Version classiqueVersion mobile

Naissance de l'opinion publique dans l'Italie moderne

 | 
Sandro Landi

Chapitre IV. L'invention de l'opinion publique au xviiie siècle

Texte intégral

La publicité comme idéologie du prince réformateur

  • 1 N. Rodolico, Stato e Chiesa in Toscana durante la Reggenza lorenese (1737-1765), Florence, Le Monn (...)

1Le 28 mars 1743 le conseil de Régence, qui, depuis 1737, gouverne la Toscane au nom du nouveau grand-duc François-Étienne de Habsbourg-Lorraine, publie un édit sur l'imprimerie et la censure. Un certain nombre d'études ont souligné la portée de cette initiative législative par rapport au contexte politique toscan et italien de l'époque1. Néanmoins, souvent ce texte a été lu rapidement, comme si son caractère novateur, généralement admis, rendait superflue une exégèse plus approfondie. Une fois de plus, il est donc nécessaire de revenir à cette source fondamentale, puisque seulement une lecture attentive aux enjeux textuels de cette loi décisive est en mesure de mettre en lumière ses intentions explicites et inexprimées et de déchiffrer le contexte idéologique qui rend possible sa publication.

2Un court mais dense préambule présente les intentions explicites de la loi et, en même temps, donne accès à ses motivations moins évidentes :

  • 2 Legge sulle stampe, 28 mars 1743, publiée par S. landi, Il governo, op. cit., p. 345-350 : « Volen (...)

Puisque nous voulons que la liberté de la presse dans notre État et que [la liberté] d'introduction des livres étrangers, qu'il nous plait à tout moment de favoriser et de protéger comme un moyen efficace pour multiplier les connaissances, répandre le savoir et faire vivre une partie du peuple, ne dégénère pas dans une licence qui offense ce que l'on doit à Dieu et la société civile, nous interdisons, etc.2.

  • 3 Sur la notion d'actions « civiliter indifferentes, quae salutem publicam non tangunt », développée (...)

3C'est une formule sinueuse, qui affirme presque autant qu'elle semble nier. Tout d'abord la loi affirme quelque chose de très important : elle reconnaît dans la « liberté de la presse » et d'importation des livres de l'étranger la condition nécessaire pour permettre la réalisation de deux objectifs : le premier est d'ordre intellectuel et consiste dans la multiplication et dans la divulgation des connaissances. La loi ne dit rien sur la qualité de ces connaissances, elle se limite à annoncer la légitimité et l'utilité commune de leur publicité mais, de cette façon, elle infirme, implicitement, les principes constitutifs de la censure contre-réformiste, à savoir le caractère virtuellement dangereux de toute connaissance et la nécessité de limiter et de sélectionner les circuits et les opportunités d'accès au savoir. En second lieu, la « liberté » de production et de commerce des livres est considérée comme une condition indispensable au salut des activités économiques du peuple. C'est une proposition qui probablement trouve sa source dans certains auteurs du mercantilisme tardif (tel que Boisguilbert, par exemple). Quoi qu'il en soit, adoptée par le législateur, cette formule a non seulement le but de souligner l'urgence de la « liberté » mais aussi de ramener la question de la multiplication des connaissances et de la diffusion du savoir à l'intérieur d'une perspective plus matérielle et pragmatique. Loin d'être anodin, l'argument économique est susceptible de modifier en profondeur la perception et le rôle de la censure : en effet selon cette optique l'imprimerie et le commerce des livres sont des activités économiques comme les autres, moralement indifférents, mais en revanche capables de produire du travail et de la richesse pour l'État3. La « liberté » promulguée par le texte de 1743 est finalement la condition qui rend possible la sécularisation de la culture — conçue comme savoir public et comme objet de consommation d'un public potentiel — et, par là même, aussi, la sécularisation de la censure.

  • 4 N. Rodolico, Stato e Chiesa in Toscana, op. cit., p. 212 : l'édit sur l'imprimerie serait « il pri (...)
  • 5 Pour le Royaume de Sardaigne, cf. A. Duboin, Raccoltaper ordine di materie delle leggi, editti e m (...)
  • 6 J. Milton, Areopagitica. A Speech for the Liberty of Unlicensed Printing, Paris, Aubier, 1969.

4Ce mot-clé de « liberté » mérite une attention spécifique. Son occurrence dans le texte de la loi a attiré l'attention de l'historiographie des Lumières qui a voulu y voir une sorte de signe avant-coureur de la liberté d'imprimer, d'écrire et de parler proclamée solennellement par l'article 11 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen4. Cette lecture téléologique paraît à bien des égards justifiée par le caractère insolite de cette expression qui ne trouve pas de correspondances dans le lexique des textes juridiques de l'époque en matière de censure libraire : les références les plus proches pour la loi de 1743 sont des mesures adoptées par le Royaume de Sardaigne en 1723 et un édit de la République de Venise de 17295. Toutefois, si l'on accepte le principe selon lequel toute affirmation, pour qu'elle soit compréhensible et efficace, doit rentrer dans un vocabulaire reconnu comme normatif et opératoire par les contemporains, il est nécessaire de rechercher ailleurs la source probable de l'expression utilisée par le législateur toscan. Tout en restant dans le domaine des hypothèses, il est possible que la revendication explicite et retentissante de la « liberté de la presse » présente dans le préambule de la loi toscane, ne soit pas étrangère à la célèbre invocation « for the liberty of unlicensed printing » publiée par John Milton à Londres en 16446.

  • 7 Ainsi est présenté Giulio Rucellai dans un souvenir de Giuseppe Pelli daté de 10 février 1778, jou (...)
  • 8 ACAF, S. Uffizio, 16, c. 447v-448r ; cf. S. Landi, Il governo, op. cit., p. 137-138.

5Quelques éléments relatifs au contexte de la rédaction de l'édit de 1743 permettent de motiver cette hypothèse. L'auteur de ce texte est le secrétaire de la Juridiction Giulio Rucellai, qui le rédige entre janvier et mars 1743. Ce « monsieur qui voyait les choses en grand, qui souvent se contredisait car la réalité se présentait à lui sous plusieurs aspects », au style « irrégulier et impétueux7 », n'est pas insensible à la littérature anglaise. En 1750 Rucellai traduit la pièce de Joseph Addison The Drummer, promptement condamnée par le S. Office pour ses propositions « a recta fide ac bonis moribus alienas8 ». Dans l'introduction de cet ouvrage, Rucellai souligne la nécessité pour tout homme vertueux de se libérer des craintes provoquées par la superstition et l'ignorance religieuse, un motif caractéristique du matérialisme classique, repris et discuté, dans des temps plus récents, dans le milieu de la franc-maçonnerie toscane. Y-a-t-il un rapport ente le texte de 1743, l’Areopagitica de Milton, la culture et la sociabilité de type maçonnique ?

  • 9 Cf. R. Francovich, Storia della massoneria in Italia. Dalle origini alla rivoluzione francese, Flo (...)
  • 10 M. C. Jacob, The radical Enlightenment. Pantheist, Freemasons and Republicans, Londres, George All (...)
  • 11 Sur ce groupe, qui sera à l'origine, en 1737, de la translation de Galilée dans le « panthéon » de (...)
  • 12 Cf. M. Verga, Da « cittadini » a « nobili ». Lottapolitica e riforma delle istituzioni nella Tosca (...)
  • 13 Cf. F. Bertini, « La massoneria in Toscana dall'età dei Lumi alla Restaurazione », in Le origini d (...)
  • 14 J. Milton, Areopagitica, op. cit., p. 188 : « I found and visited the famous Galileo grown old, a (...)

6La franc-maçonnerie est active dans l'État toscan depuis les années 1730, comme filiation directe de la Grande Loge de Londres9. La première loge est fondée à Florence par des résidents anglais proches du parti Whig et du premier ministre Robert Walpole, parmi lesquels figurent notamment Horace Mann, représentant diplomatique britannique à la cour de Jean-Gaston et Philip von Stosch, antiquaire et espion, membre de la loge hollandaise qui avait accueilli des freethinkers célèbres comme John Toland et Antony Collins10. Ce milieu cultivé, qui exprime une forte propension à l'égard du déisme, voire du libertinisme érudit, s'ouvre de façon très sélective en cooptant un petit groupe de toscans anglophiles, admirateurs de Newton et du modèle politique et culturel anglais. Les premiers franc-maçons toscans se sont majoritairement formés à l'Université de Pise, dans le mythe de Galilée et de la méthode expérimentale : tous partagent la même exécration envers l'Inquisition et le même mépris à l'égard des croyances communes11. À côté de Giulio Rucellai, figure notamment dans la loge florentine Giuseppe Maria Buondelmonti, secrétaire d'État : en 1737 il est l'auteur d'une oraison funèbre en l'honneur de Jean-Gaston, véritable leçon consacrée au caractère contractuel de la souveraineté toscane12. Par ailleurs, Buondelmonti est un bon traducteur de l'anglais et, à la fin des années trente, il travaille à la traduction du The Rape of the Lock du poète franc-maçon Alexander Pope et du Paradise Lost de Milton13. L'intérêt pour Milton n'est probablement pas fortuit. Entre 1638 et 1639 le poète anglais avait voyagé en Italie et, dans son pamphlet consacré à la liberté de la presse, il dénonçait, à plusieurs reprises, l'état d'asservissement dans lequel « the inquisitional rigor » avait plongé la culture italienne, aussi bien littéraire que scientifique. Pour tout lecteur toscan, le récit de la rencontre entre Milton et Galilée, décrit comme un vieillard aveugle enfermé dans son lieu d'exil, devait être particulièrement troublant14. Par ailleurs, les pages dans lesquelles Milton — sur la base d'une documentation vraisemblablement tiré des archives — se moquait de la censure ecclésiastique en décrivant l'absurdité de la triple révision préventive mis en place par le S. Office en Toscane étaient tout aussi déconcertantes :

  • 15 Ibidem, p. 148-150.

To fill up the measure of encroachment, their last invention was to ordain that no Book, pamphlet, or paper should be printed [...] unlesse it were approv'd and licenc't under the hands of 2 or 3 glutton Friers. For example :
Let the Chancellor Cini be pleas'd to see if in this present work be contain'd ought may with stand the Printing
Vincent Rabatta, Vicar of Florence.
I have seen this present work, and finde nothing athwart the Catholick faith and good manners : in witnesse whereof I have given & c.
Niccolo Cini Chancellor of Florence
Attending the present relation, it is allow'd that this present work of Davanzati may be printed
Vincent Rabatta
It may be printed, July 15
Friar Simon Mompei d'Amelia Chancellor of holy office in Florence15.

  • 16 Cf. G. Giarrizzo, Massoneria, op. cit., p. 81.

7Le discours politique de Milton est donc cohérent avec le principe de liberté illimitée de lecture, de pensée et de parole, activement soutenu et pratiquée dans la loge florentine en dépit des contrôles et des pressions exercées par l'inquisiteur16. Si nous pensons que l'Areopagitica de Milton est la source probable utilisée par le législateur toscan en 1743, c'est aussi parce que ce texte de loi constitue, implicitement, un outil polémique à haute valeur idéologique utilisé par le gouvernement toscan envers le Saint-Office.

  • 17 Sur ce nouveau groupe dirigeant, cf. A. Contini, La Reggenza lorenese tra Firenze e Vienna. Logich (...)
  • 18 R. Francovich, Storia della massoneria, op. cit., p. 34, et M. C. Jacob, The radicalEnlightenment, (...)

8Avec l'instauration de la nouvelle dynastie régnante, la franc-maçonnerie — à l'origine un phénomène marginal, toléré par le pouvoir médicéen — devient une présence incontournable et, probablement, aussi le lien occulte du nouveau groupe dirigeant17. En effet, plusieurs ministres sont des franc-maçons notoires, dont les deux principales têtes de l'exécutif, Emmanuel de Richecourt et Marc Beauveau de Craon. En ce qui concerne le grand-duc François-Étienne, il a été initié dans une loge de rite anglais à La Haye en 1731 et peu de temps après promu au grade de maître en Angleterre, dans la résidence de campagne de Robert Walpole18. Dans les années 1730, l'époux de Marie-Thérèse d'Autriche, seul souverain européen à avoir adhéré à la franc-maçonnerie, contribue à sa propagande faisant figure de protecteur de grand renom.

  • 19 G. Giarrizzo, Massoneria, op. cit., p. 79.
  • 20 Ce texte est cité par F. Bertini, « La massoneria in Toscana », op. cit., p. 59.

9À partir de la fin des années 1730, le gouvernement toscan entreprend un conflit très âpre contre le Saint-Siège dont les objectifs sont fondamentalement cohérents avec les idéaux et les programmes de la franc-maçonnerie européenne : faire en sorte que la Toscane soit le premier État catholique au Sud des Alpes dans lequel la puissance ecclésiastique sera réduite dans des limites compatibles avec les droits de la couronne et avec les droits naturels et imprescriptibles propres à tout individu, dont le principal est la liberté de conscience. Dans cette perspective, le domaine des livres et des opinions des lecteurs a une valeur hautement symbolique : en effet, c'est dans l'exercice de la censure et sur la base d'un compromis constamment renouvelé avec les autorités politiques, que l'Église et, tout particulièrement le Saint-Office, ont construit une souveraineté exclusive sur les sujets du grand-duc de Toscane. Pour toutes ces raisons, l'édit de 1743 n'est pas seulement une solution juridique aux lacunes de la législation civile en matière de censure mais aussi un acte politique et un message polémique dont le destinataire principal est le Saint-Office. Ce texte s'inscrit et trouve son explication à l'intérieur d'une logique conflictuelle et dialectique : la loi de 1743 est la réponse tardive mais adéquate à la bulle de Clément XIII In eminenti Apostolatus specula, publiée le 4 mai 1738, le principal acte d'hostilité de l'Église contre la franc-maçonnerie. À juste titre, on a souligné que ce document n'est pas dirigé contre le phénomène maçonnique dans sa globalité mais, plus spécifiquement « contre la diffusion de centres laïques de sociabilité libertine », dont la loge florentine constitue « un modèle destiné à avoir une grande fortune19 ». La bulle insiste particulièrement sur l'emprise occulte que les franc-maçons exercent sur les esprits en vertu de leur parole corruptrice : « [...] vigilandum esse ne huiusmodi hominum genus, veluti fures domum perfondiant, atque instar volpum vineam demoliri nitantur ne videlicet simplicium corda pervertant, atque innoxios sagittent in occultis20. » Les conséquences de cet acte sont connues : la loge florentine est apparemment dissoute, son secrétaire, le poète matérialiste Tommaso Crudeli, est arrêté par l'Inquisition, soumis à un procès et condamné à la réclusion à perpétuité en 1739.

10Durant cette phase d'offensive inquisitoriale, le gouvernement toscan, évidemment embarrassé par la présence dans ses rangs de franc-maçons notoires et illustres, décide de ne rien faire pour mettre un frein à la persécution. Toutefois, dans les faits, les franc-maçons continuent à opérer, avec la bienveillance tacite du pouvoir politique. Dans un rapport adressé au souverain en octobre 1739 — qui constitue un remarquable exemple de dissimulation — Richecourt s'explique sur cette présence devenue soudainement discrète et, tout en se justifiant de l'accusation de soutien occulte à la secte, il réaffirme avec force le caractère essentiellement idéologique du différend qui oppose le gouvernement toscan au Saint-Office :

  • 21 ASF, Consiglio di Reggenza, 336, Relazioni, rappresentanze ed istruzioni relative agl'afari del S. (...)

Quant à la liberté de penser, on ne voit pas qu'il y ait aucun moyen de l'empêcher, Dieu seul auquel rien n'est caché est juge de nos pensées, ny le gouvernement, ny l'inquisiteur ne pouvant aller sonder les cœurs21.

11Le préambule de la loi sur l'imprimerie avec son appel irrévérent à la « liberté d'imprimer » et au caractère légitime de la connaissance, est un message adressé implicitement au Saint-Office, un message qui indique que le projet franc-maçon de libération de la lecture et des lecteurs des limitations imposées depuis deux siècles par la censure inquisitoriale est encore, malgré tout, en état de marche.

  • 22 J. Milton, Areopagitica, op. cit., p. 142 ; sur la notion de « liberté de la presse » chez Milton, (...)

12Ce projet subsiste dans le texte de 1743 en tant que proposition liminaire et programmatique, riche en significations et en sous-entendus ; pourtant, cette proposition semble être niée ou, du moins, revue et relativisée, dans la seconde partie du préambule : « Puisque nous voulons que la liberté de la presse [...] ne dégénère pas dans une licence qui offense ce que l'on doit à Dieu et à la société civile, nous interdisons... » Le binôme liberté/licence n'est pas inédit et on le retrouve, notamment, dans l'Areopagitica de Milton. Craignant d'être blâmé pour avoir introduit la licence des mœurs en combattant la censure des mots (« But lest I should be condemn'd of introducing licence, while I oppose Licen-cing. »), Milton rappelle l'existence de certaines mesures de répression adoptées dans l'antiquité grecque et latine contre deux catégories de livres : « Those either blasphemous and Atheisticall, or Libellous22. » C'est le seul cas où la censure, répressive et non préventive, semble garder, à son avis, une certaine légitimité. La distance entre ce texte et la position adoptée par le législateur toscan est évidente. En effet, le risque que la liberté de la presse, juste proclamée, « dégénère en licence », impose à ce dernier la mise en œuvre de règles qui prévoient aussi bien la prévention que la répression d'un certain nombre de comportements déviants. Très subtile et très difficile à apprécier, la distinction entre la liberté et la licence constitue néanmoins un élément de discrimination essentiel et durable entre les différents régimes de censure européens qui renvoie directement aux distinctions confessionnelles et culturelles. Vingt ans après la publication de la loi sur l'imprimerie, dans un mémoire adressé au chef de gouvernement toscan Botta Adorno, Giulio Rucellai observe que

  • 23 G. Rucellai, Rappresentanza ad Antonio bottaAdorno, cit., c. 365v : « Nel presente sistema d'Europ (...)

dans le système actuel de l'Europe, divisé selon la religion et les intérêts [...], la presse se trouve généralement dans une liberté absolue qui ne connaît d'autre limite que l'impossibilité physique. Chacun peut constater que dans tous les pays hétérodoxes on ne connaît d'autre interdiction que l'interdiction civile et que dans certains de ces pays, la liberté d'imprimer est tellement grande que l'on pourrait dire, à juste titre, qu'elle dégénère en licence, comme c'est le cas de l'Angleterre et de la Hollande, où le commerce des livres fleurit plus que partout ailleurs23.

  • 24 Sur la phase de préparation de la loi, cf. S. Landi, Il governo delle opinioni, op. cit., p. 49-86

13Cette double tension irrésolue entre la liberté et la licence, entre la liberté et la rigueur, si évidente dans le préambule de la loi, empêche de lire la suite de ce texte comme le développement conséquent de son intention libérale. En effet, la loi annonce la liberté mais, concrètement, elle envisage une série de dispositions qui rendent plus efficace et sévère le système de censure. Texte contradictoire et accidenté, la loi de 1743 n'est pas le résultat d'une volonté unique et supérieure mais d'une confrontation parfois dure entre les différents membres du gouvernement ainsi que de la recherche d'un compromis avec les autorités religieuses24.

  • 25 Legge sulle stampe, op. cit., p. 345-346, article iv : « Che questo [libro] si faccia subito esami (...)
  • 26 Cf. N. Rodolico, Stato e Chiesa in Toscana, op. cit., p. 223-224.

14Trois aspects, en particulier, permettent d'illustrer le contenu de ce texte et ses conséquences dans le domaine de la discipline des opinions. En premier lieu son ambiguïté en ce qui concerne la procédure de la censure préventive. Par rapport au système qui s'est affirmé au cours du xvie et du xviie siècles, la loi comporte un changement profond qui intéresse principalement la hiérarchie des réviseurs : elle ne prévoit que deux examens du manuscrit, dont le premier est effectué par un réviseur nommé par le Conseil de Régence. Celui-ci doit vérifier l'ouvrage en prêtant attention à toute affirmation contraire aux « bonnes mœurs et au droit du souverain » ; ensuite, il le remettra au réviseur « ecclésiastique » qui devra certifier que le livre ne contient « rien de contraire à la religion catholique25 ». L'ultime décision d'imprimer revient à l'un des secrétaires du Conseil de Régence et non plus, comme auparavant, à l'inquisiteur qui se voit ainsi privé du privilège de l'imprimatur. Cependant, la formule que le législateur utilise pour désigner l'autorité religieuse habilitée à revoir l'ouvrage est de toute évidence très vague car elle ne permet pas de trancher entre le réviseur épiscopal et celui du Saint-Office. S'agit-t-il d'une incertitude volontaire dont le but, non exprimé, consisterait à rallumer l'antagonisme traditionnel entre les deux juridictions ecclésiastiques ? Quoi qu'il en soit, cette équivoque permettra au Saint-Office de dénoncer la loi comme « contraire aux constitutions apostoliques et aux règles concernant l'Index établies par les pères du Concile de Trente » et de menacer d'excommunication tous les imprimeurs qui n'auraient pas respecté la procédure de la double révision ecclésiastique de tout ouvrage26.

15En deuxième lieu, la loi de 1743 se caractérise par un non-dit substantiel relativement au commerce des livres et à la lecture. En vérité, le texte fait référence au commerce des livres à trois reprises : dans le préambule, dans l'article I — qui interdit « à toute personne de quelque condition qu'elle soit d'introduire, vendre et publier des livres contraires à la religion et aux bonnes mœurs » — et dans l'article XXI, visant à empêcher l'introduction dans l'État des libelles diffamatoires. Toutefois, rien ne semble contredire la législation ecclésiastique en vigueur sur ce point depuis 1559 et qui attribue au représentant du S. Office la responsabilité de produire aux douanes une attestation concernant l'orthodoxie des livres qui entrent et qui sortent de l'État (introducatur et extrahatur).

16Les raisons du silence du législateur sont multiples et elles tiennent en partie à la volonté d'éviter une aggravation du contentieux avec l'Inquisition. Théoriquement, le Saint-Office garde le pouvoir de surveiller le flux de livres aux frontières — une tâche considérable et peu réaliste, compte tenu du délabrement du système inquisitorial à la moitié du xviiie siècle —, alors que l'État se réserve le droit d'intervenir ponctuellement dans son territoire à travers le contrôle policier des libraires. À nouveau, on est confrontés au caractère double de la parole du législateur. D'une part, cette lacune flagrante de la norme semble paradoxalement créer les conditions favorables à « l'introduction des livres étrangers [.] comme un moyen efficace pour multiplier les connaissances [et] répandre le savoir », selon la volonté explicite de la loi. Le silence du législateur sur ce point d'importance capitale, peut être ainsi interprété comme une réponse implicite à l'exigence de doter le livre et la lecture d'un espace de liberté à l'abri de la censure ecclésiastique, exprimée notamment par le groupe maçonnique florentin. D'autre part, il est également évident que ce nouvel espace virtuel de liberté n'est concevable qu'à l'intérieur d'un rapport de protection et de dépendance à l'égard du pouvoir politique et qu'il n'est pas à l'abri du pouvoir ordinaire et extraordinaire, qui appartient au prince, de prévention et de répression du délit d'opinion.

17Le troisième trait caractéristique de la loi est son côté repressif. Le législateur (article XXVIII) attribue à la magistrature des Huit de Garde — et, indirectement, à l'Auditeur fiscal — la responsabilité de veiller scrupuleusement à la mise en place et au bon fonctionnement de la nouvelle censure. Le rôle de l'Auditeur fiscal est déterminant tantôt dans la découverte d'éventuelles typographies et publications clandestines (« alla macchia », selon le jargon des imprimeurs), tantôt dans la phase d'instruction du procès contre les transgresseurs. À cette fin, le texte privilégie (article XXII) la quête des preuves « selon la forme la plus ample pratiquée et admise pour les délits occultes et difficiles à prouver » : une méthode informelle, qui accorde une importance fondamentale — selon le modèle du procès inquisitorial — aux accusateurs « publics et secrets » et qui encourage le recours à la délation (article XXV). Le corollaire de cette première et paradoxale affirmation de la liberté de la presse est tout un arsenal de peines très sévères dont, sans aucun doute la plus significative d'un point de vue symbolique, est le bûcher public, prévu pour tout imprimé « contraire à la religion et aux bonnes mœurs » (article XIX).

  • 27 Cf. M.I. Palazzolo, Ilibri, iltrono, l'altare. La censura nell'Italia della Restaurazione, Milan, (...)

18Cette re-fondation solennelle de la censure civile mérite quelques considérations d'ordre général. En premier lieu la loi implique un équilibre nouveau entre la censure préventive et la censure répressive. C'est dans la répression de l'illicite, plus que dans sa prévention, que la potestas censoria du prince nouvellement restaurée se manifeste pleinement et sans partage possible avec l'autorité spirituelle. La censure devient dorénavant matière privilégiée de police et de justice : ses agents tendent à accompagner, à rendre secondaire et, progressivement, presque à remplacer le travail des savants chargés de la révision des ouvrages. En d'autres termes, la loi de 1743 est à l'origine d'une « judiciarisation » de la censure, une tendance qui s'affirme pleinement dans les législations des États italiens après le tournant révolutionnaire et napoléonien27.

  • 28 Sur la conception de la souveraineté chez François-Étienne, cf. J.-C. Waquet, De la corruption. Mo (...)
  • 29 J.-J. Duguet, Institutions d'un prince ou traité des qualités, des vertus, des devoirs d'un souver (...)

19Une seconde considération concerne l'extension du pouvoir de censure. La formule « contraire à la religion et aux bonnes mœurs », utilisée à plusieurs reprises par le législateur toscan, indique que le domaine de la censure est le reflet d'une conception de souveraineté qui se veut attentive tant aux opinions qu'aux comportements des sujets. Le paradigme d'une souveraineté et d'une censure géminées, civile et ecclésiastique, mise en acte pendant la Contre-Réforme est ainsi remplacé par un nouveau paradigme qui trouve ailleurs ses sources d'inspiration. Un rôle déterminant est joué notamment par la tradition du jansénisme politique, où la figure du prince chrétien, responsable suprême du salut moral et spirituel de la communauté, est particulièrement valorisée28. Dans cette nouvelle conception de l'État et des devoirs du prince, l'Inquisition, considérée par Jacques-Joseph Duguet29, l'un des repères théoriques du nouveau grand-duc, comme « un tribunal qui juge souverainement de la doctrine et qui possède quelquefois plus de zèle que de lumière », ne trouve plus pas sa place.

  • 30 Sur l'abolition de l'Inquisition en Toscane, cf. [F. Becattini], Fatti attinenti all'Inquisizione (...)

20La réaction vigoureuse que le Saint-Office met promptement en place contre la loi sur l'imprimerie est donc pleinement justifiée. Malgré ses lacunes et ses compromis, le texte de 1743 constitue un acte flagrant d'hostilité à son égard, dont l'un des buts inavoués est de mettre en discussion non seulement sa légitimité mais aussi sa présence dans le paysage politique et social de l'État toscan. Pour atteindre cet objectif — qui se réalise pleinement en 1782 avec l'abolition solennelle de l'Inquisition toscane 30 — la stratégie poursuivie par le nouveau groupe dirigeant est complexe.

  • 31 Cf. S. Landi, Ilgoverno delle opinioni, op. cit., p. 154.
  • 32 Cf. supra, p 120.

21En premier lieu, cette stratégie vise à réformer en profondeur le Tribunal de la foi selon un modèle — en vigueur à Venise depuis le xvie siècle — qui prévoit notamment la présence d'assistants laïques nommés par le prince pendant toute la durée de la procédure inquisitoire et du procès. Le problème peut paraître de nature purement formelle, mais en réalité ce qui est en question c'est la légitimité même du secret inquisitorial. Un nouveau partage entre la publicité et le secret est en train de se dessiner tant dans les textes que dans les pratiques du nouveau gouvernement. Alors que le secret maçonnique est toléré et protégé par l'exécutif toscan encore au début des années 175031, le secret inquisitorial est considéré comme le condensé et le symbole d'un pouvoir arbitraire, qui porte atteinte à la souveraineté et qu'il faut vite effacer au nom d'une idéologie de la publicité, dont Giulio Rucellai est l'interprète le plus cohérent : « L'Inquisition, incapable de modifier ses maximes [...] a dû adapter son zèle aux différentes circonstances politiques de notre époque et se contenter de voir ses nombreux procès, fabriqués par ses tribunaux avec l'intention qu'ils restent à toujours engloutis dans le silence, devenir publics librement grâce à l'imprimerie, qu'elle n'a jamais pu obliger au secret32. »

  • 33 Cf. N. Rodolico, Stato e Chiesa, op. cit., p. 235-256.
  • 34 Cf. A. Prosperi, « L'età dell'Inquisizione romana a Santa Croce di Firenze », Llnquisizione romana (...)
  • 35 ASF, Consiglio di Reggenza, 552, ins. 672 : « Essendo stato rappresentato che tanto in questa citt (...)
  • 36 ASF, Consiglio di Reggenza, 111, Dispacci di S.A.R.. al Consiglio di Reggenza dell'anno 1752, 3 av (...)
  • 37 Pour un cadre générale des réformes dans la période de la Régence, cf. E. Chapron, « L'État des Ha (...)

22En second lieu, le groupe dirigeant toscan redéfinit tacitement sa zone d'influence dans le domaine du gouvernement des opinions et des comportements des sujets. Les négociations entre le gouvernement toscan et le Saint-Siège pour la réforme du S. Office, commencées en 1743, se prolongent jusqu'en 175433. Tout au long de cette décennie, l'Inquisition est privée de son bras séculier et elle sortira amoindrie de ce conflit : la médiocrité de la documentation inquisitoriale relative à la seconde moitié du xviiie siècle est un témoin évident de cette crise34. Dans cette période d'éclipse du pouvoir inquisitorial — la première depuis deux siècles de fonctionnement ininterrompu — le pouvoir politique essaie de « réoccuper » une position prééminente dans le contrôle des opinions religieuses des sujets. La stratégie adoptée écarte aussi bien la publication d'une loi ultérieure que la voie de la négociation diplomatique avec le Saint-Siège. En raison de son caractère confidentiel, ce sujet est traité dans un « motu proprio secret » signé par le Conseil de Régence le 14 janvier 175235. Cette définition insolite pour un document officiel, désigne un texte manuscrit que le gouvernement adresse personnellement à l'Auditeur fiscal Domenico Brichieri Colombi en le dotant des moyens nécessaires à repérer et à réprimer « secrètement » certaines manifestations d'irréligiosité. Peu de temps après, ce texte est suivi par une dépêche de François-Étienne qui rappelle à son gouvernement que « le culte de notre Sainte Religion et la conservation des bonnes mœurs dans l'étendue du grand-duché [...] doit estre désormais celui de votre principale attention36 ». Prince nouveau, le grand-duc et futur empereur, à l'instar du fondateur de l'État toscan Côme Ier, semble avoir compris que la religion a un rôle décisif à jouer dans la construction du lien politique, notamment dans cette phase initiale de son gouvernement, caractérisée par le début d'une transformation profonde de la société toscane37. Par son contenu idéologique outre que politique, le texte secret de 1752 mérite une lecture attentive :

Puisqu'il nous a été communiqué que tant dans cette ville [de Florence] que dans le grand-duché ils se trouvent des personnes qui n'ont pas des sentiments orthodoxes en matière de religion et qui, non contents de s'égarer eux-mêmes, essayent, par des discours pleins d'iniquité et d'impiété, de tourner notre Sainte Religion en dérision, de façon à pervertir les autres et à les attirer vers leur propre impiété, déisme et athéisme, et puisque, confronté à ce mal persistant, tout chrétien et tout particulièrement un gouvernement catholique doit mettre en œuvre les moyens les plus efficaces pour l'extirper, le Conseil de Régence ordonne et commande à l'Auditeur fiscal Brichieri, d'employer secrètement les moyens les plus efficaces pour démasquer tous ceux qui, par des paroles impies et contraires à la religion se montrent coupables d'offenser les lois de Dieu et du souverain. Et si l'Auditeur peut établir les faits par la voie de témoins, le Conseil de Régence l'autorise à faire immédiatement arrêter ces téméraires, à les faire examiner et à les confronter avec des témoins sans aucun respect pour la position et la condition du délinquant, qu'il soit noble ou non et, une fois le délit constaté, sans aucun autre ordre, [il est autorisé] à l'exiler de tout le territoire du grand-duché...

  • 38 Cf. S. Landi, Il governo delle opinioni, op. cit., p. 155.

23Il est évident que l'auteur de ce texte vise les manifestations d'irréligiosité « hautes » : les termes qu'il emploie pour définir les opinions déviantes et dangereuses (déisme, athéisme), désignent sans équivoque et presque de façon technique les adeptes de la loge florentine. En ce sens, il est probable que le grand-duc essaie, par ce moyen, de mettre un frein aux manifestations du groupe maçonnique florentin, devenu à nouveau trop bruyant et qui a fait l'objet d'une série de protestations de la part de l'archevêque Francesco Gaetano Incontri38. Cependant, au lieu de demander l'autorisation ou la collaboration de l'autorité épiscopale — dont les prérogatives en matière de justice spirituelle, surtout pendant la période de vacance du pouvoir inquisitorial, demeurent intactes — le prince considère l'impiété, le déisme et l'athéisme comme une matière qui lui appartient entièrement. Dans le domaine de l'hétérodoxie, le texte de 1752 prévoit donc le retour au modèle de conduite revendiqué par Côme Ier au début de son principat ; il réalise, en outre, une première significative laïcisation du délit d'hérésie en le convertissant en délit d'opinion politique, dont le principal responsable sera dorénavant le fonctionnaire qui a traditionnellement en charge l'ordre public.

24Cependant, cette procédure extraordinaire, plus que par la présence de foyers de libertinisme, paraît notamment se justifier en raison du danger potentiel d'une diffusion plus large de ces doctrines, par le biais de « discours » et de « paroles » capables de persuader le grand nombre. Dans l'optique du groupe dirigeant toscan, la franc-maçonnerie subit donc un véritable dédoublement : elle est une présence active dans le gouvernement, probablement la source occulte d'inspiration de la loi sur l'imprimerie et, en même temps, une menace potentielle pour la stabilité et l'unité religieuse et morale du nouvel État. Le texte de 1752 soulève ainsi le problème d'une double vérité du pouvoir et, par là même, de la nécessité d'entretenir des circuits distincts de diffusion et de formation des opinions.

25Par son strabisme évident, ce texte à usage confidentiel peut aussi être lu comme une sorte d'explication de ce qui est publiquement affirmé par la loi de 1743, à savoir que la liberté (d'imprimer, de lire) ne doit en aucun cas se transformer en licence « qui offense ce que l'on doit à Dieu et la société civile ». Le texte de 1752 met en évidence le caractère relatif et discrétionnaire de la liberté, puisque ce que l'on peut considérer, d'un côté, comme de la liberté légitime pour un public averti de lecteurs, doit nécessairement, de l'autre, être considéré comme de la licence pour le plus grand nombre. Le nouveau paradigme absolutiste de censure implique donc forcément un décalage entre les principes (liberté du savoir et publicité des connaissances) qui justifient son existence par rapport au paradigme précédent et les pratiques discrétionnaires que sa mise en place, concrètement, comporte.

  • 39 ASF, Consiglio di Reggenza, 619, c. 764-765 ; sur cet épisode, cf. S. Landi, Il governo, op. cit.,(...)
  • 40 ASF, Consiglio di Reggenza, 7, c. 4v, dépêche datée de Vienne, 13 mars 1752 ; cf. S. Landi, Il gov (...)

26Les attentions prodiguées par le gouvernement de façon à prévenir un court-circuit entre publics de nature différente, destinés à rester rigidement séparés, se multiplient au fil des années. En 1749 l'Auditeur fiscal ordonne une irruption assez spectaculaire chez les librairies de la capitale dont le but est de rechercher une vingtaine d'auteurs « impies » (parmi lesquels figurent Voltaire, Hobbes, Toland, Spinoza, Locke...) : un véritable corpus de lectures libertines et matérialistes qui rend visible la ligne de partage informelle mais opératoire entre ce que le prince estime licite pour un petit nombre de lecteurs et ce qui doit rester rigidement exclu d'une circulation plus large39. En mars 1752, François-Étienne doit intervenir personnellement pour attirer l'attention du Conseil de Régence sur une traduction manuscrite de l'Epître à Uranie de Voltaire « qui se trouve déjà entre les mains de plusieurs particuliers qui, dans des conversations familières, en récitent des strophes tout entières40 ».

27Visiblement, la censure du prince procède au quotidien par tâtonnements et ajustements car, à la différence de la censure ecclésiastique, aucun index, aucun texte officiel ne définira jamais publiquement la qualité et l'extension de l'interdit. Aussi, au fil des années, il est de plus en plus évident que le but de la censure civile n'est pas de remplacer la censure ecclésiastique qui devient de plus en plus opaque et inaudible. Son objectif inavoué est probablement un autre et consiste à déplacer et à reformuler la question de la censure en obligeant, aussi bien les acteurs institutionnels que les sujets, à chercher ailleurs que dans le texte normatif de nouvelles sources d'interdiction et/ou de légitimation du discours public.

Un nouvel acteur du discours politique : le public

  • 41 J. Habermas, L'espace public, op. cit., p. 42.
  • 42 Cf. R. Chartier (dir.), Histoires de la lecture. Un bilan des recherches, Paris, Imec Éditions, 19 (...)
  • 43 Cf. à titre d'exemple les considérations de R. Chartier : « Mais les pratiques de lecture sont aus (...)
  • 44 Selon la célèbre définition de E. Kant « Qu'est-ce que les Lumières ? », in La philosophie de l'hi (...)

28La notion de « public » est la principale source de légitimation et de censure qui s'affirme dans le discours politique italien autour des années 1750. Ce mot polysémique a donné lieu, ces dernières années, à des analyses différentes, voire divergentes. Pour une part, on considère le public comme un fait réel qui s'impose, ou presque, par son évidence sociologique. On connaît le rôle joué à ce propos par certaines affirmations de Jurgen Habermas qui, dans son ouvrage de 1962, identifie le « public » avec « les lecteurs, les spectateurs, les auditeurs en tant qu'ils sont les destinataires, les consommateurs et les critiques de l'art et de la littérature41 ». La réception, relativement tardive, de cette thèse de la part des historiens, a offert l'occasion d'un travail intense de relecture des catégories les mieux établies de l'histoire culturelle. Entre la fin des années 1980 et le début de la décennie suivante, un nombre important de travaux a considérablement contribué à la connaissance de ce public virtuel, composé d'une multitude d'acteurs confrontés à un certain nombre d'objets de consommation culturelle, tels que livres imprimés, les spectacles, les objets d'art dans les musées. L'attention spécifique portée à l'univers de la lecture, la reconstitution minutieuse des gestes et des opinions de lecteurs souvent anonymes, a durablement modifié l'image du public tout en permettant de voir, derrière cet acteur collectif indistinct et figé, une pluralité de situations, de dynamiques, de cas individuels42. Cependant, au lieu de favoriser une discussion ou une remise en question des thèses habermasiennes, ces recherches ont pour la plupart contribué — comme si elles partageaient l'inquiétude de démontrer ce que l'on savait déjà — à leur ancrage définitif dans le discours historique contemporain43. En d'autres termes, la découverte du lecteur « réel » a paradoxalement conforté l'image idéale du public comme communauté de personnes privées qui font « un usage public de leur raison44 », selon le postulat implicite qui fait de chaque lecteur le détenteur potentiel d'une opinion et de chaque opinion une opinion potentiellement critique.

  • 45 H. Merlin, Public et littérature en France au xviiesiècle, Paris, Les Belles Lettres, 1994 ; voir (...)
  • 46 J. Guilhaumou, Compte rendu sur I. Hampser-Monk, K. Tilmans, F. Van Vree (dir.), History of Concep (...)

29D'autre part, ces dernières années, l'épuisement progressif de ce courant d'études a alimenté un renouveau d'attention des historiens envers le « public » en tant qu'objet essentiellement textuel. Loin de nier l'évidence selon laquelle le mot « public » évoque une réalité sociale complexe et changeante, cette nouvelle approche privilégie la voie de sa recontextualisation dans le discours littéraire et politique de son époque, faute de quoi les risques d'anachronisme et de réification restent toujours très élevés45. Tout en admettant l'existence d'objets réels qui se situent dans l'au-delà du texte, cette approche préfère considérer le « public » comme un événement langagier majeur, puisque, généralement parlant, « il convient de connaître les conditions langagières de formation de la réalité pour pouvoir la comprendre46 ». Dans cette perspective, l'objet « public » perd sa transparence trompeuse pour réacquérir une étonnante complexité : il est moins le point d'aboutissement d'un processus téléologique de libéralisation de la lecture et du lecteur, qu'une émergence textuelle et problématique qui renvoie à des stratégies de légitimation du discours public qu'il paraît nécessaire de reconstituer.

  • 47 « Le mot public se distingue par là immédiatement ddEtat, peuple ou république car il possède une (...)
  • 48 Néanmoins, des indications importantes sur la constitution du public en Italie, dans une optique d (...)

30On peut considérer l'émergence du « public » dans le discours politique moderne comme un indice et un facteur de changements plus profonds puisque son usage marque une rupture dans les modes de la représentation du pouvoir et de la communication politique. En effet le mot « public » s'impose principalement par sa valeur auctoriale et par son potentiel de persuasion qui le rendent, selon des circonstances et des modalités spécifiques à chaque contexte, un interlocuteur fictif plus efficace que certains mots similaires et concurrents tels qu'« État », « peuple » ou « sujets47 ». Les conditions qui ont permis l'avènement de ce nouveau sujet dans le discours politique italien n'ont jamais fait l'objet d'études spécifiques48. Loin de vouloir combler cette lacune, nous nous limiterons ici à apporter quelques éléments de réflexion à partir de quelques textes connus mais qui ont généralement retenu l'attention des spécialistes dans l'optique de l'histoire des idées.

  • 49 Della pubblica felicità, oggetto debuoniprincipi, Venise, Albrizi, 1749. L'édition que nous consul (...)
  • 50 Sur la pensée politique de Muratori voir F. Venturi, Settecento riformatore. I, Da Muratori a becc (...)
  • 51 E. Zlablinger, Ludovico Antonio Muratori und Osterreich, Innsbruck, Innsbruck Universitàt, 1970 et (...)
  • 52 Della pubblica felicità, op. cit., p. 1554 ; sur cette loi qui réglemente la pratique du fidéicomm (...)
  • 53 Ibidem, p. 1607 : de son côté, Richecourt remercia dans une lettre son illustre interlocuteur pour (...)
  • 54 Sur la pénétration des idées muratoriennes dans le grand-duché et sur les enjeux politiques liés à (...)

31À bon droit, dans la naissance d'un nouveau discours sur le « public », l'ouvrage de Lodovico Antonio Muratori, Della pubblica felicità (De la félicité publique, 1749) occupe une place fondamentale49. Cet ecclésiastique de Modène, érudit de renommée internationale et figure de proue de l’Aufklärung catholique de la première moitié du xviiie siècle50, conçoit cet écrit dans le sillage d'une réflexion presque ininterrompue sur l'institution du prince. Bientôt traduit en Français et en Espagnol, l'ouvrage de Muratori reçoit un accueil particulièrement favorable à la cour de Vienne où, paraît-il, il figure parmi l'une des lectures préférées de Marie-Thérèse d'Autriche et de son époux François-Étienne51. Les raisons d'un tel succès dans les territoires de l'Empire sont multiples : dans son écrit Muratori fait l'éloge de la politique de réformes entamée en Toscane par le nouveau grand-duc et sa Régence, ce qui a dû sans doute contribuer à sa fortune. Une première fois Muratori cite la Toscane à propos de la loi de 1747 sur les fidéicommis : une mesure qui permet de limiter, écrit-t-il « le préjudice qui en résulte au public en raison des nombreux biens immobilisés et exclus à jamais du commerce52 ». Une seconde fois, Muratori s'arrête en particulier sur le principal collaborateur de François-Étienne, Emmanuel de Richecourt, dont il souligne « l'extraordinaire activité » en faveur de l'économie toscane, véritable raison de gloire pour son prince et source de bien être pour les sujets53. Entre le discours muratorien et la politique de réformes réalisée en Toscane dans le cadre d'une conception absolutiste des devoirs du souverain, s'établit donc un rapport de réciprocité, dans lequel les mots recherchent dans les faits leur raison d'être et vice-versa. Notamment après la publication de l'ouvrage sur la réforme nécessaire du système législatif des anciens États de la péninsule (De’ difetti della giurisprudenza, 1742), Muratori reconnaît probablement dans l'État toscan, un lieu privilégié pour la circulation de ses idées et la mise en œuvre de ses projets54.

  • 55 Cf. M. Stolleis, Histoire du droit public en Allemagne. Droit public impérial et science de la pol (...)
  • 56 Cf. C. Capra, « Il funzionario », in M. Vovelle (dir.), Luomo dell'Illuminismo, Rome-Bari, Laterza (...)

32L'ouvrage de Muratori n'est pas porteur d'un message particulièrement original. Vues dans l'optique de la cour de Vienne et des hauts-fonctionnaires impériaux employés dans les cours italiennes, les idées professées par Muratori s'inscrivent naturellement dans un courant traditionnel de littérature politique à caractère pragmatique, principalement consacré à la définition des devoirs du souverain et des conditions du « bon gouvernement » (gutes Regiment)55. La notion de « service public » — véritable éthique articulée autour d'un catalogue des vertus du « bon fonctionnaire », parmi lesquelles figurent d'un côté la franchise, la discrétion, la fidélité à l'égard du prince, de l'autre l'attachement au principe du « bien public » — est indissociable de ce contexte. De façon cohérente avec cette culture politique certains souverains, bien que défenseurs des prérogatives absolues de la souveraineté, pourront publiquement se déclarer les « premiers serviteurs de l'État56 ».

  • 57 Della pubblica felicità, op. cit., p. 1508 : « Noi dunque per pubblica felicità altro non intendia (...)
  • 58 Ibidem, p. 1528 : « A questo miglioramento del mondo (difficilissima si, ma sempre desiderabile im (...)

33Lorsque Muratori explique que la « félicité publique » consiste en « la paix et la tranquillité dont un prince ou un ministre sage et vertueux essaient, autant que possible, de faire bénéficier à leur peuple, soit en évitant et en éloignant les désordres redoutables, soit en trouvant un remède à ceux qui ont déjà eu lieu57 », ne fait que redire quelque chose déjà entendu. Toutefois, Muratori inscrit ces propositions dans une nouvelle perspective de type historiciste, qui prévoit le progrès (miglioramento) matériel et spirituel de la société civile (pubblico), dont le véritable accomplissement est l'avènement de la félicité publique sous l'égide des princes éclairés58. Le Della pubblica felicità, n'est pas un texte théorique mais un objet pensé en contact étroit avec la réalité italienne, dont le but avoué est de rendre possible et accompagner le changement politique. Par conséquent, la notion de bien public — qui est à l'origine une doctrine à fondement éthique et à caractère normatif à l'usage d'un corps de serviteurs de l'État — se présente, dans le livre de Muratori, comme une véritable idéologie finalisée à soutenir ou à démentir certaines conceptions de l'État et de la société.

  • 59 Pour une sémantique de « bien public » chez Muratori, cf. C. Continisio, Ilgoverno dellepassioni, (...)
  • 60 Della pubblica felicità, op. cit., p. 1511.
  • 61 Sur le « dégoût » (« raccapriccio »), manifesté par Muratori à l'égard de Locke et des présupposée (...)
  • 62 Della pubblica felicità, op. cit., p. 1508 : « Truovasi il felice stato d'una repubblica o monarch (...)
  • 63 Ibidem, p. 1516.

34Comme toute idéologie, le « bien public » implique un outillage rhétorique, c'est-à-dire un certain nombre de mots-clés susceptibles de favoriser la prise de position et de faire croire59. Quoique apparemment synonymes, les mots « peuple », « sujets », « public », expriment les différentes modalités du rapport de subordination. Les « sujets » correspondent aux titulaires d'obligations et de droits à l'égard du souverain. Muratori fait allusion à la nature contractuelle du lien politique, à « la convention tacite qui s'établit entre les sujets et le prince60 » ; cependant, loin de déboucher sur une apologie des droits individuels face à la puissance de l'État61, la Félicité publique privilégie un modèle de subordination politique inspiré des exemples bibliques, c'est-à-dire au pacte entre Dieu et le « peuple d'Israël62 ». En ce sens, « peuple » est toujours chez Muratori synonyme de totalité organique, naturellement enclin au bien, à la productivité, à la soumission, même à l'égard des princes injustes, que l'on peut, toutefois, critiquer « en secret et en public », dans l'espoir que « le châtiment de Dieu » s'abatte bientôt sur eux63.

  • 64 H. Merlin, Public et littérature, op. cit., p. 40.

35Si « peuple » exprime sans ambiguïtés le fondement immuable du pacte politique, le mot « public », « outil linguistique à fonction substitutive64 », est utilisé par Muratori à la place de « peuple » et de « sujets » mais dans un sens moins facilement définissable. En effet, « public » n'a pas de consistance constitutionnelle, son existence étant directement liée à un changement de perspective, c'est-à-dire à la prise en compte de la dimension « publique » de la politique du prince : Muratori nomme ainsi « public » le peuple ou les sujets en tant que destinataires des actions du souverain et récepteurs de son message.

36Employé de façon très mesurée par Muratori, le mot « public » paraît le plus souvent dans des expressions (telles que « les intérêts du public », « au frais du public », « les maux du public ») qui mettent en cause la politique menée par le prince et ses ministres peu respectueux du bien public. Deux exemples permettent de mieux expliciter le sens de cette occurrence. Dans le premier, Muratori illustre les obstacles qui s'opposent à la réalisation du « bien public » dans les républiques et dans les monarchies :

  • 65 Della pubblica felicità, op. cit., p. 1518 : « Nelle repubbliche ben regolate facile è che si truo (...)

Dans les républiques bien ordonnées il est aisé de rencontrer des personnes animées d'un véritable zèle pour le bien public, même si parfois on en rencontre certains qui font leur intérêt uniquement contre l'intérêt du public. Il se peut aussi, peut-être plus facilement encore, que dans les gouvernements monarchiques quelque ministre compétent pense aux avantages du prince, davantage aux leurs et pas du tout à ceux du peuple65.

37Dans le second, il est question du choix du principal conseiller du prince et, à ce propos, Muratori met en scène le portrait idéal de l'anti-ministre :

  • 66 Ibidem, p. 1527 : « Osservi sopra tutto se in costoro abbia buone radici la religione e la morale (...)

Par-dessus tout, [tout prince] se doit de vérifier si chez [ses ministres] la religion et la morale chrétienne ont des racines solides, autrement il ne pourra jamais accorder sa confiance à ceux qui ne connaissent pas la crainte de Dieu et qui n'ont pas d'autre loi si non celle de leur propre intérêt et de leur propre volonté ; et par là même ils seront capables de tout méfait susceptible d'être caché aux yeux des hommes, ainsi que de nuire au public en vantant leurs mérites auprès d'un prince peu vigilant. Donnez-moi un de ces personnages et affectez-le à l'économie, voire aux finances ou à d'autres emplois qui concernent les recettes ou les dépenses du prince : on pourra s'étonner si celui-ci n'invente pas de nouveaux abus aux dépens du public et s'il ne vole pas, non plus à son maître66.

  • 67 Sur la doctrine sociale de la Raison d'État, cf. G. Borrelli, Ragion di Stato e Leviatano, op. cit (...)
  • 68 Della pubblica felicità, op. cit., p. 1509 : « Senza scelta di buone storie corre pericolo un regn (...)
  • 69 J'emprunte cette expression à J.-P. Cavaillé, « Le mensonge ordinaire de la politique vérité », Le (...)

38On est ici confronté à une structure argumentative récurrente dans la Félicité publique. La notion de « public » exprime pleinement sa signification, potentiellement polémique, à la croisée de deux oppositions majeurs : public/particulier d'un côté, public/secret de l'autre. Par contraste et par négation, « public » est ici porteur d'un ensemble de valeurs et de jugements qui tranchent avec un paradigme politique que Muratori ne nomme jamais, se limitant à le décrire de façon caricaturale, par une série de stéréotypes fortement péjoratifs. Le paradigme négatif visé est, bien entendu, celui de la ratio status, doublement rejeté ici, tout d'abord parce que finalisé à la reproduction du pouvoir et non pas à la réalisation du bien être des sujets. D'un seul trait Muratori liquide ainsi le discours politique antérieur, pourtant si attentif, notamment dans ses versions tardives, à la dimension sociale et matérielle du consensus 67 et il n'hésite pas à se servir du terme très connoté de « politicien » pour définir, dans sa globalité, la catégorie des professionnels de la politique, adeptes de Tacite et (sous-entendu) de Machiavel68. La ratio status est en outre condamnée parce que fondée sur un savoir de type « cabalistique » (« inclinazione alle cabbale »), inaccessible au « public ». Le refus et la dégradation des arcana imperii au rang de simple repoussoir politique est l'acte nécessaire et irrévocable qui fait de l'ouvrage de Muratori l'un des textes fondateurs d'un nouveau discours et credo politique, axé sur l'exaltation de la « politique vérité69 » et soutenu par un inlassable culte de la transparence du pouvoir.

  • 70 Della pubblica felicità, op. cit., p. 1541 : « Noi miriamo le biblioteche : oh quanta copia di lib (...)

39L'une des conséquences les plus spectaculaires de cette nouvelle orthodoxie, est le rapport qui s'établit entre « public », « publicité » et « publication ». Muratori exalte le rôle des bibliothèques publiques, notamment de celles qui mettent en circulation du savoir utile : « Nous admirons les bibliothèques — écrit-il — quelle quantité de livres ! Mais qui sera en mesure de les examiner et d'en apprécier le mérite ? [...] Et pourtant quoi de plus utile que ce genre de critique ! Malheureusement nous passons trop de temps à étudier des choses inutiles pour nous et pour les autres et, peut-être même, nuisibles70. » En d'autres termes, tout ce qui est publié ne mérite pas d'être rendu accessible au public, de même que tout ce qui est écrit ne mérite pas d'être publié. La publicité du savoir et la priorité accordée au savoir utile impliquent ainsi un changement des modalités qui rendent un texte publiable, puisque l'autorité du public remplace progressivement celle des autorités institutionnelles. Muratori contribue sans doute à reléguer la censure des livres, la censure institutionnelle, dans le domaine des pratiques obsolètes d'un État davantage tourné vers sa propre conservation que vers l'intérêt du « public » :

  • 71 Ibidem, p. 1531 : « È in oltre da augurare al pubblico che non sia da qualche indiscreto ministro (...)

Il est souhaitable pour le public que quelques ministres peu perspicaces n'empêchent pas les honnêtes et scrupuleux écrivains de produire ce qui peut se transformer en faveur du bien public, à la condition que ceux-ci gardent le respect nécessaire à l'égard de la religion et du prince71.

40Sur la base du paradigme mis en place par Muratori, ce qui fait de l'émergence du « public » un événement majeur c'est principalement sa capacité à polariser le discours politique tout en contribuant à modifier ses conditions d'accès à l'espace public. Rarement neutre, son usage implique une bipartition radicale de l'espace du discours : « public » est un mot qui sert à rassembler des alliés potentiels, de même qu'il indique et expose au blâme d'un jugement collectif théâtralisé les adversaires vrais ou fictifs du grand projet de réforme de l'État et de la société. Mot engagé, « public » est aussi, et davantage, un mot normatif dans la mesure où son emploi sert à légitimer et/ou à discréditer toute affirmation et que tout discours politique — même à caractère pragmatique et au-delà de ses intentions réelles — qui veut se donner des chances de réussir, pourra dorénavant difficilement éviter d'y faire allusion.

  • 72 [P. NERI], Relazione dello stato in cui si trova l'opera del censimento universale nelducato di Mi (...)
  • 73 Cf. A. Fratoianni, M. Verga (dir.), Pompeo Neri, Castelfiorentino, Società Storica della Valdelsa, (...)
  • 74 Cf. M. Verga, Da « cittadini » a « nobili », op. cit., p. 185 ; en particulier sur l'œuvre de Neri (...)
  • 75 M. Mirri, « La fisiocrazia in Toscana : un tema da riprendere », in Studi di storia medievale e mo (...)

41Une démonstration de la redoutable efficacité de ce nouveau paradigme discursif à l'intérieur d'un système absolutiste et dans un contexte politique hautement conflictuel, est offerte par le Rapport sur le recensement universel du Duché de Milan de Pompeo Neri72. Ce brillant juriste, formé comme la plupart des membres de la classe dirigeante toscane à l'école de droit de l'Université de Pise, imprégné de droit romain et d'érudition historique, a été l'un des plus jeunes ministres de la Régence73. En 1744 François-Étienne lui confie la tâche de travailler à une « refonte générale » de toutes les lois de l'État toscan, un projet considérable, probablement inspiré des idées soutenues par Muratori dans les Difetti della giurisprudenza. À cause des difficultés croissantes au sein de l'équipe gouvernementale et notamment des divergences personnelles et idéologiques avec le chef de l'exécutif Emmanuel de Richecourt, Neri choisit en 1749 de s'éloigner de Florence et d'accepter l'invitation de Gian Luca Pallavicini à assumer la direction de la réforme du système fiscal de la Lombardie autrichienne74. Œuvre formidable commencée en 1718 sous l'empereur Charles VI, la réforme du système d'imposition lombard se fonde sur la mise en place du cadastre comme outil nouveau de détermination des richesses et d'élimination des inégalités parmi les contribuables. En raison des guerres répétées et, principalement, à cause de l'opposition tenace des aristocraties foncières — qui voient, non à tort, dans son établissement un coup fatal porté à leurs privilèges — le cadastre n'a jamais pu être achevé. Les enjeux politiques et « constitutionnels » du cadastre émergent clairement dans le projet réformateur mis en œuvre en Lombardie sous le règne de Marie-Thérèse d'Autriche. Sa réalisation est en effet indissociable d'une conception du lien politique qui exalte « la participation de tous en tant que citoyens, membres de la communauté politique, au soutien financier de l'État, à travers la cession d'une partie de son propre revenu », qui est ainsi rendue disponible pour le bien public75.

42Une année après sa nomination à la tête de la commission sur le cadastre, Pompeo Neri décide de rédiger et de faire publier de façon anonyme un compte rendu long et détaillé résumant et élucidant les objectifs de la réforme, les moyens pour les atteindre, de même que les obstacles à surmonter ; ainsi s'explique-t-il dans une dense introduction :

  • 76 Relazione dello stato, op. cit., p. xvii : « Ho risoluto, nel dovere, in ubbidienza degli ordini r (...)

Je me suis résolu, pour mon devoir et par obéissance aux ordres reçus, à informer Votre Majesté de l'état dans lequel se trouve actuellement l'œuvre du nouveau recensement dans ce mois de mai 1750 et à faire un rapport résumant depuis le début cette affaire considérable [...]76.

43Loin d'être anodin, l'acte de publier est donc le résultat d'une prise de conscience de la part du ministre et de la décision de rendre public des matières concernant d'habitude exclusivement le souverain et son entourage le plus proche.

  • 77 Cf. M. Infelise, Prima deigiornali, op. cit., p. 50-78.
  • 78 E. Fasano Guarini, » Conclusioni », in Linformazionepolitica in Italia, op. cit., p. 388.

44À cette époque, publier des arcana imperii n'est pas, en soi, un fait nouveau. Une vaste littérature fondée sur le secret des cours italiennes s'est développée au cours du xviie siècle, alimentée par des figures controversées d'espions et de polygraphes, tels que Vittorio Siri et Gregorio Leti77. Par ailleurs, la mise en circulation, par voie manuscrite, de mémoires d'hommes d'État, considérés comme des répertoires de règles pratiques et de recommandations sur le cérémonial, est assez courante dans les États italiens au début du xviiie siècle78. En revanche, ce qui est nouveau dans la démarche de Neri, par rapport aux pratiques de la communication politique en vigueur dans l'État absolu, c'est la décision de décloisonner le débat politique pour y convoquer un interlocuteur extérieur et non institutionnel constitué par le « public » des contribuables. Étrangère au secret d'État, cette présence change en profondeur les données et les stratégies de la communication envisageables dans l'espace politique absolutiste. Dorénavant, deux stratégies s'alternent et, parfois, se superposent : dans un premier cas, les ministres ou les hauts fonctionnaires adressent au souverain des mémoires manuscrits qui expriment des revendications ou illustrent des projets à titre personnel et, indirectement, au titre des « partis » et des clientèles qu'ils représentent. Dans un second cas, analysé par Neri, la publication du secret est une méthode habile qui permet la mise en scène et la mise en échec « publique » de l'adversaire politique, puisque ce dernier se retrouve dans la condition inconfortable d'incarner l'ensemble des valeurs et des stéréotypes négatifs qui se rattachent désormais à la culture des arcana imperii.

45La démarche inédite et audacieuse adoptée par Neri est aussi le résultat de l'isolement et de la malveillance, manifeste ou larvée dont il a été victime depuis son arrivée dans la capitale lombarde. Dans un mémoire daté de décembre 1749, Neri décrit avec précision ce milieu hostile et souligne que l'opposition au projet de recensement et de cadastre ne s'identifie pas simplement avec la volonté conservatrice d'une classe de privilégiés :

  • 79 Cit. in C. Capra, Intervento, op. cit., p. 549 : « Ma parlando ancora delle persone oneste e sensa (...)

Si l'on considère aussi les personnes honnêtes et sensées, il faut avouer que tous, à propos du recensement, ont des préjugés qui, dans les circonstances actuelles, semblent innés, dus à une sorte d'affection et de tendresse que les uns et les autres portent aux coutumes bonnes ou mauvaises de ce pays, ce qui les empêche parfois de voir ou de ressentir le mal dont ils sont eux même les victimes79.

46Dissiper les préjugés, détromper et éduquer les personnes capables de bonne foi et d'entendement : tel est donc le but affiché du projet de publier des matières d'arcana imperii. Pour cette raison, Pompeo Neri conçoit le Rapport comme une œuvre de pédagogie politique, qui implique, tout d'abord, un décloisonnement du savoir utile, de même qu'une traduction, dans un langage compréhensible par tout le monde, de l'idiome cryptique de la science du gouvernement :

  • 80 Relazione dello stato, op. cit., p. xi : « Poiché la scienza dell'Imposta e reparto dei carichi in (...)

La science de l'impôt et de la répartition des charges dans ce pays est très obscure et difficile à comprendre à cause de sa difformité et aussi parce qu'elle est gardée dans une sorte de mystère, enveloppée dans un ensemble de formules très éloignées de la clarté, à l'instar d'une science occulte, à tel point que les personnes qui ont des informations sincères et précises sur le gouvernement économique de cet État sont très rares, même parmi les gens cultivés et savants ; de plus, ces informations, n'étant rassemblées en aucun lieu public, il est nécessaire de les acquérir péniblement et par fragments et ensuite de les réunir avec une détermination, une habilité et une autorité supérieures à celles de n'importe quel particulier80.

  • 81 Sur cette image de Guichardin, cf. supra, p. 53-54.

47La polémique muratorienne contre les arcana imperii trouve ici une application majeure : dans la perspective de Neri, publier signifie principalement offrir au public des contribuables et des lecteurs les outils nécessaires pour déchiffrer la scienza arcana de l'État. Le changement, par rapport aux méthodes du passé, est radical. En évoquant les travaux de l'ancienne commission sur le cadastre, Neri observe ironiquement que celle-ci « a estimé opportun, dans le but de favoriser le bien public, de garder [ses projets] dans le plus grand secret, par crainte que ses idées puissent être entravées. En revanche, ce secret fut plutôt utile à confirmer et accroître les erreurs populaires ». En d'autres termes, Neri considère qu'il est maintenant du devoir de l'État de divulguer son secret dans des lieux idoines et accessibles au public. La décision de publier le secret rend envisageable un processus général de publicisation — guidé par la volonté supérieure du prince — caractérisé par la disparition progressive du secret d'État et de la littérature qui l'accompagne. Ce même processus rend finalement prévisible la fin de l'hétéroglossie constitutive de l'espace discursif absolutiste : en effet, rien n'empêche de penser que, dans un avenir proche, le langage du gouvernement — ce langage que l'on parle dans le « palais » et que la « place » n'entend pas 81 — se rapprochera de plus en plus de celui du public composé de « gens cultivés et savants ».

48Ce projet de publicisation et de divulgation du savoir gouvernemental va de pair avec un remodelage des rapports de force entre les différents acteurs de l'espace politique absolutiste. Confronté à un milieu qu'il ne maîtrise pas, privé de tout soutien à l'exception de celui du prince, Neri est paradoxalement libre de concevoir ces rapports sous un angle nouveau et plus impersonnel, qui ne privilégie plus la recherche de la médiation et du compromis avec les corps, les classes et les communautés de l'État. La publication du Rapport sur le recensement universel est inséparable de la recherche d'un consensus de type nouveau, plus adapté à la politique réformatrice, susceptible de modifier en profondeur non seulement les équilibres économiques et sociaux de l'État, mais aussi de bouleverser les habitudes et les croyances invétérées et dominantes. De ce point de vue, l'analyse que Neri consacre au peuple est particulièrement significative :

  • 82 Relazione dello stato, op. cit., p. xiii : « Il popolo intanto resta confuso, e abbandonato nella (...)

Cependant, le peuple reste confus et abandonné dans son obscurité naturelle, de sorte qu'il endure le préjudice du système [d'imposition] actuel, sans en connaître les causes et sans connaître non plus les avantages du nouveau règlement et il avance donc titubant et inquiet, en attendant une nouveauté qu'il ressent douloureusement comme une charge supplémentaire. C'est pourquoi il est si souvent prêt à adopter toutes les propositions qui circulent contre cette nouveauté et, n'ayant personne qui puisse l'éclairer sur son intérêt véritable, il se trouve dans la condition de se laisser séduire et de devoir renoncer au bienfait le plus significatif que cet État n'a jamais obtenu grâce à l'attention de ses souverains prévoyants, au profit de l'intérêt malentendu de quelques administrateurs malveillants. Cela explique aussi pourquoi nombre de personnes sensées et honnêtes, dont ce pays abonde, se retrouvent, à propos du recensement, malgré leur entière bonne foi, farcies d'idées erronées et de préjugés découlant de propositions entendues par ouï-dire ou vainement déclamées par je ne sais quel avocat82.

  • 83 P. Neri, Relazione sopra la nobiltà toscana (1748), édition critique par M. Verga, Da « cittadini  (...)
  • 84 Sur la dimension constitutionnelle de la réflexion politique de P. Neri, cf. ibidem, p. 169-239 ; (...)

49Qu'est-ce que le peuple et quelle est sa consistance politique d'après Pompeo Neri ? Dans une recherche sur l'origine et le statut de la noblesse toscane, menée quelques années auparavant, Neri est probablement le premier « historien » moderne à affirmer que « peuple » est un mot conventionnel qui cache une réalité sociale hétéroclite : ce qui a donné un sens, au cours des siècles, à ce principe unitaire c'est la lutte contre les privilèges de la noblesse féodale et le fait d'avoir toujours gardé la mémoire des « véritables intérêts de la patrie83 ». Après la fin de la République, le peuple reste malgré tout un « corps civil » (corpo civile), une coalition d'individus libres qui retrouve virtuellement son unité et sa vocation constitutionnelle dans l'État monarchique en tant qu'ensemble des titulaires de devoirs et de droits politiques84. Toutefois, dans la Rapport de 1750 cette réflexion est totalement absente. Neri s'intéresse ici au peuple dans sa dimension cognitive et unitaire de public titulaire et récepteur d'opinions et, dans cette perspective, la seule distinction dont il tienne réellement compte est celle entre le « grand nombre » et le « petit nombre ».

50De même que pour les écrivains politiques du début du xvie siècle, pour Neri le peuple constitue le côté essentiellement « doxatique » du corps politique, étranger par sa nature à la nouveauté, souvent victime des ses opinions erronées, voire de celles qui circulent frauduleusement dans l'espace public. Cible privilégiée de la tromperie des « administrateurs malveillants » puisque, par nature, crédule, le peuple est toutefois susceptible de vérité à la condition que quelqu'un « puisse l'éclairer sur son intérêt véritable » (avendo chi l'illumini sopra il suo vero interesse).

  • 85 Sur ce passage, cf. supra, p. 36.
  • 86 Sur la relecture de Machiavel dans la culture toscane de la première moitié du xviiie siècle, cf. (...)

51Le Rapport sur le recensement rappelle sur ce point un lieu connu des Discours sur la première décade de Tite Live (I, 4) : selon Machiavel, « les peuples quoique ignorants, sont capables d'apprécier la vérité et s'y rendent aisément quand leur est présentée par un homme qu'ils estiment digne de foi85 ». Il est impossible d'affirmer si cette réminiscence est fortuite ou bien s'il s'agit d'une allusion suffisamment intelligible pour le lecteur avisé. Probablement le Rapport de Pompeo Neri n'est pas étranger à la relecture attentive dont Machiavel fait l'objet dans le milieu intellectuel et politique florentin des années trente et quarante du xviiie siècle, un milieu érudit et pro-républicain86. Il est certain, par ailleurs, que dans un contexte politique caractérisé par des réformes susceptibles de remettre en cause les fondements constitutionnels de l'État, le discours machiavélien retrouve sa force et son actualité. Une lecture « machiavélienne » du Rapport de 1750, permet, en tous cas, de mieux comprendre la solution au problème central du consensus proposée par Neri. La réaction à la réforme du système de prélèvement dans la Lombardie autrichienne, décrite dans le Rapport sur le recensement, est ainsi proche du cas hypothétique d'un prince introduisant dans son État des « institutions nouvelles » (nuovi ordini) traité par Machiavel :

  • 87 Prince, op. cit., VI (De principatibus novis qui armiispropriis et virtute acquiruntur), p. 123 (n (...)

Et l'on doit considérer qu'il n'y a pas de chose plus difficile à entreprendre et plus incertaine à réussir, ni plus périlleuse à conduire, que de prendre l'initiative pour introduire de nouvelles institutions. Car celui qui les introduit a pour ennemis tous ceux qui profitent des anciennes institutions et il trouve de tièdes défenseurs en ceux à qui profiteraient de nouvelles. Cette tiédeur provient pour une part de la crainte des adversaires, qui ont les lois pour eux, pour une part de la méfiance (incredulità) des hommes, lesquels ne croient pas dans les choses nouvelles, s'ils n'en voient pas apparaître une solide expérience87.

  • 88 Cf. sur ce point le chapitre 18 du Prince et supra, p. 45.

52Comme le prince nouveau, le prince réformateur se trouve confronté à une majorité d'opposants large et composite, contraire à toute sorte de nouveauté pour défendre ses privilèges ou bien par ignorance, en raison de cette disposition naturelle qui empêche au grand nombre de saisir la réalité au-delà de l'expérience immédiate. Toutefois, cette comparaison met rapidement en évidence une divergence fondamentale : confronté au problème d'un consensus faible et exposé au risque de la défaite, le prince nouveau de Machiavel n'hésite pas à gouverner grâce au soutien aveugle et/ou aveuglé de la majorité du peuple, parce que ce soutien est incomparablement plus fort que celui offert par le « petit nombre » d'individus avertis qui connaissent les rouages du gouvernement88. En revanche, le prince réformateur évoqué par Neri se trouve dans la nécessité de contracter une alliance avec cette minorité de « personnes sensées et honnêtes » qui constitue la melior pars du peuple. Le discours réformateur repose ainsi sur cette base étroite de consensus, puisque seule cette minorité éclairée paraît en mesure de s'affranchir des « préjugés innés » qui font obstacle à toute nouveauté et peut-être, dans un second temps, de convaincre le plus grand nombre des bienfaits de la réforme.

53La fragilité de ce projet, le rapport de force défavorable sur lequel se fonde le pari réformateur, renforce le rôle stratégique de la publication et de la mise en circulation de textes qui préparent, expliquent, soutiennent les choix du gouvernement. Nous avons parlé de l'objectif déclaré de la publication des matières d’arcana imperii ; l'objectif implicite de ce projet est double. Il s'agit, en premier lieu, de favoriser la diffusion de langages politiques nouveaux, qui font référence à un savoir technique — dans ce cas la science des finances — initialement réservé à un petit nombre d'initiés aux matières de gouvernement, ensuite révélée et expliquée dans ses corollaires pratiques au lecteurs cultivés. La connaissance de ces nouveaux langages de la part d'un public de lecteurs et de contribuables alimente, d'une part, l'illusion de pouvoir finalement accéder au sanctuaire de l'État et à ses secrets jusqu'alors défendus ; d'autre part, cette connaissance, partagée par un petit nombre, est la condition constitutive d'une nouvelle communauté d'adeptes du verbe réformateur : une communauté susceptible, à son tour, d'expliquer et de convaincre les ignorants et les incrédules, notamment par le biais de la parole orale. En effet, l'autre objectif implicite de ce genre de publications, dont le texte de Neri est un exemple majeur, consiste à provoquer une rupture dans le circuit des opinions alimentées par les opposants aux réformes, en imposant une nouvelle source d'autorité capable de s'opposer efficacement à la rumeur et à la calomnie dont les effets néfastes sont finement analysés.

  • 89 La thèse du caractère spontané de l'opinion populaire est soutenue notamment par A. Farge, Dire et (...)

54Dans son discours, Neri démontre une connaissance profonde des mécanismes de formation des opinions populaires. Indiscutablement cette opinion existe et ses manifestations son bien réelles mais, loin d'attribuer à ce phénomène une origine spontanée89, Neri met plutôt en évidence les conditions qui le rendent possible. Dans cette perspective l'opinion populaire est bel et bien le champs discursif où s'inscrivent et se reproduisent les thèses des opposants aux réformes, parce que la rue est le lieu réel et imaginaire où le discours des deux extrêmes du corps politique peut se rencontrer : celui des privilégiés qui ont tout à perdre des changements envisagés et celui des démunis qui craignent de ne rien y gagner. Neri montre le caractère fictif et manipulable de cette opinion en déconstruisant et en montrant à son public les dispositifs discursifs vicieux qui veillent à son fonctionnement : « aux Milanais on fait croire... », « au peuple, accablé par le malheur on fait croire... », « d'autre part, en faisant semblant de soutenir la cause du Fisc, on essaye d'insinuer. », « ensuite, en jouant à nouveau le rôle des opposants au Fisc, certains murmurent. ». Voici, à titre d'exemple, la mise en scène d'un vrai-faux débat public :

  • 90 Relazione dello stato, op. cit., p. xvi : « Si arriva da taluni anco a sostenere, che forse conver (...)

Certains arrivent à soutenir qu'il serait mieux pour ce Pays d'être racheté de l'inquiétude et des périls provoqués par ce recensement en faisant quelques donations au Trésor, comme si Notre Très Clémente Souveraine était capable, de la sorte, de vendre le pauvre au riche, le pupille au tuteur, les administrés aux administrateurs. D'autres, soutenant la cause du prince disent qu'il serait plus facile pour lui d'exiger des sommes plus importantes, selon la méthode ancienne, que [des sommes] moins importantes en adoptant la nouvelle. Aussi, soutenant tantôt la cause du peuple, tantôt celle du prince, tantôt louant abstraitement le recensement, tantôt fulminant contre les nouveautés, comme s'il était possible de faire un recensement dans un pays où il n'existe pas sans provoquer des nouveautés, tantôt en se plaignant que les opérations du recensement sont trop lentes, tantôt qu'elles sont trop expéditives, tantôt qu'elles visent trop aux généralités, tantôt trop au détail, on a finalement formé un agglomérat confus de voix et d'opinions que l'on fait résonner à propos selon les circonstances et qui ont, en définitive, comme conséquence d'éloigner des lumières de la vérité les esprits de ceux qui regardent avec intérêt cette grande œuvre, car, si la vérité était connue, elle détromperait tout le monde et elle permettrait d'éliminer tous les obstacles que l'on oppose aux progrès d'une mesure si profitable au salut public90.

55La publication du Rapport sur le recensement correspond à l'émergence dans l'espace public d'une parole écrite investie de l'autorité de l'État qui se propose d'écarter les opinions orales, tout en discréditant, en même temps, les opposants politiques.

  • 91 Cf. à ce propos les observations de M. Ozouf, « L'opinion publique », in K.M. Baker (dir.), The Po (...)
  • 92 P. Neri, Relazione sopra la nobiltà toscana, in M. Verga, Da « cittadini » a « nobili », op. cit.,(...)
  • 93 M. Ozouf, « L'opinion publique », op. cit., p. 430 ; sur cette acception d'opinion publique voir a (...)

56La constitution d'un public « éclairé » composé de contribuables et de lecteurs est ainsi sans rapport réel avec la mise en place de conditions qui favorisent l'expression d'opinions divergentes. Neri — et avec lui les autres réformateurs italiens — vise à faire apparaître la vérité, à la propager gracieusement d'en haut, en aucun cas à la considérer comme le résultat nécessaire d'un processus lent et tortueux où s'affronteraient tour à tour des points de vue contradictoires. L'image caricaturale de l'opposition esquissée par Neri est significative d'une incapacité structurelle à concevoir le public en même temps que le débat public, le public comme le produit d'un agrégat d'opinions distinctes, en d'autres mot, le public comme instance critique. La notion de public, sujet unitaire dans lequel sans doute subsiste « le rêve archaïque d'une intégration dans le collectif91 », se forme ainsi presque par opposition à la notion d'opinion qui reste, en revanche, largement liée à des schémas d'interprétation bien antérieurs. « Opinion » évoque ainsi soit le flux douteux des discours et de maximes que l'on récolte dans les lieux publics, soit — et Pompeo Neri le montre bien dans son Discours sur la noblesse de Toscane de 1748 — un consentement commun et raisonnable autour d'une institution ou d'une famille que l'on dit noble non pas en vertu de lois écrites mais d'un « jugement naturel, spontané et unanime des hommes92 ». Dans le premier cas on est évidemment confrontés au phénomène composite et menaçant de la calomnie et de la rumeur, analysé par Machiavel dans les Discours, dans le second on est très proche de la notion vétuste de communis opinio. Quoi qu'il en soit, rien ne permet d'assimiler ces acceptions à la notion d'« opinion publique » considérée comme la « résultante spontanée des dissidences et des divergences » que l'on trouve exprimée, environ à la même époque, notamment dans les écrits de Hume ou de Burke93.

57L'hypertrophie du « public » dans le discours politique italien de la première moitié du xviiie siècle n'est donc pas accompagnée d'un développement comparable de la notion d'opinion. L'idée d'unité et de consensus que l'usage discursif du mot « public » sous-entend, prime largement, en somme, sur celle de division, de confusion, ou pire encore, de complot évoqué par l'emploi du mot « opinion ». Ce décalage congénital, que l'on remarque dans le domaine du discours est-il représentatif, d'un défaut d'argumentation et de débat caractéristique de ce nouvel espace public que les réformes, menées par les régimes absolutistes, essayent artificiellement de faire surgir ? À défaut de réponse, contentons-nous de poser une autre question : quel sens faut-il attribuer à l'occurrence de ce terme qui réunit l'« opinion » et le « public », à ce syntagme accrocheur d'« opinion publique » (opinione pubblica) que l'on remarque dans les écritures publiques et privées italiennes de la seconde moitié du xviiie siècle ? C'est autour de cette question que nous allons consacrer le volet final de notre enquête.

L'opinion publique dans le discours des frères Verri

  • 94 G. Folena, Litaliano in Europa. Esperienze linguistiche del Settecento, Turin, Einaudi, 1983, p. 3 (...)
  • 95 Pietro à Alessandro Verri, Milan 27 janvier 1768 : « Malagrida era certamente reo d'aver fomentata (...)
  • 96 Cf. G. Aliprandi, « Dalla opinione comune allapubblica opinione nella seconda metà del Settecento  (...)

58L'expression « opinion publique » devient d'un usage courant dans le lexique italien pendant la seconde moitié du xviiie siècle. À ce sujet, les études des historiens de la langue sont formels : opinione pubblica est un emprunt linguistique au Français et son usage est attesté pour la première fois en 1768, dans la correspondance des aristocrates milanais Pietro et Alessandro Verri94. Pietro Verri écrit à son frère à propos de la célèbre condamnation à mort du jésuite Gabriele Malagrida, accusé d'avoir fomenté un attentat contre le roi du Portugal et remarque que, à cause de la popularité dont l'ecclésiastique bénéficie auprès du peuple superstitieux, « la seule façon de se concilier l'opinion publique » a consisté « à le faire juger comme fanatique, visionnaire et pécheur95 ». Le sens de cette occurrence est clair : avec le terme d'« opinion publique » Verri entend désigner le jugement raisonnable d'un public éclairé qui se différencie et s'oppose au jugement du peuple superstitieux et qui devient, implicitement, le juge incontournable des actions du souverain. Le terme d'« opinion publique » est toutefois loin d'être fixé une fois pour toutes dans le lexique politique et, pendant toute la seconde moitié du xviiie siècle, on remarque de nombreuses variantes (le même concept sera exprimé avec des termes proches tels que « opinion commune », « opinion universelle », « esprit public96 »).

  • 97 Giuseppe Aliprandi (op. cit., p. 488), remarque l'usage connoté et presque technique d'« opinion » (...)

59Il est nécessaire de concevoir l'émergence de ce nouveau syntagme et du concept correspondant, comme un processus génétique qui intéresse aussi bien la république des lettres que la sphère du discours et des pratiques politiques. Loin d'être le résultat du hasard, on peut considérer, de manière générale, ce processus comme le résultat de la volonté d'individus ou de groupes préoccupés de se distinguer et d'imposer, dans une situation potentiellement conflictuelle, des mots et formules chargés du pouvoir évocateur de la nouveauté. En ce qui concerne le discours politique italien, un important foyer d'élaboration de ce nouvel outil discursif et polémique est constitué par le petit groupe d'hommes de lettres et de fonctionnaires de la Maison d'Autriche qui se reconnaît dans le projet intellectuel et politique du comte Pietro Verri97. C'est en effet dans ce milieu intellectuel très confidentiel (cette « piccola società d'amici » comme Verri aime lui-même le définir), mais décidément anticonformiste, rendu célèbre par le succès retentissant des Délits et des peines (1764) et du Caffè (1764-1766), qu'une nouvelle acception d'opinion collective progressivement se fait jour, tout en se démarquant des acceptions admises depuis le Moyen Age et la Renaissance.

60Le sens de cette nouvelle acception du terme d'opinion se précise d'abord par opposition à l'autorité de l'« opinion commune » (opinio communis). À ce propos l'avertissement qui annonce la publication du premier numéro du Caffè est particulièrement digne d'intérêt. Soucieux de délimiter le domaine de ce qui peut faire l'objet d'un libre débat public, l'auteur anonyme de ce texte — de toute évidence Pietro Verri — distingue préliminairement les autorités vraies des fausses :

  • 98 « Al lettore », in Il Caffè ossia brevi e vari discorsi distribuiti in fogli periodici, édition cr (...)

Une soumission profonde aux lois divines nous a fait garder un silence parfait sur les sujets sacrés ; nous n'avons non plus oublié le respect que l'on doit à tout prince, gouvernement ou nation ; par ailleurs on n'a jamais vénéré — du reste on n'en a pas le droit — aucune opinion et même dans les erreurs on n'a sacrifié qu'à la vérité98.

  • 99 Cf. à cet égard l'article de A. Verri, « Rinunzia avanti al notaio degli autori del presente fogli (...)

61La polémique contre les autorités fictives, aussi bien dans le domaine des arts que dans celui des conceptions économiques et juridiques, est une attitude constante de ce groupe militant qui manifeste surtout une vive aversion envers toute opinion préconçue et coutumière dans le domaine de la langue : d'où la légitimité de l'emprunt linguistique et des néologismes, comme celui même d'« opinion publique99 ».

  • 100 Ibidem, p. 172 : « Dichiariamo d'aver buono il giudizio volgare nella musica, nella pittura, nella (...)

62Un deuxième élément qui sert à délimiter et à connoter cette nouvelle acception d'opinion collective est constitué par la polémique contre l'opinion du peuple. Ce thème, d'une importance décisive en vue de la définition d'un nouveau statut ontologique et politique de l'opinion collective, est développé notamment par Pietro Verri dans un article du Caffè consacré au jugement du peuple (I giudizi popolari). La forme dialogique employé par Verri dans ce texte permet de mettre en scène et de désavouer tour à tour les différentes conceptions d'opinion collective que la philosophie politique a exprimé depuis l'antiquité. Verri aborde la question de la doxa dans les termes classiques du rapport entre l'opinion du grand nombre et l'opinion du petit nombre. Fondé sur un argumentaire sensualiste, son raisonnement accorde à l'opinion du « vulgaire » une certaine autorité dans tous le domaines qui font appel à un type de jugement fondé sur la sensibilité et non pas sur la raison, tels que, par exemple, la musique ou le théâtre. En revanche, « en tout ce qui, pour être connu, demande du raisonnement », précise Verri, « nous déclarons incompétent le jugement du peuple100 ». Le corollaire politique ce cette analyse est une position qui vise à démentir, de façon implicite, le point de vue développé par Machiavel dans le chapitre 18 du Prince, c'est-à-dire la nécessité pour tout chef politique d'établir une alliance stratégique avec le grand nombre contre l'opinion d'un petit nombre d'individus raisonnables :

  • 101 Ibid., p. 170-171 : « Ricercare l'opinione favorevole del volgo è una necessità de' più scellerati (...)

Rechercher l'opinion favorable du vulgaire (volgo) est une nécessité propre aux scélérats lequels, craignant que les hommes éclairés, qui sont en petit nombre, puissent les reconnaître, cherchent à se rattraper en s'appuyant sur le parti de la multitude ; mais celui qui recherche les faveurs de l'opinion du petit nombre ne pourra jamais s'éloigner du sentier étroit de la vertu101.

  • 102 Ibid., p. 26 ; sur le public potentiel du périodique quelques observations in C. Capra, Iprogressi (...)

63Il est probable que cette minorité distinguée de personnes de goût, dotées de raison et de sens moral, correspond assez précisément à la notion d'opinion publique que Pietro Verri utilise dans la lettre à son frère de 1768. L'opinion publique est l'opinion des « honnêtes hommes » (« uomini dabbene »), ces individus avertis et indifférents à « l'opinion du vulgaire », qui constituent le public virtuel du périodique milanais102. Cette opinion minoritaire s'affirme comme interlocuteur direct et informel du prince, de même que sa présence suppose la mise en œuvre d'un espace public inédit de réflexion et de discussion qui, loin de s'opposer à l'État absolutiste, demande, au contraire, au prince protection et droit d'asile.

  • 103 Ibid., p. 297 (Il Singolare) : « Ognuno ha le proprie opinioni ; e chi vuol farsi leggere dal pubb (...)

64La question de la liberté d'opinion est abordée dans le périodique milanais dans le double aspect de la liberté individuelle d'expression et de la libre expression des opinions dans un débat public. « Chacun de nous a ses opinions », affirme Pietro Verri, « et tous ceux qui veulent être lus par un public doivent être tolérants à l'égard des différents points de vue que chacun a le droit d'exprimer103 ». Alessando Verri traite de la liberté d'expression et d'impression dans un long article qui désavoue aussi bien l'argument du pacte naturel de subjection chez Grotius que la thèse de la légitimité de la révolte contre une puissance injuste. Cette position modérée trouve son fondement dans la nature libérale des régimes politiques européens :

  • 104 Ibidem, p. 497 (Di Carneade e di Grozio) : « Noi Europei, noi nati in forme di governo moderate, n (...)

Nous Européens, nous qui sommes nés sous des formes de gouvernement modérées, nous qui sommes jugés et protégés par des lois [...], nous qui ressentons tous les avantages de la dépendance et aucun inconvénient [...], oserions-nous discuter pour savoir s'il est légitime ou pas de perturber l'État et de condamner nos pères ? Cette même liberté qui permet de faire publier ce genre de questions est le témoin de notre iniquité. Cette liberté ne nous serait jamais accordée si nous ne vivions pas sous des gouvernements modérés où la seule chose que nous avons à abhorrer et à craindre ce sont les révolutions104.

65La liberté de débattre et d'imprimer est donc une condition rare et spécifique : pour pouvoir se réaliser elle demande la protection d'un souverain respectueux des lois fondamentales et des libertés individuelles des sujets.

  • 105 R. Koselleck, Kritik und Krise. Ein Beitrag zur Pathogene der Burgerlichen Welt, Freiburg, Verlag (...)

66Voici les éléments constitutifs d'un espace public qui diffère profondément du modèle conçu par Reinhart Koselleck pour l'Europe continentale : dans ce dernier cas, l'espace public est une dimension socioculturelle fortement politisé, alternative aux régimes absolutistes et l'opinion publique est la seule manifestation efficace de contrepouvoir105. Dans l'optique des animateurs du Caffè, la liberté d'imprimer et de débattre n'existe pas au-delà des conditions qui la fondent et, en même temps, la limitent. De même que dans l'édit toscan sur la liberté de la presse, la liberté est considérée dans le périodique milanais comme un octroi et son existence — généralement admise comme légitime et souhaitable — implique la mise en place de dispositifs de réglementation qui empêchent au discours public de déraper vers le domaine dangereux de la « licence ».

67Quelles sont les conditions d'existence de l'opinion publique dans ce contexte politique ? Quel rapport entretient-elle avec l'évolution des dispositifs de censure et avec la formation d'une nouvelle culture politique plus largement partagée ? Ces questions nous obligent à inclure dans notre enquête le langage des individus qui participent concrètement à la sphère du gouvernement et les pratiques que leur discours sur l'opinion implique. Trois aspects vont dorénavant retenir notre attention : la création de l'opinion publique en tant qu'outil discursif de groupes qui luttent pour la suprématie politique et idéologique à l'intérieur de l'État ; la manière dont l'opinion publique est perçue et traitée comme objet dans les politiques d'ordre public ; le processus de banalisation de l'opinion publique, c'est-à-dire la manière dont ce concept, initialement élaboré par une minorité culturellement et politiquement active, devient un objet plus largement disponible pour la mise en place d'un nouveau sens commun politique.

L'opinion publique comme outil de combat politique

  • 106 Sur cette phase de changement politique, cf. A. Contini, La Reggenza lorenese, op. cit., p. 317-33 (...)
  • 107 Sur ce personnage de premier plan de l'administration autrichienne, outre les indications biograph (...)

68La fin de la période de la Régence et l'arrivée en Toscane de Pierre-Léopold de Habsbourg-Lorraine en septembre 1765 en qualité de souverain légitime, constitue un évènement majeur qui modifie en profondeur les enjeux de la vie politique du grand-duché106. Le jeune âge du grand-duc, son inexpérience et ses velléités d'indépendance, poussent Marie-Thèrese à envoyer en Toscane un homme de confiance, le comte Franz Rosenberg-Orsini, qui exerce la fonction de premier ministre de septembre 1766 à mars 1771107. Cette phase initiale du régime de Pierre-Léopold, caractérisée par l'ouverture d'un horizon d'attente nouveau et indéfini, est aussi un moment génétique du langage politique : c'est dans ce contexte que s'impose un nouveau discours gouvernemental fondé sur les notions de « public » et d'« opinion publique ».

  • 108 Cf. supra, p. 137.
  • 109 Notamment sur les relations entre Pelli et Antonio Cocchi, représentant éminent de la franc-maçonn (...)
  • 110 ASF, Segreteria di Gabinetto, 124, Relazione sullo stato degli impiegati (1773), I, c. 68 : « Il s (...)

69L'un des lieux d'élaboration de ce nouveau langage est un groupe de fonctionnaires dont la figure dominante est Giuseppe Bencivenni Pelli, un noble florentin célibataire et bibliophile, auteur d'un journal intime, les Efemeridi, qui constitue l'une des sources fondamentales du xviiie siècle italien108. En dépit d'une position de second plan dans la hiérarchie de l'administration, Pelli, qui depuis 1763 fait aussi partie du corps des réviseurs pour la censure du prince, est un individu aux relations multiples et puissantes, en partie, sans doute, d'origine maçonnique109. Dans un compte rendu sur l'administration de l'État, souvent critique envers ses membres, Pierre Léopold décrit Giuseppe Pelli comme le moteur occulte du Secrétariat d'État110. C'est en effet à l'intérieur d'un cercle restreint d'amis et de collègues qui partagent les même lieux de travail, les mêmes clientèles et, souvent, les mêmes loisirs, qui se réunit périodiquement autour de quelques bonnes lectures, que prend forme le projet de faire du « public » raisonnable le leitmotiv du discours politique sur les réformes.

  • 111 Sur cet auteur, cf. G. Weulersse, Le mouvementphysiocratique en France (de 1756à 1770), I, Paris, (...)

70Dans son journal Giuseppe Pelli donne des indices de ce processus génétique, sûrement antérieur au début du nouveau régime politique de Pierre Léopold. En juin 1763 Pelli lit l'ouvrage d'un partisan de la liberté du commerce des denrées alimentaires, l'Essai sur la police générale des grains du physiocrate Herbert, « l'un des plus accrédités dans cette matière111 » :

[cet auteur] démontre l'utilité que la France pourrait tirer du commerce et de l'exportation de ses grains mais il propage aussi des connaissances utiles à d'autres pays et il propose des méthodes qui pourraient être suivis avec bonheur dans d'autres endroits.

71L'attention de Pelli est attirée, en particulier, par l'analyse de la nature des opinions :

  • 112 Efemeridi, série Ire, X, 14 juin 1763, c. 33. « Ciascuna nazione ha le sue opinioni particolari e (...)

Chaque nation a ses propres opinions et si les préjugés les plus contraires à l'humanité ont souvent servi de guide à des nations entières, il ne faut donc pas s'étonner si les préjugés qui semblent avoir pour but leur conservation, sont si difficiles à déraciner112.

72Synonyme de préjugé, le terme d'opinion garde ici une acception négative, proche de celle que nous avons repéré dans la Rapport sur le recensement de Pompeo Neri. Toutefois, le discours de Pelli est désormais régi par la nécessité de modifier ce fond mental collectif foncièrement conservateur. Cette intention se précise progressivement, en relation au changement profond du contexte politique. Une note de novembre 1765, rédigée quelques semaines après l'arrivée de Pierre-Léopold, nous informe sur l'activité nocturne de cette petite société de collègues et d'honnêtes hommes qui partage le projet, à première vue velléitaire, de suggérer au souverain les réformes nécessaires :

  • 113 Efemeridi, série Ire, XV, 7 novembre 1765, c. 105 : « Nella sera poi siamo stati [...] a leggere e (...)

Le soir venu, nous sommes restés à lire et à bavarder et nous avons conçu le projet de rédiger une fausse lettre pour proposer des réformes et des améliorations que notre souverain pourrait faire de manière à rendre notre Toscane heureuse et prospère autant qu'elle pourrait l'être : qu'on pourrait imprimer et diffuser dans le public, sans qu'on en découvre les auteurs113.

  • 114 Sur les carrières de ces personnages liés à la dynastie lorraine, cf. les indications de A. Contin (...)

73Le caractère occasionnel de ces notes ne facilite pas l'identification des membres de ce groupe, même si certains noms reviennent avec insistance dans les notes de Pelli. On y trouve Anton Filippo Adami, Marco Lastri, Giovanni Maria Lampredi, Filippo Neri, frère cadet de Pompeo, Francesco Seratti : des hommes qui ont tous fait preuve de fidélité à l'égard de la dynastie des Lorraine et qui travaillent dans l'administration de l'État, principalement à l'intérieur des secrétariats d'État et des Finances114. Ce groupe homogène est probablement conscient d'être à l'origine d'un mouvement qui vise à éduquer les opinions et à transformer la culture politique des sujets de l'État toscan. Dans une note de 1766, Giuseppe Pelli parle du devoir du bon citoyen de rédiger et d'imprimer

  • 115 Efemeridi, série Ire, xvii, 6 août 1766, c. 28 : « Per essere utile cittadino vorrei comporre di q (...)

des journaux à l'exemple du Spectateur ou du Caffé et de les répandre parmi les personnes les plus cultivées de façon que celles-ci puissent, sans frais, apprendre des choses utiles [...] au profit général de l'humanité et de [leur] pays115.

74Malgré leur côté velléitaire, les considérations de Pelli permettent de comprendre certains aspects distinctifs du processus d'invention et de fabrication de l'opinion publique qui se réalise en Toscane. Un premier élément de réflexion concerne les sources évoquées par l'aristocrate florentin et leur efficacité. Le projet politique de Pelli est tributaire d'une part du journalisme militant à la façon de Joseph Addison et des frères Verri, de l'autre de la littérature physiocratique qui circule en Toscane dans les années 1760. Or, ces modèles expriment deux conceptions presque opposées de l'opinion publique : fondée sur une libre confrontation de points de vue divergents dans le premier cas ; résultat de la révélation et de la divulgation d'une vérité évidente, dans le second.

75Visiblement contradictoires, ces exemples nous offrent une vision complexe des aspirations et des objectifs de ce groupe d'intellectuels et de fonctionnaires : cultivés et cosmopolites, ces hommes aiment concevoir et représenter leur activité comme une entreprise journalistique et philanthropique, susceptible d'éclairer le plus grand nombre possible de leurs compatriotes, selon le modèle de l'intellectuel militant des Lumières ; hommes d'action et membres d'une coterie, Pelli et ses associés ne visent vraiment pas à créer les conditions d'un libre débat dans l'espace public du grand-duché, mais plutôt à amener leur public potentiel vers l'acceptation d'une opinion unique et non-conflictuelle, une opinion constitutive d'un nouveau sens commun politique.

  • 116 Sur la légitimité et la nécessité de publier des fausses lettres, cf. supra, p. 170.
  • 117 À propos des coups d'État, cf. J.-P. Cavaillé, Dis/simulations, op. cit., p. 199-265.

76De ce point de vue, le modèle de l'intellectuel et le modèle d'action proposé par la « secte » des physiocrates paraît s'adapter mieux à ce contexte que celui proposé par l'espace public anglais. Il ne faut pas oublier que la fortune du modèle physiocratique en Italie et dans l'Europe méridionale dépend aussi d'un arrière plan de culture politique catholique ancien et persistant, enclin à valoriser les vertus de la vérité révélée et de la persuasion et à souligner, en revanche, les malheurs liés à la divergence et au conflit d'opinions. Dans le but de provoquer ou de préparer des réformes, le groupe de pression florentin estime essentiel de se doter d'outils de persuasion plutôt que de discussion, qui prévoient même la publication du faux116. Loin d'être le produit d'une culture de la transparence et du libre débat, l'invention de l'opinion publique, outil discursif polémique, révèle une étrange parenté avec l'art « extraordinaire » et secret des complots et des coups d'État117.

77Un second élément digne d'attention concerne l'usage de l'imprimerie dans la fabrication de l'opinion publique. Il est certain — comme le montre la note rédigée par Pelli en 1765 — que l'opinion publique est le résultat d'une publication qui a pour objet des matières d'État : elle se pose donc logiquement et idéologiquement en position de rupture par rapport à la culture du secret d'État. Toutefois, loin de suivre des voies ordinaires et publiques, la publication s'effectue dans ce cas par voie clandestine. La publication se présente ainsi comme un artifice qui sert à cacher au public le caractère partisan, voire sectaire des propositions politiques avancées par le groupe de pression et, en même temps, à protéger ce même groupe des représailles éventuelles de ses adversaires.

78La fabrication de l'opinion publique rend donc nécessaire une manipulation de la norme sur laquelle se fonde le fonctionnement de la censure en Toscane depuis 1743. L'équilibre précaire entre la censure du prince et la censure ecclésiastique, fixé par la loi sur l'imprimerie, montre ses limites et cède graduellement la place à une pratique censoriale fondée sur une violation systématique de la règle de la double révision obligatoire (civile et ecclésiastique) de tout ouvrage publiable de même que du caractère public de l'auteur et de l'imprimeur. L'entorse à la loi sur l'imprimerie évoquée par Pelli dans les Efemeridi, n'est probablement pas fortuite : elle fait écho à un courant, actif dans le gouvernement toscan, favorable à un assouplissement tacite du dispositif de la censure préventive. Dès 1763, le secrétaire de la Juridiction Giulio Rucellai, dénonce à plusieurs reprises le caractère figé de la norme censoriale et son effet paralysant pour l'industrie typographique ; à ce propos il envisage une libéralisation de la pratique — jusqu'alors illégale ou exceptionnellement tolérée par le gouvernement — des éditions clandestines :

  • 118 G. Rucellai, Rappresentanza ad Antonio Botta Adorno, op. cit., c. 365v : « E finalmente in tutti i (...)

Dans tous les autres gouvernements, même en Italie, on a pour règle d'exiger un respect rigoureux des lois, même ecclésiastiques, sur les imprimés qui portent le sceau du gouvernement et de permettre aux imprimeurs de falsifier la date et d'imprimer clandestinement (alla macchia) comme l'on pratique, si je me limite aux seuls gouvernements italiens, à Venise, à Naples et à Lucques118.

79Pelli n'ignore sûrement pas ces positions et, sans doute, il les partage. Toutefois, la note qu'il rédige en novembre 1765 va au-delà de la position exprimée par Rucellai parce que, pour la première fois, il est ici question de la légitimité de l'usage de l'édition clandestine comme méthode ordinaire de communication politique. Dans ce cas, l'intérêt des professionnels du livre est secondaire et pratiquement inexistant par rapport aux nouvelles exigences déterminées par le caractère potentiellement conflictuel des réformes envisagées ou réalisées par le nouveau régime. C'est dans ce contexte que l'appel au public et à son jugement éclairé, par le biais de messages fictifs et anonymes expressément propagés, devient pertinent et efficace ; c'est également dans ce contexte que la censure peut accomplir une évolution spectaculaire et que censure et opinion publique, au lieu de se présenter comme des entités opposées et inconciliables dans une hypothétique lutte pour l'avènement de la liberté d'expression, se comportent comme deux éléments complémentaires d'un dispositif discursif visant, nous le verrons mieux, par la suite, à la production de propositions publiques vraisemblables et raisonnables.

80L'opinion publique est donc une invention, un artefact, le résultat d'une manipulation car, même s'il serait absurde de nier que tous ces discours s'adressent à des destinataires bien réels, en aucun cas des lecteurs en chair et en os ne peuvent exister sous la forme que leur prêtent tous ceux qui, pour des raisons de pure stratégie politique, ont intérêt à affirmer qu'ils existent. Le xviiie siècle mène ainsi à son plus haut degré l'art des apparences trompeuses en politique, cet art qui consiste, le cas échéant, à faire croire qu'un outil rhétorique, construit par une minorité active dans le but de rendre plus efficace son action culturelle et politique, est doté de l'épaisseur d'un phénomène sociologique et empiriquement vérifiable. Ce malentendu constitutif perdure toujours dans le discours historiographique contemporain qui, non sans peine, distingue l'opinion publique, en tant que catégorie littéraire et idéologique, de l'opinion collective qui constitue un phénomène réel mais insaisissable ou difficilement mesurable.

Gouverner l'opinion publique

  • 119 Cf. C. Mozzarelli, « Riflessioni preliminari sul concetto di polizia », Filosofia politica, 2-1988 (...)
  • 120 Cf. A. Contini, « Quali le funzioni di polizia ? » in L. Antonielli (dir.), La polizia in Italia i (...)
  • 121 Cf. P. Piasenza, Polizia e città. Strategie d'ordine, conflitti e rivolte a Parigi tra Sei e Sette (...)
  • 122 Sur la police dans le modèle des sciences camérales voir M. Stolleis, Histoire du droit public en (...)

81Cette ambiguïté est toutefois assez clairement perçue par les acteurs politiques de la seconde moitié du xviiie siècle, comme en témoignent les pratiques mises en place par le gouvernement toscan dans le but d'améliorer l'ordre public. L'opinion collective existe à ce stade comme catégorie de la police. Mot d'usage savant, lié à la notion classique de politeia et, dans le contexte républicain, à celle de vivere civile (civilité)119, police (polizia) paraît dans le lexique de l'administration toscane au début des années 1770. Plus généralement, ce phénomène intéresse les principaux États italiens au cours de la seconde moitié du xviiie, dans lesquels on assiste à la mise en place d'institutions spécifiquement destinées à l'organisation de l'ordre public120. Dans le cas italien, la police moderne se situe à la rencontre de plusieurs expériences : on reconnaît l'influence de la police parisienne théorisée par Nicolas Delamare (1705-1738), véritable paradigme de rationalisation de l'espace urbain121, sans pour autant négliger l'importance de la policey, que les sciences camérales (Cameralwissenshaft) conçoivent comme un ensemble de mesures concrètes pour réaliser le bien-être et la sécurité du prince et des sujets122. Ce dernier modèle, développé et enseigné dans les Universités allemandes tout au long du xviiie siècle, est l'un des éléments constitutifs — avec la physiocratie et l’Aufklärung catholique — de la culture des hauts fonctionnaires impériaux. Le nouveau chef de l'exécutif toscan Rosenberg-Orsini est profondément imbu de cette philosophie pratique de la raison gouvernementale.

  • 123 Cf. à ce sujet les considérations de E. Brambilla, « Giuristi, teologi e giustizia ecclesiastica d (...)

82Ce serait toutefois une erreur de vouloir limiter la naissance de la police moderne à une histoire de la circulation et de la réception de modèles européens : peut-être plus qu'ailleurs, dans le cas italien la police est solidement ancrée dans un tissu complexe de fonctions et de juridictions administratives et pénales, en partie d'origine civile, en partie ecclésiastique. La police des princes réformateurs est le résultat du fonctionnement routinier d'anciennes magistratures citadines préposées au contrôle capillaire d'individus et de groupes potentiellement dangereux mais aussi d'un processus de sécularisation qui concerne, dans la seconde moitié du xviiie siècle, les tribunaux ecclésiastiques. La police finit ainsi par absorber les préoccupations, le style et les méthodes de la juridiction pénale des évêques et des inquisiteurs, dont elle constitue, en quelque sorte, l'héritière légitime123. Dans le cas toscan, le « motu proprio secret » de janvier 1752, qui prévoit la dilatation soudaine des compétences de l'Auditeur fiscal en matière de contrôle des comportements et des idées religieuses des sujets, constitue le point de départ d'une tendance qui se précise davantage dans la période de Pierre Léopold.

  • 124 ASF, Camera e auditorefiscale, 2823, ins. 242, Proposizioni dipulizia.

83Les « Propositions de police » (Proposizioni dipulizia), rédigées par l'Auditeur fiscal Domenico Brichieri Colombi en 1771 à l'attention du souverain, contiennent l'une des toutes premières occurrences de ce nouveau mot-clé du lexique politique124. Vraisemblablement calquée sur le terme français corrélatif, la police dont il est question dans ce texte ne consiste pas ou pas seulement — comme dans le cas parisien — dans la mise en place des conditions permettant une administration rationnelle de la ville. Dans la vision du fonctionnaire chargé de la sécurité interne de l'État toscan la police est principalement un ensemble cohérent de techniques et de préceptes consacrés au bon gouvernement des opinions :

  • 125 Ibidem : « L'esecuzione di queste proposizioni potrebbe portare avanti e potrebbe far penetrare l' (...)

L'exécution de ces propositions — explique-t-il — permettrait de mettre en évidence et de mieux pénétrer l'intimité des sujets et de faire connaître les jugements du vulgaire, qui parfois ne sont pas les plus dangereux, sur différentes matières [.]. Votre Altesse Royale aura la possibilité d'observer les choses dans leur aspect naturel, telles que le peuple les conçoit, sans tous ces masques et affectations que l'adulation d'ordinaire utilise pour les transformer aux yeux du souverain125.

  • 126 Dans son bilan de gouvernement, Pierre Léopold souligne la tendance des fonctionnaires à « fomenta (...)

84Dans son projet Brichieri distingue différents genres d'opinions, en fonction de la nature des lieux où elles se manifestent et de leur source. Tout d'abord, il y a l'opinion des sujets, conçue dans ses stratifications et articulations possibles, depuis l'oralité de la rue jusqu'aux formes les plus sophistiquées de la sociabilité aristocratique ; il y a ensuite l'opinion qui se manifeste dans le circuit fermé de l'administration. Brichieri met en garde son auguste interlocuteur contre cette opinion sournoise, profondément ancrée dans les rouages de l'État au point de se confondre avec les institutions et pourtant tendanciellement nuisible. L'instauration d'une solide organisation de police aurait finalement permis au souverain de saisir et de mettre en lumière « le caractère des personnes et leurs vices, le comportement des ministres, des secrétariats et les discours, les cabales et les combines des arrogants ». Dans la vision de ce haut fonctionnaire et homme de confiance du prince, la police se présente ainsi comme l'outil prioritaire, direct et incontournable de dévoilement de la qualité effective des choses et des personnes, l'instrument de lutte contre le clientélisme et le misonéisme des fonctionnaires — maintes fois déploré par Pierre Léopold 126 —, d'évaluation des tensions profondes qui traversent le corps politique. À ce propos, le projet de Brichieri est largement tributaire au quotidien de la connaissance d'un certain nombre de lieux stratégiques situés dans le tissu urbain : c'est le cas des lieux de conversation (ridotti) de la haute société citadine ou de lieux publics tels que les cafés et les tavernes ; par ailleurs, le fonctionnement de la police dépend aussi de l'observation d'individus dotés de charisme, de capacité d'écoute et de médiation dans leur milieu proche :

Les sages-femmes, les curés, les médecins, les avocats sont plus que d'autres à même de découvrir les intrigues des familles et des tribunaux de la ville : il serait donc opportun d'étudier leurs comportements et discours.

  • 127 Cf. supra, p. 100-109.

85Renouant avec le modèle cosimien de quadrillage de la capitale127, les « Proposition de police » prévoient l'institution d'une nouvelle figure de fonctionnaire (le futur commissaire de police), une sorte d'émissaire capable de surmonter résistance et méfiance des sujets (« un homme insinuant, vigilant, en mesure de lire et écrire correctement » précise Brichieri) et de rapporter périodiquement, grâce à un bon nombre d'informateurs présents dans les différentes paroisses de la ville (popoli), « les informations nécessaires ».

  • 128 Sur ces réformes, cf. M. Mirri, La lotta politica in Toscana intorno aile « riforme annonarie, op. (...)
  • 129 Pour une synthèse des réformes dans le domaine industriel, cf. C. Maitte, Les mutations de l'espac (...)

86Ce projet est soumis à l'appréciation du souverain et de son premier ministre dans un moment particulièrement critique. En septembre 1767, le gouvernement toscan a partiellement adopté comme ligne politique le précepte physiocratique de la libéralisation du commerce des grains : une décision grave et audacieuse, perçue, non à tort, comme attentatoire au principe coutumier de la primauté de la ville « dominante » et du ravitaillement rigidement réglementé du peuple urbain128. Parallèlement, en 1766-1767, le gouvernement a organisé une grande enquête statistique sur les manufactures du grand-duché et, pour la première fois, il a envisagé la possibilité d'une délocalisation des activités industrielles dans le secteur de la laine et de la soie au bénéfice des centres mineurs et des campagnes129. Ce contexte de crise de l'« économie morale » traditionnelle est favorable aux rumeurs les plus incontrôlables sur des réformes envisagées ou en cours de réalisation. La peur des réformes alimente l'hypothèse d'un complot mis en acte conjointement par le gouvernement et les propriétaires aux dépens du peuple artisan et constitue un facteur de désordre. Une lettre de Rosenberg à Brichieri de décembre 1768 fait référence à cette situation :

  • 130 ASF, Camera e auditore fiscale, 2810, ins. 510, 9 décembre 1768 : « È stata certamente una ciarla (...)

Ce que Votre Seigneurie me communique dans sa lettre confidentielle du 6 décembre à propos de l'augmentation de la gabelle du vin et de la libre exportation de la soie brute toscane hors de l'État est sans aucun doute une rumeur sans fondement propagée à dessein puisque nous n'avons abordé ce sujet pour rien au monde. Il est pourtant nécessaire de détromper tous ceux qui doutent et vous aussi, vous vous emploierez à prévenir vos interlocuteurs en leur disant que tout cela ne correspond en rien à la vérité130.

87Confrontée à une dynamique des événements où la réalité interfère constamment avec l'autosuggestion collective, la police joue un rôle doublement important : elle étudie les signes avant-coureurs des changements profonds en cours, potentiellement dangereux pour la conservation du lien politique ; elle permet de rétablir le juste équilibre entre la doxa et la vérité gouvernementale. Dépourvu de preuve, l'événement fictif véhiculé par la rumeur est doté d'un pouvoir de déstabilisation auquel s'oppose l'œuvre d'information ciblée mise en acte par le chef de la police et par ses hommes.

  • 131 Cf. C. Mangio, Lapolizia toscana. Organizzazione e criteri d'intervento (1765-1808), Milan, 1988.
  • 132 Sur l'abolition de l'Inquisition en Toscane, cf. [F. Becattini], Fatti attinenti all'Inquisizione (...)
  • 133 Cf. A. Contini, « La città regolata : polizia e amministrazione nella Firenze leopoldina (1777-178 (...)

88Le processus d'institutionnalisation de la police — qui culmine en 1784 avec la création d'un organisme centralisé, la Présidence du Buongoverno 131 — poursuit en même temps un objectif juridique et politique. Il détermine, d'un côté, la laïcisation progressive de l'hérésie, la séparation nette entre le délit et le péché et la définition d'une catégorie d'infractions qui portent atteinte à la morale publique : celles-ci feront dorénavant l'objet d'un traitement sans formalité juridique et secret (dit « économique »), comparable à la procédure de l'Inquisition, soudainement abolie en 1782132. De l'autre côté, ce processus dote le souverain d'un outil efficace de connaissance et de gouvernement des comportements et des opinions des sujets. Une circulaire de 1777 établit l'institution, dans chaque quartier de la capitale, d'un commissaire chargé de veiller au maintien de l'ordre et de repérer des informations relatives à la conduite publique et privée des habitants de sa circonscription133. Directement inspirée par Pierre Léopold, cette réforme vise principalement à introduire l'œil du prince dans les lieux de la sociabilité traditionnelle : la famille, les congrégations laïques et religieuses. C'est en effet à ce niveau que la parole est révélatrice, à travers la bonne ou la mauvaise renommée des individus, de la qualité du lien social ; c'est également à ce niveau qu'une parole potentiellement destructrice du lien politique peut à tout moment se former.

  • 134 Le texte fondateur de la légende noire du despotisme de Pierre Léopold est [F. Becattini] Vitapubb (...)
  • 135 Cf. A. Contini, « Quali le funzioni di polizia ? », op. cit., p. 75.

89L'articulation et le fonctionnement de la police toscane, qui a été à l'origine de l'accusation de despotisme contre le régime de Pierre Léopold ne peut être développée ici134. Il n'en reste pas moins nécessaire de souligner qu'au cours des années 1780, simultanément à la mise en place de la réforme d'inspiration janséniste de l'Église toscane et à la forte résistance qu'elle rencontre surtout dans les milieux populaires, le délit d'opinion devient à nouveau d'actualité : la police du prince se conduit pour l'essentiel comme une police politique dont le but principal est de repérer et de corriger promptement toute (micro) manifestation d'opposition et de déviance idéologique135.

  • 136 Cf. C. Fantappiè, Riforme ecclesiastiche e resistenze sociali. La sperimentazione istituzionale ne (...)
  • 137 Sur l'évolution de la censure toscane dans les années 1780 voir S. Landi, Il governo delle opinion (...)

90La censure des livres n'échappe pas à cette tendance. Soumise en 1778 à la direction de Riguccio Galluzzi, un historien proche du mouvement janséniste136, la censure répressive enregistre un durcissement considérable et son application est entièrement confiée aux soins des commissaires de quartier137. À ces derniers et aux inspecteurs de police revient la tâche prioritaire — auparavant exercée par les agents du Saint-Office — du contrôle systématique des libraires et des réseaux de circulation clandestine des imprimés, avec une attention spécifique pour tout écrit considérée offensif pour la morale ou contraire à la nouvelle orthodoxie politico-religieuse d'inspiration janséniste. En 1779 un bûcher de livres « exécrables » — parmi lesquels figure la Contagion sacrée de D'Holbach — saisis dans les librairies de la capitale, ordonné par Brichieri Colombi à la demande de l'archevêque de Florence Gaetano Incontri, marque symboliquement le lien, jamais interrompu dans les faits, entre l'ancienne et la nouvelle censure.

  • 138 Cf. les considérations de L. Mannori, « La crisi dell'ordine plurale », op. cit., p. 251.

91À ce stade de la réflexion, l'opinion publique révèle sa nature complexe, à mi-chemin entre discours et pratiques politiques : d'une part c'est un outil rhétorique qui se prête à la création d'un discours qui anticipe, explique, justifie le changement politique, de l'autre, un objet concrètement repérable et mesurable en tant qu'opinion orale et populaire, situé au cœur même des inquiétudes d'un appareil de police en expansion. Tout discours historique sur la naissance de l'opinion publique en Italie doit ainsi se mesurer non seulement à la faiblesse incontestable du public des lecteurs138, mais aussi avec l'incapacité des acteurs politiques et institutionnels à concevoir cette nouvelle dimension politique collective dans des termes autres que l'invention discursive ou la présence informe et menaçante de la protestation, de la rumeur et de la délation. On mesure ici la distance qui sépare cette expérience politique de l'idée d'opinion publique comme instance critique et comme résultat d'une libre confrontation d'opinions divergentes propre à l'utopie libérale et au modèle, longtemps canonique, de Jurgen Habermas.

92En dépit de ces conditions, l'idée que le public composé d'individus raisonnables constitue l'interlocuteur privilégié du gouvernement se propage et se banalise au point même de devenir constitutive, au bout de quelques années, d'un nouveau sens commun politique. La métamorphose de la censure préventive, au cours de la seconde moitié du xviiie siècle, est la condition nécessaire pour que ce processus puisse se réaliser.

  • 139 [C. Amidei], La Chiesa e la repubblica dentro i loro limiti, Concordia discors, s.l., 1768.
  • 140 Cf. l'édition critique de La Chiesa e la repubblica dentro i loro limiti avec l'introduction de A. (...)
  • 141 Cf. S. Landi, « Scrivere per il principe. La carriera di Domenico Stratico in Toscana (1761-1776)  (...)

93À partir de la fin des années 1760, plusieurs voix s'élèvent en Toscane pour expliquer publiquement les bienfaits politiques de la liberté d'impression et d'expression. Un exemple significatif à cet égard est offert par un texte de Cosimo Amidei, La Chiesa e la repubblica dentro i loro limiti (L'Église et la république dans leurs limites), publié anonyme et avec une fausse indication typographique à Florence en 1768139. Amidei a attiré l'attention des historiens des idées en raison de certaines de ses propositions, à l'évidence calquées sur le Contrat social de Rousseau et De l'Esprit d'Helvétius140. Cet intellectuel de second plan n'est toutefois pas simplement un vulgarisateur désintéressé des Lumières, mais aussi un personnage proche du cercle du premier ministre Rosenberg et ami intime de Giuseppe Bencivenni Pelli141. Loin d'être neutres, ses propositions expriment donc, vraisemblablement, des positions partagées au niveau le plus élevé de l'exécutif.

94Dans son petit ouvrage Amidei examine les nombreuses atteintes que la puissance ecclésiastique continue de faire subir à la souveraineté de l'État et s'arrête, en particulier, sur la question de « l'interdiction des livres ». Son point de vue sur la censure, quoique visiblement ancré dans la réalité toscane, est susceptible d'illustrer une situation commune aux États de la péninsule. Dans le domaine de la censure préventive, ramener la juridiction de l'Église dans ses justes limites équivaut à empêcher le réviseur ecclésiastique d'avoir un droit de regard sur tout ouvrage à caractère non religieux :

  • 142 La Chiesa e la repubblica dentro i loro limiti (éd. Rotondo), op. cit., p. 247 : « Deve lasciarsi (...)

On doit laisser aux ecclésiastiques la censure des livres qui traitent de religion, mais le jugement des livres profanes doit revenir essentiellement aux réviseurs nommés par le prince et, excepté les livres contraires au dogme et aux bonnes mœurs, on doit accorder la liberté de la presse, car celle-ci produira un bénéfice considérable pour l'État142.

95L'argument en faveur de la liberté de la presse utilisé par Amidei est en partie déjà entendu : on le retrouve notamment dans le préambule de la loi toscane sur l'imprimerie de 1743 et dans le mémoire que Rucellai rédige en 1763 dans le but de trouver un remède aux lacunes de la nouvelle censure. On peut le résumer de la manière suivante : l'imprimerie est une branche significative de la production industrielle de l'État ; en tant qu'activité industrielle l'imprimerie n'est en soi ni bonne ni mauvaise, elle est moralement neutre et, pour cette raison, mis à part les livres qui véhiculent des idées ouvertement attentatoires aux fondements de la communauté, la liberté de la presse doit être assuré par le gouvernement à l'instar de la liberté du commerce. Toutefois pour Amidei la liberté de la presse n'a pas seulement une justification économique puisque des raisons d'ordre politique et éthique rendent son instauration encore plus urgente et nécessaire :

  • 143 Ibidem, p. 244 : « Il miglior regolamento per diminuire gl'inconvenienti politici credo che sarebb (...)

J'estime que le meilleur règlement pour diminuer les inconvénients politiques serait celui qui, avant de délibérer des choses qui concernent le public, donnerait la liberté à chacun d'exposer son avis sur le papier car, ainsi, les institutions s'approcheraient de la volonté générale. Le roi de Suède a procédé de telle sorte et il est souhaitable que son sage exemple soit suivi par les autres souverains143.

  • 144 Cf. K.M. Baker, « Politique et opinion publique sous l'Ancien Régime », op. cit., et M. Ozouf, « L (...)

96Chez Amidei, la liberté de la presse est donc synonyme de liberté d'expression. Dans son lexique rousseauiste, la « volonté générale » a un statut analogue à celui de l'opinion publique libérale : en tant que résultat d'un libre débat d'idées, la « volonté générale » devient une nouvelle, puissante catégorie de jugement du discours du gouvernement sur les affaires qui concernent l'intérêt collectif. C'est une position qui rappelle l'allégorie du « tribunal de l'opinion » mise en circulation à la fin du xviiie siècle en France dans une phase de contestation de l'absolutisme144. De même que l'opinion publique, la volonté générale évoquée par Amidei est une instance qui juge et qui distribue blâme et honneur. La liberté de la presse n'implique pas seulement l'élimination progressive des entraves imposées à la libre circulations des biens et des idées par une censure ecclésiastique de plus en plus résiduelle, mais aussi la disparition tout court de la censure préventive et son remplacement par le jugement d'un public éclairé. Dans cette perspective téléologique, l'opinion deviendrait finalement la seule forme légitime de censure.

  • 145 Cf. supra, p. 167-168.
  • 146 L. Mannori, « La crisi dell'ordine plurale », op. cit., p. 251.

97La position d'Amidei rappelle l'apologie des gouvernements absolus respectueux du libre débat d'opinions parue, deux ans auparavant, dans les colonnes du périodique milanais « Il Caffè145 ». Ce n'est sûrement pas un hasard. De même que les frères Verri, Cosimo Amidei agit dans un système soumis à des contraintes analogues : lorsqu'ils parle de la liberté de la presse et des droits inédits d'un public de lecteurs il a, en même temps, « les yeux rivés sur le prince » dans le but de pouvoir intervenir sur la réalité grâce à son soutien décisif146.

  • 147 Un article très élogieux sur la réforme de la censure suédoise de 1766 qui introduit la liberté de (...)

98Dans l'espace public toscan et lombard, entre le personnel bureaucratique et les intellectuels il n'y a pas de solution de continuité : ce sont parfois les mêmes personnes, partageant le même langage, même si le sens des mots diffère sensiblement selon le lieu d'expression. Entre le discours des intellectuels et celui des fonctionnaires il y a pourtant un écart profond et nécessaire et cet écart permet de saisir l'usage idéologique, voire publicitaire de la « liberté de la presse », publiquement revendiquée dans les pages des périodiques et des opuscules qui circulent dans ces États147.

  • 148 Sur cette réforme, qui replaçait la censure des livres dans le domaine des compétences des autorit (...)

99Ce décalage de sens est parfaitement perçu et justifié dans une lettre que le ministre des Affaires Étrangères de la cour de Vienne Rittberg von Kaunitz adresse au ministre plénipotentiaire Carlo Firmian en 1768148. Cette même année un nouveau système de censure, limitant résolument l'influence des réviseurs ecclésiastiques, a été mis en place dans l'État de Milan. De même que les frères Verri et Amidei, Kaunitz parle de la liberté d'imprimer :

  • 149 Kaunitz à Firmian, Vienne, 28 novembre 1771, cité in A. Tarchetti, « Censura e censori », op. cit. (...)

En ce qui concerne les précautions fixées pour l'imprimerie, il serait peut-être plus utile de laisser chacun dans la liberté d'imprimer, à la condition qu'aussi bien l'auteur que l'imprimeur soient connus par le gouvernement et également responsables des opinions (massime), présentes dans les ouvrages publiés ; lorsque celles-ci seraient en contradiction avec les principes d'une morale saine et d'une religion pure, les auteurs et les imprimeurs seraient non seulement convoqués et réprimandés mais aussi punis. Cette liberté ne serait ainsi qu'apparente, mais dans les faits, aussi bien les auteurs que les imprimeurs, ne pourraient plus avoir recours au subterfuge d'avoir subi, selon les normes en vigueur, la censure des réviseurs, parce que ces derniers, soit par inadvertance, soit par erreur ou par précipitation, peuvent accorder des prétextes pour empêcher de procéder légitimement contre ceux qui ont manqué à leur devoir149.

100Avec la prudence et le discernement du haut-fonctionnaire, Kaunitz traite la « liberté d'imprimer » sous un angle purement technique, comme une condition de fonctionnement du régime de censure et, dans cette perspective, la « liberté d'imprimer » peut paradoxalement se démontrer plus efficace de n'importe quel dispositif de censure préventive. Simple simulacre, la « liberté d'imprimer » est en effet un artifice habile mis en acte par les gouvernements dans une double finalité publicitaire et persuasive : à l'extérieur de l'État, elle sert à propager l'image d'un régime politique encourageant l'industrie et la liberté d'expression de ses sujets (une condition apparemment semblable à celle dont bénéficient les sujets des grandes monarchies de l'Europe septentrionale) ; à l'intérieur, la « liberté d'imprimer » fonctionne comme un leurre pour auteurs et imprimeurs, parce que la censure, au lieu de disparaître, se retranche dans une position essentiellement répressive et policière ou elle se manifeste, de façon plus subtile, nous le verrons, dans les dispositifs littéraires de production du discours politique.

101C'est notamment dans cette acception technique que la formule « liberté d'imprimer » est employée, à la même époque, par les censeurs toscans. Dans l'imaginaire de ces derniers, le mot « liberté » désigne avant tout un régime de l'édition qui diffère profondément de celui en vigueur en Angleterre ou en Suède, où un édit de 1766 a posé les bases d'un libre débat public sur les matières de gouvernement. Le caractère fictif et idéologique de l'éloge de la liberté suédoise présent dans le pamphlet de Cosimo Amidei est mis en lumière dans une réflexion personnelle de Giuseppe Pelli. Sur la base d'une série d'arguments qui évoquent le rapport toujours nécessaire entre culture et censure, déjà théorisé et mis en acte par les censeurs de la Contre-Réforme, Pelli critique l'expérience anglaise et suédoise, faisant appel au bon sens du censeur :

  • 150 Efemeridi, série Ire, xxvii, c. 28, 15 janvier 1771 : « In questi due governi [...] sento che ci s (...)

J'ai entendu que dans ces deux gouvernements il y a beaucoup de plaintes contre les abus de cette liberté : d'où nous pouvons conclure que, lorsque les hommes peuvent faire ce qu'ils veulent, ils font rarement ce qu'ils doivent faire [...]. Les hommes ont besoin d'un frein. Le problème est que ce frein doit être doux et qu'il ne serre pas plus qu'il ne faut. Quand je demande et je souhaite la liberté, je demande et je souhaite qu'il ne se produise aucun excès de force150.

102Condition périlleuse, suspendue entre le danger de la licence et les excès de la contrainte, la « liberté d'imprimer » est difficile à définir de manière positive. Pour les fonctionnaires toscans la liberté se réalise, concrètement, à travers une infraction méthodique à la législation sur la censure préventive de 1743. Depuis 1763, les entorses à la règle qui prévoit la double révision de tout manuscrit susceptible d'être imprimé deviennent de moins en moins exceptionnelles, les réviseurs du prince ayant adopté tacitement le principe d'accorder l'impression sans consulter leurs homologues ecclésiastique. Cette pratique d'exception reste somme toute sporadique jusqu'à l'avènement de Pierre Léopold. Entre 1766 et 1768, on assiste à la multiplication d'imprimés toscans qui portent une fausse indication typographique et qui participent activement à une stratégie de communication politique, selon les souhaits exprimés à titre privé par Giuseppe Pelli en 1765.

  • 151 Cf. S. Landi, Il governo delle opinioni, op. cit., p. 216-222.
  • 152 Cf. A. Alimento, « La réception des idées physiocratiques à travers les traductions : le cas tosca (...)
  • 153 Sur les orientations de la politique ecclésiastique de la première période de Pierre Léopold, cf. (...)

103Les moyens mis en œuvre à cette fin sont multiples. D'un côté, sont créées les conditions pour l'émergence d'une presse spécialisée dans l'information politique internationale. Les Notizie del mondo (Nouvelles du Monde), le principal périodique toscan, sort à Florence à partir de 1768, sans indication de lieu d'impression, selon la volonté explicite de Rosenberg-Orsini. Le premier ministre se montre ainsi soucieux de préserver la neutralité du gouvernement tout en utilisant ce premier support d'information massive comme une éventuelle vitrine pour les réformes qui vont avoir lieu dans l'État toscan151. De l'autre, on développe les potentialités politiques du pamphlet suivant une double orientation publicitaire : soutenir la nouvelle classe dirigeante dans ses efforts de modernisation du système annonaire, principalement grâce à l'apport de traductions du français d'auteurs physiocratiques152 ; légitimer le gouvernement dans sa lutte contre les privilèges de la juridiction de l'Église et du statut des ecclésiastiques, dont l'ouvrage de Cosimo Amidei constitue un exemple significatif153.

  • 154 A titre d'exemple, en 1767, Pierre Léopold donne sa permission pour imprimer, avec la fausse indic (...)
  • 155 Cf. S. Landi, Il governo delle opinioni, op. cit., p. 242.

104Dans un premier temps, le dispositif de régulation de cette pratique autorisée mais illégale reste plutôt indéterminé : les exemplaires des ouvrages que l'on estime nécessaire d'imprimer clandestinement (alla macchia), commandités au niveau le plus élevé de l'exécutif, sont soumis au prince pour son approbation ultime154. Totalement discrétionnaire, cette méthode est toutefois à l'origine d'un certain nombre de difficultés et de malentendus entre les différentes branches de l'administration qui veillent au bon fonctionnement de la censure. Dans une lettre datée de décembre 1770 et adressée à Rosenberg-Orsini, l'auditeur fiscal Brichieri Colombi exprime son étonnement de voir circuler, impunément et à son insu, dans les librairies de la capitale, des livres qui attaquent la juridiction ecclésiastique et qui, de toute évidence, sont imprimés en Toscane155.

  • 156 ASF, Giuseppe Pelli Bencivenni, Carte, 11, ins. 149, Affari di stampe segrete dal 1771 al 1787 ; l (...)

105La solution à ce dysfonctionnement est contenue dans une note du premier secrétaire du secrétariat d'État Francesco Seratti datée de mai 1771 : malgré son caractère informel, on peut raisonnablement considérer ce texte comme l'un des actes fondateurs de la presse politique en Toscane et en Italie. La « liberté d'imprimer » y est conçue comme un privilège, octroyé par accord verbal initialement à une seule imprimerie de la capitale, celle des associés Allegrini et Pisoni, ensuite élargie à d'autres imprimeurs de l'État ; la permission pour ce genre d'ouvrages clandestins relève de la compétence d'un réviseur spécialisé, nommé directement par le souverain ou par le premier ministre ; presque inévitablement, la personne choisie pour cet emploi confidentiel est Giuseppe Pelli, c'est-à-dire le fonctionnaire qui en premier, depuis 1765, a compris que la clandestinité est la condition nécessaire non seulement pour éviter les obstacles de la législation en vigueur sur l'imprimerie, mais aussi pour construire et politiser en profondeur le débat public dans un régime absolutiste156.

Notes

1 N. Rodolico, Stato e Chiesa in Toscana durante la Reggenza lorenese (1737-1765), Florence, Le Monnier, 1910 ; M.A. Timpanaro Morelli, « Legge sulla stampa e attività editoriale a Firenze nel secondo Settecento », Rassegna degli Archivi di Stato, 29-1969, p. 613-700 ; F. Diaz, I Lorena in Toscana. La Reggenza, Turin, Utet, 1988, p. 128-132 ; S. Landi, Ilgoverno, op. cit., p. 49-92 : les pages qui suivent constituent une reprise et un achèvement de cette analyse. Pour une synthèse de cette période de l'histoire toscane, voir E. Chapron, « L'État des Habsbourg-Lorraine (1737-1799) », in Florence et la Toscane, op. cit., p. 105-125.

2 Legge sulle stampe, 28 mars 1743, publiée par S. landi, Il governo, op. cit., p. 345-350 : « Volendo noi provvedere che la libertà di stampa ne'nostri stati, e dell'introduzione de'libri forestieri che ci piace in ogni tempo favorire e proteggere come un mezzo efficace per multiplicare le cognizioni, spargere il sapere e far sussistere una parte del popolo, non degeneri in una licenza ch'offenda cio che si deve a Dio ed alla civil società, proibischiamo... »

3 Sur la notion d'actions « civiliter indifferentes, quae salutem publicam non tangunt », développée dans droit naturel, cf. M. Stolleis, Staat und Staatràson en der fruhen Neuzeit : Studien zur Geschichte des offentlichen Rechts, Frankfurt a. M., Suhrkamp, 1990 (trad. it. Stato e ragion di stato nellaprima età moderna, Bologne, Il Mulino, 1998, p. 304).

4 N. Rodolico, Stato e Chiesa in Toscana, op. cit., p. 212 : l'édit sur l'imprimerie serait « il primo timido passo verso quella libertà di stampa, alla quale non era possibile giungere, se prima non fossero stati spezzati i vincoli imposti dalle autorità ecclesiastiche ».

5 Pour le Royaume de Sardaigne, cf. A. Duboin, Raccoltaper ordine di materie delle leggi, editti e manifesti pubblicati dalprincipio dell'anno 1681 sino agli 8 settembre 1798 sotto il felicissimo dominio della Real Casa di Savoia, tome VI, volume viii, Torino, Picco, 1830, p. 156 et L. Braida, Il commercio delle idee. Editoria e commercio del libro nella Torino del Settecento, Florence, Olschki, 1995, p. 73-140 ; pour Venise, cf. M. Infelise, Leditoria veneziana nel '700, Milan, Angeli, 1989, p. 62-131.

6 J. Milton, Areopagitica. A Speech for the Liberty of Unlicensed Printing, Paris, Aubier, 1969.

7 Ainsi est présenté Giulio Rucellai dans un souvenir de Giuseppe Pelli daté de 10 février 1778, jour de sa mort, cité par M.A. Timpanaro Morelli, Per una storia di Andrea bonducci (Firenze, 1715-1766). Lo stampatore, gli amici, le loro esperienze culturali e massoniche, Rome, Istituto Storico Italiano per l'Età Moderna e Contemporanea, 1996, p. 191.

8 ACAF, S. Uffizio, 16, c. 447v-448r ; cf. S. Landi, Il governo, op. cit., p. 137-138.

9 Cf. R. Francovich, Storia della massoneria in Italia. Dalle origini alla rivoluzione francese, Florence, La Nuova Italia, 1974, p. 49-91 ; G. Giarrizzo, Massoneria e illuminismo nellEuropa del Settecento, Venise, Marsilio, 1994, p. 73-82.

10 M. C. Jacob, The radical Enlightenment. Pantheist, Freemasons and Republicans, Londres, George Allen, 1981, p. 162.

11 Sur ce groupe, qui sera à l'origine, en 1737, de la translation de Galilée dans le « panthéon » de S. Croce, cf. P. Galluzzi, « I sepolcri di Galileo. Le spoglie vive di un eroe della scienza », L. Berti (dir.), IlPantheon di Santa Croce, Florence, Cassa di Risparmio di Firenze, 1993, p. 145-181.

12 Cf. M. Verga, Da « cittadini » a « nobili ». Lottapolitica e riforma delle istituzioni nella Toscana di Francesco Stefano, Milan, Giuffré, 1990, p. 57.

13 Cf. F. Bertini, « La massoneria in Toscana dall'età dei Lumi alla Restaurazione », in Le origini della massoneria in Toscana, Foggia, Bastogi, 1989, p. 43-113, à la p. 53.

14 J. Milton, Areopagitica, op. cit., p. 188 : « I found and visited the famous Galileo grown old, a prisoner to the Inquisition, for thinking in Astronomy otherwise then the Franciscan and Dominican licensers thought » ; sur la valeur symbolique et polémique de cette rencontre, cf. A. Johns, The Nature of the book, op. cit., p. 264.

15 Ibidem, p. 148-150.

16 Cf. G. Giarrizzo, Massoneria, op. cit., p. 81.

17 Sur ce nouveau groupe dirigeant, cf. A. Contini, La Reggenza lorenese tra Firenze e Vienna. Logiche dinas-tiche, uomini e governo (1737-1766), Florence, Olschki, 2002.

18 R. Francovich, Storia della massoneria, op. cit., p. 34, et M. C. Jacob, The radicalEnlightenment, op. cit., p. 111.

19 G. Giarrizzo, Massoneria, op. cit., p. 79.

20 Ce texte est cité par F. Bertini, « La massoneria in Toscana », op. cit., p. 59.

21 ASF, Consiglio di Reggenza, 336, Relazioni, rappresentanze ed istruzioni relative agl'afari del S. Uffizio dal 1730 al 1756, ins. 3 : « À l'égard des prétendus esprits forts et de la liberté de penser il y a des gens que l'on accuse à ce titre dans tous les pays et pour juger de l'accusation il faut voir de la part de qui elle part [...]. Si de cette situation générale on entre dans la situation de Florence l'on y trouvera aucune église qui n'ait plusieurs images miraculeuses, plusieurs confréries, point de couvent qui n'ait ses saints et ses miracles particuliers, l'on y trouvera des prêtres et des moines ignorans et déréglés. Par conséquent autant de titres d'accusation contre les gens raisonnables ou qui ont bien estudié, lesquelles ne donneront pas aveuglement dans les croyances populaires. Si l'on y joint les franc-maçons, que le vulgaire regarde comme une société hérétique, sans autre raison que parce que il ne la connoit pas, combien de motifs n'aura pas eu l'inquisiteur de représenter Florence comme une ville remplie d'esprits forts. Il peut être qu'il y en ait qui méritent véritablement ce titre et pas conséquent d'être punis mais il faut pour cela des preuves bien éclairées. Et alors il sera encore à examiner s'ils sont une secte ou si c'est leur manière de penser particulière, dont on ne peut juger que par des conséquences éloignées et hors de la portée de tout le monde. »

22 J. Milton, Areopagitica, op. cit., p. 142 ; sur la notion de « liberté de la presse » chez Milton, cf. M. Caricchio, Religione, politica e commercio di libri nella Rivoluzione inglese. Gli autori di Giles Calvert (1645-1653), Gênes, Name, 2003, p. 236-258.

23 G. Rucellai, Rappresentanza ad Antonio bottaAdorno, cit., c. 365v : « Nel presente sistema d'Europa, diviso nella religione e negli interessi, in cui la stampa è in tutti i paesi e che appunto per questa ragione è in genere in un'assoluta libertà, che non conosce altro confine che l'impossibile fisico. Ciascuno ne converrà se faccia attenzione che in tutti i paesi eterodossi non si conosce altra proibizione che la civile, che in alcuni di questi tanto è grande la libertà di stampare che con tutta ragione potrebbe dirsi che degenera in licenza, del qual genere è l'Inghilterra e l'Olanda, dove più che altrove fiorisce il commercio della stampa. »

24 Sur la phase de préparation de la loi, cf. S. Landi, Il governo delle opinioni, op. cit., p. 49-86.

25 Legge sulle stampe, op. cit., p. 345-346, article iv : « Che questo [libro] si faccia subito esaminare da uno de'deputati [del Consiglio di Reggenza] per cio che riguarda il buon costume o il diritto regio ; e dopo dall'ecclesiastico, da cui si dovrà ritirare un certificato che non vi sia nulla di contrario alla cattolica reli-gione. »

26 Cf. N. Rodolico, Stato e Chiesa in Toscana, op. cit., p. 223-224.

27 Cf. M.I. Palazzolo, Ilibri, iltrono, l'altare. La censura nell'Italia della Restaurazione, Milan, Angeli, 2003, p. 10 et 19.

28 Sur la conception de la souveraineté chez François-Étienne, cf. J.-C. Waquet, De la corruption. Morale et pouvoir à Florence au xviie et xviiie siècles, Paris, Fayard, 1984 ; A. Contini, La Reggenza lorenese, op. cit., p. 22-42.

29 J.-J. Duguet, Institutions d'un prince ou traité des qualités, des vertus, des devoirs d'un souverain, Londres, Jean Nourse, 1740, p. 307 ; sur l'influence exercée par Duguet sur François-Étienne, cf. M. Rosa, « Il Cuore del re : Y Institution d'un prince del giansenista Duguet », in A. Contini, M.G. Parri (dir.), Il Granducato di Toscana e i Lorena nel secolo xviii, Florence, Olschki, 1999, p. 385-416.

30 Sur l'abolition de l'Inquisition en Toscane, cf. [F. Becattini], Fatti attinenti all'Inquisizione e sua storia générale eparticolare di Toscana, Florence, Pagani, 1782, et A. Prosperi, « L'età dell'Inquisizione romana a Santa Croce di Firenze », in Llnquisizione romana, op. cit.

31 Cf. S. Landi, Ilgoverno delle opinioni, op. cit., p. 154.

32 Cf. supra, p 120.

33 Cf. N. Rodolico, Stato e Chiesa, op. cit., p. 235-256.

34 Cf. A. Prosperi, « L'età dell'Inquisizione romana a Santa Croce di Firenze », Llnquisizione romana, op. cit., p. 199-217.

35 ASF, Consiglio di Reggenza, 552, ins. 672 : « Essendo stato rappresentato che tanto in questa città che nel Granducato vi siano persone le quali in materia di religione non hanno sentimenti ortodossi e che non contenti di perdersi loro medesimi cercano con discorsi pieni di scelleratezze et empietà, mettendo la nostra Santa Religione in derisione di pervertire gli altri e condurli ne i loro sentimenti di empietà, di deismo e ateismo, e siccome sussistendo un tal ricorso, ogni cristiano e particolarmente un governo cattolico, deve procurare tutti i mezzi più efficaci per estirparlo, percio il Consiglio di Reggenza ordina e comanda all'Auditore fiscale Brichieri, d'impiegare secretamente tutti i mezzi più efficaci per scoprire quelli i quali con parole empie e contrarie alla religione si mostrano colpevoli di offendere le leggi di Dio e del sovrano. E potendo l'Auditore predetto accertare il fatto per via di testimoni, il Consiglio di Reggenza lo autorizza a far immediatamente arrestare tali temerari, farli esaminare e confrontare con i testimoni e cio senza avere riguardo alla posizione del delinquente, di qualunque grado sia, nobile o no, e verificato il delitto, senza ulterior ordine esiliarlo da tutto il Granducato. »

36 ASF, Consiglio di Reggenza, 111, Dispacci di S.A.R.. al Consiglio di Reggenza dell'anno 1752, 3 avril 1752, n. 10.

37 Pour un cadre générale des réformes dans la période de la Régence, cf. E. Chapron, « L'État des Habsbourg-Lorraine (1737-1799) », op. cit.

38 Cf. S. Landi, Il governo delle opinioni, op. cit., p. 155.

39 ASF, Consiglio di Reggenza, 619, c. 764-765 ; sur cet épisode, cf. S. Landi, Il governo, op. cit., p. 146.

40 ASF, Consiglio di Reggenza, 7, c. 4v, dépêche datée de Vienne, 13 mars 1752 ; cf. S. Landi, Il governo, op. cit., p. 155.

41 J. Habermas, L'espace public, op. cit., p. 42.

42 Cf. R. Chartier (dir.), Histoires de la lecture. Un bilan des recherches, Paris, Imec Éditions, 1995.

43 Cf. à titre d'exemple les considérations de R. Chartier : « Mais les pratiques de lecture sont aussi au centre du processus qui voit l'émergence, face à l'autorité de l'État, d'un nouvel espace public, d'une sphère publique politique, pour reprendre les termes mêmes de Jiirgen Habermas [...]. Ainsi perçue, l'histoire de la lecture est bien l'un des thèmes majeurs d'une étude de la constitution de la culture politique moderne, qui affirme face à la puissance du prince, la légitimité de la critique et qui façonne la communauté civique sur la communication et la discussion des opinions individuelles » : « De l'histoire du livre à l'histoire de la lecture : les trajectoires françaises », in H. E. Boedeker (dir.), Histoires du livre. Nouvelles orientations, Paris, Imec éditions, 1995, p. 23-45, citation à la p. 41.

44 Selon la célèbre définition de E. Kant « Qu'est-ce que les Lumières ? », in La philosophie de l'histoire (opuscules), Paris, Denoël/Gonthier, 1983, p. 46-55), reprise et commentée par R. Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, Seuil, 1990, p. 37.

45 H. Merlin, Public et littérature en France au xviiesiècle, Paris, Les Belles Lettres, 1994 ; voir aussi A. Lilti, « Public ou sociabilité ? Les théâtres de société au xviiie siècle », in De la publication, op. cit., p. 281-300 ; quelques indications utiles également dans une recherche malheureusement inachevée : F. Todesco, « Il pubblico e la tradizione delle dispute vane come pre-costituenti dell'opinione pubblica attraverso i perio-dici », in Opinione, Lumi, Rivoluzione, Materiali della Società italiana di studi sul secolo xviii, Rome, 1993, p. 92-97 ; sur les risques d'une réification de l'objet « public », cf. aussi les considérations de K.M. Baker, « Politique et opinion publique sous l'Ancien Régime », Annales ESC, 1987-42, p. 41-71 : « [Le public] se manifestait davantage comme une construction politique ou idéologique que comme une fonction sociologique précise. »

46 J. Guilhaumou, Compte rendu sur I. Hampser-Monk, K. Tilmans, F. Van Vree (dir.), History of Concepts : Comparative Perspectives, Amsterdam, Amsterdam University Press, 1998, in Annales HSS, mars-avril 2002, n°2, p. 231.

47 « Le mot public se distingue par là immédiatement ddEtat, peuple ou république car il possède une orientation argumentative acquise que n'ont pas tout à fait ces termes. Sa force de persuasion est inversement proportionnelle à son imprécision sémantique » : H. Merlin, Public et littérature, op. cit., p. 46.

48 Néanmoins, des indications importantes sur la constitution du public en Italie, dans une optique d'histoire constitutionnelle, sont présentes dans l'article de L. Mannori, « La crisi dell'ordine plurale. Nazione e costituzione in Italia tra Sette e Ottocento », Giornale di Storia Costituzionale, 2-2003, p. 243-271.

49 Della pubblica felicità, oggetto debuoniprincipi, Venise, Albrizi, 1749. L'édition que nous consultons est celle publiée dans L.A. Muratori, Opere, éd. G. Falco et F. Forti, II, Milan-Naples, Ricciardi, 1964, p. 1502-1718.

50 Sur la pensée politique de Muratori voir F. Venturi, Settecento riformatore. I, Da Muratori a beccaria, Turin, Einaudi, 1969 ; M. Rosa, Settecento religioso. Politica della Ragione e religione del cuore, Venise, Marsilio, 1999 ; Corte, buon governo, pubblica felicità. Politica e coscienza civile nelMuratori, Florence, Olschki, 1996 ; C. Continisio, Ilgoverno dellepassioni ; Prudenza, giustizia e carità nelpensieropolitico di Lodovico Antonio Muratori, Florence, Olschki, 1999.

51 E. Zlablinger, Ludovico Antonio Muratori und Osterreich, Innsbruck, Innsbruck Universitàt, 1970 et E. Garms Cornides, « Zwischen Giannone, Muratori, und Metastasio. Die Italiener im Geistigen Leben Wiens », Wiener beitràge zur Geschichte, 3-1976, p. 224-250.

52 Della pubblica felicità, op. cit., p. 1554 ; sur cette loi qui réglemente la pratique du fidéicommis en la réservant à la noblesse et pour quatre générations seulement, cf. E. Chapron, « L'État des Habsbourg-Lorraine », op. cit., p. 111.

53 Ibidem, p. 1607 : de son côté, Richecourt remercia dans une lettre son illustre interlocuteur pour ce soutien inespéré à sa politique.

54 Sur la pénétration des idées muratoriennes dans le grand-duché et sur les enjeux politiques liés à leur circulation, cf. M. Verga, Da « cittadini » a « nobili », op. cit., p. 150-151 et A. Contini, La Reggenza lorenese tra Firenze e Vienna, op. cit., p. 106 note 36.

55 Cf. M. Stolleis, Histoire du droit public en Allemagne. Droit public impérial et science de la police 1600-1800, Paris, PUF, 1998, p. 503-552 et Stato e ragion di stato, op. cit.

56 Cf. C. Capra, « Il funzionario », in M. Vovelle (dir.), Luomo dell'Illuminismo, Rome-Bari, Laterza, 1992, p. 353-398 et « Lo sviluppo delle riforme asburgiche nello Stato di Milano », in P. Schiera (dir.), La dina-mica statale austriaca nel xviii e xix secolo, Bologne, Il Mulino, 1981, p. 161-187.

57 Della pubblica felicità, op. cit., p. 1508 : « Noi dunque per pubblica felicità altro non intendiamo se non quella pace e tranquillità che un saggio ed amorevol principe, o ministero, si studia di far godere, per quanto puo, al popolo suo, con prevenire ed allontanare i disordini temuti e rimediare ai già succeduti. »

58 Ibidem, p. 1528 : « A questo miglioramento del mondo (difficilissima si, ma sempre desiderabile impresa) dovrebbe animarsi ed applicarsi ogni principe nella circonferenza o vasta o ristretta del suo dominio. »

59 Pour une sémantique de « bien public » chez Muratori, cf. C. Continisio, Ilgoverno dellepassioni, op. cit., p. 193.

60 Della pubblica felicità, op. cit., p. 1511.

61 Sur le « dégoût » (« raccapriccio »), manifesté par Muratori à l'égard de Locke et des présupposées matérialistes de sa pensée, cf. M. Rosa, Settecento religioso, op. cit., p. 160.

62 Della pubblica felicità, op. cit., p. 1508 : « Truovasi il felice stato d'una repubblica o monarchia descritto nelle Sacre Carte con queste parole, dove si parla del governo del re Salomone : innumerabile e somigliante alla rena del mare era ilpopolo di Giuda e dIsraello, mangiando e bevendo ognuno e stando in allegria. »

63 Ibidem, p. 1516.

64 H. Merlin, Public et littérature, op. cit., p. 40.

65 Della pubblica felicità, op. cit., p. 1518 : « Nelle repubbliche ben regolate facile è che si truovino persone piene di un vero zelo pel pubblico bene, ancorché talvolta vi si contino di coloro che il proprio interesse unicamente fanno negli interessi del pubblico. Puo anche darsi, e con più facilità, che ne' governi delle monarchie talun de'ministri pensi competentemente ai vantaggi del principe, assaissimo ai propri, nulla a quei del popolo. »

66 Ibidem, p. 1527 : « Osservi sopra tutto se in costoro abbia buone radici la religione e la morale cristiana : altrimenti non potrà mai fidarsi il principe di chi non teme Iddio, né ha altra legge che quella del suo interesse e volere, percio capace d'ogni furfanteria che si possa nascondere al guardo degli uomini, o di nuocere almeno al pubblico per farsene merito col disattento principe. Datemi un di costoro che sia deputato all'economia o sia alla Camera, e ad altri impieghi delle rendite e spese principesche. Maraviglia sarà se costui non inventerà nuove angherie in danno del pubblico e non ruberà, potendo, al suo padrone medesimo. »

67 Sur la doctrine sociale de la Raison d'État, cf. G. Borrelli, Ragion di Stato e Leviatano, op. cit., et « Concetto di popolo », op. cit.

68 Della pubblica felicità, op. cit., p. 1509 : « Senza scelta di buone storie corre pericolo un regnante di appren-dere da pessimi esempi il regolamento del suo governo ; cioè l'inclinazione alle cabbale, al non mantener la fede, al farsi lecito sopra i suoi popoli cio che gli piace [...]. Noi miriamo incensato dai signori politici Cornelio Tacito ; ma quella è bottega dove si vende elettuario bensi ma anche veleno. » Sur la condamnation des « politiciens » dans la théorie politique de xvie et xviie siècles, cf. M. Stolleis, Stato e ragion di stato, op. cit., p. 13-29.

69 J'emprunte cette expression à J.-P. Cavaillé, « Le mensonge ordinaire de la politique vérité », Le Monde, 13 février 1998.

70 Della pubblica felicità, op. cit., p. 1541 : « Noi miriamo le biblioteche : oh quanta copia di libri ! Ma chi tanti volumi chiama all'esame e sa bilanciarne il merito [...]. E forse che non gioverebbe una si fatta crisi ? Noi pur troppo consumiam troppo di tempo in istudiare e imparar cose che nulla son per giovare a noi o ad altri : fors'anche ci possono nuocere. »

71 Ibidem, p. 1531 : « È in oltre da augurare al pubblico che non sia da qualche indiscreto ministro impedito agli onesti e zelanti scrittori il produrre cio che puo ridondare in pubblico bene, purch'essi conservino il dovuto rispetto alla religione e al principato. »

72 [P. NERI], Relazione dello stato in cui si trova l'opera del censimento universale nelducato di Milano nel mese di maggio 1750, Milan, Regia Ducal Corte, 1750 ; ce texte à été reproduit à l'identique sous la direction de F. Saba, Milan, Angeli, 1985.

73 Cf. A. Fratoianni, M. Verga (dir.), Pompeo Neri, Castelfiorentino, Società Storica della Valdelsa, 1992, en particulier les contributions de M. Verga, M. Rosa, A. Contini, V. Becagli.

74 Cf. M. Verga, Da « cittadini » a « nobili », op. cit., p. 185 ; en particulier sur l'œuvre de Neri à la tête de la commission sur le cadastre, cf. C. Mozzarelli, Sovrano, società, amministrazione nella Lombardia teresiana (1749-1758), Bologne, Il Mulino, 1982, et C. Capra, Il Settecento, in D. Sella, C. Capra, Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, Turin, Utet, 1984 et l'intervention de C. Capra dans l'ouvrage collectif sur Pompeo Neri, p. 547-550.

75 M. Mirri, « La fisiocrazia in Toscana : un tema da riprendere », in Studi di storia medievale e moderna per Ernesto Sestan, II, Florence, Olschki, 1978, p. 703-760, citation à la p. 729. Sur le rapport entre « sujet » et « citoyen » dans le lexique politique de la seconde moitié du xviiie siècle, cf. M. Stolleis, Stato e ragion di stato, op. cit., p. 296-338.

76 Relazione dello stato, op. cit., p. xvii : « Ho risoluto, nel dovere, in ubbidienza degli ordini ricevuti, informare la Maestà Sua dello stato in cui si trova attualmente l'opera del nuovo censimento in questo mese di maggio 1750, di fare una Relazione che riassuma dai suoi principi questa importante materia [...]. »

77 Cf. M. Infelise, Prima deigiornali, op. cit., p. 50-78.

78 E. Fasano Guarini, » Conclusioni », in Linformazionepolitica in Italia, op. cit., p. 388.

79 Cit. in C. Capra, Intervento, op. cit., p. 549 : « Ma parlando ancora delle persone oneste e sensate, bisogna confessare che tutte in materia di censimento hanno dei pregiudizi, che paiono in questo clima ingeniti, per una affezione e tenerezza che si vede in tutti predominare per gl'usi, o buoni o cattivi, del paese, che non lascia loro vedere alle volte, né sentire il male che a loro medesimi ne deriva. »

80 Relazione dello stato, op. cit., p. xi : « Poiché la scienza dell'Imposta e reparto dei carichi in questo paese è per se stessa oscurissima e difficile a comprendersi per la sua difformità e per essere anco tenuta in una specie di mistero, involta in un formulario lontanissimo dalla chiarezza, come una scienza arcana, talché sono ben rare, anco fra i paesani più culti e più studiosi quelle persone che hanno del governo economico di questo stato le notizie sincere e precise ; notizie che in niun luogo pubblico si trovano riunite, ma che a gran fatica conviene spezzatamente acquistare e combinare con aiuti superiori allo studio, all'industria, all'autorità di qualunque privato. »

81 Sur cette image de Guichardin, cf. supra, p. 53-54.

82 Relazione dello stato, op. cit., p. xiii : « Il popolo intanto resta confuso, e abbandonato nella sua naturale oscurità, sicché soffrendo il danno del presente sistema, senza conoscere le cause di questo danno e senza conoscere in conseguenza la salute dei nuovi regolamenti, resta titubante, e sospeso, in attenzione di una novità, che intanto gli fa sentire il dolore di una spesa di più, sicché diviene pronto a sposare tutte le massime, che si divulgano contro questa novità, e non avendo chi l'illumini sopra il suo vero interesse, si trova esposto a lasciarsi sedurre, e a renunziare in grazia, e comodo di qualche suo doloso amministratore al più segnalato benefizio, che questo Stato abbia mai ottenuto dalla provida mente dei suoi sovrani. Da cio procede, che tante persone savie, e oneste, di cui abbonda questo paese, sono con pienezza di buona fede ripiene, in materia di censimento, di supposti erronei, e di pregiudizi derivanti da massime sentite dire, o vanamente declamate da qualche avvocato. »

83 P. Neri, Relazione sopra la nobiltà toscana (1748), édition critique par M. Verga, Da « cittadini » a « nobili », op. cit., p. 403-567, voir en particulier les p. 457-458 : « Questo corpo, cosi radunato sotto nome di popolo, fu quello che nel mezzo delle civili discordie della nobiltà ricordo e pose in vista i veri interessi della patria, che l'impeto delle fazioni aveva mandato in oblivione. »

84 Sur la dimension constitutionnelle de la réflexion politique de P. Neri, cf. ibidem, p. 169-239 ; sur le rapport entre « sujet » et « citoyen » dans la doctrine du droit naturel de la moitié du xviiie siècle, cf. M. Stolleis, Stato e Ragion di Stato, op. cit., p. 297-338.

85 Sur ce passage, cf. supra, p. 36.

86 Sur la relecture de Machiavel dans la culture toscane de la première moitié du xviiie siècle, cf. M. Rosa, Dispotismo e libertà nel Settecento. Interpretazioni « repubblicane » di Machiavelli, Bari, Dedalo, 1964 ; G. Procacci, Machiavelli nella cultura europea delVetà moderna, Rome-Bari, Laterza, 1995, p. 305-326.

87 Prince, op. cit., VI (De principatibus novis qui armiispropriis et virtute acquiruntur), p. 123 (nous adaptons la traduction proposée ici).

88 Cf. sur ce point le chapitre 18 du Prince et supra, p. 45.

89 La thèse du caractère spontané de l'opinion populaire est soutenue notamment par A. Farge, Dire et mal dire. L'opinion publique au xviiie siècle, Paris, Seuil, 1992.

90 Relazione dello stato, op. cit., p. xvi : « Si arriva da taluni anco a sostenere, che forse converrebbe al paese redimersi, con qualche offerta all'erario, da ogni ulteriore inquietudine e pericolo di questo censimento, come se la Nostra Clementissima Sovrana fusse capace di vendere in tal guisa il povero al ricco, il pupillo al tutore e gli amministrati agli amministratori. E ripigliando lo zelo per il principe si dice esser più facile per esso esigere maggiori somme secondo le antiche usanze, che minori con usanze nuove ; e in somma ora zelando per il popolo, ora per il principe, ora lodando in astratto il censimento, ora declamando contro le novità, come se si potesse fare il censimento in un paese dove non è senza far novità, ora dolendosi che le operazioni del censimento sono troppo lente e ora che sono troppo precipitose, ora che sono troppo generali, ora che sono troppo minute, si è venuto a formare un ammasso confuso di voci e di opinioni che, a misura delle circostanze, si fanno opportunamente risuonare e che fanno in somma l'effetto di tenere le menti di chi ha interesse in questa grand'opera lontane dal lume della verità, che conosciuta che fusse porterebbe l'universale disinganno e dileguerebbe tutti gli ostacoli che si tentano frapporre ai progressi di un provvedimento cosi connesso colla salute pubblica. »

91 Cf. à ce propos les observations de M. Ozouf, « L'opinion publique », in K.M. Baker (dir.), The Political Culture ofthe OldRegime, Oxford, Pergamon Press, 1987, p. 419-434, à la p. 431.

92 P. Neri, Relazione sopra la nobiltà toscana, in M. Verga, Da « cittadini » a « nobili », op. cit., p. 411 : « Nonos-tante, quando accade che la stirpe di alcuno sia più nobile dell'altro, questa notorietà si concilia una maggiore estimazione, secondo il giudizio che naturalmente e spontaneamente tutti gli uomini concorde-mente ne fanno : la quale estimazione siccome non dipende dalle leggi, ma dipende dal modo di pensare e di opinare, che si trova comunissimo in tutte le nazioni, cosi credo che giustamente nobiltà naturale in questo senso si possa chiamare. »

93 M. Ozouf, « L'opinion publique », op. cit., p. 430 ; sur cette acception d'opinion publique voir aussi la synthèse de N. Matteucci, Lo Stato moderno, Bologne, Il Mulino, p. 174-183.

94 G. Folena, Litaliano in Europa. Esperienze linguistiche del Settecento, Turin, Einaudi, 1983, p. 35 ; sur cette occurrence voir aussi M. Cortellazzo, P. Zolli, Dizionario etimologico della lingua italiana, IV, Bologne, Zanichelli, 1989, p. 836 (ad vocem « opinare ») ; à « l'invention » de l'opinion publique » et à ses conséquences sur le plan politique et social fait référence E. Leso, « Lingua politica alla fine del Settecento : storia di moderato », Lingua Nostra, 37-1976, p. 1-7.

95 Pietro à Alessandro Verri, Milan 27 janvier 1768 : « Malagrida era certamente reo d'aver fomentata e aiutata l'idea dell'assassinio del re, la sua morte è un tratto di finissima politica ; colui presso la nazione superstiziosa passava per un grande e santissimo uomo, né v'era il modo di conciliarsi l'opinion pubblica se non col farlo giudicare fanatico, visionario e peccatore », F. Novati ; E. Greppi (dir.), Carteggio di Pietro e Alessandro Verri dal 1766al 1797, I, Milan, Cogliati, 1910, p. 147. Sur cette affaire, cf. F. Venturi, Sette-cento riformatore, II, La chiesa e la repubblica dentro i loro limiti, Turin, Einaudi, 1976, p. 21, 25, 72.

96 Cf. G. Aliprandi, « Dalla opinione comune allapubblica opinione nella seconda metà del Settecento », Atti e memorie dellAccademia Patavina di Scienze Lettere edArti, Memorie, lxxvii, parte iii (1964-65), p. 483-503.

97 Giuseppe Aliprandi (op. cit., p. 488), remarque l'usage connoté et presque technique d'« opinion » chez les frères Verri : « Che il vocabolo "opinione" fosse nel frasario corrente dei Verri, lo prova indirettamente il fatto che per esprimere un concetto analogo a quello di "opinione" altri non lo usano. » Sur le rôle de Pietro Verri dans le projet du « Caffè », voir C. Capra, I progressi della ragione. Vita di Pietro Verri, Bologne, Il Mulino, 2002, p. 177-231.

98 « Al lettore », in Il Caffè ossia brevi e vari discorsi distribuiti in fogli periodici, édition critique de S. Romagnoli, Milan, Feltrinelli, 1960, p. 5 : « Una profonda sommissione alle divine leggi ha fatto serbare un perfetto silenzio su i soggetti sacri, e non si è mai dimenticato il rispetto che merita ogni principe, ogni governo ed ogni nazione ; del resto non si deve, e non si è mais prestato omaggio ad alcuna opinione, ed anche negli errori medesimi alla sola verità si è sacrificato. »

99 Cf. à cet égard l'article de A. Verri, « Rinunzia avanti al notaio degli autori del presente foglio periodico al Vocabolario della Crusca », in Il Caffè, op. cit., p. 39-41.

100 Ibidem, p. 172 : « Dichiariamo d'aver buono il giudizio volgare nella musica, nella pittura, nella poesia drammatica, e in tutte le facoltà le quali hanno per fine primario il dilettare, giacché gli uomini devono giudicare essi medesimi dalla impressione che sentono ; ma dichiariamo incompetente il giudizio del popolo in tutto cio che per conoscersi richiede ragionamento... »

101 Ibid., p. 170-171 : « Ricercare l'opinione favorevole del volgo è una necessità de' più scellerati, i quali temendo che gli uomini illuminati, che sono in picciol numero, non gli conoscano, cercano a bilanciarsi con il partito della moltitudine ; ma chi ricerca l'opinione de' pochi, non puo traviare dallo stretto sentiero della virtù. »

102 Ibid., p. 26 ; sur le public potentiel du périodique quelques observations in C. Capra, Iprogressi della ragione, op. cit., p. 230, qui ne consacre aucune attention au lexique politique des frères Verri.

103 Ibid., p. 297 (Il Singolare) : « Ognuno ha le proprie opinioni ; e chi vuol farsi leggere dal pubblico deve essere tollerante dei giudizi diversi, che ciascuno ha il diritto di proferire. »

104 Ibidem, p. 497 (Di Carneade e di Grozio) : « Noi Europei, noi nati in forme di governo moderate, noi giudicati e protetti dalle leggi [...], noi che sentiamo tutti i beni della dipendenza e nessuno de' suoi mali [...] ardiremo ancora di disputare se sia lecito di perturbar lo Stato e condannare i nostri padri ? Quella stessa libertà, con cui mandiamo alle pubbliche stampe simili questioni, prova la nostra ingiustizia. Non ci sarebbe permessa tal libertà se non vivessimo in moderati governi, ne' quali cio che dobbiamo abborrire e temere sono le sole rivoluzioni. »

105 R. Koselleck, Kritik und Krise. Ein Beitrag zur Pathogene der Burgerlichen Welt, Freiburg, Verlag Karl Alber, 1959, trad. fr. Le règne de la critique, Paris, Éditions de Minuit, 1979, chapitre II.

106 Sur cette phase de changement politique, cf. A. Contini, La Reggenza lorenese, op. cit., p. 317-336.

107 Sur ce personnage de premier plan de l'administration autrichienne, outre les indications biographiques présentes dans l'ouvrage cité de A. Contini, p. 323, on peut voir aussi A. Wandruszka, Pietro Leopoldo. Un grande riformatore, Florence, Vallecchi, 1968, p. 175 sv. ; F. Diaz, L. Mascilli Migliorini, C. Mangio, Ilgranducato di Toscana. ILorena dalla Reggenza agli anni rivoluzionari, Turin, Utet, 1997, p. 275-277.

108 Cf. supra, p. 137.

109 Notamment sur les relations entre Pelli et Antonio Cocchi, représentant éminent de la franc-maçonnerie florentine, cf. M.A. Timpanaro Morelli, Per una storia di Andrea Bonducci, op. cit.

110 ASF, Segreteria di Gabinetto, 124, Relazione sullo stato degli impiegati (1773), I, c. 68 : « Il segretario Pelli [...] fa della segreteria quel che vuole. »

111 Sur cet auteur, cf. G. Weulersse, Le mouvementphysiocratique en France (de 1756à 1770), I, Paris, Alcan, 1910, p. 79-90 ; S. Kaplan, Le pain, le peuple, le roi. La bataille du libéralisme sous Louis XV, Paris, Perrin, 1986, p. 83 sv. ; sur l'importance de cet ouvrage dans le débat italien, cf. en particulier M. Mirri, La lotta politica in Toscana intorno alle « riforme annonarie, Pise, Pacini, 1972, p. 39-40.

112 Efemeridi, série Ire, X, 14 juin 1763, c. 33. « Ciascuna nazione ha le sue opinioni particolari e se i pregiudizi più contrari all'umanità hanno spesso guidato delle nazioni intere, non è meraviglia se quelli che paiono aver per scopo la loro conservazione sieno cosl difficili ad essere sradicati. »

113 Efemeridi, série Ire, XV, 7 novembre 1765, c. 105 : « Nella sera poi siamo stati [...] a leggere e a ciarlare e si è fatto il progetto di distendere una finta lettera per proporre le riforme e i benefizi che far potrebbe il nostro Sovrano per felicitare la Toscana e renderla florida quanto puo esserlo, da farsi stampare, da spargersi nel pubblico, senza scoprirsene autori. »

114 Sur les carrières de ces personnages liés à la dynastie lorraine, cf. les indications de A. Contini, La Reggenza lorenese, op. cit.

115 Efemeridi, série Ire, xvii, 6 août 1766, c. 28 : « Per essere utile cittadino vorrei comporre di questi fogli all'uso dello Spettatore o del Caffè e gli vorrei far stampare a mie spese e spargere fra le persone più culte, accio che queste, senza spesa, apprendessero delle cose buone ed io potessi dir loro cio che mi viene in mente, per vantaggio comune dell'umanità e del mio paese. »

116 Sur la légitimité et la nécessité de publier des fausses lettres, cf. supra, p. 170.

117 À propos des coups d'État, cf. J.-P. Cavaillé, Dis/simulations, op. cit., p. 199-265.

118 G. Rucellai, Rappresentanza ad Antonio Botta Adorno, op. cit., c. 365v : « E finalmente in tutti i governi anco d'Italia si è adottata la massima di esigere una rigorosa osservanza delle leggi anco canoniche sopra le stampe che portano la firma pubblica e di permettere agli stampatori di falsificare la data e di stampare alla macchia come si pratica, per restringermi a'governi italiani, in Venezia, Napoli e Lucca. »

119 Cf. C. Mozzarelli, « Riflessioni preliminari sul concetto di polizia », Filosofia politica, 2-1988, p. 7-14, et E. Fasano Guarini, « Gli ordini di polizia nell'Italia del '500 », op. cit., p. 60.

120 Cf. A. Contini, « Quali le funzioni di polizia ? » in L. Antonielli (dir.), La polizia in Italia in età moderna, Catanzaro, Rubbettino, 2002, p. 65-80.

121 Cf. P. Piasenza, Polizia e città. Strategie d'ordine, conflitti e rivolte a Parigi tra Sei e Settecento, Bologne, Il Mulino, 1990 et P. Napoli, Naissance de la police moderne. Pouvoir, normes, société, Paris, La Découverte, 2003.

122 Sur la police dans le modèle des sciences camérales voir M. Stolleis, Histoire du droit public en Allemagne, op. cit., p. 562-594.

123 Cf. à ce sujet les considérations de E. Brambilla, « Giuristi, teologi e giustizia ecclesiastica dal '500 alla fine del '700 », in L. Betri, A. Pastore (dir.), Avvocati, medici ingegneri. Aile origini delleprofessioni moderne, Bologne, Clueb, 1997, p. 169-206.

124 ASF, Camera e auditorefiscale, 2823, ins. 242, Proposizioni dipulizia.

125 Ibidem : « L'esecuzione di queste proposizioni potrebbe portare avanti e potrebbe far penetrare l'interno dei sudditi e far conoscere i giudizi che dal volgo si formano di differenti cose, che talvolta non sono i peggiori [...] Vostra Altezza Reale avrà luogo di rimirare le cose come almeno si concepiscono nel popolo nel loro naturale, senza quelle maschere et abbellimenti con i quali l'adulazione è solita di trasformarle agli occhi del sovrano. »

126 Dans son bilan de gouvernement, Pierre Léopold souligne la tendance des fonctionnaires à « fomentare con discorsi studiati e mezze parole delle inquietudini nel pubblico e della diffidenza contro il governo e le sue intenzioni e screditarne e impedirne le operazioni » : Pietro Leopoldo D'Asburgo Lorena, Relazioni sul governo della Toscana, I, éd. de A. Salvestrini, Florence, Olschki, 1969, p. 58.

127 Cf. supra, p. 100-109.

128 Sur ces réformes, cf. M. Mirri, La lotta politica in Toscana intorno aile « riforme annonarie, op. cit. ; sur le mouvement de contestation provoqué par les réformes, cf. I. Tognarini, F. Mineccia, « Tumulti urbani nella Toscana di Pietro Leopoldo », in L. Berlinguer, F. Colao (dir.), Criminalità e società in età moderna, Milan, Giuffrè, 1991, p. 167-228. Sur le concept d'économie morale au xviiie siècle, cf. E.P. Thompson, « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century », trad. fr. in F. Gauthier et G.R. Inki (dir.), La guerre du blé au xviiie siècle. La critique populaire contre le libéralisme économique au xviiie siècle, Montreuil, Éd. de la Passion, 1988, p. 31-92.

129 Pour une synthèse des réformes dans le domaine industriel, cf. C. Maitte, Les mutations de l'espace industriel : un problème politique (xviie-xixe siècle), in Florence et la Toscane, op. cit., p. 197-214.

130 ASF, Camera e auditore fiscale, 2810, ins. 510, 9 décembre 1768 : « È stata certamente una ciarla escita senza fondamento quella che Vossignoria Illma mi scrive con sua confidenziale de' 6 corrente di essersi costl sparsa circa l'aumento della gabella del vino e la libertà dell'estrazione delle sete crude nostrali per fuori stato, poiché non si è neppur per ombra formato discorso sopra di tali punti. Sarà bene che sieno sincerate le menti di quelli che ne dubbitano ; ed Ella potrà assicurare chiunque che seco ne discorresse che cio non è affatto vero. »

131 Cf. C. Mangio, Lapolizia toscana. Organizzazione e criteri d'intervento (1765-1808), Milan, 1988.

132 Sur l'abolition de l'Inquisition en Toscane, cf. [F. Becattini], Fatti attinenti all'Inquisizione e sua storia generale eparticolare di Toscana, Florence, Pagani, 1782, et A. Prosperi, « L'età dell'Inquisizione romana a Santa Croce di Firenze », in LInquisizione romana, op. cit., p. 199-217.

133 Cf. A. Contini, « La città regolata : polizia e amministrazione nella Firenze leopoldina (1777-1782) », in C. Lamioni (dir.), Istituzioni e società in Toscana nell'Età moderna, I, Florence, Edifir, 1994, p. 426-508.

134 Le texte fondateur de la légende noire du despotisme de Pierre Léopold est [F. Becattini] Vitapubblica e privata di Pietro Leopoldo granduca di Toscanapoi imperatore Leopoldo II, Sienne, All'insegna del Mangia, 1797, voir aussi P. A. Maccioni, « Critiche inglesi all'operato di Pietro Leopoldo » in La « Leopoldina » nel diritto e nellagiustizia in Toscana, Milan, Giuffrè, 1989, p. 561-645 ; en revanche, sur le mythe de Pierre Léopold, prince réformateur, cf. M. Mirri, « Riflessioni su Toscana e Francia, riforme e rivoluzione », Annuario dellAccademia Etrusca di Cortona, 24-1990, p. 117-233.

135 Cf. A. Contini, « Quali le funzioni di polizia ? », op. cit., p. 75.

136 Cf. C. Fantappiè, Riforme ecclesiastiche e resistenze sociali. La sperimentazione istituzionale nella diocesi di Prato alla fine dell'antico regime, Bologne, Il Mulino, 1986, p. 269-270.

137 Sur l'évolution de la censure toscane dans les années 1780 voir S. Landi, Il governo delle opinioni, op. cit., p. 315-342.

138 Cf. les considérations de L. Mannori, « La crisi dell'ordine plurale », op. cit., p. 251.

139 [C. Amidei], La Chiesa e la repubblica dentro i loro limiti, Concordia discors, s.l., 1768.

140 Cf. l'édition critique de La Chiesa e la repubblica dentro i loro limiti avec l'introduction de A. Rotondo, in C. Amidei, Opere, Turin, Giappichelli, 1980, et F. Venturi, Settecento riformatore, II, La chiesa e la repubblica dentro i loro limiti, op. cit., p. 236-249.

141 Cf. S. Landi, « Scrivere per il principe. La carriera di Domenico Stratico in Toscana (1761-1776) », Rivista storica italiana, 104-1992, p. 90-154.

142 La Chiesa e la repubblica dentro i loro limiti (éd. Rotondo), op. cit., p. 247 : « Deve lasciarsi sempre agli ecclesiastici la censura dei libri che trattano di religione, ma il giudizio dei libri profani deve risedere esclusivamente nei revisori destinati dal principe e, prescindendo dai libri che sono contrari al dogma e al buon costume, si dia libertà alla stampa, perché questa produrrà un notabile profitto allo stato. »

143 Ibidem, p. 244 : « Il miglior regolamento per diminuire gl'inconvenienti politici credo che sarebbe quello che, prima di deliberare sopra cose concernenti il pubblico, si desse la libertà ad ognuno di esporre i suoi sentimenti in carta, perché allora gli stabilimenti si approssimerebbero alla volontà generale. Il re di Svezia ha fatto cosl ed è da desiderarsi che il di lui savio esempio sia seguitato da altri regnanti » ; sur la réforme de la censure en Suède, cf. F. Venturi, Settecento riformatore, III, La prima crisi dellAntico Regime (1768-1776), Turin, Einaudi, 1979, p. 281 ; sur les relations culturelles entre la Suède et la Toscane, cf. V. Becagli, « Il Salomon du Midi et lAmi des hommes. Le riforme leopoldine in alcune lettere del marchese di Mirabeau al conte di Sheffer », Ricerche storiche, 1977, p. 137-195, et F. Abbri, « A Forgotten Dialogue : Sweden and Tuscany in the Eighteenth Century », Lychnos, 1989, p. 129-148.

144 Cf. K.M. Baker, « Politique et opinion publique sous l'Ancien Régime », op. cit., et M. Ozouf, « L'opinion publique », op. cit.

145 Cf. supra, p. 167-168.

146 L. Mannori, « La crisi dell'ordine plurale », op. cit., p. 251.

147 Un article très élogieux sur la réforme de la censure suédoise de 1766 qui introduit la liberté de la presse presque intégrale dans le royaume, paraît dans le périodique florentin « Gazzetta estera », le 21 avril 1767.

148 Sur cette réforme, qui replaçait la censure des livres dans le domaine des compétences des autorités politiques, cf. A. P. Montanari, « Il controllo della stampa ramo di civile polizia. L'affermazione della censura di Stato nella Lombardia austriaca del xviiii secolo », Roma moderna e contemporanea, 2-1994, p. 343-378, et A. Tarchetti, « Censura e censori di sua maestà imperiale nella Lombardia austriaca : 1740-1780 », in Economia, istituzioni, cultura in Lombardia nell'età di Maria Teresa, III, Bologne, Il Mulino, 1982, p. 741-792.

149 Kaunitz à Firmian, Vienne, 28 novembre 1771, cité in A. Tarchetti, « Censura e censori », op. cit., p. 755 : « Rispetto alle cautele fissate per la stampa, forse più utile di esse sarebbe stato il lasciare bensl la libertà a ciascuno di stampare, ma a condizione che tanto l'autore che lo stampatore oltre di dover esser noti entrambi al governo, rimanessero responsabili delle massime che nelle opere pubblicate si sarebbero trovate incoerenti ai principi di una sana morale e di una pura Religione per poter essere in tal caso non solamente riconvenuti e redarguiti, ma anche castigati. Questa libertà sarebbe stata solo apparente, ma di fatto e gli autori e gli stampatori non avrebbero avuto sotterfugio di avere, a norma degli ordini, subita la censura dei revisori, alcuni dei quali, o per inavvertenza o per errore o per fretta, puo somministrare dei pretesti ad impedire ogni legittima procedura contro chi manca. »

150 Efemeridi, série Ire, xxvii, c. 28, 15 janvier 1771 : « In questi due governi [...] sento che ci sono grossi lamenti sopra l'abuso di questa libertà e vuol dire cio che quando gli uomini possono fare quello che vogliono di rado fanno quello che devono [...]. Gli uomini hanno bisogno di un freno. Tutto sta che questo freno sia dolce e che non gli stringa più del dovere. Quando domando e consiglio libertà, domando e consiglio che non si faccia abuso di veruna forza. »

151 Cf. S. Landi, Il governo delle opinioni, op. cit., p. 216-222.

152 Cf. A. Alimento, « La réception des idées physiocratiques à travers les traductions : le cas toscan et vénitien », in B. Delmas, T. Demals, Ph. Steiner (dir.), La diffusion internationale de laphysiocratie (xviie-xixe), Grenoble, PUG, 1995, p. 297-313.

153 Sur les orientations de la politique ecclésiastique de la première période de Pierre Léopold, cf. M. Rosa, « Giurisdizionalismo e riforma religiosa nella politica ecclesiastica leopoldina », in Rassegna storica toscana, 11-1965, p. 257-300.

154 A titre d'exemple, en 1767, Pierre Léopold donne sa permission pour imprimer, avec la fausse indication de Lucques une dissertation théologique de Domenico Stratico favorable à la commercialisation des objets du culte dans les moments de crise économique de l'État (Dissertazione teologica sopra luso degli arredi sacri neipubblici bisogni, Lucca 1767). Cf. S. Landi, « Scrivere per il principe », op. cit., p. 123-126.

155 Cf. S. Landi, Il governo delle opinioni, op. cit., p. 242.

156 ASF, Giuseppe Pelli Bencivenni, Carte, 11, ins. 149, Affari di stampe segrete dal 1771 al 1787 ; la lettre de Seratti est accompagnée d'un registre important des ouvrages revus par Pelli selon la procédure des permissions tacites.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search