Version classiqueVersion mobile

Bourdieu et le travail

 | 
Maxime Quijoux

Troisième partie. Activités intellectuelles, professions artistiques et économie symbolique

Bourdieu et le travail enseignant : reconstruction d’un objet peu visible, transversal et intime

Nicolas Sembel

Texte intégral

Un travail enseignant peu visible, transversal et intime

1Cerner le travail enseignant chez Bourdieu est une entreprise ambitieuse qui n’est pas facilitée par le statut des objets « travail » et « enseignant » dans l’ensemble de ses écrits, à la fois peu visibles et transversaux. Nous ferons l’hypothèse que leur « croisement » permet d’atteindre une dimension intime du Bourdieu enseignant, sociologue, et élève, dans son rapport critique à l’institution scolaire.

  • 1 Bourdieu P., Chamboredon J.-C. et Passeron J.-C., Le métier de sociologue, Paris/La Haye, Mouton, (...)
  • 2 Cf. Borzeix A. et Rot G., Sociologie du travail, genèse d’une discipline, naissance d’une revue, N (...)

2Bien identifiée au début de sa carrière, la thématique du travail a été rapidement remplacée chez Bourdieu par celle de l’éducation ; le travail est devenu par la suite un concept transversal à plusieurs objets, et a donc perdu de sa spécificité théorique, pour gagner en opérationnalité (par exemple, le « travail » d’euphémisation des enseignants). Le contexte de l’institutionnalisation de la sociologie française du travail, et précisément, à cette occasion, de ce que Bourdieu appellerait la « définition préalable de l’objet » travail, « où tout se joue1 », a eu un rôle majeur dans cette évolution2. Selon Bourdieu,

  • 3 Bourdieu P., Chamboredon J.-C. et Passeron J.-C., Le métier de sociologue, op. cit., p. x.

« La sociologie empirique sur […] le travail […] était faite par des gens humainement parfaits, mais, si je puis dire, trop humains… La rupture s’opère aussi contre tout ça. On ne fait pas de la socio pour se faire plaisir en souffrant avec ceux qui souffrent3. »

  • 4 Bourdieu P., « La double vérité du travail », in Les méditations pascaliennes, Paris, Éditions du (...)

3On constate qu’il « reste » un court texte ayant le mot travail dans son titre, daté de 1975, repris en 1996 et réédité en 1997 puis en 20034. Et encore, il semble difficile d’y trouver trace d’une sociologie du travail enseignant, même si avec la « double vérité » Bourdieu rapporte l’analyse de tout travail à la violence symbolique, qui est certainement l’un des concepts clé, dans sa sociologie, pour analyser le travail enseignant ; il apparaît explicitement en 1970 dans La reproduction (co-écrit avec J.-C. Passeron), pour décrire tout « travail » et toute « action » pédagogiques, et le « travail scolaire » de l’enseignant en particulier.

  • 5 Bourdieu P., Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir, 2004 [2001]. Nous préciserons (...)

4Cependant, les recherches de Bourdieu en éducation les plus connues n’ont pas mis spécialement en avant le travail enseignant, objet toujours « pris » avec d’autres dans des démonstrations à visée plus générale. Bien identifiée après les débuts algériens et tout au long de son œuvre, l’éducation chez Bourdieu n’a que progressivement laissé émerger une véritable sociologie des enseignants, et, non sans mal, une sociologie de leur travail comme activité et responsabilité ; lequel travail ne peut être pleinement saisi que par recoupements multiples avec d’autres concepts, parfois développés dans d’autres thématiques que l’éducation, et en procédant à une relecture rétrospective de l’œuvre à la lumière de la synthèse indispensable pour notre entreprise que constitue L’esquisse pour une auto-analyse5.

  • 6 Bourdieu P., « Inconscients d’école », Actes de la recherche en sciences sociales, no 135, 2000, p (...)

5Ces faible visibilité et forte transversalité se retrouvent chronologiquement. Une sociologie du travail enseignant apparaît discrètement dans les travaux sur l’Algérie, avec des passages sur l’école. Elle naît véritablement avec les travaux sur l’éducation des années 1960, qui lui réservent cependant un statut très différencié selon les publications, et ne contribuent pas forcément à le clarifier alors que le contexte se montrait tout approprié ; mais, selon notre hypothèse, Bourdieu ne travaillait pas assez seul à cette époque dans ce domaine de l’éducation. Elle se prolonge de façon plus visible dans les années 1970 avec les « catégories de l’entendement professoral » et l’enquête sur la « fonction de consécration » en classes préparatoires ; et de façon moins visible dans d’autres travaux, par exemple avec ce que l’on pourrait appeler une « pédagogie de l’incorporation » dans Esquisse pour une théorie de la pratique (1972). Les années 1980 voient la publication des deux synthèses, Homo academicus (1984), et surtout La noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps (1989), dans lesquelles la place et le rôle du travail enseignant peuvent être précisément repérés. Les années 1990 élargissent l’objet de manière empirique avec les entretiens sur la misère de la position enseignante dans La misère du monde (1993). Les années 2000 donnent lieu à la publication du dernier texte non posthume sur l’éducation, « Inconscients d’école6 » (2000), dans lequel le travail enseignant est, à nouveau, à la fois présent, peu visible, et ancré dans un rapport intime à son auteur qui se précisera ensuite, avec les deux ouvrages posthumes sur la réflexivité et l’auto-socioanalyse.

6Une autre chronologie permet de retrouver trois « emprises » théoriques successives du travail enseignant dans la sociologie bourdieusienne : celui-ci est en effet lié, à mesure que cette sociologie se construit, avec la notion descriptive de système (très régulièrement utilisée par Bourdieu et ses éventuels co-auteurs dans les années 1960, jusqu’au sous-titre de La reproduction, en 1970), notion jamais théorisée, qui préfigure le développement du concept de champ (années 1970 à 1990), apparu en 1966 chez Bourdieu, mais pas en éducation ; lequel nourrit la démarche de réflexivité comme position, formalisée tardivement (années 2000), mais qui prend sa source dès les premiers travaux sur l’Algérie (années 1950). À chaque étape le travail enseignant permet de dynamiser, de « mettre à l’épreuve », des éléments d’analyse théorique qui ne lui étaient pas forcément destinés ; en retour, sa construction comme objet d’étude avance, balisant un espace pour l’analyse sociologique, et également pour l’auto-socioanalyse.

7Le travail enseignant est donc présent dans plusieurs endroits « stratégiques » de sa sociologie. Sa visibilité aurait donc pu apparaître à plusieurs reprises, à plusieurs moments, en lien avec plusieurs concepts ; il n’en est rien ; la transversalité a renforcé la faible visibilité, comme si Bourdieu avait passé sa vie de sociologue à tourner autour du travail enseignant sans se résoudre à le prendre à bras-le-corps ; comme s’il avait tellement « incorporé » cet objet, qui concernait son activité professionnelle, mais aussi son rapport à l’institution scolaire, que cette incorporation empêchait la distance suffisante pour son traitement scientifique.

  • 7 Bourdieu P., Homo academicus, Paris, Les éditions de Minuit, 1987 [1984], p. 307.
  • 8 Bourdieu P., « Voir avec l’objectif de la photographie », entretien avec Franz Schulteis, in Bourd (...)
  • 9 Par exemple, dans la posface d’Homo academicus (op. cit., p. 289). Il s’agit pour lui de rompre av (...)
  • 10 Bourdieu P., « Sur l’objectivation participante. Réponse à quelques objections », Actes de la rech (...)
  • 11 Bourdieu P., Le sens pratique, Paris, Les éditions de Minuit, 1980, p. 41.
  • 12 Bourdieu P., La noblesse d’État, Paris, Les éditions de Minuit, 1989, p. 13.
  • 13 Bourdieu P., Esquisse pour une auto-analyse, op. cit., p. 14.

8Surmonter sa domination culturelle originelle (à travers notamment son accent), s’inscrire dans une logique de déracinement (poursuite d’études à Paris) puis de renversement « désenchanté7 » de la domination culturelle scolaire, et lutter pour ne jamais être doxosophe de cette même culture scolaire dominante, tout en étant un de ses représentants les plus légitimés par elle : autant d’éléments de porte-à-faux qui seront régulièrement utilisés contre Bourdieu par ses détracteurs. Pourtant, ambivalences, revanche et autres reproches ne pèsent que peu de poids face à l’enjeu et au moteur de toute cette entreprise : la simple ambition de pouvoir s’accepter soi-même8. Le rapport désenchanté, décalé et clivé du Bourdieu enseignant et sociologue au travail enseignant comporte finalement, aussi, une dimension « intime » (terme utilisé, mais très rarement, par Bourdieu9). Il s’inscrit également dans une démarche individuelle de triple dépassement du désenchantement, du décalage et du clivage, par la recherche – au moyen de la sociologie – de son « je véritable10 », par « la construction […] de quelque chose comme un sujet11 », et par ce que l’on pourrait appeler une inscription dans l’universel par le cas particulier auto-objectivé. Même si Bourdieu a beaucoup co-écrit, il est seul à avoir poussé aussi loin le projet d’une sociologie de l’éducation comme sociologie de la connaissance12, du fait, selon notre hypothèse, de son rapport si particulier à l’éducation. Des indices de ce rapport personnel de Bourdieu à l’éducation, et notamment au scolaire, sont parsemés dans son œuvre, « bribes d’objectivation de moi-même que j’ai laissées sur mon chemin, tout au long de ma recherche13 ». Nous avons « tamisé » ces bribes au moyen d’une grille de lecture qui s’est avérée indispensable de par l’économie qu’elle nous a fournie : la recherche systématique de l’objet « travail enseignant ».

  • 14 Cette radicalité est la plus forte dans les deux textes qui vont le plus loin selon nous dans l’ob (...)
  • 15 La version initiale de notre texte était trois fois plus longue.

9L’hypothèse qui a guidé notre recherche est double : cerner le rapport personnel de Bourdieu à l’éducation pour comprendre sa sociologie, et le rapport intime de Bourdieu au travail enseignant pour en comprendre sa radicalité critique. En effet, si la sociologie de Bourdieu est critique, sa sociologie de l’éducation l’est particulièrement, et nous voudrions montrer que sa sociologie « reconstituée » du travail enseignant l’est encore plus14. Quant à savoir quel est le « je véritable », quel est le « sujet », de l’enseignant au travail, et de l’enseignant Bourdieu au travail, cela fera l’objet d’une publication ultérieure15.

La description du travail enseignant : un espace sociologique

  • 16 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 101.
  • 17 Ibid., p. 133.
  • 18 Ce qui ne veut pas dire qu’on ne puisse pas trouver dans ses écrits un travail à l’œuvre, impropre (...)

10La sociologie du travail enseignant chez Bourdieu se construit contre « la représentation commune qui réduit l’action pédagogique à sa fonction technique16 », laquelle ne peut conduire qu’à l’« atomisation de la fonction professorale17 ». Au plus loin des figures habituelles, en sociologie du travail et de l’éducation, du pédagogue et du bricoleur18, Bourdieu décrit l’enseignant au travail comme un agent de l’État, membre des fractions dominées de la classe dominante, petit-bourgeois, intellectuel, professionnel de la langue (scolaire), producteur de jugements, formé, et appartenant à un champ, celui de l’enseignement.

  • 19 Bourdieu P. (dir.), La misère du monde, Paris, éditions du Seuil, 1993, p. 221.
  • 20 Qui vient d’être publié sous le titre Sur l’État (Paris, éditions du Seuil/Raisons d’agir, 2012 [1 (...)
  • 21 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 40.
  • 22 Cf. aussi Chapoulie J.-M., Les professeurs de l’enseignement secondaire, un métier de classe moyen (...)

11L’enseignant est d’abord un fonctionnaire, c’est-à-dire un agent de l’État, voire dans certaines situations professionnelles un « prolétaire de l’État », l’incarnation de sa « main gauche19 ». Cette dernière précision (chronologiquement) a contribué à nuancer la position objectivement critique sur les enseignants que Bourdieu pouvait avoir à la fin des années 1960 avec ses travaux critiques du « système », à la fin des années 1970 avec ses travaux sur la stratification sociale, où les enseignants sont d’abord classés comme membres des catégories favorisées, et à la fin des années 1980 où la critique s’est recentrée sur des enseignants formant l’élite scolaire, qui ne représentent qu’une partie du corps. Il faut donc attendre le tournant des années 1990 et la rédaction de La noblesse d’État (1989), du cours sur l’État (1989-199120), et de La misère du monde (1993) pour que les enseignants « subalternes21 » puissent être reconnus par Bourdieu, à travers ses recherches, comme membres à part entière des classes moyennes22 en tant que fonctionnaires de tous statuts.

  • 23 Bourdieu P., « Sur le pouvoir symbolique », Annales ESC, 1977, p. 411.

12Tout enseignant, du fait de son statut de fonctionnaire, et de son travail réel de « bureaucrate évaluateur », fonde la bureaucratie d’État, tout simplement en évaluant le travail des élèves, activité hautement symbolique et extraordinairement légitimée, qui n’a pas que pour effet de classer les élèves, mais aussi de se positionner en spécialiste du contrôle d’un objet, le travail scolaire, éminemment difficile à bureaucratiser, et qui ne peut l’être, et ce massivement, que par un coup de force symbolique. Le travail enseignant est un « travail de dissimulation et de transfiguration (en un mot, d’euphémisation) », qui fait « méconnaître-reconnaître la violence » objective en pouvoir symbolique, « capable de produire des effets réels sans dépense apparente d’énergie23 ».

13Car, plus précisément encore, l’enseignant fait partie dans la plupart des cas des fractions dominées de la classe dominante, d’autant plus qu’il est souvent une femme. Il en découle pour tous les enseignants, et particulièrement pour les femmes, des « prises de position moyennes », incarnation selon Bourdieu de la « médiocrité académique » produite par l’académisme :

  • 24 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 40-41.

« Les professeurs d’origine petite-bourgeoise (notamment les fils [et filles] d’enseignants subalternes) sont tout spécialement prédisposés à entrer dans la position paradoxale, voire contradictoire, que leur aménage le système d’enseignement : étant inclinés à s’opposer d’un côté à la fraction prolétaroïde ou à la fraction consacrée de l’intelligentsia libre et de l’autre aux occupants des positions dominantes dans le champ du pouvoir, et se trouvant ainsi contraints de se définir par référence à des prises de position radicalement opposées en matière de culture, ils sont spontanément inclinés vers des prises de position moyennes qui conviennent parfaitement à une bureaucratie de la conservation culturelle chargée de pratiquer l’arbitrage entre les audaces de l’avant-garde intellectuelle et l’inertie conservatrice de la bourgeoisie24. »

14Finalement :

  • 25 Ibid., p. 41.
  • 26 Ibid., p. 77-78.

« Les tensions entre le culte du brillant, corrélatif de la dépréciation scolaire du scolaire, et la nécessaire reconnaissance des vertus proprement scolaires se résolvent dans l’exaltation du juste milieu et de la mesure qui définit l’academica mediocritas, cette somme de vertus moyennes25 […] vertus de modération et de pondération dans les choses intellectuelles qui implique le refus de toute forme d’excès, même en matière d’invention et d’originalité26. »

  • 27 Selon un exemple pris par Bourdieu P., Les structures sociales de l’économie, Paris, éditions du S (...)
  • 28 Ibid., p. 223.

15L’enseignant est donc un petit-bourgeois (intellectuel). Particularité : le petit-bourgeois est la « victime par excellence de la violence symbolique », avec des aspirations au principe de ses insatisfactions ; aspirations dans l’immobilier27 notamment, qui sont au principe des insatisfactions professionnelles et intellectuelles des enseignants ; ce qui le conduit dans des « impasses royales, celles que l’école réserve souvent à ses élus et dont la plus remarquable est la carrière professorale elle-même28 ». Cette « tension » entre aspirations et insatisfactions est décrite dans La noblesse d’État :

  • 29 Ibid., p. 39.

« Les pratiques pédagogiques des professeurs, en particulier leurs opérations de sélection, trahissent la tension entre les valeurs scolaires et les valeurs mondaines et entre les dispositions petites-bourgeoises et les dispositions bourgeoises dont l’institution scolaire est le lieu29. »

  • 30 Bourdieu P. et Passeron J.-C., Les héritiers, Paris, Les éditions de Minuit, 1964, p. 107.
  • 31 Bourdieu P., « Le racisme de l’intelligence », Questions de sociologie, 1984 [1978], p. 264, 265 e (...)
  • 32 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 14.

16Cependant, malgré les transformations du champ et de l’analyse sociologique de cette transformation, de l’objet et du regard de Bourdieu sur l’objet, les enseignants restent des intellectuels, porteurs d’une doxa (dont la culture scolaire constitue un élément central), voire de « racisme de l’intelligence ». Donc, tout enseignant se positionne par rapport à la culture scolaire, certes différemment selon son statut, sa discipline, les hiérarchies qui existent entre les différentes catégories et les conditions d’exercice du métier. Ce qui fait que tout enseignant est objectivement porteur de racisme de l’intelligence, et peut l’exercer, volontairement ou non ; ce « racisme de classe » est repéré dès Les héritiers30. « Le racisme de l’intelligence est la forme de sociodicée caractéristique d’une classe dominante dont le pouvoir repose en partie sur la possession de titres », qui s’exprime sous la forme de l’euphémisation et de la dénégation, et « devient quasi méconnaissable », par exemple à travers les classements scolaires, et particulièrement dans un contexte scolaire composé de « gens [élèves] dépourvus des prédispositions socialement constituées » exigées tacitement ; bref, il est marqué par « l’envahissement par le nombre31 ». Mais ce racisme, conscient ou non, transforme les professeurs qui le véhiculent en « pauvres blancs de la culture32 ».

  • 33 Bourdieu P., Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, p. 52. Cet extrait permet au passage de (...)

17L’existence d’un tel racisme est à relier directement au fait que l’enseignant est un professionnel de la langue, acteur d’un « marché linguistique » où sa « parole performative » assure sa « domination relative ». Bourdieu évoque clairement le « travail permanent de correction », assuré par les enseignants et notamment les « grammairiens », basé sur des règles « explicitement constituées par un travail de codification et expressément inculquées par un travail pédagogique33 ».

  • 34 Goffman E., Façons de parler, Paris, Les éditions de Minuit, 1987.

18Le paradigme du fonctionnement du « marché linguistique » est précieux à deux titres au moins : d’abord pour comprendre ce qui se joue dans le quotidien de la classe, de toute classe, et qui est du ressort de l’ordre conversationnel34, même dans les situations qui se situent loin de la culture scolaire ; car il est toujours question d’échanges linguistiques, et donc de structuration « classique » d’un marché linguistique ; ensuite, pour comprendre ce qui se joue dans les transformations scolaires de la langue routinière. L’exemple du travail accompli par (le professeur) Heidegger est révélateur :

« S’autorisant de la tradition philosophique qui veut que l’on tire parti des potentialités infinies de pensée que recèlent le langage ordinaire et les proverbes du sens commun, Heidegger introduit dans la philosophie universitaire […] des mots et des choses qui en étaient jusque-là bannis. »

  • 35 Bourdieu P., L’ontologie politique de Martin Heidegger, Paris, Les éditions de Minuit, 1988, p. 65 (...)

19Il les « ramène sur le terrain de la pensée philosophique universitairement recevable (et le débat avec les néo-kantiens contribue beaucoup à lui assurer cette respectabilité)35 ».

20Faiblesse du rationalisme académique face à l’antisémitisme déterminé. Précisément :

  • 36 Ibid., p. 83 et p. 92.

« Le travail à la fois conscient et inconscient d’euphémisation et de sublimation, qui est nécessaire pour rendre dicibles les pulsions expressives les plus inavouables dans un état déterminé de la censure du champ, consiste à mettre en forme et à mettre des formes […]. Le jeu avec les formes sensibles du langage trouve son accomplissement lorsqu’il porte non sur des mots isolés, mais sur des couples de termes, c’est-à-dire sur des relations entre des termes antagonistes […] qui renvoient toujours à une relation d’opposition entre des positions sociales ou des groupes sociaux36. »

21Il s’agit d’un explicite apparent, fondé en réalité sur un malentendu implicite.

  • 37 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 56-57.

22Un aspect particulier et central de ce marché linguistique structure, par les effets sociaux produits, le travail de l’enseignant autour de la doxa que constituent ses jugements scolaires et professionnels, « sans que soient jamais connus ni reconnus officiellement les principes ou les critères proprement sociaux du classement », ni « la définition implicite de l’excellence37 ». L’analyse des « appréciations » des enseignants sur leurs élèves constitue aujourd’hui un outil décisif pour saisir par exemple les inégalités de genre défavorables aux filles. Bourdieu et de Saint-Martin ont appliqué une méthodologie incontournable qui permet de décrire le cœur du travail enseignant : son travail de classification.

  • 38 Bourdieu P. et Saint-Martin M. de, « Les catégories de l’entendement professoral », Actes de la re (...)

« On saisira ainsi à l’œuvre les formes scolaires de classification qui, comme les formes primitives de classification dont parlaient Durkheim et Mauss, sont transmises, pour l’essentiel, dans et par la pratique, en dehors de toute intention proprement pédagogique38. »

  • 39 Bourdieu P., Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris, Les éditions de Minuit, 1972, p. 189, 1 (...)

23Le « travail pédagogique » de classification participe de l’« incorporation des structures ». Par exemple, dès le début de la scolarité, « la prime éducation traite le corps comme un pense-bête » ; « travail », « action » et « autorité » pédagogiques, « à travers des injonctions aussi insignifiantes que tiens-toi droit », et toutes les injonctions scolaires du même ordre, résument la « ruse de la raison pédagogique » située au cœur du travail enseignant : « extorquer l’essentiel sous l’apparence d’exiger l’insignifiant39 ».

  • 40 C’est toujours le constat que nous pouvons faire après quinze ans d’expérience « auto-objectivée p (...)
  • 41 Bourdieu P., « Système et innovation », in Pour une école nouvelle, colloque d’Amiens, mars 1968, (...)

24En outre, la formation initiale et continue des enseignants ne questionne pas, sauf exception, ces caractéristiques structurales, qui fondent leur ethos professionnel de dénégation de la violence symbolique, et d’euphémisation de la fonction de consécration40. Il faudrait pour cela que cette formation soit beaucoup plus en phase avec les routines professionnelles des enseignants, qui font système : le travail enseignant est pris dans des « relations d’interdépendances [qui] restent le plus souvent cachées aux yeux des agents » ; par conséquent, toute formation suppose, bien plus que la « recherche de solutions nouvelles » (en pédagogie) ou la diffusion (pour imitation) d’« expériences novatrices », de « s’armer de la connaissance de la logique du système dans lequel ils [les produits de la recherche] doivent fonctionner », et notamment la connaissance de la « fonction du jugement41 ».

  • 42 Non défini comme tel par Bourdieu, qui ne s’est longtemps intéressé qu’au champ du pouvoir, dont l (...)
  • 43 Bourdieu P., Sur l’État, op. cit., p. 510.
  • 44 Bourdieu P., « Avenir de classe et causalité du probable », Revue française de sociologie, 1974, p (...)

25L’intersection du champ du pouvoir et du champ intellectuel constitue ainsi un champ de l’enseignement42, caractérisé par une histoire, un « impensé institutionnel », des données sociales et de multiples hiérarchies (statutaires, disciplinaires…). Cet élément est important : ainsi délimité, ce champ de l’enseignement n’est pas qu’un champ d’élites intellectuelles ; tout enseignant y appartient objectivement, même le plus « dominé » d’entre eux, même situé loin des « élites » ; et, parallèlement, l’enseignant situé au plus loin des élites reste en lien avec le champ du pouvoir. De plus, chaque professeur peut être « à la fois usager du système d’enseignement en tant que parent d’élève et agent du système d’enseignement en tant que professeur43 ». Ce qui en fait des professionnels patentés de la « transmission domestique » de leur capital culturel, à des fins de reproduction par « investissement éducatif44 », auprès de leurs enfants et/ou des élèves qu’ils consacrent. Au final, dans ce champ :

  • 45 Bourdieu P., Raisons pratiques, Paris, éditions du Seuil, 1994 [1989], p. 46-47 ; ou, pour une for (...)

« Il y a, entre autres choses, des milliers de professeurs qui appliquent aux élèves des catégories de perception et d’appréciation structurées selon les mêmes principes […]. Autrement dit, l’action du système scolaire est la résultante des actions plus ou moins grossièrement orchestrées par des milliers de petits démons de Maxwell qui, par leurs choix ordonnés selon l’ordre objectif […] tendent à reproduire cet ordre sans le savoir, ni le vouloir45. »

L’analyse du travail enseignant : un « sens pratique » pédagogique

26Après l’entrée par les concepts et notions décrivant l’enseignant comme travailleur, nous allons aborder l’objet « travail enseignant » par les deux principaux concepts et les deux principales notions que nous avons repérées pour décrire le travail lui-même. Ceux-ci permettent de mettre cet objet en avant de façon saillante – démarche nécessaire pour « compenser » sa faible visibilité et sa forte transversalité – et de reconstituer au final, selon nous, la dynamique qui relie tous les éléments descriptifs et les concepts analytiques du travail enseignant dans le cadre d’un « sens pratique » pédagogique. Précisons déjà que ce dernier se fonde sur

  • 46 Ibid., p. 59.

« l’extraordinaire dénégation collective qui rend impensable, tant pour ceux qui les prononcent que pour ceux qui en font l’objet, l’appréhension directe du soubassement social des jugements scolaires, ainsi réduits à des actes ordinaires du rituel déréalisant de l’initiation […]. On est là en effet au principe le plus obscur de l’action46 [des enseignants au travail] ».

La principale dynamique conceptuelle : un travail de violence symbolique « au service » d’une fonction de consécration

  • 47 Bourdieu P., « Épreuve scolaire et consécration sociale », Actes de la recherche en sciences socia (...)

27S’il ne fallait retenir que deux concepts pour cerner la sociologie bourdieusienne du travail enseignant, ce serait ceux de violence symbolique (que Bourdieu a formulés avec Passeron puis développés sans) et de fonction de consécration, soit les deux plus « radicaux », au terme d’une épure qui pourrait laisser un goût de pessimisme. Ils sont au cœur des deux synthèses écrites au terme des deux cycles de presque dix et vingt ans de recherches sur l’éducation (1960-1970 et 1970-1990) ; et, aujourd’hui, respectivement un peu plus de quarante ans (La reproduction, 1970) et trente ans (« Épreuve scolaire et consécration sociale », 198147, repris en 1989 dans La noblesse d’État) après leur première formulation « stabilisée », ce sont ceux qui restent le plus d’actualité, qui incarnent le mieux les permanences, voire l’universalisme, de l’action et de l’entendement professoraux.

  • 48 Sur ce point cf. Mauger G., « Sur la violence symbolique », in Müller H.-P. et Sintomer Y. (dir.),(...)
  • 49 Bourdieu P. et Passeron J.-C., La reproduction, Paris, Les éditions de Minuit, 1970, p. 11.
  • 50 Bourdieu P. et Passeron J.-C., Les héritiers, op. cit., p. 85.
  • 51 Passeron J.-C., « Que reste-t-il des Héritiers et de La reproduction (1964-1971) aujourd’hui ? Que (...)

28Il faut donc attendre la fin du cycle des recherches sur l’éducation des années 1960 pour que l’« action », l’« autorité » et le « travail » pédagogiques en milieu scolaire soient pointés sans concession et sans esquive, et qu’un travail enseignant comme action et comme responsabilité soit envisageable sociologiquement, avec la définition du concept de violence symbolique ; nous ne recenserons pas ses évolutions48 ni sa construction à travers La reproduction, et reprendrons simplement ce qu’il en est dit dans l’avant-propos de l’ouvrage. La violence symbolique est une action, notamment une action pédagogique, « qui ne peut atteindre son effet propre que si se trouve objectivement méconnue sa vérité objective d’imposition d’un arbitraire culturel49 ». Déjà, dans Les héritiers (1964), le principe de la violence symbolique était posé empiriquement : « Jamais un professeur ne réclame toute la passivité que les étudiants lui accordent50. » Il est possible que ce soit autour du concept de violence symbolique, et de la responsabilité de l’enseignant dans son travail qu’il implique, que Bourdieu et Passeron aient atteint les limites de leur « accord » sociologique, ce qui a produit la forme particulière du livre I de leur dernière collaboration51.

  • 52 Bourdieu P., Méditations pascaliennes, Paris, éditions du Seuil, 2003 [1997], p. 119.
  • 53 Bourdieu P., « L’assassinat de Maurice Halbwachs », art. cit.

29Il est à noter que, si la « forme suprême52 » de la violence symbolique est constituée par le rationalisme académique véhiculé par les enseignants, lequel trouve sa forme la plus « louche » à travers la figure professorale de M. Heidegger, que Bourdieu finit par relier directement à la « folie ultrarationnelle » des camps de concentration, rationalisme auquel il impute la responsabilité de « l’assassinat de Maurice Halbwachs53 », les « victimes par excellence » de la violence symbolique sont les petits-bourgeois, et notamment la petite bourgeoisie intellectuelle, dont font partie la plupart des enseignants, dans leur rapport à l’économie de marché, comme nous l’avons vu dans la partie précédente. À la fois vecteurs et victimes de la violence symbolique : cela s’explique parce qu’au cœur de leur travail d’enseignant :

  • 54 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 61 ; et, quatorze ans avant, Bourdieu P. et Saint-ma (...)

« Ils ne font bien ce qu’ils ont à faire (objectivement) que parce qu’ils croient faire autre chose que ce qu’ils font, parce qu’ils font autre chose que ce qu’ils croient faire ; et parce qu’ils croient en ce qu’ils croient faire54. »

  • 55 Idem.

30Tels les dominants qui sont dominés par leur domination, les enseignants sont des « mystificateurs mystifiés, ils sont les premières victimes des opérations qu’ils effectuent55 ». Toutefois, si la violence symbolique est au cœur du travail enseignant, elle n’en reste pas moins « au service » de la fonction de consécration (cf. point suivant). Ce que permet de décrire précisément le lien entre formalisation et codification : la langue professorale et scolaire produit une formalisation dont la force propre produit à son tour de la codification.

  • 56 Bourdieu P., « La codification », in Choses dites, Paris, Les éditions de Minuit, 1987 [1983], p.  (...)

« La force de la forme, cette vis formae dont parlaient les anciens, est cette force proprement symbolique qui permet à la force de s’exercer pleinement en se faisant méconnaître en tant que force et en se faisant reconnaître, approuver, accepter, par le fait de se présenter sous les apparences de l’universalité – celle de la raison ou de la morale56. »

31La codification transforme cette violence symbolique, par la langue, en certificat, preuve de la consécration :

  • 57 Bourdieu P., « Espace social et pouvoir symbolique », ibid., 1987 [1986], p. 162.

« L’effet le plus typique de la “raison d’État” est l’effet de codification qui est à l’œuvre dans des opérations aussi simples que l’octroi d’un certificat par […] quelqu’un de mandaté pour produire un point de vue qui confère des droits universellement reconnus au détenteur du certificat57. »

32Le travail de formalisation et de codification est bien sûr variable selon les contextes, comme nous le verrons avec les figures de l’enseignant chez Bourdieu, mais tout enseignant travaille par rapport à ce double impératif symbolique et technique.

La consécration : une dialectique de dévalorisation (de la valeur que l’on s’attribue en entrant à l’école)/revalorisation (substitution par l’école de la valeur qu’elle légitime)

  • 58 Bourdieu P., Esquisse pour une auto-analyse, op. cit., p. 16.

33Le mécanisme de consécration est le plus puissant, puisqu’il oriente la violence symbolique, fait reproduire par les enseignants ce qu’ils ont vécu, et est subi le plus souvent en toute inconscience. Bourdieu évoque la « machinerie du processus de consécration58 », et la définit comme suit :

  • 59 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 152 ; et huit ans avant, Bourdieu P., « Épreuve scol (...)

« En commençant par déposséder les individus de la valeur qu’ils s’attribuent […], l’institution scolaire se met en mesure de leur restituer, sous la forme du titre qui les consacre comme membres patentés, la valeur qu’elle leur a d’abord enlevée59. »

34Le système scolaire produit autant de la « possession » que de la « dépossession ».

  • 60 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 10.

« Le miracle de l’efficacité symbolique s’abolit si l’on voit que cette véritable action magique d’influence ou, le mot n’est pas trop fort, de possession, ne réussit que pour autant que celui qui la subit contribue à son efficacité […]. On rencontrera tout au long de ce livre de ces possédés qui font les quatre volontés de l’institution, parce qu’ils sont l’institution faite homme, et qui, dominés ou dominants […] font corps avec elle60. »

35Et, en même temps,

  • 61 Bourdieu P., Sur l’État, op. cit., p. 363.

« L’école, qui est la forme la plus avancée du monopole dans le domaine culturel, a aussi un envers de dépossession : le système scolaire produit l’inculte, le dépossédé culturel61. »

  • 62 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 74.

36Possession et dépossession fonctionnent dans certains cas simultanément : « La vérité la plus cynique perce toujours sous la célébration la plus enchantée62. » On retrouve ici la caractéristique fondamentale des jugements professoraux.

  • 63 Ibid., p. 39.

« Et, de fait, l’École tend à considérer avec indulgence un mauvais rapport à la culture quand il apparaît comme la rançon d’un bon rapport avec l’École63. »

37Deux notions empiriques contribuent à faire tenir cet ordre scolaire marqué par la violence et par la dévalorisation si souvent euphémisées : la complicité et le malentendu.

Complicité (Les héritiers, 1964) et malentendu (Rapport pédagogique et communication, 1965, Le sens pratique, 1980)

  • 64 Pour une recension, cf. Delsaut Y. et Rivière M.-C., Bibliographie des travaux de Pierre Bourdieu,(...)

38La série d’enquêtes sur l’éducation menée par Bourdieu, Passeron et leur équipe pendant les années 1960 donne lieu à la publication de deux ouvrages (Les héritiers. Les étudiants et la culture, en 1964, et La reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, en 1970), en passant par la publication de « cahiers » du Centre de sociologie européenne (dont le plus utile pour notre propos est Rapport pédagogique et communication, en 1965), et plusieurs articles, numéros spéciaux de revues, ouvrages collectifs. Pour sa part, durant cette période, Bourdieu signe seul ou non une série très dense de publications, consacrée principalement à l’éducation et à la culture64. La reconstruction de l’objet « travail enseignant » à travers les écrits de cette période s’avère instructive. Le work in progress bourdieusien peut se mesurer d’un écrit à l’autre. La sociologie de l’éducation est en train de naître, d’abord empiriquement, c’est à souligner. Les éléments d’analyse théorique que nous avons évoqués dans les deux points précédents ne sont pas encore formalisés ; le rapport personnel de Bourdieu à la « chose » scolaire non plus. Il y a des données, nombreuses, qui sont organisées selon un regard spécifique, critique et radical dès Les héritiers. Chronologiquement, le travail enseignant émerge dès les premiers résultats publiés sur un plan empirique, mais seulement de façon très progressive sur un plan analytique. Des notions empiriques ne prendront tout leur sens théorique que plus tard. Les deux notions les plus opératoires sont celles de complicité et de malentendu, qui apparaissent successivement, à un an d’écart (1964 et 1965), mais sont très liées : le malentendu caractérise la complicité ; les deux notions rendent possible le travail de l’enseignant, en lui donnant son économie, en permettant d’euphémiser la violence et la consécration.

  • 65 Bourdieu P. et Passeron J.-C., Les héritiers, op. cit., p. 67.
  • 66 Ibid., p. 112.
  • 67 Ibid., p. 68.
  • 68 Ibid., p. 64, également dans la deuxième moitié du corps du texte.
  • 69 Ibid., p. 64.
  • 70 Ibid., p. 75.
  • 71 Ibid., p. 88.
  • 72 Ibid., p. 89.
  • 73 Ibid., p. 95.
  • 74 Ibid., p. 110. Ce lien systémique est repris dans La noblesse d’État : « les agents, élèves aussi (...)

39La complicité apparaît à la moitié des Héritiers. Elle est d’emblée caractérisée comme « tacite65 », et ce jusqu’à la conclusion (« tacitement complices, professeurs et étudiants66 »). Elle se situe au cœur du travail « réel » de l’enseignant, « chargé d’organiser le culte de la culture67 » auprès des étudiants, même si ce culte peut relever de la critique « aristocratique ». L’enseignant amène l’étudiant à se positionner par rapport à la culture, quelle que soit sa distance avec elle. La complicité est le point cardinal de la rencontre entre la culture professionnelle, la culture scolaire et la culture de classe ; et de la rencontre, réussie ou ratée, avec les étudiants. Les héritiers étant centrés sur les étudiants, le professeur n’agit qu’en lien (systémique) avec eux, et apparaît lui aussi assez tardivement dans l’ouvrage68 ; il en résulte une description du travail enseignant comme « pris » dans la relation pédagogique, toujours défini par rapport aux étudiants. La relation pédagogique fait système : « Produits du système, l’étudiant et le professeur en expriment la logique69 » ; « la pratique universitaire, professorale ou étudiante70 » ; « l’expérience mystifiée de la condition étudiante autorise l’expérience enchantée de la fonction professorale71 » ; « l’échange universitaire est un échange de dons72 » ; « là encore, étudiants et professeurs communient73 » ; « chez les étudiants comme chez les professeurs74 ».

  • 75 Bourdieu P. et Passeron J.-C., Les héritiers, op. cit., p. 68.
  • 76 Ibid., p. 96.
  • 77 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 136.

40Il en résulte une conception (déjà) critique de l’action pédagogique de l’enseignant au travail : « le professeur le plus routinier remplit malgré lui sa fonction objective75 » ; s’il s’en écarte, et aide techniquement les étudiants, il passera pour « un maître d’école égaré76 », expression reprise dans Rapport pédagogique et communication (1965, p. 23) et dans La reproduction (1970, p. 141). Bourdieu évoquera aussi des « professeurs de l’enseignement secondaire égarés77 ». Les éléments de description du travail enseignant pointent en conclusion des Héritiers les limites de la complicité (« exorcisme verbal », « racisme de classe », « jugement continu », absence de « retour réflexif », « arbitraire du privilège culturel »). La critique du travail enseignant domine, le seul effort pédagogique reconnu est « objectivé » par l’adjectif « égaré », qui caractérise une exception, dans un sens péjoratif. Une piste pour un travail enseignant « rationnel » est néanmoins formulée :

  • 78 Bourdieu P. et Passeron J.-C., Les héritiers, op. cit., p. 112.

« De toutes les fonctions professorales, la plus régulièrement oubliée […] est sans doute l’organisation continue de l’exercice comme activité orientée vers l’acquisition aussi complète et aussi rapide que possible des techniques matérielles et intellectuelles du travail intellectuel78 »

  • 79 Sembel N., Le travail scolaire, Paris, Nathan, 2003 (chap. ii).

41des étudiants ; ce qui passe par une critique du « couple fonctionnel » cours magistral/dissertation et un plaidoyer pédagogique « rationnel » pour les travaux dirigés et le contrôle continu79.

  • 80 Bourdieu P. et Passeron J.-C., « Langage et rapport au langage dans la situation pédagogique », in(...)

42Le malentendu est l’envers de la complicité, il apparaît dans l’introduction de Rapport pédagogique et communication80, et permet d’aborder la dimension du travail enseignant la plus technique, la plus visible, ou la moins implicite : le rapport au langage.

  • 81 Ibid., p. 15.

« Ce qui fait la gravité du malentendu linguistique dans le rapport pédagogique, c’est qu’il porte sur le code […], le code du message professoral […]. Et, de fait, apprendre, c’est indissociablement acquérir des savoirs et acquérir le savoir du code dans lequel ces savoirs sont susceptibles d’être acquis81. »

43D’où un décalage intrinsèque à la relation pédagogique, mais non reconnu, et qui oriente tout le travail enseignant :

  • 82 Ibid., p. 16.

« La recherche d’un usage optimal du langage supposerait la reconnaissance du décalage entre l’émetteur et le récepteur et la connaissance des codes dont dispose le récepteur (en fonction par exemple de son origine sociale ou de ses études antérieures)82. »

44Le malentendu permet de décrire à nouveau le travail enseignant non comme objet spécifique mais comme faisant « système », dans ses moindres aspects, avec le travail étudiant.

  • 83 Ibid., p. 22.

« Professeurs et étudiants ne peuvent sortir du système qu’à leur détriment et, tant qu’ils restent dans le système, leurs attitudes et leurs comportements expriment la logique du système83. »

45Le travail enseignant ainsi esquissé s’éclaire avec le paradigme du « marché linguistique » (cf. supra).

  • 84 Ibid., p. 16, 18 et 23.
  • 85 Ibid., p. 23.

46« Refus de la pédagogie », « ethnocentrisme culturel » comme « idéologie professionnelle », mépris intellectuel à l’égard des « perles » des étudiants84, fondent le travail de l’enseignant déjà décrit comme homo academicus85, et sont à la source de ce double malentendu, linguistique et pédagogique, tacitement accepté par les deux parties. L’étudiant ne demande pas de précisions au professeur, de peur de montrer, par son ignorance, qu’il n’est pas à sa place ; et le professeur ne cherche pas à savoir si l’étudiant comprend, de peur qu’il ne comprenne pas, ce qui montrerait qu’il ne fait pas de travail réellement pédagogique. Les malentendus sont donc permanents, non reconnus, acceptés.

  • 86 Ibid., p. 21.
  • 87 Ibid., p. 25.

« Il y a chez les professeurs une façon de demander : “Vous avez compris ?”, qui exclut qu’on puisse n’avoir pas compris86 […] je ne comprends pas, dit un enseignant, ce que les étudiants écrivent […]. En fait, je comprends quand même parce que j’ai le fin mot de l’histoire, et c’est l’histoire que je leur ai racontée […]. En fait, on rétablit87. »

  • 88 Ibid., p. 27.
  • 89 Ibid., p. 28.

47Le professeur mobilise « toutes les protections que peut lui assurer le langage88 », jusqu’à « sa protection ultime, l’usage professoral d’une langue professorale89 ».

  • 90 Ibid., p. 24.

48D’où son intérêt fonctionnel à ne pas clarifier ses propos, et à ne pas chercher à savoir si les étudiants ont compris son propos. D’où un espace pour que se développe la complicité, dont le versant didactique est le « sentiment de familiarité globale », sorte de mondanité qui remplace le sens limité des savoirs scolaires : « aussi la compréhension de l’étudiant tend-elle à se réduire à un sentiment de familiarité globale » avec des concepts se résumant souvent à une « constellation d’impressions sémantiques90 ». Le travail enseignant, dans ce cas, est aussi, surtout, un travail non pédagogique, mieux : anti-pédagogique.

  • 91 Bourdieu P. et Passeron J.-C., La reproduction, op. cit., p. 141.

49La reproduction reprend, remanie, sélectionne et élimine de nombreux éléments théoriques et empiriques apparus depuis Les héritiers. Le dernier ouvrage sur l’éducation co-signé entre Bourdieu et Passeron durcit le trait : il critique « la complicité dans le malentendu et dans la fiction de l’absence de malentendu91 » ; il résume la situation pédagogique de l’époque avec des termes qui sont éminemment d’actualité :

  • 92 Ibid., p. 125.

« Le malentendu qui hante la communication pédagogique ne reste tolérable qu’aussi longtemps que l’École est capable d’éliminer ceux qui ne remplissent pas ses exigences implicites et qu’elle parvient à obtenir des autres la complicité nécessaire à son fonctionnement92. »

50Le professeur est décrit comme un travailleur passif :

  • 93 Ibid., p. 138.

« Le professeur qui, sans se l’avouer et sans en tirer toutes les conséquences, soupçonne qu’il n’est pas parfaitement compris peut, aussi longtemps que son autorité statutaire n’est pas contestée, tenir les étudiants pour responsables lorsqu’il ne comprend pas leurs propos93. »

  • 94 Ibid., p. 141.
  • 95 Ce mécanisme est toujours d’actualité, et constitue pour Bourdieu et Passeron, après leur « deuil  (...)

51Seuls le malentendu et la complicité évitent de « faire s’écrouler la fiction qui lui [l’enseignant] permet d’enseigner au moindre coût94 ». Parfois, la complicité diminue ou disparaît, et le malentendu, de moins en moins implicite, la remplace95.

52En résumé l’alternative oppose le travail enseignant idéal (mais incarné par seulement quelques « égarés ») au travail enseignant critiqué :

  • 96 Ibid., p. 160.

« Tout oppose en effet un enseignement qu’orienterait l’intention expresse de réduire au minimum le malentendu sur le code par une explicitation continue et méthodique [l’enseignement des “égarés”], aux enseignements qui peuvent se dispenser d’enseigner expressément le code de l’émission parce qu’ils s’adressent, par une sorte de sous-entendu fondamental, à un public préparé par une familiarisation insensible à entendre leurs sous-entendus96. »

Un sens pratique enseignant

53Ce que Bourdieu retient de tout cela au final, c’est l’inconscience qu’ont les enseignants de leur travail réel, et des conséquences de ce travail sur leurs élèves.

  • 97 Bourdieu P., Sur l’État, op. cit., p. 292.

« Je pense que le fonctionnement de l’école est pour l’essentiel doxique : sur l’essentiel, elle n’est pas remise en question. La force du système scolaire est que, étant capable de produire l’incorporation des structures selon lesquelles il est organisé, il arrache à la mise en question l’essentiel même de ses fonctionnements97. »

  • 98 Bourdieu P., L’ontologie politique de Martin Heidegger, op. cit., p. 119.

54Pas besoin de conscience des choses, un sens pratique pédagogique fait « tourner la machine » souvent implacablement. Conséquence : dans la sociologie bourdieusienne du travail enseignant, même Heidegger ne doit pas susciter d’antipathie quand il euphémise systématiquement son antisémitisme au terme d’un processus technique de dévalorisation/revalorisation : « Il n’a jamais vraiment su ce qu’il disait » ; et, au-delà du « cas » Heidegger, Bourdieu souligne que « le penseur est moins le sujet que l’objet de ses stratégies rhétoriques les plus fondamentales98 ». Sur un plan de sociologie générale, il ne s’agit ni d’un structuralisme mettant les enseignants « en vacances, hors du jeu », ni d’un individualisme les réduisant à leurs calculs :

  • 99 Bourdieu P., La noblesse d’État, p. 80-81.

« On doit admettre à la fois, et sans contradiction aucune, que les pratiques engagent toujours des actes de construction de la réalité mettant en jeu des structures cognitives complexes, et que cette activité cognitive ne peut aucunement être identifiée à une opération intellectuelle consciente d’elle-même99. »

55Se pose alors la question de savoir quelle est précisément la responsabilité (professionnelle) de l’enseignant, laquelle n’a pas été abordée dans les travaux des années 1960. Pour tenter d’y répondre, nous allons présenter les huit figures du travail enseignant que nous avons recensées dans l’œuvre de Bourdieu.

Les variations du travail enseignant : huit figures du travail enseignant chez Bourdieu

  • 100 Cf. notre communication, « Pédagogue ou sociologue ? Le “bon maître” selon Durkheim », journée d’é (...)

56Huit « figures » bien spécifiques incarnent des « prises de position » parfois exceptionnelles, et sont toujours étroitement liées à des positions professionnelles. La première moitié (les professeurs de Sciences Po et de classes préparatoires, Heidegger, Fanny) a comme point commun d’offrir une image pathétique du travail enseignant et permet d’alimenter une critique féroce mais là encore sans jugement de ce qui se joue autour et au cœur de ce travail. La deuxième moitié (le poète kabyle, Sayad, Halbwachs, Bourdieu) présente les caractéristiques de ce que pourrait être la définition bourdieusienne du « bon prof », expression du sens commun que nous reprenons par commodité, sans lui conférer aucune dimension conceptuelle. On retrouve ici un rapprochement possible avec un projet durkheimien peu souligné100.

  • 101 Bourdieu P. et Boltanski L., « La production de l’idéologie dominante », Actes de la recherche en (...)
  • 102 Bourdieu P., « Épreuve scolaire et consécration sociale », art. cit., p. 14 ; Bourdieu P., La nobl (...)
  • 103 Bourdieu P., « Épreuve scolaire et consécration sociale », art. cit., p. 19.
  • 104 Christin R., « Une double vie », p. 649-654 et Balazs G. et Christin R., « Avec un professeur de l (...)
  • 105 Bourdieu P., L’ontologie politique de Martin Heidegger, op. cit.

57Figures critiquées. Figure 1, le professeur de Sciences Po101. Fraction dominante des dominants, les Homo academicus doxosophes de Sciences Po incarnent le principe : « toute la classe dominante faite méthode ». Figure 2, le professeur « entraîneur102 ». Dominants dominés par leur domination, ces professeurs « répétiteurs » de classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) dispensent des cours « digérés au maximum », « pratiquement dictés », souvent réduits à des « corrigés anticipés de devoirs possibles ». « Je ne donne jamais de bibliographie, dit cet enseignant, ça ne servirait à rien. Ils doivent parler de n’importe quoi sans rien savoir ; je leur apporte des connaissances prédigérées103. » Figure 3, Fanny104. Membre de la fraction la plus dominée des dominants, Fanny, enseignante en zone d’éducation prioritaire (ZEP), est autant si ce n’est plus victime de sa situation sociale et de sa « mésalliance », que de sa situation scolaire. Figure 4, Heidegger105, incarnation de la dérive du rationalisme académique, déjà évoquée. Situé à la croisée du champ du pouvoir nazi et du champ intellectuel philosophique, Heidegger produit un travail enseignant de « sublimation philosophique » par « prestidigitation », et dispense des « cours hors de prise ».

  • 106 Bourdieu P., « Dialogue sur la poésie orale en Kabylie », 1er dialogue avec M. Mammeri, Esquisses (...)
  • 107 Bourdieu P. (répondant à Mauger, Pinto, Rosat), « Questions à Pierre Bourdieu », in Mauger G. et P (...)
  • 108 Bourdieu P., « Un analyseur de l’inconscient », in Sayad A., L’immigration ou les paradoxes de l’a (...)
  • 109 Bourdieu P., « L’assassinat de Maurice Halbwachs », art. cit.
  • 110 Yacine T., « Pierre Bourdieu, amusnaw kabyle ou intellectuel organique de l’humanité », in Mauger (...)

58Figures valorisées. Figure 5, le poète kabyle106, maître du « kairos » dont l’objectif est de capter l’auditoire, à la fois par « charisme rationnel » et par « transgression pédagogique107 ». Il est plus inscrit dans une obligation de moyens que de résultats, pour préciser les critères de son efficacité professorale. Figure 6, Sayad108, « professeur d’idéal ». Figure 7 (l’opposée de la 4), Halbwachs sociologue victime de l’académisme109. Figure 8, Bourdieu, enseignant et conférencier, « amusnaw » qui se « réconcilie avec lui-même110 », en cherchant notamment à cumuler les trois figures précédentes : les postures du poète et de Sayad, la résistance à l’académisme.

  • 111 Bourdieu P., Homo academicus, op. cit., p. 307.

« La place qu’occupe dans mon travail une sociologie assez particulière de l’institution universitaire s’explique sans doute par la force particulière avec laquelle s’imposait à moi le besoin de maîtriser rationnellement, au lieu de fuir dans un ressentiment auto-destructeur, le désenchantement de l’oblat devant la futilité ou le cynisme de tant de prélats de curie et devant le traitement réservé, dans la réalité des pratiques, aux vérités et aux valeurs que professe l’institution et auxquelles, étant voué à l’institution, il était voué et dévoué111. »

  • 112 Bourdieu P., La misère du monde, op. cit., dernier chapitre.
  • 113 Roux F., « Un autre rapport au savoir », in Mauger G. (dir.), Rencontres avec Pierre Bourdieu, op. (...)

59Cette rupture structurale et clivante débouche sur la nécessité de « comprendre112 » comme activité (notamment pédagogique) de lutte contre la violence symbolique, condition pour produire une « excellence pédagogique d’un genre nouveau », et finalement un « autre rapport au savoir113 ».

60Bourdieu a posé les principaux jalons pour mener son entreprise à la fois critique, et libératrice à son terme. En effet, si sa critique semble perpétuelle, tant l’académisme est puissant, elle est contrebalancée par sa raison d’être : le souci de se « sauver soi-même » comme sujet, et d’engager sa responsabilité en permettant à d’autres, élèves, enseignants, chercheurs, autodidactes, et plus généralement tout individu « pris » dans le travail intellectuel, de pouvoir se « sauver » eux aussi, par sa réflexion sociologique, par une réflexion sociologique partagée, et notamment, enseignée.

Le travail enseignant comme socioanalyse

  • 114 Par exemple Muel-dreyfus F., Le métier d’éducateur, Paris, Les éditions de Minuit, 1977 ; Delsaut (...)
  • 115 Wacquant L., « Lire Le Capital de Pierre Bourdieu », in Pinto L., Sapiro G. et Champagne P. (dir.) (...)
  • 116 Ibid., p. 211.

61Notre objectif n’était pas de faire la sociologie du travail enseignant que Bourdieu a esquissée, suggérée ou développée par endroits, inspirée chez d’autres chercheurs114, et qui se réaliserait dans un ouvrage encadré théoriquement (et chronologiquement, de 1970 à 1989) par La reproduction, La distinction, Le sens pratique, Homo academicus et La noblesse d’État. Nous nous sommes centrés sur les premier et dernier titres de cette liste, les deux synthétisant respectivement deux séries de dix ans et de vingt ans de publications. C’est dire leur importance dans notre reconstruction de l’objet du travail enseignant, avec une prime pour La noblesse d’État, véritable « anthropologie générative des pouvoirs115 », qualifié par Wacquant d’ouvrage « le plus redoutable » de Bourdieu, qu’il apparente au Capital de Marx116. Mais, comme l’indique le sous-titre de cet ouvrage princeps, centré principalement sur les Grandes Écoles, et comme nous l’avons montré, la sociologie bourdieusienne du travail de tous les enseignants se reconstruit un peu partout dans l’œuvre, et passe nécessairement par des publications autres que des ouvrages, ou des ouvrages autres que d’éducation.

62En élargissant le spectre de la stratification sociale des enseignants aux prolétaires de l’État et aux ZEP, en proposant les concepts de marché linguistique, violence symbolique, fonction de consécration, et les notions de système, complicité, malentendu, Bourdieu a donné, de façon progressive et opérationnelle, des clés toujours d’actualité pour décrire et analyser le travail enseignant.

  • 117 Bourdieu P., « Du bon usage de l’ethnologie », 2e dialogue avec M. Mammeri, in Esquisses algérienn (...)

63Bourdieu sociologue de l’éducation et du travail enseignant reste au final, avant tout, un enseignant critique du fonctionnement « heureux » de l’institution, s’appuyant sur sa propre formation et sa propre consécration (Leçon sur la leçon), ainsi que son propre statut d’oblat (Homo academicus). Derrière ce que Bourdieu écrit sur l’école il y a le rapport, de plus en plus auto-objectivé avec le temps, de Bourdieu à l’école. Il a construit sa trajectoire d’enseignant, son rapport à l’institution scolaire, contre tout « discours d’apparat117 », dans une logique de recherche d’autonomie autant scientifique que pédagogique. Peu visible, transversal et intime chez Pierre Bourdieu, le travail enseignant est finalement un objet heuristique, un objet de sociologie générale : il nous dit (aussi) comment un scientifique (Bourdieu) travaille.

Bibliographie

Bibliographie

Balazs G. et Christin R., « Avec un professeur de lettres d’un collège », in Bourdieu P. (dir.), La misère du monde, Paris, éditions du Seuil, 1993, p. 655-672.

Borzeix A. et Rot G., Sociologie du travail, genèse d’une discipline, naissance d’une revue, Nanterre, PUPO, 2010.

Bourdieu P., « Système et innovation », in Pour une école nouvelle, colloque d’Amiens, mars 1968, p. 347-350.

Bourdieu P., Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris, Les éditions de Minuit, 1972.

Bourdieu P., « Avenir de classe et causalité du probable », Revue française de sociologie, 1974, p. 3-42.

Bourdieu P., « Sur le pouvoir symbolique », Annales ESC, 1977, p. 405-411.

Bourdieu P., « Sur l’objectivation participante. Réponse à quelques objections », Actes de la recherche en sciences sociales, no 23, 1978, p. 67-69.

Bourdieu P., « Le racisme de l’intelligence », Questions de sociologie, 1984 [1978], p. 264-268.

Bourdieu P., « Dialogue sur la poésie orale en Kabylie », 1er dialogue avec M. Mammeri, Esquisses algériennes, Paris, éditions du Seuil/Raisons d’agir, 2008 [1978], p. 265-283.

Bourdieu P., Le sens pratique, Paris, Les éditions de Minuit, 1980.

Bourdieu P., « Épreuve scolaire et consécration sociale », Actes de la recherche en sciences sociales, 1981, no 39, p. 3-70.

Bourdieu P., Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.

Bourdieu P., Leçon sur la leçon, Paris, Les éditions de Minuit, 1982.

Bourdieu P., « La codification », Choses dites, Paris, Les éditions de Minuit, 1987 [1983], p. 94-105.

Bourdieu P., Homo academicus, Paris, Les éditions de Minuit, 1987 [1984].

Bourdieu P., « Du bon usage de l’ethnologie », 2e dialogue avec M. Mammeri, Esquisses algériennes, Paris, éditions du Seuil, 2008 [1985], p. 285-319.

Bourdieu P., « Espace social et pouvoir symbolique », Choses dites, Paris, Les éditions de Minuit, 1987 [1986], p. 147-166.

Bourdieu P., « L’assassinat de Maurice Halbwachs », Lettre du Collège de France, no 16, 1987, p. 164-170.

Bourdieu P., L’ontologie politique de Martin Heidegger, Paris, Les éditions de Minuit, 1988.

Bourdieu P., La noblesse d’État, Paris, Les éditions de Minuit, 1989.

Bourdieu P., Raisons pratiques, Paris, éditions du Seuil, 1994 [1989].

Bourdieu P., Sur l’État, Paris, éditions du Seuil/Raisons d’agir, 2012 [1989-1991].

Bourdieu P., « Un analyseur de l’inconscient », in Sayad A., L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, Bruxelles, De Boeck, 1991, p. 5-9.

Bourdieu P., Méditations pascaliennes, Paris, éditions du Seuil, 2003 [1997].

Bourdieu P., Les structures sociales de l’économie, Paris, éditions du Seuil, 2000.

Bourdieu P., « Inconscients d’école », Actes de la recherche en sciences sociales, no 135, 2000, p. 3-5.

Bourdieu P., « Voir avec l’objectif de la photographie », entretien avec Franz Schulteis, in Esquisses algériennes, Paris, éditions du Seuil, 2008 [2001], p. 363-374.

Bourdieu P., « La double vérité du travail », in Les méditations pascaliennes, Paris, éditions du Seuil, 2003, p. 291-295.

Bourdieu P., Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir, 2004 [2001].

Bourdieu P. (dir.), La misère du monde, Paris, éditions du Seuil, 1993.

Bourdieu P. et Boltanski L., « La production de l’idéologie dominante », Actes de la recherche en sciences sociales, no 2-3, 1976, p. 3-73, réédition, Paris, Raisons d’agir/Demopolis, 2008.

Bourdieu P., Chamboredon J.-C. et Passeron J.-C., Le métier de sociologue, Paris/La Haye, Mouton, 2005 [1968/1988].

Bourdieu P. et Passeron J.-C., Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Les éditions de Minuit, 1964.

Bourdieu P. et Passeron J.-C., « Langage et rapport au langage dans la situation pédagogique », in Bourdieu P., Passeron J.-C. et Saint-martin M. de (dir.), Rapport pédagogique et communication, Paris/La Haye, Mouton, 1965, p. 9-36.

Bourdieu P., Passeron J.-C. et Saint-martin M. de (dir.), Rapport pédagogique et communication, Paris/La Haye, Mouton, 1965.

Bourdieu P. et Passeron J.-C., La reproduction. éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Les éditions de Minuit, 1970.

Bourdieu P. et Saint-martin M. de, « Les catégories de l’entendement professoral », Actes de la recherche en sciences sociales, no 3, 1975, p. 68-93.

Chapoulie J.-M., Les professeurs de l’enseignement secondaire, un métier de classe moyenne, Paris, éditions de la MSH, 1987.

Christin R., « Une double vie », in Bourdieu P. (dir.), La misère du monde, Paris, éditions du Seuil, 1993, p. 649-654.

Delsaut Y., La place du maître. Une chronique des Écoles normales d’instituteurs, Paris, L’Harmattan, 1992.

Delsaut Y. et Rivière M.-C., Bibliographie des travaux de Pierre Bourdieu, Pantin, Le Temps des cerises, 2002.

Durkheim é. et Mauss M., « De quelques formes primitives de classification. Contribution à l’étude des représentations collectives », in Mauss M., Œuvres, t. II, Paris, Les éditions de Minuit, 1974 [1903], p. 13-89.

Geay B., Profession : instituteurs. Mémoire professionnelle et action syndicale, Paris, éditions du Seuil, 1999.

Geay B., « Éducation et culture. La nouvelle infrastructure ? », inMauger G. et Lebaron F. (dir.), Lectures de Bourdieu, Paris, Ellipses, 2012, p. 95-110.

Goffman E., Façons de parler, Paris, Les éditions de Minuit, 1987.

Grignon C., L’ordre des choses, Paris, Les éditions de Minuit, 1971.

Mauger G., « Sur la violence symbolique », in Müller H.-P. et Sintomer Y. (dir.), Pierre Bourdieu, théorie et pratique, Paris, La Découverte, 2006, p. 84-100.

Mauger G., « Rencontres avec Pierre Bourdieu », inMauger G. (dir.), Rencontres avec Pierre Bourdieu, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2005, p. 15-21.

Mauger G., Pinto L. et Rosat J.-J., « Questions à Pierre Bourdieu », inMauger G. et Pinto L., Lire les sciences sociales, Paris, Hermès, 2000, p. 190-217.

Muel-dreyfus F., Le métier d’éducateur, Paris, Les éditions de Minuit, 1977.

Passeron J.-C., « Que reste-t-il des Héritiers et de La Reproduction (1964-1971) aujourd’hui ? Questions, méthodes, concepts et réception d’une sociologie de l’éducation », in Chapoulie J.-M. et al. (dir.), Sociologues et sociologies. La France des années 60, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 35-64.

Roux F., « Un autre rapport au savoir », in Mauger G. (dir.), Rencontres avec Pierre Bourdieu, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2005, p. 321-323.

Sembel N., Le travail scolaire, Paris, Nathan, 2003.

Wacquant L., « Lire Le Capital de Pierre Bourdieu », in Pinto L., Sapiro G. et Champagne P. (dir.), Pierre Bourdieu, sociologue, Paris, Fayard, 2004 [1995], p. 211-230.

Yacine T., « Pierre Bourdieu, amusnaw kabyle ou intellectuel organique de l’humanité », inMauger G. (dir.), Rencontres avec Pierre Bourdieu, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2005, p. 565-574.

[pierrebourdieuunhommage. blogspot. fr], animé par G. Quélennec.

Notes

1 Bourdieu P., Chamboredon J.-C. et Passeron J.-C., Le métier de sociologue, Paris/La Haye, Mouton, 2005 [1968], p. xii (préface à la 5e édition, entretien de Pierre Bourdieu avec Beate Krais).

2 Cf. Borzeix A. et Rot G., Sociologie du travail, genèse d’une discipline, naissance d’une revue, Nanterre, PUPO, 2010. Dans cet ouvrage, la « présence/absence » de Bourdieu joue un rôle qui semble avoir été structurant pour le champ de la sociologie du travail en constitution.

3 Bourdieu P., Chamboredon J.-C. et Passeron J.-C., Le métier de sociologue, op. cit., p. x.

4 Bourdieu P., « La double vérité du travail », in Les méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil, 2003, p. 291 et suiv.

5 Bourdieu P., Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir, 2004 [2001]. Nous préciserons autant que possible la date d’écriture des textes cités.

6 Bourdieu P., « Inconscients d’école », Actes de la recherche en sciences sociales, no 135, 2000, p. 3-5.

7 Bourdieu P., Homo academicus, Paris, Les éditions de Minuit, 1987 [1984], p. 307.

8 Bourdieu P., « Voir avec l’objectif de la photographie », entretien avec Franz Schulteis, in Bourdieu P. (Yacine T. [coord.]), Esquisses algériennes, Paris, éditions du Seuil, 2008 [2001], p. 373.

9 Par exemple, dans la posface d’Homo academicus (op. cit., p. 289). Il s’agit pour lui de rompre avec l’intime comme « je primaire » tout en s’appuyant sur lui pour retrouver le « je véritable ».

10 Bourdieu P., « Sur l’objectivation participante. Réponse à quelques objections », Actes de la recherche en sciences sociales, no 23, 1978, p. 69.

11 Bourdieu P., Le sens pratique, Paris, Les éditions de Minuit, 1980, p. 41.

12 Bourdieu P., La noblesse d’État, Paris, Les éditions de Minuit, 1989, p. 13.

13 Bourdieu P., Esquisse pour une auto-analyse, op. cit., p. 14.

14 Cette radicalité est la plus forte dans les deux textes qui vont le plus loin selon nous dans l’objectivation anti-scolaire de Bourdieu enseignant et sociologue par lui-même : Leçon sur la leçon (1982) et « L’assassinat de Maurice Halbwachs » (Bourdieu P., Lettre du Collège de France, 1987, no 16, p. 164-170).

15 La version initiale de notre texte était trois fois plus longue.

16 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 101.

17 Ibid., p. 133.

18 Ce qui ne veut pas dire qu’on ne puisse pas trouver dans ses écrits un travail à l’œuvre, improprement identifié comme du bricolage ; et une possible sortie de la critique par la pédagogie, une pédagogie que nous appellerions sociologique, mais qui a bien évolué depuis la « pédagogie rationnelle » de la conclusion des Héritiers (avec J.-C. Passeron, 1964).

19 Bourdieu P. (dir.), La misère du monde, Paris, éditions du Seuil, 1993, p. 221.

20 Qui vient d’être publié sous le titre Sur l’État (Paris, éditions du Seuil/Raisons d’agir, 2012 [1989-1991]).

21 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 40.

22 Cf. aussi Chapoulie J.-M., Les professeurs de l’enseignement secondaire, un métier de classe moyenne, Paris, éditions de la MSH, 1987.

23 Bourdieu P., « Sur le pouvoir symbolique », Annales ESC, 1977, p. 411.

24 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 40-41.

25 Ibid., p. 41.

26 Ibid., p. 77-78.

27 Selon un exemple pris par Bourdieu P., Les structures sociales de l’économie, Paris, éditions du Seuil, 2000.

28 Ibid., p. 223.

29 Ibid., p. 39.

30 Bourdieu P. et Passeron J.-C., Les héritiers, Paris, Les éditions de Minuit, 1964, p. 107.

31 Bourdieu P., « Le racisme de l’intelligence », Questions de sociologie, 1984 [1978], p. 264, 265 et 267.

32 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 14.

33 Bourdieu P., Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, p. 52. Cet extrait permet au passage de souligner quelle est précisément la place principale du concept opératoire de « travail » chez Bourdieu, concept omniprésent, mais plus rattaché à une sociologie de l’action « en général » qu’à une sociologie du travail telle qu’elle est identifiée traditionnellement, par exemple à un terrain ou à un métier, entreprise dont Bourdieu s’est volontairement détaché lors de la genèse française de cette « spécialité », comme nous l’avons déjà souligné.

34 Goffman E., Façons de parler, Paris, Les éditions de Minuit, 1987.

35 Bourdieu P., L’ontologie politique de Martin Heidegger, Paris, Les éditions de Minuit, 1988, p. 65 et p. 80.

36 Ibid., p. 83 et p. 92.

37 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 56-57.

38 Bourdieu P. et Saint-Martin M. de, « Les catégories de l’entendement professoral », Actes de la recherche en sciences sociales, no 3, 1975, p. 69.

39 Bourdieu P., Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris, Les éditions de Minuit, 1972, p. 189, 196 et 197.

40 C’est toujours le constat que nous pouvons faire après quinze ans d’expérience « auto-objectivée participante » (dans la mesure de nos possibilités et du possible) d’enseignantchercheur en sociologie en Iufm (Institut universitaire de formation des maîtres).

41 Bourdieu P., « Système et innovation », in Pour une école nouvelle, colloque d’Amiens, mars 1968, p. 347 et 350.

42 Non défini comme tel par Bourdieu, qui ne s’est longtemps intéressé qu’au champ du pouvoir, dont les professeurs du supérieur sont les figures emblématiques (cf. La noblesse d’État, op. cit., graphique p. 379).

43 Bourdieu P., Sur l’État, op. cit., p. 510.

44 Bourdieu P., « Avenir de classe et causalité du probable », Revue française de sociologie, 1974, p. 36.

45 Bourdieu P., Raisons pratiques, Paris, éditions du Seuil, 1994 [1989], p. 46-47 ; ou, pour une formulation quasi identique, La noblesse d’État, op. cit., p. 8-9.

46 Ibid., p. 59.

47 Bourdieu P., « Épreuve scolaire et consécration sociale », Actes de la recherche en sciences sociales, no 39, 1981, p. 3-70.

48 Sur ce point cf. Mauger G., « Sur la violence symbolique », in Müller H.-P. et Sintomer Y. (dir.), Pierre Bourdieu, théorie et pratique, Paris, La Découverte, 2006.

49 Bourdieu P. et Passeron J.-C., La reproduction, Paris, Les éditions de Minuit, 1970, p. 11.

50 Bourdieu P. et Passeron J.-C., Les héritiers, op. cit., p. 85.

51 Passeron J.-C., « Que reste-t-il des Héritiers et de La reproduction (1964-1971) aujourd’hui ? Questions, méthodes, concepts et réception d’une sociologie de l’éducation », in Chapoulie J.-M. et al. (dir.), Sociologues et sociologies. La France des années 60, Paris, L’Harmattan, 2005.

52 Bourdieu P., Méditations pascaliennes, Paris, éditions du Seuil, 2003 [1997], p. 119.

53 Bourdieu P., « L’assassinat de Maurice Halbwachs », art. cit.

54 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 61 ; et, quatorze ans avant, Bourdieu P. et Saint-martin M. de, « Les catégories de l’entendement professoral », art. cit., p. 80.

55 Idem.

56 Bourdieu P., « La codification », in Choses dites, Paris, Les éditions de Minuit, 1987 [1983], p. 103.

57 Bourdieu P., « Espace social et pouvoir symbolique », ibid., 1987 [1986], p. 162.

58 Bourdieu P., Esquisse pour une auto-analyse, op. cit., p. 16.

59 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 152 ; et huit ans avant, Bourdieu P., « Épreuve scolaire et consécration sociale », art. cit., 1981.

60 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 10.

61 Bourdieu P., Sur l’État, op. cit., p. 363.

62 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 74.

63 Ibid., p. 39.

64 Pour une recension, cf. Delsaut Y. et Rivière M.-C., Bibliographie des travaux de Pierre Bourdieu, Pantin, Le Temps des cerises, 2002.

65 Bourdieu P. et Passeron J.-C., Les héritiers, op. cit., p. 67.

66 Ibid., p. 112.

67 Ibid., p. 68.

68 Ibid., p. 64, également dans la deuxième moitié du corps du texte.

69 Ibid., p. 64.

70 Ibid., p. 75.

71 Ibid., p. 88.

72 Ibid., p. 89.

73 Ibid., p. 95.

74 Ibid., p. 110. Ce lien systémique est repris dans La noblesse d’État : « les agents, élèves aussi bien que professeurs » (op. cit., p. 8).

75 Bourdieu P. et Passeron J.-C., Les héritiers, op. cit., p. 68.

76 Ibid., p. 96.

77 Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 136.

78 Bourdieu P. et Passeron J.-C., Les héritiers, op. cit., p. 112.

79 Sembel N., Le travail scolaire, Paris, Nathan, 2003 (chap. ii).

80 Bourdieu P. et Passeron J.-C., « Langage et rapport au langage dans la situation pédagogique », in Bourdieu P., Passeron J.-C. et Saint-martin M. de (dir.), Rapport pédagogique et communication, Paris, Mouton, 1965.

81 Ibid., p. 15.

82 Ibid., p. 16.

83 Ibid., p. 22.

84 Ibid., p. 16, 18 et 23.

85 Ibid., p. 23.

86 Ibid., p. 21.

87 Ibid., p. 25.

88 Ibid., p. 27.

89 Ibid., p. 28.

90 Ibid., p. 24.

91 Bourdieu P. et Passeron J.-C., La reproduction, op. cit., p. 141.

92 Ibid., p. 125.

93 Ibid., p. 138.

94 Ibid., p. 141.

95 Ce mécanisme est toujours d’actualité, et constitue pour Bourdieu et Passeron, après leur « deuil » de la pédagogie rationnelle, le principal facteur de changement, quand la démographie est trop forte pour être régulée par la complicité et laisse la place au seul malentendu, qui peut tendre à être dès lors une sorte de violence non symbolique car plus difficile à euphémiser.

96 Ibid., p. 160.

97 Bourdieu P., Sur l’État, op. cit., p. 292.

98 Bourdieu P., L’ontologie politique de Martin Heidegger, op. cit., p. 119.

99 Bourdieu P., La noblesse d’État, p. 80-81.

100 Cf. notre communication, « Pédagogue ou sociologue ? Le “bon maître” selon Durkheim », journée d’études, IUFM d’Aquitaine, avril 2012.

101 Bourdieu P. et Boltanski L., « La production de l’idéologie dominante », Actes de la recherche en sciences sociales, no 2-3, 2008 [1976].

102 Bourdieu P., « Épreuve scolaire et consécration sociale », art. cit., p. 14 ; Bourdieu P., La noblesse d’État, op. cit., p. 124-132.

103 Bourdieu P., « Épreuve scolaire et consécration sociale », art. cit., p. 19.

104 Christin R., « Une double vie », p. 649-654 et Balazs G. et Christin R., « Avec un professeur de lettres d’un collège », p. 655-672, in Bourdieu P. (dir.), La misère du monde, Paris, éditions du Seuil, 1993.

105 Bourdieu P., L’ontologie politique de Martin Heidegger, op. cit.

106 Bourdieu P., « Dialogue sur la poésie orale en Kabylie », 1er dialogue avec M. Mammeri, Esquisses algériennes, op. cit., 2008 [1978] ; et Sur l’État, op. cit.

107 Bourdieu P. (répondant à Mauger, Pinto, Rosat), « Questions à Pierre Bourdieu », in Mauger G. et Pinto L., Lire les sciences sociales, Paris, Hermès, 2000, p. 217.

108 Bourdieu P., « Un analyseur de l’inconscient », in Sayad A., L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, Bruxelles, De Boeck, 1991.

109 Bourdieu P., « L’assassinat de Maurice Halbwachs », art. cit.

110 Yacine T., « Pierre Bourdieu, amusnaw kabyle ou intellectuel organique de l’humanité », in Mauger G. (dir.), Rencontres avec Pierre Bourdieu, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2005, p. 565 et 574.

111 Bourdieu P., Homo academicus, op. cit., p. 307.

112 Bourdieu P., La misère du monde, op. cit., dernier chapitre.

113 Roux F., « Un autre rapport au savoir », in Mauger G. (dir.), Rencontres avec Pierre Bourdieu, op. cit.

114 Par exemple Muel-dreyfus F., Le métier d’éducateur, Paris, Les éditions de Minuit, 1977 ; Delsaut Y., La place du maître. Une chronique des Écoles normales d’instituteurs, Paris, L’Harmattan, 1992 ; Geay B., Profession : instituteurs. Mémoire professionnelle et action syndicale, Paris, éditions du Seuil, 1999, pour l’enseignement primaire ; Grignon C., L’ordre des choses, Paris, Les éditions de Minuit, 1971, pour l’enseignement technique ; Chapoulie J.-M., Les professeurs de l’enseignement secondaire, op. cit., pour l’enseignement secondaire.

115 Wacquant L., « Lire Le Capital de Pierre Bourdieu », in Pinto L., Sapiro G. et Champagne P. (dir.), Pierre Bourdieu, sociologue, Paris, Fayard., 2004 [1995], p. 228 (préface à l’édition anglaise de 1995 de La noblesse d’État).

116 Ibid., p. 211.

117 Bourdieu P., « Du bon usage de l’ethnologie », 2e dialogue avec M. Mammeri, in Esquisses algériennes, op. cit., 2008 [1985], p. 373.

Auteur

Maître de conférences en sociologie à l’Espé Aquitaine, membre du Centre Émile Durkheim, université de Bordeaux

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search