Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Républiques en armes

 | 
Clément Thibaud

Chapitre II. La « guerre à mort », constitution de la guerre civile au Venezuela (1812-1813)

Texte intégral

  • 1 Miranda estime que ces révoltes constituent la principale raison de sa capitulation dans le « Memo (...)
  • 2 M. Izard, El miedo…, op. cit..
  • 3 S. Bolívar, septembre 1815, CL, i, p. 240
  • 4 P. Blanchard constate lui aussi le loyalisme des esclaves dans la première phase de la révolution, (...)

1L’une des raisons qui conduisit Miranda à signer la capitulation de juillet 1812 fut la menace que faisait peser sur ses arrières les esclaves révoltés de Barlovento1. L’épisode nous semble avoir d’autant plus d’importance qu’il est mis au second rang des préoccupations historiographiques pour une raison simple, qu’avait évoquée Miquel Izard dans son ouvrage sur la révolution au Venezuela2. Comment justifier, dans une optique nationaliste, que les groupes dominés de la population se soient soulevés contre leurs libérateurs après un « joug de trois siècles » ? La contradiction étonnait déjà Simón Bolívar, qui l’expliquait, avec les autres próceres, par l’ignorance, l’intériorisation du despotisme et des structures de domination au sein des haciendas3. Pour nous, elle n’a rien d’extraordinaire dans le cadre d’une société profondément hiérarchisée comme l’était le Venezuela de l’Ancien Régime4. Les communautés obéissaient à leurs têtes naturelles, au premier rang desquelles les hommes d’Eglise, même si ces allégeances n’avaient pas de caractère absolu ni mécanique. Pour défendre le vrai Dieu, la foi et le roi, des mouvements populaires anti-patriotes se produisirent, suscités et conduits par les autorités ecclésiastiques et militaires loyalistes. Mais – et c’est la grande nouveauté – leur cours échappa aux tutelles, pour un temps seulement.

2Ainsi faut-il placer les révoltes de juillet 1812 en préface à l’histoire de la « guerre à mort » au Venezuela. L’historiographie ne rend pas justice à leur place dans l’économie de la révolution. C’est à ce moment que les combats s’affranchissent en effet de la structure corporative de la société pour confronter des groupes apparus dans le conflit. La dynamique de politisation des secteurs populaires, majoritairement de couleur, assemble des revendications contradictoires : à l’expression des rancœurs anciennes et au désir de vengeance se mêlent la défense de certains équilibres communautaires ; à l’espoir de la liberté, pour les esclaves, répond celui d’une promotion vers la blancheur, pour les métis.

Les soulèvements serviles et les débuts de la guerre populaire

3Décrire et comprendre la « Vendée » servile qui saisit le Venezuela de mai à juillet 1812 est malaisé. Qu’elles soient loyalistes ou patriotes, les sources soulignent avec effroi le caractère monstrueux de ces tumultes à partir d’un point de vue extérieur. Les insuffisances de la documentation empêchent de saisir de manière fine la composition de la révolte, les objectifs des insurgents et ses formes d’organisation.

  • 5 Voir V. Hébrard, Le Venezuela indépendant…, op. cit., p. 52-56.

4La question est pourtant cruciale dans l’économie générale de la guerre. Certes, dès le début de l’érection des juntes, les multitudes « indéfinies et indéfinissables » selon l’expression de Véronique Hébrard, avaient participé aux événements politiques, à la grande crainte des pouvoirs qui se constituaient5. Les émeutes du 22 octobre, où les gens de couleur de Caracas s’étaient soulevés à l’appel de certains membres de la Société Patriotique, avaient établi un précédent. Mais ces désordres ne furent que des fièvres passagères, du reste favorables aux radicaux et à Miranda en particulier, qui réprima le soulèvement de Valencia quelques jours après la déclaration d’Indépendance en juillet 1811. Les mouvements de 1812 eurent une autre ampleur. En suscitant le soulèvement de 7 000 Noirs, mulâtres et métis hors du cadre milicien, les autorités loyalistes créaient une situation qui ne pouvait que leur échapper.

  • 6 « Ley marcial », La Victoria, 19 juin 1812, La forja…, op. cit., p. 90-94, article 6, p. 93.
  • 7 Cf. J. V. Lombardi, « Los esclavos en la legislación republicana de Venezuela », Boletín histórico(...)
  • 8 « Memoria del Arzobispo Illmo. Señor Coll y Prat », Caracas, le 25 août 1812 in Narciso Coll y Pra (...)

5Comment naquirent les émeutes des Noirs et des esclavitudes contre la Confédération dans les vallées situées à l’Est de Caracas ? Le témoignage de l’archevêque de Caracas, Narciso Coll y Prat, arrivé à Caracas au lendemain de la constitution de la junte d’avril 1810, est fondamental pour éclairer les origines de la révolte. Sa participation directe aux événements en fait un témoin partial autant qu’un acteur central. Le prélat dit avoir été scandalisé par un article de la loi martiale édictée le 19 juin 1812 par Miranda et l’exécutif confédéral6. Celui-ci aurait octroyé la liberté aux esclaves soldats, après dix ans de service, mais le texte ne dit rien de ce genre ; il oblige en revanche certaines catégories de clercs à prendre les armes pour sauver la « patrie en danger »7. Plus : la « promesse » de Miranda est postérieure à celle des fidèles des Cortès. Toujours est-il que la rumeur de libération causa des « effervescences8 ».

  • 9 F. Langue, « La pardocratie ou l’itinéraire d’une “classe dangereuse” dans le Venezuela des dix-hu (...)
  • 10 J. V. Lombardi, People and Places…, op. cit., p. 407.
  • 11 « Memoria del Arzobispo Illmo. Señor Coll y Prat », Caracas, le 25août 1812 in N. Coll y Prat, Mem (...)

6La région de l’Est de la province de Caracas était alors parsemée de grandes propriétés agricoles où vivait une nombreuse population noire. Cette province de Barlovento concentre, dans les plantations de canne à sucre, une bonne partie des esclaves vénézuéliens. On y est majoritairement noir, libre ou de condition servile, et les « Espagnols », c’est-à-dire les Blancs, ou tenus pour tels, n’y forment qu’une petite minorité (moins de 10 %)9. Les gens de couleur, libres ou esclaves, représentent 91 % de la population, proportion légèrement supérieure à celle des villages alentours, d’après des recensements de John Lombardi10. La plupart des propriétaires terriens locaux avaient soutenu les nouveautés de 1810, même s’ils ne faisaient pas directement partie des élites de l’Indépendance. Dans ces conditions, l’archevêque de Caracas pensa pouvoir exploiter les oppositions latentes entre main-d’œuvre servile et hacendados. Il adressa une lettre pastorale aux curés de ces « lieux où vivent beaucoup d’esclaves » afin de prêcher l’engagement pour le roi. Comment pouvait-on avoir confiance en la parole des soi-disant patriotes, qui ne respectaient pas même la vie des prêtres ? Comment pourrait-on mettre en balance les promesses du seigneur naturel de la Castille, roi des Espagnes et des Indes, avec celles des représentants d’une chimérique république fraîchement proclamée, fille de la révolution et vraie « diablocratie »11 ?

7Rien n’est sûr à propos des voies par lesquelles cet appel se fraya jusqu’aux intéressés – probablement par le biais des curés de village – ni des mécanismes de l’engagement, ni des formes d’encadrement de ce soulèvement, mais il est sûr que le stratagème du prélat fonctionna si bien que la région entra en émoi. Entre mai et juin 1812 se formèrent en bataille une nuée de rebelles, qui menaçaient les arrières de Miranda.

  • 12 Lettre de Bolívar, du 20 septembre 1813, citée in J. de Austria, Bosquejo de historia militar, op. (...)

8Qui étaient ces hommes révoltés, que la plupart des sources nomment esclavitudes ? Le témoignage le plus précis à cet égard est celui de Simón Bolívar. Selon lui, les rebelles étaient des « Noirs, libres et esclaves », aux ordres des agents de Monteverde. Armés d’armes blanches, de sabres, de machettes et de gourdins, ils pillèrent et tuèrent les vecinos suspects de républicanisme dans les cités de San Juan de los Morros, Calabozo, Guatire ; certains possédaient des pistolets malgré la traditionnelle interdiction faite aux castas de porter des armes12. Le mouvement rassemblait au-delà de la simple catégorie servile ; mais la base « raciale » en était fondamentale. Il est intéressant de noter que les loyalistes ont souhaité porter leurs efforts de propagande politico-religieuse dans ce cadre social particulier. Les élites créoles avaient une mentalité paternaliste vis-à-vis des castas. Nul sentiment de peur ou de menace sérieuse ne transparaît encore à l’égard des Noirs, comme à Haïti, bien qu’ils aient représenté une large majorité. Contrairement aux colons anglais et français, les grands propriétaires terriens de Terre-Ferme, surnommés mantuanos, se vivaient comme de grands seigneurs sans ambition productiviste. Pour eux, les Indes de Castille n’étaient pas des factoreries comparables aux îles à sucre anglaises, françaises ou hollandaises. La pression sur la main-d’œuvre y étant beaucoup moins forte que dans les autres colonies, la paix sociale devait régner. Comme l’affirme Bolivar au rédacteur de la Royal Gazette of Jamaica, en 1815 :

  • 13 Simón Bolívar, septembre 1815, CL, i, p. 240, reprenant une remarque du voyageur français François (...)
  • 14 CL, i, p. 241.
  • 15 Voir la lettre de Bolivar à l’amiral de la Barbade, 17 juin 1814 (CL, i, p. 136-138).

9« L’Espagnol américain a fait de son esclave le compagnon de son indolence13 », ajoutant : « L’esclave, en Amérique espagnole, végète ; abandonné par son maître dans les haciendas, [il] jouit de son inaction, de la maison du maître et d’une grande partie des biens de la liberté. » Très religieux, « il considère son état comme naturel et se pense comme un membre de la famille de son maître, qu’il aime et respecte14 ». Que ces affirmations soient vraies ou fausses importe peu ici. Ces traits de mentalité paternaliste rendaient les patriciens américains peu sensibles à la menace d’une subversion victorieuse des esclaves ou des castas15.

  • 16 N. Coll y Prat, Memoriales sobre la Independencia de Venezuela, op. cit. p. 65.
  • 17 Ibid., p. 63-64.

10Si les soulèvements de 1812 commençèrent sous l’impulsion des autorités ecclésiastiques, ils s’affranchirent bientôt de cette tutelle. C’était sans doute la première fois qu’un évêque appelait à la sédition contre le gouvernement de la contrée. Cette lutte des autorités ouvrait un espace de liberté à des mouvements qui échappaient aux logiques antirépublicaines de l’encadrement loyaliste. Du reste, Domingo Monteverde ne croyait pas en l’obéissance des gens de Barlovento. Après l’avoir consulté, l’archevêque Coll y Prat voulut mettre fin aux désordres. Il rédigea une pastorale « pour féliciter [les insurgents] et les remercier de leur excellente conduite pour défendre la très juste cause du roi ». Curés de confiance et tenientes justicia des villages se chargèrent de la diffusion du message du prélat : les esclaves devaient retourner « à l’ombre de leur maître16 », pour jouir de la tranquillité et de la paix qu’ils avaient contribué à reconquérir17. Alliée aux démonstrations de force de Monteverde, la stratégie des autorités loyalistes fonctionna. Les rebelles abandonnèrent les armes pour rejoindre leurs cases (conucos).

11Les dégâts furent pourtant considérables, comme l’atteste le témoignage de l’archevêque, marqué par les préjugés raciaux et la crainte rétrospective :

  • 18 « Exposición de 1818 », Ibid., p. 226.

« [c]es nègres esclaves et libres […] prirent les armes à la suite de la proclamation de la loi martiale, et suivirent le juste parti de la Nation. […] Ce nuage de corbeaux ne pensa à rien d’autre qu’à s’acharner sur les cadavres des Blancs. Ils supposaient, dans leur naturelle férocité, que j’étais prisonnier au site de Ñaraulí et ils aspiraient […] sous prétexte qu’ils suivaient le parti de V. M. à mettre tout à feu et à sang, à continuer leurs vols, à mettre la Ville [Ciudad] à sac, […] et à y exécuter des assassinats sans distinction de sexe ni d’âge, comme ils l’avaient fait dans la vallée de Caucagua, et autres lieux sur leur chemin18 ».

  • 19 19. Informe del ayuntamiento de Caracas, 3 octobre 1812, AGI, Gobierno, Caracas, leg. 62, fol. 10. (...)

12Le Cabildo de Caracas, encore saisi en octobre 1812, diffère sur les détails mais pas sur le fond19.

13La révolte des esclaves devait rétablir le gouvernement du roi. En ce sens, ce furent des soulèvements traditionnels. Mais la Vendée de Curiepe ne se résumait pas à une jacquerie servile. La guerre civile entre patriotes et loyalistes permettait l’expression des antagonismes sociaux. Le soulèvement des Noirs se transforma, dans sa forme et ses buts, au fur et à mesure que les victoires se succédèrent. S’il ne suscita jamais la sympathie des témoins qui en laissèrent témoignage, c’est parce que ces groupes de couleur tendaient à échapper au contrôle des « têtes naturelles », reprenant le mot d’ordre d’égalité que publiaient les constitutions libérales des deux partis : celle de Cadix pour les régentistes, celle de la Confédération pour les patriotes. La révolte se retourna en effet contre ceux qui l’avaient fomentée. Des esclaves tuèrent leur maître, ou, plus souvent, leur majordome.

  • 20 Il suffit, pour s’en convaincre, de lire le suggestif article de F. Brito Figueroa, « Venezuela co (...)
  • 21 Voir au sujet des révoltes noires et serviles : C. Parra-Pérez, Historia de la primera república d (...)

14Ces rébellions avaient de nombreux antécédents historiques20. Dans ces mêmes provinces, le Negro Guillermo, esclave d’un riche propriétaire de la Province de Caracas, avait conduit un soulèvement servile qui avait embrasé les vallées d’Aragua, du Tuy et de Barlovento, jusqu’aux Llanos et à l’Oriente. Dans la région de Coro, en 1795, le Noir libre José Manuel Chirino avait mené une révolte pareille à celle qui menaça Caracas en juillet 181221. Il est vrai que ce dernier avait voyagé aux Antilles, où il avait suivi les événements haïtiens. Les insurgés de Coro réclamaient l’application de la « loi des Français », revendication qui n’apparaît dans aucune source disponible sur les événements de Curiepe. En 1812, la situation était différente : les rebelles suivirent les prêtres dans l’espoir d’en obtenir l’affranchissement. Ce dernier n’était pas revendiqué comme un droit imprescriptible.

  • 22 G. Carrera Damas, « Estructura de poder interna y proyecto nacional inmediatamente después de la i (...)

15Quelle fut alors la portée des troubles de Barlovento ? D’abord, comme l’a noté Germán Carrera Damas, la peur suscitée parmi les élites blanches – qu’elles fussent loyalistes ou patriotes – conduisit à un souci grandissant de contrôle et d’encadrement des populations de couleur22. La révolte marquait en outre la mobilisation des Noirs et des mulâtres en tant qu’acteurs collectifs. Elle inaugurait aussi cette manière particulière de combattre qu’est la guerre populaire. Doublant le duel des armées et celui des communautés civiques, la lutte mettait aux prises des groupes sans contours précis, porteurs d’une multiplicité d’espoirs dans le contexte d’une contestation générale de la légitimité. Le corollaire de cette forme de combat – à l’exemple de la guerre d’Indépendance espagnole – fut le franchissement rapide des seuils de violence. De mai à juillet 1812, le conflit s’affranchit de la guerre civique. Ce dérapage dans le sang n’est que le premier pas d’une histoire dramatique suscitant le surgissement d’inédites loyautés, oppositions ou alliances, portées par de nouveaux acteurs individuels ou collectifs. La radicalisation des combats et la mobilisation des populations nourrit une relation dialectique avec la redéfinition des objectifs politiques vers des oppositions plus tranchées, entre royalisme et république, entre indépendance et loyalisme. Comme le soupçonne le capitaine Surroca dans sa description des llaneros incontrôlables de Morales, en 1813/14, avec l’incorporation des castas et des esclaves dans la guerre, les loyalistes ont ouvert la boîte de Pandore :

  • 23 T. Surroca y de Montó, Relación Histórica de los Sucesos Políticos y Militares de la Provincia de (...)

« […] [D]epuis que Monteverde les avait mis en mouvement, ils ne connaissaient d’autre doctrine que celle de la tuerie et du mouvement (correrías), comme des chasseurs de bêtes sauvages, d’autant que la plus grande part était gens sans morale ni illustration, qui jamais ne connurent le premier mot de l’Ordonnance 23 [… ] »

La mise en place de la Campagne admirable

  • 24 Bolívar occupe Ocaña le 8 janvier 1813, Cúcuta le 28 février, puis La Grita, Mérida, le 23 mai, Tr (...)

16Le règne de Monteverde à Caracas ne dura que quelques mois. En Nouvelle-Grenade, sous la direction du jeune colonel Simón Bolívar, se prépare la « Campagne admirable ». Celle-ci mérite son nom par sa brièveté et la maturité dont elle témoigne de la part de son chef de 30 ans. Cette campagne dura six mois, avec un principe simple : reprendre Caracas par une attaque directe24. En mobilisant la population et en la sommant de prendre partie, elle « brutalisa » l’armée et la société vénézuéliennes. La répression de Monteverde avait préparé le terrain à une large socialisation du conflit : la « guerre à mort », proclamée en juin 1813, marque un tournant dans la construction du combat en guerre d’émancipation nationale.

Construction d’une mosaïque militaire

17À la suite de la capitulation de Miranda, Bolívar reçoit un passeport et fuit Caracas. Ce viatique, obtenu par le biais d’un loyaliste, Francisco de Iturbe, lui permet, via Curaçao, de rallier Carthagène où il publie son fameux manifeste contre le fédéralisme. Dans ce document où éclatent pour la première fois ses talents d’analyse politique, Bolívar dresse la liste des faiblesses de la Confédération défunte. La défaite s’explique par l’incurie du gouvernement et son ignorance en matière militaire. Le pamphlet se termine sur une note optimiste. Le système mis en place par Monteverde est fragile et impopulaire. Une poignée d’hommes courageux et décidés peut abattre le régime honni.

  • 25 Après un oubli total, l’application de la constitution de Cadix en Amérique a été bien étudiée. L’ (...)

18L’optimisme bolivarien contraste avec l’atmosphère qui règne alors dans le port caraïbe à la fin 1812. La Constitution de Cadix, promulguée en mars, accorde un suffrage plus ouvert que les chartes créoles. Les Indiens, en droit, et les métis, en fait, bénéficient d’une pratique électorale très tolérante dans les régions loyalistes. Les Cortès ont décidé une représentation équitable de l’Amérique, ce qui leur assure une forte adhésion25. Les régions caraïbes du Sinú et de Sincelejo se sont tournées vers elles. La régentiste Santa Marta nargue sa voisine Carthagène ; des détachements loyalistes postés sur le cours du Magdalena perturbent les relations du grand port avec son hinterland.

19En pleine crise militaire, un aventurier français, Labatut, prend le commandement des troupes de la province. Intégré à celles-ci, Bolívar se place sous les ordres du « gouvernement de l’État de Carthagène » pour réduire à merci Santa Marta et sa région. Après une expédition rapide, Labatut prend la ville rivale, qu’il doit ensuite abandonner. Dans le delta du Magdalena, le jeune colonel Bolívar emporte la citadelle voisine de Tenerife. Par cet exploit, il s’impose aux chefs patriotes inexpérimentés de la côte caraïbe et démontre sa capacité à conduire avec succès les plus complexes opérations. Il rend compte en outre de ses exploits à Camilo Torres, président du Congrès des Provinces-Unies de la Nouvelle-Grenade, installé à Villa de Leiva en septembre 1812 puis à Tunja, dans la cordillère orientale. Par ce biais, Bolívar espère obtenir des troupes et des munitions de la Confédération néo-grenadine. D’évidence, il veut s’affranchir de la tutelle trop étroite de Carthagène pour se placer directement sous la protection du Congrès fédéral dont la province caraïbe est un État membre. Son choix ne manque pas de sel dans la mesure où chacun sait qu’il est un ennemi acharné du fédéralisme.

  • 26 Voir carte n° 3 en annexe.
  • 27 P. de Urquinaona y Pardo, Relación documentada del origen y progresos del trastorno de las provinc (...)

20La prise de Tenerife inaugure une longue marche vers la capitainerie générale26. Sur quelles forces peut compter Bolívar qui opère de manière quasi indépendante en ces premiers jours de 1813 ? On n’en saurait rien si le commissaire envoyé en Nouvelle-Grenade par la Régence, Pedro Urquinaona y Pardo, n’avait été attentif à ces petits faits qui, rétrospectivement, eurent une telle importance27. Le noyau premier des troupes de Bolívar est composé de soldats professionnels dont le nombre témoigne des faiblesses des gouvernements créoles à cette époque de la révolution. À peine trente soldats du Fijo ont été confiés au fugitif vénézuélien. Ces effectifs ridicules témoignent non seulement de la faible intensité des combats mais aussi du désintérêt des institutions provinciales pour la guerre. Il faut aussi invoquer la méfiance vis-à-vis de ce jeune colonel dont la rumeur colporte tout et son contraire à propos de la prise de Puerto Cabello.

  • 28 Lettre de Simón Bolívar, le 5 avril 1813, Archivo Restrepo, vol. 20, fol. 21.
  • 29 Proclamation de Bolívar, 1er mars 1813, San Antonio de Venezuela, cité in la forja…, op. cit., p. (...)
  • 30 Simón bolívar, Comandante en Jefe del Ejército Combinado de Cartagena y de la Unión, a los soldado (...)

21Le cœur de cette petite troupe professionnelle est bientôt étoffé par des recrutements, souvent forcés, de Zambos dans la vallée du Magdalena. Mompox fournit la plus grande partie des troupes. Située dans l’intérieur des terres, sur un bras du fleuve Magdalena, la ville est un port fluvial prospère depuis le xviiie siècle où sont déchargées les marchandises venues des Caraïbes et destinées à Bogota. Elle est liée, par le canal del Dique à sa rivale Carthagène dont elle essaie de se séparer pour devenir capitale provinciale. À l’égard des soldats de Mompox, Bolívar a un avis sévère. Dans une missive au Congrès, il les juge hommes « grossiers et sans principes28 ». La pratique du pillage ne leur est pas inconnue. À la correspondance secrète de Bolívar avec le pouvoir exécutif de l’Union s’oppose les proclamations officielles. Les pillards se transforment en « soldats valeureux de Carthagène et de l’Union29 ». « Vous, fiers républicains, marcherez pour rédimer le berceau de l’indépendance colombienne comme les croisés délivrèrent Jérusalem, berceau du christianisme30. »

  • 31 Cette disposition fait partie des clauses du traité de paix entre le Congrès et le Cundinamarca si (...)
  • 32 F. J. Yanes, Relación documentada…, op. cit., t. i, p. 87.
  • 33 Observation confirmée par J. M. Groot, Historia eclesiástica y civil de Nueva Granada, op. cit., t (...)

22Envoyés par le Congrès des Provinces-Unies, paysans et artisans du plateau cundiboyacense n’ont guère eu l’expérience de la guerre. La patrie comme patrimoine commun des lois est moins forte pour eux que le sentiment d’appartenance au village. Leur formation « républicaine » n’empêche donc pas les désertions catastrophiques. Signe des temps, l’adversaire de Camilo Torres, le centraliste Antonio Nariño, accepte de fournir une centaine de soldats du Cundinamarca, la région de Bogota31. Ils rejoignent le gros des troupes à Cúcuta en avril 1813 et sont placés sous la direction d’un cousin du futur Libertador, José Félix Ribas. À ces troupes s’ajoutent les adhésions volontaires. D’après Francisco Javier Yanes, contemporain des faits, ces engagements se fondaient sur le désir de nombreux exilés de regagner leur pays en vainqueurs32. Notre prosopographie confirme les observations des mémorialistes à propos des premières forces de Bolívar : un noyau professionnel originaire de la côte caraïbe est renforcé au fil des batailles par des contingents noirs de la vallée du Magdalena et des soldats venus du Socorro, de la région de Tunja et du Cundinamarca33.

  • 34 J. D. Díaz, Recuerdos sobre la rebelión de Caracas, op. cit., p. 110.

23L’armée de la Campagne admirable compte enfin dans ses rangs les cohortes rassemblées par Antonio Nicolás Briceño, avocat et révolutionnaire jacobin. Né à Mendoza, dans la région de Trujillo en 1782, il était devenu avocat du collège de Caracas 34 avant d’être élu député au Congrès de 1811. Il fut l’un des signataires de la déclaration d’Indépendance, le 5 juillet. Briceño représentait l’aile radicale au sein de la représentation confédérale et s’inspirait directement de l’exemple de Saint-Domingue. Parmi ses fidèles figuraient d’ailleurs des franco-haïtiens.

  • 35 A. N. Briceño, Plan para libertar a Venezuela, Carthagène des Indes, 16 janvier 1813.
  • 36 F. J. Yanes, Relación documentada…, op. cit., t. i, p. 87.

24Après l’effondrement de la République, il avait trouvé refuge à Carthagène et y avait levé à ses frais deux cents hommes. C’est là qu’il conçut la première forme explicite de guerre à outrance en promettant des galons d’officiers proportionnellement au nombre de loyalistes assassinés35. Briceño se joignit ensuite à la campagne de Bolívar sous certaines conditions et certains pactes convenus à San José de Cúcuta36. Mais l’homme était trop indépendant pour être un allié solide.

25La jeunesse des cadres est impressionnante. Sur 65 soldats ayant participé à la Campagne admirable dont les dates de naissance nous soient parvenues, la plupart avaient moins de 25 ans au moment de s’engager. José Manuel del Gordo, originaire de Santa Marta, était lieutenant à 18 ans, tandis que José Ignacio de Iriarte, de Carthagène, fut fait alférez à l’âge de 16 ans. Autre point à noter : la Campagne admirable fut pour bon nombre de ces futurs próceres le point d’entrée prestigieux dans la lutte de l’Indépendance.

26L’armée constituée prenait l’allure d’un ensemble hétérogène d’unités à peu près indépendantes les unes des autres, selon un modèle mis en place pour éliminer toute mainmise césariste sur la milice. L’Union avait par exemple placé sous les patriciens Castillo et Francisco de Paula Santander environ sept cents hommes. Ces Néo-grenadins contestaient constamment la légitimité de Bolívar à diriger des troupes du Reino. Venus des provinces les plus diverses de la montagne andine et de la Caraïbe, les soldats de la Campagne admirable étaient dirigés par des chefs que tout opposait, aussi bien le caractère que les conceptions politiques. Que partagaient les fédéralistes avec un Briceño qui s’inspirait directement de la révolution d’Haïti, alors que cette dernière constituait le repoussoir des officiers propriétaires d’esclaves ? Plus : le corps de 1813 était, officiellement, une « armée combinée de Carthagène et de l’Union », mais il bénéficiait des renforts consentis par les centralistes de Bogota. La multiplication des centres de direction créa un espace de liberté pour tous les officiers avides de contester la prééminence de l’autorité civile sur l’autorité militaire. Si Castillo ignora les ordres de Bolívar en décembre 1812 avec son bataillon n° 5, c’est qu’il bénéficiait du soutien ou de l’indifférence du Congrès des Provinces-Unies qui l’avait mandaté et au nom duquel il se battait. Désavoué à son tour par la faction du président Camilo Torres en avril 1813, Manuel del Castillo rejoignit Carthagène où son cousin Rodríguez Torices gouvernait. Cette instabilité appelait par contrecoup les remèdes les plus énergiques, en dehors des mécanismes institutionnels : elle contribua à la radicalisation du commandement patriote et à son évolution vers le centralisme. Mosaïque reproduisant l’entremêlement des souverainetés en lutte, les troupes expéditionnaires progressaient en direction d’Ocaña et des vallées de Cúcuta. Les populations étant exaspérées par les excès des reconquistadores espagnols, l’effondrement loyaliste pava la voie du succès patriote.

La fabrique de la légitimité

  • 37 Le fait est contesté par C. Cortés Vargas, qui affirme, sans tout à fait convaincre, qu’aucun lien (...)
  • 38 Lettre de Santander au Président de l’Union, La Grita, le 18 mai 1813, Santander y los ejércitos p (...)

27Le problème de la subordination de l’outil militaire bolivarien aux décisions du pouvoir civil se pose avec acuité au début de la Campagne admirable. Investi par le gouvernement de Carthagène, Bolívar méconnaît dès le début de ses opérations les ordres de son chef Labatut37. Le chef de l’État de Carthagène, Manuel Rodríguez Torices, choisit d’ignorer la rébellion du Vénézuélien après les victoires de Guamal, Tamalameque, Puerto Real et la prise d’Ocaña, en envoyant ses félicitations au colonel vainqueur. Ce dernier obtient en outre la permission de se porter contre la province de Pamplona, située plus à l’Ouest, afin de contrer l’attaque du général loyaliste Correa. Il est aussi libéré de la tutelle du général français. Lors de cette campagne, Bolívar noue des relations directes avec le gouvernement des Provinces-Unies. De toutes manières, il ne peut ni ne souhaite s’affranchir de la tutelle du pouvoir civil : ne serait-ce que pour l’armement, il dépend de l’approvisionnement des différents exécutifs. Les fusils du 5° Batallón de la Unión appartiennent à Carthagène38.

28S’ouvre un nouveau chapitre de l’histoire des rapports de l’armée avec les civils. Le capitaine vainqueur produit, par ses triomphes, une légitimation qui lui permet de faire pression sur l’exécutif civil. La multiplication des centres de souveraineté constitue une aubaine pour cette politique d’indépendance. Elle a sa contrepartie. La lecture des correspondances entre soldats et gouvernements témoigne d’un profond scepticisme à propos de l’efficacité militaire du système fédéral. D’autres éléments contribuent à l’autonomie des armées. D’abord, l’éloignement géographique et la difficulté immense des communications permettent la dérobade aux ordres souvent ineptes donnés par des exécutifs incompétents. Ensuite, les modestes moyens mis dans les mains de Bolívar par Carthagène ne peuvent en aucun cas l’obliger. Si son grade est reconnu par un gouvernement confédéral, c’est à Bolívar de bâtir sa force, d’engager des hommes, de trouver l’essentiel de ses munitions. Il se trouve de fait dans la position d’un corsaire terrestre, chargé de faire la guerre de course à l’ennemi. Préférant ignorer la guerre et ses tumultes, dangereux pour la liberté et pour les caisses de l’État, les états et le gouvernement confédéral délèguent le droit d’enrôler les citoyens afin de se débarrasser d’une force qui mettrait en péril l’équilibre subtil des factions et des cités, comme en témoignent les conditions de l’Union imposées au jeune général vénézuélien :

  • 39 F. J. Yanes, Relación documentada…, op. cit., t. i, p. 86.

« 1. Obéir au gouvernement. 2. Former des conseils de guerre à chaque fois que l’on décidera de continuer la marche. 3. Donner à l’armée constituée le simple caractère de “Libertador du Venezuela”39. »

29Pour la première fois se construit de facto un corps libre de tout contrôle direct de la part du pouvoir civil, qu’il soit local, provincial ou confédéral malgré la sujétion symbolique aux trois autorités constituées.

  • 40 J. M. Restrepo, Historia de la revolución…, op. cit., t. iii, p. 35.

30Le Congrès de Tunja, convaincu qu’il faut protéger la Nouvelle-Grenade contre une possible invasion des troupes de Monteverde, accorde enfin à Bolívar le droit de franchir le Rubicon vénézuélien dans le but de rétablir l’ancien gouvernement fédéral. En réalité, l’exécutif des Provinces-Unies doute de la légitimité de son intervention au-delà de ses frontières. En témoignant un soutien trop franc à Bolívar, il agirait dans un pays où aucun mandat ne couvre son action. L’historien José Manuel Restrepo rappelle que « les membres du Congrès et du Pouvoir exécutif de l’Union néo-grenadine considéraient très délicat d’exercer une quelconque autorité sur des Pueblos qui n’avaient fait aucune délégation de pouvoir aux représentants de la Nouvelle-Grenade40 ». Le glaive tranche les tergiversations juridiques. Bolívar décide d’ignorer les avis de la commission nommée par Tunja à la fin du mois d’avril 1813 pour contrôler ses opérations militaires en territoire vénézuélien. Avec sa petite armée, il décide de jouer son va-tout et lance la reconquête de sa terre natale.

La guerre en Orient : guerre de guérilla, guerre d’opinion

  • 41 La liste homérique comprend les Sucre, Arismendi, Monagas, Cedeño, Bermúdez, Mariño, Ascúe, Freite (...)
  • 42 À l’exemple du comte de Rivière, qui fuit la Martinique en 1793 avec 145 militaires royalistes. A. (...)

31Dans les premiers mois de 1813, alors que les troupes commissionnées par l’Union fraient leur chemin vers Caracas, l’Est du Venezuela connaît lui aussi un mouvement de libération. La région émerge à ce moment-là comme un espace-clé de la guerre d’Indépendance. Sa situation est en effet particulièrement favorable : les provinces de Cumaná, Margarita et Barcelona forment une unité géographique et sociale cohérente. Les mémoires d’Andrés Level de Goda montrent comment les familles, non seulement des élites mais aussi du peuple, sont associées entre elles. La zone constitue un ensemble relativement homogène d’où proviennent beaucoup de grands próceres de la révolution41, la plupart appartenant à des lignages apparentés. Les cités de Barcelona, Cumaná, les villes de Guayana, l’île de Margarita sont aussi liées par des échanges commerciaux nombreux. Le commerce interlope avec les Antilles fournit, en plus de la prospérité, un contact avec le monde non hispanique. Trinidad, par exemple, abrite une société mêlée d’Anglais, de Créoles, de Français ayant fuit la Révolution42, l’Empire, l’invasion britannique de la Guadeloupe et de la Martinique, ou l’indépendance d’Haïti. Ce petit monde cultive, commerce et converse tout en faisant circuler l’information vers le continent. En ce qui concerne les régions du bassin de l’Orénoque, les trafics maritimes et fluviaux intègrent un espace qui va des Antilles françaises jusqu’à l’Apure dans les plaines vénézuéliennes. On y trafique des peaux échangées contre les marchandises anglaises traitée en contrebande le long du grand fleuve. L’Orénoque constitue l’axe central des transports : il est d’un intérêt stratégique vital pour les deux partis. D’où l’importance des ports fluviaux de Guayana la Vieja et d’Angostura.

  • 43 L. Manigat, « Haïti dans les luttes d’indépendance vénézuélienne », in A. Yacou (éd.), Bolivar et (...)
  • 44 A. Pérotin-Dumont, « Révolutionnaires français et royalistes espagnols », Jean Tarrade (dir.) La R (...)
  • 45 B. Brereton, A History of modern Trinidad 1783-1962, Oxford, Heineman Educational Books, 1981, cha (...)
  • 46 L. Navarro Garcia, « El orden tradicional y la revolución de Independencia en Iberoamérica », Prob (...)

32Certains historiens, à la suite d’Eugene Genovese, ont vu dans Haïti « la révolution-mère du bassin de la Caraïbe43 », sans doute à tort. Anne Pérotin-Dumont a en revanche bien montré que cette partie de la côte caraïbe fut une caisse de résonance pour les idées révolutionnaires44. Elle rapporte l’émotion que produisit le spectacle de marins et d’officiers noirs lors de l’accostage d’un navire français à Cumaná en 1796. Trois ans plus tard, une expédition de corsaires haïtiens sous les frères Gaspar Bossé tenta de répandre la sédition au Venezuela. Le baron Humboldt décrit le passage des commissaires républicains de Victor Hugues à Cumaná en 1800 : ces mulâtres dans leurs somptueux uniformes firent grand effet aux pardos majoritaires dans la région. Cette scène matérialisait un inédit principe d’égalité des citoyens qui rendait possible l’accès de gens de couleur aux plus hauts grades. Le Cabildo de Cumaná, aux abois, fournit précipitamment des vivres aux alliés français pour qu’ils lèvent l’ancre au plus vite. Hugues avait suscité des révoltes serviles à Grenade et en Jamaïque dès 1794. Le gouverneur espagnol de Trinidad, Chacón, rapporte qu’en 1795 les esclaves noirs portaient la cocarde tricolore45. Ajoutons que des républicains français de la Guadeloupe avaient participé à la révolution de Caracas en 1810-1812. Certains furent très appréciés de Miranda qui leur parlait en français. Beaucoup d’Haïtiens et d’Antillais francophones firent partie des premières forces corsaires de Bolivar en 1816, à Margarita et à Cumaná. Toutefois, il ne faut pas exagérer l’importance de ces contacts, pour deux raisons. Premièrement, l’incarnation de la Révolution française dans la Caraïbe, notamment Haïti, a plus apeuré que séduit les patriciats créoles46. Deuxièmement, les principes de 1789 passent par la médiation de la péninsule ibérique. L’improbable « influence » haïtienne n’est qu’un trompe-l’œil. Les nations hispaniques – Espagne comprise – naquirent de l’implosion de la monarchie plurielle et, pour la région, la première modernité libérale vit le jour à Cadix.

  • 47 Poudenx et Mayer affirment que le marquis del Toro en était le vrai patron (Poudenx et F. Mayer, M (...)
  • 48 Restrepo, Historia de la revolución…, op. cit., t. iii, p. 8.

33La constitution de l’armée qui reconquiert les territoires de l’Est sur les divisions loyalistes relève du réalisme magique. Un jour de décembre 1813, une troupe d’une douzaine d’hommes débarque sur la côte de Güiria. Ils se constituent bientôt en guérilla, puis vont lever des hommes dans des hatos et des haciendas qu’ils pillent. L’épisode peut paraître dérisoire. Pourtant le débarquement du 13 janvier 1813 annonce ni plus ni moins la grande rupture de 1815 : l’adoption par les troupes patriotes de la guerre de guérilla. Santiago Mariño est le chef de l’expédition47. Ce propriétaire terrien esclavagiste avait été officier de marine puis capitaine des milices. Les frères Bermúdez, José Francisco et Bernardo avaient une origine plus obscure, mais le premier était le beau-frère d’Andrés Level de Goda qui fut procureur – royaliste – de l’audience de Caracas. Manuel Piar était un mulâtre de Curaçao. Manuel Valdés venait de Trinidad ; Bideau un Noir français des Antilles, José Francisco Azcúe était commandant du génie48. Malgré leurs origines distinctes, ces hommes constituèrent le noyau d’une résistance patriote qui avait trouvé refuge sur l’île de Chacachacare, dépendant de Trinidad, mais située non loin de la côte vénézuélienne, où Mariño possédait une hacienda. D’autres, persécutés par les exactions d’Antoñanzas puis de Zuazola – sergents de Monteverde –, vinrent les rejoindre.

34Le débarquement de janvier fut soigneusement préparé : une partie des villages souhaitait la fin des excès loyalistes. Si l’on suit la version – hostile aux patriotes – d’Andrés Level de Goda, l’expédition de sept hommes aurait débarqué à Güiria en raison des abus de son gouverneur, l’Alférez de frégate Juan Gabazo, contre les vecinos du village. Chargés de 200 fusils, les sept compères prirent pied dans la petite île del Pato,

  • 49 A. Level de Goda, « Antapodosis », op. cit., p. 529.

« presque en face de la très riche hacienda [de Mariño] nommée Quebranta ou Cauranta, à partir de laquelle, par le biais de deux des sept amis qu’il emmena avec lui, il convoya peu à peu ses esclaves noirs à El Pato, et quand il eut réuni 72 hommes très robustes, il les arma, cela fit 79 individus ou 80 avec lui-même, qui accostèrent en contrebas de Quebranta, ils répartirent les fusils parmi ceux qui se joignaient à eux, et la côte de Güiria devint un théâtre d’opération49 ».

35Le capitaine loyaliste Surroca affirme que Mariño avait formé une troupe d’une centaine d’hommes à Trinidad, parmi lesquels certains miliciens français. Cette petite unité aurait possédé trois ou quatre canons. Mais l’impression qui se dégage des récits est celle d’une expédition improvisée. Seules la bonne connaissance de la côte, l’influence traditionnelle qu’y exerçait Mariño, la désaffection d’une bonne partie de la population vis-à-vis de loyalistes étrangers à leur région expliquent la réussite de l’opération.

  • 50 T. Surroca y de Montó, Relación…, op. cit., fol. 88.

36L’armée de Mariño annonce les temps nouveaux de la lutte. Elle se caractérise par son improvisation et sa totale indépendance vis-à-vis de tout pouvoir constitué. Alors que Bolívar s’épuise à obtenir reconnaissance et armes du Congrès de Nouvelle-Grenade, Mariño crée les grades qu’il accorde à ses hommes. Il nomme ainsi des esclaves ou des Noirs à l’épaulette, au grand scandale des loyalistes50.

  • 51 AGI, Gobierno, Caracas, leg. 177, fol. 337v, lettre du Cabildo de Guayana au Préfet des missions c (...)
  • 52 Ibid., fol. 87v.
  • 53 A. Level de Goda, « Antapodosis », op. cit., p. 529.

37La stratégie adoptée fut évidemment la guérilla. La nature des troupes en témoigne ; il s’agit de petits groupes de combattants irréguliers. Cent cinquante hommes commencent les opérations, mais les unités ne dépassent jamais plus de 300 ou 400 hommes. L’armée – autre trait plein d’avenir – s’organise autour d’une arme, la cavalerie51. Ce choix permet d’agir librement et surtout rapidement. Mariño, en bon guérillero, attaque lorsqu’il est sûr de vaincre, puis essaie de se constituer un refuge inaccessible. Après son débarquement, il se dirige vers les villages indiens d’Irapa, puis se retranche dans la petite ville de Maturín. Les déplacements obéissent à des contraintes politiques, suivant l’hostilité ou la bienveillance de la population. Les raids sont l’occasion de recruter des hommes, par la contrainte 52 ou la séduction, plutôt que d’affronter l’ennemi. Les patriotes de Maturín engagent ainsi le muletier Monagas, qui devint par la suite général et président du Venezuela en 184753.

  • 54 Ducoudray Holstein, Histoire de Bolivar, continuée jusqu’à sa mort par Alphonse Viollet, Paris, 18 (...)

38Les loyalistes se trouvent désarmés face à cette manière. La vitesse rend les patriotes insaisissables. Le choix d’une stratégie défensive et d’une tactique fondée sur de puissantes charges de cavalerie donne l’avantage à Mariño dans les zones de plaines. L’opposition de style est frappante entre l’armée bolivarienne de l’Ouest, qui, malgré ses faiblesses, joue sur l’offensive à outrance à l’image des troupes révolutionnaires du Vieux Continent, et l’armée d’Oriente, faiblement structurée, encadrée par des officiers sans grand passé militaire54. Deux armées pour deux territoires ; indépendantes l’une de l’autre, différentes dans leur mode de fonctionnement, ergo dans leurs buts militaires. La petite guerre, seule méthode de combat viable en cas d’extrême infériorité numérique, possédait un bel avenir dans les immenses plaines du bassin de l’Orénoque.

39Du point de vue de l’imaginaire politique, le serment de Chacachacare, qui solennisa l’union du groupe de Mariño, témoigne des différences entre l’Oriente et l’Ouest.

  • 55 R. Cortés Santos, Antología Documental de Venezuela 1492-1900, Caracas, Imp. Tip. Santa Rosa, 1960 (...)

« Chacachacare, le 13 janvier 1813 – […] Considérant […] que la société vénézuélienne se trouve blessée à mort, nous, quarante-cinq émigrés, nous sommes réunis dans cette hacienda, sous les auspices de sa propriétaire, la magnanime doña Concepción Mariño, et réunis en conseil de famille, soutenus par un sentiment de profond patriotisme, résolvons de lancer une expédition sur le Venezuela, ayant pour objet de sauver cette chère dépendance espagnole et lui restituer la dignité de nation que le tyran Monteverde et le tremblement de terre [sic] lui arrachèrent. Nous engageons mutuellement notre parole de gentilhomme de vaincre ou mourir dans une entreprise si glorieuse ; et nous faisons Dieu et nos épées les témoins de ce serment. Nous nommons Chef Suprême avec la plénitude des pouvoirs le Général Santiago Mariño55. »

40Les fidèles de Mariño, en utilisant la notion de « dépendance espagnole », montrent qu’ils n’ont pas de position claire à propos de l’Indépendance du 5 juillet 1811. Le lexique emploie des valeurs traditionnelles, comme la référence nobiliaire. L’honneur des gentilshommes (caballeros) fonde le pacte collectif, à l’image des militaires de Barcelona qui se désignaient comme le « corps de la noblesse » – gremio de nobleza – lors des événements de 1810. La guerre en Oriente présente le caractère mixte d’une guérilla, mobilisant des armées noires, mulâtres, indiennes et esclaves, associée à un discours reposant sur les valeurs aristocratiques.

  • 56 Pardo : métis ayant une goutte de sang noir ; zambo : métis de Noir et d’Indien ; mulato, grifo, t (...)
  • 57 L. McAlister, « Social Structure and Social Change in New Spain », op. cit.

41La dernière particularité de la guerre en Oriente tient au facteur de la couleur, qui joue un rôle déterminant. Par là, il faut comprendre les revendications, exprimées ou tacites, des secteurs de la population métisse. Cette dernière était hiérarchisée selon les niveaux de métissage, et, de fait, selon de complexes perceptions sociales alliant la réputation à la perception du phénotype. La catégorie casta regroupait des métis de toutes origines. Dans la Caraïbe sud-américaine, qui nous intéresse au premier chef, cette classe s’identifiait essentiellement aux libres de couleur en raison du petit nombre de métis d’Indiens et de Blancs. Elle se déclinait en une multitude de nuances : zambo, mulato, tercerón, cuarterón, ou, par euphémisation générique, pardo, moreno (brun) ou encore negro56. Ces dénominations étaient aussi des étiquetages sociaux. Dans la milice de Caracas, un individu pouvait ainsi être de qualité « illustre », « noble », « distinguée », « honorable », « connue » ou simplement « parda »57. Certains Indiens résidant hors des communautés indigènes et de pauvres Blancs vivant parmi les Noirs étaient eux aussi réputés castas. Une position d’outsider en marge de cette société holiste suffisait parfois pour être rangé parmi les métis. La notion de casta ne s’assimile donc pas à une simple classification raciale, elle servait aussi à donner un statut juridique aux déclassés.

42La société de castas générait une vaste zone de confusion raciale, juridique et sociale, un monde de désordre qui débordait les statuts figés de la société créole. Sous la Colonie, la couleur en elle-même ne préjugeait pas de la qualité de la personne. En vérité, seuls l’honneur, la réputation ou la vox populi pouvaient rappeler les métis à ce qu’ils étaient : rumeurs et insultes troublaient en effet la vie quotidienne des localités côtières et donnaient lieu à d’innombrables procès.

  • 58 « Acta del Cabildo de Caracas », 27 octobre 1795, L. Mago de Chópite et J. Hernández Palomo (éd.), (...)
  • 59 Les interdictions faites aux métis sont regroupées dans le livre vii, titre V des Recopilación de (...)

43Ces prémisses permettent de comprendre la double logique qui gouvernait le système des castas sous l’Ancien Régime bourbonien. Comme toute hiérarchie ouverte, cette structure suscitait un désir universel de promotion d’autant que, depuis 1795, le Conseil des Indes avait permis aux plus riches métis de se « blanchir » par des cédules de gracias al sacar. Contre une somme relativement modeste, les interdictions pesant sur les castas purent être levées ; si la loi n’abolissait pas le préjugé, comme en témoigne les protestations du Cabildo de Caracas contre la décision58, du moins permettait-elle à la sanior pars métisse d’appartenir enfin aux meilleurs rangs de l’Église, de l’armée, de l’office ou de l’Université59.

44Ces distinctions rendaient conflictuelles les relations des différentes secteurs métis entre eux. Ces rivalités assuraient l’efficacité des mots d’ordres égalitaires que les capitaines blancs, pour la plupart issus des élites, répandaient à tout va, dans un but politique. La différence entre le contenu aristocratique des serments à usage interne et beaucoup de proclamations destinées au public s’explique par les contradictions d’une société fondée sur une hiérarchie ouverte, c’est-à-dire sujette à de permanente négociations et adaptations.

45La propagande « égalitariste » se répandit surtout par l’exemple. Les capitaines blancs adoptèrent des manières affables avec les Noirs et ces procédés tracèrent les contours d’un nouveau monde idéologique immédiatement compréhensible hors de toute culture politique moderne. Des gestes de protection et de familiarité, des manières de table cordiales, l’habitude de bivouaquer parmi les hommes formaient autant de figures de ce discours en acte. Un témoin loyaliste affirme que Mariño appréciait les officiers noirs d’origine servile

  • 60 T. Surroca y de Montó, Relación…, op. cit., fol. 88.

« avec qui il s’asseyait à table et qu’il traitait en égal, pour se les attacher de cette manière et faire en sorte que tous ceux des autres haciendas se hâtent pour chercher la liberté et l’égalité que ses proclamations offraient60 ».

46José Francisco Bermúdez parcourait les rues de Cumaná en tenant des discours révolutionnaires, tant et si bien qu’on l’honora du surnom de « pueblo ». Dans les régions de l’Orénoque,

  • 61 Ibid., fol. 90.

« il s’organisait un grand nombre de réunions, pour danser ou pour veiller, et bien d’autres où les boissons et les alcools abondaient, où on notait que certains, animés d’un esprit agité, provoquaient des controverses passionnées sur les mouvements récents des insurgés de la partie orientale, dont il résultait des combats au couteau où l’intention était de tuer61 ».

La « guerre à mort »

La révolution armée

  • 62 Basil Liddel Hart Strategy, New York, Frederick Praeger, 1955.
  • 63 A. Beaufre, Introduction à la stratégie, Paris, Pluriel, 1998.

47Dans un petit livre lumineux, le général Beaufre a classé les différents types de stratégies en distinguant à la suite du capitaine Basil Liddel Hart 62 les approches directes et indirectes63. La première vise la guerre-éclair dans un mouvement rapide, concerté, brutal vers le cœur politique de la résistance ennemie. La seconde cherche à agir sur la volonté de défense de l’adversaire, par la manœuvre, le mouvement et l’action sur le moral de l’adversaire. La première pointe les forces de l’ennemi ; la seconde sa volonté de défense.

  • 64 J.-C. Martin, Contre-Révolution…, op. cit., p. 128-137.

48Dans cette perspective, la méthode qui aura toujours les faveurs de Simón Bolívar est l’approche directe, de type napoléonien. Elle est l’attaque la plus simple et la plus rapide possible vers le cœur politique, économique et symbolique de la capitainerie générale : Caracas. La stratégie directe, dans sa version la plus carrée et parfois la plus brutale, naît avec les guerres de la Révolution et de l’Empire. Napoléon, qui ne dédaigna pas les subtilités manœuvrières pendant la Campagne d’Italie, s’en fit le praticien génial. Il répandit dans toute l’Europe sa méthode qui, reprise par ses ennemis, allait conduire à l’effondrement de l’Empire. Il n’est pas le lieu ici de faire la généalogie de cette mutation qui impose sa marque à tous les conflits contemporains jusqu’à la Première Guerre mondiale. Cette transformation de l’art de la guerre noue, à cette époque plus qu’en toute autre, les aspects sociaux, politiques et militaires. La rupture révolutionnaire s’inscrit dans une culture sui generis du conflit où peut se lire, aussi bien dans les techniques de combat que dans les choix tactiques, le passage d’une guerre d’Ancien Régime à une lutte d’opinion embrassant le corps social et politique, pris dans une querelle où son existence se joue en tant qu’identité, c’est-à-dire en tant que nation64.

  • 65 J. de Guibert, Écrits militaires, Copernic, Paris, 1977, 2 vol., où l’on trouve l’Essai général de (...)
  • 66 66. Voir à ce sujet l’ouvrage éclairant de L. Poirier, Les voix de la stratégie, Paris, Fayard, 19 (...)

49À la fin du xviiie siècle, le comte de Guibert proposa un Essai général de tactique65, dans lequel il vaticinait cette transformation grandiose de l’art de la guerre en Europe. Guibert réintroduisait l’armée dans le domaine de l’analyse politique. Les querelles dynastiques suscitaient d’interminables guerres de sièges, menées par des mercenaires soucieux de se ménager les uns les autres et de faire éterniser le conflit. Si la guerre prenait un sens nouveau, le stratège devait placer au cœur de sa science le facteur moral, lequel devait transformer ce ballet jusqu’alors compliqué qu’était la guerre de sièges en l’affrontement de deux peuples. Cette lutte sans merci donnerait la clé de la puissance des belligérants. Guibert créait du même coup les concepts qui permettraient de comprendre et d’orienter la constitution d’une armée révolutionnaire. Loin d’être un pur instrument technique, l’armée serait le bras de la nation. La bataille serait recherchée : elle serait décisive, rapide, sans quartier. Plus : les soldats, imprégnés de la mystique révolutionnaire porteraient les objectifs politiques du combat. On en ferait des modèles de citoyenneté66.

  • 67 C. von Clausewitz, De la guerre, Éditions de Minuit, Paris, 1955.
  • 68 Sachant que « nul corps armé ne peut délibérer ». Voir à ce sujet M. Edelstein, « Le militaire-cit (...)
  • 69 Il faut nuancer cette idée : les taux de désertions étaient élevés dans l’armée révolutionnaire. M (...)

50Clausewitz mit à profit ces nouveautés théoriques, remarquables a posteriori si l’on considère les guerres qui désolèrent l’Europe jusqu’en 1815. Dans son œuvre maîtresse, De la guerre67, le général prussien donna une lecture politique des campagnes de Napoléon, ordonnée autour des transformations radicales que la Révolution avait introduites dans l’art du combat. Le soldat abandonnait sa fonction de machine pour prendre celle, plus glorieuse et politique, de citoyen-soldat. L’armée délaissait son rôle instrumental dans le cadre plus général de la diplomatie pour devenir une représentation muette68, certainement dangereuse, mais idéale, de la Nation en armes. En un mot, la guerre devenait chose du peuple ; elle échappait au secret des cabinets ministériels. Dans le même temps, tactique et stratégie bénéficiaient d’une bouleversante nouveauté : la résistance des unités militaires s’affirmaient avec l’engagement moral des soldats. La citoyenneté militaire avait une traduction énergétique dans la rapidité des mouvements, l’autonomie des unités, la confiance que le général pouvait avoir dans ses troupes, la puissance au combat, la réduction de la désertion69. Le général en chef républicain recueillait l’énergie révolutionnaire pour décider du sort de la guerre au cours de batailles risquées où était versé sans économie le sang des citoyens.

51Avec la Révolution, dont le programme terrestre est de forger de nouveaux types de liens entre les membres de la cité, la guerre contre les ennemis intérieurs et extérieurs fait son entrée dans le monde des représentations familières. L’enrôlement du soldat-citoyen devient paradigmatique de l’engagement dans la vie de la cité. La guerre abandonne alors la sphère technique et prend une dimension centrale dans la vie du corps politique. Migrant vers la sphère morale, elle mute dans sa forme même. Plus question d’assaillir pendant de longs mois des places fortes pour faire pression sur l’adversaire, de ravager des régions entières en fuyant la bataille, ou de mener d’interminables pourparlers sous les murs des cités assiégées comme le marquis del Toro en 1810. En des termes percutants, Tocqueville résume le processus dans De la démocratie en Amérique :

  • 70 A. de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Paris, Robert Laffont, 1986, p. 624.

« On entrait jadis en campagne avec peu de soldats ; on livrait de petits combats et l’on faisait de longs sièges. Maintenant, on livre de grandes batailles, et dès qu’on peut marcher librement devant soi, on court sur la capitale, afin de terminer la guerre d’un seul coup. Napoléon a inventé, dit-on, ce nouveau système. Il ne dépendait pas d’un homme, quel qu’il fût, d’en créer un semblable. La manière dont Napoléon a fait la guerre lui a été suggérée par l’état de la société de son temps, et elle lui a réussi parce qu’elle était merveilleusement appropriée à cet état et qu’il la mettait pour la première fois en usage70. »

Approche directe et rupture révolutionnaire

  • 71 Bolívar au Congrès, Archivo Restrepo, v. 20, fol. 51v-52, San José de Cúcuta, 8 mai 1813. J’ai évo (...)
  • 72 Dans une lettre à Castillo écrite à Cúcuta, le 19 avril 1813, Santander rapporte les propres mots (...)

52Les armées commandées par Simón Bolívar s’inscrivent-elles dans le paradigme révolutionnaire ? L’observation de sa manière de concevoir la guerre, d’un point de vue tactique et surtout stratégique, constitue le meilleur moyen de répondre à cette question. Bolívar fait l’éloge en actes de la guerre nouvelle lorsque dès 1812, il adopte un plan d’attaque directe pour reconquérir le Venezuela. Néanmoins, les raisons de ce choix répondirent surtout à des facteurs locaux. La faible cohésion de ses armées l’acculait à ces campagnes brèves et décisives71. Placé à la tête de cohortes qui fondaient à vue d’œil, Bolívar fut obligé de choisir la fuite en avant. D’autant qu’il avait réfléchi aux erreurs de Miranda : le Précurseur avait refusé d’adopter un « plan d’attaque », et lui avait préféré l’expectative72. Son armée s’y était défaite.

53Les difficultés matérielles et morales obligeaient donc à des campagnes courtes. Les épidémies, les maladies et les désertions étaient des fléaux récurrents ; les munitions manquaient ; la plupart des fusils se révélaient inutiles en raison de leur âge ou de l’humidité. Pour contourner ces obstacles, une fois arrivée à Trujillo, l’armée patriote affronte Tízcar à la bataille de Niquitao le 30 juin, après avoir traversé la cordillère par Boconó, puis pique directement sur Caracas. Les batailles de Las Horcones, entre Barquisimeto et Quibor – le 22 juillet – puis de Taguanes – le 31 juillet – ouvrent la route à la prise de la capitale, le 7 août. Il n’a fallu qu’un peu plus d’un mois pour reprendre le cœur politique et économique de l’ancienne capitainerie générale depuis les Andes. Les cohortes royalistes se dispersent en direction de la mer, tandis que les reliquats de leurs forces s’enferment à Puerto Cabello, la ville la mieux fortifiée du Venezuela.

  • 73 M. Pérez Vila, La formación intelectual del Libertador, Caracas, 1979, passim.
  • 74 Le général Berton à Bolívar, 7 décembre 1820, Archivo General de la Nación de Colombia (désormais (...)
  • 75 Voir G. Seurat, Simon Bolivar, Paris, Grasset, 1990, p. 48.

54Le choix de la stratégie directe n’est pas un pur effet des circonstances. En adoptant cette forme d’attaque, Bolívar prouvait son appartenance, consciente ou inconsciente, à l’environnement culturel inauguré par la Révolution française. Le Libertador, comme la plupart des élites américaines de sa génération, admirait Rousseau, Voltaire, mais surtout Montesquieu. Dans le domaine militaire, la bibliothèque de Bolívar renfermait les grands classiques et la plupart des ouvrages lus à l’époque en Europe. César, Tacite, Montecucculi, le maréchal de Saxe, Bélidor, certes, mais aussi les œuvres de Vauban ou l’Essai général de tactique de Guibert, ou encore des ouvrages plus confidentiels comme La petite guerre, ou service des troupes légères en campagne du capitaine de Grandmaison73. Une lettre du général Berton indique que le Libertador sollicitait l’avis de vétérans de l’Empire sur des questions de stratégie et se faisait conseiller des lectures : Jomini, Grimoard74. En 1825, il emportait avec lui le Mémorial de Sainte-Hélène au Pérou ; il lisait avec passion les ouvrages de Las Cases et Montholon et connaissait les formules de Napoléon. Ajoutons que lors de son séjour en France, il aurait fréquenté l’école de Sorèze, mais le fait est très douteux75.

  • 76 « Memoria dirigida a los ciudadanos de la Nueva Granada por un caraqueño », Cartagena, 15décembre (...)

55Fort de cette ample culture qui en faisait un bon connaisseur des classiques et des modernes militaires, Bolívar était naturellement un défenseur de l’esprit du temps voué à l’offensive et à la prise rapide des capitales. Son Manifeste de Carthagène, publié en 1812, condamnait l’usage des milices, le primat de la défensive et, en bref, toutes les finesses tactiques et stratégiques de la guerre à l’ancienne. Il prônait l’attaque et la surprise, plaidait pour la constitution d’une armée professionnelle de soldats convaincus, et tentait d’inscrire son combat dans une modernité héritière des nouveautés de la Révolution française. En résumé, Bolívar essayait d’opérer dans le registre militaire une rupture que les premières constitutions hispaniques réalisaient dans le domaine politique76.

  • 77 « Ley marcial », La Victoria, 19 juin 1812, La forja……, op. cit., p. 90-94.
  • 78 « Instrucciones que se dieron al Ciudadano Cristoval Mendoza para que pasase á encargarse del gobi (...)

56Ce programme, tout autant politique que guerrier, s’appuya sur un travail de propagande exercé à l’avant-garde. Fin avril 1813, ordre fut donné à Cristóbal Mendoza, futur gouverneur de Mérida, « de promouvoir et de fomenter des insurrections dans les pays soumis au gouvernement espagnol. » Dans cette perspective, la fin justifiait les moyens. « Le salut du peuple est la suprême loi » comme le proclamait déjà la loi martiale de Miranda77. La suspension du droit des gens témoigne du pas fait en direction d’une vraie guerre d’opinion. « La république se trouvant en complète dissolution, le gouvernement de la province est pleinement autorisé à opérer selon les circonstances, sans être limité par la lettre de la loi ou des constitutions78. »

  • 79 Propos des 6 et 7 juin 1828. L. Perú de Lacroix, Diario de Bucaramanga, Madrid, Editorial América, (...)

57Ce devenir révolutionnaire de la guerre s’expliquerait, si l’on suit les analyses de Bolívar confiées à Perú de Lacroix en 182879, par l’hostilité ou l’indifférence de la population, ressort secret de la nécessité d’une lutte impitoyable. Il fallait agir vite, dans un environnement hostile, non seulement pour frapper les esprits, mais surtout pour survivre. Le brillant de la stratégie révolutionnaire suppléait l’absence de soutien moral. D’ailleurs, si les populations des Pueblos étaient indifférentes dans leur majorité, il ne faut pas exagérer la désaffection des soldats pour la cause. Dans un style fleuri, le général Manuel del Castillo associait efficacité militaire et énergie patriotique en recourant au nouveau vocabulaire de la révolution armée.

  • 80 Lettre de Manuel del Castillo, Territorio de Venezuela, 15 avril 1813, Archivo Restrepo, vol. 12, (...)

« Les recrues se sont aguerries […] et on a vu qu’enterrées dans la boue, sur les cimes enneigées pendant l’hiver le plus rigoureux, au milieu des privations, les troupes de l’Union sont toujours imperturbables lorsqu’elles luttent pour la liberté. […] Je peux assurer à Votre Seigneurie qu’il n’est pas un officier, ni un seul soldat, qui n’ait été un héros 80 […]. »

  • 81 J. F. Heredia, Memorias del regente Heredia, op. cit., p. 150.
  • 82 V. Lecuna, Crónica razonada de las guerras de Bolívar, New York, The Colonial Press, 1950, t. i, p (...)
  • 83 Pour avoir une vision précise des faits militaires, voir A. Lozano Cleves, Asi se hizo la Independ (...)
  • 84 Il ne s’agit que d’une indication : les effectifs statistiques (une dizaine de militaires déclaran (...)

58Il faut raison garder et ramener la Campagne admirable à ses justes proportions. S’il est légitime de comparer les affinités stratégiques avec la France impériale, il convient d’arrêter là les analogies. Cette campagne fut une succession de petits combats. Selon le régent Heredia, les effectifs dépassaient rarement 500 hommes de part et d’autre lors des batailles81. Niquitao, Los Horcones et Taguanes furent des batailles livrées avec des effectifs au départ réduits, renforcés par les miliciens et les anciens patriotes délivrés lors du passage des troupes républicaines. D’après Vicente Lecuna et les proclamations de l’Ejército libertador82, les effectifs de José Félix Ribas à Niquitao ne dépassaient pas 350 hommes. Il n’en avait guère plus de 580 à Las Horcones. À Taguanes83, près de Tinaquillo, 1 500 patriotes affrontèrent 1 200 loyalistes On avait eu le temps de recruter des troupes fraîches parmi les milices84.

59La Campagne de 1813 constitue le miroir de celle que Monteverde mena contre Miranda. Elle se fonde sur l’effondrement de l’armée adverse plus que sur sa propre dynamique. L’administration d’un corps expéditionnaire en mouvement était possible alors que le stationnement de troupes entraînées et soldées paraissait une gageure. Cette incapacité administrative ne fut contournée après 1814 qu’au prix d’une lutte hors des cadres de la guerre et de l’armée régulières. Elle impliquait l’absolue supériorité de l’offensive sur la défensive. Elle dévoilait surtout la faiblesse de gouvernements dépassés par les événements, incapables de construire un outil à la hauteur des enjeux de la guerre. Le manque de légitimité historique et politique des exécutifs patriotes rendait difficile le prélèvement fiscal et obligeait à recourir à des expédients qui sapaient leur popularité. Vivre sur le pays avait finalement plus d’avantages que d’utiliser les rouages d’une machine gouvernementale impotente.

Les enjeux de la « guerre à mort »

Origines de la « guerre à mort »

  • 85 À ce sujet, voir notamment l’étude pionnière de R. Blanco-Fombona, « Bolívar y la guerra a muerte. (...)

60Comprendre la nature de la guerre proclamée par Bolívar à Trujillo le 15 juin 1813 est un des enjeux fondamentaux de la compréhension de l’Indépendance85. Confronté à des difficultés matérielles et morales immenses, le Libertador suspend les lois et coutumes de guerre. Dans un même mouvement, il voue à la mort les « Espagnols et les Canariens » tout en épargnant la vie des Américains félons. Il s’agit d’étudier en détail ce moment décisif de l’indépendance. Il le faut d’autant plus que la proclamation fut dramatiquement performative. Sans doute près du quart de la population vénézuélienne disparut en raison de ces combats sans merci et de leurs prolongements, notamment l’exécution sommaire des prisonniers.

  • 86 « Proclama del 29 de mayo », Maracay, Archivo de Miranda, La Havane, Editorial Lex, t. xxix, p. 40 (...)

61La proclamation de Trujillo est truffée de contradictions car elle noue un ensemble de dynamiques de natures différentes et vise plusieurs objectifs à la fois. Son ambiguïté relève de son dessein équivoque : nationaliser la guerre alors que l’identité nationale fait défaut. La « guerre à mort » procède aussi des actions réciproques entre belligérants. Les émeutes urbaines post-juntistes, le soulèvement de Valencia, la rébellion des castas des vallées du Tuy et la répression de Monteverde jalonnent une montée aux extrêmes dont la proclamation du 15 juin constitue l’aboutissement. Cette dernière s’inscrit du reste en continuité avec les proclamations de Miranda, qui avaient acclimaté au Venezuela le registre de la « patrie en danger86 », sans pour autant évoquer de menaces autres qu’intérieures. Elle constitue surtout le premier document officiel où se manifeste au grand jour une pensée politique inspirée par les moments radicaux des révolutions françaises et haïtiennes.

  • 87 « Se trouvant à Jacmel, [Dessalines] y vit arriver l’Espagnol Miranda, natif de Caracas, qui avait (...)
  • 88 A. N. Briceño, Plan para libertar Venezuela, Carthagène, 1813.

62En déclarant la guerre à outrance, Bolivar reprenait à son compte un conseil que Dessalines aurait donné à Miranda lors de sa première tentative pour « révolutionner l’Amérique », en 180687. En ce sens, l’adoption d’une stratégie fondée sur l’énergie révolutionnaire découlait d’une observation des événements haïtiens. L’état-major de Bolivar décréta, en effet, la guerre sans quartier à la suite de débats serrés avec le commandant Antonio Nicolás Briceño, entouré des Franco-haïtiens Joseph Debraine, Louis Marquis, Georges Delon, L[ouis ?] Caz, lesquels projetaient la destruction des Espagnols depuis janvier 181388.

63La réflexion sur le précédent haïtien partait d’une analyse de la guerre des partisans :

  • 89 Lettre d’Antonio Nicolás Briceño à Manuel del Castillo, probablement d’avril 1813, AGNV, Causas de (...)

« Voyez les Noirs de Saint-Domingue plus ignorants que nous, avec moins d’aide, dans un pays plus [petit] et moins bien approvisionné, qui ont soutenu une guerre contre la grande nation qui fait aujourd’hui la loi dans toute l’Europe, et nous, nous tombons sous l’empire de quatre tristes Espagnols qui ne savent ni lire ni écrire, ni combattre, […] et que toutes les nations méprisent, et dites-moi quel est le motif, la cause de cette différence, que la France ait perdu plus de quarante mille braves soldats qui avaient vaincu en Égypte, à Iéna, Austerlitz, etc., et qui n’imaginent même plus reprendre Saint-Domingue malgré les divisions parmi les Noirs eux-mêmes, car, mon ami, cette cause n’est autre que la « guerre à mort » que les naturels du pays ont décrété à tous les Français, ne compter que sur eux-mêmes, pouvoir se cacher dans le maquis, survivre en mangeant des racines et ne tolérer la présence d’aucune personne suspecte89. »

  • 90 Proclamation du général Dessalines au peuple haïtien, 1er janvier 1804, citée dans B. Ardouin, Étu (...)

64Ce texte, comme la déclaration finale de « guerre à mort », possède d’étonnantes affinités avec le discours de Dessalines à l’occasion de la déclaration d’Indépendance haïtienne, le 1er janvier 1804. L’empereur noir avait ordonné le massacre des Français – donc, des Blancs – comparés à des vautours ou à des bêtes de proie, pour asseoir l’indépendance de l’île. Il fallait « dévouer à la mort quiconque né Français, souillerait de son pied sacrilège le territoire de la liberté90 ». Ce sacrifice était un acte de vengeance sur lequel se fondait une collectivité nouvelle.

65La radicalisation des patriotes en faveur de la guerre à outrance et d’une défense acharnée de l’idée républicaine résulte d’une dialectique politique dont les loyalistes ont nourri la progression. En choisissant d’armer les esclaves et les castas contre le régime de Miranda, en dénonçant la Confédération de lèse-majesté, ces derniers ont poussé les patriotes libéraux à recourir à des moyens expéditifs sur le plan militaire et à l’état d’exception dans le domaine politique. Le déchaînement des passions légitimistes a ainsi favorisé le basculement d’une élite convaincue par les principes de légalité et de liberté dans la surenchère sanglante. Sans dédouaner Bolívar et son état-major de ses responsabilités, il faut replacer la déclaration de Trujillo dans ce contexte instable pour en comprendre les origines et les buts.

Une fiction identitaire

66Le premier objectif de la proclamation de Trujillo consistait à marquer une rupture nette avec le cercle des guerres civiques. En vouant l’ennemi au massacre, Bolívar essayait de brancher les différends entre régentistes et patriotes, centra-listes et fédéralistes sur une dynamique violente qui les arracherait aux logiques corporatives et locales. Il s’agissait de simplifier la guerre pour la réordonner autour d’un inconciliable combat entre deux patries distinctes. Pour ce faire, le Libertador créa une fiction identitaire ambiguë, où la figure de « l’Espagnol » constituait le bouc émissaire.

  • 91 J.-P. Zúñiga, Espagnols d’outre-mer, op. cit., p. 131-147.

67Ce renversement était d’autant plus surprenant que l’hispanité constituait une dimension fondamentale de l’identité créole. Le concept de « race blanche » n’aide pas à comprendre ce qui unissait les Blancs d’une rive à l’autre de l’Atlantique. Cette notion s’est lestée d’un ensemble de connotations biologiques inaptes à rendre compte du fondement généalogique de l’identité des Espagnols américains. La « pureté de sang » dont s’enorgueillissaient les Créoles se fondait sur le lien imaginaire à des ancêtres communs venus d’Espagne. Elle s’appuyait aussi sur une conception providentielle de l’histoire impériale, faisant des Espagnols des deux mondes les miliciens de l’Eglise universelle91. À la Reconquête contre les Musulmans répondait l’évangélisation des Indiens après la Conquête de l’Amérique. Camilo Torres, l’un des futurs révolutionnaires les plus convaincus, réaffirma cette communauté imaginaire de l’hispanité dans un texte célèbre écrit en 1809 :

  • 92 C. Torres, Memorial de agravios. Representación del Cabildo de Santafé de bogota a la Suprema Junt (...)

« Nous sommes les fils, nous sommes les descendants de ceux qui ont versé leur sang pour donner ces nouveaux domaines à la Couronne d’Espagne […] Nous sommes aussi Espagnols que les descendants de don Pélage92. »

68Cette configuration de l’identité créole rendait l’Indépendance d’autant plus difficile que le lien imaginaire avec l’Espagne garantissait l’infrangibilité des hiérarchies « raciales » et ethniques.

  • 93 Dans un autre contexte, voir les éclairantes remarques de S. Wahnich, « De l’économie émotive de l (...)

69La « guerre à mort » devait séparer dans le sang ce que le sang avait réuni pendant trois siècles. L’étiquetage de l’ennemi devait dissocier américanité et hispanité pour créer naturellement une nouvelle identité ; il s’agissait de diviser l’ancienne Nation pour en former deux nouvelles à partir d’une violence originaire93. Bien qu’il visât à aligner le combat entre loyalistes et républicains sur l’opposition entre Américains et Espagnols, le geste bolivarien signifiait un approfondissement de la guerre civile. Il suscita pour cela une grande opposition parmi les Néo-grenadins de l’armée libératrice.

  • 94 Simón Bolívar, Déclaration de guerre à mort, Trujillo, le 14 juin 1813, citée dans Daniel F. O’Lea (...)

70Toute la proclamation de Trujillo utilise un lexique de guerre civile ; elle est organisée autour d’une fiction identitaire organisée autour de trois pôles distincts, dont le premier est constitué par les Espagnols et les Canariens. Ces derniers ont rompu les pactes civils les plus sacrés de la cité et leur trahison indique assez qu’ils étaient des prochains avant de devenir, non des ennemis étrangers, mais, significativement, des félons94. Ils ont incité Monteverde à exercer une répression atroce n’appelant pas une guerre en bonne et due forme, mais une vengeance. N’ont-ils pas

  • 95 Ibid., p. 192.

« […] violé les droits sacrés des gens, [et] enfreint les capitulations et les traités les plus solennels ? Et, enfin, [n’ont-ils pas] commis tous les crimes, réduisant la République de Venezuela à la plus effroyable désolation ? Ainsi, la justice exige la vengeance, et la nécessité nous oblige à l’appliquer95 ».

71Les frontières entre amis et ennemis se construisent en référence à une union préalable. Sans l’inclusion/exclusion des « Espagnols » dans/de la cité, plusieurs contradictions du texte resteraient inintelligibles. Pourquoi considérer, par exemple, comme « traîtres à la patrie » des ennemis étrangers ? Pourquoi serait-il possible de considérer les Espagnols républicains comme « Américains » ? Tout simplement parce que les identités Espagnols/Américains ne sont pas vécues comme contradictoires. Elles reposent sur un fond « national » commun, que Bolívar veut fractionner de manière irrévocable par la violence.

  • 96 J. F. Blanco, Bosquejo histórico de la revolución de Venezuela, Caracas, Biblioteca de la Academia (...)

72Pourtant, si en juin 1813 l’ennemi trouve un nom et un destin, l’identité des « républicains » reste floue. Bolívar parle « d’Américains » ou de « patriotes » : le deuxième sommet du triangle de Trujillo était le moins bien défini. Selon le général patriote José Félix Blanco, il convenait de créer une identité politique à même d’ordonner le conflit, non plus autour de factions municipales ou provinciales, mais de loyautés modernes96. Il s’agissait aussi de communiquer aux soldats « la force morale qu’inspire la peur d’une mort certaine », en leur coupant toute possibilité de retraite. Le troisième pôle est la fraternité déçue des Américains loyalistes, qui, trompés par leur « aveuglement et [leur] ignorance », ont suivi les Espagnols. La reconnaissance de leur existence constitue un aveu sur la nature de la guerre.

  • 97 Sur la distinction entre symbolique et imaginaire, voir l’utile mise au point de P. Beckouche, « L (...)

73Les patriotes sont donc pris dans une contradiction grave de conséquences. En considérant les royalistes comme des rebelles, ils empêchent l’assomption de la nation dans la guerre en demeurant prisonnier des catégories propres aux conflits civils. Ils peinent en outre à définir la nature précise de cette « patrie » au nom de laquelle ils luttent sans merci. Ce qui est en jeu ici, c’est le passage d’une identité symbolique à une identité imaginaire. La première, fondée sur l’idée républicaine, ne présentait pas de difficulté autre que politique en raison de son caractère abstrait : citoyenneté, égalité, liberté, droits, constitution. Mais Bolívar considérait que ces définitions formelles de la collectivité nouvelle ne pouvaient pas mobiliser les populations. Si la « République » ne suscitait pas l’adhésion et le sacrifice, « l’Amérique » le pourrait-elle ? La progression dialectique des combats appelait le dépassement du symbolique par l’imaginaire : dans une bataille, l’ennemi n’est jamais une forme abstraite – un citoyen – mais cet homme-là, caractérisés par des traits particuliers : l’Espagnol, le vecino de Maracaibo, le Pardo97. En ce sens, la « guerre à mort » prépare le terrain de l’idée nationale.

Le tiers émissaire espagnol et l’institutionnalisation des violences

  • 98 Lettre au roi du 5 décembre 1819, dans « Memorias de Andrés Level de Goda, a sus hijos », op. cit.(...)

74Le conflit civil tourne tout entier autour de l’absence d’un tiers qui puisse dire le droit. « No hay tercero que decida », expliquait le procureur Andrés Level de Goda à son roi Ferdinand VII en 181998. Or dans cette situation, le risque principal est celui d’une guerre généralisée. Rien ne pourrait modérer l’épanchement continu des violences, comme les soulèvements de Barlovento l’avaient préfiguré.

75Dans ces circonstances, la désignation d’un bouc émissaire espagnol présentait un avantage substanciel. Il permettait de refonder l’ordre sans poser la question des responsabilités réelles. « Espagnols et Canariens, soyez promis à la mort, quand bien même indifférents […]. Américains, soyez promis à la vie, même si vous êtes coupables. » Cette absurdité apparente, que le discours ne cherche pas à éluder, procède en effet d’une nécessité politique : faire porter la culpabilité sur une part infime de la population afin de souder la patrie à venir, sur le pardon des différends présents et l’oubli de l’ancienne unité monarchique. En opérant un partage entre amis et ennemis, la « guerre à mort » somme chaque citoyen de choisir son camp. Elle cherche à fonder la nouvelle communauté civique sur un clivage originaire aboutissant au sacrifice, à la manière d’Haïti. En ce sens, elle socialisait la modernité par la violence.

  • 99 C. Thibaud, « La métaphore familiale… », op. cit., p. 53-78. On peut comparer avec les travaux de (...)

76Il ne faut pas s’arrêter en chemin et n’y voir qu’un discours d’extension infinie des brutalités. Si Bolívar prône les représailles patriotiques, c’est aussi pour canaliser les vengeances métapolitiques entre familles, Pueblos, « races », groupes sociaux, provinces ou États en institutionnalisant le massacre dans le cadre du duel militaire99. Pourtant, si la première partie du programme – la mobilisation des « masses » – fonctionna au-delà des espoirs, ce fut dans un sens inattendu, comme en témoignent la Vendée llanera de 1813. Quant à l’institutionnalisation des violences, elle échoua face à la contre-mobilisation des populations métisses par les loyalistes. Ni guerre populaire, révolutionnaire ou patriotique, la « guerre à mort » mêle tous les traits de la guerre moderne tout en se branchant sur une dynamique de vengeances qu’elle essaie de récupérer à son profit, pour la conjurer.

  • 100 G. Bataillon, Genèse des guerres internes en Amérique centrale (1960-1983), Paris, Les Belles Lett (...)
  • 101 The Other Rebellion : Popular Violence, Ideology, and the Mexican Struggle for Independence, 1810- (...)
  • 102 J. Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, EHESS/Gallimard/Seuil, 1 (...)

77C’est en un autre qu’elle fut une réussite. La multiplication des conflits civiques puis la prolifération des actes brutaux de nature populaire, raciale, ou lignagère menaçaient le Venezuela d’une dislocation anomique. En inscrivant les violences corporatives ou métapolitiques dans le cadre d’un affrontement binaire, dont ils stabilisaient le sens en opposant indépendance et république à colonialisme et royalisme, les bolivariens fusionnaient les conflits et obligeaient « les protagonistes socio-politiques » à subordonner « dorénavant leurs actions aux acteurs politico-militaires100 ». Par ce geste, les Libertadors nouaient indissolublement le registre idéologique, dont ils maîtrisaient l’énonciation, l’affrontement politique, qu’ils ramassaient autour du partage Américains/Espagnols, et les aspects militaires, où ils régnaient. Cette mise en cohérence ouvrait la possibilité d’une guerre civile fermement codifiée par le politique, la seule à même d’éviter la désintégration de la société tout en réduisant la multiplicité des revendications collectives à un dessein unique : l’émancipation. Dans cette perspective, l’interprétation des révolutions d’indépendance n’est possible qu’à la condition d’observer les interactions entre le niveau « micro » des émotions populaires – que les travaux nord-américains favorisent actuellement – et ces mises en cohérences « macro » opérées par l’action des élites (mais pas seulement). Si chaque registre possède une grande autonomie, comme le montre la magistrale étude d’Eric Van Young à propos de l’attitude des Indiens de Nouvelle-Espagne101, les acteurs n’en cherchent pas moins à les mettre en communication. Cette contextualisation « indigène » des histoires from below et from above, « micro » et « macro », constitue un acte éminemment politique d’énonciation performative ; elle transforme aussi bien le sens des rébellions « micro » que de l’intrigue politique « macro », aboutissant à des dynamiques historiques inédites. Une approche multiscalaire est donc nécessaire pour se défaire des oppositions stériles entre niveaux d’expérience des acteurs (from above/from below) et les registres d’analyse associés (« micro »/« macro »)102.

Le Venezuela sous dictature militaire (1813-1814)

Sous le signe de la dictature

78Après la bataille de Taguanes, où les 1 500 soldats patriotes de Bolívar écrasent les 1 200 loyalistes conduits par Izquierdo, la route de Caracas est ouverte. L’armée de Carthagène et de l’Union entre dans la capitale le 6 août. La cité a préparé un arc de triomphe fait de fleurs, sous lequel passent des soldats exténués et un général en chef en habit de gala, tenant dans la main droite un bâton de commandement constellé d’or. Mais la campagne n’est pas terminée. La situation est en effet marquée par la plus extrême confusion. Les pouvoirs locaux se déchirent ; de nombreuses guérillas naissent autour de Coro et dans de nombreuses autres régions.

79Les provinces de Coro et de Maracaibo sont gouvernées par une administration régentiste repliée depuis le basculement de Caracas en 1810. Coincée entre des ennemis qui la veulent abattre – les patriotes – et des « amis » qui le voudraient bien – Monteverde et des « re-conquistadores » de Caracas –, la nouvelle capitainerie générale de Maracaibo choisit l’option d’une cohabitation hostile. Les puissantes guérillas de l’Indien Reyes Vargas favorisent la défensive en occupant une zone tampon très aride entre Coro et Valencia, autour de Pedregal et de San Luis.

  • 103 Voir la carte d’A. Lozano Cleves, Asi se hizo la independencia, op. cit., p. 85.

80Quant à Monteverde et à ses hommes, ils ont fui l’avancée républicaine pour s’enfermer dans la forteresse côtière de Puerto Cabello où ils trouvent un arsenal considérable. Leurs communications sont coupées avec l’Oriente. Mais le reconquistador ne reste pas sur la défensive et développe des guérillas à l’Ouest de la capitale entre Puerto Cabello et. Une douzaine d’unités irrégulières coupent les lignes de communications des patriotes vers l’Ouest103. Par ailleurs, des hommes de Monteverde – dont le fameux Boves – opèrent librement dans les Llanos de Calabozo et dans la vallée du Guárico.

81Les patriotes sont eux aussi divisés en deux ensembles qui s’ignorent à peu près l’un l’autre, malgré une maigre correspondance entre Mariño et Bolívar. Le Libertador contrôle toute la région centrale du Venezuela et l’accès vers les Andes néo-grenadines. À l’Est, Mariño entre à Cumaná le 3 août 1813 et à Barcelona le 19. La situation stratégique se simplifie alors. Bolívar peut lancer une attaque sur Puerto Cabello, afin de menacer ensuite Coro et Maracaibo ; il lui faut aussi pacifier les régions trop rapidement conquises où se lèvent des guérillas désespérées ; faire mouvement vers le Sud pour y déloger les capitaines loyalistes Yáñez et Boves ; enfin conclure un pacte avec les provinces de l’Oriente, et, dans la mesure du possible, amalgamer ou incorporer les deux armées.

  • 104 Voir le texte Bases para un Gobierno provisional en Venezuela, élaboré par F. J. Ustáriz afin de d (...)
  • 105 Bases para un Gobierno provisional en Venezuela, article sixième, cité dans BA, t. v, p. 9.
  • 106 L’expression de « point fixe » est de Simon Bolivar dans son Mensaje con que El libertador present (...)

82Quant au gouvernement civil, il est tourné vers la conduite de la guerre. Bien que la république du Venezuela ait été relevée sous les auspices du Congrès de la Nouvelle-Grenade104, Bolívar ne souhaite pas restaurer le régime fédéral, comme il l’avait annoncé l’année précédente dans son Manifeste de Carthagène. Ce type de gouvernement ne conviendrait ni à la guerre, ni à un peuple aussi peu « éclairé » que l’Américain. Le Libertador devient général en chef dictateur et réunit dans sa main les trois pouvoirs. La nécessité de rétablir une représentation, sous la forme d’une assemblée de notables, est affirmée, mais dans les provinces, le gouverneur militaire prime le gouverneur civil. Tant que s’imposent les nécessités de la guerre, la légalité est suspendue et l’exception la règle. L’organisation de la représentation politique n’est prévue qu’« après que le pays a été pacifié et sa liberté et Indépendance assurées105 ». De fait, et jusqu’à la désignation du Congrès d’Angostura début 1819, l’état d’exception constitua la norme du gouvernement patriote. La faillite du fédéralisme dans la conduite des hostilités débouche sur la victoire totale des centralistes. Avec ces derniers, s’imposait l’idée du provisoriat militaire : le gouvernement, pour assurer sa survie, devait fonder son autorité, non point sur le principe libéral de délégation populaire, mais sur un « point fixe106 », c’est-à-dire la force de l’exécutif et la puissance de l’armée.

Des troupes du Congrès de l’Union à l’armée de 1813

Les anciennes et les nouvelles unités

  • 107 V. Lecuna, Crónica…, op. cit., t. i, p. 91-92.

83L’un des problèmes éludés par l’histoire-bataille traditionnelle est celui de l’évolution des troupes patriotes entre le début de la Campagne admirable et la fin de l’année 1813. Comment les troupes de la Campagne admirable sont-elles devenues l’armée de la Deuxième République du Venezuela ? L’absence de sources rend le problème d’une complexité redoutable. Il est possible de le contourner en reconstruisant cette armée à l’aide des données prosopographiques. Elles laissent apparaître que la conscription fait rage dans les mois qui suivent la prise de Caracas. Sont alors créés deux bataillons de ligne, dont le commandant est Antonio Suárez Urbina ; un de sapeurs – sous le capitaine Juan José Bujanda – ; un escadron de dragons – sous Nicolas Aguiar – ; un de hussards – sous Mateo Salcedo – ; un de lanciers – sous Ignacio María Pumar. Mauricio Ayala part pour La Victoria former un bataillon avec les milices d’Aragua. On remet en route le 5° de la Unión. Le pouvoir central désire former une division à Calabozo107. Mais ces données, fournies par Vicente Lecuna, ne dévoilent pas comment se fait l’amalgame ou l’incorporation des troupes de la Campagne admirable avec celles qui vont opérer contre Monteverde et Yañes après août 1813.

84Les patriotes n’ont jamais cessé de recruter au cours de leurs campagnes. La période qui suit la prise de Caracas voit s’intensifier cette activité. L’opération contre Puerto Cabello mobilise 600 hommes qui sont levés en août. D’après notre base de données, les bataillons Victoria et Caracas – ex Fijo sous les Bourbons – sont reconstitués. Le second, notamment, a été profondément renouvelé non seulement par rapport à l’Ancien Régime mais aussi par rapport à la Première République. Certains de ses hommes ont traversé les vicissitudes de l’histoire, à l’image d’un José Rufino Guanche, soldat du Veterano en 1807, sergent du Caracas en 1812, puis lieutenant de ce même corps en 1814. Mais la plupart des soldats ont connu des carrières plus mouvementées. Ils ont tourné casaque, sont retournés à la vie civile, ont péri ou se cachent. Si la continuité de la mémoire des unités est assurée par la permanence de certains anciens, le Caracas d’août 1813 a peu à voir avec celui de 1810. Il suffit de jeter un coup d’œil à la pyramide des âges des militaires engagés en 1813 pour réaliser la jeunesse des nouvelles recrues. L’âge moyen des enrôlés de 1813 atteint à peine 20 ans, malgré le recrutement d’un fort contingent d’officiers âgés qui indique que des cadres des armées de la Première République ont repris du service après le succès de la Campagne admirable.

85Barlovento et la Guaira sont créés, ce dernier, pour autant qu’on le puisse savoir, avec des hommes de diverses origines, venus du de l’Union néo-grenadine, des milices de pardos de Caracas, et surtout des milices du port éponyme.

  • 108 Il ne faut pas confondre amalgame, incorporation et embrigadement. L’incorporation consiste à incl (...)

86Ce qu’on peut deviner à travers les lacunes documentaires tient en quelques points. D’abord, une pratique généralisée de l’amalgame, qui fusionne non seulement les élites mais aussi les soldats de toutes les régions de l’ex vice-royauté108. Ensuite, s’affirme le renouvellement des troupes, via l’enrôlement de très jeunes soldats, ayant parfois moins de 15 ans, souvent originaires d’une même région. Enfin, la gestion des corps s’effectue dans le flou le plus complet. Le bataillon possède un nom « officiel », mais peut-être désigné par celui de son commandant ; il peut se « diluer » dans un corps plus important comme l’« Ejército de Occidente » aux contours mal définis ; il peut être cassé et ses hommes replacés ailleurs avec une célérité confondante. La stabilité institutionnelle des unités tactiques ne repose que sur la continuité de l’encadrement : les officiers restent, les soldats du rang passent, à l’instar d’un García de la Sena, qui, pour lutter contre Yáñez dans les Llanos, lève à Chaguaramas plus de mille cavaliers. Après les défaites ou au cours des mouvements, on regroupe les troupes débandées ou les détachements pour créer des bataillons dont l’existence est parfois brève. Le bataillon Sin nombre, débaptisé pour manque de courage au feu, regroupe les soldats mis en déroute à Barquisimeto.

  • 109 R. Urdaneta, Memorias del General Rafael Urdaneta, op. cit., p. 6.

87Les réseaux d’officiers de ces corps militaires entrent, eux aussi, en composition. Les commencements de la Campagne admirable avaient été dirigés par une majorité de Néo-grenadins, alliés aux capitaines vénézuéliens, qui par les Antilles, avaient fui la reconquête de Monteverde. Tout au long du trajet, par Ocaña, Cúcuta, Mérida, Trujillo, Barinas, Valencia, l’armée avait drainé les individus qui se cachaient ou qui choisissaient d’adopter le parti du plus fort. Les Vénézuéliens étaient devenus peu à peu dominants. L’organigramme de l’armée, proposé par Rafael Urdaneta 109 montre, au sein des élites, le jeu entre amalgame et embrigadement. Tandis que l’avant-garde reste nettement néo-grenadine, dans son commandement du moins, l’arrière-garde est confiée aux gens de Caracas – c’est-à-dire aux élites qui servaient avant la guerre dans les milices d’Aragua.

  • 110 Cf. Bolívar à Pulido, 10 décembre 1813, CL, i, p. 109.

88Les rejetons des lignées Briceño, Méndez et Pumar de Barinas se sont agrégées aux troupes libératrices. Ils ont vite accédé aux états-majors. L’armée est pour eux un refuge car leur région, selon l’opinion commune, est férocement loyaliste110. Le Llano de l’Apure constitue à partir de 1813 une des réserves guerrières vitales pour la république. S’assurer la collaboration des élites locales en les incluant dans l’organigramme militaire permet de se procurer des cavaliers efficaces en jouant de l’autorité des grands propriétaires terriens sur leurs péons. Leur collaboration autorise en juillet 1813 la constitution du bataillon d’infanterie Valerosos Cazadores encadré en partie par des officiers caraqueños, comme Venancio Buroz ainsi que de cinq escadrons de lanciers. D’anciens chefs de milices disciplinées, comme le sévillan Villapol, commandent des bataillons.

89En résumé, le recrutement de l’armée patriote occidentale de 1813 respecte les habitudes prises après la révolution patricienne de 1810. Dans son style stratégique, tactique, elle s’aligne sur les modèles classiques.

  • 111 Données portant sur 194 individus ayant participé aux campagnes vénézuéliennes de 1813.

90À la différence de la culture guerrière en train de naître dans les Llanos orientaux, la prédominance de la cavalerie n’est pas acquise. Certes, les détachements envoyés dans les plaines comprennent des escadrons de cavalerie lourde, mais les unités légères, comme les hussards, dominent. Le cœur de l’armée est l’infanterie. Ces troupes à pied, à l’instar de l’artillerie, supposent l’existence d’une action dans la durée et d’une administration forte. Non seulement l’arme est coûteuse, mais l’apprentissage des fantassins demande beaucoup de temps et d’argent allié à un contrôle des populations pour le recrutement. La violence de la conscription montre les limites du fonctionnement régulier des institutions et la faiblesse de l’emprise de l’État républicain. Fondés sur les rôles de milice, les listes d’engagement ne servent, la plupart du temps, que de cache-misère à la levée coercitive. Cette dernière, alliée à un intense turn over des effectifs, suscite l’inculture tactique des soldats patriotes. Par bonheur, les vétérans sont assez nombreux dans chaque corps pour donner la cohésion nécessaire à l’unité dans le combat. Les données prosopographiques laissent entrevoir que près des deux tiers des militaires actifs au Venezuela en 1813 s’étaient engagés dès 1810111.

91L’Ancien Régime, sous l’influence de Frédéric II, avait bâti un soldat machine. Le mercenaire professionnel se désintéressait des buts ultimes de la politique. Il était rompu aux techniques martiales ; c’était un bon professionnel, un chien de guerre. Les objectifs mesurés de la politique dynastique des monarchies modéraient la fréquence et l’intensité des combats. Le soldat revenait cher ; on l’économisait. La Révolution massifie les armées ; le soldat-citoyen, bon marché, répand son sang sans amertume pour la nation. Sa formation est plus rapide, son autonomie plus faible. Tactique et stratégie se simplifient. Mais, les longues campagnes, la guerre interminable, fabriquent un nouveau genre de combattant. Professionnel, compétent, courageux, il ne lutte plus vraiment pour un idéal, dont la force s’est usée avec le temps, mais pour sauver sa vie et celle de ses camarades. La mystique révolutionnaire se retire dans l’esprit de corps. Le temps des grognards remplace celui des volontaires de l’an II.

92Le soldat de la Deuxième République s’éloigne des logomachies rousseauistes de 1810. La violence de la guerre sans merci voile, pour un temps, le discours sur la citoyenneté. Qu’était l’armée, alors, dans ce dispositif ? Les années 1812 et 1813 sont celles où les élites patriotes constatent le déphasage entre le Peuple imaginé par les principes libéraux et la société réelle, fine marqueterie de communautés hiérarchisées donnant sens et protection à l’existence des individus. La tentation est grande, dans ces conditions, d’associer Armée et Peuple moderne. Les deux entités ne se confondent pas encore, mais la première se transforme peu à peu en un levier qui permettra, à terme, de réduire l’irritante diversité des Pueblos à la figure rationnelle d’un Peuple « civilisé ».

Notes

1 Miranda estime que ces révoltes constituent la principale raison de sa capitulation dans le « Memorial dirigido por Francisco Miranda a la Audiencia de Caracas en marzo de 1813 », In Francisco de Miranda y la modernidad en América, op. cit., p. 204-205. Voir aussi J. D. Díaz, Recuerdos sobre la rebelión de Caracas, op. cit., p. 106-107 : le marquis de Casa-León aurait convaincu le généralissime en lui représentant le péril mortel que constituaient les révoltes de Barlovento, « principio de la guerra de colores, aunque bajo el pretexto del sagrado nombre del Rey ».

2 M. Izard, El miedo…, op. cit..

3 S. Bolívar, septembre 1815, CL, i, p. 240

4 P. Blanchard constate lui aussi le loyalisme des esclaves dans la première phase de la révolution, aussi bien au Venezuela que dans la Banda Oriental ou au Rio de la Plata, « The Language of Liberation : Slave Voices in the Wars of Independence », Hispanic American Historical Review, n° 82-3, 2002, p. 506-510.

5 Voir V. Hébrard, Le Venezuela indépendant…, op. cit., p. 52-56.

6 « Ley marcial », La Victoria, 19 juin 1812, La forja…, op. cit., p. 90-94, article 6, p. 93.

7 Cf. J. V. Lombardi, « Los esclavos en la legislación republicana de Venezuela », Boletín histórico, Caracas, Fundación John Boulton, 1971, v. ix, n° 25-27, p. 43-67.

8 « Memoria del Arzobispo Illmo. Señor Coll y Prat », Caracas, le 25 août 1812 in Narciso Coll y Prat, Memoriales sobre la Independencia de Venezuela, Madrid, 1960, p. 59.

9 F. Langue, « La pardocratie ou l’itinéraire d’une “classe dangereuse” dans le Venezuela des dix-huitième et dix-neuvièmes siècles : les élites latinoaméricaines », Caravelle, n° 67, 1996, p. 63.

10 J. V. Lombardi, People and Places…, op. cit., p. 407.

11 « Memoria del Arzobispo Illmo. Señor Coll y Prat », Caracas, le 25août 1812 in N. Coll y Prat, Memoriales sobre la Independencia de Venezuela, Madrid, 1960, p. 59.

12 Lettre de Bolívar, du 20 septembre 1813, citée in J. de Austria, Bosquejo de historia militar, op. cit., t. ii, p. 110 et José F. Heredia, Memorias del regente Heredia, op. cit., p. 85.

13 Simón Bolívar, septembre 1815, CL, i, p. 240, reprenant une remarque du voyageur français François Depons, Voyage à la partie orientale de la Terre-Ferme, op. cit.

14 CL, i, p. 241.

15 Voir la lettre de Bolivar à l’amiral de la Barbade, 17 juin 1814 (CL, i, p. 136-138).

16 N. Coll y Prat, Memoriales sobre la Independencia de Venezuela, op. cit. p. 65.

17 Ibid., p. 63-64.

18 « Exposición de 1818 », Ibid., p. 226.

19 19. Informe del ayuntamiento de Caracas, 3 octobre 1812, AGI, Gobierno, Caracas, leg. 62, fol. 10. Le régent Heredia donne une version comparable à celle de Coll y Prat qu’il doit suivre. Memorias del regente Heredia, op. cit., p. 64.

20 Il suffit, pour s’en convaincre, de lire le suggestif article de F. Brito Figueroa, « Venezuela colonial : las rebeliones de esclavos y la Revolución Francesa », Caravelle, n° 54, 1990, p. 263-289.

21 Voir au sujet des révoltes noires et serviles : C. Parra-Pérez, Historia de la primera república de Venezuela, op. cit., I, p. 130 ss. ; P. M. Arcaya, Insurrección de los Negros de la Serranía de Coro, Caracas, 1949 ; F. Brito Figueroa, El problema de tierra y esclavos en la historia de Venezuela, Caracas, Universidad Central de Venezuela, 1985 ; id., « Venezuela colonial : las rebeliones de esclavos y la Revolución Francesa », op. cit. ; « La insurrección de los Negros de la Serranía de Coro de 1795 : una revisión necesaria », Boletín de la Academia Nacional de la Historia, n° 283, 1988, p. 705-723. Sur les conséquences de la Révolution française dans l’espace caraïbe, W. J. Callahan Jr., « La propaganda, la sedición y la Revolución Francesa en la Capitanía General de Venezuela (1789-1796) », Boletín Histórico, Caracas, Fundación John Boulton, n° V-14, 1967, p.201 ss. ; C. Thibaud, « “Coupé têtes, brûlé cazes” : peurs et désirs d’Haïti dans l’Amérique de Bolivar », op. cit. ; A. E. Gómez, Fidelidad bajo El viento. Revoluciones y contrarrevoluciones en las Antillas francesas, 1790-1795, Mexico, Siglo xxi editores, 2004 ; id., « Las revoluciones blanqueadoras : elites mulatas haitianas y ‘pardos beneméritos’ venezolanos, y su aspiración a la igualdad, 1789-1812 », Nuevo mundo/mundos nuevos, n° 5, 2005, http ://nuevomundo.revues.org/document868.html

22 G. Carrera Damas, « Estructura de poder interna y proyecto nacional inmediatamente después de la independencia : el caso de Venezuela », Problemas de la formación del estado y de la nación en Hispanoamérica, op. cit., p. 425.

23 T. Surroca y de Montó, Relación Histórica de los Sucesos Políticos y Militares de la Provincia de Guayana, una de las de Venezuela, desde los principios de las combulsiones de 1.810, hasta El de 1.819 en que fue su general emigración ; en la cual se encuentran algunos particulares referentes a la Revolución de la Costafirme, hasta julio de 1.821. escrita por Don Tomás Surroca y de montó Capitan de milicias disciplinadas de dicha Guayana y Comandante Militar de Ocumare de la Costa 1.821. Manuscrit de l’Académie Nationale d’Histoire de Madrid, disponible à l’AGNV, Traslados, Guayana, 143, fol. 140v. Sur les castas, voir les développements de C. I. arCher, The Wars of Independence in Spanish America, Wilmington, Jaguar Books, 2000, p. 15-18.

24 Bolívar occupe Ocaña le 8 janvier 1813, Cúcuta le 28 février, puis La Grita, Mérida, le 23 mai, Trujillo, le 9 juin – où est déclarée la « guerre à mort » le 15 –, Barinas, le 6 juillet, Valencia, le 2 août après la victoire de Taguanes puis Caracas le 6 août 1813.

25 Après un oubli total, l’application de la constitution de Cadix en Amérique a été bien étudiée. L’étude séminale est celle de M. Rodríguez, The Cádiz Experiment in Central America, 1808-1826, Berkeley, University of California Press, 1980. Voir A. Annino (dir.), Historia de las elecciones en Iberoamérica, siglo xix, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1996. Sur le Venezuela, C. T. Almer, « “La confianza que han puesto en mí”. La participación local en el establecimiento de los ayuntamientos constitucionales en Venezuela, 1820-1821 », in Jaime E. Rodríguez O. (dir.), Revolución, independencia y las nuevas naciones de América, Madrid, MAPFRE, 2005, p. 365-396.

26 Voir carte n° 3 en annexe.

27 P. de Urquinaona y Pardo, Relación documentada del origen y progresos del trastorno de las provincias de Venezuela, hasta la exoneración del Capitán General D. Domingo MonteverdeDiciembre de 1813…, Madrid, 1820, Archivo Restrepo, v. 29, fac-similé, p. 120.

28 Lettre de Simón Bolívar, le 5 avril 1813, Archivo Restrepo, vol. 20, fol. 21.

29 Proclamation de Bolívar, 1er mars 1813, San Antonio de Venezuela, cité in la forja…, op. cit., p. 132.

30 Simón bolívar, Comandante en Jefe del Ejército Combinado de Cartagena y de la Unión, a los soldados del Ejército de Cartagena y de la Unión, San Antonio de Venezuela, 1er mars 1813, cité in La forja…, op. cit., p. 133.

31 Cette disposition fait partie des clauses du traité de paix entre le Congrès et le Cundinamarca signé le 30 mars 1813, article 2° du texte reproduit dans Congreso de las Provincias Unidas 1811-1814, Bogota, Biblioteca de la Presidencia de la República, 1989, p. 103.

32 F. J. Yanes, Relación documentada…, op. cit., t. i, p. 87.

33 Observation confirmée par J. M. Groot, Historia eclesiástica y civil de Nueva Granada, op. cit., t. iii, p. 352.

34 J. D. Díaz, Recuerdos sobre la rebelión de Caracas, op. cit., p. 110.

35 A. N. Briceño, Plan para libertar a Venezuela, Carthagène des Indes, 16 janvier 1813.

36 F. J. Yanes, Relación documentada…, op. cit., t. i, p. 87.

37 Le fait est contesté par C. Cortés Vargas, qui affirme, sans tout à fait convaincre, qu’aucun lien de sujétion ne les liait. Voir « Military Operations of Bolívar in New Granada : A Commentary of Lecuna’s Crónica razonada de las Guerras de Bolívar », Hispanic American Historical Review, n° 32-4, 1952, p. 618.

38 Lettre de Santander au Président de l’Union, La Grita, le 18 mai 1813, Santander y los ejércitos patriotas 1811-1819, Bogota, Biblioteca de la presidencia de la República, 1989, p. 52.

39 F. J. Yanes, Relación documentada…, op. cit., t. i, p. 86.

40 J. M. Restrepo, Historia de la revolución…, op. cit., t. iii, p. 35.

41 La liste homérique comprend les Sucre, Arismendi, Monagas, Cedeño, Bermúdez, Mariño, Ascúe, Freites, Piar, Valdés, Isaba, Machado, Marcano, Monagas, Gómez, Maíz, Arrioja, Barroso, etc.

42 À l’exemple du comte de Rivière, qui fuit la Martinique en 1793 avec 145 militaires royalistes. A. Sanz Tapia, « Refugiados de la Revolución Francesa en Venezuela (1793-1795) », Revista de Indias, n° 181, 1987, p. 838.

43 L. Manigat, « Haïti dans les luttes d’indépendance vénézuélienne », in A. Yacou (éd.), Bolivar et les peuples de Nuestra América, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 1990, p. 29-42. Cette thèse fut défendue d’abord par E. D. Genovese, From Rebellion to Revolution : Afro-American Slave Revolts in the making of the Modern World, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 1979, et critiquée par D. P. Geggus, « Resistance to Slavery in the Americas : an Overview », in J. Tarrade (dir.), La Révolution française et les colonies, Paris, Société d’histoire d’outre-mer, 1989, p. 107-123. Pour une interprétation dans la perspective des révolutions dans le monde atlantique, L. D. Langley, The Americas in the Age of Revolution 1750-1850, New Haven, Yale University Press, 1997.

44 A. Pérotin-Dumont, « Révolutionnaires français et royalistes espagnols », Jean Tarrade (dir.) La Révolution française et les colonies, Paris, SFHOM, 1989, p. 125-158 et id., « Révolutionnaires français et royalistes espagnols dans les Antilles », Caravelle, n° 54, 1990, p. 223-246. Voir aussi W. J. Callahan, « La propaganda, la sedición y la Revolución francesa en la capitanía general de Venezuela, 1789-1796 » Boletín Histórico, Fundación John Boulton, n° 14, 1967, p. 2-31 ; E. Córdova-Bello, La independencia de Haití y su influencia en Hispanoamérica, Caracas, 1967 ; M. R. Sevilla Soler, Las Antillas y la independencia de la América española 1808-1826, Séville, Consejo Superior de Estudios Hispanoamericanos de Sevilla, CSIC, 1986 ; A. Sanz Tapia, « Refugiados de la Revolución Francesa en Venezuela (1793-1795) », Revista de Indias, n° 181, 1987, p. 833-867. Dans son introduction à la Cambridge History of Latin America, J. Lynch insiste aussi sur ce point : Leslie Bethell (éd.), The Cambridge History of Latin America, From Independence to c. 1870, Cambridge University Press, Cambridge, Londres, New York, etc., 1985, t. iii, p. 47.

45 B. Brereton, A History of modern Trinidad 1783-1962, Oxford, Heineman Educational Books, 1981, chapitre 1.

46 L. Navarro Garcia, « El orden tradicional y la revolución de Independencia en Iberoamérica », Problemas de la formación del estado y de la nación en Hispanoamérica, op. cit., p. 146.

47 Poudenx et Mayer affirment que le marquis del Toro en était le vrai patron (Poudenx et F. Mayer, Mémoire pour servir à l’histoire de la révolution de la capitainerie générale de Caracas, jusqu’au mois d’août 1814, Paris, 1815, p. 94).

48 Restrepo, Historia de la revolución…, op. cit., t. iii, p. 8.

49 A. Level de Goda, « Antapodosis », op. cit., p. 529.

50 T. Surroca y de Montó, Relación…, op. cit., fol. 88.

51 AGI, Gobierno, Caracas, leg. 177, fol. 337v, lettre du Cabildo de Guayana au Préfet des missions capucines catalanes, 18 juin 1813 : « en el punto de Maturin donde estan atrincherados, y con motivo de haber perdido en la accion que duró siete horas los mejores oficiales que tenia por falta de caballeria para oponerse á la enemiga en que consistia su mayor fuerza […] »

52 Ibid., fol. 87v.

53 A. Level de Goda, « Antapodosis », op. cit., p. 529.

54 Ducoudray Holstein, Histoire de Bolivar, continuée jusqu’à sa mort par Alphonse Viollet, Paris, 1831, t. i, p. 116.

55 R. Cortés Santos, Antología Documental de Venezuela 1492-1900, Caracas, Imp. Tip. Santa Rosa, 1960, p. 201-202. Serment signé par Santiago Mariño, Francisco Azcúe, José Francisco Bermúdez, Manuel Piar, Manuel Valdés.

56 Pardo : métis ayant une goutte de sang noir ; zambo : métis de Noir et d’Indien ; mulato, grifo, tercerón, cuarterón, quinterón, salta atrás : métis de Blanc et de Noir à divers degrés ; moreno : euphémisation de pardo.

57 L. McAlister, « Social Structure and Social Change in New Spain », op. cit.

58 « Acta del Cabildo de Caracas », 27 octobre 1795, L. Mago de Chópite et J. Hernández Palomo (éd.), El Cabildo de Caracas…, op. cit., p. 372-385, notamment le passage suivant (p. 373) : « Este tránsito [de la qualité de pardo à celle de Blanc] considerado en la Real Cédula tan fácil, que se concede por una cantidad pequeña de dinero, es espantoso a los Vecinos y Naturales de América, porque sólo ellos conocen desde que nacen, o por el transcurso de muchos años de trato de ella, la inmensa distancia que separa a los Blancos y Pardos : la ventaja y superioridad de aquellos, y la bajeza y subordinación de estos ; como que nunca se atreverían a creer como posible la igualdad que les pronostica la Real Cédula, si no hubiera quien, protegiéndolos para depresión y ultrage de los vecinos, y Naturales blancos, los animase y fervorizase con la esperanza de una igualdad absoluta, con opción a los honores y empleos que hasta ahora han sido exclusivamente de los Blancos. » Cf. F. Langue, « Les identités fractales : honneur et couleur dans la société vénézuélienne du xviiie siècle », Caravelle, n° 65, 1995, p. 23-37.

59 Les interdictions faites aux métis sont regroupées dans le livre vii, titre V des Recopilación de leyes de los Reynos de las indias…, 4e éd., Madrid, 1791, 3 vol., « De los Mulatos, Negros, Berberiscos, é hijos de Indios ».

60 T. Surroca y de Montó, Relación…, op. cit., fol. 88.

61 Ibid., fol. 90.

62 Basil Liddel Hart Strategy, New York, Frederick Praeger, 1955.

63 A. Beaufre, Introduction à la stratégie, Paris, Pluriel, 1998.

64 J.-C. Martin, Contre-Révolution…, op. cit., p. 128-137.

65 J. de Guibert, Écrits militaires, Copernic, Paris, 1977, 2 vol., où l’on trouve l’Essai général de tactique [1772].

66 66. Voir à ce sujet l’ouvrage éclairant de L. Poirier, Les voix de la stratégie, Paris, Fayard, 1985, notamment p. 207 et 212.

67 C. von Clausewitz, De la guerre, Éditions de Minuit, Paris, 1955.

68 Sachant que « nul corps armé ne peut délibérer ». Voir à ce sujet M. Edelstein, « Le militaire-citoyen, ou le droit de vote des militaires pendant la Révolution française », Annales historiques de la Révolution française, n° 310, 1997, p. 585-600.

69 Il faut nuancer cette idée : les taux de désertions étaient élevés dans l’armée révolutionnaire. Mais le point de rupture au combat n’en restait pas moins plus haut que sous l’Ancien Régime, ne serait-ce que parce que les généraux osaient des manœuvres risquées, nécessitant une volonté et une loyauté solides dans la troupe, que les capitaines du roi n’auraient pas imaginé tenter. Voir par exemple sur l’armée d’Ancien Régime et la désertion, G. Parker, La révolution militaire. La guerre et l’essor de l’Occident, Paris, Gallimard, 1993, chap. ii. Sur les désertions dans les armées révolutionnaires : A. Forrest, Déserteurs et insoumis sous la Révolution et l’Empire, Paris, Perrin, 1988.

70 A. de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Paris, Robert Laffont, 1986, p. 624.

71 Bolívar au Congrès, Archivo Restrepo, v. 20, fol. 51v-52, San José de Cúcuta, 8 mai 1813. J’ai évoqué ce problème en détail dans « La culture de guerre napoléonienne et l’Indépendance des pays bolivariens, 1810-1825 », in M. Dorigny et M.-J. Rossignol (dir.), La France et les Amériques au temps de Jefferson et de Miranda, op. cit., p. 107-124.

72 Dans une lettre à Castillo écrite à Cúcuta, le 19 avril 1813, Santander rapporte les propres mots de Bolívar : « Me contestó que Miranda tuvo la culpa por no haber adoptado el plan de atacar », dans Santander y los ejércitos patriotas 1811-1819, op. cit., p. 35.

73 M. Pérez Vila, La formación intelectual del Libertador, Caracas, 1979, passim.

74 Le général Berton à Bolívar, 7 décembre 1820, Archivo General de la Nación de Colombia (désormais AGNC), República, Guerra y marina, t. 334, fol. 13-17. Le vieux général conseille deux ouvrages au Libertador : Philippe Henri de Grimoard, Essai théorique et pratique sur les batailles, Paris, Veuve Desaint, 1775 et Antoine-Henri Jomini, Traité des grandes opérations militaires, contenant l’Histoire critique des campagnes de Frédéric II, comparées à celles de l’Empereur Napoléon ; avec un Recueil des principes généraux de l’art de la guerre, Paris, Magimel, 1811.

75 Voir G. Seurat, Simon Bolivar, Paris, Grasset, 1990, p. 48.

76 « Memoria dirigida a los ciudadanos de la Nueva Granada por un caraqueño », Cartagena, 15décembre 1812 CL, i, p. 65.

77 « Ley marcial », La Victoria, 19 juin 1812, La forja……, op. cit., p. 90-94.

78 « Instrucciones que se dieron al Ciudadano Cristoval Mendoza para que pasase á encargarse del gobierno de Mérida », San José de Cúcuta, 28 avril 1813, Archivo Restrepo, vol. 20, fol. 36.

79 Propos des 6 et 7 juin 1828. L. Perú de Lacroix, Diario de Bucaramanga, Madrid, Editorial América, 1924.

80 Lettre de Manuel del Castillo, Territorio de Venezuela, 15 avril 1813, Archivo Restrepo, vol. 12, fol. 120.

81 J. F. Heredia, Memorias del regente Heredia, op. cit., p. 150.

82 V. Lecuna, Crónica razonada de las guerras de Bolívar, New York, The Colonial Press, 1950, t. i, p. 49 ss.

83 Pour avoir une vision précise des faits militaires, voir A. Lozano Cleves, Asi se hizo la Independencia, Bogota, 1980, p. 43 ss.

84 Il ne s’agit que d’une indication : les effectifs statistiques (une dizaine de militaires déclarant avoir participé à ces batailles) n’ayant aucun caractère significatif.

85 À ce sujet, voir notamment l’étude pionnière de R. Blanco-Fombona, « Bolívar y la guerra a muerte. Epoca de Boves, 1813-1815 », Boletín de la Academia Nacional de la Historia, t. xxvii, 1944, p. 263-308 et p. 374-407 ; J. Fuentes-Figueroa Rodríguez, La guerra a muerte, Caracas, Ediciones del Congreso de la República, 1992. Voir surtout le travail classique et détaillé de S. de Madariaga, Bolívar, Madrid, Espasa-Calpe, 1975, t. i, chap. xx, p. 353-462.

86 « Proclama del 29 de mayo », Maracay, Archivo de Miranda, La Havane, Editorial Lex, t. xxix, p. 403-404.

87 « Se trouvant à Jacmel, [Dessalines] y vit arriver l’Espagnol Miranda, natif de Caracas, qui avait organisé une expédition en Angleterre et qui arrivait alors des États-Unis pour se porter à Carthagène d’où il espérait soulever contre l’Espagne toute la Côte-Ferme comprenant la Nouvelle-Grenade et le Venezuela, son pays natal. Présenté à l’Empereur, Miranda en fut bien accueilli ; et quand il lui eut dit que son dessein était de proclamer l’indépendance dans ces contrées, de même qu’il l’avait fait pour Haïti, Dessalines lui demanda quels moyens il emploierait pour réussir un si vaste projet. Miranda répondit qu’il réunirait d’abord les notables du pays en assemblée populaire, et qu’il proclamerait l’indépendance par un acte, un manifeste qui réunirait tous les habitants dans un même esprit. À ces mots, Dessalines agita et roula sa tabatière entre ses mains, prit du tabac et dit à Miranda, en créole : “Eh bien ! Monsieur, je vous vois déjà fusillé ou pendu : vous n’échapperez pas à ce sort. Comment ! vous allez faire une révolution contre un gouvernement établi depuis des siècles dans votre pays ; vous allez bouleverser la situation des grands propriétaires, d’une foule de gens, et vous parlez d’employer à votre œuvre des notables, du papier et de l’encre ! Sachez, Monsieur, que pour opérer une révolution, pour y réussir, il n’y a que deux choses à faire : coupé têtes, brûlé cazes.” Miranda rit comme tous les assistants de ces moyens expéditifs dont Dessalines avait fait un si grand usage. Il prit congé du terrible Empereur d’Haïti, et fut à Carthagène où il échoua dans son entreprise. » Beaubrun Ardouin, Etudes sur l’histoire d’Haïti, Paris, Chez B. Ardouin, 1856, t. vi, p. 241-242. Francisco de Miranda a débarqué en 1806 à Coro et non pas à Carthagène comme l’affirme cet auteur qui ne constitue pas une source d’une grande fiabilité. Si ce dialogue n’est pas vrai, il a le mérite d’avoir été bien trouvé.

88 A. N. Briceño, Plan para libertar Venezuela, Carthagène, 1813.

89 Lettre d’Antonio Nicolás Briceño à Manuel del Castillo, probablement d’avril 1813, AGNV, Causas de infidencia, t. xxxvii, fol. 46.

90 Proclamation du général Dessalines au peuple haïtien, 1er janvier 1804, citée dans B. Ardouin, Études…, op. cit., vi, p. 26-29.

91 J.-P. Zúñiga, Espagnols d’outre-mer, op. cit., p. 131-147.

92 C. Torres, Memorial de agravios. Representación del Cabildo de Santafé de bogota a la Suprema Junta Central de España, el 20 de noviembre de 1809, Bogota, Librería Voluntad, 1960, p. 1, cité par V. Hébrard et G. Verdo, « L’imaginaire patriotique au miroir de la Conquête espagnole », Histoire et sociétés de l’Amérique latine, n° 15-1, 2002, p. 61.

93 Dans un autre contexte, voir les éclairantes remarques de S. Wahnich, « De l’économie émotive de la Terreur », Annales HSS, n° 57-4, 2002, p. 889-914.

94 Simón Bolívar, Déclaration de guerre à mort, Trujillo, le 14 juin 1813, citée dans Daniel F. O’Leary, Memorias…, op. cit., p. 192. « Esta amnistia se extiende hasta á los mismos traidores que más recientemente hayan cometido Actos de felonia […]. » Nous soulignons.

95 Ibid., p. 192.

96 J. F. Blanco, Bosquejo histórico de la revolución de Venezuela, Caracas, Biblioteca de la Academia Nacional de Historia, 1960, p. 152-153.

97 Sur la distinction entre symbolique et imaginaire, voir l’utile mise au point de P. Beckouche, « Le Symbolique. Une approche lacanienne pour les sciences sociales », Le Débat, n° 126, 2003, p. 174-191.

98 Lettre au roi du 5 décembre 1819, dans « Memorias de Andrés Level de Goda, a sus hijos », op. cit., p. 199.

99 C. Thibaud, « La métaphore familiale… », op. cit., p. 53-78. On peut comparer avec les travaux de S. Wahnich, « De l’économie émotive de la Terreur », op. cit., id., La liberté ou la mort, Paris, La Fabrique, 2003.

100 G. Bataillon, Genèse des guerres internes en Amérique centrale (1960-1983), Paris, Les Belles Lettres, 2003, p. 144.

101 The Other Rebellion : Popular Violence, Ideology, and the Mexican Struggle for Independence, 1810-1821, Stanford, Stanford University Press, 2001.

102 J. Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, EHESS/Gallimard/Seuil, 1996.

103 Voir la carte d’A. Lozano Cleves, Asi se hizo la independencia, op. cit., p. 85.

104 Voir le texte Bases para un Gobierno provisional en Venezuela, élaboré par F. J. Ustáriz afin de donner une consistance au premier gouvernement de la Deuxième République, qui prévoit, dans son premier article : « El Ciudadano Simon Bolivar, Brigadier de la Union y General en Gefe de las tropas libertadoras, natural y políticamente es llamado á exercer los Poderes legislativo y executivo en materias de Estado, Guerra y Hacienda, en todo el territorio de Venezuela ; sin mas limitacion que entenderse con el Congreso de la Nueva Granada. » cité dans BA, v, p. 9. Voir aussi Restrepo, Historia de la revolución…, op. cit., t. iii, p. 68-69.

105 Bases para un Gobierno provisional en Venezuela, article sixième, cité dans BA, t. v, p. 9.

106 L’expression de « point fixe » est de Simon Bolivar dans son Mensaje con que El libertador presentó su proyecto de Constitución al Congreso Constituyente de bolivia, Lima, 25 de mayo de 1826. « El presidente de la República viene a ser en nuestra Constitución, como el sol que, firme en su centro, da vida al Universo. Esta suprema Autoridad debe ser perpetua ; porque en los sistemas sin jerarquías se necesitan más que en otros, un punto fijo alrededor del cual giren los Magistrados y los ciudadanos : los hombres y las cosas. Dadme un punto fijo, decía un antiguo ; y moveré el mundo. Para Bolivia, este punto es el Presidente vitalicio. » Constituciones de Colombia, Bogota, Biblioteca Banco Popular, 1986, iii, p. 118.

107 V. Lecuna, Crónica…, op. cit., t. i, p. 91-92.

108 Il ne faut pas confondre amalgame, incorporation et embrigadement. L’incorporation consiste à inclure un corps dans un corps de plus grande taille : une compagnie dans un bataillon, par exemple. L’amalgame permet « à partir des deux armées [ou de deux corps de] constituer des unités nouvelles […] ». L’embrigadement juxtapose dans de grands ensembles (brigade, division) des bataillons d’origines diverses, sans les mêler. Voir J.-P. Bertaud, La révolution armée…, op. cit., p. 96-97.

109 R. Urdaneta, Memorias del General Rafael Urdaneta, op. cit., p. 6.

110 Cf. Bolívar à Pulido, 10 décembre 1813, CL, i, p. 109.

111 Données portant sur 194 individus ayant participé aux campagnes vénézuéliennes de 1813.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540