Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Rohmer et les Autres

 | 
Noël Herpe

Bibliographie

Mireille Dobrzynski und Noël Herpe

Volltext

Cette bibliographie sélective comprend à la fois les écrits d’Éric Rohmer, les entretiens qu’il a accordés et les divers travaux portant sur son œuvre. Elle ne prétend pas être exhaustive – sauf en ce qui concerne les articles de Rohmer, recensés dans leur (quasi ?) intégralité : en se limitant à un corpus français, elle s’attache à répertorier les références à l’œuvre rohmérienne dans les principales revues spécialisées dans le domaine cinématographique. Ont été exclus les magazines généralistes ou à visée plus populaire, ainsi que les travaux universitaires non publiés. De même, n’ont été retenus que les entretiens accordés aux principales revues françaises spécialisées.

Les bibliographies présentes dans les ouvrages de Marion Vidal et de Joël Magny ont été notre point de départ. Divers outils de recherche sont venus les enrichir – à savoir le Film Index International et l’International Film Archive, sans compter la consultation en bibliothèque. Pour les publications les plus récentes, les recherches ont été effectuées à l’aide de Worldcat ainsi que sur internet.

À l’intérieur de chaque rubrique, les mentions sont données dans l’ordre chronologique. Dans un souci de concision, les écrits signés Maurice Schérer sont signalés par les initiales MS, et toute référence indirecte à Rohmer s’accompagne des initiales ER. Enfin, les articles figurant dans Le Goût de la beauté sont précédés d’un astérisque. À l’exception de cet ouvrage, nous n’avons pas mentionné les reprises en volume de textes déjà parus dans la presse.

Écrits d’Éric Rohmer

Ouvrages et contributions

Elizabeth [roman publié sous le pseudonyme de Gilbert Cordier], Paris, Gallimard, 1946.

Préface de MS à Petras Kiaulenas, Tubingen, Patria, 1948.

Hitchcock [en collaboration avec Claude Chabrol], Paris, Éditions universitaires, 1957 ; Éditions d’aujourd’hui, 1980 (coll. « Les introuvables ») ; Ramsay Poche Cinéma, 1986.

Postface à Charlie Chaplin d’André Bazin, Paris, Cerf, 1972 (coll. « 7e Art ») ; Paris, Éditions de l’Étoile, 2000 (coll. « Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma »).

Six Contes moraux, Paris, L’Herne, 1974 ; Éditions de l’Étoile, 1998 (coll. « Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma »).

L’Organisation de l’espace dans le Faust de Murnau [thèse de doctorat de 3e cycle], Paris, Union Générale d’Éditions, 1977 (coll. « 10/18 ») ; Éditions de l’Étoile, 2000 (coll. « Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma »).

L’Avant-scène cinéma 190-191 (1977) [découpage intégral de Faust de F. W. Murnau établi par ER].

Postface à La Revue du cinéma, vol. 5, Paris, Lherminier, 1979.

Le Goût de la beauté [recueil d’articles], Paris, Éditions de l’Étoile/Cahiers du cinéma, 1984 (coll. « Écrits ») ; Flammarion, 1989 (coll. « Champs Contrechamps ») ; Éditions de l’Étoile, 2004 (coll. « Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma »).

Préface à Hawks par Hawks de Joseph Mac Bride, Paris, Ramsay Poche Cinéma, 1987.

Le Trio en mi bémol : comédie brève en sept tableaux, Arles/Paris, Actes Sud, 1988 (coll. « Papiers »).

« Lignées balzaciennes », préface à La Rabouilleuse d’Honoré de Balzac, Paris, POL, 1992 (coll. « La collection »).

De Mozart en Beethoven : essai sur la notion de profondeur en musique, Arles/Paris, Actes Sud, 1996 (coll. « Un endroit où aller »).

Contes des quatre saisons, Paris, Éditions de l’Étoile, 1998 (coll. « Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma »).

Comédies et Proverbes, vol. 1 et 2, Paris, Éditions de l’Étoile, 1999 (coll. « Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma »).

Préface à Journal de ma vie durant la Révolution française de Grace Elliot, Paris, Éditions de Paris, 2001.

Triple Agent, Paris, Éditions de l’Étoile, 2004 (coll. « Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma »).

Scénarios et dialogues

La Roseraie [synopsis, en collaboration avec Paul Gégauff], Cahiers du cinéma 5 (1951). Présentation, Cahiers du cinéma 12 (1952).

La Collectionneuse, Présentation ou Charlotte et son steak et Place de l’Étoile, L’Avant-scène cinéma 69 (1967).

Ma nuit chez Maud, L’Avant-scène cinéma 98 (1969).

La Marquise d’O…, L’Avant-scène cinéma 173 (1976).

Perceval le Gallois, L’Avant-scène cinéma 221 (1979).

Le Beau Mariage, L’Avant-scène cinéma 293 (1982).

Pauline à la plage, L’Avant-scène cinéma 310 (1983).

Les Nuits de la pleine lune, La Femme de l’aviateur et Place de l’Étoile, L’Avant-scène cinéma 336

(1985).

Le Rayon vert, L’Avant-scène cinéma 355 (1986).

L’Ami de mon amie, L’Avant-scène cinéma 366 (1987).

Conte de printemps, L’Avant-scène cinéma 392 (1990).

Conte d’hiver, L’Avant-scène cinéma 414 (1992).

L’Arbre, le Maire et la Médiathèque ou Les Sept hasards [synopsis], Cahiers du cinéma 464 (1993).

L’Église moderne [synopsis, en collaboration avec François Truffaut], Cahiers du cinéma 467-468 (1993).

L’Arbre, le Maire et la Médiathèque, L’Avant-scène cinéma 429 (1994).

Conte d’été, L’Avant-scène cinéma 455 (1996).

Articles

– Dans Les Temps modernes :

*N° 36 (1948) : MS, « Pour un cinéma parlant ».

N° 39 (1949) : MS, « Hamlet, de Laurence Olivier » ;
MS, « Macbeth, d’Orson Welles ».

N° 41 (1949) : MS, « L’Âge du roman américain, par C-E. Magny ».

*N° 44 (1949) : MS, « Nous n’aimons plus le cinéma ».

N° 47 (1949) : MS, « Le festival du film maudit ».

– Dans La Gazette du cinéma :

N° 1 (1950) : MS, « Étude technique de La Corde ».

N° 4 (1950) : « City Lights » ;
« Tva Manniskor de Carl Dreyer ».

*N° 5 (1950) : MS, « Stromboli » ;
MS, « One Exciting Night ».

– Dans les Cahiers du cinéma :

*N° 3 (1951) : MS, « Vanité que la peinture » [Robert Flaherty et F. W. Murnau].

*N° 8 (1952) : MS, « Renoir américain » ;
MS, « La robe bleue d’Harriet » [Le Fleuve de Jean Renoir].

*N° 10 (1952) : MS, « Isou ou les choses telles qu’elles sont ».

N° 12 (1952) : MS, « Le soupçon » [Une femme disparaît d’Alfred Hitchcock].

N° 14 (1952) : MS et al., « La revue des revues ».

N° 21 (1953) : MS, « La revanche de l’Occident » [Tabou de F. W. Murnau].

N° 25 (1953) : MS, « Génie du christianisme » [Europe 51 de Roberto Rossellini].

*N° 26 (1953) : MS, « De trois films et d’une certaine école » [Le Carrosse d’or de Jean Renoir, Europe 51 de Roberto Rossellini, La Loi du silence d’Alfred Hitchcock].

*N° 29 (1953) : MS, « Les maîtres de l’aventure » [La Captive aux yeux clairs de Howard Hawks].

N° 31 (1954) : MS, « Vertus cardinales du CinémaScope ».

N° 36 (1954) : MS, « Un réalisme méchant » [La Femme au gardénia de Fritz Lang].

N° 37 (1954) : MS et François Truffaut, « Entretien avec Roberto Rossellini » ;
MS, « Livres de cinéma » [L’Amour du cinéma de Claude Mauriac].

N° 38 (1954) : MS, « Le meilleur des mondes » [Les Hommes préfèrent les blondes de Howard Hawks].

N° 39 (1954) : MS, « À qui la faute ? » [Alfred Hitchcock].

N° 43 (1955) : MS et al., « Les dix meilleurs films de 1954 ».

N° 44 (1955) : « Le celluloïd et le marbre I : le bandit philosophe ».

N° 47 (1955) : MS, « La terre du miracle » [Voyage en Italie de Roberto Rossellini].

N° 49 (1955) : « Le celluloïd et le marbre II : le siècle des peintres ».

N° 51 (1955) : « Le celluloïd et le marbre III : de la métaphore ».

N° 52 (1955) : « Le celluloïd et le marbre IV : beau comme la musique ».

N° 53 (1955) : « Le celluloïd et le marbre V : architecture d’apocalypse » ;
« Naissance de la musique » [Hallelujah ! de King Vidor].

N° 54 (1955) : MS, « Redécouvrir l’Amérique ».

N° 55 (1956) : ER et al., « Les dix meilleurs films de 1955 » ;
« Une Alceste chrétienne » [Ordet de Carl Dreyer].

N° 58 (1956) : « Castigat ridendo… » [Mais qui a tué Harry ? d’Alfred Hitchcock].

N° 59 (1956) : « Ajax ou le Cid ? » [La Fureur de vivre de Nicholas Ray] ;
« Deux images de la solitude » [L’Amore de Roberto Rossellini] ;
« Livres de cinéma » [S. M. Eisenstein de Jean Mitry, Le Langage cinématographique de Marcel Martin].

N° 60 (1956) : « La nef des fous » [Lifeboat d’Alfred Hitchcock] ;
« Notre miracle quotidien » [Le Roman inachevé de Frédéric Ermler] ;
« Livres de cinéma » [Le Cinéma japonais de Shinobu et Marcel Giuglaris, Beaux-arts et Cinéma d’Henri Lemaître].

N° 61 (1956) : « Présentation d’Ingmar Bergman » ;
*« Une fable du xxe siècle » [Monsieur Arkadin d’Orson Welles] ;
« Livre de cinéma » [Le Cinéma ou l’homme imaginaire d’Edgar Morin] ;
« Revue des revues ».

N° 62 (1956) : « Les souffrances de l’inventeur » [Condamné au silence d’Otto Preminger] ;
« Livres de cinéma » [Panorama du film noir américain (1941-1953) de Raymond Borde et Étienne Chaumeton, Le Film criminel, le film policier d’Armand Cauliez, Mythe de la femme dans le cinéma américain de Jacques Siclier].

N° 63 (1956) : « Le roi des montagnes » [La Charge des Tuniques bleues d’Anthony Mann] ;
« Les lecteurs des Cahiers et la politique des auteurs ».

*N° 64 (1956) : « Les singes et Vénus » [Eléna et les Hommes de Jean Renoir] ;
« Yonville-en-Kansas » [Picnic de Joshua Logan] ;
« Livres de cinéma » [Caméras sous le soleil de Maurice-Robert Bataille et Claude Vieillot].

N° 65 (1956) : « Le miracle des objets » [Un condamné à mort s’est échappé de Robert Bresson] ;
« Livres de cinéma » [Jacques Prévert de Jean Queval, Les Chemins de Fellini : Journal d’un bidoniste de Geneviève Agel et Dominique Delouche] ;
« Revue des revues ».

N° 67 (1957) : ER et al., « Les 10 meilleurs films de 1956 » ;
*« Leçon d’un échec » [Moby Dick de John Huston].

N° 68 (1957) : « Revue des revues ».

*N° 69 (1957) : « Ou bien… ou bien… » [Derrière le miroir de Nicholas Ray].

N° 70 (1957) : « Loin de Griffith » [Géant de George Stevens].

N° 71 (1957) : ER et André Bazin, Jacques Doniol-Valcroze, Pierre Kast, Roger Leenhardt, Jacques Rivette, « Six personnages en quête d’auteurs : débat sur le cinéma français ».

N° 73 (1957) : « Universalité du génie » [Les Amants crucifiés de Kenji Mizoguchi].

N° 74 (1957) : « Livres de cinéma » [Esthétique du cinéma d’Henri Agel, Petite Littérature du cinéma de Claude Mauriac, Les Stars d’Edgar Morin].

N° 75 (1957) : « Venise 1957 » [Rêves dans le tiroir de Renato Castellani, Œil pour œil d’André Cayatte, Les Nuits blanches de Luchino Visconti, Amère Victoire de Nicholas Ray].

*N° 76 (1957) : « L’art de la caricature » [La Blonde explosive de Frank Tashlin] ;
« Mélodie désaccordée » [Porte des Lilas de René Clair].

N° 78 (1957) : « Spécial Jean Renoir : biofilmographie » [Boudu sauvé des eaux, Madame Bovary, L’Homme du sud, Le Carrosse d’or].

N° 79 (1958) : ER et al., « Les dix meilleurs films de 1957 » ;
« Cinémathèque : Post-scriptum I » [Nosferatu le vampire de F. W. Murnau].

N° 80 (1958) : « Premier accessit » [Ascenseur pour l’échafaud de Louis Malle].

N° 81 (1958) : « Rétrospective Mizoguchi » [Les Contes de la lune vague après la pluie].

N° 82 (1958) : « Photo du mois » [Le Bel Indifférent de Jacques Demy].

*N° 83 (1958) : « La quintessence du genre » [Les Girls de George Cukor].

N° 85 (1958) : « Rétrospective Bergman » [Vers la joie, Rêves de femmes].

*N° 86 (1958) : « Politique contre destin » [Un américain bien tranquille, de Joseph L. Mankiewicz].

*N° 89 (1958) : « Pourvu qu’on ait l’ivresse » [Rêves de femmes d’Ingmar Bergman].

*N° 91 (1959) : « La “somme” d’André Bazin ».

N° 92 (1959) : ER et al., « Les dix meilleurs films de 1958 » ;
*« Explication de vote » [South Pacific de Joshua Logan] ; « Archaïque et superficiel » [Les Tricheurs de Marcel Carné].

*N° 93 (1959) : « L’hélice et l’idée » [Sueurs froides d’Alfred Hitchcock].

N° 94 (1959) : « Voir ou ne pas voir » [Au seuil de la vie d’Ingmar Bergman].

N° 96 (1959) : « La semaine du cinéma soviétique » [La fille du capitaine de Vladimir Kaplounovski].

N° 97 (1959) : ER et Jean Domarchi, Jacques Doniol-Valcroze, Jean-Luc Godard, Pierre Kast, Jacques Rivette, « Hiroshima, notre amour » [Hiroshima mon amour d’Alain Resnais].

*N° 102 (1959) : « Jeunesse de Jean Renoir » [Le Déjeuner sur l’herbe].

N° 104 (1960) : ER et al., « Les dix meilleurs films de 1959 ».

*N° 106 (1960) : « La foi et les montagnes » [Les Étoiles de midi de Marcel Ichac].

*N° 112 (1960) : « Photogénie du sport » [Les Jeux olympiques].

N° 115 (1961) : ER et Jean Domarchi, « Entretien avec George Cukor ».

N° 116 (1961) : ER et al., « Les dix meilleurs films de 1960 » ;
ER et Jacques Rivette, « Entretien avec Alexandre Astruc ».

N° 120 (1961) : « Journées du cinéma polonais » [Les Innocents d’Andrzej Wajda].

N° 121 (1961) : ER et Jacques Doniol-Valcroze, « Entretien avec Otto Preminger » ;
*« Le goût de la beauté » [La Proie pour l’ombre d’Alexandre Astruc, Les Godelureaux de Claude Chabrol, La Pyramide humaine de Jean Rouch, Exodus d’Otto Preminger].

N° 125 (1961) : ER et Louis Marcorelles, « Entretien avec Serge Youtkevitch ».

N° 126 (1961) : ER et Morvan Lebesque, Pierre Marcabru, Jacques Rivette, Georges Sadoul, « Débat sur la critique ».

N° 127 (1962) : « Tours 1961 ».

N° 128 (1962) : ER et al., « Les dix meilleurs films de 1961 ».

N° 135 (1962) : ER et Michel Mardore, « Entretien avec Henri Langlois ».

N° 138 (1962) : ER et al., « 162 nouveaux cinéastes français » ;
ER et al., « Trois points d’économie ».

N° 139 (1963) : « Spécial Howard Hawks : filmographie commentée » [Viva Villa !, Brumes, La Rivière rouge].

N° 140 (1963) : ER et al., « Les dix meilleurs films de 1962 ».

N° 144 (1963) : ER et Louis Marcorelles, « Entretien avec Jean Rouch ».

N° 145 (1963) : ER et Fereydoun Hoveyda, « Nouvel entretien avec Roberto Rossellini ».

N° 152 (1964) : ER et al., « Les dix meilleurs films de 1963 ».

N° 161-162 (1965) : Réponse à l’enquête « Sept questions sur le cinéma » ;
ER et al., « Les dix meilleurs films français depuis la Libération ».

N° 185 (1966) : Réponse à l’enquête « Film et roman ».

N° 200-201 (1968) : Réponse à l’enquête « Vers un livre blanc du cinéma français : le cinéma et l’État ».

N° 355 (1984) : ER et al., « Les dix meilleurs films de 1983 ».

N° 356 (1984) : ER et al., « Rectificatif aux dix meilleurs films de 1983 ».

N° hors série Le Roman de François Truffaut (décembre 1984) : « La vie, c’était l’écran ».

N° 425 (1989) : « L’homme à la sacoche ».

N° 429 (1990) : « Éric Rohmer à Jacques Davila ».

N° 454 (1992) : « Nestor Almendros, naturellement ».

N° 482 (1994) : « Du juste et du faux, ou le paradoxe de l’acteur ».

N° 559 (2001) : « Le large et le haut ».

– Dans Arts :

*N° 559 (1956) : « Des goûts et des couleurs ».

N° 567 (1956) : « La Loi des rues de Ralph Habib » ;
« La Mort de Siegfried de Fritz Lang ».

N° 568 (1956) : « L’Homme au bras d’or d’Otto Preminger » ;
« Cela s’appelle l’aurore de Luis Bunuel ».

N° 569 (1956) : « Don Juan de John Berry » ;
« Comme une fleur des champs de Keisuke Kinoshita ».

N° 570 (1956) : « François Mauriac de Roger Leenhardt, Nuit et Brouillard d’Alain Resnais ».

N° 571 (1956) : « Cinéma d’animation ».

*N° 572 (1956) : « En feuilletant Picasso ».

N° 573 (1956) : « Sourires d’une nuit d’été d’Ingmar Bergman » ;
« Révélations suédoises ».

N° 575 (1956) : « Ciel sans étoiles d’Helmut Kautner » ;
« Public, que de crimes… ».

N° 576 (1956) : « De l’écran au tableau noir ».

N° 577 (1956) : « Le Fond de la bouteille de Henry Hathaway ».

N° 578 (1956) : « Les Amoureux de Mauro Bolognini » ;
« Wichita de Jacques Tourneur ».

N° 579 (1956) : « Le temps des reprises : si les nouveaux films ne vous plaisent pas, allez donc revoir les anciens ».

N° 583 (1956) : « Ma sœur est du tonnerre de Richard Quine » ;
« Bungalow pour femmes de Raoul Walsh » ;
« Trois Hommes sur un radeau de Michel Kalatozov ».

N° 584 (1956) : « Deux Rouquines dans la bagarre d’Allan Dwan » ;
« Plus dure sera la chute de Mark Robson » ;
« Alexandre le grand de Robert Rossen ».

N° 585 (1956) : « Elena et les Hommes de Jean Renoir ».

N° 586 (1956) : « La Mort en ce jardin de Luis Bunuel » ;
« L’Impudique de Philip Dunne ».

N° 587 (1956) : « Trapèze de Carol Reed » ;
« L’Homme au complet gris de Nunnally Johnson ».

N° 590 (1956) : « La Croisée des destins ».

N° 591 (1956) : « Arrêt d’autobus de Joshua Logan : Marilyn Monroe démystifiée est une grande actrice » ;
« Grand’Rue de J. A. Bardem : beaucoup de prétention. Pas de sincérité ».

N° 592 (1956) : « A l’école de Lumière, Kami Shïbai, Tu enfanteras sans douleur ».

N° 593 (1956) : « Queen Kelly : un classique du muet ».

N° 594 (1956) : « Moby Dick : un Melville à l’aquarelle » ;
« Ombres en plein jour : un Cayatte nippon ».

N° 595 (1956) : « La Plus belle des vies : néo-réalisme africain ».

N° 596 (1956) : « L’Homme aux clés d’or : toujours Pierre Fresnay ».

N° 597 (1956) : « Crime et Châtiment : ni la lettre ni l’esprit ».

N° 598 (1956) : « La Fille en noir : monotonie du pittoresque » ;
« Les Feux du music-hall : premiers pas de Fellini ».

N° 599 (1956) : « Notre-Dame de Paris : ennuyeuse mascarade » ;
« Michel Strogoff : trop de subtilité nuit ».

N° 600 (1957) : « Magirama : cinéma de l’avenir » ;
« Mitsou : encore la belle époque ».

N° 602 (1957) : « Don Juan : digest et rewriting ».

N° 603 (1957) : « Les Demi-sel : des James Dean au rabais » ;
« Une Cadillac en or massif : toujours Judy Hollyday ».

N° 604 (1957) : « Vincent Van Gogh : un génie à la portée de tous ».

N° 605 (1957) : « Que viva Mexico : le plus beau des films ».

N° 607 (1957) : « Les Bateaux de l’enfer : ni art ni document » ;
« Haute Société : sucre et peu de sel ».

N° 608 (1957) : « Rira bien… : terne et vieillot » ;
« Bonsoir Paris bonjour l’amour : commerce à la sauvette ».

N° 609 (1957) : « Blanches Colombes et Vilains Messieurs : intelligent et froid ».

N° 610 (1957) : « Le Feu aux poudres : dix “bonnes” minutes ».

N° 611 (1957) : « Ma vie commence en Malaisie : niaiserie sentimentale ».

N° 612 (1957) : « Tant que tu m’aimeras : débuts de Maria Schell ».

N° 613 (1957) : « Hommes et Loups : un vagabond à chansonnettes ».

N° 614 (1957) : « Au cœur de la tempête : conte d’école primaire ».

N° 615 (1957) : « La Garçonne : indécent et médiocre » ;
« Rendez-vous à Melbourne : banal reportage ».

N° 616 (1957) : « Marqué par la haine : emphatique et complaisant ».

N° 617 (1957) : « Les Louves : du Petit Guignol ».

N° 618 (1957) : « Planète interdite : psychologie d’un robot » ;
« Le Faux Coupable : à la hauteur de ses ambitions ».

N° 621 (1957) : « Sainte Jeanne : lourde erreur » ;
« Les Amants crucifiés : le vrai cinéma japonais » ;
« Le Quarante-et-unième : western intelligent ».

N° 622 (1957) : « Viva villa : une reprise à surprises » ;
« Ariane : soigné et froid ».

N° 624 (1957) : « Le Temps de la colère : honnête ».

N° 625 (1957) : « La Loi du Seigneur (couronné par les Académiciens du jury de Cannes) propose la parfaite définition du pire académisme ».

N° 626 (1957) : « Le Sheriff : cinémascope sans relief » ;
« L’Étrange Monsieur Steve : histoires connues ».

N° 627 (1957) : « Le Brigand bien-aimé : art du paysage ».

N° 628 (1957) : « La Dernière Chasse : la rage de tuer ».

N° 629 (1957) : « Dieu seul le sait : languissant ».

N° 630 (1957) : « Le Train du dernier retour : clichés à la pelle » ;
« L’Espion de la dernière chance : New York made in Germany ».

N° 631 (1957) : « Ces Voyous d’hommes : zéro absolu ».

N° 634 (1957) : « Seul film adulte à Venise : Amère Victoire ».

N° 635 (1957) : « À Venise, les bons sentiments triomphent de la qualité ».

N° 636 (1957) : « La Nuit des maris : méticuleux et didactique » ;
« L’Ombre : obscur et maladroit ».

N° 637 (1957) : « La Petite Maison de thé : satire sans sel ».

*N° 638 (1957) : « Vie criminelle d’Archibald de la Cruz : le meilleur Bunuel ».

N° 639 (1957) : « Invraisemblable Vérité : l’extrême dépouillement ».

N° 640 (1957) : « Œuvre truculente et blasée, La Nuit des forains nous révèle le visage du plus grand cinéaste suédois Ingmar Bergman » ;
« La Maison de l’ange : érotisme et caméra-stylo » ;
« My Man Godfrey : fadeur affadie ».

N° 641 (1957) : « Maître Puntila et son valet Matti : arrière-garde ».

N° 642 (1957) : « Rue de la honte : un Japon sombre et racé ».

N° 643 (1957) : « Toro : minutes de vérité ».

N° 644 (1957) : « Le Secret des eaux mortes : vieilleries sans patine ».

N° 645 (1957) : « Drôle de frimousse : prouesses photographiques ».

N° 646 (1957) : « Sahara d’aujourd’hui : un grand sujet » ;
« La Femme modèle : comédie exemplaire ».

N° 648 (1957) : « Orgueil et Passion : académique ».

N° 649 (1957) : « L’Inde produit 280 films médiocres par an, mais… Aparajito (Lion d’Or à Venise) est une brillante exception qui prélude au renouveau du cinéma indien » ;
« Un amour du dimanche : du René Clair pour les Hongrois ».

N° 650 (1957) : « La Chronique des pauvres amants : paléo-réalisme » ;
« Othello : pompiérisme » ;
« Une poignée de neige : académique ».

N° 651 (1958) : « Le Pont de la rivière Kwaï : spectaculaire et prétentieux » ;
« Le Satellite mystérieux : infantile ».

N° 652 (1958) : « Le Trouillard du Far-West : burlesque routinier » ;
« Portrait d’une aventurière : fadaise sentimentale ».

N° 653 (1958) : « L’Esclave libre : classique de l’aventure ».

N° 654 (1958) : « Les Dix Commandements : cinq milliards pour rien » ;
« La Belle de Moscou : vulgaire ».

N° 655 (1958) : « Hanussen : numéro d’acteur » ;
« Stella : emphase et réalisme » ;
« Jeanne Eagels : sordide ».

N° 656 (1958) : « Maigret tend un piège : des acteurs irréprochables » ;
« Ces dames préfèrent le mambo : bête et bâclé ».

N° 657 (1958) : « Harold Lloyd est un prestidigitateur du rire : Silence on tourne donne une démonstration du comique d’objets » ;
« Thérèse Étienne : nul » ;
« Les Aventures d’Hadji : fraîcheur ».

N° 658 (1958) : « Les Naufragés de l’autocar : juste milieu » ;
« Du sang dans le désert : quintessence de western ».

N° 659 (1958) : « Témoin à charge : habile ».

N° 660 (1958) : « Douze films expérimentaux : un seul réussi ».

N° 661 (1958) : « Le Dos au mur : solide et creux ».

N° 662 (1958) : « Les Misérables : quatre heures d’ennui » ;
« Kanal (film polonais primé à Cannes) : la condition humaine dans les égouts ».

N° 663 (1958) : « Le Naïf aux quarante enfants : une œuvrette tout en rose ».

N° 664 (1958) : « L’Adieu aux armes : sabotage et trahison ».

N° 665 (1958) : « Montparnasse 19 : Gérard Philipe : un Modigliani emphatique et conventionnel. Quelques brèves séquences du Becker des grands jours ».

N° 667 (1958) : « Avec le Septième Sceau Ingmar Bergman nous offre son Faust ».

N° 669 (1958) : « Barrage contre le Pacifique : rigueur et psychologie ».

N° 670 (1958) : « Nuits blanches : sincérité dans l’artifice ».

N° 672 (1958) : « Le Bataillon de la nuit : aimable convention » ;
« Les Frères Karamazov : la quadrature du cercle ».

N° 673 (1958) : « Les Feux de l’été : pataud ».

N° 674 (1958) : « Liberté surveillée : poncifiant ».

N° 675 (1958) : « Quand passent les cigognes : néo-baroque » ;
« L’Eau vive : le poète parle » ;
« Chaque jour a son secret : mauvais feuilleton ».

N° 676 (1958) : « Rose : quintessence de l’académisme ».

N° 679 (1958) : « Thé et Sympathie : mauvaise psychologie et bonne mise en scène ».

N° 680 (1958) : « La Cité disparue : naïveté concertée » ;
« Le Délinquant involontaire : insipide ».

N° 681 (1958) : « Le Cambrioleur : démonétisé ».

N° 688 (1958) : « Cette nuit-là : indigeste » ;
« Sans famille : consciencieux ».

N° 690 (1958) : « Convention, routine intellectuelle et paresse dans le choix des “douze meilleurs films de tous les temps” à Bruxelles ».

N° 691 (1958) : « Soldats inconnus : grisaille » ;
« Le Petit Arpent du bon Dieu : exercice inutile ».

N° 692 (1958) : « Rêves de femmes : audace et perfection ».

N° 693 (1958) : « Un certain sourire : record de mauvais goût » ;
« Quand se lève la lune : humour folklorique ».

N° 694 (1958) : « Indiscret : plaisir des yeux ».

N° 695 (1958) : « Lettre de Sibérie, Hommes de la Baleine : documentaires ambitieux ».

N° 696 (1958) : « Les Amants : finesse et rigueur ».

N° 697 (1958) : « Tant d’amour perdu : le “cas” Joannon ».

N° 698 (1958) : « Le Bourgeois gentilhomme : cinéma respectueux ».

N° 699 (1958) : « Le Joueur : pur navet ».

N° 700 (1958) : « Car sauvage est le vent : néo-réalisme américain ».

N° 701 (1958) : « Le Pousse-pousse : numéro d’acteur ».

N° 702 (1958) : « Les Vikings : plaies et bosses ».

N° 703 (1958) : « L’Homme de l’Ouest : western robuste ».

N° 704 (1959) : « La Dernière Fanfare : Ford des grands jours ».

N° 705 (1959) : « Le Trésor du pendu : western brillant ».

N° 706 (1959) : « Un grand événement cinématographique : la parution du premier tome de Qu’est-ce que le cinéma ?, le dernier ouvrage d’André Bazin » ;
« Le Temps d’aimer, le temps de mourir : simple grandeur ».

N° 707 (1959) : « Le Jugement des flèches : western politique ».

N° 708 (1959) : « Sueurs froides : vertigineux ».

N° 709 (1959) : « Le Beau Serge : vraie nouveauté ».

N° 710 (1959) : « Gigi : décoratif ».

N° 711 (1959) : « La Pierre philosophale : grotesque ».

N° 712 (1959) : « Le Temps de la peur : ce film est laid ».

N° 713 (1959) : « Au seuil de la vie : vérité et poésie ».

N° 714 (1959) : « Ivan le terrible : Greco et Shakespeare ».

N° 715 (1959) : « Les Contes de la lune vague : le meilleur film japonais ».

N° 717 (1959) : « La Forêt interdite : poésie intermittente ».

N° 718 (1959) : « Les Fraises sauvages : pouvoir de l’image ».

N° 721 (1959) : « Je veux vivre : journalistique ».

N° 722 (1959) : « Trois Bébés sur les bras : plaisant ».

– Dans La Parisienne :

N° 36 (1956) : « Films heureux, films maudits ».

N° 37 (1956) : « Films de vacances, films de rentrée ».

N° 38 (1956) : « Nouveautés hollywoodiennes ».

N° 39 (1956) : « Traversée de Paris ».

N° 40 (1957) : « Huston et Bresson ».

N° 43 (1957) : « Hystérie américaine ».

N° 44 (1957) : « Comiques et “comics” ».

N° 45 (1957) : « Faux coupables et faux innocents ».

N° 48 (1957) : « Le sel du présent ».

N° 49 (1958) : « Films de festivals ».

– Dans L’Avant-scène cinéma :

N° 136 (1973) : « Un grand sujet nécessaire ».

N° 173 (1976) : « Notes sur la mise en scène ».

N° 221 (1979) : « Note sur la traduction et sur la mise en scène de Perceval ».

N° 249 (1980) : ER et Claude Chabrol, « Une allégorie policière ».

– Dans d’autres publications :

*MS, « Le cinéma, art de l’espace », La Revue du cinéma 14 (1948).

MS, « Festival Hitchcock : Les Enchaînés », La Revue du cinéma 15 (1948).

*MS, « L’âge classique du cinéma », Combat 1469 (1949).

*MS, « Réflexions sur la couleur », Opéra 202 (1949).

MS, « Preston Sturges ou la mort du comique », Opéra 206 (1949).

*« Lettre à un critique (à propos des Contes moraux) », La Nouvelle Revue française 219 (1971).

*« Le film et les trois plans du discours : indirect/direct/hyperdirect », Cahiers Renaud-Barrault 96 (1977).

* « Le Petit Théâtre de Jean Renoir », Cinéma 79 244 (1979).

« Le cinéma vu par les cinéastes : Le Mécano de la Général », Positif 400 (1994).

« Le mystère de l’existence », Le Monde (15 décembre 1994). ER et Roger Balian, Lucien Israël, Laurent Lafforgue, Marc Philonenko, Jacqueline de Romilly, Jean Tulard, « Enseigner les lettres dans une perspective européenne », Le Monde (5 septembre 2005).

Entretiens avec Éric Rohmer

– Dans les Cahiers du cinéma :

N° 172 (1965) : Jean-Claude Biette, Jacques Bontemps et Jean-Louis Comolli, « Entretien avec Éric Rohmer : l’ancien et le nouveau ».

N° 219 (1970) : Pascal Bonitzer, Jean-Louis Comolli, Serge Daney et Jean Narboni, « Nouvel entretien avec Éric Rohmer ».

N° 323-324 (1981) : Pascal Bonitzer et Serge Daney, « Entretien avec Éric Rohmer ».

N° 346 (1983) : Pascal Bonitzer et Michel Chion, « Entretien avec Éric Rohmer ».

*N° 357 (1984) : Jean Narboni, « Entretien avec Éric Rohmer : le temps de la critique ».

N° 371-372 (1985) : Florence Mauro, « Secret de laboratoire : entretien avec Éric Rohmer ».

N° 392 (1987) : Alain Philippon et Serge Toubiana, « Le cinéma au risque de l’imperfection : entretien avec Éric Rohmer ».

N° 430 (1990) : Antoine de Bæcque, Thierry Jousse et Serge Toubiana, « Entretien avec Éric Rohmer ».

N° 452 (1992) : Amila Danton, Laurence Giavarini et Camille Taboulay, « Entretien avec Éric Rohmer ».

N° 467-468 (1993) : Antoine de Bæcque et Thierry Jousse, « L’amateur : entretien avec Éric Rohmer ».

N° 490 (1995) : Stéphane Bouquet et Thierry Jousse, « Le puzzle d’Éric Rohmer : de T comme “travelling” à C comme “couleurs” ».

N° 503 (1996) : Cédric Anger, Emmanuel Burdeau et Serge Toubiana, « Entretien avec Éric Rohmer ».

N° 527 (1998) : Antoine de Bæcque et Jean-Marc Lalanne, « Entretien avec Éric Rohmer : l’œil du maître ».

N° 559 (2001) : Patrice Blouin, Stéphane Bouquet et Charles Tesson, « Entretien avec Éric Rohmer : je voulais que la réalité devienne tableau ».

N° 582 (2003) : Jean-Michel Frodon, « Entretien avec Éric Rohmer : le cinéma est un art du refus ».

N° 588 (2004) : Emmanuel Burdeau et Jean-Michel Frodon, « Entretien avec Éric Rohmer sur Triple Agent : j’ai tout de suite pensé que l’histoire devait être montrée par la parole, pas par les faits ».

Dans Cinématographe :

N° 67 (1981) : Philippe Carcassonne et Jacques Fieschi, « Entretien avec Éric Rohmer ».

N° 73 (1981) : Philippe Carcassonne et Jacques Fieschi, « Éric Rohmer : deux extraits d’Une femme douce ».

N° 122 (1986) : Vincent Ostria, « À l’improviste ».

– Dans Positif :

N° 309 (1986) : Gérard Legrand, Hubert Niogret et François Ramasse, « Entretien avec Éric Rohmer ».

N° 350 (1990) : Gérard Legrand et François Thomas, « Entretien avec Éric Rohmer ».

N° 372 (1992) : Olivier Curchod, « Entretien avec Éric Rohmer : coïncidences ».

N° 424 (1996) : Vincent Amiel et Noël Herpe, « Entretien avec Éric Rohmer : un moment où il ne se passe rien de très important ».

N° 452 (1998) : Vincent Amiel et Claire Vassé, « Entretien avec Éric Rohmer : des gestes proches du dessin ».

N° 518 (2004) : Stéphane Goudet, « Entretien avec Éric Rohmer : “On-dit” ou l’Histoire hors champ ».

N° 523 (2004) : Noël Herpe, « Entretien avec Éric Rohmer : on est toujours dans l’image ».

– Dans d’autres publications :

Philippe Pilard, « Entretien avec Éric Rohmer », La Revue du cinéma 210 (1967).

J.-R. Ethier, « Entretien : Éric Rohmer parle de ses contes moraux », Séquences 71 (1973).

Claude Beylie, « Programme Éric Rohmer », Écran 24 (1974).

Guy Braucourt, « Entretien avec Éric Rohmer », Écran 47 (1976).

Joël Magny et Dominique Rabourdin, « Entretien avec Éric Rohmer », Cinéma 79 242 (1979).

Alain Carbonnier et Joël Magny, « La critique en question : entretien avec Jean Douchet et Éric Rohmer », Cinéma 84 301 (1984).

Claude Beylie et Alain Carbonnier, « Le celluloïd et la pierre : entretien avec Éric Rohmer », L’Avant-Scène cinéma 336 (1985).

Claude Beylie et Philippe Carcassonne, « Inspiration et ordinateur », Le Cinéma, Paris, Bordas, 1983.

André Séailles, « Entretien avec Éric Rohmer », Études cinématographiques 146-148 (1986).

Danièle Parra, « Entretien avec Éric Rohmer : retour à la morale », La Revue du cinéma 459 (1990).

Priska Morrissey, « Entretien avec Éric Rohmer », Historiens et Cinéastes : rencontre de deux écritures, Paris, L’Harmattan, 2004 (coll. « Champs visuels »).

Noël Herpe et Cyril Neyrat, « Je crois à la litote : entretien avec Éric Rohmer », Vertigo 25 (2004).

Marie-Noëlle Tranchant, « Le regard du cinéaste : entretien avec Éric Rohmer », La Nouvelle Revue d’Histoire 23 (2006).

Écrits sur Éric Rohmer

Ouvrages et contributions

Marion Vidal, Les Contes moraux d’Éric Rohmer, Paris, Lherminier, 1977 (coll. « Cinéma permanent »).

Joël Magny, Éric Rohmer, Paris, Rivages, 1986 (coll. « Cinéma ») ; Payot/Rivages, 1995 (coll. « Cinéma »).

Carole Desbarats, Pauline à la plage d’Éric Rohmer, Bruxelles, Yellow Now, 1990 (coll. « Long métrage »).

Jacques Déniel et al., Éric Rohmer : tout est fortuit sauf le hasard, Dunkerque, Studio 43/MJC/ École régionale des Beaux-Arts, 1987 ; Studio 43/MJC/Pantin, Studio 104, 1992.

Hervé Joubert-Laurencin, « Une trouble affinité de main : Rohmer et Murnau », Pour un cinéma comparé : influences et répétitions (sous la dir. de Jacques Aumont), Paris, Cinémathèque française, 1996 (coll. « Conférences du collège d’Histoire de l’art cinématographique »).

Claire Vassé, Éric Rohmer : le paradoxe fait cinéaste, Paris, Arte/Mille et une nuits, 1997 (coll. « Cannes, les années Festival »).

Alain Hertay, Éric Rohmer, Comédies et Proverbes, Liège, Céfal, 1998 (coll. « Grand écran, petit écran »).

Pascal Bonitzer, Éric Rohmer, Paris, Éditions de l’Étoile/Cahiers du cinéma, 1999 (coll. « Auteurs »).

Maria Tortajada, Le Spectateur séduit : le libertinage dans le cinéma d’Éric Rohmer et sa fonction dans une théorie de la représentation filmique, Paris, Kimé, 1999.

Francis Vanoye, « La parole chez Rohmer, quelques réflexions », L’Image et la Parole (sous la dir. de Jacques Aumont), Paris, Cinémathèque française, 1999 (coll. « Conférences du collège d’Histoire de l’art cinématographique »).

Michel Serceau, Éric Rohmer : les jeux de l’amour, du hasard et du discours, Paris, Cerf, 2000 (coll. « 7e Art »).

Philippe Molinier, Ma nuit chez Maud d’Éric Rohmer, Paris, Atlande, 2001.

Noël Herpe, « Le celluloïd, le marbre et le petit écran », Le Cinéma parmi les arts : le septième art (sous la dir. de Jacques Aumont), Paris, Leo Scheer, 2003 (coll. « Conférences du collège d’Histoire de l’art cinématographique »).

Jean-François Rauger, « Justifications imaginaires ou la réalité déréalisée », Les Voyages du spectateur : de l’imaginaire au cinéma (sous la dir. de Jacques Aumont), Paris, Leo Scheer, 2004 (coll. « Conférences du collège d’Histoire de l’art cinématographique »).

Parties d’ouvrages

Jacques Siclier, La Nouvelle Vague, Paris, Cerf, 1961 (coll. « 7e art »).

Claire Clouzot, Le Cinéma français depuis la Nouvelle Vague, Paris, Fernand Nathan/L’Alliance française, 1973.

Jean Collet, Le Cinéma en question : Rozier, Chabrol, Rivette,Truffaut, Demy, Rohmer, Paris, Cerf, 1973 (coll. « 7e art »).

Charles Ford, Histoire du cinéma français contemporain (1945-1977), Paris, France-Empire, 1977.

J. Molly Haskell, La Femme à l’écran, Paris, Seghers, 1977.

Nestor Almendros, Un homme à la caméra, Paris, Hatier/Cinq continents, 1980 (coll. « Une vie de… »).

Jérôme Prieur, Nuits blanches, Paris, Gallimard, 1980.

Jean-Luc Douin et al., La Nouvelle Vague, vingt-cinq ans après, Paris, Cerf, 1983 (coll. « 7e art »).

Marcel Martin, Le Cinéma français depuis la guerre, Paris, Edilig, 1984.

René Prédal, Le Cinéma français contemporain, Paris, Cerf, 1984 (coll. « 7e art »).

Guy Bedouelle, Du spirituel dans le cinéma, Paris, Cerf, 1985 (coll. « 7e art »).

Michel Chion, Écrire un scénario, Paris, Cahiers du cinéma/INA, 1985.

Gilles Deleuze, Cinéma 2 : l’image-temps, Paris, Éditions de Minuit, 1985 (coll. « Critique »).

Jacques Siclier, Le Cinéma français, vol. 1 et 2, Paris, Ramsay Cinéma, 1990 à 1993.

Antoine de Bæcque, Les Cahiers du cinéma : histoire d’une revue, vol. 1 et 2, Paris, Éditions de l’Étoile/Cahiers du cinéma, 1991.

Alain Bergala, Jacques Déniel, Patrick Leboutte et al., Une encyclopédie du nu au cinéma, Crisnée, Yellow Now/Dunkerque, Studio 43, 1994.

Pascal Bonitzer, Peinture et cinéma : décadrages, Paris, Éditions de l’Étoile/Cahiers du cinéma, 1995 (coll. « Essais »).

Jean-Michel Frodon, L’Âge moderne du cinéma français : de la Nouvelle Vague à nos jours, Paris, Flammarion, 1995.

René Prédal, Cinquante Ans de cinéma français, Paris, Nathan, 1996.

Michèle Debidour, La Quête spirituelle dans le cinéma contemporain, Lyon, Profac/Université Catholique de Lyon, 1996.

Michel Ciment, Jacques Zimmer et al., La Critique de cinéma en France, Paris, Ramsay Cinéma, 1997.

Jacques Aumont et Michel Marie, Dictionnaire théorique et critique du cinéma, Paris, Nathan, 2001 (coll. « Analyse/théorie »).

Jacques Aumont, Les Théories des cinéastes, Paris, Nathan, 2002 (coll. « Cinéma »).

Antoine de Bæcque, La Cinéphilie : invention d’un regard, histoire d’une culture, 1944-1968, Paris, Fayard, 2003 (coll. « Histoire de la pensée »).

Antoine de Bæcque, Arnaud Guigue et al., Le Dictionnaire Truffaut, Paris, La Martinière, 2004.

Stanley Cavell, Le Cinéma nous rend-il meilleurs ?, Paris, Bayard, 2003 (coll. « Le temps d’une question »).

Geneviève Sellier, La NouvelleVague : un cinéma au masculin singulier, Paris, CNRS, 2005 (coll. « Cinéma & audiovisuel »).

Jean Douchet, La DVDéothèque de Jean Douchet, Paris, Éditions de l’Étoile, 2006 (coll. « Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma »).

Articles

– Dans les Cahiers du cinéma :

N° 116 (1961) : François Weyergans, « Avant les avant-premières ».

N° 133 (1962) : Claude Beylie, « Le Signe du Lion : les trois cordes de la lyre ».

N° 138 (1962) : « 162 nouveaux cinéastes français ».

N° 155 (1964) : « Dictionnaire du nouveau cinéma français : mise à jour ».

N° 213 (1969) : Pascal Bonitzer, « 58 nouveaux films : Ma nuit chez Maud ».

N° 214 (1969) : Pascal Bonitzer, « Ma Nuit chez Maud : Maud et les phagocytes ».

N° 272 (1976) : Pascal Bonitzer, « Glorieuses bassesses (La Marquise d’O…) ».

N° 299 (1979) : Danièle Dubroux, « Perceval le Gallois : le rêve pédagogique » ;
François Géré. « Perceval le Gallois : Poor and lonesome… ».

N° 322 (1981) : Pascal Bonitzer, « La Femme de l’aviateur ou On ne saurait penser à rien : la carte cachée ou les absents ont toujours tort ».

N° 332 (1982) : Marie Binet-Bouteloup, « Éric Rohmer tourne Le Beau mariage ».

N° 338 (1982) : Serge Daney, « Le Beau mariage d’Éric Rohmer : j’vais m’marier ».

N° 346 (1983) : Danièle Dubroux, « Pauline à la plage : le caprice de Marion » ;

N° 346 (1983) : Pascal Bonitzer, « Pauline à la plage : une image peut en cacher une autre » ;
Alain Bergala, « Entretien avec Nestor Almendros ».

N° 364 (1984) : Alain Bergala et Alain Philippon, « Les Nuits de la pleine lune : Éric Rohmer, la grâce et la rigueur » ;
Alain Philippon, « Les Nuits de la pleine lune : les fantômes de la liberté ».

N° 387 (1986) : Alain Bergala, « Le Rayon vert : retour à Stromboli » ;
Françoise Etchegaray, « À la poursuite du Rayon vert » ;
Pascal Bonitzer, « Le Rayon vert : le dernier venu ».

N° 388 (1986) : Jean-Claude Biette, « Le papillon de Griffith ».

N° 392 (1987) : Alain Philippon, « Quatre Aventures de Reinette et Mirabelle : l’heure juste ».

N° 399 (1987) : Joël Magny, « L’Ami de mon amie : juste l’espace ».

N° 403 (1988) : Cyril Cossardeaux, « Le Trio en mi bémol au théâtre du Rond-Point : Rohmer enfonce encore le clou ».

N° 407-408 (1988) : Thierry Cazals et Serge Toubiana, « Fabrice Luchini : les lois du rire et de l’émotion ».

N° 421 (1987) : Sonia Kronlund, « Les Jeux de société d’ÉricRohmer :Daphné,Chloé,ZoéetAglaé ».

N° 430 (1990) : Iannis Katsahnias, « Conte de printemps : Rohmer fait le printemps » ;
Antoine de Bæcque, « Conte de printemps : Jeanne, ou l’idée d’enseigner » ;
Anne Teyssèdre, « Rohmer le conteur ».

N° 452 (1992) : Laurence Giavarini, « Conte d’hiver : les vies de Félicie » ;
Camille Taboulay, « Conte d’hiver : à Rohmer, Rohmer et Demy ».

N° 453 (1992) : Jean Douchet, « La fin justifie les moyens ».

N° 465 (1993) : Antoine de Bæcque, « L’Arbre, le Maire et la Médiathèque : Rohmer, l’enchanteur ».

N° hors série Cent Films pour une vidéothèque (décembre 1993) : Joël Magny, « La Femme de l’aviateur : Éric Rohmer ».

N° hors série Cent Journées qui ont fait le cinéma (janvier 1995) : Joël Magny, « La Femme de l’aviateur : 4 mars 1981. Rohmer revient ».

N° 490 (1995) : Thierry Jousse, « Les Rendez-vous de Paris : la transparence et l’obstacle ».

N° 491 (1995) : Stéphane Bouquet, « Le temps de filmer et le temps de vieillir ».

N° 502 (1996) : Emmanuel Burdeau, « Cinéma de notre temps : Rohmer, maître chez lui » ;
Emmanuel Burdeau, « Conte d’été ».

N° 503 (1996) : Cédric Anger, Emmanuel Burdeau et Thierry Lounas, « Conte d’été : entretien avec Diane Baratier et Pascal Ribier » ;
Marie Anne Guerin, « Conte d’été : conte d’été pour quatre acteurs ».

N° 504 (1996) : Christophe Honoré, « Conte d’été : les poupaudnières ».

N° 523 (1998) : Serge Toubiana, « Ma nuit chez Maud : Paris-Province ».

N° 527 (1998) : Erwan Higuinen et Jean-Marc Lalanne, « Conte d’automne : rencontre avec Béatrice Romand et Marie Rivière ».

N° 528 (1998) : Jean-Marc Lalanne, « Conte d’automne : l’annonce faite à Magali » ;

Olivier Joyard, « Conte d’automne : Alain Libolt de Melville à Rohmer » ;
Charles Tesson, « Conte d’automne : la forme tranquille » ;
Cédric Anger, « Conte d’automne : la figure-mère ».

N° hors série Nouvelle Vague : une légende en question (décembre 1998) : Cédric Anger, « Le Signe du Lion : Paris, espace vital d’une espèce en liberté ».

N° 559 (2001) : Charles Tesson, « L’Anglaise et le Duc : la Révolution selon Rohmer » ;
Marc Fumaroli, « L’Anglaise et le Duc : cinéma et terreur » ;
Patrice Blouin, « L’Anglaise et le Duc : sueurs froides » ;
Charles Tesson, « L’usage du monde » ;
Charles Tesson, « Le cou de Grace ».

N° 560 (2001) : Jean-Baptiste Marot, « L’Anglaise, le Duc et les tableaux ».

N° 579 (2003) : Patrice Blouin, « Rohmer, la terreur et la chambre ».

N° 588 (2004) : Emmanuel Burdeau, « Lui et nous aujourd’hui » ;
Jean-Michel Frodon, « Triple Agent : ce que savait Arsinoé » ;
Gilles Grand, « Notes sur le son » ;
Cyril Béghin, « Métamorphoses du paysage (1964) : usage pédagogique de l’ironie » ;
Hélène Frappat, « Edgar Poe (1965) et Mallarmé (1966) : parle avec les morts » ;
Thierry Méranger, « La flamme de l’instituteur » ;
Charlotte Garson, « Éric Rohmer, une chronologie » ;
Arnaud Macé, « Entretien sur Pascal (1965) : le catholicisme comme principe de mise en scène » ;
Antoine Thirion, « La Collectionneuse (1966) : les pauses d’Haydée » ;
Hubert Damisch, « L’appel au tableau dans La Marquise d’O… (1977) : le temps de la citation » ;
Emmanuel Burdeau, « Notes sur Le Goût de la beauté : le chant du critique » ;
François Bégaudeau, « Louis Lumière (1968) : c’est dans la boîte » ;
François Bégaudeau, « Du cinéaste en jeune fille » ;
Jean-Philippe Tessé, « Le Trio en mi bémol (1987) : la mesure de Mozart » ;
Alain Bergala, « Les limbes de la création » ;
Cyril Béghin, « Le peuple et le boudoir » ;
Charlotte Garson, « Rohmer vu par… » ;
Arnaud Macé, « Triple Agent : Rohmer, une histoire mineure ».

– Dans Positif :

N° 85 (1967) : Louis Seguin, « La Collectionneuse ».

N°107(1969) : Michel Ciment, « Unfestivalbienordonné(Cannesen1969) : Ma nuit chez Maud ».

N° 112 (1970) : Gérard Legrand, « Sur une convergence de plusieurs films récents ».

N° 125 (1971) : Frédéric Vitoux, « Le Genou de Claire d’Éric Rohmer ».

N° 144-145 (1972) : Gérard Legrand, « L’Amour l’après-midi ».

N° 183-184 (1976) : Frédéric Vitoux, « La Marquise d’O… : l’histoire et la morale ».

N° 189 (1977) : Alain Masson, « La toile et l’écran ».

N° 199 (1977) : Alain Masson, « Les Contes moraux d’Éric Rohmer, par Marion Vidal ».

N° 216 (1979) : Alain Masson, « Perceval le Gallois (Perçois-mal le français) ».

N° 241 (1981) : Gérard Legrand, « La Femme de l’aviateur : (se) faire “son” cinéma ».

N° 254-255 (1982) : François Ramasse, « La Collectionneuse d’Éric Rohmer ».

N° 256 (1982) : François Ramasse, « Le Beau Mariage : le “bon bricolage” et la “mauvaise peinture” ».

N° 267 (1983) : Gérard Legrand, « Pauline à la plage : leçons d’amour près du Mont Saint-Michel ».

N° 281-282 (1984) : Gérard Legrand, « Le Goût de la beauté, d’Éric Rohmer ».

N° 283 (1984) : Vincent Amiel, « Les Nuits de la pleine lune : d’une sensible géométrie ».

N° 300 (1986) : Marion Vidal, « La séductrice et l’élue : les héroïnes rohmériennes » ;
Michel Cieutat, « Entretien avec André Dussollier ».

N° 307 (1986) : Alain Masson, « Le Capricorne souverain de l’onde occidentale : sur les Comédies et Proverbes » ;
Gérard Legrand, « Le Texte et la lumière : sur Le Rayon vert ».

N° 309 (1986) : Gérard Legrand, « Notes pour Les Aventures de Reinette et Mirabelle » ;
Nicolas Saada, « Entretien avec Sophie Maintigneux, chef opérateur ».

N° 319 (1987) : François Ramasse, « L’Ami de mon amie : “Je sens que je vous complique la vie” ».

N° 350 (1990) : Vincent Amiel, « 3e série, 1re partie, opus 23 : Conte de printemps ».

N° 372 (1992) : Vincent Amiel, « L’improbable certitude d’aimer : Conte d’hiver » ; Vincent Amiel, « De la séduction et de ceux qui en parlent : Éric Rohmer, par Pascal Bonitzer ».

N° 375-376 (1992) : Benoît Noël, « Subterfuge et subreptice : la couleur selon Éric Rohmer ».

N° 386 (1993) : Olivier Curchod, « L’Arbre, le Maire et la Médiathèque : avec des si ».

N° 410 (1995) : Gérard Legrand, « Les Rendez-vous de Paris : trois pièces “faciles” ».

N° 424 (1996) : Yann Tobin, « Conte d’été : “je pars pour de longs mois, laissant Margot” » ;
Michel Ciment, « Éric Rohmer, preuves à l’appui ».

N° 435 (1997) : Noël Herpe, « Entretiens avec dix comédiens : Melvil Poupaud ».

N° 452 (1998) : Yann Tobin, « Conte d’automne : liaisons et ellipses » ; Noël Herpe, « Contes des quatre saisons : l’image-temps ».

N° 487 (2001) : Noël Herpe, « L’Anglaise et le Duc : Rohmer, an 01 ».

N° 512 (2003) : François Thomas, « Six Contes moraux d’Éric Rohmer ».

N° 517 (2004) : Pascal Sennequier, « Triple Agent : présomption de culpabilité ».

N° 518 (2004) : Marc Cerisuelo, « Triple Agent : a spy in the house of love » ;
Yannick Mouren, « Les contes sociaux d’Éric Rohmer » ;
Eithne O’Neill, « L’Anglaise et le Duc d’Éric Rohmer ».

– Dans Jeune Cinéma :

N° 22 (1967) : Luce Sand, « La Collectionneuse ».

N° 65 (1972) : Bernard Trémège, « L’Amour l’après-midi ».

N° 96 (1976) : Jean Delmas, « La Marquise d’O… ».

N° 116 (1977) : Ginette Gervais, « Perceval le Gallois ».

N° 134 (1981) : M. Portal, « La Femme de l’aviateur ».

N° 144 (1984) : René Prédal, « Le Beau Mariage ».

N° 162 (1984) : Jean d’Yvoire, « Les Nuits de la pleine lune ».

N° 176 (1986) : Christophe Pellet, « Le Rayon vert ».

N° 180 (1987) : Christophe Pellet, « Quatre Aventures de Reinette et Mirabelle ».

N° 213 (1992) : René Prédal, « Conte d’hiver ».

N° 221 (1993) : Hélène Romano, « L’Arbre, le Maire et la Médiathèque ».

N° 238 (1996) : Nadine Guérin, « Conte d’été ».

N° 270 (2001) : René Prédal, « L’Anglaise et le Duc ».

– Dans L’Avant-scène cinéma :

N° 69 (1967) : Claude-Jean Philippe, « Le seul émerveillement du vrai ».

N° 98 (1969) : Jean Collet, « Un cinéaste libre ».

N° 221 (1979) : Jacques Fieschi, « Une innocence mortelle ».

N° 293 (1982) : Alain Carbonnier, « L’illusion de la liberté ».

N° 310 (1983) : Emmanuel Carrère, « Drôle comme une bouée rouge au bord d’un radiateur ».

N° 336 (1985) : Alain Carbonnier, « Un art tendant vers l’épure » ;
Anonyme, « Les “petits riens” d’Éric Rohmer » ;
P. Huvet, « Le seuil et le deuil ».

N° 355 (1986) : Claude Arnaud, « L’éternelle jeunesse d’Éric Rohmer » ; Claude Beylie, « De la comtesse de Ségur à Jules Verne » ; Claude Beylie, « Opération Rayon vert ».

N° 356 (1987) : Catherine Schapira et M. Touret, « Un comédien et trois auteurs… : entretien avec André Dussollier ».

N° 366 (1987) : Jacques Aumont, « L’extraordinaire et le solide ».

N° 414 (1992) : Jacques Lassalle, « De Marivaux à Rohmer, la Quête du Graal ».

N° 429 (1994) : Michel Serceau, « L’Homme, le discours et la parole » ;
Claire Vassé, « Le dialogue rohmérien : sous la parole, l’oracle ».

N° 455 (1996) : Noël Herpe, « Un conte sans morale ».

– Dans La Revue du cinéma/Image et son :

N° 256 (1972) : Robert Elbhar, « Entretien avec Jean-Louis Trintignant ».

N° 308 (1976) : Gilles Dagneau, « La Marquise d’O… ».

N° 330 (1978) : Henri Béhar, « Entretien avec Nestor Almendros : un directeur de la photographie, à quoi ça sert ? ».

N° 334 (1978) : André Cornand, « Perceval le Gallois : la nuit claire ».

N° 360 (1981) : André Cornand, « La Femme de l’aviateur ».

N° 373 (1982) : Raphaël Bassan, « Le Beau Mariage ».

N° 382 (1983) : François Chevassu, « Pauline à la plage ».

N° 388 (1983) : Daniel Serceau, « La mort de la société providence ? ».

N° hors série La Saison cinématographique 28 (1983) : François Chevassu, « Pauline à la plage ».

N° 397 (1984) : Noël Simsolo, « Les Nuits de la pleine lune : le verbe et le regard ».

N° hors série La Saison cinématographique 31 (1985) : Raphaël Bassan, « Pauline à la plage ».

N° 419 (1986) : Raphaël Bassan, « Le Rayon vert ».

N° 425 (1987) : François Chevassu, « Quatre Aventures de Reinette et Mirabelle ».

N° 430 (1987) : Marcel Martin, « L’Ami de mon amie ».

N° hors série La Saison cinématographique 34 (1987) : Marcel Martin, « L’Ami de mon amie » ;
François Chevassu, « Quatre Aventures de Reinette et Mirabelle » ;
Bruno Minard, « Le Rayon vert ».

N°445(1989) : Danièle Parra, « Entretien avec Marie-Christine Barrault :une véritable histoire de femme ».

N° 459 (1990) : Didier Roth-Bettoni, « Conte de printemps : les saisons du magicien ».

N° 479 (1992) : Bernard Benoliel, « Conte d’hiver : Dieu est vivant ».

– Dans Cinéma… :

N° 169 (1972) : H. Tersac, « L’Amour l’après-midi ».

N° 211 (1976) : Jean Roy, « La Marquise d’O… : histoire d’autres ».

N° 242 (1979) : Mireille Amiel, « Des arts, des armes et des lois » ;
Joël Magny, « Éric Rohmer ou la quête du Graal ».

N° 252 (1979) : Dominique Rabourdin, « Éric Rohmer : Catherine de Heilbronn ».

N° 268 (1981) : Joël Magny, « La Femme de l’aviateur : un renouvellement dans la fidélité ».

N° 270 (1981) : Dominique Païni, « La Femme de l’aviateur ».

N° 282 (1982) : Joël Magny, « Le Beau Mariage ».

N° 292 (1983) : Alain Carbonnier, « Pauline à la plage ».

N° 309 (1984) : Alain Carbonnier, « Les Nuits de la pleine lune ».

N° 366 (1986) : Alain Carbonnier, « Le Rayon vert ».

N° 372 (1986) : Jean Roy, « Éric Rohmer (Ed. Minard, 1986) ».

N° 381 (1986) : Alain Carbonnier, « Éric Rohmer de Joël Magny ».

N° 386 (1987) : Jean-Louis Manceau, « Quatre Aventures de Reinette et Mirabelle ».

N° 387 (1987) : Fabrice Revault d’Allonnes, « Nouvelle “nouvelle vague” ».

N° 392 (1987) : Jean Rabinovici, « Entretien avec Béatrice Romand ».

N° 407 (1987) : B. Joliet, « Le baptême d’Anne-Laure Meury » ;
F. Aizicovici, « Portraits : Sophie Renoir, Éric Viellard ».

N° 466 (1990) : Jean Rabinovici et Marianne Stillwater, « Conte de printemps : Hugues Quester ».

N° 471 (1990) : Stéphane Brisset, « Luchini : de Rohmer à Vincent ».

– Dans Écran :

N° 9 (1972) : Marcel Martin, « L’Amour l’après-midi ».

N° 24 (1974) : Claude Beylie, « Programme Éric Rohmer ».

N° 47 (1976) : Claude Beylie, « La Marquise d’O… : le style est de l’âme même ».

N° 76 (1979) : Max Tessier, « Perceval le Gallois ».

– Dans Séquences :

N° 71 (1973) : Léo Bonneville, « L’Amour l’après-midi ».

N° 87 (1977) : Maurice Elia, « La Marquise d’O… ».

N° 106 (1981) : Léo Bonneville, « La Femme de l’aviateur ».

N° 112 (1983) : Minou Petrowski, « Le Beau Mariage ».

N° 115 (1984) : Jean Beaulieu, « Pauline à la plage ».

N° 119 (1985) : Léo Bonneville, « Les Nuits de la pleine lune ».

N° 127 (1986) : Maurice Elia, « Le Rayon vert ».

N° 130 (1987) : Maurice Elia, « Les jeux de la liberté et du hasard dans les films d’Éric Rohmer ».

N° 132 (1988) : Maurice Elia, « L’Ami de mon amie ».

N° 137 (1988) : Maurice Elia, « Quatre Aventures de Reinette et Mirabelle ».

N° 146 (1990) : Denis Desjardins, « Conte de printemps ».

N° 158 (1992) : Denis Desjardins, « Conte d’hiver ».

N° 166 (1993) : Denis Desjardins, « L’Arbre, le Maire et la Médiathèque ».

N° 186 (1996) : Elie Castiel, « Gwenaëlle Simon » ; Maurice Elia, « Le Genou de Claire d’Éric Rohmer ».

N° 202 (1999) : Denis Desjardins, « Ma nuit chez Maud d’Éric Rohmer : Dimanche pascal » ; Denis Desjardins, « Conte d’automne : le regard ambigu ».

N° 217 (2002) : Denis Desjardins, « L’Anglaise et le Duc : moment de Grace ».

– Dans Cinématographe :

N° 23 (1977) : Mireille Latil Le Dantec, « De Murnau à Rohmer : les pièges de la beauté ».

N° 24 (1977) : Mireille Latil Le Dantec, « De Murnau à Rohmer : les pièges de la beauté II ».

N° 41 (1978) : P. Maraval, « Festival de New York ».

N° 44 (1979) : Louis Audibert, « La Collectionneuse » ;
Claude Arnaud et Jacques Fieschi, « Contes moraux » ;
Philippe Carcassonne et Jacques Fieschi, « Perceval le Gallois : entretien avec Fabrice Luchini » ;
Renaud Bezombes, Philippe Carcassonne et Jacques Fieschi, « Entretien avec Nestor Almendros ».

N° 46 (1979) : Bruno Villien, « Cinéma/théâtre : théâtre du Graal ».

N° 54 (1980) : C. Oddos, « Et Perceval rencontra la Marquise d’O… ».

N° 65 (1981) : Jacques Fieschi, « La Femme de l’aviateur ».

N° 78 (1982) : Philippe Carcassonne, « Le Beau Mariage ».

N° 88 (1982) : Olivier Amiel et Emmanuel Decaux, « Pauline à la plage ».

N° 103 (1984) : Philippe Carcassonne et Olivier Dazat, « Les Nuits de la pleine lune » ;
Claude Arnaud et Charles Najman, « Entretien avec Fabrice Luchini ».

N° 108 (1985) : Philippe Le Guay, « Le scénario d’abord ».

N° 122 (1986) : Jean-Claude Bonnet, « Le Rayon vert » ;
M. Durel, « L’Heure bleue ».

– Dans les Cahiers de la Cinémathèque :

N° 42-43 (1985) : Joseph Marty, « Perceval le Gallois d’Éric Rohmer : un itinéraire roman ».

N° 59-60 (1994) : Laurence Moinereau, « Paysages de cinéma : les figures emblématiques d’une banlieue imaginaire » ;
José Baldizzone, « Carné, Blier et Rohmer vont… “loin… en banlieue” ».

– Dans Études cinématographiques :

N° 146-148 (1986) : René Prédal, « Les écritures d’Éric Rohmer » ;
François Ramasse, « L’espace des sens » ;
Michel Serceau, « Mythes et masques de l’amour » ;
Daniel Serceau, « Éric Rohmer et la perversion du langage ».

N° 149-152 (1987) : Joël Magny, « La Marquise d’O… Septième conte moral ? » ;
Marie-Claude Tigoulet, « Note sur Perceval le Gallois » ;
Joseph Marty, « Perceval le Gallois : une symbolique de l’alliance chrétienne » ;
Michel Mesnil, « La Femme de l’aviateur ou la France en creux de 1980 » ;
François Ramasse, « L’horizon des ruptures : Le Beau Mariage » ;
Jacques Gerstenkorn, « Pauline à la plage : les jeux de l’amour et du langage » ;
Stéphane Braunschweig, « L’artifice et son double (d’une scène, l’autre) : Les Nuits de la pleine lune » ;
Jacques Kermabon, « Le Rayon vert : l’épreuve de la solitude » ;
François Ramasse, « Le Rayon vert : le bonheur est une longue patience ».

– Dans Trafic :

N° 2 (1992) : Pascal Bonitzer, « L’amour admirable ».

N° 39 (2001) : Marie Anne Guerin, « L’amour enfui ».

N° 42 (2002) : Jacques Rancière, « Arithmétiques du peuple : Rohmer, Godard, Straub ».

– Dans CinémAction :

N° 67 (1993) : Bérénice Reynaud, « Les Nuits de la pleine lune : comment représenter l’impasse sexuelle ».

N°75(1995) : Françoise Puaux, « L’ère industrielle ou les métamorphoses du paysage rohmérien ».

– Dans Vertigo :

N° 11-12 (1994) : Christiane Louis, « Une maille qui file… ».

N° 23 (2003) : Hervé Aubron, « D’urgence en urgence, grise terreur : L’Anglaise et le Duc (Éric Rohmer, 2001) ».

N° hors série « La maison » (novembre 2003) : Fabienne Costa, « Un penchant pour les murs, maisons de vacances chez Rohmer : La Collectionneuse, Le Genou de Claire ».

N° 25 (2004) : Fabien Gaffez, « De son cœur le vampire » ;
Cyril Neyrat, « Corps, étrangers » ;
Hervé Aubron, « L’espion est nu » ;
Michelle Humbert, « La robe verte d’Arsinoé » ;
Marie Anne Guerin, « Le moins espion possible : entretien avec Serge Renko » ;
Cyril Neyrat et Marie Anne Guerin, « Enlever du cinéma : entretien avec Pierre Léon » ;
Priska Morrissey, « Quatre contes historiques » ;
Noël Herpe, Priska Morrissey et Cyril Neyrat, « Rétablir le doute : entretien avec Irène Skobline » ;
Noël Herpe et Priska Morrissey, « Certitudes historiques et hypothèses hitchcockiennes : entretien avec Andreï Korliakov » ;
Noël Herpe et Priska Morrissey, « Ceux qui aiment les romans-feuilletons… : entretien avec Michel Eltchaninoff » ;
Jun Fujita, « Galerie de clichés : Le Rayon vert (Éric Rohmer, 1986) » ;
Frédéric Majour, « Le musée, le peintre et la jeune femme : Les Rendez-vous de Paris (Éric Rohmer, 1995) ».

N° 28 (2006) : Michelle Humbert, « Le pari de l’âne : Au hasard Balthazar, Robert Bresson, 1966. Conte d’hiver, Éric Rohmer, 1991. L’Homme sans passé, Aki Kaurismäki, 2002 ».

N° 29 (2007) : Cyril Béghin, « Et le valet tant chevaucha : Perceval le Gallois, Éric Rohmer, 1979 ».

– Dans La Lettre du cinéma :

N° 1 (1996) : Serge Bozon, « À propos d’Éric Rohmer : variations sur L’Arbre, le Maire et la Médiathèque ou les petites histoires des grandes possibilités évanouies ».

N° 4 (1998) : Benjamin Esdraffo, « Une machine à explorer le temps : à propos de Louis Lumière d’Éric Rohmer ».

N° 6 (1998) : Axelle Ropert, « Rohmer, avant Eustache, après Proust : L’Amour l’après-midi/La Maman et la Putain ».

N° 7 (1998). Julien Husson, « Comment commencer ? À propos des Contes des quatre saisons d’Éric Rohmer » ;

Hélène Frappat et Axelle Ropert, « Complice duplice : dialogue à propos de Conte d’automne d’Éric Rohmer et de Secret Défense de Jacques Rivette ».

N° 15 (2000) : Christine Martin et Axelle Ropert, « L’Anglaise et le Duc : à propos du prochain film d’Éric Rohmer, par Alain Libolt ».

N° 19 (2002) : Christine Martin, « L’enfant du cinéma : Diane Baratier, chef opératrice » ;
Noël Herpe, « Les nuits d’un cinéphile de Chicago ».

N° 20 (2002) : Axelle Ropert, « L’heure creuse : une enquête sur les films existentiels français ».

N° 24 (2003) : Bernard Benoliel et Axelle Ropert, « Les yeux grands ouverts : entretien avec Barbet Schrœder ».

N° 27 (2004) : Véronique Manniez, « Lettre à Éric Rohmer » ;
Aude Pivin, « Les yeux bandés » ;
Jacques Sicard, « Le Genou de Claire » ;
Frédéric Majour, « La troisième surprise de l’amour : à propos de Triple Agent d’Éric Rohmer ».

– Dans Cinémathèque française :

N° 7 (1995) : Jacques Aumont, « Migrations ».

N° 10 (1996) : Maria Tortajada, « La vérité de l’instant : l’instant photographique dans les films de Rohmer ».

– Dans Cinéma 0… :

N° 3 (2002) : Sylvie Robic, « La vraie beauté et son fantôme : Six Contes moraux, Éric Rohmer ».

N° 9 (2005) : Pierre Léon, « Rohmer éducateur » ; François Thomas, « Rohmer 1952 : Les Petites Filles modèles ».

Autoren

Mireille Dobrzynski, étudiante en doctorat à l’Université de Chicago, poursuit des recherches sur la mauvaise foi dans les mécanismes de narration des films d’Éric Rohmer. Elle se consacre également à la traduction littéraire.
Noël Herpe enseigne l’histoire du cinéma à l’Université de Caen et à l’Université de Chicago à Paris. Membre du comité de rédaction de Vertigo, il a écrit dans Positif, La Lettre du cinéma, La NRF, et publié des ouvrages sur René Clair ou Max Ophuls. Il prépare une exposition Sacha Guitry pour la Cinémathèque française.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540