Version classiqueVersion mobile

Bourdieu et le travail

 | 
Maxime Quijoux

Première partie. Bourdieu et le travail, une introduction

Conclusions

Maxime Quijoux

Texte intégral

  • 1 Champy F., Sociologie des professions, Paris, PUF, 2009.
  • 2 Les propriétés du champ peuvent en effet apporter beaucoup à l’extension qu’implique cette nouvell (...)

1Au cours de cette longue introduction, on s’est efforcé non seulement d’éclairer la place du travail dans l’œuvre de Bourdieu, mais aussi de montrer en quoi cet objet faisait sens dans une sociologie complexe et prolifique. On a vu que, contrairement à une idée reçue cantonnant ses apports à la sociologie de la culture et de l’éducation, le sociologue avait contribué substantiellement à l’entendement du travail, qui plus est, dans une définition large de la notion : de ses premiers travaux algériens à ses enquêtes les plus récentes, Bourdieu a aussi bien renseigné la dimension historique du salariat, la sociologie économique ou celle des professions. Bien sûr, cette contribution peut paraître parfois inégale : son apport semble en effet bien plus significatif à la sociologie de l’emploi – et du chômage – ou de la condition salariale qu’à celles des modes de socialisation professionnelles. Par ailleurs, cet apport dépend aussi beaucoup de l’usage que l’on en fait : ainsi, par la prédilection qu’elle cultive à l’égard de certains groupes socioprofessionnels – caractérisés par leur autonomie, leur prestige et leur entre-soi –, la théorie des champs n’est pas sans rappeler la « conception restreinte1 » ou folk concepts, selon désormais l’expression consacrée de Becker, des premiers travaux fonctionnalistes sur les professions, la fascination en moins. L’absence quasi totale d’intérêt pour l’activité renforce en ce sens cette impression. Mais par ses dimensions autonome, dynamique et instable, le champ semble pouvoir également épouser l’évolution actuelle des recherches sur les « groupes professionnels2 ».

  • 3 Voir Boltanski L., op. cit., 2009 ; Munck J. de, « Les trois dimensions de la sociologie critique  (...)

2On a également levé un autre préjugé concernant cette fois-ci sa théorie : si les critiques, du moins les interrogations, qu’on lui adresse à l’endroit de sa sociologie – celles de misérabilisme et de déterminisme – ont pu être souvent légitimes, on a trop souvent réduit l’ensemble de son œuvre à ces seules observations. L’accès à sa sociologie par l’objet « travail » permet en l’occurrence d’explorer une nouvelle dimension de son outillage théorique. Car, si Bourdieu s’emploie, y compris concernant le travail, à montrer la force des déterminations socio-économiques dans nos conduites et représentations, la découverte de la définition qu’il fait du travail autorise une ouverture significative de son système d’analyse : dans un ordre social travaillant à sa reproduction, par les conditions économiques qu’elle propose et la fonction qu’elle attribue, le travail apparaît comme l’une, sinon la seule, institution capable d’offrir des dispositions « nouvelles », utiles aussi bien à une conduite réflexive que prospective, individuelle que collective. Alors que la question des formes de compétences et de dominations et plus généralement celle d’une justification d’une sociologie « critique » continuent d’agiter certaines controverses épistémologiques3, on peut raisonnablement espérer que l’analyse que porte Bourdieu au travail contribuera à nourrir positivement ces débats.

  • 4 Voir par exemple Balazs G. et Pialoux M., « Crise du travail et crise du politique », Actes de la (...)
  • 5 Fournier P., « Deux regards sur le travail ouvrier [À propos de Roy et Burawoy, 1945-1975] », Acte (...)
  • 6 Bourdieu P., « La double vérité du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 114 (...)
  • 7 Gollac M. et Volkoff S., Les conditions de travail, Paris, La Découverte, 2007.
  • 8 Castel R., op. cit. Bien qu’à l’époque de la rédaction des Métamorphoses, Castel s’était éloigné d (...)
  • 9 Beaud S. et Pialoux M., Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Mo (...)

3Enfin, si nous avons présenté cette partie sous la forme d’une introduction, c’est que nous avons conscience qu’un véritable examen de l’héritage bourdieusien à la sociologie du travail passe par l’analyse des contributions à la fois de ses collaborateurs et de sa revue à la discipline. Cette dernière a toujours fait la part belle aux analyses du travail ou aux groupes professionnels, souvent d’ailleurs avec une liberté analytique qui pouvait substantiellement s’écarter des principes théoriques du directeur de la revue. À l’image du double numéro sur les « Nouvelles formes de domination au travail » publié au milieu des années 1990, au sein duquel se côtoient des analyses « typiques » sur les (nouvelles) formes de dépossession des classes populaires4, des présentations de théories nord-américaines5 et le célèbre texte de Bourdieu sur « la double vérité du travail6 », les objets liés aux domaines professionnels n’ont en effet jamais connu une lecture théorique contraignante, au risque de perdre parfois peut-être en lisibilité. Toujours est-il que les Actes et ses principaux auteurs ont largement contribué aux analyses du travail, s’imposant souvent sur des objets essentiels : qu’il s’agisse des conditions du travail7, du salariat8 ou du monde ouvrier9, ses collaborateurs ont su, peut-être plus que d’autres, saisir les transformations contemporaines du travail et leurs effets sur nos sociétés. Compte tenu de la diffusion internationale de l’œuvre de Bourdieu, il serait alors judicieux d’étendre cet examen à la sociologie du travail au niveau mondial, exercice auquel on ne se risquera pas face à un chantier si vaste, qui plus est, au moment de clore cette partie. On espère toutefois avoir atteint notre objectif : mieux connaître Bourdieu pour mieux l’utiliser, dans le travail et ailleurs.

Bibliographie

Bibliographie

Aron R., La sociologie allemande contemporaine, Paris, PUF, 2007 [1935].

Balazs G. et Pialoux M., « Crise du travail et crise du politique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 114 : « Les nouvelles formes de domination dans le travail (1) », septembre 1996, p. 3-4.

Barthe Y. et al., « Sociologie pragmatique : mode d’emploi », Politix, no 103, 3/2013, p. 175-204.

Beaud S. et Pialoux M., Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, Fayard, 1999.

Boltanski L. et Thévenot L., De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

Boltanski L., De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 2009.

Boltanski L., « La sociologie est toujours critique, le champ conceptuel de la notion de domination », conférence inaugurale du congrès de l’Association française de sociologie, Nantes, 2013.

Boltanski L., L’amour et la justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, Paris, Métailié, 1990.

Bourdieu P., Darbel A., Rivet J.-P. et Seibel C., Travail et travailleurs en Algérie, Paris, Mouton, 1964a.

Bourdieu P. et Sayad A., Le déracinement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1964b.

Bourdieu P. et Passeron J.-C., Les héritiers, Paris, Les Éditions de Minuit, 1964c.

Bourdieu P., « L’école conservatrice. Les inégalités devant l’école et devant la culture », Revue française de sociologie, vol. 7, no 3 : « Les changements en France », 1966, p. 325-347.

Bourdieu P. et Passeron J.-C., La reproduction, Paris, Les Éditions de Minuit, 1970.

Bourdieu P., « Le marché des biens symboliques », L’Année sociologique, no 22, 1971, p. 49-126.

Bourdieu P., « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2, no 2-3 : « La production de l’idéologie dominante », juin 1976, p. 88-104.

Bourdieu P., Algérie 60, Paris, Les Éditions de Minuit, 1977.

Bourdieu P., La distinction, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

Bourdieu P., Le sens pratique, Paris, Les Éditions de Minuit, 1980a.

Bourdieu P., Questions de sociologie, Paris, Les Éditions de Minuit, 1980b.

Bourdieu P., Homo academicus, Paris, Les Éditions de Minuit, 1984.

Bourdieu P., « La force du droit [Éléments pour une sociologie du champ juridique] », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 64 : « De quel droit ? », septembre 1986, p. 3-19.

Bourdieu P., Choses dites, Paris, Les Éditions de Minuit, 1987.

Bourdieu P., La noblesse d’État, Paris, Les Éditions de Minuit, 1989.

Bourdieu P., Les règles de l’art, Paris, Éditions du Seuil, 1992.

Bourdieu P. (dir.), La misère du monde, Paris, Éditions du Seuil, 1993.

Bourdieu P., Raisons pratiques, Paris, Éditions du Seuil, 1994.

Bourdieu P., « La double vérité du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 114 : « Les nouvelles formes de domination dans le travail (1) », septembre 1996, p. 89-90.

Bourdieu P., Méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Liber », 1997.

Bourdieu P., La domination masculine, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Liber », 1998.

Bourdieu P., Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris, Éditions du Seuil, 2000.

Bourdieu P., Les structures sociales de l’économie, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Liber », 2000.

Bourdieu P., Interventions politiques 1961-2001, Marseille, Agone, 2002.

Bourdieu P., Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir, 2004.

Bourdieu P. (Yacine T. [coord.]), Esquisses algériennes, Paris, Éditions du Seuil, 2008.

Bourdieu P., « De la guerre révolutionnaire à la révolution », in Bourdieu P. (Yacine T. [coord.]), Esquisses algériennes, Paris, Éditions du Seuil, 2008, p. 118-119.

Bourdieu P., « La fabrique de l’habitus économique », in Bourdieu P. (Yacine T. [coord.]), Esquisses algériennes, Paris, Éditions du Seuil, 2008, p. 239.

Bourdieu P., « La société traditionnelle : attitude à l’égard du temps et conduite économique », in Bourdieu P. (Yacine T. [coord.]), Esquisses algériennes, Paris, Éditions du Seuil, 2008, p. 91-92.

Bourdieu P., « Paysans déracinés : bouleversements morphologiques et changements culturels en Algérie », in Bourdieu P. (Yacine T. [coord.]), Esquisses algériennes, Paris, Éditions du Seuil, 2008.

Bourdieu P., Sur l’État, Paris, Raisons d’agir/Éditions du Seuil, 2012.

Castel R., Les métamorphoses de la question sociale, une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

Certeau M. de, L’invention du quotidien, Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », 1990.

Champy F., Sociologie des professions, Paris, PUF, 2009.

Chapoulie J.-M., Kourchid O., Robert J.-L. et Sohn A.-M. (dir.), Sociologues et sociologies. La France des années 60, Paris, L’Harmattan, 2005.

Corouge C. et Pialoux M., « Engagement et désengagement militant aux usines Peugeot de Sochaux dans les années 1980 et 1990 », Actes de la recherche en sciences sociales, no 196-197, 1/2013, p. 20-33.

Delsaut Y., « Sur les héritiers », in Chapoulie J.-M., Kourchid O., Robert J.-L. et Sohn A.-M. (dir.), Sociologues et sociologies. La France des années 60, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 65-79.

Demazière D. et Gadéa C. (dir.), Sociologie des groupes professionnels, acquis récents et nouveaux défis, Paris, La Découverte, 2009.

Encrevé P. et Lagrave R.-M., Travailler avec Bourdieu, Paris, Flammarion, 2004.

Fournier P., « Deux regards sur le travail ouvrier [À propos de Roy et Burawoy, 1945-1975] », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 115 : « Les nouvelles formes de domination dans le travail (2) », décembre 1996, p. 80-93.

Gautier C., « La domination en sociologie n’est-elle qu’une fiction ? », Actuel Marx, no 49, 1/2011, p. 32-45.

Gollac M. et Volkoff S., Les conditions de travail, Paris, La Découverte, 2007.

Grignon C. et Passeron J.-C., Le savant et le populaire, misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Gallimard, 1989.

Heinich N., Pourquoi Bourdieu, Paris, Gallimard, 2007.

Hély M., Les métamorphoses du monde associatif, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2009.

Hély M. et Moulévrier P., L’économie sociale et solidaire, de l’utopie aux pratiques, Paris, La Dispute, 2013.

Hughes E., « Le drame social du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 115 : « Les nouvelles formes de domination dans le travail (2) », décembre 1996, p. 94-99.

Lapeyronnie D., « L’académisme radical ou le monologue sociologique. Avec qui parlent les sociologues ? », Revue française de sociologie, vol. 45, no 4, 2004, p. 621-661.

Lazarzfeld P., Jahoda M. et Zeisel H., Les chômeurs de Marienthal, Paris, Les Éditions de Minuit, 1981.

Paugam S., Le salarié de la précarité. Les nouvelles formes de l’intégration professionnelle, Paris, PUF, 2000.

Passeron J.-C., « Mort d’un ami, disparition d’un penseur », in Encrevé P. et Lagrave R.-M. (dir.), Travailler avec Bourdieu, Paris, Flammarion, 2004, p. 17-91.

Lenoir R., « Bourdieu avec Weber », in Lebaron F. et Mauger G. (dir.), Lectures de Bourdieu, Paris, Ellipses, 2012.

Mauger G., Rencontres avec Pierre Bourdieu, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2005.

Mauger G. et Lebaron F. (dir.), Lectures de Bourdieu, Paris, Ellipses, 2012.

Martin-criado E., Les deux Algéries de Pierre Bourdieu, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2008.

Munck J. de, « Les trois dimensions de la sociologie critique », SociologieS, La recherche en actes, régimes d’explication en sociologie, mis en ligne le 6 juillet 2011, consulté le 8 mai 2014, [http://sociologies.revues.org/3576].

Nordmann C., Bourdieu/Rancière, la politique entre sociologie et philosophie, Paris, Amsterdam, 2006.

Pinto L., Pierre Bourdieu et la théorie du monde social, Éditions du Seuil, coll. « Points », 2002.

Simonet M., Le travail bénévole, engagement citoyen ou travail gratuit ?, Paris, La Dispute, 2010.

Tanguy L., La sociologie du travail en France, enquêtes sur le travail des sociologues 1950-1990, Paris, La Découverte, 2011.

Willis P., « L’école des ouvriers », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 24, novembre 1978, p. 50-61.

Willis P., L’école des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers, Marseille, Agone, 2011.

Yacine T., « Aux origines d’une ethnosociologie singulière », in Bourdieu P. (Yacine T. [coord.]), Esquisses algériennes, Paris, Éditions du Seuil, 2008, p. 23-53.

Notes

1 Champy F., Sociologie des professions, Paris, PUF, 2009.

2 Les propriétés du champ peuvent en effet apporter beaucoup à l’extension qu’implique cette nouvelle dénomination de cet objet d’études. Cette théorie semble a priori pouvoir participer à « la consolidation d’un champ de recherches [qui] s’appuie alors de manière privilégiée sur l’exploration des dynamiques professionnelles, c’est-à-dire des processus d’émergence, de différenciation et d’autonomie d’activités professionnelles, et, plus largement, des mouvements diversifiés, ambigus et contradictoires de transformation des activités professionnelles (émergence, identification, délimitation, catégorisation, légitimation, invalidation, érosion, segmentation, destruction, disparition…) » (Demazière D. et Gadéa C. [dir.], Sociologie des groupes professionnels, acquis récents et nouveaux défis, Paris, La Découverte, 2009, p. 20).

3 Voir Boltanski L., op. cit., 2009 ; Munck J. de, « Les trois dimensions de la sociologie critique », Sociologies, La recherche en actes, régimes d’explication en sociologie, mis en ligne le 6 juillet 2011, consulté le 8 mai 2014, [http://sociologies.revues.org/3576] ; Gautier C., « La domination en sociologie n’est-elle qu’une fiction ? », Actuel Marx, no 49, 1/2011, p. 32-45. Plus récemment voir Boltanski L., « La sociologie est toujours critique, le champ conceptuel de la notion de domination », conférence inaugurale du congrès de l’Association française de sociologie, Nantes, 2013 ; Bezes et al., op. cit.

4 Voir par exemple Balazs G. et Pialoux M., « Crise du travail et crise du politique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 114 : « Les nouvelles formes de domination dans le travail (1) », septembre 1996, p. 3-4.

5 Fournier P., « Deux regards sur le travail ouvrier [À propos de Roy et Burawoy, 1945-1975] », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 115 : « Les nouvelles formes de domination dans le travail (2) », décembre 1996, p. 80-93 ; Hughes E., « Le drame social du travail », ibid., p. 94-99.

6 Bourdieu P., « La double vérité du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 114, op. cit., p. 89-90.

7 Gollac M. et Volkoff S., Les conditions de travail, Paris, La Découverte, 2007.

8 Castel R., op. cit. Bien qu’à l’époque de la rédaction des Métamorphoses, Castel s’était éloigné de Bourdieu, on ne peut s’empêcher de voir des rapprochements très forts entre les analyses du salariat que font l’un et l’autre. Dans quelle mesure alors Bourdieu aurait influencé Castel ? Place aux historiens.

9 Beaud S. et Pialoux M., Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, Fayard, 1999.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search