Version classiqueVersion mobile

Bourdieu et le travail

 | 
Maxime Quijoux

Cinquième partie. Le travail entre dominations et conflits

Sur la pertinence heuristique du concept de champ syndical

Sophie Béroud

Texte intégral

  • 1 Mauger G., « Pour une politique réflexive du mouvement social », in Cours-salies P. et Vakaloulis (...)
  • 2 Mathieu L., L’espace des mouvements sociaux, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2012.
  • 3 Ibid., p. 151-161.

1À la suite des mobilisations de l’automne 1995 et des différentes luttes des années 1990-2000 (mouvement des chômeurs, des sans-papiers, des sanslogement, mouvement altermondialiste, etc.), des débats importants ont pris forme dans la littérature académique en sociologie et en science politique autour de la définition d’un champ des mouvements sociaux. Si certains auteurs parlent d’un « champ de la gauche antilibérale1 », d’autres préfèrent se référer à la notion d’espace. Lilian Mathieu qui a théorisé le concept « d’espace des mouvements sociaux » avance ainsi l’idée que l’on peut appréhender l’univers des mouvements sociaux comme un microcosme spécifique, un domaine de pratiques et de sens relativement autonome au sein du monde social qui serait doté de logiques, de modes de fonctionnement, d’enjeux et de références propres. Les organisations et les agents qui évoluent dans cet espace seraient unis par des relations d’interdépendance, éventuellement conflictuelles, d’intensité et de nature variable2. Cet univers composé d’acteurs dominés dans l’espace social resterait cependant trop informel et trop peu structuré pour correspondre à une définition rigoureuse du champ, telle que formulée par Pierre Bourdieu. Or, Lilian Mathieu, afin d’étayer sa démonstration, insiste sur la différenciation entre cet espace des mouvements sociaux et deux univers beaucoup plus institutionnalisés : le champ politique et le champ syndical. Les rapports seraient certes étroits entre l’espace des mouvements sociaux et le champ syndical et la différenciation plus faible lors de période de mobilisations3. De plus, de nombreux militants sont à la fois engagés dans le syndicalisme et dans d’autres types de collectifs constitués sur des enjeux spécifiques, qu’il s’agisse d’associations ou de réseaux de lutte. Pour autant, malgré ces éléments qui attestent de l’existence d’intersections, Lilian Mathieu insiste sur le fait que le degré d’objectivation du champ syndical est beaucoup plus fort et qu’il se traduit par une relative fermeture de celui-ci, vis-à-vis de « nouveaux entrants » par exemple et par l’existence de domaines de pratiques propres liées à la dimension plus institutionnelle du syndicalisme.

  • 4 Lahire B., Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales, Paris, éditions du Seuil, 2012, p. (...)

2Ces discussions théoriques relatives aux façons d’appréhender l’univers spécifique des mouvements sociaux incitent, en contrepoint, à discuter de façon rigoureuse le concept de champ syndical. Il ne s’agit pas de mener une discussion purement théorique, mais bien de se demander si un tel outil conceptuel, emprunté à la sociologie de Pierre Bourdieu, peut aider à la compréhension des logiques propres qui traversent aujourd’hui le syndicalisme. Comme le souligne Bernard Lahire, « tout concept pertinent d’action n’est pas un champ4 » et le fait d’utiliser, de façon relâchée, voire simplement métaphorique, cette notion ne présenterait guère d’intérêt pour tenter de faire progresser la connaissance sur le syndicalisme. L’objectif n’est donc pas de vouloir s’inscrire à tout prix dans un paradigme sociologique, mais bien, au contraire, de réfléchir aux apports possibles des principaux outils de ce dernier.

  • 5 Béroud S., « Un renouveau de la critique syndicale ? », Mouvements, no 5, 2002, p. 39-45.
  • 6 Bourdieu P., Contre-feux, Paris, Raisons d’agir, 1998 et Contre-feux, t. 2, Paris, Raisons d’agir, (...)
  • 7 Michels R., Critique du socialisme, contribution aux débats au début du XXe siècle, Paris, Édition (...)
  • 8 Bourdieu P., « La grève et l’action politique », in Bourdieu P., Questions de sociologie, Paris, L (...)

3De façon à première vue surprenante, le concept de champ syndical n’a guère été discuté dans les travaux sociologiques sur le syndicalisme. Deux explications peuvent être avancées. D’une part, on sait que le syndicalisme, qu’il soit saisi comme institution ou comme mouvement social, n’a pas constitué un objet d’étude privilégié pour Pierre Bourdieu5. Il s’est certes intéressé au mouvement syndical dans des interventions à teneur politique6, notamment à la suite du mouvement de l’automne 1995. Mais cela l’a surtout conduit à reprendre à son compte des critiques déjà anciennes, formulées en particulier par Roberto Michels, sur le processus d’institutionnalisation à l’œuvre dans l’ensemble des organisations dont les syndicats7 et sur la coupure entre profanes et professionnels. On trouve également dans un court article sur la grève8 une réflexion sur la production symbolique des frontières du groupe mobilisé. Il résulte de cette première raison que c’est moins un corpus de textes précis qu’il s’agit de soumettre à un examen critique en ouvrant la discussion sur le concept de champ syndical, que les principaux éléments de la théorie des champs afin d’éclairer sous un angle singulier – très éloigné par exemple des réflexions en termes de système des relations professionnelles – l’univers des pratiques syndicales.

  • 9 Chambarlhac V. et Ubbiali G. (dir.), Épistémologie du syndicalisme, construction de l’objet syndic (...)
  • 10 Tanguy L., La sociologie du travail en France : enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990,(...)
  • 11 Bevort A. et Jobert A., Sociologie du travail. Les relations professionnelles, Paris, Armand Colin (...)
  • 12 Béroud S., « Le syndicalisme construit par la science politique », in Chambarlhac V. et Ubbiali G. (...)
  • 13 Giraud B., « Au-delà du déclin. Difficultés, rationalisation et réinvention du recours à la grève (...)
  • 14 Bereni L., « Penser la transversalité des mobilisations féministes : l’espace de la cause des femm (...)

4Une deuxième raison est à chercher dans les logiques de construction des différents savoirs académiques sur le syndicalisme9. De longs développements seraient ici nécessaires. Nous nous limiterons à deux remarques rapides. D’une part, l’objet « syndicalisme » a relativement été délaissé à partir des années 1980 par la sociologie du travail10. Les approches en termes de relations professionnelles tendent à dominer, restituant les logiques de constitution des acteurs, des institutions et des règles, c’est-à-dire aussi de systèmes nationaux construits autour de modes de reconnaissance et de règles spécifiques. Ces perspectives mettent au centre de leur réflexion la co-production des règles et des formes de régulation, ce qui les conduit à interroger les relations entre conflits et négociations, l’évolution des stratégies des acteurs en prise avec les transformations du marché du travail ou encore les changements dans les niveaux de négociation11. Elles abordent le syndicalisme au niveau de l’entreprise ou de la branche, mais moins dans l’idée de comprendre ses modalités de structuration interne, son fonctionnement organisationnel que son poids dans la production de régulations, les formes de jeux ou d’échanges auquel il prend part, en interaction avec d’autres acteurs. D’autre part, en ce qui concerne la science politique, la thématique de la crise du syndicalisme s’est largement imposée tout au long des décennies 1980-1990, incitant à questionner la réalité des effectifs, les logiques d’engagement et les transformations du rapport au champ politique12, mais n’appréhendant que rarement de façon structurale l’univers syndical comme un espace de positions13. Ainsi, alors même que les questionnements sur le microcosme spécifique que constituent les mouvements de type protestataire, en termes de pratiques sociales mais aussi de production de repères cognitifs, alimentent nombre de discussions théoriques dans la sociologie des mobilisations et incitent à réfléchir en termes de champ ou d’espace14, ce n’est pas le cas sur l’objet syndical. Sans doute parce que le syndicalisme est rarement associé à l’étude d’une cause spécifique – alors même qu’il en est souvent partie prenante (si l’on pense au féminisme, à la défense des sanspapiers, etc.) et qu’une logique de séparation entre les travaux sur les mouvements sociaux et les travaux sur le syndicalisme a longtemps prévalu, avant de commencer à être remise en cause à la fin des années 1990. Nous proposons donc, dans cet article, de réfléchir à l’apport potentiel de ce concept en présentant, tout d’abord, les questionnements auxquels il répond, puis en revenant sur la genèse du champ syndical et en détaillant ses propriétés spécifiques. Nous questionnerons, in fine, la façon d’envisager les relations avec d’autres univers dont celui des mouvements sociaux.

Pourquoi penser en termes de « champ syndical » ?

5En quoi le fait de penser le syndicalisme comme une activité spécifique, comme un espace social ayant ses propres luttes internes, ses propres principes de division et comme un univers profondément différencié de l’univers politique nous aide-t-il à comprendre les représentations et les pratiques des militants syndicaux, mais également les prises de position plus globales des syndicats ?

  • 15 Rappelons que le taux de syndicalisation en France oscille entre 8 à 9 % de la population active.
  • 16 Béroud S. et Yon K., « Face à la crise, la mobilisation sociale et ses limites. Une analyse des co (...)
  • 17 Qu’il s’agisse d’opposer, selon les époques et les lieux, syndicalisme révolutionnaire et syndical (...)

6Cette question prend d’abord sens au regard des enjeux politiques que soulève l’étude de la conflictualité sociale en France et des évolutions du syndicalisme. Malgré le faible nombre d’adhérents que regroupe l’ensemble des organisations15, le mouvement syndical demeure en capacité d’animer de façon régulière de très fortes mobilisations intersectorielles, comme en 1995, 2003, 2006 ou encore 2010. Cependant, dans le cours de la plupart de ces mobilisations – cela a été vif par exemple lors du mouvement d’opposition à la réforme des retraites à l’automne 2010 – de nombreuses critiques sont émises par des acteurs impliqués dans le mouvement sur les modalités d’action qui sont choisies. En 2010, l’opposition à la réforme des retraites a rassemblé dans la rue à neuf reprises entre un et trois millions de personnes. Malgré cela, le fait que l’intersyndicale n’appelle pas à une grève reconductible a été dénoncé par certaines composantes du mouvement, à l’échelle locale, au sein de fédérations professionnelles, et surtout entre organisations, comme un signe de modération16. Cette critique revient régulièrement, faisant de l’attribution des étiquettes « réformistes », « syndicalisme d’accompagnement », « radical » – dénominations qui sont plus ou moins formulées dans un langage propre au monde syndical et qui y font sens au regard de son histoire – des enjeux de lutte en interne. Or, certains travaux de recherche reprennent ces labels pour tenter d’en faire des catégories d’analyse, prolongeant ainsi les approches typologiques depuis longtemps privilégiées pour traiter du syndicalisme et des différents modèles nationaux17.

  • 18 Darlington R., « The Marxist Rank-and-File/Bureaucracy Analysis of Trade Unionism : Some Implicati (...)
  • 19 Gagnon M.-J., « Le syndicalisme : du mode d’appréhension à l’objet sociologique », Sociologie et s (...)

7Dans cette lignée, le fait de théoriser l’existence d’une tendance réformiste revient souvent à mettre en avant la coupure entre la base et le sommet des organisations. La professionnalisation des dirigeants, leur implication dans les processus de décision publique (dans le domaine des politiques d’emploi et de formation professionnelle notamment) ainsi que l’absence d’autonomie financière des syndicats sont autant de facteurs qui contribuent à constituer une élite syndicale dont les intérêts divergent de ceux des travailleurs. Cette critique est très présente dans les analyses marxistes18 et peut parfois donner lieu, malgré son caractère fondé sur le plan empirique, à des approches réductrices, dans la mesure où le phénomène d’institutionnalisation ne touche pas uniquement le sommet des organisations, mais est aussi présent à la base, tant l’activité syndicale recouvre nécessairement des pratiques d’action collective et des pratiques de négociation, façonnées par le cadre juridique et institutionnel19.

  • 20 Comarmond L., Les vingt ans qui ont changé la CGT, Paris, Denoël, 2013.
  • 21 Bourdieu P., « Séminaires sur le concept de champ, 1972-1975 », Actes de la recherche en sciences (...)

8Une deuxième grille d’analyse qui reprend également à son compte ces catégories, propose une lecture clivée du mouvement syndical, en distinguant l’existence d’un pôle réformiste de celle d’un pôle radical. La question, dans le cas français, consiste alors à savoir si la CGT, très liée au parti communiste jusqu’au début des années 1990, est en train de basculer dans le pôle réformiste, suite à la coupure de ce lien quasi organique20. Cette lecture est très présente dans les représentations des militants et alimente par exemple la constitution de courants oppositionnels au sein de la CGT. Bien qu’elle permette de comprendre un certain nombre d’enjeux, le problème de cette approche est qu’elle fige les organisations dans une posture donnée, comme s’il s’agissait de blocs homogènes. Elle présente également l’inconvénient d’être très macrosociologique, de proposer une compréhension « par le haut ». Or, les sigles syndicaux, justement parce que les idéologies auxquelles ils se rattachent se sont affaiblies, ne sont que très peu prescripteurs de conduites au niveau local, dans les entreprises. Des équipes syndicales d’organisations présumées « réformistes » se révèlent parfois combatives dans le cadre de plans de restructurations. La dichotomie « réformistes/radicaux » n’a de sens que si elle cesse de fonctionner justement comme une typologie21, c’est-à-dire si on la saisit de façon relative (les positions pouvant bouger selon les enjeux et selon les échelles d’observation) et relationnelle (le positionnement d’une organisation pesant sur les autres). De ce point de vue, nous y reviendrons, la conceptualisation non pas de positions mais d’un espace de positions permettant d’éclairer les prises de position nous semble plus riche et ouvre la voie à la discussion du concept de champ.

9Une troisième grille de lecture, là encore dans la lignée des analyses produites par Marx sur les syndicats, incite à comprendre comment en ne disposant plus d’un projet global de transformation de la société, les organisations syndicales tendent à s’enfermer dans la seule lutte économique, dans des revendications limitées et se révèlent de plus en plus poreuses à l’ordre idéologique libéral. Cette piste d’analyse est d’autant plus intéressante qu’elle permet de dépasser le clivage « réformistes/radicaux » dans la mesure où les organisations même les plus contestataires connaissent aujourd’hui des difficultés pour penser un projet alternatif de société. Mais il nous semble justement que cette troisième grille de lecture gagnerait en pertinence à s’appuyer sur le concept de champ : l’affaiblissement de leur projet politique conduit ces organisations, et leurs militants, à concevoir le domaine d’intervention du syndicalisme comme un domaine borné. C’est la référence aux relations professionnelles qui semble donner sens à ce qu’ils font, au rôle qu’occupent les syndicats comme interlocuteurs face aux employeurs et aux pouvoirs publics.

  • 22 Offerlé M., Les patrons des patrons. Histoire du Medef, Paris, Odile Jacob, 2013 ; pour une lectur (...)

10La teneur des enjeux présents au sein du mouvement syndical et les traductions dont ils font l’objet sur le plan militant comme scientifique constituent ainsi une première incitation à investir le concept de champ. Mais l’apport heuristique de ce dernier ne s’arrête pas là. Il ne s’agit pas d’essayer de cerner un espace physique ou même institutionnel – comme pourrait y inciter une inscription des recherches empiriques au niveau d’une entreprise ou d’une branche – mais bien de penser un univers de pratiques et de sens, auto-référencé, construit autour d’enjeux spécifiques et constituant un espace de luttes. De ce point de vue, même si les activités induites par la participation aux instances de représentation et de négociation, ainsi qu’aux élections professionnelles, contribuent à faire de la référence aux relations professionnelles un élément central dans les représentations des agents du champ, il ne nous semble pas pertinent d’inclure le monde patronal dans la définition du champ syndical ou de ce qu’il serait alors plus approprié de désigner comme le « champ des relations professionnelles ». Les relations avec ces divers interlocuteurs patronaux ainsi que les règles de droit qui contribuent à façonner ces relations pèsent sur les syndicalistes, mais les univers de pratiques et de croyances auxquels participent les organisations syndicales et patronales nous semblent bien trop distincts pour les aborder ensemble22. Non qu’il s’agisse de dénier le statut d’action collective au processus de mise en forme et de défense des intérêts patronaux, mais seulement de bien spécifier ce qui constitue le jeu interne du monde syndical.

11Ce problème de délimitation incite à réfléchir de façon plus précise au processus historique de différenciation de l’univers syndical par rapport à d’autres univers de pratiques sociales, au sens que revêt ce processus à différentes époques. Si le concept de champ syndical constitue un apport pour l’analyse, c’est justement parce qu’il permet de se déprendre des représentations communes pour faire varier les échelles d’observation et comprendre comment l’espace des positions tel qu’il s’est structuré historiquement et tel qu’il se donne à voir au travers des sigles syndicaux, pèse aussi bien sur des organisations que sur des individus, même s’il convient justement de saisir les processus différenciés d’incorporation de l’histoire du champ et de ses enjeux à différents niveaux, du militant d’entreprise, semi-permanent, au professionnel de l’organisation travaillant au niveau confédéral.

Sur la genèse du champ syndical

  • 23 Rappe D., « Les bourses du travail, une expression de l’autonomie ouvrière », Cahiers d’histoire, (...)
  • 24 Gervasoni M., « L’invention du syndicalisme révolutionnaire en France (1903-1907) », Mil neuf cent (...)

12L’univers syndical n’a pas toujours été pensé comme un univers de pratiques différenciées, bien qu’il se soit consolidé en mettant en avant la question de son autonomie. Les travaux des historiens qui ont étudié les premiers moments de constitution du mouvement ouvrier en France, avant la reconnaissance légale des syndicats par la loi de 1884, montrent combien prédominait une indifférenciation relative des formes d’organisation servant de points d’appui pour créer du collectif (cercle autour d’une revue, coopérative, société d’entraide, syndicat, parti ouvrier…) et comment les premières bourses du travail ont abrité des activités multiples23. On le sait, c’est le processus d’unification de la SFIO qui conduit les syndicalistes de la CGT, malgré leurs divergences internes, à adopter une motion spécifique au congrès d’Amiens en 1906 afin de poser le principe d’indépendance vis-à-vis des partis politiques. La séquence liée au syndicalisme révolutionnaire et à l’existence d’une première confédération syndicale, la CGT, est ainsi celle où une activité militante spécifique se renforce en théorisant un « en dehors », soit sa position d’extériorité face à l’ensemble des institutions liées au pouvoir (État, Église, partis). L’espace syndical est pensé, dans ce qui va être désigné comme la Charte d’Amiens et dans différents textes rédigés lors de cette période (notamment autour de La vie ouvrière de Pierre Monatte) comme un espace auto-référencé où la discontinuité avec le politique est posée à la fois comme une nécessité (le refus de toute influence extérieure) et comme une valeur fondamentale, constitutive. Cette affirmation de l’autonomie syndicale – le syndicat comme outil de résistance aujourd’hui et comme lieu de réorganisation de l’activité économique demain – est alors une façon de délimiter un domaine d’activité sur lequel puisse s’exercer la souveraineté des militants syndicaux et dans lequel une forme spécifique de loyauté peut être reconnue et exigée. Il est intéressant de noter que cette affirmation de l’autonomie syndicale se produit en réaction à la spécialisation progressive du champ politique, via le refus d’être représenté par des professionnels de la politique issus d’une autre classe sociale24.

  • 25 Kelly J., Trade Unions and Socialist politics, Londres, Verso, 1988.

13Cette coupure matricielle entre le syndical et le politique n’a cessé, depuis la Charte d’Amiens, d’être théorisée et d’être imbriquée dans des usages militants, même si derrière la permanence des termes varie évidemment le sens qui leur est donné et les pratiques auxquelles ils renvoient. Lors du congrès de réunification des deux CGT à Toulouse en 1936, l’un des principes qui est posé est celui de l’incompatibilité des mandats syndicaux et politiques (électifs), soit le refus d’un usage des titres syndicaux dans l’espace politique et inversement. En même temps, les principes fondateurs qui ont contribué à définir l’espace syndical comme un domaine de pratiques différenciées n’ont cessé d’être contredits dans les faits, y compris par des théorisations internes au mouvement syndical. L’une des conceptions alternatives à celle du syndicalisme révolutionnaire est celle qui voit dans le syndicat, sous l’impulsion de la pensée léniniste, une école primaire du socialisme, un lieu de socialisation et de formation de la classe ouvrière, c’est-à-dire un lieu de conscientisation au service du parti25. Cette vision, reprise dans le mouvement communiste après 1917, a eu deux implications fortes. Elle a tout d’abord placé le syndicat dans une position subalterne par rapport au parti, l’orientation révolutionnaire étant donnée par ce dernier. Mais elle s’est également traduite par une atténuation de la séparation entre l’univers partisan et l’univers syndical. Le fait de penser l’unité de la classe ouvrière s’incarne dans la référence au mouvement ouvrier, celui-ci reposant sur plusieurs pieds : associatif, syndical, partisan. La division du travail entre ces différentes organisations est posée comme une division technique, politique (au sens de la recherche d’une efficacité révolutionnaire), mais non comme une division ontologique. La commune appartenance au mouvement ouvrier justifie, au contraire, l’imbrication entre les milieux militants, syndicaux et politiques, ce qui se donne à voir, au niveau individuel, par des engagements multiples.

  • 26 Pudal B., Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, PFNSP, 1989 ; Mischi J., Se (...)

14La prégnance de la référence au mouvement ouvrier, forme d’identification unificatrice, n’a cependant pas empêché que se développe, y compris dans les phases de forte intrication entre le PCF et la CGT un « entre-soi » syndical, soit des pratiques militantes distinctives, des façons différentes d’occuper les rôles et de construire les carrières militantes. Les travaux de type ethnographique sur les sociabilités militantes et sur les biographies de militants ouvriers26 montrent comment, même s’il est indispensable d’attester de son affiliation au PCF pour accéder à un poste de responsabilité à la CGT, ce n’est pas en tant que dirigeant communiste, mais bien en tant que syndicaliste (et communiste) que cette ascension dans l’organisation s’opère. Cette compréhension des logiques de constitution d’un univers propre au syndicalisme à l’intérieur du mouvement ouvrier passe par un repérage fin des propriétés sociales opérantes comme des modalités de présentation de soi et des formes d’ajustement aux attentes collectives.

  • 27 Yon K., Retour sur les rapports entre syndicalisme et politique : le cas de la CGT-FO. Éléments po (...)

15Enfin, on ne peut revenir sur la genèse du champ syndical sans pointer le fait que la façon de définir la frontière avec le politique a constitué, dès l’apparition d’un pluralisme syndical (en 1919 avec la CFTC, puis surtout en 1921 avec la première scission de la CGT, enfin en 1947-1948 avec la création de FO), un enjeu de lutte entre organisations. La question de l’indépendance ne cesse ainsi d’être invoquée par certaines composantes du mouvement syndical à la fois comme un critère de disqualification et comme un principe constitutif. Karel Yon a ainsi bien montré comment au sein de FO, « ce syndicat qui reste un syndicat » selon une formule très appréciée dans l’organisation, la rhétorique sur la mise à distance du politique sert à faire tenir ensemble des composantes disparates et aux affinités politiques multiples27. Le problème de la différenciation des activités syndicales, par rapport à ce qui est identifié comme le champ politique, participe donc du discours des acteurs et constitue un principe de division activé en interne. Mais la logique de différenciation ne recouvre pas le même contenu selon les configurations historiques, qu’il s’agisse pour les militants et leurs organisations de prendre de l’autonomie par rapport à la tutelle de l’Église (comme dans la période de l’après-guerre à 1964 pour le courant Reconstruction de la CFTC) ou par rapport aux partis. Surtout, cette logique ne nourrit pas le même raisonnement sur la délimitation des frontières du champ et de ce qui est, en conséquence, appréhendé comme relevant du domaine syndical. On retrouve ici la nécessité de questionner les conditions historiques rendant possible le processus de différenciation du champ et par là même de montrer que le degré d’autonomisation varie selon les époques. Les années post-68 constituent un bel exemple d’atténuation de la différenciation entre champ politique et champ syndical via l’adhésion d’une large partie des militants cégétistes et cédétistes au programme commun de gouvernement, notamment autour des Assises du socialisme en 1974 et de la captation par le PS de fractions importantes de militants cédétistes.

Sur les propriétés spécifiques du champ syndical

  • 28 Barbet D., « Réflexion sur la production des frontières du syndical et du politique. Retour sur la (...)
  • 29 Lahire B., Monde pluriel…, op. cit., p. 157.

16Nous avons jusqu’ici abordé le processus historique de constitution du champ syndical à partir des conceptions entretenues au sein même du mouvement syndical. Or, un puissant facteur de différenciation et d’objectivation de ce microcosme provient de l’extérieur, soit de l’intervention de la puissance publique. Par la loi de 1884, le législateur a assigné une place subalterne aux syndicats dans la production de l’intérêt général, leur attribuant un rôle limité et un domaine d’action circonscrit, celui du « professionnel28 ». Au cours du XXe siècle, la construction progressive d’instances et d’outils de négociation – d’abord avec les conventions collectives, puis au niveau des entreprises – ainsi que la définition d’un régime juridique de représentativité syndicale ont largement contribué à créer un domaine d’activités sociales propres. Le répertoire d’action du syndicalisme a été profondément transformé par la consolidation de ces lieux de représentation et de négociation. Cette spécialisation progressive des activités syndicales contribue à l’existence d’un corps d’agents permanents du champ qui vont vivre pour et par le syndicalisme, mais aussi à une certaine unification des pratiques, de la structuration des organisations (sur le plan territorial et sur le plan professionnel) à la codification d’un langage technique particulier. On pourrait soulever, en suivant Bernard Lahire sur ce point, que cet univers n’a pas la même prégnance pour ceux qui, en devenant des élus, permanents ou semi-permanents, deviennent des « pratiquants », des professionnels du syndicalisme et ceux qui demeurent plutôt des usagers du champ, simples adhérents des confédérations29. C’est donc en nous centrant sur les premiers, sur les agents en lutte pour l’appropriation et la définition d’un capital spécifique, que l’on peut réfléchir aux propriétés à la fois communes et distinctives du champ syndical.

17En premier lieu, on prend bien la mesure de la différenciation qui s’est produite, de l’institutionnalisation de ce domaine de pratiques au travers de la consolidation de toute l’activité de négociation. Qu’est-ce qui fait « courir » un syndicaliste aujourd’hui ? On pourrait reconstituer des « carrières » militantes au sens d’Howard Becker, des carrières de professionnels du syndicalisme qui passeraient de premiers mandats électifs au sein de l’entreprise à des mandats au sein de la branche (le secteur d’activité) ou d’autres institutions paritaires (comme les conseils économiques, sociaux et environnementaux régionaux), puis par des postes dans des organismes (d’expertise, de prévoyance, etc.) gravitant autour des syndicats. Le rapport à la mobilisation pourrait en être quasi absent, voire totalement (même si l’appartenance syndicale à telle ou telle organisation joue bien sûr un rôle ici). Pour le dire autrement, l’activité syndicale légitime s’est resserrée autour des domaines d’intervention désignés sous les termes du « professionnel » ou du « social » et l’intériorisation de ce bornage de l’action participe de l’acceptation des règles du jeu des relations professionnelles entre « partenaires sociaux ». De ce point de vue, le champ syndical constitue bien un microcosme spécifique, avec ses règles du jeu propres et une forme d’illusio qui conduit aujourd’hui une large partie des dirigeants syndicaux, mais aussi des responsables intermédiaires à revendiquer pour certains l’autonomie de la sphère des relations professionnelles (c’est-à-dire le primat de la négociation et le rejet de l’intervention législative) et pour d’autres le fait de prendre toute leur place dans le jeu (même s’ils n’approuvent pas complètement ces dernières). Cette adhésion des agents aux règles du jeu n’est pas séparable de la façon dont le microcosme est dit et pensé de façon « savante », avec par exemple l’édification de toute une sociologie des relations professionnelles et des effets de théorie produits par celle-ci, parmi lesquels la légitimation de la professionnalisation accrue des militants syndicaux.

  • 30 Béroud S. et Yon K., « Face à la crise, la mobilisation sociale et ses limites… », art. cit.
  • 31 Le Queux S. et Sainsaulieu I., « Social Movement and Unionism in France : A Case for Revitalizatio (...)

18En deuxième lieu, cet espace auto-référencé est bien traversé par des luttes internes et les prises de position adoptées par les différentes organisations ne se comprennent pas sans être rapportées aux positions occupées dans le champ. On retrouve bien ici la nécessité d’une approche relationnelle et structurale. Nous avons pour notre part cherché à étudier le mouvement de 2010 dans cette perspective en montrant, par exemple, pourquoi Solidaires reste dans l’intersyndicale nationale, malgré les critiques qu’elle émet sur le choix des modalités d’action et des mots d’ordre revendicatifs, c’est-à-dire l’absence d’appel à la grève générale30. Ce positionnement n’est pas intelligible sans prendre en compte toutes les difficultés rencontrées par cette union syndicale, nouvelle entrante dans le champ, pour se faire admettre par les autres acteurs de celui-ci (du niveau local au niveau national). La fin des années 2000 – et encore plus depuis 2008 et le changement des règles de la représentativité syndicale en France – est une période en quelque sorte de « banalisation » pour Solidaires et pour ses syndicats, les SUD, qui voient les attaques contre eux se réduire, obtiennent l’accès au conseil supérieur de la fonction publique ainsi qu’à d’autres institutions et qui n’ont plus intérêt à se poser comme des acteurs extérieurs au champ ou en position exclusivement subversive. Se joue alors une forme de « complicité objective » de la part d’un syndicat pourtant dominé dans le champ, le plus souvent appréhendé comme « radical » ou comme un exemple de « renouveau syndical31 », mais pour qui le jeu social propre au champ vaut finalement la peine d’être joué. La nécessité de cette acceptation « malgré tout » des règles du jeu renvoie aussi à une analyse des conditions de survie à long terme de l’organisation. Elle permet de mesurer ce qui se joue lorsqu’un des agents accède à un volume du capital spécifique certes réduit (un siège au conseil supérieur de la fonction publique d’État par exemple, un siège au CESE), mais suffisant pour qu’il ait intérêt à ce que le champ perdure et surtout à en reprendre implicitement les codes. Les luttes pour l’accès à la représentation, pour se poser comme un représentant légitime de l’intérêt des salariés et agir en leur nom (ce qui constituerait donc un capital spécifique ou un pouvoir spécifique), se traduisent aussi dans un processus d’homogénéisation des logiques pratiques qui sont en œuvre, soit dans l’incorporation d’un habitus proprement syndical.

  • 32 Bourdieu P., « La représentation politique », in Bourdieu P., Langage et pouvoir symbolique, Paris (...)
  • 33 Guillaume C. et Pochic S., « La professionnalisation de l’activité syndicale : talon d’Achille de (...)

19Enfin, on pourrait établir de fortes homologies avec le champ politique tel que Pierre Bourdieu l’a étudié32. Tout d’abord, dans la construction des fonctions de représentation. La réforme des règles de la représentativité syndicale actée par la loi du 20 août 2008 est venue renforcer cette homologie en faisant du critère électoral la source désormais principale de légitimité pour les représentants syndicaux et en fondant la relation représentés/représentants sur cette sanction électorale. Un deuxième rapprochement provient du processus de professionnalisation à l’œuvre dans l’univers syndical avec des représentants syndicaux qui ont tendance à être coupés des conditions d’existence (d’emploi et de travail) de ceux dont ils sont censés être les mandataires33. Cette coupure entre profanes et professionnels est d’ailleurs également renforcée par le faible nombre de militants disponibles pour assumer des mandats, accepter d’endosser les rôles de représentants ; ce qui n’est pas sans accélérer le processus de distanciation, via le cumul de décharges horaires, par rapport aux autres salariés. Une troisième homologie réside dans la montée en puissance du discours « expert », discours légitimé au nom de la complexité des dossiers, mais aussi de la multiplication des thèmes et des lieux de négociation. Une dépolitisation du discours s’opère ici qui prend la forme d’une mise à distance du discours partisan, mais aussi d’une prédominance des arguments techniques.

  • 34 Bourdieu P., « Décrire et prescrire : les conditions de possibilité et les limites de l’efficacité (...)

« Ne trouvant rien à redire au monde social tel qu’il est, [les dominants] s’efforcent d’imposer universellement, par un discours tout empreint de la simplicité et de la transparence du bon sens, le sentiment d’évidence et de nécessité que ce monde leur impose ; ayant intérêt au laisser-faire, ils travaillent à annuler la politique dans un discours politique dépolitisé, produit d’un travail de neutralisation ou, mieux, de dénégation34. »

20Or, ce discours politique dépolitisé porte en germe une forme d’acceptation de l’ordre économique dominant (qu’on ne peut radicalement changer), une intériorisation des finalités de la rationalité économique.

21Ces trois dimensions montrent bien, à notre sens, que le concept de champ peut effectivement constituer un outil susceptible d’éclairer de façon fine les phénomènes qui structurent l’univers syndical. Cet outil s’avère ainsi pertinent pour comprendre les rapports de force dans le mouvement syndical et les effets de ces rapports de force, mais aussi le contexte de production d’un discours expert qui ne prend tout son sens que rapporté à la compréhension de l’espace des relations professionnelles comme un espace clos, fonctionnant pour lui-même.

  • 35 Lahire B., Monde pluriel…, op. cit., p. 79.

22Il n’en reste pas moins, pour autant, que se pose la question de l’autonomie de ce champ syndical. Nous avons souligné plus haut la forte exposition de cet espace social à des décisions prises ailleurs, dans le champ politique et la forte sensibilité aux enjeux internes de ce dernier, c’est-à-dire aux luttes et aux recompositions partisanes. Ce problème demeure insoluble si l’on fait de l’autonomie, en suivant en cela Pierre Bourdieu, un des critères distinctifs des champs. Or, Bernard Lahire invite à dépasser cette aporie en distinguant une autonomie-spécificité d’une autonomie-dépendance35. Par autonomie-spécificité, il entend l’existence d’un domaine particulier d’activité qui se différencie d’autres domaines au travers de ses enjeux propres, de ses règles du jeu, du savoir qu’il produit sur lui-même. Mais cette première autonomie n’implique pas, selon lui, une clôture sur soi, et ce domaine peut être traversé par des enjeux extérieurs. Cette piste nous semble particulièrement féconde pour rendre compte à la fois des logiques spécifiques d’un secteur du monde social, mais aussi des intersections avec d’autres sphères, économique et politique. Elle permet de penser comment cet espace acquiert, de façon performative, une force contraignante, tout en continuant à être attentif à ce qui se passe à l’extérieur du champ, aux différentes expériences sociales qui contribuent (depuis l’école en passant par la sphère du travail) à la fabrication d’un ethos syndical.

Sur les rapports du champ syndical avec d’autres espaces de mobilisation

23Si la production des frontières du champ ne cesse d’animer des luttes internes à celui-ci, elle relève aussi des entreprises de catégorisation qui sont menées dans d’autres champs. De ce point de vue, il paraît intéressant de revenir sur ce que nous évoquions au début de ce texte, soit la différenciation avec l’espace des mouvements sociaux. Dans un article déjà cité sur la grève, Pierre Bourdieu invitait à appréhender le syndicat comme un appareil de mobilisation susceptible de contribuer à l’unification du champ des luttes sociales. La focale se porte donc ici sur le travail politique que réalise, plus ou moins partiellement, le syndicat pour réussir à dire et à incarner le groupe social des travailleurs (« classe ouvrière », « prolétariat », « travailleurs », « salariés » ?) et pour définir les enjeux et les moyens légitimes de sa lutte. Au nom de qui les syndicats se donnent-ils les moyens de parler ?

  • 36 Tartakowsky D. et Tétard F. (dir.), Syndicats et associations. Concurrence ou complémentarité ?, R (...)
  • 37 Cohen V., « Transformations et devenir des mobilisations collectives de chômeurs », Les mondes du (...)
  • 38 Barron P., Bory A., Chauvin S., Jounin N. et Tourette L., On bosse ici, on reste ici ! La grève de (...)
  • 39 À titre d’exemple, seuls 7,8 % des délégués présents au congrès fédéral de SUD PTT de 2012 déclare (...)

24La question centrale devient alors celle des relations qui se nouent avec d’autres mouvements sociaux (associations, collectifs, etc.) et surtout la façon dont sont envisagées ces relations. Les militants syndicaux se conçoivent-ils comme partie prenante d’un même univers social, celui des luttes et des résistances, avec d’autres militants associatifs engagés par exemple contre le racisme, pour le droit au logement ou pour d’autres causes ? Ces relations entre les syndicats et les différents acteurs de la contestation sociale n’ont jamais été, on le sait, évidentes, mais au contraire, marquées par des formes de concurrence, des logiques de substitution ou de subordination36. Les relations de coopération/concurrence ont largement été déterminées par le fait que les syndicats considéraient ou non que la cause en jeu relevait de leurs prérogatives, à l’instar de l’organisation des chômeurs37. Or, un des effets de consolidation du champ syndical s’incarne non pas dans une pensée hiérarchique des luttes et des causes – conception qui était très prégnante dans une approche unifiée du mouvement ouvrier – mais dans l’acceptation d’une fragmentation, c’est-à-dire d’univers militants foncièrement séparés. Des syndicalistes ont ainsi pu s’engager au cours de la dernière décennie au sein d’ATTAC ou du réseau éducation sans frontières, mais en établissant le plus souvent une démarcation entre leur activité syndicale et leur activité associative. Seuls les moments de mobilisation contribuent, aujourd’hui, à désectoriser partiellement ces différents espaces, facilitant l’émergence d’univers militants communs et des causes partagées. Cela a été le cas, par exemple, lors de la grève des sans-papiers en 2008-2009, bien que de multiples tensions aient existé38. On le voit, la dimension performative produite par le discours contribue à faire exister des univers distincts là où ils n’étaient pas pensés comme tels, au cours du XXe siècle, par des militants syndicaux pour qui la référence au mouvement ouvrier était première. Mais cette référence a perdu aujourd’hui de sa force et le travail politique pour faire émerger un discours unificateur, autour par exemple des classes populaires, demeure encore trop faible pour contrebalancer les logiques distinctives présentes dans une activité syndicale fortement spécialisée. On peut formuler l’hypothèse qu’un des effets de cette spécialisation (mais aussi de la professionnalisation du travail de représentation et sa dimension technique) est que les militants syndicaux des organisations où cette pratique existait fortement – que l’on pense par exemple aux SUD qui en avaient fait l’un de leurs traits distinctifs – tendent aujourd’hui à être moins investis dans d’autres univers militants qu’à d’autres époques39.

Conclusion

  • 40 Mischi J., « Gérer la distance à la “base”. Les permanents CGT d’un atelier SNCF », Sociétés conte (...)

25L’usage du concept de champ syndical nous semble donc heuristique dans la mesure où il permet de sortir d’un mode d’appréhension trop plat de l’objet syndical. Il permet d’adopter, en effet, une approche à la fois structurale et relationnelle et surtout d’étudier dans un même mouvement les propriétés des organisations, celles des agents qui évoluent en leur sens, les représentations qui nourrissent leurs pratiques. Son usage fournit donc également des outils pour échapper à une compréhension du phénomène syndical centré sur le sommet des organisations, sur les stratégies de ces dernières et les discours officiels dans la mesure où il s’agit aussi de comprendre comment des orientations s’incarnent, comment certains dispositifs concrets entretiennent ou affaiblissent un ethos syndical40.

  • 41 Lahire B., op. cit., p. 145.

26La réflexion sur le champ syndical peut, en retour, contribuer à alimenter les débats sur la notion de champ. Pour nous appuyer de nouveau sur la perspective critique ouverte par Bernard Lahire, il semble important d’insister sur le fait que « le concept de champ n’est pas universellement pertinent et l’existence d’un champ dépend de la nature historique des configurations sociales que forment entre eux les acteurs sociaux41 ». Comme nous avons essayé de le montrer, certaines conditions historiques contribuent à renforcer le processus d’autonomisation du champ syndical ou, au contraire, à l’atténuer. La mise à distance de la sphère partisane, voire la disqualification de cette sphère, qui s’est produite de façon différenciée à la CFDT au début des années 1980 ou à la CGT à partir des années 1990 participe ainsi largement du renforcement d’un espace des relations professionnelles tendant à se clore sur lui-même. Il convient donc de rendre compte du champ syndical dans son historicité et non comme une réalité intangible.

Bibliographie

Bibliographie

Barbet D., « Réflexion sur la production des frontières du syndical et du politique. Retour sur la loi de 1884 », Genèses, no 3, 1991, p. 5-30.

Barron P., Bory A., Chauvin S., Jounin N. et Tourette L., On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers : une aventure inédite, Paris, La Découverte, 2011.

Bereni L., « Penser la transversalité des mobilisations féministes : l’espace de la cause des femmes », in Bard C. (dir.), Les féministes de la deuxième vague, Rennes, PUR, 2012, p. 27-43.

Béroud S., « Un renouveau de la critique syndicale ? », Mouvements, no 5, 2002, p. 39-45.

Béroud S., « Le syndicalisme construit par la science politique », in Chambarlhac V. et Ubbiali G. (dir.), Épistémologie du syndicalisme, construction de l’objet syndical, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 13-34.

Béroud S. et Yon K., « Face à la crise, la mobilisation sociale et ses limites. Une analyse des contradictions syndicales », Modern & Contemporary France, no 20, 2012, p. 169-183.

Bevort A. et Jobert A., Sociologie du travail. Les relations professionnelles, Paris, Armand Colin, 2011.

Bourdieu P., Langage et pouvoir symbolique, Paris, éditions du Seuil, 2001.

Bourdieu P., « La grève et l’action politique », in Bourdieu P., Questions de sociologie, Paris, Les éditions de Minuit, 1984, p. 251-263.

Bourdieu P., Contre-feux, Paris, Raisons d’agir, 1998.

Bourdieu P., Contre-feux, t. 2, Paris, Raisons d’agir, 2001.

Bourdieu P., « Séminaires sur le concept de champ, 1972-1975 », Actes de la recherche en sciences sociales, no 200, 2013, p. 4-37.

Cohen V., « Transformations et devenir des mobilisations collectives de chômeurs », Les mondes du travail, no 6, 2008, p. 91-102.

Comarmond L., Les vingt ans qui ont changé la CGT, Paris, Denoël, 2013.

Coulouarn T., Au nom des patrons. L’espace de la représentation patronale en France, thèse de doctorat en science politique, université Paris 1, 2008.

Darlington R., « The Marxist Rank-and-File/Bureaucracy Analysis of Trade Unionism : Some Implications for the Study of Social Movement Organisations », in Barker C., Cox L., Krinsky J. et Gunvald A. (dir.), Marxism and Social Movements, Leiden-Boston, Brill, 2013, p. 187-207.

Gagnon M.-J., « Le syndicalisme : du mode d’appréhension à l’objet sociologique », Sociologie et sociétés, vol. XXIII, no 2, 1991, p. 79-95.

Gervasoni M., « L’invention du syndicalisme révolutionnaire en France (1903-1907) », Mil neuf cent, revue d’histoire intellectuelle, no 24, 2006, p. 57-71.

Giraud B., « Au-delà du déclin. Difficultés, rationalisation et réinvention du recours à la grève dans les stratégies confédérales des syndicats », Revue française de science politique, vol. 56, no 6, 2006, p. 943-968.

Guillaume C. et Pochic S., « La professionnalisation de l’activité syndicale : talon d’Achille de la politique de syndicalisation à la CFDT ? », Politix, no 85, 2009, p. 31-56.

Kelly J., Trade Unions and Socialist politics, Londres, Verso, 1988.

Lahire B., Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales, Paris, éditions du Seuil, 2012.

Le Queux S. et Sainsaulieu I., « Social Movement and Unionism in France : A Case for Revitalization ? », Labor Studies Journal, vol. 35, no 4, 2010, p. 503-519.

Mauger G., « Pour une politique réflexive du mouvement social », in Cours-Salies p. et Vakaloulis M. (dir.), Les mobilisations collectives : une controverse sociologique, Paris, PUF, 2003, p. 33-42.

Mauger G., « Un champ de la “gauche antilibérale” ? », in Geay B. et Willemez L. (dir.), Pour une gauche de gauche, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2008, p. 295-316.

Mathieu L., L’espace des mouvements sociaux, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2012.

Michels R., Critique du socialisme, contribution aux débats au début du XXe siècle, Paris, Éditions Kimé, 1992.

Mischi J., Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, PUR, 2010.

Mischi J., « Gérer la distance à la “base”. Les permanents CGT d’un atelier SNCF », Sociétés contemporaines, no 84, 2012, p. 53-77.

Offerlé M., Les patrons des patrons. Histoire du Medef, Paris, Odile Jacob, 2013.

Pignoni M.-T., « Entre soutien et ostracisme syndical : le cas des comités CGT de privés d’emploi dans les Bouches-du-Rhône », in Chabanet D. et Faniel J., Les mobilisations de chômeurs en France, problématiques d’alliances et alliances problématiques, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 117-149.

Pudal B., Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, PFNSP, 1989.

Rappe D., « Les bourses du travail, une expression de l’autonomie ouvrière », Cahiers d’histoire, no 116-117, 2011, p. 43-55.

Tanguy L., La sociologie du travail en France : enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990, Paris, La Découverte, 2011.

Tartakowsky D. et Tétard F. (dir.), Syndicats et associations. Concurrence ou complémentarité ?, Rennes, PUR, 2006.

Yon K., Retour sur les rapports entre syndicalisme et politique : le cas de la CGT-FO. Éléments pour la sociologie d’un « monde de pensée », thèse de doctorat, université Paris I, 2008.

Notes

1 Mauger G., « Pour une politique réflexive du mouvement social », in Cours-salies P. et Vakaloulis M. (dir.), Les mobilisations collectives : une controverse sociologique, Paris, PUF, 2003, p. 33-42 ; Mauger G., « Un champ de la “gauche antilibérale” ? », in Geay B. et Willemez L. (dir.), Pour une gauche de gauche, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2008, p. 295-316.

2 Mathieu L., L’espace des mouvements sociaux, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2012.

3 Ibid., p. 151-161.

4 Lahire B., Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales, Paris, éditions du Seuil, 2012, p. 154.

5 Béroud S., « Un renouveau de la critique syndicale ? », Mouvements, no 5, 2002, p. 39-45.

6 Bourdieu P., Contre-feux, Paris, Raisons d’agir, 1998 et Contre-feux, t. 2, Paris, Raisons d’agir, 2001.

7 Michels R., Critique du socialisme, contribution aux débats au début du XXe siècle, Paris, Éditions Kimé, 1992.

8 Bourdieu P., « La grève et l’action politique », in Bourdieu P., Questions de sociologie, Paris, Les éditions de Minuit, 1984, p. 251-263.

9 Chambarlhac V. et Ubbiali G. (dir.), Épistémologie du syndicalisme, construction de l’objet syndical, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 13-34.

10 Tanguy L., La sociologie du travail en France : enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990, Paris, La Découverte, 2011.

11 Bevort A. et Jobert A., Sociologie du travail. Les relations professionnelles, Paris, Armand Colin, 2011.

12 Béroud S., « Le syndicalisme construit par la science politique », in Chambarlhac V. et Ubbiali G. (dir.), Épistémologie du syndicalisme…, op. cit., p. 13-34.

13 Giraud B., « Au-delà du déclin. Difficultés, rationalisation et réinvention du recours à la grève dans les stratégies confédérales des syndicats », Revue française de science politique, vol. 56, no 6, 2006, p. 943-968.

14 Bereni L., « Penser la transversalité des mobilisations féministes : l’espace de la cause des femmes », in Bard C. (dir.), Les féministes de la deuxième vague, Rennes, PUR, 2012, p. 27-43 ; Mathieu L., L’espace des mouvements sociaux, op. cit.

15 Rappelons que le taux de syndicalisation en France oscille entre 8 à 9 % de la population active.

16 Béroud S. et Yon K., « Face à la crise, la mobilisation sociale et ses limites. Une analyse des contradictions syndicales », Modern & Contemporary France, no 20, 2012, p. 169-183.

17 Qu’il s’agisse d’opposer, selon les époques et les lieux, syndicalisme révolutionnaire et syndicalisme réformiste, syndicalisme d’affaire et syndicalisme de mouvement social, ces typologies visent à proposer des classements qui aident à décrypter le paysage syndical, mais qui figent aussi des « modèles ».

18 Darlington R., « The Marxist Rank-and-File/Bureaucracy Analysis of Trade Unionism : Some Implications for the Study of Social Movement Organisations », in Barker C., Cox L., Krinsky J. et Gunvald A. (dir.), Marxism and Social Movements, Leiden-Boston, Brill, 2013, p. 187-207.

19 Gagnon M.-J., « Le syndicalisme : du mode d’appréhension à l’objet sociologique », Sociologie et sociétés, vol. XXIII, no 2, 1991, p. 79-95.

20 Comarmond L., Les vingt ans qui ont changé la CGT, Paris, Denoël, 2013.

21 Bourdieu P., « Séminaires sur le concept de champ, 1972-1975 », Actes de la recherche en sciences sociales, no 200, 2013, p. 14-15.

22 Offerlé M., Les patrons des patrons. Histoire du Medef, Paris, Odile Jacob, 2013 ; pour une lecture de l’espace de la représentation patronale en termes de champ : Coulouarn T., Au nom des patrons. L’espace de la représentation patronale en France, thèse de doctorat en science politique, université Paris 1, 2008.

23 Rappe D., « Les bourses du travail, une expression de l’autonomie ouvrière », Cahiers d’histoire, no 116-117, 2011, p. 43-55.

24 Gervasoni M., « L’invention du syndicalisme révolutionnaire en France (1903-1907) », Mil neuf cent, revue d’histoire intellectuelle, no 24, 2006, p. 57-71.

25 Kelly J., Trade Unions and Socialist politics, Londres, Verso, 1988.

26 Pudal B., Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, PFNSP, 1989 ; Mischi J., Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, PUR, 2010.

27 Yon K., Retour sur les rapports entre syndicalisme et politique : le cas de la CGT-FO. Éléments pour la sociologie d’un « monde de pensée », thèse de doctorat, université Paris 1, 2008.

28 Barbet D., « Réflexion sur la production des frontières du syndical et du politique. Retour sur la loi de 1884 », Genèses, no 3, 1991, p. 5-30.

29 Lahire B., Monde pluriel…, op. cit., p. 157.

30 Béroud S. et Yon K., « Face à la crise, la mobilisation sociale et ses limites… », art. cit.

31 Le Queux S. et Sainsaulieu I., « Social Movement and Unionism in France : A Case for Revitalization ? », Labor Studies Journal, vol. 35, no 4, 2010, p. 503-519.

32 Bourdieu P., « La représentation politique », in Bourdieu P., Langage et pouvoir symbolique, Paris, éditions du Seuil, 2001, p. 213-258.

33 Guillaume C. et Pochic S., « La professionnalisation de l’activité syndicale : talon d’Achille de la politique de syndicalisation à la CFDT ? », Politix, no 85, 2009, p. 31-56.

34 Bourdieu P., « Décrire et prescrire : les conditions de possibilité et les limites de l’efficacité politique », in Bourdieu P., Langage et pouvoir symbolique, op. cit., p. 192.

35 Lahire B., Monde pluriel…, op. cit., p. 79.

36 Tartakowsky D. et Tétard F. (dir.), Syndicats et associations. Concurrence ou complémentarité ?, Rennes, PUR, 2006.

37 Cohen V., « Transformations et devenir des mobilisations collectives de chômeurs », Les mondes du travail, no 6, 2008, p. 91-102 ; Pignoni M.-T., « Entre soutien et ostracisme syndical : le cas des comités CGT de privés d’emploi dans les Bouches-du-Rhône », in Chabanet D. et Faniel J. (dir.), Les mobilisations de chômeurs en France, problématiques d’alliances et alliances problématiques, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 117-149.

38 Barron P., Bory A., Chauvin S., Jounin N. et Tourette L., On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers : une aventure inédite, Paris, La Découverte, 2011.

39 À titre d’exemple, seuls 7,8 % des délégués présents au congrès fédéral de SUD PTT de 2012 déclarent ainsi être adhérents d’un parti et 3,5 % d’une organisation altermondialiste. Enquête en cours de réalisation, réalisée avec Jean-Michel Denis et Martin Thibault.

40 Mischi J., « Gérer la distance à la “base”. Les permanents CGT d’un atelier SNCF », Sociétés contemporaines, no 84, 2012, p. 53-77.

41 Lahire B., op. cit., p. 145.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search