Version classiqueVersion mobile

Bourdieu et le travail

 | 
Maxime Quijoux

Première partie. Bourdieu et le travail, une introduction

Les structures sociales du travail : Bourdieu et le salariat algérien1

Maxime Quijoux

Texte intégral

  • 1 Les références bibliographiques des articles sont reportées en conclusion de la partie, p. 83-85.
  • 2 Pour plus d’informations à la fois sur le contexte historique de la guerre d’Algérie et de la prés (...)
  • 3 Pour ses contributions plus politiques, voir Bourdieu P. Interventions politiques 1961-2001, Marse (...)

1De 1955 à 1960, Pierre Bourdieu séjourne en Algérie, au départ pour y effectuer son service militaire. Appelé du contingent, il est rapidement affecté au Service de documentation et d’information du gouvernement général, avant de se consacrer, dès l’automne 1957, à l’enseignement à la faculté d’Alger ainsi qu’à la réalisation d’enquêtes ethnologiques et sociologiques2. Entre 1958 et 1959, il participe en effet à l’élaboration de deux grandes études commanditées par l’administration coloniale qui, face aux troubles croissants de sécurité intérieure, souhaite cerner et mieux appréhender les difficultés quotidiennes auxquelles est confrontée la population locale. Durant deux ans, il s’engage dans une recherche collective, dont l’objectif participe autant d’un projet « civique » qu’anthropologique3. Même si ses contributions politiques n’ont pas connu la même notoriété, cinquante ans plus tard, on sait ce que Bourdieu doit à l’Algérie. De l’habitus à la domination, de Sociologie de l’Algérie aux Structures sociales de l’économie, ses premières enquêtes constitueront une source intarissable de réflexions.

  • 4 Yacine T., op. cit., p. 13.

2On a tendance pourtant à oublier les transformations graduelles mais substantielles que le temps opère sur un auteur, sur ses travaux et ses réflexions : en s’intéressant de plus près à ses premiers écrits, on prend bien conscience que le sociologue n’est pas arrivé « au premier jour, […] tout armé de concepts théoriques parfaitement rodés et fixés » et que cette époque constitue « la première étape où il élabore ses principaux concepts et instruments intellectuels4 ». Si lire le Bourdieu des années algériennes offre de toute évidence l’opportunité de participer à la genèse de son œuvre, cette plongée autorise autant la reconstitution de la filiation de ses concepts ou de ses objets que le repérage des multiples opérations de sélections, d’omissions et d’ajustements réalisés par Bourdieu au long de sa carrière. On s’aperçoit par exemple de la place accordée aux dimensions rurales dans ces premières recherches – affinité d’habitus ? – au détriment d’études sur le travail et sur le monde urbain qui, à l’époque, semblent l’avoir mobilisé tout autant, sinon plus. La sociologie économique est aussi très présente lors de ces premiers travaux. Et, à la différence de l’objet travail, elle fera régulièrement partie de ses réflexions ultérieures, prolongeant ses analyses sur la rationalité économique de l’ethos algérien. En fait, ce découpage en objets est alors proprement anachronique car le projet de Bourdieu s’annonce beaucoup plus large : il entend rendre compte sociologiquement d’une situation historique, autant de la guerre d’Algérie que des transformations durables de la colonisation et du capitalisme sur les conduites et les valeurs de la population locale. Si ce conflit est une manifestation exacerbée de la domination brutale et symbolique exercée par le colonialisme, son projet intellectuel consiste, dans les pas de Weber, à décrire et expliquer plus globalement « le phénomène de rationalisation » qui prend forme alors sous ses yeux. Le travail – en particulier le rapport au salaire et à la productivité – constitue, pour lui, l’exemple le plus évident de cette dynamique historique.

Étudier les transformations d’une société

  • 5 Ibid., p. 42.
  • 6 Bourdieu P., Darbel A., Rivet J.-P. et Seibel C., Travail et travailleurs en Algérie, Paris, Mouto (...)
  • 7 Voir Yacine T., op. cit.
  • 8 Bourdieu P. et al., op. cit., p. 259.
  • 9 Ibid., p. 258.
  • 10 Ibid., p. 259.

3À la fin des années 1950, à la demande de l’Association pour la recherche démographique économique et sociale (ARDES), organisme financé par la caisse algérienne de développement5, Bourdieu est chargé de coordonner une enquête sur les conditions de vie des populations algériennes. Le projet est ambitieux : à la tête d’une équipe hétéroclite d’enquêteurs, composée à la fois d’administrateurs de l’INSEE mais aussi d’étudiants français et algériens, leur mission consiste non seulement à produire des données sur la composition socio-économique de l’Algérie, mais aussi à apporter des éléments de réponses ethnologiques à destination de l’Administration qui souhaite comprendre, plus de cent ans après le début de la colonisation, « les chocs de civilisation » produits par sa présence. En l’occurrence, si « la brièveté [… à l’] initiation aux techniques de l’enquête » et « les circonstances difficiles dans lesquelles [les enquêteurs] devaient travailler6 », en particulier dues au conflit, ont posé des contraintes importantes au déroulement de leur entreprise, c’est avant tout les suspicions d’accointances idéologiques avec le pouvoir colonial qui semblent préoccuper Bourdieu. La voie est en effet étroite : dans un contexte intellectuel algérien dominé par des interprétations primitivistes et racistes7 et face aux critiques plus générales faites à l’ethnologie comme science coloniale, répondre à une demande publique constitue un risque majeur d’amalgame auquel Bourdieu souhaite absolument se soustraire. Il refuse néanmoins les entreprises de culpabilisation à l’égard de l’ethnologie, qui le conduisent à adopter des principes fermes, annonçant en creux certaines de ses positions épistémologiques ultérieures : dissociant « problèmes de science et inquiétudes de conscience8 », il affirme pour autant que l’ethnologie dans la situation coloniale ne peut faire l’économie de « toute référence à la situation existentielle du colonisé telle qu’elle est déterminée par l’action des forces économiques et sociales caractéristiques du système colonial9 ». Cette ethnographie des conditions d’existence participe à l’inverse de la « responsabilité réelle de l’ethnologue » de sorte que son rôle est de « s’efforce[r] de restituer à d’autres hommes le sens de leurs comportements, dont le système colonial les a, entre autres choses, dépossédés10 ». Bref, l’ethnologue en situation coloniale est plus que légitime : il est l’un des rares à pouvoir rendre compte des phénomènes de domination sous-jacents à la colonisation et rendre ainsi justice aux victimes de cette dépossession.

  • 11 Certaines rencontres participent à cette prise de conscience. Voir Bourdieu P., op. cit., 2008. En (...)

4À cette ambition scientifique d’intelligibilité du fait colonial correspond alors à une définition extensible de l’ethnologie : si le projet intellectuel de Bourdieu vise en effet à étudier les modalités culturelles d’un peuple donné, il réfute les interprétations folkloristes, réduisant les pratiques au symbolique s’inscrivant dans des temporalités anhistoriques, au profit d’approches dynamiques et constructivistes du fait culturel. Il comprend d’entrée de jeu que la violence à laquelle il assiste dépasse largement la question synchronique de la domination politique ou militaire d’un peuple sur un autre : face à des configurations anthropologiques en pleine métamorphose sous l’effet de la guerre, il prend conscience à l’inverse de l’épaisseur historique du fait colonial et par la même occasion de ses effets probablement irréversibles11. Bourdieu entend donc faire état des pratiques culturelles à l’aune de ce qu’elles sont dans le contexte colonial français, à savoir les corollaires de la rencontre imprévue, violente et inégale de deux cultures distinctes. Plus encore, le colonialisme semble renvoyer ici à des dynamiques historiques de civilisation au sens où l’entend Max Weber : la colonisation met face à face une puissance occidentale imprégnée d’esprit « rationaliste » et des peuples peu différenciés obéissant à d’autres régimes de valeurs et d’actions, principalement de réciprocité, de religion ou de magie. Pour Bourdieu, l’enjeu est alors de comprendre comment ce phénomène de rationalisation à l’œuvre se déploie sous ses yeux, s’importe et s’impose parmi ces populations, en mesurant à la fois la violence de cette confrontation et les degrés d’adaptation à ce mouvement historique a priori irrépressible.

  • 12 Bourdieu P. et al., op. cit., p. 266.
  • 13 Ibid., p. 237.

5« Dans la situation coloniale », le travail apparaît alors à Bourdieu comme « le lieu par excellence du conflit entre les modèles traditionnels et les modèles importés et imposés par la colonisation, ou si l’on veut, entre les impératifs de la rationalisation et les traditions culturelles12 ». Sa définition du travail n’est donc pas réductible à la seule réalisation d’une activité rémunérée : le travail constitue ici l’exemple paradigmatique d’un « cosmos économique » qui par les nécessités économiques qu’il impose à l’ensemble d’une population, la subordonne par la même occasion, « parfois de la manière la plus brutale13 », à un ensemble de conduites spécifiques. Comprendre le rapport de la société algérienne au travail salarié permet d’entrevoir l’attitude à l’égard d’un système économique – le capitalisme – qui en plus de lui être étranger, déstabilise tout un ensemble de croyances et de conduites collectives. Si, comme nous le verrons par la suite, Bourdieu insiste sur les bouleversements engendrés sur des « cosmos » façonnés dans un univers précapitaliste, notamment mettant à nu la dimension économique des rapports symboliques, il s’efforce au préalable d’analyser, à partir de cette enquête ARDES, les contours du salariat algérien.

Le salariat comme condition de rationalisation

6En 1964, Bourdieu publie les résultats de cette enquête dans un ouvrage qui s’intitule Travail et travailleurs en Algérie qu’il cosigne avec Alain Darbel, Jean-Paul Rivet et Claude Seibel. L’ouvrage entend brosser un tableau complet et précis du salariat algérien : après une première partie exposant un ensemble de données statistiques sur la composition socio-économique des travailleurs du pays, Bourdieu propose dans une deuxième partie une analyse anthropologique de la place du salariat dans la société algérienne. Au cours d’une centaine de pages concentrée sur deux chapitres, il fait état d’un marché du travail fortement polarisé : une masse considérable de travailleurs sans qualification côtoie une petite « élite », composée, d’un côté, de salariés stabilisés grâce à des compétences rares ou élevées, et de l’autre, de petits fonctionnaires qui doivent leur place à la fortune d’un bon « piston ». Entre « sous-prolétaires » subordonnés à la providence et travailleurs permanents assurés de leur emploi, Bourdieu ne se contente pas de mesurer les écarts qui les séparent mais évalue leurs effets sur leur vision du monde social. Dans le contexte « idyllique » des Trente Glorieuses, il en tire une analyse de la précarité aussi fine que précoce, anticipant de vingt ans les conséquences de la future « crise » qui allait progressivement tirer l’Hexagone de son insouciance.

  • 14 Ibid., p. 270.
  • 15 Ibid., p. 273.
  • 16 Ibid., p. 269.
  • 17 Ibid., p. 272.
  • 18 Ibid., p. 274.
  • 19 Idem.
  • 20 Idem.
  • 21 Ibid., p. 275.
  • 22 Ibid., p. 297.
  • 23 Ibid., p. 171 : les meilleurs emplois sont monopolisés par quelques familles. Voir le reste ainsi (...)

7Bourdieu part d’une donnée simple qui dépasse le cadre du travail : 87 % des travailleurs algériens n’ont aucune qualification. Dans un tel contexte, la plupart du temps « ce n’est pas le travailleur qui choisit son travail, mais, si l’on peut dire, le travail qui choisit le travailleur, le patron, ou le hasard14 ». La conscience aiguë de leur déqualification tout comme celle de leur surnombre saturant le marché du travail concourt à placer toute leur « existence professionnelle […] sous le signe de l’arbitraire15 » qui conduit les travailleurs algériens à attribuer l’obtention d’un emploi moins à leurs efforts qu’à l’effet du « hasard » ou du « Mektoub16 ». Impossible pourtant de se laisser dominer par la torpeur : l’urgence économique quotidienne les oblige à une mobilisation à la fois tous azimuts et permanente pour trouver des sources de rémunération aussi rares que fragiles. En ce sens, « les années d’adolescence sont les plus difficiles de l’existence : c’est l’époque de l’instabilité forcée et des métiers de fortune17 », y compris pour ceux qui auront par la suite un emploi permanent. Si certains en viennent à soudoyer des contremaîtres sur les chantiers, la seule option qui demeure pour « ceux qui n’ont ni métier, ni “instruction”, ni argent » est « la puissance des “protections”, du “coup d’épaule” (el ktaf) et des “connaissances” (el maerifa)18 » au point que tous partagent « la conviction, non moins irrationnelle, que les relations, la position, la “débrouillardise” (chtara), le bakchich et “le café” (el qahwa) peuvent tout19 ». Ce sentiment est alors renforcé par un ensemble de pratiques traditionnelles d’entraide et de réciprocité qui encouragent la cooptation dans l’embauche : « le népotisme, ici, est une vertu20 », d’autant plus pour les positions les plus subalternes pour qui « la “personnalisation” du rapport s’impose comme […] comme la seule protection contre un ordre rationalisé dans lequel ils sont jetés sans arme ni bagage21 » et « principe d’explication universel22 ». Dès lors, dans de telles conditions, « ce ne sont pas, à proprement parler, les entreprises qui recrutent ; l’embauche est en fait le résultat d’une sorte de cooptation spontanée entre les ouvriers23 ».

  • 24 Ibid., p. 284.
  • 25 Idem.
  • 26 Idem.
  • 27 Ibid., p. 278-279.
  • 28 Ibid., p. 291.
  • 29 Ibid., p. 354.

8Si décrocher un emploi peut a priori représenter une satisfaction en soi dans un univers dominé par le chômage, le manque et la précarité, le travail ne contribue pas pour autant au bonheur ni même au plaisir : avec 72 % de travailleurs déclarant ne pas aimer leur travail, Bourdieu note que « l’attachement au métier est extrêmement rare24 ». Assignés aux tâches les plus dures, les plus ennuyeuses et les plus dangereuses, subissant de surcroît « les mauvais traitements ou les brimades infligés par les supérieurs25 » au sein d’entreprises situées parfois loin de leur domicile, les « sous-prolétaires » déclarent généralement avoir un rapport complètement désenchanté à leur activité, un « éloignement psychologique à l’égard du métier, de l’entreprise et de tout ce qui y participe26 ». Leurs relations de travail sont ainsi souvent inexistantes ou exécrables, amenant Bourdieu à souligner « un refus généralisé d’adhérer à un univers globalement détesté, [une] volonté de le fuir et de marquer une coupure aussi tranchée que possible entre le milieu de travail où l’on se sent inférieur et étranger, et la vie propre, la vie familiale qui, par compensation, prend une place très grande27 ». Face à une activité dont on n’attend rien, la rémunération devient de fait la seule préoccupation et par la même, la principale source d’insatisfaction. En somme, placés devant l’alternative de la misère du chômage ou de la pauvreté du travail, « les plus démunis ont souvent à choisir entre la faim et le mépris28 », les conduisant au final à une « attitude de démission, conséquence du découragement et de la perte d’estime de soi qui sont déterminés par l’instabilité constante de l’emploi et l’accoutumance au chômage prolongé29 ».

  • 30 Cet ouvrage et cette enquête constitueront la base des principaux articles qui composeront à la fo (...)
  • 31 Bourdieu s’intéresse à la manière dont les agents envisagent leur budget et l’avenir de leurs enfa (...)
  • 32 Bourdieu P. et al., op. cit., p. 356.
  • 33 Ibid., p. 369-370.
  • 34 Bourdieu P., op. cit., 1977, p. 87.
  • 35 Bourdieu P. et al., op. cit., p. 369-370.

9Si Bourdieu est donc marqué par l’extrême précarité qui sévit sur la majeure partie de la population salariale Algérienne, d’autres conduites à l’égard du travail viennent corroborer son approche wébérienne des effets de la présence coloniale en Algérie. Le rapport au travail est en effet ici étudié à la fois non seulement en tant que transmetteur et récepteur des croyances et conduites économiques du « cosmos » capitaliste, mais aussi et surtout comme la condition sine qua none de son appropriation indigène. Il montre qu’à côté du niveau de qualification, l’intériorisation des principes rationalistes participe directement des formes de salarisation. En effet, s’il constate dans un premier temps que le goût pour la profession croît à mesure que la position progresse dans l’entreprise, c’est au cours du deuxième chapitre30 qu’il met en évidence la manière dont le salariat détermine ce qu’il appelle « l’attitude à l’égard du temps ». À partir d’analyses statistiques parfois complexes, il met en lumière la corrélation entre le degré d’intégration de la main-d’œuvre sur le marché du travail et les dispositions à la prévisibilité et la calculabilité31. Pour Bourdieu, plus les travailleurs sont soumis à la pression économique, moins ils disposent du recul nécessaire à une bonne appréhension de leur besoin et des moyens de les gérer. Ainsi, tandis que « chômage et emploi intermittent […] interdisent l’élaboration d’un plan de vie rationnel, conditions de l’adaptation à l’économie capitaliste32 », Bourdieu observe à l’opposé que « les ouvriers de l’industrie font au jour le jour et à chaque moment l’apprentissage de la rationalité33 ». Quand les plus précaires souffrent du manque d’un « ensemble de contraintes qui définissent une organisation cohérente du temps et un système d’attentes concrètes34 », ces salariés permanents sont imprégnés de rationalité, tant par leur socialisation que par l’organisation du travail : « Parce que leur vie professionnelle les met en contact avec les Européens – comme en témoigne le taux élevé de bilinguisme qui caractérise la catégorie –, parce que tout leur milieu de travail et leur travail même sont soumis aux impératifs de la rationalisation », ces salariés acquièrent un ethos rationaliste du fait qu’ils sont « contraints d’accomplir des gestes rationnellement rythmés et mesurés – dans le travail à la chaîne par exemple –, à l’intérieur d’un espace rationnellement organisé, conduits à manipuler des outils qui, en tant que science réifiée, […] que l’on ne saurait appliquer sans posséder au moins une connaissance du premier genre des principes qui les fondent35 ».

  • 36 Ibid., p. 365.
  • 37 Ibid., p. 366.
  • 38 Ibid., p. 367.
  • 39 Idem.
  • 40 Idem.

10Dès lors, un emploi stable et un revenu correct sont-ils des conditions suffisantes à l’incorporation des croyances et conduites du capitalisme importées par la colonisation française ? Si Bourdieu détermine un seuil qui « coïncide avec une transformation généralisée de l’attitude et de la conduite économique dont la racine réside dans l’apparition d’une nouvelle attitude à l’égard de l’avenir36 », l’adoption d’un ethos rationnel et des conduites qui lui sont solidaires dépendent en dernier ressort d’un rapport positif à la sécurité permise par leur emploi : car si « le degré de bilinguisme et le niveau d’instruction sont les indices les plus sûrs et les plus significatifs37 » de son assimilation, la rationalité suppose une compétence temporelle acquise seulement si le travail permet une « carrière » : « cursus organisé et institutionnalisé », celle-ci « fournit un type nouveau de sécurité puisqu’elle permet la prévision et la prévision d’un progrès, sous la forme de l’avancement38 ». Mais ici point de carriérisme : la « “carrière”, c’est lorsque les possibles projetés recouvrent les potentialités objectives, que peut s’élaborer un plan de vie, en tant qu’attente rationnellement et raisonnablement fondée de futurs successivement accessibles, moyennant tel ou tel effort accompli et tel ou tel obstacle surmonté39 ». En somme, c’est quand il garantit « un progrès et non plus de la stabilité40 », que l’emploi concourt le plus au processus de rationalisation alors à l’œuvre dans l’Algérie des années 1950.

  • 41 Bourdieu P., Questions de sociologie, Paris, Les éditions de Minuit, 1980b, p. 253.
  • 42 Ibid., p. 253-254.
  • 43 Ibid., p. 254.

Les degrés de socialisation du travail ouvrier
Pour Bourdieu, il existe un processus « d’ouvriérisation » ou « d’usinisation », termes qu’il justifie entre parenthèses : « (si l’on veut bien accepter ce concept un peu barbare, forgé sur le modèle de la notion d’asilisation élaborée par Goffman pour désigner le processus par lequel les gens, dans les prisons, dans les casernes, dans toutes les “institutions totales” s’adaptent peu à peu à l’institution et, d’une certaine façon, s’en accommodent), c’est-à-dire le processus par lequel les travailleurs s’approprient leur entreprise, et sont appropriés par elle, s’approprient leur instrument de travail et sont appropriés par lui, s’approprient leur syndicat et sont appropriés par lui, etc.41 ». Il poursuit : « Dans ce processus, on peut distinguer plusieurs aspects : le premier, tout négatif, consiste dans le renoncement aux enjeux extérieurs. Ces enjeux peuvent être réels : ce sont les travailleurs émigrés qui envoient leur argent dans leur famille, achètent chez eux des terres ou du matériel agricole ou des magasins ; ils peuvent être imaginaires mais non moins effectifs ; ce sont ces travailleurs émigrés qui, bien qu’ils aient perdu peu à peu tout espoir réel de rentrer chez eux, restent en transit et ne sont ainsi jamais complètement “ouvriérisés”. Ensuite, les travailleurs peuvent, quel que soit l’état de leurs liens externes, s’identifier à leur position dans le champ de lutte, épouser totalement les intérêts qui s’y trouvent associés, sans changer leurs dispositions profondes : ainsi, comme le remarque Hobsbawm, des paysans récemment venus à l’usine peuvent entrer dans des luttes révolutionnaires sans rien perdre de leurs dispositions paysannes. À un autre stade du processus, ils peuvent se trouver modifiés dans leurs dispositions profondes par les lois objectives du milieu industriel, ils peuvent apprendre les règles de conduite qu’il faut respecter – en matière de cadences par exemple, ou de solidarité – pour être accepté, ils peuvent adhérer à des valeurs collectives – comme le respect de l’outil de travail – ou encore assumer l’histoire collective du groupe, ses traditions, en particulier de lutte, etc. Ils peuvent enfin s’intégrer à l’univers ouvrier organisé, perdant dans l’ordre de la révolte que l’on peut appeler “primaire”, celle des paysans brutalement jetés dans le monde industriel, souvent violente et inorganisée, pour gagner dans l’ordre de la révolte “secondaire”, organisée. Est-ce que le syndicalisme ouvre l’éventail de la structure des revendications ou est-ce qu’il le referme42 ? » Toujours dans cette perspective de rapport à la lutte, Bourdieu souligne l’importance de la taille de l’entreprise et de son inscription dans la vie sociale locale : « On voit ou non le patron, on voit ou non sa fille aller à la messe, on voit sa manière de vivre ou non, etc. […] les rapports objectifs qui définissent le champ de lutte sont appréhendés dans toutes les interactions concrètes et pas seulement sur le lieu de travail (c’est là une des bases du paternalisme)43. »

  • 44 Castel R., Les métamorphoses de la question sociale, une chronique du salariat, Paris, Fayard, 199 (...)
  • 45 Paugam S., Le salarié de la précarité. Les nouvelles formes de l’intégration professionnelle, Pari (...)

11À côté d’une analogie évidente avec certaines analyses formulées trente ans plus tard, par Robert Castel sur les formes de l’individualisme44, ou par Serge Paugam sur les formes de l’intégration salariale45, on peut aisément percevoir comment ce rapport au travail et à l’emploi façonne le jeune Bourdieu, et jette les bases de ce qui deviendra ses concepts les plus importants. En outre, on voit apparaître en creux sa future notion de « trajectoire ». Mais en posant la question des dispositions économiques au cœur de la problématique du travail, Bourdieu prépare surtout l’un de ses concepts majeurs, celui d’habitus. Car le sociologue ne cherche pas seulement à montrer les manières dont le salariat participe à la pénétration culturelle d’une société sur une autre. S’il entend mesurer des bouleversements impliqués par le rapport salarial, c’est-à-dire l’imposition d’une quantification du travail en temps et en argent, mais surtout en effort, il souhaite surtout déterminer les conditions d’adaptation d’un cosmos « précapitaliste » caractérisé par l’encastrement de l’économie, et ainsi définir les conditions sociohistoriques de l’émergence de l’habitus économique.

Du « travail » paysan à la découverte du chômage

  • 46 À l’époque, Bourdieu est en effet proche de ce premier importateur et traducteur de Max Weber. Aro (...)
  • 47 C’est l’époque de l’essor du structuralisme notamment grâce au succès des travaux de Lévi-Strauss. (...)

12En se proposant d’analyser les transformations indigènes des normes et valeurs rationnelles importées par le système capitaliste au sein d’une économie de subsistance, Bourdieu fait le choix d’un cadre théorique explicite, qui peut s’expliquer en partie par l’influence de Raymond Aron46, mais surtout par l’ampleur de ces métamorphoses, qui touchent notamment les populations emportées dans le tourbillon de ce processus de civilisation. Car, si le salariat constitue la forme la plus significative de cette dynamique, celle-ci est loin de s’y réduire. Les « sous-prolétaires » que Bourdieu rencontre sont en effet avant tout des paysans qui, avant d’être tributaires de boulots de fortune, cultivaient la terre. Par conséquent, si leur degré d’intégration au nouvel ordre économique et social dépend de leur niveau d’instruction ou de leur bilinguisme, leur disposition à accueillir l’esprit capitaliste relève de propriétés culturelles qui dépassent largement cette variable objective. Dans un climat scientifique propice à l’étude des « modèles culturels47 », Bourdieu est d’autant plus sensible à cette dimension qu’il est lui-même issu d’un milieu rural. À plusieurs reprises, il aura l’occasion d’exprimer l’identification qui s’opère à cette époque, notamment lors de ses enquêtes dans son Béarn natal.

  • 48 Bourdieu P., « La fabrique de l’habitus économique », in Bourdieu P., op. cit., 2008, p. 239.
  • 49 Idem.
  • 50 Idem.
  • 51 Ibid., p. 240.
  • 52 Bourdieu P., Le sens pratique, Paris, Les éditions de Minuit, 1980a, p. 195.
  • 53 Ibid., p. 205.

13Pour comprendre les effets et les modes d’assimilation des sociétés algériennes au capitalisme contemporain, Bourdieu s’attache donc à analyser les principes « traditionnels » constitutifs de leur « cosmos » pour mieux appréhender la transformation ou l’inertie de leurs conduites. On y découvre alors des cultures distinctes des normes occidentales contemporaines, du moins en apparence. Peu différenciées, ces sociétés se caractérisent par une organisation sociale contraignante au sein de laquelle prédominent et se combinent des logiques d’honneur, de travail et de réciprocité : impératifs rituels, cycle agricole et relations domestiques déterminent indistinctement les conduites, notamment économiques. Dans ces communautés, Bourdieu rapporte ainsi que « les personnes honorables ne vendent pas de lait […] ni de beurre ou du fromage, ou encore des légumes ou des fruits, mais on en “fait profiter les voisins”48 » que, le meunier offre son surplus de farine ou que la charka, prêt d’un bœuf en échange d’une quantité de grains, est « entourée de toutes sortes de dissimulations et euphémisations destinées à en masquer ou en refouler les potentialités mercantiles49 ». De sorte que « les rapports réduits à leur dimension purement “économique” sont conçus comme des rapports de guerre, qui ne peuvent s’engager qu’entre étrangers50 » et que « ceux qui vraiment s’en accommodent […] sont voués au mépris51 ». Cette logique de l’honneur ne se réduit pas simplement à respecter une certaine bienséance communautaire : elle est au fondement de toute une « économie de la bonne foi52 » où capital symbolique et capital économique sont foncièrement intriqués et hétéronomes : « “le crédit de notoriété” […] constitue un tout indivis associant la quantité et la qualité des biens et la quantité et la qualité des hommes capables de les faire valoir. Il est ce qui est permis d’acquérir, […] le capital de force matérielle et symbolique susceptible d’être effectivement mobilisé pour les transactions du marché, pour les combats d’honneur ou pour le travail de la terre53 ». En mettant en lumière la force des normes sociales et religieuses sur les échanges « économiques », Bourdieu montre dès lors que ces conduites révèlent moins leur supposé « manque de rationalité » que l’incapacité de l’Homo œconomicus à penser la fonction économique du capital symbolique.

  • 54 Bourdieu P., op. cit., 1977, p. 36.
  • 55 Bourdieu P., op. cit., 1980, p. 198.
  • 56 Bourdieu P., op. cit., 1977, p. 37.
  • 57 Idem.
  • 58 Idem.
  • 59 Bourdieu P. et Sayad A., Le déracinement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1964b, p. 113-114.
  • 60 Bourdieu P., op. cit., 1980, p. 199-200.
  • 61 Idem.
  • 62 Ibid., p. 198.
  • 63 Ibid., p. 199.
  • 64 Ibid., p. 200.
  • 65 Bourdieu P., « La société traditionnelle : attitude à l’égard du temps et conduite économique », i (...)
  • 66 Bourdieu P., op. cit., 1980, p. 195.

14Le « travail » agricole occupe une place centrale, presque paradigmatique dans ces conduites économiques prises dans leur totalité anthropologique. De nouveau, on doit se prémunir de toutes positions ethnocentristes notamment en faisant un usage téléologique de la notion de « travail » : elle ignore ici à peu près tout des considérations productivistes et salariales qui caractérisent sa définition occidentale. S’il s’agit ici d’activité essentiellement tournée vers une économie de subsistance, le travail des champs n’en est pas moins le cœur d’un système culturel à la fois écologique et social. « Le paysan ne travaille pas à proprement parler, il peine54. » Plus effort que souffrance, cette action fait sens dans une relation singulière de « face à face » avec la terre, « dans la disposition de familiarité confiante qui convient envers un parent respecté55 », même si elle suscite aussi parfois la crainte56. Le travail paysan se présente alors comme « un échange de dons » avec la terre, qui « n’accorde ses bienfaits qu’à ceux qui lui donnent leur peine en tribut57 ». « “Donne à la terre (ta sueur), elle te donnera”, dit le proverbe58. » Dans ces conditions, l’activité agricole ne se limite pas à la réalisation d’un ensemble de tâches spécifiques mais embrasse la quasi-totalité des dimensions du social : si « le champ, les bêtes, les outils, les produits de la terre et toutes les préoccupations qui en sont solidaires s’introduisent jusqu’au cœur de la maison et de l’existence familiale59 », les activités agricoles elles-mêmes sont rythmées par un ensemble de codes plus ou moins mystiques censés respecter les termes de l’échange avec la terre. Dès lors, dans la mesure où « la distinction entre le productif et le travail improductif ou entre le travail rentable et le travail non rentable reste ignorée60 », le travail ici est davantage une occupation sociale qu’une activité économique qui, considérée en ces termes, « dépouillerait de leur raison d’être les innombrables petits travaux destinés à assister la nature en travail, actes indissociablement techniques et rituels, dont nul ne songerait à évaluer l’efficacité technique ou le rendement économique, et qui sont comme l’art pour l’art du paysan, clôture des champs, taille des arbres, protection des jeunes pousses contre les bêtes ou “visite” (asafqadh) et surveillance des champs, sans parler des pratiques que l’on range communément dans l’ordre des rites, comme les actes d’expulsion du mal (as’ifedh) ou les actes d’inauguration du printemps, ou de tous les actes sociaux que l’application de catégories étrangères porterait à juger improductifs, comme ceux qui incombent au chef de famille en tant que représentant et responsable du groupe, ordonnancement des travaux, palabres à l’assemblée des hommes, discussions du marché, lectures à la mosquée61 ». Le travail est donc avant tout une activité sociale constitutive de son appartenance à la communauté qui, s’il est la source des constructions des identités individuelles, notamment masculines, engage l’individu au groupe et réciproquement. Ainsi dans les sociétés kabyles, « l’homme qui se respecte doit toujours être occupé à quelque chose » : s’il ne trouve rien à faire, « qu’il taille au moins sa cuillère62 ». De même que : « Si improductive soit-elle, le groupe se doit d’assurer à tous une occupation, même purement symbolique : le paysan qui procure aux oisifs l’occasion de travailler sur ses terres reçoit l’approbation de tous parce qu’il offre à ces individus marginaux la possibilité de s’intégrer dans le groupe en remplissant leur tâche d’homme63. » Dans ces sociétés « où la rareté du temps est si faible et si grande la rareté des biens, que de […] gaspiller du temps, [est] la seule chose qui soit en abondance64 », on peut concevoir facilement la déflagration culturelle et l’incompréhension mutuelle qu’ont pu provoquer l’importation et l’imposition de nouvelles formes de subsistance basées sur des notions d’épargne, de rente ou de productivité. La colonisation puis la guerre ont non seulement privé les paysans algériens de leur terre, notamment au cours des campagnes de regroupement, mais elles ont aussi déstructuré des systèmes culturels fondés sur des relations de réciprocité et de désintéressement. Parmi des groupes où « l’apprentissage culturel et la pression collective tendent à décourager tout ce qui, en nos sociétés, est encouragé : esprit d’entreprise, volonté d’innover, souci de productivité ou du rendement65 », la diffusion du salariat a tout d’abord considérablement dégradé le lien communautaire : en introduisant l’individualisation et la quantification de la rétribution, notamment par l’immigration, le salariat a mis à nu les mécanismes sociaux visant à dissimuler les dimensions matérialistes des échanges entre membres du groupe. Bourdieu relate ainsi l’exemple de ce maçon kabyle, qu’il reprendra régulièrement, qui eut « l’outrecuidance » de réclamer en argent le prix du repas communautaire traditionnellement offert en son honneur lors de la fin d’un chantier. En agissant ainsi, ce maçon suscita l’indignation car il trahissait alors, selon Bourdieu « le mieux et le plus mal gardé des secrets, puisque tout le monde en a la garde, et qui viole la loi du silence assurant à l’économie de la “bonne foi” la complicité de la mauvaise foi collective66 ».

  • 67 Bourdieu P. et al., op. cit., 1964b, p. 81.
  • 68 Bourdieu P., « La fabrique de l’habitus économique », in Bourdieu P., op. cit., 2008, p. 255.
  • 69 Ibid., p. 256.

15Mais la salarisation de la société algérienne a surtout mis à mal la vision du « travail » paysan, sans nécessairement en remettre en cause ses fondements ; en proposant des conditions de travail et de rétribution relativement convenables, le salariat provoque en effet un formidable désenchantement des activités agricoles : « L’expérience directe ou médiate du salariat […] a atteint l’activité traditionnelle en sa racine, en faisant éclater la disproportion entre le produit de l’effort et le temps dépensé. L’apparition d’un nombre relativement important d’emplois salariés, créés plus ou moins artificiellement par l’armée (harkis, employés communaux, ouvriers des chantiers de travaux publics, etc.) ne pouvait qu’accentuer la conscience de la faible rentabilité du travail agricole67. » Dans une société soumise à une « contagion des besoins » grandissante (consommation, salariat, structures médicales, écoles), les dimensions mystiques ou les justifications communautaires ne réussissent plus à compenser des efforts qui apparaissent dès lors insoutenables, laissant place à un nouvel habitus économique : à l’image du témoignage de ce cuisinier rapporté par Bourdieu, si le salaire constitue la principale préoccupation des travailleurs, « ce qui compte dans le travail, c’est s’il est fatigant ou non68 ». Protégé de l’arbitraire du marché du travail, le fonctionnaire apparaît alors ici comme un horizon indépassable69.

  • 70 Bourdieu P. et al., op. cit., 1964b, p. 81.
  • 71 Ibid., p. 72-73.
  • 72 Ibid., p. 73.

16Dorénavant, tout le monde ou presque désire avoir un travail salarié, moins pour des revenus « dont l’estimation en argent du produit du travail [constitue] une opération beaucoup plus complexe70 », que pour préserver son honneur. Face à une culture qui se décline désormais essentiellement de façon négative, le salut du fellah passe – ironie du sort – par « la valorisation extrême des emplois non agricoles71 ». Car si la nature de l’activité est sujette au discrédit, l’injonction d’occupation qui lui est sous-jacente, elle, perdure. De sorte que, « la découverte du travail » réside moins dans l’espoir d’améliorer son sort que de la prise de conscience de sa misère ancestrale et de ses formes actuelles : le chômage. Pour ces paysans « dépaysannisés », tout est bon désormais pour ne perdre la face : quand certains, « pour se libérer du malaise que suscite le sentiment d’être inoccupé, donc dépourvu de raison d’être sociale, […] se déclaraient, avec fort peu de justification, “retraités” ou “pensionnés” [ou…] ouvrier pour si peu qu’ils aient travaillé hors de l’agriculture, par exemple deux mois lors de la récolte du liège, ou quelques jours pour les travaux de maçonnerie commandés par la SAS72 », la plupart se dédient à « faire et faire comme si », c’est-à-dire à des activités, comme la vente ambulante (voir encadré), qui ont pour but moins d’obtenir une rémunération que de garder une certaine dignité :

  • 73 Bourdieu P. et al., op. cit., 1964a, p. 301.

« Travailler, même pour rien, même pour un revenu infime, c’est, devant soi-même et aux yeux du groupe, faire tout ce qui est en son pouvoir pour gagner sa vie en travaillant, pour s’arracher de sa condition de chômeur. Le fait de tâcher à travailler (plutôt que de travailler à proprement parler), suffit à assurer une justification aux yeux de ceux dont on a la charge et aussi de ceux auxquels on a recours pour subsister73. »

  • 74 Ibid., p. 298-299.

Vendre à la sauvette, entreprise de dignité
« Le tout petit commerce est la seule occupation qui n’exige aucun capital initial, ni la qualification professionnelle ou quelque aptitude spéciale, ni l’instruction, ni l’argent, ni le local, ni “les protections”. En cela, il est bien le seul recours de ceux qui n’ont rien et à qui toutes les professions sont interdites, y compris, faute d’embauche, les métiers durs et unanimement dépréciés, “la pelle et la pioche”. “C’est facile, avec rien, on démarre. Avec 500 francs, on achète une friperie, un pantalon ; on va le vendre 100 mètres plus loin, 550 francs, 600 francs […]. Par un moyen ou par un autre, on arrive toujours à entrer en relations avec un commerçant qui vous donne un peu de marchandises à lui vendre sur la place. Ça permet de faire un peu de bénéfice. J’ai vu des personnes commencer à vendre pour un boulanger des corbeilles de croissants et de brioches, d’autres un peu de vaisselle, d’autres quelques mètres de tissu dans les quartiers populaires, sur le devant des portes. On arrive toujours à travailler.” (Cuisinier, Alger.)
Souvent même, l’investissement initial est nul. On peut compter pour rien “l’équipement”, caisses montées sur des roues de bicyclette, voitures d’enfant sur lesquelles est posé un plateau de bois faisant office d’étal, chariots de fortune tendus de cordes auxquelles sont accrochés du linge, de la friperie, des bibelots, et tant d’autres créations aussi insolites qu’ingénieuses. La marchandise est avancée par un parent ou un ami et remboursée après la vente. À l’insu des mandataires, certains vendeurs des Halles cèdent des légumes à bas prix à des parents ou à des gens de leur pays. Ceux-ci disposent d’une marge bénéficiaire qui leur permet de vendre les tomates à 0,40 NF quand le commerçant installé les vend à 0,75. Mais la situation des marchands ambulants n’est pas toujours aussi favorable. “Maintenant, je vends des pastèques. Des fois je reste toute la journée debout sans rien gagner du tout […]. Aujourd’hui, j’ai vendu pour 80 francs (0,50 NF) par jour, ça serait bien. Mais malheureusement, je ne gagne rien du tout. Il y a des jours où les pastèques pourrissent et je suis obligé de les jeter. Je suis obligé d’acheter un quintal de pastèques à crédit. Lorsque j’aurai vendu la marchandise, à ce moment-là je paierai le marchand. Des fois je lui donne tout et je reste sans un sou.” (Sidi-Bel-Abbès74.) »

  • 75 Bourdieu P., « Paysans déracinés : bouleversements morphologiques et changements culturels en Algé (...)
  • 76 Bourdieu P. et al., op. cit., 1964b, p. 68.
  • 77 Ibid., p. 20.
  • 78 Idem.

17L’intensification du conflit à la fin des années 1950 aggrave considérablement les conditions de vie des paysans, notamment suite aux politiques de déplacement et de regroupement que Bourdieu, accompagné de Sayad, a particulièrement bien étudiées. Tout en précarisant considérablement leurs conditions d’existence, les camps participent encore plus au processus de « dépaysannisation » provoqué par le salariat, l’émigration et la scolarisation : l’éloignement contraint de leurs terres fragilise en effet davantage le modèle culturel antérieur qui, par conséquent, ne cesse d’être contesté : « L’exigence d’un revenu décent et l’aspiration à une profession véritable, autrefois repoussées comme ambitions démesurées, incompatibles avec la dignité du paysan authentique, peuvent se proclamer au grand jour, parce que la société paysanne n’est plus assez assurée de ses valeurs fondamentales et de ses normes pour refréner ou condamner les déviations75. » Dans ce contexte d’effondrement général des références traditionnelles et du travail agricole qui leur sont associées, certains paysans s’accrochent à leurs activités, c’est d’ailleurs ce qui le distingue des chômeurs76. Mais désormais réduit exclusivement à des fonctions de subsistance, dans une société dominée par d’autres valeurs et croyances, le travail n’est plus en mesure de participer aux modes de contrôle et de régulation antérieurs, laissant place à « un traditionalisme du désespoir, […] propre à des sous-prolétaires enchaînés à un passé qu’ils savent mort et enterré77 ». Rares sont alors à tenir, la plupart étant poussé à « l’exil forcé [qui] n’est le plus souvent que le terme inéluctable d’une série de renoncements et de défaites78 ». Dans ces conditions, la décomposition du modèle culturel est alors quasiment achevée ; car sans la terre, le « cosmos » qui en est solidaire n’a plus de raison d’être :

  • 79 Ibid., p. 115.

« Le paysan ne vit qu’enraciné à sa terre, la terre où il est né, où ses habitudes et ses souvenirs l’attachent. Déraciné, il y a de bonnes chances qu’il meure en tant que paysan, que meure en lui la passion qui fait le paysan79. »

Conclusion d’étape : les conditions historiques de l’habitus économique

  • 80 Bourdieu P., « La fabrique de l’habitus économique », in Bourdieu P., op. cit., 2008, p. 249.
  • 81 Idem.
  • 82 Ibid., p. 250.

18Après quatre années passées en Algérie, Bourdieu nous propose en définitive moins une sociologie du travail stricto sensu qu’une anthropologie historique du salariat. La confrontation qu’il analyse des « cosmos » algériens et français, en particulier sur la notion de « travail », met en évidence l’existence de dispositions propres au système capitaliste et par là, la nature profondément historique de ses valeurs et de ses croyances : la reconstitution fidèle – grâce aux tableaux statistiques – et minutieuse – par ses entretiens et observations – des conduites des travailleurs algériens montre bien que « les dispositions calculatrices en matière de travail, d’épargne, de logement, de fécondité ou d’éducation sont liées, par la médiation des dispositions à l’égard de l’avenir, à des conditions économiques et sociales80 ». Il ajoute : « En deçà d’un certain seuil, défini (ou, mieux, repéré) par un certain niveau économique et culturel, les dispositions rationnelles ne peuvent pas se constituer et l’incohérence est le principe de l’organisation, foncièrement désorganisée, jusque dans le rapport au temps et à l’espace, de l’existence des sous-prolétaires81. » Loin d’une science économique qui « traite comme un donné naturel, un don universel de la nature, la disposition prospective et calculatrice à l’égard du monde et du temps [… et] ce faisant, […] condamne tacitement sur le plan moral ceux que l’ordre économique […] a déjà condamnés dans les faits82 », les travaux de Bourdieu indiquent bien à l’inverse que la « rationalité économique » relève de principes culturels situés, produits d’une histoire spécifique. Autrement dit qu’elle est habitus. Le salariat apparaît alors à la fois comme l’effet et la condition de cet habitus économique : si pour paraphraser Marx, « à la place de l’exploitation que masquaient les illusions religieuses et politiques, [la colonisation] a mis une exploitation ouverte, éhontée, directe, brutale » en jetant les Algériens « dans les eaux glacées du calcul égoïste », Bourdieu montre que ses principes rationalistes ont aussi favorisé l’acquisition de certains outils d’émancipation. À côté de l’émigration et de la scolarité, le salariat apparaît en ce sens comme le moyen d’amélioration des conditions d’existence – le fameux seuil évoqué à l’instant – et ainsi, des transformations éventuelles de leur habitus. De sorte que, si on peut s’interroger sur l’influence et le transfert possible que Bourdieu réalisera par la suite entre sous-prolétaires algériens et classe ouvrière française et plus généralement du travail, ces enquêtes constituent aussi la trame d’une interrogation méconnue du sociologue sur les conditions d’émancipation de l’individu qui culminera dans les Méditations pascaliennes. Mais avant d’aborder cette question, objet d’une prochaine contribution (p. 65-80), ces premières enquêtes sur le salariat algérien posent avant tout les bases de ses principaux concepts, notamment celui de reproduction sociale, d’habitus et de champ. Comme nous le verrons dans la contribution suivante, ces premières recherches ont considérablement conditionné Bourdieu sur ses analyses hexagonales, de sorte que, derrière ces grands paradigmes, le travail est toujours là en embuscade.

Notes

1 Les références bibliographiques des articles sont reportées en conclusion de la partie, p. 83-85.

2 Pour plus d’informations à la fois sur le contexte historique de la guerre d’Algérie et de la présence de Bourdieu à cette époque, voir Martin-Criado E., Les deux Algéries de Pierre Bourdieu, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2008 ; Yacine T., « Aux origines d’une ethnosociologie singulière », in Bourdieu P. (Yacine T. [coord.]), Esquisses algériennes, Paris, éditions du Seuil, 2008. Voir aussi la contribution de Sacriste dans le présent ouvrage.

3 Pour ses contributions plus politiques, voir Bourdieu P. Interventions politiques 1961-2001, Marseille, Agone, 2002. Voir aussi Bourdieu P., op. cit., 2008.

4 Yacine T., op. cit., p. 13.

5 Ibid., p. 42.

6 Bourdieu P., Darbel A., Rivet J.-P. et Seibel C., Travail et travailleurs en Algérie, Paris, Mouton, 1964a, p. 260.

7 Voir Yacine T., op. cit.

8 Bourdieu P. et al., op. cit., p. 259.

9 Ibid., p. 258.

10 Ibid., p. 259.

11 Certaines rencontres participent à cette prise de conscience. Voir Bourdieu P., op. cit., 2008. En particulier la correspondance très instructive avec André Nouschi.

12 Bourdieu P. et al., op. cit., p. 266.

13 Ibid., p. 237.

14 Ibid., p. 270.

15 Ibid., p. 273.

16 Ibid., p. 269.

17 Ibid., p. 272.

18 Ibid., p. 274.

19 Idem.

20 Idem.

21 Ibid., p. 275.

22 Ibid., p. 297.

23 Ibid., p. 171 : les meilleurs emplois sont monopolisés par quelques familles. Voir le reste ainsi que la page suivante sur la distribution des emplois et des marchés et plus globalement sur le fonctionnement du marché du travail, larvé par les intérêts personnels et claniques.

24 Ibid., p. 284.

25 Idem.

26 Idem.

27 Ibid., p. 278-279.

28 Ibid., p. 291.

29 Ibid., p. 354.

30 Cet ouvrage et cette enquête constitueront la base des principaux articles qui composeront à la fois Algérie 60, Paris, Les éditions de Minuit, 1977, Esquisses algériennes (op. cit.) et certaines réflexions des Méditations pascaliennes (Paris, éditions du Seuil, coll. « Liber », 1997) ou des Structures sociales de l’économie (op. cit.).

31 Bourdieu s’intéresse à la manière dont les agents envisagent leur budget et l’avenir de leurs enfants à l’aune de l’hypothèse d’une amélioration de leurs conditions d’existence.

32 Bourdieu P. et al., op. cit., p. 356.

33 Ibid., p. 369-370.

34 Bourdieu P., op. cit., 1977, p. 87.

35 Bourdieu P. et al., op. cit., p. 369-370.

36 Ibid., p. 365.

37 Ibid., p. 366.

38 Ibid., p. 367.

39 Idem.

40 Idem.

41 Bourdieu P., Questions de sociologie, Paris, Les éditions de Minuit, 1980b, p. 253.

42 Ibid., p. 253-254.

43 Ibid., p. 254.

44 Castel R., Les métamorphoses de la question sociale, une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

45 Paugam S., Le salarié de la précarité. Les nouvelles formes de l’intégration professionnelle, Paris, PUF, coll. « Le lien social », série « Documents d’enquête », 2000.

46 À l’époque, Bourdieu est en effet proche de ce premier importateur et traducteur de Max Weber. Aron R., La sociologie allemande contemporaine, Paris, PUF, 2007 [1935].

47 C’est l’époque de l’essor du structuralisme notamment grâce au succès des travaux de Lévi-Strauss. Mais Bourdieu se tourne davantage vers les auteurs nord-américains et s’intéresse en particulier aux travaux de Ruth Benedict. Pour plus d’informations, voir Yacine T., op. cit.

48 Bourdieu P., « La fabrique de l’habitus économique », in Bourdieu P., op. cit., 2008, p. 239.

49 Idem.

50 Idem.

51 Ibid., p. 240.

52 Bourdieu P., Le sens pratique, Paris, Les éditions de Minuit, 1980a, p. 195.

53 Ibid., p. 205.

54 Bourdieu P., op. cit., 1977, p. 36.

55 Bourdieu P., op. cit., 1980, p. 198.

56 Bourdieu P., op. cit., 1977, p. 37.

57 Idem.

58 Idem.

59 Bourdieu P. et Sayad A., Le déracinement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1964b, p. 113-114.

60 Bourdieu P., op. cit., 1980, p. 199-200.

61 Idem.

62 Ibid., p. 198.

63 Ibid., p. 199.

64 Ibid., p. 200.

65 Bourdieu P., « La société traditionnelle : attitude à l’égard du temps et conduite économique », in Bourdieu P., op. cit., 2008, p. 91-92.

66 Bourdieu P., op. cit., 1980, p. 195.

67 Bourdieu P. et al., op. cit., 1964b, p. 81.

68 Bourdieu P., « La fabrique de l’habitus économique », in Bourdieu P., op. cit., 2008, p. 255.

69 Ibid., p. 256.

70 Bourdieu P. et al., op. cit., 1964b, p. 81.

71 Ibid., p. 72-73.

72 Ibid., p. 73.

73 Bourdieu P. et al., op. cit., 1964a, p. 301.

74 Ibid., p. 298-299.

75 Bourdieu P., « Paysans déracinés : bouleversements morphologiques et changements culturels en Algérie », in Bourdieu P., op. cit., 2008, p. 162.

76 Bourdieu P. et al., op. cit., 1964b, p. 68.

77 Ibid., p. 20.

78 Idem.

79 Ibid., p. 115.

80 Bourdieu P., « La fabrique de l’habitus économique », in Bourdieu P., op. cit., 2008, p. 249.

81 Idem.

82 Ibid., p. 250.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search