Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vieillir chez soi

 | 
Laurent Nowik
, 
Alain Thalineau

Seconde partie. Les limites des politiques de maintien à domicile

Entre autonomie et dépendance à l’égard des proches. Quand l’aménagement du logement devient affaire de famille

Aline Chamahian et Ségolène Petite

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis le Rapport Laroque, en 1962, les politiques publiques de la vieillesse insistent sur la nécessité de promouvoir la vie à domicile des personnes âgées afin de leur permettre de conserver une place dans la société et de limiter les processus ségrégatifs (Ennuyer, 2006). Avec le contexte économique récent de restrictions budgétaires, cette orientation s’est renforcée et s’est élargie à la volonté d’accorder le stock et le flux de logements aux caractéristiques de la population vieillissante. D’un autre côté, on assiste à l’avènement de nouveaux modes d’habiter, à travers les habitats qualifiés « d’intermédiaires », dont l’une des caractéristiques consiste à proposer des logements « adaptés » aux potentielles limitations fonctionnelles susceptibles d’apparaître au fil du temps. Néanmoins, intégrer ces habitats intermédiaires suppose une mobilité résidentielle, alors même que la grande majorité des personnes âgées vieillissent chez elles et, surtout, aspirent à rester chez elles. ...

Auteurs

Maître de conférences en sociologie à l’université Lille 3 et chercheuse au Centre de recherche « Individus, épreuves, sociétés » (CeRIES). De manière générale, ses travaux explorent les processus de vieillissement en contextes et à différents âges de la vie. Elle travaille actuellement avec Vincent Caradec et Frédéric Balard sur l’épreuve de la maladie d’Alzheimer telle qu’elle est vécue par les personnes malades et leurs proches.
Maître de conférences en sociologie à l’université Lille 3 et chercheuse au Centre de recherche « Individus, épreuves, sociétés » (CeRIES). Ses travaux portent sur les modalités de la régulation des liens sociaux ; ils explorent en particulier les règles à partir desquelles les individus mobilisent leurs proches et cimentent leurs relations.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540