Version classiqueVersion mobile

L'artisanat français

 | 
Caroline Mazaud

Conclusion

Texte intégral

De profondes transformations de l’artisanat depuis les années 1970

1L’élargissement des frontières du groupe des artisans et l’assouplissement des conditions d’accès au statut d’indépendant offrent les conditions d’une transformation du groupe plus disposé à accueillir des profils variés, venus de l’extérieur de l’artisanat. Non seulement le « droit de suite » permet, depuis 1995, de rester immatriculé au répertoire des métiers au-delà du seuil de dix salariés, mais la loi autorise l’accès à la direction des entreprises artisanales pour des individus sans formation de métier. Ces modifications du cadre législatif répondent à une politique qui vise à résorber la montée du chômage en favorisant l’autoemploi. Elle s’adresse tout spécifiquement aux PME, et en particulier aux entreprises artisanales qui représentent, pour les pouvoirs publics, un vaste réservoir d’embauches potentielles.

2Cette ouverture s’accompagne, depuis les années 1970, de transformations institutionnelles importantes avec la multiplication d’institutions représentant et défendant les intérêts de l’artisanat et l’extension de leur champ de compétences. Ainsi, l’UPA, seule organisation interprofessionnelle représentant l’ensemble de l’artisanat, est née en 1975. Elle est reconnue comme partenaire social depuis 1983 et participe, depuis 1988, aux négociations paritaires interprofessionnelles aux côtés du Medef et de la CGPME, face aux syndicats de salariés. La seule voie artisanale défend donc les intérêts des employeurs de l’artisanat, excluant de fait les indépendants sans salarié. Les chambres de métiers et de l’artisanat, interlocutrices économiques et éducatives des pouvoirs publics ont également vus leur domaine de compétences s’élargir, passant de l’assistance technique du secteur des métiers à l’animation économique des territoires. Elles accompagnent l’entreprise artisanale à chaque étape décisive, de la création à la transmission, en passant par le suivi de sa croissance et la recherche d’une plus grande compétitivité. Grâce à leurs salariés permanents, professionnalisés et plus nombreux qu’il y a une trentaine d’années, ces institutions encouragent et encadrent cette stratégie d’ouverture s’adressant tout particulièrement à de potentiels entrepreneurs qui favoriseraient le développement économique et l’emploi sur tout le territoire.

3Cette politique bénéficie du relais d’organisations qui accompagnent ces installations, comme les franchises qui encadrent au plus près la mise à leur compte et l’exercice de l’activité de certains reconvertis en direction de l’artisanat. Or, comme le rappelle, Gérard Delteil, la franchise n’est pas une formule proposée par des philanthropes :

  • 1 Delteil G., La franchise commerciale, op. cit., p. 7.

« Les patrons des chaînes en franchise ne sont pas des mécènes. Ce sont des hommes d’affaires qui poursuivent leurs propres objectifs. Leur stratégie consiste souvent à se développer plus vite grâce à l’argent et au travail des autres1. »

4Ces organisations cherchent donc des candidats qui développent leur activité et augmentent les marges bénéficiaires, plutôt que des hommes de métier mus par le souci du travail bien fait et désirant exercer leur activité de façon indépendante sans ambition de développement économique. On l’a vu, ces organisations favorisent la diffusion de pratiques qui s’éloignent de ce qui caractérise l’artisanat : rationalisation dans l’organisation du travail, spécialisation des tâches, standardisation des procédures et normalisation de l’espace commercial.

  • 2 Voir Jaeger C., Artisanat et capitalisme…, op. cit. et plus récemment Perrin C., Entre glorificati (...)

5Le contexte démographique qui voit près de 40 % des dirigeants d’entreprises artisanales partir en retraite dans les dix prochaines années constitue un effet d’aubaine pour accentuer cet appel au changement dans le recrutement et dans les pratiques artisanales. L’environnement socioéconomique favorise par ailleurs ces politiques et dispositifs qui trouvent un écho chez des individus qui éprouvent des difficultés à se placer dans l’emploi, soit que leur formation initiale ne leur offre pas les débouchés attendus, soit que leur conditions d’emploi et de travail dégradées les conduit à se reconvertir. Ce phénomène observé corrobore les conclusions des historiens de l’artisanat2, qui ont montré que l’indépendance attire davantage en période de récession et de chômage. Elle constitue ainsi une sorte de refuge pour des individus qui éprouvent des difficultés à trouver leur place dans le salariat. Ce phénomène concerne particulièrement les générations arrivées sur le marché du travail après les Trente Glorieuses. Ces candidats qui renouvellent en partie le groupe des artisans sont issus des classes moyennes, voire supérieures que l’on considère leur origine sociale et/ou professionnelle. L’indépendance leur permet de reproduire la position sociale de leurs parents, parfois légèrement inférieure cependant, et constitue une sorte de filet de sécurité face à un risque de déclassement trop douloureux faute de trouver une place conforme à leurs prétentions dans le salariat.

6Avec ce changement dans le recrutement des artisans, le niveau de formation des dirigeants augmente et le contenu des savoirs mobilisés au service de leurs entreprises se transforme. Plus souvent formés à la gestion des entreprises, à la comptabilité et aux techniques de commercialisation, ils investissent l’artisanat en introduisant de nouvelles pratiques qui touchent moins au savoir-faire productif qu’à l’organisation du travail et aux stratégies de vente. Plus visibles, ces nouveaux entrants n’hésitent pas à frapper aux portes des institutions susceptibles de les conseiller et de les aider administrativement, financièrement ou techniquement. Ils se rendent par ailleurs visibles aux yeux de la clientèle, grâce à leurs stratégies commerciales guidées par « l’esprit client ».

7Si l’accès à l’indépendance artisanale répond moins à une ascension professionnelle et sociale pour ces jeunes générations, notre enquête de terrain a pourtant permis de constater que des hommes de métier d’origine populaire s’installent aujourd’hui encore, en nombre, comme artisan. Il est d’ailleurs vraisemblable que des ouvriers non qualifiés de l’industrie, qui représentent le groupe qui subit le plus violemment la crise de l’emploi, tentent particulièrement leur chance dans l’artisanat. Je dois cependant admettre que je n’ai rencontré que peu de profils de ce genre, sans doute parce que, moins bien dotés en capitaux économiques et culturels, ils sont aussi ceux dont l’activité est la moins pérenne. Nous pouvons donc supposer que beaucoup d’entre eux n’ont pas dû passer le cap des trois ans d’activité qui constituaient le seuil de mes entrants interviewés.

8Ce sont plutôt des ouvriers qualifiés de l’artisanat qui se sont installés à leur compte et dont j’ai pu recueillir les trajectoires. Cette catégorie socioprofessionnelle fournit encore aujourd’hui le principal vivier dans lequel puise le groupe des artisans pour se renouveler. Correspondant au cheminement socioprofessionnel traditionnel dans l’artisanat, ces hommes de métier se sont formés à un métier dès leur plus jeune âge, ont cumulé de l’expérience professionnelle en tant qu’ouvrier, avant de s’installer à leur compte. Autrement dit, leur entrée dans l’artisanat repose moins sur la recherche d’un statut d’indépendant, comme c’est le cas des reconvertis qui échappent ainsi au salariat, que sur le métier qu’ils ont acquis tout au long de leur trajectoire socioprofessionnelle. Les solidarités de métier, qui se conjuguent des arrangements informels aux regroupements plus structurés, participent à l’installation et au maintien de ces hommes de métiers qui ne sont pas des individus isolés qui tenteraient leur chance en solitaire. De la même façon, le territoire peut constituer une véritable ressource dont disposent, et que mobilisent, certains hommes de métier engagés localement. Nous avons vu enfin que les artisans bénéficiaient du soutien actif de leur famille, et de leur conjoint en particulier, que leur domaine d’intervention se situe dans l’entreprise ou dans l’espace domestique.

  • 3 J’ai moi-même pu observer cette méfiance. Lorsque je me présentais à mes enquêtés en expliquant qu (...)
  • 4 Seule la CAPEB peut se targuer de représenter la majorité des artisans du bâtiment.

9Les ressources de ces hommes de métier leur permettent une certaine autonomie vis-à-vis des institutions représentatives de l’artisanat et de leur politique d’ouverture. En effet, si les représentants des artisans sont manifestement plus visibles et actifs à l’échelle nationale, il semble que leurs périmètres d’action soient plus limités à l’échelle locale. Ainsi, les hommes de métier, souvent méfiants à l’égard de leurs mandataires fréquemment soupçonnés de n’agir qu’au service des plus grosses entreprises, peuvent mener toute leur carrière en restant éloignés de ces institutions3. Les artisans ne sont ainsi majoritairement pas encartés dans des organisations professionnelles qui relèvent de l’adhésion libre4. Dans de nombreux cas, ils ne fréquentent leur chambre consulaire qu’en cas d’obligations administratives : beaucoup ne se sont déplacés à la CMA que pour suivre le stage préalable à l’installation et afin d’immatriculer leur entreprise au répertoire des métiers. La CMA est ainsi fréquemment exclue des temps forts de l’entreprise dirigée par un homme de métier. Nous savons par exemple que la transmission d’entreprises artisanales dans certains secteurs, dominée par les filières professionnelles, échappe totalement aux services transmission des CMA.

10Les interactions entre reconvertis et hommes de métier sont finalement assez rares ou ténues. Elles ont parfois lieu à l’occasion de transactions ou de tentatives de transaction quand des reconvertis souhaitent reprendre l’entreprise d’un homme de métier sur le départ. Encore faut-il que le cédant potentiel se soit manifesté auprès de ses représentants pour que ceux-ci aient orienté des candidats venus de l’extérieur au monde de l’artisanat. Une fois mis en relation, rien n’oblige le cédant à transmettre effectivement son entreprise à un repreneur au profil bien différent du sien. Nous l’avons analysé à travers une étude de cas, les tentatives d’accès au statut d’artisan d’individus venus de l’extérieur à l’artisanat n’aboutissent pas nécessairement, d’autant plus si leur accès à l’indépendance passe par la reprise, et non la création, d’une entreprise artisanale. Mais, dans la plupart des cas, reconvertis et hommes de métier circulent dans des univers parallèles qui s’ignorent. Ils participent cependant à faire ensemble la catégorie officielle des artisans.

De nouvelles lignes de fractures du groupe des artisans

11Nous avons donc schématiquement deux catégories d’artisans correspondant aux deux voies d’accès à ce statut : soit directement par le métier comme c’est le cas des hommes de métier que l’origine sociale, la formation suivie et l’itinéraire professionnel « prédestinaient » à devenir artisan, soit après être passé par d’autres cadres socialisateurs, comme c’est le cas des reconvertis qui ont bifurqué plus tardivement vers l’artisanat. Ces deux voies d’accès au statut d’artisan sont un indicateur révélant le type de savoir acquis sur lequel repose l’installation et le maintien dans l’indépendance des ces artisans : les hommes de métier s’appuient sur un savoir-faire de métier, quand les reconvertis, qui sont passés par l’enseignement supérieur et/ou des fonctions de responsables dans de grandes entreprises, font reposer leur installation sur leurs compétences, notamment en matière de gestion des entreprises et de commercialisation.

12Mais l’analyse des trajectoires nous a laissé voir que cette seule distinction était insuffisante pour caractériser les différents profils rencontrés parmi les artisans enquêtés. En effet, à l’intérieur-même de ces deux catégories, les artisans se répartissent sur un axe de la fonction principale occupée qui va de la production à un pôle à la seule gestion à l’autre pôle. L’indicateur le plus pertinent pour distinguer ces deux figures opposées est le nombre de salariés employés en sein de l’entreprise. Ainsi, plus la structure est petite, plus le dirigeant se rapprochera du pôle production. A contrario, plus l’entreprise comptera de salariés, plus le dirigeant limitera sa fonction à la gestion de son entreprise, déléguant les tâches productives au personnel ouvrier. Bien sûr, toute une gradation laisse place à une variété de situations réelles existant entre ces deux pôles.

Figure 7. – Les nouvelles lignes de fracture du groupe des artisans

13Ces deux axes qui constituent les nouvelles lignes de fracture qui traversent le groupe des artisans permettent de distinguer schématiquement quatre types d’artisans :

  • les hommes de métier traditionnels d’abord, souvent d’origine populaire, ont suivi le cheminement socioprofessionnel traditionnel de l’artisan, c’està-dire une formation en alternance, l’obtention d’un CAP puis la multiplication d’expériences professionnelles en tant qu’ouvrier qualifié et, enfin, installation seul (ou en couple). L’activité s’est ensuite poursuivie autour d’une équipe restreinte d’ouvriers, mais le plus souvent sans aucun salarié ;
  • la position occupée par les parents des hommes de métier entrepreneuriaux se situe le plus souvent dans les classes populaires ou moyennes (parents petits indépendants). Ces artisans, ayant suivi la norme de formation et de cheminement socioprofessionnel en vigueur dans l’artisanat, se sont mis à leur compte assez jeune. Mais, contrairement aux hommes de métier traditionnels, les hommes de métier entrepreneuriaux ont développé leur entreprise et embauché progressivement des salariés jusqu’à se dégager de l’activité productive de leur entreprise au profit des tâches de gestion ;
  • les néo-artisans sont des reconvertis qui ne disposent pas initialement d’une qualification artisanale ou d’une expérience professionnelle dans le secteur. Majoritairement d’origine sociale supérieure aux hommes de métier (enfants d’indépendants, de professions libérales ou de cadres), ils ont choisi d’entrer dans l’artisanat après une première orientation et/ou une première carrière professionnelle dans de grandes sociétés. Éprouvant des difficultés sur le marché de l’emploi ou ayant subi plus brutalement un licenciement, ils ont choisi de devenir indépendant. Leur reconversion en direction de l’artisanat s’inscrit dans une volonté d’exercer dans une entreprise « à visage humain ». Aussi travaillent-ils principalement seuls ou épaulés d’un très petit nombre de salariés. Ne disposant pas, le plus souvent, d’une qualification artisanale, les néo-artisans exercent fréquemment des activités qui n’exigent pas un savoir-faire technique trop pointu, mais mobilisent leurs compétences commerciales pour diffuser leurs produits ou services ;
  • les chefs d’entreprise enfin, sont généralement issus des classes moyennes ou supérieures. Sans qualification artisanale, ils possèdent le plus souvent une formation de niveau supérieur aux hommes de métier et ont acquis des compétences de gestion, notamment au cours de leur carrière professionnelle antérieure. Les chefs d’entreprise sont des employeurs de main-d’œuvre ; ils s’inscrivent dans une stratégie de développement de leur entreprise qui passe fréquemment par une démarche d’accroissement de l’effectif salarié. Par leur trajectoire, leur organisation du travail et leur clientèle, ils participent au rapprochement entre l’artisanat et l’industrie.
  • 5 Voir notamment Zarca B., « Artisanat et trajectoires sociales », op. cit.

14On voit bien que le groupe des artisans s’est transformé en l’espace d’une trentaine d’années. En effet, Bernard Zarca, s’appuyant sur une série d’enquêtes statistiques conduites dans les années 1970-1980, faisait apparaître d’autres lignes de fracture traversant le groupe des artisans. Le groupe se structurait en effet à cette époque selon deux axes principaux : l’axe du capital économique et l’axe de la qualification artisanale5.

  • 6 Zarca B., « Barrières à l’entrée, turbulences et facteurs d’exclusion de l’artisanat », op. cit., p (...)
  • 7 Jaeger C. (dir.), L’artisanat en évolution : l’exemple de cinq métiers, rapport, ministère du Comme (...)

15Le premier axe opposait les héritiers à ceux, dépossédés de capital économique, qui étaient d’origine populaire. L’axe de la qualification artisanale distinguait, pour sa part, les professionnels formés par apprentissage de ceux ayant suivi une filière scolaire technique pour obtenir leur formation. Bernard Zarca pointait les difficultés d’installation pour les individus issus des classes populaires, mais surtout, ne disposant pas d’une qualification de métier ; il avançait ainsi que « l’acquisition de savoirs techniques diminue incontestablement les risques de disparition de l’artisan6 ». Christine Jaeger s’accordait aussi sur ce point en affirmant, en 1983, que « la compétence dans le métier reste la première des conditions d’une installation réussie7 ».

  • 8 Scala-Riondet N., Des formations aux professions dans un secteur artisanal : la boulangerie, op. ci (...)

16S’il reste vrai que les candidats à l’installation les plus démunis en capitaux occupent les positions les plus précaires dans l’artisanat, les données actualisées sur les artisans révèlent qu’un des axes désormais le plus structurant est celui de la formation, opposant non plus apprentissage et formation scolaire technique, mais savoir-faire de métier et compétences commerciales et de gestion. Autrement dit, les artisans s’opposent aujourd’hui non plus sur le mode d’acquisition de leur qualification artisanale, mais bien sur le contenu même de leur formation et le cheminement professionnel suivi. Ainsi, le groupe des artisans n’est aujourd’hui pas « menacé » par de nouveaux entrants issus d’une filière scolaire technique (des « techniciens ») comme l’affirmait Bernard Zarca il y a une trentaine d’années. Ce point est d’ailleurs mis en lumière par d’autres chercheurs qui ont enquêté des métiers artisanaux en particulier. Ainsi, Nathalie Scala-Riondet affirme que les boulangers se différencient moins selon qu’ils aient suivi un apprentissage en alternance ou une formation scolaire, que selon le fait qu’ils disposent ou non d’une formation au métier de boulanger8, distinguant, elle aussi, homme de métier et chef d’entreprise en boulangerie.

17Être bien formé à son métier n’est plus la condition nécessaire pour accéder et se maintenir aujourd’hui dans l’artisanat puisque des reconvertis se dirigent et se maintiennent à la tête d’entreprises artisanales sans qualification ni expérience de métier, mais grâce à leur compétence en gestion et commercialisation et en s’appuyant parfois sur une équipe d’ouvriers qui disposent d’un savoirfaire artisanal validé par un titre puis nourri d’expériences professionnelles. En accueillant un si grande variété de profils, la catégorie officielle des artisans a, de moins en moins, les traits d’un groupe social unifié.

Les mesures du changement

18On pourra regretter que nos données ne nous permettent pas de mesurer la part de chacun des types identifiés. Si les résultats de l’enquête FQP 2003 apportent un éclairage sur ce point, ils permettent plus de repérer le processus du changement dans le recrutement des artisans que de mesurer l’écart qui séparent les artisans installés dans les années 1960-1970 aux artisans des années 2000. La définition économique retenue par l’Insee est en effet plus restrictive que la définition juridique et ne prend pas en compte les conséquences de l’ouverture des frontières du groupe opérée au cours des dernières décennies. La seule source correspondant à la définition officielle des artisans reste le répertoire des métiers, mais il est difficilement exploitable car les informations relatives au dirigeant de l’entreprise comme l’origine sociale, l’itinéraire socioprofessionnel suivi ou encore les diplômes obtenus par l’artisan, ne sont pas (ou pas systématiquement) renseignées.

19Quoi qu’il en soit, il convient d’insister sur le fait que cette enquête ne peut se réduire à des types d’artisans qui sont plutôt des modèles théoriques permettant de mieux saisir la réalité dans sa complexité. Ces types ne sont d’ailleurs pas des catégories figées enfermant les artisans : ceux-ci circulent en réalité au cours de leur trajectoire et peuvent ainsi passer d’un type à l’autre. Un homme de métier traditionnel peut devenir homme de métier entrepreneurial à mesure qu’il embauche des salariés et s’éloigne de l’exercice de son métier. De la même façon, on remarquera que la distinction entre certains types d’artisans peut être particulièrement ténue à certains moments de la carrière des individus. Ainsi, un décrocheur de l’université qui, suite à un passage par l’enseignement supérieur et guidé par la volonté de travailler dans un environnement « à visage humain », aurait suivi un apprentissage en alternance pour parfaire ensuite son savoir-faire en tant qu’ouvrier qualifié de l’artisanat avant de s’installer à son compte et d’exercer seul son activité, pourrait occuper une place indéterminée entre néo-artisan et homme de métier traditionnel.

  • 9 Lahire B., « Mobilités et influences », La culture des individus…, op. cit.

20D’autre part, si les transformations ne sont pas toujours visibles à travers des tableaux statistiques, il n’en demeure pas moins vrai que les modifications dans la formation des artisans et dans les modes d’accès au savoir, et par là-même les différentes formes de socialisation qui les accompagnent, produisent des effets sur les professionnels et les hommes qu’ils deviennent. On parlera alors avec Bernard Lahire d’une « variété dispositionnelle9 » acquise qui agit sur les représentations et les pratiques des artisans comme sur les rapports qu’ils entretiennent avec leur environnement. Aussi, si la régulation de l’artisanat reposait sur la similarité des trajectoires des membres de l’artisanat il y a une trentaine d’années, on comprend bien que ces petites différences, ou « dissonances », dans les itinéraires des artisans créent des fissures dans le miroir identificatoire qui unissait patrons et ouvriers de l’artisanat.

Une contribution à la sociologie des « classes moyennes »

21Cette recherche aura ainsi contribué à caractériser ce vaste ensemble que sont les « classes moyennes » à partir de l’analyse détaillée du groupe des artisans, enquêté empiriquement. Les artisans ne forment pas « cette petite bourgeoisie en déclin » qui aurait été décimée sous le joug du capitalisme ni ne participent aux « anciennes classes moyennes » dépassées avec l’avènement du salariat et l’augmentation du niveau de formations des actifs. Dynamique, le groupe des artisans, tel qu’il est définit juridiquement, voit ses effectifs augmenter et, dans un contexte de crise de l’emploi, accueille de nouveaux entrants venus d’autres directions que celles, classiques, qui participent à la reproduction du groupe. Les ouvriers qualifiés eux-mêmes qui fournissent traditionnellement ceux qui renouvellent le groupe sont très différents d’hier. Mieux formés qu’il y a une trentaine d’années, les artisans ne peuvent se réduire à des possesseurs de capital économique dépourvus de capital culturel, en particulier sous sa forme certifiée, à savoir les titres scolaires.

22Cette recherche a donc produit des connaissances sur la position occupée par les artisans dans la stratification sociale et les ressources dont ils disposent, mais également sur les relations entretenues avec les autres groupes sociaux. Ainsi, les artisans tendent de plus en plus à s’éloigner des classes populaires qu’il s’agisse de leur origine sociale, professionnelle ou de leur mode de vie. Si orientations conservatrices et opposition à tout changement ont caractérisé les artisans, ces marqueurs ne font plus écho aux représentations et aux pratiques de l’ensemble du groupe.

Les apports du croisement d’échelles

  • 10 Revel J., « Micro-analyse et construction du social », in Revel J. (dir.), Jeux d’échelle, la micro (...)
  • 11 Zalc C., op. cit., p. 19.

23Face aux mouvements contradictoires soulevés à travers cette recherche où le groupe des artisans se reproduit en même temps qu’il se transforme, il convient d’abord de réaffirmer que le changement d’échelles retenu comme cadre méthodologique et analytique, consiste à refuser l’idée, si confortable soit-elle, « qu’il existerait un contexte unifié, homogène, à l’intérieur duquel et en fonction duquel les acteurs détermineraient leurs choix10 ». De nombreuses variables coexistent et complexifient la réalité sociale. Claire Zalc conclue également que le choix du jeu d’échelles, qu’elle a elle-même adopté dans l’enquête sur les petits commerçants étrangers, permet de démontrer que « les contraintes étatiques, sociales ou familiales ne s’appliquent pas de manière uniforme et mécanique sur le corps social11 ».

24Le changement d’échelle ne doit pas, pour autant, nous faire basculer dans un relativisme rendant toute conclusion impossible. Cette méthode d’observation et d’analyse permet, au contraire, de mettre en avant le rôle des interrelations dans la production d’un phénomène social. Aussi, prendre en compte les résistances à l’échelle locale ou individuelle ne revient pas à nier les effets de pouvoir à l’échelle nationale. Plutôt que de les percevoir comme opposés, il faut penser ces deux mouvements comme interdépendants : c’est parce qu’il y a une concurrence forte que des artisans se regroupent et tentent de conserver leurs pratiques indépendantes de métier. C’est parce que le mode de vie rural et communautaire est menacé que certains revendiquent et mobilisent leurs ressources spatiales en capital d’autochtonie. C’est parce que la conjoncture socio-économique déstabilise les conditions de travail et d’emploi de certaines professions intermédiaires et cadres que des reconvertis investissent l’artisanat.

Notes

1 Delteil G., La franchise commerciale, op. cit., p. 7.

2 Voir Jaeger C., Artisanat et capitalisme…, op. cit. et plus récemment Perrin C., Entre glorification et abandon, l’État et les artisans en France (1938-1970), op. cit.

3 J’ai moi-même pu observer cette méfiance. Lorsque je me présentais à mes enquêtés en expliquant que j’avais eu leurs coordonnées via la chambre de métiers et de l’artisanat, j’étais, dans la plupart des cas, accueillie avec suspicion. J’ai rapidement compris que, pour m’accorder la confiance de mes enquêtés, je devais dissiper au plus vite tout malentendu. Ainsi, dès ma prise de contact, je précisais que je ne travaillais pas pour la CMA, envers qui je n’avais aucun compte à rendre ; celle-ci m’avait seulement fourni un listing pour que je puisse interviewer des artisans dans le cadre de ma recherche universitaire.

4 Seule la CAPEB peut se targuer de représenter la majorité des artisans du bâtiment.

5 Voir notamment Zarca B., « Artisanat et trajectoires sociales », op. cit.

6 Zarca B., « Barrières à l’entrée, turbulences et facteurs d’exclusion de l’artisanat », op. cit., p. 86.

7 Jaeger C. (dir.), L’artisanat en évolution : l’exemple de cinq métiers, rapport, ministère du Commerce et de l’Artisanat, ministère du Plan et de l’Aménagement du territoire, Centre de l’image et de la recherche audiovisuelle, 1983, p. 224.

8 Scala-Riondet N., Des formations aux professions dans un secteur artisanal : la boulangerie, op. cit.

9 Lahire B., « Mobilités et influences », La culture des individus…, op. cit.

10 Revel J., « Micro-analyse et construction du social », in Revel J. (dir.), Jeux d’échelle, la micro-analyse à l’expérience, op. cit.

11 Zalc C., op. cit., p. 19.

Table des illustrations

Légende Figure 7. – Les nouvelles lignes de fracture du groupe des artisans
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/68187/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search