Version classiqueVersion mobile

Bourdieu et le travail

 | 
Maxime Quijoux

Troisième partie. Activités intellectuelles, professions artistiques et économie symbolique

Introduction

Maxime Quijoux

Texte intégral

1La contribution de Pierre Bourdieu à l’éducation et à la culture constitue sans doute l’apport le plus important du sociologue à la discipline. En faisant de la « culture » une « économie » faite d’échanges et d’accumulations de type capitalistique, Bourdieu opère une véritable révolution cognitive du fonctionnement des organisations sociales : supposée autant unir les individus que les définir, la culture concourt à l’inverse à la perpétuation des divisions sociales en faisant des « goûts » l’outil et l’expression de ces inégalités dans l’espace social. Dès lors, chaque institution et ses agents ayant affaire à la production de la culture comme à sa transmission ne font rien d’autres que de participer à la reproduction sociale du système : de l’École aux musées, du village à l’entreprise, toutes ces structures contribuent au maintien des inégalités avec d’autant plus d’efficacité qu’ils méconnaissent le plus souvent les effets véritables de leurs actions sur la société. Bourdieu entend donc montrer une nouvelle dimension des divisions sociales qui structurent nos sociétés : au matérialisme économique typique du marxisme, il ajoute un matérialisme symbolique d’autant plus puissant qu’il est la plupart du temps insoupçonné et imperceptible car naturalisé.

2Mais Bourdieu n’a pas fait que dévoiler la fonction véritable de la culture. Une partie substantielle de ses travaux a aussi consisté à repenser les conditions artistiques dans nos sociétés contemporaines. En revenant sur la genèse de la notion contemporaine et désormais naturelle de « l’art pour l’art », il nous renseigne non seulement sur les conditions économiques aux fondements de la démarche artistique mais aussi sur les modalités de création d’un univers social spécifique, de la naissance d’un « champ » autonome : le milieu artistique naît d’une double rupture radicale construite avec pour intention principale l’indépendance esthétique contre les conventions bourgeoises dominantes, qu’elles soient institutionnelles ou sociales. L’art tel qu’on le conçoit aujourd’hui, dans son acceptation la plus noble, c’est-à-dire désolidarisé des conditions de production les plus matérialistes, est donc moins le fruit d’un goût naturellement partagé par tous que le corollaire d’un conditionnement historique et d’actions « politiques » pour renverser l’univers esthétique dominant.

3Qu’elle ait pour fonction de participer à la reproduction sociale ou qu’elle se présente comme un marché autonome, l’analyse de la culture chez Bourdieu porte toujours, en définitive, une double déconstruction : d’un côté, celle du « talent », et, de l’autre, « du désintéressement ».

4Cette partie vise à interroger le travail des professions intellectuelles et artistiques telles que Bourdieu les envisage. Car s’il a considérablement renseigné les mécanismes et les agents à l’œuvre dans la fabrication de la culture comme instrument de domination ou comme champ esthétique, il n’a pas toujours réalisé une description fine de ses activités et modes de production. Ou plutôt celles-ci se présentent généralement en pointillé tout au long de son œuvre, nécessitant par conséquent un travail minutieux de repérage.

5C’est le cas par exemple du travail enseignant : Bourdieu a abondamment renseigné à la fois les propriétés sociales des professeurs tout comme leur fonction au sein de l’institution ou de la société sans qu’on n’aperçoive toujours clairement les contours de leur activité réelle. La contribution qui ouvre cette partie entend justement revenir sur ce point « peu visible, transversal et intime », pour reprendre les mots de l’auteur, dans l’œuvre de Pierre Bourdieu. Grâce à un précieux travail exégétique, Sembel nous propose ici une plongée aussi bien originale qu’heuristique sur cet objet fuyant qui, s’il nous renseigne sur le travail de l’instruction, nous éclaire aussi sur le rapport souvent complexe que le sociologue entretenait avec l’institution scolaire.

6Le reste de la partie s’éloigne à la fois du professorat et de l’exégèse pour s’intéresser à l’usage de Bourdieu dans l’étude contemporaine des activités et professions artistiques. Par l’analyse du travail des « intermédiaires », Lizé et Naudier réussissent ici à renouveler singulièrement l’approche du sociologue tant sur les logiques du marché artistique que sur celui de champ : en effet, l’examen qu’ils proposent de leur rôle et de leurs activités montre comment cette nouvelle catégorie d’agents réussit à imposer son nomos néolibéral dans un domaine pourtant historiquement caractérisé par son autonomie.

7Les deux dernières contributions constituent enfin davantage des invitations réflexives sur l’usage des analyses de Bourdieu aux études des professions artistiques : à partir de leurs enquêtes respectives, Sorignet et Perrenoud s’interrogent en effet sur le recours à Bourdieu pour penser les réalités professionnelles des danseurs et des musiciens contemporains. Perrenoud va même plus loin : il montre toute la fécondité qui existe non seulement à exporter la notion d’économie symbolique au-delà des professions artistiques, mais aussi à la combiner avec l’approche interactionniste nord-américaine.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search