Version classiqueVersion mobile

Bourdieu et le travail

 | 
Maxime Quijoux

Quatrième partie. Habitus professionnel et division sociale : le travail entre reproduction et socialisation

La distinction au travail. Les concierges d’hôtels de luxe

Thibaut Menoux

Texte intégral

Introduction

  • 1 « Lords of the lobby », Business Traveller, 1er juin 2003.
  • 2 En France parfois 3, mais surtout 4 ou 5 étoiles.
  • 3 Traditionnellement, le groom est chargé de porter messages et colis en chambre et le chasseur effe (...)

1Le concierge d’hôtel est souvent présenté comme l’incarnation du service hôtelier de prestige, « l’aristocrate du hall1 ». Employé des établissements hôteliers haut de gamme2, il entre en interaction régulière avec les clients pendant leur séjour, afin de leur procurer des services variés en dehors de l’hôtel : transports, spectacles, restaurants, etc. Depuis son comptoir dans le hall, il dirige voituriers, bagagistes, grooms et chasseurs3, et travaille en contact étroit avec les autres services de l’hôtel. Souvent issu des classes populaires, le concierge a pourtant, par sa fonction, matériellement accès aux consommations luxueuses habituelles de ses clients fortunés. En effet, sa position objective de prescripteur incite les prestataires à lui faire goûter la cuisine de leur restaurant, à lui offrir des places lors de leur nouveau spectacle, des produits ou des échantillons lors du lancement de leur nouvelle gamme de produits, des invitations à des cocktails d’inauguration de leur boutique, etc. Dès lors, le concierge interroge la sociologie en permettant une observation quasi expérimentale des effets d’une socialisation professionnelle qui met en contact un habitus avec des possibilités de consommations qui ne lui correspondent pas dans l’espace des positions sociales.

  • 4 Bourdieu P., La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

2Parler de la distinction au travail, c’est ici jouer sur un double sens. C’est d’abord faire travailler l’ouvrage La distinction et l’appareil conceptuel de Bourdieu sur la culture4, mais en observant ce que les dispositions culturelles des agents produisent dans le monde professionnel. Mais il s’agit aussi d’interroger la distinction cette fois en tant que principe de différenciation. D’une part quand celle-ci est implicitement contenue dans le rôle professionnel des concierges qui participent, comme quasi-figurants, de l’effet de distinction des clients dont l’appartenance à la haute bourgeoisie est ancienne, voire collaborent, cette fois plus activement, à l’effort de distinction des clients « parvenus », dont l’accession à la haute bourgeoisie est plus récente. D’autre part quand les concierges, par leur position professionnelle et l’imprégnation avec leur environnement de travail, hautement distinctif, ont accès à des biens de consommation, des services et des biens culturels qui sont ceux des hautes classes et à l’usage desquels leur habitus originel ne les a, bien souvent, pas préparés.

  • 5 Goffman E., Les rites d’interaction, Paris, Les Éditions de Minuit, 1974.
  • 6 Cartier M., « Perspectives sociologiques sur le travail dans les services : les apports de Hughes, (...)
  • 7 Jeantet A., « à votre service ! La relation de service comme rapport social », Sociologie du trava (...)
  • 8 Monchatre S., « L’insertion dans l’hôtellerie-restauration : entre vocations et transitions », in (...)
  • 9 Burawoy M., Manufacturing consent. Changes in the labor process under monopoly capitalism, Chicago (...)
  • 10 Pour les expressions entre crochets : Sherman R., Class acts. Service and inequality in luxury hot (...)
  • 11 Sur un terrain français, G. Pinna reconnaît l’importance de la prise en compte de la variable clas (...)

3Souvent préoccupée surtout par les interactions entre prestataire et client dans une perspective de microsociologie goffmanienne5, la sociologie des services rechigne parfois à resituer les interactions de service dans les autres rapports sociaux6. Pourtant, les caractéristiques sociales des agents façonnent la relation de service en tant que « rapport social7 ». Concernant les services hôteliers, plusieurs recherches ont ainsi élargi avec profit la réflexion à l’origine et à la trajectoire sociales des agents, intégrant par exemple une réflexion sur les effets d’un rapport malheureux au monde scolaire sur la « vocation » à servir8. L’hôtellerie de luxe elle-même commence à faire l’objet de recherches sociologiques spécifiques. Sherman, en 2007, reprend le questionnement, d’abord pensé pour l’industrie, sur le consentement au travail9, mais déplace le curseur de l’exploitation au travail vers le droit [entitlement] inégal à la consommation et à la reconnaissance. Elle ausculte les jeux, comparaisons et jugements des travailleurs leur permettant de « s’en sortir » [making out], c’est-à-dire ici de compenser un rapport de classe inégalitaire avec les clients, et de le reconfigurer [recast], ce qui selon l’auteure aboutit paradoxalement à naturaliser et normaliser [normalize] cette inégalité10. Ce faisant, Sherman ne détaille pas le contenu de cette notion de « classe sociale », qui devient une sorte de boîte noire11.

  • 12 Coulangeon P., « La stratification sociale des goûts musicaux », Revue française de sociologie, vo (...)

4Pourtant, en dépassant la seule lecture interactionniste, étudier la sociogénèse de la position des interactants et explorer leurs dispositions culturelles permet de mieux comprendre ce que produit, dans le travail, une proximité spatiale assortie d’une telle distance sociale et culturelle, situation dont le concierge et ses clients sont un cas emblématique. L’approche bourdieusienne de la culture et les discussions que la théorie de la légitimité culturelle a suscitées12 deviennent donc un outil d’investigation pour la sociologie du travail.

5Lorsque la socialisation culturelle par le travail place le concierge en position de décalage compte tenu de ses origines sociales, de son habitus et de son capital culturel, quels sont les effets, dans la sphère du travail de service, de ce décalage, sur le concierge lui-même et sur son travail ? Doit-on parler de désajustement, ou ce décalage est-il au contraire un ingrédient nécessaire au consentement à un travail subalterne ? Comment s’articulent propension à s’identifier au client et nécessité de ne pas prétendre trop ostensiblement lui être égal ? Que produisent, d’une part, l’hétérogénéité sociale des clients et, d’autre part, la diversification du profil social des concierges ?

6Pour comprendre l’atypie sociologique incarnée par les concierges, il faut d’abord retracer les modalités de leur recrutement social traditionnel parmi les classes populaires, leur rapport au monde ouvrier, à l’école, et les conditions de leur entrée dans l’hôtellerie de luxe, vécue sur un mode qui les dispose peu à un regard distancié. Dès lors, leur rôle professionnel dans le monde du travail hôtelier permet voire nécessite une socialisation secondaire qui, si elle ouvre l’accès aux mêmes biens que consomment les clients, en occasionne un usage alternatif, reportant ainsi les effets de l’habitus non plus sur le choix des bien consommés, mais sur les modalités de leur consommation. C’est ainsi un rapport souvent instrumental à la culture légitime qui se dessine alors, et qui s’accorde certes aux exigences du travail de service, mais au prix d’une lutte qui se joue aussi sur le plan culturel.

  • 13 Je remercie Sébastien Chauvin pour sa relecture attentive de ce chapitre.

7Cette réflexion se base sur l’exploitation qualitative et quantitative des archives d’une association de concierges d’hôtels, l’observation participante à découvert dans plusieurs loges d’hôtels cinq étoiles français, ainsi qu’une campagne d’entretiens approfondis avec des concierges français, britanniques, américains et canadiens13.

Le recrutement traditionnel : une entrée par « la petite porte »

Un pré carré masculin

  • 14 On pourrait même dire un bastion d’hommes blancs hétérosexuels. On retrouve des deux côtés de l’At (...)

8Le profil idéal-typique des concierges d’hôtel éclaire leur rapport aux consommations de luxe : en Europe, leur recrutement social s’opère habituellement au sein des classes populaires, et concerne plutôt des hommes. En effet, le chef concierge est un cadre chef de service qui dirige voituriers et bagagistes et qui, jusqu’à la création en 1984 d’un diplôme de concierge d’hôtel en France, est passé lui-même par ces petits métiers du hall, longtemps exercés exclusivement par des hommes et constituant la principale voie d’accès à la loge. Ce segment du marché du travail hôtelier a donc longtemps constitué un bastion masculin14.

  • 15 Par ailleurs, un recrutement par relation, en assurant implicitement au chef concierge une plus gr (...)
  • 16 Pinto V., « L’emploi étudiant et les inégalités sociales dans l’enseignement supérieur », Actes de (...)
  • 17 Pour désigner les débuts dans l’hôtellerie, le langage indigène ne dit pas « mettre le doigt dans (...)
  • 18 Beaud S. et Pialoux M., Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Mo (...)
  • 19 L’habitus ouvrier du concierge se manifeste par hystérésis lorsque les savoir-faire manuels (comme (...)

9De nombreux concierges, originaires d’une famille d’ouvriers ou de petits commerçants, ont découvert l’hôtellerie de luxe et les métiers du hall à l’occasion d’un « petit boulot » d’été moins souvent trouvé par la voie habituelle (petite annonce, Pôle emploi, etc.) qu’indiqué de bouche à oreille ; soit par le père lui-même concierge, soit par un ami ou un collègue des parents. Loin d’être un recours bien connu, l’orientation vers ces petits métiers s’apparente plutôt à la découverte d’un trésor caché qui provoque le sentiment de bénéficier d’une aubaine inespérée. Cela confirme l’intériorisation de barrières psychologiques que dresse la distance sociale : peu enclins à se projeter dans un univers aussi éloigné du leur, les candidats prennent rarement l’initiative de se présenter spontanément15. Ce schéma s’apparente au « pôle d’éternisation16 » d’un job d’été des étudiants du supérieur issus des classes populaires. Mais les études étant ici souvent techniques (CAP industriel, etc.), la bifurcation vers l’hôtellerie de luxe se vit moins comme un enlisement que comme une échappatoire miraculeuse hors de la voie ouvrière des parents17. L’enchantement produit par le premier emploi dans l’hôtel de luxe est donc à relier à la crise du monde ouvrier qui disqualifie le travail du père en usine comme repoussoir social18. Ce chef concierge de 60 ans, (père ouvrier ajusteur, mère femme de ménage) l’explique bien. Orienté d’abord vers un CAP d’ajustage, avant même d’avoir jamais été employé comme ajusteur19, il devient chasseur dans un palace parisien au début des années 1980 :

« L’hôtel, c’est un autre monde. Alors entre le fait de se dire : je vais être ajusteur […] dans un petit boui-boui en banlieue, en train de faire je ne sais quelle pièce en permanence à répétition en nombre commandé, et me retrouver là à parler avec des gens illustres ou des choses comme ça… Vous avez pas le choix ! »

10Le premier contact avec l’environnement du travail hôtelier de luxe, vécu comme une « révélation », est un autre vecteur de l’enchantement, d’autant que, grâce aux pourboires, il coïncide avec une indépendance financière soudaine par rapport aux parents :

« Je me suis dit : “Super, je vais faire deux saisons et je vais pouvoir m’acheter ma Malaguti toute neuve avec 5 vitesses !” Et c’est ce que j’ai fait. Mes parents m’ont autorisé, je me suis émancipé très jeune. À mes 12 ans et demi, quand j’ai fait ma première saison avec une paye, je gagnais 3 800 francs. C’était beaucoup d’argent, 3 800 francs ! » (CC [chef concierge], 46 ans, père ouvrier, mère au foyer.)

11C’est aussi dans un rapport souvent difficile au monde scolaire qu’il faut comprendre, en creux, le rapport enchanté des concierges au monde professionnel de l’hôtellerie de luxe.

Le rapport à l’école et les « années rock’n’roll »

  • 20 Bourdieu P., La distinction, op. cit., p. 22.

12Le capital scolaire, produit cumulé des transmissions culturelles assurées par la famille et par l’école, atteste d’une disposition désintéressée à l’égard de la culture20, et nous importe dans la mesure où, comme nous le verrons, une bonne « culture générale » est réputée nécessaire à l’exercice de l’activité de concierge, et que les habitudes culturelles des clients, mais aussi l’ascension sociale liée au fait de devenir concierge d’hôtel, peuvent susciter des tentatives d’imitation de la part des concierges, pourtant en général relativement mal pourvus en capital scolaire. Le parcours scolaire des futurs concierges est souvent court (sans bac) ou malaisé (redoublements). Régulièrement défiants envers un savoir scolaire abstrait, certains concierges ont vu leurs résultats s’améliorer après réorientation vers les filières techniques ou professionnelles, où les mêmes disciplines trouvent une finalité concrète :

« À partir de la seconde [en lycée hôtelier], j’ai commencé à travailler, et aussi parce que je trouvais des matières où je réussissais bien. Dans tout ce qui était technique, par exemple la restauration, la réception, ça j’étais très bon. Les langues, j’avais beaucoup de mal en 6e, 5e, 4e, 3e, parce que j’étais pas motivé, c’est surtout ça. Et à partir de la seconde, je me suis motivé et j’ai travaillé […]. Bizarre, hein, comment on évolue ? » (CN [concierge de nuit], 29 ans, père technicien, mère cadre administratif.)

  • 21 Ceux-là sont plus enclins à concevoir leur fonction de concierge comme un passage de leur carrière (...)
  • 22 Ibid., p. 344.
  • 23 Mauger G., Les bandes, le milieu et la bohème populaire. Étude de sociologie de la déviance des je (...)

13Phénomène plus nouveau, l’orientation professionnelle vers la conciergerie est parfois l’occasion pour des jeunes issus d’un milieu social bourgeois voire grand bourgeois21, de reconvertir un habitus, une hexis corporelle, des dispositions vestimentaires ou langagières, donc des compétences culturelles de classe héritées du milieu familial22 dans une activité professionnelle de représentation et d’interaction avec les hautes classes. Mais même dans ce cas, ces jeunes ont échoué à convertir par l’école leur capital culturel en capital scolaire : le rapport à l’enseignement scolaire général reste problématique, et l’investissement scolaire est faible ou absent, au profit d’une sociabilité soit sous une forme très festive pour le pôle bourgeois (« Je me suis amusé, j’ai fait le con, j’ai pas du tout bossé ! »), soit sous la forme des « bandes23 » pour le pôle ouvrier :

« À quatorze-quinze ans, on est partis vivre en cité […]. J’étais plutôt tenté par le plaisir que par le travail, j’ai eu un passage aussi dans ma vie où j’étais un peu rock’n’roll. […] Je prenais des cuites, déjà, tatouages… Un peu loulou, quoi. Je sortais : c’était blouson noir. Voilà. J’aimais bien la bagarre. Voilà. C’était mes années rock’n’roll, oui […]. Mais voilà, mais ça forge une vie. » (CC, 46 ans, père routier, mère au foyer.)

14Dans la filière de recrutement traditionnel, les petits emplois peu qualifiés du hall, contrairement à l’école, valorisent immédiatement les jeunes candidats issus d’un milieu ouvrier ou petit commerçant :

« [Le chef concierge] m’a pris un petit peu sous son aile et m’a donné la possibilité de pouvoir m’exprimer. Peut-être parce qu’il avait senti en moi certaines capacités qu’aucun professeur bien évidemment n’avait ressenties jusque-là, puisque je me refusais à tout apprentissage quel qu’il soit. Et encore moins ceux de culture générale : celui-là je n’en voulais pas du tout. » (Idem.)

15La figure du chef concierge, qui joue un grand rôle dans la stabilisation du jeune groom, est de fait déterminante lors de son introduction dans le « monde du luxe ».

L’entrée dans le « monde du luxe »

  • 24 Par exemple le héros du roman Gribiche (Zelde J., Gribiche : roman, Paris, Balland, 1989).

16La voie de recrutement « par la petite porte » a longtemps été récurrente au point de nourrir l’intrigue de romans d’apprentissage, où l’entrée dans l’hôtel fait passer le jeune groom de l’enfance à l’âge adulte24. Le chef concierge est une figure paternaliste et charismatique (comme le dit bien l’expression indigène « un grand concierge », qui serait un oxymore pour le public profane). Il repère le « beau profil » sur le mode non explicité de l’affinité spontanée et de l’intuition. D’où les témoignages enchantés des heureux élus :

« J’ai vu [le chef concierge] se hisser face à moi, derrière sa redingote, son gilet blanc. Et je l’avais vu pendant quelques minutes parler avec des clients en anglais, en allemand, tel un véritable chef d’orchestre qui pouvait diriger ses chasseurs, ses voituriers, ses bagagistes sur un simple coup de sonnette, et également conseiller les clients. J’ai dit :’’Wow, quel monsieur !’’[…] Il a complètement illuminé ma vie. » (Idem.)

  • 25 Poupeau F. et Réau B., « L’enchantement du monde touristique », Actes de la recherche en sciences (...)
  • 26 Une grande taille est préférable (elle est indiquée sur les fiches d’adhérents de l’association pr (...)
  • 27 L’attachement affectif, paternel et bienveillant du chef concierge à son stagiaire déborde volonti (...)
  • 28 Le « capital d’autochtonie » (Retière J.-N., « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion d (...)

17La position liminaire du chef concierge dans le hall rejoue sur le plan physique son rôle social d’intronisation du jeune groom dans l’environnement symboliquement violent de l’hôtel de luxe. Quasi-père de substitution, « mentor » selon le langage indigène, il encadre (tout en concourant à le produire) le choc émotionnel de la première entrée « enchantée25 » dans l’hôtel. Au-delà d’une apparence physique adéquate26, le choix opéré par le chef concierge assure tacitement mais objectivement une correspondance que l’analyse sociologique met au jour. Il s’agit de la correspondance entre les caractéristiques sociales du « protégé27 », donc ses dispositions, et ses aspirations en termes de destin social, soit l’acceptation d’une lente ascension professionnelle où il devra tenir, de longues années dans le même établissement28, un poste statutairement inférieur aux clients. C’est cette dimension sociale du recrutement que Sherman n’a pas assez explorée :

« Je trouve que c’est moins performant, pour moi en tant que maître de stage, d’apporter quelque chose à quelqu’un qui a déjà pas mal de performance. Je préfère aller chercher un gamin qui va être plus dans la difficulté, par la timidité, par un problème de langue… Je trouve que là il y a tout un rituel. C’est-à-dire prendre le gamin… Un petit peu ce qui m’est arrivé, alors je reproduis. » (Idem.)

18Le fait de « façonner » le jeune groom consiste en un apprentissage quotidien qu’illustre la photographie ci-contre, mais compose aussi un parcours initiatique comportant des étapes rituelles : séjour de travail si possible au Savoy à Londres pour l’anglais, premiers remplacements du concierge au desk pendant ses repas, passage par un poste de concierge de nuit (court, on y fait ses armes dans la polyvalence, mais long, il devient un piège), puis la montée des nombreux échelons hiérarchiques de la loge de jour depuis assistant concierge jusqu’à chef concierge. Au cours de cette trajectoire, un processus de socialisation secondaire original attend le jeune concierge dans son rôle de prescripteur des consommations de luxe de ses clients.

« Inspection des mains par le chef concierge. » Le chef concierge joue un rôle important auprès des jeunes grooms issus des classes populaires dans leur socialisation professionnelle aux exigences du travail de service haut-de-gamme. (Marshall A. C., The Uniformed staff, Londres, Practical Press Ltd, 1950, p. 68). Droits réservés.

Le rôle déterminant de la socialisation secondaire au travail

Un rôle d’intermédiaire

  • 29 Bourdieu P., La distinction, op. cit., p. 326.

19L’ambiguïté d’un éventuel « goût de luxe29 » chez le concierge tient au fait que son accès aux biens et services haut de gamme est médiatisé par le monde du travail, de façon directe par sa fonction d’intermédiaire entre les clients de l’hôtel et les prestataires extérieurs, et de façon indirecte par le pouvoir d’achat lié aux revenus éventuellement conséquents qu’il tire de son activité (et la tentation d’imiter les clients, nous y reviendrons). Ce goût n’est donc généralement pas lié à des dispositions acquises par socialisation primaire : son habitus ne le dispose pas à ce type de consommations.

20Pour composer et entretenir un réseau commercial, le concierge déploie des dispositions proches d’un habitus de petit commerçant qui se manifeste, surtout dans les petites villes où les relations entre concierge et prestataires sont plus étroites et moins anonymes, dans une façon de se comporter et de parler aux prestataires, soit un tutoiement souvent ponctué de plaisanteries, qui contraste avec la façon de parler et de se tenir face aux clients. Il arrive que, aucun client n’étant en vue, l’utilisation corporelle du desk se modifie : le concierge, dos relâché, s’y accoude plus volontiers. Subitement, l’imposant meuble de marbre ou de chêne à dorures n’évoque plus un prestigieux bureau d’accueil mais un comptoir de petit commerce et manifeste la position intermédiaire du concierge, point de jonction entre deux univers sociaux, capable d’exécuter, non sans virtuosité, un va-et-vient entre l’honorabilité sérieuse du majordome et la gouaille débonnaire du petit commerçant de quartier.

  • 30 Le montant des commissions est tabou parce qu’il pourrait alimenter le stéréotype d’une corruption (...)

21En tant que prescripteurs, les concierges orientent les clients vers les prestataires de service qu’ils connaissent et qu’ils ont décidé de faire travailler moyennant éventuellement une commission (dans ce cas, un pourcentage du montant réglé par le client est reversé par le prestataire au concierge30). Le concierge est certes dépendant de certains prestataires en situation de monopole et doit par exemple éviter d’annuler au dernier moment une réservation dans un restaurant étoilé sous peine de perdre un précieux passe-droit. Mais avec les autres prestataires, il peut à tout moment choisir de cesser la collaboration. Il est par ailleurs en position d’être invité par les prestataires à tester personnellement leurs services.

Hétéronomie des expériences personnelles de consommation

22La consommation des produits et services de luxe trouve une justification professionnelle avec l’idée qu’il est nécessaire d’avoir testé soi-même le produit ou le service car seule une expérience émotionnelle personnelle garantirait un conseil plus convaincant pour les clients :

« On est invités à venir au restaurant, toujours à la meilleure table, on est invités dans les soirées, on est sur le tapis rouge, on passe devant tout le monde, parce que les gens nous invitent justement parce qu’ils veulent qu’on fasse l’expérience de ce que notre client va voir. C’est important qu’on la fasse cette expérience-là, parce que c’est important qu’on soit au même niveau que mon client qui est devant moi, qui est milliardaire. Moi je dois comprendre ce qu’il veut, et je dois comprendre quelle expérience il recherche. » (CC, 38 ans, père ouvrier, mère au foyer.)

  • 31 Hochschild A. R., The Managed heart. Commercialization of human feeling, Berkeley, University of C (...)
  • 32 La violence du changement d’habitudes alimentaires nécessite une réelle discipline, un entretien p (...)

23On voit bien comment ces consommations, en mettant le concierge « à la place du client », donc en simulant l’égalité, risquent d’être problématiques pour le client lui-même ; il faudra y revenir. Notons d’abord que ces consommations, en mettant en jeu les émotions du concierge, risquent de les instrumentaliser au bénéfice de l’entreprise qui les emploie31. Parfois de façon désagréable ; tel concierge se fera violence pour tester les sports extrêmes pratiqués par ses clients : « J’ai déjà fait de l’hélicoptère, je vais refaire, pour pouvoir en parler au mieux, quoi, tout simplement […]. Je prends sur moi, mais bon, je pense que c’est comme ça qu’on arrive aussi à progresser. » (CC, 46 ans, père ouvrier, mère au foyer.) Parfois de façon plus épicurienne ; les concierges avouent souvent s’être découvert une passion pour la cuisine gastronomique par leur activité professionnelle32. Il ne s’agit pas de présenter le travail du concierge comme un sacerdoce mais de pointer le fait que ces consommations, même source de plaisir, restent réglées par un principe d’hétéronomie et une finalité instrumentale, qui prennent fin brutalement lors du départ à la retraite, et qui, pendant la vie active, s’étendent à l’usage du temps libre : « Je suis concierge 24 heures sur 24, parce que quand je vais faire une balade en forêt, j’essaye de voir le parcours qui pourrait plaire à un de mes clients […]. Je me positionne en tant que client. » (Idem.) Appréhendée avec des dispositions désajustées, cette consommation hétéronome des mêmes produits que les clients peut alors impliquer des modalités d’usage alternatives.

« Une vie de champagne avec un salaire de bière » : distinction et réappropriation

« On vit la vie de champagne sur un salaire de bière. On est connectés à tout ce qui est luxe, tout ce qui est plus grand […], on est invités aux premières de musées, de restaurants, de boîtes de nuit, de festivals, on est connectés avec tout ça, on vit ça avec des gens qui sont millionnaires, milliardaires, aisés, sur des bateaux, au festival de Cannes, le tapis rouge… On a la chance de vivre ça par l’entremise de notre hôtel. Mais on n’a pas le salaire qui va avec. » (CC, 38 ans, père ouvrier, mère au foyer.)

  • 33 C’est ce que Bourdieu appelle l’« effet Don Quichotte », « discordance entre les conditions d’acqu (...)

24« Une vie de champagne avec un salaire de bière » : cette formulation indigène, si elle décrit efficacement le grand écart entre les origines populaires du concierge et les consommations luxueuses auxquelles il a accès, manque pourtant l’essentiel. Non pas seulement parce que le « salaire de bière » minimise certainement ses revenus : au salaire, il faut ajouter pourboires, commissions éventuelles et dons en nature, et l’ascension sociale parfois fulgurante du chef concierge d’un hôtel très haut de gamme dans une grande ville qui accède à un niveau de vie élevé (résidence secondaire, belles voitures, voyages, etc.) Mais surtout parce que, plus que le capital économique, ce sont les capitaux culturel et scolaire qui font défaut au concierge. La prégnance d’un habitus de classe populaire fait que le « goût populaire » ne se manifeste plus par la nature des biens consommés mais par des modalités alternatives de consommer les mêmes produits33, en ne valorisant pas les mêmes qualités en eux : les biens culturels (œuvres d’art, aliments, objets, voyages, etc.) font ainsi l’objet d’une réappropriation.

25L’observation participante amène le chercheur lui-même, pour peu qu’il soit placé face à des produits dont il n’a jamais vraiment appris l’usage, à participer lui aussi à cette réappropriation ou à se reconnaître dans ces usages. Au restaurant, par exemple, il arrive que le homard servi soit apprécié pour son poids, et mangé avec les mains, avec beaucoup de sauce. Certains restaurants parisiens à la mode sont parfois loués comme temples de la cuisine « ancienne mais modernisée », où on se félicite du fait que « vous demandez du foie gras en entrée, et ils vous apportent le lobe entier ». Aux côtés de la qualité, la quantité est aussi valorisée : les plats comme les côtes de bœuf entières grillées peuvent être appréciés. Autre signe de la valorisation de la substance aux côtés de la forme, les menus des repas de gala de l’amicale sont compilés dans les archives, et rappelés dans les bulletins de l’association. Le cigare qui termine volontiers le repas est parfois coupé avec un emporte-pièce (plus simple d’usage qu’une guillotine car sans risque d’endommager la cape du cigare) attaché au porte-clefs.

  • 34 Ibid., p. 31.

26Analyser les différences d’origine sociale permet d’isoler les effets d’un volume différentiel de capital culturel sur le mode de consommation du luxe auquel leur activité professionnelle ouvre un même accès à tous les concierges. Chez les moins dotés en capital culturel, ayant accédé à la fonction très jeunes et « sur le tas », on peut parfois trouver les traits de ce que Bourdieu appelait le « goût des parvenus » et qu’il décrivait comme l’« exhibitionnisme naïf de la “consommation ostentatoire” qui recherche la distinction dans l’étalage primaire d’un luxe mal maîtrisé34 ». Les concierges des nouvelles générations, en moyenne plus diplômés et mieux dotés en capital culturel, raillent parfois les voitures de sport de luxe, les Rolex, et les chevalières, autant de goûts qu’ils prêtent aux « poules de luxe » de « la vieille école » représentant « la conciergerie de papa ». Ils peuvent aussi revendiquer une consommation distanciée et maîtrisée. Par exemple, une concierge trentenaire (parents professions intellectuelles supérieures), qui se définit comme une « dingue de chaussures », me montre sa collection entretenue avec soin (elle fait changer chez un cordonnier Louboutin la semelle de ses escarpins qui sont placés dans des boîtes avec du papier de soie). La façon dont elle décrit sa consommation (« Je me suis complètement lâchée ! ») ne rend pas totalement compte des modalités d’un choix qui cherchera aussi bien dans le haut de gamme (Karine Arabian) que dans le bon marché (André) les chaussures qui lui plaisent.

27Le rapport du concierge à la culture légitime est donc instrumental mais vise aussi à parfaire son ascension sociale. Quels en sont les effets sur son travail en lui-même ?

Culture légitime et place au travail

Un rapport à la culture distant du modèle bourgeois

28Pour pouvoir renseigner leurs clients sur leurs demandes potentielles, le concierge se tient au courant de toutes les nouveautés par divers moyens : télévision, magazines, guides, publicités, etc. L’acquisition de cette « culture générale » hétéroclite est marquée par la nécessité professionnelle : volontariste, instrumentale, laborieuse et hétéronome, elle se situe donc a priori aux antipodes de l’idéal gratuit, libre et désintéressé du rapport bourgeois à la culture :

« On se voit offrir beaucoup d’occasions d’aller voir des spectacles. Alors je me suis dit bon, il est maintenant temps d’en faire usage, et j’ai essayé d’aller au théâtre autant de fois que possible […]. Je cherche quelque chose qui me divertit [that keeps me entertained]. Il y a longtemps, je trouvais le théâtre ennuyeux. Quand j’allais au théâtre, je m’endormais, point final. Maintenant, je vais au théâtre avec l’esprit ouvert, et je regarde les bons côtés du spectacle. Et je me dis : “Bon, est-ce que c’est facile à comprendre ? Oui, c’était très facile à comprendre.” Je regarde la qualité du jeu, parce que dans certaines pièces, le jeu n’est pas mauvais, mais ça pourrait être mieux, on va dire […]. Tu regardes le théâtre lui-même : certains théâtres sont très vieux, certains sont très bien conservés, d’autres sont un peu délabrés. Et puis tu regardes le confort des sièges : tu sais, tu vas devoir y rester assis pendant peut-être trois heures ! […] Donc il s’agit de rassembler ces expériences, de s’en souvenir, puis de relayer cette information quand tu es face au client […]. J’aime bien les comédies musicales. Je veux dire, il y a beaucoup de spectacles avec la musique de divers groupes pop […]. C’est sympa et ça me parle facilement. [They’re nice and easy to relate to.] » (Ma traduction, CC, Londres, 53 ans, père inspecteur en assurance, mère secrétaire.)

  • 35 Ibid., p. 33.

29L’ajustement aux besoins du service au client remodèle le vécu de l’expérience culturelle, et s’accorde avec une lecture des œuvres d’art non pas bourgeoise mais populaire, qui met par exemple sur le même plan considérations pratiques et esthétiques et déploie une « esthétique populaire » affirmant « la continuité entre l’art et la vie35 ».

30Du reste, les conditions matérielles d’acquisition des compétences culturelles des concierges empêchent souvent un rapport libre à la culture. À la fatigue physique après de très longues journées de travail stressantes, debout, il faut ajouter le fait que les pics de demandes des clients à la loge ont lieu au moment où des sorties culturelles seraient possibles (en soirée ou lors des événements comme les festivals, les ventes aux enchères, les foires d’art, etc.). Autant d’entraves concrètes à un rapport à la culture qui serait distinctif parce que distant, détendu et désinvolte. Pourtant, les consommations culturelles, en tant que témoins d’un style de vie privilégié, peuvent exercer sur les concierges une attirance qui, au-delà des nécessités professionnelles, vise à parfaire leur ascension sociale par un apprentissage souvent autodidacte.

Autodidaxie illégitime et culture libre

31On retrouve régulièrement chez certains concierges un désir confus d’améliorer leur culture générale, désir cette fois détaché des exigences professionnelles, se manifestant après l’entrée dans le métier, et dont les motifs restent obscurs d’abord pour les enquêtés eux-mêmes :

« Pourquoi je fais ça [lire des “classiques”] ? Tu vas me dire que c’est très loin du travail, je suis d’accord… C’est vrai, même moi, là, du coup, je me pose la question. Je me suis pris de passion il y a quelques années de ça, je me suis dit il faut quand même que je me mette un peu à lire, et puis en fait j’aime bien, mais je prends pas des livres énormes. Le genre de livres que je lisais avant : Le seigneur des anneaux, Harry Potter… Aujourd’hui je ne pourrais plus lire Harry Potter, mais à une époque j’ai beaucoup aimé […]. Je me suis dit, un jour faudrait quand même que je lise des classiques. » (CN, 29 ans, père technicien, mère cadre administratif.)

32Une défense symbolique semi-consciente de l’intégrité statutaire semble alors provoquée par la confrontation quotidienne avec des clients physiquement proches mais socialement et culturellement très éloignés. Cette lutte peut provoquer des revirements de goûts culturels, désaveux tardifs reniant les goûts antérieurs :

« Au bout d’un moment tu cherches à évoluer […]. Peut-être que j’ai eu beaucoup de mal avant, mais tu te dis que petit à petit, tu peux acquérir des connaissances que les autres ont eues avant toi […]. Avant j’aimais bien Johnny, maintenant je ne peux plus écouter, je ne supporte plus. » (Idem.)

33Cherchant à déplacer leur propre positionnement de classe, les concierges les moins dotés en capital culturel peuvent adopter une stratégie d’autodidaxie qui, avec une bonne volonté culturelle propre aux trajectoires sociales ascendantes, cherche à combler des lacunes en usant d’expédients comme « Les plus grands chefs-d’œuvre de Mozart » ou des compilations des opéras « connus dans le monde entier ». L’évaluation très personnelle des œuvres (« L’illusion comique, c’est franchement nul ! » « Voltaire, c’est très très très bien. Par contre je ne supporte pas Rousseau ») se base sur l’émotion procurée et rejette la froideur du mode savant, érudit ou scolaire.

  • 36 Bourdieu P. et Passeron J.-C., Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Les éditions de (...)

34À l’inverse, le rapport à la culture des quelques concierges issus de la bourgeoisie révèle, malgré un parcours scolaire médiocre, toute la puissance de la familiarisation précoce avec les biens culturels « légitimes ». Cette familiarisation permet un apprentissage libre sous forme de « butinage » éclairé, de « jeu sérieux36 » et de proximité avec les spécialistes :

« Je lis un peu de tout […]. En fait, je m’intéresse pas particulièrement à des sujets, disons que c’est en fonction des rencontres que je peux faire avec des gens […]. C’est comme ça que tu te fais ta culture […]. Je parle avec la mère d’une amie qui est une grande psychologue pour enfants à Paris. À un moment, je sais pas, je m’intéressais à la construction du passage de l’adolescent à l’âge adulte, la construction de soi, en fait. Et donc, du coup, je m’intéressais à la programmation neurolinguistique. » (Concierge, 25 ans, père banquier, mère cadre d’entreprise.)

35Cet enquêté issu d’une famille aristocrate exprime d’ailleurs le fossé culturel qu’il a d’abord perçu avec ses collègues issus des classes populaires :

« Au final, me retrouver avec des mecs qui sont même pas capables de me citer le nom de trois gares parisiennes, quoi […] ! Et donc du coup, au début, un peu le choc […] ! Les gars, je me demandais ce qu’ils foutaient là et pourquoi ils veulent aller bosser au George V, pourquoi ils veulent aller bosser au Plaza, alors que ça va être tellement difficile pour eux d’apprendre juste à parler français, à faire une phrase sans dire “wesh” pour faire la ponctuation. Au final, ces mecs-là, je les vois, à chaque fois que je rentre à Paris, je les vois, on fait la fête ensemble. Ils sont juste, mais juste incroyables, et j’ai trouvé mes vrais amis. »

36Les inégalités culturelles entre concierges et clients sont-elles si incompatibles avec l’exercice de cette activité professionnelle ?

Dispositions culturelles, efficacité du service et lutte statutaire

37Inclure dans l’analyse les impératifs de distinction des clients qui séjournent à l’hôtel permet de rendre compte des raisons implicites qui poussent de façon apparemment paradoxale le sens commun des concierges à condamner sur le registre du professionnalisme non seulement des dispositions culturelles trop populaires, mais aussi l’imitation du goût de luxe des clients. Le positionnement idéal semble se situer dans un subtil entre-deux pour « tenir son rang » dans un double sens : détenir une culture satisfaisante eu égard au prestige symbolique de l’hôtel comme espace social de distinction, mais ne pas concurrencer les clients en tentant de se rapprocher d’eux :

« Les concierges de la vieille école, parfois ils ont une petite tendance à se prendre pour leurs clients […]. Enfin, je sais pas si c’est un complexe par rapport au client. Après, ça c’est une règle d’or en hôtellerie, il faut jamais paraître plus riche que ton client. Enfin je sais pas comment t’expliquer : tu portes pas une Rolex quand tu travailles dans l’hôtellerie […]. Je pense que c’est une petite faute… pas de goût, mais de professionnalisme. Pas de signes ostentatoires de quoi que ce soit. Enfin, à la rigueur, t’es pas là pour être toi, quoi… […] C’est pas que t’effaces complètement ta personnalité et tu recommences, mais l’important c’est le client. Donc […] pas porter de signe distinctif de richesse quelconque. Ça empêche pas les trois quarts des chefs concierges masculins d’avoir des pompes qui viennent de chez John Lobb ou de je sais pas quoi, hein ! Je sais pas, mais je pense que de toute façon, les concierges, globalement, ont un peu plus des goûts de luxe que les autres. » (Concierge, 30 ans, parents professions intellectuelles supérieures.)

  • 37 Sherman R., op. cit., p. 184-222.

38On peut alors enrichir l’analyse de la lutte statutaire qu’évoque Sherman. Au-delà des stratégies de résistance37 pour garder une intégrité statutaire face au client discourtois (feindre l’impossibilité de lui réserver une table, lui adresser un sarcasme in absentia, etc.), la lutte se joue aussi sur le plan culturel. Le positionnement dominé ou non du concierge se définit aussi par les caractéristiques des clients eux-mêmes. Car si le concierge participe du dispositif de distinction des hôtels (pour être labellisé palace, l’hôtel doit disposer d’un service de conciergerie) et des clients (savoir se faire servir par un concierge, donc savoir le solliciter et lui verser des pourboires, fait partie de la panoplie distinctive des hautes classes), en retour, le capital symbolique du client rejaillit sur le concierge.

39Tout d’abord, les clients parvenus (les « nouveaux riches », certains étrangers, la clientèle des séminaires d’entreprises ou bénéficiant d’offres promotionnelles) peuvent être perçus par les concierges comme une menace pour le prestige de leur hôtel (par leur manque de « classe »), voire pour leurs revenus (s’ils ne savent pas donner de pourboire). Mais le (très discret) mépris qu’ils suscitent parfois chez eux a peut-être à voir avec une distance sociale cette fois trop faible pour que les servir soit complètement légitime. Face à cette clientèle démunie en capital culturel, le concierge est investi du rôle valorisant d’adjuvant dans l’effort de distinction (toujours vaine en tant qu’effort) du client, leur prescrivant les aspects incontournables d’un séjour distinctif à l’hôtel. Par exemple, les nouveaux milliardaires russes, sans le concierge, seraient perdus et désœuvrés. Ici, l’enjeu ne porte pas sur la légitimité du contenu de la consommation :

« Parfois ils savent pas du tout, et ils ont intérêt à nous faire entièrement confiance […]. Les étrangers, en fait ils se foutent un peu de l’opéra, de la pièce, de l’œuvre. C’est plus pour dire : “Bon, ben ‘ être allé à l’opéra de Paris’ : check !”, voilà quoi. Donc parfois tu leur annonces un truc, genre un opéra d’un sombre inconnu post-moderne apocalyptique, et ils font : “OK, écoute vas-y !” Et après il y en a qui ont de la chance, qui tombent pendant Rigoletto. Je dis pas que les autres sont moins bien, mais c’est vrai que c’est un peu plus universel, quoi, c’est plus facile d’accès. » (Idem.)

40En revanche, face aux clients bien pourvus en capital culturel, et donc parfaitement autonomes dans leurs choix de consommation, le concierge règle plutôt les seuls aspects logistiques (trouver le billet, réserver la voiture, etc.) La lutte se joue différemment, certains concierges s’enorgueillissant d’encanailler un client grand bourgeois en l’ouvrant à des consommations populaires :

« J’étais plus amené à manger une cuisine de terroir, cuisine grand-mère, et j’ai fait découvrir des tas de choses à des clients, justement cette cuisine grand-mère dans laquelle j’ai été élevé. Et je peux t’assurer que j’ai des tas de clients qui aujourd’hui me disent que s’ils ne m’avaient pas connu, ils n’auraient pas eu la chance de connaître ça. Tu vois, comme quoi l’échange… […] Aller faire manger des cuisses de grenouilles à quelqu’un qui est… coincé du cul, je trouve ça extraordinaire, parce que les cuisses de grenouille, il peut pas les manger avec une cuillère et une fourchette, et c’est ça qui est génial. Et que la personne revienne et te dise : “C’était génial votre truc, là… C’était parfait !” Bien sûr : t’en as eu plein les doigts […] ! J’ai envoyé un ministre manger dans une cidrerie […]. Un bon boudin-purée par exemple, ou une bonne cidrerie, ce genre de choses. » (CC, 46 ans, père ouvrier, mère au foyer.)

  • 38 Peterson R. A., « Understanding audience segmentation. From elite and mass to omnivore and univore (...)
  • 39 Coulangeon P., art. cit., p. 28.
  • 40 Sans compter que si cette consommation résulte, comme dans l’exemple, d’un cadeau du client, l’ext (...)

41Pourtant, cette lutte reste inégale si l’on tient compte du fait que le comportement « omnivore38 », plutôt que d’invalider le modèle de la légitimité culturelle, lui ajoute une dimension supplémentaire39 : l’éclectisme culturel, plutôt caractéristique des classes supérieures, leur assure aussi un profit de distinction. Alors que les clients peuvent apprécier une excursion dans la culture populaire, certains concierges qui sont amenés à goûter au luxe de leurs clients ne parviennent peut-être pas à en jouir avec la même assurance40 :

« Le petit paysan que j’étais, je ne savais pas qu’un jour je foulerais des tapis épais, que je voyagerais en première classe, qu’on m’attendrait, qu’on me gâterait, de tout, hélicoptère, etc. […] Ben quelque fois, quand il y a tant de trucs, je me dis : “Je ne sais pas si j’apprécie à leur juste valeur”, vous savez, quand il y a trop. Vous savez, [un client] me fait un cadeau fastueux, il m’est arrivé d’être au St. Francis, à San Francisco, avec deux suites immenses, qui étaient dix fois cet appartement […]. J’ai le cœur plein de reconnaissance, […] je le reçois comme un cadeau, mais après ça, je me dis : “Est-ce que tu es capable d’apprécier toujours tout ce que l’on te donne ?” […] J’avais peur de me perdre, vous comprenez ? J’avais peur de me perdre. » (CC, 69 ans, père inconnu, mère au foyer.)

Conclusion

  • 41 Bourdieu P., « La double vérité du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, no 114, (...)

42Là où l’on ne l’attendait peut-être pas, la théorie de la culture de Bourdieu éclaire la sociologie du travail en montrant comment les conditions de recrutement des travailleurs, leurs dispositions culturelles et leur rapport à la culture légitime permettent de mieux comprendre les conditions de possibilité de leur consentement au travail et de leur adhésion à l’illusio qui régit leur groupe professionnel. D’ailleurs, dans le cas des concierges d’hôtels, on pourrait aussi montrer comment, en creux, lorsque ces voies traditionnelles de recrutement social se modifient, par exemple quand la création d’une formation professionnelle de concierge attire des candidats mieux dotés en capital scolaire, c’est précisément cette concordance entre recrutement et adhésion à l’illusio, ou entre les attentes liées au poste et les dispositions de ceux qui les occupent, qui est progressivement remise en cause. La prise en compte du rapport à la culture légitime au travail occasionne ainsi le repérage d’une des dimensions que peut prendre la « vérité subjective du travail », ce profit « irréductible au simple revenu en argent41 ».

Bibliographie

Bibliographie

Beaud S. et Pialoux M., Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, Fayard, 2004 [1999].

Bourdieu P., La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

Bourdieu P., « La double vérité du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, no 114, 1996, p. 89-90.

Bourdieu P. et Passeron J.-C., Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Les éditions de Minuit, 1964.

Burawoy M., Manufacturing consent. Changes in the labor process under monopoly capitalism, Chicago, University of Chicago Press, 1979.

Cartier M., « Perspectives sociologiques sur le travail dans les services : les apports de Hughes, Becker et Gold », Le Mouvement social, no 2, 2005, p. 37-49.

Chauncey G., Gay New York, 1890-1940, Paris, Fayard, 2003.

Coulangeon P., « La stratification sociale des goûts musicaux », Revue française de sociologie, vol. 4, no 1, 2003, p. 3-33.

Dubois V., La vie au guichet. Relation administrative et traitement de la misère, Paris, Economica, 1999.

Goffman E., Les rites d’interaction, Paris, Les Éditions de Minuit, 1974.

Hochschild A. R., The Managed heart. Commercialization of human feeling, Berkeley, University of California Press, 1983.

Jeantet A., « à votre service ! La relation de service comme rapport social », Sociologie du travail, vol. 45, no 2, 2003, p. 191-209.

Marshall A. C., The Uniformed staff, Londres, Practical Press Ltd, 1950.

Mauger G., Les bandes, le milieu et la bohème populaire. Étude de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires (1975-2005), Paris, Belin, 2006.

Monchatre S., « L’insertion dans l’hôtellerie-restauration : entre vocations et transitions », in Cadet J.-P., Diederichs-diop L. et Dupray A. (dir.), Douze ans de vie active et quelles carrières ? Approche compréhensive des parcours professionnels dans quatre familles d’emploi, Céreq, Relief, no 21, 2007, p. 11-85.

Monchatre S., Êtes-vous qualifié pour servir ?, Paris, La Dispute, 2010.

Peterson R. A., « Understanding audience segmentation. From elite and mass to omnivore and univore », Poetics, no 21, 1992, p. 243-258.

Pinna G., Les rapports sociaux de service dans l’hôtellerie haut de gamme. Tensions entre mise en scène de l’accueil et pratiques de travail, thèse de doctorat de sociologie, Paris 8/EHESS, 26 septembre 2011.

Pinto V., « L’emploi étudiant et les inégalités sociales dans l’enseignement supérieur », Actes de la recherche en sciences sociales, no 183, 2010, p. 58-71.

Poupeau F. et Réau B., « L’enchantement du monde touristique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 170, 2007, p. 4-13.

Retière J.-N., « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, vol. 16, no 63, 2003, p. 121-143.

Sherman R., Class acts. Service and inequality in luxury hotels, Berkeley, University of California Press, 2007.

Sorignet P.-E., Danser. Enquête dans les coulisses d’une vocation, Paris, La Découverte, 2010.

Weber F., Le travail à-côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, INRA/éditions de l’EHESS, 1989.

Zelde J., Gribiche : roman, Paris, Balland, 1989.

Notes

1 « Lords of the lobby », Business Traveller, 1er juin 2003.

2 En France parfois 3, mais surtout 4 ou 5 étoiles.

3 Traditionnellement, le groom est chargé de porter messages et colis en chambre et le chasseur effectue toutes les courses en dehors de l’hôtel.

4 Bourdieu P., La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

5 Goffman E., Les rites d’interaction, Paris, Les Éditions de Minuit, 1974.

6 Cartier M., « Perspectives sociologiques sur le travail dans les services : les apports de Hughes, Becker et Gold », Le Mouvement social, no 2, 2005, p. 44 ; Dubois V., La vie au guichet. Relation administrative et traitement de la misère, Paris, Economica, 1999, p. 13.

7 Jeantet A., « à votre service ! La relation de service comme rapport social », Sociologie du travail, vol. 45, no 2, 2003, p. 203.

8 Monchatre S., « L’insertion dans l’hôtellerie-restauration : entre vocations et transitions », in Cadet J.-P., Diederichs-diop L. et Dupray A. (dir.), Douze ans de vie active et quelles carrières ? Approche compréhensive des parcours professionnels dans quatre familles d’emploi, Céreq, Relief, no 21, 2007, p. 11 et 20-23 ; Monchatre S., Êtes-vous qualifié pour servir ?, Paris, La Dispute, 2010, p. 24-29.

9 Burawoy M., Manufacturing consent. Changes in the labor process under monopoly capitalism, Chicago, University of Chicago Press, 1979.

10 Pour les expressions entre crochets : Sherman R., Class acts. Service and inequality in luxury hotels, Berkeley, University of California Press, 2007, p. 16, 154, 259 et 260.

11 Sur un terrain français, G. Pinna reconnaît l’importance de la prise en compte de la variable classe sociale, mais s’intéresse plutôt à montrer en quoi les choix des hôtels de luxe dans la gestion du personnel et dans les procédés de travail modèlent en profondeur l’interaction entre clients et salariés dans la relation de service (Pinna G., Les rapports sociaux de service dans l’hôtellerie haut de gamme. Tensions entre mise en scène de l’accueil et pratiques de travail, thèse de doctorat de sociologie, Paris 8/EHESS, 26 septembre 2011, p. 53).

12 Coulangeon P., « La stratification sociale des goûts musicaux », Revue française de sociologie, vol. 4, no 1, 2003, p. 3-33.

13 Je remercie Sébastien Chauvin pour sa relecture attentive de ce chapitre.

14 On pourrait même dire un bastion d’hommes blancs hétérosexuels. On retrouve des deux côtés de l’Atlantique une division racialisée du travail : contrairement aux travailleurs de back-office, les concierges sont majoritairement blancs ou issus de l’immigration asiatique (Sherman R., op. cit., p. 50). Mais dans les conciergeries nord-américaines, déconnectées des services de voituriers et de bagagistes, les femmes n’ont pas besoin de passer par ces postes masculins, et sont donc beaucoup plus nombreuses (les États-Unis comptent 60 % de femmes contre 11 % en France ; chiffres d’associations professionnelles). De même, à propos de l’orientation sexuelle, alors que l’hôtellerie est un des milieux professionnels réputés accueillants pour les hommes gais (Chauncey G., Gay New York, 1890-1940, Paris, Fayard, 2003, p. 343 et suiv. ; Sorignet P.-E., Danser. Enquête dans les coulisses d’une vocation, Paris, La Découverte, 2010), dans les loges européennes, contrairement aux États-Unis, les homosexuels semblent avoir été longtemps beaucoup moins nombreux ou, du moins, plus invisibles, et une forte valorisation de la virilité à la loge (perceptible notamment dans l’humour) y avait longtemps découragé l’expression d’une identité homosexuelle. Une explication possible est l’idée que l’opposition entre masculin et féminin est une forme de l’opposition entre classes dominantes et classes populaires (Bourdieu P., La distinction, op. cit., p. 445), autrement dit, que surjouer la virilité, c’est lutter contre la menace que représenterait, pour la masculinité, un travail de service (suspect d’être servile), dans un environnement perçu comme raffiné et délicat, et où l’apparence et la performance de la déférence comptent beaucoup (autant de caractéristiques socialement classées du côté féminin) : « Mon père ne voulait pas que je devienne concierge d’hôtel, il ne voulait pas que je serve les gens parce que pour lui c’était… comment dire… c’était un sous-métier, de servir les autres. Ouais, c’était servile, quoi. » (CC, 46 ans, père routier, mère au foyer.)

15 Par ailleurs, un recrutement par relation, en assurant implicitement au chef concierge une plus grande proximité sociale avec les candidats, augmente les chances de succès de son choix affinitaire (cf. infra).

16 Pinto V., « L’emploi étudiant et les inégalités sociales dans l’enseignement supérieur », Actes de la recherche en sciences sociales, no 183, 2010, p. 65.

17 Pour désigner les débuts dans l’hôtellerie, le langage indigène ne dit pas « mettre le doigt dans l’engrenage » (qui ferait référence au monde de l’usine) mais « mettre le pied à l’étrier » (qui fait référence au monde de l’équitation). Ce changement de destinée sociale peut alors être perçu comme une trahison par le père (cf. supra).

18 Beaud S. et Pialoux M., Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, Fayard, 2004 [1999], p. 267.

19 L’habitus ouvrier du concierge se manifeste par hystérésis lorsque les savoir-faire manuels (comme la mécanique) sont réinvestis sous forme de bricolage, « travail à-côté » qui vient compenser un travail trop oppressant à l’hôtel (Weber F., Le travail à-côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, INRA/éditions de l’EHESS, 1989).

20 Bourdieu P., La distinction, op. cit., p. 22.

21 Ceux-là sont plus enclins à concevoir leur fonction de concierge comme un passage de leur carrière, qu’ils destinent par exemple plutôt aux fonctions de direction hôtelière.

22 Ibid., p. 344.

23 Mauger G., Les bandes, le milieu et la bohème populaire. Étude de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires (1975-2005), Paris, Belin, 2006.

24 Par exemple le héros du roman Gribiche (Zelde J., Gribiche : roman, Paris, Balland, 1989).

25 Poupeau F. et Réau B., « L’enchantement du monde touristique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 170, 2007, p. 4-13.

26 Une grande taille est préférable (elle est indiquée sur les fiches d’adhérents de l’association professionnelle, sous la photo) et il faut surtout « présenter bien » et soigner son « grooming » dès le premier entretien : être souriant, coiffé, rasé de près, avoir coupé ses poils de nez et nettoyé ses ongles, ne pas avoir de tatouage visible, porter chemise repassée, chaussures cirées et cravate, etc. La conversion aux exigences de cette activité professionnelle procède aussi d’une dimension somatique, que le chercheur en observation participante expérimente dans son propre corps.

27 L’attachement affectif, paternel et bienveillant du chef concierge à son stagiaire déborde volontiers le strict domaine professionnel : « Je lui ai dit [à un stagiaire homosexuel] : “Je pense que vous avez besoin de prendre un coup de pied au cul, mais vous avez surtout besoin d’une chose : émancipez-vous ! Vous, je pense que vous vivez une sexualité un peu différente […]. N’ayez pas peur de votre père, votre père il va rien vous faire.” » (Idem.)

28 Le « capital d’autochtonie » (Retière J.-N., « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, vol. 16, no 63, 2003, p. 121-143) qui fait le bon concierge ne s’acquiert qu’au prix d’une carrière entière passée dans la même ville voire le même hôtel, projection dans l’avenir qui ne va pas toujours de soi en fonction de l’origine sociale (cf. supra). L’appariement fonctionne moins quand l’origine sociale moins modeste de certains candidats conditionne un rapport distancié à leur travail, et non plus le rapport enchanté qui permettrait au chef concierge de les « façonner ».

29 Bourdieu P., La distinction, op. cit., p. 326.

30 Le montant des commissions est tabou parce qu’il pourrait alimenter le stéréotype d’une corruption du concierge qui biaiserait ses recommandations et celui d’une dissimulation aux autorités fiscales. Il est donc rarement abordé en entretien et reste difficile à évaluer précisément.

31 Hochschild A. R., The Managed heart. Commercialization of human feeling, Berkeley, University of California Press, 1983.

32 La violence du changement d’habitudes alimentaires nécessite une réelle discipline, un entretien physique, voire les services d’un diététicien : « Notre profession est pleine de pièges : nous sommes toujours invités à des dîners, toujours en train d’ouvrir le champagne ou de se faire mettre un verre d’alcool sous le nez, donc le concierge qui abuse de tout ça ne s’en sort pas aussi bien que celui qui s’astreint à une certaine discipline. » (Ma traduction, CC, New York, 49 ans, père entrepreneur, mère sans profession.)

33 C’est ce que Bourdieu appelle l’« effet Don Quichotte », « discordance entre les conditions d’acquisition et les conditions d’utilisation, […] lorsque les pratiques qu’engendre l’habitus apparaissent comme mal adaptées, parce qu’elles sont ajustées à un état ancien des conditions objectives » (Bourdieu P., La distinction, op. cit., p. 122).

34 Ibid., p. 31.

35 Ibid., p. 33.

36 Bourdieu P. et Passeron J.-C., Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Les éditions de Minuit, 1964, p. 45-79.

37 Sherman R., op. cit., p. 184-222.

38 Peterson R. A., « Understanding audience segmentation. From elite and mass to omnivore and univore », Poetics, no 21, 1992, p. 243-258.

39 Coulangeon P., art. cit., p. 28.

40 Sans compter que si cette consommation résulte, comme dans l’exemple, d’un cadeau du client, l’extinction trop brutale de la dette du client habitué (dette que le dévouement de long terme du concierge a fait naître et que les pourboires détruisent déjà en partie) et la difficulté du contre-don sont propres à accentuer le malaise.

41 Bourdieu P., « La double vérité du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, no 114, 1996, p. 89-90.

Auteur

Doctorant en sociologie à la Maison des sciences de l’homme-École des hautes études en sciences sociales (MSH-EHESS), membre du Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search