Version classiqueVersion mobile

Le social à l’épreuve du dégoût

 | 
Dominique Memmi
, 
Gilles Raveneau
, 
Emmanuel Taïeb

Troisième partie. De nouveaux « intouchables » ? Petits arrangements personnels avec les affects

Les soignants et leurs gants

Dominique Memmi, Gilles Raveneau et Emmanuel Taïeb

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Représentant un des filtres sensoriels placés entre patients et soignants, les gants constituent une voie d’accès privilégiée vers l’analyse du dégoût. C’est un observatoire du rapport évolutif à la crainte du corps de l’autre. Visant d’abord à protéger les médecins puis les patients, de la contamination, ils viseraient aussi bien davantage aujourd’hui – c’est du moins notre hypothèse – à une mise à distance sensorielle, sexuelle et sociale de la matérialité corporelle par les soignants plus modestes auxquels est dévolue son administration.

En 2012, un milliard de paires de gants aurait été utilisé en France, dont plus de 80 millions de gants dits « chirurgicaux », en ce qu’ils sont conformes à ceux que portent les membres de cette profession. La multiplication exponentielle des gants sur les mains des soignants – et parmi eux des gants non stériles – est pourtant un phénomène récent.

À partir d’un moment inaugural au milieu du XVIIIe siècle (la première description écrite d’un gant c...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search