemande de 1930 : « L’erreur fondamentale de l’empirisme et du positivisme consiste, selon la phénoménologie, non dans ce qu’ils appellent à s’en tenir rigoureusement aux données et à l’expérience, mais seulement dans ce qu’ils réduisent d’une façon inacceptable et purement dogmatique ces données et cette expérience aux limites les plus arbitraires des éléments sensibles34. » Il y a là une véritable dénaturation de la réalité qui ne peut qu’interdire d’accéder à son sens profond. On pourrait parler d’hémiplégie de la pensée privée, par une implacable censure, de la possibilité d’aller au-delà de l’écorce des « faits », de leur « apparaître » saisi par l’observation et la raison. Gurvitch y oppose une « véhémence ontologique35 » fondée sur la certitude d’un sens excédant le donné. Comme il l’écrit joliment, on ne cueille pas les faits sociaux « comme les fleurs des champs36 ». Un écho à Husserl qui mettait, quant à lui, plus directement en cause la « naïveté37 » du positivisme sensualiste.

  • 38 Sociologie politique, op. cit., p. 549.
  • 39 Cf. son Saint-Exupéry et les idées politiques, LGDJ, 1966.

28Dans son abord du droit comme du fait politique, Philippe Braud n’a cessé de se garder de deux naïvetés opposées, celle de l’idéalisme oublieux, dans sa béatitude, des déterminations concrètes de la vie individuelle et collective, et celle du sensualisme réducteur de la réalité au seul visible. Entre mythe platonicien et « mythe scientiste38 », il a tenu le cap redoutable de l’intelligence intégrale qui n’exclut rien par principe mais peut peiner à justifier certains de ses choix imposés par l’évidence intuitive. Prendre au sérieux les valeurs, les émotions, l’imaginaire et le symbolique procédait d’une option de sens plutôt risquée sinon hasardeuse qui lui vaudra bien des critiques. Mais il assume entièrement. Lecteur attentif de Saint-Exupéry39, il partage avec le Petit prince la conviction qu’une large part de « l’essentiel est invisible pour les yeux ».

29Voilà pourquoi, sous sa plume élégamment fluide, affleure ce que Pascal nommait « le tragique de la connaissance » et Mounier « la dramatique de l’intelligence ». Comme s’il ne perdait jamais de vue l’insondable profondeur du réel qui fait dire à André Bolkonski dans Guerre et paix de Tolstoï : « Rien, il n’y a rien de certain outre le néant de tout ce qui m’est compréhensible et la majesté de quelque chose, incompréhensible, mais encore plus important. » Mais cette énigme du monde, non totalement dépliable sous l’œil de la froide raison, n’est-elle pas justement la condition ontologique de la liberté, objet du premier grand travail de notre ami Braud ?

Notes

1 Au cours d’un entretien, le 31 mai 2011.

2 Recueil des arrêts du Conseil d’État.

3 Actualité juridique du droit administratif.

4 Revue du droit public.

5 Publiée à la LGDJ en 1968 sous le titre La notion de liberté publique en droit français.

6 Ibid. p. 441.

7 Également illustrée par son cours de finances publiques de 2e année qui, sans faire l’économie des développements techniques sur l’unité ou l’universalité budgétaires… ou sur l’impôt, mettait chaque thème en abyme ce qui rendait passionnants les sujets les plus austères. Je me souviens de l’une des questions qu’il posait à l’oral avec effet déstabilisateur pour nombre d’étudiants d’esprit déjà positiviste : « Y a-t-il une politique budgétaire de droite et de gauche ? » Je vois encore l’ahurissement de certains d’entre eux qui hésitaient entre deux hypothèses : un professeur dangereusement « original » (sous-entendu, à la limite du dérangement) ; une question posée dans un idiome incompréhensible.

8 p. 443.

9 P. 1.

10 Braud Ph., Sociologie politique, Paris, LGDJ, 4e édition, 1998, p. 79.

11 Cf., entre autres, Braud Ph., « Du pouvoir en général au pouvoir politique », in Grawitz M., Leca J., Traité de science politique, PUF, 1985, tome I, p. 335 suiv.

12 Thèse toujours citée en référence par l’ouvrage de Jacques Robert et Jean Duffar, Droits de l’homme et libertés fondamentales, Paris, Montchrestien, 8e édition, 2009.

13 Il cite, à ce titre, une étude menée avec son collègue économiste rennais Yves Fréville sur le monde étudiant, dans un article paru à la Revue Française de Science Politique en 1974 sur le thème « Rang de naissance et transmission des valeurs parentales » et une étude pour le CEVIPOF, en 1978, sur les élections en Bretagne.

14 L’Harmattan, 1993 (dir.).

15 Le Seuil, 2e édition, 2003.

16 Le Seuil, 2e édition, 2009.

17 Avec François Burdeau, Montchrestien, 2e édition, 1992.

18 10e édition, 2011.

19 4e édition, 1996.

20 LGDJ.

21 Sous-titré Essais d’herméneutique, Le Seuil, 1969.

22 « Il n’est de savoir que relatif à la position de l’observateur » et « le chercheur devrait, chaque fois que cela est nécessaire, dire clairement de quel lieu (institutionnel, idéologique, etc.) il parle. » (Débat « Science politique et philosophie politique » avec Luc Ferry, Pouvoirs, 1983, no 26, p. 135.)

23 « L’avilissement ne rend pas » (Esprit, mars 1950) dans Œuvres complètes, Le Seuil, 1963, tome IV, p. 180.

24 Pouvoirs, op. cit., p. 135.

25 Mouvement créé en 1947 par André Cruiziat et Pierre Goutet dans le sillage du scoutisme et avec le projet de mettre en œuvre les intuitions maîtresses du personnalisme communautaire de Mounier dont il continue de se réclamer.

26 De la condition historique du sociologue. Leçon inaugurale au Collège de France prononcée le 1er décembre 1970, Gallimard, 1971, p. 14.

27 « Raymond Aron ou le principe de réalité », Le Monde, 9 octobre 1981.

28 Cité par François George, Sillages, essais philosophiques et littéraires, Hachette, 1986, p. 297.

29 La Croix, 10 septembre 2011.

30 Sur la précarité en Grande-Bretagne, dans le cadre du Conseil de l’emploi, des revenus et de la cohésion sociale (CERC).

31 L’idée de la phénoménologie (1907), PUF, 1970, p. 33.

32 Gallimard, 1964.

33 Ibid., p. 127.

34 Vrin, 1930, p. 18. Sur Gurvitch, cf. mon ouvrage, Gurvitch, le pluralisme créateur, Le bien commun, Michalon, 2012.

35 Expression de Paul Ricoeur, Esprit, « La pensée Ricœur », mars-avril 2006, p. 208.

36 Dialectique et sociologie, Flammarion, 1962, p. 7.

37 « La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale », Revue philosophique, 1948, p. 141.

38 Sociologie politique, op. cit., p. 549.

39 Cf. son Saint-Exupéry et les idées politiques, LGDJ, 1966.

Auteur

Professeur de droit public à l’université de Brest et ancien inspecteur du travail. Ses derniers ouvrages : Du silence à la parole. Une histoire du droit du travail des années 1830 à nos jours, PUR, 2006 ; Droit et complexité. Une nouvelle intelligence du droit vivant (dir.), PUR, 2007 ; Les lois Auroux, 25 ans après (dir.), PUR, 2008 ; Penser la crise avec Mounier (dir.), PUR, 2011 ; Graines de quotidien. 10 ans à la Une d’Ouest-France, PUR, 2012 ; Georges Gurvitch. Le pluralisme créateur, Michalon, 2012.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search