Version classiqueVersion mobile

Bourdieu et le travail

 | 
Maxime Quijoux

Quatrième partie. Habitus professionnel et division sociale : le travail entre reproduction et socialisation

Introduction

Maxime Quijoux

Texte intégral

1La sociologie de Pierre Bourdieu a fait de la socialisation primaire l’un des principaux facteurs explicatifs des conduites individuelles au sein d’une société. À partir de l’analyse conjointe des propriétés sociales et des trajectoires individuelles, son concept d’habitus entend en effet rendre compte du pouvoir structurant de l’histoire sociale des agents dans leurs façons de percevoir et d’être dans le monde social. Entre le milieu d’origine et le rapport au système scolaire, l’importance accordée aux premières expériences sociales est immense puisqu’elles détermineront l’ensemble du sens de variation biographique d’un individu : non seulement elles le façonneront en lui imposant un ensemble de dispositions particulières – acquises par sa famille et ajustées par l’école – mais en lui attribuant aussi un ensemble de capitaux spécifiques – économique, culturel et social principalement – ces institutions participeront à sa position sociale dans la société.

  • 1 Rappelons que Bourdieu n’a lui-même jamais directement fait usage de cette notion. Voir la premièr (...)

2Dans ce processus, le travail apparaît comme l’aboutissement d’une programmation sociologique constitué en amont. Comme nous le signalions dans notre introduction, pour Bourdieu la position salariale est le résultat de la rencontre entre des caractéristiques sociologiques d’un travailleur – ses dispositions – et des propriétés sociales comprises dans un poste ou d’une profession. L’« habitus professionnel1 » se présente alors qu’une déclinaison de l’habitus de classe. Ce qui ne le met pour autant à l’abri de modifications substantielles : subordonné à un ensemble de luttes s’exerçant dans différents champs économiques et sociaux auxquels il appartient – en particulier le marché du travail –, il peut connaître en effet des transformations majeures comme en attestent les nombreux exemples de déclassement depuis trente ans.

  • 2 Beaud S. et Pialoux M., Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Mo (...)

3Parmi un domaine d’analyses prompt à s’évertuer sur les spécificités de ses objets, la notion d’habitus se présente justement ici comme une invitation à décloisonner les recherches en sociologie du travail : car si le travail – au sens large – occupe une place essentielle dans la vie des individus, son examen ne peut se réduire raisonnablement aux seules dimensions de l’activité produite – nature, techniques et lieux de production – ou à ses propres interactions sociales sans prendre le risque de lectures à la fois téléologiques et particularistes : ignorer les propriétés sociales des travailleurs tout comme leurs trajectoires, familiales et scolaires, ce n’est pas simplement faire l’économie de données cruciales pour l’intelligibilité du phénomène ; quand on sait la place qu’occupent la profession des parents tout comme l’institution scolaire dans le choix et le rapport au métier, c’est tout simplement se condamner à la méprise en prenant un objet pour un autre. De même, en dissociant les représentations et sociabilités professionnelles des autres univers du social, on prend un risque similaire de biais, du moins d’analyse parcellaire : on soustrait en effet ainsi à l’analyse non seulement les influences, réciproques et ténues, qui unissent le travail à la famille, au quartier, aux associations sportives, politiques ou religieuses ; mais dès lors qu’on ignore les propriétés sociales des individus, on s’interdit aussi de comprendre la complexité des relations sociales au travail dans la mesure où on fait abstraction des schèmes qui orientent les conduites et les rapports sociaux entre individus. Comme l’ont très justement souligné avant nous Beaud et Pialoux : « S’il existe bien une socialisation dans et par le travail, il en existe une autre, antérieure et simultanée2. »

  • 3 Chauvin S., Les agences de précarité, Paris, éditions du Seuil, 2010.

4Cette quatrième partie vise à interroger la fécondité empirique de la notion d’habitus et de trajectoires dans l’analyse du travail. À partir de quatre situations professionnelles contemporaines mais distinctes, les contributions réunies ici montrent la permanence heuristique d’une telle approche tout en soulignant son étonnante plasticité théorique : concept pensé au temps du plein-emploi, l’habitus au travail a connu parfois des transformations majeures, à la hauteur de celles connues par l’emploi et le travail depuis trente ans. Chacun à leur manière, ces articles entendent rendre compte de ces constances, ajustements ou métamorphoses des socialisations au travail. En nous plongeant au cœur de l’univers confiné des bibliothèques, Rabot éclaire la construction des croyances et des conduites professionnelles : elle montre comment l’hexis professionnelle trahit une socialisation de classe moyenne dominée, renforcée à la fois par l’organisation de travail et la position du métier dans différents champs auquel il appartient. Le personnel de bibliothèque fait alors écho aux infirmières scolaires dont il se rapproche par leurs propriétés sociales – femmes de classes moyennes ou populaires – et par leur manière de « faire leur place » dans l’institution. Après Rabot, Selponi montre ainsi que le travail ne se résume pas uniquement aux services produits pour un public particulier : l’approche par l’habitus permet en effet de rendre compte qu’il existe un autre travail, coûteux et constant, consistant à justifier ou se créer ses compétences et par là même, sa légitimité dans un univers professionnel désajusté. À cet égard, les deux dernières contributions de la partie constituent des invitations stimulantes puisqu’elles proposent des cas paradigmatiques de distorsion sociale entre disposition et position : l’examen des concierges de luxe proposé par Menoux donne à voir la genèse et les effets, parfois radicaux et inattendus, du côtoiement singulier d’agents d’origines populaires aux pratiques culturelles des plus riches. Quant à l’article de Caveng, il s’interroge sur les possibilités et les formes d’un habitus de « vacataire ». À partir d’une enquête sur les employés d’entreprises de sondage, il tente de circonscrire des caractéristiques spécifiques de ce mode morcelé de socialisation, rappelant l’enquête remarquable de Chauvin sur les agences de précarité aux États-Unis3. Ici peut-être plus qu’ailleurs, la trajectoire et la position occupée dans l’espace qu’est le marché du travail, déterminent substantiellement l’habitus professionnel. Face à un avenir en perpétuel sursis, plus que jamais le poids des expériences passées s’avère crucial. De sorte que, dans un marché qui se fragmente invariablement, la notion d’habitus est susceptible de devenir un outil de plus en plus utile.

Notes

1 Rappelons que Bourdieu n’a lui-même jamais directement fait usage de cette notion. Voir la première partie de cet ouvrage.

2 Beaud S. et Pialoux M., Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, Fayard, 1999, p. 19. Voir plus récemment Avril C., Cartier M. et Serre D., Enquêter sur le travail, Paris, La Découverte, 2010.

3 Chauvin S., Les agences de précarité, Paris, éditions du Seuil, 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search