Version classiqueVersion mobile

Bourdieu et le travail

 | 
Maxime Quijoux

Quatrième partie. Habitus professionnel et division sociale : le travail entre reproduction et socialisation

Bibliothécaire, un « métier modeste » dans une institution marginalisée

Cécile Rabot

Texte intégral

1Les bibliothécaires sont et se vivent comme une profession méconnue et mal reconnue, à la fois des acteurs du champ littéraire, voire du champ politique, des non-usagers des bibliothèques, mais aussi de leurs usagers. Mais la manière même dont ils conçoivent leur rôle et investissent leur activité participe à entretenir cet imaginaire social et à produire une forme d’invisibilité.

  • 1 Bourdieu P., La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.
  • 2 Emmanuel Wallon parle de « censure par la moyenne ». Voir Wallon E., « La censure par la moyenne » (...)

2Les concepts d’habitus et de champ, qui sont au fondement de la sociologie bourdieusienne, permettent de décrire et de comprendre la manière dont les bibliothécaires conçoivent et vivent leur travail. Au-delà des différences dans l’appropriation du rôle, qui tiennent notamment aux ressources propres, il est en effet possible d’identifier un ensemble relativement partagé de manières d’être et de voir, qu’on peut appeler un « habitus de bibliothécaire ». Cet habitus professionnel est caractérisé par un certain nombre de valeurs, qui évoquent ce que Bourdieu appelle dans La distinction1 l’habitus « petit-bourgeois », notamment le travail, l’ordre, la bonne volonté culturelle, la discrétion, la modestie, ce qui se traduit dans l’exercice quotidien du métier par une hésitation à prendre parti pour conseiller un lecteur, à mettre en avant ses propres goûts, mais aussi par une volonté d’éviter « l’élitisme » autant que l’illégitime et par une tendance à resserrer les choix sur des valeurs moyennes2.

3Cet habitus résulte de dispositions préalables (conduisant à choisir cette profession et à y être reçu), dans lesquelles l’origine sociale mais aussi le genre (les bibliothécaires sont surtout des femmes moins habituées à se mettre en avant) jouent vraisemblablement un rôle important. Il est aussi le fruit d’une organisation du travail, d’un statut et d’un processus de socialisation professionnelle, par lequel chacun est invité à intégrer des normes et à se conformer à un modèle. La manière dont les bibliothécaires construisent leur identité professionnelle est enfin fondamentalement liée à la position des bibliothécaires et des bibliothèques dans un triple espace – le champ littéraire, le champ éducatif, le champ culturel – qui les dépasse et à chaque fois semble les placer en marge, ou en tout cas dans une position dominée, qui a pour effet la méconnaissance et l’absence de reconnaissance de la profession et du travail réalisé.

4L’analyse repose sur une enquête qualitative menée de 2005 à 2010 dans les bibliothèques de la ville de Paris, qui, au-delà de leurs spécificités structurelles, constituent un observatoire de tendances plus générales. Cette enquête avait pour objet le travail de sélection mené par les bibliothécaires pour la constitution et la mise en valeur des collections, travail de sélection qui constitue une partie gratifiante de l’activité professionnelle, mais aussi un travail de l’ombre dont les logiques échappent largement aux usagers. L’enquête a confronté les discours à l’observation des pratiques de travail et à l’analyse des choix opérés : une vingtaine d’entretiens non directifs avec des bibliothécaires de différents grades occupant des positions institutionnelles variées ont permis d’accéder au sens donné à leurs pratiques par les acteurs ; des observations de réunions et de séances d’analyse de livres ont donné à voir concrètement les modalités de la sélection et de la prise de décision ; enfin, des analyses de catalogues et de sélections bibliographiques ont permis de mesurer la présence réelle de tel ou tel genre, éditeur, auteur ou de telle ou telle catégorie comme celle de best-sellers ou de premiers romans.

  • 3 Les bibliothécaires des sections jeunesse ont un autre rapport avec les usagers et une autre postu (...)

5Il s’agissait ainsi de saisir une identité professionnelle non pas tant à travers l’analyse de représentations et de discours qu’à travers une pratique de travail. Au-delà des divergences qui apparaissent au sein du groupe, il est possible d’identifier un habitus de bibliothécaire relativement partagé dans les sections adultes3 et qui joue comme une norme. Il sera donc question d’abord de le caractériser puis de tenter de saisir ce qui le produit, à savoir, d’une part, le recrutement, la socialisation professionnelle et l’organisation du travail elle-même et, d’autre part, la position de la profession au croisement mais aussi en marge de trois champs différents.

« Un métier modeste » : un habitus petit-bourgeois ?

  • 4 Voir Muel-dreyfus F., Le métier d’éducateur : les instituteurs de 1900 ; les éducateurs spécialisé (...)
  • 5 Bourdieu P., La distinction, op. cit., p. 372-373.

6La manière dont les bibliothécaires habitent leur rôle4 correspond à ce que Pierre Bourdieu décrit comme l’habitus de la petite-bourgeoisie marqué par la modestie et la discrétion, mais aussi par la bonne volonté culturelle et le respect du savoir, et par le goût de l’ordre5.

Une hexis de réserve

7Physiquement, dans leur manière de s’habiller, de parler, de se déplacer, les bibliothécaires des sections adultes sont majoritairement caractérisés par une forme de discrétion. Cette attitude est en partie liée aux contraintes de l’institution : la bibliothèque est traditionnellement conçue comme un lieu d’étude, donc de concentration et de silence, dans lequel tout ce qui pourrait attirer l’attention est banni. La norme est ici tout particulièrement incorporée, comme dans cet exemple donné par une responsable d’établissement :

« J’ai une collègue très bien, qui refuse de parler au micro – on a une sono – pour dire : “La bibliothèque va fermer dans un quart d’heure !” [Elle rit.] Et par ailleurs, elle est très bien, ce n’est pas du tout, là non plus, la fille complètement fermée, elle est très bien avec le public et tout. C’est vous dire ! En quoi elle s’expose à dire : “La bibliothèque va fermer dans un quart d’heure” ? Je pense qu’il y a beaucoup de professions où ils ne seraient pas confrontés à ce genre de situation. » (Extrait d’entretien, 28 mai 2008.)

8Cette hexis construit une relative invisibilité des bibliothécaires, qui ne sont souvent identifiables comme tels que par leur position (assis derrière la banque de prêt ou de renseignements) ou leur tâche (dans les rayonnages en train de ranger des livres).

9L’observation et les entretiens font apparaître un malaise dans la relation de conseil, du moins de la part de bibliothécaires qui ne se sentent pas légitimes à conseiller (soit qu’ils considèrent que ce n’est pas leur rôle, soit qu’ils estiment ne pas connaître assez bien le domaine). Cette réticence est liée à la crainte de se trouver confronté à un domaine mal connu, d’être mis en défaut ou de donner un conseil insatisfaisant. Une bibliothécaire, responsable de section adulte, avoue avoir personnellement la littérature en horreur et craindre par-dessus tout qu’un usager lui pose une question sur ce domaine. Cette crainte l’amène à vivre chaque rencontre comme une situation d’examen, au point qu’elle avoue fuir l’usager et préférer s’occuper des livres et des présentoirs.

« Au niveau littérature, je pense que de toute façon déjà quand ils me demandent [quelque chose], je ne réponds pas bien. Je ne suis pas obligée d’être agressive, mais en général s’ils me demandent des policiers, je peux leur dire : “Écoutez, moi, je n’en lis jamais.” Je leur dis, hein : “Moi je n’en lis jamais.” […] Déjà je les décourage comme ça, je pense, sans faire forcément exprès, mais quand même je les décourage. Et puis, s’ils me demandent des romans et que, à chaque fois que je leur sors [quelque chose], ça ne leur correspond pas, à mon avis, ils comprennent vite, hein, que ce n’est pas la peine, quoi. » (Extrait d’entretien, 12 avril 2005.)

10Cette posture de réserve trouve son corollaire dans une organisation du travail qui privilégie la suggestion, via des dispositifs comme les présentoirs, plutôt que la relation individuelle de conseil. Une conservatrice résume cette posture :

« Nous on est là pour présenter aux gens des écrits de qualité, qu’ils connaissent ou qu’ils ne connaissent pas parce que personne n’en a parlé, dans la presse ou ailleurs, et on est là pour leur montrer ça, on met tout ça à leur disposition et après ils se débrouillent. On ne va pas dire : “Faites ci, faites ça”, en tout cas à Paris, parce que, plus on est dans les grosses bibliothèques, moins le lecteur, de toute façon, va vous demander conseil. Et la plupart de mes collègues et moi-même on est très contents parce qu’on n’aime pas donner des conseils parce que c’est très personnel et qu’un bouquin que vous avez beaucoup aimé, l’autre il ne va peut-être pas aimer. Et puis c’est un peu rentrer dans sa vie, tout ça. Bon. Donc beaucoup de collègues très modestes disent : “Non, non, on a fait notre boulot, on a acheté ce qu’on pensait devoir être acheté, on le met sur des tables, sur des rayons, vous vous débrouillez.” » (Extrait d’entretien, 28 mai 2008.)

11Les bibliothécaires manifestent de manière générale des réticences à exprimer publiquement un point de vue personnel, qu’ils jugent illégitime. Cette posture se justifie par un principe de neutralité : comme agents du service public, ils ont à mettre en œuvre les politiques définies par la collectivité dont ils dépendent sans que leur propre avis ait à interférer. Mais ce principe est intégré de manière particulièrement large, y compris dans le travail critique où il est pourtant plus difficile à tenir. On le voit par exemple dans les critiques écrites sur une sélection de premiers romans : toute trace de dissonance ou de subjectivité y est gommée, au profit d’une présentation lissée écrite au nom « des bibliothécaires de la ville de Paris ». Cette posture de réserve est aussi liée à un sentiment d’illégitimité à exprimer un jugement critique.

« On est une profession modeste, qui n’arrive pas à se mettre en avant, qui part de l’idée que ce n’est pas à nous de décider pour les autres : c’est aux gens de faire leur choix, nous notre boulot c’est de présenter ce qu’on a jugé bien, voilà sur l’Égypte, voilà tous les bouquins qu’on a trouvés bien pour vous, depuis trente ans, qu’on a gardés pour vous à la bibliothèque, voilà on a tout ça. Maintenant ne me demandez pas mon avis, ce n’est pas mon boulot, c’est vous qui êtes grands ! Voilà. C’est une profession extrêmement modeste […]. Une profession extrêmement modeste, je ne trouve pas d’autre mot. On ne se met pas en avant : nous on n’est rien ; c’est ce qu’on sait qui est intéressant, ce n’est pas ce qu’on est. Quant à me demander mon avis, euh… Peut-être modeste parce que justement on voit qu’il y a tous les avis du monde sur un bouquin, donc le mien… pff… qu’est-ce que je vais dire ?

Et je pense que si un jour, les journalistes pensent à nous, il y aura beaucoup de refus. Beaucoup de bibliothécaires diront : « Ah non non non, moi je n’ai rien à vous dire… » [Elle rit.] Je pense. » (Extrait d’entretien, 28 mai 2008.)

12Une des traductions concrètes de cette posture est l’absence, sur les tables et présentoirs de la grande majorité des bibliothèques, de notices écrites qui mettraient en avant un ou deux points forts des livres présentés, comme on en trouve dans un certain nombre de librairies. C’est la même logique qui conduit des comités d’analyse de la production éditoriale à se montrer hésitants à l’idée de rendre publiques les critiques qu’ils établissent sur les livres analysés. Cette hésitation s’explique par le sentiment que leur critique n’est pas au niveau, notamment parce que l’organisation du travail pousse à analyser les livres rapidement, à écrire vite, à ne pas pouvoir aller au fond des choses. Il n’en reste pas moins qu’elle est significative d’une plus large posture de réserve.

Rester à sa place

  • 6 Voir Rabot C., « Les “Coups de cœur” d’une bibliothèque de lecture publique : valeurs et enjeux pr (...)

13Dans leur travail critique, les bibliothécaires refusent d’adopter une position de surplomb, qui serait celle d’un prescripteur ou d’un expert, et préfèrent se mettre en scène comme des lecteurs parmi d’autres. L’intitulé « Coups de cœur » qui accompagne certains présentoirs et fascicules postule ainsi un bibliothécaire lisant avec sa subjectivité et présentant sa sélection personnelle sur le mode « nous avons aimé, vous aimerez peut-être aussi », dans une fiction d’horizontalité6. C’est entre autres cette posture de lecteurs parmi d’autres qui conduit à écarter l’écriture de notices critiques.

« Mettre des petits mots sur les bouquins, c’est devenu très à la mode chez les libraires mais les bibliothécaires ne le font pas. Toujours dans cette idée que ce n’est pas à nous d’influencer les gens. On vous en met un maximum. Pouh ! [Elle fait le geste de s’enfuir.] Vous vous débrouillez là-dessus ! Les bibliothécaires n’aiment pas se mettre en avant, n’aiment pas émettre un avis personnel, sans doute justement parce qu’il faut qu’on sorte de nos goûts personnels. » (Extrait d’entretien, 28 mai 2008.)

14Dans le cadre de l’opération « Premiers romans » des bibliothèques de la ville de Paris, les bibliothécaires endossent bien un rôle de critique : ils lisent l’ensemble de la production de premiers romans, en font une sélection et rédigent des critiques mais n’assument pas pour autant une position d’experts. Une bibliothécaire participant à l’analyse nie ainsi lire en professionnelle préoccupée du lectorat potentiel : « Non, je pense que je suis comme une lectrice ordinaire, une parmi les autres. » L’utilisation des pronoms « nous » et « on » pour évoquer le lecteur dans les critiques est significative de l’indistinction ainsi construite entre bibliothécaires et usagers.

  • 7 Chartier R. et Bourdieu P., « La lecture : une pratique culturelle », in Pratiques de la lecture, (...)

15Rester à sa place, c’est aussi ne pas se prendre pour un auteur mais respecter la division du travail entre auctores et lectores7. Même les bibliothécaires qui ont des aspirations à l’écriture n’osent guère prétendre au statut d’auteur. Telle bibliothécaire qui aimerait écrire s’en empêche en estimant qu’elle n’a rien d’intéressant à dire et que prétendre à une vocation « serait prétentieux » de sa part :

« Moi, je ne dis pas que je n’écrirais pas, j’ai déjà écrit des petits textes, mais je ne sais pas… parce que je vois l’éphémère, enfin tout ce qui est éphémère dans la littérature. D’un certain côté, ça m’intéresserait de faire ça, d’écrire quelque chose, mais d’un autre côté je ne vois pas vraiment à quoi ça me servirait, à part à me soulager de quelque chose ou à laisser un témoignage précis sur un moment de ma vie. Puis, je vais vous dire quelque chose, quand j’étais en classe en troisième, j’avais un professeur de français qui était extraordinaire – j’étais au lycée Montaigne à côté – et il nous a dit une chose – pourtant ça fait longtemps, hein, c’était avant 68 – qui m’a complètement marquée pour toute ma vie. Il a dit : “C’est très facile d’écrire sa vie, le plus difficile c’est d’intéresser les autres.” Eh bien là, quand je lis le premier roman, je me dis ce n’est pas si facile d’écrire sa vie, ça n’intéresse pas toujours les autres. Je pense que je n’ai pas en moi quelque chose qui fait que ce soit aussi important à partager avec d’autres. Mais j’aimerais l’écriture, la façon de rédiger, de travailler les mots, de faire des sortes de phrases qui sont joliment posées, qui sont présentées, qui sont agréables à entendre. Mais ça ne serait que du toc ! [Elle rit.] […] Ça serait prétentieux de ma part actuellement de dire : “Je dois écrire.” » (Extrait d’entretien, 8 avril 2008.)

  • 8 Voir Heinich N., « Façons d’“être” écrivain : l’identité professionnelle en régime de singularité  (...)

16Tel autre bibliothécaire a publié six livres chez de petits éditeurs, mais se refuse à se dire « écrivain8 » : « Je n’ose même pas dire que je suis un auteur, je suis quelqu’un qui a eu la chance de publier à compte d’éditeur, ce qui est déjà bien. » (Extrait d’entretien, 29 avril 2008.)

17Rester à sa place, c’est enfin ne pas s’aventurer dans des domaines spécialisés qu’on ne connaît pas bien et qu’il vaut mieux laisser aux experts et aux universitaires. D’où des choix d’acquisitions qui écartent au nom de son élitisme tout un pan de la production éditoriale, par exemple des manuels de premier cycle universitaire pourtant susceptibles de donner accès au savoir au plus grand nombre. Dans le cas de la littérature, c’est une grande partie des écritures d’avant-garde qui est perçue avec une certaine méfiance, mais aussi les textes issus des territoires périphériques de la République mondiale des lettres et possiblement trop déroutants ou, peut-être, incarnant une forme de distinction qui peut paraître pédante. Le secrétaire du comité d’analyse des romans dans les bibliothèques de la ville de Paris, qui incarne le pôle le plus littéraire de la lecture publique parisienne, dénonce ce jugement d’élitisme qui l’emporte dans les réunions d’élaboration de propositions d’acquisitions :

« Et même pour certains éditeurs pourtant très connus mais qui sont vus comme entre guillemets très littéraires comme Maurice Nadeau par exemple, on voit parfois des réticences. Parfois même ils [les représentants d’établissements réunis] refusent de voter. Ils disent : “Ah oui, Maurice Nadeau, c’est bien, mais bon c’est… c’est… trop littéraire.” Voilà.
Trop élitiste ?
— Trop élitiste. Voilà. Pour le petit cénacle littéraire qui se fait plaisir et qui s’entrelit, qui s’entrédite. [Il rit.] Il y a des a priori comme ça. »
(Extrait d’entretien, 15 avril 2008.)

Souci de bonne tenue

18Dans le même temps, un principe de qualité préside à la constitution des collections. C’est un des principaux critères qui permet de faire le tri dans la production éditoriale, en dehors des livres et auteurs déjà admis comme des références. Une conservatrice fait de cet objectif de qualité un des traits définitoires de la profession :

« Les bibliothécaires en France, depuis toujours, ont un objectif de qualité. C’est : on va présenter des livres de qualité. Je vous dis ça parce que dans les pays anglo-saxons, on est plus pragmatique : les gens veulent ça, eh bien on va leur acheter ça. Ils ne se posent pas tant de questions, alors qu’on est dans les pays latins où la culture, l’érudition, c’est encore quelque chose, alors les bibliothèques, elles ne veulent pas se commettre à entrer dans le goût dit vulgaire : nous on est là pour l’édification… Il ne faut pas oublier que les premières bibliothèques populaires, c’était pour que les ouvriers aient des bonnes lectures et ne soient pas entraînés dans les cafés avec l’absinthe. C’est ça, hein, les premières bibliothèques de Paris : l’édification du bon citoyen, les bonnes lectures et tout… Alors après, ça n’a pas été du tout sur l’aspect moral […] mais c’est sur l’aspect qualitatif : nous on est là pour présenter aux gens des écrits de qualité. » (Extrait d’entretien, 28 mai 2008.)

  • 9 Bourdieu P., La distinction, op. cit.

19En fait de qualité, il s’agit notamment de reconnaître la hiérarchie des légitimités et de manifester une « bonne volonté culturelle9 » qui conduit à l’exclusion du moins légitime de ses propres pratiques et des fonds de la bibliothèque. Ainsi une responsable de section adulte appréciant à titre personnel des sagas sentimentales anglo-saxonnes (ce qu’elle ne dit qu’au terme d’une heure d’entretien après avoir précédemment éludé la question) ne les sélectionne pas comme « Coups de cœur » :

« Justement je vais me censurer. Moi j’aime bien parce que c’est agréable à lire comme ça, mais je veux dire, je ne vais pas les mettre, parce que c’est pareil, je trouve que… j’ai un peu honte, peut-être quelque part. » (Extrait d’entretien, 12 avril 2005.)

20Dans le même ordre d’idées, une conservatrice, responsable de bibliothèque, évoque les vives réactions de rejet suscitées par l’idée de faire figurer sur des listes de propositions d’acquisitions un roman des éditions Harlequin :

« Ça a été le branle-bas de combat dans Landerneau parce qu’il y avait un livre de chez Harlequin ! Je crois que c’était un Martha Grimes qu’on prend d’habitude, mais là c’était un Harlequin ! Alors, lever de boucliers : [Elle prend un ton hargneux.] On ne va pas faire passer un Harlequin sur liste ! » (Extrait d’entretien, 29 juillet 2010.)

21Ce souci de bonne tenue prend par ailleurs la forme d’un attachement à l’ordre. De fait, l’ordre est une condition pour que les collections puissent être utilisées. Pour l’assurer, il s’agit d’inventorier, d’indexer, mais aussi de classer et de ranger chaque document à une place précise définie par sa cote. Condition de l’accessibilité, le travail de rangement est d’autant plus essentiel qu’un livre mal rangé est un livre perdu. C’est aussi un travail toujours à recommencer par le fait que chaque usage vient défaire l’ordre établi. Les usagers, dans cette perspective, représentent une menace pour cet ordre qu’ils sont susceptibles de déranger.

22L’ordre, c’est non seulement le résultat du classement et du rangement, mais aussi le respect de règles de bon usage. Comme toute institution, la bibliothèque est régie par des règles destinées à permettre l’usage collectif du lieu et des fonds. Ces règles concernent les modalités de l’emprunt (nombre de documents, durée, renouvellement) mais aussi l’usage du lieu : elles prennent alors essentiellement la forme d’interdits destinés à protéger les autres usagers (ne pas parler fort, ne pas courir) ou les fonds (ne pas salir, ne pas manger). Les bibliothécaires sont les garants de cet ordre, ceux qui, par conséquent, rappellent à l’ordre, notamment tous ceux qui tenteraient d’introduire dans l’institution des pratiques contraires aux normes établies (par exemple les groupes d’adolescents qui investissent le lieu comme espace de sociabilité sans utiliser les fonds).

23Au total, les bibliothécaires des sections adultes adoptent majoritairement dans leur travail une posture imprégnée de modestie en même temps que d’un souci de sérieux et de bonne tenue. On retrouve d’ailleurs des traces de cette modestie dans une tendance de la profession à s’autodisqualifier, par exemple en mobilisant une vision enchantée des bibliothèques anglo-saxonnes pour souligner le travail qui reste à faire pour la lecture publique française.

Des dispositions construites

24L’ethos des bibliothécaires et leur hexis résultent de dispositions préalables à l’entrée dans la profession, mais aussi d’une socialisation professionnelle qui les renforce.

Des dispositions préalables

25L’absence de données systématiques sur les propriétés sociales des bibliothécaires depuis la thèse de Bernadette Seibel au milieu des années 1980 conduit à esquisser ici des pistes qui demanderaient à être confirmées.

  • 10 Voir Seibel B., Au nom du livre : analyse sociale d’une profession : les bibliothécaires, Paris, L (...)
  • 11 Bourdieu P., « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 62, 1986, (...)
  • 12 Gautier-Gentès J.-L. et Pallier D., Recrutement et formation des personnels d’État de catégorie A, (...)

26L’origine sociale est un des premiers éléments de compréhension des dispositions mises en œuvre par les bibliothécaires dans l’exercice de leur activité professionnelle. Ces dispositions s’ancrent dans un certain rapport à la culture et plus particulièrement à la lecture, qui conduit à privilégier le culturel sur l’économique et à mettre en avant les choses de l’esprit plus que le souci du corps, et qui est transmis dans le cadre de la famille (les bibliothécaires sont majoritairement issus des classes moyennes10 ou de classes populaires considérant la culture comme un moyen d’ascension sociale). Les trajectoires de bibliothécaires, au moins dans leur reconstruction a posteriori11 tendent de fait à faire apparaître un contact précoce avec la lecture et un investissement dans la culture qui aboutit à la reconnaissance de ses hiérarchies et a permis l’acquisition d’un certain capital culturel, plutôt littéraire que scientifique12.

  • 13 Cacouault-Bitaud M., « Professeur du secondaire : une profession féminine ? Éléments pour une appr (...)
  • 14 Daubin-Guimbert C., Enquête démographique sur les personnels des bibliothèques, Paris, ministère d (...)
  • 15 À cet égard, les résultats d’une enquête de de la commission « Women’s Issues » de l’International (...)

27Le genre constitue une propriété sociale au moins aussi importante que l’origine sociale pour comprendre la manière dont les bibliothécaires vivent leur travail. Les bibliothécaires constituent en effet une profession extrêmement féminisée, au point que l’imaginaire social se représente plus volontiers aujourd’hui une bibliothécaire qu’un bibliothécaire (le processus de féminisation constaté peut être rapproché de celui des enseignantes du secondaire13). La féminisation est plus marquée en lecture publique et tout particulièrement en jeunesse14, c’est-à-dire d’autant plus que le travail est assimilé à un travail social d’accompagnement des usagers et en particulier des jeunes15.

28L’effet du genre n’est pas facile à mesurer, mais on peut faire l’hypothèse selon laquelle, conjugué à l’origine sociale, il redouble une tendance à se satisfaire d’une position modeste et à limiter ses ambitions personnelles. On peut comprendre ainsi par exemple que des étudiantes de master Métiers du livre envisagent le concours de bibliothécaire plutôt que celui de conservateur. Cette limitation des ambitions peut prendre la forme d’un renoncement associé à la maternité dans une perspective de sécurisation du parcours professionnel, comme c’est le cas dans le parcours décrit par une bibliothécaire rencontrée :

« J’ai fait des études littéraires, je suis allée au lycée Fénelon, je suis allée en khâgne, je voulais enseigner la littérature française. Le hasard de la vie a fait que bon, ça ne s’est pas fait.
Donc vous avez passé le concours ?
— J’ai raté le concours, voilà. Et après, bon après, j’ai passé un concours dans les bibliothèques, j’ai réussi et puis après donc je me suis mariée, j’ai eu des enfants. » (Extrait d’entretien, 8 avril 2008.)

  • 16 La maquette des enseignements proposés aujourd’hui à l’ENSSIB pour former les conservateurs inclut (...)

29À ces dispositions à la modestie construites préalablement à l’entrée dans la profession s’ajoute une formation professionnelle restreinte (18 mois pour les conservateurs, 6 mois pour les bibliothécaires d’État et quelques jours pour les grades inférieurs) : surtout technique, elle forme à la gestion plus qu’au conseil et à l’animation16 et donne peu d’éléments en termes de connaissance des publics et de contenus, d’où un sentiment fréquent de n’être pas préparés à affronter certaines demandes ou même à cerner une demande et de mal connaître certains domaines. Insuffisante, la formation ne suffit pas à assurer dans le rôle.

Des dispositions produites par les conditions de travail

30L’organisation du travail participe à renforcer les dispositions préalables. La posture « modeste » et peu assurée tient en effet en partie à la difficulté à maîtriser des fonds d’une ampleur considérable et une production éditoriale abondante. Cette difficulté est renforcée par une vision humaniste du métier selon laquelle un bibliothécaire devrait maîtriser l’ensemble des collections. Si cet objectif est en soi une gageure, il l’est d’autant plus en lecture publique dans la mesure où les collections sont supposées couvrir l’ensemble des domaines de la connaissance. Une division du travail en domaines de spécialité n’en a pas pour autant été mise en place partout : chaque bibliothécaire est encore censé pouvoir renseigner un usager sur n’importe quelle partie des collections quand il assure le « service public », ce qui implique idéalement de connaître l’ensemble des fonds et de prendre connaissance de l’ensemble des nouvelles acquisitions, voire des nouvelles publications – tâche par son ampleur à peu près impossible à tenir, dont la conséquence est un sentiment de mal connaître, et donc de ne pas être apte/légitime à conseiller.

31L’impossibilité de connaître les fonds et les nouvelles productions éditoriales est d’autant plus grande que l’organisation du travail des bibliothécaires ne prévoit, sauf exception, aucun temps pour cette appréhension de l’offre. Le service est en effet divisé entre des tâches techniques, de saisie, de catalogage, de rangement, de gestion, qui constituent le « service interne » et des tâches de « service public » qui confrontent aux usagers. À de rares exceptions près, la lecture ou l’analyse des documents ne fait pas partie du travail pris en compte. Tout au plus une appréhension partielle est-elle possible à l’occasion des tâches techniques, qui permettent de voir passer les livres, de les avoir en main, de les visualiser, de les situer. Mais une analyse plus approfondie n’est pas prévue dans le temps du travail. Même les bibliothécaires parisiens qui participent à un comité d’analyse ne bénéficient à cet effet que de deux demi-journées de décharge par mois, lors desquelles ils sont censés examiner l’ensemble des nouvelles publications dans leur domaine de spécialité (ce qui dans le cas de la littérature générale laisse une dizaine de minutes par ouvrage).

32Or les bibliothécaires plus à l’aise dans la relation de conseil sont souvent ceux qui sont capables de parler de livres qu’ils ont lus, donc qui trouvent le moyen de lire en dehors de leur temps de travail – paradoxe d’un métier qu’on ne semble pouvoir faire bien qu’à condition de le nourrir d’un travail à côté, d’autant mieux consenti qu’il constitue la part du travail la plus valorisée et la plus valorisante, mais qui exige de transformer le temps privé en temps professionnel et d’avoir les moyens pour cela (notamment de ne pas avoir à côté un second métier fait de tâches familiales et ménagères).

  • 17 Hughes E. C., Le regard sociologique : essais choisis, Paris, éditions de l’EHESS, 1996.
  • 18 Voir Lipsky M., Street-Level Bureaucracy : Dilemmas of the Individual in Public Service, New York, (...)

33L’organisation du travail renforce par ailleurs la tendance à considérer le travail au contact du public comme, si ce n’est un « sale boulot17 », du moins un travail moins gratifiant. Dans les bibliothèques observées, le « service public » occupe en effet une part du service d’autant plus importante que la personne a un grade inférieur. Cette répartition, symptomatique d’une hiérarchie des tâches, a pour effet d’exposer les moins armés aux demandes diverses du public18. En l’occurrence, ce sont les moins dotés en capital culturel (en tout cas en capital culturel certifié par des diplômes) qui ont le plus affaire aux usagers et qui, par conséquent, ont le plus de probabilités de se trouver pris de court devant des demandes imprécises ou vagues, participant ainsi à créer une image du métier plus ou moins dévalorisée.

Des dispositions favorisées par le groupe et le statut

  • 19 Evetts J., « The Sociology of Professional Groups : New Questions and Different Explanations », Kn (...)

34Cet habitus professionnel est aussi entretenu par le groupe. L’hésitation à prendre parti et à exprimer un point de vue critique est en effet à relier à une norme professionnelle qui invite à la neutralité et à l’objectivité et qu’on peut qualifier de professionnalisme from within19 : il s’agit d’une norme professionnelle intégrée par la profession et rappelée par ceux qui y occupent des positions dominantes. Cette norme de neutralité a à voir avec le modèle de la bureaucratie webérienne et de la rationalité légale : tout ce qui relève de la subjectivité est à bannir. Des consignes adressées aux comités parisiens d’analyse de la production éditoriale par la bibliothécaire qui coordonne leur travail leur demandent ainsi de se garder de tout jugement au nom du fait que « le moi est haïssable ». Cette injonction est pensée comme la nécessité de juger en fonction de l’intérêt général et non dans les seules limites de ce à quoi l’on est sensible personnellement. Mais elle est vécue comme une contradiction dans la mesure où le travail critique peut difficilement se défaire des schèmes de perception que chacun s’est construits en fonction de sa propre trajectoire. Il apparaît aussi que les critiques les plus efficaces, c’est-à-dire celles qui parviennent à persuader les pairs ou les usagers de l’intérêt d’un livre, sont celles qui reposent sur un engagement personnel et une prise de position explicite et non sur une seule description factuelle. En tout cas, l’injonction à la mise à l’écart de la subjectivité renforce vraisemblablement la posture de réserve qui caractérise déjà l’ethos professionnel.

35L’organisation bureaucratique du travail a aussi pour effet d’encourager assez peu les initiatives personnelles. La structure hiérarchique est particulièrement marquée en bibliothèque. Si les réunions d’équipe rassemblent l’ensemble des personnels, toutes catégories confondues, autour de l’analyse des derniers Livres Hebdo, l’observation révèle que les prises de parole y sont extrêmement hiérarchisées : le responsable mène la réunion, échange avec les plus gradés et prend les décisions, tandis que les personnels de catégorie inférieure ne prennent pas la parole. C’est aussi le chef d’établissement qui organise le travail et définit les services de chacun, mais aussi qui contrôle tout et doit donner son aval pour toute décision, mais aussi en référer à sa tutelle.

Une position dominée dans un triple espace

  • 20 Bourdieu P., « Effet de champ et effet de corps », Actes de la recherche en sciences sociales, no (...)

36La posture des bibliothécaires ne relève pas seulement d’un « effet de corps » mais aussi d’un « effet de champ20 ». Elle est à mettre en relation avec la position occupée par la profession à l’intersection de trois champs : le champ littéraire, l’espace des politiques culturelles et ce qu’on peut appeler le champ éducatif ou le champ de la transmission du savoir. La spécificité des bibliothécaires est d’occuper dans chacun de ces trois espaces une position dominée, peu reconnue des autres acteurs.

Dans le champ littéraire

  • 21 Luneau M.-P. et Vincent J. (dir.), La fabrication de l’auteur, Québec, Éditions Nota Bene, 2010.
  • 22 Viala A., « Qu’est-ce qu’un classique ? », Littératures classiques, no 19, 1997, p. 13-31.
  • 23 Rabot C., « Le rapport des bibliothécaires de lecture publique aux auteurs », Sociologie, no 4, 20 (...)

37Dans le champ littéraire, les bibliothécaires participent au processus de construction des valeurs par le fait d’opérer une sélection et de rendre visibles certains livres, auteurs et éditeurs plutôt que d’autres. Ils interviennent à différents niveaux du processus de « fabrication de l’auteur21 », du repérage des primo-romanciers à la perpétuation des classiques22, en passant par l’inscription dans la durée d’ouvrages et d’auteurs ayant connu une première reconnaissance critique et publique23.

38Mais ce travail n’est pas reconnu de la part des autres acteurs du champ littéraire. Cette absence de reconnaissance se donne notamment à voir à travers deux indices : l’absence des bibliothécaires dans les discours des autres acteurs et la difficulté pour les bibliothèques d’obtenir des envois de livres de la part des services de presse des éditeurs. Une responsable de bibliothèque analyse le premier phénomène :

« On a vu apparaître ce phénomène d’interroger des libraires, ça ne fait pas si longtemps, à la radio ou à la télé : l’avis du libraire. Alors c’étaient quelques librairies très médiatiques, dont celui de Vincennes qui faisait ses petits mots, ça s’est su… Donc très bien, hein, très bien. Donc voilà enfin qu’on ne se contentait pas seulement des critiques littéraires. Et donc tout d’un coup, on demande l’avis aux libraires, donc déjà ça allait mieux, mais j’attends le jour où on demandera l’avis à un bibliothécaire ! » (Extrait d’entretien, 28 mai 2008.)

39La difficulté à obtenir des envois des éditeurs comme les journalistes apparaît régulièrement dans les témoignages des bibliothécaires. C’est d’ailleurs une des raisons qui a conduit à mettre en place dans les bibliothèques de la ville de Paris un système d’offices (i. e. de livres prêtés par un libraire grossiste) pour suppléer l’envoi de services de presse. La bibliothécaire responsable de la sélection des imprimés, à l’origine de la mise en place du système des offices, confirme ce désintérêt des grands éditeurs :

« On est sollicité par des petits éditeurs qui débutent ou bien des éditeurs moyens qui pensent qu’ils ne sont pas connus, donc qui ont besoin d’une promotion particulière. Les grands éditeurs, en adultes, ils ne nous sollicitent pas du tout, ils n’en ont rien à faire. Enfin, je pense. » (Extrait d’entretien, 28 juillet 2007.)

40Cette absence de considération de la part des grands éditeurs (en dehors de genres spécifiques comme le roman policier, la fantasy ou la bande dessinée) est en tout cas significative de la position dominée occupée par les bibliothécaires dans le champ littéraire. Cette position dominée se trouve en quelque sorte redoublée dans le champ éducatif.

Dans le champ éducatif

  • 24 Villate P. et Vosgin J.-P., Le rôle social des bibliothèques dans la ville, Pessac, Presses univer (...)

41La lecture publique a été fondée dans la perspective de donner accès au savoir au plus grand nombre. Les bibliothèques partagent avec l’école une mission de démocratisation de la culture, qui leur confère un rôle social24 mais aussi une place dans ce que l’on peut appeler le champ éducatif. Bibliothèque et école s’inscrivent ainsi dans une relation de complémentarité, qui se traduit par des collaborations, mais aussi par une division du travail fondée sur la construction par la bibliothèque d’un modèle de lecture anti-scolaire (lecture plaisir cursive et libre par opposition à des analyses fastidieuses et contraintes d’extraits difficiles). L’opposition est renforcée par les rapports que certains bibliothécaires entretiennent avec le monde scolaire ou avec une profession d’enseignant qu’ils ont cherché à éviter.

42Mais dans ce champ dont l’enjeu est constitué par la diffusion du savoir, la bibliothèque occupe une position périphérique par rapport à l’école : l’école, par son caractère obligatoire, est bien sûr l’instance centrale des politiques d’éducation, par rapport à laquelle les bibliothèques sont vues comme secondes voire secondaires, source de documentation complémentaire ou moyen d’accès à une offre de lecture loisir. Deux conservatrices responsables d’établissements témoignent ainsi du manque de reconnaissance qu’elles éprouvent de la part de certains enseignants :

« J’ai reçu des enseignantes qui étaient tout à fait charmantes, mais il y en a [elle siffle] ouh la la c’était dur, hein !
— Il y en a qui nous considèrent comme des prestataires et qui nous traitent mal, quoi ! » (Extrait d’entretien, 29 juillet 2010.)

43Cette représentation, largement partagée, qui place l’école au centre et la bibliothèque dans une lointaine périphérie, ne tient guère compte du rôle des bibliothèques comme complément de l’école pour les jeunes et les adultes, qu’il s’agisse de suppléer une bibliothèque familiale absente, de se constituer un capital culturel autodidacte ou d’utiliser les ressources de l’institution dans des stratégies d’autoformation – autant de pratiques bien réelles mais mal connues et souvent oubliées. Le paradoxe est que cette position secondaire ou périphérique de la bibliothèque se retrouve jusque dans l’espace des politiques culturelles.

Dans le champ culturel

  • 25 Dubois V., Le politique, l’artiste et le gestionnaire : (re) configurations locales et (dé) politi (...)
  • 26 Maresca B., Evans C. et Gaudet F., Les bibliothèques municipales en France après le tournant Inter (...)

44La bibliothèque de lecture publique constitue un élément fondamental de toute politique culturelle25, celui que l’on met en place avant tout autre, y compris quand on dispose de peu de moyens. Il n’est presque pas de commune qui n’ait sa bibliothèque et même sa médiathèque. Celle-ci joue le rôle d’une indispensable vitrine de la culture. La bibliothèque est d’ailleurs le lieu le plus fréquenté parmi les établissements culturels : elle touche au moins le tiers de la population26 et sa présence va de soi pour la grande majorité des Français, qu’ils la fréquentent personnellement ou non.

  • 27 Voir Desjardin T., Politiques culturelles des villes et bibliothèques : paroles d’élus, mémoire de (...)

45Mais, devenue évidente et appuyée sur l’autonomie construite par le groupe professionnel, la bibliothèque est aussi peu à peu devenue invisible dans l’espace des politiques culturelles. Son fonctionnement installé dans une routine permet aux élus de ne pas avoir à s’en occuper et de ne plus avoir à y penser. De fait, les bibliothèques semblent n’occuper qu’une place mineure dans les discours spontanés des élus à la culture ou dans les bulletins municipaux27, comme si l’accent était mis sur les aspects les plus visibles, au sens des plus médiatiques, des politiques culturelles, c’est-à-dire sur ce qui fait événement (nuit blanche, exposition temporaire ou même inauguration d’une médiathèque) plus que sur ce qui s’inscrit dans une routine quotidienne. Une responsable d’établissement pointe à travers l’exemple du festival Paris en toutes lettres les fortes inégalités de considération et de budget entre ce qui relève de chacune de ces deux logiques :

« Moi je suis un peu amère parce que, quand il y avait, l’année dernière en tout cas, Paris en toutes lettres, ils ont mis un site pour Paris en toutes lettres, hein ! Mais pour les bibliothèques au jour le jour, non. C’est un peu un écœurement vous voyez quand même, parce que Paris en toutes lettres a eu énormément de moyens, cette année un peu moins mais quand même, et puis nous on a je vais vous dire peut-être 2 000 euros par an de crédit d’animation, 1 500 euros plutôt.
Une autre conservatrice : D’ailleurs, ils nous l’ont dit clairement : ils ont des ponctions considérables, en particulier de Paris en toutes lettres, qui émargent sur ces budgets-là.
— Et qui nous écartent hein ! »
(Extrait d’entretien, 29 juillet 2010.)

  • 28 Lassalle M. de, L’impuissance publique : la politique de lecture publique en France : 1945-1993, t (...)
  • 29 Butlen M., Les politiques de lecture et leurs acteurs : 1980-2000, Lyon, INRP, 2008.

46Ainsi, paradoxalement, alors qu’elles en sont un élément central, acquis et touchant un très large public, les bibliothèques se sont invisibilisées jusque dans l’espace des politiques culturelles. Marine de Lassalle parle d’« impuissance publique28 », Max Butlen de « marginalisation29 ».

  • 30 Naudier D., « Les attachées de presse : les maillons invisibles de l’édition », Document de travai (...)

47L’invisibilité qui découle de cette position triplement dominée est d’autant plus paradoxale que chaque usager a l’impression de voir les bibliothécaires et de se faire une idée de leur métier (contrairement par exemple aux attachées de presse de l’édition qui, pour le commun des lecteurs, sont invisibles réellement et non seulement symboliquement30). Conséquence d’une position, elle est aussi produite par la manière dont les agents endossent leur rôle, font leur travail et le donnent à voir, mais également par l’organisation du travail elle-même, qui aboutit à un déséquilibre entre les moyens et les exigences et participe à ce que les agents eux-mêmes se sentent illégitimes dans certaines tâches et préfèrent se replier sur d’autres pour moins s’exposer.

Bibliographie

Bibliographie

Bertrand A.-M., Bibliothécaires face au public, Paris, BPI Centre Pompidou, 1995.

Bourdieu P., La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

Bourdieu P., « Effet de champ et effet de corps », Actes de la recherche en sciences sociales, no 59, 1985, p. 73.

Bourdieu P., Les règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éditions du Seuil, 1992.

Bourdieu P. et Chartier R., « La lecture : une pratique culturelle », Pratiques de la lecture, Paris, Rivages, 1985, p. 277-306.

Butlen M., Les politiques de lecture et leurs acteurs : 1980-2000, Lyon, INRP, 2008.

Cacouault-Bitaud M., « Professeur du secondaire : une profession féminine ? Éléments pour une approche socio-historique », Genèses, vol. 36, no 1, 1999, p. 92-115.

Desjardin T., Politiques culturelles des villes et bibliothèques : paroles d’élus, mémoire de sciences de l’information et de la communication, université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2012.

Dubois V., La politique culturelle : genèse d’une catégorie d’intervention publique, Paris, Belin, 2000.

Dubois V., La vie au guichet, Paris, Economica, 2010.

Dubois V., Le politique, l’artiste et le gestionnaire : (re)configurations locales et (dé) politisation de la culture, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2012.

Daubin-guimbert C., Enquête démographique sur les personnels des bibliothèques, Paris, ministère de la Culture et de la Communication/ministère de l’Éducation nationale/CNFPT, 2001.

Evetts J., « The Sociology of Professional Groups : New Questions and Different Explanations », Knowledge, Work and Society, no 1, 2003, p. 33-55.

Heinich N., « Façons d’“être” écrivain : l’identité professionnelle en régime de singularité », Revue française de sociologie, vol. 36, no 3, 1995, p. 499-524.

Gautier-gentès J.-L. et Pallier D., Recrutement et formation des personnels d’État de catégorie A, Paris, Inspection générale des bibliothèques, mai 2002.

Hughes E. C., Le regard sociologique : essais choisis, Paris, éditions de l’EHESS, 1996.

Lassalle M. de, L’impuissance publique : la politique de lecture publique en France : 1945-1993, thèse de doctorat, université Paris 1, 1996.

Lipsky M., Street-Level Bureaucracy : Dilemmas of the Individual in Public Service, New York, Russell Sage Foundation, 2010.

Luneau M.-P. et Vincent J. (dir.), La fabrication de l’auteur, Québec, Éditions Nota Bene, 2010.

Maresca B., Evans C. et Gaudet F., Les bibliothèques municipales en France après le tournant Internet : attractivité, fréquentation et devenir, Paris, BPI Centre Pompidou, 2007.

Muel-dreyfus F., Le métier d’éducateur : les instituteurs de 1900 ; les éducateurs spécialisés de 1968, Paris, Les Éditions de Minuit, 1983.

Naudier D., « Les attachées de presse : les maillons invisibles de l’édition », Document de travail du Mage, no 13, 2010, p. 35-46, en ligne.

Rabot C., « Les “Coups de cœur” d’une bibliothèque de lecture publique : valeurs et enjeux professionnels d’une sélection littéraire », Culture et Musées, no 17, 2011, p. 63-84.

Rabot C., « Bibliothécaires en quête de reconnaissance », Savoir/agir, no 20, 2012, p. 91-96.

Rabot C., « Le rapport des bibliothécaires de lecture publique aux auteurs », Sociologie, no 4, 2012, p. 359-376.

Seibel B., Au nom du livre : analyse sociale d’une profession : les bibliothécaires, Paris, La Documentation française, 1988.

Siitonen L. (dir.), Women’s Issues at IFLA : Equality, Gender and Information on Agenda, Munich, Saur, K. G., 2003.

Villate P. et Vosgin J.-P. (dir.), Le rôle social des bibliothèques dans la ville, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2011.

Wallon E., « La censure par la moyenne », in Ory P. (dir.), La censure en France à l’ère démocratique, Bruxelles, Complexe, 1997, p. 323-332.

Notes

1 Bourdieu P., La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

2 Emmanuel Wallon parle de « censure par la moyenne ». Voir Wallon E., « La censure par la moyenne », in Ory P. (dir.), La censure en France à l’ère démocratique, Bruxelles, Complexe, 1997, p. 323-332.

3 Les bibliothécaires des sections jeunesse ont un autre rapport avec les usagers et une autre posture, davantage tournée vers la relation et l’animation.

4 Voir Muel-dreyfus F., Le métier d’éducateur : les instituteurs de 1900 ; les éducateurs spécialisés de 1968, Paris, Les Éditions de Minuit, 1983.

5 Bourdieu P., La distinction, op. cit., p. 372-373.

6 Voir Rabot C., « Les “Coups de cœur” d’une bibliothèque de lecture publique : valeurs et enjeux professionnels d’une sélection littéraire », Culture et Musées, no 17, 2011, p. 63-84.

7 Chartier R. et Bourdieu P., « La lecture : une pratique culturelle », in Pratiques de la lecture, Paris, Rivages, 1985, p. 277-306.

8 Voir Heinich N., « Façons d’“être” écrivain : l’identité professionnelle en régime de singularité », Revue française de sociologie, vol. 36, no 3, 1995, p. 499-524.

9 Bourdieu P., La distinction, op. cit.

10 Voir Seibel B., Au nom du livre : analyse sociale d’une profession : les bibliothécaires, Paris, La Documentation française, 1988.

11 Bourdieu P., « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 62, 1986, p. 69-72.

12 Gautier-Gentès J.-L. et Pallier D., Recrutement et formation des personnels d’État de catégorie A, Paris, Inspection générale des bibliothèques, 2002.

13 Cacouault-Bitaud M., « Professeur du secondaire : une profession féminine ? Éléments pour une approche socio-historique », Genèses, vol. 36, no 1, 1999, p. 92-115.

14 Daubin-Guimbert C., Enquête démographique sur les personnels des bibliothèques, Paris, ministère de la Culture et de la Communication/ministère de l’Éducation nationale/CNFPT, 2001.

15 À cet égard, les résultats d’une enquête de de la commission « Women’s Issues » de l’International Federation of Librarians Associations (IFLA), réunie annuellement entre 1993 et 2002, révèle que les participantes, venant de Cuba, du Japon, de Chine, d’Inde, des États-Unis et du Royaume-Uni, associent métier de bibliothécaire et fonctions maternelles (Siitonen L., 2003).

16 La maquette des enseignements proposés aujourd’hui à l’ENSSIB pour former les conservateurs inclut au second semestre un parcours « services aux publics » : il ne s’agit pas d’un tronc commun de la formation, mais d’un parcours parmi trois, en concurrence avec les parcours « numérique » et « patrimoine », [http : //www.enssib.fr/formation/formation-des-conservateurs].

17 Hughes E. C., Le regard sociologique : essais choisis, Paris, éditions de l’EHESS, 1996.

18 Voir Lipsky M., Street-Level Bureaucracy : Dilemmas of the Individual in Public Service, New York, Russell Sage Foundation, 2010 ; Dubois V., La vie au guichet : relation administrative et traitement de la misère, Paris, Economica, 2010.

19 Evetts J., « The Sociology of Professional Groups : New Questions and Different Explanations », Knowledge, work and society, no 1, 2003, p. 33-55.

20 Bourdieu P., « Effet de champ et effet de corps », Actes de la recherche en sciences sociales, no 59, 1985, p. 73.

21 Luneau M.-P. et Vincent J. (dir.), La fabrication de l’auteur, Québec, Éditions Nota Bene, 2010.

22 Viala A., « Qu’est-ce qu’un classique ? », Littératures classiques, no 19, 1997, p. 13-31.

23 Rabot C., « Le rapport des bibliothécaires de lecture publique aux auteurs », Sociologie, no 4, 2012, p. 359-376.

24 Villate P. et Vosgin J.-P., Le rôle social des bibliothèques dans la ville, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2011.

25 Dubois V., Le politique, l’artiste et le gestionnaire : (re) configurations locales et (dé) politisation de la culture, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2012.

26 Maresca B., Evans C. et Gaudet F., Les bibliothèques municipales en France après le tournant Internet : attractivité, fréquentation et devenir, Paris, BPI Centre Pompidou, 2007.

27 Voir Desjardin T., Politiques culturelles des villes et bibliothèques : paroles d’élus, mémoire de sciences de l’information et de la communication, université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2012.

28 Lassalle M. de, L’impuissance publique : la politique de lecture publique en France : 1945-1993, thèse de doctorat, université Paris 1, 1996.

29 Butlen M., Les politiques de lecture et leurs acteurs : 1980-2000, Lyon, INRP, 2008.

30 Naudier D., « Les attachées de presse : les maillons invisibles de l’édition », Document de travail du Mage, no 13, 2010, p. 35-46.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search