Version classiqueVersion mobile

Lutter contre les violences conjugales

 | 
Elisa Herman

Préface. Lire et penser

Rose-Marie Lagrave

Texte intégral

1« Une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son mari » : telle est la phrase répétée à l’envi dans les journaux ou les émissions de radio et de télévision. Si l’on s’émeut une fraction de seconde, on se réassure tout aussi rapidement en convoquant les prêts-à-penser pour mettre à distance l’indignation ou pour enregistrer un fait social banalisé. Et ce livre pourrait pareillement faire l’objet d’un même geste d’agacement au motif que tout a déjà été dit et écrit. Cet ouvrage, au contraire, va à rebours d’une pieuse indignation sans lendemain et d’une banalisation généralisée, et mérite que le lecteur s’y attarde pour penser à son tour la monstruosité d’une telle information. Il faut, en effet, toute la force critique et la puissance de dévoilement des sciences sociales pour restituer les méandres, tensions et conflits qui ont progressivement reconfiguré le problème des « femmes battues » en question prise au sérieux par les politiques publiques. Le recours à la sociohistoire, l’ethnologie et la sociologie s’impose alors pour déployer dans toute leur complexité et leur articulation les éléments structurels et conjoncturels qui concourent à mettre à l’agenda politique un problème souvent et encore réputé relever de la sphère privée. Que s’est-il passé entre la dénonciation des « femmes battues » par des militantes féministes durant les années 1970 et l’année 2010, déclarée « année de la grande cause nationale contre les violences faites aux femmes » ?

Réticences et puissance du féminisme

  • 1 Bereni Laure, La bataille de la parité. Mobilisations pour la féminisation du pouvoir, Paris, Econ (...)
  • 2 Lagrave Rose-Marie (dir.), Agricultrice. L’invention politique d’un métier, Paris, éditions de l’E (...)
  • 3 Bereni Laure et Revillard Anne, « Des quotas à la parité : “féminisme d’État” et représentation po (...)
  • 4 Cardi Coline et Pruvost Geneviève (dir.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 201 (...)

2En revisitant archives et recherches sur cette thématique, en les croisant avec les informations recueillies par entretiens avec des militantes de différentes générations, Elisa Herman restitue les réticences d’une fraction théoricienne du féminisme à intégrer une sorte de « féminisme victimaire », ou à s’adonner au care avant la lettre. Or, après le relatif épuisement des luttes pour la contraception et le droit à l’avortement, certaines militantes féministes et d’autres nouvellement engagées se mobilisent localement, par la création d’associations, pour dénoncer un nouvel intolérable : la violence faite aux femmes, et plus précisément la violence exercée dans un cadre conjugal. Se dessinent alors une division du travail féministe et une hiérarchisation des causes sous l’effet de dispositions singulières et de parcours militants hétérogènes, deux éléments qui viennent documenter, complexifier, et valider la pertinence du raisonnement en termes d’espace de la cause des femmes1. L’analyse de cette région de l’espace de la cause des femmes met en évidence une fois encore la pluralité des engagements, tantôt au nom d’un féminisme discret, tantôt réticent à se dire féministe, mais toujours déterminé, en sorte que cet ouvrage réintroduit dans cet espace l’une des fractions les moins légitimes du féminisme, certes, mais néanmoins l’une des plus agissantes. Plus encore, cette recherche apporte un démenti à une histoire du féminisme soulignant certains moments « creux », alors même que ces « creux » sont le résultat d’une occultation de la présence d’un féminisme silencieux2 et non médiatisé entre des séquences de féminisme plus flamboyantes. Opération salutaire de dévoilement, puisque cette lutte contre les violences faites aux femmes est emblématique d’une double réussite du féminisme : construire de façon pérenne un cadre féministe d’interprétation, et assurer la politisation d’une cause. Pour les professionnelles en charge de la question, ce double dessein a requis sans faillir une intelligence stratégique, une vigilance à l’égard des cadrages analytiques, la nécessité de se former, une réflexion sur la juste distance à tenir à l’égard des femmes violentées. En sociologue avertie, Elisa Herman récuse toute vision linéaire d’un passage mécanique d’une cause militante qui, comme par enchantement, deviendrait action publique. Elle restitue, au contraire, tout le patient travail de maillage et de mise en convergence entre trois espaces dotés d’une relative autonomie : le monde militant féministe, celui du travail social et l’appareil d’État, de sorte que l’on suit méthodiquement la co-construction d’une cause devenue nationale. Les militantes s’organisent en associations locales, puis en réseaux fédérés en 1987 par la Fédération nationale solidarité femmes (FNSF), réseaux qui recoupent ceux du travail social, l’espace académique et certaines fractions de l’État, constituant progressivement un monde hétérogène d’indigné(e) s et de professionnelles du travail social en lutte contre la violence conjugale. Toutefois, rien n’était gagné d’avance, chaque espace restant jaloux de ses codes et de ses pratiques. Cette convergence institutionnelle et politique a pu advenir grâce aux apports de transfuges et de médiations d’un espace à l’autre (travail social, universités, institutions politiques, militantisme), grâce au relais du féminisme d’État3, à l’impact des conférences internationales, aux premières enquêtes sur la violence faites aux femmes. Dans le jeu de concurrences et d’alliances entre ces espaces, le travail social tient une place de choix, en raison d’une expérience historique, institutionnelle et politique attestée, de sorte que ses manières de faire et de dire avaient toutes chances d’emporter la mise théorique et pratique. Or, Elisa Herman retrace, preuves à l’appui, une tout autre évolution. À la faveur des formations des travailleurs sociaux, de la transmission des expériences et de l’ethos féministes par les fondatrices de centres d’hébergement, du passage obligé par les formations de la FNSF pour tous les recrutés, des débats internes à chaque structure locale, de l’intervention de juristes, on voit que la matrice féministe se reconfigure certes, mais en continuant de modeler les cadres d’interprétation et d’action. D’où l’expression bienvenue de « travail social féministe » qu’il faut saluer, tant il qualifie un travail de métissage entre des logiques et des pratiques éloignées que seule la concertation créatrice permet de concilier. Comme le montre fort bien Elisa Herman, le féminisme est ainsi parvenu non seulement à ne pas perdre son âme à travers les compromis institutionnels et les débats avec le féminisme d’État, mais il a été de surcroît capable d’imposer et de diffuser un cadrage au-delà des seules militantes. Ainsi, par exemple, on constate que les nouvelles entrantes dans le travail social, nullement féministes en début de carrière, incorporent progressivement certains schèmes féministes de pensée et d’action à partir d’une réflexivité sur leurs pratiques quotidiennes. De sorte que le féminisme vient aux femmes non pas seulement par conviction politique, mais aussi par formation et professionnalisation dans des espaces où l’écoute et le travail avec plus démuni(e)s que soi prédisposent à faire retour sur les positions initiales, et à s’acculturer à une grammaire féministe. Puissance du féminisme donc, dans sa capacité à convertir une fraction de femmes rétives au terme de féminisme, dans son habileté à nouer des partenariats et à faire des compromis sans compromission sur l’essentiel, notamment en ne cédant jamais sur l’asymétrie entre la violence des hommes et celle des femmes4. Toutefois, ce travail féministe, affiché mais aussi masqué dans les diverses configurations du travail social quotidien, ne pouvait totalement apparaître sans mettre en œuvre un dispositif de recherche adéquat.

L’ajustement permanent du dispositif de recherche

  • 5 Revel Jacques, « L’histoire au ras du sol », préface de l’édition française de Levi G., Pouvoir au (...)
  • 6 Sardan Jean-Pierre de, « Émique », L’Homme, vol. 38, no 147 : « Alliances, rites et mythes », 1988 (...)

3Loin d’afficher les vertus de l’interdisciplinarité de façon convenue et factice, Elisa Herman s’empare d’outils et de méthodes de plusieurs disciplines pour parvenir à construire le périmètre de son objet, à articuler divers matériaux et à interpréter la configuration qu’ils construisent. L’ouvrage est fondé sur une sociohistoire, une ethnologie du politique, une sociologie compréhensive, tout en faisant appel à la science politique. En restituant la genèse de la question de la violence envers les femmes, et en suivant la dynamique heurtée et incertaine qui assure le passage d’un problème militant à son inscription dans le cadre de politiques publiques, Elisa Herman se situe dans une sociohistoire attentive aux effets continués du passé (la matrice et les associations féministes) sur le procès de requalification et de publicisation récentes des violences conjugales. Cette historicisation concerne différentes échelles d’analyse, du local aux institutions internationales, en passant par le national. Cette sociogenèse est particulièrement utile pour comprendre les enjeux présents et agissants dans la mise en œuvre des politiques publiques, enjeux que seule une observation de terrains diversifiés pouvait mettre au jour. En paraphrasant Jacques Revel, on pourrait dire qu’Elisa Herman fait une ethnographie au ras du sol5, ou une ethnographie du politique fondée sur une observation participante, sur la prise en compte du sens que les observé(e) s donnent à leurs pratiques professionnelles, et sur une réflexivité à l’égard de la position de la chercheuse à mesure des places et fonctions occupées selon les moments du terrain. À cet égard, « la présentation de l’enquête » à la fin de l’ouvrage témoigne de la modestie et de l’honnêteté de l’auteure : Elisa Herman joue cartes sur tables, en montrant comment le changement de statut et de position (sociologue et chargée de mission) introduit des variations dans les interrelations entre les professionnelles du travail social et les femmes violentées, lors des séquences de participation observatrice. Cartes sur table encore, avec des incursions de fragments du journal de terrain dans le corps du texte permettant d’appréhender sur le vif un contexte, un climat de tension, les ajustements de l’ethnologue en situation et située, se gardant de toute attitude compassionnelle, et portant un regard critique sur les institutions d’accueil et sur leurs récits. Prudence aussi, car l’auteure souligne constamment les limites de son étude pour ne pas donner prise à de hâtives généralisations, au vu notamment des caractéristiques sociales des femmes accueillies à l’Envol et à l’Espace Pause. Elisa Herman insiste à bon escient sur le filtre social, véritable biais, que constitue d’abord la non-déposition de plaintes par la grande majorité des femmes violentées, puis sur les normes et les règles qui sélectionnent en urgence les femmes les plus démunies, en sorte qu’on ne puisse faire l’équation entre violences conjugales et milieux défavorisés. En outre, Elisa Herman confronte constamment contraintes structurelles et conjoncturelles (par exemple les effets de la révision générale des politiques publiques [RGPP], la nouvelle gestion managériale, ou l’obligation d’un référent départemental) avec la capacité des acteurs, y compris des femmes violentées, à donner un sens à leurs mondes sociaux et professionnels. En restituant la réflexivité, le vocabulaire, les schèmes mentaux, les expériences des acteurs comme autant de rébus à déchiffrer, les interactions en face-à-face ou les mises en scène collectives en situation professionnelle, Elisa Herman se situe dans une démarche émique6 qui réintroduit et confronte les savoirs pratiques au savoir savant, prend en compte le sens subjectif des acteurs et enregistre leur capacité d’agir malgré les contraintes, rejoignant en cela les méthodes de la sociologie compréhensive. En ce sens, les fragments d’entretiens qui émaillent le texte ne sont pas de simples illustrations, mais des mots incarnés qui, en un débit brusqué, disent la souffrance, ou en un langage maîtrisé, disent l’écoute empathique, les uns et les autres traduisant la tension et les affects du travail social féministe. Cette polyphonie d’écriture, savante et « indigène » donne au lecteur la double sensation de comprendre au-delà de la simple compassion, et de vivre au plus près et au plus juste les situations des femmes violentées. Cet ouvrage est un tour de force tant il est parvenu à tenir ensemble et tout au long de la démonstration des apports disciplinaires sans cesse connectés, et à cet égard il constitue un outil pédagogique et un exemple de ce qui fonde la valeur des sciences sociales dès lors que l’on s’attache à analyser un problème dit de société, déjà surchargé d’une pluralité d’interprétations.

Un livre qui fait penser

  • 7 Héritier Françoise, Masculin/féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996.
  • 8 Joseph Isaac, « Disciplines à domicile. L’édification de la famille », Recherches, no 28, 1977.
  • 9 Jacquemart Alban, Les hommes dans les mouvements féministes. Socio-histoire d’un engagement improb (...)
  • 10 Pizzey Erin, Crie moins fort, les voisins vont t’entendre, Paris, éditions des femmes, 1975.

4Ces articulations et ajustements méthodologiques ont permis à Elisa Herman de croiser engagement féministe, travail social et politique publique. Or, tout son travail empirique montre que les régions sécantes de ces trois espaces forment un espace dominé en raison de leur spécialisation sur la thématique de la violence conjugale : les féministes engagées dans cette cause ne bénéficient pas de la consécration ni militante ni académique des féministes dites « historiques » ; les alliées de cette cause dans le féminisme et l’appareil d’État détiennent peu de pouvoir et de financement, quand le travail social avec son impératif d’autonomie reste, lui, rétif à la prise en charge de « victimes ». La coordination et le partenariat entre trois fractions dominées de ces espaces ne constituent pas un espace de pouvoir, en sorte que l’inscription de la question des violences conjugales dans les politiques publiques est dès lors une réussite remarquable, ce qui témoigne au passage que même avec des armes de faibles, l’éthique et la politique de la conviction assurent la migration d’une cause militante à l’État. Toutefois, ce livre montre aussi, dans le cas des violences conjugales comme dans d’autres cas homologues, que l’État n’est jamais à l’initiative ; il prend le relais dès lors que les causes sont déjà configurées par les militant(e) s et médiatisées : il ramasse la mise et les reconfigure pour les rendre compatibles avec les exigences des politiques publiques. Concernant la cause des violences conjugales, la médiation et l’interface du féminisme d’État ont été déterminantes, de sorte que les causes potentiellement transformables en politiques publiques doivent construire des réseaux dont l’un des piliers doit se situer dans l’une des régions de l’appareil d’État. Au demeurant, le féminisme d’État n’a pas été non plus précurseur en la matière, prenant la cause en marche, alors que les militantes et les professionnelles du travail social depuis des décennies faisaient le sale boulot. Pour autant, elles n’ont pas cédé sur l’essentiel, l’interprétation féministe, et Elisa Herman souligne à juste titre qu’il ne s’agit pas d’un dessaisissement de la cause par l’État au détriment des militantes féministes, mais d’un compromis dans lequel l’État délègue certaines de ses missions à des associations. En déléguant, l’État réglemente et impose aussi des normes qui alimentent un cercle vicieux pour les femmes violentées accueillies dans les centres. En effet, au nom de l’autonomie individuelle devenue norme impérative, et des durées réglementées d’hébergement, les femmes violentées sont pressées et poussées à trouver n’importe quel emploi, en sorte qu’elles vont grossir les rangs des plus déclassées sur le marché du travail. Vouloir et prôner l’autonomie sans donner les moyens matériels pour l’acquérir est une violence symbolique supplémentaire faite à ces femmes. Là se situent les limites des politiques publiques face au travail féministe : il ne s’agit plus d’émancipation, mais de réinsertion rapide pour que le turn-over entre entrées et sorties des centres d’hébergement présente un solde statistique positif. Mais il est un autre butoir de la pensée7 du travail social féministe et du féminisme d’État qui se fait jour dans cet ouvrage. Si les pionnières ont transmis et ont lutté pour que le cadre d’interprétation reste orienté par une logique féministe, y compris parfois en insérant les violences conjugales dans la domination masculine, les professionnelles ne s’attaquent qu’aux effets et pas aux causes, ou plutôt, l’effet fait la cause. L’intervention se fait en aval, mais pas en amont par des politiques préventives d’éducation et de socialisation aux relations égalitaires entre personnes sexuées. Les violences conjugales sont enregistrées et perçues comme des faits, sans critique aucune de la conjugalité comme situation matérielle et affective pouvant potentiellement engendrer la violence. Autrement dit, les violences sont un problème, mais pas la situation conjugale qui les fomente. Les trois espaces partenaires en lutte contre les violences partagent un même familialisme et une vision enchantée de la conjugalité, sans voir qu’ils reposent sur l’inégalité des conjoints malgré les nouveaux droits acquis par les luttes féministes. La conjugalité, confondue avec l’appropriation du corps et de la pensée d’un partenaire par l’autre et avec l’assignation des femmes au travail domestique et à la socialisation des enfants, structure un huis clos et une « emprise », comme le disent les femmes violentées, propres à engendrer la violence. On traite les maux par des mots, certes, mais sans mettre en critique la cellule conjugale comme lieu de disciplines à domicile8 et espace d’une domination masculine qui s’exerce à volets clos. Ou plutôt, peut-être, la critique portée à la conjugalité dans les recherches académiques ne circule et ne migre-t-elle pas dans le travail social féministe. Mais est-ce au travail social féministe de tout faire ? On peut se poser la question au vu de l’absence de mobilisations masculines contre les hommes violents. Pourquoi certains d’entre eux n’en font-ils pas leur cause, puisqu’ils ont un intérêt immédiat à se désolidariser de la figure de l’homme violent, et pour les plus politisés9 à lutter contre le virilisme qui s’exprime par la violence à cor et à cri. Ce silence masculin est assourdissant, comme si cet intolérable et l’engagement dans cette cause ne les concernaient pas, silence qui fait écho au titre de l’ouvrage, Crie moins fort, les voisins vont t’entendre10. L’orientation politique donnée par l’État au travail social en termes de démocratie participative ne jouet-elle pas comme un écran de fumée pour dédouaner collectivement les hommes d’une mobilisation au nom des hommes contre les violences conjugales dont ils sont les principaux auteurs ? Que le lecteur en juge à partir de cette recherche essentielle et incontournable pour fonder en raison et en conscience un avis qui, avec cet ouvrage, est désormais documenté et argumenté.

Notes

1 Bereni Laure, La bataille de la parité. Mobilisations pour la féminisation du pouvoir, Paris, Economica, coll. « Études politiques », 2015.

2 Lagrave Rose-Marie (dir.), Agricultrice. L’invention politique d’un métier, Paris, éditions de l’EHESS, 1987.

3 Bereni Laure et Revillard Anne, « Des quotas à la parité : “féminisme d’État” et représentation politique (1974-2007) », Genèses, no 67, 2007, p. 5-23.

4 Cardi Coline et Pruvost Geneviève (dir.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2012.

5 Revel Jacques, « L’histoire au ras du sol », préface de l’édition française de Levi G., Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, 1989.

6 Sardan Jean-Pierre de, « Émique », L’Homme, vol. 38, no 147 : « Alliances, rites et mythes », 1988, p. 151-166.

7 Héritier Françoise, Masculin/féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996.

8 Joseph Isaac, « Disciplines à domicile. L’édification de la famille », Recherches, no 28, 1977.

9 Jacquemart Alban, Les hommes dans les mouvements féministes. Socio-histoire d’un engagement improbable, Rennes, PUR, 2015.

10 Pizzey Erin, Crie moins fort, les voisins vont t’entendre, Paris, éditions des femmes, 1975.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search