Version classiqueVersion mobile

Les dimensions émotionnelles du politique

 | 
Isabelle Sommier
, 
Xavier Crettiez

Deuxième partie. Les émotions en politique

16. Elias, Wouters et la théorie de l’informalisation

Un outil conceptuel pour sociologiser des régimes émotionnels et leurs effets

Erik Neveu

Texte intégral

« Les modes d’analyse sociologiques doivent être poussés jusqu’à leurs propres limites internes et non arrêtés par des limites édictées par une autre discipline. Cette procédure exclut la pratique habituelle des sociologues américains de concéder de domaines d’extra-territorialité aux psychologues à l’intérieur du discours sociologique (une politesse qui est d’ailleurs rarement rendue par les psychologues). »
Peter Berger, Toward a sociological understanding of psychoanalysis, 1965.

  • 1 Wacquet F., « Les “Mélanges” : honneur et gratitude dans l’Université contemporaine », Revue d’his (...)

1Puisque, selon l’ironique analyse d’une historienne1, les « Mélanges » sont bien davantage faits pour être offerts à leur dédicataire que pour être lus, cette promesse d’impunité narrative autorise pour quelques lignes un autre mélange : celui de la science à concepts et notes de bas de pages et de considérations plus liées au dédicataire.

  • 2 Pour une illustration fraîche, mais pas si rafraichissante, de l’indigence épistémologique et des (...)
  • 3 Encore que ces deux auteurs soient, avec Freud, les plus cités dans « L’émotion en politique » (19 (...)
  • 4 Avant-propos dialogué, in Maitre P., L’autobiographie d’un Paranoïaque, Economica, 1994, p. xix.

2Je puis donc débuter sur le mode perecien du « Je me souviens… ». Je me souviens de Philippe Braud – ce devait être en 1972-1973 introduisant dans son cours d’Histoire des idées politiques de maîtrise des observations sur la pertinence d’un éclairage « psycho-affectif » du politique. Je me souviens d’une discussion qu’il organisât « hors cours » –la chose était plus que rare dans notre frileuse faculté de droit– un soir du printemps 1973, avec ceux des étudiants qui le souhaitaient sur les pourquoi et comment de l’engagement. Je crois me souvenir de l’entendre encore réintroduire cette attention aux gratifications psychologiques dans ce qu’on appelait alors le DEA d’études politiques. Je me souviens aussi de mon écoute, mi-flottante, mi-goguenarde. Toutes ces psycho-considérations n’étaient-elles pas l’écume des choses quand de puissantes théories matérialistes, à commencer par des marxismes mâtinés de sociologie, avaient un pouvoir explicatif incommensurablement plus grand ? Je me souviens aussi tant de la constance pionnière de Philippe Braud à creuser ce sillon des émotions et des affects en politique que ma propre constance dans le scepticisme alors que j’étais devenu universitaire. La sociologie politique ne demandait-elle pas assez d’investissements, ne générait-elle pas assez de lumières pour ne pas se disperser vers les registres psy ? Pareille ouverture ne conduisait-elle pas à la pente fatale du « psychologisme » ? Je me souviens d’un fossé de doutes qui n’étaient pas hostilité. La psychologie politique avait au moins en cette sortie des « années soixante-huit » le mérite de secouer, avec la sociologie critique, le cocotier d’une science politique redoutablement ennuyeuse où l’on devait pour être pris au sérieux cotiser de son article de sociologie électorale sur des sujets aussi grisants que le vote des unijambistes dans les Cévennes et où les mouvements sociaux, la culture des médias ou les policies étaient encore trop malséants ou prosaïques pour justifier l’investigation. Une opposition, assurément simpliste, ne condenserait pas si mal le principe d’une défiance. Les théories psychanalytiques, sans trop savoir quel emploi en faire, semblaient alors à ma fraction de génération intéressantes à la fois par l’obscur potentiel analogique qu’on pouvait pressentir à certains de leurs concepts et par une épistémologie forcément subversive puisque confirmant le précepte bachelardien selon lequel « il n’est de science que du caché ». Mais la psychologie, elle, était décidément une science suspecte. Ne reposait-elle pas souvent sur du laboratoire et même pas de la clinique, théorie née d’artefacts et non du vrai et grand air du terrain ? Une bonne part de ses pratiquants ne se référaient-ils pas à un homo psychologicus aux pulsions, désirs et complexes aussi prévisibles et indifférents à la différence sociale que chez son infortuné cousin homo economicus ? Et la sollicitation fréquente des savoirs psy, sous la forme d’une « psycho-sociologie » dont la hiérarchie explicative était trop visible dans sa raison sociale, ne pouvait que redoubler la méfiance2. Peut-être le Je me souviens devient-il inconvenant si j’avoue que c’est bien davantage par Bourdieu ou Elias3 que me vint le doute sur mes doutes à l’égard de ces apports « psy », de la prise en compte des émotions. La lecture d’Elias au seuil des années quatre-vingt, tant sur le procès de civilisation que sur l’analyse de l’homo clausus, fut une forme de révélation : on pouvait donc à la fois donner une importance centrale à des régimes émotionnels, à la place de désirs et d’affects et le faire avec une profondeur de vision historique, une précision d’analyse sociologique qui structuraient une chaîne explicative cohérente entre une grande cathédrale conceptuelle et l’individualité d’un courtisan, d’un contemporain ou même d’un génie comme Mozart ! Quant à Bourdieu, s’il convint sur le tard d’une forme de « refoulement scientiste4 », du verrouillage d’un surmoi scientifique sur la question des émotions, son lexique même (illusio, libido, investissement, complexe, refoulement) aidait largement à faire un pont entre la sociologie et des questionnements centraux de la psychanalyse.

  • 5 Braud Ph., Le Jardin des délices démocratiques, Presses de Sciences Po, Paris, 1991.
  • 6 Lahire B., L’Homme pluriel. Les ressorts de l’action, Nathan, Paris, 1998, p. 224.
  • 7 Jasper J., The Art of Moral Protest: Culture, Biography and Creativity in Social Movements, Chicag (...)
  • 8 Thoits P., « The Sociology of Emotions », Annual Review of Sociology, 1989, vol. 15, p. 317-342.
  • 9 Hochschild A., The managed Heart. Commercialization of human feelings. University of California Pr (...)
  • 10 Chodorow N., The Reproduction of Mothering. Psychoanalysis and the Sociology of Gender, University (...)
  • 11 Traïni C., Emotions… Mobilisation !, Presses de Sciences-Po, Paris, 2009.

3Vingt ans après les éclairages du « Jardin des délices démocratiques5 », un combat intellectuel semble gagné –si existent des victoires définitives dans les sciences sociales où l’un des effets des innovations est souvent d’ensevelir des évidences antérieures, qu’on exhumera vingt ans plus tard comme des percées conceptuelles- et l’importance des affects et émotions a reçu consécration. Des sociologues revendiquent l’essor d’une « sociologie psychologique (et non d’une psychologie sociale) qui n’a été voulue par personne mais que tout le monde a, peu à peu, contribué à créer6 ». Avec Jasper, Poletta, Goodwin7, ces questions ont conquis la reconnaissance dans l’analyse des mouvements sociaux. Les acquis d’une sociologie des émotions8 illustrée par Arlie Hochschild9, ceux d’une psychanalyse sociologisée attentive à la genèse des dispositions comme chez Chodorow10 dynamisent les sciences sociales. Au sein des générations montantes de chercheurs, s’exprime le dessein de construire des outils qui connectent l’approche des émotions et la posture sociologique, comme l’illustre la réflexion de Christophe Traïni autour des « dispositifs de sensibilisation »11.

4La contribution proposée ici voudrait s’inscrire dans cette dynamique. Si elle rompt à ce titre avec ce que pouvait être une part de crispation scientiste ou de répugnance à mettre en péril la sociologie dans les sables mouvants des affects, elle ne renie en rien quelques ancrages épistémologiques fondateurs : il faut expliquer le social par le social ; émotions et affects ne sont des principes d’intelligibilité que si sont expliqués leur façonnage social, les mécanismes institutionnels qui en autorisent ou inhibent l’expression. Cette contribution voudrait aussi réparer une omission typique de l’édition scientifique française –ni toujours rapide, ni toujours lucide dans les choix de traductions– en valorisant la contribution d’un sociologue eliasien, Cas Wouters, qui ne s’est jamais satisfait d’un statut d’épigone ou de gardien du temple, mais a pris en compte une série de changements sociaux pour repenser les tendances contemporaines du procès de civilisation, leurs effets sur les habitus, la trame de relations sociales très diverses. À cet effet un premier ensemble de développements se fixera sur l’explicitation du concept d’informalisation, avant qu’une seconde partie en explicite à la fois les possibles points aveugles et la fécondité bien au-delà de ce que suggère immédiatement le processus dont il est la sténographie.

Suivre le procès de civilisation

Une théorie débordée par la modernité ?

  • 12 Elias N., La civilisation des mœurs, Calmann-Levy, Paris, 1973 et La dynamique de l’Occident, Calm (...)
  • 13 Elias souligne aussi que la violence garde un rôle dans les arrières scènes de la vie sociale, qu’ (...)
  • 14 S’il est sujet à de multiples discussions sur tel ou tel point précis (ainsi du rôle joué par d’au (...)
  • 15 Braud P., Sociologie Politique, LGDJ, Paris, 10e éd., 2011, p 265.
  • 16 Riesman D., La foule solitaire, Arthaud, Paris, 1963 [1950].

5La problématique eliasienne du procès de civilisation (1973, 1975) est assez familière pour ne pas demander de grandes explicitations12. Elias analyse la manière dont la complexification des chaînes d’interdépendances liée à l’avancée de la division sociale du travail organise un monde qu’il devient de plus en plus impossible de structurer dans le mode binaire des amis et des ennemis et où, dès lors, les armes de la négociation, de la ruse, des transactions collusives prennent une place grandissante là où l’usage de la violence13 pourrait aussi tuer la poule aux œufs d’or, être contre-productif contre des groupes qui, pour faire de l’ombre aux dominants, ont simultanément pour eux une utilité qui ne survivrait pas à leur asservissement. Elias souligne aussi combien le processus de monopolisation de la violence par l’État, en améliorant la sécurité physique des populations, fait reculer les dispositions agressives et la rationalité d’un usage préventif de la brutalité. La problématique du procès de civilisation offre un cadre théorique à la fois souple et puissamment intégrateur, de moins en moins contesté dans ses fondements14. Elle permet de saisir les cohérences entre un ensemble de grandes tendances mises en avant par les fondateurs de la sociologie, qu’il s’agisse des évolutions de la division sociale du travail, des dynamiques de rationalisation, de « psychologisation » au sens d’une anticipation plus réfléchie sur les actions d’autrui15. Au risque d’une formule trop raccourcie, la théorie du procès de civilisation offre une socio-histoire de l’émergence du surmoi freudien et de ses conditions de possibilité. Dans les sociétés marquées par la dynamique du procès de civilisation, les auto-contrôles (pudeur, honte, sentiment de culpabilité) l’emportent sur la contrainte extérieure symbolisée par la maréchaussée ou même le confesseur, comme moteur d’une police des comportements. L’aboutissement de ce processus est un type humain que Riesman décrira comme doté d’une « puissante boussole intérieure de reflexes et d’habitudes plutôt fixes16 », un être convaincu que s’il ne canalise pas sérieusement les manifestations pulsionnelles de sa « nature », il se mettra en danger ou risquera la honte. La période Victorienne, son carcan de normes, ses élites des public school figées stiffupper lip seraient l’apogée de ce modèle.

  • 17 Foucault M., Histoire de la sexualité. 1 La volonté de savoir, Gallimard, Paris, 1976.
  • 18 On peut penser à la disparition des « courriers du cœur » –dont la titulaire à Elle, Marcelle Séga (...)
  • 19 Dans des registres différents on citera comme précurseurs « Bonnie and Clyde » ou « La Horde sauva (...)
  • 20 In Mauve Gloves & Madmen, Clutter & Vine, Picador, 1990 [1976], p. 157-165.
  • 21 Dont « American Psycho » de Brett Easton Ellis (voir aussi les ouvrages de Virgine Despentes en Fr (...)

6Au moment même où Elias rédigeait sa thèse, il relevait, dans une observation incidente sur les mœurs dans les stations balnéaires, des faits qui cadraient malaisément avec sa grille interprétative. Et ces faits troublants allaient prendre un développement exponentiel au fil des sixties. Ce qu’il est convenu d’appeler la « libération sexuelle », les multiples formes de rapports désinhibés au corps (vêtements moins couvrants, plus moulants, semi-nudité sur les plages, styles de danse), la constitution des comportements sexuels et des élans affectifs en objets de multiples débats dont l’enjeu n’est plus de produire cet « herbier » des pratiques et pathologies que Foucault17 repérait dans le « dispositif de sexualité », mais de faire des désirs et des émotions tantôt l’enjeu d’une discussion apaisée ou apaisante, tantôt l’objet de représentations ironiques ou provocatrices18. Aucune de ces tendances ne cadrait vraiment avec la représentation d’un surmoi refoulant efficacement les pulsions et affects tenus pour socialement dangereux dans les profondeurs de la psyché, avec la vision d’auto-contrôles assez forts pour contenir à chaque instant les comportements dans les bornes d’une bienséance ouatée. De façon tout aussi troublante, un ensemble de tabous liés à la violence et à sa représentation semblait aussi sauter, non que les sociétés civilisées soient submergées d’un déferlement de brutalité, mais sa représentation dans des œuvres de fiction combinait esthétisation et surenchère19, tandis que l’univers des jeux vidéo banalisait une violence qui s’hybridait ailleurs souvent d’une dimension sexuelle dans ce que Tom Wolfe labellise comme pornoviolence20, fantasmes de domination ou de démembrements des corps21. Il y avait là de quoi alimenter quelque malaise dans la théorie de la civilisation.

  • 22 « On Status Competition and Emotion Management: the study of Emotions as a New Field », Theory, Cu (...)
  • 23 Wouters C., « The Quest for New Rituals in Dying and Mourning: Changes in the We-I Balance », Body (...)

7Si l’on considère encore que beaucoup des normes qui régissent les rapports sociaux (marques de politesse, modes d’adresse) sont aussi l’expression de rapports d’une profonde signification émotionnelle en ce qu’ils marquent le respect, la considération, la soumission qui peuvent organiser les rapports entre des rôles, une tendance marquante est aussi à l’érosion de maints formalismes qui maillaient les rapports sociaux. La généralisation de l’usage du prénom ou de la « bise » entre collègues, la possibilité de porter au travail des vêtements qui ne soient pas des uniformes fonctionnels, l’abaissement fréquent des marqueurs de hiérarchie –dont le tutoiement– entre supérieurs et subordonnés sont aussi des indicateurs de dé-disciplinarisation, d’une acceptation dans la vie professionnelle d’« egos » moins harnachés de la camisole du surmoi et des pyramides hiérarchiques. Une autre illustration de ces processus qui portent à la conscience et à l’espace public des sentiments dangereux pourrait encore se trouver dans ces entretiens à la presse de pilotes de chasse, exprimant à chaud durant la première guerre d’Irak des sentiments de peur lors de leurs missions22. Le changement des rituels funéraires, moins figés, laissant plus de place à une expression ouverte et individualisée des sentiments de tristesse serait une autre expression de ces dynamiques23.

  • 24 Wouters (2007, p. 226-237) consacre un appendice complet à la question des échanges intellectuels (...)
  • 25 En 1980 dans « La civilisation des parents », in Elias N., Au-delà de Freud. Sociologie, Psycholog (...)

8Fallait-il interpréter ces faits comme autant de ratés dans les auto-contrôles, comme indices de dé-civilisation, signes d’obsolescence du modèle théorique ? Attentif aux faits comme à leurs significations sociologiques, Elias va introduire dès 1971 la notion d’informalisation, qui reviendra dans plusieurs de ses textes24 pour rendre compte de ce qui apparait facialement comme « assouplissement sélectif des tabous ». Mais si Elias peut être crédité d’inventer la notion pour intégrer à son cadre théorique le défi de faits inédits, c’est Cas Wouters qui dans une longue série de contributions auxquelles Elias se réfère explicitement25 va la systématiser et la rendre opératoire.

De la seconde à la troisième nature

  • 26 Kaufmann J. C., Corps de femmes, regards d’hommes. Sociologie des Seins nus, Nathan, Paris, 1995.
  • 27 Qui est développée dans Guionnet C. et Neveu E., Féminins/masculins. Sociologie du Genre, A Colin, (...)

9La meilleure façon d’expliciter la catégorie de l’informalisation nous semble être un détour par la « Sociologie des seins nus » élaborée par Jean-Claude Kaufmann26, en en donnant une lecture « eliasienne27 » qui va au-delà de l’usage explicite que l’auteur fait du sociologue de Leicester. La thèse de Kaufmann peut être condensée de façon assez simple : loin de constituer un congédiement des normes de pudeur ou une bulle de libre expressivité corporelle, le fait d’utiliser la plage comme un espace de semi nudité suppose tant de la part des femmes que des hommes un surplus d’auto-contrôles réflexifs. Les femmes qui se dénudent choisissent avec soin les espaces où s’installer, accompagnent de précautions le fait de se déshabiller ; elles manifestent en général une retenue des postures et du geste qui conjure les dimensions de l’invite sexuelle. Les hommes de leur côté doivent limiter à quelques regards approbateurs ou intéressés leur fixation visuelle sur les seins ; toute installation dans la posture du « mateur » susciterait la réprobation. Un système complexe de contrôles croisés –qui amène Kaufman à faire de « la plage » le sujet de verbes– s’exprime dans une police des gestes et des regards, des signes extra-verbaux de réprobation vers les hommes au regard insistant, dans la remise des « hauts » par les pratiquantes du bronzage intégral dans certaines configurations d’occupation de l’espace littoral ou devant certaines présences. Dans son principe la formule de cette déclinaison balnéaire de l’informalisation est simple : moins c’est plus. Moins de pudeur apparente demande plus d’auto-contrôles, d’anticipations et de réflexivité partagée.

  • 28 Wouters C., « The sociology of emotions and flight attendants: Hochschild’s Managed Heart, Theory, (...)
  • 29 Elias N., La société de Cour, Flammarion-Champs, Paris, 1985, p 279.

10L’effort de Wouters pour donner consistance à une problématique amorcée par Elias remonte au seuil des années quatre-vingt, en particulier dans une réflexion sur les changements de la civilité et des mœurs sexuelles qu’il synthétisera en 2004. Cette élaboration connaît une impulsion importante dans la discussion qu’il entretient avec d’autres auteurs qui réfléchissent aux émotions et affects : sur un mode critique avec Hochschild, plus en harmonie avec les travaux de Waldhoff28. Il emprunte à ce dernier la catégorie de la « troisième nature ». Le langage ordinaire et celui de la sociologie peuvent se retrouver pour décrire des auto-contrôles puissamment intériorisés par de multiples mécanismes de socialisation comme une « seconde nature ». Le désir d’agresser physiquement, l’expression trop publique d’un désir sexuel susciteront des réflexes de maîtrise de soi, voire de gêne, peur ou malaise. Mais une « seconde nature », de par la profondeur d’intégration des auto-contrôles que suggère la métaphore de leur naturalisation, est aussi la condition paradoxale pour relâcher ces contrôles. L’incorporation et l’institutionnalisation des auto-contrôles ont atteint une telle force qu’il devient possible de les relâcher sans « perdre les pédales », de faire de l’expression de désirs et de sentiments tenus pour dangereux un jeu, l’aveu sans conséquences graves des fantasmes, un moyen de discuter et de mettre en jeu réflexivement des dimensions jusque là taboues des relations entre humains. Tel est le principe de ce qu’Elias et Wouters désignent comme « relâchement contrôlé des contrôles », Waldhoff comme accès à une « troisième nature » qui à la fois débraye la « seconde » et garde le contrôle de la « première », du circuit pulsionnel. Le processus rappelle aussi la métaphore de l’escalier à vis qu’Elias développe dans La société de cour29. Il y imagine un gentilhomme montant dans l’escalier à vis d’un palais pour observer la fête qui s’y déroule et acquérir ainsi une posture surplombante, distanciée, sur ce qui se passe en bas ; il poursuit cette escalade imaginaire jusqu’à faire grimper encore d’un tour son personnage qui peut de la sorte comme se voir lui-même là où il observait un instant plus tôt, et par là penser sa propre posture surplombante. En remplaçant la capacité d’objectivation réflexive du courtisan dans l’escalier, par celle de contrôle réflexif du civilisé atteignant la troisième nature, on saisit l’homologie entre les deux postures.

  • 30 L’index final comporte deux jeux d’entrées (p. 268) autour d’informalization/informalizing pour so (...)
  • 31 Le seul texte de Wouters disponible en français (in Bonny Y., Neveu E. & de Queiroz J.-M., Norbert (...)

11Par souci probable de ne pas congeler un outil d’analyse30 en catégorie figée, Wouters n’a jamais cherché –même dans son livre éponyme (2007)– à verrouiller une définition de l’informalisation31. Par souci de clarté pour des lecteurs peu familiers de ses textes, on prendra le risque de chercher à cadrer plus ce qui est inséparablement processus et concept autour de quelques repères.

12– L’informalisation produit une économie psychique post-disciplinaire où selon la formule de Wouters « la conscience devient plus perméable aux émotions, les émotions plus perméables à la conscience ». En jouant de la polysémie du mot français conscience, on suggérera ici un glissement de son modus operandi. Elle était hier surmoi, police des comportements à la culpabilité ou à la norme ; elle devient transparence réflexive des affects et désirs à soi-même, mais opère simultanément dans un niveau préservé et élevé d’autocontrôles qui permet au relâchement disciplinaire de n’être pas nécessairement périlleux pour soi ou autrui.

13– Ce relâchement contrôlé renvoie au caractère de fait social de l’informalisation. Il s’agit d’un comportement assez largement diffusé pour faire système. Wouters utilise ici une comparaison militaire. Comme la possession de l’arme nucléaire par les deux superpuissances créait un système de « destruction mutuellement assurée » (MAD Mutually Assured Destruction) dissuadant d’en faire usage, le risque de se voir mis en difficulté par le dévoilement de désirs dangereux ou d’affects intimes est largement conjuré par une logique d’auto-limitation mutuellement attendue (MES : Mutually Expected Self-Restreint). La double signification de l’adjectif français informel, comme suspension des formalismes et convivialité bienveillante, n’est pas éloignée de cette signification.

14– Parce qu’elle suppose anticipations sur un système de comportements moins figés, sur une palette moins normée de conduites, l’informalisation est liée à des dynamiques de réflexivité, d’intellectualisation des rapports sociaux.

  • 32 Wouters C., « Balancing Sex and Love since the 1960’s », Theory, Culture and Society, 1998, vol. 1 (...)

15– Le processus d’informalisation s’est particulièrement illustré en matière de relâchement des tabous et inhibitions liés à la sexualité32. Le constat ouvre la question d’une redéfinition et hiérarchisation des sentiments et affects « dangereux » qu’une régulation plus informelle doit toujours encadrer. Si la sexualité n’est plus ce qui polarise le plus de frustrations et de tabous, la libido dominandi, les sentiments de supériorité et le mépris corrélatif des perdants sociaux ne deviennent-ils pas le tabou premier et l’objet de fantasmes par excellence ?

Les fondements sociaux de l’informalisation

16Pour que l’informalisation puisse être une notion sociologique, il doit être possible d’en ramener l’épanouissement à des variables morphologiques, de la penser comme une nouvelle séquence d’un procès de civilisation propulsé par des changements sociaux, et non comme une dynamique autonome de la psyché. Ce souci de penser de concert sociogenèse et psychogenèse d’une nouvelle configuration de la civilisation est présent chez Wouters et les sociologues influencés par Elias (Dunning, Goudsblom, Kilminster, Mennell, de Swaan, Van Krieken…). Dans les limites de cette contribution, quatre facteurs explicatifs peuvent être soulignés.

  • 33 Wouters C., Sex and Manners. Female emancipation in the West 1890/2000, Sage, Londres, 2004.

17Le premier renvoie à la théorie eliasienne de la « démocratisation fonctionnelle ». Celle-ci ne se fixe pas sur les régimes politiques ou les pratiques participatives, mais sur l’hypothèse d’une tendance historique –sujette à reculs et rechutes, mais objectivable- à une réduction des différentiels de pouvoirs entre générations, genres, classes, nations. Les femmes ayant conquis des ressources d’autonomie (scolarisation, accès au salariat, contraception, droit au divorce), des relations sinon égalitaires, du moins moins déséquilibrées existent au sein des couples et des familles33. La conception des enfants est aussi plus le fruit d’un projet que d’accidents biologiques, ceux-ci sont davantage pensés comme êtres autonomes en développement que comme objets de dressage ; l’externalisation d’une part croissante de la socialisation vers l’école, les médias, les promoteurs d’activités récréatives, recompose aussi la balance des pouvoirs entre générations. Si la question de la démocratisation fonctionnelle comme réduction des inégalités sociales mérite plus ample discussion, on peut accorder au cadre théorique qu’elle n’est pas insoutenable si l’on considère la part croissante prise par les salaires dans la répartition des richesses nationales pendant les trente glorieuses. Dans ce cadre, l’informalisation, spécialement celle des dimensions hiérarchiques, de la sociabilité, serait le prolongement des évolutions d’une société où se réduisent déséquilibres de pouvoir et de ressources.

  • 34 Wouters C., « Social Stratification and Informalisation in Global perspective », Theory, Culture a (...)

18L’argument de la démocratisation fonctionnelle s’articule lui-même à une continuité des analyses eliasiennes. Les chaines d’interdépendance ne cessent à la fois de se compliquer de plus de rationalisation, de pilotage réflexif du social, et de s’étendre dans un espace mondialisé34. En produisant sans cesse un tissage plus serré, plus complexe, plus étendu spatialement d’interdépendances, les processus sténographiés comme « mondialisation », « migrations » ont au nombre de leurs effets l’essor d’un monde où plus de groupes humains dépendent de plus d’autres groupes, parfois lointains.

  • 35 1990, p. 76.

19Un troisième registre explicatif concerne les effets d’intellectualisation de la vie sociale. Celle-ci est rendue possible par la généralisation et le prolongement de la scolarisation qui offre aux individus des outils conceptuels pour dénaturaliser les rapports sociaux, entretenir un rapport plus réflexif à leurs affects. Wouters souligne les effets d’une diffusion de la pensée de Freud. On se gardera de l’identifier aux ventes de « Sur le rêve » ou à l’audimat des conférences anti-freudiennes de Michel Onfray sur France-Culture. La diffusion d’un Freudisme dégriffé se fait aussi par les magazines de psychologie ou de conseils de vie, par la banalisation du lexique des « complexes » et « désirs », par une offre thérapeutique protéiforme. On pensera aussi au rôle d’émissions, de débats sur les recompositions de la famille qui –sans toujours remplir le cahier des charges de l’intellectualité vue par les universitaires– mettent en débat la vie sexuelle et affective, donnent les modalités du vivre ensemble entre hommes et femmes, entre humains de même sexe, entre générations comme l’objet d’une discussion du « c’est mon choix », d’un droit à invention, à confrontation. Wouters35 souligne encore combien les multiples outils qui rendent visible l’espace des styles de vie (depuis « La distinction » et ses vulgarisations, jusqu’aux reportages – ceux des magazines d’aménagement de sa maison, de « Géo » ou d’entretiens avec des explorateurs des « beaux quartiers », sans oublier la presse people) produisent aussi à travers un effet panoptique une mise en discussion des manières de vivre, de styliser des identités. Ainsi s’alimentent des jeux de distinction et de démarcation dans la définition et la mise en scène des affects et désirs de valorisation.

  • 36 Wouters C., « Formalization and Informalisation. Changing tension balances in civilizing processes (...)
  • 37 Cancian M., « The Feminisation of Love », Signs. Journal of Women in Culture and Society, vol. 11( (...)

20Wouters36 soutient enfin que l’informalisation nait de processus de redéfinition de ce qu’est une vie sociale réussie, l’accumulation des richesses ou des signes de statut reculant au profit d’une valorisation de la qualité affective et communicationnelle, des gratifications hédonistes des relations privées. C’est une part de la démonstration de « Sex and Manners » (2004) qui évoque les évolutions de l’équilibre « Lust/Love » dont une tendance est la recomposition vers plus d’érotisme du pacte conjugal, mais aussi comme le montre Cancian37 une possible dynamique de « féminisation de l’amour », soit la place accrue de définitions du couple qui valorisent des critères traditionnellement associés au « féminin » comme l’expressivité émotionnelle et l’entretien de l’intimité partagée

Une grille d’investigation amendable mais féconde

21L’objet de cette seconde partie sera, bien davantage que de développer une glose sur une notion, d’en questionner les usages. Un détour nécessaire conduira vers quelques questions critiques, formulées avec bienveillance mais attentives à conjurer des sollicitations naïves. Mais on cherchera bien davantage, au risque de s’émanciper de ce qu’ont produit les seuls travaux de Wouters et d’Elias, à suggérer en quoi le potentiel d’intelligibilité que suggère la notion d’informalisation va très au-delà de ses sollicitations initiales, permet aussi de dépasser l’opposition émotion-réflexion et d’éclairer une foule de rapports sociaux.

Une sous-estimation des différences sociales ?

  • 38 Jeffreys S., The Industrial Vagina. The Political Economy of the Global Sex Trade, Routledge, Lond (...)
  • 39 Cette discussion est pour partie conduite entre les textes rassemblés dans Bonny, Neveu, de Queiro (...)
  • 40 Les travaux d’Asef Bayat (Islam and Democracy, Amsterdam University Press, Amsterdam, 2007 et Life (...)

22Une manière frontale de questionner la théorie de l’informalisation pourrait être de lui opposer un présent aussi fait de carnages produits par des attentats suicides, du viol massif de femmes dans l’ex-Zaïre, plus près de nous par l’expansion d’un marché prostitutionnel38, la brutalité des traitements infligés aux étrangers en situation irrégulière ou la restauration de rapports de travail mettant des personnes –précaires en particulier- dans des situations extrêmes de dénuement ou d’humiliation. Mais ces arguments sont moins puissants qu’il n’y parait. Outre qu’on ne disqualifie pas une théorie qui tente de penser de façon rigoureuse le façonnage d’économies émotionnelles par la mobilisation d’arguments non exempts de pathos, les exemples précédents sont hétérogènes. Ni Elias ni Wouters n’ont jamais prétendu qu’à l’une quelconque de ses étapes le procès de civilisation soit linéaire ou inexorablement évolutionniste. Et si ces débats débordent par leur nature et le volume d’explications requis les limites de cette contribution, Elias comme des sociologues s’inspirant de lui ont produit des développements et études de cas convaincants quant aux conditions sociales qui peuvent enrayer les dynamiques civilisatrices ou produire leur inverse39. Quant aux espaces et civilisations volontiers présentés comme ignorant toute informalisation, conservatoires d’un ordre rigide et dogmatique, serres chaudes d’une économie psychique disciplinaire, répressive et régressive –adjectifs qu’un nouveau sens commun qui se donne aussi pour savant associe aux mondes musulmans- les aborder par le terrain40 et non les prénotions suffit immanquablement pour y discerner contradictions, tensions, potentiel de processus homologues à ceux par lesquels le modèle « victorien » fut dépassé.

  • 41 Reconstitution dans les pays développés ou les ex-pays socialistes d’une population de fortunes im (...)
  • 42 Wouters le souligne sans approfondir dans « On Status Competition and Emotion Management », Journa (...)
  • 43 Boltanski L. & Chiappello E., Le nouvel esprit du capitalisme. Gallimard, Paris, 1999 et Sennett R (...)

23Les questionnements pertinents sont à adresser plus en premier lieu à une dimension surplombante, irénique parfois, des approches de la démocratisation fonctionnelle, support clé du mouvement d’informalisation. La vision d’une dynamique de réduction des inégalités et déséquilibres entre classes, nations, genres et génération est à la fois stratosphérique par sa généralité, et empiriquement fausse sur des points importants pour la période 1980-201041. Wouters (2007, chapitre 6) développe cependant une observation qui peut réduire cette objection. Les processus d’informalisation sont une tendance de fond, mais une tendance sujette à dynamique cyclique avec des avancées à la Belle époque, dans les années vingt, les sixties, puis des phases de ralentissement ou de re-formalisation qui ne sont pas pour autant des retours au statu quo ante. La précision permet à la fois d’acter une phase statique de l’informalisation et de lier ses phases actives aux séquences de répartition moins inégalitaire de la richesse (fordisme, welfare-state42). Si pareille argumentation invite à mettre en perspective historique la vision de l’informalisation, elle ne disqualifie en rien un ensemble d’objections quant aux usages stratégiques possibles de rapports de travail moins formalistes, de dispositifs de captation des affects comme autant d’instruments de pouvoir ou de violence symbolique. Les analyses de Boltanski et Chiapello sur les formes nouvelles des rapports de travail dans le capitalisme, celle de Sennett sur « Le travail sans qualités » illustrent ces points aveugles des éliasiens43.

24Il faut encore souligner qu’il n’est pas vrai que l’allongement des chaînes d’interdépendance produise de façon univoque de la solidarité ou la conscience d’une commune humanité. Les conditions de travail et de vie souvent terribles imposées à la main-d’œuvre asiatique dans les sweatshops modernes se doublent d’une vision abstraite, d’une absence d’images sur leur quotidien. La distance –sociale, spatiale– et la rationalité bureaucratique des chaînes de sous-traitance fonctionnent aussi comme de puissants anesthésiques moraux.

25Une seconde série d’observations critiques peut viser le rapport au terrain d’une large part des sociologues « éliasiens ». Ils excellent à saisir avec acuité et intelligence des changements sociaux émergents à partir d’une grande diversité d’indices dans la trame de la quotidienneté, ils savent construire des corpus et des dispositifs (manuels de civilité ou de vie conjugale chez Wouters) pour tester leurs hypothèses. Inversement l’attention empirique aux reliefs, disparités et différences sociales que permet la démarche ethnographique ou la comparaison fine entre milieux sociaux est peu présente dans leur panoplie méthodologique. Il en découle un risque de montée en généralité rapide, une sensibilité aux différences qui descend rarement sous le niveau de « gros » comparables (nations, macro-groupes sociaux).

Faire travailler l’informalisation

26« Les théories sociologiques qui ne se vérifient pas par un travail de sociologie empirique ne servent à rien. Elles ne méritent même pas le statut de théorie » (Elias, 1985, p LX). Que peut-on alors éclairer empiriquement avec l’informalisation ?

  • 44 Le Bart C., L’individualisation, Presses de Sciences-Po, Paris, 2009.

27L’usage qu’en fait Wouters (2004, 2007) illustre la capacité de cet outil théorique à éclairer une sociologie des rapports de genre et des conjugalités, des sociabilités dans le travail et les loisirs. Mais en illuminant ces rapports sociaux, la problématique de l’informalisation apporte au moins deux autres profits de connaissance. Elle permet de saisir des évolutions tendancielles des « habitus psychiques » vers un régime plus réflexif, un rapport plus conscient et moins inhibé à ses émotions, la gestion de palettes de choix élargies en matière de sociabilités et de styles de vie. Elle contribue de la sorte à l’analyse de l’individualisation44. Elle ouvre aussi la possibilité de penser les contradictions de ces changements sociaux sans tomber des registres d’interprétation lourdement normatifs.

  • 45 Sur ces questions en matière de conjugalité Guionnet C. & Neveu E., op. cit., 2010 p. 141-146, 342 (...)
  • 46 Liquid Life, Polity, Londres, 2005.
  • 47 Le Déclin de l’Institution, Seuil, Paris, 2005.
  • 48 Wouters, 1991 et Kilminster R., « Narcissism or Informalization? Christopher Lash, Norbert Elias a (...)
  • 49 Lash C., La culture du narcissime. Sysiphe, Paris, 2000.
  • 50 C’est un point qu’évoque Abram de Swaan dans « The Politics of Agoraphobia », Theory and Society, (...)
  • 51 Illouz E., « Who Will take Care for the Caretaker’s Daughter? Toward a Sociology of Happiness in t (...)

28Pour être précis, l’analyse en termes d’informalisation permet une triple démarcation. En premier lieu vis-à-vis des discours enchantés sur la « libération » des mœurs et de la sexualité en ce qu’elle contraint à penser l’existence et le coût, social et psychique, de nouvelles formes d’auto-contrainte, de gestion réflexive des affects et d’anticipation sur ceux d’autrui45. En soulignant que l’informalisation suppose aussi des moments de reformalisation de règles moins « formelles » (cf. le PACS, le travail de redéfinition d’une civilité sur les réseaux sociaux), la problématique apporte un contrepoint et un questionnement aux travaux sociologiques qui, de manière stimulante mais parfois unilatérale, mettent l’accent sur une société « liquide » (Bauman46) ou une « désinstitutionalisation » généralisée (Dubet47). En second lieu elle se distancie48, sur un autre versant, des analyses promues par Lasch49 quand il déplore – sans toujours s’embarrasser de la représentativité des données empiriques - une société anomique, marquée par la banalisation du narcissisme. Une modernité informalisée connaît ses pathologies50. Il ne s’en suit pas que soient réductibles à des signes d’anomie tous les tâtonnements que suppose le rééquilibrage moi/surmoi dans toute une série de rapports sociaux, ou le souci de réaffirmer des distinctions et de styliser des identités dans un monde où la démocratisation fonctionnelle peut éroder une part des écarts et différences sociales. Enfin, surtout si elle est mobilisée avec une attention (plus) forte aux différences sociales, comme y invite la sociologue israëlienne Eva Illouz51, la problématique de l’informalisation questionne les conditions sociales de possibilité de cette nouvelle économie émotionnelle et du processus d’individualisation, ce qui la démarque utilement des célébrations d’un individu stratège et libre –si libre qu’il s’émancipe de tout ancrage social– qui est le fond de commerce de beaucoup des social scientists chéris des médias.

  • 52 Neveu E., « Le Sceptre, les masques et la Plume », Mots, no 32, 1992, p. 1-27 et Le Bart C., « La (...)
  • 53 Neveu E., « Métier politique : d’une institutionnalisation à l’autre », in Lagroye J., La politisa (...)

29Les problématiques de l’informalisation peuvent-elles concerner plus directement le politiste ? On le soutiendra d’autant plus nettement qu’elles ont déjà été sollicitées par des chercheurs qui explorent le métier politique et singulièrement les récits biographiques et autobiographiques produits sur ou par le personnel politique52. Un nombre croissant de textes autobiographiques –on citera dès la période 1980-1990 ceux de F. Léotard, V. Giscard d’Estaing– mais aussi de propos tenus en interviews manifestent une propension plus affirmée des acteurs politiques à exprimer des émotions ou des désirs jusque là indicibles ou « dangereux » comme la peur, les haines, les sensibilités sexuelles ou l’ambition de parvenir. Ces propos peuvent pour partie s’analyser comme les mises en scène obligées d’un parler vrai, d’un déni de la langue de bois. On en perdrait l’essentiel en restant à cette lecture stratégiste. Ils expriment aussi une tension. Les professionnels du politique sont d’un côté pris dans la soumission aux règles d’un jeu très contraignant53, sans cesse en représentation sous l’œil des caméras, désormais sous la menace d’un cliché ou d’un enregistrement via un portable, ficelés dans un réseau d’impératifs en partie contradictoires (réagir en permanence, être solidaire de son équipe gouvernementale ou partisane, faire entendre sa petite musique). Contraints aux formes médiatiques du port permanent du masque, ils souffrent du sentiment d’être réduits aux artifices du rôle, aux astuces de communication. L’expression de leurs affects, de leurs émotions ou d’expériences intimes est alors à la fois une illustration générale des dynamiques d’informalisation, et une forme très singulière de protestation d’authenticité, de revendication d’une valeur personnelle plus forte que les masques et grimaces fonctionnelles. Christian Le Bart suggère justement une homologie entre ces postures et la « nostalgie chevaleresque » (Elias, 1985) ressentie par les nobles du XVIIe siècle domestiqués à la cour. Les (auto) biographies politiques soulèvent alors une question plus large : et si la spécificité de ces protestations « informalisées » d’authenticité ou d’individualité désignait a contrario un niveau faible d’informalisation des rapports sociaux dans l’univers politique ? L’hypothèse peut s’articuler au caractère fortement agonistique des activités politiques, au fait qu’une part du jeu implique de porter des attaques qui sont aussi ad hominem ou ad mulierem aux fins de détruire le capital personnel d’un acteur dans une compétition qui –bien plus qu’en d’autres espaces sociaux– personnalise les ressources (qu’on compare une présidentielle et une OPA boursière). Le champ politique aurait alors parmi ses singularités une faible capacité d’acclimater le mécanisme de « mutually expected self-restraint ».

  • 54 Hay C., Why We Hate Politic. Polity Press, Londres, 2007.

30Au-delà des professionnels de la politique, l’informalisation ne peut-elle aider à penser les comportements des profanes ? Un ensemble d’évolutions dans les comportements politiques (désaffiliation partisane, fluidité plus grande des comportements de vote, recours plus fréquent à des mobilisations collectives) a été associé à la manière dont des processus de scolarisation, d’individualisation freinaient la remise de soi. En prenant soin de ne pas occulter en quoi une offre politique de plus en plus homogène, de plus en plus dépouillée de la prétention à changer le monde est démobilisatrice54, on suggérera au rang des causalités qu’un des effets des processus associés de démocratisation fonctionnelle et d’informalisation est aussi une érosion des dispositions à la déférence, à la sacralisation d’autorités auxquelles seraient attribuées des suprématies symboliques ou intellectuelles. Des humains civilisés-informalisés présentent donc un potentiel particulier de distanciation aux modes de participation politique fonctionnant à la remise de soi, à la délégation durable à des mandataires institués d’une aura d’autorité.

Expansions analogiques ?

  • 55 Collovald A. et Neveu E., Lire le noir. Enquête auprès des lecteurs de fictions policières. Éditio (...)
  • 56 Lahire B., La culture des individus, Dissonances culturelles et distinction de soi, La Découverte, (...)

31Pour suggérer, sur un registre analogique cette fois, le potentiel du schème de l’informalisation, on en esquissera un usage propre au domaine de la culture, emprunté à une recherche menée avec Annie Collovald sur les gros lecteurs de fictions policières55. Comme ont pu le mettre en évidence Bernard Lahire ou Dominique Pasquier sur le cas des lycéens56, nous voyons se défaire tout un rapport à l’appropriation des biens culturels fondé sur la déférence et la dévotion, l’idée d’une ascèse longue et exigeante dans l’appropriation, d’un report à jouir des biens culturels qui ne pourrait venir que d’un long apprentissage sous la férule d’un surmoi producteur de bonne volonté culturelle. C’est toute une dimension formelle, au sens de docile et soumise, de respectueuse de hiérarchies institutionnalisées des biens culturels qui se délite. Le processus est bien perceptible chez la grande majorité des lecteurs de policiers que nous avons rencontrés. Une question sur les mauvais souvenirs de lecture amène massivement l’évocation exaspérée et décomplexée de l’ennui, de la rage parfois, suscitée par la lecture contrainte au lycée de classiques tels Balzac ou Racine. Il s’observe encore dans l’opposition structurale entre le réalisme, la pertinence pratique et la vérité des mondes sociaux mis en scène par la littérature noire contre le formalisme d’écriture, le « parisianisme », la vacuité ou l’insignifiance des contenus associés à la littérature française « blanche ». Elle s’exprime dans le premier attrait associé à la littérature noire, que nous avons désigné de l’expression « franc-lire » : littérature sans ticket d’entrée culturel, sans afféteries de style, embarquant son lecteur dans la dynamique d’une intrigue, parlant du monde réel et des gens ordinaires expulsés de la fiction française contemporaine. Les lecteurs que nous avons rencontrés expriment un rapport décomplexé, hédoniste et assuré à leurs consommations culturelles, à la quête d’un plaisir accessible et immédiat.

  • 57 Chaney D., The Cultural Turn : Scene-Setting Essays on Contemporary Cultural History, Routledge, L (...)

32Ce rapport informalisé à la culture émane principalement –mais pas uniquement– d’une population de lecteurs ayant fait un parcours long dans les institutions scolaires. Il reflète une forme d’estime de soi culturelle issue de pratiques artistiques ou de consommations culturelles variées et intenses. Il tient encore à ce qu’on pourrait désigner –dans la veine de ce que David Chaney nomme « cultural turn57 »– par une infusion de la culture dans tous les pores du monde social. L’expression pourra sembler tautologique : toute société n’est-elle pas une « toile de significations » ? La suggestion de Chaney est plus précisément que les biens culturels sont de plus en plus omniprésents dans la texture même des institutions et de la quotidienneté du monde social. Pour en prendre des exemples liés aux fictions policières n’existe-t-il pas une visite de Paris parcourant les sites d’action du Da Vinci Code, un « tour » de Stockholm sur les traces de Millénium ? Plusieurs de nos interviewés n’ont-ils pas fait état de visites ou de retours à Marseille guidés par l’image de la ville qu’ils tiraient de la lecture de la trilogie phocéenne d’Izzo ? Ces tissages entre monde réel et imaginaires culturels, qui jouent pour de multiples produits au-delà du policier, contribuent aussi à désacraliser, à dé-formaliser les biens culturels qui se fondent à la chair des expériences ordinaires. Le simple processus d’accumulation des biens culturels (nombre de livres disponibles) n’aboutit-il pas encore mécaniquement à une forme de dilution, de rétrécissement inexorable du poids des œuvres « Lagarde et Michardisées » dans les rayons des librairies et bibliothèques ?

33Ce que suggèrent ces appropriations des récits policiers va donc au-delà d’une légitimation d’un genre longtemps stigmatisé. Elles manifestent une modification dans la nature même des rapports à la culture. Et le cadre théorique de l’informalisation peut être sollicité plus avant. L’informalisation culturelle ne saurait être dépeinte par une accumulation de « moins »… de sacralité, de postures déférentes et ascétiques, de sérieux. Les lectures de policiers sont au contraire investies de multiples « plus » de réflexivité. Cette tension entre un « moins » de formalisme et de révérence dans le rapport au lire et la possibilité de « plus » dans la réflexivité, l’usage de ces récits comme des littératures de salut ou de connaissance invite à inventer des oxymores pour rendre compte des pratiques. Nous avons fait état d’une « évasion dans la réalité ». Il faudrait encore inventer des notions comme « plaisir pédagogue ». Pour expliciter ces usages, il peut s’agir du jeu sérieux par lequel, dans notre échantillon, Coco, le haut fonctionnaire ou Armelle la professeure de français lisent des policiers en allant directement à la résolution de l’intrigue, pour voir comment l’auteur sème bien ou non les indices qui conduisent au coupable. Il peut encore s’agir de l’usage des récits comme supports d’exploration de sa trajectoire et de sa construction identitaire, du dessein de se documenter, de comprendre la marche du monde. On saisit là en quoi une posture de rejet de l’ascétisme, le refus revendiqué aussi de jouer au docte et de prendre la pose intellectualiste ne sont en rien renonciation à des usages de la culture qui répondent aux ambitions classiques d’y voir un outil pour comprendre le monde. En ce sens l’informalisation peut même s’interroger comme une paradoxale ruse de la raison culturelle, redonnant une consistance désormais décomplexée et hédoniste à la « bonne volonté culturelle » hier uniquement perçue sous ses connotations grisâtres ou scolaires. Lorsque Georges, cadre commercial, dit faire l’emplette de quelques policiers chinois avant un voyage à Pékin, pour comprendre la société qu’il va visiter, n’exprime-t-il pas une disposition à se laisser cultiver et informer par des biens culturels ? Lorsque d’autres lecteurs revendiquent de lire Robin Cook ou James Ellroy comme les équivalents modernes de Dostoïevski dans une exploration des noirceurs de l’expérience humaine, sont-ils si éloignés des usages jadis associés à la grande littérature par l’institution scolaire ?

  • 58 Aussi longtemps du moins qu’ils ne biologisent pas l’explication des faits sociaux (Lemerle S., In (...)
  • 59 Scheff T., « Toward Integration in the Social Psychology of Emotions », Annual review of Sociology (...)
  • 60 Braud relève justement que « la psychologie universitaire » est très souvent conduite « à privilég (...)

34Si ces lignes ont pu convaincre que la problématique de l’informalisation était un bel et bon outil tant pour penser la structuration sociale de dispositifs de canalisation des émotions que les effets sociaux de ces dispositions émotionnelles, elles auront satisfait leur dessein. Mais ce parcours conduit aussi à une question troublante. Si l’on voit bien la dette critique envers Freud, si le souci d’Elias d’entretenir un dialogue avec les disciplines psy transparait dans plusieurs des textes mobilisés (2010, en particulier)… peut-on dire que la théorie de l’informalisation doive beaucoup à quelque psycho-logie que ce soit ? Il faut rendre hommage aux spécialistes des sciences du psychisme pour ce qu’ils apportent de lumières sur les mécanismes cognitifs58, sur la pesée des composantes innées et culturelles dans l’expression des émotions59, sur la manière dont leurs travaux expérimentaux aident à typifier des scénarios de réactions émotionnelles à des dispositifs d’interaction. Mais au-delà de ces manifestations de civilité à l’égard d’une communauté mitoyenne du monde académique, la lecture du meilleur de la sociologie des émotions peut faire naitre un doute, que Philippe Braud alimente. La bibliographie de L’émotion en politique marque une considérable asymétrie. Si la psychanalyse y est fortement sollicitée, les livres venus d’autres approches « psy60 » n’y font guère plus de vingt références sur une liste de près de cent quatre-vingt volumes. Avons-nous vraiment tant besoin des psychologues pour penser les émotions et les économies libidinales comme faits et effets sociaux ?

Notes

1 Wacquet F., « Les “Mélanges” : honneur et gratitude dans l’Université contemporaine », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2006, vol. 53(3), p. 100-121.

2 Pour une illustration fraîche, mais pas si rafraichissante, de l’indigence épistémologique et des simplismes de ces approches cf. Le Grignou B. et Neveu E., « Beaucoup de bruit pour (presque) rien. À propos de la diffusion du “Jeu de la Mort” », Questions de Communication, no 20, 2011, p. 215-237.

3 Encore que ces deux auteurs soient, avec Freud, les plus cités dans « L’émotion en politique » (1996).

4 Avant-propos dialogué, in Maitre P., L’autobiographie d’un Paranoïaque, Economica, 1994, p. xix.

5 Braud Ph., Le Jardin des délices démocratiques, Presses de Sciences Po, Paris, 1991.

6 Lahire B., L’Homme pluriel. Les ressorts de l’action, Nathan, Paris, 1998, p. 224.

7 Jasper J., The Art of Moral Protest: Culture, Biography and Creativity in Social Movements, Chicago University Press, Chicago, 1997; Goodwin J., Jasper J. & Polletta F., Passionate Politics. Emotions and Social Movements, Chicago University Press, Chicago, 1997.

8 Thoits P., « The Sociology of Emotions », Annual Review of Sociology, 1989, vol. 15, p. 317-342.

9 Hochschild A., The managed Heart. Commercialization of human feelings. University of California Press, Berkeley, 1983.

10 Chodorow N., The Reproduction of Mothering. Psychoanalysis and the Sociology of Gender, University of Califronia Press, Berkeley, 1979.

11 Traïni C., Emotions… Mobilisation !, Presses de Sciences-Po, Paris, 2009.

12 Elias N., La civilisation des mœurs, Calmann-Levy, Paris, 1973 et La dynamique de l’Occident, Calmann-Levy, Paris, 1975.

13 Elias souligne aussi que la violence garde un rôle dans les arrières scènes de la vie sociale, qu’elle demeure centrale dans le traitement de ceux qui sont perçus comme étrangers au « nous » civilisé (groupes populaires, espaces coloniaux…) Sur le traitement réservé jusqu’aux années 1960 aux aborigènes australiens voir Van Krieken R., « The Barbarism of Civilisation : Cultural Genocide and the Stolen Generation », British Journal of Sociology, vol. 50, 2, p. 297-315, 1999.

14 S’il est sujet à de multiples discussions sur tel ou tel point précis (ainsi du rôle joué par d’autres espaces sociaux que la cour comme lieux de diffusions d’un modèle « civilisé »), le cadre théorique d’Elias est de moins en moins contesté sur le fond. Les résistances les plus vives viennent de quelques historiens. Hans-Peter Duerr mène un combat d’érudition et d’arrière-garde pour démontrer que le contrôle des affects et pulsions sont des universaux anthropologiques, point qui ne contredirait même pas Elias qui n’a jamais donné aux « civilisés » un monopole en ce domaine (Duerr H. P., Nudité et Pudeur. Le mythe du procès de civilisation, Editions de la MSH, Paris, 1998). Dans une lettre à Wouters maintes fois citées (in Wouters, 2007, p. 232-233), Elias souligne que ce qui fait la singularité du procès de civilisation n’est pas de pouvoir contraindre l’expression des affects puisque des sociétés « relativement simples » peuvent imposer de très haut niveaux d’auto-contrôle en des situations précises (il évoque ici la capacité à rester stoïque devant des douleurs terribles dans les rites d’initiation des jeunes hommes amérindiens) mais « en premier lieu la portée très générale (allroundness) de l’auto-contrainte […] En second lieu, une caractéristique d’un tel processus tient à la régularité de cette contrainte, avec de légères différences quant au degré dans les contraintes que l’on est supposé s’imposer dans la vie privée et la vie publique. […] C’est bien cela : une plus grande régularité et généralité en tout, pas seulement en quelques situations. Mais même cela n’est pas assez. Réfléchis à cela : la caractéristique d’un procès de civilisation est en troisième lieu la généralité et la régularité du Selbstzwänge (auto-contrainte) au sein d’une intensité moyenne, c’est-à-dire éloigné des extrêmes » et ici Elias qualifie d’« extrêmes » et de « barbares » les contrôles des impulsions sexuelles qui furent longtemps infligés aux jeunes filles. Emmanuel Le Roy-Ladurie (Saint Simon ou le système de la cour, Fayard, Paris, 1997.) a de son côté formulé une violente charge contre Elias. Partant de ce qui peut être un agacement de spécialiste devant certaines sollicitations de Saint Simon dans Le procès de civilisation, il discerne dans l’œuvre d’Elias un vice téléologique fondateur. L’historien évoquait même le projet de publier un définitif « Tombeau pour Norbert Elias »… dont la parution se fait attendre quinze ans plus tard, ce qui est sans doute sage au vu de la faiblesse de la critique d’une imaginaire téléologie et de la méconnaissance quasi-encyclopédique de la sociologie et de la science politique que suggéraient certaines pages du volume (p. 221-225 par exemple). Ou fallait-il entendre « Tombeau » au sens du terme en musique : hommage posthume à un Grand ?

15 Braud P., Sociologie Politique, LGDJ, Paris, 10e éd., 2011, p 265.

16 Riesman D., La foule solitaire, Arthaud, Paris, 1963 [1950].

17 Foucault M., Histoire de la sexualité. 1 La volonté de savoir, Gallimard, Paris, 1976.

18 On peut penser à la disparition des « courriers du cœur » –dont la titulaire à Elle, Marcelle Ségal parlait encore en 1965 des « demandes de preuve d’amour » pour évoquer un fiancé sollicitant un rapport sexuel– au profit de rubriques plus sexologiques, au prodigieux succès des émissions de Ménie Gregoire sur les tensions conjugales à la fin des années soixante, plus largement aux représentations plus franches, plus directes ou plus crues de la sexualité dans des fictions littéraires ou des films qui ne sauraient être classés comme pornographiques.

19 Dans des registres différents on citera comme précurseurs « Bonnie and Clyde » ou « La Horde sauvage », puis les carnages des « Rambo » et « Terminator », la mise en scène plus parodique de la violence dans « Pulp-fiction » ou « Kill Bill » pour le cinéma, des récits comme « Baises-moi » ou « Les racines du mal » en littérature.

20 In Mauve Gloves & Madmen, Clutter & Vine, Picador, 1990 [1976], p. 157-165.

21 Dont « American Psycho » de Brett Easton Ellis (voir aussi les ouvrages de Virgine Despentes en France…) est une illustration qu’on appellera « lettrée », la production pornographique étant majoritairement, comme l‘argumentent Andrea Dworkin et Catherine Mc Kinnon, marquée par une représentation des femmes brutalisées, dominées ou humiliées.

22 « On Status Competition and Emotion Management: the study of Emotions as a New Field », Theory, Culture and Society, vol. 9, 1992, p. 229-252.

23 Wouters C., « The Quest for New Rituals in Dying and Mourning: Changes in the We-I Balance », Body and Society, vol. 8 (1), 2002, p. 1-27.

24 Wouters (2007, p. 226-237) consacre un appendice complet à la question des échanges intellectuels entre lui et Elias qui contribuent à une formulation graduelle de la théorie. Voir aussi le passage où Elias répond explicitement à la question d’une contradiction dans sa théorie. Une « poussée civilisatrice » peut à la fois passer par « les choses autrefois interdites sont maintenant autorisées », mais aussi, postérieurement, par la formule inverse (2010, p. 159-162).

25 En 1980 dans « La civilisation des parents », in Elias N., Au-delà de Freud. Sociologie, Psychologie, Psychanalyse. La Découverte, Paris, 2010.

26 Kaufmann J. C., Corps de femmes, regards d’hommes. Sociologie des Seins nus, Nathan, Paris, 1995.

27 Qui est développée dans Guionnet C. et Neveu E., Féminins/masculins. Sociologie du Genre, A Colin, Paris, 2e éd., 2010, p. 131-132.

28 Wouters C., « The sociology of emotions and flight attendants: Hochschild’s Managed Heart, Theory, Culture and Society », 1989, vol. 6 (1), p. 95-123 et Waldhoff H. P., Fremde und Zivilisierung, Suhrkamp, 1995.

29 Elias N., La société de Cour, Flammarion-Champs, Paris, 1985, p 279.

30 L’index final comporte deux jeux d’entrées (p. 268) autour d’informalization/informalizing pour souligner la nature processuelle du phénomène

31 Le seul texte de Wouters disponible en français (in Bonny Y., Neveu E. & de Queiroz J.-M., Norbert Elias et la théorie de la civilisation. Lectures et critiques, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2003.) n’est pas le plus dense théoriquement de ses mises au point. On trouverait des essais de synthèse pédagogique dans Mennell (Norbert Elias an Introduction, Polity, Londres, 1992, p. 241-246). Ces questions sont par contre absentes dans le « Repères », par ailleurs excellent, de Nathalie Heinich sur « La sociologie de Norbert Elias » (1997).

32 Wouters C., « Balancing Sex and Love since the 1960’s », Theory, Culture and Society, 1998, vol. 15 (3-4), p. 187-214.

33 Wouters C., Sex and Manners. Female emancipation in the West 1890/2000, Sage, Londres, 2004.

34 Wouters C., « Social Stratification and Informalisation in Global perspective », Theory, Culture and Society, vol. 7 (1) 1990 p. 73-75.

35 1990, p. 76.

36 Wouters C., « Formalization and Informalisation. Changing tension balances in civilizing processes », Theory, Culture and Society, vol. 3 (2), 1986, p. 3-4.

37 Cancian M., « The Feminisation of Love », Signs. Journal of Women in Culture and Society, vol. 11(4), p. 692-709, 1986.

38 Jeffreys S., The Industrial Vagina. The Political Economy of the Global Sex Trade, Routledge, Londres, 2008.

39 Cette discussion est pour partie conduite entre les textes rassemblés dans Bonny, Neveu, de Queiroz (2003) ou chez Wacquant (« Elias dans le Ghetto noir », Politix, vol. 14, no 56, p. 209-217, 2001). Récusant toute vision évolutionniste, Elias a explicitement pris en compte la possibilité de phases ou d’espaces sociaux ou le procès de civilisation fait marche arrière. C’est même l’objet central de « The Germans » (Elias N., The Germans Power Struggles and the Development of Habitus in the Nineteenth and Twentieth Centuries, Polity Press, Londres, 1996)- équivalent après « La société de Cour » d’un tome III du « Procès de civilisation » – où il évoque le Nazisme et l’extermination des juifs d’Europe… livre qui n’est naturellement pas traduit en français…

40 Les travaux d’Asef Bayat (Islam and Democracy, Amsterdam University Press, Amsterdam, 2007 et Life as Politics. How Ordinary People Change the Middle-East, Stanford University Press, 2009) sont en ce domaine une référence incontournable, voir aussi Le Renard A. (Femmes et espaces publics en Arabie Saoudite, Dalloz, Pais, 2011) sur la situation des femmes en Arabie Saoudite.

41 Reconstitution dans les pays développés ou les ex-pays socialistes d’une population de fortunes immenses, augmentation simultanée en chiffres absolus et pourcentages des personnes sous le seuil de pauvreté, en chômage ou en travail précaire.

42 Wouters le souligne sans approfondir dans « On Status Competition and Emotion Management », Journal of Social History, vol. 24 (4), 1991, p. 699-717.

43 Boltanski L. & Chiappello E., Le nouvel esprit du capitalisme. Gallimard, Paris, 1999 et Sennett R., The Corrosion of Character, Norton, New-York, 1999.

44 Le Bart C., L’individualisation, Presses de Sciences-Po, Paris, 2009.

45 Sur ces questions en matière de conjugalité Guionnet C. & Neveu E., op. cit., 2010 p. 141-146, 342-360.

46 Liquid Life, Polity, Londres, 2005.

47 Le Déclin de l’Institution, Seuil, Paris, 2005.

48 Wouters, 1991 et Kilminster R., « Narcissism or Informalization? Christopher Lash, Norbert Elias and Social Diagnosis », Theory, Culture and Society, vol. 25 (3), 2008, p. 131-151.

49 Lash C., La culture du narcissime. Sysiphe, Paris, 2000.

50 C’est un point qu’évoque Abram de Swaan dans « The Politics of Agoraphobia », Theory and Society, vol. 10-3), 1981, p. 359-385.

51 Illouz E., « Who Will take Care for the Caretaker’s Daughter? Toward a Sociology of Happiness in the Era of Reflexive Modernity », Theory, culture and society, vol. 14(4), 1997, p. 31-66.

52 Neveu E., « Le Sceptre, les masques et la Plume », Mots, no 32, 1992, p. 1-27 et Le Bart C., « La nostalgie chevaleresque chez les professionnels de la politique », Neveu E. « Privatisation et informalisation de la vie politique », in Bonny Y. et de Queiroz J.-M., 2003, p. 169-184 et 185-208.

53 Neveu E., « Métier politique : d’une institutionnalisation à l’autre », in Lagroye J., La politisation, p. 103-123, Belin, Paris, 2003.

54 Hay C., Why We Hate Politic. Polity Press, Londres, 2007.

55 Collovald A. et Neveu E., Lire le noir. Enquête auprès des lecteurs de fictions policières. Éditions de la BPI, Paris, 2004.

56 Lahire B., La culture des individus, Dissonances culturelles et distinction de soi, La Découverte, Paris, 2004 et Pasquier D., Cultures Lycéennes. La tyrannie de la majorité, Autrement, Paris, 2005.

57 Chaney D., The Cultural Turn : Scene-Setting Essays on Contemporary Cultural History, Routledge, Londres, 1994.

58 Aussi longtemps du moins qu’ils ne biologisent pas l’explication des faits sociaux (Lemerle S., In Carne veritas ? Le biologisme comme phénomène éditorial en France. 1970-200, thèse de sociologie EHESS, 2008).

59 Scheff T., « Toward Integration in the Social Psychology of Emotions », Annual review of Sociology, 1983, vol. 9, p. 333-354.

60 Braud relève justement que « la psychologie universitaire » est très souvent conduite « à privilégier les dimensions cognitives du psychisme ainsi que les techniques d’expérimentation se prêtant le mieux à la quantification » (L’émotion en politique, Presses de Sciences Po, Paris, p 42).

Auteur

Professeur de science politique à l’Institut d’études politiques de Renneus. Ses recherches portent sur les mouvements sociaux, le journalisme et l’espace public. Il s’intéresse également aux Cultural Studies et à la sociologie du genre. Dernier ouvrage paru : Les Mots de la Communication Politique, PUM, Toulouse, 2012.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search