Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Se protéger, être protégé

 | 
Michel Dreyfus
, 
Michèle Ruffat
, 
Vincent Viet
, 
et al.

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Cette enquête s’est déroulée durant trois ans dans 31 départements et s’est accompagnée d’un sémin (...)
  • 2 François-Xavier Merrien, « États-providence en devenir. Une relecture critique des recherches réce (...)
  • 3 Cristoph Conrad, « Les États-providence en comparaison. État des approches en sciences sociales et (...)

1Issue d’une enquête réalisée par les correspondants départementaux de l’Institut d’histoire du temps présent1 (IHTP), cette histoire s’inscrit dans le droit fil des études consacrées à la généalogie raisonnée de la protection sociale. Dans ce domaine où les sciences sociales se font écho depuis une trentaine d’années2, l’empreinte des historiens de formation reste à vrai dire modeste. L’histoire de la protection sociale, des États-providence et des politiques sociales s’écrirait même, dans une large mesure, sous la plume des sociologues, politistes, économistes, historiens du droit, juristes, et philosophes que la fréquentation des archives n’effraie plus guère. C’est dire combien « les historiens ne peuvent plus se contenter d’emprunts théoriques ou de suggestions thématiques issues de disciplines voisines3 ». Il leur faut s’aventurer dans un paysage intellectuel qui leur est peu familier et prendre la mesure des travaux réalisés dans les autres disciplines.

2Pour peu qu’on privilégie l’échelle d’observation comme critère de répartition, ces travaux peuvent être rangés dans trois grands groupes. Au premier se rattachent les monographies locales qui se réfèrent à un territoire circonscrit – communal, départemental ou régional – ou à des objets précis : par exemple, l’assistance médicale gratuite dans un département, l’action sanitaire et sociale d’une caisse d’allocation familiale, un bureau de bienfaisance, etc. Très utiles pour comprendre le fonctionnement local de la protection sociale, ces études n’en présentent pas moins une vision fragmentaire et, pour tout dire, réductrice. Faute d’éléments de comparaison ou d’un étalon de référence, leur exemplarité est difficile à cerner. Elles offrent, de surcroît, un luxe de détails qui contrarie bien souvent l’intelligence nationale du phénomène.

  • 4 Analyses mono-sectorielles de Colette Bec et Didier Renard sur l’assistance ; de François Ewald et (...)

3Le deuxième groupe rassemble les analyses qui privilégient une ou plusieurs formes et techniques de protection ou d’autoprotection au niveau national4 : assistance, assurances sociales, assurances privées, épargne, mutualité, allocations familiales, etc. Ces études ont remarquablement enrichi la connaissance des techniques et dispositifs nationaux de protection depuis une dizaine d’années ; elles ont contribué, dans une perspective généralement sociohistorique, à dessiner une généalogie de la protection sociale dans les pays de vieille tradition protectrice. Mais elles restent tributaires des divisions administratives, juridiques et financières de la protection sociale, l’arbre masquant bien souvent une inextricable forêt. Leur focalisation sur un objet « nationalisé » les détourne, par ailleurs, des articulations ou hybridations locales toujours possibles entre formes de protection.

  • 5 MiRe, Comparer les systèmes de protection sociale en Europe, 4 volumes, 1994, 1995, 1997, 1999 ; C (...)
  • 6 Yves Mény, Jean-Claude Thoenig, Politiques publiques, Paris, PUF, 1989 ; Bruno Jobert, « Les polit (...)
  • 7 François-Xavier Merrien, « États-providence : l’empreinte des origines », Revue française des affa (...)

4La comparaison des États-providence constitue une troisième échelle d’observation, grande marieuse de théories en sciences sociales et infatigable pourvoyeuse de travaux systémiques5. Si l’on raccroche à ce dernier groupe les nombreuses juxtapositions d’études de cas nationaux, deux sous-groupes se dessinent : les approches sociohistoriques et les études quantitatives, qui ont, les unes comme les autres, permis de faire avancer l’analyse des politiques publiques6. Les premières mobilisent de nombreuses variables pour un nombre réduit d’unités de comparaison. Elles s’efforcent de mettre en résonance les spécificités ou les architectures intrinsèques des modèles nationaux7, quitte à faire ressortir l’existence de voies singulières conduisant à des résultats analogues, voire convergents. Déployant leur réflexion à la fois dans le synchronique et le diachronique, elles ont évidemment toute la sympathie des historiens. À ce type de travaux, se rattache Henri Hatzfeld qui, à partir de sources essentiellement parlementaires, s’est attaché à « démontrer » que la Sécurité sociale n’avait pas été créée sous la pression des luttes ouvrières. Son travail contenait en germe l’idée – également structurante chez François Ewald – qu’il était possible d’écrire une histoire de la société française en établissant des correspondances significatives entre les mutations sociologiques de celle-ci et la construction d’une protection sociale polymorphe.

  • 8 Gosta Esping-Andersen, Les Trois Mondes de l’État-providence. Essai sur le capitalisme moderne, Pa (...)
  • 9 Daniel T. Rodgers, Atlantic Crossings. Social Politics in a Progressive Age, Cambridge-London, Har (...)
  • 10 Vincent Viet, Hans Palm, Les Politiques sociales des communes en France et en Allemagne, MiRe-Dree (...)

5Quant aux secondes approches, qui s’efforcent de classer les États sociaux d’après des critères présélectionnés ou révélés ex post, elles ne sont pas sans rencontrer l’incrédulité de ces mêmes historiens : que vaut, en effet, une comparaison, dans la durée, portant sur dix, quinze, voire vingt pays ? De là bien des critiques : ces travaux lisseraient les différences entre les composantes de la protection sociale ou sélectionneraient arbitrairement leur objet ; ils déboucheraient sur des typologies peu éclairantes et simplifieraient abusivement les traditions nationales. Ainsi, Gosta Esping-Andersen, qui a manifestement disposé de données incomplètes sur le cas français, affirme notamment que la France ne possédait pas, avant 1945, de régime d’assurances sociales et semble ignorer jusqu’à l’existence de la loi de 1910 sur les Retraites ouvrières et paysannes8. En outre, les recherches s’intéressant aux conditions d’émergence des États-providence tiendraient peu compte des guerres et des phénomènes d’imitation, d’importation ou d’appropriation entre États9. Insistant sur la spécificité des voies nationales ou s’inscrivant, au contraire, dans une perspective développementaliste et linéaire, elles seraient quasiment muettes sur les phénomènes de déphasage ou de concomitance dans l’édification parallèle des systèmes nationaux de protection sociale. Enfin, les protections sociales y seraient présentées comme des systèmes cohérents et autonomes, fonctionnant de manière uniforme sur des territoires nationaux, sans interférence avec les autres initiateurs, acteurs ou promoteurs de politiques sociales (entreprises, communes, communautés religieuses, associations ouvrières, etc.)10.

  • 11 Dont la paternité revient à Paul Pierson. Chaque système de protection sociale suivrait son propre (...)
  • 12 Et sans doute même politiques et idéologiques : l’émergence de modèles de protection sociale alter (...)
  • 13 Claude Gilbert, Guy Saez, L’État sans qualité, Paris, PUF, 1982 ; Bruno Jobert, « Les politiques s (...)

6Ces critiques sont sans doute exagérées. Elles n’en témoignent pas moins d’une perplexité des historiens devant la manière dont certaines disciplines utilisent la variable de la durée, convoquent ou écartent l’événement, ou bien encore « ramassent » en un seul concept – celui de path dependency11 en est une bonne illustration – ce qui constituerait en réalité un écheveau d’innombrables données et paramètres. Cette liberté à l’égard de la chronologie et de l’événement vient d’abord de l’analyse systémique qui estime pouvoir s’en passer pour étudier la manière dont fonctionnent les systèmes de protection sociale. Mais elle est aussi liée à la représentation « commune » de la période, que les travaux sur la construction et l’épanouissement des États-providence circonscrivent d’ordinaire aux décennies 1930-1960. Cette période s’ouvrirait par un événement charnière et, pour beaucoup de pays, (re) fondateur : la fin de la Seconde Guerre mondiale et l’avènement d’une protection sociale obligatoire ayant vocation à couvrir les populations affaiblies par la guerre. Elle se déroulerait ensuite dans une conjoncture économique très favorable, illustrée par une forte croissance et le plein-emploi. Or, cette vision fluide, quasi intemporelle des choses, est, dans le cas français, sérieusement remise en cause par l’existence antérieure d’une protection sociale très diversifiée, dont les linéaments modernes remontent aux années 1880-1910. Dès avant 1914, en effet, toutes les techniques de protection ou d’autoprotection aujourd’hui connues avaient cours. Mais leur champ d’action était limité à des populations ou à des espaces physiques, professionnels ou interprofessionnels très fractionnés, aucune d’elles n’étant prépondérante ; en particulier, l’assurance obligatoire était loin de former le socle commun d’une protection sociale à vocation générale. Ce sont, en fait, les deux guerres mondiales, dont les conséquences économiques, sociales et sanitaires12 se cumulèrent et combinèrent, qui ont favorisé la sélection historique d’une protection sociale obligatoire, assise sur les salaires. Il se découvrirait ainsi une sorte de filiation réactive entre un Warfare state, improvisé à deux reprises dans des circonstances à chaque fois singulières, et ce qui serait son envers positif, le Welfare state13. Ce dernier serait à la fois le précipité des deux guerres et le fruit d’une lente maturation sur plusieurs décennies. D’où la nécessité d’en suivre la sociogenèse en tenant compte de la discontinuité de l’événement et de la continuité générale d’une maturation qui s’étalerait sur toute la période.

7L’entreprise collective dont ce livre est l’expression réclamait une hypothèse générale de nature à fédérer des contributions individuelles, nourries d’archives départementales aussi dispersées qu’hétérogènes. Celle que nous proposons relève d’une sociologie historique de l’État : la construction d’un système de protection sociale arrimé au salariat participerait, depuis la fin du xixe siècle, d’un effort élitaire d’intégration sociale, porteur d’une rationalité administrative, constamment contrariée.

  • 14 Pierre Laroque, « La prévoyance » dans Protection de la faiblesse physique et sociale, Encyclopédi (...)
  • 15 C’est-à-dire l’ensemble des lois et règlements destinés à protéger l’intégrité physique et morale (...)

8Par intégration sociale, il convient d’entendre le processus par lequel l’État-nation républicain et son administration ont tenté d’assurer, en France, les conditions politiques, économiques et culturelles de la sécurité sociale ou de la vie en société. La « protection de la faiblesse physique et sociale14 » en est une composante essentielle – mais non exclusive – qui remplissait deux grandes fonctions. La première s’efforçait de préserver la force de travail à travers la « protection légale des travailleurs15 » inventée au xixe siècle et, selon une terminologie également tombée en désuétude, la « protection de la santé de la population ». La seconde visait et vise encore à aider, inciter ou obliger les individus à se prémunir contre des risques identifiés comme « sociaux » ou encore à secourir, sans effort contributif de leur part, les plus faibles d’entre eux. C’est précisément cette diversité de la protection sociale que des personnalités politiques de stature nationale, des universitaires et des hauts fonctionnaires se sont efforcées d’organiser, d’ordonner, de simplifier et d’homogénéiser. Mais cette volonté élitaire, s’exprimant par défaut d’alternatives crédibles, a constamment été, sinon déçue, du moins bridée ou débordée par l’attitude des élus locaux, jaloux de leur action sociale et sanitaire, et par de multiples oppositions corporatives se référant à des représentations différentes de la société.

  • 16 Serge Berstein, Odile Rudelle (dir.) Le Modèle républicain, Paris, PUF, 1992.
  • 17 Didier Renard, Initiative des politiques et contrôle des dispositifs décentralisés. La protection (...)

9Cette hypothèse posée, comment la tester ? Le séminaire de recherche, organisé par l’IHTP, a permis de soulever des questions qui ont accompagné et structuré notre réflexion. La première est liée au type d’ancrage de la protection sociale : comment s’est opéré le passage d’une prévoyance sociale, majoritairement territorialisée et dépendante des élus locaux, à une protection sociale faisant une large place à l’assurance obligatoire, assise sur la relation salariale et administrée ou gérée par des services publics et des organismes privés, les caisses, dont l’État assurait le contrôle ? Impossible de comprendre cette transformation pluridimensionnelle, sans mobiliser une foule de données et variables relatives à l’évolution du « modèle social républicain16 », aux transformations des structures sociales, aux rationalités administratives concurrentes17, aux mutations du système politique et administratif français et aux relations – encore délaissées par la recherche – entre politiques sociales au niveau local et système de protection sociale. La « déterritorialisation » de la protection sociale était, en particulier, d’autant plus délicate à mettre en évidence que l’enquête des correspondants de l’IHTP s’était focalisée sur le fonctionnement local des Assurances sociales. Il nous fallait donc, au moyen d’échelles d’observation différentes, restituer des logiques nationales et locales, qui interféraient les unes avec les autres.

  • 18 Vincent Viet, « L’organisation par défaut des relations sociales : éléments de réflexion sur le rô (...)

10La seconde question intéresse bien davantage les acteurs gestionnaires des Assurances sociales : comment s’était opéré le basculement d’un système, où la Mutualité occupait une place centrale, à un autre faisant une large place à l’État, aux bénéficiaires, ainsi qu’aux organisations professionnelles, ouvrières et patronales ? Cette mutation profonde dans la gestion des assurances sociales appelait des éclairages non seulement sur l’histoire de la Mutualité, mais aussi sur l’évolution des relations industrielles entre l’État, les syndicats patronaux et les organisations ouvrières et, plus largement, sur la structuration des relations sociales entre les divers acteurs du champ social, lesquelles incluent à l’évidence la Mutualité18. Il nous fallait, cette fois, convoquer l’histoire de ces relations dont le cours fut longtemps parallèle au développement des protections, et comprendre comment et pourquoi elle avait pu croiser celle des Assurances sociales.

  • 19 François Ewald, L’État providence, Paris, Grasset, 1986.

11La troisième question porte sur le maintien et le développement de l’assistance durant toute la période, alors même que la création des Assurances sociales était censée la contenir dans des limites étroites. Outre que ce constat relativise la portée des travaux soucieux d’établir la généralisation du « paradigme assurantiel19 », il plaide en faveur d’un suivi très attentif des frontières entre l’assistance et l’assurance. D’autant que ces deux formes de protection sociale n’ont jamais été totalement exclusives, ni vraiment complémentaires : des hybridations se sont opérées, notamment dans les conjonctures les plus tendues.

12Il était, en outre, tentant d’apprécier la sensibilité du système des assurances sociales à la crise économique des années 1930, ainsi qu’aux circonstances de l’Occupation. Comment ce système, conçu en phase de prospérité, avait-il réagi à ces deux chocs extérieurs ? À quelles formes de recomposition avait-on assisté dans le champ de la protection sociale ? Une telle exploration impliquait à la fois d’entrer dans les arcanes du système des Assurances sociales pour cerner son autonomie fonctionnelle, et d’examiner du dehors l’évolution du poids relatif des Assurances sociales dans l’ensemble de la protection sociale. Elle offrait de surcroît l’occasion d’éprouver, dans le contexte de l’entre-deux-guerres, l’hypothèse a priori simplificatrice d’une inertie institutionnelle, inhérente au fonctionnement du système (path dependency).

  • 20 Lion Murard, Patrick Zylberman, L’Hygiène dans la République. La santé publique en France ou l’uto (...)

13Enfin, l’impact des Assurances sociales sur ce qui les avait motivées au premier chef, à savoir la protection sanitaire de la population française ou « protection de la santé publique » selon la terminologie de l’entre-deux guerres, méritait, lui aussi, d’être scruté. D’abord sous l’angle – peu exploré par les recherches sur la santé ou sur la protection sociale – de l’accès aux soins, de la médicalisation, de la pharmacopée, de l’action sociale et sanitaire et de la prévention. Ensuite, sous celui de la coordination entre les nombreux acteurs évoluant dans le champ sanitaire et social20 : institutions, œuvres sociales privées et publiques, dispensaires, établissements de soins, associations, etc. Si, par ailleurs, la question récurrente des relations entre le corps médical et l’État avait bien été étudiée au niveau national, notamment par Henri Hatzfeld, Pierre Guillaume, Olivier Faure et Patrick Hassenteufel, le rôle des caisses d’Assurances sociales dans la structuration du champ sanitaire et social et dans la transformation de ces politiques au niveau local restait obscur. Pouvait-on, en particulier, discerner dans les efforts de coordination, déployés par les caisses et impulsés par le pouvoir central, les prémices d’une politique de santé publique ?

14Restait à définir l’angle d’attaque général. Nous sommes partis de l’idée que la Première Guerre mondiale avait imposé les termes d’une équation « sociétale » entre les structures de la société française et les formes et techniques de protection sociale, clairement identifiées depuis les années 1880-1910 : quelles étaient les formes et les techniques de protection les mieux adaptées à la société française ? Question assurément redoutable, compte tenu des reclassements professionnels et sociaux provoqués par la Grande Guerre. Se posait-elle avant 1914 ? Sans doute, mais dans le cadre d’une société très inégalitaire, et uniquement en direction des populations les plus défavorisées et les plus vulnérables. Dans le contexte de forte stabilité monétaire de la Belle Époque, il était en effet possible, pour tous ceux qui en avaient les moyens, de se protéger ou de protéger les leurs par les revenus tirés de l’épargne, de la propriété, des placements mobiliers et immobiliers. D’un côté, donc, une protection sociale ciblée sur des populations particulières, qui faisait appel à la solidarité nationale ; de l’autre, une autoprotection fondée sur la prévoyance individuelle, alors modèle dominant de protection sociale. Or, les conséquences sanitaires et sociales de la guerre ont clairement fait voler en éclats cette asymétrie socialement inégalitaire entre l’assistance et la prévoyance obligatoire, d’une part, et la prévoyance libre, d’autre part. Mais cette rupture d’équilibre asymétrique ne s’est pas accompagnée d’une remise en cause des cadres de pensée de l’avant-guerre. Tout s’est passé comme si la prévoyance obligatoire (assistance et assurances sociales) restait, dans les esprits, réservée aux plus défavorisés ou aux plus modestes, alors que les assurances sociales tendaient, dans les faits, à couvrir de plus en plus de salariés et donc des salariés de moins en moins modestes.

15Ce décalage entre les représentations et la réalité des Assurances sociales explique que la plupart des travaux sur la protection sociale aient jusqu’à présent privilégié une entrée analytique par le bas de l’échelle sociale, avec cette idée – en partie fondée – que la prévoyance obligatoire s’était étendue par étapes successives des plus pauvres (indigents et ouvriers salariés) à l’ensemble de la population. C’est ainsi que le droit ouvrier serait devenu le droit social, et la protection des ouvriers l’initiatrice de notre protection sociale.

16Mais cette vision des choses se modifie sensiblement, si l’on prend en compte les répercussions de la Première Guerre mondiale, puis les effets cumulés des guerres et de la crise des années 1930, sur les structures sociales, la répartition des revenus tirés du travail et du capital, la valeur de la monnaie. C’est alors le milieu de l’échelle sociale, à savoir les couches moyennes non salariées, qui constitue l’inconnue sociologique majeure de l’équation posée par la guerre ; et c’est la transformation de leur statut socio-économique en salariat qui devient l’enjeu d’une protection sociale assise sur le lien salarial. Ainsi, pour corriger l’effet de prisme qui résulte d’une analyse purement ouvriériste de la protection sociale, il faut aussi s’intéresser, de part et d’autre de l’événement pivot que fut la Première Guerre mondiale, au cœur même de cette société : les classes moyennes non salariées qui s’étaient octroyé, dès avant 1914, une prévoyance libre, dont le caractère inégalitaire était patent. Cela suppose d’avoir une vision très large de la protection sociale, dont l’histoire ne saurait se limiter à la seule étude de ses formes obligatoires.

17Voilà qui nous amène à ordonner le propos de cet ouvrage, dont la coordination a été assurée par Danièle Voldman, autour de trois grandes parties. La première présente un panorama raisonné de la protection sociale française d’avant 1914. Prenant acte des conséquences sanitaires et sociales de la Grande Guerre sur la structure de la société française et sur l’économie générale de la protection sociale, elle s’intéresse ensuite au fonctionnement des Assurances sociales dans le cadre national (responsable : Vincent Viet). Fondée sur l’exploitation d’archives régionales et départementales, la seconde partie se focalise sur le fonctionnement local et quotidien des Assurances sociales, y compris sous l’Occupation (responsable : Michel Dreyfus). Quant à la troisième et dernière partie, elle traite du passage des Assurances sociales à la Sécurité sociale, en revenant sur le mythe d’une création ex nihilo sans parenté aucune avec le système antérieur (responsable : Michèle Ruffat).

Notes

1 Cette enquête s’est déroulée durant trois ans dans 31 départements et s’est accompagnée d’un séminaire soutenu par la MiRe-Drees du ministère des Affaires sociales, du Travail et de la Solidarité. Voir en fin de volume la liste des contributeurs et participants.

2 François-Xavier Merrien, « États-providence en devenir. Une relecture critique des recherches récentes », Revue française de sociologie, 2002, 43-2, p. 211-241.

3 Cristoph Conrad, « Les États-providence en comparaison. État des approches en sciences sociales et en histoire », Histoire et Société, Revue européenne d’histoire sociale, n° 6, avril 2003, p. 90-98.

4 Analyses mono-sectorielles de Colette Bec et Didier Renard sur l’assistance ; de François Ewald et Michèle Ruffat sur l’assurance ; de Michel Dreyfus, Bernard Gibaud, Patricia Toucas sur la mutualité, etc. Les analyses pluri-sectorielles sont nettement plus rares.

5 MiRe, Comparer les systèmes de protection sociale en Europe, 4 volumes, 1994, 1995, 1997, 1999 ; Christine Daniel, Bruno Palier (dir.), La Protection sociale en Europe. Le temps des réformes, Paris, La Documentation française, 2001 ; Lucie Paquy, Les Systèmes européens de protection sociale : une mise en perspective, document de travail, Série MiRe-Drees, n° 6, janvier 2004.

6 Yves Mény, Jean-Claude Thoenig, Politiques publiques, Paris, PUF, 1989 ; Bruno Jobert, « Les politiques sociales et sanitaires » dans Madeleine Grawitz, Jean Leca (dir.), Traité de science politique, 4, Les Politiques publiques, Paris, PUF, 1985, p. 301-342.

7 François-Xavier Merrien, « États-providence : l’empreinte des origines », Revue française des affaires sociales, n° 3, juillet-septembre 1990.

8 Gosta Esping-Andersen, Les Trois Mondes de l’État-providence. Essai sur le capitalisme moderne, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 1999, p. 124-125.

9 Daniel T. Rodgers, Atlantic Crossings. Social Politics in a Progressive Age, Cambridge-London, Harvard University Press, 1998.

10 Vincent Viet, Hans Palm, Les Politiques sociales des communes en France et en Allemagne, MiRe-Drees, La Documentation française, 2004.

11 Dont la paternité revient à Paul Pierson. Chaque système de protection sociale suivrait son propre chemin de réformes, « sans quitter le sillon tracé par l’histoire » (Bruno Palier, Giuliano Bonoli, « Phénomènes de path dependence et réformes des systèmes de protection sociale », Revue française de science politique, vol. 49, n° 3, juin 1999, p. 399-420).

12 Et sans doute même politiques et idéologiques : l’émergence de modèles de protection sociale alternatifs dans le cadre de régimes fascistes et communistes n’a pas été sans influence, répulsive ou attractive, sur la construction du modèle français des assurances sociales.

13 Claude Gilbert, Guy Saez, L’État sans qualité, Paris, PUF, 1982 ; Bruno Jobert, « Les politiques sociales et sanitaires » dans Madeleine Grawitz, Jean Leca (dir.), Traité de science politique, op. cit., p. 301-342.

14 Pierre Laroque, « La prévoyance » dans Protection de la faiblesse physique et sociale, Encyclopédie française, section A – Activités et fonctions de l’État, 1935.

15 C’est-à-dire l’ensemble des lois et règlements destinés à protéger l’intégrité physique et morale des travailleurs (âge d’admission dans les ateliers, durée du travail, règles relatives au contrat de travail, etc.) dont la première manifestation fut la loi du 22 mars 1841 sur le travail des enfants dans les usines et manufactures.

16 Serge Berstein, Odile Rudelle (dir.) Le Modèle républicain, Paris, PUF, 1992.

17 Didier Renard, Initiative des politiques et contrôle des dispositifs décentralisés. La protection sociale et l’État sous la Troisième République 1885-1935, Rapport final, Convention MiRe n° 13/96, février 2000.

18 Vincent Viet, « L’organisation par défaut des relations sociales : éléments de réflexion sur le rôle et la place de l’État dans le système français des relations sociales (1880-1939) » dans Jean-Pierre Le Crom (dir.), Les Acteurs de l’histoire du droit du travail, Rennes, PUR, 2005, p. 191-214.

19 François Ewald, L’État providence, Paris, Grasset, 1986.

20 Lion Murard, Patrick Zylberman, L’Hygiène dans la République. La santé publique en France ou l’utopie contrariée 1870-1918, Paris, Fayard, 1996.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540