Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rohmer et les Autres

 | 
Noël Herpe

4. Complicités

« Les villes ne sont pas des décors »

Michel Jaouën

Texte intégral

  • 1 Planifiées dans le schéma directeur d’aménagement de la région parisienne de 1965, les villes nouv (...)

1Je suis diplômé d’une école d’ingénieur, l’INSA de Lyon, option « génie civil et urbanisme ». J’ai complété cette formation par un diplôme d’architecte. Pour mon premier poste, j’ai été adjoint du directeur de l’atelier d’urbanisme de Mâcon (Saône-et-Loire) entre 1975 et 1977. Ensuite, j’ai eu envie de revenir en région parisienne. J’ai rencontré un urbaniste qui travaillait à Cergy-Pontoise (Marcel Bajard). Je lui ai fait part de ce souhait. Quelques semaines plus tard, il m’a dit que l’Établissement Public d’Aménagement de Cergy-Pontoise allait embaucher un nouvel urbaniste1. J’ai rencontré le directeur des études, Bertrand Warnier, et suis ainsi entré dans l’équipe d’urbanistes en charge de la conception de la ville nouvelle.

  • 2 Naissance d’une ville (1975) est le premier volet d’une série documentaire de quatre films consacr (...)

2Je n’étais jamais allé à Cergy-Pontoise avant cette rencontre. J’en avais une connaissance livresque car les villes nouvelles étaient très en vogue dans les écoles d’architecture à l’époque. En août 1977, quelques jours avant de m’y rendre, j’ai vu le film d’Éric Rohmer Naissance d’une ville à la télévision2. Mon premier contact avec Cergy-Pontoise s’est donc établi par l’intermédiaire de ce cinéaste, dont j’appréciais les films. Cette projection d’août 1977 est un peu le départ d’une boucle qui se refermera avec ma participation à L’Arbre, le Maire et la Médiathèque (1992).

3Je suis arrivé à Cergy dans le service des études à l’âge de vingt-neuf ans. Très vite mes premières fonctions ont évolué vers des responsabilités opérationnelles et j’ai été chargé, avec Michel Gaillard, également urbaniste, de la continuité de la conception et de la mise en œuvre du quartier Saint-Christophe. Nous avions une grande autonomie de travail pour projeter le quartier. C’était une responsabilité considérable par rapport à mon âge et à mon expérience professionnelle. Et pourtant, quand l’Établissement Public organisait un match de football, entre les jeunes et les vieux, à trente ans je jouais déjà dans l’équipe des « vieux ».

  • 3 L’Axe Majeur est un parcours urbain monumental de douze stations, conçu par l’artiste Dani Karavan (...)
  • 4 « Monique Faux (1924-1997), conseiller artistique au Ministère de la Culture et au Secrétariat Gén (...)

4J’ai rencontré Éric Rohmer à l’occasion du projet d’Axe Majeur mis en œuvre par Dani Karavan3. Je m’intéressais beaucoup à l’art, au cinéma, au théâtre. J’appréciais le travail de Monique Faux sur l’art et la ville4. En 1980, une amie peintre m’a montré un catalogue consacré à l’œuvre de Dani Karavan. Avec Bertrand Warnier, nous l’avons invité à Cergy pour travailler avec nous sur le projet de l’Axe Majeur. Il y a eu des débats importants sur cette initiative, au sein même de l’Établissement Public, où le projet était critiqué.

  • 5 Ce comité rassemblait des personnalités du monde culturel (Ricardo Boffil, André Wogensky, archite (...)
  • 6 Le Belvédère Saint-Christophe est un complexe de 380 appartements, dont le bâtiment principal, en (...)

5En 1985, nous avons constitué une association car la continuité du projet devenait difficile et nous avons cherché l’appui d’autorités culturelles en constituant un comité de parrainage. Éric Rohmer a accepté d’y participer5. Il était alors en relation avec le secrétariat général de l’Établissement Public pour la préparation de L’Ami de mon amie (1987). Rohmer attendait la fin de l’opération de Bofill, le Belvédère Saint-Christophe, pour tourner son film6. Je ne l’ai pas croisé pendant le tournage de L’Ami de mon amie, mais, à mon initiative, une projection du film a été organisée à l’Établissement Public, avant la sortie du film, en présence des personnes qui participaient à la construction de la ville, pour voir ce qu’un cinéaste en montrait. L’accueil a été très favorable.

  • 7 Pascale Charpentier, « La ville blanche », Les Nuits magnétiques, France Culture, 1988. On peut en (...)
  • 8 Sur Jean Parvulesco (qui joue un petit rôle dans L’Arbre, le Maire et la Médiathèque), lire l’arti (...)

6À la même époque, Pascale Charpentier est venue à Cergy pour enregistrer une émission de France Culture, « La ville blanche », afin d’évoquer l’Axe Majeur et l’architecture de Bofill7. Il s’agissait de prendre position dans les débats sur la manière dont le quartier était habité. J’ai participé à l’enregistrement dans un restaurant du quartier Saint-Christophe. Il y avait également Jean Parvulesco, philosophe et poète, qui était venu habiter Cergy-Pontoise sur les conseils de Rohmer8. L’Axe Majeur l’inspirait beaucoup et il en parlait avec humour et emphase. Nous avons noué des liens d’amitié.

7Par ailleurs, je m’intéressais beaucoup au théâtre, comme acteur et comme concepteur de décor, en particulier pour un théâtre de Cergy-Pontoise, le Théâtre 95. En 1991, Parvulesco est venu y voir un spectacle. Il a trouvé l’une des actrices « rohmérienne » et a voulu la présenter à Rohmer. Je connaissais cette actrice. Elle était très enthousiaste et une expédition s’est montée vers Paris pour prendre le thé chez Rohmer, une fin d’après-midi d’été.

8C’était notre première vraie rencontre, car nous ne nous étions croisés que dans des circonstances officielles, autour de l’Axe Majeur. Il ne s’est pas du tout intéressé à l’actrice et se tournait toujours vers moi. Nous avons parlé d’architecture, d’urbanisme, mais je n’ai pas un souvenir précis de nos échanges. J’avais vu ses films et je savais qu’il s’intéressait à l’architecture. Nous avons sans doute évoqué des questions territoriales, le rapport entre la ville et l’agriculture, le rôle des villes nouvelles en Ile-de-France. C’était une conversation de salon, agréable et paraissant anodine. À l’époque j’étais architecte libéral à temps plein depuis peu. Je venais de travailler pour la SNCF sur la conception de l’aménagement du quartier Seine Rive Gauche à Paris.

9Françoise Etchegaray m’a confirmé plus tard que Rohmer avait bâti le scénario à partir de cette rencontre, comme il l’a dit et écrit. Elle m’a dit ne l’avoir jamais vu aussi excité : « On allait dans la cuisine préparer du thé et il me disait : il ne faut pas qu’il parte, il faut continuer à le faire parler… » Quelques semaines plus tard, Jean Parvulesco m’a appelé et m’a dit : « Je viens d’avoir une longue conversation avec Éric Rohmer. Ce que vous lui avez raconté l’a passionné et il souhaite faire un film avec vous. Voulez-vous être acteur ? » On ne refuse pas une telle offre.

  • 9 « Il faudrait rétablir la peine de mort pour les architectes », dit Luchini.

10J’ai ensuite rencontré Rohmer deux ou trois fois pendant la préparation du film, qui s’appelait alors Haute Politique. Ses dossiers étaient d’ailleurs marqués HP. La première fois, il m’a raconté le film, la manière dont il voyait les choses : « C’est dans un village, on va construire une salle des fêtes autour de laquelle il va y avoir des problèmes politiques, écologiques. » Je lui ai dit qu’il ne fallait pas que ce soit une salle des fêtes… Plutôt une médiathèque, un projet un peu surdimensionné par rapport au village, un peu incongru, mais presque possible, ce qui est très typique de la fin des années quatre-vingts. Beaucoup de maires se lançaient dans des projets somptuaires, hors d’échelle par rapport à leurs possibilités financières. En partant de l’idée d’une médiathèque, j’ai ajouté une piscine, un théâtre de verdure. C’était donc un projet décalé, un peu fou, mais dessiné de manière réaliste. Il m’a dit qu’à la fin du film, on devait apprendre que le projet ne serait pas réalisé. Nous avons aussi parlé des noms des personnages, humoristiques, en rapport avec leur fonction. Je suis donc devenu Antoine Pergola : cela faisait italien et architecte… Lors d’un autre après-midi de discussion au sujet du film, il m’a fait lire une scène écrite pour Fabrice Luchini. « Elle est très dure pour les architectes », m’a-t-il dit. C’était vrai, mais la rudesse du propos n’était pas injustifiée9. Je lui ai ensuite écrit une lettre sur le déroulement d’un projet, car il y avait des choses un peu incongrues dans le scénario, dans l’enchaînement des choses, même si Rohmer était très au fait des processus de projet d’architecture. Il a imaginé tout seul les dialogues sur l’aménagement du territoire. J’ai simplement rétabli le caractère réaliste à donner au déroulement du projet.

11Il m’a ensuite demandé d’aller sur place, à Saint-Juire. J’y ai passé une journée. J’ai rencontré le vrai maire de cette commune. J’ai fait quelques croquis et j’ai dessiné le projet. Rohmer était persuadé que j’allais couper l’arbre. Je l’avais vu venir et, un peu par farce, je l’ai gardé, ce que j’aurais d’ailleurs fait naturellement dans un projet véritable. Il a dû changer une partie des dialogues. C’est pour cela que Luchini s’emporte contre l’architecte en disant : « C’est encore pire, un architecte respectueux de l’environnement. » J’ai construit une maquette, dessiné des plans et des croquis qui évoquent une dimension – même s’il n’y avait pas de programme, pas de projet véritable, seulement des façades. J’avais rassemblé des photos aériennes, des photos prises sur place, le cadastre, un relevé topographique sommaire… C’était un pastiche dans l’excès du programme, mais pas dans le traitement architectural.

12Quelques semaines plus tard, Françoise Etchegaray m’a appelé. Elle m’a informé que le tournage commençait et m’a proposé une date. Le jour dit, toute l’équipe (Françoise Etchegaray, Pascal Greggory, Arielle Dombasle, Rohmer) est venue dans mon bureau, à Cergy. Rohmer m’avait demandé si j’acceptais de jouer une scène improvisée. À ma connaissance, c’est la seule du film – avec les entretiens avec les agriculteurs du village, que je trouve très émouvants. Rohmer m’avait expliqué qu’en général il faisait plusieurs prises. Tout le monde s’est installé et nous avons commencé à tourner. Je pense qu’il avait un peu « chauffé » Arielle Domsbale : « Vous allez le titiller sur ce point… » J’étais persuadé en tournant que ce ne serait pas la bonne prise, mais à la fin Rohmer a dit : « C’est très bien, on n’a pas besoin de la refaire. » Nous avons ensuite passé l’après-midi à enregistrer des sons, faire des plans de coupe, filmer des regards, les mains montrant la maquette… Mais le dialogue est sorti en une prise.

13Je devais tourner une autre scène pour la fin du film, expliquant les raisons de l’abandon du projet. Mais le scénario a évolué. Le spectateur l’apprend par la journaliste qui rencontre le maire devant l’UNESCO. Rohmer m’a demandé si je voulais voir les rushes ou assister au montage. Je ne l’ai pas souhaité. J’ai découvert le film à la première, où je suis arrivé en retard, un jour de grève des transports. C’était un matin, dans un cinéma de Saint-Germain-des-Près, avec les acteurs et l’équipe. C’était intime. Les projections publiques commençaient l’après-midi même dans ce cinéma. Beaucoup d’amis architectes ont vu le film, en France, en Italie, en Espagne… Personne ne m’a dit : « Ce n’est pas ma vision de l’architecture aujourd’hui. » Ils ont trouvé le film assez juste par rapport à leur propre expérience.

14En quelques plans, Éric Rohmer sait décrire de manière sensible une ville – pas forcément en la montrant directement, mais par touches, en s’intéressant à la façon dont un personnage entre dans un immeuble parisien, dans un immeuble à Marne-la-Vallée, en montrant comment il vit et bouge dans son appartement. Dans ses films, les villes ne sont pas des décors, ce sont des lieux qui imprègnent les personnages. Rohmer sait traduire ce qu’est l’esprit d’une ville, la manière dont les habitants s’y sentent. Dans le Conte d’hiver (1992), les personnages se comportent de façon un peu différente à Nevers et à Levallois… Dans « La ville blanche », Rohmer dit quelque chose de Cergy-Pontoise que je n’avais pas perçu : la force de cette ville, c’est qu’il n’y a pas un seul itinéraire pour aller d’un endroit à un autre ; alors que, dans la manière dont on conçoit les villes aujourd’hui, il y a un itinéraire imposé. C’est pourquoi L’Ami de mon amie est construit sur le hasard, qui est aussi l’un de ses thèmes favoris. Il y a beaucoup de rencontres. Ces rencontres sont possibles car elles sont dans l’esprit du lieu. Rohmer a une capacité de saisir les choses essentielles d’un lieu, et de les transcrire dans son écriture cinématographique, dans une histoire. C’est pour moi la force de son cinéma, outre les rapports entre les personnages, leur sensibilité.

15Propos recueillis par
Vincent Guigueno en janvier 2005.

Notes

1 Planifiées dans le schéma directeur d’aménagement de la région parisienne de 1965, les villes nouvelles étaient ou sont encore aménagées par un établissement public doté de services d’urbanisme, sous le contrôle d’un conseil d’administration. Depuis la loi dite Boscher (1970), il existe également une structure intercommunale qui deviendra le Syndicat d’Agglomération Nouvelle (SAN). Sur l’histoire des villes nouvelles, voir la bibliographie établie par le programme d’histoire et d’évaluation des villes nouvelles (http://www.villes-nouvelles.equipement.gouv.fr), ainsi que les travaux dirigés par Loïc Vadelorge, Éléments pour une histoire des villes nouvelles, Manuscrit.com, 2004.

2 Naissance d’une ville (1975) est le premier volet d’une série documentaire de quatre films consacrés à l’urbanisme et au logement dans des villes nouvelles (Cergy-Pontoise, Le Vaudreuil, Evry).

3 L’Axe Majeur est un parcours urbain monumental de douze stations, conçu par l’artiste Dani Karavan – dont le Belvédère, immeuble de Bofill, est situé à la première étape. Sur l’Axe Majeur, lire Pierre Restany, Dani Karavan. L’Axe Majeur de Cergy-Pontoise, Établissement Public de Cergy-Pontoise, 1987.

4 « Monique Faux (1924-1997), conseiller artistique au Ministère de la Culture et au Secrétariat Général des villes nouvelles, a joué un rôle majeur dans le développement de l’art de la ville. Acteur clé de la transformation du paysage urbain, à l’écoute des meilleurs artistes, elle fut à l’origine de réalisations permettant à la cité de devenir un lieu où il fasse bon vivre et où le citadin accéderait à la culture contemporaine » (L’Âme urbaine. Hommage à Monique Faux, Genève, Daval éditeur, 1998.)

5 Ce comité rassemblait des personnalités du monde culturel (Ricardo Boffil, André Wogensky, architectes, Jean-Luc Daval, directeur de l’École d’Art de Genève, Pierre Restany, critique d’art), intellectuel (Georges Duby, Elie Wiesel), administratif (Joseph Belmont, directeur de l’architecture au Ministère de la Culture, Émile Biasini, Paul Delouvrier) et politique (Pierre Mendès-France), des présidents de sociétés (Georges de Buffévent, Marcel Louvet, Alain Teitelbaum)…

6 Le Belvédère Saint-Christophe est un complexe de 380 appartements, dont le bâtiment principal, en forme de colonnade, domine la vallée de l’Oise. La colonne plantée au milieu de la place est la première station de l’Axe Majeur. Ricardo Boffil (1939) est un architecte catalan qui reçut de nombreuses commandes dans les villes nouvelles. Dans L’Ami de mon amie, Blanche habite le Belvédère, dans un appartement où on aperçoit au loin le quartier de la Défense.

7 Pascale Charpentier, « La ville blanche », Les Nuits magnétiques, France Culture, 1988. On peut entendre les témoignages de Michel Jaouën, Dani Karavan, Jean Parvulesco et Éric Rohmer.

8 Sur Jean Parvulesco (qui joue un petit rôle dans L’Arbre, le Maire et la Médiathèque), lire l’article très polémique d’Hélène Liogier, « 1960 : vue d’Espagne, la Nouvelle Vague est fasciste, ou la Nouvelle Vague selon Jean Parvulesco », 1895, n° 26, Paris, Association Française de Recherche sur l’histoire du Cinéma, 1999.

9 « Il faudrait rétablir la peine de mort pour les architectes », dit Luchini.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540