Version classiqueVersion mobile

Les dimensions émotionnelles du politique

 | 
Isabelle Sommier
, 
Xavier Crettiez

Première partie. La symbolique en politique

2. La force d’un lieu commun : le « président-soliveau »

Ce que les éloges funèbres nous apprennent du jeu politique (1877-1940)

Pierre-Yves Baudot

Texte intégral

  • 1 Gicquel J., « Président de la République », J.-F. Sirinelli (dir.), Dictionnaire historique de la (...)
  • 2 Rials S., Le président de la République, Paris, PUF, 1981, p. 62 se référant à une conférence de p (...)
  • 3 Prélot M., « Rétrospectives et perspectives : la présidence de la République », Études Juridiques,(...)
  • 4 Sacriste G., La République des Constitutionnalistes. Professeurs de droit et légitimation de l’Eta (...)
  • 5 Mariot N., C’est en marchant qu’on devient président. La République et ses chefs de l’État, 1848-2 (...)

1La faiblesse des présidents de la IIIe République est un lieu commun des analyses du droit constitutionnel : « Jules Grévy, sans aller jusqu’au sacrifice de lui-même, saborde l’institution et ouvre la série des présidents soliveaux, chassant le lapin ou inaugurant les chrysanthèmes1 ». Seul le « courage » de quelques rares titulaires permet parfois à ceux-ci de dépasser le cadre terne des pratiques autorisées par la coutume, courage qui souvent leur coûte leur poste (Casimir-Périer, Millerand). L’usage s’est alors fixé d’élire à ce poste des personnages falots, contre les leaders de partis et contre les défenseurs d’une rénovation de l’exécutif. La doctrine constitutionnaliste reconnaît toutefois au président –à l’homme et à la fonction– une « autorité morale », source potentielle d’une « magistrature d’influence effective2 ». « Sous la IIIe République, si le président se manifeste trop directement, il sort de son rôle et par-là même, ne le joue plus et se rend vulnérable. Par contre, s’il exerce dans le calme et le secret sa magistrature d’influence, on lui attribue volontiers la passivité du “soliveau3”. » La pratique réelle s’oppose donc aux traditions revendiquées, elles-mêmes sans rapport avec les textes en vigueur. La description de ces écarts des normes aux pratiques permet aux constitutionnalistes de fonder la légitimité qu’ils revendiquent pour analyser les pratiques politiques4, mais aussi pour réécrire le rôle présidentiel, entre continuité et rupture, au moment du passage de la IVe à la Ve République5.

  • 6 Elias N., La société de cour, Paris, Flammarion, 1985, p. 310.
  • 7 Pelletier W., « La crise de mai 1877. La construction de la place et de la compétence présidentiel (...)

2L’opposition de la scène et des coulisses est surtout valorisante pour ceux qui prétendent révéler les vraies règles du fonctionnement des institutions. Mais elle ne rend pas compte des usages politiques de la formule du « président-soliveau ». Prendre au sérieux cette formule pourrait pourtant nous éclairer sur les soutiens politiques dont l’institution présidentielle a disposé tout au long de la IIIe République et, ainsi, éclairer les conditions de sa pérennité. La crise du 16 mai 1877 –à l’origine de cette « constitution Grévy »– est un tournant de l’histoire de l’institution présidentielle. Celle-ci a en effet survécu à l’épreuve au cours de laquelle les deux camps en présence avaient annoncé sa suppression. À cette occasion, la présidence est devenue « l’axe central des tensions6 » : « Tous les camps, même lorsqu’ils [la] combattent, sont amenés à lui reconnaître une utilité7. » Ces différents camps soutiennent l’institution présidentielle tant qu’aucune possibilité d’évolution pour l’avenir n’est interdite. La façon d’occuper la fonction doit donc permettre de satisfaire des attentes inconciliables, entre suppression de la fonction et renforcement de l’exécutif. Nous faisons alors l’hypothèse que la formule du « président-soliveau » permet justement d’entretenir ces différentes attentes, sans jamais les décevoir.

  • 8 Dulong D., « Mourir en politique. Le discours politique des éloges funèbres », Revue Française de (...)

3Nous nous proposons ici de considérer ce discours des éloges funèbres non pour ce qu’il dit de l’ordre politique, mais pour ce qu’il dit aux acteurs directement concernés par la compétition politique : les éloges funèbres présidentiels s’adressent « essentiellement à la corporation politique8 ». Nous ne ferons donc pas comme si ce discours, rappel des vertus cardinales de l’ordre républicain, mise en scène de l’humanité du défunt et réaffirmation du lien représentatif, participait à la re-légitimation de l’ordre politique par le renouvellement de l’adhésion citoyenne.

  • 9 Braud P., « La réactivation du mythe présidentiel. Effets de langage et manipulation symbolique », (...)
  • 10 Nous renvoyons à notre article « Aux grands hommes, la patrie désintéressée. Coût et financement d (...)
  • 11 Mariot N., op. cit., p. 321.

4Nous faisons l’hypothèse que la formule du « président-soliveau » révèle la configuration des soutiens dont dispose l’institution présidentielle. Plus largement, « l’assomption du sujet9 » réalisée à l’occasion de ces funérailles est déconcertante pour un régime ayant à ce point effacé la fonction présidentielle. En effet, comment grandir le défunt en vantant sa capacité à « inaugurer les chrysanthèmes » ? Comme justifier de la sorte le faste des funérailles, son coût10 et l’attention qui lui est portée ? Quelle grandeur est attribuée à ce président effacé ? La « récitation du credo républicain » qui oblige à « détourner les acclamations et les hommages vers les vertus et valeurs du régime11 » peut alors être perçue comme une façon de préserver les cadres et les enjeux de la compétition politique.

5Nous verrons d’abord que les éloges présidentiels décrivent une institution dont le bon fonctionnement est dû aux procédures de sélection mises en place pour désigner ses dirigeants, qui permettent de désigner le meilleur titulaire possible pour ce poste. Nous montrerons ensuite que la trajectoire et l’éducation du futur président garantissent la parfaite incorporation des vertus républicaines. Ainsi se maintient un régime pour lequel toutes les évolutions sont encore possibles.

La dimension humaine du politique

6Les éloges funèbres rappellent ce que l’exercice des fonctions politiques doit aux qualités des hommes qui les occupent. Toute la vertu du régime républicain serait de pouvoir sélectionner des individus prédisposés à occuper le poste présidentiel, les vertus des élus (1) garantissant le bon fonctionnement des institutions (2).

La sélection des qualités présidentielles

7À la mort de Paul Deschanel, le journaliste Louis Latzarus publie un portrait à charge du Président défunt. Ce ne sont pas les qualités de l’homme qui sont visées puisqu’il lui reconnaît un « esprit réfléchi ». La cible de l’auteur est bien la République, régime qui décourage les meilleurs en faisant de la fonction politique suprême un « hochet protocolaire » :

  • 12 Latzarus L., « L’ambition de s’asseoir », Chroniques et Documents (extraits, sans date, sans origi (...)

« Jeune encore, [Paul Deschanel] se trace sa voie et s’assigne un but : le plus élevé. Le plus élevé ? Voire. Sans doute faut-il dire le plus éclatant. Dans l’état actuel de nos mœurs et de nos coutumes, le président de la République n’est que nominalement le chef de l’État. […] Est-il séduit par un hochet protocolaire ? Le sage n’a-t-il pas le droit de sourire en voyant une jeune force tendue vers ce médiocre appât ? Le président de la République, qu’est-ce sinon un sublime sous-préfet ? […] Il avait les moyens. Il était travailleur, et d’esprit réfléchi. Il était éloquent. […] Un tel homme, pourvu de qualités utiles, et qui pensait droit, un patriote versé dans les questions de politiques étrangères et connaissant l’économie politique, élégant cavalier, au surplus, ce qui eût plu à la foule, un tel homme, pourquoi n’a-t-il en définitive joué aucun rôle dans ce pays […] Il est fatal qu’une intelligence qui s’est assignée un but inférieur à ses facultés soit frappée de dégoût et de désespoir lorsque enfin elle y atteint. Le cerveau ne peut supporter cette désillusion infinie, et se brise d’avoir compris son erreur12. »

  • 13 de Broglie A., « À propos de la discussion sur la révision constitutionnelle », La Revue des deux (...)

8La charge n’est pas nouvelle. Louis Latzarus reprend un certain nombre de critiques que le duc de Broglie avait déjà formulées en 189413. Celui-ci affirmait que, si le chef de l’exécutif était voué à ne pas détenir de pouvoirs propres mais à incarner par sa rigueur morale la grandeur de la Nation, un roi, en vertu du « milieu » dans lequel s’effectue son éducation, pouvait bien mieux remplir cette tâche qu’un président élu. Eugène d’Eichthal, futur directeur de l’École Libre des Sciences Politiques, lui avait répondu – en citant un précepteur des princes, le baron de Laveleye – que l’élection d’un président assure que l’homme ainsi distingué aura fait preuve de sa volonté et de son mérite. Ce processus garantit – mieux qu’une dévolution héréditaire du pouvoir – que l’individu appelé à gouverner sera effectivement pourvu des qualités nécessaires.

  • 14 d’Eichthal E., « La présidence de la République et l’irresponsabilité : à propos d’un article réce (...)

« L’éducation d’un roi constitutionnel, écrit M. de Laveleye […] très soignée peut-être, sera en général énervante parce qu’il sera constamment entouré de prévenances, de soins et d’adulations. Il n’a pas à se conquérir une place dans la vie. Cette place est toute faite, et c’est la plus haute. L’apprentissage de ses fonctions de roi consistera non à faire usage de sa volonté, mais à en faire le sacrifice… […] Dans nos sociétés actuelles, le pouvoir exécutif sera débile s’il est héréditaire, fort s’il est électif14. »

9L’élection du président permet de garantir que celui-ci détient deux qualités fondamentales. Il est le produit du système méritocratique qui a sélectionné à l’issue d’une concurrence égalitaire l’un des meilleurs hommes du temps et son dévouement est assuré : ne doit-il pas tout à la fonction et à la dignité auxquelles il a été élevé ? André Tardieu, président du Conseil, le formule très explicitement dans son éloge funèbre de Paul Doumer :

  • 15 « Oraison funèbre prononcée par André Tardieu aux funérailles de Paul Doumer, 12 mai 1932 », Journ (...)

« Une conviction, devenue instinct, l’attachait au régime démocratique. Comment n’eut-il pas cru aux possibilités de ce régime puisqu’il en avait fait des réalités ? Ce fut le maître trait de sa carrière15. »

10Deuxième qualité, le consensualisme : parce que les règles du jeu politique ne permettent pas de désigner le leader d’une formation politique, le Président n’a pu être élu que parce qu’il est déjà nécessairement parvenu à établir sur son nom une forme d’accord minimal entre les partis.

  • 16 d’Eichthal E., art. cité, p. 598.

« [Le président] doit avoir moins les qualités du chef de parti qui parvenues à leur plein épanouissement maintiennent celui-ci à la tête d’un ministère où elles sont à leur place, que les vertus solides d’un bon observateur chargé de planer au-dessus des groupes politiques, de surveiller les courants d’opinion, d’en tenir compte dans le choix des ministres. […] C’est là un rôle qui dans sa sérénité relative a de la grandeur, qui constitue une part essentielle de la tâche du gouvernement, la part de la continuité, de la gravité, de la modération, qui convient à des personnalités entourées de la considération générale, possédant cette autorité morale due à des causes complexes et que le talent ou même le génie ne confère pas à lui seul, et qui doit en écarter les autres16. »

  • 17 Manin B., Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

11Paradoxalement, le mode de sélection du président de la République permettrait d’assurer l’adéquation des réquisits du poste aux qualités du candidat. Comme le montre Bernard Manin, une élection garantit toujours l’élection du meilleur, en vertu de certains critères17. L’exemple de Paul Deschanel apparaît alors comme un cas de désajustement entre les attentes liées au rôle et les qualités de l’individu. La sélection ainsi assurée des qualités permet le bon fonctionnement des institutions. L’exercice de la fonction présidentielle exige en effet des qualités bien particulières pour permettre à celle-ci de rester dans les limites étroites que lui assigne la configuration des soutiens sur laquelle elle repose.

La récitation du « credo républicain »

12Orateurs et biographes récitent, à l’occasion des funérailles d’un président, le « credo républicain » : un président sait rester simple dans l’exercice de ses fonctions, sans revendiquer pour lui-même les honneurs dus à la fonction.

  • 18 Discours prononcé à la Chambre des députés par M. Raoul Péret président de la Chambre, le 23 mai 1 (...)

« Paul Deschanel incarnait avec une rare perfection les vertus maîtresses de la race. […] Il sut exalter en des termes inoubliables l’héroïsme du bon peuple dont il a été l’un des plus illustres représentants. (Vifs applaudissements)18. »

  • 19 Allocution de Paul Doumer au Sénat à l’annonce de la mort d’Émile Loubet, Le Journal de Montélimar (...)

« M. Doumer : […] Émile Loubet remplissait ainsi toutes les obligations de sa charge sans faste inutile, mais avec une correction parfaite, une simplicité et une affabilité qui gagnaient les cœurs. La popularité lui vint sans qu’il l’ait cherchée et l’émotion causée aujourd’hui par sa perte prouve qu’elle était réelle et durable19. »

13L’équilibre des tensions inhérentes au système républicain, et aux modalités de sa réalisation en France (ordre public/souveraineté du peuple ; balance du pouvoir entre exécutif et législatif ; représentation partisane des intérêts/intérêt général), n’est possible que si le Président, doté de certaines qualités, assure une stabilisation par la moyenne. Il ne lui faut pas lutter contre ces tensions, trancher entre les différentes options, mais les orienter de telle sorte que les forces s’annulent et que puissent perdurer l’institution présidentielle et, à travers elle, le régime républicain.

14Les stratégies que le Président met en place pour ce faire sont le produit de ses qualités. C’est ce qu’indique Maurice Maunoury lors d’une cérémonie commémorant le premier anniversaire de la mort de Paul Deschanel :

  • 20 Discours prononcé au cimetière du Montparnasse par M. Maurice Maunoury, le 28 avril 1923, Paul Des (...)

« Il pensait justement que s’il est chimérique d’espérer mettre un terme à la diversité des tendances et des aspirations, au conflit des opinions et des croyances, il est possible, et sans aucun doute, profondément désirable, de laisser à ces luttes un caractère courtois et pacifique et de maintenir par une administration impartiale et juste, l’union entre citoyens pour tout ce qui concerne l’intérêt général de la nation20. »

15Au contraire, l’absence de ces vertus est source d’échec. Commentant la démission de Casimir-Perier de la présidence de la République, Ernest Lavisse écrivait :

  • 21 Lavisse E., « À propos d’un accident », Revue de Paris, no 25, 01/02/1895.

« Il ne trouvait en lui ni le calme, ni la souplesse, ni l’abnégation de soi-même, vertus indispensables à un président de la République21. »

16Le président de la République joue alors le rôle d’une « magistrature morale », toute en influence discrète. À en croire Charles de Freycinet, auteur de l’éloge de Jules Grévy, celui-ci se serait efforcé d’initier une nouvelle définition du rôle présidentiel, qui sera ensuite attribuée à tous les présidents restés dans le cadre étroit du « credo républicain » :

  • 22 Discours de Charles de Freycinet, président du Conseil, à Mont-sous-Vaudrey, 14/09/1891. Bertrand (...)

« À un peuple accoutumé, sous diverses formes, au pouvoir personnel, il fallait apprendre le pouvoir impersonnel. Jules Grévy fit ce prodige : il appliqua toutes les facultés de son esprit à réaliser le type constitutionnel du chef d’État ; il entendit que notre nouvelle charte devint une vérité, en ce sens que le dernier mot en toutes choses devait appartenir aux Chambres, et que ses ministres, par conséquent, devaient avoir une pleine indépendance. Il exécuta fidèlement cette clause, et jamais il n’entreprit de peser sur eux, de substituer sa volonté à la leur, de fausser en quelque sorte le principe de l’irresponsabilité présidentielle. Mais en même temps, il comprit combien il serait dangereux d’outrer ce principe et que l’irresponsabilité ne signifiait pas l’indifférence. Il s’efforça dès lors d’être le conseiller et la lumière de ses ministres. Ceux qui ont eu l’honneur de siéger à ses côtés peuvent dire avec quel tact, quelle habileté, quelle finesse il s’acquitta de cette tâche, en même temps avec quelle supériorité de vues, quelle entente profonde des hommes et des choses, avec quelle science du droit et des règles parlementaires il indiquait la direction à suivre et les solutions à faire valoir. Il n’imposait pas sa consultation, mais il ne la refusait jamais22. »

17Le « credo républicain » prescrit une forme particulière d’exercice du rôle présidentiel. L’observation des règles ainsi définies est garantie par les procédures de recrutement de ceux appelés à occuper la fonction suprême, modalité de promotion de certaines qualités. Celles-ci permettent à la présidence de la République d’équilibrer les différentes tensions, en laissant penser à tous que le système peut être réformé conformément à leurs vœux, pourtant inconciliables, entre renforcement et disparition.

L’éducation d’une vocation

  • 23 Elias N., op. cit, p. 128-129.

18L’exemple de la Cour de Louis XIV étudié par Norbert Elias pourrait nous aider à comprendre comment les qualités prêtées au titulaire de la fonction suprême, au-delà des pouvoirs qui lui sont conférés, permettent la stabilité de la configuration des soutiens qui assurent l’existence du régime. Comme l’explique Elias, le monarque absolutiste vise « exclusivement le maintien et la sauvegarde de son pouvoir23 ». Ses qualités doivent s’adapter à un tel objectif. Par conséquent, il n’a aucunement besoin de faire montre « d’originalité », de disposer d’une « force créatrice » et « d’avoir des idées » : « Il existe des situations qui, pour être maîtrisées, requièrent […] des hommes dont la marque distinctive est une calme et égale médiocrité. C’est précisément le cas de Louis XIV. » Les qualités personnelles du monarque sont produites par une configuration relationnelle spécifique.

  • 24 Ibid.

19Nous faisons ici l’hypothèse que la situation des présidents de la République sous la IIIe République est comparable. Les « novateurs géniaux » risquent de « succomber en imprimant un mouvement déplacé à un mécanisme bien rôdé » ou de « détruire un ensemble de conditions qui [leur] étaient très favorables ». On pourrait alors réexaminer les conditions de l’échec des présidents qui prétendirent rénover dans des circonstances routinières les prérogatives présidentielles (Casimir-Perier et Alexandre Millerand). Le manque de charisme dont souffriraient chroniquement les présidents de la IIIe République pourrait être vu, non comme la cause de l’incapacité de la République à disposer d’un pouvoir exécutif fort, mais comme une condition de sa pérennité. Le régime de grandeur attribué aux présidents est spécifique : c’est celle de l’homme moyen, comparable en cela à la médiocrité qu’Elias décèle dans le portrait du Roi : « Loin d’être grand, [Louis XIV] était médiocre. […] Son intelligence ne dépassait pas l’honnête moyenne24. » Cette incarnation de la moyenne permet aux présidents de la IIIe République de faire tenir la configuration de soutiens qui porte l’institution présidentielle. Elle lui permet ainsi de répondre aux exigences spécifiques de ce type de régime : entretenir la fiction du lien représentatif, réaliser l’union du pays et constituer un élément de référence du jeu politique. En ces présidents s’incarnent ces oppositions structurantes.

20Comment ont pu se forger ces qualités spécifiques, qui prédestinent à occuper une position suprême où le tenant du poste ne pourra pas faire montre de l’étendue de l’influence qu’il peut exercer ? Le discours des éloges funèbres parvient alors à justifier l’émergence de ces qualités par la méthode de sélection mise en œuvre. Celle-ci assurerait en même temps l’extraction d’individus ayant gravi les échelles des honneurs républicains, ou à défaut, doté des qualités de tout travailleur. Elle viendrait alors, contre toute attente, combler les vides de la représentation électorale républicaine. À écouter ces éloges, la trajectoire accomplie assurerait le dévouement de ces hommes à la République et leur élection validerait le succès de la socialisation aux vertus républicaines. Si le critère de qualité est la compétence ou la capacité d’initiative, alors les présidents ne sont pas les meilleurs hommes politiques. En revanche, ils sont l’incarnation la plus aboutie des qualités les plus valorisées par l’idéologique républicaine, le désintéressement et la modestie mis au service de l’intérêt général. En cela, ils sont présentés comme les meilleurs républicains possibles.

Un destin moyen

  • 25 Pour une biographie en ce sens de Félix Faure, Vaucheret J. [pseud. Jean Bruno], Le petit tanneur  (...)

21Produit du système méritocratique, le Président est défini lors de ses funérailles comme la meilleure incarnation des qualités les plus communes du peuple. Ce sont même elles qui lui ont permis de s’élever jusqu’à la fonction suprême. C’est ainsi que peut se comprendre l’attribution récurrente et spécifique à la IIIe République, du qualificatif « ouvrier » aux présidents. Il peut s’agir tout d’abord de désigner l’origine sociale du président, en réalité plus revendiquée qu’avérée. Le fait que Félix Faure ait été ouvrier tanneur25 pendant 6 mois est particulièrement souligné lors des funérailles :

  • 26 Allocution de M. Émile Loubet, président du Sénat, séance du 17/02/1899. Les funérailles nationale (...)

« Parti des rangs les plus obscurs, M. Félix Faure s’était par son travail, par son labeur, par son intelligence, par son dévouement de tous les jours, élevé jusqu’à la magistrature suprême, et dans les délicates et difficiles fonctions qu’il a occupées pendant quatre années, il a tenu haut et ferme le drapeau de notre pays (Très bien ! Très bien !)26. »

  • 27 Allocution de M. Paul Deschanel, président de la Chambre des députés, séance du 17/02/1899. Ibid.,(...)

« Que tous les Français s’unissent autour de ce cercueil, sous les plis du drapeau, sous l’égide des lois. (Très bien ! Très bien !). Ce sera la meilleure manière d’honorer la mémoire de ce fils du peuple devenu par le travail le premier magistrat de la République. (Applaudissements)27. »

22Il en est de même pour Paul Doumer, dont André Tardieu ne manque pas de relever que, « fils d’un cheminot d’Aurillac », il est d’extraction modeste et dut consentir d’importants efforts pour s’élever :

  • 28 « Oraison funèbre prononcée par André Tardieu aux funérailles de Paul Doumer, 12 mai 1932 », Journ (...)

« Paul Doumer, pour trois quarts de siècle, fut le vivant témoignage de ce qu’est et de ce que peut la démocratie. Fils du peuple, c’est le peuple tout entier qu’il représentait. Et c’est aussi le peuple entier qu’ont frappé les balles qui l’ont tué. Des rigueurs que la vie inflige à tous les hommes, de celles aussi qu’elle réserve aux humbles, il n’a rien ignoré. […] La mère est pauvre. Il faut vivre et Paul Doumer travaille dans une maison de commerce pour aider, par son salaire, à l’existence de la famille. Le soir, dans le logis modeste, il poursuit sa propre instruction28. »

  • 29 Discours au Panthéon de Challemel-Lacour, Président du Sénat, « Funérailles nationales du présiden (...)
  • 30 Discours de M. Marraut, ministre de l’Instruction publique, Le Journal de Valence, 21 et 22/12/192 (...)
  • 31 Discours d’André Tardieu à la Chambre des députés, Le Journal de Montélimar et de la Drôme, 28/12/ (...)
  • 32 Le Temps, « Armand Fallières », 23/06/1931.
  • 33 R. P. Joseph, Eloge funèbre de M. le Maréchal de Mac-Mahon, prononcé dans la primatiale de Saint-J (...)
  • 34 Église catholique. Diocèse La Rochelle, Lettre circulaire… à l’occasion de la mort de M. Félix Fau (...)

23Lorsque nul élément ne permet de relier cette qualité aux origines sociales du défunt, le mot « ouvrier » vient alors décrire l’activité du Président pendant son mandat. Sadi Carnot est décrit par Challemel-Lacour comme un « ouvrier frappé au milieu de son travail29 ». Pour M. Marraud, Émile Loubet est « l’un des meilleurs ouvriers de la prospérité de la République30 ». Pour André Tardieu, Loubet « fut à la présidence l’ouvrier continu du système d’ententes sur lesquelles la France put s’appuyer à l’heure de l’alarme31 ». Parce qu’il aurait préparé la guerre, et donc la victoire, Armand Fallières est décrit dans Le Temps comme « l’un des bons ouvriers de cette œuvre immortelle32 ». La métaphore du « président-ouvrier » est également employée par l’Église catholique. Mac-Mahon est un « ouvrier infatigable » pour le Père Joseph33. L’évêque de La Rochelle désigne de ce même terme le rôle de Félix Faure dans la conclusion de l’alliance franco-russe : « Félix Faure a été l’heureux ouvrier d’une glorieuse et utile alliance34 ». L’imposition de cette qualité ne va bien évidemment pas de soi et suscite de vives contestations, notamment de ceux qui prétendent être les seuls représentants légitimes des ouvriers :

  • 35 Albert C., « Sur un mort », Le journal du Peuple, 24/02/1899.

« Est-ce un homme du peuple, un travailleur, qui disparaît ? Quel que soit son métier et son outil, cela prend l’importance d’un événement social. […] Tout producteur est un élément nécessaire de la prospérité commune, une source de joie, un artisan de la vie. Il représente une unité de cette foule obscure et sublime qui, dans les cités industrieuses, s’élance chaque matin à la conquête du progrès. Lui disparu, une place reste vide, une besogne est interrompue qu’un autre devra reprendre. Et la puissance de la machine sociale, au moins pour un temps, se trouve affaiblie. La mort dans ce cas atteste que le disparu fut utile durant sa vie et c’est là où réside toute sa grandeur ; c’est par-là qu’elle intéresse en dehors du cercle restreint des parents et des amis, l’humanité toute entière. Quand le trépassé s’appelle Félix Faure, au contraire, la mort perd toute importance sociale et du même coup toute noblesse. C’est le phénomène physique brut : un peu de tissu qui se désagrège, quelque organe qui se détraque. […] Un président de la République – comme toute espèce de haut dignitaire – ne crée de vie pour personne, ne facilite et n’embellit la vie de personne. Il se contente de dévorer gloutonnement. […] C’est un parasite. Le plus encombrant peut-être, le plus reluisant, le mieux vêtu et le mieux nourri des parasites, mais rien d’autre qu’un parasite35. »

  • 36 Pitkin H., The Concept of Representation, Berkeley, University Of California Press, 1967.
  • 37 Prochasson C., « Le corps de Félix. Corps et records du Président Félix Faure », J. Julliard (dir. (...)

24Réconciliant différentes définitions de la notion de représentation, entre « symbolique » et « description », le Président, issu du peuple mais désigné par les représentants, fils de ses œuvres et reconnu par les représentants, n’aurait alors aucune difficulté à rendre « substantielles » (substantive) les aspirations des représentés36. C’est le cas de Félix Faure : son usage intensif des ressources protocolaires37 a pu être décrit –contre toute évidence– comme la réalisation des besoins du peuple :

  • 38 Charme F., « Félix Faure », La Revue des Deux Mondes, 01/03/1899.

« La critique a reproché au dernier président de la République d’aimer la pompe et l’apparat : il les croyait en effet nécessaires à l’exercice de sa fonction. L’homme, pour tous ceux qui l’approchaient, était resté sans prétentions personnelles, le président respectait le protocole et se considérait comme tenu à en observer les prescriptions mystérieuses. Se trompait-il ? Aux yeux du peuple, non. C’est une erreur de croire que le peuple –le nôtre, du moins, avec l’atavisme particulier qui détermine ses goûts– aime dans un représentant le plus haut placé la simplicité et le laisser aller de ses propres mœurs. Il veut se reconnaître en beau, en noble, en grand, dans l’homme qui est sorti de lui pour le représenter sur ce qui lui paraît être le sommet de la puissance humaine. Faut-il dire que M. Félix Faure a compris tout cela ? Il n’a pas eu besoin de comprendre. Fils du peuple, il incarnait, il réalisait spontanément ses aspirations idéales38. »

25Ouvrier, le Président est donc travailleur. Cette qualité lui permet de s’élever au-dessus de sa condition et en fait un modèle pour tous. Il incarne alors le compromis méritocratique républicain :

  • 39 Discours de Franck Chauveau, vice-président du Sénat, aux funérailles de Félix Faure. Les funérail (...)

« La vie de M. le président Félix Faure est un illustre exemple de ce que peuvent dans notre pays pour la fortune d’un homme, l’effort personnel, les institutions et les mœurs. Elle est une réponse décisive à ceux qui prétendent bouleverser la société, sous prétexte que la supériorité sociale n’y est pas accessible à tous. Né d’une famille modeste, M. Félix Faure a été véritablement le fils de ses œuvres ; par son travail, autant que par les dons d’une nature bien équilibrée, il s’est élevé peu à peu, sans secousse et sans à coup, à la magistrature suprême de son pays39. »

26Dans ce modèle qui fait des principes de sélection du Président les meilleures garanties de son dévouement à la fonction et au régime, la socialisation –notamment scolaire– joue un rôle déterminant. Ce serait le lieu de l’inculcation des valeurs de la Nation, le lieu où s’est forgée une destinée. La fonction révèle l’homme tel qu’il est : simple, modeste et travailleur.

  • 40 Discours prononcé par M. Émile Lisbonne, président du Conseil général de la Drôme lors de l’inaugu (...)

« La vie publique d’Émile Loubet fut le réel reflet de sa vie privée, l’une et l’autre devant, à ses yeux, s’inspirer des mêmes principes de simplicité, de droiture et de probité ; tel il était dans sa famille, associé à sa noble compagne, modèle de toutes les vertus domestiques, entouré de ses bons et chers enfants, tel il se retrouvait avec ses concitoyens, ses amis, ses confrères, du barreau, ses collègues du conseil général et du Parlement : tel il fut devant la France et devant l’étranger40. »

  • 41 Discours de M. Lucien Duplan, maire de Mézin, à l’inauguration du monument Fallières, 15/04/1938. (...)

« [Armand Fallières] était bon et simple sans effort, de cette simplicité et de cette bonté qui font la véritable grandeur41. »

Une destinée politique

  • 42 L’éloge, s’oppose à l’oraison qui tolère –si elle ne les favorise pas– les retournements dans les (...)

27Si l’éducation inculque à l’homme les qualités de la Nation, les biographes peuvent alors dégager de sa trajectoire les événements qui l’ont conduit, pas à pas, jusqu’à la fonction suprême42. La politique est alors conçue comme le fil directeur de l’existence, l’accès à la présidence constituant idéalement, non plus seulement le couronnement d’une carrière politique, par l’importance de pouvoirs concentrés par l’individu, mais l’accomplissement d’une destinée. La politique ne peut être alors un métier, elle donne sens à une vie.

  • 43 Le Journal de Valence, 21-22/12/1929.

« Nul homme politique n’eut une existence qui se déroulât plus harmonieusement et il semble que la première magistrature de l’État ne fut que l’aboutissement logique d’une vie publique dont chaque étape constituait une nouvelle ascension43. »

  • 44 Le Républicain du Gard, « Une belle vie, une belle mort », 21/06/1937.

« La vie et la mort de Gaston Doumergue nous paraissent être la plus merveilleuse réussite d’un destin humain ! S’il avait pu choisir, Gaston Doumergue n’aurait sans doute pas voulu une autre vie, ni une autre mort, une ascension lente mais continue dans un effort persévérant au service de la France, vers les plus hauts honneurs de la démocratie, puis une retraite calme et heureuse dans le site longuement choisi, avec les affections désirables sans aucun des soucis qui peuvent accabler la vieillesse44. »

  • 45 Mariot N., op. cit.

28L’application de cette grille de lecture à Gaston Doumergue est intéressante. Sa biographie est l’enjeu d’interprétations concurrentes quant à la place qu’y occupe son retour à la présidence du Conseil, après le 6 février 1934. La formule choisie par le rédacteur de la feuille locale (« les plus hauts honneurs de la démocratie ») est ambiguë. Il s’agit alors de donner des gages de rectitude républicaine et de faire un usage instrumental du « credo », en compensant les atteintes qui y sont portées par un emploi intensif de la formule qui vaut « déférence constitutionnelle45 ».

29Cette vie dévouée au service de la Patrie est marquée par ses origines. La capacité à fédérer la Nation derrière son nom s’est éprouvée, selon un modèle de carrière dominant sous la IIIe République, au niveau local. Gaston Doumergue devrait son premier succès électoral à l’alliance de la bourgeoisie et des classes populaires :

  • 46 Verne M., Les hommes d’État et leur province. Le président Doumergue, Paris, Berger Levrault, 1925 (...)

« Toute la carrière politique qui va suivre aura donc été voulue par ces libres petits bourgeois et ces ouvriers de la plaine nîmoise46. »

30L’homme désigné pour occuper la fonction suprême n’obéit pas à des intérêts particuliers ou même partisans. Dès l’origine, certaines carrières seraient marquées du sceau de l’unité nationale. Le président désigné par l’élection ne sera donc pas celui d’une faction, mais celui de tous les Français. En accédant à cette fonction, il ne satisfait ni les intérêts d’une faction, ni ceux de l’individu. La Présidence ne permet pas d’attirer à soi les honneurs, pour répondre à un besoin de reconnaissance : la gloire obtenue n’est pas adressée personnellement au président, mais au rôle qu’il occupe. Le général Dubois, qui dirigeait la maison militaire de l’Élysée sous la présidence d’Émile Loubet témoigne en ce sens. Retourné à la vie civile, le Président redevient un citoyen comme les autres. À l’issue de la passation des pouvoirs à son successeur,

  • 47 Général Dubois, Mes souvenirs de l’Élysée 1900-1906, s.l., s.d., p. 160.

« M. Loubet pouvait enfin se mouvoir librement sans être gêné en rien par le protocole. […] Demain, pendant que les télégrammes de félicitations afflueront à l’Élysée pour encenser le soleil levant, l’ancien président de la République sera presque oublié dans son modeste appartement de la rue Dante. Déjà on lui a fait remarquer que la Constitution de 1875 n’ayant rien prévu pour un ex-président de la République, aucune place ne pourrait lui être réservée dans les cérémonies officielles. Sic Transit Gloria Mundi47. »

31Dernière marque de la vocation présidentielle : le sacrifice du Président pour la Nation. Ce registre est évidemment utilisé lorsque le Président est assassiné. C’est une même formule qui qualifie le crime dont sont victimes Sadi Carnot et Paul Doumer :

  • 48 Discours de Charles Dupuy, président du Conseil aux funérailles de Sadi Carnot, 01/07/1894, « Funé (...)

« Le président Carnot est tombé dans l’exercice de ses fonctions comme un soldat au champ d’honneur48.

  • 49 Allocution de Jean Casimir-Perier, président de la Chambre des députés, séance du 25/06/1894. Ibid (...)

“La Chambre et la France sont pénétrées d’un même sentiment d’angoisse en face de l’odieux forfait qui frappe le président de la République au champ d’honneur, dans l’exercice de ses devoirs constitutionnels. L’heure est au recueillement. Inclinons-nous devant cette tombe, où disparaît, dans de si cruelles circonstances, une vie qui est un enseignement et un exemple, car elle est faite du plus pur dévouement à la patrie et à la République49.”

  • 50 Oraison funèbre prononcée par André Tardieu aux funérailles de Paul Doumer, 12 mai 1932, Journal o (...)

Tombé comme un soldat, face au danger qu’il a toute sa vie dédaigné, il nous lègue deux devoirs dont l’accomplissement eût été le seul hommage qu’aurait accepté sa modestie : celui d’aider les siens, par notre affection à porter le deuil ; celui d’aider la France à remplir son destin par les vertus de l’union et les vertus de l’action50. »

  • 51 Annexe au Procès-verbal de la séance du 18 décembre 1871. AN/F1 C1871, dossier « Lambrecht ».

32Cette référence au sacrifice n’est pas seulement liée à la mort violente du Président même si elle est davantage utilisée en cas d’assassinat. Elle n’est pas non plus spécifique à la position présidentielle. Elle est utilisée à l’occasion de la mort du ministre de l’Intérieur Lambrecht, décédé en fonction le 11 octobre 187151. Elle est aussi employée par Jules Jeanneney à la séance de rentrée du Sénat, le 19 juin 1937 :

  • 52 Allocution prononcée par Jules Jeanneney, président du Sénat, séance du 19 juin 1937. Le Temps, «  (...)

« Gaston Doumergue nous quitte sans avoir pu goûter assez le loisir d’une vieillesse paisible et de repos auxquels une vie bien remplie a droit. Il se l’était refusé à lui-même lorsque rappelé au pouvoir, il a donné, en l’acceptant, un si bel exemple d’abnégation et de dévouement civique. Il n’a pu l’exercer dans des conditions particulièrement difficiles qu’au sacrifice de sa santé même52. »

33La position occupée par le Président dans la configuration politique contraint celui-ci à développer certaines qualités pour pouvoir occuper durablement le poste. La mort du Président met à jour cette grandeur paradoxale qui fait de l’incarnation parfaite des vertus moyennes une qualité à célébrer. Les funérailles sont l’occasion d’affirmer –notamment en lui attribuant les qualités de l’homme moyen– la place occupée par la présidence dans la configuration politique. La moyenne qu’il incarne est la meilleure garantie que les chances de tous sont préservées : il ne prendra aucune initiative qui pourrait favoriser l’un ou l’autre camp, son action n’interdit aucune possibilité d’évolution future du régime. Ses qualités sont donc celles qui permettent d’équilibrer le système.

  • 53 F.-G. Bailey, Les règles du jeu politique, Paris, PUF, 1971.

34Le discours des éloges funèbres dit quelque chose du régime politique : il indique des prétentions à la légitimité fondées sur une volonté de représentation des aspirations du peuple, que la trajectoire méritocratique permettrait de sélectionner par l’élection. Le portrait du défunt en homme simple et modeste, en « ouvrier » travailleur, affirme de plus le respect du « credo » et prouve, aux yeux des républicains, la supériorité du modèle républicain sur ceux proposés par leurs concurrents. Mais ces éloges s’adressent aussi, dans le même mouvement, aux acteurs directement intéressés par la compétition politique. L’existence de la fonction est décrite comme stabilisant le jeu et préservant les espérances futures des différents partis en présence. Loin de paralyser le pouvoir exécutif, le faible charisme des présidents de la IIIe République, si souvent moqué, conditionne au contraire l’existence de l’institution. Le discours des éloges funèbres ne saurait être pris pour argent comptant. La réécriture biographique et l’idéalisation des vertus du défunt sont au service d’une ambition. L’éloge réaffirme l’ouverture de la configuration politique aux différents scénarios possibles d’évolution du régime. Il rappelle aux acteurs politiques que le titulaire du poste suprême s’est efforcé de préserver la valeur des « trophées politiques53 » offerts à la compétition. Il a donc maintenu, ce faisant, l’intérêt de la lutte pour leur conquête et rendu possible, pour ces concurrents, la satisfaction prochaine de leurs aspirations.

Notes

1 Gicquel J., « Président de la République », J.-F. Sirinelli (dir.), Dictionnaire historique de la vie politique française au XXe siècle, Paris, PUF, 1995, p. 835-843, p. 840.

2 Rials S., Le président de la République, Paris, PUF, 1981, p. 62 se référant à une conférence de presse de Vincent Auriol de novembre 1951.

3 Prélot M., « Rétrospectives et perspectives : la présidence de la République », Études Juridiques, no 3-4, mars-avril 1954, p. 22-25.

4 Sacriste G., La République des Constitutionnalistes. Professeurs de droit et légitimation de l’Etat en France (1870-1914), Paris, Presses de Sciences Po, 2011.

5 Mariot N., C’est en marchant qu’on devient président. La République et ses chefs de l’État, 1848-2007, Montreuil, Aux lieux d’être, 2007.

6 Elias N., La société de cour, Paris, Flammarion, 1985, p. 310.

7 Pelletier W., « La crise de mai 1877. La construction de la place et de la compétence présidentielles », B. Lacroix et J. Lagroye (dir.), Le président de la République : Usages et genèses d’une institution, Paris, PFNSP, 1992, p. 79-107, p. 93.

8 Dulong D., « Mourir en politique. Le discours politique des éloges funèbres », Revue Française de Science Politique, no 4, août 1994, p. 629-646.

9 Braud P., « La réactivation du mythe présidentiel. Effets de langage et manipulation symbolique », B. Lacroix et J. Lagroye (dir.), op. cit., p. 377-397, p. 380.

10 Nous renvoyons à notre article « Aux grands hommes, la patrie désintéressée. Coût et financement des obsèques d’Etat en France (1877-1996) », Histoire et Mesure, à paraître.

11 Mariot N., op. cit., p. 321.

12 Latzarus L., « L’ambition de s’asseoir », Chroniques et Documents (extraits, sans date, sans origine). AN/151 AP 39. Ce journaliste plaide en faveur de la rénovation des pouvoirs de la présidence de la République. Cf. La France veut-elle un Roi ?, Paris, Éditions du Siècle, 1925.

13 de Broglie A., « À propos de la discussion sur la révision constitutionnelle », La Revue des deux mondes, 15/04/1894, p. 822-852.

14 d’Eichthal E., « La présidence de la République et l’irresponsabilité : à propos d’un article récent », La Revue Bleue. Revue politique et littéraire, (19), 1894, p. 596-599, p. 598.

15 « Oraison funèbre prononcée par André Tardieu aux funérailles de Paul Doumer, 12 mai 1932 », Journal officiel, 13/05/1932, p. 5010-5011.

16 d’Eichthal E., art. cité, p. 598.

17 Manin B., Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

18 Discours prononcé à la Chambre des députés par M. Raoul Péret président de la Chambre, le 23 mai 1922, Paul Deschanel. Recueil de discours, Paris, LGDJ, 1924, p. 9-11.

19 Allocution de Paul Doumer au Sénat à l’annonce de la mort d’Émile Loubet, Le Journal de Montélimar et de la Drôme, 28/12/1929.

20 Discours prononcé au cimetière du Montparnasse par M. Maurice Maunoury, le 28 avril 1923, Paul Deschanel. Recueil de discours, Paris, LGDJ, 1924, p. 13-19.

21 Lavisse E., « À propos d’un accident », Revue de Paris, no 25, 01/02/1895.

22 Discours de Charles de Freycinet, président du Conseil, à Mont-sous-Vaudrey, 14/09/1891. Bertrand A., A la mémoire du président Grévy, hommage de profond respect, s.l, s.d., [1892].

23 Elias N., op. cit, p. 128-129.

24 Ibid.

25 Pour une biographie en ce sens de Félix Faure, Vaucheret J. [pseud. Jean Bruno], Le petit tanneur : histoire populaire de Félix Faure, président de la République, Paris, L. Hayard, 1895.

26 Allocution de M. Émile Loubet, président du Sénat, séance du 17/02/1899. Les funérailles nationales du président Félix Faure célébrées à Paris, le 23 février 1899, Paris, Imprimerie des journaux officiels, 1899, p. 6.

27 Allocution de M. Paul Deschanel, président de la Chambre des députés, séance du 17/02/1899. Ibid., p. 7.

28 « Oraison funèbre prononcée par André Tardieu aux funérailles de Paul Doumer, 12 mai 1932 », Journal officiel, 13/05/1932, p. 5010-5011.

29 Discours au Panthéon de Challemel-Lacour, Président du Sénat, « Funérailles nationales du président Carnot célébrées à Paris le 1er juillet 1894 ». Documents officiels, Paris, 1894, p. 51.

30 Discours de M. Marraut, ministre de l’Instruction publique, Le Journal de Valence, 21 et 22/12/1929. AD – Drôme/CP 236.

31 Discours d’André Tardieu à la Chambre des députés, Le Journal de Montélimar et de la Drôme, 28/12/1929. AD – Drôme/CP 167.

32 Le Temps, « Armand Fallières », 23/06/1931.

33 R. P. Joseph, Eloge funèbre de M. le Maréchal de Mac-Mahon, prononcé dans la primatiale de Saint-Jean à Lyon, Thonon-les-Bains, H. Cane, 1894, p. 8.

34 Église catholique. Diocèse La Rochelle, Lettre circulaire… à l’occasion de la mort de M. Félix Faure, président de la République française, La Rochelle, Impr. Rochelaise, 1899.

35 Albert C., « Sur un mort », Le journal du Peuple, 24/02/1899.

36 Pitkin H., The Concept of Representation, Berkeley, University Of California Press, 1967.

37 Prochasson C., « Le corps de Félix. Corps et records du Président Félix Faure », J. Julliard (dir.), La mort du roi. Essai d’ethnographie politique comparée, Paris, Gallimard, 1999, p. 197-230.

38 Charme F., « Félix Faure », La Revue des Deux Mondes, 01/03/1899.

39 Discours de Franck Chauveau, vice-président du Sénat, aux funérailles de Félix Faure. Les funérailles nationales du président Félix Faure célébrées à Paris, le 23 février 1899, Paris, Imprimerie des journaux officiels, 1899, p. 40.

40 Discours prononcé par M. Émile Lisbonne, président du Conseil général de la Drôme lors de l’inauguration du monument en l’honneur d’Émile Loubet à Montélimar, 02/04/1939. AN/1AG 60.

41 Discours de M. Lucien Duplan, maire de Mézin, à l’inauguration du monument Fallières, 15/04/1938. AN/1AG 57.

42 L’éloge, s’oppose à l’oraison qui tolère –si elle ne les favorise pas– les retournements dans les derniers instants. L’éloge favorise la production d’une biographie orientée vers la réalisation d’un objectif, qu’une vie réussie parvient à accomplir. Sur l’invention de l’éloge contre l’oraison, entre formes sécularisée et religieuse du récit de vie, Bonnet J.-C., « Les morts illustres », P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire, vol. 2, La Nation, t. 3, Paris, Gallimard, [1986], 1993, p. 217-241, notamment p. 220.

43 Le Journal de Valence, 21-22/12/1929.

44 Le Républicain du Gard, « Une belle vie, une belle mort », 21/06/1937.

45 Mariot N., op. cit.

46 Verne M., Les hommes d’État et leur province. Le président Doumergue, Paris, Berger Levrault, 1925, p. 39.

47 Général Dubois, Mes souvenirs de l’Élysée 1900-1906, s.l., s.d., p. 160.

48 Discours de Charles Dupuy, président du Conseil aux funérailles de Sadi Carnot, 01/07/1894, « Funérailles nationales… », op. cit., p. 49.

49 Allocution de Jean Casimir-Perier, président de la Chambre des députés, séance du 25/06/1894. Ibid., Paris, 1894, p. 7.

50 Oraison funèbre prononcée par André Tardieu aux funérailles de Paul Doumer, 12 mai 1932, Journal officiel, 13/05/1932, p. 5010-5011.

51 Annexe au Procès-verbal de la séance du 18 décembre 1871. AN/F1 C1871, dossier « Lambrecht ».

52 Allocution prononcée par Jules Jeanneney, président du Sénat, séance du 19 juin 1937. Le Temps, « La mort de Gaston Doumergue : L’hommage du Sénat », 20/06/1937.

53 F.-G. Bailey, Les règles du jeu politique, Paris, PUF, 1971.

Auteur

Maître de conférences en science politique à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, chercheur titulaire au CESDIP et associé au Centre d’études européennes (FNSP/Sciences-Po). Il travaille actuellement sur les politiques publiques à destination des personnes en situation de handicap. Il a récemment publié : (avec Anne Revillard), « Le Médiateur de la République : périmètre et autonomisation d’une institution », Revue Française d’Administration Publique, no 139, 2011, p. 339-352 et « L’incertitude des instruments. L’informatique administrative et le changement dans l’action publique (années 1960-1970) », Revue Française de Science Politique, vol. 61, no 1, 2011, p. 79-103.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search