Version classiqueVersion mobile

Naissance de l'opinion publique dans l'Italie moderne

 | 
Sandro Landi

Introduction

Texte intégral

  • 1 P. Bourdieu, « L’opinion publique n’existe pas », in Questions de sociologie, Paris, Les Éditions (...)

1La notion d’opinion publique a mobilisé, comme nulle autre, le débat contemporain en sciences humaines. L’opinion publique a toutefois gardé un côté flou et presque ineffable. « L’opinion publique n’existe pas », a écrit dans un article célèbre Pierre Bourdieu1. Cette affirmation provocatrice devrait être prise au sérieux non seulement par les sociologues mais aussi par les historiens. En effet, selon quelles conditions peut-on considérer l’opinion publique comme un objet historiographique à part entière ?

  • 2 J. Habermas, Strukturwandel der Öffentlichkeit, Neuwied, Hermann Luchterand Verlag, 1962, traducti (...)

2Parmi les auteurs qui ont contribué à désigner l’opinion publique comme un objet autonome d’analyse historique et sociologique, Jürgen Habermas occupe une place d’exception. Publié en 1962, L’espace public est un exemple étonnant de longévité scientifique, un point de repère incontournable pour toute recherche qui aborde, dans une perspective historique, la naissance et l’évolution des sociétés démocratiques de masse2. Les raisons de cette persistance sont multiples et complexes, mais elles tiennent sans doute davantage à la force et à la capacité d’innovation du paradigme interprétatif proposé par cet ouvrage qu’à la quantité et à la qualité de son érudition. Au cœur de ce modèle, Habermas pose ce qui constitue l’élément fondateur de la modernité politique : la dimension de l’Öffentlichkeit (espace public). Selon cet ouvrage, le développement des moyens d’information est l’élément fondamental dans la formation des sociétés modernes. Habermas soutient que les imprimés qui circulaient en Europe à l’époque moderne ont joué un rôle décisif dans le processus de transition des régimes absolutistes à la démocratie libérale. Au xviiie siècle, grâce aux imprimés et notamment à la presse périodique, tout d’abord en Angleterre, ensuite en France et en Allemagne, aurait surgi un « espace public bourgeois », un nouveau type d’espace, correspondant à la communauté idéale des individus qui se réunissent pour lire et pour discuter librement des règles à donner à la société civile et des moyens de gouverner l’État. Visiblement, cet espace ne rentre pas dans la sphère de l’autorité publique : au contraire, il constitue le lieu, plutôt virtuel que réel, où les actions de l’État peuvent être soumises à examen et critiquées. Selon Habermas, l’usage critique de la raison fait par un public composé de personnes privées, constitue la définition la plus appropriée de l’opinion publique bourgeoise. À cette phase initiale et héroïque, Habermas oppose la dégénérescence de l’opinion publique dans les sociétés contemporaines caractérisées par une commercialisation sans limites des moyens d’informations. Le statut de l’opinion publique change alors radicalement : ce qui, au début, était un forum idéal de discussion critique et rationnelle des affaires publiques, devient, au cours du xixe et du xxe siècle, un lieu de consommation culturelle et l’espace public bourgeois se trouve ainsi dégradé et finalement transformé dans le monde fictif de la publicité commerciale, du conformisme de masse, du contrôle des opinions.

  • 3 Parmi de nombreuses contributions critiques, voir en particulier C. Calhoun (dir.), Habermas and t (...)
  • 4 S. Landi, Il governo delle opinioni. Censura e formazione del consenso nella toscana del Settecent (...)

3Un bon nombre d’études historiques ont mis en évidence les faiblesses de ce modèle, ici rapidement esquissé. De plus en plus sophistiquées, certaines analyses ont critiqué la pertinence du qualificatif « bourgeois » utilisé par Habermas dans la définition de l’espace public, en soulignant l’importance d’une opinion « populaire » active et critique à l’égard des gouvernements ; d’autres ont insisté sur son silence à l’égard de la participation des femmes3. D’autres encore ont montré le caractère peu opératoire de ce paradigme dans un contexte politique autre que celui analysé par Habermas. En particulier, le cas italien a permis de constater l’absence d’une rupture originaire et fondatrice entre l’État et l’espace public : un public émancipé de la société traditionnelle ne peut exister ici sans le soutien décisif du pouvoir politique4.

  • 5 J. Habermas, L’espace public, op. cit., p. 10.

4Ce foisonnement critique, à vrai dire étonnant pour un ouvrage de sociologie qui se tient volontairement à l’écart « de la recherche strictement historienne5 », n’a jamais remis en question, depuis sa publication, un point essentiel : l’opinion publique est conçue par Habermas comme un phénomène social dont les caractéristiques dépendent principalement du développement de l’industrie éditoriale et des comportements du public des lecteurs. Le rôle capital que le philosophe allemand attribue dans son ouvrage à la « révolution médiatique », à la diffusion et à la discussion collective, sans précédents, de textes imprimés, a produit comme résultat que l’histoire de l’opinion publique est désormais presque essentiellement envisageable dans une optique d’histoire sociale du livre et des pratiques de lecture.

  • 6 J. Raven, « Du qui au comment. À la recherche d’une histoire de la lecture en Angleterre », in R. (...)
  • 7 Pour une approche critique de la notion de « printing revolution » cf. R. Chartier, « Les représen (...)
  • 8 Voir, à titre d’exemple, l’introduction et la postface du volume collectif de B. Dooley, S.A. Baro (...)

5Un tel glissement méthodologique a conduit à deux conséquences remarquables. En premier lieu, entre le paradigme habermasien de modernité et l’historiographie du livre et de la lecture s’est instauré une sorte de cercle vicieux dans lequel le premier sert de postulat, souvent tacite, à la seconde, alors que cette dernière constitue le support empirique du premier. À juste titre, on a observé que « la pente des histoires de la lecture et du livre, lorsqu’elles se trouvent comprises et absorbées à l’intérieur d’histoires plus vastes, est de contribuer à une chronique téléologique du progrès, des Lumières et du triomphe de la démocratie6 ». Le nombre important de ces études dans les deux dernières décennies a contribué à fixer l’idée selon laquelle la masse croissante de publications et la réduction de leur format ont produit un changement d’attitude du public potentiel des lecteurs et posé les bases de l’avènement de la liberté de la presse, dont les principes sont solennellement établis dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 17897. Peu attentif aux complexités de l’histoire et, moins encore, à la rude leçon du présent, ce courant d’études n’a finalement adopté du modèle habermasien que la partie « positive » : il privilégie l’analyse de l’émergence et du triomphe de l’opinion publique libérale, sans trop se soucier de lire l’époque moderne à la lumière des contradictions et des contre-exemples qui caractérisent l’espace public libéral dans les sociétés contemporaines8.

  • 9 Pour une relecture du phénomène de la censure au-delà de la perspective de l’histoire du livre, «  (...)

6Dans leur optimisme foncier, les historiens du livre et de la lecture se condamnent à une vision linéaire de la genèse de l’espace public alors que le sens critique et même le bon sens nous obligent à regarder comme des éléments constitutifs de cet espace des phénomènes trop souvent considérés comme résiduels ou bien purement négatifs, tels que la censure ou la manipulation du discours9. Dans leur positivisme, ces historiens se dotent des moyens aptes à mesurer la consistance sociologique de l’opinion publique mais, faute de résultats certains, ils en parlent avec un degré d’approximation et de familiarité que l’on réserve d’ordinaire aux choses que l’on suppose implicites ou, du moins, admises dans le sens commun historiographique.

  • 10 À titre d’exemple, voir E. Gabba, « Pubblica opinione e intellettuali nel mondo antico », Rivista (...)

7En second lieu, cette perspective de recherche a contribué à faire oublier que l’opinion publique (utilisons pour l’instant ce terme de façon volontairement indéterminée), bien avant l’invention de l’imprimerie et l’essor des moyens d’information, existe en tant que catégorie du discours politique, avec sa consistance propre et son histoire. De notre point de vue, cette dimension constitue un objet historiographique autonome et cohérent, qui demande à être redécouvert et étudié, selon une problématique et une méthode appropriées. Cette approche implique, au préalable, une prise de distance à l’égard d’un usage anachronique des mots. Parler d’opinion publique dans le monde pré-moderne est souvent synonyme d’une attitude intellectuelle qui tend à rechercher indéfiniment dans le passé, même le plus éloigné, les signes avant-coureurs du paradigme d’opinion collective critique et rationnelle qui s’affirmerait en Europe à l’époque des Lumières10. En revanche, interpréter historiquement l’opinion publique signifie mettre entre parenthèses cette notion et se mesurer avec ses significations antérieures.

  • 11 Cf.G. Busino, « Allaricercad’unateoriadell’opinionepubblica », Giornale di storia costituzionale, (...)
  • 12 Cf. G. Cambiano, « Sofisti e opinione pubblica nell’Atene classica », Rivista Storica italiana, 11 (...)
  • 13 Voir le chapitre qu’Émile Benveniste consacre à la notion de Fas dans Le vocabulaire des instituti (...)
  • 14 Cf.M. Bettini, « Leorecchie di Hermes. Luoghi e simboli della comunicazione nella cultura antica » (...)
  • 15 Cf. M. A. Giua, « Sul significato dei rumores nella storiografia di Tacito », Rivista Storica ital (...)
  • 16 Platon, Les Lois, II, Paris, Les Belles Lettres, 1976, p. 54 (664a) ; sur la lecture de cet ouvrag (...)
  • 17 M. Ozouf, « L’opinion publique », in K.M. Baker (dir.), the political culture of the old regime, O (...)

8Entre l’opinion publique des Anciens et celle qui est parvenue à l’usage contemporain il y a un écart, aussi bien d’un point de vue ontologique que politique. Les Anciens ne font pas la différence entre le statut de l’opinion individuelle et celui des opinions collectives : dans les deux cas, l’opinion (doxa) occupe une vaste région médiane, située entre l’ignorance et la connaissance, étrangère à la preuve, encline à la contradiction et parfois contraire à la raison11. Pour les Sophistes, qui traitent ce sujet de façon approfondie, tant l’opinion des individus que celle de la cité sont directement associées à la sphère des émotions et l’analyse de la nature des opinions est indissociable d’une doctrine de la persuasion. Le discours public ne communique pas la vérité ni ne prétend l’enseigner : selon Gorgias, tout locuteur s’adresse à la doxa des auditeurs, foncièrement instable et pour cette raison manipulable selon sa propre volonté12. Pour autant, la réflexion sur la doxa ne se limite pas à une constatation de sa fragilité structurelle. À cause de son caractère liminaire, à mi-chemin entre le domaine de la connaissance rationnelle et celui des sentiments, l’opinion, en particulier l’opinion collective qui s’exprime dans la rue, est dotée du pouvoir quasi divin de prévoir l’avenir et de signaler les changements en cours13. C’est pour cette raison que les voix et les phrases colportées dans les lieux publics (kledónes) font l’objet d’une herméneutique et d’une divination14 ; c’est également pour cette raison que Tacite, ne doutant point de leur réalité et efficacité, place les opinions collectives (rumores) au centre de son intrigue historique, en leur attribuant le rôle d’indices des motivations cachées des événements15. Qu’elle appartienne au domaine du discours philosophique et historiographique ou à celui des pratiques religieuses, l’opinion publique dans l’Antiquité est, dans tous les cas, l’expression presque physique d’un collectif : les opinions individuelles ainsi que le débat d’opinions n’ont de la valeur que s’ils convergent vers une communauté d’opinions. Ce n’est pas un hasard si dans les Lois de Platon, l’un des textes les plus étudiés à la Renaissance, le législateur se voit attribuer la tâche suprême de faire en sorte « qu’une communauté […] ne cesse toute entière d’exprimer […], autant que possible, une seule et même opinion tout au long de son existence, dans les chants, les légendes et les discours16 ». Loin d’être circonscrite à l’Antiquité, cette acception d’opinion publique perdure jusqu’au xviiie siècle et confère à ce concept une ambiguïté durable, comme Mona Ozouf l’a montré dans un article attentif à la complexité des mots17.

  • 18 Cf. E. Tortarolo, « Opinion publique tra Antico Regime e rivoluzione francese. Contributo a un voc (...)

9Si la conception libérale d’opinion publique ne connaît qu’un avènement tardif dans le lexique européen18, le moment où l’opinion collective atteint l’épaisseur de phénomène politiquement majeur est en revanche sans aucun doute antérieur. Une série de questions s’imposent à notre attention : à partir de quel moment la doxa collective, cette entité marginale et fugace pour les Anciens, devient un lieu central du discours politique de la modernité ? Quels changements ont rendu possible l’émergence de ce nouvel acteur politique ? Comment a-t-il pu devenir aussi envahissant ?

  • 19 I. Hacking, The emergence of the probability, Cambridge, Cambridge University Press, 1975, traduct (...)
  • 20 B. Castiglione, Le livre du courtisan, éd. A. Pons, Paris, Flammarion, 1991, p. 36.

10La question du changement occupe une place importante dans les pages qui suivent, mais dans une optique différente de celle employée par les historiens du livre et de la lecture : ce qui nous intéresse est principalement la transformation culturelle et anthropologique qui a élargi l’espace du pensable et permis l’émergence de ce concept. L’ouvrage d’« épistémologie historique » consacré par Ian Hacking à l’émergence de la probabilité dans le discours scientifique moderne a représenté l’une des sources d’inspiration de ce travail19. Dans notre perspective, le monde ancien de la doxa subit une mutation à la Renaissance et se transforme en en monde où le rapport entre l’opinion et la connaissance, entre l’opinion et la vérité devient décidément favorable à la première. Comme le dit presque accidentellement Baldassar Castiglione, l’un des témoins les plus lucides de cette époque, « la vérité demeure cachée et […] je ne me vante pas d’avoir cette connaissance20 ».

  • 21 Cf.J.-P. Cavaillé, « De la construction des apparences au culte de la transparence », Littératures (...)
  • 22 Ainsi Machiavel dans une lettre à Francesco Vettori datée du 10 décembre 1513 : Lettere a Francesc (...)

11La péninsule italienne – et tout particulièrement Florence – est un lieu privilégié pour étudier cette révolution inaperçue. C’est en effet ici, autour des deux premières décennies du xvie siècle, que la politique est soumise au regard impitoyable d’une nouvelle génération d’écrivains et d’hommes d’action. Issus de générations de marchands, plus proches, par affinités familiales et culturelles, de ces hommes froids qui couraient le monde et en étaient experts, que des intellectuels de cour et des universitaires, des écrivains tels que Machiavel et Guichardin opèrent une critique radicale des auctoritates, des sources coutumières de légitimation du discours. À cette éclipse de toute vérité non fondée sur une sévère expérience des choses, correspond un élargissement sans précédents de la perception de la réalité politique. La notion de « vérité effective » (verità effettuale) employée par Machiavel dans le prince, est révélatrice d’un bouleversement de l’ontologie traditionnelle : la vérité ne se rapporte plus exclusivement à l’être, à ce qui est, mais aussi à ce qui fait semblant d’être ou qui existe seulement dans l’imagination des individus21. Les opinions collectives, ce domaine vaste et mal connu que composent « les humeurs diverses et les différents caprices des hommes22 », font ainsi irruption dans l’horizon clos de la théorie politique et imposent, en même temps, de repenser la pratique politique. Leur valorisation, en quelque sorte paradoxale de la part d’écrivains avides de réalité, permet, nous le verrons, de reformuler sur des bases nouvelles le rapport que les gouvernants entretiennent avec les gouvernés, le problème de la transparence et de la publicité du pouvoir, de repenser, finalement, la nature même de la communication politique. En inversant le point de vue des historiens du livre et de la lecture, on pourrait même affirmer que les moyens d’information sont un facteur de transformation car, préalablement et en même temps, l’étrange sagesse du peuple a pu devenir un sujet/objet politique de premier plan dans le monde politique moderne.

  • 23 Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Frankfurt, Suhrkamp, 1979 ; traduction fr (...)
  • 24 R. Koselleck, Le futur passé, op. cit., p. 15, et les observations sur ce point de H. E. Bödeker, (...)
  • 25 Cf J.G.A. Pocock, « The Concept of a Language and the “métier d’historien” : Some Considerations o (...)

12Pour comprendre cette transformation et pour mener cette enquête, la méthode explorée par les historiens des concepts et du discours politique nous a semblé la plus adaptée. Dans cette méthode, toute distinction arbitraire entre histoire, philosophie et littérature est destinée à tomber : l’historien se retrouve soudainement confronté à une pluralité de textes comme sources primaires et au langage comme voie privilégiée pour comprendre des mondes différents du sien. De l’histoire sociale des concepts, notamment de l’ouvrage capital de Rein-hart Koselleck sur la sémantique historique23, nous retenons en particulier l’idée selon laquelle les concepts ont une valeur extra-linguistique et que l’émergence de nouveaux concepts est, en même temps, indicateur et facteur de changement politique et social24. De l’historiographie, majoritairement anglophone, sur le discours politique, nous acceptons l’invitation à ne pas isoler les concepts mais à les considérer comme inscrits dans un large contexte et souvent à la croisée de différents discours spécialisés (philosophique, juridique, etc.)25.

  • 26 Q. Skinner, « Language and Political Change », in T. Ball, J. Farr, R. L. Hanson (dir.), Political (...)

13Notre intention est ici est d’essayer de comprendre comment, à l’intérieur de la tradition linguistique italienne et à partir d’un lexique déterminé, un nouveau concept d’opinion collective émerge au xvie siècle et comment cet événement modifie durablement aussi bien le domaine du discours que celui des pratiques de gouvernement. Dans un premier temps, nous nous sommes attachés en particulier à étudier ce moment génétique, en accordant le maximum d’importance au travail de déconstruction d’anciennes catégories de la culture républicaine florentine et de construction d’un nouveau sens politique, mis en œuvre principalement par Machiavel et son contemporain Guichardin, parfois dans un dialogue à distance, moins conflictuel, en vérité, que celui qui nous a été légué par la tradition littéraire. À ce stade, notre problème a été de comprendre dans quel contexte le processus de conceptualisation a pu se réaliser, quels sont les matériaux dont les auteurs se servent et quelles sont les conséquences de leur découverte. Selon une règle commune aux historiens du discours politique, un concept est opératoire à partir du moment où il fait l’objet d’un débat et donne lieu à un lexique correspondant qui permettrait de le commenter et de l’articuler26. À cette approche trop intellectualiste, nous avons préféré une autre voie, pas encore suffisamment explorée, qui consiste à étudier comment un nouveau concept – le cas échéant le concept d’opinion collective – devient constitutif d’une nouvelle culture gouvernementale. Selon notre hypothèse, l’opinion publique a une importance constitutionnelle dans l’État moderne, puisque sa présence oblige à reconsidérer l’espace de la souveraineté du prince et à mettre en œuvre de nouveaux outils intellectuels et de nouvelles techniques de gouvernement.

  • 27 Cf. O. Rouchon, « L’invention du principat médicéen (1512-1609) », in J. Boutier, S. Landi, O. Rou (...)

14Le terrain d’analyse, constitué au début principalement par des textes majeurs de la théorie politique, s’est progressivement déplacé vers le langage employé par des hommes qui opèrent en présence d’un prince, Côme Ier duc de Florence et grand-duc de Toscane, et en relation directe avec un projet de construction étatique parmi les plus complexes et originaux du contexte italien et européen27. Notre attention s’est concentrée en particulier sur l’émergence du concept de censure, un mot ancien et désuet, exhumé par des érudits au xvie siècle et rapidement adapté aux exigences multiples du nouveau pouvoir princier. En faisant abstraction d’une vision trop étroite qui relie essentiellement la censure à la sphère du livre et de la lecture, l’archéologie de ce mot permet de montrer, d’un côté, son antériorité par rapport aux progrès de l’imprimerie et aux problèmes qu’elle soulève auprès des autorités, de l’autre son rapport presque indissociable avec le domaine des opinions collectives. Dans le discours politique, censure et opinion publique, loin d’être deux réalités farouchement antinomiques, comme on pourrait le croire, révèlent une complémentarité profonde qui demande à être vérifiée sur le terrain des normes et des pratiques de gouvernement.

15Le troisième volet de cette enquête est ainsi consacré à la définition du champ de la censure dans l’État toscan entre xvie et xviiie siècle. Nous avons ici essayé de mettre en évidence les origines « civiles » de la censure, sa continuité et cohérence en tant que vaste projet politique capable de s’adapter, après le Concile de Trente, à la dynamique des rapports de force entre la juridiction du prince et celle de l’Église. La spécialisation de la censure dans le domaine du livre et de la lecture permet en outre de considérer l’ensemble de ces pratiques comme le terrain réel et symbolique où, au cours du xvie et du xviie siècles, devient peu à peu envisageable une nouvelle forme de consensus : celui-ci ne paraît plus seulement fondé sur un prince qui - selon la formule machiavélienne – sait gouverner l’opinion insensée du peuple, mais aussi sur la maîtrise et la formation de l’opinion, potentiellement raisonnable, d’individus qui savent lire et écrire.

  • 28 Cf. G. Folena, L’italiano in Europa. esperienze linguistiche del Settecento, Turin, Einaudi, 1983, (...)

16La dernière partie de cette recherche, s’arrête sur la question de l’opinion et de son gouvernement dans le discours politique de la seconde moitié du xviiie siècle. Cette attention spécifique paraît se justifier en raison de l’importance attribuée, aussi bien par les acteurs politiques de cette époque que par l’historiographie sur le xviiie siècle, aux catégories de « public »et d’« opinion-publique » :l’emploi de cette expression est en effet attesté pour la première fois, dans le lexique politique italien, en 176828. Alors qu’un courant historiographique se réclamant des Lumières a célébré la naissance, presque sans précurseur, au xviiie siècle d’une opinion publique comme entité socioculturelle distincte et opposée à l’espace du pouvoir, l’analyse du discours politique met en évidence une réalité sensiblement différente. Cette analyse nous rappelle que la dimension sociologique de l’opinion ne devrait jamais être séparée de l’usage que les contemporains font des mots qui servent à la définir. On peut ainsi repérer un discours sur l’opinion qui se nourrit d’un savoir gouvernemental pluriséculaire et qui trouve des applications inédites dans les systèmes de police naissants. Toutefois, la véritable nouveauté est ailleurs. Elle est dans la découverte du potentiel idéologique et polémique de ces catégories dans un contexte général caractérisé par le reniement des arcana imperii et par l’adoption de la part de l’État absolutiste de l’idéologie de la transparence et du bien public.

17Tout bien considéré, c’est à partir du moment où le secret n’est plus rentable en termes de communication que ces catégories exprimant la publicité du pouvoir font une entrée retentissante dans le lexique ordinaire de la politique. Leur étude, au cœur même de l’action politique, met en évidence leur caractère éminemment pragmatique : dans le discours de fonctionnaires et de ministres, ils ont le rôle de concepts « antagoniques », spécifiquement utilisés dans l’objectif de légitimer un choix ou une réforme et de désavouer des opposants ; sous la plume d’intellectuels et de traducteurs, ils servent le plus souvent à faire penser la politique autrement, à ouvrir des horizons d’attente nouveaux et indéfinis. Rien d’autre que des simulacres, en fin de compte, mais des simulacres qu’une imprimerie triomphante et une censure de plus en plus libérale rendent désormais disponibles à un public que l’on devine avide de lectures et d’imaginations.

  • 29 À ce propos, pour le contexte italien, cf. G. Civile, « Per una storia sociale dell’opinione pubbl (...)

18Une dernière précision : ce livre ne prétend pas que l’opinion publique dans l’Italie moderne est pour l’essentiel un phénomène discursif, un simple artifice rhétorique. Il ne nie pas que l’opinion publique implique également l’existence de pratiques non discursives, que l’historiographie commence, depuis quelques temps, à prendre sérieusement en compte29. En revanche, cet essai se propose de contribuer à une meilleure connaissance historique de cette réalité discursive, dans le but de permettre une approche moins rhétorique, moins faussée par l’idéologie, de cette vaste réalité qui lui est totalement irréductible. Deux histoires de l’opinion publique sont ainsi envisageables : l’une ne contredit pas l’autre, au contraire, l’une est susceptible d’illuminer l’autre.

19Ce livre d’histoire doit beaucoup à l’amitié d’historiens, de littéraires et de juristes qui m’ont manifesté leur intérêt, leurs critiques et leur soutien. Avec Jean Boutier et Olivier Rouchon, je partage depuis longtemps le goût pour les lectures et les discussions sur l’Italie moderne : ce livre est aussi le résultat d’un travail commun qui est en marche. Ma dette est grande à l’égard de maîtres et de collègues qui ont lu ces pages et discuté mes interprétations : je rappelle en particulier Antonella Alimento, Franco Angiolini, Roberto Bizzocchi, Jacques Chiffoleau, Robert Descimon, Frédéric Dutheil, Elena Fasano-Guarini, Dominique Julia, Luca Mannori, Mario Mirri, Michel Plaisance, Adriano Prosperi, Marcello Verga, Jean-Claude Waquet. Je garde très vif le souvenir amical d’Alessandra Contini. À Christian Marchaud et à Claudius Vit je dois la relecture du manuscrit et une aide précieuse dans la traduction des textes. L’Université Michel de Montaigne de Bordeaux et le laboratoire SHADYC de l’EHESS de Marseille m’ont offert les conditions intellectuelles et matérielles les meilleures pour mener à bien mon projet. Depuis la période heureuse de l’Institut Universitaire Européen, Marie-Claire Ponthoreau illumine mes idées et m’accompagne dans mes errements. Ce livre est dédié à mes anciennes racines toscanes, Adriana et Silvano.

Notes

1 P. Bourdieu, « L’opinion publique n’existe pas », in Questions de sociologie, Paris, Les Éditions de minuit, 1984, p. 222-235.

2 J. Habermas, Strukturwandel der Öffentlichkeit, Neuwied, Hermann Luchterand Verlag, 1962, traduction française L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1978.

3 Parmi de nombreuses contributions critiques, voir en particulier C. Calhoun (dir.), Habermas and the public Sphere, Oxford Mass., MIT press, 1992 ; J. Guilhaumou (dir.), Pouvoir et légitimité. Figures de l’espace public, Paris, Éditions de l’EHESS, 1992 ; J.B. Thompson, The media and modernity. A Social theory of the media, Cambridge, Polity Press, 1995, L. Lacchè (dir.), L’opinione pubblica, numéro monographique de la revue Giornale di Storia costituzionale, 6-2003, avec une bibliographie très riche.

4 S. Landi, Il governo delle opinioni. Censura e formazione del consenso nella toscana del Settecento, Bologne, Il Mulino, 2000.

5 J. Habermas, L’espace public, op. cit., p. 10.

6 J. Raven, « Du qui au comment. À la recherche d’une histoire de la lecture en Angleterre », in R. Chartier (dir.), Histoires de la lecture. Un bilan des recherches, Paris, Imec éditions, 1995, p. 141-163, citation à la p. 142.

7 Pour une approche critique de la notion de « printing revolution » cf. R. Chartier, « Les représentations de l’écrit », in Culture écrite et société. L’ordre des livres (xive-xviiie siècles), Paris, Albin Michel, 1996, p. 17-43 ; A. Johns, The Nature of the book. print and Knowledge in the making, Chicago-London, University of Chicago Press, 1998, p. 1-57, et « How to acknowledge a Revolution », in American Historical review, 107-2002, p. 106-125.

8 Voir, à titre d’exemple, l’introduction et la postface du volume collectif de B. Dooley, S.A. Baron (dir.), The politics of information in early modern Europe, Londres et New York, Routledge, 2001 ; dans une optique analogue A. Briggs, P. Burke, A Social History of the media. From Gutenberg to internet, Cambridge-Oxford, Polity Press, 2000.

9 Pour une relecture du phénomène de la censure au-delà de la perspective de l’histoire du livre, « as a mechanism for legitimating and deligitimating access to discourse », cf. R. Burt, Licensed by Authority. ben Jonson and the discourses of censorship, Ithaca, Cornell Un. Press, 1993 ; le thème de la censure comme phénomène résiduel est abordé par Habermas dans le chapitre iii de l’Espace public, op. cit.

10 À titre d’exemple, voir E. Gabba, « Pubblica opinione e intellettuali nel mondo antico », Rivista Storica italiana, 110-1998, p. 5-17.

11 Cf.G. Busino, « Allaricercad’unateoriadell’opinionepubblica », Giornale di storia costituzionale, 6-2003, p. 17-33, en particulier à la p. 17 et l’article de B. Cassin, Ch. Baladier, « Doxa », in B. Cassin (dir.), Vocabulaire européen des philosophies, Le Seuil-Robert, 2004, p. 327-329.

12 Cf. G. Cambiano, « Sofisti e opinione pubblica nell’Atene classica », Rivista Storica italiana, 110-1998, p. 18-37.

13 Voir le chapitre qu’Émile Benveniste consacre à la notion de Fas dans Le vocabulaire des institutions indoeuropéennes, II, Pouvoir, droit, religion, Paris, Les éditions de minuit, 1969, p. 133-142.

14 Cf.M. Bettini, « Leorecchie di Hermes. Luoghi e simboli della comunicazione nella cultura antica », in Le orecchie di Hermes. Studi di antropologia e letterature classiche, Turin, Einaudi, 2000, p. 1-51.

15 Cf. M. A. Giua, « Sul significato dei rumores nella storiografia di Tacito », Rivista Storica italiana, 110-1998, p. 39-59.

16 Platon, Les Lois, II, Paris, Les Belles Lettres, 1976, p. 54 (664a) ; sur la lecture de cet ouvrage à la Renaissance, cf. infra p. 33.

17 M. Ozouf, « L’opinion publique », in K.M. Baker (dir.), the political culture of the old regime, Oxford, Pergamon Press, 1987, p. 419-434 : « L’archaïsme et le moderne ne représentent pas deux moments, mais deux faces d’un concept effectivement contradictoire qui suppose de penser en même temps les divergences et l’unité. » (p. 431.)

18 Cf. E. Tortarolo, « Opinion publique tra Antico Regime e rivoluzione francese. Contributo a un vocabolario storico della politica settecentesca », rivista Storica italiana, 102-1990, p. 5-23.

19 I. Hacking, The emergence of the probability, Cambridge, Cambridge University Press, 1975, traduction française (avec une nouvelle préface de l’auteur) L’émergence de la probabilité, Paris, Le Seuil, 2002.

20 B. Castiglione, Le livre du courtisan, éd. A. Pons, Paris, Flammarion, 1991, p. 36.

21 Cf.J.-P. Cavaillé, « De la construction des apparences au culte de la transparence », Littératures classiques, 34-1998, p. 73-102, en particulier à la p. 76.

22 Ainsi Machiavel dans une lettre à Francesco Vettori datée du 10 décembre 1513 : Lettere a Francesco Vettori e a Francesco Guicciardini, éd. de G. Inglese, Milan, Rizzoli, 1989, p. 194-195.

23 Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Frankfurt, Suhrkamp, 1979 ; traduction française Le futur passé. contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Ed. de l’EHESS, 1990 ; dans le vaste débat interdisciplinaire suscité par la méthode de la Begriffsgeschichte, voir en particulier l’ouvrage collectif dirigé par I. Hampser-Monk, K. Tilmans, F. Van Vree, History of concepts. Comparative perspectives, Amsterdam, Amsterdam University Press, 1998.

24 R. Koselleck, Le futur passé, op. cit., p. 15, et les observations sur ce point de H. E. Bödeker, « Concepts – Meaning – Discourse. Begriffsgeschichte Reconsidered », in History of concepts, op. cit., p. 51-64 ; pour une mise en perspective de ce courant d’études à l’intérieur du débat historiographique des années 1990, cf. R. Bizzocchi, « Storia debole, storia forte », Storica, 2-1996, p. 93-114, à la p. 110.

25 Cf J.G.A. Pocock, « The Concept of a Language and the “métier d’historien” : Some Considerations on Practice », in A. Pagden (dir.), The Languages of Political Theory in Early-Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1987, p. 19-38 ; T. Hall, “Conceptual History and the History of Political Thought”, in History of Concepts, op. cit., p. 75-86.

26 Q. Skinner, « Language and Political Change », in T. Ball, J. Farr, R. L. Hanson (dir.), Political Innovation and Conceptual Change, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 7-23.

27 Cf. O. Rouchon, « L’invention du principat médicéen (1512-1609) », in J. Boutier, S. Landi, O. Rouchon (dir.), Florence et la Toscane xive-xixe siècles. Les dynamiques d’un État italien, Rennes, PUR, 2004, p. 65-89.

28 Cf. G. Folena, L’italiano in Europa. esperienze linguistiche del Settecento, Turin, Einaudi, 1983, p. 35.

29 À ce propos, pour le contexte italien, cf. G. Civile, « Per una storia sociale dell’opinione pubblica : osservazioni a proposito della tarda età liberale », Quaderni storici, 25-2000, p. 469-504, et A. Chiavistelli, Dallo Stato alla nazione. Costituzione e sfera pubblica in Toscana dal 1814 al 1849, Rome, Carocci, 2006.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search