Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le social à l’épreuve du dégoût

 | 
Dominique Memmi
, 
Gilles Raveneau
, 
Emmanuel Taïeb

Quatrième partie. Ambivalence et dénégation du dégoût

« On est dégueulasse […], faut l’voir ! ». Pour une histoire du dégoût au travail

Christian Chevandier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Arrive une nouvelle personne. « Vous êtes SDF, Monsieur ? », lui demande A. [l’infirmière] ; elle ouvre la fenêtre tant c’est insupportable. Je mets des gants pour prendre ses affaires et les mettre dans un sac de l’AP prévu pour les affaires des malades.
— « Je m’excuse pour les odeurs, dit l’intéressé.
— C’est pas vous, Monsieur, nous avons très chaud. »
Elle utilise pour nous désigner la première personne du pluriel, et, désormais, me tutoie. Le fait d’affronter ensemble cette épreuve m’a fait accepter par elle. (Carnet de terrain, hôpital de la Pitié-Salpêtrière, 9 janvier 2014.)

À plusieurs reprises, les réticences initiales du personnel pour accueillir en son sein un individu atypique, notamment par son âge et son statut (professeur des universités) qui évoque celui de la hiérarchie d’un CHU, sont tombées lorsqu’il a mis « les mains dans le cambouis » comme le lui a dit un aide-soignant au moment où il se les était souillées avec le vomi d’un patient. Le chercheur, en observation ...

Auteur

Historien, UMR pluridisciplinaire IDEES (CNRS/universités de Normandie).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540