Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les écoles de dessin au xviiie siècle

 | 
Agnès Lahalle

Chapitre V. Être professeur dans une école de dessin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Une institution scolaire peut être étudiée sous deux aspects : le premier concerne sa mise en place, c’est-à-dire ses origines (initiative et création) et les moyens financiers qui lui permettent d’exister. Administration en place, financement trouvé, bâtiments aménagés et meublés forment « le décor » dans lequel évoluent ensuite les « acteurs ». Ceux-ci comprennent les enseignants et les élèves qui, avec les démarches pédagogiques et les contenus des leçons, constituent le second aspect de l’institution. Les écoles gratuites de dessin n’échappent pas au triptyque classique de l’enseignement (maître, savoir, élèves), défini au sens étroit du terme comme étant la transmission des savoirs, et qui fait l’objet des trois derniers chapitres.

  • 1 AM Lille, carton 103, Extrait des registres de l’Académie royale des sciences du 10 février 1751, (...)

2Comme pour tout autre établissement scolaire, les leçons proposées par les écoles gratuites de dessin sont assurées par des professeurs, dans une relation maître – élève de « celui qui sait » vers « celui qui ne sait pas ». S’agissant d’écoles prioritairement destinées aux artisans et ouvriers, la question des professeurs porte d’abord sur le type de qualification nécessaire pour apporter un complément de formation à des élèves destinés aux arts mécaniques mais qui peuvent aussi s’orienter vers les arts d’agrément. Sont-ils plutôt des artisans capables de lier théorie et pratique ? ou des artistes qui d’abord « montrent » le dessin ? La réponse se trouve dans l’étude du nombre et de la « spécialité » des professeurs recrutés par les bureaux administratifs des écoles. L’un et l’autre – nombre comme spécialité – dépendent d’une part de l’importance de l’école (nombre d’élèves), d’autre part de son statut (école, école académique ou académie, avec autorisation ou non de tenir une classe du modèle). Le tableau 13 ci-après présente les professeurs de quatorze écoles de province, classés selon la discipline qu’ils enseignent. La première colonne groupe les « maîtres de dessin » – professeurs et adjoints – sans que soit établie une distinction entre peintres, sculpteurs ou dessinateurs, l’ensemble étant rassemblé sous l’appellation « dessin ». Les cinq autres colonnes présentent le nombre de professeurs spécialisés dans les disciplines scientifiques proposées comme complément théorique à l’enseignement du dessin. Ces quatorze écoles sont les seules à solliciter ainsi des professionnels pour les matières autres que le dessin, souvent recommandés par les académies ou les collèges de chirurgie. Ainsi est-ce l’Académie royale des sciences qui examine le « prospectus des cours de mathématiques que M. Nicollic, Membre de cette académie, se propose d’enseigner dans l’École de la Ville de Rheims, où il a été nommé Professeur1 ». Et quand le même Nicollic décède, la municipalité de Reims en informe l’Académie des sciences à laquelle elle demande de nommer un remplaçant. L’abbé Jurain, correspondant de cette académie à Reims, est choisi et son plan de cours est accepté. À Rouen, le chirurgien Le Cat d’une part prête l’amphithéâtre de l’École d’anatomie et de chirurgie récemment fondée, pour que son ami Jean-Baptiste Descamps y donne des leçons de dessin ; d’autre part il accepte de donner des leçons d’anatomie aux élèves de l’école de dessin. Les professeurs « spécialistes » peuvent aussi être des ingénieurs ou architectes, chargés des cours de géométrie et d’architecture. À Toulouse, le cours de stéréotomie est assuré par un ingénieur du canal du Midi, alors que c’est un inspecteur des Ponts et Chaussées qui enseigne l’architecture à l’École académique de Poitiers ; et c’est un médecin qui assure les leçons de mathématiques à celle de Lille. Dans les autres établissements, les leçons de géométrie, de perspective, voire d’anatomie quand existe une classe du modèle, sont assurées par les professeurs de dessin. Le tableau fait donc état d’un enseignement pluridisciplinaire, assuré par des hommes qui ne sont pas tous issus d’une formation artistique reconnue comme telle. Cependant, le recrutement de ces spécialistes reste minoritaire puisqu’il ne concerne que 20 % des écoles gratuites de dessin recensées à ce jour.

Tableau 13 : Nombre et disciplines des professeurs des écoles dans lesquelles enseignent également des non-maîtres de dessin
Les « maîtres de dessin » : 1 : professeurs – 2 : adjoints. Les professeurs spécialisés : 3 : géométrie pratique – 4 : perspective – 5 : architecture civile – 6 : architecture navale.

Tableau 13 : Nombre et disciplines des professeurs des écoles dans lesquelles enseignent également des non-maîtres de dessinLes « maîtres de dessin » : 1 : professeurs – 2 : adjoints. Les professeurs spécialisés : 3 : géométrie pratique – 4 : perspective – 5 : architecture civile – 6 : architecture navale.

Sources et références : Bordeaux (AM GG 999) – Dijon (AD Côte d’Or C 3219) – Lille (AM carton 103) – Lyon (AD Rhône 1L1062) – Marseille (É. Parrocel, Histoire documentaire de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille, Paris, Imprimerie Nationale, 1832, p. 25) – Montpellier (ANF 0/1/0933/B (2)) – Orléans (ANF 0/1/0933/B (2)) – Poitiers (ANF 0/1/0933/B (2)) – Reims (Mercure de France, décembre 1753) – Rouen (« Plan de l’école gratuite de dessin » dans C. Robillard De Beaurepaire, Recherches sur les institutions publiques dans le diocèse de Rouen avant 1789, Évreux, Pierre Huet, 1872, p. 160) – Toulouse (AM GG 928-929) – Tours (AM, Registre des délibérations du Conseil de ville, février 1791) – Troyes (AM RR.41, Lettres patentes portant établissement d’une École royale gratuite de Dessein dans la ville de Troyes, Capitale de la Champagne, 1782) – Valenciennes (AM GG 121, Statuts et règlements de l’Académie de Peinture et de Sculpture de la ville de Valenciennes, 1785).

3La majorité du corps professoral est constitué de maîtres de dessin. C’est sur eux que porte donc l’essentiel de la présentation des professeurs proposée dans ce chapitre : ce sont les plus nombreux, voire les seuls présents dans les écoles. En outre, et contrairement aux professeurs spécialisés, ils ont fait l’objet de publications plus accessibles, notamment en histoire de l’art : dictionnaires des peintres, sculpteurs, architectes, etc., travaux universitaires et monographies d’amateurs à diffusion plus restreinte apportent des informations biographiques qui confirment et souvent complètent l’analyse des sources premières, statuts et règlements des écoles ou budgets municipaux. L’ensemble permet alors d’affiner l’image que l’on peut donner de l’enseignant – type d’une école gratuite de dessin.

Origine sociale et formation des professeurs

4L’étude des origines sociales, de la formation, du recrutement par les administrations scolaires et des rémunérations permet de dresser un « portrait-type » du professeur d’une école gratuite de dessin. Les données et pourcentages s’appuient sur le tableau 16, présenté à la fin de ce chapitre : il indique les origines familiales et la formation de quatre-vingt-deux maîtres de dessin, renseignements complétés pour certains par quelques éléments biographiques. L’essentiel du corpus de professeurs ici constitué concerne donc des individus formés aux arts libéraux. Deux constats généraux peuvent être effectués : les professeurs sont majoritairement issus de familles d’artistes. Ils sont d’abord peintres. Précisons ces données.

5Le premier élément relatif aux maîtres de dessin concerne leur origine familiale. La caractérisation qui différencie « familles d’artistes » et « monde de l’atelier et de l’échoppe » est volontairement succincte. Elle permet de mettre en valeur l’héritage familial dans l’orientation des futurs professeurs d’écoles de dessin : 51 % du corpus étudié pour lequel la donnée « origine familiale » est renseignée sont en effet issus d’un milieu de peintres ou sculpteurs ou graveurs.

Graphique 1 : Origine familiale des professeurs de dessin

Graphique 1 : Origine familiale des professeurs de dessin

6L’importance de la tradition familiale dans le choix d’un métier de l’art est donc ici soulignée : dynasties de dessinateurs, peintres ou sculpteurs dont certains proposent de fonder une école ou d’y enseigner, comme les Rivalz à Toulouse ou les Watteau à Lille. C’est encore plus vrai pour ceux qui, aux approches de la Révolution, ont eux-mêmes suivi les leçons de l’école de dessin de leur ville avant d’y enseigner à leur tour.

Graphique 2 : La « spécialité » artistique des professeurs de dessin

Graphique 2 : La « spécialité » artistique des professeurs de dessin

7Le second point concerne la « spécialité » artistique des professeurs. Quelle que soit son origine familiale, le professeur de dessin est majoritairement peintre (70 % du corpus étudié). Certains sculpteurs sont également recrutés (21 %). Graveurs et dessinateurs viennent loin derrière.

Apprendre les rudiments de l’art : une formation initiale traditionnelle

8Faut-il, existe-t-il une formation spécifique pour enseigner dans une école gratuite de dessin ? Dans la France pré-révolutionnaire, la formation suivie ne diffère pas de celle des autres métiers de l’art : un apprentissage dans l’atelier familial et/ou chez un autre artiste/artisan que, par ses origines familiales et sociales, le futur professeur fréquente. Ce premier type d’apprentissage est cependant, pour les arts libéraux, souvent complété par une formation académique. L’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris en particulier joue un rôle essentiel dans la formation des futurs professeurs : même si peu d’écoles de dessin lui sont affiliées et donc sous son autorité pédagogique, nombreuses sont celles qui entretiennent avec elle des liens épistolaires et qui la sollicitent parfois lorsqu’il s’agit de recruter un professeur.

  • 2 D’après Pierre Lespinasse et Robert Mesuret, « Documents inédits sur les Rivalz », Bulletin de la (...)

9Une première distinction relative à la formation des professeurs d’écoles et académies gratuites de dessin renvoie donc à leur origine familiale, connue pour seulement quarante-cinq des quatre-vingt-deux professeurs étudiés : 78 % viennent de familles d’artistes et du monde de l’atelier et de l’échoppe. C’est donc quasi naturellement que, très jeunes, ils apprennent les rudiments de l’art dans l’atelier d’un membre de leur famille, le plus souvent le père : les écoles, écoles académiques et académies de dessin de Lille, Orléans, Rouen, Toulouse et Tours sont tenues par des professeurs de la même famille sur plusieurs générations des xviiie et xixe siècles. Les Rivalz et Cammas à Toulouse, Watteau à Lille, Devosge à Dijon ou Attiret à Dole appartiennent à des dynasties de peintres ou sculpteurs, héritières de l’art du Grand siècle, et dont les successeurs – fils ou gendres – poursuivent l’œuvre, sous la Révolution et au-delà. Jean-Pierre Rivalz par exemple (1625-1706), élève de Simon Vouet à Paris puis de Nicolas Poussin à Rome, devient peintre de l’hôtel de ville de Toulouse en 1674. Dans son atelier du Capitole, il ouvre un cours privé du modèle vivant. Parmi ses élèves figure l’aîné de ses neuf enfants, Antoine, à l’origine de l’école de dessin de la ville. À son tour, Antoine (fils) enseigne à Pierre, son sixième et dernier enfant qui, après un séjour de dix ans en Italie, revient dans sa ville natale : en 1755, il y est nommé professeur à l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture2. Et parmi les six enfants d’Antoine (fils) se trouve également Louise Pétronille qui épouse le peintre Jean-Baptiste Despax, lui-même ancien élève d’Antoine et professeur de dessin à l’Académie royale de Toulouse. La transmission des savoirs dans le cadre familial, tout comme l’endogamie, est caractéristique de la reconduction sociale d’un statut, ici celui de peintre et professeur à l’école de dessin.

10En dehors du cocon familial et comme pour tout autre métier, une grande partie des futurs professeurs se forme dans l’atelier d’un artisan ou d’un artiste, y compris pour certains dans le cadre de la communauté des peintres, sculpteurs et imagiers, placée sous la protection de saint Luc, là où elle existe. Au niveau de l’apprentissage, artistes et artisans ne sont jamais très éloignés et de nombreux métiers – brodeurs, orfèvres ou ébénistes par exemple – enseignent aussi les rudiments du dessin (trait et ornement en particulier). Pour les professeurs, qu’ils soient ou non venus du monde de la boutique et des métiers, l’itinéraire de formation se rejoint, qui passe, comme pour toute autre profession, par l’atelier d’un maître de métier. Il s’agit parfois d’enfants ou d’adolescents dont le talent pour le dessin est remarqué et encouragé ; d’autres affichent très tôt leur volonté de suivre une carrière artistique. Dans tous les cas, l’apprenti doit bénéficier de moyens financiers, pris en charge par un bienfaiteur, lorsque la famille ne peut assurer le coût des leçons.

  • 3 Archives des hospices civils de Besançon : Aumône générale, « Marché passé par la municipalité de (...)
  • 4 D’après Marie-Dominique Mougeot-Joubert, Jean-Joseph-Melchior Wyrsch, un peintre suisse en Franche (...)

11L’exemple de Luc Breton, futur professeur de l’école de dessin de Besançon, permet de connaître les conditions d’apprentissage chez un maître sculpteur. Luc Breton ne vient pas d’une famille d’artistes. Il est issu de parents juristes qui connaissent des revers de fortune. Devenu orphelin, l’enfant est confié à son oncle et parrain, avocat au parlement, qui lui enseigne les rudiments de lecture et d’écriture. Cependant le maître menuisier chez lequel il est ensuite mis en apprentissage remarque ses talents artistiques et obtient son placement chez un menuisier sculpteur sur bois. De nouvelles démarches aboutissent à l’octroi d’une aide financière de la municipalité, ce qui permet à Julien Chambert, maître sculpteur de la ville, de former pendant six années le jeune Breton, alors âgé de douze ans. Le contrat passé devant notaire royal entre la ville et le maître stipule en particulier que « ledit Chambert promet et s’oblige […] à luy enseigner fidellement et en conscience la sculpture et tout ce qui en dépend, sans lui en rien cacher ny céler, même de luy montrer, pendant deux heures de chaque jour les trois premières années, le dessein et luy apprendre à dessigner3 ». Deux remarques à partir de cet exemple. D’une part, l’organisation de l’apprentissage ne diffère pas de celle des autres métiers : engagement chez un maître, contrat notarié, durée du contrat, droits à payer. L’apprentissage n’est pas gratuit et un bienfaiteur ou, dans le cas de L. Breton, la ville peut participer à son financement, en cas de défaillance de la famille. D’autre part l’enseignement du dessin (« montrer ») fait partie de la formation d’un futur sculpteur, sans pour autant que soit déterminé le genre de dessin ainsi « montré ». La même formation après d’un maître de métier se rencontre également pour de futurs peintres, comme l’indique l’exemple de Jean-Joseph Melchior Wyrsch, futur collègue de Luc Breton à Besançon. Ce Suisse, fils de propriétaires terriens aisés, montre en effet un goût et des aptitudes pour le dessin. Ses parents le mettent alors en apprentissage sous contrat « dans l’atelier du peintre décorateur Johann Suter, à Lucerne4 ». Entré à l’âge de treize ans, il y reste trois ans puis rejoint l’atelier de Franz Anton Kraus qui l’initie également aux grands travaux de chantier, comme celui des fresques du chœur de la collégiale d’Einsiedeln.

  • 5 AM Lille, (9790 et 9808), carton 36, dossier 12, Corps des Arts et Métiers. Compte de Corps de l’a (...)
  • 6 D’après Gaëtane Maës, La vie et l’œuvre de Louis Watteau (1731-1798) et de François Watteau (1758- (...)

12La communauté des peintres, sculpteurs, doreurs et marbriers est, dans certaines villes, placée sous le patronage de saint Luc, comme c’est le cas des villes du Nord (Valenciennes ou Lille) : droits d’apprentissage et droits de maîtrises relèvent des obligations de n’importe quel autre métier. Ainsi, parce qu’il n’est pas lui-même fils de maître, le futur professeur de l’Académie des Arts de Lille, Louis Guéret, doit-il acquitter au Corps des peintres de la ville quarante livres dix sols pour les droits de chef-d'œuvre, vingt-quatre livres de « rédemption d’apprentissage suivant l’ordonnance verbale de MM. du Magistrat » et vingt livres cinquante pour droit de passer maître5. Son successeur, Louis Watteau, fils d’un couvreur, est mis dès l’âge de sept ans en apprentissage chez le sieur Bondu, maître peintre de Valenciennes, pour lequel sa famille acquitte la totalité des droits d’apprentissage, soit six livres, à la confrérie de Saint-Luc de la ville6. L’apprentissage dure au moins trois ans, et l’exécution d’un chef-d'œuvre est indispensable pour accéder à la maîtrise. Apprenti, compagnon et maître sont les trois étapes de toute initiation à un métier, quel qu’il soit : peintres et sculpteurs n’y échappent pas.

  • 7 Pierre Caspard, « Pourquoi on a envie d’apprendre. L’autodidaxie ordinaire à Neuchâtel (xviiie siè (...)

13Cette première approche du métier de peintre ou de sculpteur, appris par les futurs professeurs des écoles de dessin, renvoie aux pratiques autodidaxiques en vigueur avant la Révolution, étudiées par Pierre Caspard à partir de l’exemple des horlogers neuchâtelois : « Le premier lieu d’apprentissage est le domicile familial », complété par « l’apprentissage formel chez un maître, suite à un contrat passé en bonne et due forme devant notaire7. » Dans la famille, l’enfant « décode le sens et reproduit par imitation un ensemble de pratiques, de comportements et de valeurs » ; chez un maître, il acquiert « des compétences et qualifications attendues de lui, par un surcroît de travail et d’application ».

14La formation élémentaire d’un professeur d’école gratuite de dessin ne diffère donc pas de celle de tout autre métier. Elle ne suffit cependant pas pour accéder à la reconnaissance artistique souhaitée. Un enseignement complémentaire, supérieur, est nécessaire, que peuvent partiellement apporter les leçons d’une école académique de province et surtout de l’académie royale de Paris.

Une formation complémentaire en académie

15Formations dans la famille, chez un maître et à l’école de dessin se complètent. Ainsi François Watteau, tout comme ses trois frères Martin-Raphaël, Louis et Alexandre, fréquente-t-il l’école de Lille où il suit les leçons données par son père Louis. En 1770, il y obtient la première médaille de la classe de dessin et, quatre ans plus tard, celle du modèle. De même à Douai, Charles Caullet étudie à l’école de dessin dont il devient à son tour professeur, en 1774. Il y côtoie les deux futurs maîtres de l’Académie de Valenciennes : Jean-François Momal, un de ses condisciples, et Jean-Baptiste Cadet de Beaupré, un de ses élèves. Tous trois remportent prix et médailles dans les trois classes. Il est probable que les deux professeurs de Valenciennes aient eu un maître avant leur entrée à l’école de Douai, vers 16 ans pour Momal et 14 ans pour Cadet de Beaupré, tout comme Caullet qui a 30 ans quand est ouverte l’école de Douai. Cependant quelles que soient les conditions des premiers apprentissages d’un métier de l’art, dans la famille et/ou l’atelier d’un maître, l’école de dessin ne suffit pas toujours à former un artiste reconnu : elle permet cependant, en donnant les premiers principes de l’art, de déceler des talents artistiques. Les élèves, pour devenir artistes, doivent ensuite compléter leur formation initiale car, contrairement à la grande majorité des métiers appris chez un maître, les arts libéraux nécessitent un enseignement supérieur. Celui-ci s’effectue dans une académie, caractérisée par la tenue d’une classe du modèle vivant, vu comme le dernier échelon du cursus de formation d’un artiste. Quatre types d’académies existent avec classes du modèle, différenciées moins par les leçons proposées que par le prestige que leur fréquentation apporte dans l’ordre social des artistes : Saint-Luc à Paris, Académie royale de peinture et de sculpture, Académies italiennes et académies d’autres pays d’Europe.

16L’Académie de Saint-Luc de Paris. Une première possibilité de formation supérieure est représentée par la Communauté parisienne des peintres et sculpteurs de Saint-Luc. Cas exceptionnel, à la fois métier avec apprentis, compagnons et maîtres, mais aussi académie avec, depuis 1705, autorisation de tenir une classe du modèle ouverte à ses membres. L’apprentissage, gratuit pour les enfants des maîtres de la corporation, y dure trois ans. Des leçons de géométrie et d’architecture, mais aussi de perspective et d’anatomie y sont données. En terme de formation, il n’y a donc pas de réelle différence avec celle proposée à l’Académie royale. 12 % du corpus des professeurs étudiés l’ont fréquentée, comme élève et comme professeur. Ainsi Jean-Baptiste Oudry, futur directeur commercial et artistique de la manufacture royale de Beauvais et responsable de l’école des élèves externes de la ville, est-il admis à la maîtrise de Saint-Luc en 1708 : il a vingt-deux ans. Mais, pour devenir maître de la communauté, il a, comme le stipulent les règlements de la corporation, été apprenti chez un maître (son père ?), pendant au moins cinq ans, puis compagnon durant quatre autres années. Cependant la maîtrise de Saint-Luc, si elle qualifie le talent de son titulaire, ne lui octroie pas le prestige conféré par l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris.

17L’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris. La démarche la plus courante pour parfaire sa formation artistique et professionnelle est en effet d’être reçu élève de l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris. Contrairement à l’école de Saint-Luc, cette dernière assure un recrutement plus large sur l’ensemble du royaume et sur l’Europe. En outre, placée sous protection royale, elle confère à ses membres et, moindrement cependant à ses élèves, un prestige que lui envient les académies provinciales. Être « élève » de l’académie ne signifie pas être « académicien ». Ainsi après sa formation à Saint-Luc, Jean-Baptiste Oudry (1686-1755) est-il agréé à l’Académie royale de Peinture et de sculpture en 1717, puis reçu en 1719, sans y avoir été élève. À l’inverse, François Watteau, élève à l’Académie royale, ne fut jamais « académicien ». Pour être agréé à l’académie au xviiie siècle, le postulant doit présenter ses œuvres aux académiciens, qui l’acceptent ou non. En cas d’agrément, l’académie donne alors un sujet de tableau ou de sculpture à exécuter en vue de sa réception comme académicien. 55 % des professeurs étudiés ont été élèves de l’Académie royale. Majorité qui s’explique de deux façons : nombre d’initiateurs d’écoles sont eux-mêmes issus des écoles académiques ; en outre, et selon les statuts des écoles, l’Académie royale de peinture et de sculpture participe elle-même au recrutement de certains professeurs provinciaux.

  • 8 ANF 0 (1) 1927, École de peinture et de sculpture des élèves protégés.
  • 9 Gaëtane Maës, La vie et l’œuvre de Louis Watteau (1731-1798)…, op. cit., p. 337.

18L’entrée comme élève à l’académie royale ne peut se faire que sur recommandation d’un académicien, généralement obtenue quand le postulant a été son élève à titre privé. C’est par relation que Louis Watteau travaille sous Dumont le Romain, originaire comme lui de Valenciennes et, depuis 1750, adjoint au recteur. Présenté à l’Académie, il y obtient la médaille du quartier d’octobre (concours trimestriel) et y reste jusqu’en 1752. En 1774, son fils François séjourne à son tour à Paris et travaille dans l’atelier du peintre d’histoire Durameau. Il est ensuite inscrit à l’Académie royale en 1775, où il remporte la troisième médaille en 1777, ce qui lui permet d’être accepté à la Pension des jeunes artistes où il reste près de cinq ans, sauf une courte interruption due à son insubordination. Cette école, créée en 1777, offre à douze jeunes élèves de l’Académie royale « les secours nécessaires à l’étude des arts de peinture et de sculpture8 ». Préférence est donnée aux enfants des artistes. La difficulté de nombre d’élèves est bien d’ordre financier : le coût de la formation académique est estimé à plus de huit cents livres annuelles, partagées entre « six cents pour le logement et la nourriture et deux cent seize livres demandées par Durameau à ceux qui dessinent et peignent d’après le modèle9 ». La somme est trop importante pour la famille Watteau, qu’une place dans la pension royale dispense d’avancer.

19Les élèves ne peuvent donc entrer à l’Académie royale de peinture et de sculpture que par relation : Louis Watteau, petit neveu d’Antoine Watteau, peut être introduit dans le monde académique (= solidarité de « métier ») ; Durameau, son condisciple à l’académie, reçoit son fils (= solidarité d’amitié) et les premiers médaillés des écoles de dessin du Nord dont il est originaire (= solidarité de « pays »). En même temps que François Watteau en effet, Jean-François Momal, issu de l’école de dessin de Douai, entre également à l’Académie royale et, quelques années plus tard, ce sera au tour de Jean-Baptiste Cadet de Beaupré d’y suivre les leçons du sculpteur Clodion. Une seconde façon d’entrer à l’Académie est d’être recommandé à un académicien par un notable. L’archevêque de Cambrai remarque ainsi le jeune Antoine Saint-Aubert, en train de dessiner sur le sable. Fils du jardinier de l’archevêché, le futur professeur de l’école de Cambrai est initié aux premières notions de dessin par son oncle et parrain Antoine Taisne, peintre et graveur. L’archevêque apporte ensuite une aide financière qui permet au jeune Saint-Aubert d’étudier à Paris.

  • 10 ANF 0/1/1927, École de peinture et de sculpture des élèves protégés.

20Le voyage en Italie. L’académie parisienne n’est cependant pas le seul établissement de formation supérieure aux arts libéraux. Comme nombre d’élèves des académies et d’artistes, les professeurs des écoles gratuites de dessin entreprennent le voyage italien, indispensable pour conforter l’apprentissage artistique (30 % des professeurs étudiés). Se rendre à Florence, Rome, Sienne ou Naples, c’est prendre directement contact avec les œuvres antiques, remises à l’honneur au milieu du siècle par les découvertes d’Herculanum et de Pompéi, et fortement encouragée par les Surintendants des Bâtiments du Roi. L’Europe artistique s’y côtoie. Le pouvoir royal encourage l’étude de l’antique en finançant le séjour romain de certains élèves et artistes comme Jean Bardin, directeur et professeur à l’école d’Orléans. Destiné au négoce, ce Bourguignon d’origine suit pourtant une carrière artistique classique qui le conduit à l’Académie royale de Paris. D’abord élève de Lagrénée puis de Pierre, il obtient le grand prix de peinture en 1764, ce qui lui permet d’entrer comme élève pensionné de l’école des Élèves protégés. Fondée en 1748, l’école est remplacée en 1777 par la Pension des jeunes artistes où séjourne François Watteau. Pendant trois ans, Bardin peut alors, défrayé du coût du logement et de la nourriture, parfaire sa formation, être « instruit de son art10 » et recevoir aussi des leçons d’histoire, géographie « et autres connaissances relatives à la peinture », avant d’être envoyé à Rome « aux dépends de sa Majesté ».

21D’autres artistes se rendent et vivent en Italie par leurs propres moyens. C’est ainsi qu’après les six années d’apprentissage passées chez le maître sculpteur Julien Chambert, le jeune Luc Breton suit les leçons de Claude-François Attiret, installé à Dole, puis décide de partir à Rome. Ses modestes ressources ne lui permettent que de voyager par Marseille où les galères pontificales transportent gratuitement jusqu’à la ville éternelle les voyageurs peu fortunés. Comme tout artiste de son époque, il consacre alors l’essentiel de son temps à l’étude des chefs-d'œuvre antiques mais doit également effectuer différents travaux de modelage et de sculpture qui lui permettent de vivre et, finalement, d’obtenir la protection de l’architecte du roi d’Angleterre. Après concours, l’Académie de Saint-Luc de Rome l’accueille parmi ses élèves. Il y obtient le grand prix de la première classe de sculpture. C’est à Rome également qu’il fait la connaissance de son futur collègue de Besançon, le Suisse Jean-Joseph Melchior Wyrsch avec lequel il se lie d’amitié. Wyrsch séjourne aussi à Rome où il étudie dans l’atelier du peintre Gaetano Lapis et suit les cours de l’Académie de France. Observer, dessiner, copier, imiter sont bien les maîtres – mots de la formation des peintres et sculpteurs devenus professeurs dans les écoles gratuites de dessin.

  • 11 D’après « Notice historique sur Jean-Baptiste Descamps, peintre du roi, premier Directeur et Profe (...)

22Autres académies. La formation académique des professeurs s’effectue donc surtout à Paris et parfois en Italie. Plus rarement, elle peut également être assurée dans une autre académie d’Europe, choisie en raison de sa proximité géographique ou linguistique. Ainsi Jean-Baptiste Descamps, futur professeur à Rouen, manifeste dès son plus jeune âge, le désir d’apprendre le dessin. Ses parents, « renommés dans la fabrique des fils teints11 », accèdent à sa demande en lui permettant d’étudier avec son oncle maternel, Louis de Cuyper, peintre paysagiste. Cependant le jeune Descamps néglige ses autres études. Il est alors envoyé au collège jésuite d’Ypres, ce qui ne l’empêche pas de consacrer l’essentiel de son argent de poche à suivre des leçons chez un maître privé. Le père apprécie peu. Désireux de voir son fils lui succéder, il l’oblige à travailler dans la fabrique d’un parent. Peine perdue : Jean-Baptiste s’enfuit à Anvers, chez un ami de la famille, grand amateur de tableaux et le père finit par accepter la vocation de son fils. Descamps fréquente alors l’académie d’Anvers, où il obtient le premier prix de peinture. Pour lui en effet, Anvers est d’abord la ville dont est originaire sa famille, – il est le premier fils à ne pas y être né – et où se trouvent encore nombre d’amis. En outre, c’est une ville culturellement plus proche de Dunkerque, sa ville natale, que de Paris la française, et la frontière politique établie à la fin du xviie siècle n’a pas effacé le sentiment d’appartenance à une Flandre unie. Jean-Baptiste Descamps va cependant à Paris où deux de ses tableaux plaisent. Remarqué par Dulin qui le place parmi ses élèves, il étudie ensuite avec Largilière. Dans les deux cas, il est « élève privé » et non de l’académie, où il ne sera reçu qu’en 1764, alors que son école de dessin fonctionne depuis quinze ans à Rouen. Pour certains professeurs, le choix de l’académie peut également relever d’un critère linguistique, même si, après la formation académique, ils s’installent en France et travaillent en français. C’est par exemple la situation de Hans-Jacob Leupold. Protestant originaire de Suisse alémanique, il se convertit au catholicisme pour pouvoir être reçu en Autriche, à l’académie de Vienne, puis francise son prénom lorsqu’il est nommé professeur à l’école de Bordeaux.

  • 12 AM Strasbourg, série VI, carton 4, liasse 13, « Plan pour servir à l’établissement d’une académie (...)
  • 13 Ibidem.

23Le parcours de ces professeurs d’écoles gratuites de dessin indique d’une part qu’ils sont d’abord des peintres, formés selon un modèle académique classique, identique à celui suivi par les artistes du xviiie siècle. Si beaucoup sont passés par Paris et/ou Rome, tous cependant ne sont pas issus de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Ils sont en revanche presque tous médaillés ou reconnus dans leurs talents par des prix, reçus maîtres dans la confrérie de Saint-Luc, dont l’école propose aussi une formation artistique, ou agréés d’une académie d’art. Quelques exceptions existent bien sûr dans ce schéma général : les professeurs de Tours (Rougeot) ou Amiens (Sellier) ont ainsi été présentés au chapitre II, en raison de l’originalité de leur formation. D’autre part, le mouvement académique, la formation artistique et le concept d’écoles ou écoles académiques de dessin dépassent les frontières françaises. Le parcours des professeurs met également en avant l’importance des échanges culturels, en particulier artistiques, entre les régions, entre les pays, renforçant de la sorte les réseaux sociaux déjà évoqués. L’itinéraire suivi par le sculpteur Degroff est tout à fait représentatif de cette appartenance européenne du monde artistique. Dans une lettre qu’il adresse à la municipalité de Strasbourg pour obtenir la reprise de l’école de dessin de la ville, provisoirement délaissée en raison de problèmes financiers, l’artiste retrace ainsi sa vie : il quitte Paris à l’âge de six ans avec son père, sculpteur du roi, qui « mérita d’être sculpteur en chef de Louis quatorze, ledit monarque le donna à Maximilien électeur de Bavière pour établir les arts dans son Électorat12 ». Le voilà installé en Bavière, où son père lui donne « des lumières et leçons […] dans les arts des Sculpture, Peinture et architecture ». À dix-huit ans, il part à Vienne où il remporte le prix de l’académie en 1737. Le séjour qu’il effectue ensuite en Italie lui permet d’obtenir le premier prix de sculpture de l’académie de Venise (1739). Il rentre en Bavière, rappelé par l’électeur « aujourd’hui empereur qui me fit écrire de me rendre à la cour où mon père étant mort, il me donna la charge de Directeur général des Sculptures et me créa son sculpteur en chef13 ». Cependant les ravages de la guerre (guerre de Sept ans, 1756-1753) l’incitent à retourner en France. Il souhaite s’installer à Strasbourg et y enseigner le dessin mais sa demande n’aboutit pas. La double appartenance linguistique franco-germanique explique sans doute le choix de la ville alsacienne.

24La formation, première dans les familles et ateliers de maîtres, puis supérieure en académie, et les voyages européens, permettent à des artistes de se présenter comme professeur dans les écoles gratuites de dessin, nouvellement créées.

Le recrutement des professeurs des écoles de dessin

25Le tableau 16 (en fin de chapitre) précise également l’âge de recrutement de cinquante-huit professeurs. Son analyse aboutit à une moyenne de 41 ans, âge relativement tardif, dû en partie aux longues années de formation et de voyages. Le plus jeune est adjoint à l’École royale de Paris (17 ans) et le plus âgé est engagé à 68 ans à Aix. Les moins de quarante ans sont souvent ceux de la seconde génération, issus eux-mêmes de l’école de dessin où ils ont été élèves.

Graphique 3 : Âge auquel les professeurs sont recrutés (en %)

Graphique 3 : Âge auquel les professeurs sont recrutés (en %)

26Trois questions se posent par rapport au recrutement des professeurs d’écoles gratuites de dessin : qui les choisit ? de quelle manière le sont-ils ? sur quels critères ? Dans le recrutement des professeurs sont concernées deux instances. En premier lieu le bureau de l’administration de l’école : présidé par le maire ou, à Paris, par le lieutenant de police, et dans lequel figurent des représentants de la municipalité, il intervient dans le choix du professeur ou simplement dans sa désignation lorsque le choix dépend de l’Académie royale. Celle-ci est en effet la seconde instance qui, si les statuts de l’école le précisent, participe au recrutement du professeur : dans les écoles académiques et académies provinciales affiliées, la pédagogie – et donc les professeurs – est soumise à Paris. Dans les deux cas cependant, le bureau de l’école est seul habilité à en entériner le choix. Dans les deux cas également, la désignation du professeur se fait soit directement soit après concours : le choix de l’une ou l’autre modalité dépend non du type d’écoles mais du moment – dans l’histoire de l’établissement – où s’effectue le recrutement.

Les professeurs nommés

27La nomination directe d’un professeur par le bureau administratif de l’école relève de trois situations distinctes : celle de l’artiste initiateur ; celle de la survivance du fondateur ; celle enfin de l’artiste proposé par l’Académie royale.

  • 14 Affiches du Poitou, 25 mars 1773.
  • 15 AD Pyrénées Atlantiques, C 1341, Mémoire manuscrit du Sr Dumont, sd (1779 ?).
  • 16 AM Angers, BB 122.
  • 17 AM Douai, Registre de l’École gratuite de dessin établie par Messieurs les échevins de la ville de (...)

28Les artistes à l’origine de l’école. Lorsqu’un artiste est à l’origine de l’école, il soumet son projet aux autorités municipales. La situation, présentée dans le chapitre II, peut être rapidement rappelée, en particulier les critères de choix. Partout les compétences artistiques du candidat sont évaluées sur pièce, par l’examen d’œuvres réalisées ; des certificats prouvant l’obtention de prix à des concours académiques et des lettres de recommandation d’académiciens renforcent le jugement. Le second critère relève de la personnalité morale du postulant, qu’une fois encore des certificats incontestables présentent : « bonnes mœurs », « moralité irréprochable », « assiduité au travail », certificat de catholicité garantissent l’honorabilité du futur professeur. Quant aux aptitudes pédagogiques, elles sont jugées sur l’efficacité des leçons, l’intérêt et le progrès des élèves, durant l’année probatoire qui précède la création officielle de l’école. Cette année n’est cependant pas nécessaire lors-qu’il s’agit de professeurs déjà renommés comme Jean-Baptiste Descamps à Rouen ou Antoine Ferrand de Monthelon à Reims. Le privilège accordé aux anciens élèves de l’Académie royale de peinture et de sculpture de tenir école dans le royaume multiplie localement les demandes, en particulier lorsque l’enseignant souhaite assurer des leçons gratuites pour artisans et ouvriers. Les exemples de François Aujollest-Pagès à Poitiers14 et Pierre Dumont à Pau15, des frères Coulet de Beauregard à Angers16 ou de Pierre Wacheux à Douai17 le rappellent.

29Les professeurs en survivance. Le principe de survivance d’un professeur en exercice comme celui de la désignation d’un adjoint à professeur impliquent une embauche supplémentaire que ne prévoient pas les statuts des écoles. Ils sont appliqués lorsque le titulaire de la fonction est empêché, souvent par la maladie, d’assurer son travail ou lorsque le travail s’alourdit en raison de l’accroissement du nombre des élèves. Le bureau de l’école ou de l’académie nomme alors un remplaçant ou un second, ce qui ne peut être fait par concours puisque le titulaire est toujours présent. Une différence existe cependant entre les deux situations. Devenir adjoint permet souvent d’assurer la succession familiale – les fils des Watteau (Lille) et Descamps (Rouen) ou les gendres des Bardin (Orléans) et Rougeot (Tours) secondent le père ou beau-père avant de le remplacer. La succession dynastique des Rivalz et Cammas est différente à Toulouse. Comme Académie royale de peinture, sculpture et architecture, l’institution toulousaine ne recrute en effet ses professeurs et adjoints que dans la classe des artistes et associés à laquelle il faut être admise pour enseigner à l’académie. Le recrutement diffère lorsqu’il s’agit d’une survivance. Ainsi à Bordeaux où seule la nomination du professeur de l’école des principes, héritière de l’école de dessin de 1744, est sous la responsabilité de la municipalité, le professeur Nicolas François de Bazemont se trouve dans l’incapacité d’assurer les leçons. Les jurats cherchent à le remplacer, mais ne trouvent pas dans la ville même de candidats qui leur conviennent et ceux qui ne sont pas bordelais demandent des indemnités trop élevées pour faire le déplacement et se présenter. C’est finalement le peintre Jean-Jacques Leupold qui, contre trois cents livres seulement pour ses frais de voyage et au vu de ses compétences, est nommé par les jurats.

  • 18 AD Aisne, C 635, Lettre de la municipalité de Soissons du 1er décembre 1781.
  • 19 AD Aisne, C 635, Lettre de Brenet à la municipalité de Soissons.
  • 20 AD Aisne, C 635, Certificat concernant le Sr Hoyer, délivré par les membres et officiers de l’Acad (...)
  • 21 Ibidem. Lettre des échevins de Soissons, 21 février 1782.

30Solliciter l’aide de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Les autorités municipales peuvent aussi demander à l’Académie royale de trouver un professeur pour l’école de dessin qu’elles souhaitent créer et pour laquelle elles manquent de candidats : le professeur qui accepte le contrat d’embauche est alors directement nommé par le bureau administratif de l’école, sur seul certificat de compétence et de moralité, sans que soit organisé un concours de recrutement. Lorsque le projet d’une école de dessin se concrétise à Soissons, les édiles municipaux demandent à l’intendant de « vouloir bien mettre la dernière main à cette institution, en nous choisissant l’artiste qui tiendra l’École, et avec lequel nous prendrons, sous votre agrément, les arrangements que les circonstances et la prudence nous suggèreront18 ». Un des élèves de l’Académie parisienne à qui est soumise la demande se porte candidat, recommandé par son professeur Brenet : « Ce jeune homme mon Élève […] qui a bonne envie de travailler et qui n’est pas fortuné […] est suisse de Nation, de très bonnes mœurs, […] connu et protégé par M. le Comte d’Affry, colonel des gardes-suisses19. » À cette lettre est joint un certificat de l’Académie : « Certifions que le nommé Hoyer a remporté toutes les médailles de dessin dans ladite Académie et que la bonne conduite qu’il a toujours tenue, et son assiduité constante au travail sont des garants de sa Sagesse et de ses Mœurs20. » Recommandé sur son travail et sa moralité, le dénommé Hoyer est « agréé pour Maître de dessein dans notre ville21 ».

31Pour la plupart d’entre eux, les artistes à l’origine des écoles de dessin en deviennent donc professeurs, nommés par les autorités locales. Il est cependant nécessaire de cadrer les conditions de recrutement de leurs successeurs, comme de celui des maîtres recrutés lorsque la création de l’école n’est pas due à un artiste.

L’influence académique : le principe du concours

32Le recrutement des professeurs est précisé dans les statuts et règlements des écoles et académies de dessin. Deux possibilités se présentent alors pour choisir un professeur : organiser un concours, calqué sur le modèle académique ; recourir à une décision de l’Académie royale de Paris. Jusqu’à quel point l’académie intervient-elle ?

  • 22 BM Bordeaux, fonds patrimoniaux, H 5155/1.7, « Arrangements particuliers faits par l’Académie Roya (...)
  • 23 Ibid.

33Le concours académique : une priorité artistique. Le principe du concours est une pratique interne aux académies, organisée pour choisir les professeurs parmi les artistes agréés. Il est adopté par les académies provinciales, qu’elles soient (Bordeaux, Marseille) ou non (Toulouse) affiliées à Paris, fondées sur la hiérarchie des classes. Enseigner dans une académie de dessin, c’est d’abord se faire recevoir dans la classe des artistes et associés artistes, en présentant un sujet – tableau ou sculpture – au corps académique. À Toulouse par exemple, un peintre doit « faire une académie d’après le modèle vivant22 », un sculpteur « le modèle en pied » et un dessinateur « le dessine », alors qu’un architecte présente le plan, les élévations et la coupe d’un « sujet proposé par les commissaires23 ». Les places d’adjoints sont également soumises à une épreuve de réception (présenter une académie d’après le modèle vivant) et réservées à la classe des associés artistes. Les artistes et associés de l’institution jugent du travail fourni. La seconde étape est la nomination comme professeur. En cas de vacance de l’un d’eux, son remplacement est soumis à un concours, ouvert aux adjoints : le corps académique impose le sujet de l’épreuve et choisit ensuite, par scrutin, le candidat retenu. Seules, les capacités artistiques sont évaluées par les pairs du candidat.

  • 24 AM Valenciennes, GG 121, « Règlement de Messieurs du Magistrat de la Ville de Valenciennes du 8 ju (...)
  • 25 Ibid.

34Les écoles académiques plus modestes, qui disposent de moins de professeurs, organisent elles aussi des concours de recrutement, fondés tout autant sur des critères essentiellement artistiques, même si se glisse parfois un soupçon de préoccupation pédagogique. Ainsi l’avis de concours du 15 août 1783, publié par le magistrat de Valenciennes, précise-t-il le profil du professeur, un peintre, et du sous-professeur, un sculpteur, pour l’académie de dessin qui vient d’être décidée : « Afin de juger plus sûrement du talent des Aspirants, les Peintres seront tenus de faire sur les lieux un tableau dont on donnera le sujet. Il en sera de même des sculpteurs qui devront exécuter un Modèle qui prouve également la bonne manière et la facilité à modeler24. » À ces critères artistiques s’ajoutent « le talent […] d’enseigner avec douceur, bonté et patience » et l’obligation de « justifier de ses bonnes vies et mœurs25 ». Les critères de choix d’un professeur ne diffèrent guère de ce qui est demandé aux artistes à l’origine d’une école : une œuvre et des certificats de bonne moralité, les compétences pédagogiques étant vérifiées « sur le terrain » durant l’année probatoire. À la suite du concours de Valenciennes, jugé en particulier par Louis Watteau, artiste d’origine valenciennoise et professeur de l’école de Lille, le peintre Jean-François Momal est nommé professeur pour son tableau « La ville de Valenciennes protégeant les Arts » et le sculpteur Jean-Baptiste Cadet de Beaupré devient son adjoint. Le concours sélectionne donc un artiste, sur des compétences artistiques, et non pédagogiques, dont s’assurent des experts reconnus.

  • 26 Ibid.

35Le regard de l’Académie royale de peinture et de sculpture sur le recrutement de professeurs. L’Académie royale suit avec beaucoup de vigilance la mise en place et le travail des écoles de dessin de province, par l’intermédiaire de son directeur et Premier peintre du roi, Jean-Baptiste Pierre. De même qu’il a contesté l’appellation d’académie à laquelle prétend l’école de Valenciennes, de même il désapprouve la désignation de ses professeurs par voie de concours : « Les concours sont bons dans un lieu où le nombre de juges est assez grand pour arrêter les partialités26. » La question de l’impartialité du jury de Valenciennes peut effectivement se poser : Louis Watteau est l’ami du candidat Momal, ancien élève de Durameau à l’Académie royale de Paris en même temps que son fils François Watteau. La municipalité de Valenciennes décide cependant d’acquérir le tableau réalisé par Célestin Cellier, concurrent malheureux de Momal, pour le féliciter de son travail et, sans doute aussi, pour se ménager les bonnes grâces de la confrérie Saint-Luc à laquelle Cellier appartient. Parce qu’il seconde d’Angiviller dans le contrôle de l’enseignement des arts sur l’ensemble du royaume, Pierre a le souci d’intervenir dans le choix des professeurs : arbitrer entre plusieurs candidats ou conseiller les administrations des écoles, et soutenir des élèves parisiens sont autant de stratégies suivies.

  • 27 Statuts de l’École royale gratuite de dessin de la ville de Saint-Quentin, Saint-Quentin, Imprimer (...)
  • 28 Ibidem.
  • 29 ANF 0/1/1933/B (2), Académies et écoles de province, Saint-Quentin, Lettre de Maurice Quentin de L (...)
  • 30 Anatole de Montaiglon, Procès verbaux de l’Académie royale de peinture et de sculpture, pour la So (...)

36L’intervention de l’Académie dans le recrutement des maîtres des écoles de province se justifie, lorsqu’elle s’effectue en accord avec les statuts de l’établissement ou à la demande du bureau administratif de l’école. À Saint-Quentin, la nomination du professeur est du ressort de l’illustre fondateur de l’école, ce que précisent les statuts : « Le Sieur De La Tour nommera pendant sa vie les Maîtres qui seront chargés de l’instruction des Élèves. » Mais, « après son décès, Voulons que la nomination desdits Maîtres appartienne à notre Académie Royale de Peinture de Paris27 ». C’est alors au bureau administratif de l’école d’avertir Paris de la vacance de la place et de lui présenter « trois Sujets, parmi lesquels elle choisira pour remplir ladite Place, celui qu’elle en jugera le plus capable28 ». Les épreuves portent sur « les dessins de la figure, des fleurs et ornements et les connaissances nécessaires pour la perspective et la Géométrie, que présenteront les candidats pour être jugés par des commissaires pris par partie égale parmi Mrs les Peintres composant les Académies Royales de Peinture, sculpture et architecture29 ». L’académie n’impose pas un candidat mais choisit entre ceux proposés par l’école. Une démarche semblable est souhaitée par l’école de Nantes, pourtant indépendante de Paris. Lorsqu’il s’agit de recruter un nouveau maître de dessin, l’administration locale organise un concours et demande à l’Académie royale de désigner le vainqueur. Elle lui adresse donc les « quatre figures marquées chacun d’une lettre et dessinées par quatre concurrents […]. Après examen des dessins, l’académie décide que la figure, marquée de la lettre A, est la plus méritante30 ». L’anonymat des candidats semble respecté et l’arbitrage équitable.

  • 31 Dans Marie-Dominique Mougeot-Joubert, Jean-Joseph Melchior Wyrsch…, op. cit., p. 41.

37Cependant, l’Académie royale de peinture et de sculpture intervient également, sans en être priée, dans des écoles qui ne lui sont pas affiliées et sur lesquelles elle n’a en principe aucun pouvoir pédagogique. La situation de Besançon le souligne. À la suite de la démission de l’un de ses fondateurs, le sculpteur et professeur suisse Joseph Melchior Wyrsch, un concours est organisé par le magistrat de la ville pour procéder à son remplacement. Le portraitiste Simon Bernard Lenoir, ancien élève de l’Académie royale de Paris, y participe, préféré à François Jourdain, pourtant déjà élève de celle de Besançon. Cependant l’impartialité du jury est discutable puisque, avant la tenue du concours, Jean-Baptiste Pierre a adressé discrètement à l’intendant une lettre dans laquelle il recommande fortement Lenoir : « Vous ne trouverez pas mieux pour le talent et pour les mœurs31. » L’ingérence académique a bien pour finalité de placer un ancien élève parisien et donc de s’assurer que les règles du goût et de l’esthétisme prônées à l’Académie royale sont bien transmises dans les provinces.

  • 32 ANF O/1/1927, Mémoire sur les Écoles gratuites de dessin.
  • 33 Ibidem.
  • 34 ANF AJ/53/128, Concours de recrutement des professeurs adjoints, procès-verbal du concours pour le (...)
  • 35 BNF, collection Deloynes, pièce 10532, extrait des registres du Conseil d’État, arrêt du 19 décemb (...)

38Contrairement à l’idée couramment admise, si la majorité des professeurs d’écoles gratuites de dessin sont issus d’une formation académique, ils ne sont que peu à être directement choisis par l’Académie royale. C’est également vrai pour l’École royale gratuite de dessin de Paris. L’affirmation selon laquelle ses professeurs « sont des Élèves de l’Académie Royale32 », recrutés sur concours parmi les premiers médaillés des académies parisiennes d’architecture et de peinture, doit être nuancée. En effet, malgré ce que laisse entendre le rédacteur d’un mémoire hostile à l’école parisienne33, si les professeurs sont effectivement des élèves de l’académie, ce n’est pas elle qui les nomme mais le bureau de l’école de dessin qui, parmi les candidats, donne « la préférence […] à ceux qui ont obtenu les premières distinctions à l’Académie Royale de Peinture suivant l’ordre des suffrages qu’ils ont obtenus34 ». Le directeur Jean-Jacques Bachelier, peintre du Roi et adjoint à professeur à l’Académie royale de peinture et de sculpture, est quant à lui nommé par le roi35.

  • 36 Dans Jean Chatelus, La condition du peintre au xviiie siècle, thèse sous la direction de Pierre Go (...)
  • 37 Mercure de France, avril 1758, Lettre à M. l’Abbé Pernetti, chevalier de Saint-Jean à Lyon, sur le (...)
  • 38 AM Palais des Arts de Lyon, manuscrit 81, Donat Nonnotte, Discours sur le progrès des arts à Lyon (...)

39L’intervention de l’académie parisienne dans la nomination de professeurs d’écoles de province entraîne quelques conflits lorsque deux de ses membres se retrouvent en province. Une querelle éclate ainsi à Lyon, quand les peintres Jean-Charles Frontier et Donat Nonnotte sont tous deux nommés à l’école de dessin de la ville. Le premier, envoyé par Paris, conteste surtout l’égalité instaurée entre les deux professeurs alors que, dans l’ordre de la préséance académique, il a un statut supérieur à celui de son collègue Nonnotte. Frontier a en effet « l’honneur d’être adjoint à l’Académie et d’y tenir par conséquent un rang distingué de celui du Sieur Nonnotte qui n’est que simple académicien36 ». En fait le conflit est plus insidieux qu’une simple querelle de préséance. Il s’établit entre d’une part l’Académie royale qui, selon l’ordonnance de 1676, « nomme et institue (Frontier) pour gouverner et conduire l’école académique de la ville de Lyon, sous sa protection et outre l’autorise à se faire soulager dans les exercices ordinaires par les gens capables qu’il pourra rencontrer dans ladite ville37 », et d’autre part une municipalité qui donne priorité au peintre de la ville. Ce dernier, Donat Nonnotte, indique effectivement que Frontier n’est pas envoyé par Paris mais a été « invité à partager avec moi gratuitement le soin de l’école38 » : Province contre Paris, École contre Académie, la situation dure, à égalité entre les professeurs, et les susceptibilités cessent lorsque Frontier quitte sa fonction en 1762.

40Et les préoccupations pédagogiques ? Que le professeur soit nommé directement ou après concours, les critères de recrutement ne portent que sur les qualités d’artistes des candidats et non (sauf, un peu, à Valenciennes) sur les aptitudes pédagogiques. Le temps de « probation » imposé aux artistes-initiateurs permet de juger les capacités d’enseignant du postulant, que ne connaissent pas leurs successeurs. Un cas isolé cependant, celui pour lequel les questions pédagogiques font précisément partie des exigences professorales demandées, au même titre que celles relatives aux connaissances. Encore ne s’agit-il pas du recrutement d’un « artiste » mais du professeur de géométrie et d’architecture de l’École royale gratuite de Paris. Cela suppose-t-il plus de difficultés à apporter des connaissances théoriques et abstraites, nouvelles pour des élèves souvent artisans et ouvriers et qui ont déjà rencontré le dessin dans l’apprentissage de leur métier ? Faut-il y voir une nouvelle exigence de formation fondée sur la théorisation de la pratique du métier ?

  • 39 Sébastien Le Clerc, Traité de géométrie théorique et pratique à l’usage des artistes, régulièremen (...)
  • 40 ANF AJ/53/128, École royale gratuite de dessin, Concours de recrutement des professeurs adjoints, (...)
  • 41 Ibidem.
  • 42 ANF AJ/1/131, École royale gratuite de dessin.
  • 43 Mercure de France, janvier 1784 et L. Lex et P. Martin, « L’origine de l’école de dessin de Macon  (...)

41Les modalités des épreuves soumises, en 1768, au sieur Malhortie, pour enseigner la géométrie, tendraient à l’indiquer. Le candidat est lui-même ancien élève de l’École de dessin de Rouen. Avant de devenir professeur à celle de Bachelier, il s’est installé comme architecte à Paris. L’examen se déroule devant un jury d’experts, présidé par le directeur Bachelier. S’y trouvent un architecte, professeur et historiographe de l’Académie royale d’architecture (Le Roy), un professeur de l’Académie royale de peinture (Hallé), un professeur de géométrie et perspective (Challe), un représentant de l’Académie des sciences (Torat) et un professeur du collège royal (Mauduit). Le postulant est interrogé sur les différentes connaissances relatives à ces disciplines mais adaptées à de jeunes élèves : « Les calculs arithmétiques : leur application aux toises, nivellement et arpentages assez simples pour être conçus par l’enfant ; la géométrie pratique énoncée et démontrée à la Règle et au Compas d’après les ouvrages de M. Le Clerc (ancien professeur de géométrie et de perspective de l’Académie royale de peinture et de sculpture39) ; la perspective et les moïens qui conduisent à découvrir ses Principes et leur application ; la coupe des pierres appliquée à une trompe en tour ronde et en plain cintre ; les détails des ordres d’architecture dessinés, le tout énoncé et démontré avec l’ordre et la simplicité nécessaire pour en faciliter l’intelligence40. » S’ajoute à ces questions une demande plus pédagogique ainsi formulée : « Quel est le plan d’instruction le plus propre à former des ouvriers41 ? » La préoccupation didacticienne de conception et d’organisation d’une progression logique des leçons entre ainsi en compte dans l’évaluation du candidat. Les réponses donnent satisfaction au jury, et Malhortie est nommé professeur. Lorsqu’il est remplacé en 1772, l’épreuve soumise aux deux candidats à sa succession reste aussi concrète et pédagogique : faire « une démonstration publique dans l’École, chaqu’un d’eux occupant un exercice entier dans tous les genres42 ». Le jury est une nouvelle fois formé de spécialistes représentant l’Académie royale de peinture (Lempereur) mais aussi celle d’architecture (Blondel). La préoccupation de l’école de Bachelier est bien la formation aux métiers, contrairement aux écoles académiques qui se tournent aussi vers la formation artistique. La conception d’école proposée par Bachelier à Paris est suivie par d’autres institutions comme celle de Macon. Le Mercure de France de janvier 1784 publie en effet une annonce des États du Mâconnais, avisant de la tenue d’un concours destiné à recruter un professeur pour l’école de dessin nouvellement établie à Macon. « Les dessins pour le concours doivent être remis avant le 15 février prochain, à l’École royale gratuite de dessin, rue des Cordeliers43 », donc à l’école de Bachelier. « Les juges seront les mêmes » qu’à l’école royale, à savoir Moreau (architecte du roi et de Paris), Leroy (architecte du roi), Pajou (secrétaire du roi et professeur de son académie), l’abbé Le Bossut (membre de l’Académie des sciences) et Suvée (peintre du roi). Pascal-Jean Lenot est choisi comme professeur et François Baillot, ancien élève de l’école de Lyon, est nommé adjoint. Ce ne sont plus seulement des artistes qui choisissent le professeur, appelé à enseigner aussi la géométrie ou les principes d’architecture. Le clivage artistes/artisans vient alors de la perception et donc de la conception qu’ont les institutions de leur rôle dans la formation qu’elles proposent à leurs élèves.

42Un professeur d’école gratuite de dessin est toujours recruté par le bureau d’administration de l’école, par nomination directe ou après avoir subi les épreuves d’un concours. L’académie parisienne n’intervient que pour proposer un candidat ou arbitrer entre plusieurs : soit statutairement pour les écoles académiques dont elle a la responsabilité pédagogique, soit ouvertement lors-qu’elle en est sollicitée, soit insidieusement en conseillant les administrateurs. Jamais cependant elle n’a officiellement de pouvoir décisionnel à ce sujet.

43Si un artiste ayant acquis une formation supérieure dans une académie souhaite devenir professeur d’une école gratuite de dessin, c’est qu’il y trouve des avantages à la fois professionnels et financiers.

Les moyens d’existence des professeurs

44Rémunération et privilèges sont les principaux avantages qu’obtiennent les professeurs d’écoles gratuites de dessin qui, tous, bénéficient également d’autres ressources, selon les activités entreprises à l’école même ou à l’extérieur.

Rémunération

  • 44 M. Frémiet-Monnier, « Éloge de M. Devosge, fondateur et professeur de l’école de dessin, peinture (...)

45Une forte disparité existe dans les ressources financières dont disposent les professeurs. Elle s’explique par l’évolution même des revenus affectés à l’école de dessin au cours des années. Au tout début de l’existence de l’école, le professeur assure souvent bénévolement les leçons. Cette situation cesse lorsqu’il obtient une reconnaissance officielle et des revenus de la ville, des États ou du roi. Second moment dans l’histoire des écoles, leur reconnaissance par les autorités locales ou nationales introduit donc une participation financière de ces dernières et l’octroi d’une rémunération au professeur. Du moins est-ce généralement le cas mais certains d’entre eux, convaincus du bien fondé de leur travail, continuent de financer une partie du matériel pédagogique, nécessaire à l’excellence des leçons qu’ils souhaitent donner. Ainsi en est-il de François Devosge, installé à Dijon, exemplaire de l’esprit de ces artistes-professeurs du xviiie siècle fortement engagés dans les idées de leur temps. D’une lignée de sculpteurs et d’architectes, il est homme des Lumières, philanthrope, membre de la loge Concorde de Dijon, à l’origine du musée de la ville. Grâce à lui, « l’école est établie sans secours pécuniaire, sans aucun de ces grands moyens qui ont soutenu celle de M. Bachelier […]. Il a vendu dans sa patrie la maison paternelle et quelques fonds de terre qui composaient son patrimoine. Avec ses ressources, il a maintenu pendant plusieurs années l’établissement qu’il avait formé à Dijon. Le traitement que lui firent MM. les Élus et les gratifications qu’il recevait des États Généraux de la Province ne furent jamais destinés par ce généreux artiste à compenser les sacrifices qu’il avait faits44 ». Le même dévouement se retrouve chez la plupart des professeurs : lorsqu’Antoine Ferrand de Monthelon est recruté par Reims, il offre à la ville près de huit mille dessins et des modèles de plâtre d’après l’antique comme modèles destinés aux élèves de l’école. En outre la disparité des ressources d’un professeur à l’autre s’explique par l’inégalité des possibilités de ceux qui financent les écoles : à la diversité des situations individuelles correspond la diversité des moyens donnés aux écoles, qu’ils proviennent des institutions locales ou des fondations, souscriptions et dons privés.

46Un professeur recruté dans une école de dessin peut y trouver deux sources essentielles de revenus : une rémunération annuelle fixe et la contribution de certains élèves payants. Ce deuxième aspect, indiqué dans le chapitre précédent, n’est pas repris ici. La situation présentée dans le tableau 14 ci-après ne fait donc état que des sommes versées au professeur par les autorités administratives, au moment où la majorité des écoles deviennent totalement gratuites, soit autour de 1780 : le corps municipal est désormais autorisé à financer l’école de dessin de la ville, en prélevant les sommes nécessaires sur les octrois et les produits casuels.

  • 45 AM Valenciennes, GG 121 et L’Académie de Peinture et de Sculpture à Valenciennes au xviiie siècle, (...)
  • 46 AD Aisne, C 635.

47Le traitement annuel accordé aux professeurs pour leur tâche d’enseignant est généralement fixé lorsque l’artiste est nommé à l’école. Ainsi l’avis de 1783, qui annonce le concours de recrutement des professeurs de celle de Valenciennes, précise-t-il que « le traitement du Professeur sera annuellement de douze cens livres et celui du Sous-Professeur de six cens livres45 ». De même les échevins de Soissons préviennent que le futur maître de dessin ne recevra que quatre cents livres par an, en plus du logement46. Jean-Baptiste Descamps a mille cinq cents puis trois mille livres pour son travail à l’école de Rouen.

Tableau 14 : Rémunération annuelle de professeurs (en livres).

48Le tableau présente la situation de professeurs de vingt et une écoles pour lesquelles les données sont confirmées. Pour chacune, la somme indiquée correspond à la dernière rémunération octroyée, après les diverses augmentations liées à l’évolution des ressources financière des écoles.

Sources et références : Annecy (AM Annecy, 1R12) – Bergues (AD Nord, L 6277, liasse 6) – Besançon (« Mémoire exposant l’origine et la situation de l’École gratuite de Peinture et Sculpture de Besançon, adressé au comte d’Angiviller, Directeur général des Bâtiments du Roi, par le bureau de l’École, en vue d’obtenir l’affiliation de cet établissement à l’Académie royale de Paris », 1778, dans A. Castan, L’ancienne école de Peinture et de Sculpture de Besançon, 1756-1797, Besançon, Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, 1888, p. 238) – Bordeaux (R. Mesuret, J.-J. Leupold, 1725-1795, Revue historique de Bordeaux, XXXIII, 1940, p. 63) – Châlons (AD Marne E, suppl. 4812) – Dijon (P. Quarré, Une école provinciale de dessin au xviiie siècle. L’Académie de Peinture et Sculpture de Dijon, Musée des Beaux-Arts de Dijon, 1961, p. 7) – Douai (AM Douai, GG non numéroté) – Dunkerque (C. Harbion, Nicolas Truit, artiste peintre et fondateur de l’école de dessin, n° 24, novembre 1990, p. 40) – Grenoble (M. Clerc, Jacques-André Treillard (1712-1794). Peintre dauphinois, Grenoble, Presses universitaires, 1995, p. 122) – Lille (AD Nord, L 8877, liasse 2) – Lyon (AD Rhône, 1 C 201) – Montpellier (H. Stein, « La Société des Beaux-Arts de Montpellier (1779-1787) », Archives de l’Art français, tome VII, 1913, p. 15) – Nantes (AD Ille et Vilaine, C 3053) – Reims (ANF 0/1/1933/B – 2) – Rennes (AD Ille et Vilaine, C 3053) – Rouen (Ch. DE Robillard De Beaurepaire, Recherches sur les institutions publiques dans le diocèse de Rouen avant 1789, Évreux, Pierre Huet, 1872, p. 170) – Saint-Omer (AM Saint-Omer, Registres des délibérations de l’Assemblée des Notables) – Soissons (AD Aisne, C 635) – Strasbourg (AM Strasbourg, carton 4, liasse 4) – Tours (AM Tours, GG 26) – Valenciennes (AM Valenciennes, GG 121).

  • 47 Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia, L’éducation en France du xvie au xviii(...)

49Ces rémunérations correspondent à celles de professeurs d’autres institutions. L’ouvrage de Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia, L’éducation en France au xviiie siècle, comporte en annexe un tableau présentant les « salaires (en livres) des professeurs en 1789 », plus particulièrement ceux des professeurs des facultés d’arts, théologie, médecine et droit de dix-huit villes du royaume47. Le tableau 15 mentionne la part fixe des sommes versées, qui donc peut être comparée à la pension annuelle obtenue par les professeurs d’écoles de dessin. Dans les deux cas également, il ne s’agit que rarement d’un emploi à plein temps. Si l’on prend l’exemple de Bordeaux, la rémunération octroyée au professeur de l’école de dessin (600 au début de l’école en 1744 puis 900 livres) est bien dans la moyenne des salaires universitaires. Ce constat d’une gratification correcte et fixe explique sans doute pour une part la multiplication des sollicitations d’artistes souhaitant ouvrir une école.

Tableau 15 : Salaires des professeurs de l’université de Bordeaux en 1789 (en livres)

Tableau 15 : Salaires des professeurs de l’université de Bordeaux en 1789 (en livres)

Référence : Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia, L’éducation en France du xvie au xviiie siècle, Paris, CDU et SEDES, 1976, p. 260.

  • 48 AM Toulouse, BB 52, Registre des délibérations du conseil de ville, 29 mars 1751, fol. 31.
  • 49 Ibidem.
  • 50 ANF F/17/1317/8, Enquête de l’An IX, copie des documents des archives de la Sorbonne.

50Cependant, les salaires des professeurs présentent une forte disparité, y compris d’ailleurs à l’intérieur d’une ville, la faculté des arts – étape obligée pour accéder aux autres – étant partout moins « dotée » que les trois autres. Cela s’explique d’abord par les possibilités financières des villes, ensuite par la charge de travail demandé aux professeurs : ceux des écoles de dessin y enseignent deux ou trois heures, certains jours voire tous les jours (sauf le dimanche), mais seulement pendant un mois par an dans les académies de Toulouse, Marseille ou Bordeaux. Dans cette dernière ville, le professeur de la classe de dessin qui s’adresse aux débutants, enseigne toute l’année, ce qui explique les 900 livres qui lui sont finalement accordées. Les dix professeurs de l’académie de Toulouse perçoivent chacun sept cent-vingt livres par an pour servir à tour de rôle pendant « un mois et (qui) seront obligés de se trouver à l’académie tous les jours pendant leur mois et exercisse pour poser le modèle vivant en attente et corriger les ouvrages des étudiants de la première et seconde classe48 », alors que le professeur de géométrie qui « se rend à l’académie […] un jour de la semaine pendant les dix mois » ne touche que trois cents livres49. Il s’agit donc bien d’une fonction à « temps partiel », rémunérée selon la durée des leçons mais aussi la notoriété ou « l’importance » sociale du professeur : celui de géométrie n’est pas un artiste reconnu. Quand, en revanche, le professeur assure seul l’ensemble des leçons, tous les jours et tous les mois ouverts, le traitement que lui octroient les autorités administratives est plus élevé. À Dijon, François Devosge commence à six cents livres par an ; en 1768, il reçoit mille deux cents livres, puis deux mille trois cents livres en 1769, pour finir à trois mille six cents livres à partir de 1783. L’augmentation même de la rémunération correspond à celle du nombre d’élèves et donc du travail demandé, preuve du succès de l’école, d’autant que le professeur finance également une partie du matériel pédagogique nécessaire aux leçons. La rémunération des professeurs constitue un poste lourd dans les budgets municipaux. Le contre-exemple de Troyes le confirme. Dans l’enquête lancée dans toute la France par le ministre Chaptal sur la situation de l’enseignement dans les départements, celui de l’Aube rappelle que « la ville (de Troyes) faisait aussi les frais (avant 1793) de l’école de dessin, mais les professeurs n’ayant aucun traitement, ces frais étaient très modiques50 ».

  • 51 L’Académie de Peinture et de Sculpture à Valenciennes…, op. cit., p. 18.
  • 52 AD Saône et Loire, C 497, fol. 60.
  • 53 L’Académie de Peinture et de Sculpture à Valenciennes…, op. cit., p. 51.

51À ces rétributions relatives à une fonction pédagogique s’ajoutent parfois des indemnités liées à des charges complémentaires, comme celles de réparer le matériel pédagogique défectueux ou de participer à des jurys de concours. Les diverses activités confiées au maître, autres que celles d’enseignement, sont en effet prises en compte par l’octroi de quelque revenu ponctuel ou de cadeau. Pour avoir participé au jury de recrutement des professeurs de Valenciennes, Louis Watteau reçoit « six couverts en argent aux armes de la ville, gravés par l’orfèvre Debarelle, d’une valeur de 350 livres51 ». De même, lorsque les États du Mâconnais se décident à fonder une école à Macon, ils offrent « deux feuillettes de vin blanc du pays » à François Devosge pour le remercier d’avoir accueilli – avant cette date – des élèves mâconnais dans son école de Dijon52. Plus fréquente est l’indemnité accordée pour l’entretien du matériel pédagogique : le sculpteur et professeur Jean-Baptiste Cadet de Beaupré reçoit ainsi « 81 livres pour les Raccomodages de bosses de Lacadémie de Peinture » de Valenciennes53. Enfin des avantages matériels peuvent s’ajouter à la rémunération du professeur : logement au collège de la ville pour celui de Vienne, Pierre Schneyder, en complément des trois cents livres de pension annuelle, alors que cet avantage n’est normalement réservé qu’aux seuls régents, ecclésiastiques ou prêtres du collège.

Privilèges

52Une autre reconnaissance obtenue par les professeurs d’écoles de dessin est représentée par l’octroi de privilèges qui élèvent ceux auxquels ils sont accordés dans un ordre social strictement hiérarchisé : privilèges militaires et fiscaux sont calqués sur ceux obtenus par les académies parisiennes et précisés par lettres patentes ou arrêts du roi, ou ordonnances municipales. Ils visent à distinguer les professeurs artistes des artisans peintres et sculpteurs.

  • 54 AM Toulouse, GG 927, Arrêt du Conseil d’État du Roi du 12 janvier 1706.
  • 55 Ibidem.
  • 56 AM Toulouse, GG 927, Décision du Conseil du Roi du 6 août 1754.
  • 57 AD Gironde, C 2896, Lettre d’Étienne Vernet l’aîné à Esmangart, intendant de la généralité de Guye (...)
  • 58 Ibidem.

53Pris en opposition aux communautés de métiers, ces avantages honorifiques et matériels remontent à un arrêt du Conseil d’État de 1706, qui décharge les peintres et sculpteurs des écoles académiques et académies du royaume « du Paiement des sommes pour lesquelles ils ont été compris dans les Rôles de répartition de celles que les Peintres et Sculpteurs desdites provinces doivent payer, avec défenses de les poursuivre pour raison de ce54 ». La disposition concerne les seuls académiciens – et donc aussi les professeurs qui forment l’une des classes des écoles académiques et académies de province – et les dispense des cotisations et autres « sommes à payer pour la confirmation de l’hérédité des offices de syndics et Auditeurs des Trésoriers de leurs communautés, et réunion des offices de Trésoriers de leurs bourses communes55 ». La mesure financière est renforcée pour l’académie toulousaine, à la suite d’une décision du Conseil qui décharge du vingtième les professeurs et artistes des deux seules académies royales (Paris et Toulouse) qui « se trouvent confrontés avec les Artisans les plus Vils, ce qui serait capable de décourager les Élèves […]. (Les professeurs) ont été déchargés par Lettres Patentes de toutes impositions quelconques et […] de toutes les sommes pour lesquelles ils auraient pu avoir été compris dans les Rôles de répartition […] ; et honorés du droit de Committimus56 ». Les professeurs de Bordeaux obtiennent les mêmes avantages, qui permettent légalement de distinguer l’artiste de l’artisan, défini comme celui qui appartient et cotise à un corps de métier. Les corporations contestent fréquemment ces dispositions qui leur enlèvent quelques ressources. C’est à l’appui de cette dissociation artiste/artisan que, par exemple, Étienne Vernet, sculpteur de l’Académie de Bordeaux, adresse une supplique à l’intendant de Guyenne, « disant qu’ayant été jusqu’à présent capité dans le Rolle des bourgeois et ayant payé à Raison deça sa capitation suivant la quittance qu’il rapporte, il a été extrêmement surpris de se voir employé sur le Rolle des maîtres menuisiers de Bordeaux, et de Recevoir un avertissement des bailes de ce corps. On lui demande pour son article de Capitation la somme de 19 livres 4 sols57 ». S’il indique bien sûr qu’il ne peut payer sa capitation deux fois dans l’année, il insiste surtout sur le fait que « comme membre d’une académie de peinture et de sculpture, (il) ne peut être confondu avec des personnes qui sont d’un État purement méchanique […] et que les ordonnances de Sa Majesté ont perpétuellement voulu les distinguer58 ».

  • 59 AM Angers, BB 122, fol. 15.
  • 60 Lettres Patentes portant établissement d’une École Royale Gratuite de Dessein à Troyes, 23 mars 17 (...)
  • 61 AM Toulouse, GG 926, fol. 57 (8 mai 1777).
  • 62 AM Lille carton 103. Requête de Louis Guéret du 7 juillet 1773.

54La séparation entre les deux statuts artiste/artisan, définie pas ces textes royaux, ne concerne cependant que les professeurs « académiques » d’écoles reconnues et affiliées à l’Académie royale de peinture et de sculpture, et de l’Académie royale de Toulouse. Pour les simples « écoles », c’est souvent la municipalité qui décide de privilèges identiques à ceux octroyés par décision royale auxquels s’ajoutent, parfois, des exemptions militaires. Ainsi la ville d’Angers, si elle limite à trois livres de capital la capitation du professeur Coulet de Beauregard, ajoute-t-elle l’exemption « du logement des gens de guerre, de guet et de garde59 », alors que les professeurs de Troyes « jouissent pendant tout le temps de leur exercice, même pendant leur vie, après avoir professé pendant vingt-cinq ans, […] notamment de l’Exemption de logement des gens de guerre, et du Privilège d’exempter un de leurs enfants du sort de la levée des Soldats Provinciaux60 ». En fait, ces dispenses (tirage au sort de la milice, de la garde et patrouille bourgeoise, du vingtième d’industrie, des taxes et répartitions des corps de métiers) sont communes aux professeurs et aux élèves des écoles et académies, même s’il est parfois nécessaire de les rappeler aux autorités locales. À Toulouse, les académiciens se plaignent d’être intégrés dans la patrouille de nuit, établie par ordre du commandant de la province, et les capitouls doivent rappeler qu’en sont exempts tous les professeurs et adjoints, le modèle, le portier, les académiciens, les élèves jusqu’à l’âge de vingt ans et, au-delà, tous les premiers prix61. Un autre avantage, aussi fréquent semble-t-il, est l’exemption sur les boissons à la consommation, accordée par le magistrat de Lille au professeur Louis Guéret, « à l’instar de ce qui se pratique dans toutes les villes où il y a des établissements semblables62 ». Ainsi les professeurs se retrouvent-ils dans une identité de privilèges, alors que leurs conditions matérielles et financières sont très disparates d’une école à l’autre.

Autres ressources

55Un professeur d’école gratuite de dessin n’occupe pas sa fonction à « temps plein ». Comme pour tout artiste de son temps, il assure souvent d’autres fonctions privées (cours et commandes d’œuvres) ou publiques (au service de la ville), qui lui permettent d’acquérir des revenus suffisants et une notoriété plus large que le cadre local.

56Enseigner ailleurs qu’à l’école. Certains artistes nommés dans les écoles de dessin sont d’abord professeurs de dessin au collège de la ville où ils proposent, en complément, d’établir une école gratuite de dessin. Ce sont les cas déjà rencontrés de Jean-Baptiste Dumont à Pau ou de Pierre Schneyder à Vienne. En plus du logement, Baillet, le professeur de Châlons, obtient deux cents livres pour l’école de dessin, indemnité portée à huit cent livres en 1777 et neuf cents livres en 1790, et à laquelle s’ajoutent les cent vingt livres qu’il reçoit du collège où il assure également des cours.

  • 63 AD Ille et Vilaine, C 2691, fol. 212, Délibération du 31 mars 1765.
  • 64 Gaëtane Maës, La vie et l’œuvre de Louis Watteau (1731-1798)…, op. cit., p. 30.

57Cependant l’essentiel de l’enseignement – autre que celui effectué à l’académie ou à l’école de dessin – se fait à titre privé, dans le cadre d’un atelier de peintre ou de sculpteur, du type que les professeurs ont eux-mêmes fréquenté plus jeunes au cours de leur formation dans leur famille, chez un maître de métier ou avec un académicien. Désormais reconnus au sein de la communauté artistique locale, voire nationale, ils peuvent à leur tour recevoir des élèves. C’est même une pratique courante, reconnue par les autorités administratives de l’école de dessin. Ainsi les États de Bretagne précisent-ils que les professeurs des écoles de dessin peuvent donner des leçons payantes car ils ne sont tenus « à donner des leçons gratuites que dans la salle et aux jours destinés pour la dite école63 » et pour lesquelles ils reçoivent cinq cents livres par an. Ce rappel permet d’ailleurs à l’assemblée des États de refuser l’augmentation de traitement que sollicite Causiès, le professeur de Rennes. De même, et grâce au témoignage d’un de ses anciens élèves Grohain, on sait que Louis Watteau continue d’avoir des élèves particuliers, « mais on ignore le prix demandé par leçon64 ». Tous les professeurs étudiés donnent donc des cours privés, même si – pour certains – l’essentiel de leurs activités et souvent de leurs revenus reste les commandes qu’officiels, corps constitués, administrateurs et particuliers leur adressent.

  • 65 Ibidem. p. 29.
  • 66 Ibid. p. 30.

58Honorer des commandes. Les professeurs des écoles gratuites de dessin sont recrutés sur des critères artistiques. La reconnaissance de leur art, de leur talent les fait artistes et leur permet de participer au mouvement d’embellissement des villes et du décor privé qui s’accélère dans la seconde moitié du siècle. La thèse que Gaëtane Maës a consacrée aux Watteau de Lille permet de suivre les commandes, officielles ou privées, que Louis comme François ont honorées durant le temps où ils ont été l’un et l’autre professeurs à l’école de dessin (Académie des Arts) de Lille. Le magistrat de la ville commande au premier une « série de tableaux retraçant les principaux évènements lillois, dont il sait tirer des estampes qui contribuent à sa popularité65 ». Louis Watteau est également chargé de la décoration de la nouvelle salle de spectacle de la ville, travail auquel il associe son fils François. Des commandes privées intéressent aussi les deux professeurs : congrégations religieuses ou mécènes comme Charles Lenglart, banquier et l’un des plus importants négociants de dentelles de Lille, grand collectionneur d’œuvres des écoles flamande et hollandaise, désigné comme commissaire de l’école en 1782. Les revenus annuels de Louis Watteau sont ainsi estimés à environ deux mille cinq cents livres, soit mille livres de l’école de dessin (passées à mille deux cents en 1779), autant pour sa production personnelle d’une dizaine de tableaux par an, vendus entre cent et cent vingt livres chacun, et les revenus des cours particuliers66.

  • 67 Marie Dominique Mougeot-Joubert, Jean-Joseph Melchior Wyrsch…, op. cit.

59L’œuvre de Jean-Joseph Melchior Wyrsch, professeur à Besançon, est également connue, grâce aux travaux de Marie Dominique Mougeot-Joubert. Maître dans l’art du portrait, le peintre reçoit de nombreuses commandes d’hommes de loi, d’ecclésiastiques et de militaires de Franche-Comté et de Suisse dont il est originaire. Il fait également le portrait officiel de l’intendant Lacoré mais aussi, moins officiellement, d’artistes amis dont son collègue sculpteur Luc Breton. En revanche aucune estimation des revenus du peintre n’est effectuée. Nul doute cependant que ces réalisations lui permettent de bien vivre de son art67.

60Être « Peintre de la Ville ». Tous les professeurs artistes – peintres et sculpteurs – contribuent ainsi à la création d’œuvres qui témoignent de leur talent autant que de l’intérêt pris par l’élite sociale pour l’art, en particulier au moment où se développe l’engouement pour le néo-classicisme. Les villes aussi participent de ce courant d’embellissement du décor : le rôle joué par l’Académie royale de peinture, de sculpture et d’architecture de Toulouse dans la transformation du visage de la ville a été souligné, en particulier celui de l’architecte et peintre de la ville Guillaume Cammas.

  • 68 AM Bordeaux, BB 161, Délibération du 14 septembre 1742.
  • 69 Ibidem.
  • 70 AM Toulouse, CC 1662, 15 décembre 1758.
  • 71 AM Toulouse, CC 2803, Pièces à l’appui des comptes de 1772.
  • 72 AM Lyon, BB 330, fol. 137-138, 8 juillet 1749.
  • 73 AM Lyon, BB 333, Acte consulaire du 24 décembre 1765 BB 330, administration communale, 8 juillet 1 (...)

61Si la fonction de « Peintre de la Ville » existe déjà au xviie siècle, au siècle suivant, elle est souvent attachée à celle de professeur de l’école ou école académique nouvellement fondée dans la ville. Les exemples de Lyon, Bordeaux ou Toulouse le confirment. Celui de Bordeaux est « chargé de faire en grand les portraits des officiers du Corps de Ville, pour être mis dans les cadres qui servent à décorer les Salles de l’Hôtel de Ville et de faire les mêmes portraits en buste qui demeurent au pouvoir de ceux qu’ils représentent68 ». Il doit également « repasser et entretenir tous ceux qui sont dans les salles de l’hôtel de ville69 ». Mêmes obligations pour celui de Toulouse qui s’engage à « faire chaque année les portraits des Capitouls qui entraient en charge et des images peintes sur des registres en vélin qui renfermaient les Annales de la cité et reproduits des grands tableaux ornant l’hôtel de ville70 ». La charge comporte ainsi l’exécution de vingt-quatre tableaux par an (huit sur le registre ; huit qui décorent les deux consistoires, les salles et galeries et huit donnés aux capitouls pour leurs maisons), tâche pour laquelle le peintre doit fournir les toiles et les couleurs : Pierre Rivalz, le successeur de Guillaume Cammas, réclame donc une augmentation de cent livres, qu’il n’obtient pas. En outre, le peintre de la ville doit parfois réparer des tableaux qui décorent les bâtiments municipaux : à savoir « décrasser par le moyen de plusieurs lessives et réparer les châssis71 », et donc acheter les clous et les huiles, en particulier de l’huile d’olive « pour nourrir les couleurs, leur faire reprendre leur vivacité et empêcher qu’elles ne se détachassent de la toile ». Pour ce travail, il reçoit 54 livres 6 sols. Fonction officielle donc, à la gloire de la ville et de sa municipalité qui, au xviiie siècle, revient à un professeur de l’école de dessin, lui-même nommé et rémunéré par la ville. À Lyon, c’est Donat Nonnotte, peintre du roi, membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris et de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon, qui est nommé pour « exercer et faire seul les fonctions de peintre ordinaire de la ville de Lyon » en 174972. Il prête serment de « vivre et mourir dans la religion catholique, apostolique et romaine ». Pour ce travail, il est logé et reçoit cinq cents livres par an, payés par six mois, augmentés en 1765 quand s’accroît sa charge de travail. Il touche alors mille deux cents livres par an, en plus des cinq cents livres de gages déjà octroyés73.

  • 74 AM Toulouse, BB 50, fol. 86.

62Les « peintres de la ville » sont fortement liés à l’école de dessin, souvent comme initiateur, toujours comme professeur. Peintre de la ville, Donat Nonnotte est, avec d’autres amateurs lyonnais, à l’origine de l’école de dessin où, au tout début, il enseigne bénévolement. Il reçoit ensuite une gratification de trois cents livres en 1762, portée à cinq cents en 1769 et huit cents en 1780, lorsqu’augmente aussi la charge de travail à l’école. Ajoutée à la fonction de peintre de la ville, cette rémunération lui assure un revenu annuel fixe de deux mille cinq cents livres après 1780. À Toulouse, parce qu’il succède à Antoine Rivalz comme peintre de la ville en 1736 et qu’il réorganise l’école de dessin un temps abandonnée, Guillaume Cammas est choisi par les capitouls « de la conduite de cette école attendu qu’il paraît très capable de se bien acquités de son emploi et qu’il a même fait quelque dépense à ce sujet dont il est juste qu’il soit remboursé74 ». Il reçoit alors six cents livres comme peintre de la ville, cent livres pour le logement et quatre cents livres pour l’école à laquelle il doit cependant procurer les fournitures, l’huile, le bois et le charbon nécessaires. À Bordeaux également, c’est le professeur de l’école des principes, nommé par les jurats, qui assure aussi la fonction de « Peintre de la Ville ». Lorsque Jean-Jacques Leupold s’installe à Bordeaux en 1766, il hérite de la double charge de professeur de l’école et de peintre de la ville, en survivance du titulaire trop malade pour l’assurer. Ses revenus fixes s’élèvent alors à mille huit cents livres par an (six cents livres comme peintre officiel, neuf cents livres comme professeur de dessin et trois cents livres pour le logement).

  • 75 ANF, 0/1/1927.

63À envisager les différents moyens dont dispose un professeur-artiste pour accroître ses ressources, il est sans doute plus exact de penser que c’est l’enseignement dans une école de dessin qui devient une ressource complémentaire et assurée, quoique souvent modeste. Du moins est-ce le cas des professeurs d’institutions suffisamment importantes pour n’y devoir enseigner que quelques heures et quelques jours par an. Aucun des professeurs n’atteint cependant les honoraires accordés à Jean-Jacques Bachelier comme directeur de l’école de Paris, soit six mille livres, « avec promesse d’être portés à huit mille livres s’il parvenait par ses sollicitations à procurer à l’École un revenu suffisant75 ». Il est vrai cependant qu’il dirige une institution royale qui accueille près de mille cinq cents élèves. Être professeur dans une école gratuite de dessin assure donc un revenu fixe annuel, inégal selon le type et l’importance de l’école, la charge de travail et la notoriété du professeur, et les moyens financiers des « payeurs », généralement les autorités locales. Ces avantages entraînent cependant des obligations de la part des bénéficiaires.

Une dépendance administrative

64En contrepartie de la rémunération accordée, les autorités administratives veillent au bon fonctionnement de l’établissement et au travail des professeurs qui doivent être assidus aux leçons et ne pas s’absenter sans raison valable ; contrôler la présence des élèves inscrits ; veiller à la discipline dans l’école et dans la salle de cours ; veiller au travail des élèves et à leurs progrès ; etc. Les artistes devenus professeurs « publics » se placent sous la dépendance d’une autorité à laquelle ils doivent obéissance.

Une administration compréhensive

  • 76 AM Lille 663, fol. 136 à 138.
  • 77 AM Angers, CC 43, fol. 10-11. Lettre de M. Gaudin de Boisrobert, échevin commissaire nommé pour ve (...)

65Lorsqu’ils sont convaincus de l’utilité des leçons données à l’école de dessin pour l’avancement des arts et des métiers de la ville, les administrateurs sont particulièrement attentifs à la situation personnelle des professeurs. Le geste du magistrat de Lille à l’égard de Louis Watteau, chargé de famille et en situation financière difficile, est significatif de l’intérêt des élites du siècle pour les hommes à talents, dont la qualité du travail au service des élèves et de la collectivité est indéniable. Entré en fonction en 1778, Louis Watteau demande dès l’année suivante au Magistrat une augmentation de traitement, en raison du nombre important d’élèves qu’il instruit à l’école, de sa nombreuse famille (il a onze enfants à charge) et des études de son fils François à l’Académie royale de Paris. La ville lui accorde deux cents livres de plus, « afin de favoriser l’avancement du fils aîné du suppliant qui s’est ci-devant distingué dans la dite école et celuy de ses autres enfants qui la fréquentent76 ». Il semble donc que le Magistrat de Lille ait accepté d’accroître la rémunération du professeur davantage en raison de sa situation personnelle familiale qu’à cause de l’augmentation du nombre d’élèves. Une aide du même ordre est, par exemple, apportée par Angers au peintre fondateur de l’école de dessin. Si l’indemnité financière versée à l’école cesse en 1773, la municipalité suit toujours le travail du peintre, qui continue de donner des cours de dessin, dans une « Académie » devenue totalement payante pour les élèves qui la fréquentent. Cependant les menus travaux de restauration de peinture que la municipalité lui demande d’exécuter sont largement rétribués : « Peut-être que le travail ne sera point en raison du prix de soixante-douze livres qui n’a été accordé si fort que d’après votre avis et celui de plusieurs de vos confrères, qui jugèrent que c’étoit une circonstance d’aider honnestement un citoien chargé d’une nombreuse famille, utile par ses talents mais grevé par une affreuse misère77. »

  • 78 AM Bordeaux, BB 130, fol. 56 et 57.
  • 79 AM Bordeaux, GG 999 b. sd, après 1770.

66Cette bienfaisance des autorités à l’égard des professeurs se marque également dans le principe de survivance sur lequel s’appuient des bureaux d’écoles pour remplacer un professeur malade sans pour autant le renvoyer. Ce principe tend à assurer une vie décente au vieux maître devenu incapable de poursuivre son enseignement. C’est ainsi que Nicolas de Bazemont, peintre ordinaire de Bordeaux et maître de l’école de dessin, est trop infirme et malade pour assurer ses charges. Jean-Jacques Leupold le remplace, mais « sans pouvoir prétendre à aucune contribution […] pendant le vivant du Sr Bazemont qui jouira de tous les gages et émoluments attribués auxdites places par les délibérations du 14 septembre 1742 et 17 août 176178 ». Le nouveau maître réclame pourtant une légère rétribution, indiquant d’une part que Nicolas de Bazemont était déjà impotent avant sa nomination, d’autre part que lui-même, comme peintre de la ville, finance les toiles et peintures des portraits et, comme professeur, fournit le bois pour l’école. En 1768, il finit par obtenir deux cents livres, retirées de ce qui est versé au vieux professeur, « à la charge que ledit Leupold remboursera à l’épouse dudit Bazemont, dans le cas où elle survive à son mary, tout ce qu’il aura reçu des-dites deux cents livres par année ». Il semble cependant que Leupold n’ait guère tenu ses engagements ; la veuve Bazemont adresse une lettre aux jurats dans laquelle elle rappelle le dévouement de son mari pour l’école et les dépenses qu’il a lui-même engagées pour son bon fonctionnement : « Les ouvrages de mon cher époux sont à la cour et dans la ville, et sa veuve est restée sans pain, pour prix de vingt-sept ans de travaux et de sacrifices79. » Les exemples de Lille ou Bordeaux montrent la volonté des villes à respecter un engagement pris à l’égard d’un professeur ou de sa famille.

  • 80 AM Toulouse, CC 2803, Pièces à l’appui des comptes, 14 avril 1771.

67La même attention aux situations personnelles se trouve à Toulouse. Alors que les professeurs de peinture et d’architecture n’ont pas donné leurs leçons « avec l’assiduité requise », le bureau de l’académie décide pourtant de les rémunérer : le premier parce que l’école étant située dans un lieu humide et obscur, « il a donné ces leçons dans son attellier a tous les Élèves qui s’y sont présentés. Et le Second parcequ’ayant professé assidument pendant trois mois, une maladie sérieuse l’a empêché de se rendre ensuite aux Écoles, et il a remis son cahier à celui de ses Élèves qui lui aparu le plus en état de le suppléer80 ». Aide réciproque donc, entre les autorités administratives qui recrutent et financent, et les professeurs utiles à l’avancement des arts, d’agrément et mécaniques, de la ville.

  • 81 AM Lille, carton 37, requête de Louis Guéret du 7 juillet 1773.

68Toutes les réclamations ou demandes d’augmentation de traitement n’aboutissent cependant pas toujours aussi heureusement. Louis Guéret, le prédécesseur de Louis Watteau, sollicite ainsi le magistrat de Lille pour obtenir la même gratification qu’en 1768, « pour le dédommager des frais qu’il fait pour le grand nombre d’écoliers qu’il a qui se monte au triple du passé (autant) que pour les deux nouvelles classes de la nature et de la bosse81 ».

  • 82 Ibid.

69La réponse, plutôt sèche, ne tarde pas : « Le suppliant devrait s’estimer heureux d’avoir une pension fixe de huit cents florins pour des occupations qui n’exigent point la moitié de son tems, puisqu’il en trouve assez pour travailler pour le public et même pour cette ville en particulier, dont il a été amplement récompensé82. » Le rappel de ce que l’enseignement à l’école de dessin n’est qu’une activité parmi d’autres des professeurs est plus qu’explicite et la requête est rejetée. Sans doute Louis Guéret n’est-il pas chargé d’une nombreuse famille ; et le magistrat confond-il les obligations liées au travail de professeur et le domaine privé dont relèvent les commandes auxquelles il est fait allusion.

70Les autorités locales sont donc attentives au sort des artistes qu’elles embauchent et financent, dans une relation de subordination hiérarchique régulièrement soulignée : tout artiste qu’il soit, le professeur est un « employé » qu’il faut parfois rappeler à l’ordre.

Les rappels à l’ordre

  • 83 AD Ille et Vilaine, C 2694, 16 janvier 1769.

71Les administrateurs sont en effet, bien que rarement, amenés à prendre des sanctions à l’égard de professeurs, irrespectueux d’un règlement auquel ils ont cependant souscrit. Le manquement le plus fréquent aux obligations concerne l’assiduité. Celui de Nantes est particulièrement surveillé par les commissaires envoyés par les États de Bretagne pour veiller à ce qu’il « soit plus exact à remplir ses fonctions ; ordonnent les États qu’en cas d’inexactitude de sa part, il ne sera point payé83 ». Des situations plus délicates se rencontrent parfois dans certaines écoles, qui conduisent au renvoi du professeur, le plus souvent pour des raisons professionnelles mais parfois aussi pour des raisons de morale.

  • 84 AM Lille, carton 102, liasse 2. Assemblée des visitations des procès, 18 février 1755.
  • 85 Ibid., réponse du 19 février 1755.
  • 86 AM Lille, carton 103, liasse 2, Rapport de la visite du commissaire, 15 mars 1755.
  • 87 Ibid.

72Un renvoi pour manquement aux clauses d’engagement. Le magistrat de Lille a, une première fois, l’occasion d’exprimer son « mécontentement et (sa) surprise » à l’égard de Jean-Baptiste Le Tillier, le professeur – initiateur de l’école de dessin qui vient d’ouvrir dans la ville, « de ce qu’il n’avait point fait lui-même lecture de son discours à l’ouverture de son École de Dessein, mais l’avait fait prononcer par (son adjoint) auquel le magistrat n’avait donné aucune permission84 ». Le fautif est donc appelé, arguant pour sa défense qu’il « ne se sentait pas assez de force pour faire la lecture85 ». Les autorités veulent-elles faire preuve d’autorité dès l’ouverture de l’établissement, ou marquent-elles leur émotion face au non-respect de la préséance du professeur sur l’adjoint ? Quoiqu’il en soit, elles pardonnent… pour cette fois. L’affaire qui éclate un mois plus tard ébranle davantage l’administration municipale : le professeur « a pris un modèle vivant à ses dépens et l’a fait poser dans la dite académie à une heure non fixée pour les élèves et même un jour de vacances86 », sans autorisation du commissaire. Or « il est de règle dans toutes les académies qu’on n’y établit point de modèle sans l’autorisation de ceux qui en ont la direction et la police87 ». Le commissaire visiteur est donc particulièrement choqué, qui ajoute à l’adresse du professeur : « Vous faites le petit maître et vous devez savoir que j’ai l’honneur d’être le commissaire de l’académie. » Rappel d’une hiérarchie qui n’induit pas seulement la supériorité du recruteur-payeur sur le « salarié » mais aussi celle, dans l’ordre social, du représentant du magistrat lillois sur un maître de dessin, aussi talentueux soit-il.

73Ce dernier est-il pour autant si coupable ? Lorsqu’il fait poser le modèle, à l’académie, et le commissaire le note scrupuleusement dans son rapport, cela se passe d’une part hors de la présence des élèves, d’autre part aux frais du professeur. Il ne s’agit donc pas, dans l’esprit de Le Tillier, de refuser le règlement. Il souhaite seulement faire profiter les artistes de la ville des possibilités qu’offre l’école pour leur permettre de se perfectionner. Est-ce le lieu où doit se tenir ce « cours privé » qui gêne autant l’administration que les artistes, puisqu’un seul s’y rend ? Ou l’idée des études d’après nature est-elle encore éloignée des édiles lillois, en ce milieu du xviiie siècle ? La sanction qui tombe sur le professeur, immédiatement renvoyé, s’adresse sans doute moins à la proposition de séances privées du modèle qu’à l’insubordination d’un « petit maître » à l’égard d’un « commissaire », représentant de l’autorité supérieure. Il faudra cependant attendre une dizaine d’années (1766) pour qu’une classe du modèle vivant ouvre à l’académie de Lille, sous la responsabilité du nouveau professeur, Louis Guéret.

  • 88 AD Nord, C 1046, Douai, École de dessin, Mémoire pour le Sieur Wacheux sculpteur de l’académie de (...)
  • 89 AM Douai, GG, non numéroté, Règlement de l’École gratuite du Dessein en la Ville de Douay, établie (...)
  • 90 AD Nord, C 1046, Douai, école de dessin, Lettre des échevins à l’intendant Caumartin, signée Becqu (...)
  • 91 AM Douai GG, non numéroté, Règlement…, op. cit., article V.
  • 92 AD Nord, C 1046, Douai, Lettre des échevins…, op. cit.
  • 93 Ibid.

74Un renvoi pour causes morales. Le cas de Charles Pierre Wacheux, professeur à Douai, est différent. Destitué de sa fonction en 1774, après quatre années de service, il en rend responsable le commissaire de l’école, le Sieur Vervoort, échevin et notaire royal, qu’il accuse d’ingérence dans son travail. Le professeur est « sans cesse tenté de luy dire : Monsieur le Commissaire, veillés à votre police, au bon ordre, rendés compte des progrès mais ne vous mélés pas de l’instruction, laissé moy le choix de la metode88 ». Un simple conflit entre l’administratif et le pédagogique peut-il ainsi aboutir au renvoi du professeur ? Les échevins de la ville fondent leur décision sur trois raisons, dont deux sont directement liées au non-respect du règlement de l’école. À l’obligation de donner « tous les deux mois, sans aucun délai, un dessein en grand, bien groupé, de son invention, pour servir de modèle aux Élèves, et demeurer à toujours dans l’École89 » répond « le peu d’exactitude qu’il a eu de nous procurer des desseins90 ». À l’interdiction de se dispenser des leçons « sans cause légitime, ou sans en avoir obtenu permission des Commissaires91 » correspond « la négligence extrême et affecté qu’il témoignait pour notre École, ne s’y trouvant presque jamais92 ». Enfin, si un professeur doit être un personnage moral, Charles Wacheux se présente souvent dans un « état qui le montroit dans l’impossibilité d’y donner des leçons et le faisoit manquer plus qu’à la décence et aux égards que l’on doit avoir pour nos Commissaires qui sont nos représentans93 ». Comme pour Jean-Baptiste Le Tillier à Lille, tout manquement à la préséance – sans doute aussi à la politesse – est fatal : « Ce n’étoit pas assez d’avoir des talens, […] il fallait y joindre des mœurs ou tout au moins les premières vertus sociales. » Faute grave donc qui justifie le renvoi du professeur, pour lequel s’ajoute l’humiliation : il se plaint en effet de ce qu’on « l’a destitué pour disposer de sa place en faveur d’un de ses Élèves », Charles Caullet. Cependant peu d’exemples de ce genre se rencontrent dans l’ensemble des professeurs des écoles de dessin.

  • 94 « Notice biographique sur Lambert-François Cammas », Mémoires sur l’Académie impériale des Science (...)

75La majorité des professeurs enseignent avec le sentiment d’être utiles, et avec la conscience que la fonction à l’école permet aussi d’acquérir une position sociale reconnue. Un professeur d’école gratuite de dessin est, lorsqu’il prend sa fonction, un peintre d’une quarantaine d’années, de formation académique, qui souvent « revient au pays » après avoir fréquenté l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris ou d’autres académies, en France, en Italie ou ailleurs en Europe. Obtenir une place de professeur dans une école de dessin est sans nul doute, pour la majorité des maîtres ainsi recrutés, une forme de promotion sociale. Issus pour plus de la moitié d’entre eux d’un milieu non artistique, les voilà tous hissés au rang d’artistes. Par les avantages et privilèges qui les distinguent des artisans, par le prestige de la fonction – en particulier dans les académies – qui leur permet de côtoyer l’élite de la ville, en participant aux assemblées de l’administration et en honorant les commandes d’œuvres, les professeurs – bien qu’administrativement soumis aux autorités locales –, se reconnaissent comme élément – même modeste – de l’élite intellectuelle et artistique de la ville. Cela est particulièrement vrai pour les Peintres de la Ville, « fonction alors très recherchée par la large part d’influence locale qu’elle apportait à celui qui en était investi94 ». La formation reçue, les réseaux d’entraide, les correspondances entre écoles et académies renforcent ce sentiment. Suivre l’itinéraire de ces maîtres relève plus des arts libéraux que des arts mécaniques, de l’histoire de l’art que de l’histoire de l’enseignement technique. Pourtant une forte disparité existe entre eux, en particulier du point de vue financier : leur rémunération n’est parfois qu’une parmi d’autres ressources.

Tableau 16 : Professeurs d’écoles gratuites de dessin (peintres, sculpteurs, graveurs, dessinateurs)

761 : issu d’une famille de peintres, sculpteurs, graveurs ou dessinateurs

772 : issu d’une famille de l’atelier ou de l’échoppe

783 : autres origines familiales.

794 : élève de l’Académie royale de peinture et de sculpture (ARPS)

805 : voyage en Italie

816 : autres formations

827 : P (= peintre) ; S (= sculpteur) ; D (= dessinateur) ; G (= graveur) ; A (= autre)

Notes

1 AM Lille, carton 103, Extrait des registres de l’Académie royale des sciences du 10 février 1751, signé par Grandjean Defouchy, secrétaire perpétuel de l’Académie royale des sciences.

2 D’après Pierre Lespinasse et Robert Mesuret, « Documents inédits sur les Rivalz », Bulletin de la Société archéologique du Midi de la France, 3e série, tome V, 1942-1945, p. 199 à 225.

3 Archives des hospices civils de Besançon : Aumône générale, « Marché passé par la municipalité de Besançon, pour l’apprentissage du jeune Luc Breton », dans Auguste Castan, L’ancienne école de peinture et de sculpture de Besançon (1756-1791), Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, 1888, p. 108.

4 D’après Marie-Dominique Mougeot-Joubert, Jean-Joseph-Melchior Wyrsch, un peintre suisse en Franche-Comté à la fin du xviiie siècle, thèse en histoire de l’art sous la direction de Maurice Gresset, Université de Besançon, 1989.

5 AM Lille, (9790 et 9808), carton 36, dossier 12, Corps des Arts et Métiers. Compte de Corps de l’art des peintres rendu aux échevins pour deux ans finis à la saint Luc précédente.

6 D’après Gaëtane Maës, La vie et l’œuvre de Louis Watteau (1731-1798) et de François Watteau (1758-1823), dits « Watteau de Lille », thèse en histoire de l’art, Paris X – Nanterre, 1994.

7 Pierre Caspard, « Pourquoi on a envie d’apprendre. L’autodidaxie ordinaire à Neuchâtel (xviiie siècle) », Histoire de l’Éducation, n° 70, Paris, INRP, mai 1996, p. 82 et 91.

8 ANF 0 (1) 1927, École de peinture et de sculpture des élèves protégés.

9 Gaëtane Maës, La vie et l’œuvre de Louis Watteau (1731-1798)…, op. cit., p. 337.

10 ANF 0/1/1927, École de peinture et de sculpture des élèves protégés.

11 D’après « Notice historique sur Jean-Baptiste Descamps, peintre du roi, premier Directeur et Professeur de l’école gratuite de Peinture, Sculpture, Gravure et architecture civile et militaire de la ville de Rouen, par un de ses élèves », Rouen, Périaux, 1807. L’auteur de la notice est probablement le fils du peintre, qui le seconde à la tête de l’école à partir de 1789.

12 AM Strasbourg, série VI, carton 4, liasse 13, « Plan pour servir à l’établissement d’une académie des arts libéraux de sculpture, peinture et architecture dans la ville de Strasbourg », sd (sans doute avant 1774).

13 Ibidem.

14 Affiches du Poitou, 25 mars 1773.

15 AD Pyrénées Atlantiques, C 1341, Mémoire manuscrit du Sr Dumont, sd (1779 ?).

16 AM Angers, BB 122.

17 AM Douai, Registre de l’École gratuite de dessin établie par Messieurs les échevins de la ville de Douay le 1er janvier 1770, repris par BM Lille, Lemaire 73.

18 AD Aisne, C 635, Lettre de la municipalité de Soissons du 1er décembre 1781.

19 AD Aisne, C 635, Lettre de Brenet à la municipalité de Soissons.

20 AD Aisne, C 635, Certificat concernant le Sr Hoyer, délivré par les membres et officiers de l’Académie Royale de Peinture et Sculpture, 27 janvier 1782.

21 Ibidem. Lettre des échevins de Soissons, 21 février 1782.

22 BM Bordeaux, fonds patrimoniaux, H 5155/1.7, « Arrangements particuliers faits par l’Académie Royale de Peinture, Sculpture et Architecture de la ville de Toulouse en 1757, pour avoir force de règlement, et servir de suite aux Statuts donnés par le Roi à ladite Académie en décembre 1750 », article VI.

23 Ibid.

24 AM Valenciennes, GG 121, « Règlement de Messieurs du Magistrat de la Ville de Valenciennes du 8 juin 1785 ».

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Statuts de l’École royale gratuite de dessin de la ville de Saint-Quentin, Saint-Quentin, Imprimerie Hautoy, 1783, article VII.

28 Ibidem.

29 ANF 0/1/1933/B (2), Académies et écoles de province, Saint-Quentin, Lettre de Maurice Quentin de La Tour à M. Pierre, 1er janvier 1784.

30 Anatole de Montaiglon, Procès verbaux de l’Académie royale de peinture et de sculpture, pour la Société d’histoire de l’art français, séance du 26 novembre 1785, volume IX, Paris, Charavay frères, 1889, p. 266-267.

31 Dans Marie-Dominique Mougeot-Joubert, Jean-Joseph Melchior Wyrsch…, op. cit., p. 41.

32 ANF O/1/1927, Mémoire sur les Écoles gratuites de dessin.

33 Ibidem.

34 ANF AJ/53/128, Concours de recrutement des professeurs adjoints, procès-verbal du concours pour le choix des professeurs et adjoints du 6 avril 1768.

35 BNF, collection Deloynes, pièce 10532, extrait des registres du Conseil d’État, arrêt du 19 décembre 1767.

36 Dans Jean Chatelus, La condition du peintre au xviiie siècle, thèse sous la direction de Pierre Goubert, Université Paris I, 1987, p. 308.

37 Mercure de France, avril 1758, Lettre à M. l’Abbé Pernetti, chevalier de Saint-Jean à Lyon, sur les origines de l’école de dessin de Lyon.

38 AM Palais des Arts de Lyon, manuscrit 81, Donat Nonnotte, Discours sur le progrès des arts à Lyon et sur les écoles de dessin, 1769, p. 12.

39 Sébastien Le Clerc, Traité de géométrie théorique et pratique à l’usage des artistes, régulièrement réédité au xviiie siècle à Paris, par Jombert.

40 ANF AJ/53/128, École royale gratuite de dessin, Concours de recrutement des professeurs adjoints, procès-verbal du concours pour le choix des professeurs et adjoints du 6 avril 1768.

41 Ibidem.

42 ANF AJ/1/131, École royale gratuite de dessin.

43 Mercure de France, janvier 1784 et L. Lex et P. Martin, « L’origine de l’école de dessin de Macon », Réunion des sociétés savantes des départements, volume XXIII, 1899.

44 M. Frémiet-Monnier, « Éloge de M. Devosge, fondateur et professeur de l’école de dessin, peinture et sculpture de Dijon, de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de cette ville », Dijon, imprimerie de Frantin, 1813.

45 AM Valenciennes, GG 121 et L’Académie de Peinture et de Sculpture à Valenciennes au xviiie siècle, Valenciennes, Société des Amis du Murée, 1986, p. 18.

46 AD Aisne, C 635.

47 Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia, L’éducation en France du xvie au xviiie siècle, Paris, CDU et SEDES, 1976, p. 260.

48 AM Toulouse, BB 52, Registre des délibérations du conseil de ville, 29 mars 1751, fol. 31.

49 Ibidem.

50 ANF F/17/1317/8, Enquête de l’An IX, copie des documents des archives de la Sorbonne.

51 L’Académie de Peinture et de Sculpture à Valenciennes…, op. cit., p. 18.

52 AD Saône et Loire, C 497, fol. 60.

53 L’Académie de Peinture et de Sculpture à Valenciennes…, op. cit., p. 51.

54 AM Toulouse, GG 927, Arrêt du Conseil d’État du Roi du 12 janvier 1706.

55 Ibidem.

56 AM Toulouse, GG 927, Décision du Conseil du Roi du 6 août 1754.

57 AD Gironde, C 2896, Lettre d’Étienne Vernet l’aîné à Esmangart, intendant de la généralité de Guyenne, le 27 février 1774.

58 Ibidem.

59 AM Angers, BB 122, fol. 15.

60 Lettres Patentes portant établissement d’une École Royale Gratuite de Dessein à Troyes, 23 mars 1781, article IV.

61 AM Toulouse, GG 926, fol. 57 (8 mai 1777).

62 AM Lille carton 103. Requête de Louis Guéret du 7 juillet 1773.

63 AD Ille et Vilaine, C 2691, fol. 212, Délibération du 31 mars 1765.

64 Gaëtane Maës, La vie et l’œuvre de Louis Watteau (1731-1798)…, op. cit., p. 30.

65 Ibidem. p. 29.

66 Ibid. p. 30.

67 Marie Dominique Mougeot-Joubert, Jean-Joseph Melchior Wyrsch…, op. cit.

68 AM Bordeaux, BB 161, Délibération du 14 septembre 1742.

69 Ibidem.

70 AM Toulouse, CC 1662, 15 décembre 1758.

71 AM Toulouse, CC 2803, Pièces à l’appui des comptes de 1772.

72 AM Lyon, BB 330, fol. 137-138, 8 juillet 1749.

73 AM Lyon, BB 333, Acte consulaire du 24 décembre 1765 BB 330, administration communale, 8 juillet 1749, Nomination de Donat Nonnotte comme peintre ordinaire de la ville.

74 AM Toulouse, BB 50, fol. 86.

75 ANF, 0/1/1927.

76 AM Lille 663, fol. 136 à 138.

77 AM Angers, CC 43, fol. 10-11. Lettre de M. Gaudin de Boisrobert, échevin commissaire nommé pour veiller aux travaux de la grande salle de l’hôtel de ville, à M. Claveau, maire, 16 octobre 1787.

78 AM Bordeaux, BB 130, fol. 56 et 57.

79 AM Bordeaux, GG 999 b. sd, après 1770.

80 AM Toulouse, CC 2803, Pièces à l’appui des comptes, 14 avril 1771.

81 AM Lille, carton 37, requête de Louis Guéret du 7 juillet 1773.

82 Ibid.

83 AD Ille et Vilaine, C 2694, 16 janvier 1769.

84 AM Lille, carton 102, liasse 2. Assemblée des visitations des procès, 18 février 1755.

85 Ibid., réponse du 19 février 1755.

86 AM Lille, carton 103, liasse 2, Rapport de la visite du commissaire, 15 mars 1755.

87 Ibid.

88 AD Nord, C 1046, Douai, École de dessin, Mémoire pour le Sieur Wacheux sculpteur de l’académie de Saint-Luc, cy-devant professeur de l’école de dessein établie à Douay, adressé à l’intendant de Flandre, Caumartin, 2 novembre 1774.

89 AM Douai, GG, non numéroté, Règlement de l’École gratuite du Dessein en la Ville de Douay, établie par Messieurs les Échevins, le premier janvier 1770.

90 AD Nord, C 1046, Douai, école de dessin, Lettre des échevins à l’intendant Caumartin, signée Becquet Dupourchelet, 13 décembre 1774.

91 AM Douai GG, non numéroté, Règlement…, op. cit., article V.

92 AD Nord, C 1046, Douai, Lettre des échevins…, op. cit.

93 Ibid.

94 « Notice biographique sur Lambert-François Cammas », Mémoires sur l’Académie impériale des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, 5e série, tome 2, Toulouse Douladoure, 1858, p. 399.

Table des illustrations

Titre Tableau 13 : Nombre et disciplines des professeurs des écoles dans lesquelles enseignent également des non-maîtres de dessinLes « maîtres de dessin » : 1 : professeurs – 2 : adjoints. Les professeurs spécialisés : 3 : géométrie pratique – 4 : perspective – 5 : architecture civile – 6 : architecture navale.
Légende Sources et références : Bordeaux (AM GG 999) – Dijon (AD Côte d’Or C 3219) – Lille (AM carton 103) – Lyon (AD Rhône 1L1062) – Marseille (É. Parrocel, Histoire documentaire de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille, Paris, Imprimerie Nationale, 1832, p. 25) – Montpellier (ANF 0/1/0933/B (2)) – Orléans (ANF 0/1/0933/B (2)) – Poitiers (ANF 0/1/0933/B (2)) – Reims (Mercure de France, décembre 1753) – Rouen (« Plan de l’école gratuite de dessin » dans C. Robillard De Beaurepaire, Recherches sur les institutions publiques dans le diocèse de Rouen avant 1789, Évreux, Pierre Huet, 1872, p. 160) – Toulouse (AM GG 928-929) – Tours (AM, Registre des délibérations du Conseil de ville, février 1791) – Troyes (AM RR.41, Lettres patentes portant établissement d’une École royale gratuite de Dessein dans la ville de Troyes, Capitale de la Champagne, 1782) – Valenciennes (AM GG 121, Statuts et règlements de l’Académie de Peinture et de Sculpture de la ville de Valenciennes, 1785).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6993/img-1.png
Fichier image/png, 59k
Titre Graphique 1 : Origine familiale des professeurs de dessin
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6993/img-2.png
Fichier image/png, 62k
Titre Graphique 2 : La « spécialité » artistique des professeurs de dessin
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6993/img-3.png
Fichier image/png, 237k
Titre Graphique 3 : Âge auquel les professeurs sont recrutés (en %)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6993/img-4.png
Fichier image/png, 249k
Légende Sources et références : Annecy (AM Annecy, 1R12) – Bergues (AD Nord, L 6277, liasse 6) – Besançon (« Mémoire exposant l’origine et la situation de l’École gratuite de Peinture et Sculpture de Besançon, adressé au comte d’Angiviller, Directeur général des Bâtiments du Roi, par le bureau de l’École, en vue d’obtenir l’affiliation de cet établissement à l’Académie royale de Paris », 1778, dans A. Castan, L’ancienne école de Peinture et de Sculpture de Besançon, 1756-1797, Besançon, Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, 1888, p. 238) – Bordeaux (R. Mesuret, J.-J. Leupold, 1725-1795, Revue historique de Bordeaux, XXXIII, 1940, p. 63) – Châlons (AD Marne E, suppl. 4812) – Dijon (P. Quarré, Une école provinciale de dessin au xviiie siècle. L’Académie de Peinture et Sculpture de Dijon, Musée des Beaux-Arts de Dijon, 1961, p. 7) – Douai (AM Douai, GG non numéroté) – Dunkerque (C. Harbion, Nicolas Truit, artiste peintre et fondateur de l’école de dessin, n° 24, novembre 1990, p. 40) – Grenoble (M. Clerc, Jacques-André Treillard (1712-1794). Peintre dauphinois, Grenoble, Presses universitaires, 1995, p. 122) – Lille (AD Nord, L 8877, liasse 2) – Lyon (AD Rhône, 1 C 201) – Montpellier (H. Stein, « La Société des Beaux-Arts de Montpellier (1779-1787) », Archives de l’Art français, tome VII, 1913, p. 15) – Nantes (AD Ille et Vilaine, C 3053) – Reims (ANF 0/1/1933/B – 2) – Rennes (AD Ille et Vilaine, C 3053) – Rouen (Ch. DE Robillard De Beaurepaire, Recherches sur les institutions publiques dans le diocèse de Rouen avant 1789, Évreux, Pierre Huet, 1872, p. 170) – Saint-Omer (AM Saint-Omer, Registres des délibérations de l’Assemblée des Notables) – Soissons (AD Aisne, C 635) – Strasbourg (AM Strasbourg, carton 4, liasse 4) – Tours (AM Tours, GG 26) – Valenciennes (AM Valenciennes, GG 121).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6993/img-5.png
Fichier image/png, 18k
Titre Tableau 15 : Salaires des professeurs de l’université de Bordeaux en 1789 (en livres)
Légende Référence : Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia, L’éducation en France du xvie au xviiie siècle, Paris, CDU et SEDES, 1976, p. 260.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6993/img-6.png
Fichier image/png, 6,5k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6993/img-7.png
Fichier image/png, 36k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6993/img-8.png
Fichier image/png, 46k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6993/img-9.png
Fichier image/png, 52k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6993/img-10.png
Fichier image/png, 48k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6993/img-11.png
Fichier image/png, 49k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6993/img-12.png
Fichier image/png, 50k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6993/img-13.png
Fichier image/png, 52k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6993/img-14.png
Fichier image/png, 51k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6993/img-15.png
Fichier image/png, 53k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6993/img-16.png
Fichier image/png, 54k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6993/img-17.png
Fichier image/png, 15k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540