Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les écoles de dessin au xviiie siècle

 | 
Agnès Lahalle

Chapitre VI. Les leçons : méthodes et contenus

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le second volet relatif à l’enseignement concerne les méthodes et contenus des leçons qui en font l’objet. Les professeurs issus de formation académique parviennent-ils à se détacher du modèle artistique ou ne font-ils que le reproduire, sans pour autant que soit nécessairement tenue dans l’école une classe du modèle ? L’analyse des conditions d’enseignement permet de savoir si les écoles gratuites de dessin présentent ou non une certaine originalité pédagogique, par rapport à ce qui se pratique à l’Académie royale de peinture et de sculpture ou chez un maître de métier. L’organisation du temps scolaire – annuel et hebdomadaire –, comme les genres enseignés et les principes sur lesquels reposent les leçons sont autant d’éléments qui permettent d’appréhender la pédagogie mise en œuvre dans ces nouvelles institutions.

Le temps de l’école

2L’horaire des leçons et le calendrier annuel sont les premiers indicateurs possibles de l’organisation des cours suivis dans toute institution scolaire.

Les leçons hebdomadaires

  • 1 Ordonnance des échevins de la ville de Douay, 16 janvier 1777, dans Jacques Guillouet, « L’école g (...)
  • 2 AD Isère, D3, « École gratuite de dessein à établir à Grenoble », proposition rédigée par l’intend (...)
  • 3 Observations de Jean-Baptiste Pierre sur l’ensemble du projet d’académie à Valenciennes, juin 1784 (...)

3Le tableau 17 (p. 203) renseigne sur les horaires hebdomadaires et le planning annuel des vingt-huit écoles et écoles académiques de dessin pour lesquelles ces données paraissent dans les statuts ou les règlements. Il permet d’établir un certain nombre de constats, significatifs de l’approche pédagogique des écoles et de l’organisation des cours. Premier constat : la durée la plus fréquemment proposée pour les leçons est de deux heures, les plus longues se déroulant dans les écoles bretonnes ou à Lyon (trois heures). Vues comme complément de formation pour les ouvriers et artisans et parfois comme « agrément » pour les amateurs, elles ne peuvent en effet qu’être de courte durée pour permettre aux élèves de vaquer à d’autres activités. Une ordonnance de la ville de Douai précise ainsi que les maîtres des arts et métiers ne peuvent empêcher « les Jeunes Gens qui sont dans les années d’apprentissage (et…) qui prennent ou voudront prendre des leçons à l’École gratuite du Dessein » de s’y rendre1. Certaines écoles proposent parfois des leçons le matin, ce qui n’est pas toujours le choix du professeur : « Le sieur Treillard voudrait ne donner qu’une leçon par jour, il prétend qu’il ne pourrait pas tenir à donner deux leçons. Je lui ai dit qu’il fallait nécessairement qu’il y eut école soir et matin au moins deux heures chaque jour excepté les fêtes et dimanches et le jeudy2. » L’intendant qui rédige le projet de Grenoble indique ainsi la nécessité d’ouvrir largement l’école à ceux pour lesquels le dessin est nécessaire. Cependant, le faible nombre d’élèves (entre vingt-cinq et trente) aboutit à une seule leçon de trois heures par jour. La courte durée des leçons est parfois contestée par Jean-Baptiste Pierre, Premier peintre du roi, qui estime que « un an de temps employé au total serait plus profitable, que des leçons courtes et coupées3 ». C’est oublier que les écoles de dessin sont également destinées aux apprentis, ouvriers et artisans dont l’activité première n’est pas l’apprentissage du dessin à l’école, mais celui des gestes du métier chez un maître.

  • 4 AM Valenciennes, GG 121, Règlement de Messieurs du magistrat de la ville de Valenciennes, 8 juin 1 (...)
  • 5 Observations de Jean-Baptiste Pierre sur l’ensemble du projet d’Académie à Valenciennes, juin 1784 (...)
  • 6 « Mémoire sur le projet d’établir à Besançon une École gratuite de peinture et de sculpture, prése (...)
  • 7 Ibidem.

4Le second constat qui peut être dressé à partir du planning hebdomadaire concerne l’horaire même des leçons : elles ont lieu en semaine, généralement en fin d’après-midi, à des heures différentes – décalées – entre l’hiver et l’été, pour des questions d’éclairage. Trois raisons expliquent ce choix de cours en fin de journée. La première est la possibilité ainsi donnée aux apprentis et ouvriers d’assister aux leçons, sans « couper » leur journée de travail. À Valenciennes, « tous les Maîtres des Corps et Métiers seront tenus de laisser aller leurs apprentis prendre des leçons qui se donneront à l’Académie4 ». Dans le projet d’établissement de l’académie que la ville adresse au ministre d’Angiviller, cet article est favorablement reçu, puisqu’il « indique les raisons du choix des horaires qui tombent à la fin du travail journalier5 ». La deuxième raison est l’avantage pédagogique que fournit la lumière crépusculaire : « L’entrée de la nuit est l’heure […] la plus convenable (car) les jours et les ombres sont plus sensibles, ce qui est nécessaire pour que les écoliers les saisissent indépendamment6. » La dernière raison des leçons en fin de journée concerne davantage les maîtres. La fin d’aprèsmidi est en effet « l’heure la plus commode pour les professeurs qui quittent alors leur attelier, et pour les écoliers qui ne peuvent, sans le secours de beaucoup de lumières, employer utilement ces instants7 ». D’une part donc, donner le temps aux professeurs de recevoir des élèves privés et de répondre aux commandes d’œuvres et, d’autre part, éviter que les adolescents sombrent dans l’oisiveté. Cette remarque du sculpteur Luc Breton indique bien que le travail d’un professeur en école de dessin n’est souvent qu’un complément au travail d’artiste qui répond aux commandes privées et publiques qui lui sont adressées. Elle confirme également les finalités éducatives et morales voulues par les initiateurs des écoles gratuites de dessin.

Tableau 17 : Horaire hebdomadaire et vacances dans les écoles gratuites de dessin
(écoles pour lesquelles les données sont vérifiées).

Tableau 17 : Horaire hebdomadaire et vacances dans les écoles gratuites de dessin(écoles pour lesquelles les données sont vérifiées).

Sources et références : Amiens (C. Engrand, « Critiques, projets et réalisations pédagogiques de Jacques Sellier, architecte de la ville d’Amiens, au xviiie siècle », dans Formation technique et apprentissage, xviiie-xxe siècles, Lille, Revue du Nord et Paris, INRP, 2003, p. 64) – Annecy (AM Annecy, 1 R 12) – Beauvais (Mercure de France, avril 1750) – Besançon (Règlement pour l’Académie de peinture et de sculpture de Besançon, dans A. Castan, L’ancienne école de Peinture et de Sculpture de Besançon, 1756-1797, Besançon, Mémoires de la Sociétés d’émulation du Doubs, 1888, p. 172) – Bordeaux (AM Bordeaux, GG 999) – Cambrai (Règlement de l’école de dessin de Cambrai, article VI, dans A. Durieux, Les artistes cambrésiens du ixe au xixe siècle et l’école de dessin de Cambrai, Cambrai, imprimerie Simon, 1874) – Châtellerault (AM Châtellerault, Registre des Délibérations du corps de ville (1762-1790), n° XXXVI, Règlement du 3 février 1786) – Dijon (Règlement de MM. les Élus Généraux des États de Bourgogne concernant les Élèves de l’École gratuite de dessin, peinture et sculpture, Dijon, Defay, 1785) – Douai (AM Douai, GG non numéroté, Règlement de l’École gratuite de dessin, article 5, 1770) – Dunkerque (C. Harbon, « Nicolas Truit, artiste peintre et fondateur de l’école de Dunkerque », dans Revue de la Société dunkerquoise d’histoire et d’archéologie, n° 24, novembre 1990) – Grenoble (Règlement qui sera observé dans l’École gratuite de Dessin établie à Grenoble, article 1er, Grenoble, imprimerie de la Veuve Faure et Fils, 1769) – Lille (AM Lille, carton 103, Règlement pour l’Académie des Arts, 1766) – Lyon (AD Rhône, 1L1062, École gratuite de dessin et de géométrie) – Macon (Almanach du Mâconnais, 1786) – Montpellier (dans H. Stein, La Société des Beaux-Arts de Montpellier (1779-1787), Paris, Archives de l’art français, tome VII, 1913, p. 14) – Nantes (Règlement pour l’école gratuite de dessin fondée par les États de Bretagne, dans A. Lesort, Les États de Bretagne et l’enseignement du dessin au xviiie siècle, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1911, pièce justificative n° 11) – Orléans (ANF 0/1/1933/B, Académies et écoles de province, Règlement particulier pour la police intérieure de l’École académique de Peinture, Sculpture, Architecture et autres arts dépendans du Dessin, article 1er) – Paris (Règlement pour les Élèves, dans Détails sur l’origine et l’administration de l’École royale gratuite de dessin, sur l’instruction, les prix d’émulation, la police des classes et les sujets qui la fréquentent, Paris, imprimerie royale, sd) – Poitiers (ANF 0/1/1933/B (2), Académies et écoles de province, Règlement arrêté par l’École royale académique de Peinture, Sculpture, Architecture et autres arts, 1779) – Reims (AM Reims, C 692, liasse 19, Règlement concernant la Police qui doit être observée dans les Écoles de Mathématiques et de Dessin de la Ville de Reims, article 1er) – Rennes (Règlement pour l’école gratuite de dessin fondée par les États de Bretagne, dans A. Lesort, Les États de Bretagne et l’enseignement du dessin au xviiie siècle…, op. cit., pièce justificative n° 11) – Saint-Omer (AM Saint-Omer, Registre des Délibérations des Magistrats 1772) – Saint-Quentin (AD Aisne, C 815, Ordonnance du Roi portant Règlement pour l’École Royale gratuite de Dessin de la Ville de Saint-Quentin, 1782, article VII) – Strasbourg (C. Schnéegans, « L’enseignement des arts en Alsace : les écoles de dessin à Strasbourg au xviiie siècle », dans Archives alsaciennes d’histoire de l’Art, Strasbourg-Paris, Istra, 1927) – Toulouse (AM Toulouse, GG 928) – Tours (AM Tours, GG 26) – Valenciennes (AM Valenciennes, GG 121, Statuts et règlement de l’Académie de Peinture et de Sculpture de la ville de Valenciennes, article XII).

  • 8 ANF 0/1/1933/B (2), Académies et écoles de province, Poitiers, Règlement arrêté par l’École Royale (...)

5Troisième constat : certaines écoles fonctionnent également les dimanches et fêtes, le matin seulement pour permettre ensuite le repos dominical. Ainsi en est-il à Lyon ou à Poitiers où « l’école sera ouverte pour tous les Ouvriers, dont le métier a besoin de la connaissance du dessein, tous les dimanches et fêtes, en hiver, depuis sept heures jusqu’à dix ; en été, depuis six jusqu’à neuf8 ». Apport théorique utile à des ouvriers embauchés toute la semaine par un maître. En revanche à Tours, l’école du dimanche est ouverte aux amateurs d’art d’agrément. Enfin, à l’exemple des collèges, toutes les écoles vaquent le jeudi : c’est le jour choisi par le professeur d’Amiens pour assurer les cours payants de formation pour les manufactures et des cours de comptabilité pour le commerce. L’enseignement dans une école de dessin n’est donc à temps plein, ni pour les élèves, ni pour les professeurs, excepté pour ces derniers, lorsqu’il n’est assuré, comme à Dijon, que par un seul maître. Il ne représente que quelques heures par semaine, chacun des genres enseignés ne l’étant qu’une voire deux fois par semaine (Lille, Paris). Enfin, il ne s’adresse qu’aux garçons sauf à Annecy où l’école de dessin, organisée en 1792 et qui s’ouvre en 1793, s’adresse également aux filles. Garçons et filles cependant ne sont pas mélangés.

Le planning annuel

  • 9 AD Isère, D3, « École gratuite de dessein à établir à Grenoble », proposition rédigée par l’intend (...)

6Pour certaines écoles, le tableau 17 fait également état des périodes de vacances souvent identiques, là encore, à celles du collège, comme à Grenoble où « le sieur Treillard demande de pouvoir disposer du temps des vacances qui seront fixées à trois mois, septembre, octobre et novembre. Je ne vois pas grand inconvénient à lui accorder cette permission. C’est le temps où le collège et toutes les écoles publiques sont fermés et il est juste que le S. Treillard ait ce temps à lui pour se reposer et vaquer à ses affaires personnelles9 ». La remarque de l’intendant confirme le fait que les écoles gratuites de dessin sont des établissements publics, financés par les autorités locales. Elles se conforment, quant à leur calendrier annuel, aux autres établissements de la ville. Les congés pris hors vacances d’été sont quant à eux calqués sur le temps religieux – semaine sainte et semaine pascale, Noël, Épiphanie. Ils sont également déterminés par les fêtes : celle du roi en particulier, quand les vacances d’été commencent après la distribution des prix de la « Saint Louis » jusqu’à la Saint-Martin (novembre) ; ou celle du pro-fesseur-directeur, comme à Paris et Orléans. Enfin des spécificités locales déterminent la période des vacances : à Dijon, les congés d’automne correspondent aux temps des vendanges.

7Si l’enseignement dans les écoles gratuites de dessin est bien à temps partiel, pour les professeurs comme pour les élèves dont la priorité est d’abord l’apprentissage d’un métier, les leçons qui y sont données relèvent-elles plus des arts mécaniques que des arts libéraux ?

Une multiplicité de genres enseignés

  • 10 Reed Benhamou, Public and private education in France, 1648-1793, Studies on Voltaire and the eigh (...)

8Dans un ouvrage paru en 1993 et consacré à l’enseignement des arts en France au xviiie siècle, Reed Benhamou présente le tableau des leçons proposées dans dix-neuf écoles de dessin, envisagées selon le modèle de celles données à l’Académie royale de peinture et de sculpture et de l’École royale gratuite de dessin de Paris10. Le tableau 18 ci-après reprend et complète les données et aboutit à un corpus de trente-deux écoles étudiées sous l’angle des cours dispensés.

  • 11 « Discours sur la manière d’étudier l’Architecture et les Arts qui sont relatifs à celui de bâtir, (...)

9Le tableau 18 permet de saisir la diversité des classes ouvertes dans les écoles, avec apports pratiques et théoriques, à l’instar de l’Académie des Arts, ouverte à Paris par Jean-François Blondel en 1740 et dont s’inspirera Bachelier : « Principes du dessein concernant l’architecture et l’ornement relatifs à la décoration intérieure et extérieure, au jardinage, à la menuiserie, serrurerie, etc.11 », mais aussi mathématiques et géométrie, perspective, art de modeler, art du trait, principes et proportions du corps humain, développement et pratiques de la charpenterie et de la menuiserie y sont proposés. Cependant toutes les leçons suivies en province ne figurent pas dans les deux institutions royales de Paris. Dans quelques écoles en effet existe par exemple une classe des « principes » ou des « commençants » ou des « initiants », que ne mentionnent ni l’académie de peinture, ni l’école de Bachelier.

« Commençants » et « Initiants »

  • 12 AM Strasbourg, carton 4, liasse 4, ms AA 2096, Règlement du Magistrat de la Ville de Strasbourg co (...)
  • 13 Ibidem.

10Situer cette première classe nécessite, préalablement, de définir les termes. Ceux-ci – principes, commençants, initiants – sont-ils d’ailleurs synonymes ? Le règlement de la première école de dessin de Strasbourg indique : « Pour ce qui est des initiants, l’on sçait que naturellement les enfants sont portés à imiter les objets dont ils ont l’imagination remplie, c’est pourquoi lorsqu’on veut les mettre au dessin la meilleure méthode est de commencer par leur faire copier, crayonner, tracer, ébaucher, peindre des personnages, des animaux, des fleurs, des paysages, non pas pour, de tous ces élèves, n’en faire que des peintres mais pour leur apprendre à manier et conduire le crayon, la plume, le pinceau avec exactitude, avec légèreté, avec goût et avoir pour ainsi dire le compas dans l’œil12. » Se « faire la main », assouplir le poignet, savoir tenir son crayon et correctement poser les doigts sur le porte-crayon, voilà bien les premiers gestes à apprendre ; comme chez un maître, l’enfant qui, à Strasbourg, sait déjà lire et écrire, doit reconnaître, nommer, s’exercer à utiliser les outils nécessaires au dessin. Cette première classe est également ouverte aux garçons indécis dans le choix d’une profession et qui n’apprennent « le dessin que pour acquérir une science qui étant la clef des arts et métiers ne peut jamais qu’être d’une grande utilité13 ». La classe est bien une « initiation » au dessin et doit permettre aux élèves de choisir ensuite leur orientation. Elle n’existe pas dans toutes les écoles, du moins en ces termes, ce qui n’empêche pas les administrateurs de donner aux élèves le temps de se déterminer dans le choix d’un genre, en fonction du métier envisagé.

  • 14 AM Lille, carton 103, Plan des leçons que continuera de donner dans l’École de Rheims Monsieur de (...)
  • 15 AM Valenciennes, GG 121, Règlement de Messieurs du magistrat…, op. cit.
  • 16 AM Toulouse, Statuts de la Société des Beaux-Arts de Toulouse, Toulouse, Imprimerie Claude-Gilles (...)
  • 17 ANF 0/1/1933/B (2), Académies et écoles de province, Toulouse, Lettre de Louis de Mondran au Contr (...)

11Les règlements le rappellent, « les élèves, instruits dans cette école dès l’âge le plus tendre, pourront se décider eux-mêmes à cultiver celui des talents qui flatera davantage leur goût, et à mettre avec succès en usage les règles et les préceptes qu’ils auront reçus14 ». Liberté de choix, après avoir reçu les règles de base nécessaires, quelle que soit l’orientation prise car « N’entendons […] point gêner, en aucune façon, les dispositions naturelles des Élèves, et voulons que chacun soit libre de se livrer au genre qu’il aura choisi15 ». À Toulouse, la première classe est celle des « commençants », dont le programme est mieux défini qu’à Strasbourg : ils « ne dessinent que des Parties16 » ; « des nez, des bouches, des yeux, des oreilles et des têtes17 ». Le statut de « commençant » semble représenter un échelon supérieur à celui des « initiants » : il n’est plus question de seulement connaître et manipuler les outils, il s’agit aussi de faire, et donc de dessiner les différentes composantes de la figure. En ce sens, cette classe s’apparenterait à celle de la « figure » (colonne 11 du tableau 18). Inexistantes sous cette forme dans les institutions parisiennes, les classes des « commençants » (« C ») paraissent sous la rubrique « divers » (tableau 18) et concernent neuf écoles recensées. Avant 1777, l’Académie royale de Paris n’accueille pas les commençants. Après cette date, une classe des « débutants » est ouverte, un an après la suppression de celle de Saint-Luc.

12Les autres écoles sont classées par Reed Benhamou selon qu’elles suivent plutôt le programme de l’Académie royale de peinture et de sculpture ou plutôt celui de l’école de Bachelier. Les genres les plus représentées sont d’abord l’architecture (vingt-cinq écoles sur trente-deux), puis la géométrie (vingt et une), la bosse (vingt), l’ornement et la figure (dix-neuf), l’estampe (dix-huit), et les fleurs (seize). À quoi correspondent ces différents enseignements ?

Tableau 18 : Le dessin enseigné dans les écoles gratuites de dessin.
Genres enseignés à l’ ARPS (Académie Royale de Peinture et de Sculpture) : 1 – estampe / 2 – bosse / 3 – modèle / 4 – anatomie / 5 – perspective / 6 – théorie, histoire.
Genres enseignés à l’École royale gratuite de Paris : 7 – géométrie / 8 – architecture / 9 – fleur / 10 – ornement / 11 – figure / 12 – animaux Divers : 13 et 14 : classes supérieures de peinture et de sculpture / 15 – gravure / 16 – sujets divers (paysage).
o = compléments au tableau proposé par R. Benhamou.

Tableau 18 : Le dessin enseigné dans les écoles gratuites de dessin.Genres enseignés à l’ ARPS (Académie Royale de Peinture et de Sculpture) : 1 – estampe / 2 – bosse / 3 – modèle / 4 – anatomie / 5 – perspective / 6 – théorie, histoire.Genres enseignés à l’École royale gratuite de Paris : 7 – géométrie / 8 – architecture / 9 – fleur / 10 – ornement / 11 – figure / 12 – animaux Divers : 13 et 14 : classes supérieures de peinture et de sculpture / 15 – gravure / 16 – sujets divers (paysage).o = compléments au tableau proposé par R. Benhamou.

Sources et références : Reed Benhamou, « Matières enseignées dans les écoles de dessin de province », dans Public and private art education in France, 1648-4793, Studies on Voltaire and the eighteenth century, Oxford, the Voltaire Foundation, 1993, tableau 2, p. 99.
Pour compléments au tableau de R. Benhamou : Angers (AM Angers, BB 122) – Beaune (dans J.-P. Guillaumont, L’Académie de Peinture et de Sculpture de Dijon, Université de Strasbourg, 1994, p. 315) – Besançon (Règlement pour l’Académie de peinture et de sculpture de Besançon, dans A. Castan, L’ancienne école de Peinture et de Sculpture de Besançon, 1756-1797, Besançon, Mémoires de la Sociétés d’émulation du Doubs, 1888, p. 173) – Cambrai (A. Durieux, Les artistes cambrésiens du ixe au xixe siècle et l’école de dessin de Cambrai, Cambrai, imprimerie Simon, 1874, p. 453) – Chambéry (A. Buttin et S. Jacqueline, Les peintres de la Savoie, 1860-1940, Chambéry, Les Amis des Musées, 1991, p. 209) – Douai (AM Douai, GG non numéroté, Règlement de l’École gratuite de dessin, 1770) – Dunkerque (C. Harbon, « Nicolas Truit, artiste-peintre et fondateur de l’école de Dunkerque », dans Revue de la Société dunkerquoise d’histoire et d’archéologie, n° 24, novembre 1990, p. 51) – Montpellier (ANF 0/1/1933/B (2), Académies et écoles de province) – Nantes (A. Lesort, Les États de Bretagne et l’enseignement du dessin au xviiie siècle, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1911) – Rennes (A. Lesort, Les États de Bretagne et l’enseignement du dessin au xviiie siècle…, op. cit.) – Saint-Omer (J. Joets, L’École des Beaux-Arts de Saint-Omer (1767-1908), Saint-Omer, Imprimerie du Mémorial artésien, 1909, p. 15) – Troyes (« De l’école royale de dessin à l’école des Beaux-Arts de Troyes », La vie en Champagne, n° 334, juillet-août 1983) – Vienne (AM Vienne, BB 321-325).

Un enseignement fondé sur le modèle académique : les arts libéraux

13Les six premières rubriques du tableau 18 indiquent les leçons suivies à l’Académie royale. L’enseignement comprend les trois classes de la formation artistique – le « dessin d’après l’estampe », le « dessin d’après la bosse » et le « dessin d’après nature (= modèle vivant) », – à la fois œuvre à copier et personne qui pose –, complétées par les trois classes de théorie : l’anatomie, la perspective et l’histoire.

  • 18 AM Lille, carton 103, Plan des leçons que continuera de donner dans l’École de Rheims…, op. cit.
  • 19 Charles-Nicolas Cochin, « Discours prononcé à l’Académie de Rouen en 1777 », dans La formation arc (...)
  • 20 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de ge (...)

14La figure en premier. Dans l’enseignement de l’Académie royale de peinture et de sculpture, celui de la figure et du corps humain à partir de la copie d’estampes est proposé dans la première classe, avant l’étude de la bosse puis du modèle. Le terme « estampe » utilisé dans le tableau de Reed Benhamou est ambigu : il ne représente pas un genre à étudier mais un support (une gravure originale) à partir duquel l’élève étudie, copie, imite. Indiquer une « classe d’estampe », c’est donc indiquer une classe de la figure et du corps humain par copie de gravure ; et toutes les écoles et écoles académiques enseignent la figure, fondement de l’enseignement du dessin. Elle est en effet « le degré par où il faut monter pour arriver à la perfection : ainsi, au sortir de la Figure, l’élève passera sans obstacle à toutes les autres parties du Dessein, et réussira dans le genre pour lequel son inclination le décidera18 ». Le secrétaire et historiographe de l’académie parisienne ne dit pas autre chose quand il affirme que « tout degré de supériorité, non seulement dans les Arts, mais encore dans toutes les professions qui en dépendent est relatif au degré supérieur que l’artiste a acquis dans l’art de dessiner la figure humaine19 ». Les élèves suivent alors une progression que rappellent les traités relatifs au dessin et que présente l’Encyclopédie : « Après avoir étudié le développement de chaque partie de la tête, par exemple, on en forme un ensemble, c’est-à-dire qu’on assigne à ces parties leur juste place et leur proportion dans une tête entière. On la dessine dans différents points de vue, afin de connaître les changements qui arrivent dans les formes lorsqu’on regarde la tête de face, de trois quarts de face, de profil, ou lorsqu’on la voit par en-haut, ou par-dessous : ensuite on fait la même étude sur les autres membres20. » Le dessin de la figure entière ne peut être maîtrisé qu’après en avoir étudié toutes les composantes. Dans une gradation des apprentissages, l’élève doit dessiner des yeux, des nez, des bouches, des oreilles avant de pouvoir recomposer une figure, de « mettre une tête ensemble » (cf. illustration 5, p. IV).

  • 21 Ibidem, article « Bosse ».
  • 22 Ibid., article « Dessein ».
  • 23 Charles-Antoine Jombert, Méthode pour apprendre le dessin, Paris, Jombert, 1755.
  • 24 AM Lille,carton 103, Plan des leçons que continuera de donner dans l’École de Rheims…, op. cit.

15Dessiner d’après la bosse. Après les classes des principes et de la figure, les élèves des écoles de dessin, dont la progression est calquée sur celle de l’Académie royale, suivent la classe de la bosse, proposée dans dix-neuf écoles sur les trente-deux étudiées. « Travailler d’après la bosse se dit, en Dessein, d’un élève ou d’un maître qui copie d’après une figure de relief, soit en marbre, soit en plâtre21. » Comme le souligne une nouvelle fois l’auteur de l’article consacré au dessin dans l’Encyclopédie, « il y a trop de différence entre copier sur une surface plate ce qui est tracé sur une surface semblable, ou dessiner sur cette même surface ce qu’on voit de relief, pour qu’on puisse passer tout d’un coup de la façon de dessiner que l’on vient de décrire à celle avec laquelle on dessine d’après la nature22 ». L’étape intermédiaire consiste donc à faire des études d’après divers moulages – figures, fragments de figure, ornements, etc. – avant de s’intéresser aux ouvrages de sculpture. « Cette étude est nécessaire pour apprendre à connaître l’effet des ombres et des jours, à donner du relief aux parties qui doivent en avoir, et pour se perfectionner dans le contour des figures23. » Apprendre ainsi à passer de la copie d’une gravure à deux dimensions au dessin d’un objet en trois dimensions est particulièrement utile aux métiers du bâtiment comme les sculpteurs mais aussi les maçons, marbriers et tailleurs de pierre, auxquels il sera proposé « des Modèles parfaits de Trophées, d’Ornements, de Bas-reliefs, de Ronde-Bosse24 ».

  • 25 Ibidem.
  • 26 AM Lille, carton 103, Règlemens pour l’Académie des Arts, article IV du « Règlement particulier po (...)

16La classe du modèle. La dernière « étape » de l’enseignement du dessin inspiré de celui de l’Académie royale est la classe du modèle. Le tableau 18 indique que seulement douze écoles académiques et académies ont une classe d’après nature, destinée à la formation artistique et à laquelle, parfois, est associée une classe d’anatomie (Rouen, Marseille, Bordeaux, Orléans par exemple). Ce sont les écoles dont les statuts reconnaissent l’autorisation de poser le modèle. « Quand on commence à dessiner d’après la nature, on n’aperçoit d’abord presque aucun muscle, c’est pourquoi avant que de commencer cette étude, on doit avoir quelque légère teinture de l’Anatomie, afin de pouvoir découvrir plus aisément, par son secours, la place des os et des muscles25. » Cependant, les classes du modèle ne sont accessibles qu’aux seuls élèves qui, après « avoir passé par les différentes Leçons », en ont été « jugés capables par le Professeur26 ».

  • 27 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., introduction aux planches consacrées au dessin.
  • 28 Ibid.

17Les quatre stades – principes, figure, bosse et modèle – représentent la base d’une formation au dessin, qui permet ensuite de s’orienter vers une option artistique. À Toulouse, ces quatre classes sont publiques et permettent d’accéder aux classes « supérieures » de peinture, sculpture et architecture (colonnes 13 et 14 du tableau). S’y ajoutent trois classes théoriques : l’anatomie « pour connaître la charpente du corps humain (et…) donner aux muscles leurs véritables positions27 » ; la perspective, « pour bien concevoir les plans d’une figure ou d’un groupe28 » et l’histoire. Treize écoles sur les trente-deux présentées ont des classes d’anatomie et de perspective. Elles correspondent à celles autorisées par le roi (Toulouse), par l’Académie royale (Bordeaux, Marseille, Montpellier, Orléans, Poitiers et Rouen) et par les autorités locales dont elles dépendent, à tenir une classe du modèle. Ce ne sont pas des professeurs artistes qui en assurent les leçons mais des spécialistes reconnus : le chirurgien Le Cat, membre de l’académie de la ville dont dépend l’école de dessin, assure ainsi gratuitement les cours d’anatomie de l’école de Rouen. L’apport théorique dans l’enseignement du dessin, mis en place dès le xviie siècle à l’Académie royale, est à son tour adopté par les écoles académiques et académies de province.

Un enseignement calqué sur celui de l’École royale gratuite de dessin : les arts mécaniques

18Les colonnes 7 à 12 du tableau 18 présentent l’enseignement davantage inspiré de l’École royale de Bachelier que de celui de l’académie parisienne. Les trois genres, enseignés chacun durant deux ans, sont « géométrie et architecture », « figure et animaux », « fleurs et ornements ». Les écoles de Saint-Quentin et de Macon adoptent exactement ce programme. Le dessin d’après la bosse est exclu, pour ne former qu’au trait, sans ajout d’ombres ni de lumières.

  • 29 ANF 0/1/1933/A(2), Discours de Jean-Jacques Bachelier, annonçant à l’Académie royale de peinture e (...)
  • 30 AD Isère, D3, Lettre de Jean-Jacques Bachelier à M. Fontaine, secrétaire du duc d’Orléans, 15 janv (...)
  • 31 Jean-Jacques Bachelier, « Mémoire concernant l’École Royale Gratuite de Dessin. De l’utilité de ce (...)
  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid.
  • 34 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Géométrie ».
  • 35 Almanach du Mâconnais, 1786, « Exercice des différens genres qui seront professés dans le courant (...)

19D’abord la géométrie et l’architecture. Vingt-cinq écoles sur les trente-deux présentées dans le tableau 18 ont une classe, voire une école d’architecture et vingt-et-une enseignent la géométrie, ce qui place ces deux disciplines en tête des genres jugés nécessaires aux arts mécaniques. Pour Jean-Jacques Bachelier, directeur de l’École royale de Paris, l’enseignement du dessin débute par celui de la géométrie pratique. « Base de tous les arts mécaniques29 », la géométrie « doit commencer l’éducation, mais elle ne doit être qu’élémentaire pour les élèves qui se destinent aux arts de goût ; il leur suffit de connaître d’abord les lignes, les angles et les formes, de distinguer une courbe dont le centre est près ou loin, si elle est circulaire ou elliptique et d’opérer géométriquement30 ». Quelques années plus tard, Bachelier reprend la même idée dans un mémoire relatant l’histoire de l’École royale de Paris. Il y dresse d’abord un procès en règle contre le baroque dont les artistes « révoltent les lumières de la raison par la monstrueuse disproportion des objets qu’ils ont réunis31 ». Parce qu’il en déplore « les formes irrégulières (qui) ont banni le quarré, le rond et l’ovale32 », il insiste sur l’utilité de la géométrie qui doit redonner « la dimension raisonnée, la noble symétrie puisée dans la nature. […] C’est donc un grand service aux arts que d’élever la Jeunesse dans les principes de la géométrie : non seulement cette science développe l’intelligence, elle rend encore la précision familière, par la connaissance exacte de la dimension de tous les corps, considérés sous différents aspects33 ». Utile pour former l’élève au dessin, la géométrie l’est également pour former au bon goût. Elle apporte une structure rigoureuse aux dessins des élèves, selon les normes esthétiques du néo-classicisme. Les leçons que Bachelier préconise ainsi concernent seulement « la Géométrie élémentaire (qui) ne considère que les propriétés des lignes droites, des lignes circulaires, des figures et des solides les plus simples, c’est-à-dire des figures rectilignes ou circulaires, et des solides terminés par ces figures. Le cercle est la seule figure curviligne dont on parle dans les élémens de Géométrie34 ». L’école de Macon insiste quant à elle sur l’importance de la géométrie pour les charpentiers, charrons, chaudronniers, grainiers, lapidaires, maçons, opticiens, potiers d’étain, tabletiers et tourneurs35.

  • 36 Jean-Jacques Bachelier, Mémoire sur l’administration et la manutention de l’École royale gratuite (...)

20Le programme de géométrie, établi pour les deux ans que dure l’enseignement du premier genre à l’École royale de Paris, s’appuie sur vingt planches-modèles d’arithmétique, trente-huit de géométrie et vingt-huit de dessin géométral, auxquelles s’ajoutent quatre cent cinquante-six d’architecture, cent soixante-six de perspective et quatre-vingt-treize de coupe de pierres36. Les vingt planches d’arithmétique portent sur les principes de la numération, les tables des unités de convention, les principes des quatre opérations. En géométrie, les planches abordent : les définitions des lignes « poussées jusqu’aux perpendiculaires », les principes généraux sur le parallélisme des lignes, des exercices variés du compas, etc. En dessin géométral : construction géométrique du plan d’une feuille, construction « du trait inférieur d’un œil ouvert », des proportions de la tête humaine, les « pénétrations de plans dans un cylindre droit, tronqué obliquement et développé », etc. En architecture, les leçons présentent les différents ordres (toscan – 100 modèles ; dorique – 100 ; ionique – 50 ; corinthien – 108 ; composite – 67), trente et un modèles d’architecture militaire ou fortification d’après Vauban. En perspective, trente planches concernent les plans, vingt-deux la perspective des compartiments de planchers, cent-six la perspective générale (élévations, application à des objets d’usage comme perron, écritoire de bureau, puits, tabouret, etc.) et dix « la perspective déterminée par le transparent et la glace ». Enfin les quatre-vingt-treize planches de la coupe des pierres proposent les différents arcs ; les voûtes ; les portes en plein cintre, en anse de panier, en tour ronde.

  • 37 Laurent Pelpel (sous la direction de), La formation architecturale…, op. cit., p. 96.
  • 38 ANF 0/1/1933/B (1), Papiers relatifs à l’établissement de l’Académie de Peinture, Sculpture et Arc (...)

21Quel degré de difficultés d’abstraction et de théorisation atteint l’enseignement de géométrie et d’architecture dans les écoles de dessin ? S’agit-il d’un enseignement « supérieur » ou bien est-il destiné à des ouvriers et artisans des arts mécaniques qui ont davantage la nécessité d’une « initiation » ? Une nouvelle fois, il convient de définir les termes. Si par « architecture », on comprend « l’art de bâtir », « la science des proportions et les techniques des matériaux37 », l’enseignement est placé sous la direction d’un professeur spécialisé. L’Académie de Bordeaux, mais aussi celle de Marseille qui a reçu l’agrément pour former « des Peintres, des Sculpteurs, des Dessinateurs nécessaires dans tous les Ports de la France, des constructeurs, des artisans propres au service de la Marine38 », proposent ainsi des classes d’architecture civile et navale, tenues par des architectes ou des ingénieurs, à finalité professionnelle immédiate. Dans d’autres villes, école de dessin et école d’architecture sont associées.

  • 39 AM Lille, carton 103, Prospectus de Dessein, d’Architecture et de Mathématiques, présenté à MM. du (...)
  • 40 Ibidem.
  • 41 AM Lille, carton 103, Règlements pour l’Académie des Arts, 8 octobre 1766, p. 11.

22À Lille, l’architecte et inspecteur des Ponts et Chaussées François Gombert ouvre l’école d’architecture en 1760. Il y propose l’enseignement des « trois parties principales : savoir, la Construction, qui a pour objet la solidité ; la Distribution, qui a pour objet la commodité ; et la Décoration, qui a pour objet l’ordonnance du Bâtiment en général39 ». Le cours est divisé en cinq sections. La première traite des « principes les plus simples (qui sont…) les premiers principes de la géométrie pratique. Ensuite la définition des cinq ordres d’architecture […] suivant les meilleurs Auteurs qui en ont traité ». La seconde section traite des « proportions […] des parties relatives aux Bâtiments et de leur emplacement dans la distribution ». La troisième concerne les « plans, élévations, coupes et profils ». La quatrième section est l’application des ordres à la décoration et la dernière traite de la construction des édifices. Pour accéder à l’école d’architecture, le professeur encourage fortement les futurs élèves à fréquenter préalablement l’école de dessin car « un architecte ou un artisan ne peut véritablement devenir habile dans son Art, que lorsqu’il est exercé dans cette Partie40 ». D’ailleurs ne sont admis à l’école que ceux qui connaissent « les premiers éléments de la Géométrie (et qui sont munis) d’un Certificat du Professeur de Dessein et de celui de Mathématiques, contenant qu’ils sont suffisamment instruits dans l’un et l’autre, pour pouvoir profiter avec goût et succès des leçons d’Architecture41 ». Art de bâtir et art de la décoration sont réunis dans cette école d’architecture, qui appartient – comme l’école de dessin – à l’Académie des Arts de la ville.

  • 42 Laurent Pelpel, La formation architecturale au xviiie siècle, Rapport…, op. cit., p. 96.
  • 43 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Décoration ».
  • 44 AM Lille, carton 103, Plan des leçons que continuera de donner dans l’École de Rheims…, op. cit.
  • 45 Ibidem.
  • 46 Mercure de France, décembre (1), 1753, p. 156.

23Toutefois l’architecture peut également être seulement « considérée comme l’ornement et la décoration des édifices42 ». Précisée dans ces définitions, la séparation entre les deux types de classes n’est en réalité pas si évidente et des écoles d’architecture proposent aussi bien « l’art de bâtir » que celui de la « décoration ». Cependant, quand le professeur de dessin ou son adjoint tient aussi les leçons d’architecture, il s’agit non de « l’art de bâtir » mais de la « décoration d’architecture » que Jean-François Blondel définit comme « l’application des ordres, colonnes ou pilastres ; les frontons, les portes, les croisées, les niches, les attiques, les soubassements, les balustrades ; différentes parties qui se doivent accorder si bien avec les masses et la dimension du bâtiment, que l’une ne puisse être supprimée sans nuire au reste de l’édifice43 ». La définition donnée renvoie aux thèmes des leçons de géométrie et d’architecture proposées par Bachelier aux élèves de son école. Le plan d’étude de l’école de Reims indique ainsi que, « pour cultiver les différents talents qui s’annonceront dans l’école » seront enseignés « les cinq ordres d’Architecture (utiles à) l’architecture civile et militaire44 ». Les serruriers par exemple doivent « sçavoir dessiner différens Ordres d’Architecture, surtout pour la composition des Grilles45 ». Aux cinq ordres classiques (toscan, dorique, ionique, corinthien, composite ou romain), Monthelon le professeur ajoute la connaissance « de l’Ordre Français, Espagnol et Italien […]. Quoiqu’il s’éloigne de ceux qui sont vraiment de bon goût, il est nécessaire que les jeunes Artistes en ayent aussi une teinture, pour n’être point si étrangers dans les Contrées où pourraient les conduire la curiosité ou la fortune ». Le programme est complété par M. Robert, successeur de Ferrand de Monthelon : en plus des cinq ordres, il montre « la manière de lever les plans de toutes sortes de bâtiments, de faire les desseins, tant des façades que des coupes ; en général tout ce qui est dépendant de l’Art du Dessein, tant pour la Serrurerie, la Menuiserie, que les autres Arts relatifs à l’Architecture46 ». La finalité est ici différente : contrairement aux « écoles d’architecture », les écoles de dessin forment à la connaissance pour « décorer », non pour « bâtir ».

  • 47 AM Lille, carton 103, « Prospectus de Dessein, d’Architecture et de Mathématiques ».

24Le même problème de définition, et donc de contenu et de finalités des enseignements, se pose quant aux mathématiques – géométrie comprise – enseignées dans les écoles de dessin. S’agit-il d’apports nécessaires aux artisans qui se perfectionnent dans leur métier ou déjà d’un enseignement « spécialisé » ? Tout comme pour l’architecture, l’enseignement des mathématiques est assuré par un non-dessinateur : un professeur de mathématiques correspondant de l’Académie royale des sciences à Reims. À Lille, c’est un médecin, Charles-Nicolas Saladin, qui en assure les leçons. Comme digne représentant de la philanthropie des Lumières, il est « obligé par état de veiller sur la santé des Pauvres dans une des Paroisses de cette Ville47 ». Il justifie sa place de professeur car, comme médecin, il peut tout à fait enseigner les mathématiques : « Qu’on jette seulement les yeux sur les différentes parties de la Médecine, et on verra si un Médecin peut n’avoir aucune teinture de Mécanique, d’Hydraulique, d’Optique, etc. Cependant ces différentes branches des Mathématiques ont pour bases l’Algèbre et la Géométrie. » Il se montre sensible à « la gloire de pouvoir être doublement utile, et (à) l’espoir flatteur d’être un jour rangé parmi le petit nombre de ceux qui ont bien mérité de leur Patrie ». Les cours qu’il propose ont lieu les mardis et jeudis, durant deux heures. La première heure est consacrée à « la Géométrie Élémentaire, l’Arithmétique et toutes ses applications au Commerce ; la trigonométrie Rectiligne et tous ses usages, les Sections coniques et les Courbes anciennes avec toutes leurs applications aux Arts, et principalement à la coupe des pierres ». La seconde heure est employée à expliquer les traités de Mécanique, d’Optique, d’Hydraulique et d’Algèbre : un traité par an, sur quatre ans, alors que le cours élémentaire se répète chaque année. Les trois écoles « de dessin », « d’architecture » et « de mathématiques » sont réunies à Lille, sous l’appellation « Académie des Arts » qui groupe donc, sous l’autorité du corps municipal, les enseignements destinés aux arts libéraux et mécaniques. Elles se situent à des degrés différents de difficultés, celle de dessin étant « élémentaire », la première à être fréquentée par les élèves. La même appellation « Académie des Arts » se retrouve à Amiens où le professeur Jacques Sellier tient aussi une classe du commerce (payante cependant) pour les manufacturiers de la ville.

  • 48 AM Lille, carton 103, Programme de l’École de dessin de Reims, Extrait des Registres de l’Académie (...)
  • 49 Mercure de France, décembre 1753, p. 154.

25Un programme identique, en partie imité par Lille, est suivi dès 1751, par le professeur de l’école de Reims, sur deux heures trente : « La première heure de la leçon sera employée à un Cours des Parties les plus élémentaires, qu’il répétera tous les ans ; la seconde heure sera employée pendant quatre années à enseigner quatre Traités Physico-Mathématiques, un chaque année, et indépendants les uns des autres, qu’il reprendra tous les quatre ans dans le même ordre. […] La dernière demi-heure est destinée à un cours d’Algèbre48. » Son successeur, qui tient la classe de mathématiques à partir de 1753, donne « une Physique qu’on tâchera de rendre utile pour les Manufactures, sans négliger l’utilité qu’elle peut procurer aux autres États ; et des Éléments complets de Mathématique ». Les leçons de trois heures « leur laisseront la facilité d’assister la matinée aux Écoles de Dessein où ils pourront apprendre la partie de cet Art qui aura le plus de rapport à l’état auquel ils se destinent49 ».

  • 50 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Géométrie ».
  • 51 AM Lille, carton 103, Plan des leçons que continuera de donner dans l’École de Rheims…, op. cit.

26Les écoles de dessin enseignent les mathématiques et l’architecture à un niveau plus élémentaire. C’est le premier genre de celle de Bachelier, et les écoles fondées sur le modèle parisien associent géométrie et architecture, nécessaires à différents arts mécaniques. Le succès de ces nouvelles institutions tient sans doute à la possibilité, pour les artisans et ouvriers, d’acquérir ainsi des connaissances théoriques, d’intellectualiser les pratiques artisanales, et donc de maîtriser ce que les Encyclopédistes nomment « l’intelligence du geste ». Les écoles de dessin laissent à celles d’architecture l’art de bâtir et à celles de mathématiques « la Géométrie transcendante (qui) est proprement celle qui a pour objet toutes les courbes différentes du cercle, comme les sections coniques et les courbes d’un genre plus élevé50 ». Enseignement élémentaire dans les écoles de dessin ; « supérieur » dans les écoles d’architecture et de mathématiques, non spécifiquement nécessaire à l’apprentissage des métiers mécaniques. À Reims, il est même précisé que « les Enfants des Nobles, des gens aisés, dont l’éducation doit être plus parfaite que celle des Artisans, trouveront […] dans cette Ville une École de Mathématique, où ils pourront étudier telle partie de cette Science qui les flattera davantage51 ».

  • 52 Almanach du Mâconnais, 1786, « Exercice des différens genres qui seront professés dans le courant (...)
  • 53 Jean-Jacques Bachelier, Mémoire sur l’administration et la manutention de l’école royale gratuite (...)
  • 54 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Dessein ».
  • 55 Ibidem.

27Le dessin pour les manufactures. « Figure et animaux » et « fleurs et ornements » constituent les deux autres volets du triptyque des leçons suivies dans une école de dessin de type parisien, comme celles de Saint-Quentin ou de Macon. Ils sont indispensables aux arquebusiers, brodeurs, couteliers, ébénistes, émailleurs, ferblantiers, horlogers, luthiers, joailliers, tapissiers, etc.52. À Paris, le deuxième genre comprend ainsi cinq cent soixante et onze planches pour la figure, « d’après des modèles de différents maîtres53 », et deux cent dix-huit pour les animaux. La classe des animaux suit, elle aussi, les principes énoncés dans l’Encyclopédie. En effet, les animaux « sont des êtres animés sujets à des passions, et capables de mouvements variés à l’infini : leurs parties diffèrent des nôtres dans les formes, dans les jointures, dans les emmanchements54 ». Il est alors nécessaire d’apprendre « à en connaître bien l’anatomie ; ensuite des réflexions sur les mouvements des parties qui les composent leur fourniront assez de lumières pour ne pas blesser la vraisemblance, et pour ne pas donner lieu de détourner par une critique légère l’attention qu’on doit au sujet qu’ils traitent55 » (cf. illustration 6, p. IV).

  • 56 AM Lille, carton 103, Plan des leçons que continuera de donner dans l’École de Rheims…, op.cit.
  • 57 École de dessin de Reims, Mercure de France, décembre 1753, p. 157.
  • 58 AM Lille, carton 103, « Prospectus de Dessein, d’Architecture et de Mathématiques », op. cit., p. (...)

28Le genre des « fleurs et ornements » (frises, vases, panneaux, bas de colonnes, arabesques, etc.) comporte, à l’école royale de Paris, respectivement deux cent soixante-sept et quatre cent soixante-trois planches. Il intéresse particulièrement les manufactures : « Le Manufacturier, après s’être formé dans la première Classe, sera appliqué à dessiner des Fleurs, des Fruits, des Arbres, des Plantes, des Feuillages, différents Compartiments de goût, qu’on peut répandre si aisément dans la façon des Étoffes, qui en augmentent la beauté, sans rien ôter à leur solidité56 » ; « Nous montrerons à dessiner l’ornement et toutes les parties de dessein qui peuvent être utiles aux fabriques des étoffes de laine et de soye, dont le progrès et la perfection sont l’objet principal de cette Ville57. » L’argumentaire est identique à l’école de Lille où « le manufacturier […] y dessinera les Fleurs, les Fruits, les Arbres, les Plantes, les Feuillages, qui font le plus bel effet des Etofes, et qui leur donne ce brillant et ce bon goût qui, sans altérer leur solidité, les fait désirer de nos voisins58 » (cf. illustration 7, p. V).

  • 59 Laurent Pelpel, La formation architecturale au xviiie siècle, Rapport…, op. cit. p. 95.

29Le même modèle de programmes se retrouve dans plusieurs écoles. Celle de Reims, fondée en 1748, sert de référence pour l’école de Lille ouverte en 1755. Paris surtout est imitée par Macon, Saint-Quentin, Valenciennes et Angers : les élèves y apprennent la figure, les fleurs, l’ornement et les cinq ordres de l’architecture. Cependant la division ainsi établie entre un enseignement fondé sur le modèle de l’Académie royale et celui calqué sur l’école de Bachelier n’est pas aussi tranchée. Écoles académiques et académies de province, telles que définies antérieurement, celles qui « posent le modèle vivant », forment également des apprentis, ouvriers et artisans et, comme l’indique le tableau 18, proposent une plus grande diversité de genres que chacune des deux institutions parisiennes « spécialisées », l’une dans la formation aux arts mécaniques et l’autre dans l’enseignement artistique. En outre, le tableau 18 n’indique pas les différents cours théoriques mis en place selon les demandes locales : cours de pilotage à Bordeaux, chimie pour l’art de la teinture à Lyon, dessins à destination des militaires à Grenoble ou Poitiers, hydrographie à Nantes. Le large éventail de leçons suivies dans une même institution – école gratuite de dessin – tient autant à la « spécialité » des professeurs recrutés selon les réalités provinciales qu’à l’impossibilité des autorités à entretenir une académie artistique distincte d’une école de dessin. Le cas de Strasbourg est exceptionnel. D’où ce « mélange des genres » rencontré partout ailleurs, parfois équilibré entre « libéraux » et « mécaniques » (Dijon ou Grenoble), parfois plus « libéraux » dans les académies (Toulouse, Bordeaux ou Marseille) ou plus « mécaniques » (Tours). L’école de Poitiers est, à elle seule, exemplaire, qui assure la totalité des enseignements des deux institutions parisiennes. Est-ce la véritable raison de l’obtention de sa qualification « royale » ? En outre, les genres enseignés ne relèvent pas tous des maîtres de dessin. Seules quelques écoles n’ont qu’un professeur. Le principe de « pluridisciplinarité » constaté suppose donc « un corps professoral varié à l’intérieur d’un même établissement59 », composé d’artistes de formation académique et de spécialistes pour les enseignements scientifiques que sont la géométrie ou l’anatomie, l’architecture ou la perspective, auxquelles s’ajoutent parfois la mécanique ou la chimie. Ce même principe implique aussi la nécessité d’assurer le lien entre pratique et théorie, dessin et métier, arts libéraux et arts mécaniques.

30Les divers genres enseignés dans les écoles de dessin, selon une organisation hebdomadaire et annuelle quasi-identique d’un établissement à l’autre, reproduisent donc les modèles parisiens, en les adaptant aux nécessités locales. En matière pédagogique, l’enseignement proposé dans les écoles de dessin reprend également les principes suivis dans les deux modèles : l’imitation et l’émulation.

Une pédagogie fondée sur l’imitation

  • 60 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné… op. cit., article « Dessein ».

31Dans le cadre du premier principe pédagogique sur lequel repose l’enseignement dans les écoles de dessin, l’imitation, les professeurs choisissent à la fois une démarche et des modèles susceptibles d’aider les élèves à progresser dans l’apprentissage du dessin. Selon l’Encyclopédie, le mot « dessein […] fait entendre deux choses : il signifie en premier lieu la production qu’un artiste met au jour avec le secours du crayon ou de la plume. Dans une signification plus générale dont cette première dérive sans-doute, il veut dire l’art d’imiter par les traits les formes que les objets présentent à nos yeux60 ». Pour accéder à cet « art », il faut donc « imiter », « copier », ce que rappellent tous les traités consacrés au dessin et parfois les statuts et règlements des écoles. Ainsi les « initiants » de celle de Strasbourg, déjà évoqués, doivent-ils commencer par « copier, crayonner, tracer, ébaucher, peindre ».

Une leçon dans une école de dessin : une démarche analytique

32D’une école à l’autre, une leçon suit un rythme immuable. On peut en saisir le déroulement, aussi bien du point de vue de l’élève que de celui du professeur. Attitude, travail, rôle de chacun sont définis dans les règlements entérinés par les bureaux d’administration des écoles.

  • 61 Règlement de MM. les Élus-Généraux des États du Duché de Bourgogne concernant les Élèves de l’Écol (...)
  • 62 Ibidem.
  • 63 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Dessein ».
  • 64 Ibid.
  • 65 Ibid.
  • 66 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale (...)
  • 67 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Dessein ».
  • 68 AD Aisne, C 812, Ordonnance du Roi portant Règlements pour l’École Royale gratuite de Dessin dans (...)
  • 69 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., Introduction aux planches consacrées au dessin.

33Les élèves ne peuvent participer aux leçons sans être munis du matériel nécessaire. Des séries de tableaux, peints en particulier par Lépicié (17351784) et Chardin (1699-1779), représentent ainsi de jeunes dessinateurs avec « porte-feuilles, papier, crayons et porte-crayon61 ». « Argile, fonds, selles, ébauchoirs62 » sont utilisés pour le modelage. Les fournitures nécessaires correspondent aux « outils » auxquels doit s’habituer tout apprenti. Ainsi en est-il des crayons et porte-crayons utilisés par les débutants et que Watelet, auteur de l’article « Dessein » de l’Encyclopédie, décrit : « Les premiers essais se bornent ordinairement à tracer des lignes parallèles en tous sens, pour apprendre à faire usage d’un crayon de sanguine qu’on enchâsse dans un porte-crayon. Ce porte-crayon, long d’environ un demi-pié, est un tuyau de cuivre, du diamètre d’une grosse plume ; il est fendu par les deux bouts de la longueur d’un pouce et demi, pour qu’il puisse se prêter aux différentes grosseurs des crayons qu’on y adapte, et qu’on y fait tenir en faisant glisser deux petits anneaux qui resserrent chaque bout du porte-crayon, et qui contiennent, par ce moyen, le petit morceau de pierre rouge qu’on y a inséré63. » Utiliser le crayon, c’est aussi savoir « aiguiser cette pierre avec un canif » et tenir « le porte-crayon, comme on tient une plume ; à cela près que les doigts sont placés vers le milieu, au lieu que l’on tient la plume presqu’à son extrémité64 ». L’apprentissage du geste permet d’assouplir le poignet qui « devenu mobile glisse lui-même sur le papier, et parcoure en se portant de côté et d’autre, sans roideur, l’étendue des traits que l’on se propose de former65 ». À l’école royale de Paris, Bachelier préfère que les élèves utilisent le crayon noir « qui est moins sujet que le rouge à gâter leurs vêtements et leur papier66 ». D’autres écoles, en particulier celles qui ont une classe du modèle, peuvent aussi faire travailler « avec la sanguine, avec la pierre noire, avec la mine de plomb, avec la plume et l’encre de Chine67 ». Quant au support du dessin, les débutants s’exercent souvent sur l’ardoise mais le papier blanc est le plus utilisé. À Paris comme à Saint-Quentin sont autorisées « deux sortes de crayons, le vert sur l’ardoise et le noir sur le papier. Le Professeur pourra néanmoins permettre aux Élèves d’employer le crayon rouge, lorsqu’il le jugera à propos68 ». Les élèves plus avancés utilisent du « papier de demi-teinte, comme gris, bleu ou couleur de chair tendre, que l’on fabrique exprès pour les Dessinateurs69 » (cf. illustration 8, p. V).

  • 70 AD Aisne, C 812, Ordonnance du roi portant Règlements pour l’École Royale Gratuite de Dessein…, op (...)
  • 71 « Règlement de l’école de dessin » de Cambrai, dans A. Durieux, article XXIX, Les artistes cambrés (...)
  • 72 AM Châtellerault, Extrait du registre des délibérations du corps de ville (1762-1790), feuillet 28 (...)
  • 73 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale (...)
  • 74 « Mémoire à Messieurs les administrateurs de l’école de dessin sous la protection de S.A.S. Monsei (...)
  • 75 ANF 0/1/1927, « Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale Gratuite de Dessin (de (...)
  • 76 AM Valenciennes, Statuts et Règlements de l’Académie de peinture et de sculpture de la ville de Va (...)
  • 77 AM Grenoble, GG 240, « Règlement qui sera observé dans l’École publique de Dessein établie à Greno (...)

34Nantis des ustensiles nécessaires à leur travail, les élèves entrent dans la salle de classe en respectant le plus grand silence et s’installent à la place numérotée « indiquée par le Professeur, sans pouvoir en changer ni en sortir, sous quelque prétexte que ce soit70 ». Les mêmes obligations de silence à respecter en entrant en classe et d’impossibilité de changer de place sont indiquées dans tous les règlements, comme à Cambrai où « les places que devront occuper les élèves seront données par les commissaires et professeur […] et personne ne pourra se déplacer sans permission expresse71 » et à Châtellerault : « Chaque élève se tiendra exactement dans la place qui lui sera distribuée par le professeur72. » L’élève dispose ainsi d’un espace suffisant pour « dessiner avec aisance, sans pouvoir s’en écarter ni incommoder son voisin73 ». Il trouve à sa place le « porte-originaux » garni du dessin et modèle qu’il devra copier74. Le porte-dessin, en plan incliné, « ferme à clef, pour conserver sous verre les épreuves que l’on donne à copier aux élèves, afin qu’ils ne puissent les soustraire ni les altérer75 ». Silence et concentration sont également de mise pendant toute la durée de la leçon : les élèves « resteront assis à leurs numéros, uniquement occupés à l’étude, tout le temps de l’exercice, sans pouvoir quitter leurs places sous aucun prétexte ; ils ne s’amuseront à aucune chose qui pourrait les détourner de leur leçon, sous peine de même amende de six deniers76 ». À Grenoble, « lorsque le silence ne sera pas utile, il ne sera parlé que de ce qui a trait au Dessein, étant expressément défendu de s’entretenir d’autres matières77 ». Partout le professeur est responsable de la discipline dans la classe.

35Quant aux professeurs et à leurs adjoints, recrutés, payés et contrôlés par le bureau administratif de l’école, les règlements des écoles et écoles académiques de dessin en précisent également le rôle pédagogique. Une leçon peut ainsi être divisée en quatre étapes : l’accueil, l’explication, l’exercice et la correction. Ces différents moments s’adressent à l’ensemble des élèves, sans distinction d’âge ni d’origine sociale, et les places ne sont pas attribuées au mérite : l’enseignement dans les écoles de dessin s’adresse à tous.

  • 78 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale (...)
  • 79 Ibidem.
  • 80 AM Valenciennes GG 121, « Statuts et Règlements de l’Académie de peinture et de sculpture », titre (...)

36D’abord l’accueil des élèves. Il consiste à « voir s’ils (= élèves) se placent à leur numéro78 », à garnir le pupitre de chacun et donc à « vérifier si le dessin placé immédiatement sous le verre du porte-dessin est celui qui convient à l’élève, suivant son degré d’avancement79 » et, si nécessaire, à le remplacer. Cet accueil de tous tient cependant compte du niveau de capacités des élèves et du genre enseigné : les élèves doivent en effet « déclarer en se présentant la profession qu’ils ont embrassé et celle à laquelle ils se destinent par la suite, afin que les Professeurs puissent leur donner plus particulièrement les instructions qui leur sont convenables80 ».

  • 81 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale (...)
  • 82 Charles-Antoine Jombert, Nouvelle méthode pour apprendre…, op. cit.,p.42.
  • 83 AM Lille, carton 103, Prospectus de Dessein, d’Architecture et de Mathématiques, 27 février 1762.
  • 84 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Dessein ».
  • 85 AM Strasbourg, Carton 4, liasse 4, Règlement de l’école de dessin, 1767.
  • 86 ANF 0/1/1927, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale Gratuite de Dessin…, op. (...)
  • 87 Ibidem.

37Un enseignement collectif : apports théoriques. Quand tous les élèves sont arrivés et placés, le professeur (ou son adjoint) commence la leçon : démontrer « sur des tableaux exposés en évidence les opérations et les proportions relatives (à la géométrie), susceptibles de démonstrations et applicables aux dessins que les élèves doivent exécuter81 ». La « démonstration » par le maître n’est pas seulement utile en géométrie. Elle fait partie de toute leçon : « Un habile maître peut donner du cœur à ses écoliers et les encourager […] en dessinant lui-même quelque chose en leur présence et leur enseignant en même tems de quelle manière il s’y prend82. » Pour la classe de la figure, le professeur « aura soin de dicter à ses Disciples des Leçons qui contiendront exactement les proportions les plus belles et les plus recherchées de l’antique. Les noms des Muscles extérieurs, leurs attaches, leur grandeur, leurs fonctions et leurs contours dans les différentes attitudes83 ». À l’étude de la myologie est associée celle de l’ostéologie car « ce sont les os qui décident en partie les formes extérieures ; et lorsqu’on connaît bien la structure des os, leurs emmanchements, la façon dont ils se meuvent, on est bien plus sûr de leur assigner leur place et leur proportion. L’étude des muscles qui les font agir, et dont la plupart sont extérieurs, est une suite de cette observation84 ». À Strasbourg, le professeur donne « toutes sortes d’ouvrages de différentes structures et qualités mais toujours relatifs au métier par lui embrassé (et fait) par occasion des explications propres à lui donner des ouvertures sur la fabrication et l’usage du modèle dont il a tiré le dessin85 ». Montrer, expliquer, dicter correspondent à la partie théorique de l’enseignement des écoles, qui se veut complémentaire de ce qui se transmet chez un maître de métier. La partie théorique est cependant moins développée dans les seules écoles de dessin sans finalité artistique et dont l’objet est « d’enseigner les principes élémentaires du dessin relatifs aux arts mécaniques seulement86 ». Bachelier estime trop complexes les traités et cours complets sur les arts « qui passent de beaucoup les bornes des éléments ou qui ne sont pas spécialement appliqués aux arts mécaniques ». Il les a donc adaptés pour « former une suite d’instruction théorique et pratique au moyen de laquelle […] un élève peut être en état de se rendre un ouvrier distingué87 » (cf. illustration 9, p. VI).

  • 88 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, Recueil de planches…, op. cit.,p.8.
  • 89 Ibid.
  • 90 « Les proportions de la figure humaine dans les carnets de Léonard de Vinci », site bnf.fr/pedagos (...)
  • 91 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale (...)
  • 92 AM Lille, carton 103, Prospectus de dessein, d’architecture et de mathématiques présenté à MM. du (...)
  • 93 AM Lille, carton 103, Plan des leçons que continuera de donner dans l’École de Rheims…, op.cit.
  • 94 Joubert de L’Hiberderie, Le Dessinateur pour les fabriques d’étoffes d’or, d’argent et de soie, Pa (...)
  • 95 AM Valenciennes, « Statuts et Règlements de l’Académie », titre II, article III.

38Un enseignement individualisé : les exercices. Tout apprentissage de « la figure » passe ainsi par l’acquisition des formes géométriques simples et des proportions. Dans les ovales de têtes que l’élève s’exerce à tracer, il apprend à placer l’œil « dont la longueur se divise en trois parties, et une de ces parties donne la hauteur88 », le nez et la bouche, décomposés puis assemblés ainsi dans l’ensemble de la tête qui « contient trois grandeurs de nez89 ». Ces principes de proportion de la figure humaine reprennent ceux prescrits par Léonard de Vinci dans ses carnets : « Du menton à la naissance des cheveux, il y a un dixième de la figure. Du menton au sommet de la tête, un huitième. Du menton aux narines, le tiers de la face90. » La relation entre arithmétique, géométrie et dessin est ici soulignée. Viennent ensuite les exercices qui concernent « les dessins d’imitation ou de goût » que sont les autres genres91, adaptés à chacun. « Pour cultiver les différens talens, on leur enseignera la partie du Dessein qui concerne chacun d’eux, suivant leur Art et leur Profession, tels que l’Orfèvrerie, la Serrurerie, le Sculpture, la Ciselure, la Menuiserie, etc. Ces Ouvriers y trouveront tous les Desseins dont ils auront besoin, les Vases, les Vaisselles les plus modernes, les Ornemens relatifs aux décorations des Bâtimens, les Lambris de Cheminées, les Plafonds92. » Même préoccupation à Reims où le menuisier s’exerce sur « des desseins de lambris, sur les différens assemblages » ; le charpentier apprend « quelle est la forme la plus noble qu’on peut donner au comble d’un édifice, ou à la disposition d’un escalier » ; le serrurier doit « exprimer des Fleurs, des Feuillages, des Vases, des Animaux même93 ». La même démarche analytique de décomposition – recomposition du dessin est suivie pour les genres autres que la figure. Ainsi à l’école de Lyon, les leçons de la classe de fleurs, d’ornement et de mise en carte suivent les préceptes indiqués par Joubert de L’Hiberderie dans Le Dessinateur pour les fabriques d’étoffes d’or, d’argent et de soie. L’auteur y rappelle les leçons données par son maître Jean-Jacques Bachelier concernant le dessin des fleurs. Tout comme l’élève qui aborde la figure et en étudie toutes les composantes avant d’y ajouter les ombres, celui qui apprend les fleurs travaille à partir de bonnes études de fleurs, puis d’après le tableau et d’après nature pour connaître les sept parties qui les composent : racine, tige, feuilles, calice, pistil, pétales et étamines : « Il (Bachelier) m’en a fait souvent décomposer après les avoir dessinées pour m’en faire connaître la naissance, la jonction, l’accroissement, le développement, la forme et la perfection, afin qu’en la présentant en face, on n’en voye pas en même temps toutes les étamines et le calice, et qu’en la dessinant de profil, on n’en expose pas le pistile et le calice en plein. Il me fallait aussi sentir tous les points d’optique pour les reflets de lumière, les raccourcis, etc.94. » Nul étonnement à voir alors l’auteur préciser qu’un « cours de botanique est aussi nécessaire au dessinateur fleuriste qu’un cours d’anatomie (l’est) pour le peintre ». Lien toujours souhaité entre théorie apportée à l’ensemble des élèves et pratique adaptée au métier et à la capacité de chacun. De collectif, l’enseignement s’individualise en effet, donnant l’occasion au professeur « d’indiquer à mi-voix et particulièrement à chaque Élève, la manière dont il doit s’y prendre pour exécuter le dessin qu’il a sous les yeux ; de lui conduire la main, s’il est nécessaire et lui montrer l’usage des instruments dont il doit se servir, et voir s’il entend et met en pratique ce qu’il lui a démontré95 ». Cet article du règlement de Valenciennes reprend mot pour mot les recommandations de Bachelier : l’enseignement est bien identique alors que pourtant et contrairement à l’école parisienne, celle de Valenciennes prépare aussi à la classe du modèle vivant. L’élève apprend à son rythme, selon sa capacité et son âge.

  • 96 AM Strasbourg, carton 4, liasse 4, Règlement concernant l’École gratuite de dessin, 1768.
  • 97 Charles-Antoine Jombert, Nouvelle méthode pour apprendre…, op. cit.,p.42.
  • 98 « Mémoire à Messieurs les administrateurs de l’école de dessin sous la protection de S.A.S. Monsei (...)
  • 99 Mercure de France, avril 1750, Plan d’une instruction publique et gratuite de l’Art du desseing, e (...)
  • 100 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale (...)
  • 101 Ibid.

39La correction des exercices. Pour être efficaces cependant, ces exercices doivent également être vérifiés par « les instructeurs (qui) auront soin non seulement d’examiner et corriger sa (= élève) besogne ou sa tache, mais de lui faire par occasion des explications propres à lui donner des ouvertures sur la fabrication et l’usage du modèle dont il a tiré le dessin96 ». En effet, « il faut aussi encourager les jeunes gens en les louant sur ce qu’ils peuvent avoir de bon et en ne leur faisant pas remarquer tous leurs défauts à la fois, mais en les reprenant chacun en différents temps, et les uns après les autres. C’est pourquoi il est à propos quand on blâme quelque partie de leurs productions, d’en louer en même temps une autre97. » Conseil avisé de pédagogue désireux de voir l’élève progresser à son rythme, en lui inculquant le sens de l’effort et du travail bien fait. De même Jombert conseille de prendre soin de finir les dessins « pour éviter de s’arrêter à une manière croquée et superficielle de dessiner ». À Grenoble, la correction s’effectue en deux temps, dans un horaire particulièrement cadré. Sur les trois heures que dure la leçon, de deux heures à cinq heures, « le proffesseur ou en son absance son adjoin corigerat à 3 heures, les ensambles des écoliers, ou corigerat les dessein de ceux qui auront commancé la veillie et les pourvoierat de nouveaux originaux qui seront transmi au même momants en place de ceuxs qu’il vienent d’être finy par le dit élève. À quatre heure et demy, le professeur ou à son deffaux son adjoint corigerat tous les dessein en général, de tous les écoliers. Et à cinq heures tous les écoliers sortiront de la sale d’exercice98 ». À Beauvais, le professeur ou son adjoint « instruira lesdits Écoliers des principes de l’Art, et leur en fera faire l’application sur des originaux qu’il leur en remettra devant les yeux, et par le moyen de corrections qu’il fera sur les desseings que lesdits Écoliers auront faits d’après99 ». « Guider le travail et corriger les dessins » sont bien les tâches essentielles du professeur dans une classe de dessin100. En outre, les professeurs, qui conseillent fortement à leurs élèves de s’entretenir entre deux leçons, doivent également corriger les exercices faits à domicile. À Paris, les élèves fondés, qui obtiennent un financement pour gratuité totale, se voient prêter des gravures pour s’entraîner chez eux ; les autres donnent trente livres par an pour pouvoir emprunter des modèles à copier : « Les originaux que l’on fournit aux fondés pour travailler chez eux sont au nombre de six à la fois […]. Cependant pour éviter les abus que les élèves peuvent en faire, ils sont obligés de rapporter à l’inspecteur des études les copies qu’ils ont faites chez eux101. »

  • 102 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale (...)

40Cet enseignement individualisé a pour corollaire le suivi de chacun des élèves. Contrôle des présences, relevé des exercices effectués, progrès accomplis sont ainsi notés sur « une feuille divisée par colonnes, contenant tous les numéros de chaque exercice […]. Le professeur marque tous les jours […] si l’élève a été absent, s’il a travaillé chez lui, s’il a fait des progrès, s’il a donné sujet de mécontentement, et généralement tout ce qui a trait à la conduite ou au travail de l’élève102 ».

Les modèles à copier

  • 103 Dictionnaire de l’Académie, 1762, article « Copie ».
  • 104 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Dessein ».
  • 105 Règlement de l’École gratuite du dessein en la ville de Douay, établie par Messieurs les Échevins, (...)
  • 106 Règlement de l’École de Besançon, du 8 mars 1774, article V, dans Marie Dominique Mougeot-Joubert, (...)
  • 107 AM Valenciennes, GG 121, « Statuts et Règlements de l’Académie de peinture et de sculpture », titr (...)
  • 108 AM Lille, carton 103, Règlement pour l’Académie des Arts, 8 octobre 1766, titre premier, article X (...)
  • 109 Ibid., titre premier, article XXX.

41Copier est donc la base de l’enseignement du dessin. La copie est « tout ce qui est fait d’imitation, excepté de la nature103 ». C’est par l’imitation que l’individu se perfectionne. « Les premiers desseins qu’on imite, sont ordinairement ceux qu’un habile maître a faits lui-même d’après la nature104. » Cette habitude est également celle des écoles de dessin qui se procurent des collections de modèles et dessins, généralement constituées de dons et d’achats. En outre, les professeurs doivent fournir « tous les deux mois, sans aucun délai, un dessein en grand, bien groupé, de son invention, pour servir de modèle aux Élèves, et demeurer à toujours dans l’École105 ». À Besançon, « chaque année, l’un des professeurs donnera à l’alternative un morceau d’étude et, une fois seulement, une pièce de sa composition, qui resteront dans la Salle de l’Académie106 ». Les listes de matériel acheté pour les élèves tout comme les inventaires effectués dans les écoles sous la Révolution indiquent l’importance des estampes et des plâtres destinés à être recopiés, souvent ceux-là même que proposent les théoriciens du dessin. Toutes ces œuvres sont conservées à l’école et confiées à la surveillance des professeurs qui doivent « tenir exactement et fidèlement registre des estampes, dessins et bosses appartenans à l’Académie et qui leur seront confiés107 ». En outre les élèves peuvent également consulter des livres d’art « déposés en un endroit particulier dont chaque professeur aura la clef108 ». Le professeur, « qui prendra les précautions nécessaires pour qu’il ne s’en divertisse aucun109 », peut permettre à un élève de les consulter dans la classe. L’ensemble constitue la base du matériel pédagogique nécessaire à l’enseignement du dessin.

  • 110 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale (...)
  • 111 AM Lille, carton 103, Équipement de l’école de dessin en 1754.
  • 112 Antoine de Montaiglon, Procès verbaux de l’Académie royale de peinture et de sculpture, volume IX, (...)
  • 113 AD Isère, D3, Lettre de Jean-Jacques Bachelier à M. Fontane, secrétaire du duc d’Orléans, le 15 ja (...)
  • 114 AD Isère, D3, État des études nécessaires pour monter l’école publique de dessin de la ville de Gr (...)
  • 115 ANF AJ/53/1, Arrêts du comité de l’École royale gratuite de dessin de Paris, séance du 29 mai 1784

42Jean-Jacques Bachelier distingue les dessins « exacts » de ceux « d’imitation ou de goût110 ». À la première catégorie appartiennent les dessins relatifs à la géométrie, la perspective, la coupe de pierres, l’architecture et ses dépendances « qui ne se prêtent pas au besoin des arts ; c’est au contraire aux arts mécaniques à se contenter des secours qu’ils y trouvent ». La deuxième catégorie groupe tous les dessins utiles à tous les arts, dans un usage cependant différent selon la profession : « Les fleurs se traitent différemment dans la bourrelerie, la broderie, la dentelle, la dorure, etc. » L’élève doit donc copier « avec l’intelligence et l’exactitude nécessaires une quantité d’animaux, de fleurs ou d’ornements qui forment le cours ». Estampes et plâtres constituent alors l’essentiel des modèles copiés. Lorsque l’école lilloise ouvre en 1754, un premier lot de fournitures est ainsi acheté. Il s’agit de « modèles en bosse », pour lesquels le magistrat a dépensé quatre cent deux livres, y compris les frais d’emballage et le transport depuis Paris : deux figures académiques – le fleuve et Pluton (soixante-quatorze livres) ; la Vénus et le Mercure de Pigalle (trente-neuf) ; l’écorché de Bouchardon (neuf) ; quatre têtes séparées (trente-neuf) ; dix pieds séparés (trente-six) ; trois jambes en partie séparées (neuf) ; quatre bras séparés (sept) et douze trophées en bas-relief (vingt-six)111. Le dessin d’après la bosse est bien fondé sur la même progression que celui d’après l’estampe : têtes, parties du corps humain, corps entier. Cette liste d’achat indique également d’une part que les fournisseurs de matériel académique sont parisiens, d’autre part que les modèles sont ceux d’artistes reconnus. Les écoles de province peuvent en effet obtenir des modèles pour leurs élèves auprès de l’Académie royale de peinture et de sculpture (gravures et plâtres). Le directeur de l’École académique de dessin de Tours obtient ainsi des dessins d’élèves, lauréats des prix de l’Académie royale parisienne : « Accordé des dessins de figures académiques des Élèves au Sieur Rougeot, Directeur de l’École de Tours. Sur lesquelles les élèves ont obtenu des Médailles. M. le Directeur les choisira et en fixera le nombre à sa volonté112. » Il ne s’agit que de figures d’hommes. Lorsqu’elle est reconnue à partir de 1767, l’École royale gratuite de dessin de Paris fournit elle aussi des gravures. En raison du coût que représente l’achat de modèles destinés aux quelque mille cinq cents élèves qui fréquentent son école, Bachelier achète en effet une machine, dite de Magny, qui permet de reproduire les gravures dont il souhaite faire profiter son école et celles de province. « On peut leur (= élèves) procurer ces mêmes originaux comme on le fait à Paris à un prix si modique que ce n’est que la valeur du papier et de l’impression », précise-t-il au secrétaire de la nouvelle école de Grenoble113. Dans la commande de matériel nécessaire au bon fonctionnement de son école, le professeur de Grenoble demande effectivement « une collection complète des principes de M. Bachelier pour la fleur, l’ornement et les animaux seulement114 ». Les écoles de Macon, Tours ou Montpellier achètent également une quantité de modèles, vendus « trois sols par épreuve au crayon et deux sols par épreuve au trait115 ».

  • 116 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Mémoire sur l’administration et la manutention de l’École…, (...)
  • 117 Ulrich Leben, « La fondation de l’École royale gratuite de dessin de Paris (1767-1815) » dans Jean (...)

43Les mêmes modèles se retrouvent donc fréquemment dans les écoles provinciales, copies d’œuvres d’artistes reconnus. L’analyse du catalogue des cours de l’École royale de Paris pour l’année 1783 permet de connaître non seulement la progression des leçons mais également les œuvres qui peuvent être soumises au travail des élèves116. Plus tardifs, les inventaires de l’école parisienne dressés sous la Révolution donnent six cent trente-deux planches pour la figure humaine, trois cent quarante pour les animaux et quatre cent quatre-vingt-six pour l’ornement117. Des modèles utilisés pour la figure à l’école de Paris en 1783, quatre-vingt-quinze sont de Suvée, cinquante et un de Bachelier, quarante-cinq de Lebrun ; trente-deux de Raphaël ; trente de Van Loo ; vingt-six de Boucher, vingt-trois de Deshays et dix-sept de De Troy. Paraissent également quelques modèles de Frontier, Boizot, Mignard, Vouet, Blanchet, etc. Dans la classe des animaux, cinquante-trois modèles sont réalisés par Bachelier, quarante par Desportes, vingt-huit par Oudry, vingt par de Sneidre, les autres venant de Bouchardon, Chardin, Hallé ou Parrocel. C’est pour le catalogue des fleurs que Bachelier fournit le plus de modèles : cent huit, Baptiste en ayant proposé soixante et Bidauld trente-deux. Enfin les ornements sont étudiés à partir de L’Huillier (cent vingt modèles), Forty (cent seize), La Rottière (cent cinq), Bachelier (quarante-neuf) ou Duplessis, Bouchardon, Le Brun, etc. Le directeur parisien, comme ceux des autres écoles, fournit donc régulièrement des modèles à ses élèves. Comme peintre des fleurs à l’origine de l’école de la manufacture de Sèvres, il est effectivement plus que normal qu’il propose autant de dessins de ce genre (le tiers environ), mais il est aussi l’artiste qui fournit le plus d’exemples pour les animaux et sa contribution à la classe de la figure n’est pas négligeable. Sur les vingt-six autres noms d’artistes cités, dont les dessins servent de modèles aux élèves, dix-huit sont des peintres ou sculpteurs académiciens agréés et/ou reçus. Certains parmi eux occupent également des fonctions dans les manufactures royales : Boizot est le sculpteur attaché à Sèvres ; Boucher et son gendre Deshays, comme Oudry, Hallé et Simon Vouet ont procuré ou procurent également des dessins pour les manufactures de la couronne de tapisseries et, dans la seconde moitié du xviiie siècle, de Sèvres. En outre Oudry et Hallé sont respectivement directeurs de la manufacture de Beauvais et sur-inspecteur des Gobelins. Bidauld enfin est peintre spécialiste des fleurs et fruits, et Nicolas Desportes est animalier. Comme ancien élève de Jean-Jacques Bachelier à l’académie, le peintre Joseph-Benoît Suvée, professeur à l’École royale gratuite de Paris dès 1768, fournit nombre de dessins pour la figure, tout comme Jean-Claude Frontier, professeur à l’école de dessin de Lyon. Les artistes ainsi « copiés » ne sont pas étrangers aux arts mécaniques.

  • 118 Mercure de France, avril 1750, Plan d’une instruction publique et gratuite de l’Art du desseing, e (...)
  • 119 Pierre Quarré, Une école provinciale de dessin au xviiie siècle. L’Académie de Peinture et de Scul (...)

44La copie d’estampes et de dessins ou de plâtres constitue donc l’essentiel de l’enseignement dans les écoles de dessin, complété par des apports théoriques à partir de démonstrations, d’explications, de commentaires d’œuvres. À Beauvais, lorsque parviennent « des tableaux du Roi, faits pour l’usage de la Manufacture, ledit Maître, ou son adjoint, les exposera en ladite Classe, et expliquera aux écoliers tout ce qui en fera le mérite et la beauté, tant par rapport au desseing que relativement à la composition, la couleur, les effets de la lumière, l’intelligence générale, l’harmonie, et généralement à tout ce qui peut servir à former le vrai goût et la connaissance de l’Art118 ». À Dijon, le professeur François Devosge non seulement « fournit dessins et modèles […], examine et corrige chaque jour les copies, explique les principes, démontre les règles de l’art, interroge ensuite les élèves » mais utilise également les moments de repos pour « lire et expliquer des ouvrages de l’Art119 ». Si la copie est la base de l’enseignement des écoles de dessin, elle est toujours accompagnée d’une partie théorique explicative. Un autre aspect de la pédagogie suivie dans les écoles de dessin est fondé sur la compétition entre élèves et l’encouragement accordé aux plus méritants des écoles, autant pour les féliciter que pour stimuler leur zèle.

Une pédagogie de l’émulation

  • 120 L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Émulation ».
  • 121 Pierre-Mathias Charbonnet, Discours pour la distribution des prix de l’École royale gratuite de de (...)

45L’émulation est en effet le second principe sur lequel s’appuie la pédagogie suivie dans les écoles gratuites de dessin. Elle permet à chacun de donner le meilleur de soi et d’atteindre la « perfection » que vise l’apprentissage aux métiers. Elle est préconisée dans tous les traités d’éducation. Définie dans l’Encyclopédie comme une « passion noble, généreuse, qui admirant le mérite, les belles choses et les actions d’autrui, tâche de les imiter, ou même de les surpasser en y travaillant avec courage par des principes honorables et vertueux120 », l’émulation permet de « surpasser un rival par des efforts louables et généreux (et de) tendre à la perfection avec plus d’ardeur ». C’est « un sentiment volontaire, courageux, sincère qui rend l’âme féconde, qui la fait profiter de grands exemples ». Cette notion entre dans la conception pédagogique du xviiie siècle et, plus précisément, dans la finalité morale définie pour les écoles de dessin, en permettant de distinguer ceux des élèves qui méritent le plus d’encouragement et d’honneur. L’émulation en effet « augmente en même temps (leurs) talents et (leurs) progrès par le travail et l’application (et…) quoi qu’il arrive, elle ne veut réussir que par des moyens légitimes, et par la voie de la vertu ». Elle est « la vie des Arts, comme la gloire en est l’aliment. C’est au foyer de l’émulation que s’allume ce flambeau qui échauffe les cœurs, éclaire les esprits, et transporte les âmes d’une ardeur généreuse […]. Elle est aux Arts ce que le soleil est à la terre121 ». Le désir d’imiter, d’égaler voire de surpasser un autre élève favorise la réussite que visent les écoles de dessin. L’organisation de concours, l’octroi de récompenses accordées aux meilleurs, le cérémonial même de la distribution des prix, tout est mis en place pour souligner le mérite des lauréats et encourager les autres élèves à atteindre le même niveau d’excellence (cf. illustration 10, p. VI).

L’organisation des concours

46Le désir de se montrer meilleur que les autres élèves passe par l’instauration de concours, d’inégale importance selon le moment de l’année où ils sont proposés. Le déroulement des épreuves et le choix des sujets, comme les modalités d’organisation des compétitions montrent l’importance de l’émulation dans la pédagogie des écoles de dessin.

47Les différents concours. Les concours sont de deux types : « intermédiaires » ou annuels. Les premiers se déroulent dans le courant de l’année, destinés à stimuler le travail des élèves et à distinguer ceux d’entre eux qui peuvent prétendre à l’épreuve de fin d’année. À la fois destinés à encourager et à sélectionner, ils peuvent être mensuels, par classe et par genre : ce sont les « concours de quartier » proposés à Paris, Lille, Marseille ou Rouen. Les concours intermédiaires peuvent également être trimestriels comme à Douai et Cambrai. Les concours annuels ou « grands concours » sont, eux, plus sélectifs, organisés pour les élèves lauréats des concours intermédiaires, ou les meilleurs (Grenoble), ou qui ont déjà étudié au moins un an à l’école (Dijon). Dans les écoles académiques et académies, ils sont réservés aux « classes supérieures » de peinture ou sculpture, qui distinguent les artistes (Dijon).

48Le déroulement des épreuves. Quel que soit le type de concours, des conditions de participation et de déroulement sont strictement définies. Pour pouvoir concourrir, l’élève doit d’abord avoir été assidu aux leçons. Le nombre autorisé d’absences varie d’une école à l’autre. À Toulouse, aucune absence n’est autorisée durant les trois mois qui précèdent l’épreuve, vérifiée par un certificat des professeurs. Plus d’exigence encore à Montpellier où les concurrents doivent avoir été assidus aux leçons durant six mois et avoir fait preuve de leur bonne conduite. L’élève est ensuite obligé de se faire inscrire à l’épreuve.

  • 122 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale (...)
  • 123 AD Aisne, C 812, Ordonnance du roi portant Règlements pour l’École Royale Gratuite de Dessein dans (...)
  • 124 ANF 0/1/1933/B (2), Poitiers, Règlement arrêté par l’École Royale Académique de Peinture, Sculptur (...)
  • 125 Délibération de MM. Les Élus généraux des États de Bourgogne, qui ajoute de nouvelles dispositions (...)

49Le tableau 19 (p. 235) présente les modalités des épreuves des dix écoles de dessin pour lesquelles l’organisation des concours est précisée dans le règlement. Partout est soulignée la nécessité d’une part d’éviter les tricheries, d’autre part de garantir l’équité, par l’anonymat des travaux. Pour répondre à la première nécessité, l’école fournit les papiers sur lesquels les concurrents travaillent ; ils doivent être paraphés, devant et derrière, par les commissaires ou le professeur et ne jamais sortir de l’école, sous peine de renvoi de l’élève ou de destruction du dessin. Cette pratique permet d’éviter aux concurrents de calquer le modèle ou d’en faire un tirage qu’ils pourraient ensuite travailler à leur guise (voir Cambrai ou Douai par exemple). Une fois achevés, les dessins sont « renfermés dans des portefeuilles scellés au cachet de l’inspecteur et des professeurs122 » ou « déposés dans une cassette fermant à trois clefs. L’une des-dites clefs demeurera entre les mains de l’Administrateur de semaine ; une autre, entre celles du Secrétaire du Bureau d’administration ; et la troisième, en celles de Professeur123 ». La seconde précaution prise pour juger objectivement le travail des élèves est le respect de l’anonymat, par apposition de lettres ou de numéros sur les épreuves. À Poitiers, « les élèves y (= dessins) mettront un numéro et une devise, avant de les remettre pour être jugés ; ils répéteront le même numéro et la même devise sur un plié et cacheté, qui renfermera leur nom, le tout écrit lisiblement124 ». Les conditions sont plus rigoureuses encore lorsqu’il s’agit de gagner la possibilité d’aller étudier à Paris ou à Rome. À Dijon, les États de Bourgogne financent pour quatre ans les études et le séjour à Rome d’un élève peintre ou sculpteur (Prud’hon puis Rude en ont bénéficié). Pour le concours triennal organisé pour déterminer le lauréat, chaque concurrent se voit attribuer un numéro inscrit sur l’épreuve, lui-même recouvert « d’une seconde bande de papier portant une lettre de l’alphabet, enlevée après le jugement125 ». Chaque élève est enfermé dans une loge, fermée d’une serrure et d’une clef : « La clef du cadenas sera remise aux élèves, de manière que l’un ait la clef de la loge de l’autre, et jamais la sienne » et les clefs des serrures sont gardées chez le concierge. Les concurrents entrent et sortent aux mêmes heures et le matériel qu’ils utilisent est examiné par les commissaires. Ils travaillent d’après nature et ne doivent apporter ni dessins, ni estampes, ni modèles.

  • 126 AM Lille, carton 103, Règlements de l’Académie des Arts, Lille, titre premier, article II, 8 octob (...)
  • 127 BM Lille, fonds Lemaire, pièce 73, et AM Douai GG, Registre de l’École gratuite de dessin établie (...)

50Les sujets. C’est aux professeurs que revient le rôle « d’entretenir l’émulation parmi les élèves126 ». C’est donc également à eux de préparer les épreuves : répartir les élèves selon le prix pour lequel ils concourent et fournir les modèles que doivent reproduire les concurrents, car il faut toujours copier des dessins nouveaux pour éviter les fraudes. Ainsi à l’école de Douai en 1771, le professeur a-t-il fourni « une tête en bosse de grandeur naturelle, représentant la douleur corporelle et un dessin groupé au crayon rouge, pour servir de modèle aux élèves de la première classe127 ». La troisième épreuve du concours de cette classe est un « dessin d’imagination représentant le ris ou la colère ou l’admiration, à leur choix ». Les élèves de la 2e classe doivent exécuter deux dessins au crayon rouge, l’un d’après une figure académique, l’autre d’après une tête indiquée par les commissaires et le professeur et ceux de la 3e classe dessinent une tête au crayon rouge. Le même type de sujets, régulièrement reconduit, est annoncé dès la rentrée d’octobre, afin de permettre aux élèves de s’y préparer. Les sujets ainsi proposés aux concours relèvent bien du modèle académique de la figure, où prime l’esthétique plus que la pratique (cf. illustration 11, p. VII).

  • 128 Affiches du Poitou, École Royale Académique, 16 novembre 1780.
  • 129 Ibidem.

51Les sujets sont en outre adaptés à la capacité des élèves et donc à la classe dont ils suivent les leçons. Parce qu’elle offre la plus grande diversité de genres à étudier, l’École royale académique de Poitiers présente logiquement une grande diversité de concours. Les sujets ainsi proposés à ceux de 1780128 concernent : le premier genre de figure (« Artémise pleurant sur les cendres de Mauzole son époux ») ; le second genre de figure (« Tête d’Alexandre le Grand ») ; le genre des animaux (« Une tête de biche de grandeur naturelle ») ; le genre d’architecture (« Une colonne dorique à composer avec ses mesures ») ; le genre de l’ornement (« Un chapiteau d’ordre composite ») ; le genre des fleurs (« Une branche d’amandier fleuri »). À ces différentes classes s’ajoute celle des ouvriers pour laquelle les concurrents doivent dessiner « plusieurs Rinceaux et Feuillus ». Enfin, rappelant la finalité éducative morale des écoles, celle de Poitiers décerne également deux prix pour l’assiduité et la sagesse, l’un pour les « élèves ordinaires » et l’autre pour les ouvriers. Ainsi les concours, destinés à encourager les élèves à se surpasser, permettent-ils aussi de distinguer ceux qui sont susceptibles de suivre l’enseignement d’une classe « supérieure », comme de faire connaître les « progrès de cet établissement (= École royale académique) en faveur des enfans de la Patrie qui se destinent aux Arts129 ».

Tableau 19 : Modalités des concours précisés dans les règlemens d’écoles gratuites de dessin.
(Les exemples présentés sont ceux des écoles gratuites de dessin qui ont inscrit dans leur règlement les modalités des concours proposés aux élèves).

Tableau 19 : Modalités des concours précisés dans les règlemens d’écoles gratuites de dessin.(Les exemples présentés sont ceux des écoles gratuites de dessin qui ont inscrit dans leur règlement les modalités des concours proposés aux élèves).

Sources et références : Besançon (AM Besançon : « Nouveau règlement du 8 janvier 1777 » dans Livre des délibérations du Bureau de direction de l’Académie de peinture et de sculpture établie à Besançon) – Cambrai (« Règlement de l’École de dessin », sd, dans A. Durieux, Les artistes cambraisiens du ixe au xixe siècles et l’école de dessin, Cambrai, imprimerie Simon, 1784, p. 421 à 428) – Dijon (AD Côte d’Or, série C, Règlement de MM. les Élus Généraux des États du duché de Bourgogne concernant les Élèves de l’École gratuite de Dessin, Peinture et Sculpture, sous la protection de Son Altesse Sérénissime Monseigneur le Prince de Condé, Dijon, Defay, 29 décembre 1783) – Douai (AM Douai, GG, 1769-1787, Registre de l’école gratuite de dessin établie par Messieurs les échevins de la Ville de Douai, 1770.) – Grenoble (AM Grenoble, GG 240, Règlement qui sera observé dans l’École publique de Dessein établie à Grenoble, 20 août 1769.) – Lille (AM Lille, carton 103, Règlement pour l’Académie des Arts, Lille, J.

B. Henry, 1766, 15 pages.) – Montpellier (ANF 0/1/1933/B (2), Académies et écoles de province Projet de Statuts et règlements de la Société des Beaux Arts de Montpellier, 1784.) – Paris (Jean-Jacques Bachelier, Mémoire sur l’administration et la manutention de l’École royale gratuite de dessin, Paris, imprimerie royale, 1783.) – Poitiers (ANF 0/1/1933/B (2), Académies et écoles de province, Règlement arrêté par l’École Royale Académique de Peinture, Sculpture, Architecture et autres Arts, pour être suivi tant dans l’École gratuite de Dessein, que dans les autres Sales ou Classes d’Enseignement, 26 mars 1779, 20 pages.) – Saint-Quentin (AD Aisne, C 812, Statuts de l’École royale gratuite de dessin de la Ville de Saint-Quentin », suivis de « Ordonnance du Roi portant Règlemens pour l’École Royale gratuite de Dessin dans la Ville de Saint-Quentin, Versailles, 31 octobre 1782, 29 pages, Imprimerie Hautoy, 1783).

  • 130 « Règlement de l’école de dessin » de Cambrai, article 9, dans A. Durieux, Les artistes cambrésien (...)
  • 131 AM Valenciennes, GG 121, dans L’Académie de Peinture et de Sculpture à Valenciennes au xviiie sièc (...)
  • 132 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale (...)
  • 133 Ibid.
  • 134 Ibid.

52Le jury. La référence académique est encore plus évidente lorsque doivent être jugées les œuvres des élèves. La composition même des jurys montre en effet l’implication première d’artistes : jamais un représentant de métier n’en fait partie, alors que certains élèves concourent pour l’obtention d’une maîtrise ou d’un brevet d’apprentissage. Une fois réalisés, les dessins sont donc soumis au jugement d’un jury auquel le ou les professeurs participent toujours, assistés du directeur et des professeurs adjoints, des amateurs d’art désignés, des commissaires de l’école ou du bureau d’administration. À Cambrai, « lorsque les élèves auront composé pour les prix, leurs dessins seront examinés par les commissaires, le professeur et quatre amateurs au choix des commissaires130 ». Et c’est par amitié qu’en septembre 1785, Louis Watteau, professeur de l’Académie de Lille, et Charles Caullet, professeur de l’école de Douai, sont invités à Valenciennes pour « juger du mérite des Dessins faits par les Élèves pour concours aux prix à délivrer la veille de la feste de St Luc131 ». Plus prestigieux encore, le jury parisien est toujours composé du « premier peintre du Roi et de plusieurs professeurs des Académies de peinture et d’architecture132 ». La solennité du jugement est marquée par : la reconnaissance des cachets qui scellent le portefeuille contenant les épreuves ; leur levée ; la séparation des dessins par nature de genre ; l’examen effectué par les membres des académies « qui se prononcent sur le mérite des ouvrages », sans que professeurs et adjoints puissent « donner le moindre indice sur le nom des élèves qui ont concouru133 ». Ce jury élargi à des membres externes à l’école concerne les seuls prix annuels. Pour les concours intermédiaires, « le jugement se fait par le directeur, les professeurs et adjoints, et les administrateurs y sont invités pour constater la validité et la forme du concours134 ».

53Le principe d’émulation sur lequel repose l’enseignement des écoles gratuites de dessin doit donc permettre à l’élève de prendre conscience de l’importance de son travail : non seulement l’esthétisme de l’œuvre finale est jugé mais aussi le soin et la rigueur avec lesquels elle est réalisée. Distingués par l’excellence de leur travail, les lauréats des concours sont ensuite récompensés au cours de la distribution annuelle des prix.

Les prix

54La participation aux concours organisés et surtout l’obtention de prix apportent considération et estime, consacrées par l’octroi de récompenses diverses. Le rituel qui s’attache à la remise des médailles, livres et, dans certains cas, accès à la maîtrise, renforce le prestige des lauréats.

  • 135 AM Toulouse, GG 925.

55Ce que reçoivent les lauréats. Les prix attribués dépendent autant de la classe dans laquelle concourt l’élève que des possibilités financières des écoles. Il s’agit d’un objet – estampes, étui de mathématiques et porte-crayon d’argent (Bretagne) – ou de médailles – dont le montant croît avec le niveau de l’élève et la classe dans laquelle il concourt. Ainsi à Toulouse, des prix d’un montant de quinze livres (copier un dessin), vingt livres (copier une tête d’après la ronde bosse), trente livres (une figure d’après le modèle vivant) ou soixante livres pour les grands prix de peinture, sculpture et architecture et trois cents livres pour les « élèves qui seront parvenus à un certain degré de perfection dans leur Art 135 ». Les médailles, prix les plus souvent décernés, symbolisent à la fois les arts du dessin et le mérite du lauréat. La formule inscrite sur celle remise à l’école d’Orléans porte la mention : « L’espoir de la gloire élève le génie. » Les prix et leur distribution constituent le troisième chapitre des dépenses que les écoles acceptent d’effectuer chaque année. Ainsi les États de Bretagne accordent-ils annuellement cent livres à chacune des quatre écoles installées (avant 1790) dans la province.

  • 136 Mercure de France, février 1775, Distribution des Maîtrises, Apprentissages, grands prix et prix d (...)
  • 137 AD Isère, D3, Lettre de Jean-Jacques Bachelier à M. Fontaine, secrétaire du duc d’Orléans, le 15 j (...)
  • 138 AM Valenciennes, GG 121, Statuts et Règlements de l’Académie de Peinture et Sculpture de la Ville (...)
  • 139 BM Lille, fonds Lemaire, Règlement de l’École gratuite du Dessein en la ville de Douay, 1er janvie (...)

56L’intérêt pour les élèves réside cependant moins dans la valeur des objets remis comme prix que dans l’honneur qu’ils retirent de leur distinction. Le seul fait d’être nommés est déjà un élément de la gloire qu’ils doivent retirer. À Paris, les lauréats des six grands prix sont embrassés par le lieutenant général de police et président de l’école « aux bruits des fanfares et des acclamations du Public136 ». En effet « M. de Sartine double la valeur de ce qu’il donne par l’onction qu’il y met, le baiser d’un grand homme échauffe des jeunes cœurs137 ». Honneur également pour les lauréats, lorsque l’administration décerne un certificat muni du sceau de la ville, inscrit leurs noms dans le registre de l’école ou sur un tableau accroché dans la salle où se tient le bureau de l’école : à Valenciennes, « les noms de ceux qui auront remporté le premier prix du modèle seront inscrits en lettres d’or dans un tableau qui sera posé dans la salle d’administration138 ». Ou lorsque les dessins « de ceux qui ont remporté les premières Médailles seront encadrés aux frais de cette ville (= Douai) et attachés dans la Salle Académique avec le nom de l’Élève et la date, pour servir d’ornement et de mémoire à toujours139 ».

  • 140 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale (...)
  • 141 Règlement de MM. les Élus-Généraux des États du Duché de Bourgogne, concernant les Élèves de l’Éco (...)
  • 142 Mémoire à Messieurs les administrateurs de l’école de dessin sous la protection de S.A.S. Monseign (...)

57L’exposition est en effet une pratique régulièrement suivie par l’ensemble des écoles de dessin. Avatar du salon académique, elle présente les œuvres des élèves mais parfois aussi celles que professeurs, adjoints et amateurs souhaitent montrer. Selon le type et l’importance de l’école, l’exposition se tient seulement « dans la salle où se fait la distribution annuelle des grands prix140 ». Elle peut être temporaire, le temps de la distribution des prix ou se tenir durant quelques jours. À Lille un salon annuel se tient à partir de 1773, durant tout le mois de septembre, quand a lieu la foire de la ville, alors qu’à Dijon c’est « pendant une semaine entière, après la distribution des Prix, (que) les ouvrages qui les auront remportés, ainsi que ceux qui auront concouru, et ceux des différents Élèves de l’École, demeureront exposés aux yeux du Public141 ». Les œuvres peuvent également être exposées en permanence : les dessins sont alors « mis sous verre et encadrés et resteront à perpétuité dans la dite sale (= du conseil de l’école), de même que les plans, élévations d’architecture, lavé à l’ancre de la Chine, les bas-relief modelé, ronde bosses, tableaux, gravures dont la dite sale se décorerat avec le tamps142 ». Tout comme les salons tenus par l’Académie royale de peinture et de sculpture sont à l’origine du musée du Louvre, les salons et expositions provinciales sont à l’origine de certains musées, comme ceux de Dijon et Grenoble. L’habitude prise par les professeurs de garder les œuvres des lauréats de concours permet d’enrichir les collections locales. En outre, le professeur de Dijon, François Devosge, demande à ses élèves qui ont remporté le concours organisé pour aller étudier à Rome, de lui envoyer copie des dessins d’antiques qu’ils peuvent réaliser sur place.

  • 143 AM Valenciennes, GG 121, Statuts et Règlements de l’Académie de Peinture et de Sculpture de la vil (...)
  • 144 AM Lille, carton 103, Règlement de l’Académie des Arts, 8 octobre 1766, article XXVII.
  • 145 Séance de l’Académie de peinture et de sculpture de Besançon du 30 mai 1786, dans Auguste Castan, (...)
  • 146 Délibération du corps municipal de Besançon du 5 juillet 1786, dans Auguste Castan, L’ancienne éco (...)
  • 147 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale (...)

58Enfin, dans les rituels de reconnaissance sociale que représentent distributions des prix, expositions et salons, l’octroi des droits de maîtrises aux lauréats des concours d’écoles gratuites de dessin constitue le seul élément qui permette de les distinguer de l’Académie royale de Paris. Et le seul élément qui indique les relations entretenues avec les métiers. S’agissant des prix remportés aux concours annuels, la possibilité d’être reçu maître dans le métier choisi est bien une spécificité des écoles, d’abord destinées à former aux métiers de l’art. Elle concrétise ainsi le lien entre arts mécaniques et arts libéraux : les élèves qui concourent pour les maîtrises passent d’abord par la classe de la figure, fondement des arts d’agrément. Dans les villes dont les métiers dépendent de l’administration municipale, les élèves médaillés sont ainsi « exempts des droits de réception et de maîtrise dus aux Corps et Métiers de cette Ville143 ». Aux élèves lillois qui voudront acquérir la maîtrise, il sera « délivré gratis un Certificat honorable, muni du Sceau de cette Ville, contenant qu’ils ont remporté le premier Prix144 », et les lauréats de Toulouse seront « reçus maîtres dans les métiers dont ils auront fait apprentissage ». De leur côté, les administrateurs de l’école de Besançon estiment qu’un élève désirant devenir plâtrier, charpentier, menuisier ou serrurier serait fortement encouragé si « après avoir été couronné à l’Académie il avait l’espérance de pouvoir être reçu gratuitement au nombre des citoyens et d’être exempté du droit de pâtos (d’une valeur de trois livres) ou de réception dû à la ville pour son admission dans la jurande où il voudrait se faire recevoir maître145 ». Par délibération du 5 juillet 1786, le corps municipal agrée la proposition, à condition que le lauréat ait « les qualités requises pour acquérir à Besançon le droit de cité146 ». À Paris, l’école s’engage à payer la valeur de la maîtrise à laquelle se destinent les six lauréats des grands prix et, de leur côté, les élèves s’engagent à « subir les examens des Jurés de la Communauté, satisfaire aux dispositions des règlements concernant la réception dans les Maîtrises, et rapporter au Magistrat un certificat de leur Communauté et de la réception de leur chef-d'œuvre147 ».

59La distribution des prix. L’apothéose de la renommée a lieu à la distribution des prix : le cérémonial qu’elle suit participe à la gloire des lauréats, en présence de l’élite sociale de la ville. Du moins est-ce le cas pour les grands prix annuels. Les prix intermédiaires sont décernés plus discrètement, « pour rendre plus solennelle et plus intéressante » la remise des prix annuels. La hiérarchie des prix se retrouve dans leur distribution, afin d’encourager les élèves à en franchir tous les échelons, jusqu’à la reconnaissance finale qu’apporte le grand prix et dont la distribution suit un rituel savamment défini.

  • 148 AM Tours, GG 26, Vue d’un plan de distribution de quelques petits prix destinés à entretenir l’ému (...)
  • 149 AM Tours, GG 26, Délibération du 15 janvier 1787.

60La date choisie pour la distribution est déjà symbolique de la solennité que les administrateurs des écoles souhaitent donner à la cérémonie. Le projet que le gouverneur de Touraine soumet aux autorités municipales de Tours d’accorder des prix d’émulation à l’école de dessin contient ainsi des propositions de dates, fondées soit sur la référence nationale d’une reconnaissance de la souveraineté royale, soit sur la prise en compte des fêtes locales. Pour marquer « le pacte d’attachement mutuel qui attache le sujet au Souverain148 », quatre dates sont ainsi proposées : 23 août (naissance du roi), 10 juin (couronnement du roi), 2 novembre (naissance de la reine), 16 mai (mariage du couple royal). Sur le plan local, le jour de la saint Étienne est également envisagé puisque c’est la fête du duc de Choiseul, gouverneur de Touraine et « fondateur de l’école du dessein », mais aussi le 11 novembre (anniversaire de l’arrêt du conseil qui a fondé la « liberté des vins de la Loire ») ou le 10 août et le 25 avril (commencement des deux foires qui se tiennent dans la ville). Finalement, le prix d’émulation accordé « par le corps municipal de la ville de Tours, suivant les intentions du chef de la province […] à celui des Élèves de l’École académique et gratuite de dessin établie à Tours » est décerné le 23 août, date de la naissance du roi149. Pour la majorité des écoles, deux dates sont le plus fréquemment arrêtées pour la distribution annuelle des prix : autour du 25 août, jour de la saint Louis, ou du 23 août, anniversaire de Louis XVI ; et autour du 18 octobre, jour de la saint Luc, patron des artistes peintres et sculpteurs. Cette dernière date est retenue en particulier dans les villes réglées de Lille et Valenciennes, en référence à la confrérie de Saint-Luc.

  • 150 La présentation s’appuie sur l’article de Christine Harbion : « À propos du tableau : La distribut (...)
  • 151 Ibid.
  • 152 Mémoire à Messieurs les administrateurs de l’école de dessin sous la protection de S.A.S. Monseign (...)
  • 153 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale (...)

61La distribution des prix revêt la solennité souhaitée par l’élite sociale, apothéose des actions menées au sein des sociétés académiques, des loges maçonniques ou des associations de bienfaisance, par le biais de souscriptions, fondations et autres legs dont bénéficient les écoles de dessin. L’assistance qui participe ainsi à l’encouragement des jeunes élèves partage l’émotion des lauréats et goûte la satisfaction de la bonne action accomplie. Le tableau du peintre Nicolas Truit, intitulé « La distribution des prix de l’Académie de Dessin et de Peinture de la ville de Dunkerque », présente les principaux participants à la cérémonie150 (cf. illustration 12, p. VII). S’y retrouvent : des représentants du conseil de l’école et d’abord son président également bourgmestre et le doyen curé ; ensuite les autorités politiques, membres du corps municipal avec trois échevins, et un représentant du roi, subdélégué de l’intendant ; enfin des représentants de la société civile avec deux membres de la chambre de commerce de la ville, puisque celle-ci finance un tiers des dépenses de l’école, et un négociant. Parmi eux se trouvent deux frères de la loge Fraternité et Amitié de la ville. La dernière catégorie de personnes représentées concerne le personnel de l’école : le professeur Nicolas Truit et un élève âgé d’une quinzaine d’années qui deviendra directeur de l’école en 1788 (Bernard François Pieters), l’adjoint du professeur (le sculpteur Pierre Margat), et le secrétaire-trésorier de l’école. La solennité de la cérémonie est marquée d’une part par le cadre qui, selon Christine Harbion, « ne ressemble pas à la salle réelle », décorée par Jean-Baptiste Descamps, natif de Dunkerque. D’autre part l’allégorie de la ville, assise à l’extrême droite, la « Ville de Dunkerque », porte une « couronne qui ressemble aux murailles de la ville151 ». Ce microcosme dunkerquois reproduit la composition des invités aux distributions des prix de l’ensemble du royaume, auxquelles assistent également « tous les artistes de la ville ; les citoyens de la première classe, les personnes les plus honorables de la ville152 » ou « les fondateurs, les gardes et les adjoints des six corps et les personnes les plus distinguées153 », ainsi que les élèves de l’école et leurs parents et amis. Car la cérémonie des prix est l’occasion, non seulement de féliciter les lauréats des concours, mais aussi de reconnaître les bienfaits d’une élite sociale dont on a vu la participation essentielle dans la mise en place et le soutien financier des écoles de dessin.

  • 154 AM Toulouse, GG 925, État des dépenses pour la distribution des prix et séance publique de l’Acadé (...)

62L’organisation même de la distribution a un coût dont doivent tenir compte les administrateurs des écoles. À Toulouse, il faut ainsi trouver quatre-vingt-treize livres pour la seule journée, partagées en trente et une livres de « rubans pour les nœuds des médailles154 » et deux livres pour les lauriers ; trois livres pour le transport des « tables, fauteuils et autres effets de l’académie » dans la salle où se tient la distribution des prix et quatorze livres pour la location de deux cent soixante-dix-sept chaises ; enfin la « décoration du grand portail de l’Hôtel de Ville et de la porte de la Galerie de Peinture » coûte treize livres et la « charpente et amphithéâtre fait autour de la Salle où se tient la Séance publique » nécessitent trente autres livres. En outre, la ville et les États financent pour 615 livres les onze médailles qui sont décernées : une d’or (300 livres) pour le grand prix attribué alternativement chaque année à la peinture, la sculpture ou l’architecture ; deux médailles en or pour la composition dans les deux genres qui ne sont pas concernés par le grand prix annuel ; une en or pour l’académie d’après le modèle vivant. Les sept médailles en argent sont données pour la ronde bosse (une), la figure (deux), et pour chacun des genres suivants : perspective, géométrie, anatomie et ornements. D’une école à l’autre, la journée, annoncée par voie d’affiches et journaux, se déroule selon un rituel solennel immuable.

  • 155 Pierre-Mathias Charbonnet, Discours pour la distribution des prix de l’école royale gratuite de de (...)
  • 156 AM Lille, carton 103, Règlement de l’Académie des Arts…, op. cit., article XXII. Même obligation à (...)
  • 157 Collection des discours de M. Bachelier, professeur de l’Académie Royale de Peinture, Directeur de (...)
  • 158 Ibid.
  • 159 AD Aisne, C 812, Ordonnance du Roi portant Règlements pour l’École Royale gratuite de Dessin dans (...)
  • 160 M. Chauvenet, Annuaire de Picardie de 1789, dans Monique Séverin, L’école de La Tour. École Royale (...)

63« Venez, Enfants des Arts. Il est arrivé le moment du triomphe. La trompette va se faire entendre. La trompette n’est pas toujours le signal des combats, quelquefois elle est l’annonce de la Victoire155. » La journée commence par une messe solennelle, puis l’assemblée se réunit dans la salle de l’académie ou une salle de l’hôtel de ville ou, à Paris, dans une salle des Tuileries. Les professeurs y sont invités et l’un d’entre eux ou le directeur, parfois un élève, est tenu d’ouvrir la séance par « un Discours convenable au sujet156 », comportant généralement : des remerciements aux autorités fondatrices et administratrices de l’école, des remarques sur l’utilité de celle-ci, et des conseils aux élèves : « Profitez, Messieurs, d’une éducation qui vous est aussi nécessaire pour vous perfectionner dans les arts mécaniques qu’avantageuse pour fonder vos dispositions et vous déterminer dans le choix d’une profession157 », avec rappel des bienfaits apportés par l’école : « Fuyez surtout le désœuvrement qui trouble l’ordre de la société et le repos des familles ; que vos mains laborieuses portent dans l’intérieur de vos foyers la tranquillité, l’abondance et l’amour du travail158. » Les mêmes thèmes reviennent chaque année : remerciements au roi, princes, ordres et citoyens qui soutiennent l’école (fondateurs) ; hommage au magistrat de police (président du bureau de Paris) ou aux membres du bureau de l’école, et plus particulièrement à son Président ; encouragements aux élèves. Suit enfin l’appel des lauréats et la remise des prix. Une originalité cependant, dans ce rituel universel : le prix décerné à Saint-Quentin au responsable des trois élèves lauréats, soit trois « prix d’intérêt de vingt livres pour chacun des Père, Mère ou Maître des trois Élèves qui auront eu les premiers prix159 ». Ils avaient en effet « eu la peine de les élever et étaient en somme les causes premières du succès160 ». Ce rituel de la distribution des prix est tout à fait représentatif de ce second xviiie siècle : reconnaissance de l’utilité sociale de l’individu, désormais au service de la collectivité, pour « la gloire de la patrie » et « le bonheur de l’humanité ».

64Les leçons proposées dans les écoles gratuites de dessin ne tendent pas à donner une formation complète, ni aux arts libéraux ni aux arts mécaniques. Leur durée, deux ou trois heures par cours, une ou deux fois par semaine pour chacun des genres proposés, ne permet qu’un apport limité de connaissances, vues comme complémentaires à l’apprentissage chez un maître. Les apports théoriques de la géométrie et de l’architecture, donnés collectivement, et l’initiation à la figure permettent à la fois d’intellectualiser les pratiques artisanales et de donner à chacun, individuellement selon son âge et son aptitude, des bases adaptables ensuite à toutes les professions pour lesquelles le dessin est utile. La démarche analytique suivie donne à l’élève la possibilité d’effectuer la même décomposition des objets (– animaux – personnes – fleurs –) à dessiner, d’en comprendre le sens, de les représenter en en respectant les proportions.

65Cependant les écoles de dessin reproduisent davantage le modèle académique. Toutes ont une classe de la figure, non prioritaire dans les écoles imitées de celle de Paris mais qui reste le fondement de l’enseignement artistique, et qui permet à l’amateur de s’initier au dessin d’agrément avant de suivre les « classes supérieures » des académies provinciales ou de l’Académie royale de Paris. Mais toutes – en particulier celles de Bretagne – n’enseignent pas le dessin géométral pourtant indispensable aux arts mécaniques. Concours et distribution des prix sont également des habitudes académiques qui font entrer l’élève dans un monde bien différent de celui fréquenté dans les ateliers et les échoppes. Les méthodes pédagogiques et les contenus des leçons, comme les rituels sociaux, participent à l’ambiguïté des écoles, hésitant entre artistes et artisans, entre arts libéraux et arts mécaniques.

Notes

1 Ordonnance des échevins de la ville de Douay, 16 janvier 1777, dans Jacques Guillouet, « L’école gratuite de dessin de Douai de 1780 à 1800 », Académies of Art, Leids Kunsthistorisch Jaarbock, V-VI, SDU Vitgeveriji, S. Gravenhage, 1989, p. 266.

2 AD Isère, D3, « École gratuite de dessein à établir à Grenoble », proposition rédigée par l’intendance en 1768.

3 Observations de Jean-Baptiste Pierre sur l’ensemble du projet d’académie à Valenciennes, juin 1784, dans L’Académie de Peinture et de Sculpture à Valenciennes au xviiie siècle, éditions de la Société des Amis du Musée de Valenciennes, 1986, p. 31.

4 AM Valenciennes, GG 121, Règlement de Messieurs du magistrat de la ville de Valenciennes, 8 juin 1785, Élèves, article V.

5 Observations de Jean-Baptiste Pierre sur l’ensemble du projet d’Académie à Valenciennes, juin 1784, dans L’Académie de Peinture et de Sculpture à Valenciennes au xviiie siècle…, op. cit. p. 32.

6 « Mémoire sur le projet d’établir à Besançon une École gratuite de peinture et de sculpture, présenté à l’Intendant de Franche-Comté, par le sculpteur Luc Breton et le peintre Melchior Wyrsch », dans Auguste Castan, L’ancienne école de peinture et de sculpture de Besançon, 1756-1791, Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, 1888, p. 158.

7 Ibidem.

8 ANF 0/1/1933/B (2), Académies et écoles de province, Poitiers, Règlement arrêté par l’École Royale Académique de Peinture, Sculpture, Architecture et autres Arts, pour être suivi tant dans l’École Gratuite de Dessein que dans les autres Sales ou Classes d’Enseignement, 20 mars 1779, chapitre deuxième « Des Ouvriers », article premier.

9 AD Isère, D3, « École gratuite de dessein à établir à Grenoble », proposition rédigée par l’intendance en 1768.

10 Reed Benhamou, Public and private education in France, 1648-1793, Studies on Voltaire and the eighteenth century, Oxford, the Voltaire Foundation, 1993, tableau 2, p. 99.

11 « Discours sur la manière d’étudier l’Architecture et les Arts qui sont relatifs à celui de bâtir, prononcé par M. Blondel, architecte à Paris, à l’ouverture de son deuxième cours public sur l’Architecture, le 16 juin 1747 », Paris, P.-J. Mariette, 1747.

12 AM Strasbourg, carton 4, liasse 4, ms AA 2096, Règlement du Magistrat de la Ville de Strasbourg concernant l’établissement et fondation d’une École gratuite des Arts et Métiers, article 11, 1768.

13 Ibidem.

14 AM Lille, carton 103, Plan des leçons que continuera de donner dans l’École de Rheims Monsieur de Montelon, ancien Professeur de l’Académie de peinture et Sculpture de Paris, mai 1751.

15 AM Valenciennes, GG 121, Règlement de Messieurs du magistrat…, op. cit.

16 AM Toulouse, Statuts de la Société des Beaux-Arts de Toulouse, Toulouse, Imprimerie Claude-Gilles Lecamus, 1749, article III, « Séances de l’école du Dessein ».

17 ANF 0/1/1933/B (2), Académies et écoles de province, Toulouse, Lettre de Louis de Mondran au Contrôleur général des bâtiments du roi, 22 mars 1768.

18 AM Lille, carton 103, Plan des leçons que continuera de donner dans l’École de Rheims…, op. cit.

19 Charles-Nicolas Cochin, « Discours prononcé à l’Académie de Rouen en 1777 », dans La formation architecturale au xviiie siècle, Rapport de recherche sous la direction de Laurent Pelpel, exemplaire dactylographié, 1977, p. 213.

20 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres, Paris, Briasson, David, Lebreton, Durand, 1751-1771, article « Dessein » par Watelet.

21 Ibidem, article « Bosse ».

22 Ibid., article « Dessein ».

23 Charles-Antoine Jombert, Méthode pour apprendre le dessin, Paris, Jombert, 1755.

24 AM Lille,carton 103, Plan des leçons que continuera de donner dans l’École de Rheims…, op. cit.

25 Ibidem.

26 AM Lille, carton 103, Règlemens pour l’Académie des Arts, article IV du « Règlement particulier pour l’École de Dessein », 8 octobre 1766, p. 7.

27 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., introduction aux planches consacrées au dessin.

28 Ibid.

29 ANF 0/1/1933/A(2), Discours de Jean-Jacques Bachelier, annonçant à l’Académie royale de peinture et de sculpture l’ouverture d’une école élémentaire en faveur des métiers relatifs aux arts dans la chapelle du collège d’Autun, 10 septembre 1766.

30 AD Isère, D3, Lettre de Jean-Jacques Bachelier à M. Fontaine, secrétaire du duc d’Orléans, 15 janvier 1769.

31 Jean-Jacques Bachelier, « Mémoire concernant l’École Royale Gratuite de Dessin. De l’utilité de cet établissement, les avantages qui en résultent, les détails de l’administration et de la direction ; et généralement tout ce qui peut y avoir rapport », compte rendu de lecture dans le Mercure de France, avril (2) 1774, p. 130.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Géométrie ».

35 Almanach du Mâconnais, 1786, « Exercice des différens genres qui seront professés dans le courant de la semaine, en exceptant le jeudi, jour de congé ».

36 Jean-Jacques Bachelier, Mémoire sur l’administration et la manutention de l’École royale gratuite de dessin, « Catalogue des cours de l’école royale gratuite de dessin de Paris », Paris, Imprimerie royale, 1783.

37 Laurent Pelpel (sous la direction de), La formation architecturale…, op. cit., p. 96.

38 ANF 0/1/1933/B (1), Papiers relatifs à l’établissement de l’Académie de Peinture, Sculpture et Architecture civile et navale de Marseille, agrément du 15 juin 1780.

39 AM Lille, carton 103, Prospectus de Dessein, d’Architecture et de Mathématiques, présenté à MM. du Magistrat à l’assemblée de Loi du 27 février 1762, Lille, imprimerie J.-B. Henry, 1766, p. 7.

40 Ibidem.

41 AM Lille, carton 103, Règlements pour l’Académie des Arts, 8 octobre 1766, p. 11.

42 Laurent Pelpel, La formation architecturale au xviiie siècle, Rapport…, op. cit., p. 96.

43 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Décoration ».

44 AM Lille, carton 103, Plan des leçons que continuera de donner dans l’École de Rheims…, op. cit.

45 Ibidem.

46 Mercure de France, décembre (1), 1753, p. 156.

47 AM Lille, carton 103, « Prospectus de Dessein, d’Architecture et de Mathématiques ».

48 AM Lille, carton 103, Programme de l’École de dessin de Reims, Extrait des Registres de l’Académie Royale des Sciences, 10 février 1751

49 Mercure de France, décembre 1753, p. 154.

50 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Géométrie ».

51 AM Lille, carton 103, Plan des leçons que continuera de donner dans l’École de Rheims…, op. cit.

52 Almanach du Mâconnais, 1786, « Exercice des différens genres qui seront professés dans le courant de la semaine, en exceptant le jeudi, jour de congé ».

53 Jean-Jacques Bachelier, Mémoire sur l’administration et la manutention de l’école royale gratuite de dessin…, op. cit.

54 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Dessein ».

55 Ibidem.

56 AM Lille, carton 103, Plan des leçons que continuera de donner dans l’École de Rheims…, op.cit.

57 École de dessin de Reims, Mercure de France, décembre 1753, p. 157.

58 AM Lille, carton 103, « Prospectus de Dessein, d’Architecture et de Mathématiques », op. cit., p. 5.

59 Laurent Pelpel, La formation architecturale au xviiie siècle, Rapport…, op. cit. p. 95.

60 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné… op. cit., article « Dessein ».

61 Règlement de MM. les Élus-Généraux des États du Duché de Bourgogne concernant les Élèves de l’École gratuite de Dessin, Peinture et Sculpture, sous la protection de son Altesse Sérénissime Monseigneur le Prince de Condé, Dijon, Imprimerie A.M. Defay, 1783, article 7. Lépicié : « Le petit dessinateur bleu » ; « Jeune homme en train de dessiner ». Chardin : « Jeune dessinateur taillant son crayon », etc.

62 Ibidem.

63 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Dessein ».

64 Ibid.

65 Ibid.

66 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale Gratuite de Dessin (de Paris), sur l’instruction, les prix d’émulation, la police des classes et les sujets qui les fréquentent.

67 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Dessein ».

68 AD Aisne, C 812, Ordonnance du Roi portant Règlements pour l’École Royale gratuite de Dessin dans la ville de Saint-Quentin, 31 octobre 1782, article IV.

69 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., Introduction aux planches consacrées au dessin.

70 AD Aisne, C 812, Ordonnance du roi portant Règlements pour l’École Royale Gratuite de Dessein…, op. cit., article X.

71 « Règlement de l’école de dessin » de Cambrai, dans A. Durieux, article XXIX, Les artistes cambrésiens du ixe au xixe siècles et l’école de dessin de Cambrai, Cambrai, imprimerie de Simon, 1874, p. 425.

72 AM Châtellerault, Extrait du registre des délibérations du corps de ville (1762-1790), feuillet 285, « Règlement de l’école de dessin », 3 février 1786, article 12.

73 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale Gratuite de Dessin…, op. cit.

74 « Mémoire à Messieurs les administrateurs de l’école de dessin sous la protection de S.A.S. Monseigneur le duc d’Orléans », 1769, dans Marianne Clerc, Jacques-André Treillard (1712-1794). Peintre dauphinois, thèse en histoire de l’art sous la direction de Marie-Félicie Pérez, Université de Lyon II, 1992, annexe 27.

75 ANF 0/1/1927, « Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale Gratuite de Dessin (de Paris), sur l’instruction… », op. cit.

76 AM Valenciennes, Statuts et Règlements de l’Académie de peinture et de sculpture de la ville de Valenciennes, 1er mars 1785, titre III, article X. Les écoles de dessin de Valenciennes, Dunkerque, Cambrai et Douai stipulent dans leurs règlements les amendes que doivent payer les élèves à tout manquement : six deniers en cas de retard (Valenciennes), deux sols pour celui qui parle à son voisin (Cambrai), etc.

77 AM Grenoble, GG 240, « Règlement qui sera observé dans l’École publique de Dessein établie à Grenoble », 20 août 1769, article VI, dans Marianne Clerc, Jean-Jacques Treillard…, op. cit., annexe 26.

78 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale Gratuite de Dessin (de Paris), sur l’instruction… », op. cit.

79 Ibidem.

80 AM Valenciennes GG 121, « Statuts et Règlements de l’Académie de peinture et de sculpture », titre III, article IV.

81 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale Gratuite de Dessin…, op. cit.

82 Charles-Antoine Jombert, Nouvelle méthode pour apprendre…, op. cit.,p.42.

83 AM Lille, carton 103, Prospectus de Dessein, d’Architecture et de Mathématiques, 27 février 1762.

84 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Dessein ».

85 AM Strasbourg, Carton 4, liasse 4, Règlement de l’école de dessin, 1767.

86 ANF 0/1/1927, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale Gratuite de Dessin…, op. cit.

87 Ibidem.

88 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, Recueil de planches…, op. cit.,p.8.

89 Ibid.

90 « Les proportions de la figure humaine dans les carnets de Léonard de Vinci », site bnf.fr/pedagos/portrait/chap1/vinci.htm

91 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale Gratuite de Dessin…, op. cit.

92 AM Lille, carton 103, Prospectus de dessein, d’architecture et de mathématiques présenté à MM. du Magistrat (de Lille) à l’assemblée de Loi du 27 février 1762, p. 4.

93 AM Lille, carton 103, Plan des leçons que continuera de donner dans l’École de Rheims…, op.cit.

94 Joubert de L’Hiberderie, Le Dessinateur pour les fabriques d’étoffes d’or, d’argent et de soie, Paris, Sébastien Jorry, Bauche, Brocas, 1765, p. XIX.

95 AM Valenciennes, « Statuts et Règlements de l’Académie », titre II, article III.

96 AM Strasbourg, carton 4, liasse 4, Règlement concernant l’École gratuite de dessin, 1768.

97 Charles-Antoine Jombert, Nouvelle méthode pour apprendre…, op. cit.,p.42.

98 « Mémoire à Messieurs les administrateurs de l’école de dessin sous la protection de S.A.S. Monseigneur le duc d’Orléans », 1769, dans Marianne Clerc, Jacques-André Treillard…, op. cit.

99 Mercure de France, avril 1750, Plan d’une instruction publique et gratuite de l’Art du desseing, en faveur des jeunes Habitants de la Ville de Beauvais, article XII.

100 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale Gratuite de Dessin…, op. cit.

101 Ibid.

102 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale Gratuite de Dessin…, op. cit.

103 Dictionnaire de l’Académie, 1762, article « Copie ».

104 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Dessein ».

105 Règlement de l’École gratuite du dessein en la ville de Douay, établie par Messieurs les Échevins, le premier janvier 1770, article XI, dans Jacques Guillouet, « La fondation de l’école gratuite de dessin de Douai », Les Amis de Douai, tome IX, n° 11, juillet – août – septembre 1985, p. 168.

106 Règlement de l’École de Besançon, du 8 mars 1774, article V, dans Marie Dominique Mougeot-Joubert, Jean Joseph Melchior Wyrsch, un peintre suisse en Franche-Comté à la fin du xviiie siècle, thèse en histoire de l’art sous la direction de Maurice Gresset, Université de Besançon, 1989, p. 62.

107 AM Valenciennes, GG 121, « Statuts et Règlements de l’Académie de peinture et de sculpture », titre II, article V.

108 AM Lille, carton 103, Règlement pour l’Académie des Arts, 8 octobre 1766, titre premier, article XXXI.

109 Ibid., titre premier, article XXX.

110 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale Gratuite de Dessin…, op. cit.

111 AM Lille, carton 103, Équipement de l’école de dessin en 1754.

112 Antoine de Montaiglon, Procès verbaux de l’Académie royale de peinture et de sculpture, volume IX, 1889, Séance de l’Académie royale de peinture et se sculpture du samedi 24 septembre 1785.

113 AD Isère, D3, Lettre de Jean-Jacques Bachelier à M. Fontane, secrétaire du duc d’Orléans, le 15 janvier 1769, dans Marianne Clerc, Jacques-André Treillard…, op. cit., annexe 25.

114 AD Isère, D3, État des études nécessaires pour monter l’école publique de dessin de la ville de Grenoble, dans Marianne Clerc, Jacques-André Treillard…, op. cit., annexe 30.

115 ANF AJ/53/1, Arrêts du comité de l’École royale gratuite de dessin de Paris, séance du 29 mai 1784.

116 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Mémoire sur l’administration et la manutention de l’École…, op.cit.

117 Ulrich Leben, « La fondation de l’École royale gratuite de dessin de Paris (1767-1815) » dans Jean-Jacques Bachelier (1724-1806). Peintre du roi et de madame de Pompadour, Versailles, Musée Lambinet, 1999, p. 85, note 35.

118 Mercure de France, avril 1750, Plan d’une instruction publique et gratuite de l’Art du desseing, en faveur des jeunes Habitants de la Ville de Beauvais, article XIII.

119 Pierre Quarré, Une école provinciale de dessin au xviiie siècle. L’Académie de Peinture et de Sculpture de Dijon, Dijon, Musée des Beaux-Arts, 1961, p. 7.

120 L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Émulation ».

121 Pierre-Mathias Charbonnet, Discours pour la distribution des prix de l’École royale gratuite de dessin de la ville de Troyes, prononcé dans la grande salle de l’hôtel de ville le 15 septembre 1785, Troyes, impr. André, 1785, p. 27.

122 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale Gratuite de Dessin…, op. cit.

123 AD Aisne, C 812, Ordonnance du roi portant Règlements pour l’École Royale Gratuite de Dessein dans la ville de Saint-Quentin, article X, 31 octobre 1782, article XX.

124 ANF 0/1/1933/B (2), Poitiers, Règlement arrêté par l’École Royale Académique de Peinture, Sculpture, Architecture, et autres Arts, pour être suivi tans dans l’École gratuite de Dessein, que dans les autres Sales ou Classes d’Enseignement, 20 mars 1779, chapitre septième, article V.

125 Délibération de MM. Les Élus généraux des États de Bourgogne, qui ajoute de nouvelles dispositions à celles contenues dans le règlement du 29 décembre 1783 concernant l’École publique et gratuite de dessin, établie dans la ville de Dijon par les États généraux de la province, sous la protection de S.A.S. Mgr le Prince de Condé, Dijon, impr. Defay, 1787, 16 articles.

126 AM Lille, carton 103, Règlements de l’Académie des Arts, Lille, titre premier, article II, 8 octobre 1766.

127 BM Lille, fonds Lemaire, pièce 73, et AM Douai GG, Registre de l’École gratuite de dessin établie par MM. les Échevins de la ville de Douay, p. 15 (sujets de l’exercice des prix, à Douai, pour 1771).

128 Affiches du Poitou, École Royale Académique, 16 novembre 1780.

129 Ibidem.

130 « Règlement de l’école de dessin » de Cambrai, article 9, dans A. Durieux, Les artistes cambrésiens du ixe au xixe siècles et l’école de dessin de Cambrai, Cambrai, impr. Simon, 1874.

131 AM Valenciennes, GG 121, dans L’Académie de Peinture et de Sculpture à Valenciennes au xviiie siècle, Société des Amis du Musée de Valenciennes, 1986, p. 46.

132 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale Gratuite de Dessin…, op. cit.

133 Ibid.

134 Ibid.

135 AM Toulouse, GG 925.

136 Mercure de France, février 1775, Distribution des Maîtrises, Apprentissages, grands prix et prix de quartiers de l’École Royale gratuite de Dessin.

137 AD Isère, D3, Lettre de Jean-Jacques Bachelier à M. Fontaine, secrétaire du duc d’Orléans, le 15 janvier 1769.

138 AM Valenciennes, GG 121, Statuts et Règlements de l’Académie de Peinture et Sculpture de la Ville de Valenciennes, Valenciennes, impr. Henry, 1785, titre IV, article VIII. Même mesure à Douai (article XX du règlement).

139 BM Lille, fonds Lemaire, Règlement de l’École gratuite du Dessein en la ville de Douay, 1er janvier 1770, article XXII.

140 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale Gratuite de Dessin…, op. cit.

141 Règlement de MM. les Élus-Généraux des États du Duché de Bourgogne, concernant les Élèves de l’École gratuite de Dessin, Peinture et Sculpture, sous la protection de Son Altesse Sérénissime Monseigneur le Prince de Condé, Dijon, impr. Defay, 29 décembre 1783, article 37.

142 Mémoire à Messieurs les administrateurs de l’école de dessin sous la protection de S.A.S. Monseigneur le duc d’Orléans, 1769, par Jacques-André Treillard, dans Marianne Clerc, Jean-Jacques Treillard…, op. cit., annexe 27.

143 AM Valenciennes, GG 121, Statuts et Règlements de l’Académie de Peinture et de Sculpture de la ville de Valenciennes, titre IV, article VIII, Valenciennes, impr. Henry, 1785.

144 AM Lille, carton 103, Règlement de l’Académie des Arts, 8 octobre 1766, article XXVII.

145 Séance de l’Académie de peinture et de sculpture de Besançon du 30 mai 1786, dans Auguste Castan, L’ancienne école de peinture et de sculpture de Besançon, 1756-1791, Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, 1888, p. 222.

146 Délibération du corps municipal de Besançon du 5 juillet 1786, dans Auguste Castan, L’ancienne école de peinture…, op. cit.,p.224.

147 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale Gratuite de Dessin…, op. cit.

148 AM Tours, GG 26, Vue d’un plan de distribution de quelques petits prix destinés à entretenir l’émulation entre les ouvriers en soye, et dans l’école du dessein établie à Tours, 1er octobre 1785.

149 AM Tours, GG 26, Délibération du 15 janvier 1787.

150 La présentation s’appuie sur l’article de Christine Harbion : « À propos du tableau : La distribution des prix de l’Académie de dessin et de Peinture de la ville de Dunkerque » de Nicolas Truit, dans Revue de la société dunkerquoise d’histoire et d’archéologie, n° 29, novembre 1995, p. 53-69.

151 Ibid.

152 Mémoire à Messieurs les administrateurs de l’école de dessin sous la protection de S.A.S. Monseigneur le duc d’Orléans, 1769, par Jacques-André Treillard, dans Marianne Clerc, Jean-Jacques Treillard…, op. cit., annexe 27.

153 ANF 0/1/1927, Jean-Jacques Bachelier, Détails sur l’origine et l’administration de l’École Royale Gratuite de Dessin…, op.cit.

154 AM Toulouse, GG 925, État des dépenses pour la distribution des prix et séance publique de l’Académie Royale de Peinture, Sculpture et Architecture de la Ville de Toulouse, 8 juillet 1781.

155 Pierre-Mathias Charbonnet, Discours pour la distribution des prix de l’école royale gratuite de dessin de la ville de Troyes, prononcé dans la grande salle de l’hôtel de ville le 15 septembre 1785, Troyes, impr. André, 1785, p. 34

156 AM Lille, carton 103, Règlement de l’Académie des Arts…, op. cit., article XXII. Même obligation à Cambrai (article 11 du règlement) ou à Douai (article XVII).

157 Collection des discours de M. Bachelier, professeur de l’Académie Royale de Peinture, Directeur de l’École royale gratuite de dessin, prononcés à l’occasion des distributions des prix depuis l’origine de cet établissement. Paris, impr. Royale, 1790.

158 Ibid.

159 AD Aisne, C 812, Ordonnance du Roi portant Règlements pour l’École Royale gratuite de Dessin dans la Ville de Saint-Quentin, Versailles, 31 octobre 1782, note ajoutée à l’article XX.

160 M. Chauvenet, Annuaire de Picardie de 1789, dans Monique Séverin, L’école de La Tour. École Royale gratuite de dessin fondée à Saint-Quentin par Maurice Quentin de La Tour, 1782-1975, Saint-Quentin, 1993, p. 15.

Table des illustrations

Titre Tableau 17 : Horaire hebdomadaire et vacances dans les écoles gratuites de dessin(écoles pour lesquelles les données sont vérifiées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6994/img-1.png
Fichier image/png, 34k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6994/img-2.png
Fichier image/png, 52k
Légende Sources et références : Amiens (C. Engrand, « Critiques, projets et réalisations pédagogiques de Jacques Sellier, architecte de la ville d’Amiens, au xviiie siècle », dans Formation technique et apprentissage, xviiie-xxe siècles, Lille, Revue du Nord et Paris, INRP, 2003, p. 64) – Annecy (AM Annecy, 1 R 12) – Beauvais (Mercure de France, avril 1750) – Besançon (Règlement pour l’Académie de peinture et de sculpture de Besançon, dans A. Castan, L’ancienne école de Peinture et de Sculpture de Besançon, 1756-1797, Besançon, Mémoires de la Sociétés d’émulation du Doubs, 1888, p. 172) – Bordeaux (AM Bordeaux, GG 999) – Cambrai (Règlement de l’école de dessin de Cambrai, article VI, dans A. Durieux, Les artistes cambrésiens du ixe au xixe siècle et l’école de dessin de Cambrai, Cambrai, imprimerie Simon, 1874) – Châtellerault (AM Châtellerault, Registre des Délibérations du corps de ville (1762-1790), n° XXXVI, Règlement du 3 février 1786) – Dijon (Règlement de MM. les Élus Généraux des États de Bourgogne concernant les Élèves de l’École gratuite de dessin, peinture et sculpture, Dijon, Defay, 1785) – Douai (AM Douai, GG non numéroté, Règlement de l’École gratuite de dessin, article 5, 1770) – Dunkerque (C. Harbon, « Nicolas Truit, artiste peintre et fondateur de l’école de Dunkerque », dans Revue de la Société dunkerquoise d’histoire et d’archéologie, n° 24, novembre 1990) – Grenoble (Règlement qui sera observé dans l’École gratuite de Dessin établie à Grenoble, article 1er, Grenoble, imprimerie de la Veuve Faure et Fils, 1769) – Lille (AM Lille, carton 103, Règlement pour l’Académie des Arts, 1766) – Lyon (AD Rhône, 1L1062, École gratuite de dessin et de géométrie) – Macon (Almanach du Mâconnais, 1786) – Montpellier (dans H. Stein, La Société des Beaux-Arts de Montpellier (1779-1787), Paris, Archives de l’art français, tome VII, 1913, p. 14) – Nantes (Règlement pour l’école gratuite de dessin fondée par les États de Bretagne, dans A. Lesort, Les États de Bretagne et l’enseignement du dessin au xviiie siècle, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1911, pièce justificative n° 11) – Orléans (ANF 0/1/1933/B, Académies et écoles de province, Règlement particulier pour la police intérieure de l’École académique de Peinture, Sculpture, Architecture et autres arts dépendans du Dessin, article 1er) – Paris (Règlement pour les Élèves, dans Détails sur l’origine et l’administration de l’École royale gratuite de dessin, sur l’instruction, les prix d’émulation, la police des classes et les sujets qui la fréquentent, Paris, imprimerie royale, sd) – Poitiers (ANF 0/1/1933/B (2), Académies et écoles de province, Règlement arrêté par l’École royale académique de Peinture, Sculpture, Architecture et autres arts, 1779) – Reims (AM Reims, C 692, liasse 19, Règlement concernant la Police qui doit être observée dans les Écoles de Mathématiques et de Dessin de la Ville de Reims, article 1er) – Rennes (Règlement pour l’école gratuite de dessin fondée par les États de Bretagne, dans A. Lesort, Les États de Bretagne et l’enseignement du dessin au xviiie siècle…, op. cit., pièce justificative n° 11) – Saint-Omer (AM Saint-Omer, Registre des Délibérations des Magistrats 1772) – Saint-Quentin (AD Aisne, C 815, Ordonnance du Roi portant Règlement pour l’École Royale gratuite de Dessin de la Ville de Saint-Quentin, 1782, article VII) – Strasbourg (C. Schnéegans, « L’enseignement des arts en Alsace : les écoles de dessin à Strasbourg au xviiie siècle », dans Archives alsaciennes d’histoire de l’Art, Strasbourg-Paris, Istra, 1927) – Toulouse (AM Toulouse, GG 928) – Tours (AM Tours, GG 26) – Valenciennes (AM Valenciennes, GG 121, Statuts et règlement de l’Académie de Peinture et de Sculpture de la ville de Valenciennes, article XII).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6994/img-3.png
Fichier image/png, 30k
Titre Tableau 18 : Le dessin enseigné dans les écoles gratuites de dessin.Genres enseignés à l’ ARPS (Académie Royale de Peinture et de Sculpture) : 1 – estampe / 2 – bosse / 3 – modèle / 4 – anatomie / 5 – perspective / 6 – théorie, histoire.Genres enseignés à l’École royale gratuite de Paris : 7 – géométrie / 8 – architecture / 9 – fleur / 10 – ornement / 11 – figure / 12 – animaux Divers : 13 et 14 : classes supérieures de peinture et de sculpture / 15 – gravure / 16 – sujets divers (paysage).o = compléments au tableau proposé par R. Benhamou.
Légende Sources et références : Reed Benhamou, « Matières enseignées dans les écoles de dessin de province », dans Public and private art education in France, 1648-4793, Studies on Voltaire and the eighteenth century, Oxford, the Voltaire Foundation, 1993, tableau 2, p. 99.Pour compléments au tableau de R. Benhamou : Angers (AM Angers, BB 122) – Beaune (dans J.-P. Guillaumont, L’Académie de Peinture et de Sculpture de Dijon, Université de Strasbourg, 1994, p. 315) – Besançon (Règlement pour l’Académie de peinture et de sculpture de Besançon, dans A. Castan, L’ancienne école de Peinture et de Sculpture de Besançon, 1756-1797, Besançon, Mémoires de la Sociétés d’émulation du Doubs, 1888, p. 173) – Cambrai (A. Durieux, Les artistes cambrésiens du ixe au xixe siècle et l’école de dessin de Cambrai, Cambrai, imprimerie Simon, 1874, p. 453) – Chambéry (A. Buttin et S. Jacqueline, Les peintres de la Savoie, 1860-1940, Chambéry, Les Amis des Musées, 1991, p. 209) – Douai (AM Douai, GG non numéroté, Règlement de l’École gratuite de dessin, 1770) – Dunkerque (C. Harbon, « Nicolas Truit, artiste-peintre et fondateur de l’école de Dunkerque », dans Revue de la Société dunkerquoise d’histoire et d’archéologie, n° 24, novembre 1990, p. 51) – Montpellier (ANF 0/1/1933/B (2), Académies et écoles de province) – Nantes (A. Lesort, Les États de Bretagne et l’enseignement du dessin au xviiie siècle, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1911) – Rennes (A. Lesort, Les États de Bretagne et l’enseignement du dessin au xviiie siècle…, op. cit.) – Saint-Omer (J. Joets, L’École des Beaux-Arts de Saint-Omer (1767-1908), Saint-Omer, Imprimerie du Mémorial artésien, 1909, p. 15) – Troyes (« De l’école royale de dessin à l’école des Beaux-Arts de Troyes », La vie en Champagne, n° 334, juillet-août 1983) – Vienne (AM Vienne, BB 321-325).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6994/img-4.png
Fichier image/png, 54k
Titre Tableau 19 : Modalités des concours précisés dans les règlemens d’écoles gratuites de dessin.(Les exemples présentés sont ceux des écoles gratuites de dessin qui ont inscrit dans leur règlement les modalités des concours proposés aux élèves).
Légende Sources et références : Besançon (AM Besançon : « Nouveau règlement du 8 janvier 1777 » dans Livre des délibérations du Bureau de direction de l’Académie de peinture et de sculpture établie à Besançon) – Cambrai (« Règlement de l’École de dessin », sd, dans A. Durieux, Les artistes cambraisiens du ixe au xixe siècles et l’école de dessin, Cambrai, imprimerie Simon, 1784, p. 421 à 428) – Dijon (AD Côte d’Or, série C, Règlement de MM. les Élus Généraux des États du duché de Bourgogne concernant les Élèves de l’École gratuite de Dessin, Peinture et Sculpture, sous la protection de Son Altesse Sérénissime Monseigneur le Prince de Condé, Dijon, Defay, 29 décembre 1783) – Douai (AM Douai, GG, 1769-1787, Registre de l’école gratuite de dessin établie par Messieurs les échevins de la Ville de Douai, 1770.) – Grenoble (AM Grenoble, GG 240, Règlement qui sera observé dans l’École publique de Dessein établie à Grenoble, 20 août 1769.) – Lille (AM Lille, carton 103, Règlement pour l’Académie des Arts, Lille, J.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6994/img-5.png
Fichier image/png, 52k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540