Version classiqueVersion mobile

Bourdieu et le travail

 | 
Maxime Quijoux

Cinquième partie. Le travail entre dominations et conflits

Architecture physique et cadre symbolique. Être et paraître policier1

Laurence Proteau

Texte intégral

  • 1 Je remercie Christel Coton et Léonore Le Caisne pour leurs précieuses remarques sur ce texte.
  • 2 L’enquête s’est déroulée dans un commissariat d’une ville moyenne durant une année et demie essent (...)
  • 3 Bourdieu P., Réponses, Paris, éditions du Seuil, 1992, p. 203.
  • 4 Bourdieu P., Le sens pratique, Paris, Les éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1980.

1Partir des premières observations réalisées sur un terrain est une manière très empirique de mobiliser la sociologie relationnelle de Pierre Bourdieu pour comprendre comment se fabrique l’habitus policier dans l’ordinaire des relations de travail2. Identifier les principales oppositions, mettre au jour le système des relations objectives qui structure l’espace des positions dans un commissariat permet, en effet, de vérifier qu’« un point dans un espace n’est rien en dehors de ses relations avec le tout3 ». Cette proposition résume l’ambition théorique et l’exigence empirique au cœur de la théorie de la pratique telle que l’a construite Pierre Bourdieu. Il s’agit de saisir avec une égale attention les contraintes propres à un champ particulier de l’espace social ainsi que ses manifestations physiques et symboliques incarnées dans les pratiques et les croyances d’agents aux propriétés sociales et trajectoires diverses. S’ils ont en commun de participer du même champ, il n’en reste pas moins que le partage des positions suscite luttes et conflits. Leur règlement, jamais terminé, mobilise les possibles institutionnels (les conditions structurelles) et les ressources inégales dont disposent les agents (les types et le volume de capitaux). L’attachement à cette exigence sociologique de tenir ensemble structures et agents, champ et habitus, afin de saisir les logiques du sens pratique4 policier, dispose à donner tout leur sens à certains détails empiriques, comme lorsqu’un commandant s’exclame avec rancœur : « Il nous bouffe nos postes », en parlant d’un autre service que le sien. Ce type de petites phrases en dit long sur les luttes internes à l’institution. De fait, les positions qu’occupent les policiers peuvent être très différentes et inégalement valorisées et, contrairement à l’imagerie officielle, elles sont moins complémentaires que fortement concurrentielles : la division du travail et donc la spécialisation des tâches – enjeux de luttes à un haut niveau de responsabilité – ont des effets pratiques sur les agents de base. Quel service prendra une « affaire » ? Lequel aura le pouvoir d’en décliner une ? Etc.

  • 5 Monjardet D., Ce que fait la police. Sociologie de la force publique, Paris, La Découverte, coll. (...)

2L’observation des pratiques professionnelles des policiers permet d’objectiver les relations, les oppositions, les divisions, les manières d’être, de penser et d’agir beaucoup plus que le travail comme activité. Dans cette perspective, la question est moins de savoir Ce que fait la police5, que ce qu’elle fabrique comme sens pratique en transformant des dispositions socialement acquises en habitus professionnel. Ainsi explore-t-on un domaine plus vaste que celui du travail en tant qu’activité ; on objective les conditions de possibilité du travail en observant simultanément le processus qui associe les contraintes internes de l’institution (histoire, règles, lois…) aux dispositions à s’y soumettre (plus ou moins) inscrites dans des trajectoires individuelles. Comment le système d’actions et de représentations incarné dans les pratiques observables est-il déterminé ? Comment l’institution produit-elle ses agents (formation, gratification…) et comment ses agents l’habitent-ils au sens propre (positions) et au sens figuré (croyances) ? De fait, il ne suffit pas d’y être pour en être, encore faut-il acquérir les manières de faire et de pensée adaptées. Dans ce processus au cours duquel un univers adopte un nouvel entrant qui s’y installe « comme chez lui » (ou qui n’y parvient pas), se forge, par immersion dans la pratique, un ethos propre au groupe qui soude plus sûrement qu’un règlement officiel. Cette transmission des codes pratiques et symboliques du groupe se réalise très diversement, notamment par la mobilisation d’un système de jugements en série sur les autres et sur soi-même. Ces logiques de la division permettent de classer les policiers selon une opposition « vrai/faux » et de trouver de « bonnes raisons » à cette stigmatisation ou à cette distinction.

3Dans une première partie, nous expliciterons, les principes d’oppositions entre les positions qui s’observent dans la division de l’espace physique et nous verrons, dans une deuxième partie, les schèmes de pensée de soi et de l’autre correspondant à cet espace de position. Ce point de vue oblige à chercher ce qui forge un certain type d’habitus policier, c’est-à-dire ce qui permet l’intériorisation des pratiques et des représentations liées à une position particulière dans cet espace.

Appréhension pratique du système d’opposition : un terrain à entrées multiples

  • 6 Les commissariats dépendent de la direction centrale de la sécurité publique et, à l’époque de l’e (...)
  • 7 Nous ne décrirons pas toute la visite parce que nous avons fait le choix d’insister sur ce qui cli (...)

4Dès la première visite guidée du commissariat6, aux commencements de l’enquête se dessinent succinctement l’espace des positions possibles et les valeurs attachées à chacune d’elle. Loïc – le commandant responsable de l’unité de protection sociale composée de trois brigades (mineurs, mœurs et stupéfiants) – organise la découverte de son univers professionnel en allant du plus ouvert et public (l’accueil accessible à tous) au plus fermé et symbolique de la fonction policière (le sous-sol invisible au tout-venant). Cette visite formelle révèle de précieuses informations sur la structuration pratique et symbolique de cet espace7. Même schématiquement, on devine les ordonnancements et les classements propres au commissariat, notamment la répartition spatiale très clivée des diverses brigades.

5Loïc, 52 ans, est fils d’ouvrier. Après quelques années passées dans la marine, il devient inspecteur de police (aujourd’hui officier). D’abord affecté dans un service en charge du « tout-venant », il intègre ensuite la brigade criminelle pour s’occuper « d’affaires plus importantes », puis, il est promu chef de l’unité de protection sociale. C’était il y a plus de quinze ans et depuis il « ne peut plus en sortir », dit-il, puisque personne ne se porte volontaire pour prendre sa place. Peu enviée, sa position correspond à une police éloignée de l’image la plus valorisée du métier, celle de l’activité purement judiciaire ou purement répressive. Loïc est également investi de missions dirigées vers des partenaires extérieurs, celle notamment de « correspondant scolaire ». Confronté dans son univers professionnel à une faible reconnaissance institutionnelle, l’adhésion au partenariat est une manière de réenchanter son poste, d’accumuler de la plus-value sociale pour compenser, autant que faire se peut, le manque de considération attaché à sa position dans la division du travail policier. Dans le même temps, en opérant cette conversion, il s’éloigne encore plus de l’image historiquement légitime du « vrai » flic. Cette position en porte-à-faux permet de comprendre qu’il consacre du temps à une sociologue en lui faisant visiter le commissariat. Elle explique aussi que, paradoxalement, il ne s’attarde pas dans les bureaux de l’unité qu’il dirige – comme si rien d’intéressant ne s’y passait –, mais qu’en revanche, il prévient comme pour aiguiser la curiosité – que nous arrivons à la « fameuse crim’ « . Cette reconnaissance du pouvoir des autres montre que les hiérarchies symboliques inscrites dans l’architecture physique du commissariat sont parfaitement intériorisées et façonnent non seulement les usages des lieux – ne pénètre pas dans les locaux de la crim’ qui veut –, mais aussi l’échelle de classement symbolique.

Une vitrine ambiguë

  • 8 Elias N. et Scotson J. L., Logiques de l’exclusion, Paris, Fayard, 1997.

6L’accueil est la première halte. Loïc la présente comme l’entrée propre, celle qui ouvre le commissariat sur l’extérieur, sur la rue. Les gens y entrent librement. L’endroit est tenu par des adjoints de sécurité en uniforme qui font le premier tri des « clients » : ils en excluent certains, orientent et canalisent les autres. Il est sobrement meublé de six chaises disposées le long des grandes vitres qui ouvrent le commissariat sur l’extérieur, d’une plante verte, d’une télévision jamais allumée. Cette configuration qui se veut sinon accueillante du moins neutre, en réalité, met mal à l’aise les gens du dehors confinés là et exposés à la vue de tous (passants comme policiers). La tension, palpable, tient à la confusion des statuts : certains demandent simplement des informations ou se plaignent du voisinage, d’autres viennent déclarer un fait dont ils sont victimes, d’autres encore se rendent à une convocation en tant que plaignants, témoins ou mis en cause. Les regards obliques indiquent que chacun essaie de deviner les raisons de la présence des autres : méfiance et gêne sont d’autant plus prégnantes que dans une ville moyenne, il est toujours possible de croiser un voisin, un collègue, une vague connaissance. Les interrogations et les suspicions diverses vont bon train et participent de la construction sociale du commérage et de la rumeur8. En revanche, la gêne ne semble pas atteindre les adjoints de sécurité qui répondent en parlant fort à la requête, souvent murmurée, des gens du dehors. À l’immobilité et à la passivité contrainte de ces derniers, s’oppose l’animation des policiers qui se croisent à l’accueil. Ils se saluent, échangent les derniers potins et les infos de la veille ou se racontent leur soirée. Ces scènes contrastent avec le silence des gens du dehors, qui ressentent d’autant plus leur extériorité qu’ils n’ont aucun moyen – ni aucune raison – de participer à ces formes de sociabilités ordinaires qui imposent les policiers comme les maîtres des lieux, les gens du dedans. D’ailleurs, la première manifestation concrète de l’intégration de l’enquêteur dans cet univers est de ne plus avoir à donner son nom à l’accueil et de pénétrer, sans autres formalités, dans l’espace privé de l’univers policier.

7L’accueil est une frontière physique et symbolique qui inscrit la séparation entre policiers et non policiers dans l’espace (entre eux et nous) ; il contient les corps profanes à distance du corps policier. Observer les relations c’est aussi, on le voit dans ce cas, observer des rapports inégaux, des rapports de force, des rapports de domination et/ou de connivence qui dépendent des positions des uns et des autres dans l’espace des positions et qui affichent dès le départ la place de chacun. Les pouvoirs sont inégalement distribués et les positions ne sont pas équivalentes. Les policiers ont aussi besoin de ces confrontations à peine esquissées, mais néanmoins efficaces, avec les gens du dehors qui participent a contrario de la construction de la familiarité et de l’entre-soi. Pour se sentir vraiment chez soi dans le commissariat, il faut éprouver quotidiennement sa capacité à s’y mouvoir avec aisance contrairement à ceux qui ne savent pas où se mettre.

Un monde de « fonctionnaires »

  • 9 Le quart est un service judiciaire généraliste qui prend en charge la petite et moyenne délinquanc (...)
  • 10 Les guillemets encadrant ce diminutif ne seront plus utilisés dans la suite du texte.

8La visite se poursuit dans les couloirs du rez-de-chaussée, ceux qui prolongent l’accueil. En s’arrêtant un court instant devant chaque bureau, Loïc précise non pas le grade ou le corps des occupants (officiers ou gardiens de la paix et gradés), mais le nom du service auquel ils appartiennent, indiquant ainsi l’importance décisive de l’affectation, plus encore que celle du statut, comme système de classement : la brigade des mineurs, le service du quart9, la police technique et scientifique… Personne ne se manifeste particulièrement ; pas de grandes agitations. Il ne se passe rien de singulier. Ces bureaux sont en tout point semblables, a priori, à ceux d’autres administrations. D’ailleurs Loïc ne s’attarde pas, comme si ces brigades n’étaient pas ce qu’il importait le plus de montrer à un visiteur non policier. En revanche, il fait quelques commentaires qui laissent entrevoir les logiques de répartition des services dans l’ordre symbolique du commissariat et les luttes qui les opposent. Il ne tient pas de discours lénifiants sur la coopération entre services ; le portrait qu’il dresse de son univers reprend les clivages internes historiquement constitués auxquels il adhère « tout naturellement » et sur la base desquels il organise son existence professionnelle. Il ne faut pas que le visiteur se trompe de héros et le guide dévoile un peu de ce qui classe et déclasse les services les uns par rapport aux autres. Loïc insiste longuement, par exemple, sur le fait que la police de proximité et le service du quart prendraient une grande partie des postes aux autres services : « Il faut mettre en valeur la pol prox, c’est comme ça », dit-il avec une pointe de ressentiment. Les divisions et les conflits entre les services sont perceptibles dans ce type de remarque, et l’attention portée à ce qui les détermine permet de comprendre l’architecture cachée du commissariat, c’est-à-dire la répartition des différentes positions les unes par rapport aux autres et la valeur symbolique attachée à chacune d’elle. En l’occurrence, ce qui se joue dans cette critique d’une police généraliste qui traite à la chaîne (en temps réel) la petite et moyenne délinquance, c’est la menace qu’elle ferait peser sur les polices spécialisées : elles craignent de perdre non seulement des postes et des moyens, mais aussi la réputation et la reconnaissance qui font leur attrait aux yeux des policiers. La façon dont Loïc présente le service du quart, sans s’y arrêter – « ils traitent le tout-venant », dit-il –, résume ce qui devrait, pour lui, continuer à faire la différence entre ce service et ceux qui mènent des investigations longues, complexes et mobilisant une compétence particulière. Et, comme pour donner du poids à son inquiétude, et en guise d’introduction à la suite de la visite, il déplore la perte de prestige de la « crim’10 » – pilier mythique du travail d’investigation – qui risquerait également le déclassement. Les enjeux sont révélés : l’ancienne noblesse du métier semble remise en question par les nouvelles priorités politiques, celles qui associent police de proximité et réponse rapide à la petite délinquance.

Les beaux quartiers

9Crim’, c’est le nom sous laquelle Loïc présente cette brigade d’investigation alors qu’elle est depuis longtemps appelée officiellement Unité de recherches judiciaires et réduite au sigle neutre d’URJ. Cette dénomination usuelle est un indice de l’enjeu attaché au nom, mémoire des temps glorieux, sorte de carte de visite symbolique plus parlante que l’organigramme officiel. Dès les premiers contacts, cette fameuse crim’ apparaît comme un lieu et un monde à part, ouvert uniquement aux initiés qui seuls se sentent autorisés à pousser la double porte battante qui l’isole du reste du commissariat. Ce n’est pas parce qu’elle est séparée des autres services que cette inscription particulière dans l’espace a un sens univoque. Elle peut être cachée au fond du couloir en raison de sa moindre importance (exclusion, relégation) ou alors, au contraire, parce qu’elle bénéficie d’une position protégée et privilégiée (tranquillité, intimité, autonomie). Alors comment statuer sur le sens de cette observation ? C’est en replaçant cette brigade dans un ensemble dont elle fait partie que l’on peut repérer l’existence de formes de connivences et de logiques d’oppositions qui construisent des groupes dont les membres se reconnaissent dans des manières d’être policier attachées à la position qu’ils occupent dans cet espace.

  • 11 Au moment de l’enquête, cette brigade est exclusivement masculine. Pour une analyse de la place de (...)

10Alors que nous pénétrons dans les locaux de la crim’, une manière commune de « faire flic » s’impose d’emblée au regard. Tous les policiers sortent de leur bureau. Plutôt sportifs en apparence et parlant fort, ils sont habillés exactement comme on s’y attend en se fiant aux clichés sur les flics d’investigation (blousons de cuir, jeans). Ils nous entourent et commencent à raconter, sur un ton de grande fanfaronnade virile, quelques-uns de leurs exploits en laissant transparaître les risques du métier. Certes, cette mise en scène d’eux-mêmes vise à impressionner ceux qui pénètrent dans leur fief et, ce, d’autant plus lorsque c’est une femme qui s’y aventure11 – mais pas seulement. Elle impressionne aussi les autres policiers qui, lorsqu’ils les croisent, observent avec envie ou jalousie l’aisance tonitruante des cadors du commissariat et enfin, elle galvanise et anime ceux-là même qui la produisent. On peut y voir la manifestation très « spontanée » d’un ethos qui correspond à une position singulière dans le commissariat. Les seigneurs agissent comme tels parce qu’ils sont en position de le faire et parce qu’ils doivent le faire s’ils veulent préserver leur position et entretenir le mythe. Mais ils ne le font pas pour autant de manière consciente : ils jouent le jeu en toute croyance et mettent en œuvre une expérience doxique au monde social. Ils n’ont pas le choix parce qu’ils sont habités par les exigences implicites – mais incontournables – de leur position, c’est-à-dire, qu’ils sont dominés par leur domination.

Les bas-fonds

11C’est ensuite la descente vers l’entrée sale selon l’expression de Loïc. Plusieurs salles en sous-sol où les policiers, comme leurs « clients », sont bien moins lotis qu’à l’étage au-dessus. L’une d’elle est le vestiaire des gardiens de la paix. Ils arrivent en civil et revêtent leur uniforme dans cette pièce aux murs jaunâtres où chacun dispose d’un casier, comme dans un vieux gymnase. Le port de l’uniforme leur interdisant de déjeuner en public, ils amènent leur gamelle de chez eux et mangent rapidement dans une petite pièce attenante sobrement équipée de distributeurs de boissons et de sucreries et meublée de petites tables en plastique. Autant dire qu’ils n’y trouvent pas de quoi se reposer. L’autre partie du sous-sol, qui donne sur le parking du commissariat, est réservée à l’accueil des personnes arrêtées. Sombre, froid, triste, cet espace est occupé par quelques bancs de bois et un comptoir où officie le chef de poste qui gère une dizaine de cellules de garde à vue et de dégrisement. Là, les manières sont moins courtoises que dans l’entrée propre. Menottes aux mains, les personnes interpellées sont facilement bousculées, hurlent des insultes, tapent dans les portes des cellules : ici, le bruit des gens du dehors retenus sous le régime de la garde à vue, remplace le silence de ceux qui attendent, libres, à l’accueil. Loïc présente cet endroit comme la face cachée du commissariat, ou plutôt comme la face qu’il faut cacher. Le symbolisme de cet espace – un sous-sol dégradé, bruyant, isolé des regards extérieurs – est de fait à l’opposé de l’entrée propre qui se veut la vitrine de l’institution.

  • 12 Loïc ignora totalement la police judiciaire (PJ) qui dépend de la direction de la police judiciair (...)

12Au cours de cette visite12, rien qu’en passant d’un service à l’autre, d’un étage à l’autre certaines oppositions qui structurent l’espace policier apparaissent. Les gardiens de la paix occupent l’entrée sale, en sous-sol. Ils n’ont pas de lieux privés (comme les bureaux réservés aux policiers en civil), le port de l’uniforme les oblige au respect de nombreuses règles dans le commissariat (comme celle de saluer un supérieur par son grade), mais aussi au dehors (comme l’interdiction de manger ou même de s’asseoir dans un lieu public). Ils sont situés en bas de la division pratique et symbolique du travail policier.

13Mais les clivages ne séparent pas seulement le sous-sol des étages, les policiers en uniforme en poste sur la voie publique des policiers en civil en fonction dans les services d’investigation. Ils divisent aussi entre elles les diverses brigades judiciaires selon une échelle de gravité supposée des affaires qui classe les plus complexes – celles qui commandent de nombreuses investigations – au sommet des biens policiers rares et de valeur. À l’inverse, les « petites affaires » sans envergure s’enchaînent sans gloire pour le service qui les traite. Si l’on ne considère que les deux extrémités de cet ordonnancement symbolique, le Quart occupe la position dominée et la crim’ la position dominante. Entre ces deux pôles, se distribuent d’autres positions intermédiaires et inégalement distinguées là encore. Les commentaires de Loïc à leur sujet, lancés à la volée au fil de la visite, renseignent sur le sens commun policier qui organise les perceptions internes de cet univers : la brigade des mineurs est considérée comme mineure parce que « sociale », tandis que celle des stupéfiants et des mœurs n’a pas affaire à de « vraies » victimes, que ce soient les toxicomanes ou les prostituées.

Les logiques de la division : « vrai et faux flic »

  • 13 Proteau L., « Interrogatoire, forme élémentaire de classification », Actes de la recherche en scie (...)
  • 14 Proteau L., « Scribe ou scribouillard. Les ambivalences de l’écriture dans la division du travail (...)

14C’est, entre autres, en observant l’apprentissage sur le vif des techniques d’interrogatoire13 et de l’écrit procédural14, mais aussi en repérant le système de classement entre « vrai » et « faux » flic, qu’on appréhende ce que « devenir policier » suppose comme travail collectif d’inculcation parfois explicite, mais le plus souvent implicite. Considérons ici le dernier aspect de cette socialisation, celle qui touche au cœur même du symbolique et construit la réputation et l’honneur policier.

Le mythe du « vrai flic »

  • 15 Kalifa D., Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, coll. « Pour l’histoire », 2005.

15L’image sociale du « vrai flic » emprunte au mythe qui émerge peu à peu à partir de la fin du XIXe siècle avec la naissance du roman policier, le développement de discours politiques et médiatiques sur l’insécurité15 et l’invention de deux nouvelles formes de police : judiciaire et scientifique. L’inspecteur en charge d’enquêtes complexes résout l’énigme et arrête les bandits sans user des méthodes de la police politique ou de celle du maintien de l’ordre public, mais en mobilisant à la fois les savoirs de la science et les savoirs acquis par la proximité – calculée mais pas toujours maîtrisée – avec le monde de ceux qu’il traque. L’image sociale de ce policier n’échappe pas à l’ambiguïté attachée aux positions troubles qui font le bonheur des journalistes, des romanciers et des policiers qui vendent leurs mémoires. Tous, pour des raisons différentes, ont intérêt à fabriquer un flic d’action en équilibre entre la justice et le crime. Ce statut entre deux eaux lui confère une aura de mystère et de secret, garante de la fascination qu’exerce l’enquêteur comme le « grand bandit ». L’un et l’autre sont perçus comme audacieux, courageux, rusés et libres.

16Cette image sociale historiquement fondée est toujours au principe du classement indigène entre « fonctionnaire » et « flic » qui redouble les divisions entre les services. Il ne faudrait pas croire que ces clivages ne sont que symboliques. Ils ont, au contraire, des effets certains sur l’hexis corporelle et les pratiques policières. Sorte de gouvernail des « bonnes manières » pour ceux qui ont les moyens de s’inscrire au pôle dominant de l’investigation, ils structurent les actions les plus quotidiennes de la vie ordinaire d’un commissariat. Nul n’y échappe et ne peut s’en affranchir ; c’est le cadre commun d’ordonnancement des connivences, des alliances, des intérêts, des goûts et des dégoûts, en un mot des styles de vie policiers. Au jour le jour, ce système de jugement ne se concrétise pas par des actes héroïques et flamboyants qui consacreraient les « flics » au détriment des « fonctionnaires » qui, eux, n’auraient nul moyen de briller. La croyance dans l’exception et l’exceptionnel s’entretient aussi par les petits détails de la pratique. Par exemple, dans le registre de l’action, lorsque les policiers de la crim’sortent pour procéder à une arrestation, ou à une perquisition, ils s’agitent, s’exaltent, ajustent leurs armes dans leurs holsters, attrapent à la volée un « deux-tons » qu’ils jettent au dernier moment sur le toit d’un véhicule banalisé, puis démarrent en trombe dans la cour du commissariat. La discrétion n’est pas de mise et l’excitation – parfois mêlée d’agacement – gagne aussi les policiers d’autres services qui assistent à ce déploiement de corps armés allant, comme un seul homme, au-devant du danger. Dans le registre de l’investigation, les stratégies de distinction sont plus discrètes, mais tout aussi efficaces : les coups de gueule des policiers de la crim’lors d’interrogatoires (qui semblent, de ce fait, musclés) traversent les doubles portes et sont entendus jusqu’à la brigade des mineurs et au quart qui, en règle générale, sont bien plus silencieux. C’est encore en se gaussant du mauvais travail supposé des autres brigades judiciaires qu’ils affichent leur supériorité et se posent en spécialistes.

« On a une brigade de quart qui prend le tout-venant […]. C’est vrai que t’as des durs, des têtus, des teigneux, des gars butés qui refusent de parler, qui s’obstinent, nient l’évidence. Donc on va nous donner le dossier […]. Le type, on est là ensemble, on parle, comme là en ce moment tous les deux. On va lui parler et puis il va y avoir cette complicité, parce qu’on a l’habitude. Et là en un quart d’heure de temps, il va nous cracher l’affaire […]. Alors que les autres [les policiers du quart] ça fait 24 heures qu’ils l’ont ! » (Raymond, gardien de la paix en poste à la crim’, 42 ans.)

17Il est étonnant d’observer à quel point les policiers qui tirent leur fierté professionnelle (et plus largement sociale) d’une adhésion au mythe, saisissent la moindre manifestation de différence, aussi infime soit-elle, pour réaffirmer leur territoire symbolique – celui de l’investigation et de l’action. Le point d’honneur mis à incarner le mythe est certainement un moyen de réenchanter une position par ailleurs menacée de déclassement professionnel.

Le flic, le fonctionnaire et la belle affaire : un enjeu de lutte

« Qu’est-ce qui caractérise un policier de la criminelle par exemple ?
— Il faut que ce soit un chasseur, quelqu’un qui fasse de la recherche, un peu comme un prédateur pour aller chercher un délinquant souvent récidiviste, endurci, qui sévit dans un quartier. Il faut avoir un esprit chasseur avec beaucoup d’initiative, beaucoup d’autonomie. Tous ne peuvent pas le faire. Certains ont besoin d’avoir des cadres bien fixes, bien rigides, sinon on peut rien en tirer. » (Loïc, commandant, chef de l’Unité de protection sociale.)

18La « chasse » est présentée comme un style de vie attaché à la vision mythique du policier d’investigation libre et autonome. Elle s’oppose au travail de bureau régi par des règles strictes. Si elle séduit autant c’est qu’elle laisse ouverte la possibilité de transgresser dans une certaine mesure la limite entre la légalité et l’illégalité (entretien d’indics, course-poursuite, arrestation en force, interrogatoire musclé, petit ou grand arrangements avec la loi…), performance qui signe les qualités de l’élite policière. Mais cette autonomie policière est doublement glorieuse pour ceux qui la revendiquent et en font le socle de leur habitus : elle permet aussi de se prétendre détaché de l’injonction domestique. Bill, brigadier-chef à la brigade des stupéfiants se présente comme un flic de choc qui ne compte pas ses heures. Il décrit son univers de travail comme un collectif d’hommes réunis par la confiance, le danger, et le défoulement et refuse de prendre en compte les plaintes de sa femme qui « ne comprend pas qu’après une enquête intense où on ne dort que 9 heures en 4 ou 5 jours, à la fin au lieu d’aller dormir on fait la bringue avec les collègues… Il faut vider le stress ». Les policiers dominants dans le commissariat prétendent que toutes les occasions sont bonnes pour inventer de fausses missions afin de passer la nuit en dehors de la maison, que ce soit avec d’autres femmes ou avec leurs copains. Certes, ces propos cueillis à la volée lors de pots et de repas, dans la voiture qui ramènent les policiers après une opération, ressortissent de la gloriole masculine qui se plaît à inventer un séducteur viril impénitent entouré d’une bande de potes à toute épreuve. Mais, fantasmées ou réelles, ces « déviances » sont supposées être constitutives de la condition de flic. Tout se passe comme si « être flic » c’était se permettre des écarts dans tous les domaines, bénéficier d’une liberté impudente et pouvoir bluffer même dans l’univers domestique. Cette disposition à la transgression ferait partie de l’habitus policier et dépasserait l’espace du travail ; ils seraient, eux aussi, un peu des voyous et surtout sacrément virils, ce qui leur donnerait en quelque sorte un supplément d’âme. On le voit, il s’agit de cultiver à loisir tous les signes d’une opposition nette et tranchée entre les vrais flics, ces hommes qui affrontent la rue et la pègre sans peur (si ce n’est sans reproche) et les fonctionnaires, ces pâles, pleutres et inutiles secrétaires retranchés dans des bureaux qui rentrent à 17 heures pile pour retrouver femme et enfants. Un bon flic ne compte pas son temps, il en a la maîtrise et ne se soumet pas à des horaires de fonctionnaire. Il peut décider d’aller chez le coiffeur en plein après-midi ou de rester au commissariat jusqu’à 23 heures s’il le faut. Seuls, lui et « les siens », déterminent cette nécessité. Le mythe prête au vrai flic la volonté d’échapper au temps comptable, à la bureaucratie et, à l’inverse, l’envie de se donner complètement à son travail. L’expression « ne pas céder à maman », caractérise cette liberté, « maman » étant l’épouse qui réclame que son mari rentre à heure fixe et soit présent le week-end. Ne pas faire passer son univers privé avant le service est une marque d’honneur policier : le vrai flic ne se plie pas aux contraintes des gens ordinaires. Le rapport au temps se comprend encore mieux si on le rapporte à la distribution des différents services dans l’organigramme symbolique du commissariat. De fait, lorsque l’on observe le travail des policiers de la crim’ qui restent souvent plus tard que leurs collègues d’autres services, on s’aperçoit qu’ils y sont contraints moins par une nécessité technique que par un intérêt à afficher des manières d’être flic qui leur seraient propres. S’ils ne comptent pas leurs heures, c’est pour se distinguer des policiers qu’ils stigmatisent comme des fonctionnaires. Ne pas compter son temps, c’est aussi affirmer que les affaires à traiter sont plus complexes que celles des autres services et qu’il est impossible de les résoudre à la chaîne, selon un calendrier administratif qui impose des horaires fixes : « On n’est pas à la sécurité sociale, ici », s’exclame un gardien de la paix en poste à la crim’.

19Concrètement, être flic et pas fonctionnaire, c’est posséder un ethos singulier : ne pas compter son temps, privilégier la sociabilité virile aux dépens des contraintes de la famille, cultiver un look particulier, une façon de marcher, une intonation, valoriser le courage, l’acharnement, la curiosité, la ruse, le risque, aimer chasser le bandit, puis résoudre l’énigme. Cette figure est largement monopolisée par les policiers de la crim’ et à un moindre degré la brigade des stupéfiants. Ceux des autres services ont peu d’occasion de briller ; ils souffrent d’un déficit de crédit symbolique et d’un manque de reconnaissance de la part non seulement des collègues, mais également, selon eux, de leur hiérarchie. Robert, gardien de la paix en civil en poste à la brigade des mineurs se plaint de l’absence de considération : « On n’est jamais reconnus, alors qu’on a des questions de viol et de meurtres à traiter. » S’il se sent exclu du tableau des honneurs et relégué en position dominée, c’est en raison de la place qu’occuperait la crim’ dans la politique du commissariat. Elle monopoliserait indûment l’attention et les félicitations : « La crim’ qui élucide un hold-up de temps en temps, trois mois plus tard ils font encore la une des journaux ; le patron les convoque et les félicite, nous jamais », regrette-t-il, amèrement.

  • 16 Même à la crim’ les « belles affaires » sont rares, mais elles font parler d’elles grâce au travai (...)

Encadré 1. Postures distinctives : inertie apparente des dominés et activisme affiché des dominants
Extrait de journal de terrain (14 juin 2001). Installée à la brigade des mineurs je vis, à l’instar du policier dont je partage le bureau, une morne journée : aucune audition n’est prévue et aucune arrestation ne vient interrompre la journée. Robert n’est pas débordé. Il s’occupe tranquillement des dossiers en cours, règle des questions administratives, passe des coups de fils personnels, fait sauter les PV d’une « copine ». Il ne sort pas enquêter, ne cherche pas d’informations par téléphone. J’observe, étonnée, cette absence de travail à l’extérieur du commissariat. L’inertie est d’autant plus visible qu’elle contraste avec l’activisme de Bernard, policier à la crim’, qui fait subitement intrusion dans le bureau de Robert. Lui, c’est la caricature du flic viril, violent et grossier, mais il est aussi drôle et charismatique. Il raconte avec entrain les interrogatoires de jeunes de quartiers populaires que la crim’ mène en ce moment suite à des échauffourées avec la police : « Je lui fous des baffes et des coups de pied » ; « Je fais pas au faciès, mais faut admettre que c’est des crapauds » ; « On a auditionné l’abruti ». Il raconte aussi dans la foulée qu’ils sont en train de démanteler un vaste trafic de voitures de luxe et dépeint avec verve les nombreuses investigations qu’ils doivent réaliser pour préparer la « belle affaire16 ». Pendant ce temps, Robert garde le nez dans ses dossiers fort mécontent de subir le récit des exploits du service des « cow-boys », alors que lui n’a rien d’aussi haut en couleur à raconter. La situation inverse est impensable. Jamais un policier de la brigade des mineurs n’irait raconter sa dernière affaire dans les bureaux de la crim’, car il sait pertinemment qu’il serait la cible de blagues malveillantes et de sous-entendus pour la tourner en dérision quelle que soit son importance.

20Cette scène participe des avancées à petits pas de la recherche, avancées qui, avec le temps, dessinent un espace cohérent, construit, argumenté de positions (indissociablement pratiques et symboliques) : les policiers de la crim’ sont décidément à part dans le commissariat, cela se confirme encore une fois : ils jouent avec le look (blousons de cuir, arme dans le holster sous le bras…) et avec la voix (parlent haut et fort) ; ils sont à l’aise où qu’ils se trouvent et adoptent un air pressé et affairé. Ce travail pour produire l’image d’un professionnel d’exception au-dessus du lot commun, compose la mallette symbolique des dominants, technique qu’il leur faut parfaire sans cesse et qui les oblige à être à la hauteur pour ne pas perdre la face. Et cet enjeu est de taille puisqu’il engage non seulement la valeur de la position dans le champ professionnel, mais bien plus largement dans l’espace social. Pour ces policiers, il s’agit alors de faire tenir ensemble la représentation d’eux-mêmes telle que la construit la multitude de séries télévisées qui occupent l’écran depuis une dizaine d’années (sans parler du modèle de l’inspecteur dans les romans policiers) et leurs pratiques ordinaires :

« Qu’est-ce qu’ils connaissent, les gens, de la police ? C’est ce qu’on voit à la télévision, c’est les enquêtes, hein ! L’“inspecteur mène l’enquête”. On ne voit pas des gens en train de faire de la circulation, à part dans les pervenches, mais enfin ça ne correspond pas à l’idée qu’on se fait du policier. » (Commandant, chef de la crim’.)

Encadré 2. Apparats physiques et symboliques de l’habitus policier
Extrait de journal de terrain (24 janvier 2002). Un lieutenant stagiaire à la crim’ consulte un magazine de vente d’accessoires policiers. Il veut changer la crosse de son revolver, parce qu’il ne l’a pas bien en main. Il s’imagine arme au poing, alors qu’en réalité les policiers l’utilisent extrêmement rarement. « Je ne sais pas, dit-il, ça doit être fait pour les femmes. » Très attentif aux attributs extérieurs du policier, il a acheté lui-même son holster et la pochette pour mettre les menottes, parce que ceux fournis par l’administration n’étaient pas « esthétiques ». L’attirail attire. Pour être policier, il faut d’abord le paraître.
Extrait de journal de terrain (4 juin 2002). Pierre, gardien de la paix à la crim’, téléphone à une « taupe » (un informateur), auprès de qui il se fournit en whisky. Téléphoner devant moi à un informateur vise aussi à me convaincre et à se convaincre lui-même qu’il participe d’un espace policier basé sur la création et l’entretien de réseaux à la limite de la zone trouble. Pierre cultive l’illusion du « vrai » flic, qui mène double, triple vie, pénètre au cœur de l’illicite et évolue dans des milieux interdits aux citoyens ordinaires. Avoir des « indics », c’est aussi coller à la représentation mythique du policier solitaire qui gère une équipe de dépendants, contrôle une officine de renseignements, détient un pouvoir sur le caché, le secret, l’underground.

21La définition du « vrai » flic n’est pas consensuelle, loin de là. Si l’on se contentait de dire qu’il y a des policiers (sociologie des professions) qui exercent dans tels services (sociologie des organisations) et qui y réalisent telles tâches (sociologie du travail), on ne comprendrait pas que « ce qu’être policier veut dire » est un enjeu de lutte et pas une identité fixe et définitive.

« Fausse police » et déclassement

  • 17 Pour une analyse précise des changements dans la division du travail policier dans la seconde moit (...)

22Au moment de l’enquête, la position de la crim’ dans l’institution policière est loin d’être aussi confortable que par le passé17. Moins nombreux, soumis à un surplus d’affaires sans grande envergure, les conditions de travail de ses membres et leur position dans l’ordre symbolique de l’institution policière se dégradent. La multiplication des policiers de terrain sans qualification judiciaire liée à la mise en place de la police de proximité, accroît le rythme des arrestations et donc le nombre de procédures. Les services d’investigations se plaignent de ces « fausses » affaires qui saturent leur temps de travail. L’enjeu est de parvenir à imposer son rythme et la qualification de son travail face aux autres services ; la difficulté est de parvenir à conserver sa spécialisation, sa marque de noblesse, sa spécificité judiciaire, sa liberté d’action, sa vision de la « vraie police » :

« C’est bien beau d’avoir un uniforme et de se promener… […]. Si on n’a pas le pouvoir pour sanctionner, ça devient un peu ridicule. […] beaucoup de jeunes dans les quartiers insultent les ADS [adjoints de sécurité] quand ils passent. Nous, quand on passe et qu’ils nous insultent, on les interpelle, on les place en garde à vue, c’est vite réglé, hein ! »

23La police de proximité, essentiellement composée d’adjoints de sécurité (emploi-jeune), sans réel pouvoir, ramènerait sans discernement des petites affaires qui enfermeraient les spécialistes du judiciaire dans leur bureau : étouffés par la paperasse, ils seraient obligés d’abandonner le terrain à des policiers qui feraient de la « fausse » police. Si ceux qui arrêtent à tout va compliquent et gâchent le travail des enquêteurs de la crim’, il en est de même de ceux qui rédigent les plaintes : « C’est pour ça qu’on est noyé de plaintes, parce que les mecs prennent n’importe quoi et n’importe comment… c’est des bons à rien ! », se plaint avec colère et ressentiment un gardien de la paix de la crim’ qui voit son statut se dévaloriser.

24Les tensions et conflits opposent également les services judiciaires spécialisés au service du Quart dont la vocation est d’être généraliste et de traiter en temps réel les infractions relevant de la petite et moyenne délinquance. Sa particularité est de fonctionner 24 heures sur 24, alors que les brigades spécialisées assurent des permanences à domicile en cas d’urgence. Ainsi, les affaires qui arrivent la nuit au commissariat sont d’abord soumises au Quart qui commence à les traiter en fonction de ses moyens en hommes et en temps. Non seulement ce service a puisé sa main-d’œuvre qualifiée parmi les officiers de police judiciaire (OPJ) qui auraient pu être affectés dans les services d’investigations classiques (mineurs, stupéfiants, mœurs et crim’), mais surtout la qualité du travail qu’il effectue est contestée, quand bien même il prend en charge le « tout-venant » et sert de filtre entre le flux des arrestations et les brigades spécialisées. En effet, lorsque les procédures engagées par ce service échoient à l’une d’entre elles, les récriminations des destinataires sont multiples : procédures mal ficelées, multiplication ou au contraire fermeture des pistes d’investigation, procès-verbaux d’interrogatoire elliptiques, etc.

25Dans cette configuration les policiers de la crim’ ont de moins en moins souvent l’occasion de faire de « belles affaires », comme le confirme le commissaire qui dirige les services d’investigations :

  • 18 Celles qui n’ont ni intérêt, ni grandeur policière et, surtout, qui ne peuvent être résolues.

« Au niveau judiciaire c’est des instructions de parquet à la con qui nous tombent et qu’on doit gérer : c’est enquêter sur la petite plainte de branque18, une dégradation, alors qu’avant, ça, c’était classé et on n’en parlait plus. Le boulot s’est considérablement alourdi et on a perdu un peu de considération et ça, le policier ne le supporte plus. Avant, l’inspecteur ça représentait quelqu’un, quelque chose aux yeux des délinquants. Maintenant […] ils ont perdu l’aura de l’inspecteur ancienne formule. »

  • 19 L’enquête dite d’initiative est suscitée par l’activité de la police et non par la plainte d’une v (...)

26Ce surplus de plaintes débouche non seulement sur un accroissement de la charge de travail, mais également sur la multiplication de tâches ingrates et sans intérêt. Par conséquent, l’accumulation de « fausses » affaires et l’impossibilité de mener des enquêtes d’« initiative19 » menace le prestige et la réputation de ces services qui perdent en grande partie leur spécialité et deviennent de plus en plus généralistes, alors que choisir les affaires et les traiter de manière autonome représente une des conditions de la distinction de cet espace. De fait, l’observation révèle que le décalage est considérable entre le discours sur/et l’idéal policier de la « chasse » et la réalité du travail d’enquête et de procédure qui se fait, en grande partie, à l’intérieur, derrière un bureau, pendu au téléphone. Les policiers ont du mal à concilier ces univers physiques et symboliques que tout sépare : le policier courant derrière le bandit (pôle masculin) et le travail ordinaire sur les dossiers (pôle féminin). Pourtant, malgré ce risque de déclassement, travailler à la crim’ reste encore, en 2001-2002, une bonne manière d’accroître l’estime de soi et la garantie d’accumuler du capital symbolique.

Conclusion

27L’approche relationnelle de la sociologie de Pierre Bourdieu permet de dépasser les questionnements en termes de profession ou de travail, deux approches qui présentent les faux avantages des apparences : on peut effectivement facilement observer des policiers en train de travailler. Mais qu’observe-t-on en réalité ? Si l’on ne rapporte pas une situation observée à une autre situation observée dans un autre point du même espace, on ne voit pas que le groupe est composé de positions qui s’opposent en s’incarnant dans des pratiques et des représentations différentes, mais impensables séparément. C’est seulement parce que la position de l’agent de patrouille en uniforme, pris dans le système classificatoire qui organise les actions et les perceptions policières, est reconnue comme la plus basse de la hiérarchie symbolique du métier, que ce policier considère comme allant de soi d’intégrer les services d’investigations lorsqu’il souhaite une promotion.

  • 20 Napoli P., Naissance de la police moderne. Pouvoir, normes et société, Paris, La Découverte, coll. (...)
  • 21 Berlière J.-M., Le monde des polices en France, XIXe-XXe siècles, Bruxelles, Complexe, 1996.

28Cependant, cette configuration n’est pas intemporelle. On n’est pas policier de la même manière en fonction de sa position et cette position n’a pas nécessairement toujours la même valeur dans l’histoire. Au Moyen Âge, la seule vraie police contrôlait les échanges marchands20, ensuite vint la police politique, puis celle du maintien de l’ordre public. Ce n’est qu’à partir de la première moitié du XXe siècle que l’enquête criminelle s’impose comme le pôle le plus légitime de l’action policière21. Il est donc important de considérer l’état des rapports de force à un moment donné dans l’espace policier pour saisir les principes de division inscrits à la fois dans l’ordonnancement physique et administratif (bureau et organigramme) et dans les pratiques et dans les représentations partagées. C’est dire que l’on observe moins une activité professionnelle, qu’un travail de construction de groupe. Dans cette configuration, les dominants luttent pour maintenir leur position distinctive et imposer leurs principes de division et de vision du monde policier. C’est notamment le cas des policiers de la crim’ qui tentent, de façon parfois trop voyante, de sauver la face lorsque leur position est menacée par les nouvelles priorités politiques en matière de délinquance. Évidemment, ce qui condamne les uns à déchoir satisfait ceux qui tirent profit de ces transformations. Pourtant, et c’est ce que qu’il faut retenir également, il ne suffit pas de changer les priorités par le haut, encore faut-il que les représentations du « vrai » flic et de la « belle » affaire se modifient, ce qui suppose que le mythe s’efface. Mais cela est loin d’être le cas car le mythe n’a pas besoin de supports empiriques pour survivre, seule l’imposition d’un autre mythe peut le détrôner.

Bibliographie

Bibliographie

Berlière J.-M., Le monde des polices en France, XIXe-XXe siècles, Bruxelles, Complexe, 1996.

Bourdieu P., Le sens pratique, Paris, Les éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1980.

Bourdieu P., Réponses, Paris, éditions du Seuil, 1992.

Elias N. et Scotson J. L., Logiques de l’exclusion, Paris, Fayard, 1997.

Kalifa D., Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, coll. « Pour l’histoire », 2005.

Lemaire E., Division du travail dans l’institution policière. Ethnographie d’un commissariat de sécurité publique, thèse de doctorat de sociologie, université de Picardie Jules Verne, 2011.

Napoli P., Naissance de la police moderne. Pouvoir, normes et société, Paris, La Découverte, coll. « Armillaire », 2003.

Monjardet D., Ce que fait la police. Sociologie de la force publique, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui », série sociologie, 1996.

Proteau L., « Interrogatoire, forme élémentaire de classification », Actes de la recherche en sciences sociales, no 178, juin 2009, p. 5-11.

Proteau L., « Scribe ou scribouillard. Les ambivalences de l’écriture dans la division du travail policier », in Coton C. et Proteau L. (dir.), Les paradoxes de l’écriture. Sociologie des écrits professionnels dans les institutions d’encadrements, Rennes, PUR, coll. « Le sens social », 2012, p. 41-64.

Pruvost G., Profession : policier. Sexe : féminin, Paris, Éditions de la MSH, coll. « Ethnologie de la France », 2007.

Notes

1 Je remercie Christel Coton et Léonore Le Caisne pour leurs précieuses remarques sur ce texte.

2 L’enquête s’est déroulée dans un commissariat d’une ville moyenne durant une année et demie essentiellement auprès des brigades judiciaires (mineurs, mœurs, stupéfiants, criminelle).

3 Bourdieu P., Réponses, Paris, éditions du Seuil, 1992, p. 203.

4 Bourdieu P., Le sens pratique, Paris, Les éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1980.

5 Monjardet D., Ce que fait la police. Sociologie de la force publique, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui », série « Sociologie », 1996.

6 Les commissariats dépendent de la direction centrale de la sécurité publique et, à l’époque de l’enquête, sont organisés de la façon suivante : le directeur départemental de la sécurité publique (commissaire divisionnaire) est le plus haut gradé ; un ou plusieurs commissaires dirigent le service du roulement, les bureaux de police localisés dans les quartiers ; un ou plusieurs commissaires dirigent les services d’investigations qui comportent plusieurs unités spécialisées : stupéfiants, mœurs, mineurs, criminelle.

7 Nous ne décrirons pas toute la visite parce que nous avons fait le choix d’insister sur ce qui clive structurellement l’espace des positions dans le commissariat.

8 Elias N. et Scotson J. L., Logiques de l’exclusion, Paris, Fayard, 1997.

9 Le quart est un service judiciaire généraliste qui prend en charge la petite et moyenne délinquance. Les policiers y travaillent en uniforme.

10 Les guillemets encadrant ce diminutif ne seront plus utilisés dans la suite du texte.

11 Au moment de l’enquête, cette brigade est exclusivement masculine. Pour une analyse de la place des femmes dans la police, on peut lire Pruvost G., Profession : policier. Sexe : féminin, Paris, Éditions de la MSH, coll. « Ethnologie de la France », 2007.

12 Loïc ignora totalement la police judiciaire (PJ) qui dépend de la direction de la police judiciaire alors que les divers services du commissariat – de voie publique, comme de recherches judiciaires – sont rattachés à la direction de la sécurité publique. La PJ occupe les sommets physique et symbolique du commissariat : au premier étage un petit escalier très discret mène à une porte munie d’un code que seuls les membres de la PJ connaissent. Les échos de ce service viendront plus tard au cours de l’enquête, toujours sur le mode de la raillerie envieuse.

13 Proteau L., « Interrogatoire, forme élémentaire de classification », Actes de la recherche en sciences sociales, no 178, juin 2009, p. 5-11.

14 Proteau L., « Scribe ou scribouillard. Les ambivalences de l’écriture dans la division du travail policier », in Coton C. et Proteau L. (dir.), Les paradoxes de l’écriture. Sociologie des écrits professionnels dans les institutions d’encadrements, Rennes, PUR, coll. « Le sens social », 2012, p. 41-64.

15 Kalifa D., Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, coll. « Pour l’histoire », 2005.

16 Même à la crim’ les « belles affaires » sont rares, mais elles font parler d’elles grâce au travail de publicisation des policiers de ce service qui n’hésitent pas à conter leurs exploits.

17 Pour une analyse précise des changements dans la division du travail policier dans la seconde moitié de la décennie 2000, on peut lire les travaux de Lemaire L., Division du travail dans l’institution policière. Ethnographie d’un commissariat de sécurité publique, thèse de doctorat de sociologie, université de Picardie Jules Verne, 2011. Elle montre comment se recomposent les concurrences, ce qui se transforme et ce qui perdure, ainsi que les enjeux politiques et policiers liés à ces anciennes et nouvelles configurations.

18 Celles qui n’ont ni intérêt, ni grandeur policière et, surtout, qui ne peuvent être résolues.

19 L’enquête dite d’initiative est suscitée par l’activité de la police et non par la plainte d’une victime.

20 Napoli P., Naissance de la police moderne. Pouvoir, normes et société, Paris, La Découverte, coll. « Armillaire », 2003.

21 Berlière J.-M., Le monde des polices en France, XIXe-XXe siècles, Bruxelles, Complexe, 1996.

Auteur

Maître de conférences en sociologie à l’université de Picardie Jules Verne (UPJV), membre du Centre européen de sociologie et de science politique-Centre de sociologie européenne (CESSP-CSE), Maison des sciences de l’homme-École des hautes études en sciences sociales (MSH-EHESS)

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search