Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les écoles de dessin au xviiie siècle

 | 
Agnès Lahalle

Conclusion

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Au terme de ce parcours à travers les écoles gratuites de dessin du xviiie siècle, il convient de s’interroger sur la portée de ces nouvelles institutions et de leur devenir, et de préciser également leur place, entre art et technique, arts libéraux et arts mécaniques, artiste et artisan. Parce qu’elles sont d’abord destinées aux métiers, en proposant un enseignement du dessin envisagé comme complémentaire de la formation reçue chez un maître, les écoles sont sans conteste une nouveauté par rapport à l’académie parisienne, à finalité purement artistique. En près de soixante-quinze ans, elles se multiplient et tissent un réseau auquel échappent seules les zones enclavées de montagne. Toutes affichent les mêmes objectifs : éduquer une jeunesse tentée par l’oisiveté, en imposant la rigueur, la concentration et le soin que l’étude du dessin apporte nécessairement ; donner les moyens de répondre aux exigences économiques en aidant les métiers à s’adapter aux nouvelles demandes car la sûreté du geste, l’équilibre de la forme, la justesse du motif font l’excellence des produits français dans un marché ouvert à la concurrence étrangère, surtout anglaise. Les écoles participent au succès du néo-classicisme, obligeant l’élève à s’éloigner des arrondis généreux de la rocaille pour étudier la mesure exacte et la proportion harmonieuse des antiques que réclame la nouvelle mode. Toutes enfin ont les mêmes préoccupations : être publiques en accueillant tous les élèves, sans s’effaroucher (en apparence du moins) d’un possible mélange social ; et être gratuites, sollicitant pour ce faire autant les institutions politiques que des bienfaiteurs privés. Voilà bien les principes sur lesquels elles se développent et qui en expliquent le succès.

Une innovation bien accueillie

  • 1 Alphonse Dupront, Qu’est-ce que les Lumières ?, Paris, Folio-Histoire, Gallimard, 1996, p. 40-41.
  • 2 Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale Gratuite de De (...)
  • 3 ANF AJ/53/167, École royale gratuite de dessin, Mémoire concernant l’école gratuite de dessin où l (...)

2Le succès des écoles gratuites de dessin tient à trois facteurs : un nouveau contexte économique et social, la possibilité offerte d’une double formation et la politique de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Leur essor profite en effet d’un contexte plus favorable aux métiers et dont ont été rappelées les différentes composantes, entre mouvement des idées, développement économique et volonté politique. Les réalités locales – y compris l’adaptation de l’enseignement du dessin aux nécessités économiques – priment, qui permettent de ne pas proposer une formation purement artistique. Les métiers sont fortement sollicités pour des productions plus raffinées, alors que le xviiie siècle comprend encore dans les arts mécaniques « l’aspect machine et l’aspect art, c’est-à-dire l’adaptation humaine de finesse, d’ajustement, de disposition, de l’outil ou de l’instrument à la matière1 ». Car, et c’est bien aussi une raison de leur succès, les écoles gratuites de dessin proposent un enseignement du dessin destiné à la fois aux amateurs d’art et aux métiers. Elles représentent le premier enseignement professionnel et « technique » public « moyen » ou « élémentaire », alors que parallèlement s’installent des enseignements techniques supérieurs, comme celui des Ponts et Chaussées. En particulier les premières leçons de géométrie, fondées sur la connaissance des lignes, formes, surfaces et volumes, intéressent les « charpentiers, charrons, chaudronniers, gaîniers, lapidaires, maçons, opticiens, portiers d’étain, tabletiers, tourneurs » mais aussi « brodeurs, ébénistes, fabricants d’étoffes (…ou) argenteurs, ciseleurs, orfèvres2 ». Les écoles gratuites proposent un enseignement autre que celui des trop coûteuses « grandes écoles d’art (où) l’étude de la nature vivante s’adresse à ceux qui sont déjà avancés dans le dessin » et des collèges « où l’on fait trop de latin et de grec3 ». Le phénomène n’est pas simplement français : les écoles de Düsseldorf (1767), Mayence (1757), Copenhague (1754) Stockholm (1768) ou Madrid (1752) l’attestent, ou celles des Pays-Bas, prises en charge par les autorités municipalités (Anvers, Amsterdam, Bruxelles, La Haye, Tournai, etc.). Enfin, le rôle de l’Académie royale de peinture et de sculpture n’est pas négligeable dans la création de nouveaux établissements en province. Du moins est-ce vrai, avant que le comte d’Angiviller ne prenne ses fonctions de surintendant général des bâtiments du roi et remette en vigueur le règlement de 1676 qui subordonne à l’Académie royale toute institution publique désireuse d’enseigner le dessin et de tenir une classe du modèle vivant. Mais le mouvement est lancé et, à partir de 1776, les créations sont aussi régulières, bien que davantage contrôlées par les instances politiques et artistiques nationales. L’intérêt des autorités politiques, nationales et locales, fortement encouragées par les élites sociales provinciales et municipales, ne se dément pas, dans un contexte de réhabilitation des arts mécaniques. Lorsqu’il s’attiédit, l’école ne survit pas (Angers ou La Rochelle par exemple).

Une ambiguïté persistante

  • 4 Alphonse Dupront, Qu’est-ce que les Lumières ?…, op. cit. p. 41.

3Cependant, la séparation entre arts libéraux et arts mécaniques n’est pas aussi nette que le souhaiteraient les peintres du roi et les disciples de l’Académie. Lorsqu’il indique que, par l’excellence de leurs productions, « les artistes en arts mécaniques étaient arrivés à la conscience lucide de leur puissance4 », Alphonse Dupront insiste bien sur la qualité « d’artiste » de l’homme de métier. Enseignement artistique ou enseignement technique ? Ou « passerelle » entre art utile et art d’agrément, entre technique et art ? Les écoles de dessin participent de cette ambiguïté, et ce parce que leur enseignement concerne à la fois les arts mécaniques et les arts libéraux.

Une volonté de former aux arts mécaniques

  • 5 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de ge (...)

4L’utilité est le premier principe avancé par les initiateurs des écoles gratuites de dessin : utilité à l’élève qu’il faut former et instruire ; utilité à la société en détournant l’adolescent d’une oisiveté moralement dangereuse ; utilité à la Nation à laquelle il faut fournir les talents nécessaires à sa gloire. Ce principe permet aux arts mécaniques de sortir du discrédit dans lequel le tenait la société du Grand siècle : « Les Artisans se sont crus méprisables, parce qu’on les a méprisés ; apprenons-leur à mieux penser d’eux-mêmes : c’est le seul moyen d’en obtenir des productions plus parfaites5. » Deux spécificités des écoles de dessin indiquent plus précisément leur objectif d’offrir un enseignement utile et complémentaire aux métiers : l’organisation des leçons et les relations que les administrations des écoles entretiennent avec les communautés corporatives de la ville.

  • 6 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Art » par Denis Diderot.
  • 7 Nathalie Heinich, Les transformations du statut des peintres et des sculpteurs, Paris, Klincksieck (...)

5Le premier élément, qui marque les liens entre écoles et métiers, concerne le temps scolaire : durée des leçons (deux à trois heures au maximum), tenues une ou deux fois par semaine selon la classe choisie, et souvent en fin d’après midi. L’élève doit en effet pouvoir suivre durant la journée la formation chez son maître de métier. Les ouvriers eux suivent les leçons qui sont proposées le dimanche. Il s’agit donc bien d’un complément de formation aux métiers, voulu par les initiateurs des écoles. En revanche, comme dans toute autre institution scolaire, les vacances et congés sont calqués sur le modèle des collèges. La complémentarité entre écoles et métiers concerne d’autre part les relations que les uns et les autres entretiennent, en particulier la possibilité d’octroyer la maîtrise aux premiers prix obtenus à l’école, comme à Reims ou à Paris. En outre le soutien financier que les communautés de métiers accordent aux écoles gratuites de dessin constitue une forme de reconnaissance de ce que les leçons, suivies à l’école par les apprentis et les ouvriers, sont utiles aux métiers : elles répondent aux besoins de renouvellement des exigences professionnelles, créés par les impératifs économiques. Les écoles permettent à l’élève d’aborder l’aspect théorique, d’intellectualiser la pratique car « c’est à la pratique à présenter les difficultés et à donner les phénomènes, et c’est à la spéculation à expliquer les phénomènes et à lever les difficultés : d’où il s’ensuit qu’il n’y a guère qu’un Artiste sachant raisonner, qui puisse bien parler de son art6 ». L’artisan et l’artiste se mêlent. Arts mécaniques et arts libéraux s’associent alors, lien sans doute plus évident quand l’aboutissement de la scolarité débouche sur une entrée en maîtrise. Cette double formation – pratique et théorique – induit une indispensable adaptation de l’élève, sollicité par deux mondes différents. La comparaison entre formation à l’école gratuite de dessin et apprentissage chez un maître relève les mêmes contrastes que ceux analysés par Nathalie Heinich, entre pratiques académiques et pratiques des métiers7. Elle concerne le statut social, le cadre de la formation et la reconnaissance de cette formation.

6Le premier contraste tient de la destination même des leçons : apprentissage pratique du métier chez un maître ; complément théorique à l’école. Devenir « apprenti » et « compagnon » chez un maître qui l’a accepté au vu d’un certificat d’application et de moralité, ou être ouvrier, confèrent déjà une reconnaissance sociale, confirmée par contrat notarié. L’élève, lui, est simplement « écolier », inscrit à l’école par l’autorité privée que sont ses père, mère, tuteur ou maître de métier. Il y retrouve des condisciples dont le nombre n’est limité que par les conditions d’accueil des salles de classe.

7Le cadre de l’apprentissage – métier et école – consacre également deux mondes différents : une échoppe ou un atelier « privé », familial d’un côté, et de l’autre une ou plusieurs salles, souvent vastes, installées parfois à l’hôtel de la ville, parfois dans le collège ou dans une maison privée. L’apprentissage, individuel ou avec deux ou trois autres apprentis selon les statuts du métier, est fondé sur l’imitation des gestes d’un maître, le long d’une journée de travail. L’élève lui se rend à l’école à des jours et à des heures fixes, durant un temps plus ou moins court selon le genre étudié et l’école où il est inscrit, mais qui dépasse rarement trois heures. Selon les classes auxquelles il s’inscrit, il peut suivre les leçons d’un ou de plusieurs professeurs et adjoints. Il s’intègre à un groupe de garçons d’âge et d’origine sociale divers, pour un enseignement collectif lorsqu’il s’agit de présenter la théorie et plus individualisé lorsqu’il copie les modèles. Pédagogie d’imitation en apprentissage ; alternance de théorie – démonstration et de pratique du dessin à l’école. Le contraste entre atelier et école est suffisamment important pour que les règlements scolaires soient précis quant à la discipline à suivre dans et à l’extérieur de l’établissement.

8La fin de la formation aboutit à un brevet d’apprentissage ou à la réalisation d’un chef-d’œuvre dans le cadre des communautés de métiers, tandis que l’école organise régulièrement des concours destinés à encourager le travail des élèves et à récompenser les meilleurs. Les premiers prix peuvent obtenir les privilèges de la maîtrise. Entre pratiques autodidaxiques et école, les formations dispensées dans l’un et l’autre cadre se complètent, au bénéfice des arts mécaniques. Cependant, la destination des écoles de dessin n’est pas aussi tranchée, qui s’oriente également vers un enseignement artistique.

Une forte influence académique

9L’influence des arts libéraux se marque à la fois dans l’administration des écoles et les principes pédagogiques sur lesquels repose l’enseignement, comme aussi les genres de dessin proposés. Administration et pédagogie, calquées sur ce qui se fait à l’Académie royale de peinture et de sculpture, tendent à montrer l’appartenance des écoles à un réseau national de type académique, apte à proposer un enseignement à finalité artistique. Le bureau de l’école présidé par le maire et composé de « membres éminents », tout comme les trois ou quatre classes des écoles académiques et académies sont la réplique de ce qui se fait à Paris. De même sur le plan pédagogique, le choix des genres enseignés à commencer par la figure, l’organisation des concours trimestriels et annuels, la solennelle distribution des prix et les expositions et salons sont directement hérités du modèle académique. Mais peut-on « inventer » un système autre, lorsque les professeurs, dans leur grande majorité, sont eux-mêmes issus des académies ? Ils reproduisent une forme connue, qu’ils ont vécue et qui leur a réussi, l’adaptant simplement aux conditions économiques et financières locales. Reproduction d’autant plus inévitable lorsque « l’Académie Première et Principale » du royaume veille sur tout ce qui touche l’objet artistique. Et peut-on éviter l’orientation artistique lorsque des « amateurs éclairés » souhaitent bénéficier des leçons d’une école qu’ils financent par leurs souscriptions, legs ou dons ? Cependant, si la reconduction à l’identique des méthodes académiques peut se comprendre lorsqu’il s’agit, en province, d’écoles qui ont aussi des classes artistiques et préparent à celle du modèle vivant, elle est sans doute plus discutable s’agissant des leçons destinées à former des apprentis et ouvriers qualifiés.

  • 8 Abbé Lacroix, 1751, cité dans Léon Charvet, « Les origines de l’enseignement public des arts de de (...)
  • 9 AM Annecy, 1R12, fol. 5, Procès verbal du Conseil général provisoire de la commune d’Annecy, séanc (...)
  • 10 AM Annecy, 1R12, Programme d’un concours pour la Place de Professeur de Dessin au Collège d’Annecy

10Le second point qui marque l’ambiguïté des écoles gratuites de dessin, entre arts libéraux et arts mécaniques, est le cursus proposé aux élèves : même si elles affichent leur volonté de former les ouvriers et artisans, les écoles s’adressent aussi aux artistes et amateurs d’art d’agrément. C’est même la priorité pour certaines d’entre elles (Besançon ou Lyon à ses débuts, qui refusaient une classe des commençants). La formation proposée est, elle aussi, calquée sur le modèle académique dans lequel la figure est le genre premier et incontournable pour tout individu souhaitant savoir le dessin, artistes comme artisans. Le débat qui s’ouvre à Lyon, au moment de la création de l’école, montre cependant les réserves à l’égard de ce modèle universel transposé aux métiers. Dès 1751, des amateurs proposent l’établissement d’une académie avec classe du modèle, et donc étude préalable de la figure et la bosse, car « il est universellement reconnu que l’on ne peut bien dessiner le paysage, l’architecture, l’ornement, la fleur et les fruits, si l’on ne sait mettre une figure ensemble8 ». Le plan rencontre une vive opposition de la part des fabricants dessinateurs lyonnais : à l’école de la figure, ils préfèrent celle des fleurs, jugée plus utile pour porter la décoration des étoffes à la perfection, alors que l’étude préalable de la figure ne ferait qu’allonger de deux ans le temps de l’apprentissage. S’affrontent ici deux conceptions d’écoles de dessin : un enseignement du dessin à seule finalité économique, pour répondre aux besoins immédiats d’une main-d'œuvre qualifiée souhaitée par les fabricants lyonnais ; ou un enseignement plus large qui permette également aux talents artistiques de se révéler. C’est finalement le second modèle qui est choisi, avec classes de la figure et du modèle mais aussi classe de la fleur. Elle ouvre également, en 1756, une classe des principes pour douze élèves pauvres et, deux ans plus tard, un cours de géométrie. Cette priorité de l’enseignement du dessin par l’étude de la figure perdure : lorsqu’en 1792, la municipalité d’Annecy décide la création d’une école gratuite de dessin, elle recrute un professeur capable « d’enseigner gratuitement le Dessein en toutes ses parties, Savoir la figure, la fleur, l’ornement et le paysage9 ». Les épreuves du concours comprennent le dessin d'« une tête d’homme, une figure d’homme en pied nue soit une académie, une figure de femme en pied drapée10 ». Cependant les écoles gratuites de dessin ne forment pas seulement aux arts d’agrément, elles s’adressent aussi aux ouvriers de manufactures et à tout métier – et la liste est longue – pour lequel le dessin est nécessaire.

Les limites d’un « entre-deux »

11La question est donc bien de savoir si une école peut avoir vocation à une double formation – artistique et « technique » –, sans privilégier l’une plutôt que l’autre. Doit-on, peut-on apprendre « le même dessin » quand on est artiste ou artisan d’art ? Les enseignements suivis dans les écoles de dessin tendraient à répondre par l’affirmative : même si toutes les écoles ne tiennent pas une classe du modèle, elles peuvent – par l’étude première de la figure – compléter l’apprentissage reçu chez un maître et, si l’élève en a le talent, l’orienter vers une classe artistique. Il est tout aussi certain que, même si des artistes le contestent, l’existence des écoles gratuites de dessin a influencé les métiers et les pratiques séculaires de l’apprentissage vers une conception du travail artisanal fondé sur l’excellence.

La recherche de la perfection

  • 11 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Perfection ».
  • 12 Dictionnaire de l’Académie française, édition de 1762, article « Parfait ».
  • 13 AD Isère, D3, « Prospectus d’une école publique de dessein établie à Grenoble sous la protection d (...)
  • 14 Dictionnaire portatif des Arts et Métiers contenant en abrégé l’histoire, la description et la pol (...)
  • 15 Renaud d’Enfert, « La place du dessin dans la formation des ouvriers et des artisans en France. xv (...)
  • 16 AM Lille, carton 8, fonds Gentil, Élèves de l’école d’architecture de la ville, 9 avril 1760.
  • 17 « Attestation et supplication des corps et communautés (relative à l’utilité de l’École gratuite d (...)

12La perfection est en effet le maître mot des métiers de l’art au xviiie siècle, que l’Encyclopédie définit comme « l’accord qui règne dans la variété de plusieurs choses différentes qui concourent toutes au même but11 ». Le Dictionnaire de l’Académie appelle « perfection, ce qui est parfait », c’est-à-dire « à qui ne manque rien pour être accompli dans son genre12 ». La notion ne renvoie pas au beau, à l’esthétique mais à la finition de l’ouvrage, liée à l’ensemble des opérations nécessaires pour y parvenir et dont l’excellence vient de l’accomplissement de gestes précis, organisés, réfléchis, fondés sur des connaissances techniques. Les finalités des écoles gratuites de dessin sont bien celles du siècle, régulièrement rappelées par leur initiateur ou professeur : « Les arts méchaniques, une fois rétablis dans le degré de considération qui leur était dû, l’on s’est occupé de leur perfection13. » Les initiateurs et administrateurs souhaitent effectivement que les apprentis et ouvriers complètent la formation reçue chez un maître, par des leçons susceptibles de leur donner plus d’aisance dans le geste et plus de réflexion dans le travail. « Peut-être pourrait-on compter parmi les arts dépendants du Dessin, ceux qui ne peuvent être portés à une certaine perfection sans le goût et le talent du dessinateur14. » Il n’est pas seulement question d’imiter un maître aussi habile soit-il, il faut aussi apprendre l’intelligence du geste, acquise par des connaissances abstraites qu’apportent par exemple la géométrie et l’art du trait. Les leçons proposées dans les écoles de dessin participent ainsi à « l’intellectualisation des pratiques artisanales, et donc à leur valorisation15 ». En proposant une approche théorique du métier, les écoles gratuites de dessin ont pu participer à un renouvellement, voire une remise en cause de l’apprentissage traditionnel, et à la promotion sociale de certains élèves. Des quarante-trois élèves inscrits en 1760 à l’école d’architecture de Lille, après avoir suivi les leçons de l’école de dessin, 56 % sont menuisiers et charpentiers et 28 % sont peintres16. Les corps et communautés de Paris soulignent également « les avantages et l’utilité d’une école élémentaire où la main-d’œuvre fut éclairée par l’étude et l’exercice des principes propres à perfectionner l’industrie nationale17 ». Valorisation des métiers, perfection des œuvres, promotion sociale d’élèves, voilà ce qu’apporte l’enseignement du dessin qu’offrent les écoles nouvellement créées. Pourtant cet enthousiasme n’est pas unanime et certains contemporains des écoles en contestent l’utilité.

Les reproches adressés aux écoles gratuites de dessin

  • 18 AD Pas-de-Calais, Registre des Assemblées des États d’Artois, 1783, dans Jules Joets, L’école des (...)
  • 19 Jean-Baptiste Descamps, Sur l’utilité des établissements des écoles gratuites de dessin en faveur (...)
  • 20 AD Indre et Loire, série 9M17, cité par Annie Gilet, « L’enseignement du dessin pour les étoffes e (...)
  • 21 Ibid.

13C’est bien en effet cet « entre-deux » – art libéral et art mécanique – qui est reproché aux écoles gratuites de dessin, ou simplement regretté, y compris par les initiateurs ou administrateurs des écoles : « Tout porte à penser que le vœu de la province fut plutôt de former de bons artisans que d’accroître le nombre d’artistes. (Mais) le fils d’un serrurier, d’un charpentier, d’un maçon, s’il dessine passablement la figure abandonnera la profession de son père, il voudra devenir peintre ou architecte. Ainsi le nombre des artisans diminuera tandis que celui des mauvais artistes qui n’est déjà que trop grand augmentera encore et les ouvriers demeureront dans l’état d’incapacité d’où il est certain que les États ont cherché à les tirer18. » Cette remarque des représentants des États d’Artois est, quinze plus tard, la reprise quasi-exacte du discours de Jean-Baptiste Descamps sur l’utilité des écoles de dessin : « On sait bien que tous ceux qui sont admis dans les Académies et Écoles ne sont pas destinés à devenir tous des grands hommes ; mais beaucoup y perdent un temps précieux à étudier un genre étranger à celui pour lequel ils sont nés19. » Les écoles qui n’ont pas de classes du modèle n’échappent donc pas non plus à l’imitation du système académique. Elles proposent en particulier l’étude de la figure, souvent considérée comme non indispensable à la formation d’artisans compétents dans la partie du dessin qui les concerne. Les détracteurs des écoles gratuites de dessin s’étonnent alors de voir proposer un enseignement de type artistique aux ouvriers et artisans, au risque d’un « dérangement », d’une « déviance » de l’ordre social établi, voire d’une inadéquation de l’enseignement aux nécessités des métiers. Ainsi, lorsque, en 1809, la ville de Tours souhaite créer une école de dessin pour les fabriques, elle propose un concours pour recruter un professeur de dessin. Celui-ci doit connaître « les diverses dimensions des étoffes et dessins propres aux ameublements […] ; le métier et les divers équipages […] ; et (être) capable de perfectionner les métiers20 ». À chaque concours, le professeur de l’ancienne école de dessin, Jean-Jacques Raverot (1760-1842), gendre de l’initiateur Charles-Antoine Rougeot, est refusé, à l’avantage de dessinateurs pour les fabriques de Lyon : « Il ne suffit pas de bien dessiner pour occuper cette chaire, mais il faut avoir toutes les connaissances qui s’adaptent et qui sont absolument nécessaires pour confectionner, mettre en carte, éclaircir le fabricant, lui faire monter le dessin avec le moins de frais possible, lever les difficultés… Raverot n’y entend rien21. » L’enseignement à l’école de dessin était-il si éloigné de la pratique ?

  • 22 Quatremère de Quincy, Considérations sur les arts du dessin en France, Paris, Desenne, 1791, p. 91
  • 23 Ibid. p. 94.
  • 24 Ibid. p. 95 et 97.
  • 25 Ibid. p. 94-95.

14Curieusement pourtant c’est l’absence de « classes artistiques » qui peut également être reprochée aux écoles gratuites de dessin. Celles de Paris, Macon ou Saint-Quentin par exemple ne se destinent qu’à la formation des artisans et ouvriers. Comment en effet ces institutions peuvent-elles prétendre former au bon goût quand, dans leur projet, « chaque art, chaque partie d’un art ne reçoit qu’une mesure insuffisante d’instruction, où tous les principes s’isolent et se dénaturent, où tous les germes d’enseignement se dessèchent22 » ? Visiblement favorable à un enseignement essentiellement artistique, l’auteur de ce texte est particulièrement critique à l’égard de l’école parisienne qui ne propose qu’un saupoudrage de savoirs et « met l’étude de l’ornement à la portée des jeunes gens qui se destinent à l’exercice de ceux des arts méchaniques auxquels cette connaissance est indispensable. Elle prétend aussi donner des éléments du dessin à beaucoup d’artisans qui peuvent avoir besoin de ces leçons, pour tracer ou communiquer leurs pensées23 » alors qu’elle est « séparée du tronc », c’est-à-dire hors de l’académie, « lieu d’enseignement des arts […] qui dirige les goûts et les habitudes de la jeunesse24 ». Le jugement est sans appel : l’école de Bachelier est « une institution bâtarde (qui risque de devenir) une école de mauvais goût, de préjugés et de routine25 ». Ces reproches peuvent se comprendre, alors que le décret d’Allarde de mars 1791 vient de supprimer les corporations : le lien entre théorie à l’école et pratique chez un maître est brisé, et un autre type de formation doit être trouvé. L’auteur préconise la création d’une « Académie des arts du dessin », publique et gratuite, uniquement destinée à l’enseignement, avec des maîtres élus qui soient fixes et permanents. Le programme présenté relève cependant plus d’un enseignement artistique que d’un complément de formation aux métiers, tel que proposé par les écoles gratuites de dessin.

15Échec des écoles, lorsque certains élèves se détournent de leur vocation artisanale ? Mais lorsque les leçons qui y sont données permettent de déceler de réels talents artistiques, ou que l’alternance entre théorie à l’école et pratique chez un maître permet le développement d’un artisanat d’excellence, les écoles font œuvre utile.

Devenir et héritage des écoles gratuites de dessin

  • 26 Décret du 8 août 1793, supprimant les académies, sur proposition du Comité d’instruction publique.
  • 27 Abbé de Gourcy, « Discours sur cette question : est-il à propos de multiplier les académies ? », P (...)
  • 28 « Discours prononcé dans l’Académie royale de peinture et de sculpture, le samedi 19 décembre 1789 (...)
  • 29 AM Annecy, 1R12, fol. 2, Lettre de la municipalité d’Annecy à l’administration provisoire du dépar (...)

16L’étude des écoles gratuites de dessin au xviiie siècle s’arrête à l’année 1793, le 8 août étant la date du décret de la Convention nationale qui supprime « les Académies et Sociétés littéraires patentées et dotées par la Nation26 ». L’enseignement tel que proposé à l’Académie de peinture ou dans les écoles gratuites de dessin n’est nullement remis en cause. Aucun détracteur de l’académie parisienne, comme le peintre Louis-Jacques David, ne le critique. Au contraire, les académies ont permis le développement de « tous les Arts utiles, agréables, sublimes, éclairés, dirigés, perfectionnés27 ». C’est le fonctionnement hiérarchique d’une l’institution où « il ne s’y dit rien, ne s’y fait rien d’utile28 » qui est fortement décrié. Or peu d’écoles de dessin sont affiliées à l’académie parisienne et seules les écoles académiques et académies de province ont adopté la hiérarchie et les trois ou quatre classes des « privilégiés ». Si des écoles se maintiennent et d’autres disparaissent, c’est en réalité moins en application du décret d’août 1793 que pour des raisons purement financières. Les nouvelles administrations des municipalités et des tout récents départements héritent d’obligations budgétaires qu’elles ne peuvent pas toujours honorer, en particulier la reconduction des sommes allouées au fonctionnement des écoles. Aussi, lorsque la municipalité d’Annecy décide, en 1792, de la création d’une école gratuite de dessin, propose-t-elle d’utiliser une partie des « revenus destinés à l’éducation publique (qui) ne seront plus désormais employés avec autant de profusion qu’avant, surtout ceux dont profitaient les nombreux élèves de la cléricature et les déserteurs de leur Religion29 ». La variété des situations relève donc davantage des priorités décidées par les instances locales.

17Le tableau 22 ci-après présente le devenir d’écoles gratuites de dessin dont l’utilité est reconnue par la Patrie. Il présente la situation d’un enseignement du dessin, majoritairement pris en charge par l’État, dans le cadre des écoles centrales, créées par le décret du 7 ventôse en II (25 février 1795) et la loi du 3 brumaire an IV (25 octobre 1795).

Tableau 22 : Devenir des écoles gratuites de dessin après 1793

Tableau 22 : Devenir des écoles gratuites de dessin après 1793

Référence : d’après le tableau présentant les « Départements où la chaire de dessin de l’école centrale succède de façon naturelle à l’ancienne école de dessin » (dans Renaud d’Enfert, De la figure humaine au dessin géométrique. Enseignement du dessin et formation ouvrière en France, 1750-1850, op. cit., p. 41), complété (noms en italiques).

18Les écoles gratuites de dessin ne sont pas « intégrées » aux écoles centrales : elles disparaissent même totalement dans la forme qui était la leur avant 1793. Toutefois, par de nombreux aspects, l’enseignement du dessin tel que proposé dans les écoles centrales s’effectue selon des modalités quasi-identiques à celles en vigueur dans les écoles pré-révolutionnaires : souvent le même professeur ; accueil d’élèves surtout issus du monde de l’artisanat, et dont l’âge moyen est de 14-15 ans ; prédominance de la figure et de l’ornement, parfois complétés par des leçons de perspective et d’anatomie ; méthode analytique du simple au complexe et pédagogie de l’imitation. Quand les écoles de dessin se maintiennent, elles le sont à titre « privé » et donc payantes (Marseille, Strasbourg) ou grâce à la municipalité (Amiens, Cambrai, Saint-Omer). Certaines poursuivent leur enseignement au collège où elles étaient déjà logées avant 1793 (Rodez, Annecy). Les écoles gratuites de dessin créées au xviiie siècle ne survivent donc que très rarement sous leur forme pré-révolutionnaire. Cependant l’expérience qu’elles représentent dans la tentative d’intellectualiser la pratique des métiers leur survit, dans des institutions nouvelles qui se développent au début du xixe siècle. Celles-ci tiennent alors compte de l’héritage des écoles gratuites mais aussi des réserves dont elles ont pu faire l’objet, en particulier la place accordée à l’enseignement de la géométrie.

  • 30 AD Pas-de-Calais, Registre des Assemblées des États d’Artois, 1783, dans Jules Joets, L’école des (...)

19Les écoles gratuites de dessin, destinées à donner un complément de formation aux artisans et ouvriers, sont bien une initiative originale des Lumières. Les leçons, partagées entre théorie et exercices, doivent permettre aux élèves d’atteindre la perfection de l’ouvrage. Cependant leur fonctionnement, calqué sur le modèle académique, est remis en cause, car il n’aborde pas suffisamment les bases théoriques nécessaires aux métiers. À ce titre, l’école de Bachelier est plus proche de la formation souhaitée, en donnant priorité à la géométrie et au dessin géométral qui permettent de concevoir et représenter l’objet à fabriquer. Le « modèle Bachelier » reste cependant encore insuffisant : la géométrie ne représente que 11 % des leçons du premier genre et seulement 4 % de l’ensemble de ce qui est proposé pour les six années que dure la formation à l’école parisienne. Insister davantage sur l’apport du dessin géométrique est demandé par certains administrateurs d’école. Les élus des États d’Artois, que l’on a vu regretter un enseignement trop artistique fondé sur l’étude de la figure (écoles d’Arras et de Saint-Omer), veulent des leçons plus directement utiles aux artisans, des applications pratiques du dessin : « Le maître ne doit-il pas être obligé d’apprendre de préférence à ses écoliers à tracer des surfaces régulières, des assemblages de charpente, de serrurerie, de menuiserie, des coupes de machines, des machines entières comme un moulin à bled, un métier de tisserand des pieux d’horlogers, une charrue et autres objets de la même espèce ; avec les proportions de ces ouvrages ou enfin quelques morceaux d’ornements plutôt que d’estropier une figure ou mauvais modèle ; plutôt que de tracer gauchement un paysage, une fleur, une perspective ; ce n’est pas qu’on veuille exclure des écoles ces parties du dessein » mais elles sont moins directement nécessaires aux métiers30.

  • 31 Antoine Ferrand de Monthelon, Projet pour l’établissement d’écoles gratuites de dessein, dans Merc (...)

20Parce qu’elles hésitent entre arts mécaniques et arts libéraux, les écoles gratuites de dessin ne répondent pas totalement à leur finalité première de former des artisans et ouvriers. Mais parce qu’elles assurent ces deux formations, elles permettent aussi de « mettre les enfants dans les talents propres à leur génie, (en leur faisant) choix dorénavant des professions pour lesquelles ils auraient du goût ou des dispositions31 ».

21En ce sens, elles sont un indéniable facteur de reconnaissance sociale, surtout pour les lauréats des concours et des prix annuels, qu’ils s’orientent vers une carrière artistique ou d’ingénieurs, ou vers un métier « mécanique. » Pour les autres élèves, elles n’ont sans doute été qu’un lieu de popularisation du dessin et non de véritable complément à la formation professionnelle, leur donnant ainsi une ouverture à d’autres possibilités esthétiques et de travail. Il est difficile de l’affirmer, puisque les sources archivistiques et les études d’historiens ne mentionnent que les élèves « qui ont réussi ».

  • 32 Seules les autorités municipales de Strasbourg financent deux écoles distinctes : l’une destinée a (...)

22Les initiateurs et professeurs des écoles gratuites de dessin ont tenté un lien, une passerelle, entre arts libéraux et arts mécaniques, certainement par conviction personnelle dans un siècle de réhabilitation des métiers manuels, mais sans doute aussi par réalisme : accueillir des élèves pour l’agrément comme pour le métier permet de rationaliser les moyens pédagogiques et donc de justifier, auprès des autorités locales, des demandes de logements, salles, mobilier, matériels, rémunérations de professeurs, etc.32. Cette double approche de l’enseignement est même une nécessité vitale, en particulier pour les établissements qui n’accueillent que quelques élèves gratuits : parmi ceux qui payent, l’art d’agrément est la priorité de nombre d’amateurs.

  • 33 Nathalie Heinich, Du peintre à l’artiste : artisans et académiciens à l’âge classique, Paris, édit (...)
  • 34 Ibid.
  • 35 Bernard Deloche, L’art du meuble. Introduction à l’esthétique des arts mineurs, suivi de L’art du (...)
  • 36 « Le génie français » : titre d’un documentaire télévisuel en dix épisodes sur les arts décoratifs (...)

23C’est bien la mutation de statuts sociaux au cours du siècle qui est ici en jeu. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, l’image sociale de l’artiste – peintre et sculpteur – change et prend le pas sur celle de l’artisan à laquelle elle est statutairement associée jusqu’à la suppression de l’Académie de Saint-Luc en 1776. Cette image est désormais fondée non plus sur « l’exemplarité de l’œuvre mais la manière d’être33 » : le choix des habits, des fréquentations, du mode de vie importe autant que celui « de ses sujets et ses couleurs34 ». Les « Beaux-Arts » naissent et Minerve remplace saint Luc. L’artisan de son côté tend à l’excellence : rigueur, mesure, harmonie, force, âme guident le travail de la main vers la réalisation d’un ouvrage unique, qu’il a d’abord dû dessiner, en tenant compte des lois de la géométrie et de l’esthétique : « Si l’on admet que le dessin part d’un modèle pour le reproduire sous une forme imagée, l’art du meuble part au contraire d’un dessin pour en projeter la forme concrète dans la réalité35. » Ainsi naissent les « Arts décoratifs », de création libre, qui ont fait « le génie français » du xviiie siècle36. L’image de l’artisan, qui produit des « objets d’agrément », se dissocie elle-même, progressivement, de celle de l’ouvrier, qui réalise et reproduit des objets utiles dont il n’a conçu ni la forme, ni l’esthétisme. Les écoles gratuites de dessin tendent davantage à une formation aux « arts décoratifs » : les connaissances théoriques apportées doivent permettre à l’élève d’anticiper la réalisation d’un objet, en projetant, par le dessin, les différents éléments qui le composent.

  • 37 Alphonse Dupront, Qu’est-ce que les Lumières ?, op. cit., p. 42.

24« Entre l’art et la technique, (le dessin) fait le pont, et le fait qu’on le réclame montre de toute évidence que l’art est en train de devenir technique37. »

Notes

1 Alphonse Dupront, Qu’est-ce que les Lumières ?, Paris, Folio-Histoire, Gallimard, 1996, p. 40-41.

2 Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale Gratuite de Dessin, sur l’instruction, les prix d’émulation, la police des classes et les sujets qui les fréquentent, Paris, Imprimerie royale, 1768.

3 ANF AJ/53/167, École royale gratuite de dessin, Mémoire concernant l’école gratuite de dessin où l’on montre l’utilité de cet établissement, les avantages qui en résultent, les détails de l’administration et de la direction, et généralement tout ce qui peut y avoir rapport, Paris, imprimerie royale, 1774, p. 15.

4 Alphonse Dupront, Qu’est-ce que les Lumières ?…, op. cit. p. 41.

5 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres, Paris, Briasson, David, Lebreton, Durant, 1751-1771, article « Art », signé Denis Diderot.

6 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Art » par Denis Diderot.

7 Nathalie Heinich, Les transformations du statut des peintres et des sculpteurs, Paris, Klincksieck, 1996, p. 20-22 et Nathalie Heinich, Artisans et académiciens à l’âge classique, Paris, éditions de Minuit, 1993, p. 92.

8 Abbé Lacroix, 1751, cité dans Léon Charvet, « Les origines de l’enseignement public des arts de dessin à Lyon aux xviie et xviiie siècles », dans Réunion des Sociétés des Beaux-Arts des Départements, volume 2, 1878, p. 126.

9 AM Annecy, 1R12, fol. 5, Procès verbal du Conseil général provisoire de la commune d’Annecy, séance du 29 janvier 1793, l’an 2e de la République.

10 AM Annecy, 1R12, Programme d’un concours pour la Place de Professeur de Dessin au Collège d’Annecy.

11 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Perfection ».

12 Dictionnaire de l’Académie française, édition de 1762, article « Parfait ».

13 AD Isère, D3, « Prospectus d’une école publique de dessein établie à Grenoble sous la protection de S.A.S. Mgr le Duc d’Orléans, premier prince du sang et gouverneur de la province du Dauphiné », 1769, dans Marianne Clerc, Jacques-André Treillard (1712-1794). Peintre dauphinois, thèse sous la direction de Marie-Félicie Pérez, Université de Lyon II, 1992, annexe 28.

14 Dictionnaire portatif des Arts et Métiers contenant en abrégé l’histoire, la description et la police des Arts et Métiers des fabriques et manufactures de France et des Pays Étrangers, Paris, Lacombe, 1766, tome 1, avertissement p. xix.

15 Renaud d’Enfert, « La place du dessin dans la formation des ouvriers et des artisans en France. xviiie-xixe siècles », Formation professionnelle et apprentissage, xviiie-xxe siècles, Lille, Revue du Nord et Paris, INRP, 2003, p. 108.

16 AM Lille, carton 8, fonds Gentil, Élèves de l’école d’architecture de la ville, 9 avril 1760.

17 « Attestation et supplication des corps et communautés (relative à l’utilité de l’École gratuite de dessin et aux encouragements dont elle est digne) », Paris, Imprimerie Royale, 1790 (BNF, collection Deloynes, pièce 1837).

18 AD Pas-de-Calais, Registre des Assemblées des États d’Artois, 1783, dans Jules Joets, L’école des Beaux-Arts de Saint-Omer (1767-1908), Saint-Omer, imprimerie du Mémoriel artésien, 1909,p. 22.

19 Jean-Baptiste Descamps, Sur l’utilité des établissements des écoles gratuites de dessin en faveur des métiers, discours qui a remporté le prix au jugement de l’Académie française, Paris, Regnard, imprimerie de l’Académie, 1767, 2e édition 1789, p. 24.

20 AD Indre et Loire, série 9M17, cité par Annie Gilet, « L’enseignement du dessin pour les étoffes et la mise en carte à Tours de 1778 à 1826 », Actes du colloque La soie en Touraine, 29-30 novembre 2002, Association Tours, Cité de la Soie, 2003.

21 Ibid.

22 Quatremère de Quincy, Considérations sur les arts du dessin en France, Paris, Desenne, 1791, p. 91.

23 Ibid. p. 94.

24 Ibid. p. 95 et 97.

25 Ibid. p. 94-95.

26 Décret du 8 août 1793, supprimant les académies, sur proposition du Comité d’instruction publique.

27 Abbé de Gourcy, « Discours sur cette question : est-il à propos de multiplier les académies ? », Paris, Desaint, 1769. Discours prononcé pour le jour de sa réception à la Société Royale des Sciences et Belles-Lettres de Nancy, le 8 mai 1768.

28 « Discours prononcé dans l’Académie royale de peinture et de sculpture, le samedi 19 décembre 1789, MM. Les Académiciens y séant, par M. Restout, l’un d’eux et des Académies des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen, Belles-Lettres de Caen, de Peinture, Sculpture et Architecture de Toulouse », Paris, Didot le Jeune, 1790.

29 AM Annecy, 1R12, fol. 2, Lettre de la municipalité d’Annecy à l’administration provisoire du département du Mont Blanc, 9 janvier 1793.

30 AD Pas-de-Calais, Registre des Assemblées des États d’Artois, 1783, dans Jules Joets, L’école des Beaux-Arts de Saint-Omer (1767-1908)…, op. cit., p. 22.

31 Antoine Ferrand de Monthelon, Projet pour l’établissement d’écoles gratuites de dessein, dans Mercure de France, mars 1746.

32 Seules les autorités municipales de Strasbourg financent deux écoles distinctes : l’une destinée aux arts libéraux, l’autre aux métiers. Le cas de Paris est différent puisqu’académie de peinture et sculpture comme école de dessin sont toutes deux sous protection directe du roi.

33 Nathalie Heinich, Du peintre à l’artiste : artisans et académiciens à l’âge classique, Paris, éditions de Minuit, 1993, p. 120.

34 Ibid.

35 Bernard Deloche, L’art du meuble. Introduction à l’esthétique des arts mineurs, suivi de L’art du meuble à Lyon au xviiie siècle et Formaliser l’analyse stylistique, Lyon, L’Hermès, 1980, p. 145.

36 « Le génie français » : titre d’un documentaire télévisuel en dix épisodes sur les arts décoratifs au xviiie siècle (soies, orfèvrerie, tapisseries, porcelaines, cristalleries, horlogerie, etc.) de Jean-Louis Rémilleux, réalisé par Josée Dayan. Pour les concepteurs de l’émission, « la grande époque des arts décoratifs en France est le xviiie siècle ». La dissociation « artistes » et « artisans d’art » se concrétise au xixe siècle lorsque l’Académie royale de peinture et de sculpture revit sous la forme de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts et que l’École Royale Gratuite de Dessin devient l’École Nationale des Arts Décoratifs.

37 Alphonse Dupront, Qu’est-ce que les Lumières ?, op. cit., p. 42.

Table des illustrations

Titre Tableau 22 : Devenir des écoles gratuites de dessin après 1793
Légende Référence : d’après le tableau présentant les « Départements où la chaire de dessin de l’école centrale succède de façon naturelle à l’ancienne école de dessin » (dans Renaud d’Enfert, De la figure humaine au dessin géométrique. Enseignement du dessin et formation ouvrière en France, 1750-1850, op. cit., p. 41), complété (noms en italiques).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6996/img-1.png
Fichier image/png, 15k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540