Version classiqueVersion mobile

Bourdieu et le travail

 | 
Maxime Quijoux

Première partie. Bourdieu et le travail, une introduction

Le travail entre domination et rationalisation

Maxime Quijoux

Texte intégral

  • 1 Certeau M. de, L’invention du quotidien, Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », 1990, p. 94.
  • 2 Atténuation ceci dit encore toute relative au regard des ouvrages consacrés à l’auteur lors des an (...)
  • 3 Mauger G., Rencontres avec Pierre Bourdieu, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2005.
  • 4 Heinich N. Pourquoi Bourdieu, Paris, Gallimard, 2007.
  • 5 Lapeyronnie D., « L’académisme radical ou le monologue sociologique. Avec qui parlent les sociolog (...)
  • 6 Grignon C. et Passeron J.-C., Le savant et le populaire, misérabilisme et populisme en sociologie (...)
  • 7 Boltanski L. et Thévenot L., De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, (...)

1« Ces textes fascinent par leurs analyses et agressent par leur théorie1. » Si plus de dix ans après sa disparition, les passions qui entourent son œuvre – et son école – semblent s’estomper progressivement, autorisant des lectures à la fois plus constructives et critiques, Pierre Bourdieu a longtemps constitué un point de polarisation des sciences humaines2. La formule de Michel de Certeau a la vertu de synthétiser en quelques mots l’ambivalence que suscitent les concepts du sociologue : face à tous ceux chez qui, comme Gérard Mauger, Bourdieu a produit un effet « socio-logiquement » révélateur3, se dresse une multitude d’adversaires qui, malgré leur hétérogénéité sociale, disciplinaire ou chronologique dans leur opposition, lui adressent souvent les mêmes critiques, qu’elles soient personnelles – on lui reproche des conduites mandarinales et claniques4 –, épistémologiques – certains réprouvent la confusion qu’il fait entre science et politique à la fin de sa vie5 – ou théoriques, taxant sa sociologie de « dogmatique » et de « déterministe ». Parmi les griefs qui composent ce dernier ensemble – les autres n’apporteront rien à notre question –, une partie substantielle de sociologues et de philosophes s’érigent en effet contre la place faible, sinon nulle, que sa théorie du monde social accorde aux « potentialités individuelles » : en postulant que les actions des agents, y compris leurs stratégies, sont conditionnées par leur histoire sociale de classe, faite habitus, Bourdieu serait dans l’incapacité d’appréhender les propriétés constitutives de la rationalité des acteurs, s’interdisant du même coup, de rendre intelligible les possibilités d’action qui en sont solidaires. Cette critique est peut-être encore plus saillante lorsqu’elle concerne les membres appartenant aux positions subalternes de la société : en faisant de la dépossession culturelle, de la délégation politique et de la violence symbolique les caractéristiques principales des « dominés », Bourdieu n’a pas seulement suscité la défiance des défenseurs des théories de l’acteur, mais a conduit aussi un certain nombre de ses collaborateurs historiques à désapprouver des analyses jugées trop réductrices, sinon « misérabilistes6 ». En ce sens, elles ont même amené à la création d’une nouvelle école théorique, au sein de laquelle aujourd’hui encore, la pensée de Bourdieu demeure très présente7.

2Comme on le verra au cours de cette dernière séquence, le travail chez Bourdieu constitue un objet paradigmatique, en ce sens qu’il cumule à la fois toutes les propriétés de la domination – et donc les écueils qui lui sont associés et les conditions de son dépassement : en examinant successivement la genèse et les formes que ces dominations prennent dans le domaine professionnel, puis les effets sociaux que le travail salarié produit sur les individus, on s’apercevra en effet que derrière cet apparent paradoxe réside en fait une analyse à la fois méconnue et inattendue de Bourdieu : s’il peut être une source évidente d’exploitation, le travail est en effet le seul espace à ses yeux – sans comparaison avec l’école ou la famille, lieux de reproduction par excellence – qui offre à la fois les conditions et les outils d’une « rationalisation » de l’action des agents. Ce n’est pas rien pour un sociologue comme Bourdieu : bien plus qu’une fonction socialisatrice, il assigne au travail, en définitive, un pouvoir de transformation individuelle du social, et en ce sens, constitue une institution déterminante de notre civilisation.

Anciennes et nouvelles formes de dominations au travail

  • 8 Bourdieu P., op. cit., 1997, p. 291.
  • 9 Idem.

3La connaissance que l’on a des analyses de Bourdieu sur le travail se limite souvent à un texte intitulé « Les doubles vérités du travail ». Publié une première fois à l’occasion d’un double numéro sur les « nouvelles formes de domination au travail » au milieu des années 1990, il est repris un an plus tard dans les Méditations pascaliennes. Avec le don, le travail est un « cas » destiné à illustrer ses analyses de la violence symbolique, constituant ainsi un exemple emblématique. En quelques paragraphes, Bourdieu entend démontrer que le monde professionnel n’est pas simplement le lieu d’une exploitation objective, qui se définirait par sa seule dimension économique. Après Marx, il invite à un « deuxième renversement8 » consistant à mettre en lumière la « vérité subjective » du travail, c’est-à-dire le pendant symbolique de son action d’asservissement. On y retrouve ici toute l’ontologie théorique de sa sociologie : le travail a réussi à faire méconnaître sa vérité objective en imposant un ensemble de satisfactions, personnelles et collectives, « irréductible au simple revenu en argent, [qui] fait partie des conditions réelles de l’accomplissement du travail, et de l’exploitation9 ». De l’intérêt pour la tâche aux gratifications symboliques liées à la profession, de la convivialité des collègues à la liberté de produire, toutes ces « marges de liberté » et « profits » constituent non pas, comme on le pense souvent, des formes d’émancipation au travail, mais au contraire toutes les propriétés de sa propre soumission. Tout ce qui compose « l’implication au travail » constitue en effet pour Bourdieu les manifestations à la fois de sa servilité et de sa méconnaissance :

  • 10 Ibid., p. 292.

« Les travailleurs peuvent concourir à leur propre exploitation par l’effort même qu’ils font pour s’approprier leur travail et qui les attache à lui par l’intermédiaire des libertés, souvent infimes et presque toujours “fonctionnelles”, qui leur sont laissées et sous l’effet de la concurrence née des différences – par rapport aux ouvriers spécialisés, aux immigrés, aux jeunes, aux femmes – qui sont constitutives de l’espace professionnel fonctionnant comme champ10. »

  • 11 Ibid., p. 293.
  • 12 Idem.
  • 13 Ibid., p. 294.
  • 14 Idem.

4Cette propension à s’investir dans le travail est alors « sans doute d’autant plus grande que les attentes collectives inscrites dans le poste s’accordent plus complètement avec leurs dispositions de leurs occupants11 », bien qu’il ne faille pas non plus isoler les situations de travail les plus contraignantes, comme le travail à la chaîne. Car, si elle rend possible d’éventuelles actions contre-productives – tirer-au-flanc, saboter ou freiner – (voir aussi encadré), la « marge de liberté » n’empêche pas « la possibilité de l’investissement dans le travail et de l’auto-exploitation12 », tout au contraire : « Paradoxalement, c’est parce qu’elle est perçue comme une conquête (par exemple la liberté de fumer une cigarette, de se déplacer, etc.) ou même un privilège (accordé aux plus anciens ou aux plus qualifiés) qu’elle peut contribuer à masquer la contrainte globale qui en fait toute la valeur13 » et concourir en définitive, à sa servitude. D’autant plus que les dominants n’hésitent pas à favoriser cette « liberté de jeu » par des nouvelles formes d’encadrement participatif qui visent explicitement l’instrumentalisation de cette disposition à bien faire son travail. Bref, pour Bourdieu, nul salut dans le travail, car tout ce qui s’apparenterait de près ou de loin à des niches ou des formes de liberté « et que les théories dites de la “résistance” s’empressent de célébrer, dans un souci de réhabilitation, comme des preuves d’inventivité14 » ne sont, en somme, que l’expression souterraine, puissante et renouvelée de l’exploitation capitaliste.

  • 15 Bourdieu P., op. cit., 2000, p. 158-159.

Le travail bureaucratique : exemple inattendu « des marges de liberté »
Soucieux de démontrer la transposabilité de ses concepts, Bourdieu pouvait parfois manquer de mesure dans certains de ses papiers occultant au passage, au profit de ses détracteurs, la finesse analytique qu’il pouvait avoir ailleurs. Alors qu’on aurait pu légitimement y retrouver les formes les plus élémentaires de la domination, l’examen du travail bureaucratique que réalise Bourdieu offre une analyse aussi subtile du degré, souvent substantiel, des marges de liberté permises dans l’ordre professionnel : « Dans la lutte pour le monopole, le règlement est l’arme majeure du fonctionnaire avec, le cas échéant, sa compétence technique ou culturelle. Et l’on pourrait dire, généralisant la formule de Weber, selon laquelle on obéit à la règle lorsque l’intérêt à lui obéir l’emporte sur l’intérêt à “fermer les yeux” ou à “faire une exception”. La règle qui, comme on l’a vu, a été produite dans la confrontation et la transaction entre des intérêts et des visions du monde social antagonistes, ne peut trouver son application qu’au travers de l’action des agents chargés de la faire respecter, qui, disposant d’une liberté de jeu d’autant plus grande qu’ils occupent une position plus élevée dans la hiérarchie bureaucratique, peuvent travailler à son exécution ou, au contraire, à sa transgression, selon qu’ils ont plus de profit matériel ou symbolique à se montrer stricts ou accommodants. (Il s’ensuit qu’on ne peut établir une relation mécanique entre les positions et les prises de position : les positions comportent toujours une marge de jeu, plus ou moins grande, dont les agents peuvent jouer de manière plus ou moins large selon leurs dispositions, elles-mêmes plus ou moins étroitement ajustées à la position.)
L’autorité du fonctionnaire peut s’affirmer dans l’identification pure et simple, sans distance, avec le règlement, dans le fait de s’effacer devant la règle, de s’annuler devant elle, pour jouir pleinement du pouvoir qu’elle donne, c’est-à-dire, le plus souvent, un pouvoir d’interdire. Cette stratégie, qui consiste à renoncer à la liberté toujours inscrite dans le poste, même le plus bas, et à se comporter comme un personnage anonyme et interchangeable, réduit à sa fonction, est sans doute d’autant plus probable, parce qu’à la fois plus encouragée et plus profitable, que l’on descend davantage dans la hiérarchie. Mais, à tous les niveaux, elle se présente comme une alternative possible – ouvrant ainsi la porte au jeu stratégique – à la conduite opposée, qui consiste à se montrer “compréhensif”, “humain”, à tirer parti (et profit, fût-ce un avantage purement moral de conformité éthique) de la liberté de jeu que tout poste laisse toujours à ses occupants (ne serait-ce que parce qu’aucune description de poste ni aucun règlement ne peut tout prévoir). C’est ici l’occasion de rappeler qu’un champ en tant que jeu structuré de manière souple et peu formalisé – ou même une organisation bureaucratique en tant que jeu artificiellement structuré et construit en vue de fins explicites – n’est pas un appareil obéissant à la logique quasi mécanique d’une discipline capable de convertir toute action en simple exécution, limite jamais atteinte, même dans les “institutions totales”15. »

5Cette « double vérité du travail » n’est pourtant ni nouvelle, ni spécifique au capitalisme, loin s’en faut. Pour Bourdieu, les transactions économiques sont irréductibles à leur seule dimension matérielle dans la mesure où c’est l’ensemble des échanges humains qui obéit à des intérêts spécifiques :

  • 16 Bourdieu P., op. cit., 1980, p. 209.

« Lors même qu’elles donnent toutes les apparences du désintéressement parce qu’elles échappent à la logique de l’intérêt “économique” (au sens restreint) et qu’elles s’orientent vers des enjeux non matériels et difficilement quantifiables, comme dans les sociétés “précapitalistes” ou dans la sphère culturelle des sociétés capitalistes, les pratiques ne cessent pas d’obéir à une logique économique16. »

  • 17 Ibid., p. 216.
  • 18 Ibid., p. 216-217.

6S’il entend montrer qu’il existe « un marché de biens symboliques », composé de ses propres profits et logiques d’accumulation – comme le champ artistique ou scientifique –, Bourdieu cherche avant tout à mettre en lumière la fonction de ce marché, notamment économique, dans la perpétuation de l’ordre social. Car pour Bourdieu, non seulement aucun don n’est « gratuit », mais dans bien des cas il est l’instrument qui permet d’occulter ou de légitimer les intérêts, en particulier les plus « lucratifs » : « On possède pour donner, mais on possède aussi en donnant. Le don qui n’est pas restitué peut devenir une dette, une obligation durable17. » Don ou dette participe alors des mêmes logiques asservissantes, « les obligations ouvertement économiques qu’impose l’usurier, ou les obligations morales et les attachements affectifs que crée et entretient le don généreux, bref la violence ouverte ou la violence symbolique, violence censurée et euphémisée, c’est-à-dire méconnaissable et reconnue18 ».

  • 19 Ibid., p. 191.

7Dans les sociétés peu différenciées où les liens « communautaires » autorisent peu ou prou des relations commerciales explicites, l’exploitation de la force de travail est quasiment impossible sans l’exercice de cette « double vérité ». En l’absence de rapports sociaux et de références capitalistiques, la « production » de « biens » ou de « services » n’a aucun sens ni existence spécifique et, au même titre que la division sexuelle ou de génération, fait partie de ces « relations arbitraires d’exploitation [transformées] en relations durables parce que fondées en nature19 ». Dans les sociétés kabyles des années 1960, Bourdieu rapporte ainsi de nombreuses situations où le « capitalisme symbolique » non seulement se substitue à l’accumulation économique mais concourt à l’exploitation d’une main-d’œuvre taillable et corvéable. Ainsi :

  • 20 Ibid., p. 201.

« La stratégie consistant à accumuler le capital d’honneur et de prestige […] permet en effet aux grandes familles de disposer de la force de travail maximum pendant la période de travail tout en réduisant au minimum la consommation ; la contrepartie de ces prestations ponctuelles et limitées aux périodes d’urgence, comme la moisson, est d’autant moins lourde qu’elle sera fournie, soit sous forme de travail, mais en dehors de la période de pleine activité, soit sous d’autres formes, protection, prêt de bêtes, etc.20. »

  • 21 Idem.
  • 22 Idem.
  • 23 Ibid., p. 219-220.
  • 24 Ibid., p. 220.
  • 25 Ibid., p. 221.
  • 26 Ibid., p. 221.

8Pour Bourdieu, on ne peut y voir ici qu’« une forme déguisée d’achat de la force de travail ou une extorsion clandestine de corvées » qui n’est possible que parce qu’elle se présente sous « le déguisement de la thiwizi, aide bénévole qui est aussi corvée, corvée bénévole et aide forcée21 », c’est-à-dire sous « la double vérité de pratiques intrinsèquement équivoques et ambiguës22 ». Parce qu’elles supposent en permanence une relation fondée sur le besoin d’une main-d’œuvre à la fois stable et peu onéreuse, les relations qui unissent le petit propriétaire terrien à son métayer – le Khammes – éclairent encore mieux la nature ambiguë de cette double vérité. Car s’il dispose d’un ensemble de moyens coercitifs pour tenir son « employé » agricole – tels que la saisie de la totalité de sa récolte –, « le maître avait intérêt à manifester son rang en excluant de la relation “économique” toute garantie autre que la fidélité exigée par l’honneur et en traitant comme un associé son khammes qui, de son côté, ne demandait qu’à entrer, avec la complicité de tout le groupe, dans cette fiction intéressée mais propre à lui fournir une représentation honorable de sa condition23 ». Dans un tel contexte, la violence symbolique apparaît non seulement comme un quasi-signe de faiblesse du dominant, d’autant plus qu’il implique à son tour tout un travail, « coûteux » car permanent, de dissimulation des inégalités économiques. Car si « le capital “économique” n’agit que sous la forme euphémisée du capital symbolique », Bourdieu affirme que « cette reconversion du capital qui est la condition de son efficacité n’a rien d’automatique : elle exige, outre une parfaite connaissance de la logique de l’économie de la dénégation, des soins incessants et tout un travail, indispensable pour établir et entretenir les relations, et aussi des investissements importants, tant matériels que symboliques – qu’il s’agisse de l’assistance politique contre les agressions, vols, offenses ou injures, ou de l’assistance économique, souvent très coûteuse, en particulier en cas de disette24 ». Toutefois, tous ces efforts demeureraient sans effet si elle ne s’accompagnait pas aussi de « la disposition (sincère) à offrir de ces choses qui sont plus personnelles, donc plus précieuses que les biens ou l’argent, parce que, comme on dit, elles ne peuvent “ni se prêter ni s’emprunter” comme le temps – celui qu’il faut prendre pour faire de ces choses “qu’on n’oublie pas”, parce qu’elles sont faites comme il faut, quand il faut, “attentions”, “gestes”, “gentillesses”25 ». En définitive, dans une économie de « la mauvaise foi », « si l’autorité est toujours perçue comme une propriété de la personne, c’est que la violence douce exige de celui qui l’exerce qu’il paie de sa personne26 ».

  • 27 Bourdieu P., op. cit., 1994, p. 202.

9Payer de sa personne. Autrement dit, faire don de soi pour mieux extorquer le travail d’autrui. Bousculant à la fois les clichés populistes sur les résistances au travail ou essentialistes sur les solidarités « mécaniques » des sociétés non-capitalistes, cette analyse « symbolique » de l’exploitation de la force du travail l’a conduit enfin à dépasser la circonscription routinière des objets de la sociologie du travail en s’intéressant au travail de prêtre. Plus que celui d’artiste, ce « métier » constitue en effet un cas typique de l’entreprise économique qui a besoin d’être niée pour mieux exister. L’activité sacerdotale repose sur « deux vérités : la vérité économique et la vérité religieuse, qui la dénie27 » et possède en ce sens toutes les propriétés de la violence symbolique :

  • 28 Ibid., p. 202-203.

« L’entreprise religieuse est une entreprise à dimension économique qui ne peut s’avouer comme telle et qui fonctionne dans une sorte de dénégation permanente de sa dimension économique : je fais un acte économique mais je ne veux pas le savoir ; je l’accomplis sur un mode tel que je puis me dire et que je peux dire aux autres que ce n’est pas un acte économique – et je ne peux être crédible auprès des autres que si je le crois moi-même28. »

  • 29 Ibid., p. 204-205.
  • 30 Ibid., p. 205.

10L’exploitation de la force du travail se dissimule alors ici sous les habits de la filiation familiale : « En les transfigurant en relations de parenté spirituelle ou d’échange religieux », le travail ne peut se présenter qu’« à travers la logique du bénévolat », y compris « du côté des salariés, des agents religieux subalternes, par exemple ceux qui nettoient les églises ou qui entretiennent et décorent les autels29 » pour qui l’investissement se décline essentiellement sous la forme d’un « don d’un travail », d’une « offrande librement consentie d’argent et de temps30 ». Dès lors, cette vérité subjective permet non seulement à l’exploitation d’avancer « masquée » mais aussi de disqualifier toute tentative d’objectivation des activités qui font vivre cette communauté :

  • 31 Ibid., p. 203.

« Ainsi, lorsque le syndicat des personnels laïcs d’Église a essayé de définir les professions qu’il représentait, il s’est heurté à la définition implicite de ces professions que défendaient les employeurs (c’est-à-dire les évêques qui, évidemment, refusent cette désignation). Les tâches sacrées sont irréductibles à une codification purement économique et sociale : le sacristain n’a pas de “métier” ; il accomplit un service divin31. »

  • 32 Ibid., p. 206.
  • 33 Ibid., p. 205.
  • 34 Ibid., p. 206.
  • 35 Ibid., p. 207.
  • 36 Hély M., Les métamorphoses du monde associatif, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2009 ; Simon (...)

11Toute velléité salariale est donc discréditée puisque « les actes religieux sont à eux-mêmes leur fin et que celui qui les accomplit est gratifié par le fait même de les accomplir32 ». Dans cette entreprise où seul vaut la « finalité religieuse du travail33 », « les évêques répondent que salaire est un mot qui n’a pas cours dans cet univers34 ». Cet exemple offre alors bien plus qu’une vue saisissante sur les formes de domination dans un univers de travail méconnu : en mettant en lumière « des entreprises (scolaires, médicales, caritatives, etc.) qui, fonctionnant dans la logique du bénévolat et de l’offrande, ont un avantage considérable dans la compétition économique (parmi ces avantages, l’effet de label) » mais qui « ne peuvent bénéficier de ces avantages que pour autant que sont continuellement reproduites les conditions de la méconnaissance de leur dimension économique35 », Bourdieu met en lumière ici une forme d’exploitation qui, comme l’ont particulièrement bien montré des travaux récents36, n’a eu de cesse de se développer depuis vingt ans.

Le salariat comme horizon d’émancipation

  • 37 Bourdieu P. et al., op. cit., 1964, p. 353.
  • 38 Ibid., p. 356.
  • 39 Idem.
  • 40 Ibid., p. 359
  • 41 Ibid., p. 308.
  • 42 Ibid., p. 309.
  • 43 Soulignant la « maturité » politique du peuple algérien, il tient à préciser que la véritable révo (...)

12Pour autant qu’elle concoure à la subordination de tâches ou de situations contraignantes, « la double vérité » qui caractérise le travail ne cesse jamais d’être une violence « douce », le plus souvent imperceptible. Elle paraît presque anecdotique à côté de situations sociales et professionnelles dont Bourdieu fait état à la fois en Algérie et en France. Car Bourdieu est autant, sinon moins, un sociologue du travail que de l’emploi. Ses enquêtes sur le salariat algérien le conduisent à prendre conscience très tôt des effets économiques et « existentiels » – souvent tragiques – de l’inactivité sur les travailleurs. Bien avant « la crise » des années 1970 qui mettra un terme en France au plein-emploi et aux premières enquêtes sur les conséquences du chômage, Bourdieu rapporte en effet avec précision l’étendue et l’intensité de la « désorganisation systématique de la conduite, de l’attitude et des idéologies37 » produite par le non ou sous-emploi. La privation et l’insécurité dont ces derniers sont responsables bouleversent en effet les structures collectives qui régulaient ces sociétés – les activités agricoles, la structure patriarcale, l’économie de la « bonne foi » – sans pour autant permettre les conditions nécessaires à « l’élaboration d’un plan de vie rationnel38 » : en les obligeant à concentrer tous leurs efforts vers « la satisfaction des besoins immédiats39 », l’inconstance et la faiblesse des revenus interdisent à ces hommes « d’élaborer un plan de vie, c’est-à-dire un système cohérent et hiérarchisé de fins prévues ou projetées, embrassant dans l’unité d’une appréhension la conduite présente et l’avenir qu’elle travaille à faire advenir40 ». Dès lors, le chômage ne prive pas seulement les Algériens des moyens indispensables pour rejoindre la marche, pourtant inéluctable, de la rationalisation du monde ; en empêchant toute faculté à la fois réflexive et prospective, l’inactivité les condamne aussi à l’impuissance politique. En effet : « Les sous-prolétaires sont misère et dénuement, souffrance et malheur : ils ne sont pas assez détachés de leur condition pour la constituer en objet41. » Ici, point de demi-mesure ou de « double vérité ». Pour le sociologue, le chômage plonge l’individu dans « l’aliénation absolue [qui le] prive de la conscience même de l’aliénation42 », conduisant Bourdieu à adopter une prudence singulière au moment de l’indépendance du pays43.

  • 44 Bourdieu P. (dir.), La misère du monde, Paris, éditions du Seuil, 1993.
  • 45 Pour plus de précisions, voir ici « Les structures sociales du travail… », p. 25-40.

13C’est quasiment dans les mêmes termes que Bourdieu décrit, trente ans plus tard, la paupérisation grandissante de la classe ouvrière française. Dans La misère du monde44, les vies dont Bourdieu rend compte témoignent de la manière dont la déstabilisation de « cosmos » – notamment ouvrier – conduit aux mêmes effets sociaux. Dans « la rue des Jonquilles », Bourdieu brosse par exemple un tableau sociologique qui n’est pas sans rappeler les paysans kabyles « dépaysannisés » par la colonisation française45. Les habitants de ce quartier populaire, en proie à la désindustrialisation, y sont présentés comme « les survivants d’un immense désastre collectif », faisant fi de tous les cadres économiques et temporels qui structuraient la vie individuelle et collective :

  • 46 Ibid., p. 22.

« Avec les usines, c’est leur raison d’être qui a disparu : ils y entraient tout naturellement, souvent très tôt, dès l’âge de 14 ans, après le certificat d’études, dans la continuité de leurs parents, et ils y destinaient tout naturellement leurs enfants. C’est aussi leur passé, et tout l’univers des relations professionnelles, qu’ils s’efforcent de perpétuer, tant bien que mal, en saisissant toutes les occasions de se retrouver au café ou au supermarché, pourtant séparé de leur résidence par des voies express, où ils passent des matinées à discuter. Mais c’est surtout leur avenir, continuation et justification de leur passé, celui de leurs fils et de leurs filles, aujourd’hui voués à un séjour prolongé dans une école secondaire assez efficiente pour les détourner de l’usine, sans être en mesure de leur offrir autre chose, la plupart du temps que des titres dévalués, c’est-à-dire, bien souvent dans cette région en crise, la promesse du chômage46. »

  • 47 Ibid., p. 22-24.
  • 48 Ibid., p. 625.
  • 49 Voir principalement les textes qui composent la partie intitulée « Déclins » (p. 493), mais aussi (...)

14Ici, une fois de plus, la « vérité subjective » du travail s’est progressivement érodée sous l’action de la vérité la plus objective et la plus humiliante. La déchéance professionnelle de « Monsieur Leblond » ne fait qu’illustrer un peu plus la désolation face à ce marasme : « le salaire diminué de 30 à 40 % […] ; les équipes de travail amputées, parfois de moitié, comme la sienne, qui passe de neuf à quatre, […] et cela pour une production constante ou même augmentée ; les contraintes et les contrôles accrus pour minimiser les absences, même en cas de maladie […] ; les syndicats affaiblis, notamment par la difficulté de mobiliser des travailleurs désenchantés et portés à s’estimer heureux d’avoir un travail47 », tout ce qui faisait jusque-là de l’activité professionnelle une source d’équilibre et de sécurité, devient dès lors un monde déconcertant et dangereux. Texte introduisant l’ouvrage, « la rue des Jonquilles », son univers et ses gens, ne font qu’annoncer alors toute une série de portraits ouvriers ou employés, qui ont tous en commun d’incarner « la fin d’un monde48 », l’effondrement, plus ou moins lent, plus ou moins évident, d’un univers, certes divisé socialement, mais cohérent et structurant49.

  • 50 Bourdieu P., La domination masculine, Paris, éditions du Seuil, coll. « Liber », 1998, p. 128.
  • 51 Ibid., p. 87.
  • 52 Ibid., p. 122.
  • 53 Ibid., p. 126.
  • 54 Ibid., p. 128.

L’impossible égalité de la féminisation du monde du travail
Comme tout groupe stigmatisé, pour Bourdieu les femmes sont porteuses d’« un coefficient symbolique négatif » qui « affecte négativement tout ce qu’elles sont et ce qu’elles font50 ». Cette valeur négative a une conséquence singulière dans le monde du travail : la féminisation qui accompagne les transformations du marché du travail depuis trente ans ne signifie pas en effet une amélioration concomitante de la condition de la femme au travail. Pour Bourdieu, tout se passe en effet comme si leur présence disqualifiait invariablement les tâches et les métiers. Affirmant que « si la statistique établit que les métiers dits qualifiés incombent plutôt aux hommes tandis que les travaux impartis aux femmes sont “sans qualité”, c’est en partie parce que tout métier, quel qu’il soit, se trouve en quelque sorte qualifié par le fait d’être accompli par des hommes (qui, sous ce rapport, sont tous, par définition, de qualité) », il illustre son argument faisant d’un secteur particulier un cas général : « Ainsi, de même que la plus parfaite maîtrise de l’escrime ne pouvait ouvrir à un roturier les portes de la noblesse d’épée, de même, les clavistes, dont l’entrée dans les métiers du livre a suscité de formidables résistances de la part des hommes, menacées dans leur mythologie professionnelle du travail hautement qualifié, ne sont pas reconnues comme faisant le même métier que leurs compagnons masculins, dont elles sont séparées par un simple rideau, bien qu’elles accomplissent le même travail51. » Il reconnaît pourtant, quelques pages plus loin, que la condition de la femme change – plus d’études, moins de travail domestique, plus de travail salarié, plus de divorce, etc. –, notamment en raison de deux facteurs : l’accès à l’enseignement supérieur et le développement concomitant du salariat et son extension à la sphère publique52. Mais Bourdieu relativise aussitôt ce changement et souligne que, si les femmes accèdent de plus en plus au monde du travail, elles demeurent néanmoins reléguées aux « positions les plus basses et les plus précaires qui leur sont réservées53 » par exemple lorsqu’il s’agit de la fonction publique. Il ajoute : « La meilleure attestation des incertitudes du statut qui est accordé aux femmes sur le marché du travail est sans doute le fait qu’elles sont toujours moins payées que les hommes, toutes étant égales par ailleurs, qu’elles obtiennent des postes moins élevés pour les mêmes diplômes, et surtout qu’elles sont plus touchées, proportionnellement, par le chômage et la précarité de l’emploi, et plus volontiers reléguées dans des postes à temps partiel – ce qui a, entre autres, pour effet de les exclure à peu près infailliblement des jeux de pouvoir et des perspectives de carrière. Étant donné qu’elles ont partie liée avec l’État social et avec les positions “sociales” à l’intérieur du champ bureaucratique les plus vulnérables aux politiques de précarisation, tout permet de prévoir qu’elles seront les principales victimes de la politique néo-libérale visant à réduire la dimension sociale de l’État et à favoriser la “dérégulation” du marché du travail54. » Près de vingt ans plus tard, on ne peut que regretter que les faits lui aient donné raison.

  • 55 Bourdieu et al., op. cit., 1964, p. 355-356.

15Face à de telles analyses du travail et des travailleurs, anciennes et constantes, on pourrait tout à fait adresser ici à Bourdieu les reproches qui lui sont faits ailleurs lorsqu’il définit les classes populaires en termes stricts de dépossession politique et culturelle. Ce serait pourtant faire l’économie, sinon l’erreur d’une définition qu’il fait du travail qui, comme on l’a vu plus tôt, est loin de se réduire à sa « seule double vérité » ou à ne briller que par son absence. Au contraire, le travail est indissociable d’une dimension profondément structurante qui s’exprime peut-être d’autant mieux qu’il manque ou n’apparaît que par intermittence. Lorsqu’il analyse le salariat algérien, on a vu par exemple qu’à côté de l’océan de métiers de misère existaient des formes marginales mais présentes d’intégration salariale. Loin de constituer de simples isolats particuliers et/ou insignifiants socialement, dans une société traditionnelle en plein déclin, Bourdieu montre que le travail « n’est pas seulement un moyen de gagner sa vie et d’assurer la subsistance de sa famille : la vie professionnelle proprement dite, avec ses rythmes temporels et spatiaux, les disciplines et les régularités qu’elle impose, constitue l’armature de l’existence individuelle ». il ajoute : « Comme l’équilibre émotionnel, le système des cadres temporels et spatiaux dans lequel se déroule l’existence ne peut se constituer en l’absence des points de repère que fournit le travail régulier. Toute la vie est laissée à l’incohérence55. » En ce sens, il va même jusqu’à prouver empiriquement l’existence d’une correspondance entre salariat, conditions d’existence et processus de rationalisation : les conditions d’emploi – stable et progressif –, de travail– libre et qualifié – et de rémunération – convenables voire bonnes – contribuent en effet à différentes formes de rationalisation des ethos qu’il caractérise par deux principaux paliers : il avance en effet que :

  • 56 Bourdieu P., « La société traditionnelle : attitude à l’égard du temps et conduite économique », i (...)

« L’analyse des données statistiques concernant les comportements, les attitudes et les opinions permet de discerner plusieurs types d’attitudes économiques, associés à des conditions matérielles d’existence différentes. L’emploi permanent et le revenu régulier font accéder à ce que l’on peut appeler le palier de sécurité : chez les individus dont le revenu se situe entre 400 et 600 nouveaux francs, la fin de l’activité économique reste la satisfaction des besoins, et le comportement obéit au principe de la maximisation de la sécurité56. »

  • 57 Idem.
  • 58 Bourdieu et al., op. cit., 1964, p. 311-312.
  • 59 Idem.
  • 60 Ibid., p. 386-387.
  • 61 Idem.

16Ce premier palier correspond alors moins à une attitude prospective qu’à un effet d’hystérésis de situations antérieures marquées par le non-emploi. Il faut atteindre un niveau socio-économique supérieur pour enfin se libérer de l’emprise du quotidien. Ce « seuil d’entreprise », que Bourdieu établit à « 800 nouveaux francs » par foyer, « coïncide avec une mutation globale des conduites et des attitudes, la rationalisation de la conduite tendant à s’étendre à l’économie domestique, lieu des dernières résistances. Les comportements tendent à composer un système qui s’organise en fonction d’un futur abstrait, appréhendé et maîtrisé par la prévision et le calcul57 ». Mais en offrant à la fois les conditions et les outils de l’ethos rationaliste, le travail salarié n’autorise pas simplement l’organisation de l’existence individuelle ou familiale. Car, si le chômage condamne les sous-prolétaires à l’incapacité réflexive et donc à l’incompétence politique, la stabilité de l’emploi et des revenus permet à l’inverse la formation d’une « conscience temporelle ouverte et rationnelle58 », seule à même de pouvoir engager des luttes politiques, y compris les plus révolutionnaires. Grâce aux conditions d’existences et « parce qu’ils ont pu acquérir, dans leur vie professionnelle, une attitude progressiste et rationnelle59 », Bourdieu affirme en effet que « seuls des individus pourvus d’un système cohérent d’aspirations et de revendications, capables de se situer dans la logique du calcul et de la prévision […] peuvent appréhender leur existence de façon systématique et réaliste par référence à un futur collectif, et accepter délibérément les sacrifices ou les renoncements qui sont solidaires de toute action révolutionnaire60 ». Bourdieu va même encore plus loin : il attribue en effet à l’organisation du travail des vertus inattendues en affirmant qu’il conduit à des formes poussées de discernement politique. En effet, « accoutumés à se soumettre à des exigences rationnelles et inclinés au réalisme par la nature même de leur activité quotidienne », Bourdieu conclut que « les prolétaires sont, de tous les travailleurs, les moins accessibles aux séductions de la démagogie61 ».

  • 62 Lazarzfeld P., Jahoda M. et Zeisel H., Les chômeurs de Marienthal, Paris, Les éditions de Minuit, (...)

17Par la primeur de ces recherches, de celui qui les conduit et du contexte très particulier dans lequel elles sont menées, on serait alors tenté de faire une nouvelle erreur en circonscrivant cette analyse à la seule époque algérienne de Bourdieu. La réduction que l’on fait généralement de son œuvre aux objets les plus visibles qui la composent, telles que l’école ou la culture, ne fait que renforcer ce risque de biais. L’examen de ses principaux ouvrages démontre pourtant une permanence dans la centralité que le sociologue accorde au salariat. Au début des années 1980, Bourdieu fait ainsi traduire et paraître les chômeurs de Marienthal de Lazarsfeld62. Près de vingt ans après l’édition de Travail et travailleurs en Algérie, cette publication témoigne non seulement de sa préoccupation constante pour cet objet, mais aussi du rôle primordial qu’il assigne au travail dans notre société. Avec le sens de la formule qui le caractérise, il rappelle en effet qu’en perdant leur emploi :

  • 63 Bourdieu P., « Préface », ibid., p. 9-10.

« Les chômeurs ont perdu les mille riens dans lesquels se réalise et se manifeste concrètement la fonction socialement connue et reconnue, c’est-à-dire l’ensemble des fins posées à l’avance, en dehors du tout projet conscient, sous forme d’exigences et d’urgences – rendez-vous “importants”, travaux à remettre, chèques à faire partir, devis à préparer –, et tout l’avenir déjà donné dans le présent immédiat, sous forme de délais, de dates et d’horaires à respecter – bus à prendre, cadences à tenir, travaux à finir63. »

  • 64 Idem.
  • 65 Ibid., p. 10-11.

18Isolés, ces mille riens paraissent en effet anecdotiques alors que leur unité détermine un « univers objectif d’incitations et d’indications qui orientent et stimulent l’action et, par-là, toute la vie sociale64 ». Dès lors on comprend que dès que le travail cesse d’exercer cette influence, le travailleur subit une déstabilisation majeure qui, chez Bourdieu, se traduit par la submersion du temps vide. Car si l’inactivité entraîne de l’exclusion et des angoisses qui lui sont solidaires, « c’est que le travail est le support, sinon le principe, de la plupart des intérêts, des attentes, des exigences, des espérances et des investissements dans le présent (et dans l’avenir ou le passé qu’il implique), bref un des fondements majeurs de l’illusio comme engagement dans le jeu de la vie, dans le présent, comme présence au jeu, donc au présent et à l’avenir, comme investissement primordial qui – toutes les sagesses l’ont toujours enseigné en identifiant l’arrachement au temps à l’arrachement au monde – fait le temps, est le temps même65 ». Le temps est donc un rapport social et le salariat le déterminant de ce rapport. Sans le travail, l’individu est « possédé » par le temps. En conditionnant sa participation « au jeu de la vie », sa présence permet d’inverser cette relation, en ayant une emprise sur le temps.

  • 66 Bourdieu P., op. cit., 1997, p. 322.

19Cette association entre temps, salariat et existence sociale prend alors un sens particulier dès lors qu’elle est resituée – et restituée – dans l’ensemble du système conceptuel du sociologue. Lorsqu’à la fin des années 1990, Bourdieu publie ses Méditations pascaliennes, celles-ci constituent un point décisif de cette ultime tentative d’explicitation de sa sociologie. Dans un ouvrage placé sous le signe de la critique de « la raison scolastique » et de l’affirmation consubstantielle des principes de l’habitus, le travail salarié acquiert un statut d’autant plus particulier qu’il continue d’apparaître comme l’une des rares institutions susceptibles d’« arracher » les agents des contingences sociales et, en ce sens, d’ouvrir un horizon des possibles. Alors qu’il montre que, à rebours de l’illusion intellectualiste du sujet, des choix et des projets qui lui sont solidaires, l’action des agents est inintelligible dès lors qu’elle est soustraite de leurs conditions d’existence dont elle est le produit, le travail constitue en effet le socle élémentaire à tout sens pratique. Dans un ordre social où « l’adaptation aux exigences tacites du cosmos économique n’est accessible qu’à ceux qui détiennent un minimum de capital économique et culturel, c’est-à-dire un minimum de pouvoir sur les mécanismes qu’ils doivent maîtriser66 », par les conditions socio-économiques qu’il permet et des régularités temporelles qu’il impose, le travail autorise un détachement du présent au profit d’un regard sur l’avenir. Bourdieu indique que :

  • 67 Ibid., p. 323-324.

« Comparées à ces temps quasi libres [des positions scolastiques] ou au temps annulé des sous-prolétaires, des expériences aussi différentes que celle de l’ouvrier, du petit fonctionnaire, du garçon de café, du cadre surmené, ont quelque chose de commun : elles supposent, outre des conditions générales, déjà évoquées comme l’existence de tendances constantes de l’ordre économique et social, dans lequel on est inséré et sur lequel on peut compter, des conditions particulières, comme le fait d’avoir un emploi stable et d’occuper une position sociale impliquant un avenir assuré, éventuellement une carrière comme trajectoire prévisible67. »

20Dès lors, si le vocabulaire a quelque peu changé, Bourdieu fait alors de ses premières analyses des sous-prolétaires algériens une loi sociologique des conditions de l’action « rationnelle ». Il ajoute en effet que :

  • 68 Ibid., p. 324. Je souligne.

« Cet ensemble d’assurances, de cautions, de garanties, qui sont dissimulées aux regards par leurs effets mêmes, sont la condition de la constitution de ce rapport stable et ordonné à l’avenir qui est au principe de toutes les conditions dites “raisonnables”, y compris de l’ordre établi. La possession des assurances minimales concernant le présent et à l’avenir, qui sont inscrites dans le fait d’avoir un emploi permanent et les sécurités associées, est en effet ce qui confère aux agents ainsi pourvus les dispositions nécessaires pour affronter activement l’avenir, soit en entrant dans le jeu avec des aspirations grossièrement ajustées à leurs chances, soit même en tentant de le maîtriser, à l’échelle individuelle, par un plan de vie, ou, à l’échelle collective, par un projet réformiste ou révolutionnaire, foncièrement différent d’une flambée de révolte millénariste68. »

21Dans le chapitre conclusif d’un ouvrage sociologique mais aux prétentions philosophiques, dont le propos n’est pas moins de substituer une définition « scientifique » de l’action de l’homme à l’erreur scolastique, principalement existentialiste, le rôle que Bourdieu assigne au travail éclaire plus qu’un simple positionnement théorique : en réaffirmant, après quarante ans de carrière, que le travail permet des « dispositions nécessaires pour affronter activement l’avenir », Bourdieu offre en effet les possibilités d’une « bascule » théorique dans son appareillage conceptuel : car, si l’on retrouve dans ses analyses du chômage, notamment en termes de dépossession radicale et d’impuissance politique, les dimensions les plus connues de son œuvre et les plus critiquées, on sait désormais que son œuvre ne se réduit plus qu’à ces seuls aspects déterministes et misérabilistes. Mieux, tout évitant de trop « tordre le bâton dans l’autre sens », on sait que l’entendement et l’usage de sa pensée, et par là la compréhension du monde social, doit compter dorénavant avec un nouvel objet et outil : le travail.

Notes

1 Certeau M. de, L’invention du quotidien, Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », 1990, p. 94.

2 Atténuation ceci dit encore toute relative au regard des ouvrages consacrés à l’auteur lors des années 2000 : si certains tentent de faire dialoguer le sociologue – voir par exemple Burawoy dans cet ouvrage ; voir aussi Nordmann C., Bourdieu/Rancière, la politique entre sociologie et philosophie, Paris, Amsterdam, 2006 –, on observe encore une certaine perpétuation du clivage entre « disciples » plus ou moins orthodoxes du sociologue et détracteurs ancestraux et récents.

3 Mauger G., Rencontres avec Pierre Bourdieu, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2005.

4 Heinich N. Pourquoi Bourdieu, Paris, Gallimard, 2007.

5 Lapeyronnie D., « L’académisme radical ou le monologue sociologique. Avec qui parlent les sociologues ? », Revue française de sociologie, vol. 45, no 4, 2004, p. 621-661.

6 Grignon C. et Passeron J.-C., Le savant et le populaire, misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Gallimard, 1989.

7 Boltanski L. et Thévenot L., De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991 ; Boltanski L., De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 2009 ; Barthe Y. et al., « Sociologie pragmatique : mode d’emploi », Politix, 3/2013, no 103, p. 175-204.

8 Bourdieu P., op. cit., 1997, p. 291.

9 Idem.

10 Ibid., p. 292.

11 Ibid., p. 293.

12 Idem.

13 Ibid., p. 294.

14 Idem.

15 Bourdieu P., op. cit., 2000, p. 158-159.

16 Bourdieu P., op. cit., 1980, p. 209.

17 Ibid., p. 216.

18 Ibid., p. 216-217.

19 Ibid., p. 191.

20 Ibid., p. 201.

21 Idem.

22 Idem.

23 Ibid., p. 219-220.

24 Ibid., p. 220.

25 Ibid., p. 221.

26 Ibid., p. 221.

27 Bourdieu P., op. cit., 1994, p. 202.

28 Ibid., p. 202-203.

29 Ibid., p. 204-205.

30 Ibid., p. 205.

31 Ibid., p. 203.

32 Ibid., p. 206.

33 Ibid., p. 205.

34 Ibid., p. 206.

35 Ibid., p. 207.

36 Hély M., Les métamorphoses du monde associatif, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2009 ; Simonet M., Le travail bénévole, engagement citoyen ou travail gratuit ?, Paris, La Dispute, 2010 ; Hély M. et Moulévrier P., L’économie sociale et solidaire, de l’utopie aux pratiques, Paris, La Dispute, 2013.

37 Bourdieu P. et al., op. cit., 1964, p. 353.

38 Ibid., p. 356.

39 Idem.

40 Ibid., p. 359

41 Ibid., p. 308.

42 Ibid., p. 309.

43 Soulignant la « maturité » politique du peuple algérien, il tient à préciser que la véritable révolution du pays ne pourra faire l’économie d’une salarisation de la société algérienne : « Faute de posséder sur le présent ce minimum de prise qui est la condition d’un effort délibéré et rationnel pour prendre prise sur le futur, tous ces hommes sont livrés au ressentiment incohérent plutôt qu’animés par une véritable conscience révolutionnaire. » (Bourdieu P., « De la guerre révolutionnaire à la révolution », in Bourdieu P., op. cit., 2008, p. 118-119.)

44 Bourdieu P. (dir.), La misère du monde, Paris, éditions du Seuil, 1993.

45 Pour plus de précisions, voir ici « Les structures sociales du travail… », p. 25-40.

46 Ibid., p. 22.

47 Ibid., p. 22-24.

48 Ibid., p. 625.

49 Voir principalement les textes qui composent la partie intitulée « Déclins » (p. 493), mais aussi « la démission de l’État » (p. 337) ou bien encore « les exclus de l’intérieur » (p. 931).

50 Bourdieu P., La domination masculine, Paris, éditions du Seuil, coll. « Liber », 1998, p. 128.

51 Ibid., p. 87.

52 Ibid., p. 122.

53 Ibid., p. 126.

54 Ibid., p. 128.

55 Bourdieu et al., op. cit., 1964, p. 355-356.

56 Bourdieu P., « La société traditionnelle : attitude à l’égard du temps et conduite économique », in Bourdieu P., op. cit., 2008, p. 96-97.

57 Idem.

58 Bourdieu et al., op. cit., 1964, p. 311-312.

59 Idem.

60 Ibid., p. 386-387.

61 Idem.

62 Lazarzfeld P., Jahoda M. et Zeisel H., Les chômeurs de Marienthal, Paris, Les éditions de Minuit, 1981.

63 Bourdieu P., « Préface », ibid., p. 9-10.

64 Idem.

65 Ibid., p. 10-11.

66 Bourdieu P., op. cit., 1997, p. 322.

67 Ibid., p. 323-324.

68 Ibid., p. 324. Je souligne.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search