Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les écoles de dessin au xviiie siècle

 | 
Agnès Lahalle

Chapitre III. Une complexité de statuts

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 ANF 0/1/1933/A (2), Académies et écoles de dessin. Règlement pour l’Établissement des Écoles acadé (...)
  • 2 ANF 0/1/1933/A (2), Académies et écoles de dessin. Déclaration du Roy en faveur de l’Académie roya (...)

1La création des écoles gratuites de dessin présente une certaine uniformité : les villes, parfois les États, en assurent l’installation. L’étape suivante au contraire, qui précise les modalités de fonctionnement, est plus complexe. Si en effet, Académie royale de peinture et de sculpture et Contrôleur général des bâtiments du roi sont marginaux par rapport à l’établissement des écoles, il n’en est plus de même pour leur organisation. Le règlement de 1676, qui donne la direction pédagogique des écoles de province à l’Académie royale, n’est pas abrogé. Il est même renforcé par la déclaration du roi de mars 1777. Ces deux textes rappellent en particulier que « les dites écoles académiques seront sous la Protection du Protecteur de l’académie royale et qu’on choisira pour vice-protecteur telle personne de qualité éminente qu’il sera trouvé à propos dans tous les lieux où les dites écoles seront établies1 » et que « le Directeur et Ordonnateur général de mon bâtiment, jardins, arts, académies et manufactures royales, comme chargé spécialement par nous du soin de veiller au progrès des dits-arts, (est) le chef et le Protecteur unique des académies qui seront à l’avenir établies dans notre Royaume, pour pratiquer et enseigner les arts de peinture et de sculpture, et autres en dépendants, qu’il leur donne, autorise et confirme leurs statuts et règlements, sans qu’il soit besoin à ces effets d’autre acte de notre volonté2 ». L’application de ces obligations entraîne une diversité de statuts dont dépend ensuite l’organisation administrative de chaque établissement. Deux questions complémentaires se posent alors : l’une concerne la typologie des écoles gratuites de dessin. L’autre est relative aux relations qu’elles entretiennent avec l’académie parisienne et le pouvoir royal représenté par le contrôleur général des bâtiments.

  • 3 AM Bordeaux, série BB, registre de la Jurade, 23 août 1746.
  • 4 ANF 0/1/1933/B1, Académies et écoles de province, Lettres patentes du Roi portant établissement d’ (...)

2Sur les quelque cinquante ans (1744-1793) que dure son histoire, l’école de Bordeaux présente les différents échelons dans l’ordre du prestige, de la préséance et de la reconnaissance par les autorités locales et nationales. D’abord une École gratuite de dessin, instituée selon la procédure évoquée précédemment : en 1744, le peintre de la ville, Nicolas de Bazemont, propose de « tenir école publique de dessin » et demande aux jurats une aide qu’ils accordent sous la forme d’un local auquel s’ajoutent, dix-huit mois plus tard, quelques appointements3. L’intendant Tourny donne son accord. C’est donc à la demande d’un artiste et sous l’entière responsabilité de la ville que fonctionne l’école, et ce pendant vingt-cinq ans (= 1er niveau). Ensuite une École académique : à partir de 1768 en effet, une association d’artistes et d’amateurs constitue « l’Académie des Arts de Bordeaux », sous les auspices de la ville et la protection du maréchal de Richelieu, gouverneur de Guyenne et Gascogne. À l’origine, la société comprend dix fondateurs : quatre peintres, deux architectes, un sculpteur et trois graveurs et dessinateurs. Considérée davantage comme une école académique avec une classe artistique (= 2e niveau), elle n’a de cesse alors d’obtenir officiellement le statut d’académie (= 3e niveau), finalement accordé par lettres patentes en 1779, sous la dénomination d'« Académie de Peinture, Sculpture et Architecture civile et navale4 ». En revanche les démarches de reconnaissance du titre « royal » (= 4e niveau) n’aboutissent pas. La première difficulté concernant le statut des institutions est bien de l’ordre de la durée : faut-il saisir l’histoire d’une école à sa mise en place, lorsqu’elle n’est encore qu'« école gratuite de dessin » ; ou à sa maturité, quand la classe du modèle vivant et la formation artistique dominent, alors qu’une école peut être « académie » sans être affiliée à l’Académie royale de Paris ? Au-delà des trois échelons d’école, école académique et académie, la seconde difficulté relève de la diversité des appellations : une « École gratuite de peinture et de sculpture » comme celle de Besançon est-elle une « École de dessin » ou une « École académique » ; dans quelle rubrique placer une « École des Arts » ? Une fois défini chacun des niveaux d’écoles, il s’agit ensuite de déterminer les relations que les nouvelles institutions entretiennent avec les autorités parisiennes.

Une hiérarchie contrôlée

  • 5 AM Strasbourg, cartons 4 et 13, Beaux Arts.

3Le tableau 5, en fin de chapitre, présente quarante-huit écoles de dessin en fonction de leur dénomination. Il illustre la complexité du statut des écoles, elles-mêmes dénommées de multiples façons, l’expression « écoles de dessin » devenant formule générique. Sont distingués les trois types d’établissements : écoles, écoles académiques et académies, correspondant aux trois niveaux de la hiérarchie. Dans chacune de ces catégories se trouvent de rares institutions privilégiées, qualifiées de « royales », qui correspondent à un quatrième niveau. Cette typologie repose à la fois sur l’enseignement proposé, précisément sur la présence ou non d’une classe du modèle vivant, et la reconnaissance ou non des écoles par les autorités nationales, plus spécialement leur affiliation à l’Académie royale de Paris. Mais même les dix écoles affiliées à l’académie parisienne ont d’abord été des institutions « indépendantes » avant de se placer, plus ou moins volontairement, sous la tutelle pédagogique de l’académie parisienne. Le cas de Strasbourg est particulier, qui paraît dans le tableau aussi bien avec une École de dessin qu’avec une École académique. L’École de dessin pour les arts et métiers, initiée en 1761, est définitivement établie en 1767. Des problèmes financiers obligent cependant la ville à la supprimer en 1775. L’année suivante un artiste reprend le projet et y adjoint une classe du modèle : la ville accepte l’établissement et, partiellement, le financement de l’école devenue académique. Parallèlement une nouvelle école ouvre, pour les artisans « et les enfants pauvres » que la ville finance également, à partir de 1785. Strasbourg est, semble-t-il, la seule ville de province qui finance ainsi deux écoles de dessin, dont une académique5.

Les « Écoles de dessin » : une indépendance à l’égard de l’académie parisienne

4Toutes les écoles gratuites de dessin ont, à leur début, été « écoles de dessin ». Certaines ensuite, comme celle de Bordeaux, deviennent école académique ou académie, mais la majorité reste « écoles de dessin » : trente-trois sur les quarante-huit établissements notés en tableau 5, sous des appellations cependant diverses – « École de dessin » (Aix, Angers, Arras, Cambrai, Dunkerque, Le Mans, Pau, Reims, Strasbourg), « École gratuite de dessin » (Beaune, Chalons, Douai, La Rochelle, Lorient, Lyon, Macon, Nantes, Saint-Malo, Saint-Omer, Soissons), « École publique et gratuite de dessin » (Auch, Châtellerault, Rennes). Ce premier type correspond d’abord aux écoles qui ne posent pas le modèle vivant et pour lesquelles par conséquent la priorité est « la connaissance du dessin et des arts analogues » nécessaire aux métiers, sans volonté spécifique de formation artistique. S’y trouvent donc également incluses les « Écoles des Arts » qui groupent non seulement des classes de dessin mais aussi de mathématiques et de commerce (Amiens). En outre, comme les quatre établissements fondés après 1789 (Bergues, Quimper et Vesoul en 1791 ; Annecy en 1792) et celui de Chambéry intégré à la France en 1792, et donc indépendants du contrôleur général des bâtiments du roi dont la fonction est supprimée en 1791, elles « échappent » – volontairement ou non – à l’autorité ministérielle et à l’affiliation à « la mère de tous les arts ». Acceptées par la ville avec accord de l’intendant ou acceptées par les États, elles sont et restent sous la seule responsabilité des autorités locales. Parmi elles enfin figurent trois écoles, devenues royales par l’octroi de lettres patentes (Paris, Saint-Quentin et Troyes), mais aussi Beauvais, seule école fondée par le Roi.

  • 6 AD Aisne, C 812, Lettres patentes portant établissement d’une École royale gratuite de dessin à Sa (...)
  • 7 Lettres patentes portant établissement d’une École Royale gratuite de dessin à Paris, données à Fo (...)
  • 8 « Règlement de l’École gratuite du Dessein en la ville de Douay, établie par Messieurs les Échevin (...)
  • 9 AD Aisne, C 812, Lettres patentes…, op. cit., article 4.
  • 10 « Règlement de l’école de dessin », sd, article III, reproduit dans A. Durieux, Les artistes cambr (...)

5Les « écoles de dessin » fonctionnent sur le modèle de toute société organisée du xviiie siècle, où se retrouve l’élite politique, intellectuelle et artistique de la ville. Placées sous le contrôle direct des autorités municipales ou, à Paris, sous celui du lieutenant général de police, elles sont administrées par un « Bureau », composé de façon identique d’un établissement à l’autre, la seule variable relevant du nombre et du titre des personnes le constituant. À sa tête, le maire en exercice – ou le lieutenant général de police – en assure la présidence. Des commissaires ensuite : deux à Douai, choisis parmi les échevins ; quatre à Cambrai, soit deux nommés par les États et les deux autres par la ville ; l’ensemble des échevins en exercice et six notables « choisis dans une assemblée tenue en l’Hôtel-de-Ville6 » à Saint-Quentin. À Paris, les « six administrateurs (sont) choisis parmi les notables de notre ville7 », par le bureau, pour trois ans (article III), sauf les premiers, nommés par le roi entre les bienfaiteurs-fondateurs (arrêt du Conseil d’État du Roi, 19 décembre 1767). Parmi les administrateurs se trouvent ainsi un secrétaire du conseil des finances (Huguet de Montaran), un receveur général des finances (Meulan) et un secrétaire du roi (Parseval Deschesnes). Un secrétaire complète généralement le bureau ainsi qu’un caissier à Paris. Réuni régulièrement une fois par mois ou tous les deux mois avec le directeur de l’école, le bureau doit « s’occuper des moyens d’augmenter les progrès des leçons publiques et d’entretenir l’émulation parmi ceux qui les fréquentent8 », recevoir les inscriptions des élèves, veiller à l’exécution des règlements dont il est responsable : « Pourra ledit bureau faire à la pluralité des suffrages tous les règlements pour l’ordre, la police et l’administration de laditte école, l’admission des élèves9. » Pour ce faire, les commissaires de l’école de Cambrai « s’arrangeront de manière que l’un d’eux fasse la visite de l’académie chaque jour de classe à l’heure qu’il jugera convenir10 ». L’appellation « académie » est ici usurpée : l’école compte quatre classes et « l’étude du modèle vivant est restée en dehors ». L’article II du règlement précise d’ailleurs qu’il s’agit « d’une académie et école de dessin » : la classe de l’académie n’appartient pas à l’école de dessin. Toujours les commissaires sont des notables délégués par le bureau pour la surveillance de l’école. Police intérieure et contrôle pédagogique sont bien sous la responsabilité des autorités locales, y compris pour les trois écoles royales.

  • 11 Mercure de France, avril 1750, p. 168.
  • 12 AM Troyes, cat. 13 A, « Lettres Patentes portant établissement d’une École Royale Gratuite de Dess (...)

6Parmi toutes les écoles de dessin, seules celles de Paris, Saint-Quentin et Troyes sont « royales » et donc indépendantes du contrôleur des bâtiments et de l’Académie royale. De création « royale », sans toutefois en avoir le titre, « la classe d’écoliers externes » est créée à Beauvais, dès 1750, à l’instigation du contrôleur général du roi, Charles François Lenormant de Tournehem, « afin d’étendre autant qu’il sera possible l’utilité que produit l’École de Desseing, entretenue dans la Manufacture Royale des Tapisseries de Beauvais11 ». En plus du prestige accordé dans l’ordre de la préséance, parce que placés sous la protection directe du roi, ces établissements obtiennent des lettres patentes pour des raisons autant financières, en particulier le droit de bénéficier de dons et legs (Troyes, Saint-Quentin), que d’indépendance pédagogique par rapport à l’académie parisienne (Paris). L’exemple de celles octroyées à l’école de Troyes le précise12.

  • 13 Ibidem.

7Les lettres patentes commencent par un « exposé » qui rappelle les origines et les raisons de la demande : « Nos chers et bien aimés les Officiers Municipaux de la Ville de Troyes, Capitale de Champagne, Nous ont très humblement fait représenter que les Habitants de ladite Ville se sont toujours distingués par leur amour et leur attachement pour les Sciences et les beaux Arts13… » Vient ensuite la présentation de la décision royale : « À ces causes voulant favorablement traiter les Habitans de notre ville de Troyes, nous avons dit, déclaré et ordonné ce qui suit. » Enfin sont précisées les clauses finales : « Si donnons en mandement à nos amés et féaux Conseillers, les gens tenant notre Cour de Parlement à Paris et à tous nos autres Officiers Justiciers qu’il appartiendra […] car tel est notre plaisir », et la date. À Troyes, la demande effectuée par les cinq initiateurs de l’école de dessin (un orfèvre, un peintre, un architecte, un sculpteur et un maître de Dessein) s’appuie sur le dévouement des solliciteurs qui « ont eu la satisfaction de voir le Public applaudir aux succès de cet établissement », mais aussi sur la nécessité d’obtenir une reconnaissance juridique (enregistrement par le parlement) afin de pouvoir accepter et donc utiliser les biens et sommes légués par testament pour l’entretien de l’école : « Une Maison sise à Troyes, pour en jouir [après le décès de la Dame son Épouse], avec faculté de l’employer au logement des Professeurs et Emplacement des Classes, ou de la vendre, à la charge dans ce cas d’employer les arrérages des deniers qui en proviendront aux frais et dépens de ladite École. » De même Pierre-Philippe Finot, négociant, ancien consul de la ville, « a pareillement légué une somme de six mille livres, pour la rente de ladite somme être employée aux frais de ladite École », tout comme Edme Doussot qui « lègue une somme de deux mille livres destinée au même objet ». Ainsi les lettres patentes, dans leur article III, confirment-elles le financement de l’école de dessin par legs et autorisent-elles « tous autres dons et legs, déjà faits, ou qui pourraient être faits à l’avenir à ladite École, tant en argent comptant, qu’en effets permis par l’Édit du mois d’Août mil sept cent quarante-neuf ». Elles approuvent également la qualification d'« École Royale » qui, malgré l’édit de 1777, renforce son indépendance administrative et pédagogique à l’égard de l’académie parisienne : « Ordonnons que ladite École continuera d’être tenue sous l’inspection et direction des officiers Municipaux composant le Bureau ordinaire de l’Hôtel-de-Ville, auxquels la nomination des professeurs et de toutes les personnes employées à ladite École appartiendra, et qui seront les maîtres de les changer ou y destituer lorsqu’ils le jugeront à propos » (article II). Les professeurs de Troyes sont choisis par le bureau de l’école et non par l’Académie royale comme c’est le cas pour les écoles affiliées.

  • 14 AD Aisne, C 812, Lettres patentes portant établissement d’une École royale gratuite de dessin…, op (...)

8C’est également pour bénéficier de la rente assurée par Maurice Quentin de La Tour pour fonder une école que des lettres patentes sont adressées à Saint-Quentin : « Nous avons confirmé et confirmons l’établissement fait dans notre ville de Saint-Quentin d’une école gratuite de dessin en faveur des jeunes gens et ouvriers qui se destineront aux arts méchaniques et aux différents métiers, laquelle école portera le titre d’École royale gratuite de dessin14. » Pourtant s’il est nécessaire de recevoir des lettres patentes pour devenir « royal », toutes les lettres patentes ne décernent pas ce titre : la reconnaissance académique des écoles (non royales) de Marseille et Bordeaux est également précisée par lettres patentes. Il s’agit donc d’un acte qui, d’abord, autorise les écoles à recevoir un financement par dons, legs et fondations. Mais les lettres sont en plus, pour certaines institutions, l’occasion d’obtenir le titre envié de « royal ». Pourquoi celui-ci est-il accordé à Paris, Saint-Quentin et Troyes, et non aux autres écoles ? Nul doute que, pour les deux premières, la notoriété des initiateurs-fondateurs, tous deux Peintres du roi, n’autorise pas les autorités royales à placer leur école à un niveau inférieur à celui de l’Académie à laquelle ils appartiennent ; reconnaissance de leur qualité artistique et, pour Bachelier, du travail réalisé au sein de la manufacture royale de Sèvres, protégée par Louis XV. L’école de Bachelier ne pouvait pas ne pas être royale, sauf à risquer de perdre une indépendance nécessaire à l’égard de l’Académie royale, si proche géographiquement et si prompte à dévaloriser les institutions qui ne visent pas un enseignement purement artistique. Quelle explication fournir, en revanche, pour Troyes ?

  • 15 AM Troyes, cat. 13 A, « Lettres Patentes… », exposé.
  • 16 « Lettres patentes portant établissement d’une École Royale gratuite de dessin à Paris », op. cit.(...)

9Ces écoles, qualifiées de royales, restent exceptionnelles. Comme les autres écoles de dessin, elles ne s’adressent qu’aux différents corps d’arts et métiers, vues comme utiles, « dans une Ville de Commerce et de Manufactures15 » ou « pour procurer à l’avenir à chaque ouvrier la faculté d’exécuter lui-même, et sans secours étrangers, les différents ouvrages que son génie particulier pour son Art lui fait imaginer16 ».

Les « Écoles académiques » et les « Académies » de dessin

10Les écoles académiques et académies constituent les deuxièmes et troisièmes catégories d’écoles de dessin, regroupées ici pour la facilité de la présentation. Douze écoles sur les quarante-huit étudiées sous l’angle des statuts (tableau 5) sont des écoles académiques (Bayonne, Grenoble, Lille, Montpellier, Orléans, Poitiers, Tours) et des académies (Bordeaux, Marseille, Strasbourg, Toulouse, Valenciennes) de dessin. Deux aspects peuvent les caractériser : l’existence, en leur sein, d’une classe artistique ; et l’affiliation à l’Académie royale de peinture et de sculpture. Dans cette généralisation, des nuances sont cependant nécessaires puisque, à cette catégorie, sont en outre intégrées les trois « Écoles gratuites » de Besançon, Dijon et Rouen, qui proposent aussi une classe pour artistes, sans pour autant être affiliées à l’académie parisienne.

  • 17 Correspondance entre le magistrat de Valenciennes et le comte d’Angiviller, novembre 1783, dans L’ (...)
  • 18 Charles Nicolas Cochin, sd, cité dans Charles de Robillard de Beaurepaire, Recherches sur l’instru (...)

11Par « Écoles académiques » et « Académies », il faut comprendre les institutions qui, contrairement aux « écoles de dessin », ont une classe du modèle vivant : le mot « académie » désigne en effet un nu, dont la représentation relève d’un apprentissage technique du dessin d’art. Elles se distinguent cependant de l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris par le fait qu’elles proposent aussi – et d’abord – des classes pour les débutants et pour les artisans et ouvriers des arts mécaniques. L’ambiguïté même du terme « académie » entraîne cependant une acception variable, selon qu’il est utilisé par les autorités nationales – ministre et Académie royale – ou par celles de province. L’échange de lettres établi en 1783 entre le surintendant d’Angiviller et le magistrat de Valenciennes en témoigne17. Pour la ville, « le nom d’académie paroît d’autant mieux convenir à l’Établissement (formé par elle) qu’on y dessine en effet d’après la nature dont les Dessins sont nommés académies ». Pour le ministre cependant, une académie est « une société composée pour la plus grande partie des gens cultivant un genre de connaissance ». Or l’école de Valenciennes ne comprend que deux « professeurs gagés par le corps de la ville pour Enseigner à dessiner, peindre et sculpter. C’est (donc) plutôt une école académique et ce paraît être le nom propre que doit porter cet Établissement ». En somme, école académique comme académie peuvent tenir une classe du modèle à finalité artistique, mais le terme « académie » doit être réservé aux seules institutions disposant d’un nombre conséquent de professeurs, ce que souligne également l’historiographe de l’académie parisienne, Charles-Nicolas Cochin, à propos de l’école de Rouen : « Il est singulier d’appeler académie un corps qui n’a qu’un seul membre18. » Ce premier critère explique que l'« École gratuite de peinture et de sculpture » de Besançon, l'« École publique et gratuite de dessin » de Dijon et celle de Rouen soient placées dans la deuxième catégorie d’écoles : toutes les trois ont en effet une classe du modèle ; toutes les trois assurent une formation destinée aux arts mécaniques mais aussi aux arts libéraux. Pourquoi alors ne sont-elles pas officiellement dénommées « académies » ?

  • 19 Lettre de M. de Cideville (conseiller au parlement) à Jean-Baptiste Descamps, 29 avril 1748, dans (...)

12La seconde caractéristique des écoles académiques et académies est leur dépendance à l’égard de l’Académie royale de peinture et de sculpture, en application du règlement de 1676, renforcé par la déclaration du roi de 1777, qui donne le monopole de l’enseignement artistique à l’institution parisienne. Quand Jean-Baptiste Descamps souhaite donner à l’École gratuite de Rouen un enseignement académique, il est rappelé à l’ordre par l’intendant : « Il sera mieux et plus conforme à vos intérêts de ne pas vous exposer à la mauvaise humeur de l’Académie de Peinture de Paris qui a très réellement le droit exclusif de poser le modèle et de donner la permission19. » Toute école qui souhaite tenir une classe du modèle vivant doit donc y être autorisée, ce qui suppose son affiliation à Paris. L’Académie royale a alors un droit de regard sur la pédagogie, en particulier celui de désigner les professeurs des écoles affiliées. Ces dernières reconnaissent également la protection du contrôleur général des bâtiments du roi.

  • 20 AM Lille, carton 103, liasse 2, Calendrier bissextile faisant suite à la Continuation de la Loi de (...)

13Des « exceptions » existent cependant. Sept écoles « académiques » et académies ne dépendent pas directement de l’Académie royale de Paris : Rouen et Lyon, Dijon, Lille et Strasbourg, Besançon et Toulouse. Ainsi, par privilège royal, un arrêt du Conseil de novembre 1749 officialise-t-il l’école de Rouen, autorisée à tenir une « classe du modèle », sans dépendre de l’Académie royale. Lyon obtiendra la même faveur. L’exception peut aussi dépendre du statut de la ville (Lille et Strasbourg) ou des États (Dijon) dont les écoles sont placées sous la responsabilité directe des autorités locales qui proposent ou acceptent la classe du modèle et la dénomination de l’école. Le magistrat de Lille rappelle ainsi qu’il est « de règle dans toutes les académies qu’on n’y établit point de modèle sans l’autorisation de ceux qui ont la direction et la police » de l’école20. Parce que le corps municipal de Lille en a la responsabilité, aucune référence quelconque n’est faite à l’Académie royale de Paris. Pour sa part, l’école de Besançon, déjà intégrée à l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de la ville, ne peut dépendre d’une autre académie, fût-elle royale. L’autorisation de poser le modèle vivant comme l’affiliation à l’Académie royale de peinture et de sculpture et la protection du surintendant des bâtiments, malgré des exceptions, constituent donc les deux caractéristiques des académies des arts du dessin.

  • 21 AM Valenciennes, GG 121, Statuts et Règlements de l’Académie de Peinture et de Sculpture de la vil (...)
  • 22 AM Toulouse, Bicentenaire de l’Académie des Arts et de l’école des Beaux-Arts, 1950, p. 25.

14Placées ou non sous « la protection du Directeur et Ordonnateur Général des Bâtiments de sa Majesté et sous la direction et affiliation de notre Académie Royale de Peinture, première et principale21 », les écoles académiques et académies peuvent soumettre leur projet de règlement à Paris, par obligation ou par « diplomatie », comme le fait celle de Toulouse – pourtant royale et indépendante – : les statuts sont envoyés au Premier peintre du roi, Charles-Antoine Coypel, qui « dans la séance du 9 janvier 1751, en fait approuver le projet par l’Académie parisienne, dont le règlement a servi de modèle22 ». Cependant, la diversité des situations à l’égard de Paris et de Versailles n’induit pas une hétérogénéité d’organisation.

  • 23 D’après Louis Jarry, « L’école gratuite de dessin de la ville d’Orléans », Réunion des Sociétés de (...)
  • 24 AM Tours, GG 26 (2), Prospectus pour la formation d’une classe d’Amateurs de ladite École, par MM (...)

15En effet, une académie, et contrairement aux simples écoles de dessin, c’est d’abord un « Corps » composé de membres répartis en trois ou quatre classes qui déterminent la hiérarchie interne à l’institution. Le modèle est celui de l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris qui comprend quatre classes : les deux premières groupent les honoraires (les amateurs et les associés libres), les académiciens constituent la troisième et les agréés la quatrième. Même nombre de classes à Orléans, sous des appellations différentes : douze membres honoraires (parmi lesquels le duc d’Orléans, protecteur de l’académie, le surintendant d’Angiviller, l’intendant, le maire et des artistes dont Jean-Baptiste Pierre et Charles-Nicolas Cochin) forment la première classe et un maximum de cinquante artistes associés titulaires la deuxième : ils payent cinquante-quatre livres d’entrée et s’engagent à verser trente livres par an pour les dépenses de l’école ; les professeurs en exercice, au nombre de quatre, constituent la troisième classe, et la quatrième groupe les membres associés, artistes et amateurs étrangers, dont le nombre ne doit pas excéder vingt23. Partout, les associés, « par leurs conseils et bienfaits, contribuent à la perfection et l’entretien de cet établissement24 ». Trois classes existent à Poitiers : officiers, académiciens et amateurs. La constitution d’un « corps académique » ne concerne en revanche pas les quelques écoles « indépendantes » qui posent le modèle, sauf à Besançon.

  • 25 ANF 0/1/1933/B (1), Académies et écoles de province, Lettres Patentes du Roi portant établissement (...)
  • 26 D’après Louis Jarry, « L’école gratuite de dessin de la ville d’Orléans », op. cit., et Isabelle K (...)
  • 27 « Statuts de l’École Académique de Bayonne », articles III à VIII, transcrits sur les Registres de (...)

16Quant à la police et à l’économie intérieures des académies (tableau 4), elles sont – comme dans les autres écoles de dessin – sous la responsabilité des autorités municipales qui « jouiront en conséquence de tous les honneurs et prééminences qui appartiennent à des Patrons et Fondateurs25 ». Le Maire préside le « bureau » ou « comité », chargé de l’administration interne, sauf à Montpellier où il est présidé par le gouverneur de la province. Il s’agit toujours du « payeur » principal de l’école. De même, chacune des classes qui constituent le corps académique est représentée dans le bureau, ainsi que les amateurs d’art à l’initiative de l’école et les souscripteurs. Le bureau d’Orléans, réuni une fois par mois, comprend ainsi le Maire qui préside, le directeur perpétuel (Thomas Desfriches, un des initiateurs), six administrateurs triennaux choisis dans la classe des titulaires, le professeur et directeur (le peintre Jean Bardin), un secrétaire perpétuel (l’avocat et amateur Louis Henry de Longuève) et un trésorier perpétuel (le comte de Bizemont, second initiateur)26. Celui de Bayonne est composé d’un président (le maire), du directeur de l’école (à titre perpétuel), des professeurs et autres officiers, de six administrateurs choisis parmi les amateurs pour quatre ans, d’un garde des sceaux perpétuel, d’un secrétaire perpétuel et d’un trésorier triennal27.

Tableau 4 : Composition du bureau de quelques écoles académiques et académies provinciales, comparée à celle du bureau de l’Académie royale de peinture et de sculpture

Tableau 4 : Composition du bureau de quelques écoles académiques et académies provinciales, comparée à celle du bureau de l’Académie royale de peinture et de sculpture

1 = directeur – 2 = chancelier – 3 = recteurs et adjoints à recteurs – 4 = honoraires amateurs et associés – 5 = professeurs et adjoints à professeurs – 6 = conseillers – 7 = trésorier – 8 = secrétaire.
Rappel : L’école de Besançon n’est pas affiliée à l’Académie royale de peinture et de sculpture mais son bureau administratif la dénomme « Académie de peinture et de sculpture » et s’organise comme toute autre institution académique.

17Sources et références : Académie Royale de Peinture et de Sculpture (ANF F 23629, collection Lamoignon, Statuts de l’Académie royale de peinture et de sculpture) – Besançon (Règlement pour l’Académie de Peinture et Sculpture de Besançon, imprimerie Q.-J. Bogillot, article III) – Bayonne (Statuts de l’École académique de Bayonne, dans Procès-verbaux de l’Académie royale de peinture et de sculpture, 1779, Société de l’histoire de l’art, Paris, Charavay frères, vol. 8) – Marseille (ANF 0/1/1933/B (1), Statuts et règlements pour l’Académie de Peinture, Sculpture et Architecture établie à Marseille, 1761) – Montpellier (BM Montpellier, 31072, Société des Beaux-Arts) – Orléans (ANF 0/1/1933/B (2)) – Poitiers (ANF 0/1/1933/B (2)) – Toulouse (AM Toulouse, GG 928) – Tours (AM Tours, GG 26, Registre des délibérations du corps de ville, École académique de dessin) – Valenciennes (AM Valenciennes, GG 121, Registre des délibérations du conseil municipal).

18L’organisation administrative, par l’intermédiaire du bureau, est donc quasi identique à celle de la première catégorie d’écoles de dessin. Les mêmes fonctions, parfois sous des titres divers, se retrouvent dans des proportions cependant différentes, selon l’importance de l’institution. La comparaison entre le bureau de l’Académie royale et celui de l’Académie marseillaise l’indique : quatre recteurs, chacun responsable durant un trimestre de l’organisation et du contrôle pédagogiques de l’institution, et deux adjoints à recteur à Paris, contre un seul recteur à Marseille – seize honoraires d’un côté, « plusieurs honoraires » de l’autre – douze professeurs et six adjoints à Paris et huit professeurs et cinq adjoints à Marseille – huit conseillers à Paris et aucun à Marseille. Le « Corps académique » en revanche, divisé en classes selon le modèle parisien, est spécifique des écoles académiques et académies du royaume.

  • 28 Daniel Roche, Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux (1680-1789 (...)

19Écoles ou académies, les institutions mettent en place une administration qui reproduit les modèles des sociétés académiques, ménageant la représentation des hommes du roi et des édiles municipaux, ainsi que celle des amateurs, souvent à l’origine de la création des écoles. Le choix des « académiciens » permet à l’école d’acquérir ainsi une dimension « nationale », puisque toujours les protecteurs, intendant, parfois gouverneur, échevins et artistes parisiens soutiennent l’institution et la placent dans les réseaux politiques, intellectuels et artistiques du royaume. Le principe académique implique donc une certaine homogénéité des fonctionnements, sous le regard bienveillant de « l’Académie-mère » et la protection du ministre. La métaphore familiale est régulièrement développée, comme à Marseille où le bureau académique remercie l’Académie royale de se voir, par lettres patentes, déclarée sa « fille aînée ». Ainsi « le monde académique provincial a, pendant tout le siècle, accepté la cascade hiérarchique parce qu’il constituait dans la société globale une enclave privilégiée à l’intérieur d’une société hiérarchisée, une société autre dont la condition fondamentale restait l’égalité de ses membres28 ». Au sommet de la hiérarchie des académies, se trouvent, comme pour les écoles de dessin, les rares institutions devenues royales.

  • 29 ANF 0/1/1933/B (2), Académie et écoles de province, « Certificat des autorités municipales de Poit (...)
  • 30 Ibidem.

20Une seule École académique (Poitiers) et une seule Académie (Toulouse) obtiennent en effet le titre prestigieux de « royal », selon la même démarche vue précédemment pour les trois écoles royales gratuites de dessin. Les raisons en revanche, diffèrent. Le constat que la qualification royale attribuée à ces deux établissements s’effectue avant 1776-1777, et donc avant le renforcement du contrôle politique sur les institutions artistiques, laisse supposer une plus grande facilité à l’obtenir. Pour l’école de Poitiers, a dû sans doute jouer la personnalité de son directeur-professeur, François Aujollest-Pagès, plein de « zèle et de désintéressement, de sagesse, de soins et d’assiduité à la tête de l’école29 ». Ce n’est pourtant pas le seul initiateur d’écoles à faire montre de telles qualités. En revanche c’est le seul, semble-t-il, qui ait été « commis par le S. Boucher pour Établir en cette ville une École gratuite de dessin30 ». S’agit-il alors d’une reconnaissance posthume pour l’œuvre entreprise par l’ancien Premier peintre du roi et Directeur de l’Académie royale de peinture et de sculpture dans la diffusion, – à travers la création d’écoles provinciales –, des conceptions esthétiques académiques ? Cependant, l’École académique de Poitiers est la seule, parmi les écoles « royales », à être affiliée à l’académie parisienne.

  • 31 AM Toulouse GG 928, Statuts de la société des beaux-arts de Toulouse, article III, Toulouse, Lecam (...)
  • 32 AM Toulouse, GG 923, fol. 17, Mémoire que présente la Société…, p. 17-18.
  • 33 AM Toulouse, BB 39.
  • 34 Bicentenaire de l’Académie des Arts …, op. cit, p. 25. AM Toulouse, GG 924, GG 927 et GG 929, « Ét (...)
  • 35 ANF 0/1/1933/B1, Lettre de Jean-Baptiste Pierre au comte d’Angiviller, 24 février 1778.

21Pour obtenir la reconnaissance royale de l’école de Toulouse, Louis de Mondran, président de l’école et représentant la Société des beaux-arts de la ville, adresse aux autorités royales un mémoire dans lequel il rappelle l’historique de l’institution et le dévouement de ses premiers professeurs soutenus dès la création par les Capitouls : l’école de Toulouse est mise en place par le peintre de la ville, Antoine Rivals qui, dès 1726, reçoit 400 livres par an. En 1738, Guillaume Cammas reprend et poursuit le projet de Rivals. Cependant, et contrairement à l’académie parisienne, l’école de Toulouse accueille aussi les élèves débutants dans la « première classe composée des Commençants31 » car, « si les Beaux-Arts sont une fois fixés à Toulouse par un établissement solide, les arts méchaniques qui marchent toujours à leur suite s’y établiront aussi, et cette ville qui pourra à cause du voisinage où elle est de l’Espagne et du peu de cherté de la main-d’œuvre fournir aux Espagnols plus facilement et à beaucoup moindre prix toutes les productions des arts, enlèvera aux étrangers cette branche de leur commerce32 ». Il s’agit donc bien de poursuivre les objectifs du fondateur de l’école, le peintre Antoine Rivalz, qui, dès 1726, insiste sur l’utilité publique d’un tel établissement destiné non seulement à « faire l’éducation de purs artistes (…mais) aussi (à) aider dans leurs efforts professionnels tous ces nombreux apprentis de l’art industriel à qui la science du dessin est aussi indispensable que la pratique du métier33 ». Les arguments sont sans doute convaincants et l’école de Toulouse est la « seule en France avec celle de Paris à porter le titre d’Académie royale, qui n’avait jamais encore été décerné et qui ne le sera plus désormais à aucune société de province. Cet adjectif […] marque que Toulouse et Paris étaient considérées comme les deux capitales artistiques du royaume34 ». Mais, pour les partisans du contrôle rigoureux de l’Académie royale de Paris sur la production artistique de l’ensemble du royaume, cette autorisation accordée en 1750 est due au laxisme du surintendant des bâtiments du roi de l’époque, Charles François Lenormant de Tournehem, et du premier peintre Coypel : c’est du moins l’avis émis près de trente ans plus tard par le rigoureux Jean-Baptiste Pierre, Premier peintre depuis 1770. Lorsqu’en effet les écoles de Marseille et de Bordeaux, considérant leur importance démographique et économique dans le royaume, prétendent à leur tour au titre d’académie royale, le refus des autorités nationales, par l’entremise du premier peintre, est sans ambiguïté : « L’École de Bordeaux ignore-t-elle que l’Académie de Toulouse est la seule du Royaume qui soit indépendante de celle de Paris ; et qu’elle profita des circonstances de l’humiliation de celle de Paris pour se faire Ériger en Métropole35. » Il déplore en particulier l’oubli quasi général de l’édit de 1676 accordant à l’Académie royale de peinture et de sculpture la tutelle de toute école ou académie d’enseignement artistique créée en province : « La protection directe des Directeurs généraux, la liaison avec l’Académie Royale étaient si (fortement) tombées en désuétude que l’École de Toulouse profitta de cet oubli pour s’Ériger en Académie Royale. » Pierre dénonce donc fermement les « prétentions bordelaises » et rappelle que « le centre du goût et des talents sera toujours la capitale, et dans la capitale, l’Académie », déclarée première et Principale. Si, pour leur permettre de recevoir des dons et legs, les académies de Marseille et de Bordeaux obtiennent des lettres patentes en 1780, elles doivent cependant renoncer au titre de « royale » et admettre l’affiliation avec l’Académie de Paris.

22La démarche entreprise ainsi auprès du contrôleur général des bâtiments par des académies provinciales vise moins à l’indépendance à l’égard de Paris qu’à l’obtention d’une reconnaissance de leur qualité. Cette prétention est donc fortement contestée par Jean-Baptiste Pierre, ardent défenseur auprès du comte d’Angiviller, du monopole artistique obtenu par l’Académie parisienne dont il est le directeur.

Les relations des écoles de dessin avec l’Académie royale de peinture et de sculpture

23La complexité de la situation des écoles de dessin est renforcée par la diversité des relations entretenues avec l’académie parisienne. Quelques écoles sont affiliées : les décisions royales ne leur donnent d’ailleurs pas toujours le choix, quand elles n’y sont pas incitées par l’octroi de privilèges qu’apportent la protection ministérielle et une reconnaissance par les instances parisiennes.

Entente cordiale ou conflit latent ?

24Un premier groupe d’écoles comprend celles qui sont affiliées à l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris. Cette affiliation est imposée par les textes réglementaires de 1676 et 1777, lorsqu’une école souhaite être académique. Elle implique donc une démarche volontaire de la part des institutions provinciales, auprès de l’académie parisienne qu’elles reconnaissent comme « société mère ». La démarche engage un double tandem : localement les demandeurs qui sont à la fois la ville et le directeur souvent professeur de l’école d’une part ; d’autre part les autorités nationales que sont le surintendant des bâtiments du roi et le Premier peintre sollicité comme directeur de l’académie. Les quatre acteurs doivent être d’accord sur la demande et son acceptation, et donc respecter une procédure déterminée.

  • 36 AM Tours, BB 87, Registre des délibérations, décisions et ordonnances du corps de ville, 3 février (...)
  • 37 Anatole de Montaiglon, Procès verbaux de l’Académie …, op. cit., volume IX, p. 81.
  • 38 École Nationale des Beaux Arts de Paris, Inventaire G. Rouches, 1913, liasse 97, pièce 10, Brevet (...)

25La demande d’affiliation suit quatre étapes, dont les deux premières, – demande d’ouverture d’une école puis contrôle et acceptation par les autorités municipales –, sont communes à toute création d’écoles de dessin. À Tours, la mise en place de l’école – en 1778 – est d’abord effectuée par le maître de dessin Antoine Rougeot, qui tient « à ses frais, trois fois par semaine, de 7 heures à 9 heures, son école gratuite de dessin pour une quarantaine d’élèves, jeunes artisans36 ». Après enquête des commissaires de la ville, impressionnés par les progrès des élèves, « vu le peu de tems qu’il y a que cet établissement est formé […] presque tous ces jeunes gens quoiqu’ayant la main apesantie par les travaux et leur État, annoncent des dispositions qu’il importe infiniment de faire valloir », la ville accorde des prix aux élèves et une aide au professeur « dont le dévouement est sans bornes, quoiqu’il soit père d’un assez grand nombre d’Enfants ». L’acceptation de la ville passe, comme ailleurs, par l’octroi d’une aide financière. Le couple ville-professeur est ensuite favorable à l’affiliation à l’Académie royale, sans passer pour autant par l’institution d’une académie locale, comme ce fut le cas à Bordeaux par exemple. La différence tient bien sûr aux dates mêmes des demandes : Tours est soumise à la déclaration royale de 1777. La demande tourangelle aux autorités royales constitue la troisième étape de l’affiliation. Elle est favorablement reçue en septembre 1781 par le comte d’Angiviller, directeur des bâtiments du roi, conseillé par le Premier peintre Jean-Baptiste Pierre. L’école académique de Tours est établie « sous le bon plaisir des officiers municipaux de la Ville de Tours et sous la protection de M. le Directeur Général37 ». Une lettre de l’Académie royale confirme l’affiliation et le professeur de Tours reçoit le brevet de « Directeur de l’école académique de Tours38 ». Ainsi l’affiliation s’effectue-t-elle à la demande d’un artiste et encouragée par la ville. Comme protecteur, le ministre s’adresse à la ville qui administre l’établissement ; comme autorité pédagogique, l’académie s’adresse au professeur. Le double tandem a bien fonctionné.

  • 39 Anatole de Montaiglon, Procès Verbaux de l’Académie …, op. cit., séance du 26 septembre 1778, volu (...)
  • 40 Lettre du comte d’Angiviller à Pierre Lagleire, décembre 1778, citée dans René Godinot, « La Premi (...)
  • 41 René Godinot, « La Première Académie… », op. cit., p. 136-137.
  • 42 Réponse du comte d’Angiviller à la demande de Pierre Lagleire, décembre 1778, citée dans René Godi (...)

26Plus complexe est la situation de l’école de Bayonne, en raison des maladresses du solliciteur et de la « tiédeur » affichée par la ville quant à la création d’une telle école : le couple ville-professeur est en désaccord. Aussi, probablement à cause de l’absence de soutien de la ville, le professeur Pierre Laglaire n’adresse-t-il pas directement sa demande aux autorités nationales. Il sollicite d’abord le soutien du directeur de l’école de Poitiers, Aujollest Pagès, celui-là même qui, comme ancien élève de l’académie parisienne, est envoyé par le peintre Boucher à Poitiers pour y fonder l’école. Il écrit au ministre « au nom et comme fondé de procuration du sieur Pierre La Glaire […] a l’effet d’avoir une École Académique gratuite de dessin39 ». Cette démarche par médiateur interposé retarde la réponse officielle du contrôleur des bâtiments : « Vous eussiez pu sans aucune difficulté m’écrire directement, ou par l’entremise de M. Pierre, premier peintre de sa Majesté, ce qui m’eût mis plus tôt en état de recevoir votre lettre et de marquer ce que je pense sur l’établissement dont vous sollicitez la confirmation40. » D’autre part, et contrairement à Tours, la ville de Bayonne ne délibère pas sur la création de l’école mais confie au peintre seul la mission de « se procurer de l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture de Paris la permission d’établir en cette ville une école de son art41. Or, assure d’Angiviller, « il est nécessaire que j’en sois requis par les magistrats municipaux42 ». Après moult démarches et échanges de courrier, la délibération municipale, tout comme le certificat de l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse dont Laglaire est ancien élève, et l’attestation de catholicité du demandeur, parviennent au ministre qui approuve alors les statuts de l’école académique de dessin de Bayonne.

  • 43 Marianne Clerc, Jacques-André Treillard (1712-1794), peintre dauphinois, Grenoble, Presses univers (...)
  • 44 ANF 0/1/1933/B1, Académie et écoles de province, Lettre de Jean-Baptiste Pierre au comte d’Angivil (...)
  • 45 ANF 0/1/1933/B1, ibidem, Lettre du comte d’Angiviller à Jacques-André Treillard, 1er juin 1785.
  • 46 ANF 0/1/1933/B2, ibid., Lettre de Jean-Baptiste Pierre au comte d’Angiviller, 5 mars 1786.
  • 47 AM Orléans, Discours prononcé en l’Hôtel de Ville d’Orléans, le jeudi 23 novembre 1786, par M. Hen (...)

27La reconnaissance par les autorités nationales n’est donc pas systématique. Elle dépend des volontés locales, dans le respect d’une démarche acceptée par les solliciteurs. Elle dépend également des spécificités locales : il faut alors user d’arguments juridiques pour voir aboutir la demande. C’est le cas en particulier des écoles de Grenoble et d’Orléans, créées à plus de vingt ans d’écart, mais qui demandent à se conformer aux décisions de la déclaration de 1777. Or l’une et l’autre sont déjà placées sous la protection du duc d’Orléans, et une « école brevetée par un prince de sang ne peut être placée sous l’autorité du Directeur des bâtiments du Roi43 ». Comme dans les autres cas, le ministre est conseillé par Jean-Baptiste Pierre dont l’argumentation repose non sur le titre du duc d’Orléans mais sur la fonction par lui exercée, à savoir celle de gouverneur : « Les protections particulières accordées par MM les gouverneurs ne sont que des sauvegardes, des exemptions de milice, de logement de guerre (qui donnent) aux titulaires une consistance qui les met à couvert des petites vexations qu’éprouve un homme qui n’est pas noble44. » Cela n’interdit donc pas au ministre de protéger l’école. La confirmation se fait par l’envoi au professeur d’un brevet délivré par d’Angiviller, scellé « du sceau de ses armes (et) contresigné par le Secrétaire général des Bâtiments de Sa Majesté », et la possibilité de « prendre ses Lettres d’attache et d’affiliation » à l’Académie royale45. À Orléans, la démarche entreprise par les officiers municipaux de placer l’école sous la protection du duc d’Orléans est jugée « précipitée », alors que « par les dispositions de la déclaration du roi relative aux arts et aux académies ou écoles académiques de province, Monsieur le Directeur général est nommé protecteur de tous ces établissements. Le comte ne peut donc que difficilement se mêler de cette affaire sans contester avec M. le Duc d’Orléans, ou sans renoncer à l’exécution de l’article susdit de l’Edit du Roy46 ». Là encore un compromis est trouvé, qui distingue toujours subtilement « l’autorité du gouvernement » de la « protection de Son Altesse Sérénissime » et qui permet « l’affiliation à l’Académie de Peinture et de Sculpture de la Capitale47 ». Il a sans doute fallu la rigoureuse vigilance des autorités royales pour aboutir ainsi à la tutelle académique de l’école d’Orléans.

  • 48 ANF 0/1/1933/B, Académie et écoles de province, Lettre du comte d’Angiviller au magistrat de Valen (...)
  • 49 L’Académie de Peinture et de Sculpture à Valenciennes…, op. cit.
  • 50 AM Valenciennes, GG 121, « Statuts et Règlements de l’Académie de peinture et de sculpture de la v (...)
  • 51 Ibid. article II.

28Il semble donc impossible d’échapper au contrôle des autorités royales, ce que confirme l’exemple de l’école de Valenciennes, désireuse d’exister indépendamment de l’académie royale. Lorsqu’elle est fondée en 1783 sous les auspices du prévôt, la ville manifeste l’intention d’en être la seule et unique responsable et tutrice. Elle pourvoit non seulement à son financement mais procède également au recrutement des professeurs, par voie de concours. Or une école académique doit être placée sous l’autorité pédagogique de l’Académie royale de Paris qui, en particulier, donne son accord quant au choix des professeurs ; et les autorités valenciennoises sont immédiatement rappelées à l’ordre par l’omniprésent comte d’Angiviller : « J’ai été informé par la gazette de France du premier de ce mois que le Magistrat de la ville de Valenciennes est dans le dessein d’établir une académie de peinture […]. L’objet […] est des plus louables, mais j’ai cru devoir avoir l’honneur de vous écrire pour vous faire part de quelques observations sur cet objet ; […] toutes les Académies de Peinture qui s’établiraient dans le Royaume (sont sous) la dépendance du Directeur Général de ses (= roi) Bâtiments, comme spécialement chargé de veiller aux progrès des arts de Peinture et de Sculpture et autres en dépendants, qu’il leur (donne) leurs Statuts et Règlements et que ces Académies (sont) sous la conduite de l’Académie Royale de Peinture de Paris […] centre du goût et du bon enseignement dans tous les genres48. » La municipalité, désireuse de garder sa liberté d’action, tarde à communiquer un mémoire sur l’état de l’école et une proposition de règlement, demandés par le ministre. Elle rappelle aussi la particularité régionale dont doit tenir compte le pouvoir central : « M. le Directeur Général des Bâtiments du Roi […] est supplié d’observer que par l’article 4 de la déclaration du 15 mars 1777 particulier au Parlement de Flandres […] il est permis de donner le titre d’Académie aux Écoles de Peinture et de Sculpture et que celle de Paris n’est distinguée que par le titre d’Académie Royale49. » Ainsi l’école de Lille devient « académie » en 1766 sans qu’il y ait protestation royale, y compris après 1777. À Cambrai, il est également autorisé à poser le modèle, sans pour autant qu’il y ait affiliation à l’académie parisienne. Le ministre, après avis du Premier peintre, tarde autant à répondre. Il faut en effet compter près de deux ans avant que ne soit réglé le statut de l’institution valenciennoise, en juillet 1785 : l’école reste « Académie de peinture et de sculpture » mais reconnaît « la protection du Directeur et Ordonnateur Général des Bâtiments de sa Majesté et […] la direction et affiliation de notre Académie Royale de Peinture, première et principale50 ». Querelle de pouvoir entre Versailles et la province qui aboutit à une forme déguisée de compromis : l’article II des statuts donne en effet aux édiles municipaux « tous les honneurs et prééminences appartenant à des Patrons et Fondateurs (… et) le droit de former, pour la police intérieure de l’école, les Règlements qu’ils jugeront les plus convenables51 ». Il permet donc à la ville de ne pas tenir compte des observations effectuées à Versailles et Paris quant au fonctionnement interne de son académie, et les modalités établies l’année précédente sont maintenues.

29L’affiliation à l’Académie de Paris relève donc essentiellement d’une obligation à respecter les décisions royales relatives aux arts. Elle peut être voulue, en particulier par des professeurs qui souhaitent conforter leur position à l’égard de municipalités plus timorées (Grenoble et surtout Bayonne). En revanche, elle est subie par les autorités locales désireuses de garder une liberté d’action par rapport aux autorités royales (Valenciennes). Entre les deux, Tours est exemplaire d’une harmonie entre ville et ministre, professeur et académie. Quant aux simples « écoles de dessin », sans classe artistique, elles échappent totalement à ces préoccupations. Indépendamment du respect des règlements et déclarations du Roi, quelles raisons incitent les écoles à s’affilier à l’académie parisienne ? De par leurs règlements, les écoles affiliées tiennent leurs statuts du contrôleur général des bâtiments et sont placées sous le contrôle pédagogique de l’Académie royale de peinture et de sculpture. À ce titre, l’aide apportée par Paris est de deux ordres : avis quant à l’organisation de l’école par l’étude des règlements locaux projetés et conseils prodigués au directeur ; reconnaissance d’une préséance des écoles provinciales sur les écoles non affiliées.

  • 52 « Statuts de l’École Académique de Bayonne », 15 mai 1779, article XIII, dans Procès-verbaux de l’ (...)
  • 53 AM Valenciennes, GG 121, « Statuts et règlements de l’Académie de peinture et de sculpture de la v (...)
  • 54 Ibid.
  • 55 Procès-verbaux de l’Académie royale …, op. cit., volume 8, 1888.

30L’affiliation permet d’abord à l’école de se reconnaître élément du vaste réseau national des sociétés savantes, que fréquente l’élite sociale et intellectuelle du royaume. La correspondance est le signe le plus tangible de l’affiliation : mettre en relation des sociétés dont les réflexions sur l’art et l’enseignement des arts contribuent à leur amélioration. Les académies de province doivent entretenir une correspondance régulière avec l’Académie royale « soit en l’informant des événements principaux arrivés dans son sein, soit en la consultant dans les cas où il pourrait s’élever quelque difficulté52 ». À Valenciennes, « afin de rendre cette correspondance avec l’Académie Royale de Peinture de Paris plus intime et plus utile, (l’académie) aura soin de l’informer une fois l’année de ce qui s’y sera passé de remarquable53 ». Et « quand (elle) se trouvera partagée sur des questions relatives au progrès des Arts qu’elle cultive, elle s’adressera à l’Académie Royale de Peinture et Sculpture établie à Paris. Elle lui exposera les raisons alléguées de part et d’autre, et quand elle aura reçu son avis, elle l’inscrira sur ses registres pour s’y conformer dans l’occasion54 ». De son côté, le professeur directeur de Poitiers rend compte à l’Académie royale des expositions, distributions des prix et projets de l’école. Il demande également du matériel pour assurer son enseignement et « reçoit alors vingt-quatre dessins d’académies qui ont valu des médailles à des élèves de l’Académie Royale55 ».

  • 56 ANF 0/1/1933/A (2), « Statuts et règlements pour l’Académie royale de peinture et de sculpture de (...)
  • 57 AM Valenciennes, GG 121, « Statuts et règlements de l’Académie de peinture et de sculpture de la v (...)

31Des privilèges de l’ordre de la préséance sont également obtenus par les écoles de province : « Dans le cas où quelque officier des Académies provinciales affiliées à l’Académie Royale se trouveroit à Paris, il jouira du privilège d’assister aux assemblées de l’Académie Royale première et principale, mais placé hors de rang et sans avoir de voix aux scrutins. Il pourra seulement rendre compte des progrès de son École et des objets de discussion qui pourraient s’élever dans ces Académies provinciales au sujet des Arts qui y sont pratiqués et enseignés56. » De même l’académie parisienne « pourra donner à ceux des Élèves qui viendront à Paris des lettres de recommandation, soit au Directeur de l’Académie Royale, soit au Secrétaire, pour que, dans les occasions, ils ayent plus de facilité pour cultiver et perfectionner leurs dispositions57 ». Le 6 juillet 1776, sont ainsi envoyées « vingt-quatre figures académiques des médaillistes accordées par l’Académie royale pour servir à l’encouragement des Élèves de Poitiers ».

  • 58 ANF 0/1933/B/1, Académie et écoles de province, « Statuts et Règlements pour l’Académie de Peintur (...)
  • 59 ANF 0/1/1933/B/1, « Lettres patentes du Roi portant établissement d’une Académie de peinture, Scul (...)
  • 60 ANF 0/1933/B/1, « Lettres patentes du roi portant établissement d’une Académie de Peinture, Sculpt (...)
  • 61 ANF 0/1/1933/B/1, « Lettres patentes du Roi portant établissement d’une Académie de peinture, Scul (...)
  • 62 Ibidem, article X.

32D’autres privilèges et honneurs sont accordés aux écoles de province non plus par l’Académie royale, mais par le roi, et surtout son contrôleur général des bâtiments, par le biais des lettres patentes ou des arrêts du conseil d’État. Il s’agit d’abord de jouir des mêmes avantages que les académiciens parisiens, mais dans un périmètre limité, « l’étendue de la Provence seulement » pour l’académie de Marseille58 et pour un nombre également limité d’académiciens : « Pour que ceux qui composent cette Académie (de Bordeaux) aient moyen de vaquer à leurs fonctions avec toute l’attention et l’assiduité possible, Nous les déchargeons à présent et pour l’avenir, jusqu’au nombre de vingt-six, de toute tutelle, curatelle, séquestration, collecte, guet et garde59. » Les vingt-six privilégiés sont : le directeur, le recteur, l’adjoint au recteur, les douze professeurs de dessein, les deux professeurs d’architecture civile, le trésorier, le secrétaire, le professeur d’après la bosse, le professeur d’après le dessein, le professeur d’architecture navale, celui de géométrie et perspective, celui d’anatomie et le plus ancien des amateurs associés. En revanche l’honneur du « port d’armes, comme étant une distinction honorable » est accordé à tous les académiciens. La reconnaissance officielle est également symbolisée par l’autorisation d’un sceau propre à l’académie : à Marseille, les armoiries de la peinture sont « d’azur à trois écussons d’argent, deux en chef et un en pointe à une fleur de lis posée en cœur ; au chef les armoiries de la ville de Marseille qui sont d’argent à la croix pleine d’azur. Le cartouche est orné des instruments nécessaires à la Peinture, Sculpture et Architecture, et autour sera écrit : « Academia massiliensis Pictura, Sculptura et Architectura60 ». Les armoiries de l’académie de Bordeaux représentent « les trois Génies réunis, de la peinture, de la sculpture et de l’Architecture, en champ d’argent, au chef d’azur, chargé d’une fleur de lys d’or entre deux lunes ou croissant d’argent, avec cette légende : Académie de Peinture, Sculpture, Architecture civile et navale de Bordeaux61 ». Un dernier privilège est donné, comme reconnaissance du statut d’artiste décerné aux académiciens de province, comme ceux de Bordeaux, autorisés à « faire imprimer et graver par tel Imprimeur et Graveur qu’elle voudra choisir, ses Statuts, Règlemens, Livres, Recueils, Desseins, estampes et autres ouvrages de ses Membres62 », ce qui interdit toute édition sans autorisation académique et donc protège les œuvres des académiciens. Rappelons cependant que ces privilèges ne concernent qu’une minorité d’écoles. Mais parce qu’ils placent les « académiciens » provinciaux dans les réseaux nationaux de sociabilité, ils peuvent inciter d’autres écoles à souhaiter l’affiliation à Paris.

Écoles et académies indépendantes de l’académie royale

33Nombre d’écoles échappent en effet à la tutelle parisienne, malgré elles (comme pour Besançon) ou, plus fréquemment, par refus de l’académie royale elle-même (Châtellerault).

  • 63 Le livre des délibérations du bureau de l’académie de Besançon est largement transcrit dans l’ouvr (...)

34L’ambiguïté déjà évoquée du statut de l'« école gratuite de peinture et de sculpture » de Besançon ne peut s’expliquer que par le biais de son rapport avec Paris. L’école a tout d’une académie. Les archives municipales de Besançon conservent le « Livre des délibérations de direction de “l’Académie” de Peinture et de Sculpture établie à Besançon63 ». L’école, qui se dénomme elle-même « Académie », dispose comme toute autre, d’un « Bureau de direction » composé d’un président, l’intendant André de Lacoré, de dix académiciens choisis à égalité parmi les membres du magistrat et les « principaux citoyens », et de trois professeurs, les deux artistes à l’origine de l’école, le sculpteur Luc Breton et le peintre Melchior Wyrsch, et leur adjoint Claude-Joseph Fraichot.

  • 64 BM Besançon, Mémoire sur l’École de peinture et de sculpture de Besançon à qui on projette de donn (...)

35Le bureau tient régulièrement séance. Celle du 25 décembre 1777 a pour objet l’autorisation d’affiliation à l’académie parisienne, selon la déclaration royale de mars de la même année. L’École y voit entre autre avantage la reconnaissance du titre « d’académie » dont elle use depuis trois ans, sans en avoir la reconnaissance officielle. Elle pourrait également disposer des 3 000 livres de subvention annuelle accordée par décision du conseil du roi, grâce aux efforts de l’intendant Lacoré. Cette affiliation est souhaitée et votée à l’unanimité de l’assemblée qui confirme ainsi la nécessaire solidarité du duo « municipalité-professeur ». Tout semble alors devoir suivre le cours légal de dépendance. C’est pourtant sans compter sur la violente réaction de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon, qui réclame « pour elle le patronage de l’École de peinture et de sculpture de cette ville64 » et conteste le projet de donner à cette école le « titre d’Académie, qu’on ne peut lui accorder dès lors que les lettres patentes de 1752 ont déjà établi une Académie des Arts ». S’appuyant sur le premier article de ladite déclaration royale qui stipule que « la peinture et sculpture arts libres (sont) parfaitement assimilés aux lettres, sciences et autres arts libéraux », elle souligne l’impossibilité légale de la priver de ce droit et donc d'« établir en cette ville aucun autre corps qui puisse en tout ou en partie aspirer aux mêmes fonctions ». Suit alors une série d’arguments juridiques : non enregistrement par le parlement de Besançon de la déclaration de 1777 comme des lettres patentes de 1676 (or l’académie de Besançon compte sept membres d’un Parlement peu enclin à adopter la déclaration royale. L’appui à d’Angiviller est donc loin d’être acquis) ; impossibilité d’appliquer l’article 4 de la déclaration de 1777, qui définit l’Académie parisienne comme « mère et appui de toutes celles qui seront établies par la suite », puisque l’académie des arts « est établie et patentée depuis longtemps » à Besançon ; « la protection de l’Ordonnateur des Bâtiments de Sa Majesté n’est applicable qu’aux Académies uniquement bornées à la peinture et à la sculpture ; mais celle de Besançon, embrassant les sciences et les arts », est déjà sous la protection du Maréchal de Duras, gouverneur du Comté de Bourgogne ; enfin, l’intendant, nommé à Besançon avant Lacoré, « ayant reconnu en 1757 les droits de l’Académie sur l’École de sculpture, il n’est pas possible aujourd’hui à son successeur de les méconnaître ». En somme maintenir une « tutelle » de l’Académie de Besançon sur l’école de peinture et sculpture de la ville, c’est éviter « les réclamations que l’envoi de la déclaration de 1777 exciterait nécessairement sur l’espèce d’autorité de l’Ordonnateur des Bâtiments du Roi dans une province où l’on ne reconnaît aucunes juridictions étrangères ». Cette longue querelle de six ans aboutit à la non-affiliation à Paris et donc à l’absence de privilèges accordés par l’Académie royale. Et l’école doit se contenter du titre modeste d’École.

  • 65 D’après Charles de Robillard de Beaurepaire, Recherches sur l’instruction publique dans le diocèse (...)
  • 66 « École gratuite de dessin » (AD Côte d’Or, C3007, délibération du 24 décembre 1766) ; « École gra (...)

36Deux constats à partir de l’exemple bisontin : d’une part les académies provinciales, parfois fondatrices et protectrices de l’école de dessin locale, tiennent à garder leur rôle statutairement imparti, en opposition au monopole parisien. Un cas particulier cependant : l’école de dessin de Rouen obtient en 1749 un arrêt du Conseil du roi et le titre d'« Académie de dessin et de peinture, sous l’inspection de l’Académie des Sciences, Belles lettres et Arts de la même ville ». Par tolérance, « la permission lui est effectivement accordée » de se déclarer Académie, sans être affiliée à Paris, et son directeur-professeur, Jean-Baptiste Descamps, n’est reçu membre de l’académie parisienne qu’en 1764. Ce rare privilège est dû à Louis XV qui, de passage à Rouen en septembre 1749, remercie ainsi Descamps pour les six dessins qu’il a exécutés pour la circonstance65. D’autre part, sur le plan politique, la susceptibilité d’assemblées provinciales (le Parlement pour Besançon) se marque par la volonté de maintenir une certaine indépendance, fondée sur des arguties juridiques, face aux prérogatives affichées par le pouvoir royal. Les édits de 1776 (suppression puis rétablissement des corporations) et les déclarations de 1777 (renforcement du contrôle de l’Académie royale de peinture et de sculpture sur les écoles de province) n’ont pas toujours été enregistrés. Ainsi, en l’absence d’approbation juridique par les parlements, les États conservent-ils leur autorité sur les écoles en Bretagne, Mâconnais, Artois, Cambrésis ou Bourgogne. Si l’école de Dijon, non affiliée à Paris, passe par une diversité d’appellations, cela n’induit aucunement un changement de statuts : les États de Bourgogne acceptent l’établissement d’une « école gratuite de dessin », parfois mentionnée sous le nom « d’école gratuite de peinture, sculpture et dessin » ou « d’école publique et gratuite de dessin », placée sous la protection du gouverneur, le Prince de Condé. C’est donc par un abus de langage qu’en 1769, le Mercure de France relate la séance de distribution des prix de « l’Académie de dessin », tenue à Dijon le 7 août 1768. Toutefois l’école dijonnaise aussi a une classe du modèle vivant66. Cette non-affiliation d’écoles n’empêche pas des contacts entre les institutions (échanges épistolaires, visites, conseils, etc.) ni l’existence d’une classe du modèle (Rouen, Besançon, Dijon).

  • 67 AM Châtellerault, XXXVI, Registre des délibérations du corps de ville (1762-1790), séance du 24 fé (...)
  • 68 ANF 0/1/1933/B1, Académies et écoles de province, Poitiers, Lettre d’Aujollest-Pagès au comte d’An (...)
  • 69 ANF 0/1/1933/B1, Lettre de Jean-Baptiste Pierre au comte d’Angiviller, 1er avril 1786.

37Si donc des impossibilités institutionnelles et juridiques expliquent que des écoles de dessin ne puissent se placer sous la protection du contrôleur des bâtiments et l’autorité pédagogique de l’académie parisienne, d’autres écoles tentent l’affiliation, autant pour se mettre en conformité avec la déclaration de 1777 – alors qu’elles n’ont pas de classe du modèle – que pour s’intégrer au réseau artistique national. Pourtant les autorités royales leur refusent cette reconnaissance. L’institution académique parisienne a sans doute trop de notoriété et de prestige pour condescendre à accepter des demandes émanant de villes de faible importance. L’exemple de Châtellerault est, de ce point de vue, significatif. Lorsque la municipalité accepte le projet du sculpteur Jean-Baptiste Buisson de tenir une école de dessin dans la ville, elle souhaite obtenir conseils et soutien de la proche école de Poitiers qui peut « favoriser de ses secours et de ses bons offices l’essai de notre établissement67 ». Le directeur de Poitiers, le peintre Aujollest-Pagès, sert une nouvelle fois d’intermédiaire auprès des autorités royales : « MM les officiers municipaux de Chasteleraud à 7 lieues de Poitiers ont fait l’essay d’une École de dessin dans leur Ville suivant le programme que j’ay l’honneur de vous envoyer ; ils ont aussi écrit à l’École Royale académique de Poitiers pour luy demander des lumières relatives aux Enseignements ; j’ai conseillé d’avoir recours à votre Grandeur pour demander votre Protection et à l’académie Royale de Peinture Sculpture comme la mère commune et le Centre des arts68. » Comme toujours en pareil cas, le surintendant demande conseil au Premier peintre et directeur de l’Académie royale, Jean-Baptiste Pierre, dont les réponses sont rapides et tranchées : « Si le corps municipal de Chatellerault écrit, l’on estime qu’il faut les éconduire très doucement. Chatellerault est une Biquoque69. » Et l’annonce de création de l’école précise seulement l’établissement de classes « pour toutes sortes d’ouvriers et autres personnes qui désirent apprendre à dessiner la figure, l’architecture et l’ornement […] avec l’agrément de Monseigneur l’Intendant et de Messieurs Maire et Échevins de cette Ville ». Le même sentiment de supériorité parisienne peut expliquer que la demande de Pau n’aboutisse pas à une affiliation. L’article VI de la Déclaration de mars 1777 ne précise-t-il pas la protection du contrôleur général dans « les principales villes du Royaume » ? Surtout, l’Académie royale ne contrôle que l’enseignement à destination des artistes, que ne proposent pas les écoles de Châtellerault ni de Pau.

Artistes et artisans – Arts libéraux et arts mécaniques

38La main mise de l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris sur les écoles académiques de province reste marginale. Elle permet cependant un vaste réseau d’échanges épistolaires entre les principales villes du royaume. Le peintre François Aujollest-Pagès, directeur de l’École royale académique de Poitiers, relaie les demandes de Bayonne et Châtellerault. Il écrit régulièrement à Paris et entretient une correspondance soutenue avec les académies de Bordeaux, Marseille et Toulouse. Cette relation académie parisienne/province tire-t-elle davantage les écoles vers un enseignement artistique ? Ou le complément de formation professionnelle destinée à l’artisan est-il maintenu ?

La reconnaissance d’une double formation

  • 70 AM Bordeaux, BB, Registres de la jurade de 1779 à 1781, fol. 50 et suiv.

39Si, de par l’interdiction de poser le modèle vivant, les écoles de dessin assurent un enseignement destiné en priorité aux artisans des métiers de l’art, les écoles académiques et les académies s’adressent à la fois aux ouvriers et artisans mais aussi aux amateurs d’art. Calquées sur le modèle parisien, elles ont pour finalité la formation artistique des talents locaux à travers des leçons, en particulier la pose du modèle vivant, les conférences et les salons d’exposition qu’elles sont autorisées à tenir. Cependant, à côté de ces « classes artistiques », toutes maintiennent les classes pour débutants qui, parfois, restent la priorité pédagogique, et ce contrairement à l’académie parisienne qui n’accueille que les élèves capables de dessiner d’après le modèle vivant et ne reçoit gratuitement que les fils d’académiciens. Ainsi en est-il de l’académie bordelaise. Placée sous la dépendance de l’Académie royale de peinture et de sculpture et la responsabilité de la ville, elle garde cependant le fonctionnement qui lui est propre, en particulier son école de dessin : « N’entendons donner aucune atteinte à l’école gratuite desdits principes de dessin, établie depuis longtemps dans l’Hôtel de Ville de Bordeaux ; Voulons au contraire qu’elle subsiste comme par le passé, tant que les Maire, Lieutenant de Maire et jurats de notre ville de Bordeaux le jugeront convenable et que le choix du professeur ne dépend que d’eux et de leurs successeurs70. » Deux remarques à propos de cet article : d’une part, il atténue la rigueur des règlements de l’académie parisienne et démontre une volonté de répondre aux spécificités locales, en maintenant une classe pour les débutants. La même nécessité de répondre aux réalités locales est marquée par l’ajout, dans le titre de l’académie bordelaise, des spécificités « architecture civile et navale ». D’autre part, il nuance singulièrement l’orientation artistique que les historiens de l’art ont voulu prioritairement voir dans les écoles et académies de province du xviiie siècle.

  • 71 ANF 0/1/1933/B2, Lettre de Louis de Mondran du 22 mars 1768 au comte de Saint-Florentin.
  • 72 AM Toulouse, GG 929, Mémoire de Louis de Mondran, sd.

40Toute royale qu’elle soit, l’académie toulousaine également dispense à la fois l’enseignement artistique, avec classe du modèle telle que proposée à l’Académie royale de Paris, et le complément de formation destiné aux arts mécaniques. Tous les élèves doivent d’abord passer successivement par les quatre classes de dessin avant de gagner, s’ils le souhaitent les classes spéciales de peinture, de sculpture et d’architecture. Aussi lorsque l’école parisienne de Bachelier obtient les lettres patentes (1767), l’infatigable président de l’école toulousaine, Louis de Mondran, demande-t-il au comte de Saint-Florentin, intendant du Languedoc, que le roi « accorde aux élèves de nos écoles le même avantage qu’il a accordé à ceux qui dessinent dans celles de Paris71 », en particulier une classe pour les ornements « nécessaire pour plusieurs différents corps d’arts et métiers, ainsi que pour les dessins des étoffes que l’on fabrique dans les manufactures ». Il souhaite également que les élèves, « après […] avoir remporté les prix du dessin et de la géométrie, et fait ensuite apprentissage de quelque métier dans la ville de Toulouse, pussent être reçus maîtres dans le corps de ces métiers pour le même prix que les fils de maître ». Tentative donc d’ajouter aux privilèges académiques obtenus en 1750 ceux de l’École royale gratuite de dessin nouvellement créée : l’académie toulousaine s’adresse autant aux artistes qu’aux ouvriers et artisans. Cependant, la demande n’aboutit pas. La classe d’ornement demandée ne paraît ni dans les listes des professeurs de l’académie toulousaine, ni dans celles des lauréats des concours régulièrement organisés. Quant à la seconde demande, la réponse « officielle » passe par le secrétaire perpétuel de l’Académie royale de Paris, Nicolas Cochin, qui en souligne « la difficile exécution ; un pareil droit ne peut avoir lieu qu’autant qu’il sera accordé par des Lettres Patentes Registrées en Parlement mais il faudra s’attendre à l’opposition de toutes les communautés, au Profit desquelles il causerait une grande diminution. Nous n’avons le droit à l’Académie que pour la seule maîtrise de Peinture, et encore non comme fils de maîtres mais comme apprentis de ville72 ». L’Académie ne peut octroyer à une autre académie un privilège obtenu par l’École royale gratuite de dessin, institution sur laquelle elle n’a aucun « pouvoir » ni contrôle. De plus, la responsabilité des métiers, en particulier les droits de maîtrise, lui échappe totalement. Les autorités nationales ont cependant conscience de la double orientation des écoles provinciales (arts libéraux ; arts mécaniques)qu’elles ne souhaitent pas remettre en cause, malgré des contestations de l’académie royale.

La vigilance de l’Académie royale de peinture et de sculpture

  • 73 Antoine Schnapper, « L’Académie : enseignement et distinction des mérites », dans Les peintres du (...)

41L’inquiétude de l’Académie royale face à la multiplication des écoles de dessin à travers le royaume s’apparente à celle qu’elle a manifestée au début du siècle à l’égard de la confrérie de Saint-Luc et de son école. L’une comme l’autre institutions permettent en effet d’accroître sensiblement le nombre de peintres, sculpteurs et artisans d’art formés hors du cadre étroit de l’académie, et de son contrôle. Selon Antoine Schnapper, entre 1672 et 1764, l’Académie royale a formé une centaine d’artistes alors que, pour la même période, à Paris seulement, le nombre de maîtres peintres et sculpteurs est passé de deux cent quatre-vingts à près de mille quarante73. Le risque pour les académiciens parisiens est bien alors de voir leur fonction dévalorisée, à la fois comme artistes et comme professeurs habilités à former les artistes. Aussi, s’ils obtiennent la cessation de l’école de Saint-Luc en 1776, certains réclament-ils une affiliation systématique des écoles provinciales à Paris.

  • 74 ANF 0/1/1933/A2, Académie et écoles de province, « Mémoire sur les arts et les académies de Peintu (...)
  • 75 Les écoles non affiliées sont sous la seule direction pédagogique d’un bureau présidé par le maire

42Il est en effet important pour le bien des arts que « les écoles académiques ne soient pas entièrement indépendantes de celle de Paris, comme paraissent ambitionner leurs fondateurs ». C’est du moins l’avis de l’auteur – anonyme – d’un « Mémoire sur les arts et les académies de peinture74 ». Pour lui, il est juste que celle qui « réunit les artistes les plus distingués de la Nation, celle qui est le centre des Lumières en ce genre, jouisse à cet égard d’une distinction qui ne permet pas à l’Étranger de confondre l’une avec l’autre ». Pour le bien des écoles provinciales, l’autorité parisienne doit donc être consolidée : « Qui autrement jugera de la bonté et de la justesse des principes de l’instruction qu’on y donnerait ? Qui les remettra dans la bonne voie si elles s’en écartent ? » L’auteur dénie ainsi le droit aux autorités municipales, « tirées pour la plupart d’une bourgeoisie dont les occupations ont toujours été fort éloignées de la culture des Arts », le droit de donner des conseils avisés. Seule l’Académie royale peut orienter vers le bon goût et la déclaration de 1676 doit être rigoureusement appliquée75.

  • 76 ANF 0/1/1927, « Mémoire sur les Écoles gratuites de dessin », 16 pages, sd (1777 ?).

43D’autres académiciens parisiens contestent même le bien-fondé des écoles de dessin. Un autre « Mémoire sur les écoles gratuites de dessin », paru sans date76, sans signature, fustige l’École royale gratuite de dessin de Paris, la plus proche concurrente. En plus de jugements personnels concernant son directeur Jean-Jacques Bachelier, vu comme particulièrement ambitieux, l’auteur fonde son opposition à l’institution sur deux arguments : en plus d’être inutiles, les écoles de dessin sont dangereuses.

44Les écoles gratuites sont d’abord des établissements inutiles. Pourquoi en effet encourager une institution qui ne propose rien de plus ni de différent de ce qui se fait à l’académie ? Elles se présentent comme nécessaires pour « l’accroissement et le soutien du bon goût dans les ouvrages de la Nation qui peuvent tirer du dessin quelque perfection », alors que c’est « précisément l’objet de l’institution de l’Académie royale de Peinture et de l’École qu’elle ouvre gratuitement tous les jours à plusieurs centaines de jeunes gens ». Pourtant la gratuité n’est pas totale à l’académie. En outre le nombre d’élèves ne semble pas avoir dépassé la centaine, sauf sans doute après 1777, lorsqu’une seconde école académique est créée, après la suppression de celle de Saint-Luc. Si l’auteur reconnaît que l’école académique n’accueille que des élèves déjà avancés dans le dessin, il souligne cependant que, par des leçons privées, les académiciens donnent à un grand nombre de jeunes gens « la capacité nécessaire pour aller dessiner à l’École de l’Académie ». Certes « ces premières écoles ne sont pas entièrement gratuites […] mais elles sont en général à un prix fort modique » et, si un élève montre du talent, il peut être instruit « gratis ou presque gratis ». L’académie ouvre-t-elle « gratuitement » ou est-elle « entièrement gratuite » ? La contradiction des propos ne gêne nullement le rédacteur de ce mémoire qui doute fort de la nécessité d’étudier chez Bachelier.

45Le second reproche adressé à l’école de dessin est son côté « dangereux ». L’auteur du mémoire réfute en effet l’argument largement répandu de l’utilité économique et sociale d’un enseignement du dessin pour les apprentis, ouvriers et artisans. La multitude d’élèves « qui n’y eussent jamais songé, et qui eussent appris des arts plus utiles à eux-mêmes et à la Société » que le dessin « ne se rabaisseront point aux Professions mécaniques qu’elles (= les écoles) semblent avoir en vue. La plupart des jeunes gens qui auront passé trois à quatre ans à apprendre le Dessin et la Géométrie ne redeviendront pas Charpentiers, Menuisiers, Serruriers » mais encombreront les ateliers d’artistes qui « regorgent de jeunes gens pour la plupart de basse naissance. En effet […] la plus grande partie des enfants qui composent ces Écoles gratuites sont de la plus basse classe de la Société […]. C’est à cette foule de jeunes gens instruits dans les arts qu’on doit attribuer les désordres dont on se plaint dans les ateliers des artistes et même dans l’école de l’Académie ». Il faut maintenir l’ordre social que contrarient les écoles de dessin. L’argument n’est guère éloigné des reproches adressés aux écoles lasalliennes.

46Dans les deux mémoires s’affiche une vision élitiste de la formation académique. Dans les deux mémoires paraît aussi la crainte de la prolifération d’artistes qui risquent de s’éloigner des « canons » imposés par l’Académie royale. Peur sans doute exagérée, alors que toutes les écoles de dessin affichent la volonté de donner aux ouvriers et artisans les moyens d’une plus grande adaptabilité aux mutations économiques et à la nouvelle demande sociale. Curieusement d’ailleurs, académiciens, initiateurs et professeurs des écoles de dessin se retrouvent dans la défense d’un « art officiel » qu’ils soutiennent, sorte de « diktat » du néo-classicisme face au rococo décadent décrié par Cochin. Le changement viendrait-il des métiers de l’art, au moment où l’Académie s’accroche à ses prérogatives ?

47L’étude du statut des écoles de dessin permet ainsi de nuancer l’idée communément admise que toute institution provinciale dépend de celle de Paris. L’Académie royale de peinture et de sculpture n’est pas « maîtresse » de l’ensemble des enseignements provinciaux. L’appellation « académique » (école ou académie) s’applique aux institutions affiliées à Paris – mais pas toutes –, et la dépendance des académies locales concerne surtout ce qui a trait à l’enseignement à finalité artistique. Cependant, la majorité des « écoles gratuites » de dessin sont « libres », sous la seule dépendance des autorités locales, et d’abord destinées aux ouvriers et artisans. Elles accueillent les « débutants » qui, remarqués pour leur talent dans les arts du dessin, peuvent parfois suivre une formation dans la partie académique de l’établissement ou dans une autre école. En somme, les quelques académies établies et reconnues en province concilient les finalités de l’École royale gratuite de dessin de Bachelier (finalité des métiers de l’art, arts mécaniques, artisans) et celles de l’Académie royale (finalités artistiques, arts libéraux, artistes), tandis que la majorité des écoles de province, non académiques, se situent dans la première catégorie. En outre la ville reste toujours présente dans la gestion des écoles, quel que soit leur statut, selon une participation plus ou moins active et volontaire, au gré de la conviction des autorités municipales concernant l’utilité de la formation aux arts, fussent-ils mécaniques.

Tableau 5 : Dénomination des écoles de dessin et relations avec l’Académie royale de peinture et de sculpture

Tableau 5 : Dénomination des écoles de dessin et relations avec l’Académie royale de peinture et de sculpture

1 = École de dessin – 2 = École académique – 3 = Académie – 4 = École affiliée à l’Académie royale de peinture et de sculpture (et date d’affiliation).
Sont indiquées en caractères soulignés les écoles royales.
x = Écoles et Écoles académiques qui ont une classe du modèle, sans dépendre de l’académie parisienne.

48Sources et références : Aix (N. Coste, Les origines de l’école de dessin et du musée d’Aix-en-Provence, Paris, Plon-Nourrit, 1905) – Amiens (AM Amiens, BB 85) – Angers (AM Angers, BB 122) – Annecy (AM Annecy, 1R12) – Arras (AD Pas-de-Calais, Registres des Assemblées des États d’Artois, 1770) – Auch (M.-A. Baras, De l’éducation publique dans la France libre, tome second « État actuel des établissements destinés en Europe à l’instruction et aux progrès des connaissances humaines », Toulouse, Desclassan, et Paris, Belin, An 1 de la République française) – Bayonne (ANF 0/1/1933/A (2)) – Beaune (J.-P. Guillaumont, L’Académie de peinture et de sculpture de Dijon, thèse en histoire de l’art, Université de Strasbourg, 1994) – Beauvais (Mercure de France, avril 1750) – Bergues (AD Nord, L 6277, liasse 6) – Besançon (BM Besançon, Registre des délibérations de l’Académie de Besançon) Bordeaux (AM Bordeaux, GG 999) – Cambrai (BM Lille, fonds Lemaire 71) – Chalons (AD Marne, C 552, L’école de dessin avant la révolution) – Chambéry (A. Buttin et Jacqueline, Les peintres de la Savoie, 1860-1940, Chambéry, Les Amis des Musées, 1991) Châtellerault (AM Châtellerault, XXXVI) – Dijon (AD Côte d’Or, série C, Délibérations des États de Bourgogne) – Douai (AM Douai, GG, non numéroté) – Dunkerque (AM Dunkerque, série B, administration communale) – Grenoble (ANF 0/1/1933/B (1)) – La Rochelle (AM La Rochelle, E supplément 1177) – Le Mans (A. Bouton, Le Maine. Histoire économique et sociale. xviie et xviiie siècles, Le Mans, 1973) – Lille (AM Lille, carton 103) – Lorient (AD Ille et Vilaine, C 1756) – Lyon (AM Lyon, inventaire Chappe 1W 63) Macon (AD Saône et Loire, C 677) – Marseille (ANF0/1/1933/B (1)) – Montpellier (BM Montpellier, 31702) – Nantes (AD Ille et Vilaine, C 1756) – Orléans (ANF0/1/1933/B (2)) – Paris (« Lettres patentes portant établissement d’une École royale gratuite de dessin à Paris », registrées en parlement le 1er décembre 1767) – Pau (AD Pyrénées Atlantiques, C 1341) – Poitiers (ANF0/1/1933/B (2)) – Quimper (Dessins xve-xxe siècles. La collection du musée de Tours, Tours, Musée des Beaux-Arts, 2001) – Reims (Mercure de France, décembre 1753) – Rennes (AD Ille et Vilaine, C 1756) – Rouen (C. de Robillard de Beaurepaire, Recherches sur l’instruction publique dans le diocèse de Rouen avant 1789, Evreux, Huet, 1872, tome 3) – Saint-Malo (AD Ille et Vilaine, C 1756) – Saint-Omer (AM Saint-Omer, Registre des délibérations de l’Assemblée des Notables, juillet 1767) – Saint-Quentin (AD Aisne, C 812) – Soissons (AM Soisson, C 635) – Strasbourg (AM Strasbourg, carton 4, Beaux Arts) – Toulouse (AM Toulouse, GG 923) – Tours (AM Tours, GG 26) – Troyes (AM Troyes, RR 41 (15)) – Valenciennes (AM Valenciennes, GG 121) – Vesoul (J.-P. Guillaumont, L’Académie de peinture et de sculpture de Dijon…, op. cit.).

Notes

1 ANF 0/1/1933/A (2), Académies et écoles de dessin. Règlement pour l’Établissement des Écoles académiques de Peinture et de Sculpture dans toutes les villes du Royaume où elles seront jugées nécessaires, registré en parlement avec les lettres patentes de novembre 1676, registrées en décembre 1676. Article I des lettres patentes.

2 ANF 0/1/1933/A (2), Académies et écoles de dessin. Déclaration du Roy en faveur de l’Académie royale de peinture et de sculpture, 15 mars 1777, registrée le 2 septembre 1777, article VI.

3 AM Bordeaux, série BB, registre de la Jurade, 23 août 1746.

4 ANF 0/1/1933/B1, Académies et écoles de province, Lettres patentes du Roi portant établissement d’une Académie de Peinture, Sculpture et Architecture civile et navale à Bordeaux, 14 novembre 1779, article 1, Bordeaux, chez Jean Chappuis, 1780.

5 AM Strasbourg, cartons 4 et 13, Beaux Arts.

6 AD Aisne, C 812, Lettres patentes portant établissement d’une École royale gratuite de dessin à Saint-Quentin, données à Versailles en mars 1782 et registrées en parlement de Paris le 15 avril 1782, article 2.

7 Lettres patentes portant établissement d’une École Royale gratuite de dessin à Paris, données à Fontainebleau, le 20 octobre 1767, registrées en parlement le premier décembre 1767.

8 « Règlement de l’École gratuite du Dessein en la ville de Douay, établie par Messieurs les Échevins, le premier janvier 1770 », transcrit dans L. Quinion-Hubert, Ville de Douai. Écoles académiques et professionnelle fondées en 1769. Histoire, organisation, administration, Douai, Delattre et Goulois, 1897, 2e annexe, p. 37-42 et Jacques Guillouet, La fondation de l’école gratuite de dessin de Douai, Douai, Les amis de Douai, tome IX, juillet-août-septembre 1985, p. 168.

9 AD Aisne, C 812, Lettres patentes…, op. cit., article 4.

10 « Règlement de l’école de dessin », sd, article III, reproduit dans A. Durieux, Les artistes cambrésiens du ixe au xixe siècle et l’école de dessin de Cambrai, Cambrai, Simon, 1874.

11 Mercure de France, avril 1750, p. 168.

12 AM Troyes, cat. 13 A, « Lettres Patentes portant établissement d’une École Royale Gratuite de Dessein à Troyes » février 1779 (retranscrites dans Jean-Pierre Sainte-Marie, « De l’école royale de dessin à l’école des beaux-arts de Troyes : 210 ans d’une institution », Troyes, La vie en Champagne, numéro spécial 334, juillet-août 1983, p. 26).

13 Ibidem.

14 AD Aisne, C 812, Lettres patentes portant établissement d’une École royale gratuite de dessin…, op. cit., article I.

15 AM Troyes, cat. 13 A, « Lettres Patentes… », exposé.

16 « Lettres patentes portant établissement d’une École Royale gratuite de dessin à Paris », op. cit., exposé.

17 Correspondance entre le magistrat de Valenciennes et le comte d’Angiviller, novembre 1783, dans L’Académie de Peinture et de Sculpture à Valenciennes au xviiie siècle, Valenciennes, Société des Amis du Musée, 1986.

18 Charles Nicolas Cochin, sd, cité dans Charles de Robillard de Beaurepaire, Recherches sur l’instruction publique dans le diocèse de Rouen avant 1789, Evreux, Pierre Huet, 1872, tome III, note 1, p. 177.

19 Lettre de M. de Cideville (conseiller au parlement) à Jean-Baptiste Descamps, 29 avril 1748, dans Charles de Robillard de Beaurepaire, Recherches sur l’instruction publique…, op. cit., note 1,p. 169.

20 AM Lille, carton 103, liasse 2, Calendrier bissextile faisant suite à la Continuation de la Loi de la Ville de Lille, 1er novembre 1776.

21 AM Valenciennes, GG 121, Statuts et Règlements de l’Académie de Peinture et de Sculpture de la ville de Valenciennes, du 1er mars 1785, article premier, Valenciennes, imprimerie J.-B. Henry, 1785.

22 AM Toulouse, Bicentenaire de l’Académie des Arts et de l’école des Beaux-Arts, 1950, p. 25.

23 D’après Louis Jarry, « L’école gratuite de dessin de la ville d’Orléans », Réunion des Sociétés des Beaux-Arts des départements, Paris, Plon-Nourrit, 1893, et Isabelle Klinka-Ballesteros, « Les origines de l’école gratuite de dessin », Mémoire de l’Académie d’Orléans, Agriculture, Sciences, Belles-Lettres et Arts, VIe série, tome 10, Orléans, 2001.

24 AM Tours, GG 26 (2), Prospectus pour la formation d’une classe d’Amateurs de ladite École, par MM les Président et Membres de l’École académique de Tours, Tours, Imprimerie F. Vauquer-Lambert, 10 août 1782.

25 ANF 0/1/1933/B (1), Académies et écoles de province, Lettres Patentes du Roi portant établissement d’une Académie de Peinture, Sculpture et Architecture civile et navale à Bordeaux, article III, Bordeaux, Jean Chappuis, 1780.

26 D’après Louis Jarry, « L’école gratuite de dessin de la ville d’Orléans », op. cit., et Isabelle Klinka-Ballesteros, « Les origines de l’école gratuite de dessin… », op. cit.

27 « Statuts de l’École Académique de Bayonne », articles III à VIII, transcrits sur les Registres de l’Académie royale, article XIII, dans Anatole de Montaiglon, Procès verbaux de l’Académie royale…, op. cit., volume VIII, 1888, p. 386.

28 Daniel Roche, Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux (1680-1789), Paris-La Haye, Mouton, 1989, tome 1, p. 110.

29 ANF 0/1/1933/B (2), Académie et écoles de province, « Certificat des autorités municipales de Poitiers adressé au directeur général des bâtiments du roi », 8 mai 1174.

30 Ibidem.

31 AM Toulouse GG 928, Statuts de la société des beaux-arts de Toulouse, article III, Toulouse, Lecamus, 1749, p. 15, reconduits après l’érection de la société en académie royale.

32 AM Toulouse, GG 923, fol. 17, Mémoire que présente la Société…, p. 17-18.

33 AM Toulouse, BB 39.

34 Bicentenaire de l’Académie des Arts …, op. cit, p. 25. AM Toulouse, GG 924, GG 927 et GG 929, « Établissement de l’Académie Royale de Peinture, de Sculpture et d’Architecture à Toulouse par lettres patentes du Roy », décembre 1750, registrées au Parlement le 13 janvier 1751, à Toulouse, chez Gaspard Henault, 1751, 24 pages.

35 ANF 0/1/1933/B1, Lettre de Jean-Baptiste Pierre au comte d’Angiviller, 24 février 1778.

36 AM Tours, BB 87, Registre des délibérations, décisions et ordonnances du corps de ville, 3 février 1779.

37 Anatole de Montaiglon, Procès verbaux de l’Académie …, op. cit., volume IX, p. 81.

38 École Nationale des Beaux Arts de Paris, Inventaire G. Rouches, 1913, liasse 97, pièce 10, Brevet de Directeur de l’École académique de Tours, octobre 1781.

39 Anatole de Montaiglon, Procès Verbaux de l’Académie …, op. cit., séance du 26 septembre 1778, volume VIII, 1888, p. 348.

40 Lettre du comte d’Angiviller à Pierre Lagleire, décembre 1778, citée dans René Godinot, « La Première Académie de Dessin de la Ville de Bayonne (1778-1782) et son Directeur Pierre Lagleire », Revue de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Bayonne, n° 97, juillet 1961, p. 138.

41 René Godinot, « La Première Académie… », op. cit., p. 136-137.

42 Réponse du comte d’Angiviller à la demande de Pierre Lagleire, décembre 1778, citée dans René Godinot, « La Première Académie… », op. cit., p. 138.

43 Marianne Clerc, Jacques-André Treillard (1712-1794), peintre dauphinois, Grenoble, Presses universitaires, 1995, p. 148.

44 ANF 0/1/1933/B1, Académie et écoles de province, Lettre de Jean-Baptiste Pierre au comte d’Angiviller, 1er juin 1785.

45 ANF 0/1/1933/B1, ibidem, Lettre du comte d’Angiviller à Jacques-André Treillard, 1er juin 1785.

46 ANF 0/1/1933/B2, ibid., Lettre de Jean-Baptiste Pierre au comte d’Angiviller, 5 mars 1786.

47 AM Orléans, Discours prononcé en l’Hôtel de Ville d’Orléans, le jeudi 23 novembre 1786, par M. Henry de Longuève, pour l’ouverture de l’École Académique et Gratuite de Peinture, Sculpture, Architecture et Arts dépendants du Dessin.

48 ANF 0/1/1933/B, Académie et écoles de province, Lettre du comte d’Angiviller au magistrat de Valenciennes, octobre 1783.

49 L’Académie de Peinture et de Sculpture à Valenciennes…, op. cit.

50 AM Valenciennes, GG 121, « Statuts et Règlements de l’Académie de peinture et de sculpture de la ville de Valenciennes », Valenciennes, imprimerie J.-B. Henry, 1785, article I.

51 Ibid. article II.

52 « Statuts de l’École Académique de Bayonne », 15 mai 1779, article XIII, dans Procès-verbaux de l’Académie royale de peinture et de sculpture (1648 – 1793), publiés pour la Société de l’histoire de l’art français par Anatole de Montaiglon, Paris, Charavay frères, volume 8, 1888.

53 AM Valenciennes, GG 121, « Statuts et règlements de l’Académie de peinture et de sculpture de la ville de Valenciennes », articles XXII et XXI, p. 11.

54 Ibid.

55 Procès-verbaux de l’Académie royale …, op. cit., volume 8, 1888.

56 ANF 0/1/1933/A (2), « Statuts et règlements pour l’Académie royale de peinture et de sculpture de mars 1777 », article 36.

57 AM Valenciennes, GG 121, « Statuts et règlements de l’Académie de peinture et de sculpture de la ville de Valenciennes », article XXII, p. 11.

58 ANF 0/1933/B/1, Académie et écoles de province, « Statuts et Règlements pour l’Académie de Peinture, Sculpture et architecture civile et navale établie à Marseille », 15 mars 1778, article IV.

59 ANF 0/1/1933/B/1, « Lettres patentes du Roi portant établissement d’une Académie de peinture, Sculpture et Architecture civile et navale à Bordeaux », du 14 novembre 1779, enregistrées le 23 février 1780, article VIII.

60 ANF 0/1933/B/1, « Lettres patentes du roi portant établissement d’une Académie de Peinture, Sculpture et Architecture civile et navale à Marseille », 15 mars 1778, article V.

61 ANF 0/1/1933/B/1, « Lettres patentes du Roi portant établissement d’une Académie de peinture, Sculpture et Architecture civile et navale à Bordeaux », du 14 novembre 1779, enregistrées le 23 février 1780, article VIII.

62 Ibidem, article X.

63 Le livre des délibérations du bureau de l’académie de Besançon est largement transcrit dans l’ouvrage d’Auguste CASTAN, L’ancienne école de peinture et de sculpture de Besançon, 1756-1791, Besançon, Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, 1888.

64 BM Besançon, Mémoire sur l’École de peinture et de sculpture de Besançon à qui on projette de donner le nom d’Académie, 10 mars 1779, dans Délibérations de l’Académie de Besançon, tome III, fol. 202-206, dans Auguste Castan, L’ancienne école de peinture et de sculpture de Besançon…, op. cit., p. 245.

65 D’après Charles de Robillard de Beaurepaire, Recherches sur l’instruction publique dans le diocèse de Rouen avant 1789, Evreux, Huet, 1872, tome 3, p. 168.

66 « École gratuite de dessin » (AD Côte d’Or, C3007, délibération du 24 décembre 1766) ; « École gratuite de peinture, sculpture et dessin » (Annonces et Affiches de Dijon, 30 juin 1770) ; « École publique et gratuite de dessin » (délibération des États du 29 décembre 1783) ; « Académie de dessin », (Mercure de France, février 1769, p. 147-159).

67 AM Châtellerault, XXXVI, Registre des délibérations du corps de ville (1762-1790), séance du 24 février 1786 (feuillet 286 V°, 287 R°)

68 ANF 0/1/1933/B1, Académies et écoles de province, Poitiers, Lettre d’Aujollest-Pagès au comte d’Angiviller, 4 mars 1786.

69 ANF 0/1/1933/B1, Lettre de Jean-Baptiste Pierre au comte d’Angiviller, 1er avril 1786.

70 AM Bordeaux, BB, Registres de la jurade de 1779 à 1781, fol. 50 et suiv.

71 ANF 0/1/1933/B2, Lettre de Louis de Mondran du 22 mars 1768 au comte de Saint-Florentin.

72 AM Toulouse, GG 929, Mémoire de Louis de Mondran, sd.

73 Antoine Schnapper, « L’Académie : enseignement et distinction des mérites », dans Les peintres du roi, 1648-1793, Paris, Réunion des Musées nationaux, 2000, p. 67.

74 ANF 0/1/1933/A2, Académie et écoles de province, « Mémoire sur les arts et les académies de Peinture établies ou à établir dans les Provinces », sn, sd, probablement avant les mesures royales de 1777.

75 Les écoles non affiliées sont sous la seule direction pédagogique d’un bureau présidé par le maire.

76 ANF 0/1/1927, « Mémoire sur les Écoles gratuites de dessin », 16 pages, sd (1777 ?).

Table des illustrations

Titre Tableau 4 : Composition du bureau de quelques écoles académiques et académies provinciales, comparée à celle du bureau de l’Académie royale de peinture et de sculpture
Légende 1 = directeur – 2 = chancelier – 3 = recteurs et adjoints à recteurs – 4 = honoraires amateurs et associés – 5 = professeurs et adjoints à professeurs – 6 = conseillers – 7 = trésorier – 8 = secrétaire.Rappel : L’école de Besançon n’est pas affiliée à l’Académie royale de peinture et de sculpture mais son bureau administratif la dénomme « Académie de peinture et de sculpture » et s’organise comme toute autre institution académique.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6991/img-1.png
Fichier image/png, 14k
Titre Tableau 5 : Dénomination des écoles de dessin et relations avec l’Académie royale de peinture et de sculpture
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6991/img-2.png
Fichier image/png, 39k
Légende 1 = École de dessin – 2 = École académique – 3 = Académie – 4 = École affiliée à l’Académie royale de peinture et de sculpture (et date d’affiliation).Sont indiquées en caractères soulignés les écoles royales.x = Écoles et Écoles académiques qui ont une classe du modèle, sans dépendre de l’académie parisienne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6991/img-3.png
Fichier image/png, 38k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540