Version classiqueVersion mobile

Bourdieu et le travail

 | 
Maxime Quijoux

Deuxième partie. Bourdieu, l'Algérie et le travail : réflexivités et enjeux heuristiques

Bourdieu et l’« idée de travail », les enjeux de l’anamnèse algérienne pour une autre histoire sociale

Claude Didry

Texte intégral

  • 1 Bourdieu P., « La fabrique de l’habitus économique », Actes de la recherche en sciences sociales, (...)

« C’est sans doute la familiarité quasi indigène avec la logique pratique de l’économie précapitaliste que j’avais acquise à travers une enquête ethnographique et qui avait “réveillé” par une sorte d’anamnèse méthodiquement provoquée, des souvenirs profondément enfouis de mon enfance campagnarde (j’avais ainsi été envoyé, plus d’une fois, avec la monnaie exactement comptée dans la main, chez l’épicier, qu’il fallait faire venir en criant “houhou” à l’entrée de la maison) qui m’a permis d’apercevoir tout ce que pouvait avoir d’historiquement extra-ordinaire, dans son apparente banalité, l’histoire rapportée par les journaux du 29 octobre 1959, de ces enfants de Lowestoft, en Angleterre, qui avaient créé une société d’assurance contre les punitions prévoyant que, pour une fessée, l’assuré recevrait quatre shillings et qui, devant certains abus, étaient allés jusqu’à établir une clause supplémentaire selon laquelle la société n’était pas responsable des accidents volontaires1. »

  • 2 Bourdieu P., Les structures sociales de l’économie, Paris, éditions du Seuil, 2000.
  • 3 Wagner A.-C., Les nouvelles élites de la mondialisation. Une immigration dorée en France, Paris, P (...)

1La sociologie de Bourdieu pourrait apparaître davantage comme une sociologie du capital que du travail. Ainsi, le triptyque constitutif du « capital symbolique » constitue une source de réflexion importante pour envisager les formes multiples de la domination dans les différents « champs » qui traversent la société. Il peut parfois s’enrichir de formes évanescentes ou nouvelles, en fonction des situations, comme par exemple le « capital technique » de l’ouvrier attaché à la perfectibilité fonctionnelle de la maison préfabriquée2, ou encore, dans un contexte de globalisation, le « capital international3 » pour décrire la capacité de passer d’un pays à l’autre caractérisant certaines fractions de la classe dominante. Du capital à l’habitus, comme principe générateur de conduite, il n’y a qu’un pas, et l’on comprend que les ressorts de la domination fondés sur une accumulation du capital se prolongent dans le travail, en confortant les bases d’un « champ social » dans lequel se joue la reproduction de la domination.

2Mais par rapport à ce modèle, particulièrement adapté à un monde dans lequel les dispositions coïncident avec les structures, la critique de l’économie qui se dégage dans Les structures sociales de l’économie, se fonde sur un retour à la genèse de ces « dispositions », en ébranlant la vision du travail comme aptitude naturelle de l’homme :

  • 4 Bourdieu P., Les structures sociales de l’économie, op. cit., p. 16-17 (souligné par l’auteur).

« Contre la vision anhistorique de la science économique, il faut donc reconstruire d’un côté la genèse des dispositions économiques de l’agent économique, et tout spécialement de ses goûts, de ses besoins, de ses propensions ou de ses aptitudes (au calcul, à l’épargne ou au travail lui-même), et, d’un autre côté, la genèse du champ économique lui-même […]. L’observation des conversions forcées, souvent très coûteuses et très douloureuses, que les nouveaux venus à l’économie proprement économique doivent opérer sous la pression de la nécessité permet sans doute de se faire une idée approchée de ce qui s’est passé aux origines du capitalisme, où les dispositions s’inventèrent en même temps que s’instituait peu à peu le champ dans lequel elles s’accomplissaient4. »

3On retrouve dans ce programme très novateur, une allusion à cette première grande expérience sociologique qu’a été, pour Pierre Bourdieu, la guerre d’Algérie. En effet c’est de cette « conversion forcée » – que l’on rencontre rarement in vivo – de la société traditionnelle colonisée, par la société capitaliste du colonisateur, que se dégage le constat révolutionnaire d’une historicité du travail comme activité procurant un revenu monétaire, mais aussi comme activité individuelle et productive :

  • 5 Ibid., p. 15 (souligné par l’auteur).

« Les agents économiques que je pouvais observer dans l’Algérie des années 1960 devaient apprendre, ou plus exactement, réinventer […] tout ce que la théorie économique considère (au moins tacitement) comme un donné, c’est-à-dire comme un don inné, universel et inscrit dans la nature humaine : l’idée de travail comme activité procurant un revenu monétaire, par opposition à la simple occupation conforme à la division traditionnelle des activités ou à l’échange traditionnel de services ; la possibilité même de la transaction impersonnelle entre inconnus […] ; la notion d’investissement à long terme, par opposition à la pratique de la mise en réserve ; la conception moderne […] du prêt à intérêt et l’idée même de contrat5. »

4En quoi ce caractère historique de l’« idée de travail » comme activité économique peut-elle nourrir un retour sur l’histoire sociale d’un pays tel que la France ? Le propos de Bourdieu invite à se pencher sur l’histoire hexagonale, à partir de l’Algérie, pour y saisir, par cette « anamnèse » qu’introduit l’enquête ethnographique, une historicité du salariat, voire une phénoménologie du travail.

5Pour répondre à cette invitation, nous envisagerons en premier lieu ce processus de « découverte du travail » observé par Bourdieu en Algérie. Nous examinerons en deuxième lieu les éléments historiographiques suggérant la lente transformation des dispositions ayant abouti à installer durablement l’« idée du travail » comme activité procurant une rémunération régulière. Cela nous conduira en dernier lieu, à un retour sur les dynamiques institutionnelles constitutives du salariat.

Historiciser la science économique et le travail

  • 6 Comme le montre Yacine T., Chacal ou la ruse des dominés. À l’origine du malaise des intellectuels (...)

6Dans la sociologie de Pierre Bourdieu, la société algérienne soumise au choc de la colonisation dans toute sa violence – physique et symbolique – est une référence qui revient à de multiples reprises. On pourrait critiquer la nostalgie d’une « communauté perdue », si l’on devait resituer l’ethnographie de Bourdieu à l’aune de l’exactitude des faits allégués pour saisir une société « traditionnelle ». Mais la tradition est moins immobile qu’on ne le croit, laissant une place à la « ruse », ouvrant dans le même mouvement un espace à des intellectuels en quête d’une identité kabyle face aux pouvoirs6. Ainsi, le propos de Bourdieu ne me paraît pas se situer dans la recherche d’une vision définitive de la société algérienne. Il vise davantage, me semble-t-il, à saisir les ressorts d’une société paysanne qui se retrouverait, à certains égards, dans des provinces françaises telles que le Béarn. Bien sûr, on pourrait relever l’absence de la domination au centre des ouvrages ultérieurs, en dehors de la domination naturalisée des hommes sur les femmes. On objectera que la domination n’est non plus au centre de la société française (comme société colonisatrice) qui se dessine par contraste dans les ouvrages sur l’Algérie, où il sera moins question d’habitus de classe, que d’habitus économique.

Une société sans travail

  • 7 Il s’agit des métayers au quint, ne percevant qu’un cinquième de la récolte, le reste revenant au (...)
  • 8 Bourdieu P., Algérie 60, structures économiques et structures temporelles, Paris, Les éditions de (...)
  • 9 Durkheim É., Les formes élémentaires de la vie religieuse. Le système totémique en Australie, Pari (...)

7Le travail est moins saisi dans les écrits de Bourdieu sur l’Algérie par sa présence, que par son absence. Cette absence se manifeste de manière criante à travers le chômage dont sont victimes les « déracinés », produits par la politique massive de regroupement des populations, pour priver de base sociale les combattants du FLN. Dans ce cas, le chômage traduit la rareté du travail et la course des journaliers pour trouver de quoi gagner leur vie. Mais l’absence du travail se dégage surtout de l’analyse de la société traditionnelle où, au-delà de l’autarcie paysanne, c’est la négation assumée des dimensions économiques de la vie sociale qui domine. Toutes les activités y concourent à la reproduction, et ce n’est pas un hasard si Algérie 60 commence par un ensemble de considérations sur la consommation alimentaire, avec le couscous rituel servi aux khamnès7 et aux voisins lors de la première sortie des bœufs pour le labour. Bourdieu nous met l’eau à la bouche, en évoquant les grains de grenade, ou encore cette « réserve spéciale, appelée thiji et constituée de tout ce que l’on avait produit de meilleur, les meilleurs fruits (figues, raisins secs, noix, etc.), l’huile extraite des meilleures olives, le meilleur beurre etc.8 ». Arrive ensuite le labour, ancré lui aussi dans la reproduction du rythme des saisons. Les formes de l’échange s’effacent derrière la générosité, le calcul cède la place à l’équité et la propriété est indivise. Le crédit, réduit à l’usure, a mauvaise réputation, les échanges monétaires sont rares. La production s’efface elle aussi derrière la reproduction des rites, et, avec eux, des liens qui unissent le groupe. Le tableau qui se dégage dessine une synthèse brillante entre la « reproduction simple » du marxisme, la religion des Formes élémentaires de la vie religieuse9 vue par Durkheim comme entretien du lien social, et la temporalité au centre des philosophies de Sartre et de Merleau-Ponty. Cela affecte, par voie de conséquence, ce que l’on peut nommer le « travail » :

  • 10 Bourdieu P., Algérie 60…, op. cit., p. 36.

« Le paysan ne se dresse pas comme pouvoir efficace en face d’un monde étranger : très proche d’une nature à peine marquée par l’action de l’homme, il ne peut éprouver que soumission devant des puissances qu’il ne songe pas à discipliner. Faut-il s’étonner qu’il ne saisisse pas son action comme travail au sens vrai, qu’il refuse à traiter comme matière brute cette matière omnipotente que ses croyances peuplent de prestiges et de mystères, qui est le lieu d’un sacré diffus et impersonnel, sources de tous les malheurs et de tous les bienfaits ? Le paysan ne travaille pas à proprement parler, il peine. “Donne à la terre (ta sueur), elle te donnera”, dit le proverbe10. »

8Dans ce qui finit par devenir un ensemble d’« occupations » répondant à l’injonction de ne jamais rester les bras ballants, le labour a une place distinctive dans un monde « phallocentré » :

  • 11 Ibid., p. 37.

« À la façon de la femme tordue et maligne, [la nature] doit être soumise à l’action bénéfique et fécondante de l’homme. Quoique nécessaire, inévitable, cette intervention du paysan et de ses techniques est criminelle, parce qu’elle est viol et violence. Tout se passe comme si les rites, et particulièrement ceux qui marquent les points critiques de la relation entre l’homme et la terre, labours et moissons, étaient habités par l’intention de résoudre la contradiction qui est au cœur de l’agriculture, contrainte de forcer la terre pour lui arracher ses richesses11. »

  • 12 Valets de ferme.
  • 13 Ibid., p. 38.

9Le tableau est donc relativement idyllique, tempéré cependant par la violence nécessaire de l’homme qui lui donne sa raison d’être par rapport à une nature féminisée, et l’évocation des khamnès12 ou des adolescents de familles pauvres à qui l’on dit : « Allez vous louer (charkath), vous deviendrez des hommes en tenant la charrue et en creusant la terre13. » Mais il ne conduit pas pour autant à une dévalorisation inverse du « travailleur » salarié, dont les grands traits se dégagent par contraste dans cette analyse de la société précoloniale.

Portrait du travailleur salarié en Algérie… et au-delà ?

  • 14 Ibid., p. 41.
  • 15 Ibid., p. 42.
  • 16 Ibid., p. 39-40.
  • 17 Ibid., p. 108.

10Face à ce rythme cyclique – « l’ordre social est avant tout un rythme, un tempo14 » – propre à une « société [qui] se refuse à avoir une histoire15 », apparaît en contrepoint le modèle social radicalement différent de la puissance coloniale. Ce modèle social est fondamentalement historique, au sens où le futur y apparaît sous l’angle de la prévisibilité et du calcul. Le travail occupe ici une place centrale, à la fois comme activité productive rompant la temporalité cyclique de la reproduction, et comme activité procurant un revenu régulier à partir duquel il est possible, pour les individus qui travaillent, de construire un « plan de vie » rationalisant la vie familiale dans toutes ses dimensions, rationalisation symbolisée par le logement. Ainsi : « Le travail en tant que tel apparaît lorsque (et seulement lorsque) la remise de soi, indissociable du sentiment de dépendance, fait place à l’agression avouée contre la nature débarrassée des enchantements de la magie et réduit à sa seule dimension économique16. » Dans le travail s’affirme la position du « male bread winner », que conforte un système d’allocations familiales permettant de cantonner les femmes à des activités domestiques rationalisées. Les activités domestiques réservées à la ménagère se trouvent occultées par le « travail » comme source de revenus. La consommation est une recherche de produits standardisés, au meilleur marché possible. La famille nucléaire se loge dans un « appartement moderne [qui] est un espace déjà structuré et portant dans son organisation, son étendue, sa forme, l’indication de son utilisation future qui pourra en être faite, du type d’occupation qu’il réclame, etc.17 ».

  • 18 Ibid., p. 71.
  • 19 Ibid., p. 80.

11Dans ce modèle, la régularité d’un revenu suffisamment élevé permet le développement d’une conscience des possibles plus adéquate à leur réalité, en témoigne la proximité entre le revenu actuel et le revenu jugé satisfaisant, ainsi que la perception claire des promotions qui s’ouvrent dans la carrière. Ainsi, « les dispositions [des acteurs] composent un système qui s’organise en fonction d’un avenir appréhendé et maîtrisé par le calcul et la prévision18 ». Cette capacité de prévoir ne se limite pas aux calculs liés à la rationalisation de la vie quotidienne dans ses différentes dimensions. Elle intègre également la conception « d’un autre ordre économique et social », car « avec l’emploi permanent et le salaire régulier, une conscience temporelle ouverte et rationnelle peut se former ; les actions, les jugements et les aspirations s’organisent en fonction d’un plan de vie. C’est alors et alors seulement que l’attitude révolutionnaire prend la place de l’évasion dans le rêve, ou de la résignation fataliste19 ».

  • 20 Ibid., p. 83.
  • 21 Ibid., p. 84.

12Cette conception large du salarié comme « prolétaire » se fonde sur le partage entre « travailleurs permanents, manuels ou non manuels » et « la masse des chômeurs ou des travailleurs intermittents, journaliers, manœuvres ou petits commerçants, autant de conditions interchangeables qui échoient souvent au même individu20 ». Cela conduit à imaginer « la description des dispositions des différentes classes sociales [comme] une description des différentes étapes du processus de “rationalisation”21 », en fonction de la distance plus ou moins prononcées à l’égard de la nécessité et des risques de retomber dans la condition de « sous-prolétaire ». Ainsi, le travail, en fonction de sa permanence, de la régularité du revenu qu’il procure, de la conscience phénoménale qu’en ont, de ce fait, les acteurs, préfigure et complète – symétriquement au « capital symbolique » – un ordonnancement du champ social.

Douloureuse, mais lente et progressive transformation

  • 22 Chapitre III de Bourdieu P. et Sayad A., Le déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle (...)
  • 23 On retrouverait des éléments analogues sur la situation des jeunes chômeurs africains de Brazzavil (...)
  • 24 Bourdieu P., Algérie 60…, op. cit., p. 74.

13Le passage de la société traditionnelle à la société capitaliste prend en Algérie la forme du déracinement résultant des grands mouvements de population initiés par l’autorité militaire, en engageant une évolution progressive des dispositions des acteurs. Dans ce contexte, la « découverte du travail22 » part le plus souvent du chômage et de l’expérience de la rareté du travail. Mais le chômage est ici saisi comme un fait ressenti en premier lieu à partir de la dévalorisation des activités agricoles, comme en témoigne le contraste entre le Nord et le Sud (moins affecté par les mouvements forcés de population) de l’Algérie23. En ce sens : « L’apparition du chômage marque donc une conversion de l’attitude à l’égard du monde24. » Cette conversion intervient dans la honte à l’égard du milieu d’origine et dans la douleur d’une recherche permanente d’un travail qui fuit à mesure que l’on s’en rapproche.

  • 25 Ibid., p. 72.
  • 26 Polanyi K., La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris (...)
  • 27 Cette idéalisation de l’emploi public comme « vrai travail », dans une société faiblement salariée (...)

14Cette lutte pour l’emploi s’inscrit d’abord dans le domaine de l’artisanat et du commerce, « îlot protégé et réservé qui offre un refuge à ceux qui ne sont pas armés pour la compétition économique en même temps qu’il maintient dans une logique précapitaliste des capitaux et des capacités qui pourraient s’investir dans le secteur moderne25 ». Le travail y conserve nombre des propriétés de l’« occupation », revendiquée dans la société rurale où il est de mauvais ton de rester les bras ballants. En effet, ni le temps, ni l’intensité n’y sont comptés. Le déracinement ou l’introduction d’un droit de propriété privée remettant en cause la propriété indivise de la société traditionnelle, justifiant également les expropriations par les colons, ne jettent pas les membres de la société traditionnelle dans les bras de capitalistes maniant cette arme puissante de la faim et du dénuement pour imposer leur discipline à une population « vulnérable ». On ne se retrouve donc pas dans le schéma de la Grande transformation26, c’est-à-dire du « désencastrement » que décrit Polanyi à partir de la société anglaise soumise aux effets des enclosures. Le capitalisme exerce un attrait sur les individus concernés, mais au travers de l’économie informelle marquée par le maintien des liens interpersonnels que l’on rencontre dans les zones intermédiaires entre tradition et capitalisme que représentent les bidonvilles. Dans ce mouvement, le dénuement se radicalise par la dévalorisation de ce que l’on a. La recherche d’un « vrai travail » qu’il est si difficile d’obtenir se nourrit de l’aspiration à un emploi stable, l’emploi public faisant office d’idéal27, avec tous les avantages, les « privilèges » de la sécurité sociale, de l’accession au logement accompagnant un niveau de revenu régulier suffisant, pour mettre à distance la nécessité ou du moins la menace des privations. Les évolutions que suscite le capitalisme dessinent ainsi une dynamique historique ouverte, susceptible de se fixer autour d’un sous-développement d’autant plus aigu qu’il est saisi à travers ce que Bourdieu identifie comme le « traditionalisme du désespoir » et la « révolte » qui l’accompagne. Ainsi :

  • 28 Bourdieu P., Algérie 60…, op. cit., p. 79.

« Loin de pouvoir déterminer par soi seule la saisie du donné comme insupportable ou révoltant, la pression économique tend même à interdire la prise de conscience révolutionnaire […]. L’aliénation absolue anéantit la conscience même de l’aliénation28. »

15La situation « expérimentale » de l’Algérie colonisée conduit à s’interroger sur les processus qui mènent d’une société rurale à une société capitaliste, en mettant au jour deux résultats importants à envisager pour un retour historique sur les dynamiques économiques et sociales d’un pays « développé » comme la France :

  • le travail salarié n’est pas la conséquence nécessaire et immédiate d’un tel processus, mais implique pour les acteurs d’affronter un contexte nouveau qui n’est abordé, dans un premier temps, que sur la base de « dispositions » héritées d’une société rurale ;
  • la misère qui en résulte tient au moins tout autant aux privations matérielles et à la limitation des ressources, qu’à la dévalorisation de ces dispositions « décalées ».

16En ce sens, cette « expérience algérienne » qui affleure constamment dans les écrits de Bourdieu suggère une analyse différente de l’histoire économique et sociale de la France dont on trouve des échos dans une historiographie récente.

De l’expérience spatiale à l’expérience historique

17Il me semble que de son expérience algérienne, Pierre Bourdieu tire une forme de « processus spatialisé » matérialisant dans l’espace urbain le parcours qui mène les individus de la société traditionnelle au capitalisme. Ce processus se caractérise par une étape intermédiaire, celle de l’artisanat et du commerce dans laquelle se maintient le poids de la parenté et de l’interconnaissance.

18En quoi se retrouve-t-il dans cette histoire économique et sociale conduisant la société coloniale, de la ruralité médiévale à la modernité capitaliste ? La remise en cause du caractère massif de l’industrialisation, la mise au jour d’une activité commerciale portant en premier lieu sur la production textile dans ce que l’on a nommé la « proto-industrie », me paraissent faire écho à ce qui ressort de la situation algérienne telle que la présente Bourdieu.

Les ambiguïtés de la « manufacture » colbertiste

  • 29 Minard P., La fortune du colbertisme, État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard (...)
  • 30 Cité Ibid., p. 167.

19Avec le colbertisme, le commerce devient l’arme par laquelle le royaume drainera les métaux précieux par sa suprématie dans les échanges internationaux. C’est dans ce cadre que voit le jour un corps d’« inspecteurs des manufactures » envoyés à travers le pays pour éviter que les juridictions locales liées au corporatisme ne s’enferment dans des arrangements d’intérêts nuisibles à la qualité des produits, pouvant conduire à la désaffectation de la demande internationale. Les inspecteurs sont en premier lieu des contrôleurs, en exerçant leur office à la fois dans un « bureau des marques » (où convergent les produits) et par des visites sur les lieux de production. Mais cette activité de contrôle rencontre un obstacle majeur, celui de la diffusion de la production textile dans les campagnes, rendant difficile l’examen de la qualité de produits. En effet : « L’industrie est au champ depuis longtemps, et les arrêts de 1762 et 1765 autorisant la libre fabrication dans les campagnes n’ont fait que consacrer un état de fait ancien29. » Cette expansion de la manufacture encourage une activité d’enquête de la part des inspecteurs, qui y voient un complément de ressources permettant aux populations de faire face aux aléas des récoltes, voire de procéder à des améliorations dans la culture. Il se dégage alors une attitude ambivalente des inspecteurs, à l’égard d’une production rurale qui traduit parfois pour certains inspecteurs, « le génie de ceux qui composent cette fabrique30 », mais oppose une résistance sourde aux améliorations techniques.

  • 31 Noiriel G., Les ouvriers dans la société française, XIXe-XXe siècle, Paris, éditions du Seuil, 198 (...)

20Ce mouvement de diffusion du travail à domicile dans les campagnes à partir des fabriques urbaines s’avère durable, puisqu’on le retrouve tout au long d’un XIXe siècle dominé par la production textile31. On se trouve donc dans un schéma très éloigné de celui qui se dessine à partir de l’accent mis sur les enclosures en Angleterre par Polanyi, où la libération d’une main-d’œuvre pauvre et bon marché ouvre la voie aux concentrations ouvrières qui seront prises comme la marque d’une « Révolution industrielle ». C’est bien plutôt d’une « révolution industrieuse » qu’il faut parler, c’est-à-dire du développement d’une production ancrée dans le rythme des activités familiales et agricoles en contribuant ainsi au maintien durable d’une population rurale importante en France. La « société marchande » qui émerge des grandes réformes colbertistes affecte en profondeur la « société traditionnelle » du monde rural, sans pour autant l’abolir radicalement, voire en lui permettant de trouver sa place dans les dynamiques du commerce.

L’« archaïsme libéral » du Code civil

  • 32 Cottereau A., « Droit et bon droit, un droit des ouvriers instauré puis évincé par le droit du tra (...)

21On pourrait penser que le salariat trouve un point d’appui institutionnel crucial dans l’héritage de la Révolution et de l’Empire. De ce point de vue, le décret d’Allarde de mars 1791, la loi Le Chapelier de juin, et le délit de coalition établi par l’article 415 du Code pénal, semblent apporter un soutien sans faille à la domination patronale sur les masses ouvrières se concentrant dans des établissements de taille croissante. Cependant, le retour sur l’héritage juridique de la Révolution et de l’Empire met au jour la complexité des cadres institutionnels qui s’en dégagent. Ainsi : « Il allait de soi que la plupart des ouvriers – de la grande comme de la petite industrie – relevaient de la législation du “louage d’ouvrage” proprement dit, et non du “louage de services”, c’est-à-dire, notamment, des treize articles de la section du Code civil sur les “Devis et marchés” (art. 1787 à 1799), et non des deux articles sur les domestiques et gens de travail. Les ouvriers n’étaient ni des domestiques ni des journaliers32. » La Révolution et le Code civil créent donc un corpus non négligeable de règles qui vont devenir les « règles du jeu », sur lesquelles s’appuieront tout autant les négociants que les ouvriers. Mais, ces règles du jeu que pose le Code civil ne dessinent pas la condition d’un « prolétaire » se définissant comme « salarié », par rapport à un « sous-prolétaire » oscillant entre le travail aléatoire du journalier, l’artisanat et le commerce.

  • 33 Ibid.

22En effet, il ressort de ces règles une architecture éclairante sur la nature des rapports de travail qui se nouaient à cette époque. Si le « louage des domestiques et ouvriers » (art. 1780) désigne l’engagement d’un ouvrier par un patron, les articles 1788 à 1799 règlent les contrats « des entrepreneurs d’ouvrage par suite de devis et marchés », au sein desquels il faut compter les ouvriers qui « travaillent à façon », « prix-faiteurs33 » ou « marchandeurs ». Selon les dispositions de l’article 1799, les ouvriers « qui font directement des marchés à prix faits » sont « des entrepreneurs dans la partie qu’ils traitent ». Une telle situation se retrouve notamment dans la soierie lyonnaise, où les « chefs d’atelier », les « canuts », prennent l’ouvrage que leur donnent les négociants et embauchent ensuite des « compagnons » pour le réaliser avec leur famille. Elle se retrouve encore dans les usines :

  • 34 Dewerpe A., Le monde du travail en France, Paris, Armand Colin, 1989, p. 50.

« Ces associations sont en fait fréquentes : dans la métallurgie, comme, pour les grosses pièces de fonderie, à Fourchambault ; dans les mines, pour l’abattage des lots offerts au meilleur offrant des brigades concurrentes, comme à Anzin, où la pratique s’étend après 1850 ; dans les textiles, où le fileur fait fonction de tâcheron face à ses rattacheurs et bobineurs ; mais aussi dans l’imprimerie, c’est le travail en commandite, ou dans le bâtiment34. »

23La jurisprudence et les développements légaux du XIXe siècle font donc apparaître les limites du droit révolutionnaire sous un jour étonnant, par rapport aux enseignements d’une histoire sociale classique. Ces limites ne tiennent pas à l’« atomisation » des ouvriers face à un pouvoir capitaliste, mais au caractère communautaire des rapports de travail sous l’empire du droit civil. Cela se traduit par une forme de domination patriarcale dans ces rapports de travail où s’agrègent de manière indéfinie, des ouvriers embauchés par d’autres ouvriers, ainsi que leur famille. Cette dimension communautaire et familiale du travail franchit les limites de l’usine, au sein de laquelle se retrouve une activité familiale renforçant l’exploitation des travailleurs selon Marx. Elle est coextensive du travail à domicile qui, loin de disparaître avec le développement de la grande industrie, tend simultanément à se développer sous l’effet de progrès techniques tel que l’électricité qui permet de mécaniser le tissage dans les ateliers familiaux de la soierie lyonnaise et de la rubanerie stéphanoise, ou d’introduire la machine à coudre dans la mansarde de la « midinette » parisienne travaillant pour les grands magasins.

La dialectique du travail

  • 35 Terme que suggère le décret : « L’exploitation des ouvriers par des sous-entrepreneurs ou marchand (...)

24Dans le contexte d’une activité productive profondément ancrée dans la vie familiale que renforce la catégorie juridique du « louage d’ouvrage », il est difficile d’identifier le « travail » comme tel, c’est-à-dire comme activité d’un individu pouvant faire l’objet d’une transaction. Comme dans la société algérienne, les activités s’inscrivent dans des cycles saisonniers où alternent les périodes de « presse » et les « mortes-saisons ». Il est ici tout aussi difficile d’identifier une forme d’exploitation menée rationnellement par une classe dominante, quand l’ouvrage se disperse en une multitude d’ateliers plus ou moins familiaux. C’est ainsi que prévaut, depuis de la Révolution de 1848, la critique du marchandage, avec l’abolition de ses formes les plus extrêmes par le décret du 2 mars. Ce décret vise moins à protéger les « travailleurs » contre la domination patronale, qu’à prohiber l’« entr’exploitation » des ouvriers35. Il doit beaucoup à cette mouvance que l’on désigne sous le terme de socialisme, dans laquelle un des enjeux est précisément une « organisation du travail » (en reprenant le titre d’un ouvrage de Louis Blanc, président de la Commission du Luxembourg), l’« idée de travail » apparaissant comme une forme d’« idée régulatrice » pour appréhender la multitude des activités qui concourent à la réalisation de marchandises.

Dénonciation du marchandage, sweating system et conscience du chômage

  • 36 Julliard J., Autonomie ouvrière. Études sur le syndicalisme d’action directe, Paris, Gallimard/Édi (...)
  • 37 Salais R., Baverez N. et Reynaud B., L’invention du chômage, Paris, PUF, 1986.

25La question du marchandage hante la seconde moitié du XIXe siècle, au cœur d’importantes grèves dans les mines du Nord, et de nombreux mouvements sociaux dans le bâtiment36. Ainsi, à partir d’une affaire qui défraie la chronique judiciaire en 1899-1900, la Cour de cassation établit la validité contestée du décret de mars 1848, même si, au terme d’une succession d’arrêts, face à la résistance des cours d’appel, elle apporte une définition relativement restrictive du marchandage. Le marchandage fait également beaucoup parler de lui à travers le développement du « travail en chambre » dans la confection, soumettant les couturières au bon vouloir d’intermédiaires appointés par les grands magasins. Cette situation, que l’on rencontre dans les grandes villes des pays développés, sous la dénomination de « sweating system », donne lieu à de nombreuses initiatives telles que des enquêtes ou des propositions de loi. Ainsi, à travers la cause des « midinettes », le problème posé est celui de l’identification d’un lien juridique établissant la responsabilité des donneurs d’ordre, en l’occurrence les grands magasins. Dans le même temps, les premiers recensements du chômage, à partir de 1896, réservent une surprise de taille aux statisticiens. Alors que le « modèle du statisticien » ne conçoit l’« absence de place » que pour les travailleurs sous l’autorité d’un patron dans un « établissement », une part non négligeable de chômeurs sont en fait des « chômeuses » et plus précisément ces couturières pour lesquelles le statisticien n’imaginait pas qu’elles pussent se déclarer comme telles37. Même si ces ouvrières peuvent s’appuyer sur les traces matérielles de leur relation avec un donneur d’ordre que constitue la fréquence avec laquelle on recourt à leurs services ou le prêt d’une machine à coudre, il me semble que l’on trouve ici un écho à la « conscience du chômage » par laquelle, selon Bourdieu, s’annonce le « travail » comme activité spécifique par rapport aux activités domestiques. Ces ouvrières « inventent » le modèle auquel l’économiste ne se ralliera finalement que dans un second temps, tenant alors pour évident le constat que le chômage équivaut à la privation de travail.

Le contrat de travail

  • 38 Didry C., Naissance de la convention collective, débats juridiques et luttes sociales en France au (...)

26C’est dans ce contexte que les initiatives des socialistes réformistes rencontrent les aspirations ouvrières. La création d’une commission de codification des lois ouvrières et de prévoyance sociale par le ministre socialiste du Commerce et de l’Industrie, Alexandre Millerand, apporte un prolongement nouveau au projet de Code du travail présenté par Arthur Groussier en 1898. Elle renforce l’« idée de travail » comme point focal d’une législation systématique, par rapport à la législation sur le « louage d’ouvrage » dont on ne retient plus, la plupart du temps, que l’article 1780 sur le « louage de services ». Il s’agit là, me semble-t-il, d’une forme de rationalisation juridique qui fait écho à la « rationalisation diffuse » dont témoignent la « conscience du chômage » et la « découverte du travail » analysées dans les écrits de Bourdieu sur l’Algérie. Cette rationalisation juridique conduit à réorganiser la complexité des rapports établis par le Code civil et mis à mal par la dénonciation du marchandage, autour du « travail » comme objet de transaction. Dès lors, se dégage le « contrat de travail », comme contrat individuel liant le travailleur à un « employeur ». Dans ce contrat, l’objet de la transaction est le travail comme activité personnelle fournie par le travailleur, contre la rémunération que lui doit l’employeur. Son élaboration juridique va être au centre des activités de la Société d’études législatives, dans un projet de loi mis en chantier en 1904, à l’horizon de la modernisation du Code civil au moment de son centenaire38.

27Le projet de la Société d’études législatives sera supplanté par l’adoption du Code du travail à partir de 1910, mais se prolongera par la loi de 1919 sur la convention collective qui en est extraite. Les discussions auxquelles il donne lieu traduisent le souci de ne pas limiter le contrat de travail au rapport d’autorité direct entre le travailleur et son « patron » : le contrat de travail sera défini, en premier lieu, de manière négative, comme tout contrat par lequel un travailleur n’offre pas son travail au « public », mais à un ou plusieurs employeurs. La présentation qu’en donne Camille Perreau, le rapporteur de la commission en charge du projet au sein de la Société d’études législatives, résume, à mes yeux, l’esprit dans lequel ont travaillé ces juristes. Le premier élément est la distance prise à l’égard des catégories du Code civil :

  • 39 Bulletin de la Société d’études législatives, 1906, p. 76-77.

« La commission a cru devoir s’écarter des classifications suivies dans notre droit civil. Elle […] s’est inspirée de cette idée qu’il convenait d’assurer une situation juridique identique à des catégories de personnes qui, sous des noms parfois différents, n’ont en somme que la même situation économique. Et c’est ce qui l’a amenée à écarter de sa rédaction l’emploi de certaines expressions juridiques : “louage de services”, “louage d’ouvrage”, “devis et marché”, dont se sont précisément servis les rédacteurs du Code civil. Il lui a paru nécessaire d’innover sur ce point39. »

28Le second élément est la généralité du « travail » visé par ce contrat :

  • 40 Ibid., p. 78.

« Peu importe la nature du travail : matériel ou intellectuel, industriel ou rentrant dans la catégorie des services qui font l’objet des professions libérales. Dans toutes les hypothèses où l’obligation de l’une des parties a pour objet une prestation de travail, si cette prestation est accomplie dans des conditions qui impliquent une continuité de rapports entre les contractants, il y aura contrat de travail40. »

  • 41 Article 1 de la loi du 25 mars 1919.

29Le contrat de travail devient ainsi la catégorie juridique élémentaire permettant d’intégrer la réglementation du temps de travail ou encore la « convention collective » qui « détermine […] certaines conditions auxquelles doivent satisfaire les contrats de travail individuels ou d’équipe que les personnes liées par la convention passent41 ». Cette conception large du contrat de travail ouvre la voie à une activité jurisprudentielle qui se poursuit aujourd’hui encore, sur la base du constat d’une « subordination juridique », mais également d’un « engagement personnel du travailleur » et de son appartenance à une « structure organisée » par l’employeur putatif.

La reconfiguration du collectif de travail

  • 42 Bourdieu P., « La force du droit », Actes de la recherche en sciences sociales, no 64, 1986, p. 13

30Le droit du travail naissant confère à l’« idée de travail » une réalité nouvelle, dans la mesure où il rencontre la « découverte du travail » par les acteurs eux-mêmes. Sa portée constructive dans la reconfiguration du « champ social » autour d’une division claire entre « salariés » et « employeurs », tient à ce que « la volonté de transformer le monde en transformant les mots pour le nommer, en produisant de nouvelles catégories de perception et d’appréciation et en imposant une nouvelle vision des divisions et des distributions, n’a de chances de réussir que si les prophéties, évocations créatrices, sont aussi au moins pour une part, des descriptions bien fondées, des descriptions anticipées : elles ne font advenir ce qu’elles annoncent, nouvelles pratiques, nouvelles mœurs et surtout nouveaux groupes, que parce qu’elles annoncent ce qui est en voie d’advenir, ce qui s’annonce ; elles sont moins les accoucheuses que les officiers d’état civil de l’histoire42 ».

  • 43 Hatchuel A. et Segrestin B., Refonder l’entreprise, Paris, éditions du Seuil, 2012.

31Le contrat de travail apparaît ainsi comme la condition de possibilité d’une conception renouvelée de l’« entreprise », enfin dégagée de la figure de l’« entrepreneur », comme lieu d’innovation et de création de richesses43. La reconnaissance du pouvoir de directive de l’employeur s’accompagne également de celle de sa responsabilité dans le domaine des conditions de travail et, plus directement, du paiement régulier des salaires. Il préfigure donc le mouvement de rationalisation du travail qui s’engage au début du XXe siècle et se développe au cours de la Première Guerre, dans le cadre notamment des industries d’armement. Mais il ne se réduit pas à un colloque singulier entre le travailleur et l’employeur, dans la mesure où il ouvre au salarié l’accès à un collectif qui se constitue non plus sur la base des « connaissances » et de la parenté, mais sur celle de la « qualification ». On retrouve ici une des caractéristiques du salariat tel que l’évoque Bourdieu, pour mieux saisir, par contraste, la société traditionnelle algérienne :

  • 44 Bourdieu P., Algérie 60…, op. cit., p. 26.

« Rien ne s’oppose plus radicalement à l’entraide, qui associe toujours des individus unis par des liens de consanguinité réelle ou fictive, que la coopération qui mobilise des individus sélectionnés en fonction des fins calculées d’une entreprise spécifique : dans un cas le groupe préexiste et survit à l’accomplissement en commun d’une œuvre commune ; dans l’autre cas, trouvant sa raison d’être hors de lui-même, dans l’objectif futur défini par le contrat, il cesse d’exister en même temps que le contrat qui le fonde44. »

  • 45 Dehove G., Le contrôle ouvrier en France, l’élaboration de sa notion, ses conceptions, Paris, Libr (...)
  • 46 Bourdieu P., La misère du monde, Paris, éditions du Seuil, 1993.
  • 47 Jan-ré M., Le genre à l’œuvre, Paris, L’Harmattan, 2012.
  • 48 Bourdieu P., La domination masculine, Paris, éditions du Seuil, 1998.

32Il en résulte une dynamique nouvelle de la négociation collective, dans laquelle l’enjeu est la reconnaissance de la qualification des individus, là où les tarifs négociés par les chefs d’atelier ou les marchandeurs aboutissaient à une focalisation sur la qualité des produits livrés et des matières premières. La qualification vient ici conforter la prévisibilité que permet la régularité du revenu salarial, en offrant une liberté de choix relative dans la recherche d’un emploi, par rapport au manœuvre soumis à la merci des fluctuations de l’activité et à la concurrence qui résulte de sa substituabilité. De plus, en familiarisant les travailleurs avec le « rationalisme économique » de la grande entreprise capitaliste (familiarisation que l’on trouve à la source d’un habitus économique), le contrat de travail ouvre également la voie à une participation à la gestion, comme en témoigne, par exemple, la revendication d’un « contrôle ouvrier45 ». Dans l’histoire sociale qui se dessine alors, le travail n’en finit pas d’occuper les esprits, tant par l’engagement qu’il implique pour les salariés, que par la souffrance de ceux qui en sont privés. De ce point de vue, la souffrance sociale identifiée dans La misère du monde46 comme actualisation d’un retour « offensif » de cette « misère » qui conduit du « prolétariat » au « sous-prolétariat », me paraît moins tenir d’une prophétie sur la « fin du travail », que du poids croissant de celui-ci dans la vie des acteurs. En ce sens, le travail est au centre d’un processus de « découverte », à la fois au niveau collectif, à travers par exemple les mobilisations pour l’emploi face aux restructurations qui se multiplient dans le contexte de la crise actuelle et posent le problème de la finalité oubliée de l’entreprise financiarisée, celle de la conception et de la réalisation de produits, mais aussi au niveau individuel, à travers le développement de l’activité féminine, phénomène marquant des cinquante dernières années47 et source d’une transformation de la Domination masculine48.

Conclusion

  • 49 Bourdieu P., « La fabrique de l’habitus économique », art. cit.

33Dans les écrits de Bourdieu sur l’Algérie, le travail est au centre de cette « sorte d’anamnèse méthodiquement provoquée49 » permettant de dégager les conditions historiques ayant conduit à un habitus économique que la théorie économique a enfermé dans la rationalité intemporelle de l’homo economicus. Ainsi, Bourdieu suggère rien moins que l’historicité du travail comme activité productive et source d’un revenu régulier. La description, dans l’Algérie en guerre, de cette « découverte du travail » où se joue une émancipation de l’individu à l’égard de la communauté originaire invite, sur la suggestion de Bourdieu lui-même, à un retour sur le travail dans la société française. Elle engage à redécouvrir un monde dans lequel l’« idée même de travail » ne se manifeste que progressivement, en sortant de la communauté familiale que continuaient à entretenir les catégories du « louage d’ouvrage » dans le Code civil. Le contrat de travail et le droit du travail confèrent à cette « idée de travail » une réalité institutionnelle, à travers laquelle il devient possible d’identifier sous la multitude des activités productives, le « travail » et donc grâce à laquelle un individu peut se dire « travailleur ».

34Comme souvent, la médaille a son revers, celui d’une domination d’autant plus forte qu’elle se dissimule derrière l’illusion d’une liberté. Ainsi, revers de cet habitus économique formé dans la découverte du travail :

  • 50 Bourdieu P., « La double vérité du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, no 114, (...)

« L’illusion que l’on pourrait avoir parfois que se trouve réalisée, au moins en quelques lieux, l’utopie de la maîtrise entière du travailleur sur son propre travail, ne doit pas faire oublier les conditions cachées de la violence symbolique exercée par le nouveau management. Si elle exclut le recours aux contraintes plus brutales et plus visibles des modes de gouvernement anciens, cette violence douce continue à s’appuyer sur un rapport de force qui resurgit dans la menace du débauchage et la crainte, plus ou moins savamment entretenue, liée à la précarité de la position occupée50. »

35De ce point de vue, la crise a fait son œuvre, en mettant au jour une violence toujours moins douce que dans les années 1990, où la puissance des forces financières ne cherche plus à se cacher derrière un « management des compétences » et envisage tout simplement la liquidation d’un travail qui, parce qu’il se nourrit de la maîtrise que lui procure un droit séculaire, lui paraît émettre des prétentions salariales bien trop élevées pour répondre aux exigences de la « compétitivité ». Mais peut-être que, face à cette violence toujours moins symbolique, cette « utopie de la maîtrise entière du travailleur sur son propre travail » demeure de ces idées régulatrices simples pour une histoire qui reste à écrire.

Bibliographie

Bibliographie

Althabe G., Étude du chômage à Brazzaville, étude psychologique, Paris, Documents du Conseil supérieur des recherches sociologiques outre-mer, ORSTOM, 1959.

Bazin L. et Selim M., « Travail, sexe et État. Une démarche anthropologique », Variations, no 17, 2012, consulté le 18 octobre 2012, [http://variations.revues.org/360].

Bourdieu P., Algérie 60, structures économiques et structures temporelles, Paris, Les éditions de Minuit, 1977.

Bourdieu P., « La force du droit », Actes de la recherche en sciences sociales, no 64, 1986, p. 3-19.

Bourdieu P., La misère du monde, Paris, éditions du Seuil, 1993.

Bourdieu P., « La double vérité du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, no 114, 1996, p. 89-90.

Bourdieu P., La domination masculine, Paris, éditions du Seuil, 1998.

Bourdieu P., Les structures sociales de l’économie, Paris, éditions du Seuil, 2000.

Bourdieu P., « La fabrique de l’habitus économique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 150, 2003, p. 79-90.

Bourdieu P. et Sayad A., Le déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Les éditions de Minuit, 1964.

Cottereau A., « Droit et bon droit, un droit des ouvriers instauré puis évincé par le droit du travail », Annales histoire et sciences sociales, vol. 57, no 6, 2002, p. 1521-1561.

Dehove G., Le contrôle ouvrier en France, l’élaboration de sa notion, ses conceptions, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1937.

Dewerpe A., Le monde du travail en France, Paris, Armand Colin, 1989.

Didry C., Naissance de la convention collective, débats juridiques et luttes sociales en France au début du XXe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 2002.

Durkheim É., Les formes élémentaires de la vie religieuse. Le système totémique en Australie, Paris, PUF, 1930 [1912].

Hatchuel A. et Segrestin B., Refonder l’entreprise, Paris, éditions du Seuil, 2012.

Jan-ré M., Le genre à l’œuvre, Paris, L’Harmattan, 2012.

Julliard J., Autonomie ouvrière. Études sur le syndicalisme d’action directe, Paris, Gallimard/éditions du Seuil, coll. « Hautes Études », 1988.

Minard P., La fortune du colbertisme, État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998.

Noiriel G., Les ouvriers dans la société française, XIXe-XXe siècle, Paris, éditions du Seuil, 1986.

Polanyi K., La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983.

Salais R., Baverez N. et Reynaud B., L’invention du chômage, Paris, PUF, 1986.

Wagner A.-C., Les nouvelles élites de la mondialisation. Une immigration dorée en France, Paris, PUF, 1998.

Yacine T., Chacal ou la ruse des dominés. À l’origine du malaise des intellectuels algériens, Paris, La Découverte, 2001.

Notes

1 Bourdieu P., « La fabrique de l’habitus économique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 150, 2003, p. 83.

2 Bourdieu P., Les structures sociales de l’économie, Paris, éditions du Seuil, 2000.

3 Wagner A.-C., Les nouvelles élites de la mondialisation. Une immigration dorée en France, Paris, PUF, 1998.

4 Bourdieu P., Les structures sociales de l’économie, op. cit., p. 16-17 (souligné par l’auteur).

5 Ibid., p. 15 (souligné par l’auteur).

6 Comme le montre Yacine T., Chacal ou la ruse des dominés. À l’origine du malaise des intellectuels algériens, Paris, La Découverte, 2001. Cela me fournit l’occasion de rappeler l’engagement de Pierre Bourdieu aux côtés de ces intellectuels, premières cibles de la guerre civile que l’Algérie a connue dans les années 1990.

7 Il s’agit des métayers au quint, ne percevant qu’un cinquième de la récolte, le reste revenant au propriétaire, ce qui a fait l’objet d’aménagements dans les réformes agraires après l’indépendance, pour arriver à un partage équilibré entre les deux.

8 Bourdieu P., Algérie 60, structures économiques et structures temporelles, Paris, Les éditions de Minuit, 1977, p. 20.

9 Durkheim É., Les formes élémentaires de la vie religieuse. Le système totémique en Australie, Paris, PUF, 1930 [1912].

10 Bourdieu P., Algérie 60…, op. cit., p. 36.

11 Ibid., p. 37.

12 Valets de ferme.

13 Ibid., p. 38.

14 Ibid., p. 41.

15 Ibid., p. 42.

16 Ibid., p. 39-40.

17 Ibid., p. 108.

18 Ibid., p. 71.

19 Ibid., p. 80.

20 Ibid., p. 83.

21 Ibid., p. 84.

22 Chapitre III de Bourdieu P. et Sayad A., Le déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Les éditions de Minuit, 1964.

23 On retrouverait des éléments analogues sur la situation des jeunes chômeurs africains de Brazzaville marquée par un éloignement à l’égard de la « tradition » dans Althabe G., Étude du chômage à Brazzaville, étude psychologique, Paris, Documents du Conseil supérieur des recherches sociologiques outre-mer, ORSTOM, 1959.

24 Bourdieu P., Algérie 60…, op. cit., p. 74.

25 Ibid., p. 72.

26 Polanyi K., La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983.

27 Cette idéalisation de l’emploi public comme « vrai travail », dans une société faiblement salariée en dépit de l’industrialisation massive des années 1970, se retrouve toujours aujourd’hui (voir Bazin L. et Selim M., « Travail, sexe et État. Une démarche anthropologique », Variations, no 17, consulté le 18 octobre 2012, [http://variations.revues.org/360,2012]).

28 Bourdieu P., Algérie 60…, op. cit., p. 79.

29 Minard P., La fortune du colbertisme, État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998, p. 177.

30 Cité Ibid., p. 167.

31 Noiriel G., Les ouvriers dans la société française, XIXe-XXe siècle, Paris, éditions du Seuil, 1986.

32 Cottereau A., « Droit et bon droit, un droit des ouvriers instauré puis évincé par le droit du travail », Annales histoire et sciences sociales, vol. 57, no 6, p. 1525.

33 Ibid.

34 Dewerpe A., Le monde du travail en France, Paris, Armand Colin, 1989, p. 50.

35 Terme que suggère le décret : « L’exploitation des ouvriers par des sous-entrepreneurs ou marchandage est abolie. Il est bien entendu que les associations d’ouvriers qui n’ont point pour objet l’exploitation des ouvriers les uns par les autres, ne sont pas considérées comme marchandage. » Cottereau évoque également l’usage consistant à fixer la rémunération du compagnon selon un taux prédéterminé du prix de la pièce perçu par le chef d’atelier, dans la soierie lyonnaise, comme une forme de prohibition de l’« entr’exploitation » (Cottereau A., « Droit et bon droit… », art. cit., p. 1540).

36 Julliard J., Autonomie ouvrière. Études sur le syndicalisme d’action directe, Paris, Gallimard/Éditions du Seuil, coll. « Hautes Études », 1988.

37 Salais R., Baverez N. et Reynaud B., L’invention du chômage, Paris, PUF, 1986.

38 Didry C., Naissance de la convention collective, débats juridiques et luttes sociales en France au début du XXe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 2002.

39 Bulletin de la Société d’études législatives, 1906, p. 76-77.

40 Ibid., p. 78.

41 Article 1 de la loi du 25 mars 1919.

42 Bourdieu P., « La force du droit », Actes de la recherche en sciences sociales, no 64, 1986, p. 13.

43 Hatchuel A. et Segrestin B., Refonder l’entreprise, Paris, éditions du Seuil, 2012.

44 Bourdieu P., Algérie 60…, op. cit., p. 26.

45 Dehove G., Le contrôle ouvrier en France, l’élaboration de sa notion, ses conceptions, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1937.

46 Bourdieu P., La misère du monde, Paris, éditions du Seuil, 1993.

47 Jan-ré M., Le genre à l’œuvre, Paris, L’Harmattan, 2012.

48 Bourdieu P., La domination masculine, Paris, éditions du Seuil, 1998.

49 Bourdieu P., « La fabrique de l’habitus économique », art. cit.

50 Bourdieu P., « La double vérité du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, no 114, 1996, p. 89-90.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search