Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les écoles de dessin au xviiie siècle

 | 
Agnès Lahalle

Chapitre IV. Financer, équiper les écoles

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Les écoles de dessin, académiques ou non, affiliées à Paris ou non, sont d’abord des écoles destinées aux métiers. Souhaitées par des artistes ou des amateurs, elles se forment autour d’un professeur qui assure bénévolement les leçons. Les autorités municipales ensuite les autorisent. Vues comme œuvre bienfaisante et utile, elles doivent aussi être gratuites, pour permettre aux élèves de suivre les leçons destinées à un complément de formation aux métiers. Aussi les demandes que les initiateurs adressent aux autorités locales ou nationales visent-elles à obtenir autant l’autorisation de tenir école que des ressources suffisantes, rarement privées, pour en assurer la gratuité. La troisième étape de la mise en place des écoles de dessin concerne donc le financement indispensable pour aménager les salles de cours et les meubler ; payer les personnes chargées de leur entretien ; fournir le matériel pédagogique et indemniser les professeurs. À la complexité des statuts correspond celle des financements. D’où proviennent les ressources permettant d’accueillir gratuitement l’ensemble ou une partie des élèves ?

2Le tableau 6 ci-après présente les recettes de l’École royale gratuite de dessin de Paris pour l’année 1775. Il montre la diversité des principales sources de revenus d’une école. Certes les possibilités financières de celle de Bachelier dépassent de beaucoup les ressources provinciales mais l’exemple permet de classer les sources de financements que peuvent obtenir de tels établissements : en premier les institutions en place (le roi, pour Paris) ; puis le mécénat privé (diverses « rentes sur particuliers ») et les métiers (« contrats de rentes sur les communautés », sans toutefois que soit indiqué si les écoles ont acheté des rentes). Localement et dans une moindre mesure, des apports ponctuels, comme la mise en place de spectacles, assurent également un revenu non négligeable (« deux concerts par an »).

Tableau 6 : Les revenus de l’École royale gratuite de dessin de Paris en 1775 (données exprimées en livres)

Tableau 6 : Les revenus de l’École royale gratuite de dessin de Paris en 1775 (données exprimées en livres)

Source : ANF 0/1/1927 (1), Tableau des recettes de l’École royale gratuite de dessin de Paris.

  • 1 AD Ille et Vilaine, série C, Délibérations des États de Bretagne
  • 2 AM Toulouse, CC 1662, Registres des comptes de la ville et CC 2803 et 2804, Pièces à l’appui des c (...)
  • 3 AM Lille, cartons 37 et 103 (École de dessin).
  • 4 AD Isère, D3, École gratuite de dessein à établir à Grenoble, Projet de budget de l’école, 1768, r (...)
  • 5 AM Strasbourg, carton 4, caisse 4, Projet d’établissement d’une académie de Sculpture, Peinture et (...)
  • 6 ANF 0/1/1933 B (2), Académies et écoles de province, Projet de financement de l’École académique d (...)

3Partant des quatre rubriques ainsi déterminées (institutions publiques, mécénat, métiers et apports ponctuels), il est possible de classer le financement des écoles provinciales selon les mêmes critères. Très rapidement cependant, la difficulté de trouver les ressources de près de soixante écoles réparties sur toute la France et d’en faire une analyse exhaustive pose le problème de la disponibilité des sources, en particulier en ce qui regarde le domaine privé des subsides, d’autant que les archives de certains établissements ont disparu : à Marseille comme à Lyon, les registres, documents et objets de l’école ont été détruits en 1793. Plus proches de nous, les bombardements de septembre 1914 à Reims ou de juin 1940 à Orléans et Tours ont anéanti les archives des écoles. En outre l’évolution même des budgets entre une première école, – timidement autorisée par les autorités locales et entretenue par les initiateurs –, et la même école dûment reconnue et patentée, avec financement public, pose une nouvelle fois le problème de la date : quelle année choisir, pour présenter le « budget-type » d’une école de dessin, sachant que les mesures prises par le pouvoir royal à l’égard des métiers (1776) et des académies et écoles de dessin (1777) marquent localement une limite entre deux situations financières ? Le résultat ne présente donc qu’une image tronquée, qui cependant a l’avantage de montrer la diversité des situations. Le tableau 7 précise ainsi l’origine des ressources de quelques écoles. Sauf pour celle de Bachelier dont les registres des comptes ont été confiés aux archives nationales, il ne se trouve pas de traces de comptes spécifiques d’écoles de dessin. Les sources proviennent donc des comptes généraux des États de Bretagne1 ou des villes (Toulouse2, Lille3) ou de budgets prévisionnels accompagnant une demande de financement par le bureau de l’intendance (Grenoble4), le peintre initiateur de l’école (Strasbourg5) ou la municipalité (Orléans6). Enfin l’anonymat souhaité par certains mécènes d’écoles ne permet évidemment pas de connaître les sommes octroyées. Les dates indiquées correspondent à celles de la situation financière des écoles, saisie à un moment « stable » de leur histoire. L’important est bien de montrer ici ce qu’il faut pour qu’une école existe, et non l’évolution des budgets, liée autant au succès des établissements mis en place qu’aux difficultés de trésorerie rencontrées. Malgré des données fragmentaires, le tableau tel qu’établi autorise deux constats : la forte disparité des budgets ; la diversité des sources de revenus.

Tableau 7 : Ressources d’écoles de dessin. Un financement inégal
(les sommes sont exprimées en livres).
Seules paraissent les écoles pour lesquelles des données sont confirmées.

Tableau 7 : Ressources d’écoles de dessin. Un financement inégal(les sommes sont exprimées en livres).Seules paraissent les écoles pour lesquelles des données sont confirmées.

Sources et références : Angers (AM BB 124) – Besançon (A. Castan, L’ancienne école de Peinture et de Sculpture de Besançon, 1756-1797, Besançon, Société d’émulation du Doubs, 1888, p. 72) – Douai (AM GG (1769-1787), Registre de l’école de dessin) – Lorient (AD Ille et Vilaine, série C, Comptes des États de Bretagne) – Lyon (AD Rhône 1 C 201) – Macon (AD Saône et Loire, C 677) – Montpellier (AD Hérault, D, liasse relative à la Société des Beaux-Arts) – Nantes (AD Ille et Vilaine, série C, Comptes des États de Bretagne) – Orléans (ANF 0/1/1933/B (2)) – Paris (ANF 0/1/1927 (1)) – Pau (AD Pyrénées Atlantiques C 1341) – Rennes (AD Ille et Vilaine, série C, Comptes des États de Bretagne) – Rouen (C. de Robillard de Beaurepaire, Recherche sur l’instruction publique dans le diocèse de Rouen avant 1789, Évreux, éd. Huet, 1872, tome 3, p. 168) – Saint-Omer (AD Pas de Calais, Registre des Assemblées d’États d’Artois) – Saint-Quentin (M. Séverin, L’école de La Tour. École royale gratuite de dessin fondée à Saint-Quentin par Maurice Quentin de La Tour, 1782-1975, Saint-Quentin, 1993, p. 15) – Strasbourg (AM carton 4, Beaux-Arts) – Toulouse (AM, série CC, Pièces à l’appui des comptes de la ville) – Tours (AM GG 26).

4D’abord donc, une extrême disparité des sommes consacrées aux écoles de dessin. Il serait même hasardeux d’avancer une moyenne significative et ceci pour deux raisons : les ressources d’une ville à l’autre sont elles-mêmes inégales ; le soutien apporté au projet d’une école de dessin également. Rien à voir en effet entre les quelque quarante-cinq mille livres de l’école royale de Paris, et les cent cinquante livres qu’Angers accorde à la sienne. L’écart dans l’importance économique et démographique des villes, la volonté politique des municipalités et la notoriété des initiateurs expliquent bien sûr cette différence. La conséquence directe de cette situation touche le nombre d’élèves reçus gratuitement (avant dernière colonne du tableau 7). Là encore, l’écart est important : mille cinq cents estimés à Paris et seulement deux reçus gratuitement à Angers ! La relation entre ressources de l’école et nombre d’élèves gratuits peut être en effet un critère possible pour établir un budget : obtenir comme à Rouen trois mille cinq cents livres par an pour accueillir cent vingt élèves non-payants correspond à une base de trente livres nécessaires par élève, somme que l’on retrouve également à Paris. Elle est de cinquante livres pour Orléans, soixante-quinze livres pour Angers et quatre-vingt-quinze livres pour Strasbourg. Pour Grenoble, l’intendant évalue à deux mille huit cent soixante-dix livres la somme nécessaire pour accueillir trente élèves gratuits.

5La seconde remarque relative aux recettes des écoles est la diversité des sources de revenus, inégalement partagées entre les institutions publiques et le mécénat, sans que puisse être établie une règle de répartition. L’école de Saint-Quentin ne fonctionne que grâce à la rente assurée par le peintre Maurice Quentin de La Tour ; celle de Beauvais, installée dans la manufacture royale de tapisseries, ne dépend que du roi. Entre ces deux exemples se rencontre toute la diversité des financements issus des institutions publiques ou du mécénat. À Paris, la majorité des ressources de l’école provient des métiers (51 %), 27 % du mécénat et seulement 10 % des institutions (Roi), alors qu’à Montpellier 54 % des subsides viennent de souscriptions d’amateurs.

Un financement par les institutions publiques

6Au-delà des situations proposées pour certaines écoles, il est possible de présenter les constantes du financement des établissements. En tant qu’institutions publiques, toutes les écoles en effet reçoivent des ressources de la part des autorités locales (villes, États) et, plus rarement, du roi.

Du local au national : le rôle du politique dans le financement des écoles

  • 7 AM Châtellerault, Registre des délibérations du corps de ville, 1762-1790, N°XXXVI, feuillet 284 V (...)
  • 8 AM Lille, École de dessin, carton 37, liasse 16, 3 avril 1776.

7Toutes les écoles, quel que soit leur statut, sont financées par les autorités locales : municipalités et/ou États. Ce sont elles que les initiateurs sollicitent en premier pour obtenir quelque indemnité ; ce sont elles qui acceptent la création des établissements en leur octroyant des subsides. Les autorités municipales sont les premières concernées par le financement d’institutions dont elles ont statutairement la responsabilité. Pour six écoles, elles représentent même la seule source publique de revenus (Amiens, Angers, Bayonne, Châtellerault, Lille, Soissons). Cependant, par l’édit de 1683, les intendants ont le contrôle de la gestion financière des municipalités et doivent donc autoriser la nouvelle dépense envisagée : « Je ne puis qu’approuver Monsieur le projet de MM. les officiers Municipaux De chatellerault D’Établir Dans leur ville une Écolle De dessin, ils feront Bien surtout D’Engager le Maitre qui se chargera De tenir Cette Écolle D’appliquer ses leçons aux arts utiles et D’y admettre de préférence Les ouvriers ou les sujets qui se destinent à l’Être7. » La finalité de l’école est sans ambiguïté : elle ne doit s’adresser qu’aux artisans et ouvriers. L’accord de l’intendant est d’autant plus assuré que le projet municipal reste modeste, à la mesure des ressources de la ville : logement de l’école, prix, matériel pédagogique. À Grenoble, c’est même le bureau de l’intendance qui reprend et complète le projet financier proposé par le peintre initiateur Jacques-André Treillard. Celui de Flandre entérine également la décision du magistrat de Lille qui, par une ordonnance de 1755, crée une « École gratuite de dessin et d’architecture », devenue « Académie des Arts » en 1766, avec étude du modèle vivant. La ville finance entièrement l’institution : traitement des professeurs, logement de l’école, matériel pédagogique et bourses accordées aux élèves pauvres qui montrent quelque disposition pour l’étude. Ainsi la pension de quarante-huit florins par an, pendant deux ans, accordée à Pierre Joseph Duquesnoy, âgé d’environ 16 ans, dont le père est malade à l’hôpital général et la mère décédée8.

  • 9 AD Ille et Vilaine, Fonds général des États de Bretagne, délibérations des États, C 2687, jeudi 10 (...)
  • 10 AD Ille et Vilaine, Beaux-Arts, C 4919, Rapport sur les écoles de dessin depuis le 10 février 1757 (...)
  • 11 Ibidem.
  • 12 AM Lorient, Délibération de la communauté de ville, 22 juin 1765.
  • 13 André Lesort, Les États de Bretagne et l’enseignement du dessin au xviiie siècle, Paris, Plon-Nour (...)
  • 14 D’après Émile Magnin, Histoire du Mâconnais, 1971, p. 229-230, dans Jean-Pierre Guillaumont, L’Aca (...)

8La seconde source de financement public local provient des États. Douze écoles de dessin reçoivent ainsi des revenus de l’assemblée des élus : Beaune, les écoles de Bretagne (sauf celle de Quimper, créée en 1791), Cambrai, Dijon, Douai, Macon, Montpellier, Pau, Toulouse. Pour huit d’entre elles, il s’agit d’un supplément aux sommes déjà octroyées par la municipalité : les quatre écoles de Bretagne et celles de Cambrai, Douai, Montpellier et Toulouse. Ainsi à Cambrai où les frais de l’école sont partagés entre les magistrats (un tiers) et les États (les deux tiers restants). En Bretagne, un rapport établi en 1790 précise les trois chapitres de dépenses relatives aux écoles de Rennes et de Nantes : les appointements des professeurs, soit cinq cents livres annuelles accordées à chacun9, « l’achat des modèles » et « les prix accordés pour encouragement aux Élèves10 ». Pour ce dernier poste budgétaire, « voulant ausurplus exciter l’émulation des Élèves tant de ladite École que de celle établie à Nantes, les États ont ordonné et ordonnent qu’il sera fait fonder de la somme de quatre cents livres dans la présente tenue pour être partagée entre les Élèves et employée en prix et à Raison de cent livres par an pour chacune de ces deux Écoles, lesquels prix seront distribués par MM. les Commissaires intermédiaires11 ». Cette somme passe à six cents livres, soit cent cinquante par an et par école en 1785. Les autres dépenses, en particulier le logement de l’école, sont à la charge de chacune des villes bretonnes accueillant une école. L’application de cette mesure n’est cependant pas toujours respectée. À Lorient, le peintre Déduit ouvre une école de dessin dès 1765. La municipalité octroie deux cents livres par an pour le logement de l’école, contre l’obligation d’instruire gratuitement six élèves et de ne pas demander plus de quatre livres par mois pour les autres12. Cependant « l’intendant de Bretagne refuse d’approuver ce crédit, sous le prétexte que les États ont le projet de subventionner cette école13 ». Un accord est finalement trouvé et, en 1769, le peintre peut aussi garder la subvention de la ville tout en recevant celle des États. À Pau, Dijon et Macon, les écoles dépendent de la totale générosité des États. Ceux du Mâconnais, en tant que créateurs de l’école de Macon, consacrent ainsi chaque année deux mille livres pour le traitement du professeur et les frais d’entretien de l’école. Ils financent également l’équipement du logement de la nouvelle école (quatre mille six cent cinq livres) et le matériel pédagogique nécessaire aux leçons (six mille deux cent soixante-treize livres)14.

  • 15 Anne Buttin et S. Jacqueline, Les peintres de la Savoie, 1840-1940, Chambéry, Les Amis des Musées, (...)
  • 16 ANF 0/1/1933 B(2), Académies et écoles de province, Projet de financement de l’École académique d’ (...)

9Onze écoles enfin, sous des formulations différentes, sont présentées comme recevant un financement des autorités royales : Beauvais, Besançon, Bordeaux, Chambéry, Grenoble, Lyon, Marseille, Orléans, Paris, Reims, Rouen. L’école de Chambéry est financée par le roi Victor-Amédée III : 450 livres de Piémont comme honoraires du professeur et « 300 livres prises sur les biens des jésuites pour six élèves15 ». À ces sommes s’ajoutent 200 livres payées par la municipalité pour quatre élèves gratis. L’école de Beauvais dépend entièrement des finances royales. Aucune des huit autres n’est « royale », ce qui indique l’absence de relation entre le statut de l’établissement et son financement. Dans le budget prévisionnel de celle d’Orléans, il est indiqué que le gouvernement accorde six cents livres par an à la nouvelle institution16, alors que le roi ne finance jamais directement une école. Il intervient davantage par l’intermédiaire de ses représentants en province, dans l’octroi de subsides complémentaires à ceux fournis par les autorités locales. Il peut cependant donner des droits, des privilèges ou, comme à Paris, un bien : trois maisons dont, en 1775, l’École royale tire un revenu de quatre mille cinq cents livres. Le cas parisien est cependant exceptionnel. La comparaison du financement de trois écoles de province (tableau 8) permet de suivre l’évolution de leurs ressources, dont l’augmentation est liée à l’essor même que connaissent ces écoles au cours des quelque cinquante années de leur existence. Elle permet surtout de s’interroger sur la réalité même des mesures prises en Conseil : reconnaissance d’établissements provinciaux ? ou simple transfert de ressources municipales ?

  • 17 AD Rhône, 1 C 201, Beaux-Arts, 1757-1789, Mémoire pour l’établissement des écoles de dessin, de sc (...)

10Les ressources des écoles augmentent en effet, lorsqu’un arrêt du Conseil du Roi légitime la place des écoles de dessin dans la ville, et le travail des professeurs qui y exercent. C’est surtout après les réformes de 1776-1777 que le roi intervient plus officiellement dans le financement des écoles de province, en autorisant la ville à mettre dans son budget des ressources jusqu’alors destinées aux caisses royales. L’importance des sommes en jeu nécessite sans doute une autorisation plus marquée que celle donnée localement par l’intendant. L’accord du pouvoir central est alors présenté et ressenti comme un privilège. Cependant, l’intendant est nécessairement présent lorsqu’il s’agit d’adopter des budgets municipaux et, pour obtenir un financement dit « royal », les autorités locales doivent recevoir des actes – arrêts du conseil ou lettres patentes – les autorisant à utiliser des ressources affectées jusque-là à d’autres chapitres budgétaires. En fait, la ville est seulement autorisée à utiliser ses propres ressources, pour un objet autre que celui initialement prévu. C’est particulièrement vrai pour Marseille et Bordeaux : la communauté de ville peut utiliser ses recettes propres pour financer son académie de peinture. Le roi se montret-il plus généreux à l’égard de Lyon, pourtant simple « École gratuite de dessin » ? La gratification de trois mille livres, accordée « sur le produit des droits des étoffes étrangères », est-elle la part des octrois du roi ou celle qui revient à la ville mais affectée à une nouvelle utilisation ? De même la mesure de 1780 qui affecte cinq mille livres assignées sur les parties casuelles, en plus des huit cents octroyées par la ville, n’est pas davantage un « cadeau » royal : elles représentent ce que la ville percevait des métiers, avant les réformes de 177617.

Tableau 8 : Évolution du financement public dans trois écoles et académies de province :
Bordeaux, Marseille et Lyon

Tableau 8 : Évolution du financement public dans trois écoles et académies de province :Bordeaux, Marseille et Lyon

Sources et références : Bordeaux (Lettres patentes du Roi, portant établissement d’une Académie de Peinture, Sculpture et Architecture civile et navale à Bordeaux, 14 novembre 1779, enregistrées en conséquence de l’arrêt du 23 février 1780, article IV, Bordeaux, Jean Chappuis, 1780) – Marseille (ANF 0/1/1933/B (1), Académies et écoles de province) – Lyon (Lettre à l’Abbé Pernetti, chevalier de Saint-Jean, à Lyon, Mercure de France, avril 1758. AD Rhône, 1 C 201, Beaux-Arts, 1757-1789, Mémoire pour l’établissement des écoles de dessin, de sculpture et de géométrie de la ville de Lyon, sd, après 1780).

11Autorisés par décision municipale – avec accord de l’intendant – ou par vote des élus et complétés par des décisions royales, les financements nécessaires au fonctionnement des écoles sont donc fort disparates quant à leur origine. Les postes budgétaires sur lesquels elles sont prélevées sont, en revanche, identiques d’une institution à l’autre : prélèvements autorisés sur revenus royaux ; utilisation des recettes municipales ; attribution de ressources exceptionnelles.

Provenance des ressources publiques attribuées au financement des écoles

  • 18 AM Orléans, BB 11, Registre des élections des maires et échevins de la ville d’Orléans sur lequel (...)
  • 19 Michel Antoine, « Intendants », dans Dictionnaire de l’Ancien Régime, sous la direction de Lucien (...)
  • 20 AD Isère, D3, École gratuite de dessein à établir à Grenoble, Proposition rédigée par l’Intendance (...)

12Les actes royaux, nous l’avons vu, autorisent certains corps de ville à utiliser les ressources des octrois de la ville ou des parties casuelles. C’est par exemple le cas à Rouen, Lyon ou Reims. La décision royale permet aux villes à métiers corporés de bénéficier des droits des communautés supprimées en février 1776 mais rétablies et réorganisées en août de la même année. Lyon en reçoit l’autorisation en 1780 mais aussi Reims, ce qui permet à l’école de dessin de devenir totalement gratuite. L’intendant peut aussi obtenir, voire accorder lui-même quelques revenus pour l’école. Celui d’Orléans, Adrien-Philibert de Cypierre, informe la municipalité « qu’il a obtenu du gouvernement une somme annuelle de six cents livres pour les frais de l’École gratuite de dessin18 ». D’où viennent ces sommes ? L’explication est sans doute multiple, en particulier celle de l’utilisation des « fonds libres » issus de « la portion du produit de la capitation laissée à la disposition des intendants pour […] faire face à des dépenses imprévues19 ». C’est la solution adoptée à Grenoble : « Quant à la dépense on ne peut la prendre que sur l’excédent de la capitation, c’est un objet de 2500 à 3000 livres, je compte que nous pourrons trouver cette somme sans augmenter l’imposition20. » Cette possibilité de financement est également adoptée à Besançon où l’intendant trouve trois mille livres pour l’école, prises sur la recette générale de la province. Sommes voisines donc pour ces deux écoles, effectivement financées sur des revenus royaux.

  • 21 Christine Harbion, « À propos du tableau : “La distribution des prix à l’académie de dessin et de (...)
  • 22 AM Toulouse, CC 1662, Décision des Commissaires nommés pour régler tout ce qui concerne l’administ (...)

13La seconde source de financement est la ville elle-même. Les sommes affectées aux « arts et métiers », à la « caisse d’encouragement des arts » ou à l'« enseignement » des budgets locaux suffisent généralement pour permettre aux villes et aux États d’en distraire une partie en faveur des écoles de dessin, en particulier pour celles qui n’accueillent que quelques élèves gratuits (Pau, Angers Châtellerault), mais aussi pour les écoles de Bretagne. Les recettes de l’école de Dunkerque s’élèvent à 1200 livres, partagées également entre la caisse municipale, la chambre de commerce et la chambre de pilotage qui finance l’école pour que « les marins qui n’apprennent pas le dessin à l’École hydrographique puissent se perfectionner dans cet art qui doit être enseigné conformément à l’ordonnance de la Marine du 1er mars 178021 ». Cependant, les institutions locales doivent parfois chercher d’autres sources de revenus à commencer, en pareil cas, par l’augmentation des taxes. Le Conseil de bourgeoisie des États du Languedoc permet ainsi « aux Capitouls Syndic et greffier de la ville de Toulouse d’Imposer annuellement sur tous les habitants et contribuables aux impositions de ladite ville et gardiage la somme de 200 livres outre et par-dessus celle de 700 livres des gages du peintre (= Guillaume Cammas, directeur de l’école de Toulouse) comprise dans l’État ou règlement des dépenses ordinaires22 ». Les contributions du capitoulat comme celles des États sont largement augmentées lorsque l’école devient académie royale, jusqu’à atteindre cinq mille livres des États du Languedoc et quatre mille quatre cents livres de la ville (1782).

  • 23 AM Tours, GG 26, Vue d’un plan de distribution de quelques petits prix destinés à entretenir l’ému (...)
  • 24 AM Strasbourg, carton 4, liasse 4, Règlement du Magistrat de la Ville de Strasbourg concernant l’é (...)
  • 25 AM Reims, C 1768, dans « Histoire de l’école de dessin de Châlons-sur-Marne », Mémoires de la Soci (...)

14Enfin des solutions plus exceptionnelles sont parfois trouvées. Pour financer des prix que le gouverneur souhaite attribuer à l’école de dessin de Tours, le maire a trois possibilités : ajouter « à la caisse des prix un quart du profit des spectacles passagers » ; « louer ou faire louer au prix fort les logements et emplacements du gouvernement » et verser le produit de la location dans la caisse des prix ; ou « augmenter les droits d’entrée et le droit annuel exigé de tous les nouveaux titulaires de commissions23 ». Strasbourg consacre à « l’entretien de l’école des Arts et Métiers24 » les cinq cent quatre-vingt-une livres jusque-là réservées à l’entraînement des arbalétriers et arquebusiers, somme devenue inutile depuis que la ville est « sous la protection d’un Roy puissant et d’une garnison toujours nombreuse ». Plus original encore est l’exemple rémois : c’est par la vente des boues et des fanges de la ville que la municipalité peut financer une partie des frais de l’école gratuite. En effet, « les terres qui environnent cette ville sont très maigres et très légères et elles ne produisent qu’avec le secours d’un engrais considérable25 », rôle que peuvent tenir les boues, ramassées dans les rues de la ville et des faubourgs par la police municipale. Vendues chaque année aux enchères, elles rapportent près de deux mille huit cents livres à la ville.

15Toutes les écoles de dessin sont donc d’abord financièrement soutenues par les villes ou les États qui en autorisent la création. Le pouvoir royal peut également intervenir, par l’intermédiaire du conseil ou des intendants, en autorisant l’utilisation de sommes antérieurement réservées à d’autres dépenses. Le financement public varie d’une école à l’autre : rien de commun entre les deux cents livres octroyées par la municipalité de Lorient, auxquelles s’ajoutent les subventions des États de Bretagne, et les neuf mille quatre cents livres de l’académie royale de Toulouse. Il est alors difficile et hasardeux d’avancer une moyenne concernant le financement des écoles par les autorités publiques, en raison même de leur volonté plus ou moins marquée à soutenir l’établissement, de la disparité des ressources des villes et des États, et du nombre variable – dans le temps et selon les villes – d’élèves gratuits reçus dans les écoles. Les subventions locales ne suffisent cependant pas toujours à assurer le fonctionnement des écoles. Les administrateurs, sous la présidence du maire, cherchent alors d’autres sources de revenus.

La part du privé : donations et fondations

  • 26 M. Frémiet-Monnier, « Éloge de M. Devosge, fondateur et professeur de l’école de dessin, peinture (...)

16La participation « privée » au financement des écoles constitue le deuxième mode de financement des écoles gratuites de dessin. Elle s’effectue de quatre façons : les dons et legs, les souscriptions, les fondations, et le soutien des communautés de métiers – institutions économiques qui cependant financent les écoles à titre privé. En outre certaines écoles demandent une contribution légère de tous leurs élèves, ou seulement d’une partie, demande qui cesse lorsque l’établissement trouve d’autres ressources. Dans toutes les écoles également, les professeurs à l’origine de celle dans laquelle ils professent, contribuent à son fonctionnement en assurant gratuitement les leçons et en fournissant parfois les élèves en matériel de travail. C’est du moins le cas de la majorité d’entre eux : Nonnotte à Lyon, Descamps à Rouen, Bachelier à Paris ou Desvosge à Dijon qui « est mort après cinquante ans de travaux, plus pauvre qu’avant la formation de son école, parce qu’il a toujours considéré ce qui lui était accordé par l’administration provinciale non comme une propriété particulière mais comme un bien qu’il devait administrer pour l’avantage de son école et de ses élèves26 ». Cette participation cesse lorsqu’ils obtiennent une reconnaissance officielle et des revenus de la ville, des États ou du roi. Que représentent les financements « privés » dans le budget des écoles ?

Les donations et les legs

  • 27 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de ge (...)
  • 28 Dictionnaire de l’Académie, 1762, article « Donation ».
  • 29 Mercure de France, avril 1771.
  • 30 Affiches du Poitou, 23 septembre 1773.
  • 31 AM Reims, C 1768, dans « Histoire de l’école de dessin de Châlons-sur- Marne »…, op. cit., p. 276.

17Tout financement d’institution publique doit être avalisé par un acte officiel. Arrêts du conseil ou lettres patentes permettent aux autorités locales d’utiliser des sommes issues de fonds publics et autorisent les institutions à recevoir des dons et des legs. Selon l’Encyclopédie, par « donation », il faut entendre « une pure libéralité faite volontairement par une personne à une autre27 ». Il est donc « permis à toute personne majeure et saine d’entendement de donner, et à toute personne majeure ou mineure de recevoir ». Pour être recevable, « toute donation doit avoir une cause légitime […], être passée devant notaire, et […] doit rester minute, à peine de nullité ». Si les dons se font ainsi « par quelque acte public28 », il est cependant difficile de les suivre, sauf à rechercher dans les archives notariales locales, à partir d’indices précis qui manquent ici. Impossible alors de dénombrer les écoles en ayant bénéficié, ni d’en évaluer l’ampleur. Des allusions parfois, comme à Paris où une personne anonyme a versé 600 livres à l’école29 ou, à Poitiers, le don effectué par « un bon citoyen, qui ne voulait pas être connu ; (et) avait fait présent […] de la quantité de crayons et de papier, nécessaires à tous les Élèves pendant le cours30 ». Des dons également sont régulièrement octroyés aux deux écoles – dessin et mathématiques – de Reims. Parmi eux se trouve celui de la Compagnie de l’Arquebuse de ville, sous la forme de quarante tonneaux de vin « dont l’enseigne de cette compagnie jouissait en exemption du droit de quatrième appartenant à la ville. Le produit en était de 335 livres » par an31. Ce mode de financement, difficile à évaluer, existe probablement dans toutes les écoles. Les legs sont en revanche juridiquement plus connus.

  • 32 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Legs ».
  • 33 D’après André Bouton, Le Maine. Histoire économique et sociale, xviie et xviie siècles, Le Mans, A (...)
  • 34 AM Reims, C 692, fonds ancien n° 101, dans Jean-Pierre Guillaumont, L’Académie de Peinture et de S (...)

18L’Encyclopédie définit un legs comme « une libéralité faite par un testateur par testament ou codicille, et qui doit être délivrée après sa mort au légataire par l’héritier32 ». Le legs peut permettre la création d’une école de dessin ou, plus fréquemment, en assurer le bon fonctionnement. Quatre écoles doivent ainsi leur existence à la générosité de mécènes : Aix-en-Provence, Le Mans, Saint-Quentin et Troyes. Les rentes assurées ne sont certes pas les seules sources de financement des écoles, mais elles ont permis de les créer, installer, ouvrir. Au Mans, l’école de « Peinture et de dessin destinée à former d’habiles artisans » est financée grâce au revenu de mille livres, issu d’un capital de vingt mille livres que Claude Picard (ou Pichard) du Vau, originaire de Saint-Ouen en Champagne, archéologue et numismate, accorde à la ville, par testament en date du 25 février 175733. Les legs autorisés par lettres patentes à Troyes et à Saint-Quentin financent l’ensemble des dépenses engagées par les écoles, tout comme la rente que le duc de Villars assure au professeur de l’école d’Aix-en-Provence, si toutefois des contestations d’héritage n’en gênaient pas le versement. Cependant, c’est surtout lorsque les écoles sont déjà mises en place que des legs leur sont alors versés par des bienfaiteurs désireux de faire œuvre utile. Jean-Pierre Guillaumont commet un contresens lorsqu’il indique que l’école de Reims « est richement dotée par le Roi », formule qu’il justifie par le fait que Louis XV octroie « des Lettres patentes […] par lesquelles Sa Majesté confirme et approuve la donation de 12 000 livres faite par M. Rogier en faveur des deux écoles de Mathématiques et de dessin aux conditions y portées énoncées dans la délibération du 6 avril 1756 avec affectation à perpétuité des revenus destinés auxdites Écoles à l’entretien de cet établissement34 ». Il s’agit en fait, comme à Troyes ou Saint-Quentin, d’actes royaux nécessaires pour pouvoir bénéficier de legs.

Les souscriptions

  • 35 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Souscription ».
  • 36 Ibidem.
  • 37 École gratuite et académique de dessin et arts analogues établie dans la ville de Tours, Prospectu (...)
  • 38 AM Tours, GG 26/2.
  • 39 ANF 0/1/1933/B (2), Académies et écoles de province, 21 mars 1785.
  • 40 « Société de l’École académique de peinture, sculpture, architecture et autres arts dépendant du d (...)
  • 41 AM Strasbourg, série VI 381, Pièce concernant la création d’une école de dessin, 20 février 1784.

19L’intervention de personnes privées dans le financement des écoles de dessin s’effectue également par le biais de souscriptions, c’est-à-dire « l’apposition d’une signature au-dessous d’un écrit ; souscrire une promesse ou un billet, c’est le signer35 ». Le système de souscription proposé dans les écoles de dessin s’apparente au sens donné à ce mot en Angleterre, à savoir « l’intérêt que des particuliers prennent pour un fonds public […] en signant sur un registre pour combien ils veulent y prendre part36 ». Engagement volontaire, autant moral que juridique du signataire, désireux de faire œuvre utile. Au moins cinq écoles adoptent ce complément de revenus : Montpellier, Orléans, Rouen, Strasbourg et Tours. Dans les écoles académiques en particulier, l’apport financier complémentaire est imparti à la classe des amateurs, voulue par les statuts, comme le rappelle le prospectus publié par celle de Tours. L’objet de la classe d’amateurs est de solliciter « les différents Corps et les Citoyens distingués de la Ville et des environs […] qui voudront contribuer librement pour une somme de douze livres » par an37. Les sommes ainsi recueillies sont destinées « à donner aux Élèves, à titre de récompense, des modèles, des livres et des instruments et autres moyens d’avancer, et à l’entretien de l’École Académique ». Le prospectus insiste sur l’honneur d’être inscrits sur la « liste imprimée des amateurs » en tête de laquelle se trouvent « Monseigneur le Duc de Choiseul, Mde la Duchesse de Choiseul, Monseigneur l’Archevêque de Tours, M. Ducluzel, Intendant, Mde Ducluzel ». Côtoyer les hommes du pouvoir – gouverneur et intendant –, ne serait-ce que sur une liste imprimée, assure une reconnaissance sociale qui hausse le prestige du bienfaiteur. Une note manuscrite sur le prospectus de 1782 indique le nom des quelques amateurs, aussi prestigieux que les premiers : « le duc de Penthièvre ; le comte d’Estaing (= gouverneur) ; le duc de Luynes ; MM. de l’Église de Tours ; MM. de l’Église Saint-Martin ; l’abbaye royale de Marmoutier ; le corps de la manufacture (= soierie) ; celui des orfèvres et plusieurs personnes de cette ville ont pris le même intérêt à cet établissement et permis la même inscription38. » Ce financement par souscription des amateurs, qui permet à des élèves sans ressources d’assister aux leçons et de disposer du matériel nécessaire aux exercices, se retrouve dans toutes les académies et écoles académiques, comme à Rouen, Orléans ou Strasbourg. Et lorsque le ministre d’Angivillier conteste le trop grand nombre d’associés à l’origine de l’école de dessin de Montpellier, la Société d’amateurs précise « que le Principal Revenu de cette société consiste dans la Contribution pécuniaire que ces associés fournissent annuellement39 ». Les lettres patentes sont finalement accordées pour quarante associés qui cotisent chacun cent livres par an. L’accueil des cinquante-six élèves gratuits d’Orléans est pris en charge par la municipalité (cinq élèves), le co-adjuteur (un élève) et les cinquante souscripteurs, « citoyens de la ville (qui) s’engagent à verser annuellement la somme de trente livres pour les dépenses de cinquante élèves totalement gratuits40 ». Strasbourg également propose un système de souscriptions volontaires pour admettre gratuitement des élèves et les « fournir de papiers, crayons, pinceaux, et généralement tout ce qui sera nécessaire pour travailler à l’académie41 ». Si des personnes « bienfaisantes de la ville et de la province » veulent « avoir le droit d’envoyer un Élève, (elles) payeront une somme de soixante-douze livres », soit trente-six à l’admission de l’élève et les trente-six restants « après les six premiers mois d’instruction, pendant lesquels elles auront pu juger de sa capacité ».

20La gratuité voulue dans les écoles de dessin ne s’applique cependant qu’aux classes destinées aux métiers. Il est plus que probable en revanche que, dans les classes artistiques supérieures, et en particulier la classe du modèle, les leçons soient payantes, à l’instar de ce qui se pratique à l’Académie royale de Paris.

Les fondations : l’exemple parisien

  • 42 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Fondation », écrit par Turgot.
  • 43 Ibidem.

21D’une toute autre ampleur, le financement par « fondations » de l’école de Paris représente dix mille six cent quinze livres en 1775 (« rentes perpétuelles et viagères » du tableau 6), soit le quart des recettes. Le terme fondation s’applique à « tout établissement durable et permanent42 ». Fonder, c’est « assigner un fonds ou une somme d’argent pour être employée à perpétuité à remplir l’objet que le fondateur s’est proposé, soit que cet objet regarde […] l’utilité publique, soit qu’il se borne à satisfaire la vanité du fondateur43 ». La définition correspondrait davantage à la « souscription » telle que vue précédemment : c’est pourtant le terme de « fondation » qui est utilisé dans les textes concernant le financement privé de l’École royale gratuite de dessin de Paris. Comme une souscription, une fondation est volontaire et son montant est déterminé. En revanche, si le nombre de souscripteurs est défini par les statuts de chaque école, celui des fondateurs n’est pas limité.

  • 44 « Lettres patentes du Roi, portant établissement d’une École Royale gratuite de Dessin à Paris, do (...)
  • 45 ANF 0/1/1927 (1), Tableau des recettes de l’École royale gratuite de dessin de Paris.
  • 46 AJ/53/107, École royale gratuite de dessin de Paris, Fondations.

22Ce qu’est une fondation. Le principe de Jean-Jacques Bachelier, lorsqu’il crée l’École de dessin de Paris, est d’accueillir ouvriers et apprentis des métiers pour lesquels le dessin est nécessaire. Aussi se doit-il de favoriser la fréquentation de l’établissement, en en facilitant un accès gratuit. La seule contribution demandée aux élèves est un droit d’inscription de douze sous, somme qui est rendue lorsqu’ils ont achevé les cours. L’enseignement est donc gratuit, mais non le matériel de dessin nécessaire au travail en classe. Le système de fondations permet de le fournir à ceux que la faiblesse des moyens financiers empêcherait de suivre les leçons. L’article V des lettres patentes que reçoit l’école en 1767 stipule : « Permettons aux […] particuliers de notre bonne ville de Paris, même des autres villes de notre royaume qui Nous ont témoigné leur désir de concourir audit établissement, de fonder, à perpétuité ou à vie, les places d’élèves dont ils désirent avoir la nomination44. » Cette autorisation est souhaitée par le pouvoir royal qui conditionne l’augmentation des honoraires du directeur Bachelier à son aptitude « par ses sollicitations à procurer à l’École un revenu suffisant45 ». Qu’elle soit perpétuelle (la rente est versée autant par le bienfaiteur que par ses héritiers) ou viagère (la rente s’éteint à la mort du fondateur), une fondation est certifiée devant notaire : « Pardevant les conseillers du Roi, Notaires au Châtelet de Paris46. » Le contrat est établi entre d’une part « les Directeur et Administrateurs de l’École royale gratuite de Dessin établie en cette ville par Lettres-Patentes de sa majesté, données à Fontainebleau le 20 octobre 1767, enregistrées en Parlement le premier Décembre suivant » ; d’autre part, le fondateur (nom, titre, fonction, adresse). C’est généralement le directeur de l’école, Jean-Jacques Bachelier, accompagné de deux administrateurs, qui se présente chez le notaire le jour de la signature du contrat. Sont alors précisés : le type de fondation (perpétuelle ou viagère) ; le nombre d’élève(s) fondé(s), totalement ou partiellement ; la somme versée chaque année ou pour plusieurs années ; l’obligation pour l’élève ainsi fondé de respecter le règlement ; et l’inscription du fondateur sur « les registres des Bienfaiteurs de l’École royale, tenus à cet effet par le Secrétaire, qui fera mention du présent acte ». Le contrat se clôt par la date et la signature des contractants.

  • 47 Jean-Jacques Bachelier, Mémoire concernant l’École royale gratuite de dessin où l’on montre l’util (...)
  • 48 ANF AJ/53/107, Fondations de l’École royale gratuite de dessin (1768-1793).

23L’administration de l’école parisienne décide du montant de chaque fondation, soit trente livres par an, « une somme modique que dans une aisance même très bornée on peut regarder comme un excédent de superflu47 ». Cette somme assure à l’élève, souvent désigné par le fondateur, les fournitures nécessaires aux leçons, à savoir « papiers, crayons, instruments nécessaires pour travailler dans les classes et originaux pour étudier48 » chez lui, et ce durant les six années que dure la formation à l’école. Trois fondations composent une bourse, qui permet à l’élève de travailler dans les trois genres (géométrie et architecture ; figure et animaux ; fleurs et ornements).

  • 49 ANF/AJ/53/108, Fondations de l’École royale gratuite de dessin : créations et liquidations (1768-1 (...)
  • 50 ANF/AJ/53/16, Comptabilité de l’École royale gratuite de dessin.
  • 51 ANF/AJ/53/107, Fondations de l’École royale gratuite de dessin (1768-1793).

24Répartition des fondations. Le nombre des fondations varie d’une année à l’autre, en constante augmentation, avec trois cent trente-sept en 1783 et quatre cent dix-huit en 1789. L’analyse de « L’État général des fondations perpétuelles et viagères volontaires ou accordées à titre de reconnaissance de bienfaits et Services rendus » joint au compte de l’année 178549, complété par celles du « Registre à compte ouvert avec les fondateurs50 » et du « Registre des rentes perpétuelles et viagères51 » permet de calculer la proportion respective des deux types de rentes et de dresser une typologie des bienfaiteurs de l’école (tableau 9). La part des métiers et communautés de métiers fait l’objet de la suite de ce chapitre.

Tableau 9 : École royale gratuite de dessin de Paris : État général des fondations perpétuelles, viagères et volontaires, d’après les listes des fondateurs inscrits pour l’année 1785.

Tableau 9 : École royale gratuite de dessin de Paris : État général des fondations perpétuelles, viagères et volontaires, d’après les listes des fondateurs inscrits pour l’année 1785.

Sources : ANF AJ/53/16 : Comptabilité de l’École royale gratuite de dessin ; ANF AJ/53/107 et 108 : Fondations de l’École royale gratuite de dessin.

25Sur les trois cent quatre-vingt-huit fondateurs inscrits en 1785, cinquante-cinq sont exclus, qui ne permettent pas d’établir de caractéristiques fiables quant à leur qualité : cinquante et un sont en effet cités sans aucune observation ni montant de la fondation. S’agit-il d’une reconduction des dispositions antérieures ? Cela paraît douteux dans la mesure où « l’état général annuel » des fondations est un « document comptable » qui doit permettre d’une part de relancer ceux qui oublient de payer, d’autre part d’engager, à partir d’un avoir précis, les dépenses nécessaires au fonctionnement de l’école. Trois ont « promis de payer » et un dernier « refuse de payer ».

26Sous l’appellation « sans valeur » sont regroupées les fondations liquidées par remboursement (soixante-six), gratuites (quarante-sept) ou qualifiées de « non-valeur » (vingt). Dans le contrat de rente viagère, la clause de remboursement permet à un fondateur, « s’il le juge à propos », de liquider ses obligations, moyennant une somme fixée à trois cent soixante-quinze livres pour la fondation d’un élève à trente livres. Parmi les « remboursés » figurent par exemple Bazard, prévôt général des monnaies, pour une fondation souscrite en octobre 1768, ou Boutin, receveur général des finances et ancien administrateur de l’école, pour quatre-vingt-dix livres engagées à partir de 1775. Parseval Deschênes, secrétaire du roi et administrateur de l’école, ou Julliénas, baron de Châtillon, officier aux gardes et fondateur depuis 1772, appartiennent également à cette catégorie. Cette clause de remboursement est également applicable aux rentes volontaires, « conséquemment viagères ». C’est ainsi que le comte d’Artois, noté « remboursé » sur le récapitulatif de 1785, a versé mille huit cents livres l’année précédente. Il paraît donc toujours sur la liste des fondateurs. Dans la catégorie « non valeur » se trouve également la fabrique de Saint-Come, fondation « accordée par transaction », lorsque le roi accorde à l’École royale gratuite la jouissance de l’amphithéâtre Saint-Come, abandonné par le collège de chirurgie en avril 1775 et occupé par l’école de dessin le 1er mai suivant.

27Quarante-sept « fondations gratuites » sont notées sur le registre des bienfaiteurs de l’école, qui cependant ne participent pas directement au financement de l’institution. Ils reçoivent cette distinction honorifique comme soutien à l’école royale « à titre de reconnaissance de bienfaits et services rendus ». Parmi eux se trouvent : des fournisseurs (Cadet, apothicaire, pour « drogues gratuites fournies aux élèves » ; Darnault, pour fourniture de glaces et miroirs ; Decressy, pour meubles ; Houdon, pour garde meubles ; Jaune, pour « don de pendule » ; la manufacture des glaces, pour « dons de glaces » ; Duperron, imprimeur, pour travaux assurés gratuitement) ; des notables locaux (le chevalier Dubois, pour services rendus en qualité de commandant de la garde de police ; Dupuis, commissaire du quartier ; Laroue, curé de la paroisse ; abbé de Luberson, pour don d’un prix ; etc.) ; des directeurs de journaux (Journal de Paris, Journal général de Correspondance) pour articles sur l’école ; et les concertistes qui participent gratuitement aux deux concerts organisés chaque année par l’école pour l’obtention de ressources complémentaires, soit quinze musiciens tels que François Joseph Gossec, protégé de Jean-Philippe Rameau, et François André Philidor, rendu célèbre par ses opéras-comiques joués à la Comédie Italienne.

28Les vingt fondations intitulées « non valeur » correspondent à des personnes qui ou bien n’ont jamais payé ou bien refusent de continuer de payer, malgré le contrat signé. La moitié est représentée par des membres de la noblesse, parmi lesquels le duc de Brancas qui n’a payé que la première année (soixante livres en 1769), le duc de Caylus qui n’a jamais rien versé de la rente perpétuelle souscrite ou encore le chevalier du Coudray, ancien brigadier des gardes, qui pourtant souscrit une rente viagère de trente livres en 1770, tout comme le chevalier de Saint-Aubin, capitaine ingénieur du Roi (soixante livres en 1775).

29Seize fondations enfin sont dites « volontaires », c’est-à-dire souscrites par les fondateurs de droit que sont le roi (Protecteur) et les princes et princesses de sang, membres de la famille royale. Certains d’entre eux soutiennent l’école dès 1768 : le duc d’Orléans (pour soixante livres, donc deux élèves), les duc et duchesse de Chartres (soixante livres chacun), le prince de Condé (quatre-vingt-dix livres, soit une bourse pour les trois genres), Madame Victoire, septième enfant de Louis XV, (cent quatre-vingts livres). Les cent quatre-vingt-quatre restantes se partagent entre rentes viagères (61 %) et rentes perpétuelles (39 %).

30Quant à l’origine sociale des fondateurs (tableau 10), 90 % des trois cent six fondateurs étudiés appartiennent à l’élite : autour du roi gravitent les hommes de sa maison dont le « gentilhomme de la chambre du roi » mais aussi ses ministres (d’Angivillier, Turgot ou Trudaine), cinq gouverneurs et cinq intendants. Fermiers généraux (quatorze), nobles d’épée, membres du parlement et du haut clergé appartiennent à la liste des fondateurs. Le lieutenant général de police de Paris comme le prévôt des marchands et onze échevins ou anciens échevins également. Parmi les artistes fondateurs se trouvent les académiciens Jean-Baptiste Pierre, Charles-Nicolas Cochin et Maurice Quentin de La Tour. Le second constat qui peut être en effet dressé c’est le fait que, parfois, se retrouvent les mêmes bienfaiteurs à Paris et dans certaines écoles de province : le peintre La Tour à Saint-Quentin, mais aussi l’archevêque de Tours, comme l’évêque de Macon ou le trésorier des États du Languedoc, eux-mêmes à l’origine de l’école de dessin de leur ville.

Tableau 10 : Structure sociale des fondateurs de l’École royale gratuite de dessin de Paris

Tableau 10 : Structure sociale des fondateurs de l’École royale gratuite de dessin de Paris

1 : roi et sa famille – 2 : maison du roi et de sa famille – 3 : service du roi (11 ministres, 5 gouverneurs, 5 intendants) – 4 : clergé (dont 20 du haut clergé) – 5 : noblesse militaire – 6 : noblesse (sans autre précision) – 7 : administration judiciaire – 8 : administration financière – 9 : administration parisienne – 10 : « métiers » parisiens – 11 : 5 artistes et 1 bourgeois.
Source : ANF AJ/53/107 et 108, Fondations de l’École royale gratuite de dessin, 1768-1793.

Communautés de métiers et écoles de dessin

  • 52 ANF 0/1/1927 (1), Tableau des recettes de l’École royale gratuite de dessin de Paris

31Une troisième source de financement des écoles est représentée par les communautés de métiers, intéressées à la formation complémentaire que proposent les écoles de dessin et avec lesquelles elles entretiennent souvent des relations d’intérêt. Les liens entre métiers et écoles, qui concernent surtout les villes totalement ou partiellement « corporées », peuvent être envisagés au niveau de l’aide financière apportée aux écoles. Au moins huit écoles reçoivent des subsides de la part des métiers : Douai, Lille, Lyon, Paris, Reims, Saint-Quentin, Strasbourg, Valenciennes. L’importance des versements est inégale d’un établissement à l’autre, d’environ quatre cent livres annuelles à Reims ou Strasbourg (près du quart des recettes des écoles) à vingt-deux mille sept cents livres à Paris en 1775, y compris les « droits d’apprentissage et maîtrises accordés par 47 Corps et Communautés, homologués par Arrêt du Conseil52 » : l’ensemble représente plus de la moitié des recettes. Sous quelle forme sont allouées ces aides ?

  • 53 Lettres patentes du Roi, portant établissement d’une École Royale gratuite de dessin à Paris, regi (...)
  • 54 ANF 0/1/1927 (1), Tableau des recettes de l’École royale gratuite de dessin.
  • 55 Édit de février 1776, dans Alfred Franklin, Dictionnaire historique des arts, métiers et professio (...)
  • 56 Lettres patentes du Roi, concernant l’École Royale gratuite de dessin, données à Versailles le 19 (...)
  • 57 ANF AJ/53/108, Fondations de l’École royale gratuite de dessin : créations et liquidations (1768-1 (...)

32La participation des communautés ne diffère guère des fondations privées autorisées par actes royaux. Les premières lettres patentes accordées à l’école parisienne en 1767 permettent ainsi « aux six corps des marchands, aux autres corps […] de notre bonne ville de Paris […] de fonder à perpétuité ou à vie, les places d’élèves dont ils désirent avoir la nomination53 ». Dans l’état des comptes pour 1775 paraissent des « contrats de Rentes sur les Communautés » pour quinze mille livres54. Cependant la suppression puis le rétablissement des métiers durant l’année 1776 modifient quelque peu ce fonctionnement. Toutes les « nouvelles » communautés, issues de l’édit d’août 1776, participent en effet au financement, et d’abord les Six-Corps, malmenés par l’édit de février de la même année, en particulier les orfèvres « qui exigent une surveillance et des précautions particulières de la part de l’autorité publique55 ». En août, ils retrouvent leur rôle à la tête du commerce parisien et jouissent de la prérogative de parvenir au consulat et à l’échevinage. De nouvelles lettres patentes accordées par le roi en décembre 1776 à l’école parisienne dressent un constat : « Les changements survenus depuis dans lesdits corps et communautés, et la nouvelle organisation qui leur a été donnée par l’édit du mois d’août dernier ont privé cette École d’une portion des revenus qui lui étaient devenus nécessaires56. » Aussi, en « remplacement des revenus dont l’École royale gratuite de dessin se trouve privée », le roi décide-t-il « qu’à compter du 1er janvier prochain, il sera reçu annuellement dans chacun des corps et communautés d’arts et métiers de notre bonne ville de Paris » deux marchands dans chacun des six corps, et un maître ou une maîtresse dans chaque communauté, « le prix desquelles réceptions […] sera perçu en entier par les gardes, syndics et adjoints, pour être la totalité, sans aucune déduction, par eux versée dans la caisse de ladite École ». En contrepartie, « les fondations, dotations et autres obligations quelconques contractées par les anciens corps et communautés, au profit de ladite École, demeurent éteintes et supprimées ». Les comptes de l’école parisienne, établis pour l’année 1785, dressent ainsi la liste de ce que les cinquante communautés de la ville accordent à l’établissement : la contribution est nettement plus importante qu’en 1775, avec un total de vingt-sept mille cent cinquante livres versées57. À eux seuls, les Six Corps (drapiers (auxquels sont réunis les merciers), épiciers, bonnetiers (avec pelletiers et chapeliers), orfèvres (avec les batteurs d’or et les tireurs d’or), fabricants d’étoffes et de gazes (et tissutiers-rubaniers) et marchands de vin –) apportent huit mille huit cents livres dans les caisses de l’école, soit près de trois fois ce que la ville de Marseille accorde à son académie de peinture. La participation de chacune des quarante-quatre autres communautés varie entre cent et huit cents livres par an.

  • 58 Marie Catherine Massé, La collection de dessins du Musée des Beaux-Arts de Reims : une école de de (...)
  • 59 AM Strasbourg, série VI 381, 3, Relevé des offres faites par les différents corps des tribus pour (...)
  • 60 AM Lyon, inventaire Chappe, 1 WP/63, Arrêt du Conseil d’État du roi, 11 août 1780.
  • 61 AD Aisne, C 812, Projet adressé par les Mayeur et Échevins de Saint-Quentin à Amelot de Chaillou, (...)
  • 62 Ibidem, Réponse de Amelot à la municipalité de Saint-Quentin, août 1781.

33En province, en raison du nombre plus réduit des membres de communautés de métiers, les contributions annuelles des corporations restent beaucoup plus modestes. À Reims, celle des marchands-drapiers assure une rente annuelle de quatre cent quatre-vingts livres58. À Strasbourg, les métiers donnent entre dix livres (tanneurs) et cinquante livres (maçons, marchands)59, soit un total de quatre cent quarante-deux livres, correspondant au quart des dépenses nécessaires à l’entretien de l’établissement. La nouvelle législation de 1776 relative aux communautés de métiers touche également les écoles de province. Nous avons vu que celle de Lyon reçoit « les produits casuels qui reviennent au roi du nouveau régime des communautés60 », compensation – comme à Paris – de ce que l’établissement a pu perdre au moment des réformes. Reims également obtient un tel arrêt du conseil. C’est également en raison de la nouvelle législation sur les métiers que l’administration royale discute les projets de statuts de la future école gratuite de dessin de Saint-Quentin (1781). En particulier l’article 8 autoriserait les « Corps et communautés de fonder à perpétuité ou à temps des prix à distribuer aux élèves ou d’exempter des droits de maîtrise en totalité ou pour la moitié les Écoliers de leurs Corps ou de leur profession qui auront remporté trois prix du même genre61 ». La réponse ministérielle est pourtant sans ambiguïté : « Les droits de Maîtrise dans le dernier état de la Législation appartiennent essentiellement au Roi. Ils font partie de ses revenus casuels et c’est à lui seul qu’il appartient par conséquent de s’en départir62. » L’article litigieux ne paraît pas dans la version définitive des lettres patentes. Ainsi, quelle que soit la ville considérée, l’importance des sommes octroyées par les métiers marque bien la finalité première des écoles de dessin destinées aux artisans et ouvriers.

Du côté des dépenses : l’équipement des écoles de dessin

34Le financement une fois trouvé, le dernier point concernant la mise en place des écoles de dessin relève de l’équipement indispensable pour que soient tenues les leçons proposées. L’état des comptes des écoles permet de mesurer l’importance des dépenses. Pour les mêmes raisons évoquées en début de chapitre sur le recensement des ressources, le tableau 11 ne présente que quelques exemples destinés surtout à montrer la diversité et l’écart des situations financières d’écoles de dessin.

Tableau 11 : Les dépenses d’écoles de dessin

35Les écoles ici indiquées sont celles pour lesquelles des données suffisantes ont été vérifiées. La date indiquée est celle de l’année du relevé des dépenses de l’école. Quand la colonne « professeur » comporte deux nombres, le premier présente la rémunération d’un professeur et le second celui d’un adjoint. Dans « autres » se trouvent également les dépenses du modèle, dans les écoles académiques. « Entretien » comprend les dépenses de chauffage et de lumière et les dépenses « exceptionnelles ».

Sources et références : Besançon (AM Besançon, Livre des Délibérations du bureau de direction de l’Académie de peinture et de sculpture établie à Besançon (1774-1789) – Douai (AD Nord, C 1045, 1046, École de dessin de Douai, 1785-1790) – Grenoble (AD Isère, D3, École gratuite de dessein à établir à Grenoble, Projet de budget de l’école, 1768, dans Marianne Clerc, Jacques-André Treillard (1712-1794), peintre dauphinois, Grenoble, Presses Universitaires, 1995, annexe 22) – Marseille (Étienne Parrocel, Histoire documentaire de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille, Paris, Imprimerie Nationale, 1889) – Montpellier (Henri Stein, « La Société des Beaux-Arts de Montpellier (1779-1787) », Archives de l’Art français, Paris, Mélanges Lemonnier, Nouvelle période, tome VII, 1913) – Orléans (ANF 0/1/1933 B (2), Projet de financement de l’école académique d’Orléans, mars 1786) – Paris (ANF 0/1/1927 (1), Tableau des recettes et dépenses de l’École royale gratuite de dessin) – Pau (AD Pyrénées Atlantiques, C 1341, États du Béarn, École de dessin.) – Reims (AM Reims, C 1768, École de dessin, 1747-1756) – Strasbourg (AM Strasbourg, carton 4, caisse 4, Projet d’établissement d’une académie de Sculpture, Peinture et Architecture dans la ville de Strasbourg, 1784) – Tours (AM Tours, BB, Registres de délibérations de la ville) – Valenciennes (AM Valenciennes, GG, Registres des délibérations du conseil municipal).

  • 63 ANF 0/1/1927 (1), Tableau des recettes et dépenses de l’École royale gratuite de dessin de Paris.
  • 64 Ibid.

36Les dépenses se partagent en deux catégories distinctes : celles qui relèvent du personnel employé et celles qui touchent les aspects matériels. Dans la première, l’essentiel des dépenses concerne les professeurs et leurs adjoints : domaine de la pédagogie dans lequel on peut également inclure les frais du modèle pour les écoles autorisées et qui fait l’objet du chapitre V. Les autres personnes assurent le quotidien de l’école, en particulier l’accueil et la surveillance des élèves et l’entretien des locaux. Les douze mille six cent cinquante livres dépensées à Paris englobent les indemnités versées à un nombre plus important qu’ailleurs « d’employés » dans un établissement qui accueille mille cinq cents élèves par semaine, mais aussi la rémunération du directeur (6 000 livres, « avec promesses d’être portées à 8 00063 »). Dans les dépenses matérielles figurent d’une part celles qui relèvent de la pédagogie (matériel et prix), d’autre part le bâtiment (= logement) qui abrite l’école, les salles de classes et leur mobilier ainsi que leur entretien général. Comme l’indique à juste titre Jean-Jacques Bachelier, « il est à observer que cette dépense peut varier tantôt plus, tantôt moins64 ».

Le personnel non-enseignant

  • 65 Statuts de l’École royale gratuite de dessin de la ville de Saint-Quentin, article III, Saint-Quen (...)
  • 66 AD Isère, D3, École gratuite de dessein à établir à Grenoble, Projet de budget de l’école, 1768.
  • 67 Règlement de l’École gratuite du Dessein en la ville de Douay, 1er janvier 1770, article XIII, dan (...)
  • 68 Règlement arrêté par l’Académie de Peinture, Sculpture et Architecture civile et navale de Bordeau (...)
  • 69 AM Valenciennes, GG 121, Statuts et règlements de l’Académie de peinture et de sculpture de la vil (...)
  • 70 Jean-Pierre Guillaumont, L’Académie de Peinture et de Sculpture de Dijon…, op. cit., p. 146.
  • 71 « Mémoire de l’école académique de dessin, peinture, sculpture, géométrie, mécanique, perspective, (...)
  • 72 Règlement pour les Portiers, ordonné par M. le Lieutenant général de Police et par le Bureau d’adm (...)
  • 73 ANF 0/1/1927 (1), Tableau des recettes et dépenses de l’École royale gratuite de dessin, année 177 (...)
  • 74 AD Loiret, 2 J 578, Règlement particulier pour la police intérieure de l’École Académique de Peint (...)

37L’administration des écoles, par l’intermédiaire d’un bureau présidé par le maire ou le lieutenant de police, est assurée à titre bénévole par des personnalités nationales ou locales que sont les intendants, échevins et amateurs-bienfaiteurs : « Lesdits Mayeur, Échevins et notables ainsy que les secrétaires exerceront gratuitement les fonctions de leurs places65. » Seuls de rares postes peuvent être rémunérés, dont doivent tenir compte les budgets des écoles (secrétaire parfois, caissier ou trésorier), que complètent des personnels de surveillance (gardes, concierge) et d’entretien (balayeur). Ce poste budgétaire cependant ne concerne que les écoles qui reçoivent de nombreux élèves, l’obligation de surveillance revenant pour les autres aux professeurs et à leurs adjoints. Le tableau 11 des dépenses, présenté ci-dessus, indique la rémunération du concierge, portier, huissier de quatre écoles, comprise entre trente livres (Douai) et huit cents livres (Paris) par an. L’écart est certes énorme, comme l’est celui du nombre d’élèves accueillis. La moyenne de rémunération du concierge est de deux à trois cents livres annuelles. Encore doit-il parfois servir de « domestique pour ouvrir, balayer et nettoyer la salle, pour éclairer et éteindre le feu et les lampes en hiver et de modelle pour les écoliers qui dessineront à la bosse66 ». Quand elle n’est pas confiée à « deux sergents de ville » dont la mission est de « veiller au bon ordre » de l’école de Douai67, la surveillance de l’école peut également être confiée au concierge, « chargé d’ouvrir et de fermer les portes aux heures indiquées68 » ; faire à haute voix l’appel des élèves (Bordeaux) ; récupérer les cannes et épées des élèves, interdites durant les cours ou tenir note des amendes qui sanctionnent les infractions des élèves au règlement (Valenciennes69). Rétribué par le directeur sur ses propres honoraires, le concierge de Dijon doit allumer le poêle et les chandelles, nettoyer la salle et assister aux leçons pour veiller à la discipline70, alors que celui de Marseille reçoit trois cents livres par an pour faire les convois, être présent aux assemblées du bureau, s’occuper du feu et éclairer les lampes71. L’école de Bachelier, qui dispose de plus de ressources mais qui accueille aussi plus d’élèves que les établissements de province, engage des portiers dont le travail est largement détaillé dans un règlement ordonné par le Lieutenant général de police de Paris72. Ils sont chargés à la fois de l’entretien des locaux (nettoyer « partout dans l’intérieur de la classe » ; allumer « les poêles une heure avant l’ouverture des classes ») et du matériel (« nettoyer tous les quinze jours les bustes, marbres, parois et vitres de l’École jusqu’à la hauteur de quinze pieds seulement »). Ils doivent aussi surveiller ce qui se passe dans l’école : (« sonner » l’appel des officiers (= recteur, inspecteurs, professeurs et adjoints) puis des élèves dont ils vérifient la présence et la décence vestimentaire, et auxquels « ils parleront poliment »). Sur le plan financier, les portiers parisiens, qui ne se présentent jamais « qu’avec la livrée du Roi », doivent se contenter de leurs gages « et n’imagineront aucun moyen de les augmenter par tel trafic que ce soit » : en 1775, les gages annuels d’un Suisse s’élèvent à 800 livres et ceux d’un balayeur à 190 livres73. Cependant ils peuvent « recevoir les étrennes que les élèves voudront bien leur donner, mais il leur est défendu de les demander ». L’article XV du règlement concernant la police de l’école d’Orléans et intitulé « Devoirs du concierge » est fortement inspiré de l’exemple parisien. Le concierge partage son travail entre l’entretien de l’établissement (balayer les salles tous les matins ; ranger tout à sa place ; nettoyer les lampes et les préparer pour être allumées le soir ; allumer les poëles et les lampes) et la surveillance (relever les absences d’élèves ; « énoncer » ceux qui font du bruit ou qui empêchent les autres de travailler ; fermer les salles à clef et prendre la clef dans sa poche). Une reconnaissance honorifique du même ordre que celle reçue par les employés de l’école parisienne lui est accordée, puisque, « pendant toute la durée de l’École […] il portera la livrée de Monseigneur le Duc d’Orléans74 ».

  • 75 Statuts de l’École royale gratuite de dessin de la ville de Saint-Quentin, Saint-Quentin, F.T. Hau (...)
  • 76 AM Toulouse, BB 52, Registre des délibérations de la ville de Toulouse, 1682-1788, fol. 30, 29 mar (...)
  • 77 ANF 0/1/1927 (1), Tableau des recettes et dépenses de l’École royale gratuite de dessin.
  • 78 ANF AJ/53/119, Faillites des caissiers Fontane et Pouteau, 1774-1783.

38Le second personnel rémunéré, autre qu’enseignant, relève de l’administration : secrétaire et trésorier. Là encore, ils n’existent que dans les écoles d’importance. À Saint-Quentin, dont l’école ne reçoit qu’un maximum de quatre-vingts élèves, c’est le « Receveur des deniers patrimoniaux et communautés de la ville qui sera toujours chargé de la caisse de laditte école […]. Ne pourra ledit receveur exiger aucun salaire n’y appointement pour raison de ses fonctions en qualité de caissier ; il sera seulement remboursé de ses frais et débours75 ». L’Académie de Toulouse en revanche doit entretenir un « Écrivain qui n’a que 40 livres et qui par les Statuts du Roy est obligé de transcrire sur un registre toutes les analizes que MM les associés doivent faire », et un huissier, présent également « pendant la tenue des assemblées et chargé de porter les billets », gagé à soixante livres76. Le secrétaire de l’École royale gratuite de Paris est particulièrement bien payé, ce que déplore Bachelier, « prêt à diminuer lui-même ses honoraires pour faire réduire les appointements du Secrétaire, portés à 6 000 livres pour transcrire six délibérations par an, ainsi que ceux du Caissier fixés à 4 000 livres, quoiqu’il ni eût point de caisse77 ». Lorsque le premier cesse ses activités, il n’est pas remplacé et l’administration de l’école lui accorde une pension de mille livres. Quant au caissier, le problème se règle presque de lui-même, non sans dommages pour l’établissement puisque les deux qui se succèdent à ce poste, entre 1777 et 1784, font l’un et l’autre faillite78.

Le logement

39Une école, c’est un espace qu’il faut aménager, meubler, entretenir. Il convient donc en premier lieu de trouver un bâtiment qui puisse accueillir professeurs et élèves. Il faut ensuite aménager des salles spécifiques et les fournir en matériel nécessaire aux leçons, régulièrement reconduit d’une école à l’autre.

40Les bâtiments. Le tableau 12 présente le « logement » de trente-deux écoles de dessin. Trois d’entre elles (Lyon, Paris, Troyes) paraissant dans plusieurs rubriques, en raison de leur déménagement. Il arrive en effet que les écoles changent de lieu au cours des années. L’école de Dijon, toujours logée par Les États, change également de local. Son directeur, Devosge, obtient du Prince de Condé, protecteur de l’école, d’être installé au Logis du roi, galerie de Bellegarde (1767-1769) puis dans la salle de Flore du Palais des États puis dans l’aile est du même Palais des États (1778-1783), avant d’emménager dans des locaux spécialement conçus pour l’école, adjoints au Palais des États. L’école est cependant régulièrement accueillie dans une salle du couvent des Cordeliers lorsque se tiennent les assemblées triennales des États généraux de Bourgogne. Quel que soit le local choisi pour tenir école, il faut toujours l’aménager, sans pour autant demander de loyer (cf. illustration 3, p. II).

41Sauf indication contraire, les locaux des écoles sont à la charge des municipalités, soit dans un bâtiment de la ville, soit sous forme de loyer versé au propriétaire privé : les indications entre parenthèses (tableau 12) précisent alors le payeur, lorsqu’il ne s’agit pas de la ville. Sur trente-deux écoles étudiées, quatre sont « logées » par le roi (Beauvais et Paris pour le France, Chambéry pour la Savoie) ou le gouverneur (Marseille). Les vingt-six autres sont hébergées par les États (trois) et surtout la ville (vingt-trois). Les autorités locales sont donc premières dans le logement des écoles. Elles les accueillent directement dans des salles aménagées de l’hôtel de ville (cinq écoles) ou d’autres bâtiments municipaux (neuf) ou du palais des États (Dijon). Des salles ou d’anciennes dépendances de collèges sont également réservées aux écoles. Enfin sept écoles sont installées dans des locaux loués par la ville ou les États : ce sont les seules qui demandent une dépense directe sous forme d’un loyer, compris entre soixante-douze livres annuelles (Saint-Quentin) et deux cent quarante livres (Pau).

Tableau 12 : Le logement d’écoles gratuites de dessin
(Les chiffres placés devant des locaux correspondent à l’ordre des différents logements attribués successivement à une école).

Tableau 12 : Le logement d’écoles gratuites de dessin(Les chiffres placés devant des locaux correspondent à l’ordre des différents logements attribués successivement à une école).

Sources et références : Aix (N. Coste, Les origines de l’école de dessin et du musée d’Aix en Provence, Paris, Plon-Nourrit, 1905) – Amiens (AM BB) Angers ((AM BB 124) – Beauvais (Mercure de France, avril 1750) – Besançon (BM Besançon, Livre des délibérations du bureau de l’Académie de peinture et sculpture, séance du 27 janvier 1778) –Bordeaux (AD Gironde, C 3732) – Chambéry (A. Buttin et S. Jacqueline, Les peintres de la Savoie, 18601940, Chambéry, Les Amis du Musée, 1991) – Châtellerault (AM n° XXXVI) – Dijon (AD Côte d’Or C 3745) – Dole (J. Hézard, « Une intéressante initiative doloise au xviiie siècle : l’école de dessin », Le pays jurassien n° 45, février – avril 1952) – Douai (AM GG, non côté) – Dunkerque (AM Dunkerque, Série B, administration communale) – Lille (AD Nord L 8877) – Grenoble (Mémoire à Mrs les administrateurs de l’école de dessin sous la protection de SAS Mgr duc d’Orléans, 1762, dans M. Clerc, Jacques-André Treillard (17121794). Peintre graveur fondateur de l’École publique de dessin de Grenoble, Université de Grenoble, 1987, annexe 27) – Lyon (AD Rhône 1C 201 et BM, fonds Coste, ms 81) – Macon (AD Saône et Loire, C 677) – Marseille (BM, École académique établie à Marseille dans l’arsenal, le 1er janvier 1753, Marseille, D. Sibié, 1754) – Paris (ANF AJ/53/167) – Pau (AD Pyérénées Atlantiques C 1341) – Poitiers (Affiches du Poitou, avril 1773) – Reims (AM, fonds ancien C 1768) – Rodez (M.-A. Baras, De l’éducation publique dans la France libre. Tome second : « État actuel des établissements destinés en Europe à l’instruction publique et aux progrès des connaissances humaines », Toulouse, Desclassan et Paris, Belin, An I de la République) – Rouen (C. Robillard De Beaurepaire, Recherches sur les institutions publiques dans le diocèse de Rouen avant 1789, Évreux, Pierre Huet, 1872, p. 156) – Saint-Omer (AM Registre de l’administration du collège français, 1763-1777) – Saint-Quentin (M. Séverin, L’école de La Tour. École royale gratuite de dessin fondée à Saint-Quentin par Maurice Quentin de La Tour, 1782-1975, Saint-Quentin, 1993, p. 9) – Soissons (AM C 635) – Strasbourg (AM carton 4, Beaux-Arts) – Toulouse (AM DD 305) – Tours (AM GG 26) – Troyes (BM carton 1201 et AM fonds Delyon 79) – Valenciennes (AM ms 723) – Vienne (R. Favier, Les villes du Dauphiné aux 17e et 18e siècles, Grenoble, Presses Universitaires, 1993, p. 135).

  • 79 AD Gironde, C 3292, Lettre Nicolas François de Bazemont à Tourny, sd (vers 1752 ?), Correspondance (...)
  • 80 AM Valenciennes, ms 723, Pièces concernant la grande salle du collège pour une académie de peintur (...)

42Les administrateurs scolaires, sous la responsabilité de la ville ou des États, doivent faciliter l’accès de l’école aux élèves. Cela ne pose aucun problème lorsqu’il s’agit de bâtiments municipaux, en particulier lorsque les classes se trouvent dans l’hôtel de ville, sous surveillance des gardes de ville. La question est plus délicate en revanche pour les neuf écoles qui occupent des salles du collège : la cohabitation collégiens/élèves de l’école, souvent apprentis et ouvriers, tous adolescents mais de condition sociale différente, ne peut se faire sans heurts. À Bordeaux, une des classes du collège est occupée dès 1744 par l’école de dessin. Le professeur Nicolas de Bazemont réclame à l’intendant, le marquis de Tourny, un abri pour les élèves qui attendent l’heure d’ouverture, fixée à 10 heures : en effet la porte du collège est fermée parce que « les collégiens sont à la messe » ou que « le Principal ne veut pas que les Écoliers se mêlent aux Collégiens79 ». Aussi, pour éviter que les élèves restent dans la rue et créent du « désordre contre les passants », un accueil devrait-il être ménagé entre « le porche et le grillage qui pourrait être fermé à clef ». Le problème est quasi-identique à Valenciennes. L’école est logée dans la grande salle située au-dessus des classes de l’ancien établissement des Jésuites. Pour rendre les locaux adaptés à leur nouvelle fonction, les administrateurs du collège demandent de « pratiquer une issue du côté de la rue, qui n’aura point de communication avec le collège, dont la ville fera la dépense ainsi que de toutes celles qui seront nécessaires pour mettre la salle en état de servir d’école de dessin80 ». Les mondes sociaux et culturels bien différents des « collégiens » et des « écoliers », souvent apprentis, ne doivent pas se côtoyer.

  • 81 Claret de Latourette, Projet du Conseil d’État, 1776, dans Léon Charvet, « Origines de l’enseignem (...)
  • 82 AD Doubs, dans Auguste Castan, L’ancienne école de peinture et de sculpture de Besançon (1756-1791(...)

43Le local une fois trouvé et rendu accessible aux élèves, il convient de procéder à l’aménagement des salles de classe. Les archives locales renseignent parfois sur les lieux, en particulier lorsque des travaux sont demandés, ou lors d’inventaires, qu’ils soient dus au changement de directeur ou, plus tardivement, aux décisions des districts départementaux issus de la Révolution. Le nombre de salles affectées à l’école n’est pas significatif de son importance : une seule salle de forme hexagonale, pour l’école de Bachelier, installée dans l’amphithéâtre Saint-Come en 1775, mais elle peut accueillir cent vingt-cinq élèves. Quatre pièces à Lyon, quand l’école s’installe dans l’Hôtel Commun des Citoyens : « Deux chambres au premier étage du pavillon à main droite, destinées l’une pour placer l’amphithéâtre pour modèle, et l’autre à l’étude du dessin d’après la bosse, les académies, la fleur, l’ornement ; l’entresol au-dessus de la première partie susdite où se donneront les leçons de géométrie pratique, de la coupe de pierres ; enfin une chambre ou grenier, étant sur le palier du cabinet du Peintre de la ville dans laquelle on tiendra l’école des jeunes élèves pour les principes du dessin », le tout disposé et arrangé aux frais de la ville81. Le nombre de salles affectées aux écoles dépend donc à la fois de la dimension des pièces (« au moins de vingt pieds en quarré82 »), du nombre d’élèves accueillis et de la présence ou non d’une classe du modèle, qui se distingue du reste des enseignements.

  • 83 Ordonnance du Roi portant Règlements pour l’École Royale gratuite de Dessin dans la Ville de Saint (...)
  • 84 AM Saint-Omer, « Inventaire des effets qui se trouvent dans l’école gratuite de Dessin à Saint-Ome (...)
  • 85 Mémoire à Messieurs les administrateurs de l’école de dessin, sous la protection de S.A.S. Monseig (...)
  • 86 AM Valenciennes D7-6, Inventaire du mobilier et des papiers de l’hôtel de ville et autres établiss (...)
  • 87 « Mémoire à Messieurs les administrateurs de l’école de dessin, sous la protection de S.A.S. Monse (...)
  • 88 AM Saint-Omer, « Inventaire des effets qui se trouvent dans l’école gratuite de Dessin à Saint-Ome (...)
  • 89 AD Doubs, Mémoire sur le projet d’établir à Besançon une École gratuite de peinture et de sculptur (...)
  • 90 AM Lille, Registre de l’école de dessin 33, Lettre de Jean-Baptiste Le Tillier au Magistrat, juill (...)

44Quels que soient le nombre et la taille des pièces affectées à l’école, les autorités doivent agencer le local et le meubler en vue de cours dispensés, ce que stipulent parfois les règlements des écoles : « Ladite Salle d’Étude demeurera toujours garnie de tables de bois, et d’un nombre suffisant de bancs pour placer les Élèves, d’un poële, d’une pendule et d’une petite cloche83. » Toutes les descriptions de classes indiquent le même type de matériel. En premier lieu des tables : « trois doubles ayant chacune vingt-six piés de longueur et trois et demi de largeur, au pied de dix pouces et quatre simples de la même longueur sur dix-huit pouces de largeur » à Saint-Omer84 ; deux à Grenoble « pour ceus des élèves qui voudront laver à l’ancre de la Chine et pour ceuxs qui dessineront l’architecture85 » et dix-huit à Valenciennes86. Tables en longueur donc qui permettent à un petit groupe d’élèves de travailler au même modèle. Elles sont complétées par des bancs : seize à Valenciennes, deux de huit places à Grenoble. Caisses pour poser les bosses ; porte-originaux pour conserver les dessins « sous des verres encadré dans un carton et qatre virole à vis pour les tenir ferme derière le vere et pouvoir les changer à mesure que l’on en a besoin87 », armoires fermant à clef pour y ranger estampes et registres de l’école, constituent le mobilier indispensable au fonctionnement d’une école de dessin. Là où elles existent, les salles du modèle sont en « amphithéâtre en planches formant un cercle […] composé de six bancs88 », avec « des pupitres en avant, pour que les écoliers puissent y poser leurs tablettes. Par derrière ces bancs et plus élevés, il faut des chevalets destinés aux sculpteurs89 ». Enfin, « conformément à l’ordre établi à Paris, il sera nécessaire qu’il y ait dans la salle d’académie un échafaud de sept pieds en carré monté sur un pivot afin qu’on puisse tourner à volonté le modèle et choisir des côtés qui seront les plus avantageux à dessiner90 ». L’agencement des salles du modèle à finalité artistique est bien calqué sur celui de l’Académie royale de peinture et de sculpture (cf. illustration 4, p. III).

  • 91 « Mémoire à Messieurs les administrateurs de l’école de dessin, sous la protection de S.A.S. Monse (...)
  • 92 AM Strasbourg, AA 2096, Évaluation des frais d’établissement et d’entretien de l’école de dessin, (...)
  • 93 Mémoire de l’école académique de dessin, peinture, sculpture, géométrie, mécanique, perspective, a (...)
  • 94 AM Tours, GG 26 (2), Registre des délibérations du corps de ville, 23 août 1786.

45Chauffage et éclairage des classes constituent également une dépense indispensable dans l’équipement des écoles de dessin. Parce que la lumière est essentielle à l’apprentissage du dessin, les professeurs demandent que « les sales qui seront destinée aux ecserssice de l’école seront éclairé du plus haux qu’ils ce pourat par ce que le jours rand la lumière plus égale et plus générale, fatigue moin la vüe et donne des plus belle masse d’ombre et de clair91 ». Le troisième projet établi pour l’école de Dijon présente ainsi trois pièces au premier niveau, dont la grande salle réservée à l’école de dessin est éclairée de douze fenêtres. Mais, en l’absence de lumière naturelle, il est nécessaire d’envisager des dépenses d’éclairage qui, avec celles du chauffage, forment un poste budgétaire incontournable. Le magistrat de Strasbourg l’estime à près de trois cents livres par an, soit « 8 à 10 cordes de bois à 15 livres la corde, y compris la voiture et la façon, 300 fagots à 10 livres le cent. On compte pour le luminaire pendant 8 mois de l’année à raison de 12 livres par jour » soit 150 livres92. L’académie de Marseille quant à elle consacre sept cents livres à la lumière et au « feu » des trois salles de l’école93. Les comptes de la ville de Tours indiquent que, pour la lumière, il faut environ « 80 livres d’huile à 16 sols la livre », soit un prix de 64 livres et « 250 livres de chandelle à 15 sols la livre » soit un coût de « 50 livres, 37 sols 1094 ».

46Ainsi, le succès des écoles de dessin incite les autorités publiques et les institutions comme les personnes privées à participer à leur financement que le roi autorise, par arrêts du conseil et lettres patentes. Lui-même fonde des élèves de l’École royale de Paris. Cependant la diversité des ressources et l’inégalité des budgets constatées pour l’ensemble des écoles de dessin amènent deux remarques, concernant d’une part la durée d’existence de certaines écoles mal « dotées », d’autre part l’application du principe de gratuité souhaité par les initiateurs.

  • 95 ANF 0/1/1933/A(2), Académies et écoles de province, Lettre de Pierre Lagleire au comte d’Angiville (...)

47La courte existence d’écoles. L’ensemble des dépenses représente un poste budgétaire lourd pour certaines municipalités qui n’ont pas toujours les moyens, ni parfois la volonté, de soutenir de telles entreprises. Cette absence de soutien municipal est particulièrement tangible à Bayonne. Le projet que le peintre Pierre Laglaire propose aux autorités de Bayonne n’est accepté qu’avec beaucoup de réticence, y compris la promesse d’un financement par la ville. Ce point ne semble cependant pas avoir été respecté car, si le professeur a « quitté la Direction de l’école de Bayonne, ce n’a été qu’à cause que les dépenses que j’y avais faites avaient totalement derrangé mes affaires95 ».

48Ce sont en effet les difficultés financières rencontrées par les payeurs (villes, États ou sociétés de mécènes) qui expliquent la courte vie ou l’interruption temporaire d’écoles gratuites de dessin. Les cas d’échec sont cependant minoritaires. Six écoles ont en effet une existence plus ou moins courte : Saint-Malo (1759-1770), Lorient (1768-1771), Angers (1769-1773) – même si le professeur Pierre Coulet de Beauregard continue de tenir une « Académie », mais qui est payante puisque la ville n’accorde plus d’aide –, La Rochelle (1768), Bayonne (1779-1782) et Montpellier (1779-1787). Le mauvais état financier de l’école de Montpellier, avec un déficit de près de 3000 livres en 1783 (40 % de son budget), entraîne le renouvellement rapide des professeurs, soit pour cause de renvoi, soit parce qu’ils démissionnent. En 1787, l’école est finalement intégrée à celle des Ponts et Chaussées nouvellement créée dans la ville.

49Deux autres établissements connaissent une brève interruption : Rennes (entre 1771 et 1774) et Nantes (entre 1771 et 1776), liée aux problèmes financiers rencontrés par les États de Bretagne. Le 21 décembre 1770, l’assemblée décide en effet « de rayer de l’état des fonds […] l’indemnité faite aux quatre professeurs de dessin », ce qui supprime les écoles puisque, sans secours financiers, elles perdent leur caractère gratuit. Régulièrement cependant, des professeurs en demandent le rétablissement, ce qui est finalement accordé pour Rennes (1774) puis Nantes (1776). L’école de Saint-Malo en revanche n’est jamais rétablie, tout comme celle de Lorient, pourtant soutenue par la ville qui, en 1771, cesse de verser l’indemnité de logement jusque-là octroyée au professeur : la mise en liquidation de la Compagnie des Indes, à partir de 1769, porte un rude coup aux finances lorientaises.

  • 96 AM Châtellerault, XXXVI, Extrait du registre des délibérations du corps de ville (1762-1790), Règl (...)
  • 97 AD Pyrénées Atlantiques, C 1519, 1788-1789, Registres des États du Béarn.
  • 98 AM Angers, BB 124, Registre des conclusions de l’administration communale, janvier 1772.
  • 99 Marie-Catherine Massé, La collection de dessin du Musée des Beaux-Arts de Reims…, op. cit., p. 9.

50Et le principe de gratuité ? L’existence des écoles de dessin repose sur une double originalité : elles sont publiques et laïques ; elles sont gratuites. Cependant le principe de gratuité ne s’applique pas systématiquement à tous les élèves qui les fréquentent, surtout au début de l’existence des écoles. Sur quinze écoles envisagées sous ce principe, trois sont totalement gratuites (Beauvais, Saint-Quentin et Paris) et trois sont payantes quoique dénommées « gratuites » (Amiens, Châtellerault et Saint-Omer). À Châtellerault par exemple, la contribution demandée aux élèves est de trois livres par an pour ceux qui fréquentent « les écoles des Dimanches et fêtes […] et ceux qui se présenteront pour l’école de la Semaine Payeront Également trois Livres d’entrée ; Les 20 sols par mois seront payés au professeur dans Les premiers huit jours d’enseignement de chaque mois96 ». Les classes des dimanches et fêtes sont ouvertes aux ouvriers. Celles de la semaine s’adressent aux apprentis et compagnons. Le nombre total d’élèves accueillis est d’environ quarante. Enfin neuf écoles sur les quinze étudiées sont partiellement gratuites (Angers, Chambéry, Grenoble jusqu’en 1779, Lorient (avant d’être financée par les États de Bretagne), Orléans, Pau, Reims jusqu’en 1778, Rouen, Strasbourg). Dans cette catégorie, Angers et Pau sont originales, dans la mesure où leur « école » fonctionne d’abord comme un cours privé : les autorités locales y nomment et ne soutiennent que quelques élèves. Les États du Béarn financent entre dix et quinze élèves de Pau, à raison de quarante sols par élève et par mois, versées au professeur, ainsi que le matériel pédagogique, dont « plusieurs estampes pour l’étude des élèves », les prix annuels et le logement du professeur97. Quant à la municipalité d’Angers, elle ne subventionne que le logement et « deux jeunes pauvres » pour lesquels le professeur reçoit cent vingt puis cent cinquante livres, en raison du « progrès des deux élèves confiés98 ». Dans les deux villes, l’apport financier des autres élèves est libre. Pour les sept autres écoles partiellement gratuites, la contribution des élèves varie dans le temps. À ses débuts, l’école de Reims ne reçoit que dix-huit élèves gratuits, subventionnés par la municipalité ; les autres élèves payent trois ou six livres, selon qu’ils sont originaires de la ville ou « étrangers99 ». La situation dure jusqu’en 1778, date à laquelle tous les élèves qui fréquentent l’école sont exonérés de paiement. À Rouen, le nombre d’élèves gratuits augmente, au fur et à mesure de l’accroissement des ressources de l’école : de trente gratuits à ses débuts, elle en accueille finalement cent vingt à partir de 1755, lorsqu’elle peut compter sur les trois mille livres autorisées par arrêt du conseil du roi. Les autres élèves payent un maximum de six livres par mois. Le principe de gratuité des écoles repose sans doute davantage sur le fait que, contrairement à des cours privés, les autorités locales – en particulier la ville – finance le logement et la rémunération du professeur, ce qui n’exclut cependant pas la contribution d’élèves. Selon la diminution ou l’accroissement des ressources affectées à l’établissement, l’école « gratuite » disparaît ou, au contraire, accueille un nombre plus important d’élèves non payants.

51Pour la plupart d’entre elles, les Écoles, Écoles académiques et Académies de dessin existent grâce à l’initiative d’artistes – peintres ou sculpteurs –, parfois de sociétés d’amateurs. Souvent, elles sont encouragées par des hommes du roi, voire par le roi lui-même. Bien que parfois organisées selon un modèle académique, elles se démarquent de l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris en proposant seulement un enseignement pour les ouvriers et artisans et, lorsqu’elles forment aussi aux arts libéraux, elles maintiennent une ou plusieurs classes pour les débutants et ceux qui se destinent aux arts mécaniques. Dans ce cas, les leçons, qui ne s’adressent qu’aux garçons, sont toujours publiques et totalement ou partiellement gratuites. Logement et rétribution du professeur sont pris en charge par une institution publique. Cette caractéristique exclut de ce travail tous les cours privés qui se multiplient au xviiie siècle : engouement pour l’étude du dessin et de la peinture ? insuffisance des revenus de ceux qui font métier artistique ? Si en effet les anciens élèves de l’Académie, non reçus académiciens royaux, peuvent s’établir à leur compte maîtres peintres dans toutes les villes du royaume, ils peuvent couvrir la France d’une multitude de classes où s’enseignent le dessin et les autres arts qui lui sont liés, sans pour autant correspondre aux critères retenus ici.

52Selon ses statuts, l’école reçoit alors des subventions, généralement annuelles : parfois du roi ou de ses représentants, des États, et toujours de la ville sous les auspices de laquelle elle est installée. Fondateurs et amateurs contribuent également aux ressources de l’école. Même quand ces financements se cumulent, ils ne suffisent pas toujours à assurer les nombreuses dépenses auxquelles doivent faire face les administrateurs. Des compléments sont souvent nécessaires, sous forme de dons et legs, parfois anonymes, quand ce n’est pas le directeur ou le professeur qui continue de financer certaines fournitures, ou des élèves qui participent aux dépenses. En outre, lorsqu’elle est liée aux métiers, l’école reçoit également une aide des communautés. À la complexité des statuts correspond donc la complexité des financements nécessaires pour assurer le bon fonctionnement des écoles.

53Toutes les conditions sont réunies pour procéder à l’ouverture des écoles : local aménagé, tables et bancs disposés, éclairage et chauffage assurés. Maîtres et élèves peuvent faire leur entrée.

Notes

1 AD Ille et Vilaine, série C, Délibérations des États de Bretagne

2 AM Toulouse, CC 1662, Registres des comptes de la ville et CC 2803 et 2804, Pièces à l’appui des comptes de la ville (1772 et 1773).

3 AM Lille, cartons 37 et 103 (École de dessin).

4 AD Isère, D3, École gratuite de dessein à établir à Grenoble, Projet de budget de l’école, 1768, retranscrit dans Marianne Clerc, Jacques-André Treillard (1712-1794). Peintre dauphinois, annexe 22, thèse sous la direction de Marie-Félicie Pérez, Université de Lyon II, 1992.

5 AM Strasbourg, carton 4, caisse 4, Projet d’établissement d’une académie de Sculpture, Peinture et Architecture dans la ville de Strasbourg, 1784.

6 ANF 0/1/1933 B (2), Académies et écoles de province, Projet de financement de l’École académique d’Orléans, mars 1786.

7 AM Châtellerault, Registre des délibérations du corps de ville, 1762-1790, N°XXXVI, feuillet 284 V°, Lettre de M. l’intendant de Manteuil au maire de Châtellerault, M. Dubois, 8 janvier 1786.

8 AM Lille, École de dessin, carton 37, liasse 16, 3 avril 1776.

9 AD Ille et Vilaine, Fonds général des États de Bretagne, délibérations des États, C 2687, jeudi 10 février 1757.

10 AD Ille et Vilaine, Beaux-Arts, C 4919, Rapport sur les écoles de dessin depuis le 10 février 1757 jusqu’en 1790.

11 Ibidem.

12 AM Lorient, Délibération de la communauté de ville, 22 juin 1765.

13 André Lesort, Les États de Bretagne et l’enseignement du dessin au xviiie siècle, Paris, Plon-Nourrit, 1911.

14 D’après Émile Magnin, Histoire du Mâconnais, 1971, p. 229-230, dans Jean-Pierre Guillaumont, L’Académie de Peinture et de Sculpture de Dijon, thèse sous la direction d’Albert Chatelet, Université de Strasbourg, 1994, p. 620.

15 Anne Buttin et S. Jacqueline, Les peintres de la Savoie, 1840-1940, Chambéry, Les Amis des Musées, 1991.

16 ANF 0/1/1933 B(2), Académies et écoles de province, Projet de financement de l’École académique d’Orléans, mars 1786.

17 AD Rhône, 1 C 201, Beaux-Arts, 1757-1789, Mémoire pour l’établissement des écoles de dessin, de sculpture et de géométrie de la ville de Lyon, sd (après 1780 ?).

18 AM Orléans, BB 11, Registre des élections des maires et échevins de la ville d’Orléans sur lequel seront aussi inscrits les événements les plus remarquables et les pièces les plus intéressantes (1752-1789), séance du 11 avril 1786.

19 Michel Antoine, « Intendants », dans Dictionnaire de l’Ancien Régime, sous la direction de Lucien Bély, Paris, PUF, 1996.

20 AD Isère, D3, École gratuite de dessein à établir à Grenoble, Proposition rédigée par l’Intendance en 1768, dans Marianne Clerc, Jacques André Treillard (1712-1794) …, op. cit., annexe 22.

21 Christine Harbion, « À propos du tableau : “La distribution des prix à l’académie de dessin et de peinture de la ville de Dunkerque” de Nicolas Truit », Revue de la Société dunkerquoise d’histoire et d’archéologie, numéro 29, novembre 1995, note 30, p. 69.

22 AM Toulouse, CC 1662, Décision des Commissaires nommés pour régler tout ce qui concerne l’administration des affaires des villes et communautés de la Province de Languedoc, à Montpellier au Bureau de la Commission, le 20 août 1742.

23 AM Tours, GG 26, Vue d’un plan de distribution de quelques petits prix destinés à entretenir l’émulation entre les ouvriers en soye et dans l’école du dessein établie à Tours, 1er octobre 1785, par M. d’Estaing, gouverneur.

24 AM Strasbourg, carton 4, liasse 4, Règlement du Magistrat de la Ville de Strasbourg concernant l’établissement et la fondation d’une École gratuite des Arts et Métiers, 1761.

25 AM Reims, C 1768, dans « Histoire de l’école de dessin de Châlons-sur-Marne », Mémoires de la Société d’agriculture, commerce, sciences et arts du département de la Marne, tome 9, année 1986, p. 276.

26 M. Frémiet-Monnier, « Éloge de M. Devosge, fondateur et professeur de l’école de dessin, peinture et sculpture de Dijon, de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de cette ville », Dijon, imprimerie de Frantin, 1813.

27 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres, Paris, Briasson, David, Lebreton, Durand, 1751-1771, article « Donation ».

28 Dictionnaire de l’Académie, 1762, article « Donation ».

29 Mercure de France, avril 1771.

30 Affiches du Poitou, 23 septembre 1773.

31 AM Reims, C 1768, dans « Histoire de l’école de dessin de Châlons-sur- Marne »…, op. cit., p. 276.

32 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Legs ».

33 D’après André Bouton, Le Maine. Histoire économique et sociale, xviie et xviie siècles, Le Mans, A. Bouton, 1973, p. 283.

34 AM Reims, C 692, fonds ancien n° 101, dans Jean-Pierre Guillaumont, L’Académie de Peinture et de Sculpture de Dijon…, op. cit., p. 79.

35 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Souscription ».

36 Ibidem.

37 École gratuite et académique de dessin et arts analogues établie dans la ville de Tours, Prospectus pour la formation d’une Classe d’Amateurs de ladite École, Tours, imprimerie F. Vauquer-Lambert, 1782.

38 AM Tours, GG 26/2.

39 ANF 0/1/1933/B (2), Académies et écoles de province, 21 mars 1785.

40 « Société de l’École académique de peinture, sculpture, architecture et autres arts dépendant du dessin », Orléans, imprimerie Couret de Villeneuve, autorisation royale de 1786, dans Louis Jarry, L’école gratuite de dessin…, op. cit.

41 AM Strasbourg, série VI 381, Pièce concernant la création d’une école de dessin, 20 février 1784.

42 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Fondation », écrit par Turgot.

43 Ibidem.

44 « Lettres patentes du Roi, portant établissement d’une École Royale gratuite de Dessin à Paris, données à Fontainebleau le 20 octobre 1767, registrées en parlement le premier décembre 1767 », article V.

45 ANF 0/1/1927 (1), Tableau des recettes de l’École royale gratuite de dessin de Paris.

46 AJ/53/107, École royale gratuite de dessin de Paris, Fondations.

47 Jean-Jacques Bachelier, Mémoire concernant l’École royale gratuite de dessin où l’on montre l’utilité de cet établissement, les avantages qui en résultent, les détails de l’administration et de la direction et généralement tout ce qui peut y avoir rapport, Paris, Imprimerie royale, 1774, p. 13.

48 ANF AJ/53/107, Fondations de l’École royale gratuite de dessin (1768-1793).

49 ANF/AJ/53/108, Fondations de l’École royale gratuite de dessin : créations et liquidations (1768-1782).

50 ANF/AJ/53/16, Comptabilité de l’École royale gratuite de dessin.

51 ANF/AJ/53/107, Fondations de l’École royale gratuite de dessin (1768-1793).

52 ANF 0/1/1927 (1), Tableau des recettes de l’École royale gratuite de dessin de Paris

53 Lettres patentes du Roi, portant établissement d’une École Royale gratuite de dessin à Paris, registrées en Parlement, 20 octobre 1767, article V.

54 ANF 0/1/1927 (1), Tableau des recettes de l’École royale gratuite de dessin.

55 Édit de février 1776, dans Alfred Franklin, Dictionnaire historique des arts, métiers et professions exercés dans Paris depuis le xiiie siècle, Paris, H. Welter éditeur, 1906, réimpression New York, 1968, p. 781.

56 Lettres patentes du Roi, concernant l’École Royale gratuite de dessin, données à Versailles le 19 décembre 1776, registrées en Parlement le 30 décembre 1776.

57 ANF AJ/53/108, Fondations de l’École royale gratuite de dessin : créations et liquidations (1768-1782).

58 Marie Catherine Massé, La collection de dessins du Musée des Beaux-Arts de Reims : une école de dessin au xviiie siècle en Champagne, Mémoire pour le diplôme de l’École du Louvre, sous la direction de R. Bacou, Paris, novembre 1978, p. 9.

59 AM Strasbourg, série VI 381, 3, Relevé des offres faites par les différents corps des tribus pour concourir au supplément de fonds nécessaire pour l’établissement d’une école de dessin, 1783.

60 AM Lyon, inventaire Chappe, 1 WP/63, Arrêt du Conseil d’État du roi, 11 août 1780.

61 AD Aisne, C 812, Projet adressé par les Mayeur et Échevins de Saint-Quentin à Amelot de Chaillou, Secrétaire d’État à la Maison du Roi, 21 juillet 1781.

62 Ibidem, Réponse de Amelot à la municipalité de Saint-Quentin, août 1781.

63 ANF 0/1/1927 (1), Tableau des recettes et dépenses de l’École royale gratuite de dessin de Paris.

64 Ibid.

65 Statuts de l’École royale gratuite de dessin de la ville de Saint-Quentin, article III, Saint-Quentin, F.T. Hautoy, 1783.

66 AD Isère, D3, École gratuite de dessein à établir à Grenoble, Projet de budget de l’école, 1768.

67 Règlement de l’École gratuite du Dessein en la ville de Douay, 1er janvier 1770, article XIII, dans Jacques Guillouet, « La fondation de l’école gratuite de dessin de Douai », Les Amis de Douai, tome IX, juillet-août-septembre 1985, p. 168.

68 Règlement arrêté par l’Académie de Peinture, Sculpture et Architecture civile et navale de Bordeaux, Bordeaux, Frères Labottière, octobre 1773, article V.

69 AM Valenciennes, GG 121, Statuts et règlements de l’Académie de peinture et de sculpture de la ville de Valenciennes, Titre III « Élèves », article X, page 21, 8 juin 1785.

70 Jean-Pierre Guillaumont, L’Académie de Peinture et de Sculpture de Dijon…, op. cit., p. 146.

71 « Mémoire de l’école académique de dessin, peinture, sculpture, géométrie, mécanique, perspective, architecture et anatomie, envoyé à M. le Contrôleur Général, le 5 mai 1755. Et à Mgr le Premier Président et Intendant de Provence pour l’établissement dans la ville de Marseille d’une école académique gratuite des arts du dessin, peinture, sculpture, géométrie, mécanique, perspective, architecture et anatomie », dans Étienne Parrocel, Histoire documentaire de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille, Paris, imprimerie nationale, 1889, p. 16.

72 Règlement pour les Portiers, ordonné par M. le Lieutenant général de Police et par le Bureau d’administration de l’École royale gratuite de dessin, arrêté dans l’assemblée tenue en l’hôtel de M. de Sartine, le 1er mars 1768, imprimé chez Gueffier, rue de La Harpe.

73 ANF 0/1/1927 (1), Tableau des recettes et dépenses de l’École royale gratuite de dessin, année 1775.

74 AD Loiret, 2 J 578, Règlement particulier pour la police intérieure de l’École Académique de Peinture, Sculpture, Architecture et autres Arts dépendans du dessin, 1787.

75 Statuts de l’École royale gratuite de dessin de la ville de Saint-Quentin, Saint-Quentin, F.T. Hautoy, 1783, article VI.

76 AM Toulouse, BB 52, Registre des délibérations de la ville de Toulouse, 1682-1788, fol. 30, 29 mars 1751.

77 ANF 0/1/1927 (1), Tableau des recettes et dépenses de l’École royale gratuite de dessin.

78 ANF AJ/53/119, Faillites des caissiers Fontane et Pouteau, 1774-1783.

79 AD Gironde, C 3292, Lettre Nicolas François de Bazemont à Tourny, sd (vers 1752 ?), Correspondance de l’Intendance de Bordeaux, 1716-1782.

80 AM Valenciennes, ms 723, Pièces concernant la grande salle du collège pour une académie de peinture, Réponse du bureau d’administration du collège, 17 mars 1783.

81 Claret de Latourette, Projet du Conseil d’État, 1776, dans Léon Charvet, « Origines de l’enseignement public des arts du dessin à Lyon », Réunion des Sociétés des Beaux-Arts des Départements, Paris, Plon, volume XXVIII, 1904, p. 455.

82 AD Doubs, dans Auguste Castan, L’ancienne école de peinture et de sculpture de Besançon (1756-1791), Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, 1888, p. 157. 83.

83 Ordonnance du Roi portant Règlements pour l’École Royale gratuite de Dessin dans la Ville de Saint-Quentin, 31 octobre 1782, article II.

84 AM Saint-Omer, « Inventaire des effets qui se trouvent dans l’école gratuite de Dessin à Saint-Omer comme appartenant à cette ville », dans Jules Joets, L’école des Beaux-Arts de Saint-Omer (1767-1908), Saint-Omer, imprimerie du Mémorial artésien, 1909, p. 18. L’inventaire est établi à la suite du décès du professeur de l’école.

85 Mémoire à Messieurs les administrateurs de l’école de dessin, sous la protection de S.A.S. Monseigneur le duc d’Orléans, par le peintre Treillard, dans Marianne Clerc, Jacques André Treillard (1712-1794)…, op. cit., annexe 27.

86 AM Valenciennes D7-6, Inventaire du mobilier et des papiers de l’hôtel de ville et autres établissements appartenant à la ville de Valenciennes, An VI, dans L’Académie de Peinture et de Sculpture à Valenciennes…, op. cit., p.17.

87 « Mémoire à Messieurs les administrateurs de l’école de dessin, sous la protection de S.A.S. Monseigneur le duc d’Orléans », par le peintre Treillard, dans Marianne Clerc, Jacques André Treillard (1712-1794)…, op. cit., annexe 27.

88 AM Saint-Omer, « Inventaire des effets qui se trouvent dans l’école gratuite de Dessin à Saint-Omer comme appartenant à cette ville », dans Jules Joets, L’école des Beaux-Arts de Saint-Omer…, op. cit., p. 18.

89 AD Doubs, Mémoire sur le projet d’établir à Besançon une École gratuite de peinture et de sculpture, présenté à l’Intendant de Franche Comté par le sculpteur Luc Breton et le peintre Melchior Wyrsch, février 1773, dans Auguste Castan, L’ancienne école de peinture et de sculpture de Besançon…, op. cit., p. 158.

90 AM Lille, Registre de l’école de dessin 33, Lettre de Jean-Baptiste Le Tillier au Magistrat, juillet 1754.

91 « Mémoire à Messieurs les administrateurs de l’école de dessin, sous la protection de S.A.S. Monseigneur le duc d’Orléans », par le peintre Treillard, dans Marianne Clerc, Jacques André Treillard (1712-1794)…, op. cit., annexe 27.

92 AM Strasbourg, AA 2096, Évaluation des frais d’établissement et d’entretien de l’école de dessin, 20 février 1784.

93 Mémoire de l’école académique de dessin, peinture, sculpture, géométrie, mécanique, perspective, architecture et anatomie, envoyé à M. le Contrôleur général, 5 mai 1775, dans E. Parrocel, Histoire documentaire de l’Académie de peinture et sculpture de Marseille, Ch. Albessard et Bérard, 1832.

94 AM Tours, GG 26 (2), Registre des délibérations du corps de ville, 23 août 1786.

95 ANF 0/1/1933/A(2), Académies et écoles de province, Lettre de Pierre Lagleire au comte d’Angiviller, 7 avril 1784.

96 AM Châtellerault, XXXVI, Extrait du registre des délibérations du corps de ville (1762-1790), Règlement de l’École de dessin, 3 février 1786, feuillet 285.

97 AD Pyrénées Atlantiques, C 1519, 1788-1789, Registres des États du Béarn.

98 AM Angers, BB 124, Registre des conclusions de l’administration communale, janvier 1772.

99 Marie-Catherine Massé, La collection de dessin du Musée des Beaux-Arts de Reims…, op. cit., p. 9.

Table des illustrations

Titre Tableau 6 : Les revenus de l’École royale gratuite de dessin de Paris en 1775 (données exprimées en livres)
Légende Source : ANF 0/1/1927 (1), Tableau des recettes de l’École royale gratuite de dessin de Paris.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6992/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Tableau 7 : Ressources d’écoles de dessin. Un financement inégal(les sommes sont exprimées en livres).Seules paraissent les écoles pour lesquelles des données sont confirmées.
Légende Sources et références : Angers (AM BB 124) – Besançon (A. Castan, L’ancienne école de Peinture et de Sculpture de Besançon, 1756-1797, Besançon, Société d’émulation du Doubs, 1888, p. 72) – Douai (AM GG (1769-1787), Registre de l’école de dessin) – Lorient (AD Ille et Vilaine, série C, Comptes des États de Bretagne) – Lyon (AD Rhône 1 C 201) – Macon (AD Saône et Loire, C 677) – Montpellier (AD Hérault, D, liasse relative à la Société des Beaux-Arts) – Nantes (AD Ille et Vilaine, série C, Comptes des États de Bretagne) – Orléans (ANF 0/1/1933/B (2)) – Paris (ANF 0/1/1927 (1)) – Pau (AD Pyrénées Atlantiques C 1341) – Rennes (AD Ille et Vilaine, série C, Comptes des États de Bretagne) – Rouen (C. de Robillard de Beaurepaire, Recherche sur l’instruction publique dans le diocèse de Rouen avant 1789, Évreux, éd. Huet, 1872, tome 3, p. 168) – Saint-Omer (AD Pas de Calais, Registre des Assemblées d’États d’Artois) – Saint-Quentin (M. Séverin, L’école de La Tour. École royale gratuite de dessin fondée à Saint-Quentin par Maurice Quentin de La Tour, 1782-1975, Saint-Quentin, 1993, p. 15) – Strasbourg (AM carton 4, Beaux-Arts) – Toulouse (AM, série CC, Pièces à l’appui des comptes de la ville) – Tours (AM GG 26).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6992/img-2.png
Fichier image/png, 20k
Titre Tableau 8 : Évolution du financement public dans trois écoles et académies de province :Bordeaux, Marseille et Lyon
Légende Sources et références : Bordeaux (Lettres patentes du Roi, portant établissement d’une Académie de Peinture, Sculpture et Architecture civile et navale à Bordeaux, 14 novembre 1779, enregistrées en conséquence de l’arrêt du 23 février 1780, article IV, Bordeaux, Jean Chappuis, 1780) – Marseille (ANF 0/1/1933/B (1), Académies et écoles de province) – Lyon (Lettre à l’Abbé Pernetti, chevalier de Saint-Jean, à Lyon, Mercure de France, avril 1758. AD Rhône, 1 C 201, Beaux-Arts, 1757-1789, Mémoire pour l’établissement des écoles de dessin, de sculpture et de géométrie de la ville de Lyon, sd, après 1780).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6992/img-3.png
Fichier image/png, 29k
Titre Tableau 9 : École royale gratuite de dessin de Paris : État général des fondations perpétuelles, viagères et volontaires, d’après les listes des fondateurs inscrits pour l’année 1785.
Légende Sources : ANF AJ/53/16 : Comptabilité de l’École royale gratuite de dessin ; ANF AJ/53/107 et 108 : Fondations de l’École royale gratuite de dessin.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6992/img-4.png
Fichier image/png, 4,9k
Titre Tableau 10 : Structure sociale des fondateurs de l’École royale gratuite de dessin de Paris
Légende 1 : roi et sa famille – 2 : maison du roi et de sa famille – 3 : service du roi (11 ministres, 5 gouverneurs, 5 intendants) – 4 : clergé (dont 20 du haut clergé) – 5 : noblesse militaire – 6 : noblesse (sans autre précision) – 7 : administration judiciaire – 8 : administration financière – 9 : administration parisienne – 10 : « métiers » parisiens – 11 : 5 artistes et 1 bourgeois.Source : ANF AJ/53/107 et 108, Fondations de l’École royale gratuite de dessin, 1768-1793.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6992/img-5.png
Fichier image/png, 6,2k
Légende Sources et références : Besançon (AM Besançon, Livre des Délibérations du bureau de direction de l’Académie de peinture et de sculpture établie à Besançon (1774-1789) – Douai (AD Nord, C 1045, 1046, École de dessin de Douai, 1785-1790) – Grenoble (AD Isère, D3, École gratuite de dessein à établir à Grenoble, Projet de budget de l’école, 1768, dans Marianne Clerc, Jacques-André Treillard (1712-1794), peintre dauphinois, Grenoble, Presses Universitaires, 1995, annexe 22) – Marseille (Étienne Parrocel, Histoire documentaire de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille, Paris, Imprimerie Nationale, 1889) – Montpellier (Henri Stein, « La Société des Beaux-Arts de Montpellier (1779-1787) », Archives de l’Art français, Paris, Mélanges Lemonnier, Nouvelle période, tome VII, 1913) – Orléans (ANF 0/1/1933 B (2), Projet de financement de l’école académique d’Orléans, mars 1786) – Paris (ANF 0/1/1927 (1), Tableau des recettes et dépenses de l’École royale gratuite de dessin) – Pau (AD Pyrénées Atlantiques, C 1341, États du Béarn, École de dessin.) – Reims (AM Reims, C 1768, École de dessin, 1747-1756) – Strasbourg (AM Strasbourg, carton 4, caisse 4, Projet d’établissement d’une académie de Sculpture, Peinture et Architecture dans la ville de Strasbourg, 1784) – Tours (AM Tours, BB, Registres de délibérations de la ville) – Valenciennes (AM Valenciennes, GG, Registres des délibérations du conseil municipal).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6992/img-6.png
Fichier image/png, 31k
Titre Tableau 12 : Le logement d’écoles gratuites de dessin(Les chiffres placés devant des locaux correspondent à l’ordre des différents logements attribués successivement à une école).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6992/img-7.png
Fichier image/png, 8,3k
Légende Sources et références : Aix (N. Coste, Les origines de l’école de dessin et du musée d’Aix en Provence, Paris, Plon-Nourrit, 1905) – Amiens (AM BB) Angers ((AM BB 124) – Beauvais (Mercure de France, avril 1750) – Besançon (BM Besançon, Livre des délibérations du bureau de l’Académie de peinture et sculpture, séance du 27 janvier 1778) –Bordeaux (AD Gironde, C 3732) – Chambéry (A. Buttin et S. Jacqueline, Les peintres de la Savoie, 18601940, Chambéry, Les Amis du Musée, 1991) – Châtellerault (AM n° XXXVI) – Dijon (AD Côte d’Or C 3745) – Dole (J. Hézard, « Une intéressante initiative doloise au xviiie siècle : l’école de dessin », Le pays jurassien n° 45, février – avril 1952) – Douai (AM GG, non côté) – Dunkerque (AM Dunkerque, Série B, administration communale) – Lille (AD Nord L 8877) – Grenoble (Mémoire à Mrs les administrateurs de l’école de dessin sous la protection de SAS Mgr duc d’Orléans, 1762, dans M. Clerc, Jacques-André Treillard (17121794). Peintre graveur fondateur de l’École publique de dessin de Grenoble, Université de Grenoble, 1987, annexe 27) – Lyon (AD Rhône 1C 201 et BM, fonds Coste, ms 81) – Macon (AD Saône et Loire, C 677) – Marseille (BM, École académique établie à Marseille dans l’arsenal, le 1er janvier 1753, Marseille, D. Sibié, 1754) – Paris (ANF AJ/53/167) – Pau (AD Pyérénées Atlantiques C 1341) – Poitiers (Affiches du Poitou, avril 1773) – Reims (AM, fonds ancien C 1768) – Rodez (M.-A. Baras, De l’éducation publique dans la France libre. Tome second : « État actuel des établissements destinés en Europe à l’instruction publique et aux progrès des connaissances humaines », Toulouse, Desclassan et Paris, Belin, An I de la République) – Rouen (C. Robillard De Beaurepaire, Recherches sur les institutions publiques dans le diocèse de Rouen avant 1789, Évreux, Pierre Huet, 1872, p. 156) – Saint-Omer (AM Registre de l’administration du collège français, 1763-1777) – Saint-Quentin (M. Séverin, L’école de La Tour. École royale gratuite de dessin fondée à Saint-Quentin par Maurice Quentin de La Tour, 1782-1975, Saint-Quentin, 1993, p. 9) – Soissons (AM C 635) – Strasbourg (AM carton 4, Beaux-Arts) – Toulouse (AM DD 305) – Tours (AM GG 26) – Troyes (BM carton 1201 et AM fonds Delyon 79) – Valenciennes (AM ms 723) – Vienne (R. Favier, Les villes du Dauphiné aux 17e et 18e siècles, Grenoble, Presses Universitaires, 1993, p. 135).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6992/img-8.png
Fichier image/png, 41k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540