Version classiqueVersion mobile

Bourdieu et le travail

 | 
Maxime Quijoux

Première partie. Bourdieu et le travail, une introduction

La fabrique du travailleur : reproduction sociale, habitus et champ

Maxime Quijoux

Texte intégral

  • 1 Voir le préambule.

1À la fin des années 1950, menacé par des groupes d’extrême droite, Bourdieu est contraint de rentrer précipitamment en France. Il rejoint l’université de Lille où il fait ses débuts d’enseignant-chercheur. Son départ de l’Algérie met alors un terme aux enquêtes qu’il menait dans ce pays : Bourdieu délaisse en effet ses recherches sur le salariat algérien et privilégie dorénavant des enquêtes sur la condition étudiante et l’université dans la société française. Suite au succès des Héritiers, l’éducation et la culture deviennent dès lors des domaines fondamentaux de sa sociologie auxquels il consacrera une partie essentielle de son œuvre. Celle-ci d’ailleurs est souvent réduite à ces travaux contemporains au détriment de ses recherches antérieures, mais aussi au préjudice d’une véritable genèse de ses notions1. Notons d’abord que Bourdieu mobilise de façon régulière son expérience algérienne : l’étude des modes de vie des paysans kabyles a permis en effet d’éclairer certaines de nos conduites les plus « naturelles » car les plus intériorisées, qu’elles aient trait à nos pratiques culturelles, nos rapports hommes-femmes ou nos croyances économiques. Mais l’expérience algérienne de Pierre Bourdieu a surtout servi le creuset à ses principaux concepts : c’est bien en effet à partir de ces sociétés paysannes et méditerranéennes qu’il fonde les notions d’habitus, de capital et de violence symbolique.

  • 2 Ce à quoi Bourdieu s’est toujours opposé, voir Bourdieu P., Esquisse pour une auto-analyse, Paris, (...)
  • 3 Bourdieu P., op. cit., 1987, p. 34.

2De la même façon, on omet souvent la filiation qui existe entre ses travaux sur le salariat algérien à ceux qui leur succéderont sur la France. La segmentation progressive des sciences sociales en fonction de leur objet2 a en effet contribué à brouiller la continuité et l’utilisation de ces premières recherches sur l’Algérie dans ses enquêtes sur la France. Plus qu’une simple utilisation, Bourdieu rappelle en effet que « la plupart des concepts autour desquels se sont organisés les travaux de sociologie de l’éducation et de la culture que j’ai menés ou dirigés dans le cadre du Centre de sociologie européenne sont nés d’une généralisation des acquis des travaux ethnologiques et sociologiques que j’avais réalisés en Algérie ». Il ajoute : « Je pense en particulier à la relation entre les espérances subjectives et les chances objectives, que j’avais observée dans les conduites économiques, démographiques et politiques des travailleurs algériens, et que je redécouvrais chez les étudiants français ou leurs familles3. » Cette contribution consiste justement à comprendre comment les concepts phares de Bourdieu participent et comprennent cette dimension salariale en eux. Il s’agira donc ici d’éclairer les principaux paradigmes du sociologue sous un nouveau jour, permettant ainsi de dégager la dimension heuristique de ces concepts pour penser le travail.

Des dispositions aux positions, de l’école au poste de travail

  • 4 Voir Delsaut Y., « Sur les héritiers », in Chapoulie J.-M., Kourchid O., Robert J.-L. et Sohn A.-M (...)
  • 5 Ibid.
  • 6 Voir aussi Bourdieu P., op. cit., 1979, p. 161.

3Au début des années 1960, Bourdieu semble abandonner les problématiques liées à l’Algérie et au salariat pour se tourner vers la France, l’éducation et la culture. Si ce changement d’objet s’explique par la fin du conflit algérien, il correspond aussi à l’arrivée de Bourdieu dans le monde universitaire français. À cette époque, l’université française et la sociologie se situent dans des séquences historiques singulières, à la fois propres et conjointes, qui expliquent en grande partie ce recentrage. En effet, l’émergence des départements et des formations de sociologie coïncide avec le début de la « massification » scolaire de l’enseignement supérieur français. Fraîchement débarqué à l’université de Lille, Bourdieu assiste et participe à ce double phénomène, ayant conscience de ses enjeux politiques et scientifiques : dans un contexte socio-économique très favorable, l’institution universitaire apparaît comme l’outil principal de mobilité sociale et donc comme l’incarnation de l’un des principaux idéaux républicains : la méritocratie. Les organisations étudiantes, très mobilisées – Mai 68 est proche –, entendent aussi défendre les intérêts spécifiques de ce segment de la population dont la classe d’âge est alors majoritaire en France4. En parallèle, profitant du succès du structuralisme, notamment en anthropologie, la sociologie cherche progressivement à faire sa place dans l’horizon académique, scientifique et intellectuel français. Car si la discipline est ancienne, elle n’a aucune existence institutionnelle à part entière5. En construction, elle est donc ouverte à toutes les luttes de courant qui, dans un espace académique circonscrit, se réduisent souvent à des luttes de personne, comme nous l’évoquions en préambule6. Enquêter sur l’université et la population qui la compose présente donc des problématiques stimulantes, répondant à des enjeux de natures et d’échelles multiples, auxquels s’ajoute enfin un avantage logistique évident, dans les conditions contraignantes que représente le début de carrière d’un jeune enseignant.

  • 7 Delsaut Y., op. cit., p. 69.
  • 8 Voir Bourdieu P., op. cit., 2004 et Passeron J.-C., « Mort d’un ami, disparition d’un penseur », i (...)
  • 9 Bourdieu P. et Passeron J.-C., Les héritiers, Paris, Les éditions de Minuit, 1964, p. 12.
  • 10 Idem.
  • 11 Ibid., p. 43.
  • 12 Bourdieu P., « L’école conservatrice. Les inégalités devant l’école et devant la culture », Revue (...)
  • 13 Bourdieu P., La noblesse d’État, Paris, Les éditions de Minuit, 1989, p. 101.
  • 14 Bourdieu P. et Passeron J.-C., op. cit., 1964, p. 107.
  • 15 Bourdieu P. et Passeron J.-C., La reproduction, Paris, Les éditions de Minuit, 1970, p. 48.

4En compagnie de Jean-Claude Passeron, Bourdieu s’engage donc dans une nouvelle recherche qui, dans un premier temps, n’a pas d’objet vraiment circonscrit, si ce n’est la population étudiante qui se présente à eux. À la fois « petite cuisine permanente » et « grand projet7 », cette nouvelle enquête entend combattre certaines idées reçues sur le monde étudiant, le rôle de l’université et de ses enseignants dans la société française. Bourdieu et Passeron sont en effet peu enclins, notamment pour des raisons biographiques8, à adhérer aux discours qui entourent les institutions scolaires et la fonction positive qu’on leur attribue dans la mobilité sociale et par extension dans la « moyennisation » de la société française. Statistiques à l’appui, ils mettent en évidence les écarts qui séparent les « chances scolaires » des membres des classes populaires des autres groupes sociaux. Ils observent ainsi qu’« un fils de cadre supérieur a quatre-vingts fois plus de chances d’entrer à l’université qu’un fils de salarié agricole et quarante fois plus qu’un fils d’ouvrier9 », constat amenant par conséquent les auteurs à parler « d’élimination » des classes les plus défavorisées10. Loin de réduire les inégalités de classes, l’école contribue au contraire à naturaliser ces clivages en légitimant les accès aux différentes positions de l’espace social, qui cor respondent alors, à une époque de plein-emploi, à différents segments du marché du travail. Les deux sociologues s’appliquent en effet à montrer la manière dont l’École participe à la reproduction de la main-d’œuvre en mettant en conformité des espoirs subjectifs et des probabilités objectives. Les auteurs se fondent alors sur une analyse directement dérivée des travaux sur le salariat algérien de Bourdieu : pour eux, la division sociale concourt à la fabrication d’un habitus, c’est-à-dire d’un ensemble de visions et de valeurs, de normes et de conduites qui conditionnent les agents dans leur rapport à leur destin social. Par les conditions d’existence et l’environnement social qu’elle impose, l’appartenance de classe détermine en effet fortement la nature et le degré d’aspirations sociales des individus : ils affirment ainsi que « le poids de l’hérédité culturelle est tel que l’on peut ici posséder de façon exclusive sans même avoir besoin d’exclure, puisque tout se passe comme si n’étaient exclus que ceux qui s’excluent11 ». Autrement dit, avant même l’action ségrégative de l’institution scolaire, la société elle-même opère une sélection dans le rapport qu’entretiennent les agents avec l’école. Ainsi, à l’instar des sous-prolétaires algériens, « parce que le désir raisonnable de l’ascension par l’école ne peut se former tant que les chances objectives de réussite sont infimes, […] leur comportement [des ouvriers français] se règle objectivement sur une estimation empirique de ces espérances objectives, communes à tous les individus de leur catégorie12 ». À l’inverse, tout autorise, sinon incite, les fractions les plus favorisées de la société à s’impliquer dans le jeu scolaire : héritiers d’un capital culturel, ils profitent d’autant plus de cet avantage qu’il est proche des attentes sociales et culturelles de l’institution scolaire. La correspondance sociale est parfois si forte qu’on en vient de se demander si, « comme disaient les Romains, elles ne se contentent pas d’“enseigner au poisson à nager”13 ». Mieux, l’école réussit à transformer ce privilège en « don », c’est-àdire en « grâce individuelle ou en mérite personnel » et permet ainsi, dans une société dominée par un idéal égalitariste, au « racisme de classe » de « s’afficher sans jamais s’apparaître14 ». Elle réalise ainsi ce pour quoi elle est destinée, à savoir « inculquer aux destinataires légitimes l’arbitraire culturel qu’[elle] a mandat de reproduire15 ».

  • 16 Bourdieu P., op. cit., 1980b, p. 256.
  • 17 Bourdieu P., op. cit., 1989, p. 538.
  • 18 Idem.
  • 19 Ibid., p. 167.
  • 20 Ibid., p. 165.
  • 21 Ibid., p. 166.
  • 22 Bourdieu P., Raisons pratiques, Paris, éditions du Seuil, 1994, p. 41-42.

5C’est par le diplôme qu’elle décerne – ou pas – que l’École contribue le plus à légitimer les trajectoires et les positions sociales. En effet, l’idée qu’elle dispense « que les gens ont les postes qu’ils méritent en fonction de leur instruction et de leurs titres, joue un rôle déterminant dans l’imposition des hiérarchies dans le travail et hors du travail16 ». Pour Bourdieu, plus qu’un acte bureaucratique censé attester des qualifications, « le titre scolaire est en effet une manifestation par excellence de […] la magie d’État17 » : « agissant en mandataire de la banque centrale de crédit symbolique qu’est l’État, [le diplôme] garantit et consacre un certain état de choses, entre le discours et le réel18 », produisant, en ce sens, des effets déterminants sur la perception collective des détenteurs de diplômes. En attribuant « un monopole légitime d’une vertu sociale ou d’une compétence, […] c’est-à-dire d’une capacité légalement reconnue d’exercer un pouvoir efficient parce que légitime (comme celui de donner des ordres)19 », cet acte de consécration constitue « l’attribut sans doute le plus déterminant (avec la profession qu’il contribue fortement à déterminer) de l’identité sociale20 ». Par conséquent, l’institution scolaire ne détermine pas simplement l’accès à différents postes ou professions, supports de l’espace social ; par la puissance symbolique que comporte le certificat, elle possède un pouvoir d’assignation statutaire qui conditionne aussi durablement le rapport que les agents entretiennent avec leur travail. Le certificat concourt en effet à assigner une « essence », « un droit d’accès à un poste dans lequel s’acquiert souvent l’essentiel de la compétence technique nécessaire pour l’occuper21 ». Cette consécration est parfois si forte, qu’elle en vient même, pour les écoles et les diplômes les plus prestigieux, à instituer « une relation d’ordre définitive, […] une noblesse22 ».

  • 23 Willis P., L’école des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers,(...)
  • 24 Bourdieu P., La distinction, Paris, Les éditions de Minuit, 1979, p. 150.
  • 25 Bourdieu P., Homo academicus, Paris, Les éditions de Minuit, 1984, p. 216.

6Dès lors, la contribution substantielle que Bourdieu consacre à l’éducation et à la culture constitue une ressource tout aussi importante pour la sociologie du travail. En effet, à la manière de Paul Willis23, il montre comment le rapport à l’école et le diplôme que celle-ci délivre déterminent la relation ultérieure – investie ou détachée, heureuse ou malheureuse – que les agents ont avec leurs postes ou leurs métiers. Ce lien qu’il engage entre éducation et travail le conduit ainsi à anticiper, de manière très précoce, un phénomène qui bouleversera l’ensemble de la société française à partir des années 1980. Dès les années 1960, il fait état en effet des corollaires de la massification scolaire sur les conduites professionnelles de cette génération (voir encadré). S’il évoque avec Passeron dans La reproduction, les adaptations erratiques du travail enseignant face à la « diversification » du public universitaire, Bourdieu souligne avant tout l’impact de la dévaluation des titres scolaires sur les subjectivités et pratiques qui touchent alors indistinctement l’ensemble des catégories salariales : si les travailleurs sans qualifications sont ceux les plus exposés aux effets de cette dévaluation24, la plupart des diplômés de cette génération scolaire – et de celles qui suivront – observent une déception qui résulte alors « d’aspirations désajustées par rapport à leurs chances objectives d’accomplissement25 ». Il précise :

  • 26 Idem.

« C’est le cas, qui a valeur de limite, des détenteurs d’un diplôme d’enseignement général ou d’un CAP, voire d’un baccalauréat (on compte, en 1968, plusieurs milliers d’OS dotés de ce titre), qui sont renvoyés vers des professions manuelles accordant une faible valeur économique et symbolique aux diplômes d’enseignement général et même aux diplômes techniques et qui se trouvent ainsi voués à la déqualification objective et/ou subjective, et à la frustration engendrée par l’expérience de l’inutilité du diplôme (tel ce jeune ouvrier diplômé qui, condamné à accomplir le même travail que des ouvriers démunis ou, “pire”, que des “étrangers” conclut : “Je n’ai pas suivi des cours pendant quatre ans pour découper des rondelles”)26. »

  • 27 Bourdieu P., op. cit., 1979, p. 161.

Comment l’école agit sur la subjectivité au travail
« Le moindre paradoxe de ce que l’on appelle la “démocratisation scolaire” n’est pas qu’il aura fallu que les classes populaires, qui jusque-là n’en pensaient pas grand-chose ou acceptaient sans trop savoir l’idéologie de “l’école libératrice”, passent par l’enseignement secondaire pour découvrir, à travers la relégation et l’élimination, l’école conservatrice. La désillusion collective qui résulte du décalage structural entre les aspirations et les chances, entre l’identité sociale qu’offre réellement, au sortir de l’école, le marché du travail, est au principe de la désaffection à l’égard du travail et des manifestations du refus de la finitude sociale, qui est à la racine de toutes les fuites et de tous les refus constitutifs de la “contre-culture” adolescente. Sans doute cette discordance – et le désenchantement qui s’y engendre – revêt-elle des formes objectivement et subjectivement différentes selon les classes sociales. C’est ainsi que, pour les enfants de la classe ouvrière, le passage par l’enseignement secondaire et par le statut ambigu d’“étudiant” provisoirement affranchi des nécessités du monde du travail a pour effet d’introduire des ratés dans la dialectique des aspirations et des chances qui portait à accepter, parfois avec empressement (tels ces fils de mineur qui identifiaient leur entrée dans le statut d’homme adulte avec la descente à la mine), presque toujours comme allant de soi, le destin social. Le malaise dans le travail que ressentent et expriment de manière particulièrement vive les victimes les plus évidentes de déclassement, comme ces bacheliers condamnés à un rôle d’OS ou de facteur, est, d’une certaine façon, commun à toute une génération ; et s’il exprime dans des formes de lutte, de revendication ou d’évasion insolites, souvent mal comprises par les organisations traditionnelles de lutte syndicale ou politique, c’est qu’il a pour enjeu plus et autre chose que le poste de travail, la “situation”, comme on disait autrefois. Profondément mis en question, dans leur identité sociale, dans leur image d’eux-mêmes, par un système scolaire et un système social qui les ont payés en monnaie de singe, ils ne peuvent restaurer leur intégrité personnelle et sociale qu’en opposant à ces verdicts un refus global27. »

  • 28 Ibid., p. 167.
  • 29 Idem.
  • 30 Ibid., p. 168.
  • 31 Ailleurs, Bourdieu précise que : « La “profession” d’écrivain ou d’artiste est en effet une des mo (...)
  • 32 Bourdieu P., op. cit., 1979, p. 168.

7Néanmoins, tous les agents ne vivent pas sur le mode du désenchantement les répercussions de cette crise de l’institution scolaire sur le monde du travail. En fonction de leur position dans l’espace social et des ressources qui en sont solidaires, certains diplômés profitent de l’indétermination de certains postes pour reconvertir leurs qualifications et maintenir ainsi leurs aspirations professionnelles. « Ceux qui entendent échapper au déclassement – nous dit Bourdieu – peuvent en effet ou bien produire de nouvelles professions plus ajustées à leurs prétentions […] ou bien aménager conformément à leurs prétentions, par une redéfinition impliquant une réévaluation, les professions auxquelles leurs titres leur donnent accès28. » « Enjeu de luttes permanentes29 », cet ajustement sémantique, technique et social des postes de travail « a toutes les chances d’être d’autant plus grand qu’est plus importante l’élasticité de [sa] définition (dont il est probable qu’elle s’accroît à mesure qu’on s’élève dans la hiérarchie des postes) et que les nouveaux occupants sont d’origine sociale élevée30 ». En investissant des professions nouvelles ou aux attributions confuses, comme dans le domaine culturel ou artistique par exemple31, une fraction des classes dominantes échappe ainsi à la disqualification sociale associée à la dévaluation de leur formation. Ce salut social tient alors essentiellement à « un recrutement [qui] se fait encore, le plus souvent, par cooptation c’est-à-dire sur la base des “relations” et des affinités d’habitus32 ».

  • 33 Ibid., p. 128.
  • 34 Ibid., p. 157.

8Enfin, les groupes occupant les positions les plus hautes de l’espace social sont peu ou prou affectés par les effets de la massification scolaire : Bourdieu s’efforce en effet de montrer comment les fractions les plus dominantes de la société française ont établi un système scolaire quasi parallèle dont la fonction consiste non seulement à renforcer l’endogamie du groupe, mais aussi sa suprématie, notamment en le préparant aux fonctions les plus hautes de l’administration ou de l’entreprise. Des classes préparatoires, en passant par Sciences-Po et l’ENA, il éclaire en effet la manière dont les grandes écoles participent à l’unité du groupe : le principe d’« excellence » qui régit la sélection de ces établissements consiste moins à choisir les « meilleurs » qu’à garantir l’entre-soi. Par son « enfermement sélectif », ses « rites d’institution » et ses diplômes, cette scolarité extra-ordinaire a pour fonction évidente d’adouber une catégorie particulière d’individus : non seulement l’entrée de ces écoles « tend à arracher les élus aux incertitudes et aux aléas de l’histoire biographique en conférant au point initial de la trajectoire le pouvoir […] de délimiter […] une classe de trajectoires probables33 » ; mais la dimension magique de cette filiation « aristocratique » possède également un pouvoir performatif déterminant puisque « les pratiques obligées que le sentiment de leur différence impose aux élèves des classes préparatoires et des grandes écoles tendent à renforcer objectivement leur différence34 ».

  • 35 Ibid., p. 155.

9Mais ces écoles ont aussi pour mission de former les futurs grands patrons aux tâches que supposent leurs positions. « Les gens sublimes [étant] voués à la sublimation35 », Bourdieu s’évertue alors, des pages durant, à montrer l’organisation, la spécificité et surtout l’intensité de l’action pédagogique de ces grandes écoles. Il met bien en lumière le conditionnement particulier que doivent subir les étudiants et la pratique singulière du temps intensifié et dédié à la production de dissertations sous la pression permanente de leurs enseignants.

  • 36 Ibid., p. 118.

« Ainsi, tout concourt à faire de ces “écoles d’élite” de véritables écoles de cadres : la subordination de l’apprentissage à la pression de l’urgence et l’encadrement strict et continu du travail sont bien faits pour inculquer ce rapport à la culture à la fois docile et assuré qui prédispose plutôt à l’exercice du pouvoir qu’à la pratique de la recherche et que l’on évoque en fait lorsqu’on parle de “culture générale”. Cet art de mobiliser instantanément toutes les ressources disponibles et d’en tirer le meilleur parti que certains grands concours, comme celui de l’ENA, ont porté à sa plus haute intensité, et l’assurance statutaire qui va de pair avec cette maîtrise sont sans doute au premier de ces “vertus de chefs” que sanctionnent et consacrent toutes les grandes écoles et qui prédisposent en effet davantage aux calculs pragmatiques et disciplinés de la décision résolue qu’aux audaces et aux ruptures de la recherche scientifique ou artistique36. »

  • 37 Ibid., p. 115.

10En somme, loin d’isoler ses recherches sur l’école du monde du travail comme on a eu trop souvent tendance à le faire – il parle lui-même de « fausse indépendance entre les variables dites indépendantes » concernant la relation entre le titre scolaire et la profession37 –, Bourdieu nous offre en réalité un angle d’analyse tout à fait stimulant en mettant en lumière le rôle de l’institution scolaire dans la socialisation professionnelle. Il n’épuise pas pour autant cette question. Mais l’œuvre de Bourdieu ne se réduit pas non plus à l’école ou à la culture. En l’occurrence, sa boîte à outils met à disposition d’autres concepts – tirés une fois de plus de l’Algérie – et qui nous permettent de penser les mécanismes sociaux à l’œuvre dans le travail, au premier chef ceux d’habitus et d’incorporation.

Le travail incorporé : habitus, travail et esprit de corps

  • 38 Bourdieu P., op. cit., 2004, p. 46-47.

11Tenter de décliner l’œuvre de Bourdieu au prisme d’un objet d’étude, comme on le fait ici, constitue presque une gageure. Dès ses premières enquêtes, Bourdieu s’est en effet toujours opposé à réduire sa démarche intellectuelle, et plus largement le travail sociologique, à des objets particuliers. Que ce soit le travail, l’école, l’art ou l’État, son projet scientifique consiste moins à cerner l’ontologie sociologique d’un phénomène qu’à l’utiliser comme supports réflexifs, démonstratifs ou explicatifs de mécanismes sociaux plus généraux. Il cultive même une certaine condescendance à l’égard de ceux qui, dans les années 1960, « se partagent la recherche et les pouvoirs selon une division en spécialités, souvent définies par des concepts du sens commun, et clairement réparties comme autant de fiefs : la sociologie du travail, avec Alain Touraine, Jean-Daniel Reynaud et Jean-René Tréanton ; la sociologie de l’éducation, avec Viviane Isambert ; la sociologie de la religion, François-André Isambert ; la sociologie rurale, Henri Mendras ; la sociologie urbaine, Paul-Henri Chombard de Lauwe ; le loisir, Joffre Dumazedier, et sans doute quelques autres provinces mineures ou marginales que j’oublie38 ». Plutôt que de participer aux controverses de ces différentes « provinces » de la sociologie, il préfère engager des discussions avec ceux qui ambitionnent, comme lui, d’appréhender l’homme dans sa totalité anthropologique et de fournir les instruments de sa compréhension : de Marx à Weber, en passant par Durkheim et Sartre, il consacre ainsi son œuvre à montrer la pertinence et les limites de ces différents auteurs pour mieux élaborer ses propres concepts.

  • 39 Bourdieu P., op. cit., 1997, p. 200.
  • 40 Bourdieu P., op. cit., 1980, p. 88.
  • 41 Bourdieu P., op. cit., 1997, p. 200.

12C’est d’ailleurs à partir d’une critique de Lévi-Strauss que Bourdieu affirme avoir construit l’une de ses notions majeures. Au cours d’un scrupuleux exercice de réflexivité, Bourdieu revient dans la préface du Sens pratique sur les atermoiements et les impasses que suscite l’inadéquation du modèle structuraliste aux pratiques des paysans kabyles : dans une société peu différenciée où les rites et les mythes semblent couvrir l’ensemble des pratiques sociales, les conduites qu’il observe relèvent en effet moins d’une application en connaissance de cause – opus operatum – que d’un ensemble de pratiques routinières agissant selon des situations données – modus operandi. Face à la rigidité et le systématisme de la modélisation levistraussienne – ce qu’il appelle le « juridisme » –, Bourdieu propose alors une définition à la fois plus lâche et plus structurante des attitudes qu’il observe, et plus largement des conduites sociales. Pour lui, les pratiques des individus obéissent à leur habitus : produit à la fois d’une histoire collective et d’une trajectoire individuelle, l’habitus est un système « de schèmes de perception, d’appréciation et d’action39 » de « dispositions durables et transposables40 », c’est-à-dire le principe constitutif de l’ensemble de nos façons de penser, d’être, de se tenir et d’agir. Logiciel formaté par notre histoire de classe et les imprévus permis dans les limites cette histoire, l’habitus crée « des actes de connaissance pratique, fondés sur le repérage et la reconnaissance des stimuli conditionnels et conventionnels auxquels ils sont disposés à réagir41 ».

  • 42 Ibid., p. 201.
  • 43 Bourdieu P., op. cit., 1980, p. 89.
  • 44 Ibid., p. 91.

13On aurait donc affaire à une définition assez ordinaire de la socialisation si, avec les conditions de l’action, l’habitus autorisait la genèse et la conscience de ces actions. Or, et c’est là toute l’originalité de Bourdieu – au regard de Lévi-Strauss mais de l’ensemble des sciences humaines – si l’habitus engendre « des stratégies adaptées et sans cesse renouvelées42 », les pratiques humaines obéissent non seulement « à leur but sans supposer la visée consciente de fins et la maîtrise expresse des opérations nécessaires pour les atteindre43 », mais elles sont invariablement tributaires des conditions objectives dont elles sont le produit. L’appartenance à un groupe social n’implique donc pas uniquement des façons de voir, mais impose un sens pratique dans la mesure où « les anticipations de l’habitus, sorte d’hypothèses pratiques fondées sur l’expérience passée, confèrent un poids démesuré aux premières expériences », incitant les agents, en définitive, « à faire de nécessité vertu, c’est-à-dire à refuser le refusé et à vouloir l’inévitable44 ».

  • 45 Ibid., p. 96.
  • 46 Idem.
  • 47 Ibid., p. 115.

14Si cette notion a depuis été largement débattue, elle demeure probablement encore insuffisamment discutée quand il s’agit de l’appliquer au monde du travail. Car bien que la notion d’habitus concerne principalement une socialisation issue de conditions d’existence, Bourdieu n’hésite pas à en proposer des déclinaisons renvoyant à différents domaines du social, notamment à l’entreprise, l’université ou à l’administration. Celles-ci peuvent en effet opérer un conditionnement semblable à celui de l’habitus : en tant qu’institutions, elles possèdent régulièrement une histoire spécifique constitutive d’une socialisation « imposant sa logique particulière à l’incorporation45 », c’est-à-dire à la fois une appartenance incarnée « qui fait que le roi, le banquier, le prêtre sont la monarchie héréditaire, le capitalisme financier ou l’Église fait homme46 », mais aussi un « sens pratique », « dispositions quasi corporelles, schèmes opératoires, […] procédés transposables, tours, trucs, coups ou astuces47 » tantôt imposées par la prescription des tâches, tantôt dégotées par la sagacité du travailleur.

  • 48 Bourdieu P., op. cit., 2000, p. 201-202.

Le sens relationnel : habitus et sens pratique de l’ agent bureaucratique
« La relation entre les occupants de positions bureaucratiques – ou assimilées, comme les vendeurs – et les usagers est caractérisée, de manière très générale, par une profonde dissymétrie : fort de l’expérience procurée par des milliers de cas semblables et armé de l’information que chaque client lui fournit à son insu et qui lui permet d’anticiper ses attentes, ses préférences et même son système de défense, lui-même tout à fait banal et prévisible (comme ses prétendues questions pièges ou ses exhibitions de fausse compétence), le fonctionnaire est en mesure d’affronter avec des stratégies et des instruments standardisés, tels que formulaires, questionnaires ou argumentaires prévoyant les réponses adaptées à toutes les questions possibles, des situations qui sont pour lui répétitives et normalisées, tandis que l’usager est porté à les vivre comme uniques et singulières, et d’autant plus angoissantes que (à l’hôpital, par exemple) l’enjeu est plus grand et l’information plus réduite.
Mais l’agent bureaucratique peut aussi tirer parti des capacités génératrices de son habitus pour instaurer une relation personnelle qui, en certains cas, peut aller, au moins en apparence, jusqu’à la transgression des limites inscrites dans la fonction : c’est le cas lorsque le vendeur indique, en confidence, voire sous le sceau du secret, un avantage particulier, ou qu’il livre, comme une faveur, une information précieuse, et confidentielle – par exemple, sur les terrains encore disponibles dans un lotissement ou sur la qualité particulière d’un type de maison : ou que, jouant des frustrations et des attentes que crée chez le client un traitement anonyme et dépersonnalisant, la banque lui offre les attentions personnelles dont il s’emparera avec empressement (à la seconde visite, on oriente le client vers l’employé qu’il a vu la première fois ; on l’appelle par son nom, on manifeste, de maintes façons, la connaissance que l’on a de son cas, donc l’intérêt tout spécial qu’on porte, etc.). En fait, le vendeur doit créer une relation de domination symbolique destinée à s’annuler et à s’accomplir, au terme, dans un acte d’identification aux raisons et aux intérêts de la banque qui, à la faveur, éventuellement, de l’identification “personnelle” du vendeur et du client, seront présentés et éprouvés comme totalement identiques aux raisons et aux intérêts du client. Il doit se servir de l’avantage que lui donne son information sur le produit, sur les conditions de financement, et, tout spécialement, sur les pièges qu’elles peuvent enfermer, pour engendrer ou renforcer l’angoisse qui, portée à sa limite extrême, ne peut se résoudre que dans la remise de soi48. »

  • 49 Comme me l’ont très justement fait remarqué Frédéric Lebaron et Laurent Willemez, Bourdieu n’a jam (...)
  • 50 Bourdieu P., op. cit., 1989, p. 167.
  • 51 Bourdieu P., op. cit., 1997, p. 239.
  • 52 Idem.
  • 53 Ibid., p. 221.

15Mais « l’habitus professionnel49 » s’exprime avant tout comme l’aboutissement « logique » d’une trajectoire sociale, dans la rencontre entre un conditionnement extra-professionnel et les propriétés sociales, économiques et techniques d’un poste ou d’une profession. On a vu précédemment le rôle central de l’école et des titres scolaires dans l’ajustement entre dispositions sociales et aspirations subjectives mais également comme « rite d’institution », agissant chez les membres des classes supérieures « non seulement comme un droit d’entrée mais aussi comme une garantie de compétence à vie50 ». En ce sens, l’institution scolaire constitue l’une des propriétés essentielles de l’habitus professionnel. Il ne s’y réduit pourtant pas. Bourdieu nous signale en effet que « le processus de transformation par lequel on devient mineur, paysan, prêtre, musicien, professeur, ou patron, est long, continu et insensible, et […] exclut, sauf exception, les conversions soudaines et radicales51 ». Il puise dans les méandres de la socialisation primaire puisqu’« il commence dès l’enfance, parfois avant même la naissance (dans la mesure où, comme on le voit particulièrement bien dans ce que l’on appelle parfois les “dynasties” – de musiciens, de patrons, de chercheurs, etc. –, il engage le désir – socialement élaboré – du père ou de la mère et parfois de toute une lignée) ; il se poursuit, la plupart du temps sans crises ni conflits – ce qui ne veut pas dire sans toutes sortes de souffrances morales ou physiques, qui, en tant qu’épreuves, font partie des conditions de développement de l’illusio52 ». L’habitus du travail est donc affaire d’une rencontre osmotique entre disposition et position, d’un effet de miroir social entre individu et institution : les conditions de l’habitus professionnel ne sont en effet réunies « que si le poste, plus ou moins institutionnalisé, avec le programme d’action, plus ou moins codifié, qu’il enferme, trouve, à la façon d’un vêtement, d’un outil, d’un livre ou d’une maison, quelqu’un pour s’y retrouver et s’y reconnaître assez pour le reprendre à son compte, le prendre en main, l’assumer, et se laisser du même coup posséder par lui53 ».

16Dès lors, les institutions du travail offrent une multitude de cas d’« habitus professionnels » qui, malgré leurs différences, obéissent tous aux mêmes mécanismes sociologiques. Ainsi, à côté des figures diverses de l’agent bureaucratique – fonctionnaire ou commercial – (voir encadré) :

  • 54 Ibid., p. 221-222.

« Le garçon de café ne joue pas à être garçon de café, comme le voulait Sartre. En revêtant sa tenue, […] son corps, où est inscrite une histoire, épouse sa fonction, c’est-à-dire une histoire, une tradition, qu’il n’a jamais vue qu’incarnée dans des corps ou, mieux, dans ces habits habités d’un certain habitus que l’on appelle des garçons de café […] une manière de tenir la bouche en parlant ou de déplacer les épaules en marchant qui lui paraît constitutive de l’être social de l’adulte accompli. On ne peut même pas dire qu’il se prend pour un garçon de café ; il est trop complètement pris par la fonction à laquelle il était socio-logiquement destiné54. »

  • 55 Ibid., p. 222.
  • 56 Bourdieu P. et al., op. cit., 1970, p. 159.
  • 57 Bourdieu P., op. cit., 1997, p. 239.
  • 58 Bourdieu P., op. cit., 1984, p. 70-72.
  • 59 Ibid., p. 74-75.

17Cet habitus fait écho à celui des enseignants dont Bourdieu a régulièrement rendu compte du travail et des conduites qui lui en sont solidaires. Tout comme le serveur, le professeur habite sa fonction que l’institution lui a attribuée : ici, « le cérémonial de l’empressement et de la sollicitude55 » cède la place à « la livrée de verbe qui est au professeur ce que la blouse ou la veste blanche est au cuisinier, au coiffeur, au garçon de café ou à l’infirmière […] : les prouesses les plus typiquement charismatiques, comme l’acrobatie verbale, l’allusion hermétique, les références déconcertantes ou l’obscurité péremptoire aussi bien que les recettes techniques qui leur servent de support ou de substitut, comme la dissimulation des sources, l’introduction de plaisanteries concertées ou l’évitement des formulations compromettantes56 » dessinent autant de pratiques de travail, c’est-à-dire une profession incorporée, point d’orgue de l’union d’une trajectoire sociale et d’une institution. Les enseignants universitaires apparaissent ici comme des cas paradigmatiques : provenant le plus souvent de milieux favorisés, l’homo academicus connaît généralement une scolarité « exemplaire » qui fait qu’« il n’est jamais possible de déterminer […] si c’est le bon élève qui choisit l’école ou si c’est l’école qui le choisit parce que tout dans sa conduite docile manifeste qu’il la choisit57 ». Tous ne jouissent pas cependant de la même « hérédité sociale » ni des parcours scolaires les plus prestigieux de sorte qu’il existe un véritable « espace des facultés » : Bourdieu montre en effet que la polarisation qui structure le monde académique entre facultés de sciences et de lettres d’un côté et celles de droit et de médecine58, de l’autre, obéit à autant de situations sociales différenciées, elles-mêmes produisant habitus et pratiques professionnelles. Ainsi, si « les professeurs de sciences et de lettres qui, issus des classes populaires ou moyennes, ne doivent qu’à leur réussite scolaire leur accès aux classes supérieures, et aussi ceux qui sont issus du corps enseignant se trouvent très fortement inclinés à réinvestir totalement dans l’institution qui a si bien rétribué leurs investissements antérieurs et sont très peu portés à rechercher des pouvoirs autres qu’universitaires […], les professeurs de droit, issus de la bourgeoisie pour les trois quarts, cumulent plus souvent que les professeurs de sciences ou de lettres des fonctions d’autorité dans l’Université et des positions de pouvoir dans l’univers politique ou même dans le monde des affaires59 ». Dans ce contexte, ces derniers apparaissent alors comme les figures paroxystiques de l’habitus professionnel : issus de milieux « dynastiques », tant sociaux que professionnels, adoubés par les institutions scolaires les plus prestigieuses, pour ces agents, l’accès à la profession d’enseignants de droit ou de médecine consacre non seulement l’harmonie entre positions et dispositions ; mais implique surtout l’appartenance à un « corps », c’est-à-dire à un groupe professionnel qui a fait de ses compétences sociales non seulement des qualités professionnelles mais aussi des services rares et recherchés. Fondée sur une sélection drastique, l’entrée dans ce métier se fonde alors, selon Bourdieu, moins sur la reconnaissance de compétences spécifiques que sur l’affinité d’habitus de classe faite « esprit de corps », typique en ce sens de la noblesse d’État :

« le groupe en effet n’existe durablement comme tel, c’est-à-dire comme quelque chose de transcendant à l’ensemble de ses membres, que pour autant que chacun de ses membres est ainsi disposé qu’il existe par et pour le groupe ou, plus précisément, conformément aux principes qui sont au fondement de son existence. Véritable droit d’entrée dans le groupe, ce que l’on appelle l’“esprit de corps” […], c’est-à-dire cette forme viscérale de reconnaissance de tout ce qui fait l’existence du groupe, son identité, sa vérité, et que le groupe doit reproduire pour se reproduire, n’apparaît comme indéfinissable que parce qu’il est irréductible aux définitions techniques de la compétence officiellement exigée à l’entrée du groupe. »

18Bourdieu précise alors que :

  • 60 Ibid., p. 80-81.

« Si l’hérédité sociale joue un rôle si importante dans la reproduction de tous les corps qui ont partie liée avec la reproduction de l’ordre social, c’est que, […] ce qu’exigent le plus absolument ces sortes de clubs hautement sélectifs s’apprend moins par les apprentissages scolaires que par des expériences antérieures et extérieures et se trouve inscrit dans le corps, sous la forme de dispositions durables qui sont constitutives d’un ethos, d’une hexis corporelle, d’un mode d’expression et de pensée et de tous ces “je ne sais quoi” éminemment corporels qu’on désigne du nom d’“esprit”60. »

19En définitive, l’« habitus professionnel » apparaît comme une extension et une confirmation de l’habitus de classe : résultat attendu d’une programmation sociale instituée en dehors du monde du travail, il agit et s’adapte conformément aux attentes du poste et de la profession, d’autant plus si l’institution qui embauche le travailleur lui laisse la liberté de réaliser les tâches et les missions qui lui sont confiées. Si le travail est une activité humaine fondée sur la production d’un bien ou d’un service, Bourdieu montre enfin qu’il est l’expression incarnée des rapports sociaux et des conflits qui divisent nos sociétés. L’habitus produit par le travail participe donc d’interactions plus complexes, impliquant des groupes plus larges. La notion de « champ » se présente alors comme l’autre grand outil heuristique pour l’entendement des phénomènes du travail.

Construire le travail : professions en lutte et luttes de classements

  • 61 Bourdieu P., op. cit., 1980b, p. 113.
  • 62 Ibid., p. 114.
  • 63 Bourdieu P., op. cit., 1984, p. 22.
  • 64 Bourdieu P., op. cit., 1979, p. 259.
  • 65 Bourdieu P., op. cit., 1992, p. 222.
  • 66 Bourdieu P., op. cit., 1994, p. 72.

20Si elle tient en grande partie aux mécanismes de socialisation primaire – le milieu social d’origine, l’école – et secondaire – la trajectoire sociale, l’harmonisation des dispositions sociales et des exigences d’un poste –, la fabrique du travailleur chez Bourdieu est aussi affaire de construction sociale, de normes et de représentations produites par différentes catégories d’agents sur les activités, les secteurs et les métiers qui composent le monde du travail. Une fois de plus, le travail est ici perçu non comme un objet possédant des propriétés sociales spécifiques mais comme un espace supplémentaire de l’expression des divisions sociales qui structurent les sociétés contemporaines. Pour autant, le travail ne se réduit pas à une simple transcription d’inégalités et d’oppositions plus générales : il comprend ses acteurs et ses intérêts constitutifs de dynamiques qui lui sont propres. En fait, il obéit à un ensemble de principes sociologiques communs à tous les domaines du social mais qui se distinguent par la nature de leurs enjeux et de la manière de les défendre. Pour Bourdieu, le travail est un champ, un « espace structuré de positions (ou de postes) dont les propriétés dépendent de leur position dans cet espace61 » au sein duquel les agents ou les institutions se livrent un ensemble de luttes visant le « monopole de la violence légitime (autorité spécifique) […] c’est-à-dire, en définitive, la conservation ou la subversion de la structure de la distribution du capital spécifique62 ». En d’autres termes, tout comme le marché, l’art, ou le sport, le travail est un domaine social dans lequel différents agents s’opposent pour imposer leur domination et obtenir ainsi « des profits spécifiques assurés par le champ63 ». Or, celle-ci ne consiste pas simplement à accéder à une position de pouvoir dans cet espace ; elle vise non seulement « à être perçu[e] comme il se perçoit, à s’approprier sa propre objectivation en réduisant sa vérité objective à son intention objective64 » mais aussi à faire de sa vision du monde et de ses divisions, produit de son habitus, un nomos, un principe de division universelle65. Pour ce faire, les dominants cherchent en effet à faire méconnaître la genèse et les conditions de leur domination, en tentant de naturaliser cet état du champ. Ils disposent à cet effet d’un ensemble de « capitaux » – économique, scolaire, social, etc. – qui selon leur structure et leur volume permet aux uns – généralement les plus anciens – de défendre leurs positions, aux autres – les « nouveaux entrants » – de contester cette domination en cherchant à imposer, à leur tour, leur point de vue sur le champ66.

  • 67 Bourdieu P., « Le marché des biens symboliques », L’Année sociologique, no 22, 1971, p. 49-126.
  • 68 Bourdieu P., op. cit., 1980b, p. 251.

21Élaboré initialement pour appréhender la genèse, l’essor et les conditions d’imposition des règles littéraires et artistiques contemporaines67, le concept de champ s’est rapidement étendu à d’autres activités de son œuvre avant que Bourdieu ne l’applique au monde de l’entreprise. Car, si le sociologue évoque le travail comme un « champ de luttes » opposant patrons et travailleurs68, cette notion comporte des dimensions heuristiques qui permettent d’éviter le double écueil consistant d’un côté, à réduire la question du travail aux « prolétaires », et, de l’autre, celles de ses rapports sociaux à leur seule dimension financière.

  • 69 Bourdieu P. et al., op. cit., 1964 et 1970.
  • 70 Bourdieu P., op. cit., 1979.
  • 71 Bourdieu P., op. cit., 1992, p. 132.
  • 72 Ibid., p. 161.
  • 73 Ibid., p. 182.
  • 74 Ibid., p. 184.
  • 75 Ibid., p. 182.

22Dans la continuité de ses travaux sur les fonctions « magiques » de l’école69 mais surtout sur les enjeux sociaux des taxinomies et des luttes qu’elles entraînent70, Bourdieu associe en effet rapidement les mécanismes qui ont conduit à l’autonomie du champ artistique à ceux constitutifs d’un ensemble de groupes professionnels. Les « révolutions symboliques » engagées par Flaubert, Baudelaire ou Manet ont consisté à contester les conventions bourgeoises, politiques et étatiques qui dominaient alors la littérature et la peinture. Mais leur réussite a aussi impliqué une redéfinition de la profession même d’écrivain et de peintre, conformément aux attentes sociales – le plus souvent inconscientes – des prétendants qui se bousculaient à l’entrée du champ. Honnissant autant l’art bourgeois que le « laisser-aller spontanéiste des bohèmes71 », cette « double rupture » s’appuie non seulement sur un refus d’assujettir leur art aux pouvoirs économiques, politiques ou académiques, mais aussi sur une nouvelle manière d’écrire ou de peindre, tant dans les sujets abordés – ou plutôt sur leur éclectisme, le « beau » comme « le vulgaire », faire du vulgaire du beau – que dans la façon de les retranscrire, dominée par une maîtrise absolue de la forme : Flaubert revendique ainsi « bien écrire le médiocre72 » quand Baudelaire entend « abolir la distinction entre la forme, le fond, le style et le message73 », tous deux mus par l’ambition artistique d’offrir une « vision intensifiée du réel74 », amenant Bourdieu à qualifier leur style de « formalisme réaliste75 ».

  • 76 Ibid., p. 222.
  • 77 Bourdieu P., op. cit., 1994, p. 72.
  • 78 Ibid., p. 67.
  • 79 Bourdieu P., « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2, no 2-3 (...)
  • 80 Bourdieu P., op. cit., 1984.
  • 81 Ibid., p. 107-108. La liste est encore longue : à côté, des divisions fondées sur les générations (...)
  • 82 Bourdieu P., « La force du droit [Éléments pour une sociologie du champ juridique] », Actes de la (...)
  • 83 Ibid., p. 11.
  • 84 Idem.
  • 85 Ibid., p. 18.
  • 86 Idem.

23Si Bourdieu met bien en évidence les conditions socio-historiques qui ont permis « l’institutionnalisation de cette anomie76 », il montre surtout ici la capacité de certains groupes sociaux à agir sur les frontières et le contenu de leur activité. Tous les « travailleurs » ne sont donc pas subordonnés à l’exécution de tâches, missions ou fonctions et, de fait, toutes les activités ne sont pas qu’exploitation, du moins l’expression directe de structures ou d’institutions : « Chaque producteur, écrivain, artiste, savant, construit son propre projet créateur », nous signale-t-il, néanmoins, dans les limites autorisées « des catégories de perception et d’appréciation dans son habitus par une certaine trajectoire et en fonction aussi de la propension à saisir ou à refuser tel ou tel de ces possibles que lui inspirent les intérêts associés à sa position dans le jeu77 ». Car s’il montre que les « prêtres, juristes, intellectuels, écrivains, poètes, artistes, mathématiciens78 » disposent d’une autonomie professionnelle suffisante pour définir tant leurs attributions que leurs prérogatives, ces groupes professionnels n’en demeurent pas moins soumis à la fois aux tentatives d’intrusion d’éléments extérieurs – neutralisés généralement par le principe de concours et de numerus clausus – mais aussi et surtout à une concurrence permanente entre ses membres sur le sens – sémantique et de variation – à donner à leurs missions et/ou à leurs productions, en fonction de leurs positions et de leurs intérêts propres et en relation avec celles et ceux des autres membres de leur groupe. Ainsi, à l’instar du champ artistique, les professions intellectuelles sont traversées par des dynamiques relationnelles clivantes, à la fois entre avant-garde et écoles établies, mais aussi et surtout en fonction des dispositions produites par l’habitus : ainsi derrière une science qui se présente volontiers comme « pure et désintéressée », les découvertes et controverses scientifiques qui agitent les savants comportent des intérêts particuliers dont le principal enjeu consiste à imposer son autorité scientifique à ses « pairs-concurrents », signe, selon Bourdieu, d’un haut degré d’autonomie du champ79 ; les universitaires, qui sont souvent des scientifiques, obéissent à des mécanismes analogues : en plus du clivage entre facultés de sciences et de lettres et celles de droit et de médecine rapporté plus haut, chacune d’entre elles connaît en effet en son sein des luttes et des lois qui leur sont propres : ainsi, quand les « cliniciens » et les « fondamentalistes » s’opposent dans le champ de l’enseignement de la médecine80, les membres des facultés de lettres se divisent entre partisans d’une légitimité strictement universitaire « fondé[e] principalement sur la maîtrise des instruments de reproduction du corps professoral, jury d’agrégation, comité consultatif des universités » et ceux s’appuyant sur leur « prestige scientifique mesuré à la reconnaissance accordée par le champ scientifique mais aussi médiatique […] qui est l’indice à la fois d’un pouvoir de consécration et de critique et d’un capital symbolique de notoriété81 ». Parmi ces professions, le monde juridique constitue alors un « cas d’école » puisqu’il se présente à la fois comme un exemple paradigmatique de la notion de champ sans pour autant disposer de l’autonomie que sa définition suppose : si l’activité judiciaire se fonde en effet sur la lutte pour « le monopole de l’exercice légitime de la compétence judiciaire », opposant juristes exégètes et juges confrontés à l’application des lois, ce conflit est indispensable au fonctionnement du champ puisque les uns et les autres concourent, par leur travail respectif, de codification d’un côté, et d’interprétation de l’autre, à la régulation des règles et des pratiques professionnelles82. Les professions de justice tirent alors leur autonomie – et les profits qui y sont associés – du langage et des situations que produisent ces normes et ces usages : toute leur activité consiste en effet à « déterminer les conflits qui méritent d’y entrer et la forme spécifique qu’ils doivent revêtir pour se constituer en débats proprement juridiques83 ». Intermédiaire entre le monde profane et le monde sacré de la justice, le champ juridique « est [donc] inséparable de l’instauration du monopole des professionnels sur la production et la commercialisation de cette catégorie particulière de produits que sont les services juridiques84 ». On voit bien alors ici toutes les ambiguïtés d’une telle autonomie : son monopole ne peut exister sans une demande extérieure au champ. Surtout, compte tenu « du rôle déterminant qu’il joue dans la reproduction sociale85 », le champ juridique est constamment subordonné aux « variations des rapports de force au sein du champ social86 ».

  • 87 Bourdieu P., op. cit., 1979, p. 114.
  • 88 Ibid., p. 258-259.
  • 89 Idem.
  • 90 C’est d’ailleurs le grand drame des paysans, cas typique, selon Bourdieu, d’une « classe sans obje (...)
  • 91 Bourdieu P., op. cit., 1987.
  • 92 Idem.
  • 93 Bourdieu P., op. cit., 1989, p. 172.
  • 94 Bourdieu P., op. cit., 2000. Voir aussi Bourdieu P., Sur l’État, Paris, Raisons d’agir/éditions du (...)
  • 95 Bourdieu P., op. cit., 1989, p. 173.
  • 96 Ibid., p. 174.

24Mais au-delà de domaines spécifiques, tant par leurs métiers, leur histoire ou leur composition sociale, c’est l’ensemble des activités du monde du travail qui sont concernées par ces luttes et enjeux de classements : car, si Bourdieu souligne les limites heuristiques des taxinomies et statistiques officielles, comme les CSP, pour appréhender les propriétés sociales constitutives des habitus de classe87, il n’en demeure pas moins que « la représentation que les groupes se font d’eux-mêmes et des autres groupes contribue pour une part importante à faire ce que sont les groupes et ce qu’ils font88 ». La « réalité sociale » n’est donc pas un état en soi, mais le résultat d’actions déterminées par des représentations qui sont elles-mêmes d’« innombrables actes de construction antagonistes que les agents opèrent, à chaque moment, dans leurs luttes individuelles ou collectives, spontanées ou organisées, pour imposer la représentation du monde social la plus conforme à leurs intérêts89 ». À cet égard, par la vision clivée qu’il suppose, le travail apparaît spontanément comme un domaine emblématique de cette définition. Pourtant, Bourdieu met en lumière les luttes à la fois les moins évidentes et les plus politiques du monde du travail : car si les rémunérations ou les conditions de travail nécessitent des organisations90 et des rapports de force, physiques et localisées dans le temps et l’espace, comme la grève91, ces revendications sont tributaires de combats ayant lieu dans des arènes plus éloignées de la production, en compagnie d’acteurs et d’institutions extérieures à l’entreprise. En tant que « banque centrale de capital symbolique », l’État constitue à la fois l’espace, l’acteur et l’institution « étrangère » qui contribue le plus à ces luttes : on pense tout de suite à son rôle en tant qu’arbitre des négociations collectives92 ; mais, pour Bourdieu, son influence dépasse largement son rôle officiellement dévolu dans le cadre des relations professionnelles : une fois de plus, c’est par l’intermédiaire de l’institution scolaire que l’État intervient le plus ici en contribuant à la construction des catégories du travail et aux positions qui leur sont solidaires : par le titre scolaire qu’elle délivre, Bourdieu note en effet que l’école – et donc l’État – est omniprésente « dans les conflits, les négociations, les contrats individuels ou les conventions collectives qui s’engagent entre employeurs et employés à propos de tous les enjeux qui les séparent : à propos de la définition des postes de travail, c’est-à-dire des tâches que les occupants doivent effectuer et celles qu’ils sont en droit de refuser ; à propos des conditions d’accès aux postes, c’est-à-dire des propriétés, notamment les titres scolaires, que les titulaires des postes doivent posséder ; à propos des rémunérations, absolues et relatives, nominales ou réelles : à propos des noms des professions enfin, qui font partie de la rémunération symbolique – positive, avec les positions prestigieuses, ou négative, avec les métiers infamants, honteux ou peu glorieux, souvent utilisés comme insultes et désignés, dans l’usage officiel, par des euphémismes93 ». Pour autant, tout comme l’ensemble des actes bureaucratiques94, le titre scolaire n’est jamais en mesure de définir l’intégralité des caractéristiques d’une fonction, invariablement tributaire d’un ensemble de contingences professionnelles et d’appropriations individuelles. De sorte que « l’existence permanente d’un décalage – plus ou moins grand selon les moments et selon les secteurs – entre le symbolique et le technique, entre le nominal et le réel, ouvre des possibilités infinies aux stratégies visant à rapprocher le nominal du réel ou le réel du nominal95 ». En ce sens, le monde du travail chez Bourdieu n’est pas uniquement l’extension d’un habitus et d’une condition de classe, et, de fait, de reproduction sociale : en tant que champ, il est un espace dynamique dans lequel différents agents – principalement syndicats et patronats – s’opposent et tentent d’imposer leurs définitions au champ, « les noms de métier ou de postes de travail, [étant ici], comme les titres scolaires, des armes et des enjeux de la lutte et de la négociation96 ».

  • 97 Bourdieu P., op. cit., 2000, p. 93.
  • 98 Ibid., p. 94.
  • 99 Idem.
  • 100 Bourdieu P., op. cit., 1989, p. 430.
  • 101 Ibid., p. 431.
  • 102 Idem.
  • 103 Ibid., p. 412-413.
  • 104 Ibid., p. 457.
  • 105 Ibid., p. 468.

25Irréductible à ses seules dimensions matérialistes, tant dans son rôle social que dans la nature de ses luttes, le champ du travail chez Bourdieu enfin ne se limite pas non plus à une division sociale qui opposerait prosaïquement patrons et salariés. Pour le sociologue, l’entreprise par exemple est loin de constituer un lieu homogène : modèle emblématique censé concourir à sa bonne marche, l’organigramme réunit en effet des « agents dont les intérêts spécifiques sont liés à chacune de ces organisations et de ces fonctions, et qui peuvent entrer en conflit pour de multiples raisons, en particulier pour le pouvoir de décider des orientations de l’entreprise97 ». Ce qui nous apparaît souvent comme des stratégies issues de concertations correspond davantage en réalité à la somme « d’innombrables décisions, petites ou grandes, ordinaires ou extraordinaires, qui, en chaque cas, sont le produit de la relation entre d’un côté des intérêts et des dispositions associés à des positions dans les rapports de force au sein de l’entreprise et de l’autre des capacités de faire valoir ces intérêts ou ces dispositions qui, elles aussi, dépendent du poids des différents agents concernés dans la structure, donc du volume et de la structure de leur capital98 ». Par conséquent, « le “sujet” de ce que l’on appelle parfois “la politique de l’entreprise” n’est autre chose que le champ de l’entreprise99 », c’est-à-dire moins le résultat de choix personnels ou d’échanges collectifs que l’issue d’une lutte inégale d’agents, aux trajectoires et habitus différenciés, qui tentent par tous leurs moyens – principalement par leurs capitaux scolaire et symbolique – d’imposer leur vision sur la conduite de l’entreprise. Bourdieu s’appuie alors sur les enquêtes qu’il réalise sur le monde patronal et les élites économiques pour renseigner empiriquement ces confrontations à la tête du monde des affaires. Ainsi, les grandes sociétés sont divisées d’un côté, « entre les patrons d’État, placés à la tête des grandes affaires fortement liées à l’État, grandes sociétés industrielles (entreprises nationalisées, d’économie mixte ou entreprises tributaires des marchés d’État) ou grandes banques, et les patrons privés des banques et des sociétés industrielles ou commerciales privées, plus petites (relativement) et moins liées à l’État100 ». Cette polarisation renvoie, bien entendu, à des formes de socialisation et d’habitus distincts, entre « les premiers, […] issus de familles de hauts fonctionnaires ou de professions libérales », typique des trajectoires d’héritiers « placé[es] sous le signe du public, grands lycées d’État, grandes écoles, haute administration et grands corps de l’État (notamment l’inspection des finances, le Conseil d’État et le corps des mines) et enfin grandes sociétés d’échelle nationale101 » et les seconds, « héritiers de grandes dynasties bourgeoises ou parvenus issu de la petite bourgeoisie du commerce ou de l’artisanat », au parcours plus « modestes », ayant connu essentiellement le privé, tant dans leur carrière scolaire que professionnelle « le plus souvent dans une entreprise possédée par leur famille102 ». Mais cette polarisation correspond aussi et surtout à la lutte pour le monopole légitime des activités économiques. Sa notion de champ se révèle alors ici particulièrement opérationnelle en éclairant bien les transformations à l’œuvre du capitalisme contemporain : car si Bourdieu souligne que, à côté du volume et de la structure du patrimoine et du rapport aux titres scolaires, le champ du pouvoir économique (entreprises familiales, technocratiques ou bureaucratiques) se fonde encore essentiellement sur l’ancienneté de l’hérédité dans la structure du pouvoir103 ; il montre en effet que ce principe historique de légitimité s’érode progressivement sous les critiques des nouveaux entrants dans le champ. Dans un monde économique qualifié désormais de « moderne », cette nouvelle noblesse managériale et technocratique incarnerait « le sens de l’évolution » de l’histoire en lieu et place des « owners », d’une bourgeoisie « traditionnelle » incapable de s’adapter pour la raison même qui a fait sa domination du champ104. Loin de n’être qu’un simple conflit de point de vue, ce mouvement engage une vraie « révolution symbolique », non seulement du champ économique mais de l’ensemble de la société, qu’une lecture a posteriori nous permet de faire : En effet, en annonçant, au milieu des années 1980, que « les entreprises industrielles tendent à perdre leur autonomie financière (qui était encore très réelle, si l’on en croit Jean Bouvier, au début du XXe siècle), par rapport aux grands groupes bancaires, qui, grâce à l’invention de nouvelles formes de concentration des capitaux et de l’épargne, parviennent à contrôler des branches entières de l’industrie sans en être les propriétaires exclusifs » et d’ajouter que « les banquiers sont ainsi en mesure d’imposer leurs visions et leurs prévisions, qui font passer au premier plan les problèmes de gestion et appréhendent l’avenir de l’entreprise d’un point de vue financier et comptable, par rapport à celles des industriels et des techniciens qui s’intéressent d’abord à la rationalisation de la technique105 », Bourdieu anticipe précocement un mouvement d’ensemble dont on n’a probablement, encore aujourd’hui, malgré son expansion mondiale, mesurer ni l’étendue, ni les effets.

26Peut-être plus que ses autres concepts, le champ apparaît en définitive comme l’une des notions qui dispose des propriétés les plus riches pour analyser les mondes du travail : en faisant de la lutte, notamment symbolique, le principe moteur de la constitution d’un groupe ou d’un espace social, il offre des possibilités d’analyses aussi vastes que les objets que le champ de « la sociologie du travail », traitant aussi bien l’étude des professions, de la conflictualité et des relations professionnelles que celle de l’entreprise et des organisations.

Conclusion d’étape : le travailleur, entre reproduction et luttes de position

27Au terme de cette deuxième partie, l’œuvre de Pierre Bourdieu semble avoir beaucoup plus à proposer sur le travail qu’elle ne le laisse supposer a priori : les objets qui ont fait sa notoriété sont en mesure, tout d’abord, de livrer bien plus que leurs intitulés auxquels on les réduit souvent. On omet par exemple régulièrement, à l’endroit de son analyse célèbre de « l’école conservatrice », le lien ténu qui existe entre institution scolaire et travail : chargée de préparer subjectivement les individus aux postes auxquels ils sont socialement programmés, l’École exerce une influence sans pareille sur le monde professionnel, tant dans les attitudes individuelles que sur les structures qui les déterminent, comment l’ont montré ses enquêtes sur le déclassement. Mais, en tant que théorie générale du social, sa sociologie dispose surtout d’un ensemble varié d’outils capables de lever des problématiques à la fois anciennes et permanentes sur les mondes du travail. Son concept d’habitus permet ainsi de mieux comprendre les mécanismes d’appropriation d’un poste ou plus largement de socialisation professionnelle : en éclairant les conduites du travail par la rencontre – heureuse ou malheureuse – entre trajectoire sociale, propriétés et définitions d’un poste, Bourdieu dépasse l’écueil d’une lecture synchronique – fréquente dans les conditions de travail – et montre que le rapport au travail est le résultat d’une articulation complexe entre socialisations primaire et secondaire. L’habitus au travail ne se réduit pour autant à l’expression professionnelle d’un rapport social situé. Car pour Bourdieu, le travail est un champ, un lieu d’affrontements entre positions adverses dans lequel chacune des parties tente d’imposer sa domination. Le sociologue ne se contente pas ici de singer Marx : si le monde du travail se fonde sur des luttes à caractère matérialiste, il souligne la centralité des conflits symboliques, notamment autour des taxinomies qui encadrent le travail ou qui orientent les politiques d’une entreprise. En postulant que le conflit pour des profits spécifiques a pour effet de circonscrire des enjeux particuliers et par conséquent, de délimiter des acteurs et espaces sociaux, les notions d’habitus et de champ permettent enfin de dépasser le seul travail salarié pour épouser l’ensemble des univers où se déploient des activités productives. Bourdieu montre à de nombreuses reprises non seulement que le travail n’est pas nécessairement le résultat d’une domination structurelle ou institutionnelle, mais qu’il produit des luttes, notamment pour sa définition, et crée des groupes professionnels : artistes et scientifiques, avocats et universitaires, tous ont en commun d’être unis par un conflit créateur sur les prescriptions de leur poste, fonction ou mission.

  • 106 Bourdieu P., op. cit., 2000.

28En dépit de nos efforts, la tentation peut demeurer à ce stade d’adresser à Bourdieu le reproche qu’il faisait lui-même à l’égard des économistes orthodoxes106, à savoir celui de « coller » indistinctement ses modèles interprétatifs sur l’ensemble des domaines du monde social. Certains pourraient rester en effet sur un sentiment que le travail chez Bourdieu possède peu de contenus spécifiques comparé à ses études plus connues, contribuant qu’imparfaitement à l’éclairage de son œuvre comme aux analyses du travail. La troisième contribution qui s’annonce est susceptible d’y remédier : en plaçant le travail, notamment salarié, comme dénominateur commun des transformations de l’habitus, Bourdieu donne à voir une autre vision de sa sociologie : penseur des dominations, y compris dans l’entreprise, le salariat demeure néanmoins la seule condition d’une transformation de l’habitus, et, par conséquent, d’une possible émancipation.

Notes

1 Voir le préambule.

2 Ce à quoi Bourdieu s’est toujours opposé, voir Bourdieu P., Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir, 2004.

3 Bourdieu P., op. cit., 1987, p. 34.

4 Voir Delsaut Y., « Sur les héritiers », in Chapoulie J.-M., Kourchid O., Robert J.-L. et Sohn A.-M. (dir.), op. cit., p. 65-79. Le témoignage de cette proche collaboratrice de Bourdieu sur ses premières années d’enseignement et de recherche en France constitue une source tout à fait extraordinaire pour l’histoire de la discipline.

5 Ibid.

6 Voir aussi Bourdieu P., op. cit., 1979, p. 161.

7 Delsaut Y., op. cit., p. 69.

8 Voir Bourdieu P., op. cit., 2004 et Passeron J.-C., « Mort d’un ami, disparition d’un penseur », in Encrevé P. et Lagrave R.-M., op. cit., p. 17-91.

9 Bourdieu P. et Passeron J.-C., Les héritiers, Paris, Les éditions de Minuit, 1964, p. 12.

10 Idem.

11 Ibid., p. 43.

12 Bourdieu P., « L’école conservatrice. Les inégalités devant l’école et devant la culture », Revue française de sociologie, vol. 7, no 3 : « Les changements en France », 1966, p. 325-347, ici p. 331.

13 Bourdieu P., La noblesse d’État, Paris, Les éditions de Minuit, 1989, p. 101.

14 Bourdieu P. et Passeron J.-C., op. cit., 1964, p. 107.

15 Bourdieu P. et Passeron J.-C., La reproduction, Paris, Les éditions de Minuit, 1970, p. 48.

16 Bourdieu P., op. cit., 1980b, p. 256.

17 Bourdieu P., op. cit., 1989, p. 538.

18 Idem.

19 Ibid., p. 167.

20 Ibid., p. 165.

21 Ibid., p. 166.

22 Bourdieu P., Raisons pratiques, Paris, éditions du Seuil, 1994, p. 41-42.

23 Willis P., L’école des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers, Marseille, Agone, 2011. Bourdieu a d’ailleurs été le premier – et le seul – à diffuser ses travaux via les Actes : Willis P., « L’école des ouvriers », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 24, novembre 1978, p. 50-61.

24 Bourdieu P., La distinction, Paris, Les éditions de Minuit, 1979, p. 150.

25 Bourdieu P., Homo academicus, Paris, Les éditions de Minuit, 1984, p. 216.

26 Idem.

27 Bourdieu P., op. cit., 1979, p. 161.

28 Ibid., p. 167.

29 Idem.

30 Ibid., p. 168.

31 Ailleurs, Bourdieu précise que : « La “profession” d’écrivain ou d’artiste est en effet une des moins codifiées qui soit ; une des moins capables aussi de définir (et de nourrir) complètement ceux qui s’en réclament, et qui, bien souvent, ne peuvent assumer la fonction qu’ils tiennent pour principale qu’à condition d’avoir une profession secondaire d’où ils tirent leur revenu principal. Mais on voit les profits subjectifs qu’offre ce double statut, l’identité proclamée permettant par exemple de se satisfaire de tous les petits métiers dits alimentaires qui sont offerts par la profession même, comme ceux de lecteur ou de correcteur dans des maisons d’édition, ou par des institutions apparentées, journalisme, télévision, radio, etc. Ces emplois, dont les professions d’art connaissent l’équivalent, sans parler du cinéma, ont la vertu de placer leurs occupants au cœur du “milieu”, là où circulent les informations qui font partie de la compétence spécifique de l’écrivain et de l’artiste, où se nouent les relations et s’acquièrent les protections utiles pour accéder à la publication, et où se conquièrent parfois les positions de pouvoir spécifique – les statuts d’éditeur, de directeur de revue, de collection ou d’ouvrages collectifs – qui peuvent servir d’accroissement du capital spécifique, à travers la reconnaissance et les hommages obtenus de la part des nouveaux entrants en contrepartie de la publication, du parrainage, de conseils, etc. » (Bourdieu P., Les règles de l’art, Paris, éditions du Seuil, 1992, p. 371-372.)

32 Bourdieu P., op. cit., 1979, p. 168.

33 Ibid., p. 128.

34 Ibid., p. 157.

35 Ibid., p. 155.

36 Ibid., p. 118.

37 Ibid., p. 115.

38 Bourdieu P., op. cit., 2004, p. 46-47.

39 Bourdieu P., op. cit., 1997, p. 200.

40 Bourdieu P., op. cit., 1980, p. 88.

41 Bourdieu P., op. cit., 1997, p. 200.

42 Ibid., p. 201.

43 Bourdieu P., op. cit., 1980, p. 89.

44 Ibid., p. 91.

45 Ibid., p. 96.

46 Idem.

47 Ibid., p. 115.

48 Bourdieu P., op. cit., 2000, p. 201-202.

49 Comme me l’ont très justement fait remarqué Frédéric Lebaron et Laurent Willemez, Bourdieu n’a jamais parlé en tant que tel d’« habitus professionnel ». Cette formule ne semble pas pour autant abusive et permet ici de faciliter la compréhension de l’œuvre de Bourdieu, toutefois en y ajoutant des guillemets.

50 Bourdieu P., op. cit., 1989, p. 167.

51 Bourdieu P., op. cit., 1997, p. 239.

52 Idem.

53 Ibid., p. 221.

54 Ibid., p. 221-222.

55 Ibid., p. 222.

56 Bourdieu P. et al., op. cit., 1970, p. 159.

57 Bourdieu P., op. cit., 1997, p. 239.

58 Bourdieu P., op. cit., 1984, p. 70-72.

59 Ibid., p. 74-75.

60 Ibid., p. 80-81.

61 Bourdieu P., op. cit., 1980b, p. 113.

62 Ibid., p. 114.

63 Bourdieu P., op. cit., 1984, p. 22.

64 Bourdieu P., op. cit., 1979, p. 259.

65 Bourdieu P., op. cit., 1992, p. 222.

66 Bourdieu P., op. cit., 1994, p. 72.

67 Bourdieu P., « Le marché des biens symboliques », L’Année sociologique, no 22, 1971, p. 49-126.

68 Bourdieu P., op. cit., 1980b, p. 251.

69 Bourdieu P. et al., op. cit., 1964 et 1970.

70 Bourdieu P., op. cit., 1979.

71 Bourdieu P., op. cit., 1992, p. 132.

72 Ibid., p. 161.

73 Ibid., p. 182.

74 Ibid., p. 184.

75 Ibid., p. 182.

76 Ibid., p. 222.

77 Bourdieu P., op. cit., 1994, p. 72.

78 Ibid., p. 67.

79 Bourdieu P., « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2, no 2-3 : « La production de l’idéologie dominante », juin 1976, p. 88-104.

80 Bourdieu P., op. cit., 1984.

81 Ibid., p. 107-108. La liste est encore longue : à côté, des divisions fondées sur les générations permises par tout un système de nominations plus ou moins prestigieuses acquises grâce à l’ancienneté, ces oppositions se manifestent aussi sur le terrain de la production scientifique qui n’est pas sans rappeler les débats du champ littéraire. Bourdieu mentionne en effet « les prises de position dans l’espace des styles correspondent étroitement aux positions dans le champ universitaire. C’est ainsi que, placés devant l’alternative du trop bien écrire qui peut procurer des profits littéraires, mais au péril de l’effet de scientificité, et du mal écrire qui peut produire un effet de rigueur ou de profondeur (comme en philosophie), mais au détriment du succès mondain, les géographes, les historiens et les sociologues adoptent des stratégies qui, par-delà les variations individuelles, sont conformes à leurs positions respectives. Placés en position centrale dans le champ des facultés des lettres et de sciences humaines, donc à mi-chemin entre les deux systèmes d’exigences, les historiens, tout en se dotant des attributs obligés de la scientificité, se montrent généralement très soucieux de leur écriture. Si les géographes et les sociologues ont en commun de montrer plus d’indifférence envers les qualités littéraires, les premiers manifestent l’humilité des dispositions qui conviennent à leur position en prenant parti du style neutre qui est l’équivalent dans l’ordre de l’expression de l’abdication empiriste à laquelle ils se résignent la plupart du temps. Quant aux sociologues, ils trahissent souvent leur prétention à l’hégémonie (inscrite dès l’origine dans la classification comtiste des sciences) en empruntant alternativement ou simultanément aux rhétoriques les plus puissantes dans les deux champs par rapport auxquels ils sont obligés de se situer, celle de la mathématique, souvent utilisée comme signe extérieur de scientificité, ou celle de la philosophie, souvent réduite à des effets de lexique », ibid., p. 45-46.

82 Bourdieu P., « La force du droit [Éléments pour une sociologie du champ juridique] », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 64 : « De quel droit ? », septembre 1986, p. 3-19.

83 Ibid., p. 11.

84 Idem.

85 Ibid., p. 18.

86 Idem.

87 Bourdieu P., op. cit., 1979, p. 114.

88 Ibid., p. 258-259.

89 Idem.

90 C’est d’ailleurs le grand drame des paysans, cas typique, selon Bourdieu, d’une « classe sans objet ». Incapable de se fédérer autour d’intérêts communs et au sein d’une structure les défendant, la classe paysanne est une « classe objet » dans la mesure où « entre tous les groupes dominés, la classe paysanne, sans doute parce qu’elle ne s’est jamais donnée ou qu’on ne lui a jamais donné le contre-discours capable de la constituer en sujet de sa propre vérité, est l’exemple par excellence de la classe objet, contrainte de former sa propre subjectivité à partir de son objectivation » (ibid., p. 255).

91 Bourdieu P., op. cit., 1987.

92 Idem.

93 Bourdieu P., op. cit., 1989, p. 172.

94 Bourdieu P., op. cit., 2000. Voir aussi Bourdieu P., Sur l’État, Paris, Raisons d’agir/éditions du Seuil, 2012.

95 Bourdieu P., op. cit., 1989, p. 173.

96 Ibid., p. 174.

97 Bourdieu P., op. cit., 2000, p. 93.

98 Ibid., p. 94.

99 Idem.

100 Bourdieu P., op. cit., 1989, p. 430.

101 Ibid., p. 431.

102 Idem.

103 Ibid., p. 412-413.

104 Ibid., p. 457.

105 Ibid., p. 468.

106 Bourdieu P., op. cit., 2000.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search