Version classiqueVersion mobile

Le social à l’épreuve du dégoût

 | 
Dominique Memmi
, 
Gilles Raveneau
, 
Emmanuel Taïeb

Première partie. L’invisibilité des morts

La réquisition de police : l’acmé du sale boulot dans les pompes funèbres

Thomas Bonnet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les pompes funèbres ont fait l’objet de recherches sociologiques approfondies1, mais la question des réquisitions d’une entreprise des pompes funèbres par un officier de police judiciaire (désormais réquisition de police) n’apparaît pas comme suffisamment explorée. Pourtant, la réquisition de police constitue une part du travail non négligeable. Effectivement, elle s’affirme dans le discours des enquêtés comme l’activité la moins appréciée du métier. Elle est souvent dépréciée car elle expose les professionnels à d’intenses émotions négatives, notamment celle du dégoût. Cependant, il est frappant de constater que certaines réquisitions de police paraissent stimulantes. D’où provient cet attrait pour le sale boulot ?

Cette contribution a été rendue possible grâce à une étude de trois mois réalisée dans une entreprise des pompes funèbres. Embauché comme porteur, j’ai pu mettre en œuvre une observation participante et recueillir approximativement 350 heures d’observation. Être identifié...

Auteur

Doctorant en sociologie, CERTOP – université Toulouse Jean Jaurès.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search