Version classiqueVersion mobile

Bourdieu et le travail

 | 
Maxime Quijoux

Cinquième partie. Le travail entre dominations et conflits

Introduction

Maxime Quijoux

Texte intégral

  • 1 Voir « Préambule ».
  • 2 On pense ici principalement à Michel Pialoux qui, s’il a remarquablement renseigné les dégradation (...)
  • 3 Bourdieu P., Méditations pascaliennes, Paris, éditions du Seuil, 1997, p. 294.
  • 4 Idem.
  • 5 Tanguy L., La sociologie du travail en France, Paris, La Découverte, 2011. Voir aussi « Préambule  (...)

1Pourquoi Bourdieu est-il aussi absent dans les analyses du travail en France ? Si cette problématique a été en grande partie à l’initiative de ce livre, peu de recherches à l’heure actuelle semblent être néanmoins en mesure de pouvoir y répondre1. De toute évidence, les conflits et ambitions qui l’opposent aux fondateurs de la sociologie du travail, comme nous l’évoquions en préambule, sont une hypothèse qui, bien que plausible, demeure largement insuffisante. Un motif d’ordre théorique pourrait davantage éclairer cette question. Si les principales écoles qui composent la sociologie du travail hexagonale, qu’elles soient marxiste, régulationniste ou « stratégique », n’ont pas manqué de souligner le poids de l’organisation dans le rapport qu’entretiennent les salariés à leur activité, rares sont celles qui partagent un examen aussi radical que celui de Bourdieu sur le monde du travail, y compris parmi les chercheurs qui lui étaient proches2. Le sociologue provoque en effet une quasi-unanimité contre lui lorsqu’il analyse par exemple les menus conquêtes ou privilèges comme autant de subterfuges destinés « à masquer la contrainte globale3 » du travail ou lorsqu’il perçoit « la liberté de jeu comme […] la condition de leur contribution à leur propre exploitation4 ». Compte tenu du peu d’influence que le reste de son œuvre exerce sur les sociologues du travail5, on peut légitimement concevoir que ce texte l’ait maintenu durablement à l’orée des études sur le travail.

  • 6 Voir dans la première partie la contribution « Le travail entre domination et rationalisation ».

2On en sait désormais davantage sur l’analyse que Bourdieu porte sur cet objet de recherche, loin de se limiter, en ce sens, à la seule « double vérité » qu’il accorde au travail. Si les dominations occupent effectivement une place importante pour le sociologue, non seulement dans les sociétés capitalistes, mais aussi dans les économies de subsistance6, celles-ci peuvent s’avérer extrêmement fluctuantes, selon les contextes de production et secteurs d’activités dans lesquelles elles se réalisent. De fait, environnements productifs et économiques se présentent comme autant de champs régis par un ensemble de luttes que se livrent différents agents. De sorte que, tout comme l’habitus, les formes et les degrés d’assujettissement que produit l’organisation du travail peuvent varier fortement d’une situation économique, sociale ou historique à une autre. Au risque de réifier le monde du travail, on ne peut donc étudier les formes de domination au travail sans examiner les contextes et les conflits qui contribuent tant à les exacerber qu’à les atténuer.

  • 7 Burawoy M., Manufacturing Consent : Changes in the Labor Process Under Monopoly Capitalism, Chicag (...)

3C’est par cette approche à la fois « relationnelle » et contextuelle que les contributions rassemblées dans cette cinquième et dernière partie se proposent d’interroger les formes contemporaines de dominations au travail. Les quatre articles nous offrent en ce sens une échelle d’analyses tout à fait stimulante pour concevoir la fécondité d’une telle entrée. La partie débute par un examen local des formes de production des dominations. À partir d’une ethnographie rigoureuse d’un commissariat de police, la contribution de Proteau met en lumière la correspondance qui existe entre l’espace physique du commissariat et l’espace social des activités policières : on découvre comment agencement des lieux, attributions des postes et hiérarchie des fonctions contribuent à produire des schèmes indigènes, un habitus, qui légitime et conforte les divisions sociales de leur univers professionnel. La deuxième contribution embrasse ensuite un objet d’étude plus large puisqu’elle aborde les dominations au sein d’une catégorie socioprofessionnelle : les cadres. En ciblant son étude sur l’encadrement issu de la promotion scolaire ou d’entreprise, Goussard éclaire les modes de différenciations sociales parmi un groupe trop souvent perçu dans une homogénéité de façade. L’auteure montre en l’occurrence comment les nouvelles normes de management viennent renforcer des formes plus anciennes et plus classiques de violence symbolique : face à des concurrents mieux dotés scolairement et mieux ajustés aux exigences actuelles de l’entreprise, ces transfuges sont soumis à des injonctions culturelles contradictoires, à l’origine certes d’« expériences conflictuelles », mais qui conduisent toujours à des attitudes de résignation et de retrait. Mais face à une définition aussi « aliénante » que celle de la « double vérité du travail », peut-il en être autrement ? Les deux dernières contributions entendent, chacune à leur manière, répondre à ce questionnement, poursuivant en ce sens une montée en généralité dans les objets étudiés comment dans les ambitions scientifiques. En s’interrogeant sur « la pertinence heuristique du concept de champ syndical », Béroud montre que la conflictualité au travail dépend fortement de configurations syndicales spécifiques. L’auteure montre en effet qu’on ne peut penser le syndicalisme et les luttes qu’elles produisent en faisant l’économie de ses propres dynamiques historiques, de ses divisions et enjeux internes ou de ses rapports aux autres domaines de mobilisations. En apportant une lecture multidimensionnelle, le concept de champ apparaît alors ici particulièrement propice pour examiner les formes les plus institutionnelles de luttes contre les dominations au travail. La partie s’achève alors par une réflexion globale du sociologue Michaël Burawoy sur la genèse des formes dominations au travail. À partir de différents résultats obtenus aussi bien dans les systèmes capitaliste que soviétique, l’auteur de la Fabrique du consentement7 engage un dialogue serré avec Bourdieu et Gramsci dans lequel il montre toutes les difficultés à appliquer certains concepts du sociologue français au travail, au premier chef l’habitus, dès qu’ils sont soustraits des contingences historiques ou des formes socialisation secondaire. Si sa critique apparaît parfois un peu réductrice – notamment dans la dissociation habitus/champ qu’il opère ou dans sa méconnaissance de ses travaux algériens –, Burawoy ne nous propose pas simplement des outils pour mieux comprendre le travail ; il nous offre les moyens d’une meilleure intelligibilité des conditions de l’action de l’homme moderne.

Notes

1 Voir « Préambule ».

2 On pense ici principalement à Michel Pialoux qui, s’il a remarquablement renseigné les dégradations importantes qui ont accompagné la modernisation des ateliers automobiles de Sochaux et plus largement la classe ouvrière française, s’est dans le même temps employé à montrer l’ensemble des « stratégies ouvrières » pour contourner ou contrer ces transformations de l’organisation de la production. Voir par exemple ces chroniques Peugeot publiées au début des années 1980, ou plus récemment, avec Corouge C., Résister à la chaîne, Marseille, Agone, 2011.

3 Bourdieu P., Méditations pascaliennes, Paris, éditions du Seuil, 1997, p. 294.

4 Idem.

5 Tanguy L., La sociologie du travail en France, Paris, La Découverte, 2011. Voir aussi « Préambule ».

6 Voir dans la première partie la contribution « Le travail entre domination et rationalisation ».

7 Burawoy M., Manufacturing Consent : Changes in the Labor Process Under Monopoly Capitalism, Chicago, University of Chicago Press, 1979.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search