Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le festin dans l'Angleterre anglo-saxonne

 | 
Alban Gautier

Chapitre V. Les lieux du festin : le grand hall

Texte intégral

  • 1 Oliver 1955, p. 368-372
  • 2 Ibid., p. 17 et p. 376-377.
  • 3 C. Lévi-Strauss, Tristes tropiques, Paris, Plon, 1955, chap. xxii.
  • 4 Oliver 1955, p. 364.

1Au milieu du xxe siècle, chez les Siuai de l’île de Bougainville, il ne suffisait pas d’être puissant, d’avoir des amis et des parents à convier, et d’avoir les moyens et l’occasion de le faire, pour qu’un festin ait lieu. Il fallait aussi, plus prosaïquement, mobiliser un grand nombre de ressources : nourriture et boisson, bien entendu, mais aussi vêtements, masques, décoration, vaisselle, appel à des professionnels pour assurer l’animation1. Le fonctionnement de la société est tel que ceux de ses membres qui en ont les moyens ne peuvent pas ne pas sacrifier à ces dépenses : la « part maudite » s’envolant en festins, toute accumulation, toute épargne sur le long terme, et par conséquent tout investissement, semble alors impossible. Et pourtant, pour un Siuai désireux de progresser, de devenir un mumi (chef) et d’attirer à lui une clientèle nombreuse, la construction d’un kaposo, d’une salle servant à réunir ses parents, amis et clients lors des festins qu’il se doit d’organiser régulièrement, est un acte indispensable2. N’est-ce pas là précisément un investissement, une mobilisation de ressources dans une entreprise dont les dividendes seront étalés sur une période relativement longue ? Et au delà de cet aspect individuel, les Siuai forment une société où la sociabilité tourne autour des festins que peuvent offrir les mumi : un tel bâtiment est donc essentiel à son fonctionnement, il est le centre même de la vie publique, situé en général à la croisée des sentiers, facilement repérable et accessible à tous les membres du « club » réuni autour du mumi. En cela, les Siuai ressemblent fort aux Bororo, dont la vie non-domestique s’organise autour du baitemannageo, le bâtiment des hommes situé au centre du village3. Mais une des grandes différences entre les Siuai et les Bororo est que ce bâtiment central est chez les seconds un bâtiment d’abord communautaire, construit pour les besoins de tous les hommes du village, alors qu’il est chez les premiers un bâtiment privé, qui répond d’abord aux besoins du mumi et à son désir d’avancement social. Le kaposo, au-delà de sa fonction de sociabilité, dont profite toute la société, remplit aussi un rôle de prestige individuel, et représente pour le mumi un investissement. Investissement privé, fonction communautaire : voilà donc les deux pôles qui déterminent, dans cette société siuai « obsédée » par le festin4, la construction d’un tel bâtiment.

2L’Angleterre anglo-saxonne est une société dont on a commencé à percevoir, dans les chapitres précédents, qu’elle était elle aussi « formatée » par le festin : comme chez les Siuai, celui-ci semble à la fois la principale forme de sociabilité et l’un des principaux cadres d’acquisition du prestige et d’exercice du pouvoir. En Angleterre aussi, le prince soucieux de sa gloire est tenu de mobiliser un grand nombre de ressources s’il veut accomplir dignement sa tâche :

  • 5 Alfred, traduction de la Consolation de la philosophie (éd. W.J. Sedgefield, King Alfred’s Old Eng (...)

Tels sont les moyens et les outils d’un roi pour gouverner et pour que son royaume soit bien pourvu en main d’œuvre. Il devra avoir des gens pour prier, des gens pour combattre et des gens pour travailler. Certes, tu sais que sans ces outils aucun roi ne peut faire connaître son talent. On doit aussi compter parmi ses moyens le fait qu’il devra avoir de quoi entretenir ces outils, les trois catégories. Voilà donc les moyens de leur entretien : de la terre où vivre, des dons, des armes, de la nourriture, de la bière, des vêtements, et toutes choses qui conviennent à ces trois catégories. Sans ces choses, il ne peut entretenir les outils, et sans ces outils rien ne peut fonctionner des choses qu’il a le devoir de faire fonctionner5.

  • 6 J. Le Goff, Pour un autre Moyen Âge, Paris, 1977, p. 81.

3Cet extrait de la traduction de la Consolation de la Philosophie, attribuée au roi Alfred, n’est pas présent dans l’original latin. Il s’agit d’un ajout dû au roi, qui doit représenter dans un sens la manière dont il comprend l’usage qu’il peut faire de l’ouvrage de Boèce. Souvent cité comme la première mention explicite de la « tripartition de la société féodale »6, cet extrait est intégré dans les paroles de l’Âme à la Sagesse. Il faut donc comprendre qu’il s’agit là d’une protestation adressée par le roi/Boèce à Dieu/la Sagesse : comment le roi peut-il suivre son conseil et mépriser le pouvoir terrestre et les biens d’ici-bas alors qu’il a été désigné pour « faire fonctionner » la société ? Son métier de roi exige des accommodements avec l’idéal. Or ces accommodements, ce sont précisément les « moyens d’entretenir ses outils ». Face aux idéaux chrétiens – car c’est bien ainsi qu’Alfred comprend Boèce – le roi oppose les pratiques et les « moyens » de la société dans laquelle il vit : il ne peut renoncer aux richesses, car ce sont elles qui lui permettent de faire des dons en terre ou en nature pour entretenir ses hommes.

  • 7 Asser, Vie d’Alfred, chap. xci.

4Mais un « moyen » fondamental n’est pas cité ici par Alfred : les bâtiments. On sait pourtant qu’il présida à la reconstruction de plusieurs palais et bâtiments d’apparat7. En fait, ce besoin est si évident qu’Alfred ne songe même pas à le mentionner : la puissance royale et le « métier de roi » sont inextricablement liés aux bâtiments où ils se déploient. Et en effet, pour réunir ses « outils », la salle de festin n’est-elle pas le « moyen » le plus indispensable à un roi ?

  • 8 W. Pohl, « The regia and the hring : Barbarian Places of Power », dans topographies of Power in th (...)

5Quand on parle de salle de festin dans l’Angleterre anglo-saxonne, l’image qui s’impose immédiatement est le grand hall, le bâtiment dont Heorot, dans Beowulf, est à la fois le parangon et, pour notre recherche, le prototype. (Remarquons qu’on conservera dans cette étude le terme anglais hall, comme transcription/dérivation du vieil-anglais heall. Qu’il soit bien entendu que « hall » désigne ici le bâtiment que la poésie vernaculaire appelle heall ou sele. Ce ne sont pas les bâtiments que divers archéologues ont pu appeler « halls » dans leurs rapports de fouilles : pour ce type de bâtiments, nous conserverons a priori le terme prudent de « bâtiments rectangulaires ». Toutefois, si nous trouvons dans les fouilles des bâtiments répondant au modèle de Heorot, nous nous réserverons le droit de les appeler eux aussi « halls ».) L’importance de Heorot pour notre sujet est fondamentale : comme le remarque Walter Pohl, il n’y a avant l’époque carolingienne aucune description de centre de pouvoir barbare en Occident, et seul Beowulf, s’il date bien du début du viiie siècle, donne une description plus ancienne, même s’il s’agit d’une fiction8.

  • 9 C. Stévanovitch, « Les grand-salles de Beowulf », lectures de Beowulf, Journée scientifique du CIR (...)
  • 10 Bazelmans 1999, p. 135-136 et ch. 6 ; Magennis 1996, p. 14.
  • 11 Gen 2840.
  • 12 T.A. Shippey, Beowulf, Studies in English Literature 70, Londres, 1978, p. 23 : « indexes of happi (...)
  • 13 Herschend 1998.
  • 14 Hume 1974.
  • 15 Magennis 1996, p. 35.
  • 16 Woolf 1976.
  • 17 E. Budde, Die Bedeutung der Trinksitten in der Kultur der Angelsachsen, Iena, 1906, p. 96-97, et c (...)

6Le hall semble bien à la base de l’image que les Anglo-Saxons se font du festin, et donc de leur vie en communauté : c’est une image de la société humaine9. En même temps, le hall est le lieu par excellence de l’exercice du pouvoir, des rapports entre le seigneur et ses hommes, il est le centre de l’échange de dons qui est à la base ce rapport10. Il est le signe de la prise de possession des lieux par un groupe ou un individu, leur marque sur le territoire. Dans la paraphrase vieil-anglaise de la Genèse, Abraham construit à Beer Sheva un « haut bâtiment pentu » et un burh (enceinte/fort)11– or dans l’original (Gn XXI, 33) il plante un arbre, geste qui marque le passage du nomadisme au sédentarisme. Le hall est un « indicateur/témoin du bonheur12 » et une « idée du bien13 » : il est le lieu où l’homme peut trouver à la fois tout ce qu’il peut désirer en termes de félicité terrestre et tout ce qu’il doit souhaiter en termes d’accomplissement social et personnel. Cette triple image, horizontale (liens entre les hommes), verticale (lien entre homme et seigneur) et englobante (lieu du bonheur, du bien), forme que ce que j’appellerai la « mystique du hall », exprimée dans la poésie par le « concept du hall14 » ou l’« image du hall15 ». Cette mystique existe jusqu’à la fin de la période, comme le montre la Bataille de Maldon16. Elle sous-tend toute l’imagerie poétique du festin, un imagerie puissante et positive, utilisée dans toute la poésie anglo-saxonne en contrepoint des images de tristesse et d’exil17.

7Notre étude des lieux du festin se fera en trois temps. La première recherche portera sur le hall de la seule poésie : qu’est-ce que cet espace, que l’on peut aborder comme un espace de l’imaginaire, chargé d’émotions et d’une longue histoire poétique ? Dans un second temps, nous comparerons ce hall poétique avec les connaissances, sinon plus solides du moins plus matérielles, que nous procurent les sources latines et l’archéologie : une question majeure ici sera la possibilité éventuelle de retrouver, dans les fouilles et dans les textes en prose, l’équivalent physique du hall des poètes. Enfin, nous aborderons les questions plus spécifiquement idéologiques : si le grand hall est un lieu imaginaire autant que réel, comment cet imaginaire s’est-il formé, qu’est-ce qui l’a rendu nécessaire dans la société anglo-saxonne ? On tentera alors de retracer les origines du grand hall et de comprendre la naissance et le fonctionnement de cet imaginaire.

Sele hlifade, heah ond horngeap18 : le hall des poètes

  • 18 « La salle se dressait, haute et large de cornes » (Bwf 81-82).
  • 19 Bwf 78.
  • 20 Irving 1989, p. 133.
  • 21 Bwf 67 sq.
  • 22 Bwf 83-85.
  • 23 Wds 45-49.

8Notre hall modèle sera Heorot. Ceci se justifie de plusieurs manières. Pour commencer, c’est, de tous les halls que nous décrit la poésie, le mieux documenté. Nous en savons plus sur Heorot que sur tous les autres réunis : ainsi, c’est le seul dont nous possédions le nom, car ni le hall de Hygelac et de Beowulf, ni celui de Finn ne sont nommés. Ensuite, le poète lui-même nous dit que Heorot est le hall par excellence : c’est le plus grand, le plus fameux de tous19. De plus, Heorot domine le poème, il en est, pour reprendre l’expression d’E.B. Irving, l’« arch-image20 », une image unique et centrale qui domine le poème et lui donne son unité : il est l’exemple par excellence du fonctionnement poétique de la « mystique du hall ». Enfin, Heorot présente l’avantage pratique que son histoire nous est connue du début à la fin, de sa conception par Hrothgar21 à sa destruction par Ingeld22, en passant toutes les étapes : construction, utilisation normale, menaces, souillure, purification. La mention de ce hall dans Widsith23, un poème indépendant de Beowulf, garantit en outre qu’il ne s’agit pas là d’une pure invention du poète : Heorot est un hall connu des Anglo-Saxons. Décrire Heorot, son organisation et ses fonctions, nous permet dont de définir l’idéal du hall pour le poète anglo-saxon.

  • 24 Crépin 1991, p. 547.

9Qu’est-ce donc que Heorot ? Avant de répondre à cette question, il est nécessaire de se livrer à une petite étude de vocabulaire. Celle-ci a été initiée par André Crépin dans son édition-commentaire de Beowulf24, mais je l’étendrai ici à l’ensemble de la poésie vernaculaire vieil-anglaise. Comment nomme-t-on, dans ces textes, le hall, la salle où se réunissent le chef et les guerriers pour festoyer, et tout particulièrement Heorot ? La poétique germanique traditionnelle utilise largement les mots composés : les mots qui désignent le hall dans la poésie sont donc très nombreux. Dans l’ensemble du corpus, il y en a près de cent, ici réunis dans un tableau (annexe I).

10Dans les colonnes, on trouvera les mots-racines. Ces mots sont eux-mêmes nombreux, mais, statistiquement, trois dominent de très loin : le mot heall, que l’on trouve aussi dans la prose et qui est l’ancêtre direct de hall ; le mot sele ou sæl (c’est un doublet de même sens), qui n’est employé que dans la poésie (c’est alors le mot le plus fréquent) et dont l’équivalent francique a donné le français « salle » ; enfin le mot reced, qui signifie au départ « bâtiment », mais qui dans poésie désigne la même réalité que les deux mots précédents. Les autres colonnes présentent d’autres mots désignant le hall, et ceux désignant explicitement une partie du hall (ou une fonction particulière du hall) mais qui par métonymie en viennent à désigner tout le hall : les bancs, les murs, le toit, le sol. Comment sait-on que ces termes ont un unique référent ? C’est que la poésie vieil-anglaise, redondante à l’excès, aime les synonymes : ainsi, on pourra avoir à la suite, en l’espace de trois ou quatre vers, les mots meduseld, husa selest et healreced pour désigner le même bâtiment. En outre, il ne faut pas oublier que près de la moitié de ces mots désignent en fait un seul et même bâtiment, Heorot. Ainsi, dans Beowulf :

  • 25 Bwf 67-69, 77-78, 81-82.

Il lui (Hrothgar) vint à l’esprit
qu’une demeure de hall (healreced) il voulait commander,
un grand bâtiment à hydromel (medoærn) aux hommes de construire.
[…] Il fut tout prêt
le plus immense des bâtiments de hall (healærna) ; on créa pour lui le nom de Heorot.
[…] La salle (sele) se dressait
haute et large de cornes25.

11Dans les lignes, j’ai classé les mots en fonction de leur dénotation annexe : le premier composant peut désigner une boisson (c’est fréquent pour l’hydromel, medu ; le vin, win, est assez courant ; l’ealu ou le beor sont plus rares). Il y a aussi des références au bâtiment lui-même. Ainsi, le mot hornsele (littéralement « salle cornue ») serait une référence aux pignons de la maison. On trouve de nombreux composés se référant à diverses activités humaines : au don (beagsele ou hringsele, « salle des anneaux »), à l’hospitalité ou à la convivialité (gestsele, « salle des invités »), mais aussi aux humains qui utilisent la salle (drihtsele, « salle seigneuriale » ; folcsæl, « salle du peuple ») et à leurs diverses activités, en particulier le festin, dont le hall est le lieu par excellence (symbla gesetu, « le lieu des banquets » ; þær guman druncon, « là où les guerriers buvaient »). Dans la catégorie des « autres mots », on pourra trouver des références à la taille de la salle (heahsele, « haute salle ») ou des composés redondants réunissant des mots neutres déjà présents dans les colonnes (healreced, burgsele).

  • 26 Bwf 5.
  • 27 Hume 1974, p. 68.
  • 28 Jud, sp. 19, 27et 33, où les compagnons d’Holopherne sont désignés comme fletsittende et bencsitte (...)

12Trois remarques sont ici nécessaires. D’abord, ce tableau s’étend sans aucun doute bien au-delà de la seule description de la salle de festin : les termes ici réunis désignent souvent l’ensemble du complexe palatial que les poètes réunissent par métonymie sous le nom de hall. C’est tout le palais, par exemple, qui est régulièrement désigné par le terme burh et ses composés. Ensuite, certains termes au contraire peuvent paraître très restreints : ainsi meodubenc, qui désigne littéralement les « bancs à hydromel ». Mais ces termes, dans le contexte où ils sont utilisés, désignent le hall tout entier, voire la communauté qui s’y réunit26. C’est tout le « concept du hall » qui est exprimé par ces composés, d’où leur présence dans ce tableau. Enfin, j’ai intégré au tableau des mots qui viennent pour ainsi dire en « contrepoint » du hall traditionnellement représenté par la poésie : ils désignent ce que l’on a pu appeler les « anti-halls » de Beowulf. En effet, Beowulf présente plusieurs lieux (la caverne où vivent Grendel et sa mère ; l’antre du dragon ; le tumulus de Beowulf) qui sont décrits comme des halls, mais avec un vocabulaire particulier qui montre qu’ils n’en sont pas vraiment27. Dans le poème Judith28, le banquet d’Holopherne a lieu à l’intérieur d’un « anti-hall » babylonien où toutes les valeurs du hall sont perverties puisque l’héroïne est destinée à devenir la proie de celui qui l’accueille, lequel va à son tour succomber sous les coups de son invitée.

  • 29 Bwf 2471.
  • 30 Run n° 6.
  • 31 Rdl 14 12.

13Que nous apprend ce vocabulaire ? Que le hall est avant tout le lieu du festin : la majorité des composés rappellent la fonction alimentaire du lieu, singulièrement son lien à la boisson. L’autre champ lexical important est celui de la communauté, de la convivialité : c’est la « forteresse du peuple29 », « là où les princes se reposent30 ». Ces deux concepts fondamentaux de boisson et de communauté se trouvent réunies dans une expression qui peut apparaître comme emblématique du hall : « là où les hommes boivent », þær weras drincaþ31.

  • 32 Cramp 1957 p. 76-77

14À quoi ressemblent Heorot et les bâtiments comparables dans le corpus poétique ? Rosemary Cramp a tenté une description en 195_32 : l’image qu’elle avait alors dégagée reste en grande partie valide, désormais étayée par plusieurs découvertes archéologiques, même si l’on peut y ajouter quelques éléments et en discuter d’autres : c’est ce que l’on va tenter dans les pages qui suivent.

  • 33 Bwf 647
  • 34 Bwf 69.
  • 35 Bwf 116.
  • 36 GfM 44-45.
  • 37 Bwf 1515.

15Le hall est d’abord de grande taille : Heorot est un heahsele33 (haute salle), un medoærn micel34 (grand bâtiment à hydromel), un heah hus35 (haute maison). Certes, Heorot peut sembler à cet égard une exception, puisque c’est, selon le poète, le plus grand hall jamais construit, un hall connu et reconnu comme exceptionnel. Mais d’autres salles de la poésie ont ce caractère, qui semble donc pouvoir s’appliquer à tout véritable hall, même si Heorot est en théorie le plus grand. Le poème des Dons des hommes montre comme le charpentier/architecte sait construire un weorc (ouvrage), c’est-à-dire heahtimbra gehwæs, « n’importe quel haut bâtiment de bois » – le terme est plus loin précisé, avec les mots sele et reced, si bien qu’il ne peut y avoir de doute sur le fait que ce heahtimber est bien un hall36. L’insistance sur le toit, souvent utilisé métonymiquement pour l’ensemble du bâtiment, renforce cette impression, y compris dans le reste du corpus poétique : l’anti-hall de Grendel est appelé hrofsele37 (salle à toit).

  • 38 Bwf 146, 285, 658, 935.
  • 39 Bwf 1925.
  • 40 Bwf 81-82.
  • 41 Bwf 1799.
  • 42 Bwf 285.
  • 43 Bwf 1924.

16Mais le hall, plus encore que grand et haut, est majestueux, imposant : il est husa selest38 (la meilleure des maisons), et betlic bold39 (excellent bâtiment). Une impression de grandeur et de majesté tranquille et inébranlable se dégage de l’expression sele hlifade, heah ond horngeap40, « la salle se dressait, haute et large de cornes », ou encore reced hliuade, geap ond goldfah41, « le bâtiment se dressait, large et orné d’or ». Comme les festins qui s’y dérouleront, le hall lui-même participe bien du statut de celui qui l’a fait construire et de ceux qui s’y réunissent. Il est d’ailleurs fait pour être vu de loin. Plusieurs halls sont construits de manière à être vus par tous : Heorot est construit on heahstede42 (dans un lieu élevé), tandis que le hall de Hygelac est construit au sommet d’une falaise, bien visible depuis la mer43. C’est un signe ostentatoire de la puissance du prince et de l’honneur du comitatus qui l’entoure.

  • 44 Bwf 308.
  • 45 Bwf 75 et 1253.
  • 46 Bwf 1177
  • 47 And 1657
  • 48 Gen 1821.
  • 49 Bwf 994-995.
  • 50 Bwf 75.

17Imposant, le hall de la poésie l’est aussi parce qu’il est brillant : Heorot est « orné d’or », et aussi geatolic ond goldfah44 (glorieux et décoré d’or). Il est parfois appelé goldsele45 (salle dorée). Le terme est difficile à classer car il évoque autant l’activité du don que la brillance du hall. Le contexte ne permet pas de trancher et l’hypallage, ici, est sans doute fréquente. Au v. 715, le contexte (Grendel aperçoit au loin le goldsele) pointe plutôt vers l’idée de brillance, mais au v. 1253 (Grendel a longtemps « gardé, commandé » le goldsele), la formule ferait pencher vers l’idée de dons du seigneur du hall, dans un sens ironique bien sûr. L’adjectif beorht (brillant) accompagne plusieurs fois l’évocation du hall : beahsele beorhta46 (brillante salle des anneaux), expression dont on retrouve un équivalent dans la légende de saint andré47 et qui pourrait être une hypallage pour « la salle des anneaux brillants ». Ainsi les deux aspects (don et brillance) semblent inextricablement liés. Dans le poème de la genèse, l’or le cède à la blancheur pour la décoration extérieure du hall, mais la brillance reste présente48. À l’intérieur aussi la salle est richement décorée : on y trouve des tapisseries, des tentures dorées : « Décorés d’or brillaient des tissus contre les murs49. » Le sol lui-même est fagne flor50 (sol éclatant). Tout brille donc dans le hall, à l’extérieur comme à l’intérieur : tout est beau, riche, tout respire l’abondance.

  • 51 Bwf 82-83.
  • 52 Fnb 1.
  • 53 Bwf 774-775.
  • 54 Fnb 30.
  • 55 « Psautier d’Utrecht », fol. 65v (E.T. DeWalD, The Illustrations of the Utrecht Psalter, Princeton (...)
  • 56 BL Harley 603, fol. 57 v.
  • 57 Crépin 1991, p. 552-553.

18Et pourtant, il ne fait aucun doute que le bâtiment est en bois. Il craint le feu, et c’est par le feu que périt Heorot51, mais aussi le hall de Finn dans lequel se sont retranchés le roi danois Hnæf et ses guerriers dans le Combat de Finnsburh. [Hor] nas byrnað, « les cornes brûlent » : ainsi commence le mince fragment que nous avons conservé de ce qui était sans nul doute un long poème épique52. Cependant, Heorot est en outre renforcé de fer : lors du combat de Beowulf et de Grendel, les Danois se demandent si Heorot ne va pas être détruit, mais le hall tient bon car il est irenbendum searoþoncum besmiþod53, « avec des attaches de fer intelligemment construit ». Le toit est d’une matière inflammable, mais il y a aussi un plancher de bois, comme en témoignent l’expression buruhþelu54 (planche de la forteresse), et les nombreuses fois où la salle entière est désignée métonymiquement par le mot flet (plancher). La salle est en outre surmontée de deux pignons appelés dans la poésie les « cornes », hornas, du hall. Celles-ci peuvent symboliser le hall tout entier, comme dans le Combat de Finnsburh où l’incendie des « cornes » est à lui seul le signe de la fin proche des héros. Rappelons en outre que Heorot signifie « le Cerf », et que les andouillers du cerf peuvent très bien rappeler deux pignons en forme des cornes, si ce ne sont pas de véritables cornes de cerf qui sont accrochées au sommet des pignons de Heorot. Ceci n’est pas à exclure : dans le célèbre « Psautier d’Utrecht », un manuscrit carolingien, une miniature représente un grand bâtiment dont le faîte (mais il ne s’agit pas d’un pignon) est surmonté d’une tête de cerf portant ses andouillers55. L’image est reprise, pratiquement sans changement, dans le « Psautier Harléien », copié à Cantorbéry dans le deuxième quart du xie siècle56. Certes, l’image, conçue en Francie au ixe siècle, ne reflète pas les principes poétiques anglo-saxons, mais une origine commune dans les réalités ou l’imaginaire de l’Europe du Nord-Ouest aux viie-ixe siècle ne peut être rejetée a priori57.

  • 58 Bwf 722.
  • 59 Bwf 403.
  • 60 Bwf 404.

19Les portes en tout cas sont bardées de fer, à l’instar de celles de Heorot, fyrbendum fæst58, « fixées avec des attaches [de fer durci] au feu ». Il y a deux portes au moins, et dans un cas on sait qu’il n’y en a que deux : dans le Combat de Finnsburh, Hnæf et ses compagnons, attaqués par les guerriers frisons de Finn, défendent les deux portes contre les assaillants (deux guerriers danois se postant à chaque porte) et les tiennent pendant cinq jours. Pour entrer dans Heorot en revanche, il faut semble-t-il franchir deux seuils successifs, et donc un vestibule ou un porche intégré dans la structure du bâtiment principal. En effet, à leur arrivée, les Geatas s’assoient après avoir franchi une porte et attendent le retour du thegn qui va les introduire auprès de Hrothgar : on est déjà, dit le texte, « sous le toit de Heorot59 ». Puis, le thegn revenant avec l’accord de Hrothgar, les guerriers entrent on heoðe60, « à l’intérieur ». dans le cœur du bâtiment. Grendel en revanche n’a qu’une porte à briser :

  • 61 Bwf 721-724.

La porte aussitôt céda
solide avec ses liens de fer lorsqu’il la poussa de ses paumes.
Il arracha alors, l’esprit plein de meurtre maintenant qu’il était plein de rage, l’entrée de la salle61.

  • 62 Cramp 1993, p. 340-341.
  • 63 A. Gautier, « Les portes du hall… ».

20R. Cramp considère ici que Grendel franchit deux portes62 : il me semble plutôt que le poème, à son habitude, dit deux fois la même chose. Mais plutôt qu’un passage par un porche, il faut sans doute voir ici le fait que Grendel entre par une autre porte, qui donne directement sur la salle et non sur une « antichambre ». Grendel vient du monde sauvage, il rentre donc par une porte dont le rôle n’était pas de faire entrer les étrangers, les visiteurs. Beowulf rentre du bon côté, Grendel du mauvais : franchir les portes du hall a donc une signification forte, impliquant l’acceptation ou la transgression de certaines règles sociales, et avant tout de l’autorité du maître des lieux, Hrothgar63.

  • 64 Bwf 775.
  • 65 Bwf 1239-1250.
  • 66 Bwf 1086.
  • 67 Bwf 168, 2327.
  • 68 Bwf 168-169.
  • 69 Gen 1629 : « yrfe-stole », « siège d’héritage ».
  • 70 Bwf 2195-2196.
  • 71 Bazelmans 1999, p. 135.

21Le mobilier est assez simple, avec deux éléments principaux, également symboliques : les bancs et le trône. Les premiers symbolisent la communauté des buveurs, le comitatus, tandis que le second symbolise bien entendu le seigneur et son pouvoir. Les bancs, benc, sont fixés à un support, syll (estrade ? plancher ?)64. Ils sont assez larges pour qu’on puisse les convertir en lits et y installer des coussins pour dormir65. Le trône est surélevé, il est appelé heahsetl (haut siège), dans l’épisode où le scop narre l’histoire de Finnsburh66. Il est appelé plusieurs fois gifstol67 (siège du don) car c’est de ce siège que le prince distribue ses dons à ses compagnons. Il semble se situer à une des extrémités du hall, car Grendel, qui entre par une des portes, ne peut accéder à la partie du hall dans laquelle se trouve le gifstol68. Ce siège est par excellence l’expression du pouvoir, transmis par héritage69 ou par délégation70. C’est de lui que découlent les bienfaits du prince. La stabilité du gifstol est, par extension, celle du hall tout entier71.

  • 72 Gen 1518.
  • 73 Bwf 1713-1714.
  • 74 Bwf 261, 1580, 2180, 2418, 3179.

22Les autres éléments de mobilier, comme les tables, ne sont pas évoqués par les poèmes. Pourtant, elles existent : pour la genèse vieil-anglaise, le tabou du sang s’impose dans le beodgereord72 (repas à table), et les compagnons que Heremod tuait dans sa folie étaient autant ses beodgeneatas (compagnons de table) que ses eaxlgesteallan (voisins d’épaule) dans le combat73. Remarquons dès maintenant, en anticipation de l’étude de l’imaginaire et de la « mystique » du hall, que le poème fait se répondre ces deux expressions de communauté, à table et dans le combat. Ces tables étaient très certainement mobiles, sur tréteaux. Ce détail, qui contraste avec le caractère immuable des bancs fixés au syll, expliquerait en partie pourquoi l’investissement symbolique se porte essentiellement sur les bancs, et presque pas sur les tables. Il n’est pas dit explicitement que le hall est chauffé, mais l’expression heorðgeneatas74 (compagnons d’âtre), semble indiquer que tel était bien le cas.

  • 75 Bwf 925-927.
  • 76 A. Meaney, 1995, « Pagan English Sanctuaries, Place-names and Hundred Meeting-Places », dans ASSAH (...)

23Reste un élément plus difficile à interpréter : qu’est-ce que ce stapol (littéralement, pilier) sur lequel se tient Hrothgar à Heorot ? « Hrothgar dit – il vint au hall, se tint sur le stapol, vit le toit pentu orné d’or, et la main de Grendel75 ». Ce stapol a fait couler beaucoup d’encre, et je ne prétendrai pas résoudre le problème, pour la bonne raison que les termes employés sont trop confus pour permettre une réponse claire et définitive. Depuis ce stapol, Hrothgar peut voir le toit de Heorot, mais nous n’avons aucun moyen de savoir s’il s’agit de l’intérieur ou de l’extérieur du toit. Mitchell et Robinson (p. 292) traduisent par stairway, Crépin (p. 686) par perron, Porter (p. 63) par step, Heaney (p. 30) par steps. Mais le mot signifie d’abord « pilier ». Pilier à l’extérieur du hall près duquel se tient le roi, et depuis lequel il voit le bras de Grendel suspendu au-dessus du toit (aux pignons par exemple) ? Perron ou volée de marches à l’entrée du hall sur lequel se tient le roi, et d’où il voit le bras de Grendel suspendu sous le pignon ? Estrade ou marche surélevée à l’intérieur du hall sur lequel se tient le roi, et depuis lequel il voit le bras de Grendel suspendu en-dessous du toit, à la charpente même ? Audrey Meaney rappelle que stapol entre dans les toponymes de plusieurs sites connus comme des lieux de rassemblement des hundreds à l’époque anglo-saxonne tardive76 : le « pilier » est donc un élément possible de rassemblement (cultuel, politique, festif) des habitants d’un district. Je pencherais donc pour le sens de « pilier » : j’y reviendrai au sujet du site de Yeavering.

  • 77 Cramp 1957, p. 68 sq ; Id. 1993, p. 343.

24Voilà donc le hall des poètes, grande salle des hommes, lieu des beuveries interminables, des promesses et des défis sur la coupe d’hydromel, des dons nobles du seigneur à ses hommes. Reste à voir si d’autres sources, moins problématiques, nous permettent d’en retrouver un équivalent dans la réalité. La question dans les pages qui suivent sera bien de savoir si l’on peut retrouver un bâtiment « reconnaissable par l’auditoire » des poèmes, et en particulier de Beowulf. Sur ce point, les opinions ont énormément évolué en raison des progrès de l’archéologie, et surtout des fouilles de Yeavering. Ce n’est qu’à partir de la fin des années 1950 que les critiques, qui depuis longtemps avaient reconnu le bien-fondé des évocations d’armes ou de bijoux, ont reconnu que les halls eux aussi pouvaient avoir une origine dans la réalité : ainsi, R. Cramp, qui en 1957 (tout en tenant compte des résultats récents des fouilles de Yeavering) reconnaissait prudemment que Heorot pouvait avoir des parallèles archéologiques, concluait en 1993 que l’imagerie était pour l’essentiel reconnaissable par l’auditoire77.

Où chercher ? L’insertion du hall dans l’habitat

25Pour savoir où chercher le hall poétique dans la réalité physique du monde anglo-saxon, il faut commencer par comprendre où la poésie le situe. Pour cela, il est nécessaire de reprendre le dossier poétique, cette fois-ci en étudiant le hall dans son environnement. Celui-ci en effet ne se présente pas seul : il est un des éléments d’un complexe palatial souvent occulté par la poésie (qui insiste essentiellement sur le bâtiment le plus important, le plus ostentatoire de ce complexe), mais néanmoins repérable.

  • 78 Bwf 1235-1237.
  • 79 Bwf 1294-1299.
  • 80 Bwf 140.
  • 81 Bwf 1299-1301.

26Heorot n’est pas un bâtiment isolé. Certes, il remplit un grand nombre de fonctions, puisqu’il sert aux repas, aux assemblées, et au couchage du comitatus. Cependant, le roi lui-même, ainsi que la reine et ses suivantes, ne dorment pas dans Heorot mais dans un bur78. C’est là un privilège réservé aux plus grands : Æschere, « des guerriers de Hrothgar le plus aimé », dort dans le hall79, et les hommes de Hrothgar, attaqués dans Heorot par Grendel, recherchent plus avidement « le lit dans le bur », de préférence au hall, devenu dangereux80. Beowulf, les deux dernières nuits qu’il passe au Danemark, dort lui aussi dans un bur séparé81.

  • 82 Jud 40.
  • 83 Bradley 1995.
  • 84 Jud 57, 248, 255.

27De même, dans le poème Judith, l’héroïne est logée dans un gystærn82, un « bâtiment des hôtes ». Ce terme ne doit pas être traduit, comme le fait S.A.J. Bradley, par guest-hall83. Il ne s’agit pas du tout du « hall d’hospitalité » (c’est le sens du mot gestsele dans Beowulf, v. 994), mais d’un « bâtiment pour invités », une sorte de chambre qui n’est pas dans la grande « salle » du camp d’Holopherne (le lieu du banquet d’Holopherne, même si ce n’est pas physiquement un hall mais une tente dans le camp babylonien devant Béthulie, est un anti-hall, et est donc analysable comme un hall). Holopherne lui-même ne dort pas non plus dans le hall, mais dans un træf, une tente séparée où il fera conduire Judith et où il trouvera la mort84.

28On retrouve cet arrangement dans un certain nombre de sources non poétiques : les personnages les plus importants, ceux que l’on honore d’une façon particulière, et d’abord le maîtres des lieux et les hôtes de marque, ne sont pas logés dans le hall, mais dans un bur. C’est ce que suggère un texte attribué à Alfred le Grand :

  • 85 Alfred, traduction des Soliloques d’Augustin (éd. L. Hargrove, King Alfred’s Old English Version o (...)

Ainsi en est-il de la demeure d’un roi : certains sont au bur, d’autres au hall, d’autres à l’aire [à battre], d’autres en prison ; et tous pourtant vivent de la faveur d’un seigneur, comme tous les hommes vivent sous un seul soleil et par sa lumière voient ce qu’ils voient85.

  • 86 ASC A, an. 755 (recte 757) : l’annale anticipe en fait un événement datant de 786.
  • 87 Non identifié.
  • 88 Bwf 320.
  • 89 Bwf 175.

29Les exemples d’une telle division sont relativement fréquents, et l’épisode de « Cynewulf et Cyneheard »86illustre parfaitement cette dichotomie entre hall et bur. Le roi ouest-saxon Cynewulf est allé rendre visite à sa maîtresse et passe la nuit à Merantun87 avec une petite troupe de soldats. Cerné dans sa chambre (bur) par Cyneheard, le frère de son prédécesseur déposé et assassiné Sigebert, Cynewulf est tué sans que ses soldats, trop éloignés, ne puissent intervenir. Lorsque ceux-ci surviennent, ils sont massacrés par les hommes de Cyneheard. La scène s’élargit alors, montrant Cyneheard prenant le contrôle de ce qui s’avère être une place forte (byrig) : il la défendra inutilement, le lendemain matin, contre d’autres hommes du roi arrivés sur ces entrefaites. Ce qui transparaît donc dans cet épisode, c’est que le hall est bien un élément d’un complexe comprenant particulièrement un ou plusieurs logements séparés et éloignés du hall où logent la plupart des membres du comitatus. Ce complexe peut être fortifié mais ce n’est pas toujours le cas. Heorot, par exemple, ne l’est pas : Grendel peut accéder sans encombre aux abords du hall. D’autres éléments sont éventuellement repérables autour de Heorot : une voie d’accès au hall88 et peut-être un genre de sanctuaire dont il est pas évident qu’il soit situé dans le complexe lui-même, à l’écart, ou dans un site entièrement différent89.

  • 90 Gen 1821 ; And 1158-1159.
  • 91 Rui 2.
  • 92 And 1235.
  • 93 P.J.Frankis, « The Thematic Significance of « enta geweorc » in « The Wanderer » », ASE 2, 1973, p (...)
  • 94 Magennis 1996, p. 42.
  • 95 Jud 167, And 1637.
  • 96 Dan 58.

30Deux traits sont encore repérables dans cet épisode comme dans d’autres : le hall poétique est un bâtiment rural, et il n’y a qu’un seul hall dans chaque habitat. Ce n’est que dans les poèmes paraphrastiques bibliques et hagiographiques, issus de la tradition méditerranéenne, que l’on trouve des halls urbains et en grand nombre90. L’explication de ce trait pourrait se trouver dans l’expression enta geweorc, littéralement « ouvrage des géants », employée pour désigner à la fois les halls en ruine de Bath dans la ruine91, la ville des Mermédoniens dans la Légende de saint André92 et l’ancien eorðsele (hall de terre) où niche le dragon de Beowulf93. Dans tous ces cas, ces halls sont nombreux, brillants, très riches, et n’appartiennent pas au monde anglo-saxon, ou germanique, mais à des civilisations perçues comme étrangères et étranges. Hugh Magennis a bien montré que cette image de halls urbains ne correspond pas à une réalité indigène mais à des modèles bibliques. Ainsi l’image du burh se situe à la croisée de deux images, l’une germanique, la seconde biblique et latine, qui se fondent en une unique imagerie du lieu des relations publiques et sociales94. Magennis insiste en particulier sur deux mots désignant d’après lui expressément la ville, le contexte proprement urbain, dans une imagerie empruntée au concept du hall et au monde du festin : medoburh dans Judith, qui désigne Béthulie, et winburh dans la Légende de saint André, qui désigne la cité des Mermédoniens95. On peut ajouter une référence supplémentaire avec le winburh wera, « forteresse de vin des hommes » des Israélites dans le poème daniel, qui désigne de manière évidente la ville de Jérusalem96. Mais on remarquera que ces expressions font bien référence au burh, c’est-à-dire à l’ensemble du complexe palatial fortifié, et non au seul hall. Pour toutes ces raisons, les divers « halls urbains » de la poésie n’ont rien à voir avec les éventuels espaces festifs que nous pourrons trouver en milieu urbain dans l’Angleterre anglo-saxonne : ils ne sont que la transposition imaginaire dans un monde antique et/ou mythique, identifié comme urbain par les poètes, d’un concept poétique qu’il faut regarder comme rural. En effet, les « vrais » halls, ceux de la poésie héroïque non « contaminée » par l’écriture hagiographique d’origine méditerranéenne, possèdent des caractéristiques bien reconnaissables : ils sont uniques, ils dominent le site, ils sont toujours situés à la campagne, et se dressent à la lisière de cet espace sauvage d’où surgissent les menaces (Grendel, le dragon, l’ennemi venu brûler le hall).

  • 97 J. Campbell, « Bede’s Words for Places », dans essays in Anglo-Saxon History, Londres, 1986 ; L. A (...)
  • 98 C.P. Loveluck, « ‘The Romano-British to Anglo-Saxon Transition’ – Social Transformation from the L (...)

31Peut-on retrouver dans l’archéologie des sites organisés de la même façon : sites ruraux, pourvus d’un grand bâtiment en bois dominant le site et d’un ou plusieurs bâtiments annexes pouvant servir de logement ? Si l’on écarte les sites urbains ou proto-urbains, c’est à un niveau intermédiaire d’habitat rural (entre site quasi-urbain et ferme isolée) qu’il faut chercher le hall. Ce niveau d’habitat, d’après Leslie Alcock et James Campbell qui ont tous deux tenté une typologie des termes employés par Bède pour désigner les habitats, doit être cherché dans les sites que les textes latins appellent vicus ou villa97. En effet, les sites désignés comme civitas, urbs ou castellum correspondent à des habitats de type urbain, dans lesquels les lieux de sociabilité seront nécessairement intégrés de manière différente dans le bâti. Christopher Loveluck a récemment proposé pour le bassin de la Till, en Bernicie, une hiérarchisation (habitats fortifiés – vills – hameaux – fermes isolées)98qui rejoint en partie l’analyse qu’on va lire. Cette dernière cependant cherche aussi à rendre compte des régions plus méridionales de l’île.

  • 99 HE, ii, 14 ; HE, iii, 21 (vicus regius) et iii, 22 (villa regia).
  • 100 HE, iii, 10 ; HE, iii, 16.

32Nous trouvons chez Bède un certain nombre de vici et villae, le plus connu étant Adgefrin, qui correspond sans aucun doute possible au site archéologique de Yeavering. En Bernicie, ces vici et villae sont donc Adgefrin, Mælmin, Ad Murum99. Adgefrin est Yeavering, Mælmin serait Milfield, les deux sites se trouvant en Northumberland, non loin de Berwick. Quant à Ad Murum, il s’agirait du hameau de Wallbottle près de Newcastle, qui doit son nom au mur d’Hadrien. Ce site est particulièrement intéressant, puisque Bède emploie indifféremment les termes vicus regius et villa regia pour désigner le même centre d’habitat. Dans les deux cas, ce vicus/villa d’Ad Murum est le lieu de grandes réjouissances, d’abord à l’occasion du baptême du roi des Pictes, puis de celui du roi est-saxon Sigebert. On ajoutera quelques centres dont Bède ne nous donne pas le nom, comme le vicus dont une maison brûle pendant que les villageois festoient, ou la villa regia où Aidan fait un miracle post mortem lors d’un incendie100.

  • 101 HE, ii, 9 ; HE, ii, 14.
  • 102 Bède, Vie des saints abbés, chap. xv.

33En Deira, Bède nomme un certain nombre de vici et villae : la villa regalis sur les bords de la Derwent où Edwin échappe à une tentative d’assassinat, ou encore le vicus de Cataracta (Catterick), la villa regia de Campodunum et la villa de loidis (Leeds ?)101. Dans la Vie des saints abbés, on peut observer le devenir d’un domaine rattaché à la villa de daldun, donné par le roi Aldfrith à son fidèle Witmer, puis légué par ce dernier au monastère de Wearmouth102.

  • 103 HE, iii, 22.

34Au sud de la Humber, nous retrouvons aussi des vici/villae, tels que le vicus regius est-anglien de Rendlaesham (Rendlesham, Suffolk)103. Là encore, comme à Ad Murum, à Cataracta, à Adgefrin, le vicus regius est le lieu d’un baptême princier. Or on a vu que le baptême pouvait être une occasion de festin, surtout quand – comme c’est le cas à Ad Murum ou à Rendlaesham – un souverain en parraine un autre qu’il reçoit pour l’occasion : voilà donc un type de lieu où l’on peut s’attendre à trouver un hall.

  • 104 HE, v, 4 :
  • 105 P.H. Sawyer, « The Royal tun in Pre-Conquest England », dans Ideal and Reality in Frankish and Ang (...)
  • 106 HE, iii, 15 ; Rollason 2003, p. 48-50.

35Si l’on se penche maintenant sur le Bède vieil-anglais, on observe que vicus et villa, manifestement synomymes en latin, sont traduits soit par tun, soit par ham, soit par bold et ce d’une manière apparemment indifférente. En réalité, il y a là une distinction importante, car il existe une différence entre le tun d’une part (le bold pouvant être une variante de celui-ci) et le ham d’autre part. Pour bien situer ces mots, remarquons d’abord qu’ils ont tous trois un descendant en anglais moderne : tun est l’ancêtre de town ; ham est l’ancêtre de home, et le français « hameau » lui est apparenté ; bold enfin est apparenté au verbe to build et désigne littéralement une construction. Mais ni tun ni ham ni bold ne signifient, dans le contexte du Bède vieil-anglais et de nombreux autres textes anglo-saxons, ce que town, home et building signifient aujourd’hui. Le tun/bold, parfois précisé par l’expression cynelecan tun ou cynelecan bold (traduction du vicus regius/villa regia de l’original latin), désigne un centre d’habitat qui est en même temps un centre administratif et domanial : c’est le cas pour la villa regalis de la rivière Derwent (aldorbold), pour Adgefrin (cynelican tun), pour Mælmin (tun), pour Cataracta (tun), pour Campodunum (cyninges bold), pour la villa regia où a lieu le miracle post mortem d’Aidan (cynelecan tune), pour Ad Murum (cynelecan tune). Le mot peut aussi désigner le centre fonctionnel d’une propriété foncière : l’évêque Jean de Beverley se rend au domicile d’un noble (villa comitis, gesiðes tun), qui lui offre un repas104. Les rois pouvaient posséder « en privé », en dehors des terres de la couronne, des domaines dont ils pouvaient disposer par testament105 : le mot villa/tun est utilisé dans les deux cas. En outre, les fonctions pratiques des tunas publics et des tunas du domaine privé du roi sont semblables : par exemple, les rois peuvent tenir conseil dans les deux types de tunas. Les mots bold et tun s’appliquent donc à un espace bâti qui est en même temps un centre de domaine foncier. La forteresse de Bamburgh, nous dit Bède, était entourée de viculi, terme traduit par tunas : il y avait donc autour de la « capitale » de la Bernicie un certain nombre de domaines ruraux appartenant au roi ou à ses comites, et qui formaient le noyau des domaines des rois berniciens106.

  • 107 HE, iii, 10.

36À l’inverse, le ham dont une maison brûle alors que les villageois festoient107 semble désigner une réalité différente. Nous sommes là dans un autre milieu social, dans un milieu sinon pauvre du moins populaire, paysan. La traduction vieil-anglaise, qui ne confond pas ham et tun (alors que l’original latin utilisait vicus et villa de manière interchangeable), voit parfaitement cette différence. Le vicus décrit ici par Bède est un ham, un centre d’habitat paysan comprenant au moins une maison (domus/hus) et sans doute plusieurs, et dans lequel aucune hiérarchie n’est mise en évidence par le texte, ni dans le bâti, ni peut-être dans les rapports entre les villageois : il y a bien là des domini domus, mais le terme désigne sans doute les occupants de la maison, les chefs de la maisonnée qui accueille le reste du village.

37Remarquons toutefois que le sens premier de ham, « demeure », reste présent dans certains toponymes désignant des tunas royaux : ainsi le Hamtun du nord (Northampton) et le Hamtun du sud (Southampton). Ce sens de ham est aussi présent dans la Chronique anglo-saxonne, où l’ætheling Æthelwold, neveu d’Alfred, tente, à la mort de ce dernier, de faire valoir ses droits au trône contre son cousin Édouard en s’emparant de la demeure (ham) de Wimborne en y siégeant (sæt) avec ses hommes :

  • 108 ASC A, an. 901 [recte 899].

Alors Æthelwold, fils de son oncle paternel, chevaucha et s’empara de la demeure de Wimborne [Dorset] et de Tweoxneam [auj. Christchurch, Dorset] sans l’accord du roi [Édouard l’Ancien] et de ses witan. Alors le roi conduisit une troupe camper à Badbury [Dorset], près de Wimborne. Et Æthelwold siégeait à l’intérieur de la demeure avec les hommes qui s’étaient ralliés à lui, et il fit fermer sur lui toutes les portes et déclara qu’il comptait bien vivre ici, ou y mourir. Alors, couvert par ces paroles, il s’enfuit de nuit et rejoignit l’Armée [danoise] chez les Northumbriens108.

38Le terme « siéger » est ici très important. On a vu qu’il pouvait désigner la tenue de banquets : ici, il indique tout au moins qu’un des actes d’Æthelwold pour affirmer sa souveraineté est d’investir une demeure royale (et pas n’importe laquelle : Wimborne était le lieu où reposait Æthelred Ier, prédécesseur d’Alfred et propre père de l’ætheling) et de s’y « asseoir », c’est-à-dire d’y consommer la rente alimentaire, le feorm, d’en faire profiter ses hommes et d’affirmer son droit à la prélever.

39Il semble donc, pour retrouver le hall dans une réalité physique, qu’il faille éliminer d’abord les sites archéologiques proprement urbains, c’est-à-dire les emporia comme Hamwic ou les « cités » comme Londres et Cantorbéry, puis les ham, « villages » ou « hameaux » au sens strict, c’est-à-dire les habitats peu hiérarchisés des campagnes. On éliminera aussi, pour le moment, les sites explicitement monastiques, qui se réfèrent, sinon à un autre réalité, du moins à un autre imaginaire. Restent donc deux types d’habitat, les places fortes et les centres de domaines fonciers, que les Anglo-Saxons appelaient généralement burh et tun. Il semblerait que le point essentiel qui distingue le premier mot du second est la présence d’une fortification, mais les choses ne sont sans doute pas aussi nettes : à Merantun, où meurt en 786 le roi Cynewulf, il y a manifestement une sorte de fortification ; Heorot, qui n’est pas fortifié, est à plusieurs reprises qualifié de burh. Burh et tun, ainsi, qu’il s’agisse ou non, dans les textes, d’espaces de nature différente, correspondent donc à des sites, fortifiés ou non, abritant entre autres ce que la poésie appelle un hall : un bâtiment aristocratique, unique dans le site où il se trouve, et servant principalement, mais pas uniquement, à l’organisation de festins.

Où chercher ? Les mots latins de l’espace festif

40Mais chercher le hall dans notre documentation, c’est aussi le chercher dans les sources écrites, et surtout dans les sources historiques et hagiographiques latines. Pour cela, une étude de vocabulaire doit à nouveau être menée, pour voir quels mots sont utilisés pour désigner les grands bâtiments où festoient les princes et leur entourage. Malheureusement, dans la prose latine, on trouve surtout le mot domus, un mot très neutre qui n’apporte aucune précision. Ce mot nous est d’autant moins utile que le Bède vieil-anglais le traduit systématiquement par hus, ce qui est la traduction la plus littérale et la plus plate possible pour un espace qui pourtant est parfois manifestement un hall au sens que nous avons dégagé ci-dessus. Cela semble indiquer cependant que, pour Bède, il n’y a pas de mot latin précis pour désigner le hall : c’est une réalité indigène, qu’il lui faut donc rendre en latin par un terme générique.

  • 109 De Orthographia, dans H. Keil, Scriptores de Orthographia, Grammatici latini, t. vii, Leipzig, 187 (...)
  • 110 Ermold le Noir, Poème sur Louis le Pieux, v. 2175.
  • 111 Félix, Vie de Guthlac, chap. xi.
  • 112 Asser, Vie d’Alfred, chap. xci.
  • 113 Wulfstan le Chantre, Vie d’Æthelwold, ch. 19 ; Byrhtferth, Vie d’Oswald, ve et vie partie.
  • 114 ‘B’, Vie de Dunstan, § 38 ; G. de Malmesbury, Vie de Wulfstan, iii, 19 et iii, 20.
  • 115 Vie d’Édouard, i, 1.

41Le mot aula est sans doute le plus intéressant de tous ceux qui peuvent désigner le hall. Pour Bède, « Aula latine domus regia est109 » ; Alcuin reprendra la même définition. Dans le monde carolingien et dans le monde « féodal » qui lui succède dans la France du Nord-Ouest, il s’applique à la grande salle cérémonielle du palais royal comme à celle de la demeure aristocratique. Les connotations du terme y sont assez proches de celles du heall/sele anglo-saxon : ainsi, l’aula est souvent appelée alta domus ou excelsa arce110 .Les mots aula et hall sont de sonorité proche (même s’ils n’ont étymologiquement aucune parenté), et il est possible que le premier ait été adopté, de préférence à d’autres, en raison de cette proximité avec l’un des termes vernaculaires désignant ce bâtiment. Il est cependant bien moins employé en Angleterre que sur le continent. La Vie de Guthlac par Félix, au début du viiie siècle, évoque l’éducation du saint dans l’aula paterna et les aulae paternae111 : mais comment savoir s’il s’agit ici du « hall de son père » ou des « demeures de ses pères » ? Les choses sont un peu plus nettes dans la Vie d’alfred : que dire, demande Asser, « des aulae et des cambrae royales en pierre et en bois merveilleusement construites sur son ordre112 ? » Mises à côté des cambrae, les aulae ne désignent manifestement pas tout le palatium, toute la demeure royale, mais un ou plusieurs bâtiments dans le palais : on retrouverait donc dans ce passage la séparation observée sur le continent entre aula et camera, que l’on pourrait donc rapprocher de celle, observée dans la poésie, entre heall et bur. Mais ce n’est que dans des textes datant du xe siècle et au-delà que mot aula est systématiquement utilisé pour désigner la grande salle de festin royale, épiscopale, abbatiale ou aristocratique : c’est ainsi que la Vie d’Æthelwold ou la Vie d’Oswald l’emploient113. On apprend ainsi que les évêques peuvent avoir dans leur cité une aula épiscopale : c’est le terme utilisé de manière quasi-constante, de la Vie de Dunstan par ‘B’ à la Vie de Wulfstan par Guillaume de Malmesbury114. C’est au xie siècle le lieu où s’exprime la souveraineté du roi et ses relations d’autorité-patronage-compagnonnage avec ses grands nobles et officiers : « Sous le règne de Cnut », nous dit l’auteur de la Vie d’Édouard le Confesseur, Godwine « florissait dans son aula, premier parmi les plus grands nobles du royaume115. » L’emploi le plus ancien, en Angleterre, du mot aula dans le sens technique qu’il possède sur le continent, ne remonterait donc pas au-delà de la seconde moitié du ixe siècle : une influence carolingienne n’est pas impossible ici. On ne s’étonnera donc pas de le trouver employé dans un poème latin rapporté par Guillaume de Malmesbury :

  • 116 GRA, 133.

Spumat ubique merum, fremit ingens aula tumultu.
Partout écume le vin pur, le tumulte fait frémir l’immense aula116.

  • 117 M. Lapidge, « Some Latin Poems as Evidence for the Reign of Athelstan », ASE 9, 1980, p. 61-98.

42Tiré d’un poème à la gloire du roi ouest-saxon Æthelstan, ce texte n’est malheureusement pas attribuable de manière certaine au règne de ce dernier (924-939) et pourrait avoir été écrit au xiie siècle par Pierre de Malmesbury117. Mais la parenté de ce vers avec certains passages de Beowulf permet de dire sans aucune hésitation que l’aula dont il s’agit ici est bien le hall poétique, qu’elle correspond au concept poétique identifié par Kathryn Hume et Hugh Magennis. Un tel usage doit être considéré comme une rareté si le texte est bien du xe siècle – au xiie siècle le mot aurait été moins surprenant.

  • 118 HE ii, 12.

43Tout comme le mot aula peut désigner l’ensemble du palais, il semble que, dans certains cas, le mot palatium puisse désigner spécifiquement le grand hall. Le Bède vieil-anglais le traduit en effet par heall dans un cas spécifique, celui où Bède rapporte comment le futur roi Edwin, exilé chez le roi est-anglien Rædwald, et apprenant que ce dernier a l’intention de le livrer à son ennemi le roi bernicien Æthelfrith, n’a plus le cœur à dormir et s’assoit seul devant le palatium de Rædwald : c’est là qu’il a une vision qui entraînera plus tard sa conversion118. Ce passage est intéressant non seulement parce que le mot palatium est traduit par heall, mais aussi parce que, dans cet épisode, on apprend qu’Edwin a à sa disposition, à l’intérieur ou à proximité du palatium de Rædwald, un cubiculum (traduit par inne, « logement »), c’est-à-dire une camera, un bur individuel. C’est donc bien, sans doute, que le palatium de Rædwald est pourvu à la fois d’une grande salle et de logements pour les hôtes de marque : c’est ainsi, en tout cas, que l’a compris le traducteur alfrédien.

  • 119 Earl 1994, p. 115-117.

44Le bur, remarquons-le, est donc destiné aux grands, à ceux qu’il faut honorer (Edwin, Beowulf, Hrothgar, Wealhtheow, Cynewulf et sa maîtresse). Il ne semble pas qu’il soit particulièrement réservé aux femmes, même si elles dorment toutes dans des buras, de même que les célibataires (comme Beowulf) ne dorment pas nécessairement dans le hall. Pour toutes ces raisons, le parallèle fait par James W. Earl entre le grand hall et le baitemannageo des Bororo n’est pas tenable119. Certes, dans les deux cas on a un grand bâtiment entouré de petits, et dans les deux cas une partie des hommes (surtout les jeunes) dort dans le grand, alors qu’une autre partie des hommes, ainsi que les femmes, dorment dans les petits. Mais la ségrégation, dans le village bororo, est essentiellement liée au statut matrimonial des hommes : les célibataires dorment dans le baitemannageo, les hommes mariés dans les huttes avec leurs épouses. Dans le tun anglo-saxon, la ségrégation est moins nettement tranchée et repose essentiellement sur des questions de statut social, de prestige et d’honneur : duguð et geoguð, jeunes guerriers célibataires et vieux conseillers mariés, dorment dans le grand hall, tandis que les princes et les hôtes de marque dorment dans des buras. Le bur n’est donc pas par essence un espace féminin. C’est un espace socialement, et non sexuellement, défini.

  • 120 HE, ii, 13.
  • 121 Osbern, Vie de Dunstan, § 43.

45Les auteurs latins affectionnent parfois des termes plus techniques, peut-être même plus précieux : les mots classiques cenaculum et triclinium. Cenaculum est bien sûr le terme utilisé dans la Vulgate (Mc XIV, 15) pour désigner le « cénacle » où eut lieu le dernier repas du Christ et de ses apôtres. Il est employé par Bède pour désigner, dans le célèbre « épisode du passereau », la salle où festoient Edwin et ses hommes120. Le Bède vieil-anglais traduit, de manière tout à fait appropriée, par heall : la scène, comme beaucoup l’ont remarqué, reprend en effet un grand nombre d’éléments du concept poétique du hall (chaleur, sécurité, convivialité, présence de deux portes opposées, pour n’en citer que quelques-uns). Cet usage relativement « laïque » d’un terme très connoté religieusement est cependant rare. Dans d’autres textes, comme la Vie de Dunstan par Osbern, le mot coenaculum est utilisé dans un contexte qui rappelle la Cène : l’archevêque Dunstan prit en effet son ultime prandium, qu’il vaudrait mieux appeler, nous dit Osbern, sa « dernière cène » ou « dernier souper » (ultima coena), dans la refectionis domus ou coenaculum du monastère cathédral, entouré de « tous » et des moines de Christ Church, qu’il « rassasia de nourriture corporelle et de l’aliment de la vie spirituelle121 ». Dans ce passage, le terme ne désignerait donc absolument pas le grand hall, ou l’aula épiscopale : il désignerait au contraire le réfectoire monastique, lieu où Dunstan/Christ est le sujet principal d’une ultime scène/cène de festin en présence de ses frères/apôtres.

  • 122 ‘B’, Vie de Dunstan, § 21.

46Le mot triclinium est tout aussi rare que coenaculum. Il n’est pas chargé de réminiscences évangéliques, mais de connotations classiques. Il y a longtemps, en Bretagne, qu’on ne mange plus dans un triclinium à la romaine, mais le mot est employé dans divers textes connus des auteurs, et il est recensé par les glossaires. Il est donc certain qu’il ne se réfère pas à la disposition de la cena des aristocrates romains. Ainsi, ‘B’ l’utilise pour désigner la salle de festin, à Kingston-upon-Thames, où a lieu le banquet de couronnement du roi Eadwig en présence de tous les optimates, sapientes (c’est-à-dire les witan) et proceres du royaume, laïques et ecclésiastiques122 : il s’agit bien ici du grand hall d’une résidence royale, et non d’une salle à manger à la romaine.

47La conclusion que l’on peut tirer de cette étude de la documentation latine est qu’il est possible d’y repérer des équivalents du grand hall, même s’il faut faire attention aux parasitages éventuels venus de la culture des auteurs. On se gardera donc d’accorder une trop grande technicité aux termes latins qui, quand ils désignent des espaces réellement utilisés par les contemporains, ne sont en quelque sorte que de « seconde main » : ce sont les termes vernaculaires qui collent le plus étroitement aux réalités telles que les contemporains les percevaient.

Le hall dans le tun et le burh : approche archéologique

  • 123 E.T. Leeds, Early Anglo-Saxon Art and Archaeology, Oxford, 1936, p. 21.
  • 124 D. Benson et D. Miles, « Cropmarks near the Sutton Courtenay Saxon Site », Antiquity 48 (1974), p. (...)

48Depuis les années 1950 et l’essor de la photographie aérienne, de nombreux sites ont livré, en Angleterre, de grands bâtiments rectangulaires. En effet, la fouille « au ras du sol » n’avait pas permis aux archéologues de distinguer les trous de poteaux et les tranchées marquant le plan d’anciens bâtiments en bois : pour cette raison, seuls les fonds de cabane apparaissaient dans les fouilles. Un exemple tristement célèbre est celui des fouilles de Sutton Courtenay, menées par E.T. Leeds, un modèle en leur temps, aujourd’hui pratiquement inutilisables : « la plupart des gens », écrivait alors Leeds, « se contentaient de quelque chose qui mérite à peine mieux que le nom de taudis (hovel), et qui ne variait que par sa plus ou moins grande simplicité123 ». L’ironie douloureuse de l’histoire fait que des repérages aériens ultérieurs ont permis de repérer à Sutton Courtenay des traces d’un grand bâtiment rectangulaire d’environ 25 x 8 m124 : Sutton Courtenay, type même du village saxon pouilleux, était-il un habitat d’élite avec un grand hall ? On ne le saura sans doute jamais…

  • 125 Addyman 1972 ; C. Dallas, Excavations at Thetford by B.K. Davison between 1964 and 1970, EAArch. 6 (...)

49Depuis 1950, de nombreux sites anglais ont livré des restes de grands bâtiments rectangulaires en bois, depuis longtemps disparus mais repérables dans les fouilles par leurs alignements de « fantômes » de poteaux, emplacements où la terre, noircie, témoigne de l’ancienne présence d’un pilier de charpente. La prudence cependant s’impose : si P.V. Addyman évoquait en 1972 la découverte à Thetford du « plus long hall anglo-saxon », le rapport de fouilles publié vingt ans plus tard préfère voir dans cette structure composée de quatre alignements parallèles de poteaux, mesurant près de 35 m, une série d’étendages destinés à faire sécher des étoffes fraîchement teintes125 ! Toutefois, même quand on se limite aux sites « d’élite », seuls susceptibles de livrer l’équivalent du grand hall des poètes, le nombre de sites pertinents reste relativement important, une trentaine au total : Cheddar, Cowdery’s Down, Faccombe Netherton, Flixborough, Foxley, Goltho, Hatton Rock, Northampton (qui n’est pas encore une ville), North Elmham, Portchester, Raunds, Sprouston, Sulgrave, Trowbridge, Waltham Abbey et Yeavering, avec les cas plus discutables de Frocester, Maxey, Orton Hall, Ribblehead, Rivenhall, West Heslerton, Wicken Bonhunt et Yarnton, mais aussi les sites présumés brittoniques de Birdoswald, Cadbury Congresbury, Dinas Powys, Doon Hill et South Cadbury.

  • 126 Higham 1992, p. 125-126.

50Tous les sites que nous avons retenus ont pour caractéristique commune de présenter des caractères de site « d’élite », qui les distinguent des habitats plus « villageois ». A contrario, N.J. Higham a prétendu que les bâtiments rectangulaires des « villages » de Mucking, West Stow ou West Heslerton étaient de vrais halls, c’est-à-dire des bâtiments aux fonctions d’abord cérémonielles, appartenant à une élite et exprimant le statut de leurs propriétaires126. Mais Higham est le seul à considérer que tous les Anglo-Saxons du ve-vie siècle sont membres de l’élite. J’espère que dans les pages suivantes l’analyse des critères de distinction du hall permettra de montrer combien la position de Higham est, dans ce cas précis, indéfendable. Il nous faut maintenant analyser ces sites, en dégageant quelques caractères architecturaux essentiels.

Planification de l’habitat

51On note dans les sites « d’élite » une différenciation poussée dans le bâti entre de très grands bâtiments, très bien construits, et des bâtiments moins soignés, manifestement annexes. Ce trait se retrouve dans la majorité des sites « d’élite », par opposition aux « villages ».

  • 127 Voir un constat semblable dans Cramp 1993, p. 335.
  • 128 P.V. Addyman et D. Leigh, « The Anglo-Saxon Village at Chalton, Hampshire : Second Interim Report  (...)

52Ainsi, dans le « village » de Chalton, on est frappé par le fait que les « halls » découverts par les archéologues (il y en 57 en tout) sont de tailles certes très diverses, mais qu’aucun ne semble particulièrement grand. Il y a beaucoup de « halls » de tailles à peu près identiques (en moyenne 8,5 par 5,3 m), beaucoup plus petits que ceux que l’on trouve sur d’autres sites de la même époque : les plus grands, A1 et A2, mesurent chacun environ 11 m par 6,3 m, ce qui reste très loin des grands bâtiments de plus de 20 m de long découverts à Yeavering ou à Cowdery’s Down. Si l’on entend par « hall » le lieu décrit par la poésie où les grands de ce monde se réunissent pour festoyer, alors aucun bâtiment de Chalton ne mérite ce nom127. Certes, des bâtiments se distinguent par leur taille ou leur mode de construction, mais ils ne remplissent pas les conditions du hall. A1/A2, s’il s’agit bien d’un seul bâtiment (ce qui n’est pas certain), est très long, plus de 20 m, mais il n’est pas d’un seul tenant : il s’agit bien de deux parties, peut-être jointes par un préau. Ceci ne correspond à rien de ce qu’évoque la poésie, où au contraire le hall est un bâtiment unique, d’un seul tenant : un bâtiment comme A1/A2 ne pourrait pas avoir les fonctions cérémonielles d’un hall. Il vaudrait mieux voir en A1/A2 deux bâtiments distincts, dont l’un a pu être construit en complément de l’autre par un paysan particulièrement actif, chanceux ou entreprenant. De même, le « Mystery Building », composé de quatre petits corps de bâtiments, mesure en tout 24,4 m de long. Mais il a pu être agrandi au fur et à mesure des besoins : il ne s’agit en aucun cas du bâtiment que Hrothgar planifie, mûrit dans son esprit et qui s’élève d’un seul élan. A10, malgré ses dimensions plus modestes (9 m par 5,8 m), est plus discutable. Il est entouré d’une série de trous de poteaux, pour lesquels il a été impossible de déterminer s’il s’agissait des supports d’un préau ou de poteaux de soutènement. En outre, alors que tous les autres bâtiments de taille comparable et supérieure sont entourés de bâtiments plus petits que l’on peut analyser comme les bâtiments ancillaires de plusieurs fermes à cour ouverte, le bâtiment A10 est isolé dans le village et adossé à une palissade. Les fouilleurs suggèrent que ce bâtiment pouvait avoir des fonctions communautaires128 : y avait-il dans ce ham une sorte de salle commune ? Si tel est le cas, il ne peut s’agir d’un hall, qui n’a pas qu’un rôle communautaire : il est aussi la propriété d’un puissant et l’expression de son pouvoir.

  • 129 West 1985, vol. i, p. 10-13 et p. 150.

53On retrouve la même disposition à West Stow, où chaque « hall » est entouré d’un petit nombre de bâtiments annexes (cabanes excavées et petits bâtiments rectangulaires). Le site est donc composé de plusieurs unités d’exploitation séparées par des palissades. Il ne s’agit pas d’un site dominé par un « hall » unique129. Même s’il est n’est pas impossible que le bâtiment central de chaque ferme ait eu, à l’intérieur de chaque unité exploitante/familiale, des fonctions assimilables, mais à une autre échelle, à celles du hall, ce n’est pas ce type de hall qui est évoqué par la poésie.

  • 130 Hope-Taylor 1977 ; Scull 1991, p. 59 ; Welch 1992, fig. 24.

54Cette image contraste fortement avec celle des sites « d’élite ». Tous ces sites possèdent un bâtiment particulièrement visible, bien plus grand et bien mieux construit que les autres, qui « domine » le site. Le cas le plus évident est Yeavering130, où le tun royal est un espace pensé et construit, organisé en cercles concentriques. Il ne fait pas de doute que le site a toujours été dominé par un unique bâtiment rectangulaire de grande taille : A2 sous Æthelfrith, A4 sous Edwin, A3 sous Oswald et Oswiu. Ces deux derniers étaient en outre accompagnés d’un petit « hall » dans le même alignement, A1 (a) puis A1 (b). Les mesures de Hope-Taylor ont montré que l’ensemble du site pouvait s’expliquer par une unité de mesure qu’il a baptisé la Yeavering-Unit (YU), et qui est proche du pied romain. Cette mesure préside à la fois à l’organisation spatiale du site, à l’emplacement des bâtiments et aux proportions de certains d’entre eux. On constate en particulier l’utilisation récurrente de sections de 40 YU : les « halls » A2 et A4 sont formés de deux carrés de 40 YU de côté, les bâtiments de la zone C sont régulièrement espacés de deux fois 40 YU, et sont eux-mêmes distants de A3 de quatre fois 40 YU. Tout cela suggère que le tun royal, même si le site de Yeavering est un site exceptionnel, est un site planifié, conçu, pensé, par opposition aux « villages » comme Chalton ou West Stow où le développement semble plus anarchique.

  • 131 Millett et James 1983, p. 156-158 et p. 192 sq.
  • 132 Hinchcliffe 1986, sp. fig. 1 ; I.M. Smith, The Archaeological Background to the Emergent Kingdoms (...)

55On ne retrouve certes pas un tel luxe d’organisation dans les autres sites, mais la trace de la planification est souvent repérable. La plupart des grands halls sont orientés est-ouest, une orientation fréquente mais pas aussi systématique dans les sites plus modestes. Cette orientation, et c’est là qu’est la différence, se communique par ailleurs à tout le site, dont les autres bâtiments sont parallèles ou perpendiculaires au grand hall. Ainsi, à Cowdery’s Down131, dans la dernière phase d’occupation du site, on a plusieurs bâtiments (C10, C11, C8) situés dans l’alignement (grossièrement nord-est/sud-ouest) du bâtiment dominant le site, le « hall » C12, tandis que deux autres bâtiments (C9 et C7) ont une orientation exactement perpendiculaire. Il y a donc dans les deux tiers nord-est du site une véritable organisation, qui se retrouve dans le tiers sud-ouest, avec une orientation légèrement différente : C14 et C15 sont alignés. Le bâtiment C13, entre les deux espaces, présente une orientation intermédiaire entre l’orientation principale, celle de C12, et l’orientation seconde, celle de C14. À Foxley, à Sprouston, sites connus uniquement par repérage aérien, on peut retrouver une organisation spatiale comparable132.

  • 133 S. Hirst et P. Rahtz, « Hatton Rock 1970 », Birmingham and Warwickshire Archaeological Society Tra (...)
  • 134 G.E. Cadman, « Raunds 1977-1983 : An Excavation Summary », Med. Arch. 27, 1983, p. 107-122, ici fi (...)
  • 135 C.P. Loveluck, « A High-status Anglo-Saxon Settlement at Flixborough, Lincolnshire », Antiquity 72 (...)

56Ces derniers sites dateraient, il faut le remarquer, d’un long viie siècle. Dans les siècles suivants, il devient bien plus difficile de repérer l’alignement des sites « manoriaux » ou « royaux » qui ont pu être fouillés. En effet, plusieurs d’entre eux se trouvent aujourd’hui en zone urbaine ou péri-urbaine ou n’ont pu être fouillés que partiellement. Cependant, les mêmes caractéristiques sont repérables au viiie-xe siècle à Hatton Rock, où l’on a au moins quatre bâtiments alignés, dont un particulièrement grand (environ 30 m de long), dans ce qui était peut-être une résidence épiscopale133. À Raunds, du viie au ixe-xe siècle, le site passe par plusieurs phases, dont certaines ne sont pas particulièrement « reluisantes », mais conserve toujours une orientation nord-sud et est-ouest134. À Flixborough, du viie au xe siècle, une orientation nord-ouest/sud-est est repérable pour la plupart des bâtiments135.

57L’une des conclusions à tirer de ce rapide examen du plan des principaux sites est qu’il y a bien, et ce à plusieurs époques, une distinction à faire entre des sites planifiés, en général dominés par un seul grand bâtiment en bois ou, plus tard, en pierre, et des sites plus anarchiques, dans lesquels les bâtiments « de grande taille » (en l’occurrence de taille moyenne) sont toujours en nombre. La conclusion logique, que nous adopterons ici, est que les sites de la première catégorie sont composés d’une seule unité, dominée par son bâtiment principal, alors que ceux de la seconde sont composés de plusieurs unités d’exploitation et d’habitat et forment donc des villages.

Une architecture soignée et parfois innovante pour le bâtiment principal

58Ce grand bâtiment dominant apparaît donc bien comme l’équivalent archéologique du grand hall de la poésie. L’étude de son architecture, intérieure et extérieure, confirmera cette identification.

  • 136 Arnold 1997, p. 73.

59Dans tous les sites concernés, le bâtiment le plus important est un bâtiment rectangulaire ou quasi-rectangulaire (à Goltho, par exemple, les longs côtés du rectangle sont incurvés) de grande taille : en général plus de 15 m de long, mais parfois beaucoup plus, et dont la surface utile dépasse en général les 100 m2. Il s’agit d’un bâtiment ayant demandé un grand savoir-faire et ayant mobilisé des ressources importantes : ainsi, à Cowdery’s Down, pour construire le hall C12, dont la surface est de 238 m2, il a fallu remuer au minimum 81 t de terre,70 t de matériaux divers (bois, torchis, revêtement du toit), et, sans compter les planchers, 53 m3 de bois, ce qui revient à 18 chênes adultes, prélevés sur 2 ha de forêt136 ! On a bien là un type de bâtiment que tous ne peuvent pas commander, un habitat qui, par ses dimensions mêmes, est un habitat d’élite.

  • 137 P.V. Addyman, D. Leigh et M.J. Hughes, « Anglo-Saxon Houses at Chalton, Hampshire », Med. Arch. 16 (...)
  • 138 Millet et James 1983, fig. 30 et 37.

60Les fondations de ces bâtiments sont, pour faire simple, de deux types. On a d’abord des fondation post-in-hole, littéralement « le poteau dans le trou », c’està-dire faites de poteaux régulièrement espacés formant un squelette que l’on comble avec un clayonnage et du torchis. C’est le cas de la plupart des maisons reconstituées par les archéologues pour les sites de villages, à Chalton ou dans le musée de plein-air du site de West Stow137. Ce mode de construction rudimentaire est présent dans la plupart des sites fouillés en Angleterre pour le ve-viiie siècle, y compris dans les sites planifiés. Cependant, on remarque, à Cowdery’s Down par exemple, qu’il est caractéristique des bâtiments les moins impressionnants, et surtout des bâtiments les plus anciens (B4 ou A1)138. Certes, cette technique a pu fournir de très grand bâtiments : B/C 15, à Cowdery’s Down, situé à l’ouest de C12, est un des plus grands du site. Cependant, le « bâtiment dominant » est en général construit selon une technique plus élaborée, celle du post-in-trench, « le poteau dans la tranchée ». Il s’agit d’une tranchée continue (parfois très profonde – plus d’1 m dans des bâtiments de grande qualité comme A4 à Yeavering), dans laquelle viennent s’emprisonner des poteaux et/ou des planches disposées verticalement. Des poteaux extérieurs de soutènement viennent parfois étayer la structure. Ce type de fondation permet de construire un bâtiment extrêmement solide, bien « fiché » en terre. Un tel bâtiment peut en particulier supporter beaucoup plus aisément un lourd toit à pignons sans qu’il soit nécessaire d’insérer des piliers à l’intérieur de la salle, qui reste ainsi dégagée. Remarquons que la photographie aérienne permet de repérer aisément ces différences, puisque les cropmarks diffèrent entre des fondations à tranchée continue et des fondations à trous de poteaux espacés.

  • 139 Marshall et Marshall 1993, p. 380.
  • 140 Rahtz 1979, p. 100-101.
  • 141 Cunliffe 1976, p. 121-127, fig. 99 et fig. 100.

61Dans un même site, on peut donc retrouver les deux types de fondations, mais pour des bâtiments destinés à des usages différents. À Yeavering par exemple, les grands bâtiments du secteur A, qui sont construits post-in-trench, correspondent sans aucun doute aux bâtiments cérémoniels, aux halls. En revanche, les bâtiments du secteur C, parfois presque aussi grands, mais moins soignés, sont construits post-in-hole : on peut supposer qu’ils correspondent à des fonctions moins prestigieuses, telles que le stockage des denrées. Les sites plus tardifs présentent une image moins nette, en raison de l’adoption plus généralisée de la fondation à tranchée continue139 : c’est le cas par exemple à Cheddar à la fin du ixe siècle140. La différence est cependant encore présente dans certains sites jusqu’à la fin du xe siècle. À Portchester, on a retrouvé, autour d’une cour avec puits, trois bâtiments datés du xe siècle : deux d’entre eux, les plus grands (S13 et S15 puis S16), étaient construits post-in-trench, alors que le troisième (S14), ainsi qu’un quatrième en retrait (S17), plus petits, étaient construits post-in-hole141.

  • 142 J.T. Smith 1982, p. 14-15.
  • 143 Hope-Taylor 1977, fig. 9, p. 38.
  • 144 Millett et James 1983, p. 215-217 ; Alcock et Walsh 1993.
  • 145 Hope-Taylor 1977, p. 161 et p. 236.

62Le grand bâtiment dominant est donc, dans la plupart des cas, construit avec grand soin. La superstructure aujourd’hui disparue devait elle aussi être impressionnante. À Yeavering (A2 et A4), les bâtiments ont sans aucun doute été « préfabriqués », ce qui laisse supposer une grande capacité de planification et de mobilisation des ressources et du savoir-faire142. La charpente semble avoir été composée de gros madriers équarris entre lesquels venaient s’intercaler des grosses planches de construction, elles-mêmes emboîtées les unes dans les autres selon un système ingénieux, témoignant d’un grand savoir-faire143. À Cowdery’s Down, il n’y a pas de gros madriers, mais uniquement de grosses planches verticales disposées en quinconce, avec une sablière tenant le tout : un habillage de clayonnage et torchis devait compléter l’étanchéité du bâtiment. En outre, une traverse supplémentaire (une sablière haute) était sans doute disposée au sommet des murs, tout le long du bâtiment, portant les arbalétriers de la charpente144. Des attaches solides (des chevilles de bois, et non de fer comme dans Beowulf) devaient assurer la tenue du bâtiment. Les murs de ces grands halls étaient donc composés de planches solides, ce qui contraste donc fortement avec les bâtiments au trous de poteaux espacés, simplements garnis d’un clayonnage. Certains de ces bâtiments pouvaient même être recouverts d’un enduit blanc : sans doute de la chaux ou un enduit à base de chaux. Ceci expliquerait peut-être pourquoi la poésie les décrit comme « blancs » ou « brillants ». C’est le cas de Yeavering A2 et A4. Brian Hope-Taylor pense que cet enduit avait pour but d’imiter la pierre145. Si, comme je tenterai de le montrer, les grands halls ont succédé entre autres aux villae comme marqueurs des habitats d’élite, cette explication est tout à fait plausible.

  • 146 Marshall et Marshall 1993, p. 398.
  • 147 Ibid., p. 385.

63Si un tel soin est apporté aux grands halls pendant le floruit que semble représenter le viie siècle, les bâtiments plus tardifs sont eux aussi très soignés. En fait, on peut dire que, pendant toute la période, les grands halls sont régulièrement des bâtiments « innovants », important les dernières techniques de construction. Les grands halls ne sont pas présents dès le ve siècle. Ce n’est qu’à la fin du vie siècle qu’on commence à les voir apparaître (à Yeavering par exemple) : le viie siècle correspond donc non seulement à la période où les halls les plus impressionnants ont été construits, mais aussi à celle où ils ont été une nouveauté146. Les techniques ont alors été transférées à d’autres régions, moins marquées jusqu’ici par ce type de bâtiments, et à d’autres bâtiments, plus petits et moins ostentatoires. Ainsi, on a vu que la tranchée continue était à l’origine confinée aux grands halls. Elle trouve semble-t-il son origine dans les grands halls du nord de l’Angleterre, d’où elle se répand vers d’autres régions, au viie siècle seulement pour les grands bâtiments, puis pour l’ensemble des bâtiments rectangulaires au viiie siècle147.

  • 148 Millett et James 1983, p. 236 sq.
  • 149 Higham 1997, p. xxi et p. 19.

64Il est plus difficile de parler avec précision du toit, qui reste largement une énigme. Le toit à pignons reste l’hypothèse la plus plausible pour la plupart des halls dont les fondations ont été retrouvées : à Yeavering, à Cheddar, à Goltho. Remarquons toutefois que les archéologues ne rejettent pas, pour Cowdery’s Down C12, la possibilité d’une toiture en croupe148. Malgré quelques exceptions, le principe reste semble-t-il le même dans la plupart des bâtiments pendant toute la période. La même méthode est d’ailleurs employée pour les bâtiments de grande taille, qu’il s’agisse d’églises ou de complexes d’habitation149. On n’a malheureusement retrouvé aux pieds des pignons aucune trace de cornes ou d’andouillers ayant pu surmonter la toiture. Le pignon étant présent dès les débuts de ce type de bâtiments, il est logique qu’il fasse partie de l’image poétique élaborée en même temps.

  • 150 Marshall et Marshall 1993, p. 398.

65Une autre innovation architecturale est la construction d’annexes. Elles apparaissent pour la première fois à la fin du vie siècle, avec les grands halls150. Pour rendre le propos plus clair, je distinguerai désormais cinq termes de manière précise (même si somme toute assez arbitraire) :

  • - le complexe représente l’ensemble de l’unité d’habitat et d’exploitation utilisée par un seul et même groupe : palais, forteresse, manoir, ferme. Souvent (mais pas toujours) délimité par une clôture, le complexe contient plusieurs bâtiments aux fonctions variées.
  • - le hall est à l’intérieur du complexe le bâtiment principal, comprenant éventuellement salle centrale, annexes et partitions. C’est un bâtiment d’un seul tenant, s’opposant à d’autres bâtiments qui ne lui sont en général pas attenants : granges, greniers, enclos à bétail, église, tour, poterne/portail, latrines, cuisine, four, quartiers d’habitation, etc.
  • - la salle centrale, pour laquelle nous réservons à partir de maintenant le terme de grand’salle, est le grand espace non cloisonné, sous le toit (il n’y a pas, a priori, de plafond), auquel donnent accès les portes des longs côtés (en général les portes nord et sud, puisque l’orientation la plus fréquente du bâtiment est est-ouest).
  • - les annexes sont des structures moins larges que la salle centrale, disposées de part et d’autre de cette dernière. Elles sont généralement carrées et sont accolées au mur de pignon. Elles possèdent leur propre toit, sans doute plus bas que le toit de la grand’salle. Elles communiquent avec celle-ci par des portes percées dans les murs de pignon. Les deux halls A3 (a) et A3 (b) de Yeavering, ainsi que le hall de bois de Northampton, sont des halls à annexes.
  • - les partitions sont des séparations intérieures qui occupent la même position que les annexes mais se situent en continuité totale avec la grand’salle. Un seul et même toit les recouvre. Elles possèdent donc elles-mêmes deux murs de pignon : l’un est en commun avec la grand’salle et est entièrement à l’intérieur du bâtiment, l’autre donne sur l’extérieur. Les partitions communiquent avec la grand’salle par des portes percées dans le mur commun. Les halls A2 et A4 de Yeavering et C12 de Cowdery’s Down, sont des halls à partitions : C12 et A2 en possèdent chacun deux, A4 en possède une seule, à l’ouest.
  • 151 West 1985, vol. ii, fig. 10.
  • 152 Marshall et Marshall 1993, p. 377-379.

66Les partitions existent depuis longtemps dans ce type de bâtiment, y compris dans les bâtiments rectangulaires des villages151, mais les annexes sont une nouveauté de la fin du vie siècle, qui apparaît dans le sud de l’île, puis se répand dans le nord (à Yeavering), l’est et les Midlands152. À quoi servaient ces annexes et partitions ? Il faut clairement distinguer celles qui ouvrent sur l’extérieur (ce que nous appellerons les « partitions ouvertes ») et celles qui n’ouvrent que sur la grand’salle (c’est le cas de toutes les annexes et des « partitions fermées »).

  • 153 Millett et James 1983, p. 215-217 et fig. 46.
  • 154 Marshall et Marshall 1993, p. 398-399.
  • 155 Rdl 55.

67Cowdery’s Down C12 possédait les deux types de partitions153. Sa partition sud-ouest était fermée. Il est difficile d’en déterminer l’usage : resserre, cellier, trésor, chambre à coucher privative ou encore pièce de service ? Une annexe ou partition fermée à l’est serait à l’abri des vents dominants, ce qui autoriserait l’hypothèse d’une chambre à coucher154. Cependant, il semble bien que le bur de Hrothgar dans Beowulf, tout comme celui de l’annale 755 de la Chronique anglo-saxonne, est situé à part, loin de leurs hommes : Hrothgar n’est jamais lui-même menacé par Grendel qui hante le hall, et Cynewulf est tué par Cyneheard sans que ses hommes entendent ce qui se passe. Une des Énigmes du Livre d’Exeter parle d’un maðm in healle, un « trésor dans le hall155 », et l’on a vu que la poésie parlait souvent de « hall des dons » ou « hall des trésors ». C’est peut-être qu’une partie du trésor royal pouvait être conservée dans le hall. Il faut cependant se rappeler que le trésor devait le plus souvent voyager avec la personne du roi, ou peut-être avec la reine si son itinéraire était différent. Le hall n’est pas le lieu où l’on garde les trésors, mais celui où le seigneur les montre et/ou les donne, et où ses hommes les admirent et/ou les reçoivent. Peut-être était-ce même tout cela à la fois, puisque la chambre du roi et le trésor du roi ne différaient pas fondamentalement en ce viie siècle, et que des personnages chargés du service, par exemple les pincernae, pouvaient y avoir accès. La partition nord-est de Cowdery’s Down C12 donnait en revanche à la fois sur l’extérieur et sur la grand’salle, tout comme la partition ouest de Yeavering A2 donne sur l’espace découvert du « théâtre ». Cette situation est beaucoup plus simple à analyser : il doit s’agir du « vestibule » repéré dans la poésie, cet espace servant de sas entre l’intérieur et l’extérieur.

  • 156 Wade-Martins 1980, p. 61-62.
  • 157 Davison 1977, p. 109-111.

68Mais, dès le milieu du viie siècle semble-t-il, les partitions ouvertes disparaissent entièrement, et les annexes et partitions fermées se font beaucoup plus rares. À North Elmham au viiie siècle, le bâtiment S possède successivement une partition fermée (à l’est, bâtiment S1) puis une annexe (à l’est encore, bâtiment S2)156. L’entrée dans le bâtiment, comme dans Yeavering A3, ne peut plus se faire que par l’une des portes latérales : le « sas » a disparu, ou a été remplacé par un autre élément, extérieur au bâtiment, qu’il est impossible de repérer à North Elmham. On peut cependant, à Cheddar ou à Goltho, imaginer quel est cet élément : le portail, seule ouverture d’un site désormais clos. Les rares partitions ouvertes qui subsistent changent radicalement de fonction. Ainsi à Sulgrave, dans la seconde moitié du xe siècle, le hall est précédé, à son extrémité ouest, d’une pièce de service ouverte sur un porche donnant sur une cuisine157. L’entrée dans le hall se fait ici, sans aucun doute, par une porte latérale : la partition ouverte ne sert donc pas ici de sas, mais d’espace intermédiaire entre la cuisine et le hall.

  • 158 Bwf 1236.

69La comparaison avec la poésie montre que le hall poétique est un hall à partition ouverte, avec ou sans partition fermée sur le côté opposé, mais peut-être avec une ouverture arrière permettant à Hrothgar de se retirer158, comme c’est le cas dans Yeavering A2 (et, de manière moins convaincante, A4). Les halls plus tardifs, qui ne possèdent pas cette organisation, sont donc a priori postérieurs à l’élaboration du concept poétique du hall, qu’il faudrait donc situer au viie siècle. Cela, bien entendu, ne signifie pas que Beowulf date nécessairement du viie siècle, mais que, comme les poèmes homériques, Beowulf fait appel à des concepts poétiques élaborés à un moment donné, antérieur à la composition du poème. Le concept du hall est l’un d’entre eux : peut-être greffé sur une réalité plus ancienne, il se serait cristallisé à la fin du vie et au viie siècle autour d’un bâtiment nouveau et extrêmement prestigieux : le grand hall tel qu’on le voit à Yeavering ou à Cowdery’s Down.

  • 159 Rahtz 1979, p. 100.
  • 160 S. Gai, « Nouvelles données sur le palais de Charlemagne et de ses successeurs à Paderborn (Allema (...)
  • 161 Osbern, Vie de Dunstan, § 36 ; ASC E, an. 978 [recte 977].
  • 162 Fairbrother 1990, p. 99.

70De même, la présence d’un étage dans le bâtiment rectangulaire est une innovation dont la première apparition archéologique est le « Long Hall » de Cheddar à la fin du ixe siècle159. En cela, les halls anglo-saxons diffèrent des aulae carolingiennes en pierre de Paderborn ou Ingelheim, qui en sont pourvues160. Les sources écrites le mentionnent dès le xe siècle : sous le règne d’Edgar à Winchester, puis en 978 à Calne, un étage s’effondra alors que les witan du royaume y étaient réunis161. La Tapisserie de Bayeux représente Harold Godwineson et ses hommes festoyant à Bosham dans une salle pourvue d’un étage. Cette innovation se répand à cette période, gagnant des bâtiments annexes, comme c’est le cas par exemple à Faccombe Netherton, où un bâtiment d’habitation privée est pourvu d’un étage vers le milieu du xe siècle162. On remarquera à nouveau que la poésie ne parle jamais d’étage : c’est donc que l’image du hall poétique a été fixée avant que l’étage ne devienne une caractéristique des halls les plus prestigieux.

  • 163 Williams et alii 1985, p. 20 sq.
  • 164 Blair 1996.
  • 165 B. Bevan, History of Spanish Architecture, Londres, 1938, p. 18-20 ; mais R. Collins, « Spain : th (...)
  • 166 J. Poulík, « Mikulčiče : Capital of the Lords of Great Moravia », dans Recent Archaeological Excav (...)

71Une dernière innovation, enfin, semble en revanche rester à l’écart du hall : il s’agit de la construction en pierre. Le hall poétique est en bois : son destin est de succomber à l’incendie. Or seul le site de Northampton a livré ce que l’on pourrait appeler un « hall de pierre163 », semblable aux magnifiques aulae des palais carolingiens d’Aix-la-Chapelle ou Ingelheim ; mais le statut de Northampton a été discuté : il pourrait bien ne pas s’agir d’une résidence royale, comme l’ont d’abord cru les archéologues, mais d’un établissement religieux164. Partout ailleurs, le hall, jusqu’au xie siècle, reste en bois. On objectera que l’Empire carolingien, bien plus grand que les royaumes anglo-saxons, ne fonctionne pas à la même échelle et qu’une architecture civile en pierre y est rendue possible pour cette seule raison. Cet argument ne tient pas. Le petit royaume des Asturies possédait peut-être à Naranco un palais royal pourvu d’une aula de pierre165 et il en serait de même à Mikulčiče en Moravie, où un grand bâtiment rectangulaire en pierre du ixe siècle a été identifié comme un « palais »166. Il faut donc en déduire que les rois anglo-saxons n’avaient pas besoin d’un bâtiment tel que l’aula d’Aix-la-Chapelle, car l’idéologie liée au hall de bois donnait à ce bâtiment un prestige suffisant, sans qu’il soit nécessaire, dans ce domaine, d’importer des modèles continentaux. Or, ces modèles, à Aix comme à Mikulčiče, étaient en général dérivés de types byzantins. Il est donc intéressant de remarquer qu’en Angleterre (comme d’ailleurs en Irlande ou en Scandinavie), les modèles byzantins ne semblent pas avoir eu la force et le prestige qu’ils avaient à la même époque sur le continent. Ce serait là, à nouveau, le signe de la force de la « mystique du hall » et de l’autosuffisance symbolique du monde insulaire.

Présence d’une cour, d’un avant et d’un arrière

  • 167 Hinchcliffe 1986, fig. 1 ; Millett et James 1983, fig. 6 et 31.

72Ce bâtiment s’intègre dans l’habitat de façon assez particulière. Ce bâtiment « principal » n’est pas un bâtiment « central » : à Foxley comme à Cowdery’s Down, les deux exemples les plus nets, il forme l’un des côtés d’une sorte de « cour intérieure ouverte », qui est le véritable « centre » de l’habitat, et dont les trois autres côtés sont formés par d’autres bâtiments167. Observons Cowdery’s Down dans sa dernière phase. C12 donne sur une sorte de cour, au nord-est, fermée par trois autres bâtiments (C10, C9 et C11) et par une haie. Plus loin se trouve une autre unité entourée elle aussi par une haie. La partie du site qui abrite le hall C12 a été nouvellement lotie dans cette dernière phase d’expansion et de transformation du site. Il est intéressant de remarquer qu’une des portes de C12 donne sur la haie, et au-delà sur la cour (il semble en effet que la haie s’interrompe précisément en face de la porte de C12), alors que le côté opposé du hall, au sud-ouest, est clos. On a donc nettement un avant et un arrière du hall, avec en avant une sorte de vestibule (une partition ouverte), donnant sans doute sur un chemin menant vers la cour. Le hall, en outre, reste protégé derrière la haie.

  • 168 Hope-Taylor 1977, ch. iii et v.

73À Yeavering, si l’on examine à la suite les quatre phases d’occupation du site entre la fin du vie et le milieu du viie siècle, on peut analyser le site de la même manière168. Dans la phase IIIa/b, sous Æthelfrith, le hall A2 n’est pas au centre du tun, situé au poteau du secteur E (face au « théâtre »). A2 possède deux partitions ouvertes, mais a nettement un avant et un arrière. En effet, la découverte de restes d’estrades laisse à penser qu’il abritait dans sa moitié ouest, du côté du centre, deux estrades latérales avec une allée, et dans sa moitié est une estrade unique avec les restes d’une structure surélevée ayant pu porter un trône. Il semble évident, comme la topographie pouvait le suggérer, que l’avant du hall se trouve à l’ouest et l’arrière à l’est. Mais alors, pourquoi la partition arrière est-elle ouverte ? La question reste entière, mais il est possible qu’il s’agisse d’une antichambre réservée au roi, un espace derrière le trône par lequel il accède au hall. Il est certain en revanche que l’arrière donne sur une zone enclose (palissade 3).

  • 169 Dans Welch 1992, pl. 1.
  • 170 Herschend 1998, p. 170-171.
  • 171 Dans Webster et Backhouse (éd.) 1991, p. 69.
  • 172 Wulfstan le Chantre, Vie d’Æthelwold, chap. xii.

74Dans la phase IIIc, sous Edwin, l’impression d’avant et d’arrière est toujours présente, malgré l’absence d’indices sur l’organisation intérieure du hall A4 (absence qui fait d’ailleurs penser à la présence d’un plancher, comme à Cowdery’s Down). L’arrière de A4, à l’est, donne directement sur le mur du grand enclos, avec une tombe en travers de la porte de la partition ouverte (on ne connaît pas la signification de cette tombe : en tout cas, elle barre le passage, est accompagnée d’un poteau et est isolée). L’avant, à l’ouest, ne donne plus directement sur l’espace centré autour du poteau, mais sur un espace enclos. Là, il n’y a pas de partition à l’avant. Mais, de l’autre côté de l’espace enclos, il y a un plus petit bâtiment, le bâtiment A1(a), ouvert à la fois sur le centre, à l’avant (ouest) et sur l’enclos, à l’arrière (est). On pourrait donner deux interprétations : soit l’espace enclos est une sorte de « cour », comme à Cowdery’s Down, soit le bâtiment A1(a) est lui-même une sorte de « vestibule », ayant des fonctions comparables à la partition ouverte à l’avant des halls de Cowdery’s Down C12 et Yeavering A2. Je préfère personnellement la seconde proposition, qui est plus conforme à l’idée d’un site encore centré, dans cette phase, sur le poteau du secteur E et sur le « théâtre ». L’accès au hall A4 se ferait donc depuis le centre, à travers le bâtiment A1(a), servant de vestibule, puis à travers la « petite cour » qui le sépare de A4. La sécurité en est ainsi renforcée en déniant aux nouveaux venus l’accès direct au hall. Un tel luxe de précautions n’était-il pas justifié de la part d’Edwin, qui avait échappé à un attentat ? En outre, la présence d’un poteau au centre du site, depuis lequel le hall – et en particulier son pignon – se dévoile dans toute sa splendeur, nous rappelle que Hrothgar se tient près du stapol pour voir la main de Grendel suspendue au toit. Encore une fois, on a un rapprochement étonnant entre le site de Yeavering et Beowulf, comme si l’un avait servi de modèle à l’autre. Encore un signe que le concept poétique du hall est bien contemporain de Yeavering A2 et A4. Quelle que soit la situation envisagée, je crois donc qu’il faut renoncer à la représentation telle qu’elle figure sur le dessin de Peter Dunn, qui semble mettre l’avant du hall du côté est169. L’idée que l’entrée peut se faire par les portes latérales est soutenue par des parallèles scandinaves, par exemple à Lejre170. Mais cette interprétation, suggérée pour Yeavering par le dessin de Philip Dixon171, semble peu compatible avec les deux portes successives dans Beowulf. Les portes latérales sont donc sans doute inutilisées, ou utilisées seulement par ceux qui « appartiennent » au hall, qui peuvent y entrer en montrant patte blanche. Pendant le festin, ces portes sont barrées : dans un passage de sa Vie d’Æthelwold, le roi Eadred fait soigneusement fermer les portes « afin que personne ne soit vu quittant la boisson du festin royal172 ».

  • 173 Hope-Taylor 1977, fig. 78, p. 165.
  • 174 HE, ii, 14.

75L’image est complètement différente avec les phases IV et V, sous Oswald et Oswiu. Commençons par dire que, malgré le plan proposé173, il est fort possible que le théâtre du secteur E, et le poteau central, ne soient plus là pendant la phase IV. A3(a) et A3(b), qui sont maintenant en position dominante, sont des bâtiments à annexes, qui ne regardent ni vers l’avant ni vers l’arrière des halls précédents. L’espace enclos entre A1 et A4 est toujours là, entre A1 et A3 cette fois-ci, mais les bâtiments n’ouvrent pas sur cet espace. Où sont maintenant le centre, l’avant, l’arrière ? A3(a) et A3(b) regardent semble-t-il vers le nord, vers les bâtiments nouveaux du secteur C. Mais c’est par les portes latérales qu’ils regardent dans cette direction. L’étude de l’intérieur du bâtiment renforce cette impression de confusion. En effet, aucun des deux bâtiments ne possède de grand’salle : dans les deux cas, l’intérieur est scindé en trois espaces de taille plus modeste. Un bâtiment donc sans avant ni arrière, sans vestibule, sans grand’salle. On peut légitimement se demander si A3(a) et A3(b) sont bien des halls, et donc s’il y avait un hall à Yeavering sous Oswald et Oswiu. Bède nous dit que le site d’Adgefrin connut un déclin après le règne d’Edwin et fut remplacé par celui de Mælmin174. Peut-être ce déclin a-t-il été progressif, et peut-être n’y avait-il plus à Yeavering qu’un logis de dimensions plus modestes, répondant à des besoins différents, et surtout impliquant moins de volonté de prestige de la part de ses commanditaires, qui peut-être n’y résidaient plus, quand ils se rendaient dans la région, qu’avec une compagnie réduite, comme Cynewulf à Merantun. Il est vrai qu’Oswald et Oswiu, eux-mêmes berniciens, avaient sans doute moins besoin d’imprimer leur marque sur la région que le deiran Edwin ; en même temps, leur adhésion au christianisme leur rendait délicate la reprise tel quel de ce qui avait sans doute été un des grands centres cultuels païens de leur père Æthelfrith.

  • 175 Rahtz 1979, p. 119-121.

76Cette cour, qui forme le centre de l’habitat, se retrouve dans plusieurs sites postérieurs, mais là encore de façon moins nette et avec des transformations. Comme on l’a vu, à Sulgrave, l’entrée dans le hall se fait sans doute depuis cette cour, mais celle-ci est désormais réellement – et non plus symboliquement – fermée, sur au moins trois côtés, par des bâtiments en pierre construits en continuité avec le hall de bois. On assiste en fait de manière générale à une fermeture de ces sites avec l’apparition – ou la réapparition – d’enceintes fortifiées, absentes de la poésie, où l’accès au hall n’était limité que par le « vestibule » situé à l’avant du bâtiment. Dans ces sites plus tardifs, où le hall n’est pas pourvu d’un « vestibule », c’est donc le complexe tout entier qui est protégé, comme à Cheddar où un portail défend l’entrée de la cour175.

Présence éventuelle d’autres structures de prestige

  • 176 DB 45r ; 284v ; 163r ; R.W. Finn, An Introduction to Domesday Book, Londres, 1963, p. 45-46 et p. (...)
  • 177 Johnson 1993, p. 44-48.
  • 178 LS 36, l. 93-101.
  • 179 Die Alten Lateinischen Thomasakten, éd. K. Zelzer, Texte und Untersuchungen zur Geschichte der Alt (...)

77Le hall est-il le seul bâtiment de prestige du site ? Ou, en d’autres termes, d’autres bâtiments sont-ils nécessaires à l’expression du statut du seigneur du hall ? Remarquons d’abord que le hall « conserve la vedette », et ce jusqu’à la fin de la période. Dans le Domesday Book, l’aula reste, dans bien des cas, le bâtiment qui résume et définit le manerium, le manoir seigneurial. On peut même dire que, plus encore que le manoir, le hall rend physiquement présents les droits du seigneur, puisque c’est au hall que les redevances sont payées176. L’habitat seigneurial rural reste donc, symboliquement au moins, centré sur le hall, y compris à la fin du xie siècle, et il en sera ainsi au moins jusqu’à l’époque Tudor177. L’habitat d’élite, en Angleterre, reste marquée avant tout par la dichotomie entre hall et bower, aula et camera, et tous les bâtiments annexes – à l’exclusion des éventuels bâtiments consacrés au culte – sont d’une certaine manière des extensions du bur. Dans un passage de la vie de saint Thomas adapté par Ælfric d’une vita latine, le saint est envoyé par le Christ construire une résidence « à la manière romaine » pour le roi indien Gundoforus. Thomas construit d’abord le hall (heall) puis les « autres bâtiments derrière/après le hall » : bains (bæðhus), cuisine (kycenan), maison d’hiver (winterhus), maison d’été (sumorhus) et chambres (buras)178. De manière très intéressante, Ælfric ne pousse pas plus loin sa traduction de sa source latine et ne décrit pas les douze autres maisons car « il n’est pas habituel de faire ce genre de constructions en Angleterre ». Pour lui, il semble clair que tout ce qui est derrière/après le hall consiste en annexes plus ou moins nombreuses. La source évoque en effet, en plus des thermae, de la coquina, des zetae hiemales, des zetae aestivales (traduits par Ælfric), divers bâtiments typiques d’une grande villa romaine, qui pour le traducteur sont indistinctement des buras : un gymnase, un hypocauste, un hippodrome, etc.179.

  • 180 Lois : Gethynctho (rédaction H du Textus Roffensis) 2.
  • 181 F.M. Stenton, « The Thriving of the Anglo-Saxon Ceorl », 1958, rééd. dans Id., Preparatory to Angl (...)
  • 182 Williams, art. cit., p. 238-240.
  • 183 Cunliffe 1976, p. 7-14.
  • 184 Yorke 1995, p. 251.

78Ces extensions peuvent aussi jouer un rôle dans l’expression du statut du propriétaire. Le Gethynctho, une compilation légale du début ou du milieu du xie siècle, précise que le statut de thegn est lié à un certain niveau de propriété foncière, ainsi qu’à des signes extérieurs de statut : la possession « de 5 hides de terre, d’une église, d’une cuisine, d’une tour avec cloche, d’un portail, d’un siège et d’un emploi propre dans le hall royal » permettraient à un ceorl prospère d’acquérir le statut de thegn180. Certes il s’agit là d’un texte qui n’est pas un document de la pratique, mais sans doute un exercice de récapitulation émanant d’un milieu clérical et instruit, mais il n’est pas inutile, comme l’ont fait Frank Stenton puis Ann Williams181, de chercher vers la fin de notre période des équivalents de ces ceorls prospères dans les sources écrites et dans l’archéologie. Le Domesday Book permet de repérer les individus, et certains sites archéologiques correspondent assez bien à l’image donnée par le Gethynctho : un hall bien sûr, mais aussi parfois une enceinte182, avec un portail, souvent une tour, une cuisine. À Faccombe Netherton, Goltho ou Sulgrave, on voit se détacher un bâtiment annexe, servant d’habitation, de camera, souvent à deux étages, en pierre ou en bois. Une église est souvent présente sur le site, ou à proximité immédiate (Faccombe Netherton, Cheddar). Une véritable enceinte entoure les sites de Goltho, Cheddar ou Faccombe Netherton dès le milieu du ixe siècle. À Portchester, un habitat a même été installé dans un coin d’un ancien fort romain désaffecté, et les deux portes romaines sont entretenues ou reconstruites183 : ce site a pu être caractérisé comme « the house of a ceorl with aspirations184 ». Quant à la cuisine, elle a pu être identifiée à Faccombe Netherton, à Goltho et à Sulgrave.

  • 185 P. Wormald, « The Emergence of the Anglo-Saxon Kingdoms », dans The Dark Ages, éd. L. Smith, Londr (...)
  • 186 Hodges 1989, p. 139-142.

79Peut-on retrouver, dans des sites plus anciens, de telles structures qui, sans atteindre le prestige du hall, participent du statut de l’habitat ? On remarquera d’abord qu’au début de la période, de nombreux sites « d’élite » comportant un grand hall sont assez ramassés : souvent, il n’y a pas de structures de stockage, comme si ces sites avaient pour but principal la consommation de toute la production du domaine en une seule fois, c’est-à-dire lors de festins185. Les greniers, qui dans certaines civilisations sont le signe même de la puissance des propriétaires terriens et qui marquent le paysage de leur empreinte énorme, ne sont donc pas en Angleterre des structures de prestige. Et quand les sites commencent à se doter systématiquement de greniers et de granges à partir du viiie siècle, ceux-ci restent assez modestes : même si, comme le suggère Richard Hodges, ils témoignent d’un nouvel éthos tourné vers l’accumulation, la production et l’acquisition de biens extérieurs au domaine186, il reste évident qu’ils ne sont pas en eux-mêmes signes de statut, et que les valeurs restent largement tournées vers la consommation ostentatoire, même si celle-ci fait plus largement la place à des méthodes de bonne gestion et aux mécanismes du marché.

  • 187 Hope-Taylor 1977, chap. iii.
  • 188 N.J. Higham, The Convert Kings : Power And Religious Affiliation in Early Anglo-Saxon England, Man (...)

80Quels sont alors les autres bâtiments susceptibles de rehausser le prestige de leur propriétaire ? À Cowdery’s Down, il n’est pas possible de les repérer : les autres bâtiments de la phase C sont assez indifférenciés et il est difficile de préciser leur fonction. À Yeavering en revanche, trois structures semblent particulièrement destinées à renforcer le prestige du site : il s’agit du « théâtre » (secteur E), du complexe formé par le « temple » et la « boucherie » ou « cuisine » (secteur D), et enfin du « grand enclos » (secteur B). On ne connaît pas l’usage exact de ces trois ensembles, dont les noms doivent être mis entre guillemets187. Vu la nature du site, on peut penser qu’ils avaient un rapport avec le pouvoir royal, qu’ils servaient à l’exprimer ou à le renforcer. Le « théâtre » fournissait un espace d’assemblée tourné vers une estrade. Peut-être faut-il y voir un lieu destiné au folcmot, à l’assemblée des hommes libres de la région, comme le suggère le fait qu’il est au centre du site, et qu’il en forme comme la matrice ? Peut-être faut-il y voir une structure édifiée ad hoc pour la prédication de Paulin, comme le suggèrent les modèles méditerranéens qui ont présidé à son édification ? Peut-être enfin, comme le suggère Higham188, peut-on y déceler la volonté d’émuler l’exemple d’Æthelberht, détenteur de l’imperium dans le sud-est de l’île, et dont la « capitale » Cantorbéry possédait les restes d’un théâtre romain ? Sa capacité est comparable à celle du hall A4, contemporain : peut-être faut-il imaginer que, l’assemblée (religieuse ou non) tenue, les hommes se rendaient dans le hall pour y festoyer.

81Le complexe du secteur D est encore plus énigmatique. Il est composé de divers bâtiments (rectangulaires ou quasi-rectangulaires) mêlés à des tombes : deux bâtiments dominent, le « temple » (D2), où l’on a retrouvé un grand nombre de crânes de bovins, et la « cuisine » (D3), où l’on a aussi retrouvé des ossements de bovins, mais correspondant à des quartiers plus comestibles. Une explication acceptable est en effet qu’il s’agirait d’un complexe cultuel pré-chrétien, composé d’un espace de sacrifice ou d’offrande de têtes d’animaux, en d’autres mots un « temple », et d’un espace de transformation des quartiers en vue de la consommation humaine, c’est-à-dire une « boucherie ». Un tel complexe participe donc à la fois du statut du site et de son aménagement pratique en vue de la consommation alimentaire.

82Quant au « grand enclos », il s’agit sans doute de la plus insaisissable de toutes les structures de Yeavering. Enclos à bétail ? espace fortifié ? espace « votif » ? Le hall n’est pas situé à l’intérieur de l’enclos, qui est vide de toute construction, ce qui empêche d’y voir une fortification semblable à celles des sites brittoniques contemporains. Il suffira ici de remarquer que le « grand enclos » était visible, impressionnant, et que, quel qu’ait été son usage réel, il avait pour effet de donner au site de Yeavering un caractère encore plus unique.

83Pour conclure sur l’architecture du hall et sur son insertion dans l’habitat, on peut donc dire que le hall poétique a un équivalent archéologique, repérable essentiellement au viie siècle dans des sites anglo-saxons d’élite tels que Yeavering et Cowdery’s Down. D’autres équivalents, peuvent être trouvés dans divers autres sites de l’île, certes plus éloignés de l’archétype poétique mais néanmoins proches de celui-ci par la présence d’un grand bâtiment non cloisonné pouvant accueillir un grand nombre de convives :

  • - des sites contemporains ou légèrement plus anciens, mais situés dans la moitié « brittonique » de l’île, par exemple à South Cadbury ou Doon Hill : ces sites sont disqualifiés par la présence d’enceintes fortifiées impressionnantes à l’intérieur desquelles se trouve le hall ;
  • - des sites anglo-saxons plus tardifs : ces sites sont disqualifiés pour diverses raisons telles que la présence d’un étage dans le hall (Cheddar), d’une enceinte fortifiée (Goltho), ou encore l’intégration du « hall » dans un corps de bâtiments d’un seul tenant (Sulgrave).

84Pour toutes ces raisons, on peut dire que le hall poétique archétypal trouve son origine dans un bâtiment dont le floruit est limité à un long viie siècle anglo-saxon. Cependant, le nom de « hall » peut être conservé pour les bâtiments équivalents des deux autres catégories de sites, car ils remplissent manifestement les mêmes fonctions et, pour les sites postérieurs, ont pu être influencés par cet archétype.

À l’intérieur du grand hall

85Il est temps d’entrer dans le bâtiment et d’essayer d’en saisir l’aménagement intérieur, mais aussi de manière plus générale la façon dont l’espace était utilisé, et même l’ambiance qui pouvait y régner.

86Quelle était la première impression qui pouvait saisir le voyageur entrant dans le hall ? On trouve, chez les historiens actuels, deux sons de cloche très différents. Dans un livre récent où il s’efforce entre autres de communiquer au lecteur ce que pouvaient être les sensations des hommes du xie siècle, Richard Fletcher privilégie l’impression d’un espace étriqué, enfumé, difficile à saisir d’un seul coup d’œil et propice aux trahisons :

  • 189 R. Fletcher, Bloodfeud : Murder and Revenge In Anglo-Saxon England, Londres, 2002, p. 2-3.

C’était sans doute un bâtiment sans fenêtres, insuffisamment chauffé par un foyer situé au centre du bâtiment, dont la fumée était censée s’échapper par une ouverture pratiquée dans le toit. L’intérieur d’un hall était mal éclairé, enfumé, traversé de courants d’air. On pouvait, jusqu’à un certain point, lutter contre l’humidité et le froid en suspendant des tentures, parfois richement décorées, le long des murs, ou en s’en servant comme de rideaux pour compartimenter l’espace de manière à créer des « pièces » à l’intérieur du hall. Les jours de grand vent, au printemps, ces tentures claquaient et murmuraient, créant un bruit de fond, un mouvement incessant189.

  • 190 Herschend 1998, p. 170
  • 191 Millett et James 1983, p. 215-217 ; Alcock et Walsh 1993.
  • 192 Addyman 1972, p. 286 ; Capelle 1990, p. 33-34.

87Pour d’autres auteurs au contraire, le hall est un espace immense, et le voyageur aurait d’abord été saisi par la hauteur du toit, la splendeur du décor, la vastitude de l’espace. Frands Herschend insiste pour sa part sur la mise en scène grandiose qui unit, d’un bout à l’autre de la salle, le seigneur, qui se donne en spectacle entouré de sa famille, et ses hommes : la salle possède donc d’après lui des qualités de performance, c’est-à-dire de représentation, qui annoncent celles de l’église, du tribunal ou du théâtre : la représentation consisterait en deux spectacles distincts, celui que prodigue le scop sur l’estrade, et « la famille royale, qui comme dans tout drame réaliste est représentée dans son salon, avec un mur en moins190 » ! Cette seconde impression se renforce à la lecture de certains rapports de fouilles : les grand’salles ont souvent plus de 80 m2 de surface, avec une hauteur de plus de 4 m. C’est le cas, par exemple, à Cowdery’s Down, où la grand’salle s’étend sur environ 125 m2, pour une hauteur de près de 7 m entre le plancher et la poutre faîtière191. La chaîne qui, avec ses attaches, accompagne le chaudron déposé dans la tombe de Sutton Hoo, mesure 4,25 m de long, ce qui laisse supposer que, si celui-ci était suspendu au-dessus du feu dans le grand hall du prince enterré sous le tumulus n° 1, la hauteur sous plafond de ce hall était supérieure à 5 m192 : il aurait fallu beaucoup de fumée pour qu’un tel espace devienne réellement suffocant !

88Mais plutôt que de se demander laquelle de ces deux images est exacte (elles le sont sans doute toutes les deux : l’archéologie présente en effet tout le spectre des halls, du très grand hall de Yeavering A4 à ceux, plus modestes, de North Elmham ou de Flixborough), il vaut mieux se mettre à l’écoute des contemporains et remarquer que, de toute évidence, ils privilégient l’idée que le hall est spacieux, accueillant et chaleureux. Il est réservé aux occasions festives et, du moins dans les résidences de la plus haute élite, n’a sans doute pas d’autre fonction : il est donc maintenu en l’état, nettoyé et entretenu par le gerefa (le régisseur du domaine) de manière à être utilisé rapidement et sans grandes préparations lorsqu’arrivent les fæstingmenn annonçant la venue du seigneur pour le lendemain. À Yeavering comme à Cowdery’s Down le sol des grands halls n’a livré presque aucun reste alimentaire. Il serait étonnant par conséquent que le gerefa ait vécu dans le hall : une des maisons du site devait lui être réservée.

  • 193 Daniel de Beccles, Urbanus magnus, v. 2214-2215.
  • 194 Bartlett 2000, p. 582 sq ; Elias 1973.

89Il est probable en revanche que les « halls » appartenant à des individus de statut moins élevé (les salles principales des ceorls ou des thegns de rang inférieur) aient eu d’autres fonctions que festives : leurs propriétaires résidaient en effet en permanence sur leurs terres et devaient manger de manière quotidienne dans leur hall. Il est possible que, dans ces résidences de statut intermédiaire, on ait considéré le hall comme une « pièce à vivre » servant à toutes les activités du ménage et même, à l’occasion, qu’on l’ait utilisé comme aire à battre, comme grange ou comme espace pour la tonte des moutons. L’Urbanus magnus de Daniel de Beccles, à la fin du xiie siècle, déclare au sujet de l’aula : « Qu’on n’y trouve ni peigneuse, ni tisseuse, ni berceau d’enfant, qu’on n’y recueille pas la laine et qu’on n’y batte pas le lin193. » Il ne faut sans doute pas regarder ce texte comme un témoin de ce qui se serait pratiqué avant l’époque de Daniel et qui aurait commencé au xiie siècle à devenir inacceptable : je ne crois pas qu’on ait jamais tissé ou tondu dans le grand hall de Yeavering. En fait, comme le remarque très justement Robert Bartlett, l’Urbanus s’adresse aux catégories intermédiaires, à des gens qui ont à la fois un seigneur et des serviteurs, des gens qui regardent vers le haut comme vers le bas de l’échelle sociale. Daniel de Beccles écrit pour « ceux que nous désignerions aujourd’hui par l’expression « gentry », ou peut-être « classes moyennes », en gardant en mémoire que ces gens faisaient partie des 5 % supérieurs de la population194 ». L’Urbanus ne témoigne donc pas d’une évolution des manières de table dans le temps, mais de leur transmission du haut vers le bas de l’échelle sociale : c’est là une des dimensions du déplacement des manières de table repérées par Norbert Elias. Les activités que Daniel proscrit sont de deux natures : quotidiennes (tisser, bercer l’enfant) ou nécessitant un grand espace couvert (tonte, traitement du lin). Au xiie siècle comme avant, ces deux séries d’activités pouvaient avoir lieu dans le hall des résidences de statut intermédiaire, comme elles avaient sans doute lieu dans les maisons paysannes : le hall était alors une pièce abritant plusieurs des activités de la maisonnée. En cela, il différait du hall princier, d’où étaient exclues les activités perçues comme grossières.

  • 195 Urbanus Magnus, v. 2206-2209.
  • 196 M. Collardelle et E. Verdel, Chevaliers-paysans de l’an Mil au lac de Paladru, Paris, 1993.
  • 197 Urbanus magnus, v. 1050-1057.
  • 198 Ibid., v. 1085-1089.

90En proscrivant les activités « utilitaires », à savoir productives et/ou féminines, l’usage aristocratique du grand hall nous apparaît d’ailleurs tout à fait conforme à l’idée de consommation ostentatoire : il s’agit de montrer que l’on est capable de construire une salle immense, de ne l’utiliser que dans les grandes occasions et de la laisser vide la plupart du temps. C’est là un véritable « gaspillage ostentatoire » au sens où l’entend Veblen. En outre, si l’on en croit encore le témoignage de Daniel de Beccles, on y trouvait non seulement toute la famille, hommes, femmes et enfants, mais aussi des animaux (chiens, chats, porcs, faucons). Là encore, Daniel laisse entendre que cela n’était pas acceptable dans le hall d’un « vrai » seigneur, où seuls les chiens de chasse et certains types de chevaux et de faucons pouvaient être admis195. Ce qui ne veut pas dire que le hall n’était pas aussi bien entretenu que sur les sites princiers : on n’a pas vraiment en Angleterre d’équivalent de la salle couverte de détritus de Colletière196, et même dans des sites « intermédiaires », caractéristiques des « élites locales » ou d’une gentry avant l’heure, comme Goltho, Faccombe Netherton ou Portchester, le hall est assez « propre ». Il faut cependant reconnaître que, selon nos critères modernes, ces lieux devaient être extraordinairement peu hygiéniques. Si l’on se réfère une dernière fois au témoignage de Daniel de Beccles, il faut sans doute imaginer – au moins dans les résidences de moindre statut – des salles où les animaux vaquaient à loisir (ils assuraient ainsi une fonction de nettoyage en éliminant les restes des repas), où l’on crachait197 et où l’on urinait sans grande retenue. D’après Daniel, seul le maître de maison peut uriner dans son aula, alors que les invités, les messagers et l’entourage du maître doivent sortir198. On remarquera que ce n’est qu’à partir du ixe siècle que les sites d’élite sont équipés de latrines. Cela ne veut pas dire bien entendu que tout se faisait dans le hall, mais, pour parler comme Elias, le « seuil de tolérance » était sans doute bien moins élevé à haute époque.

91Mais laissons là nos critères : pour les contemporains, on l’a dit, le hall est lumineux, vaste et aéré. Sa grand’salle est, en général, spacieuse et impressionnante. La plupart du temps, elle n’est rompue que par quelques éventuels piliers intérieurs, et encore ces derniers semblent-ils étrangers à la tradition architecturale proprement anglo-saxonne : en effet, on les trouve essentiellement dans les halls les plus anciens, dans l’ouest et le nord longtemps brittoniques de l’île (South Cadbury, Cadbury Congresbury, Yeavering A2 et A4), ou encore dans les halls trahissant des origines scandinaves dans les deux derniers siècles de la période (Waltham Abbey, Goltho). Au contraire, à Cowdery’s Down, à Northampton, dans les halls occidentaux successifs de Cheddar, à Flixborough, la grand’salle s’étendait sans rupture sous une toiture portée, semble-t-il, d’une seule poussée. Ainsi la charpente, dans la plupart des grands halls, était soutenue, entre les pignons, par les murs eux-mêmes (Northampton, les halls occidentaux de Cheddar) et par des compléments tels que les madriers encadrant les portes latérales (Cowdery’s Down C12) et/ou les poteaux de soutènement entourant le hall à l’extérieur (Yeavering A3, Cowdery’s Down C12). Une solution alternative était de placer ces poteaux de soutènement à l’intérieur du hall : ils pouvaient alors supporter un étage comme dans le « Long Hall » de Cheddar. Les murs des partitions, qui ne sont que des murs de pignons supplémentaires, pouvaient eux aussi participer à ce rôle de soutien du toit. La conclusion à tirer est bien que, dans la plupart des cas, la grand’salle correspondait à un espace dégagé, où les éléments intercalaires (cloisons, piliers) étaient réduits au minimum. L’exception est Yeavering A3(a) et A3(b) mais, comme on l’a vu, ces bâtiments ne méritent peut-être pas le nom de hall.

  • 199 Millett et James 1983, p. 215 sq. Simplification dans Alcock et Walsh 1993, envisagée par Millett (...)
  • 200 Hope-Taylor 1977, fig. 59, p. 126.

92Un autre élément qui a impressionné les contemporains et qu’on retrouve dans les images poétiques du hall est la présence d’un plancher. L’archéologie, ici encore, ne contredit pas la poésie. Au contraire, le nombre relativement restreint de trouvailles (ossements, etc.) à l’intérieur même des halls montre bien qu’il devait y avoir là des planchers qu’on pouvait balayer, débarrasser : un tel luxe devait évidemment trancher avec le sol de terre battue des demeures paysannes. À Cowdery’s Down C12, le plancher était sans doute surélevé, à 1 m environ au-dessus d’un sol de terre battue et intégré à la structure même du bâtiment, à moins qu’il n’ait été simplement posé à même le sol199. Hope-Taylor quant à lui propose pour Yeavering un plancher ne recouvrant pas l’ensemble du bâtiment A2. Celui-ci lui a été suggéré par les « fantômes » de nombreux petits piquets assez régulièrement disposés dans tout l’espace du hall A2 : il s’agirait en fait de trois estrades distinctes accolées aux murs, hautes d’une cinquantaine de centimètres. Une première estrade se situerait « à l’arrière » de la grand’salle, avec une sorte de marchepied et de trône au centre de la moitié orientale de A2. Deux autres estrades se situeraient de part et d’autre de l’entrée occidentale de la grand-salle, « à l’avant » cette fois-ci200. Ces deux types de planchers sont très intéressants car dans les deux cas ils ménagent un espace libre entre sol de terre et plancher. Ceci permettait sans doute de ralentir le pourrissement du bois, à la fois parce qu’il ne touchait pas le sol et parce qu’on pouvait aisément le balayer. Dans ce cas, les images poétiques de halls « résonnants » ou « vibrants » s’expliquent très bien, comme dans ces vers de Beowulf :

  • 201 Bwf 1316-1317.

Vint alors sur le plancher (flor) l’homme digne dans le combat avec sa bande d’hommes : le bois du hall (healwudu) résonnait201.

  • 202 Fnb 30.

93Cette description est applicable, même sans exagération poétique, à un plancher surélevé ou à des estrades, avec dans les deux cas un espace vide, résonnant sous la « planche de la forteresse » (buruhþelu202).

  • 203 P.J. Huggins, « The Excavation of an 11th-Century Viking Hall and 14th-Century Rooms at Waltham Ab (...)
  • 204 Théodulf, Carmen 25 (éd. E. Dümmler dans MGH PLAC ii), v. 201-202.

94Le mobilier est plus difficile à identifier. On n’a malheureusement retrouvé que très peu d’objets en bois de cette époque. On n’a pas pu retrouver les bancs fixés au sol (c’est-à-dire au plancher) de la poésie, mais dans quelques bâtiments on a retrouvé des restes de banquettes courant le long des murs latéraux. C’est le cas à Waltham Abbey, et ce trait est peut-être typique des halls d’inspiration scandinave203. Ici, ce sont donc les sources écrites qui doivent prendre le relais de l’archéologie. Le problème est que nous ne possédons pas de description précise datant de l’époque anglo-saxonne. La seule chose qui est certaine est que l’on s’assoit pour manger et pour boire. Les expressions poétiques sont assez précises sur ce point, tout comme les auteurs d’expression latine : Bède emploie abondamment l’expression sedere ad mensam dans le sens de « prendre un repas ». Pour aller plus loin, l’utilisation de parallèles peut s’avérer utile. À la cour de Charlemagne, d’après Théodulf, les tables sont amovibles : on les enlève à la fin du festin, et les savants restent entre eux pour deviser204. Le témoignage des sagas islandaises qui, bien que postérieures de plusieurs siècles à notre propos, évoquent de grandes salles de bois où l’on festoie et où l’on dort aussi à plusieurs, va dans le même sens. Dans la Saga d’Egill, les deux frères Thórólfr et Egill sont reçus par le jarl Arnfidr. Celui-ci a organisé un banquet en leur honneur :

  • 205 Egils Saga, chap. xlviii.

On les fit entrer dans la salle. On fit apporter aussitôt de la bière et on leur donna à boire. Ils restèrent là jusqu’au soir. Mais avant d’enlever les tables, le jarl dit que l’on allait s’asseoir [et qu’on] boirait ensemble205.

  • 206 J.L. Byock, Viking Age Iceland, Londres, 2001, p. 34-42 et p. 358-368.
  • 207 Gr. de Tours, Dix livres d’histoire, x, 27.

95Rappelons que si les bancs sont fixes dans le hall anglo-saxon, s’ils servent de lits quand on les recouvre d’oreillers et de couvertures, les poèmes ne nous disent rien des tables. Or la saga comme le poème de Théodulf suggèrent qu’il y avait des tables amovibles, dans doute sur tréteaux. Les fouilles menées dans des maisons de tourbe islandaises, bien mieux conservées confirment cette impression : les banquettes sont fixes, mais les tables sont mobiles206. D’autres textes montrent des tables mobiles. Grégoire de Tours, au dixième de ses Livres d’histoire, rapporte comment Frédégonde fit assassiner les membres de deux familles rivales. Les ayant invités à un festin, elle fait durer les choses ; puis, « ayant fait enlever les tables, selon la coutume des Francs », elle les fait assassiner sur les bancs où ils sont installés207. Ainsi pour un membre de l’aristocratie gallo-romaine tel que Grégoire, le fait de faire enlever les tables à la fin du repas pour passer à la beuverie est reconnu comme un usage propre aux Francs (les Romains, eux, restent couchés autour de la table centrale, qui ne bouge pas). On peut sans doute l’étendre aux Anglo-Saxons.

  • 208 Hope-Taylor 1977, p. 126-127.
  • 209 Alcock 1987, p. 27.

96Le hall est-il chauffé ? S’il l’était, alors l’atmosphère enfumée, évoquée par Fletcher, était sans doute une réalité. Peut-être y avait-il une ouverture dans le toit, mais à notre connaissance ces bâtiments ne possédaient pas de fenêtre, et seules les portes, en particulier les portes latérales, pouvaient servir à évacuer la fumée. Or on a dit qu’on les fermait lors des festins : le tirant ne devait donc pas être très bon. En même temps la seule hauteur du toit rend peu probable un enfumement complet, qui aurait d’ailleurs gêné la « mise en scène » du pouvoir. Hope-Taylor représente un foyer au centre du hall A2, entre les trois estrades, mais celui-ci ne semble pas tiré d’observations archéologiques208. En fait, de telles traces de foyer sont très rares dans les halls à ce jour fouillés pour les sites les plus anciens : il y en avait sans doute un à Dinas Powys à l’extrémité est du hall209. En revanche on n’en a pas retrouvé trace à Doon Hill, à Yeavering, à Cowdery’s Down ou à Northampton. Ce n’est qu’à partir du ixe siècle qu’on voit se généraliser la présence d’un foyer, comme à Sulgrave, Cheddar, Goltho ou Faccombe Netherton. Ceci peut sembler étonnant : un hall non chauffé n’est pas conforme à l’image que nous pouvons a priori nous en faire. On peut cependant donner à ce phénomène plusieurs explications.

  • 210 Syméon de Durham, Historia regum (dans T. Arnold, Symeonis monachi opera omnia, RS 75, 1882-1885, (...)
  • 211 Wade-Martins 1980, p. 62 et fig. 80 ; Beresford 1987, p. 38.

97D’abord, les occupants du hall ont la hantise du feu, comme tous les habitants de maisons de bois : il n’y a qu’à lire la Saga de Njáll le Brûlé, dont le titre est éloquent, pour s’en convaincre. Un incendie se propage très vite dans ces grandes constructions de bois sec tapissées de tentures. Le feu est ainsi la meilleure manière de combattre un ennemi solidement retranché dans la grand’salle, comme dans le Combat de Finnsburh. Ceci est confirmé par l’archéologie (Yeavering A4 et A3 (a) ont tous deux brûlé) et les sources écrites (c’est en mettant le feu à l’église de Newburn, où il s’était réfugié, qu’Oswulf et ses hommes réussirent à tuer l’earl Copsig en 1074210). Si les foyers deviennent plus nombreux à partir du viiie et surtout du ixe siècle, c’est peut-être parce qu’on sait mieux canaliser les flammes en construisant des âtres mieux conçus : à North Elmham S1 au viiie siècle tout comme à Goltho au début du xe siècle211, le foyer semble encadré par une structure en bois qui devait représenter une amélioration considérable par rapport aux simples fosses à feu pratiquées à Cadbury Congresbury ou Dinas Powys.

  • 212 Rahtz 1979, p. 103.

98Ensuite, un foyer à même le sol n’est pas possible en présence d’un plancher ou, s’il est aménagé, n’est que rarement détectable. L’exception ici est Cheddar, où l’on a retrouvé, dans le « Long Hall » (fin du ixe siècle) les restes d’un foyer qui se serait effondré en même temps que l’étage212. Il est donc envisageable, pour certains bâtiments prestigieux, qu’un foyer ait été aménagé au milieu du plancher. Vu les dangers d’une telle installation, elle devait cependant rester l’exception.

  • 213 F. Herschend, « The Origin of the Hall in Southern Scandinavia », Tor 25, 1993, p. 175-199, ici p. (...)
  • 214 Lois : Gethynctho.
  • 215 Fairbrother 1990, p. 59 ; Beresford 1987, p. 59.
  • 216 Hope-Taylor 1977, chap. iii.
  • 217 F. Sabban, « Une consommation codifiée : le repas chinois », dans Tables d’hier, tables d’ailleurs(...)

99Enfin, la présence de bâtiments annexes laisse penser que le feu de cuisine était confiné à l’extérieur du bâtiment. Les parallèles scandinaves vont dans ce sens. Au Danemark, le foyer du hall (la « troisième maison » de Herschend) ne servait pas à la cuisine, qui était faite dans le bâtiment principal, la « première maison »213. La possession d’une cuisine – en l’occurrence d’un bâtiment de cuisine séparé – pouvait être un signe de statut214. On ne cuisinait donc pas dans le hall, dont le foyer, s’il y en avait un, était exclusivement destiné au chauffage. C’est le cas à Faccombe Netherton, où au début du xe siècle le bâtiment 3, la « cuisine », contenait plusieurs foyers, et à Goltho dès le milieu du ixe siècle215. Quant à la « boucherie » de Yeavering D3, elle était installée dans un bâtiment rectangulaire construit sur fond de cabane – une installation beaucoup plus sûre s’il s’agissait de faire du feu – et comprenait au moins deux foyers : il est donc possible qu’elle ait aussi servi de cuisine216. Mais si l’on ne cuisinait pas dans le hall, pourquoi y a-t-il un chaudron et une chaîne aussi haute dans le tumulus n° 1 de Sutton Hoo ? Une explication pourrait se trouver dans l’idée répandue que, pour mieux exprimer le caractère exceptionnel d’un festin, ou de ceux qui l’offrent, il faut une part de gaspillage (on ferait du feu sous un chaudron pour rien) mais aussi de détournement (le chaudron n’est pas utilisé de manière « naturelle »). Ainsi, dans les mariages chinois, on cuit une grande quantité de riz qu’on ne mange pas, car il y a assez d’autres mets pour se passer de cet aliment de base : le riz est à la fois gaspillé et détourné217. Dans le hall anglo-saxon, le chaudron (et, en partie, le feu), comme le riz dans le mariage chinois, devient un status symbol bien plus qu’un « vrai » chaudron ou que du « vrai » riz.

  • 218 HE, ii, 13.

100Le feu serait donc, surtout au début de la période, rare dans le hall. En fait, rien n’oblige le hall à être chauffé, ou du moins à avoir un foyer fixe : un tel volume est d’ailleurs pratiquement impossible à chauffer efficacement avec les maigres moyens de l’époque. Certes Bède, dans le célèbre passage dit « du passereau », évoque la chaleur de la maison commune et du « feu allumé au milieu »218. Tout d’abord, rappelons que ce texte, peut-être plus encore que les textes poétiques, est hautement symbolique. Ensuite, le feu peut être celui d’un ou plusieurs braseros placés aux endroits les plus importants, par exemple près du prince ou de ses invités de marque (on n’a cependant pas retrouvé de brasero dans les fouilles). En outre, la chaleur propre au coenaculum doit se comprendre avant tout, dans ce passage, en contraste avec les intempéries du dehors. En fait, le chauffage devait venir essentiellement, avant le ixe siècle, de la chaleur humaine. Pendant la fête, il peut donc faire chaud, mais il devait faire très froid l’hiver pendant la nuit, y compris si l’on laissait les braseros allumés, ce qui n’est pas certain vu le danger d’incendie. Le bâtiment, en outre, devait être plein de courants d’air, ne serait-ce qu’à cause des trous ménagés dans les pignons ou au-dessus des portes pour laisser sortir la fumée. Si les portes latérales étaient fermées pendant les festins, alors le passereau de Bède, qui entre par une porte et sort par l’autre, doit passer par une des ouvertures destinées à l’aération/lumière. Remarquons d’ailleurs que Bède n’emploie pas le mot porta (porte) mais ostium (entrée), plus vague. Les tentures aux murs ne pouvaient que maigrement renforcer l’isolation. Il fallait donc des couvertures et des peaux pour dormir au chaud. Les boissons devaient aussi faire leur part du travail ! Ceci explique d’ailleurs que les hauts personnages aillent dormir dans un bur plus petit et plus aisément chauffable. D’ailleurs, pour certains hommes du comitatus, un toit solide, à l’abri des intempéries, était sans doute en soi une bonne raison de suivre leur seigneur.

  • 219 Jud 28 ; « De obsessione Dunelmi », dans T. Arnold, Symeonis monachi opera omnia, RS 75, 1882-1885 (...)
  • 220 B. Douglas, « Quelques éléments cosmologiques traditionnels dans Beowulf », dans Beowulf : de la f (...)

101Reste le problème de l’éclairage. Car ces grands bâtiments, on l’aura remarqué, n’avaient sans doute pas de fenêtres. Il devait donc faire très sombre dans les grand’salles du viie siècle où, quand la nuit venait, seuls les braseros et peut-être quelques torches offraient de la lumière. De fait, dans Beowulf, toutes les entrées du héros dans le hall, avec ses images de splendeur et de lumière, se font de jour. Dans le reste du corpus, la plupart des scènes de hall ont lieu de jour : dans Judith, le festin a lieu « tout le jour », et le meurtre d’Uhtred à Wiheal a lieu de jour. Seules quelques épisodes de festin, comme celui de Cædmon, ont lieu à la fois dans le hall et de nuit219. La nuit, au contraire, le hall est abandonné aux forces obscures, comme Grendel : pour Blaise Douglas, l’alternance jour/nuit à Heorot correspond aux « règnes » de Hrothgar (festin légitime) et de Grendel (festin transgressif, cannibale)220. Le festin ne devait donc pas durer très tard, pour des raisons simplement pratiques.

102Le dernier point à observer au sujet de l’intérieur du hall est la question de sa décoration. Pour le festin, la salle pouvait être richement meublée et décorée. Godric, un noble du Kent au xie siècle, décorait sa salle de manière somptueuse pour recevoir ses « parents et amis » :

  • 221 Goscelin, Miracles de saint Ivon, chap. ix.

les murs resplendissaient de rideaux historiés, la charpente et le sol étaient verts de feuillages, les sièges couverts de tapis, les tables de mets, et toute la maison exultait dans les ornements de pourpre et d’or des convives221.

  • 222 C.R. Dodwell, « The Bayeux Tapestry and the French Secular Epic », 1966, et R. Brilliant, « The Ba (...)
  • 223 Dans F.M. Stenton (éd.), The Bayeux Tapestry : A Comprehensive Survey, Londres, 1965, 2e éd., p. 4 (...)
  • 224 Liber Eliensis (éd. E.O. Blake, Liber Eliensis, Camden Third Series vol. xcii, Londres, 1962), ii, (...)
  • 225 Dodwell 1982, p. 138 ; G.W. Digby dans Stenton (éd.), op. cit., p. 49.

103Il est certain qu’à toutes les époques de l’histoire anglo-saxonne on a cherché à décorer le hall le plus noblement possible. On jetait sur le sol des brassées de joncs. On sortait du trésor les nappes, les tentures et les couvertures de sièges. La plus connue de toutes ces tentures est, bien entendu, la Tapisserie de Bayeux. Comme l’a remarqué C.R. Dodwell, son sujet, son mode de narration, son traitement des personnages, tout rattache cette tenture au monde des poèmes épiques français du xie-xiie siècles mais elle est faite pour être disposée dans un grand espace rectangulaire comme il y en avait en Angleterre et en Normandie, « un hall de 85 pieds sur 35 (à peu près 28 x 12 m) serait un espace approprié pour son installation », ce qui donne une proportion largeur/longueur d’un peu plus de 1 pour 2). Richard Brilliant préfère pour sa part, pour des raisons narratives, un hall de 93 pieds sur 26 (environ 31 x 8,5 m), avec une proportion de plus de 1 pour 3, dimension rare dans l’Angleterre anglo-saxonne mais plus fréquente dans le monde scandinave222. L’Angleterre est alors célèbre pour ses tentures. G.W. Digby a rapproché la Tapisserie de Bayeux d’autres tentures narratives connues par les sources écrites, éventuellement liées à un récit épique223. Le Liber Eliensis rapporte qu’Ælfflæd, veuve de l’ealdorman Byrhtnoth tué au combat en 991, « donna à l’église [d’Ely] une tenture (cortina) tissée et représentant les exploits de son époux, en mémoire de sa vertu224 » : or Byrhtnoth est le même guerrier dont les exploits sont célébrés dans la Bataille de Maldon. En fait, il est probable que les quelques rares tentures brodées qui subsistent du xie-xiie siècle dans l’Europe du Nord et du Nord-Ouest ne soient que la partie émergée d’une tradition beaucoup plus importante, « commune aux peuples nordiques, Vikings, Anglo-Saxons, Normands, qui étaient en relation étroite les uns avec les autres225 ».

  • 226 Whitelock, Wills, n° 3.
  • 227 Ibid., n° 21.
  • 228 Testament d’Æthelgifu.

104Le problème est que ces tentures, bien documentées au xie siècle, sont plus difficiles à repérer dans les siècles antérieurs. Ce n’est qu’à partir du xe siècle qu’on peut trouver dans certains testaments des mentions de tentures pour le hall. Wynflæd, une aristocrate liée aux monastères de Wilton et Shaftesbury, dont le testament date des environs de 950, lègue deux « tentures pour le mur du hall » (healwahrift), une longue et une courte, à sa petite-fille Eadgifu, ainsi que plusieurs autres à sa fille Æthelflæd226. Wulfwaru lègue entre 984 et 1016 à un certain Ælfwine « une tenture de hall et une tenture de chambre, avec une nappe de table et avec tous les autres tissus qui vont avec227 ». Le testament ici le plus intéressant est celui d’Æthelgifu, qui a l’avantage d’être connu dans deux versions, une latine et vernaculaire. Vers 985-990, cette veuve du Hertfordshire liée à l’abbaye de St Albans lègue cinq cortinae/wahrift, qui sont classées par qualité : « la meilleure tenture » est léguée à St Albans, avec « la meilleure des couvertures de siège » ; une autre tenture ira à sa parente Wulfwynn, avec une couverture de siège ; trois tentures, « parmi les meilleures qu’il y a », avec deux couvertures de siège, sont léguées à un certain Leofsige, qui héritera semble-t-il du domaine lui-même ; enfin, Godwif et Æthelgifu se partageront les autres (entendons, les autres meubles et textiles), emportant en particulier deux coffres228.

  • 229 Lois : ii Cnut 76.1 ; Ine 57.

105Que déduire de ces quelques mentions ? D’abord qu’une aristocrate de la fin du xe siècle veille non seulement à la décoration du hall, mais aussi à celle d’autres pièces comme le bur : des tentures sont prévues pour les deux espaces. Ensuite, que ces objets ont été conservés par la veuve à la mort de son époux et qu’elle les distribue dans son propre testament : peut-être est-ce parce que, comme le hall et l’ensemble du manoir, ils allaient avec le domaine qu’elle a continué à administrer ; peut-être surtout est-ce parce que ces biens meubles, confiés à la garde de l’épouse avec le reste du trésor, font partie des objets dont elle peut disposer par testament, à la différence des terres et du hall, pour lesquels c’est la coutume, et éventuellement le testament du mari, qui sont pertinents. Un code de Cnut précise en effet qu’il est du devoir de la femme d’avoir les clefs de sa réserve, de son coffre et de son placard. C’est bien elle qui est responsable du trésor, comme semblent l’indiquer les pendentifs de ceinture des tombes du vie-viie siècle. En revanche, ce qui est à l’extérieur de la maison, par exemple le bétail, n’est pas de sa responsabilité : selon les lois d’Ine, elle ne peut être tenue pour complice d’un vol de bétail effectué par son mari, du moment qu’elle n’en a pas mangé229.

Manger et boire dans le bur : jusqu’à quel point peut-on parler de festins « privés » ?

  • 230 G. Althoff, « Friendship and Political Order », dans Friendship in Medieval Europe, éd. J. Haseldi (...)

106Ces testaments montrent que les tentures ne sont pas les seuls éléments de décoration. Il y a aussi des nappes et des « couvertures de siège ». Certes, nous ne savons pas si de tels objets sont destinés au hall, comme certaines tentures, ou au bur, comme les lits et draps que l’on voit parfois mentionnés, ou encore, comme c’est sans doute le cas, aux deux espaces. Peut-être certains de ces textiles servent-ils à des repas en comité plus restreint, dans un espace plus « privé », accessible non à tous ceux que leur statut autorise à pénétrer dans le grand hall, mais à ceux qui jouissent d’un accès privilégié à l’hôte. Cette proposition m’amène à traiter – sommairement – de la possibilité de festoyer hors du grand hall. Dans ma thèse, j’ai pu présenter un certain nombre d’espaces de sociabilité situés hors du grand hall aristocratique : le réfectoire monastique, la taverne, la maison villageoise ou encore les « halls » des guildes urbaines. Nous ne pourrons pas tous les aborder dans le cadre de ce livre, et je me contenterai d’en détailler un, qui présente l’intérêt de compléter notre image du festin aristocratique : le bur, espace « semi-privé » de consommation alimentaire. En effet, Gerd Althoff a suggéré que l’accès aux appartements privés et à la confidentialité était une marque d’amitié encore plus importante que celles, publiques et visibles, réunies dans le conuiuium230 : si un repas soigné et, d’une manière ou d’une autre, exceptionnel, est partagé en privé, on aurait là une sorte de quintessence du festin, une forme encore plus élitiste et réservée de ce qui a lieu dans le hall. Mais les sources écrites, et éventuellement l’archéologie, permettent-elles de corroborer cette intuition ?

107Aucun des festins que nous avons recensés ne mentionne explicitement une prise alimentaire dans le bur ou dans la camera, c’est-à-dire dans ce logement séparé identifié dans Beowulf, mais aussi sur certains sites comme Goltho ou Faccombe Netherton. Mais il est vrai que la plupart de ces repas nous sont rapportés soit dans des monastères soit dans des circonstances solennelles qui justifient que le prince se rende dans le grand hall pour y tenir son rôle. On a vu combien le retrait d’Eadwig dans l’espace privé de sa chambre, et sa désertion du triclinium royal, a choqué les contemporains. Mais des parallèles continentaux semblent bien indiquer qu’au xe et surtout au xie siècle l’habitat seigneurial s’est équipé d’espaces privatifs de consommation, comme ces solaria qu’on voit fleurir dans de nombreuses demeures de la France du Nord-Ouest et jusque dans les châteaux-forts. L’Angleterre se serait-elle montrée plus rétive que le continent à réserver l’aula à des festins plus cérémoniels ? Seule l’archéologie de l’habitat peut vraiment nous donner des indices en la matière.

  • 231 Hamerow 2002, p. 18.
  • 232 Grégoire de Tours, Dix livres d’histoire, vi, 46.
  • 233 Étienne de Ripon, Vie de Wilfrid, chap. xlvii.
  • 234 Rollason 2003, p. 35-37.
  • 235 T. Charles-Edwards, « Nations and Kingdoms : A View from Above », dans Charles-Edwards (éd.) 2003, (...)

108Il nous faut d’abord remarquer que les sites les plus anciens, ceux qui selon nous correspondent le plus étroitement au modèle idéal de Heorot, n’ont pas de bur identifiable. Yeavering, Cowdery’s Down, Raunds (période II) ou Cheddar (période I), qui sont les sites les plus complets, ont bien des bâtiments annexes, mais indifférenciés : il est impossible d’y distinguer clairement un espace réservé au repos du maître des lieux et de ses invités de marque. Où Edwin, Æthelburh et Paulin logèrent-ils quand ils se rendirent à Adgefrin à la fin des années 620 ? Certains bâtiments de Yeavering pourraient correspondre à un bur : par exemple le bâtiment A1 (s’il ne s’agit pas, comme je l’ai suggéré plus haut, d’une sorte de vestibule du grand hall A4), ou encore le complexe du bâtiment A3. Cependant, les grands sites d’élite du viie siècle sont en cela semblables – et une fois n’est pas coutume – aux villages de la même époque qu’en dehors du bâtiment principal (le grand hall dans un cas, le bâtiment de ferme dans l’autre) il est difficile de repérer un espace spécifiquement destiné au logement. Dans les « villages », l’explication logique est que la « famille » dormait et vivait dans le bâtiment de ferme, tout comme, dans les Hallenhäuser paysannes des rivages continentaux de la mer du Nord ou dans la maison paysanne franque de type « Warendorf231 », l’espace habitable et l’espace de réception n’étaient pas séparés. Dans les sites d’élite en revanche, cette séparation, attestée par les sources écrites, n’est pas repérable avec précision. Il est même possible d’imaginer que certains invités, même des plus honorables, logeaient sous la tente quand ils se rendaient auprès du roi. Ainsi, au moment de l’assassinat de Chilpéric dans la villa de Chelles, l’évêque de Senlis Mallulf, qui est présent sur les lieux, loge sous la tente232. La Vie de Wilfrid évoque la « tente du roi233 », mais dans le contexte d’un synode qui comme plusieurs autres assemblées de ce type a pu se tenir « en terrain neutre », c’est-à-dire à la frontière entre deux royaumes : en l’occurrence, celui-ci s’est déroulé à Austerfield, au bord de la rivière Idle, sans doute située dans la zone frontière entre Northumbriens, Merciens et gens du Lindsey234. Il n’y avait sans doute pas de hall royal dans les environs, ce qui explique que les participants au synode aient dû loger sous la tente. Ce passage n’est donc pas une preuve de la possibilité de loger certains invités sous la tente : il s’apparente plutôt à une situation observée en Irlande lors des grands rassemblements de Tara et Tailtiu, espaces « sacrés » ne présentant aucune structure définitive235.

  • 236 C. Morris, « From Sword to Plough », dans the Vikings in England, éd. E. Roesdahl, J. Graham-Campb (...)
  • 237 Fairbrother 1990, vol. 1, p. 57 et 85.
  • 238 Rahtz 1979, p. 156-157 ; Cunliffe 1976, p. 121-127.
  • 239 Beresford 1987, p. 68 et 78-79.
  • 240 Davison 1977, p. 111.

109Ce n’est que dans des sites postérieurs au viiie siècle qu’on voit le bur émerger nettement comme un bâtiment reconnaissable. La présence d’un bur fait alors partie des éléments qui distinguent les sites d’élite de sites moins prestigieux, où espace de réception et espace habitable restent confondus : ainsi à Ribblehead, dans les hautes terres du Yorkshire septentrional, où une ferme isolée possède une cuisine – signe d’aisance relative – mais où, comme dans les maisons scandinaves et islandaises, étable et logement sont sous le même toit, sans qu’il soit possible de séparer, dans la partie habitable du bâtiment principal, un espace de réception et un espace de repos, même pour les seuls maîtres de maison236. Le bur se distingue alors par des techniques de construction plus élaborées que celles des simples bâtiments de stockage, souvent identiques à celles du hall : fondations en tranchée continue, présence éventuelle d’un étage, habillage en planches et non en clayonnage et torchis. À Faccombe Netherton, c’est dès les années 850 que le site serait équipé d’une camera séparée : le bâtiment 1 était en effet un bâtiment de qualité, construit sur un solin de silex concassé et dont les murs étaient recouverts d’un enduit, ce qui en fait un espace habitable que sa petite taille (6,7 x 2,9 m) ne permet pas d’identifier comme un hall. Le hall, de son côté, est d’ailleurs bien identifié : c’est le bâtiment 2, qui n’est pas immense (12,8 x 8,55 m, soit tout de même près de 110 m2), mais qui est construit avec soin (les piliers sont équarris) et présente les traces d’un foyer237. Or Faccombe Netherton n’est pas un site de « très grand standing », et l’on peut sans doute y reconnaître la demeure d’un thegn de rang modeste ou d’un ceorl ambitieux : il est d’autant plus intéressant de constater qu’on y construit, en priorité, un hall et un bur soignés. On voit aussi éventuellement émerger, en complément du bur, des aménagements de confort comme des latrines, que l’on trouve en milieu rural anglais dès le xe siècle, par exemple à Cheddar ou Portchester238. En fait, le bur consiste souvent en un complexe de plusieurs pièces. À Goltho, le bower du xe siècle (période 4) est composé de pièces en enfilade, tandis que celui du xie siècle est équipé d’une annexe, analysée comme une garde-robe239. À Sulgrave, le hall de bois, sans étage, est appendu, dès la fin du xe siècle, à une maison en pierre, peut-être pourvue d’un étage et que Brian Davison caractérise comme « une demeure d’une certaine classe240 » : malheureusement, les fouilles n’ont mis à jour qu’un seul pan de mur de cette demeure.

  • 241 Blair 1996.
  • 242 Rahtz 1979, p. 6-10, 12-13, 63-64.
  • 243 Capelle 1990, chap. ii-iii.

110À Cheddar en revanche, aucun bâtiment n’a pu être identifié de manière convaincante comme un bur : conservatisme d’un site royal ? signe que le roi ne dormait pas sur place ? signe qu’il s’agissait bien, comme le voudrait John Blair, d’un site monastique241 ? Il est difficile de répondre, même s’il est troublant de constater que ce n’est pas avant le début du xiiie siècle qu’on voit apparaître sur le site un complexe clairement identifiable comme un espace habitable distinct du grand hall : le bâtiment sud-est, aux fondations en pierre, aménagé à proximité du hall oriental du pavillon de chasse construit pour Jean Sans-Terre. Peut-être le roi ne logeait-il pas à Cheddar, même s’il pouvait lui arriver d’y tenir conseil (il le fit en 941, 956 et 968) et par conséquent d’y festoyer. Dans ce cas, il pouvait aller dormir dans des domaines tout proches comme Wedmore (10 km) où eut lieu la cérémonie d’enlèvement du chrisme de Guthrum, ou Axbridge (3 km), un burh possédant un atelier monétaire : les trois domaines payaient d’ailleurs ensemble au xie siècle la firma unius noctis. Par ailleurs, comme le suggère Philip Rahtz, il est fort probable que le minster ait coexisté avec un espace festif et cérémoniel à l’usage du roi242. La coexistence d’un palais et d’une fondation monastique n’est pas rare à la même époque sur le continent, comme le montre l’exemple de Fécamp. Torsten Capelle insiste d’ailleurs sur les ressemblances entre Northampton et Cheddar d’une part, et plusieurs sites palatiaux continentaux de l’autre243. En fait, peut-être la réponse à la question de John Blair, « palaces or minsters ? » est-elle celle que fournissent des sites continentaux comme Fécamp, Paderborn, Quedlinburg ou, à l’origine, Aix-la-Chapelle : « palaces and minsters ». Westminster, au xie siècle, qui combine abbaye, hall et palais, en est l’exemple le plus abouti.

  • 244 R. Early, « Les origines du château de Mayenne : données archéologiques », dans A. Renoux (éd.) 20 (...)
  • 245 Cunliffe 1976, p. 40.
  • 246 Fairbrother 1990, p. 67. 247.
  • 247 Ibid., p. 99.

111Il semble en tout cas que l’accent se soit peu à peu déplacé, entre le ixe et le xe siècle, du grand hall – dont le prestige reste fort – vers les logements privatifs, qui font l’objet d’un soin de plus en plus grand. Tout se passe comme si ces bowers améliorés répondaient à des besoins nouveaux de l’aristocratie, comme si celle-ci, sans renoncer aux usages du hall, se distinguait aussi, et comme en surplus, par des pratiques liées à un espace plus privé, moins accessible. Ce qui nous ramène à la question qui était la nôtre au début de cette exploration des bâtiments habitables distincts du hall : mangeait-on dans la camera ? On remarquera d’abord que les camerae des sites anglais, comme leurs homologues continentales, ne possèdent jamais de cuisine propre. Si l’on y mangeait, la nourriture devait venir de la cuisine commune à l’ensemble du site, comme c’était le cas à Mayenne244. Mais on ne retrouve pas, comme à Fécamp par exemple, de différence entre un espace cérémoniel et un espace de réception « semi-privé », ce solarium ou cenaculum bien identifié sur le continent. Barry Cunliffe a certes proposé de voir un solarium dans le bâtiment S13 de Portchester (xe-xie siècle) : ce bâtiment est situé sur le flanc sud de la « cour » délimitée à l’ouest par le hall et au nord par les latrines puis par un bâtiment sans doute affecté au stockage, mais il ne s’agit que d’une hypothèse parmi d’autres, et le bâtiment reste très difficile à interpréter. Il est assez grand, peut-être trop pour un simple bur : certes, il n’est pas beaucoup plus grand que le complexe en enfilade de Goltho à la même époque – mais on n’y a retrouvé aucune séparation intérieure. La présence d’un foyer permet simplement d’y voir un bâtiment habitable ou une cuisine245. En fait, il semble bien que le solarium comme espace de détente et de réception plus « informelle » soit une innovation due aux Normands : à Faccombe Netherton, ce n’est qu’à la fin du xie siècle qu’on voit apparaître un véritable bâtiment d’habitation (bâtiment 12) pourvu d’un solarium et d’une chambre ou garde-robe attenante, un bâtiment maintes fois amélioré et reconstruit, mais toujours sur le même principe, entre le xiie et le xvie siècle246. Il est intéressant de remarquer ici que ce nouveau bâtiment, qui suggère l’existence d’usages différents chez les nouveaux propriétaires normands du domaine, a été construit à un emplacement différent de celui où les camerae successives (bâtiments 1, 4, 5 et 6) avaient été construites depuis le milieu du ixe siècle par les précédents propriétaires247, comme si Roger de Poitou, seigneur du lieu dans le Domesday Book, avait voulu marquer la nouveauté radicale de sa construction par rapport à l’ancien usage indifférencié des seigneurs précédents.

  • 248 S 1445 (Harmer, Charters, xviii).

112Cela ne signifie pas nécessairement que les Anglo-Saxons, à la veille de la Conquête, ne connaissaient pas ces espaces semi-privés, souvent à l’étage, où l’on pouvait se reposer et recevoir de manière moins solennelle que dans le grand hall. Les indices, cependant, sont très minces. A la fin du ixe siècle, on peut repérer un cas où le roi Alfred arbitra un différend entre deux prétendants à une même terre, Helmstan et Aethelm, dans le bur d’une de ses résidences, à Wardour dans le Wiltshire : « le roi se tenait debout – il se lavait les mains – à Wardour à l’intérieur du bur248. » L’auteur anonyme de ce compte-rendu, qui écrit plusieurs années après l’arbitrage dont il a été témoin, a été à cette époque le protecteur de Helmstan. Il serait intéressant de connaître l’identité de ce témoin pour savoir qui pouvait, au ixe siècle, faire accéder les plaignants au bur royal. En tout cas, la scène représente ce dernier en train de se laver les mains, comme s’il voulait, en rendant son arbitrage, faire un geste mémorable à l’attention des témoins et des parties en cause, geste qui leur rappellerait qu’ils ont eu accès, à un moment donné, à « l’intimité du roi ». Mais il ne les a pas admis à sa table : le geste mémorable est resté distant.

  • 249 ASC F, an. 978 [recte 977] ; GRA, i, 161.

113Le coenaculum qui s’effondra à Winchester sous le règne du roi Edgar n’est pas, bien qu’il soit situé à l’étage, un solarium au sens strict : en effet, la pièce accueille un événement solennel, la réunion d’un witenagemot, et il s’agit donc d’un hall. Dans l’épisode parallèle qui eut lieu dans le bourg royal de Calne en 977, l’utilisation du mot solarium dans la version F (latine) de la Chronique anglo-saxonne et chez Guillaume de Malmesbury ne doit donc pas nous tromper249. Le terme est utilisé dans le sens architectural de « pièce en étage » (un sens qui, comme le vieil-anglais upflor utilisé dans la version E de la Chronique, fait référence aux techniques de charpente) et non dans son sens social de « pièce de détente et de réception semi-privée à l’étage » (un sens impossible ici puisque c’est de la réunion des witan autour du roi qu’il s’agit).

  • 250 Tapisserie de Bayeux, p. 93-94.

114En fait, le cas le plus probable d’un solarium où le maître des lieux pourrait se détendre et festoyer en toute tranquillité avec quelques compagnons choisis est le « hall » de Bosham, représenté dans la Tapisserie de Bayeux250. Malheureusement, la scène n’est pas commentée par un texte : on voit cependant qu’Harold est clairement en train de festoyer dans une salle en étage, aménagée au-dessus d’une pièce voûtée. Grand hall ? Solarium ? Les circonstances suggèrent plutôt un repas « privé », après une partie de chasse et avant de traverser la mer. La compagnie réunie dans la salle est moins nombreuse que celle qui traverse la mer, mais cela peut être dû aux usages iconographiques et à la représentation de simples marins dans le bateau. Il faudrait sans doute voir ici une scène de festin « privé » qu’Harold partage avec quelques compagnons qui l’accompagnent à la chasse et dans son expédition maritime. Rappelons qu’il est peu probable qu’Harold se soit rendu sur le continent accompagné d’une troupe nombreuse : on le voit assez mal débarquer chez Guillaume le Bâtard ou chez Guy de Ponthieu avec une petite armée, et il n’y a qu’un seul navire à cet endroit de la Tapisserie. Il a donc dû faire le voyage avec quelques housecarls choisis, avec lesquels il a chassé, prié et festoyé avant de s’embarquer. Les a-t-il reçus dans un solarium à la dernière mode du continent, ou dans le grand hall qui se trouvait être à l’étage ? Là encore, nous ne pouvons répondre de manière certaine.

  • 251 ASC E et F, an. 1015.
  • 252 GRA, ii, 179.

115Ce ne serait donc, en tout état de cause, qu’à partir du milieu du xie siècle, qu’on verrait la camera se transformer et qu’on y aménagerait un véritable espace de réception semi-privé. C’est en tout cas ce qui paraît normal au début du xiie siècle chez les historiens anglo-normands. La manière dont est décrit l’assassinat, en 1015 à Oxford, des thegns Siferth et Morcar, est à cet égard significative. La Chronique anglo-saxonne explique qu’ils furent assassinés dans le bur/camera d’Eadric Streona251. La mention montre simplement qu’au début du xie siècle, un personnage du rang de l’ealdorman de Mercie se voyait octroyer ses propres quartiers dans un centre royal à l’occasion d’une réunion du witenagemot : aucune mention n’est faite de nourriture ni de boisson. Au xiie siècle en revanche, Guillaume de Malmesbury, en « étoffant » le récit et en « noircissant » le personnage d’Æthelred II, transpose la scène dans le triclinium du roi ou, après leur avoir fait offrir à boire par ses satellites, Æthelred les fait tous deux assassiner252. Dans cette nouvelle version des faits, la chambre se transforme donc en triclinium, comme s’il était logique, au début du xiie siècle, de penser qu’un prince qui reçoit dans ses appartements le fasse entouré de serviteurs et dans une pièce spécialement destinée à cet usage. Si Eadric attire Siferth et Morcar dans sa chambre de manière entièrement privée, Æthelred les attire dans ses quartiers en leur faisant miroiter la possibilité d’un accès privilégié, semi-privé, à sa personne : pour la réception comme pour l’assassinat, il y a un espace réservé.

  • 253 G. de Malmesbury, Vie de Wulfstan, ii, 17.
  • 254 Bwf 864-924.

116On remarquera enfin que c’est seulement à cette époque qu’on trouve quelques mentions de divertissements aristocratiques hors du hall, par exemple en plein air : dans la Vie de Wulfstan, le noble Ælfsige, maître d’un domaine à Longney-on-Severn au début du règne du Conquérant, « avait l’habitude de passer les journées d’été sous cet arbre [un noyer] à festoyer, à jouer aux dés ou à se procurer des amusements par d’autres jeux253 ». On ne voit pas (et on imagine mal), dans une période plus ancienne, un aristocrate s’adonner à ces activités nobles (festin, jeu) de manière aussi informelle et en dehors du grand hall. Certes, dans Beowulf, une partie des réjouissances a lieu en plein air : course de chevaux et même récitation de poèmes par le scop254. Cependant, ces réjouissances ont lieu en l’absence de Hrothgar, le matin, tandis que le soleil monte dans le ciel. Dès que Hrothgar apparaît, sortant du bur de son épouse, toute la compagnie suit le medostig, le « chemin de l’hydromel », et se dirige vers le hall.

Le grand hall, matrice des espaces festifs anglo-saxons ?

117L’étude des divers espaces de sociabilité alimentaire (dont le bur n’est qu’un exemple parmi d’autres) montre que le grand hall, celui de Beowulf et de Finnsburh, avec ses pignons, son haut-siège, son vestibule et ses bancs alignés le long du mur, ne représente finalement dans les réalités matérielles de l’Angleterre du ve-xie siècle qu’une part relativement modeste. Il ne concerne d’abord qu’une part réduite de la population : les humbles, qui sont la majorité, n’y entrent pas ; qui plus est, les moines, les marchands, les artisans ont peu de chance de le voir. Il n’existe en outre, dans toute sa splendeur poétique, que pendant une période réduite : disons un long viie (et éventuellement viiie) siècle, période qui voit la construction des grands bâtiments de Yeavering, Cowdery’s Down ou Northampton. Déjà à Cheddar, au ixe siècle, le hall a changé d’aspect, sinon de fonction. Pourquoi un bâtiment a priori aussi limité dans son usage et dans sa diffusion a-t-il eu un tel impact sur l’imaginaire anglo-saxon ? Quelles ont été les conditions de la naissance de la « mystique du hall » ? Mais aussi, qu’y avait-il en Bretagne avant le grand hall, au ive-vie siècle, et comment expliquer l’abandon des espaces festifs précédents ? Quels bâtiments ont pu lui donner naissance, et quel sens donner à cette transmission ? Comment et pourquoi le hall de type « Yeavering-Beowulf » est-il devenu la matrice de l’espace festif vieil-anglais à partir du viie siècle ? Une dernière question serait bien sûr de voir comment et jusqu’à quel point cette mystique du hall, l’éthique et les comportements qui lui sont associés, ont été opératoires dans les trois derniers siècles de l’histoire anglo-saxonne : j’envisagerai rapidement la question, mais elle nous entraînerait dans l’étude des rapports de valeurs laïques, germaniques et aristocratiques avec d’autres systèmes de valeurs, de plus en plus importants au cours du ixe-xie siècle. Une étude que j’ai entamée dans le cadre de ma thèse, mais qui ne pourra être reprise dans la présente publication que sous forme d’un résumé très succinct.

Avant le grand hall : villes et villae

118Le ive siècle est marqué en Bretagne par l’abandon progressif des villes par les élites britanno-romaines, qui se réfugient dans des villae qu’elles décorent somptueusement. Mais quand les villae entrent à leur tour en « décadence » à la fin du ive siècle, et quand le système impérial d’entretien des armées prend fin en 408-411, les rapports entre alimentation, pouvoir et festivités, tels qu’ils existaient dans le monde romain « classique » (à savoir centrés sur les trois pratiques de la cena aristocratique, de l’approvisionnement des forces armées et de l’évergétisme civique et urbain), doivent nécessairement laisser la place à d’autres types de pratiques. Dans un contexte difficile à analyser, qui lie des survivances de la civilisation et des pratiques romaines, un effacement progressif de ces mêmes pratiques, l’essor d’une culture brittonique propre et l’apport de pratiques – et certainement de populations – étrangères (germaniques, pictes, scotes), le tout dans un brouillage croissant des différences entre civils et militaires, la question qui se pose ici est donc triple. D’abord, il faut étudier le problème de l’abandon éventuel des villes comme lieux de sociabilité alimentaire et d’exercice du pouvoir par des élites dont les références culturelles et les modèles identitaires, voire les origines ethniques, sont divers, changeants, et en constante redéfinition. Ensuite, nous devons déterminer ce que devinrent les autres grands centres de pouvoir de la Bretagne romaine, en premier lieu les points d’appui de l’armée tels que les forts du mur d’Hadrien. Enfin, il faut nous demander quel fut le devenir des villae.

  • 255 Dark 2000, p. 50-53.
  • 256 M.J. Jones, « The Latter Days of Roman Lincoln », et K. Steane et A.Vince, « Post-Roman Lincoln : (...)
  • 257 D. Phillips et B. Heywood, Excavations at York Minster, Volume I : From Roman Fortress to Norman C (...)

119Au début du ve siècle, les villes romaines de Bretagne semblent en bien triste état. Si elles ne sont pas entièrement abandonnées, la présence des niveaux de « terre sombre » semble indiquer que leurs fonctions sont, au mieux, purement artisanales. Les élites, elles, semblent les avoir définitivement quittées. Les civilisations galloise et anglo-saxonne qui naîtront deux siècles plus tard sur les ruines de ce monde romain ne sont pas des civilisations urbaines : même des évêchés comme Lichfield, Elmham ou St Davids seront établis dans des sites ruraux. Aussi est-ce une surprise de voir plusieurs villes posséder, au ve-vie siècle, une certaine vie255, voire être utilisées par des groupes appartenant indiscutablement aux élites. Certes, Londinium (Londres), Corinium (Cirencester) ou Venta Belgarum (Winchester) semblent abandonnées, du moins à l’intérieur des murs romains. Mais des quatre capitales provinciales romaines, deux au moins témoignent d’une occupation jusqu’au milieu du ve siècle et peut-être au-delà : Lindis (Lincoln) reste au début du ve siècle un « noyau de romanitas résiduelle256 » ; à Eboracum (York), la basilique de la forteresse romaine a peut-être survécu et a pu être utilisée comme salle d’apparat jusqu’en plein ixe siècle257.

  • 258 P. Barker et alii, The Baths Basilica, Wroxeter : Excavations 1966-90, English Heritage Archaeolog (...)

120Ces éléments doivent être gardés en mémoire pour mieux comprendre les fouilles a priori inexplicables de Wroxeter, c’est-à-dire de la ville romaine de Viroconium, capitale de la cité des Cornouii. Ces fouilles ont en effet révélé la survivance, jusqu’en plein viie siècle, d’un habitat d’élite sur l’emplacement même de la basilique romaine. Les choses pourtant semblent avoir commencé comme partout ailleurs : après un long déclin au ive siècle, la basilique fut, au début du ve siècle, démantelée et utilisée comme carrière de pierres. Une vie urbaine modeste semble avoir continué avec sans doute un marché. Soudain, vers le milieu du vie siècle, la cité semble retrouver son statut élevé. Le site de la basilique et les thermes attenants sont réinvestis et un ambitieux programme de (re-) construction est mené, en bois cette fois-ci, un ensemble « non sans grandeur, planifié avec soin et réalisé avec talent ». En effet, une démolition sélective achève le travail plus anarchique des décennies précédentes, une cour est aplanie à l’intérieur de l’ancienne basilique et un grand bâtiment rectangulaire (bâtiment 10, environ 34 x 13 m) est construit, paré d’un perron donnant sur la cour et, au-delà, sur le frigidarium des thermes, sans doute remis en activité à cette même période. L’ensemble fut à nouveau abandonné dans le courant du viie siècle258. Réoccupation de la capitale par les autorités de la cité ? Appropriation d’un site prestigieux par un dynaste local ? Construction d’un habitat par un « citadin » enrichi ? Aménagement d’une résidence épiscopale ? Aucune de ces hypothèses ne peut être rejetée : Viroconium était une capitale de cité, et il y a dans la Wroxeter anglo-saxonne du ixe siècle un minster important, peut-être héritier d’un ancien évêché britanno-romain. On remarquera que le site, tel qu’il était aménagé au vie-viie siècle, était entièrement fermé : il utilisait les restes des murs de la basilique pour créer une sorte d’enceinte, certes peu défensive mais permettant d’instaurer « un dedans et un dehors ». Ainsi, le bâtiment 10 donnait sur la cour intérieure au sud et non sur la rue au nord : la remise en marche probable des thermes, ou au moins du frigidarium, était donc au bénéfice exclusif de l’occupant de ce complexe, et non plus, comme au ive siècle, de la ville tout entière. Il semble logique de conclure que le complexe de Wroxeter n’était pas une seconde basilique, un bâtiment public. C’était au contraire un bâtiment réservé à un groupe plus restreint, à une élite qui l’utilisait, en fait, comme la pars urbana d’une villa (terme explicitement avancé par Philip Barker), avec ses thermes privés, sa cour intérieure, ses logements et espace de réception. Les fouilles de Wroxeter, loin de montrer la continuité des usages urbains de convivialité, sont au contraire la trace de l’oubli de ces usages dans la Bretagne occidentale du vie-viie siècle, que l’occupant soit un potentat local, un roi breton ou un évêque des Cornouii.

121C’est donc de la même manière qu’il nous faut interpréter les « continuités » romaines des « villes » anglo-saxonnes, avec leurs éventuels « palais royaux » : si ceux-ci ont réellement existé, ce qui n’est pas certain, il s’agissait plus de résidences aristocratiques semblables aux villae rurales que de centres publics où aurait survécu un évergétisme civique à l’ancienne. Il est peu probable que le théâtre ou le forum de Cantorbéry aient été le lieu, comme autrefois à Rome, de distributions alimentaires prises en charge par la puissance publique en faveur de la plebs urbaine.

  • 259 P.J. Casey, « The Fourth Century and Beyond », dans Salway (éd.) 2002, p. 74-104, ici p. 103.
  • 260 Gildas, De Excidio, 23 ; Charles-Edwards (éd.) 2003, « Introduction », p. 10 ; W. Goffart, Barbari (...)

122Le cas des sites militaires s’avère assez semblable à celui des villes. Centres de romanitas, les forts du mur d’Hadrien et du Litus Saxonicum sont peu à peu abandonnés au fil des usurpations du ive siècle, toujours plus gourmandes de troupes à envoyer sur le continent. Mais malgré le retrait massif des années 406-410, il est probable qu’une partie de l’armée de garnison, commandée par le dux Britanniarum, soit restée dans ses quartiers259. Le départ des troupes de campagne laisse l’armée de garnison et les autorités civiles dans une situation inconfortable : en l’absence d’un système cohérent de ravitaillement des troupes, des aménagements durent sans doute être trouvés, impliquant éventuellement la cession de terres, ou de droits sur les terres, aux troupes encore présentes dans l’île, qu’elles aient été romaines ou (la question est débattue) fédérées. La cession de terres ou de droits aux soldats a pu se poursuivre durant les premières décennies de gouvernement autochtone de la Bretagne sub-romaine, comme semble le suggérer Gildas dans son récit de l’appel aux Saxons : sa mention de l’epimenia accordée aux mercenaires rappelle les termes de l’hospitalitas tardo-antique et suggère des arrangements comparables à ceux décrits par Walter Goffart pour la Gaule260. De tels aménagements ne purent que réduire la distance entre civils – propriétaires, exploitants, soumis à l’impôt, originaires du lieu et ancrés dans la vie de leur cité, voire de leur communauté locale – et militaires – entretenus par les premiers mais non propriétaires des terres qui entourent leurs forteresses, d’origine étrangère (barbare ou non) et habitués à penser dans un cadre géographique plus large.

  • 261 T. Wilmott, Birdoswald : Excavations of a Roman Fort on Hadrian’s Wall and Its Successor Settlemen (...)

123Cette confusion des genres, en l’absence désormais de la superstructure impériale, a sans nul doute eu un effet sur les comportements festifs et alimentaires, et sur les choix architecturaux qui en découlent. Les militaires se rapprochant des civils, on constate l’apparition, dans les forts, de structures proches de celles des villae ou annonçant les halls de la période suivante. Dès le milieu du ive siècle, dans le fort de Birdoswald sur le mur d’Hadrien, le groupe qui occupait le fort juge nécessaire d’en adapter les bâtiments : le bâtiment basilical des principia, sans doute trop grand pour une garnison désormais plus réduite, est démantelé, et c’est un ancien grenier (horreum) situé à proximité qui est converti en bâtiment de réunion (un nouveau sol est aplani). Au début du ve siècle, ce bâtiment n’est pas réparé, mais on adapte un autre horreum, en ruines depuis plusieurs décennies, en érigeant un bâtiment mi-bois mi-pierre. Celui-ci cède enfin la place à un bâtiment tout en bois, construit non plus en retrait comme les horrea, mais face à l’une des portes du fort, tout près des anciens principia261. Ce bâtiment du ve siècle (aucune datation plus précise n’est avancée) annonce par de nombreux aspects les bâtiments rectangulaires du vie siècle à Doon Hill ou South Cadbury. Ce à quoi l’on assiste à Birdoswald, c’est sans doute à la transformation progressive, adaptative, d’un site militaire en site aristocratique. D’abord obligés de faire avec les bâtiments à leur disposition, voire de les réparer tant bien que mal malgré le manque de main-d’œuvre et de savoir-faire, les occupants de Birdoswald en sont finalement venus à construire un bâtiment principal totalement différent, bien mieux adapté à leurs besoins, et affirmant clairement leur position de pouvoir.

  • 262 Higham 1992, p. 75.
  • 263 Casey, art. cit., p. 92.

124Certes, la plupart des forts et fortins du mur et du Litus ont été abandonnés, mais cela ne signifie pas la disparition de leurs occupants : si une forme d’hospitalité leur a été concédée sur une partie des terres civiles, alors on peut penser que plusieurs villae ont pu à leur tour être occupées par d’anciens militaires. Constatons d’abord qu’au début du ve siècle, dans tout l’Empire, les grands propriétaires installés dans ces villae ont eux-mêmes adopté dans les décennies précédentes un certain nombre d’usages militaires. Si les militaires se sont rapprochés des civils, le reste est vrai aussi. Comme le remarque N.J. Higham, les élites locales au début du ve siècle réalisent dans la Bretagne devenue indépendante de l’administration impériale le rêve de toutes les élites provinciales du Bas-Empire : dominer sans partage leurs petites régions, se retirer du système de taxation, accroître leur contrôle sur le monde rural262. Partout les aristocrates provinciaux s’entourent de troupes de bucellaires – littéralement les « mangeurs de biscuit », la bucella (« petite bouchée ») étant le nom du biscuit de campagne de l’armée. La découverte en contexte civil d’objets métalliques, souvent d’origine barbare et très appréciés dans les cercles militaires, montre l’interpénétration croissante des deux cultures au tournant du ve siècle263. Ce qu’on est en droit d’attendre dans les fouilles de ces villae, que leurs occupants du ve-vie siècle soient à l’origine des « civils », des « provinciaux », des « Britanno-romains », ou au contraire des « militaires », des « fédérés », des « Barbares », c’est l’apparition d’une synthèse au sein de cette nouvelle élite en formation et en transformation rapide. En particulier, la coexistence dans un même site de bâtiments romains et/ou sub-romains et de bâtiments « saxons » serait un signe d’une telle synthèse. Deux villae présentent un tel schéma.

  • 264 E. Price, Frocester : A Romano-British Settlement, its Antecedents and Successors, Stonehouse, 200 (...)

125À Frocester, près de Gloucester, c’est à la suite d’un incendie et d’un abandon possible de la villa qu’une nouvelle occupation a lieu au vie siècle. Or les « nouveaux occupants », loin d’abattre les ruines de l’ancienne pars urbana de la villa (bâtiment A), les ont utilisées, soit pour y mettre du bétail soit comme logement. À côté, ils ont édifié deux bâtiments rectangulaires en bois (bâtiments E et 20). Un troisième (bâtiment 21), d’au moins 14 m de long (la plus grande structure en bois du site), reste indatable mais est postérieur à l’écroulement de l’enceinte de la pars urbana, et date sans doute d’entre le ve et le viie siècle264. Il est impossible de reconstituer avec précision l’histoire de la villa de Frocester, mais on peut envisager la séquence qui suit. Au début du ve siècle, la villa était occupée par un grand propriétaire qui utilisait le bâtiment A comme bâtiment principal. On ignore la date de l’incendie de ce bâtiment, et encore plus ses causes : il est donc impossible de savoir si la réoccupation fut immédiatement consécutive à l’incendie ou si elle eut lieu plusieurs décennies après. Mais l’évolution des valeurs et des attitudes ou le transfert (pacifique ou non) à un autre occupant font que ceux qui ont reconstruit le site ont jugé inutile, impossible ou inconsidéré de restaurer le bâtiment A. L’expression de leur distinction sociale, quelque part entre 540 et 650, ne passait plus par la possession d’une villa avec pars urbana, mais par d’autres types de bâtiments : aussi voit-on s’élever des bâtiments de taille plus réduite dont l’un (bâtiment E) est construit avec beaucoup de soin, sur un lit de graviers, selon un plan à trois nefs très différent de celui des salles de réception trifoliées des villae tardo-antiques.

  • 265 W.J. Rodwell et K.A. Rodwell, Rivenhall : Investigations of a Villa, Church and Village, 1950-1977(...)
  • 266 M. Millett, « The Question of Continuity : Rivenhall Revisited », Arch.J. 144 (1987), p. 434-438.
  • 267 Salway 1993, p. 421.

126Le site de Rivenhall (Essex) s’avère plus délicat d’interprétation. Ici encore, des fouilles suggèrent la coexistence, au ve-vie siècle, de structures « romaines » et de structures « saxonnes » : le bâtiment 2, un très beau bâtiment de pars urbana utilisant le marbre, construit à la fin du ier siècle, est fréquemment réparé jusqu’à la fin du ive siècle, mais il est démoli vers 500 ; le bâtiment 4 est un très grand bâtiment en bois, à trois nefs, de plus de 55 m de long, avec un sol semé de gravier, qui daterait du tournant du ive-ve siècle, et où l’on a retrouvé des artefacts « saxons » du ve siècle ; le bâtiment 5, enfin, est un bâtiment rectangulaire en bois plus irrégulier, d’environ 12 m de long, sans doute construit au ive siècle et où l’on a retrouvé des artefacts « saxons » du vie siècle265. Le site aurait ensuite été transformé en cimetière. Les fouilles de Rivenhall ont été fortement critiquées, mais certains éléments restent indéniables : la présence d’artefacts « saxons » datables dans les structures 4 et 5, la démolition de la pars urbana à une date inconnue au ve-vie siècle266. Ce que semble montrer ce site, c’est donc l’utilisation par des « Anglo-Saxons » de structures en bois construites sur des sites de villae romaines. Il est impossible de dire ici si ces structures ont été construites comme des granges ou comme des halls, et si elles sont l’œuvre de Britanno-Romains ou d’Anglo-Saxons. Mais il est certain qu’avec le déclin de la pars urbana, les occupants du site n’ont pas jugé nécessaire ou faisable d’entretenir ce bâtiment pourtant vieux de plus de trois siècles et déjà maintes fois réparé : au contraire, ils ont préféré ériger des structures en bois à proximité ou, plus probablement, utiliser l’un des bâtiments ancillaires (en l’occurrence la grande grange) comme un ready-made saxon hall267. Que ces occupants aient été « Anglo-Saxons » ou « Britanno-Romains » importe peu – il est, en tout état de cause, impossible de le déterminer. Ce qui importe, c’est que leurs modèles et leurs valeurs aient été, en ce ve siècle, différents de ceux des précédents occupants de la villa.

127De l’établissement romain au grand hall, il y a donc peut-être une continuité, à l’est (Rivenhall) comme à l’ouest (Wroxeter, Frocester) ou au nord (Birdoswald) de l’île. Mais cette continuité est trompeuse. Si les sites sont les mêmes, leur utilisation devient, dès les premières décennies du ve siècle, très différente. Elle trahit l’influence de modèles très différents de ceux de la pratique romaine « classique », même si elle est en partie en continuité avec les pratiques de la classe aisée britanno-romaine du ive siècle : confusion des pratiques civiles et militaires, goût pour les artefacts « barbares », mais aussi, de manière plus originale, désintérêt pour la construction en pierre – ou incapacité à la reproduire et à la rénover –, choix de distinction sociale n’impliquant pas la monumentalité « à la romaine ». Mais n’est-ce pas là, dans l’ensemble des provinces occidentales de l’Empire, sauf peut-être en Italie, la tendance dominante ? Ces transferts d’allégeance, ces nouveaux choix culturels, qu’ils soient dus à l’arrivée de nouvelles élites germaniques, à l’adoption par les élites anciennes de nouvelles valeurs, ou – comme c’est sans doute le cas – à un savant mélange des deux, débouche sur l’adoption, au cours du vie siècle, d’un nouveau mode architectural d’expression du statut : le grand hall. Or on a vu que c’est précisément à cette époque que le site de la basilique de Wroxeter a été réoccupé et qu’on y a construit un grand bâtiment en bois : ce n’est pas beaucoup plus tard que Yeavering A2 a été construit. À l’est comme à l’ouest de l’île, le hall est prêt, au milieu du vie siècle, à assumer en partie le rôle que la villa « à la romaine » avait assumé jusqu’au début du ve. Entre les deux, nous ne pouvons que constater l’abandon progressif du premier modèle et l’essor, difficilement datable, du second.

Le hall, « germanique », « romain » ou « celtique » ? Origines et valeurs

128D’où vient le grand hall, s’il ne découle pas directement de la villa romaine qui a pu le précéder ? Trois possibilités se présentent, que nous devons explorer l’une à la suite de l’autre. Il peut d’abord avoir été importé avec armes et bagages depuis l’autre rive de la mer du Nord par les « Angles, Jutes et Saxons » que Bède nous présente envahissant l’île au ve siècle. Mais dans ce cas, il faudra expliquer le différentiel d’au moins un siècle qui sépare l’Adventus Saxonum de l’apparition des grands halls. Ensuite, le grand hall peut être un développement local, en milieu brittonique ou anglo-saxon – cela restera à déterminer – à partir de certains bâtiments de la villa, comme les granges de Rivenhall : le problème dans ce cas-là est d’expliquer, de rendre compte de ce transfert en termes de valeurs et de choix de distinction. Enfin – et cette dernière hypothèse sera, on s’en doute, le modèle que je retiendrai – le hall peut être le résultat d’une synthèse originale, propre à la Grande-Bretagne, qui crée ses valeurs et sa « mystique » en même temps qu’elle donne naissance à un nouveau type de bâtiment, mais aussi de comportements et d’éthique.

  • 268 Herschend 1998, p. 17-23.

129Il est très difficile de repérer, dans l’habitat des peuples du littoral méridional de la mer du Nord, des salles de festin ou des espaces de convivialité bien identifiés. Les choses semblent plus aisées – ou l’interprétation plus hardie ? – pour la Scandinavie méridionale, surtout grâce au travail de Frands Herschend et de Stefan Brink. Nous voici donc ramenés au paradoxe suivant : les « Anglo-Saxons » sont censés venir de régions où – sauf dans le Jutland – on n’a pas trouvé trace de halls, alors que leurs voisins du nord et de l’est, les Scandinaves, ont semble-t-il développé dès le ive siècle une culture centrée sur un bâtiment nouveau, la « troisième maison », qui au sein de la ferme scandinave est réservée à la sociabilité alimentaire. Il est vrai que Herschend a tenté d’appliquer son modèle à certains sites de la Germanie septentrionale comme Feddersen Wierde, et même au site anglo-saxon de Cowdery’s Down268. Si le modèle – j’y reviendrai – est intéressant, bien que contestable, dans le cas anglo-saxon, le cas de la Germanie côtière est plus problématique.

  • 269 W. Haarnagel, « Das eisenzeitliche Dorf ‘Feddersen Wierde’, seine siedlungsgeschichtliche Entwickl (...)
  • 270 P. Schmid, « New Archaeological Results of Settlement Structures (Roman Iron Age) in the Northwest (...)
  • 271 A.E. Van Giffen, « Praehistorische huisvormen op de zandegronden », Nederlands Kunsthistorisch Jaa (...)
  • 272 Comparer la fig. 9, p. 269 chez Haarnagel et la fig. 2, p. 18 chez Herschend.

130Dans le coin est du terp de Feddersen Wierde, un ensemble de quatre maisons aurait formé, au ve siècle, une « ferme dominante » dans le village. Cette ferme serait formée de deux Hallenhäuser classiques comprenant un tiers réservé au logement (avec un foyer et des piliers peu nombreux) et deux tiers réservés à l’élevage (avec des stalles et de nombreux piliers), mais aussi de deux maisons longues d’un genre nouveau, ne comportant pas de stalles mais conservant, à une extrémité, un foyer unique. Pour Werner Haarnagel, qui a fouillé le site, le Herrenhof de Feddersen Wierde possédait en effet deux Hallenhäuser avec étable, une Wohnhallenhaus (maison-halle d’habitation : maison 12) et une Versammlungshalle (halle d’assemblée : maison 31)269. Selon Herschend, ces deux maisons étaient les « halls » de la « ferme dominante » et sont le signe des changements sociaux en cours dans la Germanie côtière du ive-ve siècle, changements parallèles à ceux qu’il observe en Scandinavie. Cette interprétation soulève quatre problèmes principaux, à commencer par un problème de datation. Si pour Herschend la « grosse ferme » date du ve siècle, Haarnagel préfère attribuer ce Herrenhof – avec l’horizon 4/5 auquel il appartient – à un long iiie siècle. Au contraire, les ive et ve siècles seraient marqués par la disparition de cette « ferme dominante ». Je ne suis pas qualifié pour départager les deux analyses, mais le désaccord sur ce point (passé sous silence par Herschend) me semble pour le moins problématique. Ensuite, de tels bâtiments (piliers intérieurs régulièrement espacés, foyer à une extrémité, absence de stalles pour le bétail) sont en fait présents dans les sites de la Germanie côtière au moins depuis le ier siècle, par exemple à Boomborg-Hatzum en Frise orientale270 ou à Fochteloo en Frise, dans la « maison du chef » (hoofdelingenhuis) qui possédait dès le iie siècle un grand bâtiment à trois nefs, avec des piliers intérieurs très espacés et très près des murs, comme pour ménager le plus grand espace libre possible à l’intérieur, appuyé en outre contre une palissade dans laquelle était ménagée une porte d’entrée271 : un tel bâtiment répond donc aux caractères définis par Herschend pour repérer un « hall », et possède même une possible « arrière-chambre » à l’est. Il date pourtant du iie siècle de notre ère. Mais à Feddersen Wierde, de tels bâtiments sont aussi construits en-dehors du Herrenhof, ce qui nous amène au troisième problème : celui de l’existence de « fermes dominantes » ou Herrenhöfe dans ces sites, ainsi que d’éventuels bâtiments collectifs. Il est possible que le Herrenhof de Feddersen Wierde soit une seule unité d’exploitation, même si la complexité du système de palissades et chemins creux qui entourent les bâtiments rend l’interprétation délicate. Mais on remarque immédiatement la différence essentielle entre les deux « halls », que Herschend réunit dans une même catégorie : la maison 12 est isolée, entourée d’une palissade et pourvue de sa propre voie d’accès (c’est pourquoi Haarnagel y voit une maison privée, une Wohnhallenhaus), tandis que la maison 35 est accessible de toutes parts, à la fois depuis la ferme la plus proche et depuis la « rue principale » qui permet d’accéder au centre du terp (voilà pourquoi Haarnagel y voit un bâtiment communautaire, une Versammlungshalle)272. Voilà qui contredit en fait le modèle de Herschend, puisqu’on verrait un espace élitiste et privé (la maison 12) côtoyer un espace communautaire et public (la maison 35). Lequel est alors le « hall » ? La maison 12, parce que son accès est réservé, parce qu’elle est protégée et mise à part, parce que seul le groupe dominant y aurait accès ? Ou la maison 35, parce qu’elle est une « interface » entre l’extérieur et l’intérieur, parce qu’elle serait le lieu où le « seigneur » (et le terme est vraiment difficile à employer ici) exprimerait sa participation aux affaires de la communauté tout en renforçant son emprise sur celle-ci ? Il n’y a pas, à Feddersen Wierde, de hall au sens anglo-saxon, ni même au sens scandinave, du terme. Il y a divers bâtiments dont l’histoire est encore à faire.

  • 273 Rossiter 1991, p. 202-203.
  • 274 Herschend 1998, p. 170-172, et fig. 39.
  • 275 Dixon 1982 ; James, Marshall et Millett 1984, p. 186.
  • 276 O.H. Harsema, « Structural Reconstruction in Iron Age Houses in the Northern Netherlands », dans D (...)
  • 277 O. Olsen, « Viking fortresses in Denmark », dans Recent Archaeological Excavations in Europe, éd. (...)
  • 278 Dixon 1982, p. 277.

131Le dernier problème posé par ces interprétations nécessite un regard plus vaste sur l’ensemble de l’Europe du Nord-Ouest. Partout, les fouilles des soixante dernières années ont révélé la présence, depuis au moins le début de l’ère chrétienne et même avant, de grands bâtiments destinés à recevoir, à entretenir un grand nombre de convives : salles de réception des villae romaines, « halls » de la Scandinavie méridionale, sections des Hallenhäuser de la Germanie côtière, Langbauen de Westphalie ou salles rondes des crannogs d’Irlande et du nord-ouest de la Grande-Bretagne. En cela, le hall anglo-saxon s’inscrit bien dans une tendance générale qui favorise les grands espaces de réception ou de réunion festive. Mais on vient de voir, dans le cas de Feddersen Wierde, que ces espaces n’avaient pas toujours le même sens, ni la même fonction. Ils n’ont pas non plus la même forme, et cette forme correspond à des besoins et à des usages : dans les villae romaines, les salles trifoliées pourvues de stibadia servent à recevoir en même temps plusieurs groupes de convives installés à la romaine sur des divans tandis que la bibliothèque est aménagée de manière à servir de salle de réception informelle, et que, dans les plus grandes d’entre elles, une aula dite « basilicale » sert à recevoir les clients273 ; dans le grand hall de Lejre, au Danemark, la section d’apparat sert à exprimer une hiérarchie rigoureuse et à construire une mise en scène quasi-théâtrale de l’autorité du prince274 ; dans les crannogs, l’espace arrondi permet à la compagnie de se retrouver en « communion » autour du foyer et du chaudron. Or les grands halls de l’Angleterre anglo-saxonne au viie siècle n’ont pas la même forme que les « halls » de Lejre ou Feddersen Wierde. Pour commencer, ils sont beaucoup plus trapus : si la longueur des « halls » scandinaves ou germaniques continentaux correspond souvent à trois ou quatre fois leur largeur, le plan des « halls » anglo-saxons est en général un plan en « double carré »275. Plutôt que de leurs analogues continentaux, leur plan les rapproche en fait des bâtiments paysans trouvés à Chalton ou Mucking, tout comme la Versammlungshalle de Feddersen Wierde n’est rien d’autre qu’une Hallenhaus privée d’étable et « reconvertie » dans un rôle festif. Quant à leurs techniques de construction (la tranchée continue par exemple, ou l’absence de piliers à l’intérieur du bâtiment), elles les mettent à part : les maisons-halles des Pays-Bas sont encore construites en poteaux espacés jusqu’en plein xiie siècle276, tout comme celles de Scandinavie (c’est le cas des grands bâtiments elliptiques des forteresses danoises du xe siècle277), et les murs ne sont porteurs que dans deux maisons sur 86 à Wijster278. Force est donc d’en conclure que le bâtiment « grand hall anglo-saxon » est un produit local, et que les « Angles, Jutes et Saxons » ne l’ont pas importé depuis leur habitat traditionnel. Cela signifierait que ses usages et ses valeurs, qui rendent son existence possible et souhaitable, sont eux aussi propres à la société qui l’a vu naître. Cela ne signifie pas pour autant que les bâtiments équivalents de la Germanie et de la Scandinavie n’ont pas été des modèles possibles pour le « grand hall anglo-saxon », car les ressemblances sont tout aussi nombreuses que les différences : mais ils ont été des modèles parmi d’autres, ils sont des analogues plus que des équivalents.

  • 279 Dixon 1982 ; Hodges 1989, p. 34-35 et p. 58.
  • 280 James, Marshall et Millett 1984, p. 201-205.

132L’autre modèle possible est romain. Mais là encore, il est multiple et problématique. Les granges romaines, comme celle de Rivenhall, peuvent avoir été « reconverties », mais il paraît peu probable qu’elles aient servi à élaborer cette véritable « mystique » du hall qu’on observe à partir du viie siècle : après tout, ce n’étaient que des granges ! Pourtant, le hall, au bout du compte, ressemble plus à ces granges qu’aux triclinia des villae. Mais elles ne sont pas bien connues : la plupart des fouilles de villae, en particulier les plus anciennes, se sont concentrées sur la pars urbana, plus prestigieuse. Ce qu’on connaît un peu mieux, ce sont les petites fermes, les « cottages » britanno-romains, qui possèdent, comme plus tard les maisons paysannes anglo-saxonnes et les grands halls eux-mêmes, ce plan en « double carré » si original279. Rappelons cependant que ces « cottages » sont en général en pierre ou opus signinum : la continuité, là encore, est plus complexe qu’on ne pourrait le croire à la seule vue des plans. Un autre point commun entre ces maisons britanno-romaines et les bâtiments anglo-saxons est la présence d’annexes, inconnues sur le continent, qui ne connaît que les partitions internes280.

  • 281 Vitruve, Architecture. Éd. F. Granger, Vitruvius : On Architecture, 2 vol., Loeb, Londres et Cambr (...)

133Une autre piste à considérer est celle de la basilique, s’il est vrai que celle d’York a survécu plusieurs siècles au départ des légions et si l’on considère la réoccupation du site à Wroxeter comme une volonté de réinvestir un espace de souveraineté. La description par Vitruve de la basilique au livre v de ses Dix livres d’architecture témoigne d’un certain nombre de points communs avec le grand hall. Comme lui, elle s’inscrit dans un complexe organisé et ouvre sur une cour (le forum). La largeur de la basilique représente entre le tiers et la moitié de sa longueur : ses proportions (entre 1/2 et 1/3) en font donc un bâtiment plus trapu que la Versammlungshalle de Feddersen Wierde (1/3,5) ou que le grand hall de Lejre (1/4,3). Des proportions de 1/3 sont certes fréquentes en Germanie côtière et Scandinavie, mais pas pour ce genre de très grands bâtiments de prestige : on y a plutôt tendance à allonger le bâtiment, et le « double carré » est, on l’a dit, proprement anglo-saxon. Vitruve l’envisage pour la basilique, et en particulier pour celle de Fano qu’il a lui-même construite et dont les proportions sont de 120 x 60 pieds. La basilique de Fano est pourvue d’entrées sur l’un des longs côtés, celui qui donne sur la place (à la différence des Hallenhäuser, dont les portes donnent sur des espaces indifférenciés, et à la différence des halls anglosaxons, pour lesquels ce sont les entrées aux extrémités qui donnent sur la place). Elle possède une tribune fermée au milieu du long côté opposé, qui sert de temple d’Auguste et de tribunal : elle domine la basilique et en est le point focal, surélevé. Les basiliques peuvent être pourvues d’annexes (chalcidicia) de part et d’autre des extrémités. Enfin, elles sont pourvues d’une galerie intérieure qui fait le tour de la salle centrale, et la charpente est apparente281. Ainsi le grand hall est comme la basilique un espace unifié, dégagé sous la charpente, non compartimenté, sauf un éventuel espace arrière, réservé – symboliquement ou réellement – au souverain. La différence est que si cet espace est dans la basilique au milieu du long côté, il est dans le hall situé à une des extrémités. Là encore, la filiation, si elle est envisageable, n’est donc pas directe, car à nouveau les usages des bâtiments sont très différents : avant toute chose, on n’a aucun témoignage sur des festins organisés dans une basilique !

134Le triclinium des villae enfin n’a pas pu influencer directement le grand hall : le plan en est trop différent pour cela. Pourtant, c’est l’espace dont les fonctions sont les plus proches : réception des convives, mise en scène de la splendeur de l’hôte, peut-être entretien des clients. Le passage du triclinium au hall représente donc un changement dans les conceptions de ce qu’est un festin et une salle de festin. Les valeurs doivent être changées du tout au tout pour que l’on abandonne le triclinium au profit d’un espace a priori aussi peu destiné à la convivialité qu’un mélange de basilique, de grange et de maison paysanne.

  • 282 Je remercie R. Dreillard pour avoir attiré mon attention sur ces aulae privées, évoquées en novemb (...)
  • 283 Salway 1993, p. 394 et 422.

135Il est possible cependant qu’à l’intérieur de la villa romaine, ce ne soit pas le triclinium, mais l’aula basilicale, qui ait fourni un modèle au hall. Le problème est que si ces aulae privées ou salles d’audience basilicales (grandes salles dont l’architecture est inspirée de celle de la basilique, où le patronus possédait un haut-siège et où les clients recevaient le stipendium), sont bien attestées dans d’autres parties du monde romain (par exemple en Sicile, dans la villa Casale de Piazza Armerina282), elles ne semblent pas avoir été connues en Bretagne : en tout cas, ni les sites mentionnés plus haut, ni les grandes villae du ive siècle, comme Chedworth, North Leigh, Woodchester, n’en possédaient. Il existe cependant, dans la villa de Littlecote, elle aussi construite au ive siècle, un bâtiment assez intéressant. Détaché, en bord de rivière, construit avec soin et orné de mosaïques, il a été intérprété comme un sanctuaire orphique en raison des sujets des mosaïques283. Ce bâtiment pourrait toutefois être analysé comme un complexe réunissant un triclinium, une salle d’audience et des bains. En effet, il est composé d’une grande salle rectangulaire (qui, comme les basiliques, possède une sorte de niche sur un des longs côtés, face à la porte d’entrée) et d’une salle trifoliée où l’on a retrouvé les mosaïques « orphiques ». On pourrait presque parler d’une sorte de « salle à manger d’été » aménagée par le propriétaire de la villa pour entretenir ses invités. Mais la différence de décoration entre le triclinium et la grande salle rectangulaire laisse penser que, comme à Piazza Armerina, les deux espaces avaient des usages très différents et ne servaient pas à recevoir les mêmes personnes : les « amis » dans le triclinium richement décoré, les « clients » dans ce qui pourrait donc être appelé un aula. Mais ce cas est unique en Bretagne, et il montre qu’à la rigueur il pouvait y avoir deux espaces de réception. Tel n’est pas le cas dans les tunas (et dans leurs équivalents, les llys gallois) où nous avons repéré des halls. Là encore, la filiation est possible mais ne saurait être directe.

136On pourra dire que l’influence germanique a joué : mais alors pourquoi pas des bâtiments tels que ceux de Lejre ou Feddersen Wierde ? En fait, l’abandon du triclinium et le passage dans le hall doivent être le produit d’une synthèse locale. Cette synthèse est démontrée par un phénomène qui nous permet d’établir l’originalité et l’autochtonie du hall et de ses valeurs, tout en rendant compte du différentiel chronologique entre l’abandon apparent des triclinia (début/milieu du ve siècle) et l’apparition des grands halls anglo-saxons (fin du vie siècle) : l’existence de « halls brittoniques », c’est-à-dire de bâtiments identifiables architecturalement comme des halls mais situés dans la moitié occidentale de l’île.

  • 284 L. Alcock, ‘By South Cadbury is that Camelot…’ : The Excavation of Cadbury Castle 1966-1970, Londr (...)

137Le plus connu est celui de South Cadbury, surtout connu pour ses connexions arthuriennes depuis qu’il été (un peu trop rapidement) présenté comme « la grande salle de festin de Camelot ». Malgré les critiques émises contre la reconstitution du bâtiment par Leslie Alcock, il est indéniable qu’un grand bâtiment rectangulaire (structure L1) a été édifié au sommet de la colline de Cadbury entre le début du ve et le début du vie siècle284. Le « hall », qui mesurait environ 18x10 m, était « de par sa taille et sa position dominante sur la colline, le principal bâtiment – en fait, la salle de festin – de la forteresse arthurienne ». On remarquera pour commencer les proportions, proches de 1/2. Le bâtiment certes n’est pas parfaitement rectangulaire, à la différence de ceux de Yeavering ou de Cowdery’s Down, ni régulièrement incurvé, comme ceux, plus tardifs, de Cheddar et Goltho. En outre, il était sans doute divisé en deux parties inégales par un cloison. Alcock identifie ces deux parties comme une salle et une chambre, ce qui n’a rien d’impossible. Ce qui importe ici, c’est que dans le courant du ve siècle, un chef britanno-romain jugea utile de s’installer dans un espace nouveau, fortifié, et d’ériger un équivalent rudimentaire de ce qui serait plus tard le grand hall « anglo-saxon ». Ce chef, on peut l’appeler Arthur, si l’on s’en sent le courage, mais en dehors d’Alcock, la plupart des historiens se gardent bien de lui donner un nom, et surtout pas celui-là !

  • 285 L. Alcock, Dinas Powys. An Iron Age, Dark Age and Early Medieval Settlement in Glamorgan, Cardiff, (...)
  • 286 B. Hope-Taylor, « East Lothian : Dunbar, Doon Hill », Med. Arch. 10, 1966, p. 175-176.

138South Cadbury n’est pas isolé. On retrouve de tels bâtiments, accompagnés là aussi de céramique importée méditerranéenne qui indique le statut élevé des occupants, dans les sites de Dinas Powys (maisons Ia au ve siècle et Ib au ve -vie siècle) et Cadbury Congresbury (structures I et VI à la fin du ve siècle)285. Plus au nord, le hall A de Doon Hill, lui aussi rectangulaire, mesurant environ 20 x 10 m, construit dans un site fortifié, est manifestement antérieur à la prise de contrôle de la région par les Berniciens, et daterait de la fin du ve ou du début du vie siècle286. Ainsi, à Doon Hill comme à Birdoswald et dans d’autres sites, on a la trace, dans le courant du ve et au début du vie siècle, de l’occupation de sites de nature défensive et de la construction dans ces sites de bâtiments qui annoncent ceux dans lesquels les Anglo-Saxons du « long viie siècle » festoieront.

  • 287 Scull 1991.
  • 288 L. Alcock, « Warfare and Poetry among the Northern Britons », 1983, rééd. dans Id. 1987, p. 234-25 (...)

139On a donc bien ici un phénomène qui correspond, en milieu brittonique ou britanno-romain, à la fusion des usages civils (la culture du triclinium avec sa céramique importée) et militaires (les sites fortifiés et la présence d’armes) que l’on voyait s’esquisser dans le diocèse des Britanniae au ive siècle mais aussi dans tout l’Occident romain. Les Anglo-Saxons, en cela, seraient donc des imitateurs. Or il est frappant de constater que le grand site du début du viie siècle, qui abrite l’exemple même du grand hall classique, Yeavering, était sans doute à l’origine un établissement brittonique : même si cette origine a été contestée287, le toponyme semble celtique (ad Gefrin = près du gafr-bryn, la colline des chèvres). La continuité, ou plutôt la transmission, est ici plus importante que les différences. Dans ce cas, si le grand hall a une origine brittonique ou britanno-romaine, les parallèles avec la basilique sont plus faciles à expliquer que s’il est une innovation germanique. Il s’agit d’un bâtiment qui transpose dans de nouveaux sites, à la fois plus sûrs et plus à même d’imposer une domination sur le voisinage, les usages du triclinium et la splendeur de la basilique. C’est une sorte de bâtiment mi-privé mi-public, mi-civil mi-militaire, qui permet l’expression de nouvelles valeurs et la mise en œuvre de nouvelles pratiques au sein d’une élite en redéfinition, qui conserve certains usages de la romanité (céramique sigillée par exemple dans les sites du Sud-Ouest) mais qui prend en charge sa propre défense d’une manière nouvelle. Cette élite, qui se sait et se veut romaine, n’en fonctionne pas moins selon les règles du comitatus en l’absence d’une armée régulière. Dans un tel contexte, la villa n’était plus viable, et il était nécessaire de transférer ses investissements dans les sites fortifiés, ancêtres des llys gallois, où le neuadd (hall) sert à la fois de triclinium pour recevoir les convives et entretenir les clients, et de basilique pour traiter les affaires publiques et rendre la justice. Le cas apparemment isolé de Wroxeter devient alors beaucoup plus aisément explicable : sa seule originalité est d’avoir réinvesti l’espace urbain. Ken Dark a donc raison de remarquer que les « halls » brittoniques ne sont pas un-Roman288. Mais s’ils tirent leurs fonctions et leur apparence de divers bâtiments romains, ils en diffèrent considérablement et marquent l’entrée dans un système politico-social différent.

Un « classicisme » ? Le hall à son apogée

140Ce nouveau bâtiment, accompagné d’une nouvelle éthique et de nouveaux usages confondant public et privé, civil et militaire, serait donc en Bretagne une création brittonique. Ce sont pourtant des Anglo-Saxons qui dans la moitié orientale de l’île lui donnent ses lettres de noblesse, tant en termes de splendeur architecturale (les « halls » brittoniques n’atteignent pas les dimensions de leurs analogues anglo-saxons) qu’en termes de « mystique du hall ». Il nous faut donc examiner le transfert de ce bâtiment et de son éthique aux régions orientales et les changements induits par ce transfert.

141L’habitat des régions orientales de l’île, au ve-vie siècle, présente un aspect bien moins hiérarchisé que celui de l’Ouest ou de la Germanie côtière : on n’y trouve pas de forteresses perchées comme à Dinas Powys, ni de grands bâtiments dominant le site comme à South Cadbury ou à Lejre, ni même de « fermes dominantes » comme à Feddersen Wierde. Les villages au contraire semblent tous composés d’unités d’exploitation de taille sensiblement égale, toutes centrées sur un bâtiment rectangulaire de taille modeste (50 m2 maximum). Mais l’évolution de certains de ces villages à la fin du vie et au début du viie siècle peut nous fournir un indice.

  • 289 Millett et James 1983, p. 192 sq. et fig. 6 (p. 158) ; Reynolds 1999, p. 48, fig. 13.
  • 290 Un modèle défendu dans les diverses contributions de Bassett (éd.) 1989.
  • 291 Herschend 1998, p. 20-23.

142Reprenons pour cela le dossier de Cowdery’s Down. L’habitat commence comme une agglomération de deux fermes (périodes 4A et 4B) mais change profondément de nature au début du viie siècle (période 4C) quand aux deux fermes succède un complexe manorial centré autour d’une cour et muni d’un grand hall (C12), avec au nord-est un autre complexe, peut-être les restes de la datable, du seconde ferme289. Le modèle ici semble celui d’une croissance interne, locale, de l’émergence à l’intérieur de la communauté villageoise d’un groupe dominant, et non de l’investissement d’un site par un groupe dominant déjà constitué290. L’application par Frands Herschend de son modèle de la « troisième maison » à Cowdery’s Down doit ici être discutée291. Selon Herschend, le bâtiment C12 est une « troisième maison » témoignant de la transformation du site, qui de simple ferme deviendrait site aristocratique. Il est vrai que le « grand hall » C12 n’est pas issu d’un bâtiment précédent, et semble établi sur un sol vierge : il pourrait donc s’agir d’une « nouvelle maison » ajoutée à l’ancienne unité d’exploitation. Mais en fait, un seul bâtiment de la période 4C (C8) peut réellement être considéré comme successeur d’un bâtiment des phases précédentes (B4). Le site en réalité a été entièrement remanié entre les deux phases, et il faut donc en reprendre l’histoire, le scénario suivant pouvant être envisagé. Dans la période 4A/B, il y a deux unités encloses, que nous appellerons les fermes nord et sud. La seconde semble plus importante que la première, avec deux grands bâtiments (A1 puis B4) « chevauchant » la clôture. Dans la période 4C, il y a à nouveau deux unités encloses, toutes deux de taille plus grande : une ferme est, qui recouvre l’ensemble de l’ancien site, et une ferme ouest. Cette dernière donne, au-delà de sa clôture occidentale, sur l’espace proprement manorial, avec le grand hall C12. Les unités d’exploitation ne sont donc pas les mêmes dans les deux phases : ou plutôt, il est logique de penser que, comme dans les Wandersiedlungen de Mucking ou West Stow, ce sont les mêmes mais qu’elles ont bougé. Si C8 succède à B4, il est logique de penser que la ferme est succède à la ferme sud. Il est donc possible que la ferme ouest (la ferme « manoriale ») ait succédé à la ferme nord. Par conséquent, C12 n’est pas une « troisième maison » ajoutée à l’habitat déjà existant : C12 est le successeur du bâtiment principal (B6) de la ferme nord, et est construit quand l’exploitation se déplace vers l’ouest : le hall anglo-saxon ne serait donc pas une « troisième maison », mais le successeur du bâtiment d’habitation des fermes. Ce déplacement a pu avoir lieu lors du changement de statut des occupants de la ferme nord qui, de ferme « mineure », devient la ferme « dominante » du hameau.

  • 292 K. Wade, « A Settlement Site at Bonhunt Farm, Wicken Bonhunt, Essex », dans Archaeology in Essex t (...)
  • 293 S. Bassett, « In Search of the Origins of Anglo-Saxon Kingdoms », dans S. Bassett (éd.) 1989, p. 3 (...)

143Ce schéma, en revanche, n’est pas applicable à Yeavering, où les rois berniciens ont hérité d’un site d’élite déjà opérationnel. Il ne l’est pas non plus à Wicken Bonhunt, où le site, occupé pour la première fois à la fin du vie siècle, possède immédiatement des traits qui font penser à un site seigneurial : plan organisé autour d’une cour et alignement (dès le début) des bâtiments ; présence de bâtiments de taille moyenne (E et F ont plus de 12 m de long) ; résultats archéozoologiques suggérant une consommation alimentaire d’élite292. Or, comme le remarque Steven Bassett, ce site est tout proche de la petite ville romaine de Great Chesterford : il est possible d’imaginer que le site de Wicken Bonhunt résulte d’un transfert du centre de pouvoir de roitelets locaux depuis la ville abandonnée vers un tun nouvellement établi293. Le modèle ici est celui de l’établissement volontaire d’un centre de pouvoir par un groupe dominant constitué, héritier d’une unité administrative romaine.

144Les deux modèles précédents (transformation interne ou investissement de sites vierges) peuvent être réconciliés en tenant compte du caractère essentiellement mouvant de la société du ve-vie siècle et de la nature extrêmement diverse de l’implantation anglo-saxonne en Bretagne. Selon les régions, selon les micro-régions même, les choses ont pu se passer de manières très différentes :

  • - Si le royaume de Deira semble bien correspondre à la création originale d’un groupe immigrant294, il est fort possible que le Kent ne soit que la continuation de la civitas romano-bretonne des Cantiaci, dont les Oiscingas auraient pris le contrôle295 : dans les deux cas, des rois puissants ont pu accorder à leurs aristocraties et aux membres de leur comitatus des gratifications, des terres.
  • - Dans d’autres régions, comme l’Essex ou l’Est-Anglie, une implantation plus désordonnée de guerriers-paysans germaniques, doublée de l’acculturation de la paysannerie romano-bretonne, a pu créer des villages peu hiérarchisés connaissant peu à peu des phénomènes de type big men conduisant à la formation progressive de très nombreux micro-royaumes296 qui furent au fil du temps absorbés dans les grands royaumes du viie siècle.
  • - Ailleurs encore, la conquête de territoires par des monarchies anglo-saxonnes déjà bien constituées débouche sur l’administration directe des conquêtes. C’est le cas dans le territoire des Wreocensæte (actuel Shropshire et sud du Cheshire), une région que les Merciens de Penda ont sans doute conquise au début du viie siècle sur la dynastie locale brittonique centrée sur Wroxeter. La mainmise sur cette région se traduit en particulier par son incorporation au diocèse de Lichfield et par l’absence de référence à une dynastie locale. Le site d’Atcham, près de Wroxeter, où l’on a retrouvé des marques de culture analogues à celles de Yeavering, serait donc non pas un palais de la dynastie locale, mais un palais des rois merciens, peut-être intégré au circuit de ces derniers, mais sans nul doute administré par leurs agents directs297. Ce choix contraste avec celui observé dans les régions des Hwicce et des Magonsæte, où les rois merciens gouvernent par l’intermédiaire de rois vassaux.
  • - Dans d’autres régions enfin, comme la Bernicie298 ou le Wessex, les monarchies émergentes ont hérité en partie des cadres des monarchies brittoniques qui les avaient précédées, intégrant certaines de leurs dynasties à leurs entités politiques, en dépossédant d’autres pour récompenser leurs propres hommes. Le cas du Wessex est à cet égard très intéressant. La dynastie ouest-saxonne est peut-être elle-même d’origine brittonique, si l’on en croit l’anthroponymie de leurs premiers rois. Le royaume des Saxons de l’Ouest se construit par agrégation de certaines entités (ainsi les Gewisse de la vallée de la Tamise), par absorption d’autres entités (ainsi les Jutes du Hampshire) ou par conquête (ainsi dans le Somerset), autour de la dynastie des Cerdicingas. Partout cependant ont peut penser que l’extension du pouvoir des Cerdicingas fut accompagnée par l’extension de leur capacité à prélever des surplus agricoles (si l’on en croit les lois d’Ine et les traces d’une ancienne organisation du feorm dans les documents du xe-xie siècle) et par les progrès de leur aristocratie299.
  • 300 Evans 1997.
  • 301 Bazelmans 1999, p. 189-190.
  • 302 Herschend 1998, p. 163-165.

145Or malgré cette diversité, l’Angleterre se couvre de grands halls à la fin du vie siècle : signe de l’émergence de groupes dominants, rois et aristocraties des nouveaux royaumes. Que ces aristocraties soient d’anciens groupes « royaux » ou de nouveaux groupes devant leur fortune au service du roi, qu’elles soient issues d’une souche britanno-romaine ou d’un apport germanique, qu’elles soient « filles du village » ou « parachutées » par décision royale, leur mainmise sur la terre se traduit par la construction d’un grand hall. Ce trait commun à tous les groupes aristocratiques anglo-saxons est le signe de l’émergence de valeurs communes à ces aristocraties de la fin du vie siècle, le signe d’une uniformisation de leurs pratiques et de leurs références. Désormais séparées de leurs homologues brittoniques par une barrière linguistique et identitaire qui court du nord au sud entre Stirling et Exeter, les aristocraties de la Bretagne orientale du viie siècle élaborent une grammaire commune, dont le centre est le grand hall300. Comme Beowulf, chaque homme de cette élite voit sa vie tourner autour des halls : nutritus/cniht, il y apprend les règles du jeu tout en servant ses aînés ; minister/thegn, il sert son seigneur au combat et reçoit de lui festins et richesses, hydromel et anneaux ; dominus/hlaford, il est établi dans ses propres terres, construit son propre hall – ou obtient du roi de « relever » celui de son père – et devient à son tour seigneur, tout en continuant à fréquenter le hall du roi pour les grandes occasions. Ce schéma de la vie d’un guerrier rappelle celui proposé par Jos Bazelmans : à chaque moment de sa carrière, l’homme a une place dans le Gefolgschaft (j’ai utilisé le terme équivalent comitatus), définie entre autres par ce qu’il est en mesure de donner et recevoir301. C’est pour cela que la « mystique du hall » est au centre de l’éthique du comitatus : tout au long de sa carrière, l’homme est défini par la place qu’il occupe dans le hall. Dans le monde mythique de la poésie, mais aussi dans les royaumes instables du vie-ixe siècle anglo-saxon, il peut enfin à son tour devenir rex/cyning et régner sur le hall, c’est-à-dire sur le peuple et la terre. Ce schéma très simple fait du hall ce qui est en soi désirable, il en fait le centre de l’éthique guerrière, le lieu où l’homme sert son seigneur et le lieu où le seigneur récompense ses hommes : il est bien, selon l’expression de Herschend, une matérialisation de « l’idée du bien »302.

146C’est parce qu’à la fin du vie siècle des royaumes se forment, parce qu’une aristocratie se crée et surtout s’unifie, dans ses références culturelles, ses pratiques, sa langue et ses valeurs dans toute la Bretagne orientale, que le hall peut et doit exister. Synthèse et parallèle de plusieurs types de bâtiments de sociabilité et d’autorité connus par l’archéologie et/ou les sources écrites (basiliques des villes romaines, triclinia des villae, « troisièmes maisons » des « fermes dominantes » scandinaves, Versammlungshallen des terpen de la Germanie côtière, pièces à vivre des Hallenhäuser des mêmes terpen, maisons rectangulaires paysannes des « villages » anglo-saxons, neuadd des llys brittoniques, aulae des résidences urbaines et rurales des rois mérovingiens), le grand hall est à la fois analogue aux bâtiments que nous venons d’énumérer et le signe d’une culture propre.

147Dans toutes les sociétés du haut Moyen Âge occidental, les grands, les dominants, expriment leur pouvoir par de grands bâtiments. Mais ces bâtiments sont différents les uns des autres, leurs fonctions et les images qu’ils évoquent dans les consciences sont différentes, car ces groupes n’ont pas les mêmes origines, les mêmes valeurs et les mêmes références, parce qu’ils n’exercent pas leur pouvoir de la même manière. Dans l’Angleterre du viie siècle, ce pouvoir est dans les mains d’une aristocratie nouvellement formée (elle diffère sans doute en cela de l’aristocratie franque et gallo-romaine), mais dont l’autorité s’appuie sur le service du roi et la possession de la terre (ce qui la distingue de ses homologues en Scandinavie ou en Germanie côtière à la même époque). La forme anglo-saxonne du bâtiment dominant répond donc aux besoins identitaires et pratiques de cette aristocratie. Le hall est à la fois le produit et l’une des causes de l’émergence de cette aristocratie, à qui il procure un langage commun et original, qui la distingue du reste de la population. Il fournit à la société anglo-saxonne en formation un centre, un point de référence. C’est là ce que dit Beowulf. Et c’est pour cela que, si intimement lié à la naissance même, en Angleterre, d’une nouvelle notion de ce qu’est le bien, la respectabilité, la valeur, il a informé les pratiques et les choix pendant de nombreux siècles, au moins jusqu’au xie siècle et peut-être même jusqu’au xvie, même si, entre temps, d’autres espaces de « bien », de « respectabilité » et de « valeur » avaient émergé, y compris des espaces de festin.

148Cette omniprésence des valeurs du hall et cette importance fondamentale qu’il acquiert dans la culture anglo-saxonne va bien au-delà de l’aristocratie laïque du viie siècle. En effet, parce que ce groupe est le groupe dominant dans les royaumes anglo-saxons, il propose ses propres valeurs à l’ensemble de la société, qui les accepte avidement. J’ai exploré dans ma thèse la manière dont cette culture aristocratique, laïque et indigène est entrée en contact, c’est-à-dire à la fois en conflit et en synthèse, avec les cultures ecclésiastiques, populaires et importées, qui proposent leurs propres espaces de convivialité, mais aussi leurs propres modes de consommation, leurs propres règles du jeu. Qu’il nous suffise ici de remarquer que les siècles qui suivent cet apogée du grand hall ne l’ont pas vu disparaître, loin de là : les rois continuent à festoyer, les évêques à construire des aulae, les aristocrates à organiser la gestion de leurs domaines autour de leurs halls.

149Quant aux valeurs du hall, celles qu’on vient brièvement de résumer et qui sont comprises dans l’itinéraire idéal du guerrier, elles ne changent pas. Si Beowulf, comme certains l’affirment, est un poème tardif, il est étonnant de remarquer combien l’architecture de Heorot correspond à celle des grands halls du viie siècle. Toutefois, je ne crois pas que Beowulf soit postérieur au viiie siècle : bien plus, il me semble que ce poème – avec d’autres, aujourd’hui disparus – a servi à créer, former, informer cette culture, en un mot qu’il est né avec le hall. Et la Bataille de Maldon, à la fin du xe siècle, montre bien comment la poésie a continué à se nourrir dans les siècles suivants de cette image du hall : il y est toujours paré de cette même mystique, il est le lieu des serments échangés, des anneaux distribués, des beuveries d’hydromel, de la camaraderie guerrière et de la relation particulière entre le seigneur et ses hommes.

150Archaïsme ou réalité ? Les housecarls de Harold moururent tous autour de leur seigneur à Hastings, comme ceux de Byrhtnoth à Maldon, même si personne ne chanta leur défaite glorieuse. À Tinchebray au contraire, en 1106, on fit des prisonniers, conformément à l’éthique chevaleresque naissante. Cette éthique si particulière, née dans les grands halls du viie siècle et dont les effets se firent sentir pendant bien des siècles, fait donc bien de ce long viie siècle un « classicisme », et du bâtiment qui en est la quintessence un bâtiment « classique » en cela qu’il devient le modèle et la référence des constructions ultérieures qui, malgré leurs évolutions, restent fidèles à ce plan de base : un bâtiment rectangulaire ou quasi-rectangulaire ; d’un seul tenant et isolé ; de proportions 1/2 ; en bois ; construit avec soin ; inséré dans le complexe habitable de manière à ce qu’on n’entre pas immédiatement dans la grand’salle mais qu’on traverse d’abord un sas ; muni d’au moins une porte latérale, souvent deux, parfois d’une porte à une extrémité ; ménageant un espace intérieur ouvert et vaste ; organisé de manière à ce que les convives soient assis le long des murs, se faisant face à face, alors que le maître et ses proches occupent l’une des extrémités et peuvent être vus de tous tout en ayant l’œil sur l’ensemble de la salle. Ce modèle, même s’il est proche d’autres types de bâtiments d’autres temps et d’autres lieux, est spécifiquement anglo-saxon et témoigne d’une culture alimentaire et festive originale. Le reste n’est qu’arrangements.

151Mon étude des « lieux du festin » s’achèvera ici, même si elle reste nécessairement incomplète. Des fouilles ultérieures sont parfaitement à même de remettre en cause plusieurs hypothèses. Les réponses aux questions soulevées restent imparfaites, et certaines de ces questions restent sans réponse. Mais ce qui me paraît établi ici, c’est que le hall est un bâtiment fait pour les aristocraties anglo-saxonnes de la fin du vie et du viie siècle, qu’il est l’un des résultats de leur émergence comme groupe conscient de son identité sociale, peut-être même ethnique, conscient en tout cas de son pouvoir ; en même temps, il a aidé cette identité à se forger. Il n’est pas seul à avoir rempli ce rôle : la poésie héroïque, l’hagiographie, les pratiques funéraires, le patronage d’églises « privées » ont aussi pu être à la fois catalyseur et produit de l’émergence de ces aristocraties. Mais le grand hall est essentiel parce que sa taille, sa visibilité et la force de travail considérable qu’il fallait mobiliser pour sa construction en faisaient un signe évident de statut. Et aussi parce qu’il était le lieu d’une des pratiques qui, on l’a vu, les définit le mieux : le festin. Il est donc grand temps de passer à table, ou plutôt, comme auraient dit les Anglo-Saxons, de s’asseoir au festin.

Notes

1 Oliver 1955, p. 368-372

2 Ibid., p. 17 et p. 376-377.

3 C. Lévi-Strauss, Tristes tropiques, Paris, Plon, 1955, chap. xxii.

4 Oliver 1955, p. 364.

5 Alfred, traduction de la Consolation de la philosophie (éd. W.J. Sedgefield, King Alfred’s Old English Version of Boethius De Consolatione Philosophiae, Oxford, 1899), chap. xvii.

6 J. Le Goff, Pour un autre Moyen Âge, Paris, 1977, p. 81.

7 Asser, Vie d’Alfred, chap. xci.

8 W. Pohl, « The regia and the hring : Barbarian Places of Power », dans topographies of Power in the Early Middle Ages, éd. M. De Jong et F. Theuws, Transformation of the Roman World 6, Leyde, 2001, p. 439-466.

9 C. Stévanovitch, « Les grand-salles de Beowulf », lectures de Beowulf, Journée scientifique du CIRLEP et du CRLLCE, Reims, 1999, p. 47-55, ici p. 51.

10 Bazelmans 1999, p. 135-136 et ch. 6 ; Magennis 1996, p. 14.

11 Gen 2840.

12 T.A. Shippey, Beowulf, Studies in English Literature 70, Londres, 1978, p. 23 : « indexes of happiness ».

13 Herschend 1998.

14 Hume 1974.

15 Magennis 1996, p. 35.

16 Woolf 1976.

17 E. Budde, Die Bedeutung der Trinksitten in der Kultur der Angelsachsen, Iena, 1906, p. 96-97, et chap. iv.

18 « La salle se dressait, haute et large de cornes » (Bwf 81-82).

19 Bwf 78.

20 Irving 1989, p. 133.

21 Bwf 67 sq.

22 Bwf 83-85.

23 Wds 45-49.

24 Crépin 1991, p. 547.

25 Bwf 67-69, 77-78, 81-82.

26 Bwf 5.

27 Hume 1974, p. 68.

28 Jud, sp. 19, 27et 33, où les compagnons d’Holopherne sont désignés comme fletsittende et bencsittende.

29 Bwf 2471.

30 Run n° 6.

31 Rdl 14 12.

32 Cramp 1957 p. 76-77

33 Bwf 647

34 Bwf 69.

35 Bwf 116.

36 GfM 44-45.

37 Bwf 1515.

38 Bwf 146, 285, 658, 935.

39 Bwf 1925.

40 Bwf 81-82.

41 Bwf 1799.

42 Bwf 285.

43 Bwf 1924.

44 Bwf 308.

45 Bwf 75 et 1253.

46 Bwf 1177

47 And 1657

48 Gen 1821.

49 Bwf 994-995.

50 Bwf 75.

51 Bwf 82-83.

52 Fnb 1.

53 Bwf 774-775.

54 Fnb 30.

55 « Psautier d’Utrecht », fol. 65v (E.T. DeWalD, The Illustrations of the Utrecht Psalter, Princeton, s.d., pl. ciii) : illustration du Ps cxi (cxii), 9.

56 BL Harley 603, fol. 57 v.

57 Crépin 1991, p. 552-553.

58 Bwf 722.

59 Bwf 403.

60 Bwf 404.

61 Bwf 721-724.

62 Cramp 1993, p. 340-341.

63 A. Gautier, « Les portes du hall… ».

64 Bwf 775.

65 Bwf 1239-1250.

66 Bwf 1086.

67 Bwf 168, 2327.

68 Bwf 168-169.

69 Gen 1629 : « yrfe-stole », « siège d’héritage ».

70 Bwf 2195-2196.

71 Bazelmans 1999, p. 135.

72 Gen 1518.

73 Bwf 1713-1714.

74 Bwf 261, 1580, 2180, 2418, 3179.

75 Bwf 925-927.

76 A. Meaney, 1995, « Pagan English Sanctuaries, Place-names and Hundred Meeting-Places », dans ASSAH 8, 1995, p. 29-42, ici p. 35.

77 Cramp 1957, p. 68 sq ; Id. 1993, p. 343.

78 Bwf 1235-1237.

79 Bwf 1294-1299.

80 Bwf 140.

81 Bwf 1299-1301.

82 Jud 40.

83 Bradley 1995.

84 Jud 57, 248, 255.

85 Alfred, traduction des Soliloques d’Augustin (éd. L. Hargrove, King Alfred’s Old English Version of St. Augustine’s Soliloquies, Yale Studies in English xiii, New York, 1902-1904), vol. i, p. 43-44.

86 ASC A, an. 755 (recte 757) : l’annale anticipe en fait un événement datant de 786.

87 Non identifié.

88 Bwf 320.

89 Bwf 175.

90 Gen 1821 ; And 1158-1159.

91 Rui 2.

92 And 1235.

93 P.J.Frankis, « The Thematic Significance of « enta geweorc » in « The Wanderer » », ASE 2, 1973, p. 253-269.

94 Magennis 1996, p. 42.

95 Jud 167, And 1637.

96 Dan 58.

97 J. Campbell, « Bede’s Words for Places », dans essays in Anglo-Saxon History, Londres, 1986 ; L. Alcock, « Bede, Eddius, and the Forts of the North Britons », 1988, rééd. dans Bede and his World : the Jarrow lectures, vol. ii, Variorum, 1994.

98 C.P. Loveluck, « ‘The Romano-British to Anglo-Saxon Transition’ – Social Transformation from the Late Roman to Early Medieval Period in Northern England », dans Past, Present and Future : The Archaeology of Northern England, éd. C. Brooks, R. Daniels et A. Harding, Architectural and Archaeological Society of Durham and Northumberland Research Report 5, 2002, p. 127-148.

99 HE, ii, 14 ; HE, iii, 21 (vicus regius) et iii, 22 (villa regia).

100 HE, iii, 10 ; HE, iii, 16.

101 HE, ii, 9 ; HE, ii, 14.

102 Bède, Vie des saints abbés, chap. xv.

103 HE, iii, 22.

104 HE, v, 4 :

105 P.H. Sawyer, « The Royal tun in Pre-Conquest England », dans Ideal and Reality in Frankish and Anglo-Saxon Society, Studies presented to J.M. Wallace-Hadrill, éd. P. Wormald, Oxford, 1983, p. 273-299, ici p. 288.

106 HE, iii, 15 ; Rollason 2003, p. 48-50.

107 HE, iii, 10.

108 ASC A, an. 901 [recte 899].

109 De Orthographia, dans H. Keil, Scriptores de Orthographia, Grammatici latini, t. vii, Leipzig, 1878, p. 262.

110 Ermold le Noir, Poème sur Louis le Pieux, v. 2175.

111 Félix, Vie de Guthlac, chap. xi.

112 Asser, Vie d’Alfred, chap. xci.

113 Wulfstan le Chantre, Vie d’Æthelwold, ch. 19 ; Byrhtferth, Vie d’Oswald, ve et vie partie.

114 ‘B’, Vie de Dunstan, § 38 ; G. de Malmesbury, Vie de Wulfstan, iii, 19 et iii, 20.

115 Vie d’Édouard, i, 1.

116 GRA, 133.

117 M. Lapidge, « Some Latin Poems as Evidence for the Reign of Athelstan », ASE 9, 1980, p. 61-98.

118 HE ii, 12.

119 Earl 1994, p. 115-117.

120 HE, ii, 13.

121 Osbern, Vie de Dunstan, § 43.

122 ‘B’, Vie de Dunstan, § 21.

123 E.T. Leeds, Early Anglo-Saxon Art and Archaeology, Oxford, 1936, p. 21.

124 D. Benson et D. Miles, « Cropmarks near the Sutton Courtenay Saxon Site », Antiquity 48 (1974), p. 223-226.

125 Addyman 1972 ; C. Dallas, Excavations at Thetford by B.K. Davison between 1964 and 1970, EAArch. 62, Gressenhall, 1993, p. 25 et p. 219.

126 Higham 1992, p. 125-126.

127 Voir un constat semblable dans Cramp 1993, p. 335.

128 P.V. Addyman et D. Leigh, « The Anglo-Saxon Village at Chalton, Hampshire : Second Interim Report », Med. Arch. 17, 1973, p. 1-25, ici p. 19.

129 West 1985, vol. i, p. 10-13 et p. 150.

130 Hope-Taylor 1977 ; Scull 1991, p. 59 ; Welch 1992, fig. 24.

131 Millett et James 1983, p. 156-158 et p. 192 sq.

132 Hinchcliffe 1986, sp. fig. 1 ; I.M. Smith, The Archaeological Background to the Emergent Kingdoms of the Tweed Basin in the Early Historic Period, thèse inédite, Univ. of Durham, 1990, p. 217-218.

133 S. Hirst et P. Rahtz, « Hatton Rock 1970 », Birmingham and Warwickshire Archaeological Society Transactions 85, 1973, p. 160-177.

134 G.E. Cadman, « Raunds 1977-1983 : An Excavation Summary », Med. Arch. 27, 1983, p. 107-122, ici fig. 3, p. 112.

135 C.P. Loveluck, « A High-status Anglo-Saxon Settlement at Flixborough, Lincolnshire », Antiquity 72, 1998, p. 146-161, ici fig. 5, p. 151.

136 Arnold 1997, p. 73.

137 P.V. Addyman, D. Leigh et M.J. Hughes, « Anglo-Saxon Houses at Chalton, Hampshire », Med. Arch. 16, 1972, p. 13-31., ici p. 25-26 ; Welch 1992, p. 27.

138 Millet et James 1983, fig. 30 et 37.

139 Marshall et Marshall 1993, p. 380.

140 Rahtz 1979, p. 100-101.

141 Cunliffe 1976, p. 121-127, fig. 99 et fig. 100.

142 J.T. Smith 1982, p. 14-15.

143 Hope-Taylor 1977, fig. 9, p. 38.

144 Millett et James 1983, p. 215-217 ; Alcock et Walsh 1993.

145 Hope-Taylor 1977, p. 161 et p. 236.

146 Marshall et Marshall 1993, p. 398.

147 Ibid., p. 385.

148 Millett et James 1983, p. 236 sq.

149 Higham 1997, p. xxi et p. 19.

150 Marshall et Marshall 1993, p. 398.

151 West 1985, vol. ii, fig. 10.

152 Marshall et Marshall 1993, p. 377-379.

153 Millett et James 1983, p. 215-217 et fig. 46.

154 Marshall et Marshall 1993, p. 398-399.

155 Rdl 55.

156 Wade-Martins 1980, p. 61-62.

157 Davison 1977, p. 109-111.

158 Bwf 1236.

159 Rahtz 1979, p. 100.

160 S. Gai, « Nouvelles données sur le palais de Charlemagne et de ses successeurs à Paderborn (Allemagne) », dans A. Renoux (éd.) 2001, p. 201-212 ; C. Rauch, Die Ausgrabungen in der Königspfalz Ingelheim, 1909-1914, éd. H.J. Jacobi, Mayence, 1976.

161 Osbern, Vie de Dunstan, § 36 ; ASC E, an. 978 [recte 977].

162 Fairbrother 1990, p. 99.

163 Williams et alii 1985, p. 20 sq.

164 Blair 1996.

165 B. Bevan, History of Spanish Architecture, Londres, 1938, p. 18-20 ; mais R. Collins, « Spain : the Northern Kingdoms and the Basques, 711-910 », dans McKitterick (éd.) 1995, p. 272-289, sp. p. 280-281 : identification « aucunement fondée ».

166 J. Poulík, « Mikulčiče : Capital of the Lords of Great Moravia », dans Recent Archaeological Excavations in Europe, éd. R. Bruce-Mitford, Londres et Boston, 1975, p. 1-31, ici p. 9 et p. 21.

167 Hinchcliffe 1986, fig. 1 ; Millett et James 1983, fig. 6 et 31.

168 Hope-Taylor 1977, ch. iii et v.

169 Dans Welch 1992, pl. 1.

170 Herschend 1998, p. 170-171.

171 Dans Webster et Backhouse (éd.) 1991, p. 69.

172 Wulfstan le Chantre, Vie d’Æthelwold, chap. xii.

173 Hope-Taylor 1977, fig. 78, p. 165.

174 HE, ii, 14.

175 Rahtz 1979, p. 119-121.

176 DB 45r ; 284v ; 163r ; R.W. Finn, An Introduction to Domesday Book, Londres, 1963, p. 45-46 et p. 50-51.

177 Johnson 1993, p. 44-48.

178 LS 36, l. 93-101.

179 Die Alten Lateinischen Thomasakten, éd. K. Zelzer, Texte und Untersuchungen zur Geschichte der Altchristlichen Literatur, Bd 122, Berlin, 1977, p. 13.

180 Lois : Gethynctho (rédaction H du Textus Roffensis) 2.

181 F.M. Stenton, « The Thriving of the Anglo-Saxon Ceorl », 1958, rééd. dans Id., Preparatory to Anglo-Saxon England, Oxford, 1970, p. 383-393 ; A. Williams « A Bell-house and a burh-geat : Lordly Residences in England Before the Norman Conquest », dans Medieval Knighthood iv, éd. C. Harper-Bill et R. Harvey, Woodbridge, 1992, p. 221-240.

182 Williams, art. cit., p. 238-240.

183 Cunliffe 1976, p. 7-14.

184 Yorke 1995, p. 251.

185 P. Wormald, « The Emergence of the Anglo-Saxon Kingdoms », dans The Dark Ages, éd. L. Smith, Londres, 1984, p. 57-58 ; cf. aussi Raunds : Hodges 1989, p. 108.

186 Hodges 1989, p. 139-142.

187 Hope-Taylor 1977, chap. iii.

188 N.J. Higham, The Convert Kings : Power And Religious Affiliation in Early Anglo-Saxon England, Manchester, 1997, p. 147-148.

189 R. Fletcher, Bloodfeud : Murder and Revenge In Anglo-Saxon England, Londres, 2002, p. 2-3.

190 Herschend 1998, p. 170

191 Millett et James 1983, p. 215-217 ; Alcock et Walsh 1993.

192 Addyman 1972, p. 286 ; Capelle 1990, p. 33-34.

193 Daniel de Beccles, Urbanus magnus, v. 2214-2215.

194 Bartlett 2000, p. 582 sq ; Elias 1973.

195 Urbanus Magnus, v. 2206-2209.

196 M. Collardelle et E. Verdel, Chevaliers-paysans de l’an Mil au lac de Paladru, Paris, 1993.

197 Urbanus magnus, v. 1050-1057.

198 Ibid., v. 1085-1089.

199 Millett et James 1983, p. 215 sq. Simplification dans Alcock et Walsh 1993, envisagée par Millett et James 1983, p. 237.

200 Hope-Taylor 1977, fig. 59, p. 126.

201 Bwf 1316-1317.

202 Fnb 30.

203 P.J. Huggins, « The Excavation of an 11th-Century Viking Hall and 14th-Century Rooms at Waltham Abbey, Essex, 1969-71 », Med. Arch. 20, 1976, p. 75-133, ici p. 88.

204 Théodulf, Carmen 25 (éd. E. Dümmler dans MGH PLAC ii), v. 201-202.

205 Egils Saga, chap. xlviii.

206 J.L. Byock, Viking Age Iceland, Londres, 2001, p. 34-42 et p. 358-368.

207 Gr. de Tours, Dix livres d’histoire, x, 27.

208 Hope-Taylor 1977, p. 126-127.

209 Alcock 1987, p. 27.

210 Syméon de Durham, Historia regum (dans T. Arnold, Symeonis monachi opera omnia, RS 75, 1882-1885, t. ii, p. 3-283), an. 1072.

211 Wade-Martins 1980, p. 62 et fig. 80 ; Beresford 1987, p. 38.

212 Rahtz 1979, p. 103.

213 F. Herschend, « The Origin of the Hall in Southern Scandinavia », Tor 25, 1993, p. 175-199, ici p. 183-184.

214 Lois : Gethynctho.

215 Fairbrother 1990, p. 59 ; Beresford 1987, p. 59.

216 Hope-Taylor 1977, chap. iii.

217 F. Sabban, « Une consommation codifiée : le repas chinois », dans Tables d’hier, tables d’ailleurs, éd. J.-L. Flandrin et J. Cobbi, Paris, 1999, p. 378.

218 HE, ii, 13.

219 Jud 28 ; « De obsessione Dunelmi », dans T. Arnold, Symeonis monachi opera omnia, RS 75, 1882-1885, t. i, p. 215-220 ; HE iv, 24.

220 B. Douglas, « Quelques éléments cosmologiques traditionnels dans Beowulf », dans Beowulf : de la forme au sens, éd. C. Stévanovitch, Paris, 1998.

221 Goscelin, Miracles de saint Ivon, chap. ix.

222 C.R. Dodwell, « The Bayeux Tapestry and the French Secular Epic », 1966, et R. Brilliant, « The Bayeux Tapestry : A Stripped Narrative for Their Eyes and Ears », 1991, articles rééd. dans The Study of the Bayeux Tapestry, éd. R. Gameson, Woodbridge, 1997, p. 47-62 et p. 111-137.

223 Dans F.M. Stenton (éd.), The Bayeux Tapestry : A Comprehensive Survey, Londres, 1965, 2e éd., p. 48-49.

224 Liber Eliensis (éd. E.O. Blake, Liber Eliensis, Camden Third Series vol. xcii, Londres, 1962), ii, 63.

225 Dodwell 1982, p. 138 ; G.W. Digby dans Stenton (éd.), op. cit., p. 49.

226 Whitelock, Wills, n° 3.

227 Ibid., n° 21.

228 Testament d’Æthelgifu.

229 Lois : ii Cnut 76.1 ; Ine 57.

230 G. Althoff, « Friendship and Political Order », dans Friendship in Medieval Europe, éd. J. Haseldine, Stroud, 1999, p. 91-105, ici p. 96.

231 Hamerow 2002, p. 18.

232 Grégoire de Tours, Dix livres d’histoire, vi, 46.

233 Étienne de Ripon, Vie de Wilfrid, chap. xlvii.

234 Rollason 2003, p. 35-37.

235 T. Charles-Edwards, « Nations and Kingdoms : A View from Above », dans Charles-Edwards (éd.) 2003, p. 32.

236 C. Morris, « From Sword to Plough », dans the Vikings in England, éd. E. Roesdahl, J. Graham-Campbell, P. Connor et K. Pearson, The Anglo-Danish Viking Project, Londres, 1981, p. 69-77.

237 Fairbrother 1990, vol. 1, p. 57 et 85.

238 Rahtz 1979, p. 156-157 ; Cunliffe 1976, p. 121-127.

239 Beresford 1987, p. 68 et 78-79.

240 Davison 1977, p. 111.

241 Blair 1996.

242 Rahtz 1979, p. 6-10, 12-13, 63-64.

243 Capelle 1990, chap. ii-iii.

244 R. Early, « Les origines du château de Mayenne : données archéologiques », dans A. Renoux (éd.) 2001, p. 273-287.

245 Cunliffe 1976, p. 40.

246 Fairbrother 1990, p. 67. 247.

247 Ibid., p. 99.

248 S 1445 (Harmer, Charters, xviii).

249 ASC F, an. 978 [recte 977] ; GRA, i, 161.

250 Tapisserie de Bayeux, p. 93-94.

251 ASC E et F, an. 1015.

252 GRA, ii, 179.

253 G. de Malmesbury, Vie de Wulfstan, ii, 17.

254 Bwf 864-924.

255 Dark 2000, p. 50-53.

256 M.J. Jones, « The Latter Days of Roman Lincoln », et K. Steane et A.Vince, « Post-Roman Lincoln : Archaeological Evidence for Activity in Lincoln from the 5th to the 9th Centuries », dans Pre-Viking Lindsey, éd. a. Vince, Lincoln, 1993, p. 14-28 et p. 71-79.

257 D. Phillips et B. Heywood, Excavations at York Minster, Volume I : From Roman Fortress to Norman Cathedral, Part I : The Site, Londres, 1995.

258 P. Barker et alii, The Baths Basilica, Wroxeter : Excavations 1966-90, English Heritage Archaeological Report 8, Londres, 1997, p. 17-18 et p. 229-238.

259 P.J. Casey, « The Fourth Century and Beyond », dans Salway (éd.) 2002, p. 74-104, ici p. 103.

260 Gildas, De Excidio, 23 ; Charles-Edwards (éd.) 2003, « Introduction », p. 10 ; W. Goffart, Barbarians and Romans, A.D. 418-584 : The Techniques of Accommodation, Princeton, 1980.

261 T. Wilmott, Birdoswald : Excavations of a Roman Fort on Hadrian’s Wall and Its Successor Settlements, 1987-92, English Heritage Archaeological Report 14, Londres, p. 220-223.

262 Higham 1992, p. 75.

263 Casey, art. cit., p. 92.

264 E. Price, Frocester : A Romano-British Settlement, its Antecedents and Successors, Stonehouse, 2000, p. 111-118.

265 W.J. Rodwell et K.A. Rodwell, Rivenhall : Investigations of a Villa, Church and Village, 1950-1977, vol. i, CBA R.R. 55, 1985, p. 56-65 et p. 71-73.

266 M. Millett, « The Question of Continuity : Rivenhall Revisited », Arch.J. 144 (1987), p. 434-438.

267 Salway 1993, p. 421.

268 Herschend 1998, p. 17-23.

269 W. Haarnagel, « Das eisenzeitliche Dorf ‘Feddersen Wierde’, seine siedlungsgeschichtliche Entwicklung, seine wirtschaftliche Funktion und die Wandlung seiner Sozialstruktur », dans Das Dorf der Eisenzeit und des frühen Mittelalters, éd. H. Jankuhn, R. Schützeichel et F. Schwind, Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften in Göttingen 101, 1977, p. 253-284.

270 P. Schmid, « New Archaeological Results of Settlement Structures (Roman Iron Age) in the Northwest-German Coastal Area », dans Lowland Iron Age Communities in Europe, éd. B. Cunliffe et T. Rowley, BAR I.S. (Suppl.) 48, 1978, p. 123-145, fig. 3.

271 A.E. Van Giffen, « Praehistorische huisvormen op de zandegronden », Nederlands Kunsthistorisch Jaarboek 5, 1954, p. 11-40.

272 Comparer la fig. 9, p. 269 chez Haarnagel et la fig. 2, p. 18 chez Herschend.

273 Rossiter 1991, p. 202-203.

274 Herschend 1998, p. 170-172, et fig. 39.

275 Dixon 1982 ; James, Marshall et Millett 1984, p. 186.

276 O.H. Harsema, « Structural Reconstruction in Iron Age Houses in the Northern Netherlands », dans Drury (éd.) 1982, p. 199-222.

277 O. Olsen, « Viking fortresses in Denmark », dans Recent Archaeological Excavations in Europe, éd. R. Bruce-Mitford, Londres et Boston, 1975, p. 90-110, ici p. 99-101.

278 Dixon 1982, p. 277.

279 Dixon 1982 ; Hodges 1989, p. 34-35 et p. 58.

280 James, Marshall et Millett 1984, p. 201-205.

281 Vitruve, Architecture. Éd. F. Granger, Vitruvius : On Architecture, 2 vol., Loeb, Londres et Cambridge [MA], 1955. Trad. fr. : C. Perrault, Vitruve : les Dix Livres d’Architecture, 1673, éd. A. Dalmas, Paris, 1986. Trad. angl. illustrée : I.D. Rowland et T.N. Howe, Vitruvius : Ten Books on Architecture, Cambridge, 1999.

282 Je remercie R. Dreillard pour avoir attiré mon attention sur ces aulae privées, évoquées en novembre 2003 au colloque de Nanterre sur « l’audience : rituels et cadres spatiaux de l’Antiquité au Moyen Âge » (actes à paraître prochainement).

283 Salway 1993, p. 394 et 422.

284 L. Alcock, ‘By South Cadbury is that Camelot…’ : The Excavation of Cadbury Castle 1966-1970, Londres, 1972, p. 78-79 et p. 177-180 ; et L. Alcock, S.J. Stevenson et C.R.Musson, Cadbury Castle, Somerset : The Early Medieval Archaeology, Cardiff, 1995, p. 36-37 et p. 135-136. Critiques : J.t. Smith 1982, p. 7-12.

285 L. Alcock, Dinas Powys. An Iron Age, Dark Age and Early Medieval Settlement in Glamorgan, Cardiff, 1963 ; P. Rahtz, Cadbury-Congresbury : A late/post-Roman hilltop settlement in Somerset, BAR B.S. 223, 1992.

286 B. Hope-Taylor, « East Lothian : Dunbar, Doon Hill », Med. Arch. 10, 1966, p. 175-176.

287 Scull 1991.

288 L. Alcock, « Warfare and Poetry among the Northern Britons », 1983, rééd. dans Id. 1987, p. 234-254 ; Dark 1994, p. 178-181.

289 Millett et James 1983, p. 192 sq. et fig. 6 (p. 158) ; Reynolds 1999, p. 48, fig. 13.

290 Un modèle défendu dans les diverses contributions de Bassett (éd.) 1989.

291 Herschend 1998, p. 20-23.

292 K. Wade, « A Settlement Site at Bonhunt Farm, Wicken Bonhunt, Essex », dans Archaeology in Essex to AD 1500, éd. D.G. Buckley, CBA R.R. 34, 1980, p. 96-102.

293 S. Bassett, « In Search of the Origins of Anglo-Saxon Kingdoms », dans S. Bassett (éd.) 1989, p. 3-27, ici p. 25-26.

294 Rollason 2003, p. 98 sq.

295 J.L.N. Myres, The English Settlements, Oxford History of England, vol. i-b, 1986, chap. iv ; N. Brooks, « The Creation and Early Structure of the Kingdom of Kent », dans S. Bassett (éd.) 1989, p. 55-74.

296 C. Scull, « Archaeology, Anglo-Saxon Society and the Origins of Anglo-Saxon Kingdoms », dans ASSAH 6, 1993, p. 65-82 ; S. Bassett, art. cit..

297 K. Pretty, « Defining the Magonsæte », dans S. Bassett (éd.) 1989, p. 171-183, ici p. 174.

298 Rollason 2003.

299 Yorke 1995.

300 Evans 1997.

301 Bazelmans 1999, p. 189-190.

302 Herschend 1998, p. 163-165.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540