Version classiqueVersion mobile

L'artisanat français

 | 
Caroline Mazaud

Deuxième partie. Devenir et rester artisan

Chapitre V. Les reconvertis

Texte intégral

1Le cheminement socio-professionnel de l’homme de métier n’est pas la seule voie d’accès au statut d’artisan. On rencontre en effet une autre catégorie d’artisans qui ne se destinaient pas initialement à intégrer l’artisanat, soit qu’ils aient suivi une autre formation, soit qu’ils se soient engagés sur une autre voie professionnelle. Leur installation fait suite à une reconversion. Ces nouveaux dirigeants n’ont pas initialement préparé un CAP et n’ont, dans la plupart des cas, pas cumulé de savoir-faire de métier. Le plus souvent, ils n’ont pas davantage été socialisés à la culture de métier à travers un emploi d’ouvrier qualifié de l’artisanat avant de s’installer à leur compte. Si certains sont passés par des entreprises artisanales, c’est après avoir traversé d’autres cadres socialisateurs. Au-delà de cette définition en négatif par rapport aux hommes de métier, il conviendra de caractériser positivement cette nouvelle population d’entrants. Qui sont ces reconvertis et quelles trajectoires ont-ils suivi ? Quelles sont les raisons expliquant leur entrée plus tardive dans l’artisanat ? De quelles ressources bénéficientils pour s’installer et quel genre de dirigeant deviennent-ils ?

Venus d’ailleurs…

Les décrocheurs de l’université

  • 1 Le rapport réalisé par l’Observatoire de la vie étudiante, en mai 2007, précise que 90 000 étudian (...)
  • 2 Beaud S., 80 % au bac… et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire, Paris, La Découverte, (...)
  • 3 Coulon A., Le métier d’étudiant : approche ethnométhodologique et institutionnelle de l’entrée dans (...)

2Une partie de cette catégorie de nouveaux entrants constitue ceux que la chambre de métiers et de l’artisanat qualifie de « public des échecs de l’université1 ». Passés par l’enseignement supérieur sans y avoir forcément obtenu de diplôme, ils se réorientent finalement vers l’artisanat. Ces jeunes appartiennent à la génération des « 80 % au bac ». Ce projet visant à conduire 80 % d’une classe d’âge au baccalauréat était un mot d’ordre lancé en 1985 par Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de l’Éducation nationale. Même s’il concernait tous les bacs, il a favorisé les filières générales et techniques au détriment des filières professionnelles. Ce projet reposait sur l’idée que la scolarisation et les diplômes servaient efficacement de rempart contre le chômage, idée à laquelle les familles ont massivement adhéré, notamment au sein des classes populaires. Stéphane Beaud affirme ainsi que « cette nouvelle donne scolaire a contribué à ancrer dans la tête des parents la certitude que leurs enfants avaient “droit” à la poursuite d’études, qu’il s’agissait d’une revendication égalitaire, d’une sorte de conquête sociale2 ». On a alors assisté, dès la fin des années 1980, à une rapide massification de l’enseignement supérieur et, parallèlement, à un taux d’échec important en premier cycle pour les plus modestes et les moins bien préparés de cette génération. La réussite dans l’enseignement supérieur relève en effet d’une acculturation difficile pour certains étudiants. Alain Coulon parle du « métier d’étudiant » pour caractériser cet apprentissage des règles du jeu de l’université, loin du fonctionnement et de l’encadrement du lycée3. L’institution a, de son côté, partiellement échoué dans l’accompagnement de ce nouveau public à obtenir un diplôme d’enseignement supérieur. Qu’elles qu’en soient les raisons, un taux important d’étudiants quitte donc l’université sans y avoir obtenu de diplôme. Certains de ces « décrocheurs » se réorientent alors vers l’artisanat et entament l’apprentissage d’un métier.

  • 4 Je sais que son mari est ouvrier boulanger.

3Ce public des « échecs de l’université » n’a donc pas initialement suivi une formation de métier. En se réorientant, il embrasse cependant bien le cheminement socioprofessionnel traditionnellement en vigueur dans l’artisanat (apprentissage du métier en alternance, cumul d’expérience de métier, puis mise à son compte), mais plus tardivement et en accéléré. Le cas de Sophie Marchand est, à cet égard, exemplaire. Incitée à poursuivre des études supérieures après l’obtention de son bac en 1997, elle s’oriente « tout naturellement » vers la sociologie, dans la continuité du bac SES qu’elle a préparé. Mais son origine sociale, et peut-être également son groupe de pairs4, l’éloigne de la culture étudiante. Sa présence à l’université ne trouve pas de sens à ses propres yeux. Elle se décide alors à quitter le supérieur, mais pas sans avoir préparer sa reconversion, visant l’acquisition d’une formation qualifiante. Elle a en effet la conviction qu’elle ne trouvera pas sa place sans obtenir de diplôme professionnalisant. L’apprentissage répond vraisemblablement davantage au rapport aux savoirs et au rapport au monde dont Sophie Marchand est l’héritière : renvoyant au concret (par opposition à l’abstraction du savoir universitaire), à l’utile (ou plutôt à l’immédiateté de l’application des savoirs sur un travail productif), la formation recherchée doit former à un métier clairement identifiable et qui s’exerce activement (c’est-à-dire debout, par opposition au travail de bureau qui se fait assis). C’est un CAP d’esthéticienne qu’elle décide finalement de préparer, diplôme vers lequel, à une autre époque, elle se serait peut-être directement dirigée… L’enseignement à distance lui permet de le faire alors, sans reprendre tout le cheminement de l’homme de métier qui entre, encore mineur, en apprentissage.

  • 5 Je suis passée à la boutique de Sophie Marchand quelques jours avant notre entretien. Là, j’y ai r (...)

« Je me suis dit :Il ne faut pas que je parte sans rien !” » Sophie Marchand, esthéticienne à Machecoul5
Après l’obtention d’un bac sciences économiques et sociales en 1997, Sophie Marchand entre en faculté de sociologie, avec l’objectif de devenir enseignante. Fille d’un ouvrier maçon et d’une aide-ménagère, elle est la seule enfant de la famille à entamer des études supérieures : son frère est, au moment de notre entretien, mécanicien automobile (salarié) et sa sœur, aide-ménagère.
Au bout de deux années à l’université, Sophie Marchand avoue : « Je ne voyais pas l’aboutissement de mon chemin ! » Bien qu’elle souhaite se réorienter, elle ne veut surtout pas entrer sur le marché du travail sans qualification professionnelle, des petits boulots d’été lui ayant permis d’avoir un aperçu du monde du travail pour ceux qui n’ont pas de diplôme, ni de qualification :
« Comme je savais que je n’allais pas continuer dans la socio, je me suis dit, il ne faut pas que je parte sans rien. Je ne voulais pas… j’avais fait de l’usine en travaux d’été et je me suis dit… jamais je ne resterai sans rien comme formation ! Parce que l’usine, c’est quand même… C’est bien, mais ce n’est pas épanouissant. C’est ce qui m’a poussé un petit peu à me bouger et à me trouver une autre voie. »
Son choix se porte sur l’esthétique. Alors qu’elle est encore étudiante, une école se monte en effet dans la rue où elle a son logement à Nantes. C’est le déclencheur qui la conduit à se renseigner sur les formations dans ce domaine. « Donc, à partir de là, j’ai recommencé à zéro », explique-t-elle. Âgée de 19 ans, elle suit durant un an des cours par correspondance, puis un enseignement pratique de deux mois à Paris, dans le cadre de cette même formation. Elle doit ensuite faire un stage pratique en entreprise : Machecoulaise d’origine, Sophie Marchand s’adresse à l’une des esthéticiennes de sa commune qui l’accueille en stage, puis en apprentissage. Bien que le CAP se prépare d’ordinaire en deux ans, l’école d’esthétique qu’elle contacte alors juge, au regard de son parcours de formation, qu’une année lui suffira. Sophie Marchand suit ainsi un apprentissage en alternance (deux jours à l’école et le reste de la semaine chez sa patronne). Elle poursuit l’initiation à son métier par la préparation d’un brevet professionnel (BP) qu’elle conduit tout en travaillant chez la même patronne. Trois mois après l’obtention de son diplôme, elle rachète le fond de commerce et les murs de l’entreprise où elle a été formée (et, dans la foulée, le logement situé au-dessus de la boutique.).

4Son niveau d’études supérieures et peut-être aussi sa maturité par rapport aux jeunes apprenties (« il y avait un sacré décalage avec les filles du CAP » affirme-t-elle) lui valent d’être rapidement « prise au sérieux » : son temps de formation est ainsi réduit à un an au lieu de deux. Même sans avoir obtenu de diplôme à l’université, son passage par l’enseignement supérieur est un atout que Sophie Marchand reconnaît elle-même : sa formation universitaire de deux ans lui apporte notamment une culture générale utile lorsqu’il faut conduire des discussions avec des clientes pendant une heure, en cabine.

5Cela dit, les apports de cette formation universitaire ne se limitent certainement pas à la culture générale qu’elle lui permet d’acquérir. En effet, Sophie Marchand apprend également à être autonome dans ses démarches et dans l’organisation de son travail. Elle est ainsi suffisament outillée pour suivre un enseignement à distance et parvenir à valider sa formation par un diplôme. Son passage par l’université lui permet aussi de découvrir un nouvel univers, de rencontrer d’autres individus et d’être face à de nouvelles façons de penser.

6Les décrocheurs sont des reconvertis dont le profil se rapproche sensiblement de celui des hommes de métier puisqu’ils sont fréquemment d’origine populaire et ont suivi les étapes successives de l’apprentissage de métier à l’expérience professionnelle avant de s’installer à leur compte. Mais ils ne disposent pas seulement d’une culture de métier, ce qui constitue un atout pour leur installation. En plus des apports déjà évoqués, leur socialisation à l’université leur offre l’assurance de préparer sans appréhension les diplômes professionnels nécessaires à leur indépendance. Sophie Marchand passe ainsi son CAP puis, dans la foulée, son BP qui reste le sésame indispensable pour s’installer à son compte dans ce métier.

7Comme la presse se fait l’écho de ces reconversions de jeunes décrocheurs de l’université qui s’orientent ensuite vers l’apprentissage d’un métier, on pourrait croire que le flux de ces nouveaux entrants est particulièrement important dans l’artisanat. Mon enquête ne m’a cependant permis de rencontrer qu’un très faible nombre de décrocheurs. Peut-être ces individus sont-ils plus souvent installés en zone urbaine où j’ai moins penché mon regard que dans de petites communes rurales.

Les reconvertis venus du salariat administratif et commercial

8D’autres reconversions professionnelles en direction de l’artisanat s’opèrent sans formation qualifiante ni cumul d’expériences de métier, mais d’un emploi à responsabilité, et notamment de cadre dans l’industrie ou les services, vers un statut de dirigeant d’entreprise artisanale. Ces reconvertis, extérieurs à l’artisanat, ne passent pas par l’étape de l’apprentissage d’un métier, ni par l’exercice de celui-ci à travers une expérience salariée dans une entreprise artisanale.

9Ces reconvertis que j’ai interviewés correspondent aux nouveaux installés qui ont maintenu leur activité au RIM depuis au moins trois années. Aussi, ne constituent-ils pas la frange la plus fragile des entrants qui déposent rapidement le bilan. C’est vraisemblablement la raison qui explique que peu d’ex-salariés d’exécution ait été rencontré au cours de cette enquête. Je l’ai indiqué précédemment, ces nouveaux entrants sont principalement issus du salariat administratif et commercial du secteur privé. Essayons de saisir le sens de ces itinéraires.

  • 6 J’ai pris contact par téléphone avec Patrick Bouquet qui a immédiatement accepté de me rencontrer (...)
  • 7 Il s’agit de l’ACCRE, l’aide aux chômeurs créateurs repreneurs d’entreprises.

« J’avais pour aspiration de travailler pour moi et comme je veux. » Patrick Bouquet, dirigeant d’une entreprise de vente et intégration de solutions informatiques, à Nantes6
Fils d’un menuisier de métier devenu petit entrepreneur dans l’aménagement de cuisine, Patrick Bouquet suit la filière scolaire générale. Il obtient son baccalauréat en 1975 et une licence d’économie en 1979, puis intègre une école de commerce en 1981. Il caractérise ainsi son « parcours universitaire et commercial » de « bagages généralistes mais pas techniques ». Patrick Bouquet se spécialise dans la fonction achat et clôt sa formation par une année aux États-Unis.
À l’issue de ses études, il entame alors une carrière d’acheteur dans une grande entreprise nantaise. Mais, il juge qu’elle fonctionne mal et, en 1984, la quitte pour intégrer une grande firme couvrant une palette d’activités allant du transport aux télécommunications. Là, il exerce les fonctions d’acheteur jusqu’en 1987, puis devient commercial jusqu’en 2000. À la fin de cette période, il est détaché dans des sociétés de services, chargé de promouvoir l’image du groupe à l’extérieur.
Or, il a, à ce moment, le sentiment d’avoir « fait le tour » de l’entreprise et dit être « saturé par le mode de fonctionnement des grosses multinationales ». Il démissionne et se fait embaucher dans une plus petite société de services informatiques, chez qui il était alors détaché et dont « la culture d’entreprise [lui] plaisait bien ». Cette société de 600 personnes offre le visage plus humain qu’il recherche à l’époque. Mais, cinq ans plus tard, l’entreprise en question compte 2 000 salariés et Patrick Bouquet retrouve certains modes de fonctionnement qui lui déplaisaient chez son employeur précédent. Il quitte alors son entreprise pour un concurrent, qui lui propose « un challenge intéressant ». Mais, quelques mois plus tard, l’entreprise, « mal gérée », dépose le bilan.
C’est alors que Patrick Bouquet décide de s’installer à son compte. Il est âgé de 50 ans. Il estime que plusieurs pistes s’offrent à lui : acheter un camping, s’installer dans le e-commerce, ou encore sur le créneau de l’assistance à la personne… Il prend le temps de réfléchir à la meilleure voie possible (« j’ai fait un brainstorming ») et opte finalement pour l’informatique : « On n’est opérationnel que là où l’on a travaillé », justifie-t-il.
Il précise son projet grâce, notamment, au soutien de la chambre de commerce et d’industrie. Il se lance donc dans la vente et l’intégration de solutions informatiques à destination de PME et PMI, qui figurent déjà dans son carnet d’adresses. Patrick Bouquet crée donc une SARL de 8 000 euros (somme qu’il injecte directement), emprunte 6 000 euros et, grâce à son statut de demandeur d’emploi, bénéficie d’une exonération de charges sociales durant un an7. Sa femme, directrice achat-logistique dans une grande entreprise, assure une sécurité financière à la famille le temps du lancement de l’entreprise.

  • 8 Peugny C., Le déclassement, Paris, Grasset, 2009.

10Ces reconvertis sont fréquemment d’origine sociale moyenne voire supérieure. Sans prétention de représentativité statistique, on peut affirmer que cette catégorie d’enquêtés a fréquemment des parents petits indépendants, exerçant une profession intermédiaire ou encore cadres. Ainsi, leur installation ne constitue pas une ascension intergénérationnelle comme c’est le cas d’une majorité d’hommes de métier, mais correspond à un déplacement transversal, voire à un déclassement social pour les mieux dotés. La panne de l’ascenseur social qui touche les générations nées au tournant des années 1960, et plus particulièrement ces trente dernières années, bien que plus faiblement, n’épargne pas les enfants de cadres, comme l’a montré Camille Peugny8.

11Souvent fils de petits entrepreneurs ou de professions libérales, ces reconvertis peuvent avoir été socialisés dans un environnement où l’indépendance de leur parents, a pu contribuer a posteriori à en faire une voie possible de reconversion. Tout se passe comme si des valeurs et des dispositions étaient acquises dès l’enfance, mises en sommeil pour un temps, celui de l’itinéraire salarié et finalement réactualisées quelques années plus tard dans le projet d’installation à leur propre compte. Citons l’exemple Grégory Durand, jeune réparateur informatique, dont les parents sont tous les deux médecins libéraux, ou encore celui d’Henri-Pierre Gautier, ex-cadre de la grande distribution, reconverti en torréfacteur, dont les parents sont également médecins. Parmi ses frères et sœurs, plusieurs sont d’ailleurs devenus médecins généralistes, exerçant leur activité en libéral. De son côté, le père de Patrick Bouquet, dont nous venons de dresser le portrait, était à la tête d’une menuiserie d’une dizaine de salariés ; ce nouvel installé m’a d’ailleurs confié que son père a voulu lui céder son entreprise alors qu’il était déjà engagé dans sa carrière commerciale. La reconversion du capital économique en capital culturel s’était déjà opérée. Pourtant, le successeur potentiel aurait hésité mais finalement décliné l’offre parce qu’il lui semblait constituer une lourde charge symbolique de reprendre la création de son père. Et puis l’engagement lui paraissait trop important : « J’ai toujours vu mon père trimer comme un fou ! » Ne succédant pas à son père à la tête de l’entreprise familiale, Patrick Bouquet héritera finalement de son statut d’indépendant à la fin de sa propre carrière.

12La voie que ces futurs reconvertis empruntent, à l’heure de l’orientation scolaire, n’est donc pas celle de l’apprentissage artisanal, mais bien celle d’une formation générale, puis, fréquemment, de l’enseignement supérieur. Leurs bagages théoriques les conduisent ainsi vers le salariat où ils occupent des postes à responsabilités dans de grandes entreprises industrielles ou de services. Le plus fréquemment, ils gravissent les échelons de la hiérarchie, accroissant leur connaissance du secteur, mais également leur portefeuille d’entreprises partenaires qui serviront souvent à leur installation future.

Échapper au salariat

Des désenchantés…

13Ces reconversions professionnelles témoignent systématiquement d’un désenchantement de la part du reconverti à l’égard de l’univers dans lequel il exerçait auparavant. Patrick Bouquet se sent ainsi « saturé par le mode de fonctionnement des grosses multinationales », qui ne lui laissent pas assez de latitude dans l’exercice de son travail. Bertrand Willard, ex-cadre devenu dirigeant d’une entreprise de réparation automobile, critique aussi la direction de son entreprise précédente qui ne tenait pas suffisamment compte de son travail individuel. Ces reconvertis en devenir ne veulent plus rendre des comptes à un supérieur hiérarchique qui néglige l’investissement de leurs subordonnés : « Celui qui est au-dessus de vous a peur que vous preniez sa place », raille François Loriot de Rouvray, commercial reconverti en réparateur informatique.

14Mais, au-delà de cette dénonciation des rapports hiérarchiques des grandes entreprises, c’est une critique du salariat qui s’exprime lorsque ces reconvertis retracent leurs parcours. Henri-Pierre Gautier, torréfacteur à Machecoul, fustige les rapports salariaux au sein de la grande distribution où il a exercé durant une quinzaine d’années, jugeant « odieuses » les situations hiérarchiques : « J’avais 150 patrons, j’avais 150 salariés. Je travaillerai sans patron et sans salarié », lance-t-il fermement. Et François Loriot de Rouvray d’affirmer haut et fort : « J’ai vécu le monde du salariat et j’en suis revenu ! »

15La peur de se sentir « enfermé » dans une même activité, un même environnement professionnel est aussi fréquemment formulée pour expliquer ce choix de l’indépendance. Ces reconvertis désirent ardemment changer leurs conditions d’emploi, de travail, et souvent de vie (qui leur est associée). Ils revendiquent tous leur désir de liberté, d’indépendance, la volonté de prendre seuls les décisions et la possibilité d’organiser leur temps de travail et de vie comme ils l’entendent. Ils choisissent de se lancer dans leur reconversion professionnelle, avant d’avoir le sentiment qu’il est déjà trop tard.

  • 9 J’ai pris rendez-vous avec Henri-Pierre Gautier en passant directement sur son lieu de travail (qu (...)

« Changer de concept de vie ! » Henri-Pierre Gautier, torréfacteur à Machecoul9
Né d’un père et d’une mère médecins, Henri-Pierre Gautier est le septième d’une fratrie de neuf enfants. Parmi eux, on compte trois médecins, une femme au foyer, épouse d’un dentiste, une restauratrice de tableaux anciens, un agent d’assurance et un cadre de la société IBM. Le dernier des frères est décédé dans un accident de voiture.
Henri-Pierre Gautier acquiert sa formation initiale dans une école de commerce, à la fin des années 1970. Il travaille ensuite successivement dans plusieurs cabinets comptables à Orléans, Tours, puis Blois. En parallèle de son activité professionnelle, il poursuit sa formation en continu. Henri-Pierre Gautier grimpe rapidement les échelons de la hiérarchie et, à l’âge de 30 ans, occupe un poste de responsable administratif et financier dans la petite, puis dans la grande distribution.
Sa carrière s’arrête brutalement à 43 ans lorsqu’il est licencié. Il tente une remise à niveau en expertise comptable au CNAM, mais qui n’aboutit pas en termes d’emploi. S’ensuit pour lui une période difficile sur le plan professionnel comme sur le plan familial : sa femme quitte le domicile conjugal avec leurs trois enfants et demande le divorce.
À 46 ans, Henri-Pierre Gautier décide alors, selon l’expression qu’il emploie, de « changer de concept de vie ». Il s’agit, pour lui, de travailler moins, de prendre son temps et de fréquenter d’autres personnes. Il mène alors à bien sa reconversion. « J’ai cherché. J’ai trouvé un produit qui me plaisait ! » Henri-Pierre Gautier devient torréfacteur. Son prédécesseur, qui a fait paraître une petite annonce dans le journal local, lui vend sa machine, son savoir-faire et sa clientèle.
Sa reconversion répond aussi à un désir d’améliorer sa qualité de vie : il veut vivre et travailler à la campagne. Il souhaitait d’ailleurs initialement s’installer dans le marais, mais a ensuite jugé qu’il serait peut-être un peu trop isolé. Il rachète finalement, dans le bourg de Machecoul, une maison qu’il rénove. Là, Henri-Pierre Gautier emménage lui-même et y débute son activité professionnelle, seul.
Il ne souhaite embaucher aucun salarié : « N’avoir ni personne au-dessus, ni personne au-dessous », affirme-t-il comme une sentence, ajoutant à cela, « les deux situations étant odieuses ». « Je ne veux pas être chef d’entreprise, insiste-t-il, les entreprises exploitent vos compétences et vous frustrent ! » Pour autant, il affirme être « comptable et gestionnaire ».
Henri-Pierre Gautier étudie toutes les modalités d’installation et d’organisation, et fait ses choix en toute connaissance. Souhaitant séparer clairement son patrimoine personnel et son patrimoine professionnel, il opte ainsi pour l’EURL car il juge que cette forme juridique facilitera la cession de son entreprise, au moment voulu.
Le dirigeant organise, par ailleurs, rigoureusement son temps de travail : chaque jour, il vend ses produits sur un marché et la journée du vendredi est réservée à « la démarche commerciale », c’est-à-dire à la prospection de nouveaux clients, des propriétaires de cafés restaurants. L’artisan ne consacre en fait que 8 à 10 heures hebdomadaire à la production elle-même.
Sa clientèle est aujourd’hui essentiellement constituée d’« alterconsommateurs », c’est-à-dire, comme l’explique l’artisan, « des gens qui veulent consommer autrement, des gens qui sont anti-grande distribution ».
Au moment de notre entretien, Henri-Pierre Gautier s’interroge : il se demande s’il ne va pas bientôt arrêter son activité qui lui semble devenue routinière. Il affirme cependant que si l’un de ses fils était intéressé à se joindre à lui, ça lui redonnerait du tonus. Le cadet souhaite en effet « se lancer dans les affaires » : après un BTS aménagement paysager, il voudrait, semble-t-il, se mettre à son compte. L’aîné, quant à lui, a obtenu un BTS mesures techniques et, après un séjour de formation aux Pays-Bas, termine un master en écologie environnementale. Le dernier des fils est encore dans l’enseignement secondaire (en filière générale).

  • 10 Zalc C., Melting Shops, une histoire des commerçants étrangers en France, Paris, Perrin, 2010, p. 1 (...)

16On ne peut totalement s’en remettre aux discours de ces nouveaux entrants qui justifient leurs choix par ce désir d’indépendance, cette volonté d’être libre. Comme le remarque à juste titre Claire Zalc, qui a reconstruit une histoire des commerçants étrangers en France, « la notion d’attrait, empreinte de psychologisme, peut susciter la confusion ». Ces trajectoires « ne se résument pas à la concrétisation matérielle d’envies et de désirs10 ». Ne perdons pas non plus de vue que ces reconvertis expriment leurs sentiments a posteriori, c’est-à-dire une fois installés à leur compte. On ne peut pas prendre leur désir de changement pour une cause unique, mais plutôt comme la résultante de multiples facteurs et atouts personnels sur lesquels il faudrait en savoir plus : pourquoi ces individus-là ont-ils changé de métier et de statut, quand tant d’autres cadres également stressés endurent leur situation jusqu’à la retraite ?

… dans un contexte socioéconomique défavorable

17L’environnement socio-économique actuel favorise ces trajectoires de reconversion : il se caractérise par un marché du travail difficile où les conditions d’emploi, comme les conditions de travail salarié, se dégradent. Dans de telles circonstances, l’indépendance constitue un filet de sécurité pour des individus, qui, dans le salariat, ne trouvent pas la place correspondant à leur formation initiale et à leurs prétentions. Ils évitent ainsi un trop douloureux déclassement en s’assurant une position intermédiaire dans la stratification sociale. On se souvient ainsi de Sophie Marchand qui, abandonnant l’université au bout de deux années d’études et après avoir eu l’ambition de devenir enseignante, voulait à tout prix « ne pas partir sans rien », le travail d’ouvrier sans qualification en usine qu’elle avait vu à l’occasion de petits jobs d’été, faisant figure de modèle repoussoir. Les difficultés de placement dans l’emploi ou, plus radicalement les licenciements économiques, conduisent ainsi ces désenchantés (effectifs ou en devenir) à investir l’artisanat.

18Le désenchantement à l’égard de l’univers précédent pourrait rester à l’état de sentiment si un événement déclencheur n’en faisait le moteur de ces bifurcations. La presque totalité des reconvertis que j’ai interviewés a subi un licenciement ou une fin de contrat de travail non renouvelé. Pour les décrocheurs de l’université, l’échec aux examens peut constituer l’élément déclencheur favorisant la reconversion. C’est à ce moment clé que mûrit le projet d’installation à son compte et que se concrétise la démarche qui aurait pu rester à l’état de doux rêve si aucun événement n’avait bousculé la situation et obligé l’individu à faire des choix. En témoigne cet extrait d’entretien que j’ai réalisé avec Patrick Bouquet, dirigeant d’une entreprise de vente et intégration de solutions informatiques à Nantes. Il relate le moment où il s’est fait licencier et a pris la décision de s’installer à son compte :

« Donc vous aviez déjà cette idée en tête bien avant de vous mettre à votre propre compte ?
– Oui, c’était plus ou moins latent, mais il n’y avait pas d’événements particuliers qui me poussaient à le faire […]. Autant [ce licenciement], c’était un élément négatif au départ, autant c’est devenu un élément positif parce que justement ça m’a permis de faire ce que je fais aujourd’hui. Alors que s’ils n’avaient pas déposé le bilan, je serais peut-être encore chez eux à être salarié. »

  • 11 Ibid., p. 13.
  • 12 Perrin C., Entre glorification et abandon, l’État et les artisans en France (1938-1970), op. cit.
  • 13 Jaeger C., Artisanat et capitalisme…, op. cit., p. 287.

19Ces reconversions professionnelles répondent donc moins directement à un désir d’indépendance qu’à une situation délicate sur le marché de l’emploi qu’il convient de traiter en limitant les risques de déclassement social. Des déterminants extérieurs contraignent ces salariés à quitter leur emploi et, c’est alors qu’ils décident d’abandonner le salariat pour un statut d’indépendant. Les travaux des historiens confirment ce phénomène. Claire Zalc montre ainsi que l’indépendance des étrangers dans les années 1930 répondait moins à une quête de liberté, qu’elle n’était « le produit d’un contexte économique, politique et juridique [faisant] de l’univers de la petite entreprise l’un des seuls encore véritablement “ouverts” aux étrangers11 ». S’intéressant à l’ensemble des artisans grâce à des données statistiques produites sur le temps long, Cédric Perrin montre plus globalement que l’on s’installe davantage en temps de crise, alors que les périodes fastes sont plus favorables au salariat12. Ainsi, le chômage est à l’origine de nombreuses reconversions au début des années 1940, alors que l’instauration de la Sécurité sociale à la Libération va éloigner les candidats de l’installation artisanale. Christine Jaeger avait également souligné que les effectifs de l’artisanat fluctuent en fonction de la conjoncture économique. Elle constatait de la même façon une trentaine d’années avant, que l’artisanat « régresse en période d’expansion et regagne le terrain perdu en période de récession et de chômage salarié13 ». Les difficultés pour trouver leur place sur le marché de l’emploi conduisent donc certains désenchantés à investir l’artisanat.

Les ressources des reconvertis

20L’environnement législatif facilite l’installation à leurs comptes de ces candidats à l’indépendance qui ne sont pas des gens de métiers. Nous l’avons analysé au premier chapitre de ce livre, dans l’indépendance artisanale, les seules obligations en termes de qualification professionnelle ne concernent pas tous les secteurs et se restreignent à l’exercice professionnel et non à la direction de l’entreprise. Autrement dit, c’est le travailleur artisanal qui est concerné par cette obligation de qualification, mais aucunement le dirigeant de l’entreprise artisanale qui peut créer ou reprendre une société sans disposer de qualification de métier si un ou plusieurs salariés en disposent à sa place.

21Les lois Dutreil et plus récemment l’instauration du régime de l’auto-entrepreneur facilitent par ailleurs les démarches administratives aux candidats à l’installation et proposent même des aménagements pour passer en douceur du statut de salarié à celui d’indépendant. Des aides spécifiques aux chômeurs désirant s’installer à leur compte, telle que l’ACCRE qui consiste en une exonération de charges sociales pendant un an, favorisent aussi ces reconversions.

22Les représentants de l’artisanat encouragent, nous l’avons vu également, ce type d’installations. Ainsi face au problème démographique actuel risquant de créer un manque de repreneurs pour des entreprises artisanales dont le dirigeant part en retraite, on se souvient que le président de l’UPA se félicitait que les organisations professionnelles et les chambres de métiers et de l’artisanat favorisent la reprise par des non-professionnels. Le projet politique de la CMA LA témoigne on ne peut plus explicitement de cet engagement : il faut informer et convaincre des cadres à se reconvertir professionnellement pour reprendre et diriger des entreprises artisanales. Or, il se trouve justement que les candidats à la reprise d’entreprise qui ne circulent pas dans le monde artisanal sollicitent particulièrement les institutions représentants les artisans. La plupart de mes enquêtés racontent s’être initialement dirigés vers les chambres consulaires afin d’obtenir des informations utiles au montage de leur projet d’installation. Celles-ci leur ont fournit les renseignements législatifs et règlementaires indispensables à la concrétisation de leur projet.

  • 14 Mazaud C., « La confusion entre argent de l’entreprise et argent du ménage chez les indépendants », (...)

23Outre ces soutiens institutionnels, ces reconvertis bénéficient, de par leur parcours antérieur extérieur à l’artisanat, de ressources mobilisables dans leur projet d’installation et de maintien de leur activité. Les cadres et professions intermédiaires disposent en général d’un apport personnel supérieur à celui des ouvriers mis à leur compte. Ils en parlent d’ailleurs beaucoup plus franchement en donnant fréquemment, à l’enquêtrice que je suis, le montant du capital investi. Le niveau de revenu antérieur des reconvertis leur offre plus de liberté pour épargner et mener à bien leur projet d’installation. Les primes de licenciement, dont ils ont souvent bénéficié, peuvent également constituer une ressource non négligeable pour s’installer à leur compte. C’est ainsi le cas de Bernard Boutet, banquier reconverti en boulanger qui a investi sa prime de reconversion (ainsi que celle de sa femme licenciée en même temps que lui) pour procéder au montage financier de son projet d’installation. Ces nouveaux entrants ont par ailleurs des pratiques financières qui leur assurent des compléments de revenu ; Henri-Pierre Gautier bénéficie ainsi de rentrées régulières d’argent, qu’il s’agisse des dividendes de ses placements financiers (pratique fort peu répandue chez les artisans traditionnels) ou des loyers des logements qu’il a mis en location (constituant cette fois une pratique plus fréquente chez les hommes de métier14).

  • 15 Bertaux-Wiame I., « Devenir indépendant, une affaire de couple », op. cit.

24Par ailleurs, souvent mariés dans leur groupe socioprofessionnel d’appartenance, les reconvertis ont fréquemment l’avantage de pouvoir compter sur la sécurité financière du salaire de leur conjoint pour ne pas risquer de mettre en péril la situation du ménage dans son ensemble. Ceci correspond au modèle du « couple professionnel » exposé par Isabelle Bertaux-Wiame15, où la mise à son compte s’appuie sur le salariat du conjoint. Patrick Bouquet, ex-cadre devenu indépendant dans le secteur informatique, évoque ainsi le rôle déterminant joué par la sécurité du revenu de sa femme, occupant un poste à responsabilité (elle est directrice achat logistique) dans une grande entreprise. Grégory Durand, jeune réparateur informatique nouvellement installé, reconnaît, de la même façon, que sa prise de risque a été « amortie » par l’assurance et la régularité du salaire de son épouse, cadre dans l’industrie.

25Quand ce sont les parents qui appartiennent aux classes moyennes, voire supérieures, l’atout du capital économique intervient à plusieurs niveaux. Il permet d’abord aux enfants de suivre des études sans difficultés matérielles. Ainsi, Patrick Bouquet, fils d’entrepreneur, peut passer un an aux États-Unis pour parfaire sa formation commerciale. Les parents peuvent aussi aider de façon directe en donnant (ou prêtant) une somme de départ. Le soutien de la famille ne bénéficie donc pas seulement aux hommes de métier, mais à l’ensemble des candidats à l’installation. Une origine sociale moyenne ou supérieure facilite fréquemment l’autorisation d’emprunts, les banques exigeant des cautionnaires solvables.

26Cette ressource financière est d’autant plus importante que les coûts à l’installation sont importants. Si de nombreux artisans déclarent avoir démarré il y a 30 ans avec peu de moyens, cela semble objectivement plus difficile aujourd’hui. Certes, les coûts à l’installation sont extrêmement variables d’une situation à l’autre : ainsi, suivant que le métier s’exerce en atelier ou sur chantier, il n’exige pas un même investissement initial. La variation est également forte selon que le métier exige, dès le départ, un lourd matériel de production et un véhicule professionnel ou seulement un équipement léger. Les coûts sont par ailleurs beaucoup plus lourds si une activité commerciale se greffe sur la production, nécessitant alors la possession d’une boutique pour recevoir la clientèle. Le montant nécessaire diverge aussi en fonction des modalités d’installation : l’achat d’une entreprise est bien sûr beaucoup plus onéreux qu’une locationgérance par exemple ; le seul achat du fond coûte moins cher que d’acheter le fond et les murs à la fois. Les entreprises nécessitant un accueil du public sont les plus chères : la rentabilité des garages automobiles, salons de coiffure ou boulangeries (pour ne citer que les plus courantes) est directement liée à leur situation géographique ; or, un bon emplacement implique un prix d’achat élevé. Et c’est encore plus vrai dans les grandes villes, où l’acquisition de ce type de biens est désormais impossible pour ceux qui ne disposent pas d’un fort capital de départ.

27Le matériel nécessaire à une installation a, par ailleurs, lui aussi augmenté en quantité et en coût. Même dans le bâtiment, secteur où la mise à son compte est la moins onéreuse, les coûts ont augmenté : on ne peut plus raisonnablement débuter son activité avec sa seule boîte à outils et sa bonne volonté, comme en témoignent certains sortants rencontrés au cours de cette enquête à propos des conditions de démarrage de leur propre activité. Il est indispensable d’être aussi bien équipé que la concurrence pour être aussi compétitif. Si l’entreprise emploie des salariés, les exigences en matière de sécurité imposent, de plus, formations obligatoires payantes et investissements dans du matériel répondant à des normes qui se cumulent.

  • 16 Fonseca R., Michaud P.-C. et Sopraseuth T., « Le travail indépendant passé 50 ans : le rôle de la r (...)

28Malgré ces divers critères qui font varier les coûts à l’installation, il n’en demeure pas moins vrai qu’un apport personnel conséquent favorise le projet d’installation et la pérennité de l’activité. Une enquête récente confirme en effet que « les banques acceptent d’accorder des crédits dès lors que la richesse individuelle est susceptible de constituer une garantie suffisante aux prêts. Dans une telle économie, la probabilité de se mettre à son compte augmente donc avec la richesse individuelle16 ». D’ailleurs, les institutions représentatives de l’artisanat découragent les candidats à la création ou à la reprise d’entreprises qui envisagent une installation sans capital de départ. Lors d’une réunion d’information destinée à de potentiels dirigeants d’entreprises, une technicienne de la chambre de métiers de Loire-Atlantique présentait la création d’entreprise à 1 euro comme un mythe : « Ce n’est pas sérieux ! » Et d’argumenter en insistant sur l’incontournable étape d’évaluation d’un projet par son chiffrage prévisionnel : élaboration d’un plan de financement avec apport personnel indispensable.

29On le voit, l’installation à son compte n’est désormais plus seulement une affaire personnelle ou un projet de couple ; elle implique la participation d’autres acteurs. La chambre de métiers et de l’artisanat, qui dispense, depuis 1982, le stage obligatoire à l’installation et enregistre l’inscription au répertoire des métiers via le CFE (centre de formalités des entreprises), est un premier passage obligé. Les organismes bancaires en sont un second. Comme le capital économique est d’autant plus indispensable à la mise à son compte, le recours à l’emprunt (notamment bancaire) est en effet aujourd’hui une pratique courante. Or, justifier de la nécessité d’un prêt, en témoignant de la viabilité à venir de l’entreprise, transforme le simple candidat à l’installation en véritable « porteur de projet » ; il se doit de mobiliser des compétences argumentaires, notamment transmises par l’école. En ce sens, les reconvertis qui disposent d’un capital culturel supérieur à celui des hommes de métier sont nettement avantagés.

Le parcours des candidats au prêt à taux zéro
En Loire-Atlantique, à l’échelle du « pays », fonctionne la plateforme initiative locale qui permet à de futurs créateurs d’entreprise de bénéficier, entre autres choses, d’un prêt d’honneur à taux zéro d’un montant de 3 000 à 8 000 euros.
Le candidat intéressé par cette aide − et informé par un des membres du réseau qui fait circuler ce type d’informations –, doit d’abord prendre rendez-vous avec un animateur de la plateforme afin d’instruire son dossier en fournissant un prévisionnel. Il devra ensuite rédiger un projet de création ou de reprise d’entreprise en utilisant le support prévu par la plateforme initiative locale. Viendra alors, pour le candidat, le temps de présenter et de défendre son projet devant le comité d’agrément, composé de représentants de communes, de communautés de communes, du syndicat de pays, lui-même regroupant des acteurs économiques locaux comme des chefs d’entreprises, des banquiers, des assureurs et des comptables. Le candidat se devra de témoigner de la qualité de son projet de façon subtile : il aura obligation de prouver qu’il a obtenu par ailleurs un prêt bancaire complémentaire, gage de son « sérieux » auprès de professionnels du prêt, tout en faisant valoir que celui-ci est insuffisant pour mettre le projet sur pied, d’où la demande de prêt à taux zéro. Si le comité d’agrément lui accorde cette aide, dont il se réserve de fixer le montant et le délai de remboursement, le candidat s’engagera bien sûr à rembourser le prêt, mais aussi à fournir un tableau trimestriel de suivi d’activité.
En résumé, pour bénéficier d’une telle aide financière, il est nécessaire d’appartenir de près ou de loin au « réseau de partenaires », que sont les collectivités territoriales, les agences locales pour l’emploi, les missions locales ou les agences interconsulaires qui dirigent entre elles des candidats dont elles jugent le projet « sérieux ». Or, l’indépendance des hommes de métier et leur méfiance à l’égard d’institutionnels, regroupés assez fréquemment sans distinction sous le terme péjoratif de « bureaucrates », les conduit, le plus souvent, à n’appartenir qu’à un réseau de professionnels constitués de fournisseurs, clients et « collègues » de métier.
Enfin, et c’est sans doute le critère le plus important, bien que le prêt donne a priori sa chance à chacun, il est indispensable de maîtriser un savoir spécifique, notamment enseigné au sein de l’institution scolaire. Savoir « bien écrire », monter un dossier, justifier ses choix devant un « jury » représentant une autorité (qu’elle soit politique ou économique) est aux antipodes de la culture traditionnelle de l’artisan qui s’est historiquement dirigé vers l’apprentissage d’un métier suite à un échec scolaire, avec ce sentiment largement partagé de « ne pas être doué pour les études ». Dans l’univers de l’homme de métier règne l’informel, les arrangements « à l’amiable » et toutes les occasions permettant de s’épargner un passage par l’écrit sont privilégiées. Ainsi, ce type d’initiatives favorise ceux qui n’hésitent pas à frapper aux portes d’institutionnels et qui détiennent un capital scolaire plus important que les hommes de métier.

30Les artisans passés par l’enseignement supérieur sont, en ce domaine, mieux outillés que les hommes de métier dotés d’un faible niveau de qualification. Souvent armés d’un bagage généraliste acquis au cours d’une longue formation, ces candidats à l’installation empruntent, plus que les ouvriers de métier, la voie institutionnelle pour concrétiser leurs projets d’installation : ils contactent spontanément chambre de commerce et d’industrie et chambre de métiers et de l’artisanat, intègrent des associations qui connaissent les meilleurs dispositifs pour s’installer et donnent les précieux conseils nécessaires à la constitution de dossiers de financement solides. Aussi, Grégory Durand n’a pas hésité à frapper à la porte de la chambre de métiers, qui l’a orienté vers une association accompagnant les créateurs d’entreprise dans leurs démarches : il a été épaulé pour réaliser son étude de marché et a pu ainsi présenter un « bon dossier » à sa banque. Ce sont leurs compétences en matière de gestion et de communication qui favorisent l’accès au statut d’indépendant des reconvertis. Henri-Pierre Gautier l’affirme lui-même : « Je suis avant tout comptable et gestionnaire. »

31Outre les capitaux économique et culturel dont disposent les reconvertis, leur réseau social leur facilite souvent le démarrage, puis le maintien de leur activité. C’est particulièrement le cas de ces reconvertis qui s’installent dans la même branche d’activité que leur emploi précédent. Patrick Bouquet insiste ainsi sur l’atout de se mettre à son compte dans le même secteur d’activité, en bénéficiant d’un carnet d’adresses déjà constitué de clients, fournisseurs et partenaires avant même le démarrage de l’entreprise. Bertrand Willard, ex-cadre du secteur automobile aujourd’hui à la tête d’une entreprise artisanale de réparation s’appuie de la même façon sur un réseau constitué au cours de sa carrière professionnelle précédente : ses connaissances antérieures ont facilité la bonne marche de son entreprise et lui permettent par exemple aujourd’hui d’obtenir rapidement certaines pièces de mécanique.

De nouvelles pratiques

32S’appuyant sur des compétences acquises antérieurement, les reconvertis introduisent dans l’artisanat des pratiques venues d’ailleurs.

  • 17 Je me suis rendue au domicile de Bernard Boutet un matin de novembre 2005 pour une première prise (...)
  • 18 École nationale d’administration.
  • 19 Haute école de commerce.
  • 20 Soit environ 686 000 euros, ce qui représente une somme considérable pour une installation dans l’ (...)
  • 21 Nathalie Scala-Riondet. a bien montré que ces formations accélérées ne permettent pas d’apprendre (...)

« Ne pas rester dans les schémas de boulangers. » Bernard Boutet, boulanger17
Après avoir suivi une formation initiale en comptabilité, Bernard Boutet décroche son brevet d’enseignement commercial. Il entame dès lors une carrière de 33 ans au Crédit Lyonnais. Sa trajectoire se caractérise par une mobilité géographique, professionnelle et sociale. Il commence à Nantes puis part pour Lyon, où il rencontre celle qui deviendra sa femme et qui travaille également au Crédit Lyonnais. Ensemble, ils partent à Tours où ils vivront 13 ans, puis à Paris, reviennent à Lyon et encore à Paris. C’est donc initialement en comptabilité que Bernard Boutet débute son parcours, puis il passe au contrôle de gestion et à l’informatique, pour finir à la direction de la gestion des actifs-passifs (sur le bilan de la banque elle-même). Mais cette ascension professionnelle ne lui offre pas les conditions de son épanouissement. Il se sent dominé dans cet environnement composé de personnes ayant fait l’ENA18 ou HEC19. Avec sa formation de niveau iv et malgré sa promotion professionnelle, il avoue : « J’étais le vilain petit canard ! »
Alors que l’entreprise annonce un plan social (qui ne le concerne pas directement), Bernard Boutet décide de saisir cette occasion pour entamer une reconversion professionnelle. Le moment lui semble opportun car sa femme, elle, est concernée par le plan et leurs enfants sont déjà élevés. Mais, surtout, il souhaite sortir d’une grosse structure telle que le Crédit Lyonnais. Bernard Boutet observe alors les types classiques de reconversion : hôtel-café-restaurant, gîtes… Il hésite à s’installer dans le domaine informatique ou la comptabilité… Finalement, il opte pour la boulangerie parce qu’il souhaite vendre le produit de sa fabrication. Et puis, justifie-t-il, « c’est un des commerces qui restent », « c’est ancré dans la culture, la tradition ». Son choix s’établit enfin sur cette activité parce que « c’est un métier où on gagne bien sa vie sans risque majeur ».
Bernard Boutet prend alors des renseignements dans des salons professionnels. C’est là qu’il découvre l’enseigne Éric Kayser, franchise avec laquelle il signe un « contrat de transmission de savoir-faire ». En échange, Bernard Boutet s’engage à reverser à la franchise 6 % de son chiffre d’affaire pendant huit ans (équivalent à environ 65 000 euros par an). Il procède alors au montage de son projet de reconversion : il achète un fond de commerce et prend un crédit-bail sur le matériel. Son financement se compose de l’apport des deux primes de reconversion (la sienne et celle de sa femme), un prêt bancaire ainsi qu’une « petite aide » de la franchise « pour boucler le budget et rembourser en 3 mois » pour un total de 4,5 millions de francs20. Mais ce n’est pas tout. Sa reconversion s’appuie aussi sur une nouvelle formation professionnelle : Bernard Boutet entame donc une formation pour adulte dans l’école « Ferrandi » (rattachée à la chambre de commerce et d’industrie de Paris [la CCIP]), qui dispense des formations qualifiantes accélérées en trois mois. Mais il ne veut pas passer son CAP car c’est selon lui inutile puisque l’enseignement ne permet pas d’acquérir véritablement un savoir-faire de métier (« ça permet [seulement] de dégrossir »). Pour lui la seule utilité de la formation consiste à « ne pas être ignare face aux salariés21 ». En effet, sa volonté, affichée dès le départ, est de créer une grosse structure pour compenser son manque de savoir-faire et d’expérience dans la fabrication du pain et déléguer ainsi la production à ses salariés.
Enfin à la tête de la boulangerie qu’il rachète à Paris, il transforme les pratiques traditionnelles du métier dont il résume ainsi le cheminement ordinaire : « J’étais apprenti, l’ouvrier me faisait chier. Alors vivement que je sois ouvrier pour faire chier l’apprenti. Et si jamais je pouvais passer patron, comme ça, je ferai chier les deux ! Le schéma classique. Voilà ! » Et de commenter : « Il faut savoir que ça existe ! […] je n’imaginais pas que c’était à ce point-là ! » L’entreprise employait quatre salariés ; il ne garde qu’une vendeuse et embauche progressivement de nouveaux salariés, notamment par le biais de la franchise. « Avec l’ancien boulanger […] c’était Zola » : pour le chef d’entreprise, il faut donc que ça change, il faut « ne pas rester dans les schémas de boulangers » qui apprennent trop souvent leur métier suite à un échec scolaire : « Quand on est en échec [à l’école], on a 90 % de chance d’être en échec derrière [c’est-à-dire au fournil]. » Aussi embauche-t-il des non-professionnels, comme ce salarié ayant une formation en agronomie, initialement recruté à la vente, puis promu chef boulanger. Bernard Boutet multiplie les embauches (jusqu’à 18 salariés) et instaure une hiérarchisation par le recrutement d’un chef boulanger et d’un chef pâtissier. Il modifie les horaires de travail des boulangers qui n’embauchent désormais plus la nuit, grâce aux chambres de pousse dont il impose l’usage aux salariés. Ceux-ci, dans un « esprit client », sont vivement incités à entrer au magasin mais, se lamente-t-il, « un boulanger, lui faire comprendre qu’il est aussi vendeur ». Au magasin justement, Bernard Boutet impose de diffuser de la musique et organise dégustations et autres portes ouvertes. Il a, au préalable, agencé l’espace de manière à ce que le fournil soit visible depuis le magasin (« on a tout cassé »). Le dirigeant conduit une politique de diversification de la gamme des produits en fonction de créneaux jugés « porteurs » Aussi justifie-t-il l’intérêt de lancer le pain au chanvre qui « répond à une réalité qui existe, diététique, écologique. Le chanvre, il y a beaucoup d’omégas ». Le lancement de nouveaux produits fait appel à l’imaginaire et aux sens : « Vendre du goût, du parfum… »
Bien, entendu, tous ces changements de pratiques ne s’opèrent pas sans heurt : Bernard Boutet déclare avoir signé plus de 100 contrats de travail en sept ans et avoir été poursuivi à trois reprises aux prud’hommes (notamment pour harcèlement moral). Bien qu’il ait transmis son affaire au moment de notre entretien, il faut signaler que les nouvelles pratiques introduites ne disparaissent pas avec le chef d’entreprise. Proposé par la franchise, son successeur a un profil proche de celui de Bernard Boutet : un peu plus jeune cependant, il ne s’agit pas d’un homme de métier mais d’un ex-salarié de la grande distribution, souhaitant être fortement encadré (en franchise complète).
Au moment de notre entretien, Bernard Boutet dirige une petite entreprise dans laquelle il n’emploie aucun salarié. Il a fait construire un fournil et un laboratoire à côté de sa maison, implantée au cœur du marais machecoulais. Il crée des produits, affirmant que le métier repose sur des expérimentations par essais et erreurs et vend sur les marchés alentours sa petite production.

  • 22 Casella P. et Tripier P., « Dynamique des métiers, contraintes et ressources de la culture de métie (...)

33Le mode d’accès des reconvertis au statut d’artisans bouleverse les usages. On l’a dit, l’entrée dans le groupe ne repose pas sur une formation de métier, aussi, le choix du secteur d’activité est-il secondaire. Ce qui importe avant tout pour ces candidats à l’installation c’est de devenir indépendant, c’est-à-dire non-salarié. Autrement dit, c’est le statut plus que le métier qui compte. Ainsi, le choix du métier relève d’un éventail des possibles extrêmement fourni. Mes enquêtés témoignent ainsi de leur hésitation face aux choix qui s’offrent à eux : hôtel-café-restaurant, gîtes, secteur informatique ou comptabilité pour Bernard Boutet. Camping, e-commerce, assistance à la personne se côtoient dans le brainstorming de Patrick Bouquet. Bertrand Willard s’interroge pour sa part plus radicalement encore : « J’ai regardé des croissanteries, j’ai regardé tout ce qui pouvait faire de l’argent. » Si le secteur finalement choisi est parfois en lien avec le secteur d’activité antérieur, même si les fonctions peuvent être tout à fait différentes de celles occupées dans l’emploi précédent, ce n’est pas toujours le cas. Les reconvertis cherchent « un produit qui [leur] plaise », mais dont la production et la vente restent rentables. Si le pain est un produit noble, riche de culture pour Bernard Boutet, il est aussi le fruit d’un « métier où on gagne bien sa vie, sans risque majeur ». Retraçant les contours de la dynamique des métiers, Philippe Casella et Pierre Tripier ont identifié des points forts permettant d’objectiver cette culture spécifique22 : ainsi, dans la logique de métier, l’activité à exercer, au moment de l’installation, est désignée en fonction du métier appris, alors que, dans la logique d’entreprise, elle est choisie à partir d’opportunités en termes de débouchés commerciaux. On voit bien que c’est ici cette deuxième logique qui l’emporte.

34L’installation des reconvertis repose parfois sur le soutien d’une franchise qui offre l’avantage d’encadrer la pratique de ceux qui ne sont pas du métier. Ainsi, selon Gérard Delteil, le franchiseur :

  • 23 Delteil G., La franchise commerciale, op. cit., p. 10.

« apporte son concept d’entreprise, son savoir-faire, son expérience, ses structures, son assistance, éventuellement ses produits et services exclusifs […]. Il se propose de vendre à son franchisé (ou partenaire) le droit d’exploiter son enseigne, sa ou ses marques, d’utiliser ses techniques, de diffuser ses produits. Ce droit sera associé ou non à une exclusivité totale ou partielle. Il va lui demander en échange une rémunération, dont le montant et la forme vont varier d’une chaîne à l’autre, et l’observation de certaines règles, de façon à préserver son image de marque23 ».

35Si la franchise pallie les carences de métiers de certains reconvertis, elle est contraignante et impose des pratiques qui s’éloignent des usages traditionnels de l’artisanat. L’artisan qui contracte un engagement avec une franchise voit ses marges de manœuvre se réduire, et avec elles, diminuer son indépendance. Le franchisé devra donc s’acquitter du paiement d’un droit d’entrée ainsi que de royalties (en principe calculées proportionnellement au chiffre d’affaires) aux dates prévues par le contrat (le plus souvent conclu sur une période allant de quatre à sept ans). Il versera également une redevance pour frais publicitaires et promotionnels. La franchise implique aussi de se plier à une certaine discipline de la chaîne, de respecter les éventuels secrets professionnels et de ne pas exercer d’activité concurrente durant la durée du contrat (et parfois même une fois celui-ci achevé). Certains franchiseurs exigent enfin de leurs « partenaires » de suivre et de faire suivre à leurs salariés des formations spécifiques.

  • 24 Ibid., p. 71.
  • 25 Ibid., p. 4.

36La franchise a aussi tendance à standardiser les pratiques et les produits. C’est l’image de marque, au regard du consommateur, client de l’artisan, qui doit ici être maîtrisée. Aussi, la tenue vestimentaire des franchisés, comme de leur personnel, est, dans la plupart des cas, imposée et homogénéisée. Plus largement, l’agencement commercial et la signalétique sont fixés et normalisés. Une gamme de couleurs est souvent prescrite, que l’on pense au jaune et bleu des « Rapid’couture » ou à la dominante de rouge des enseignes « Banette ». Les documents transmis aux consommateurs (devis, factures) sont aussi calibrés pour chaque marque. Certains groupes imposent également les matériaux et le matériel nécessaire à l’artisan. Chaque constructeur automobile exige ainsi l’usage de son propre banc de réparation. De la même façon, il est souvent indispensable pour les artisans sous ce type de contrat de travailler avec des programmes informatiques imposés. Enfin, la standardisation s’applique à la formation des membres du réseau. Elle concerne d’une part l’exercice du métier et, d’autre part, la gestion de l’entreprise franchisée : stages techniques, formation à la gestion et à la communication sont dispensés ou imposés. Gérard Delteil affirme que recruter des gens sans expérience précise du métier qu’ils vont exercer est le choix fait par de nombreuses enseignes car ces nouvelles recrues n’ont pas de « préjugés susceptibles de freiner l’adoption de techniques de travail fort différentes de celles des commerçants [et artisans] traditionnels du même secteur24 ». Les franchises pousseraient en effet vers la création ou la reprise de petites entreprises « des cadres salariés victimes de restructuration qui n’ont plus d’espoir de retrouver des postes équivalents et disposent d’un petit capital, constitué d’indemnités de licenciement25 ». Mais bien qu’il s’agisse d’une modalité d’installation facilitante pour les reconvertis, ils ne sont pas les seuls à opter pour la franchise.

37Avec ou sans franchise cependant, les reconvertis transforment les pratiques de travail. Ainsi, Bertrand Willard, avant de racheter son garage automobile, est entré dans l’entreprise comme salarié, en remplacement du directeur afin de voir, selon son expression « la phase immergée de l’iceberg » et préparer la réorganisation du travail. En rationnalisant le travail de chacun des salariés, le nouveau dirigeant parvient à ce que son entreprise ait la même productivité avec deux fois moins de salariés qu’auparavant.

38Les stratégies de communication des reconvertis sont aussi particulièrement inventives. Leurs pratiques s’accompagnent ainsi d’un discours sur la pratique. Cette justification emprunte le champ lexical de l’abstraction : ces nouveaux entrants parlent de « concept », ou de « notion ». Ainsi, lorsque je l’interroge sur le terme d’« artisan » qui figure sur sa porte, Henri-Pierre Gautier, torréfacteur nouvellement installé, répond aussitôt : « Artisan, oui, c’est pour mon image […] artisan, c’est le concept ! » Leur discours, bien construit et argumenté, destiné à l’enquêtrice que je suis et qui les interroge, était initialement adressé aux institutions permettant cette installation. Proposer un projet singulier, faire une étude de marché, convaincre des partenaires financiers ou faire valider un dossier relèvent des étapes de la mise à leur compte de ces nouveaux entrants. Le rapport à la clientèle et la volonté de se distinguer des concurrents est forte chez les reconvertis. Ainsi, François Loriot de Rouvray, commercial reconverti en réparateur informatique, dont nous avons dressé le portrait au chapitre i, a construit tout le vocabulaire de son entreprise sur le champ lexical du secteur médical. Pour la « santé » des PC de ses clients, il propose ainsi des « consultations rapides ». Contrairement à ces confrères, François Loriot de Rouvray revendique sa particularité, il établit « feuilles de soin et ordonnances […] Je remets des documents comme des radiographies ou des comptes rendus opératoires, j’ai tout basé là-dessus ».

Artisans non maximisant ou logique d’expansion ?

39S’appuyant sur leurs compétences et leurs expériences professionnelles antérieures, certains reconvertis vont participer à l’exercice productif de leur entreprise, d’autres, vont au contraire déléguer l’ensemble des tâches productives. Comme pour les hommes de métier, nous pouvons définir un axe sur lequel un pôle des néo-artisans travaillant seuls s’oppose au pôle des chefs d’entreprise, employeurs de main d’œuvre et dans une logique d’expansion de l’activité. Pour les premiers, l’indépendance (même contrainte) est justifiée comme une réponse au désir de travailler seul ou en très petits effectifs et de bénéficier d’un certain cadre de vie où toute relation hiérarchique est exclue. Les seconds s’entourent, au contraire, d’un certain nombre d’ouvriers qualifiés à qui ils délèguent, immédiatement ou quelques temps après leur installation, l’activité productive de leur entreprise. Ils s’inscrivent dans une démarche d’accroissement de l’effectif salarié et/ou d’augmentation des bénéfices de leur entreprise.

Les chefs d’entreprise

  • 26 Casella P. et Tripier P., « Dynamique des métiers, contraintes et ressources de la culture de métie (...)

40Les chefs d’entreprise rencontrés affichent leur volonté d’expansion. L’objectif initial de Patrick Bouquet est ainsi de développer son entreprise : « Je suis ambitieux », justifie-t-il. Ce désir d’expansion passe par la mise en place de plusieurs stratégies : multiplication des produits et services, élargissement de la clientèle et expansion de la zone de chalandise. Le développement peut aussi passer par l’embauche de salariés, dont la procédure ne répond pas aux modalités de fonctionnement ordinaire dans l’artisanat. Philippe Casella et Pierre Tripier ont à ce sujet bien montré cette distinction entre les hommes de métiers et les autres artisans26. Alors que pour les premiers, l’embauche de salariés se fait de préférence en interne (par la famille ou les anciens collègues…), par la recherche d’une sorte de « double » avec lequel partager la même complicité de métier, pour les seconds, il s’agit de recruter, par la voie extérieure, des salariés avant tout compétents. Ces chefs d’entreprise ne maîtrisent pas l’ensemble du procès de fabrication et de diffusion d’un produit et doivent compter sur le travail productif de leurs salariés pour proposer produits ou services à leur clientèle. Ils n’exercent donc pas eux-mêmes le métier qui définit l’activité de leur entreprise mais gèrent celle-ci.

  • 27 Bertrand Willard s’est montré immédiatement très intéressé lorsque je lui ai téléphoné pour lui pr (...)
  • 28 Son prédécesseur n’était pas un indépendant mais un dirigeant salarié du groupe. Bertrand Willard (...)

« C’est moins enrichissant mais on y gagne en vie de famille ! » Bertrand Willard, dirigeant d’une entreprise de réparation automobile à Nantes27
Après un bac E (scientifique et technique), Bertrand Willard débute des études en mécanique générale ; il prépare en fait un BTS en double cursus (fabrication mécanique et bureau d’études), à Versailles. Embauché avant même ses résultats d’examens, il entre (en 1987) comme cadre dans le service logistique d’une grande société située à la Défense. Passionné de voitures, il rencontre, quatre ans plus tard, le patron d’une entreprise leader dans l’équipement automobile lors d’un salon professionnel ; c’est ainsi qu’il est embauché en tant que directeur commercial de l’établissement de Créteil. Parallèlement à sa carrière professionnelle, il poursuit sa formation à l’université jusqu’à l’obtention d’un master. Mais la routine s’installant dans son quotidien, il décide de changer d’entreprise : Bertrand Willard accepte alors la direction du grand export au sein du site de Nantes d’un groupe américano-suédois. Il explique ce choix par le fait que « la direction d’une unité est ce qui manquait à [son] puzzle » : « On te confie un million de dollars. Dans tant de temps, il faut qu’il en sorte cinq ! Si ce n’est pas le cas, ton fauteuil, il saute ! » Bertrand Willard travaille ainsi en Europe, dans différents pays du continent américain et au Japon. À la fin de cette activité, il travaille à Tokyo la semaine et rentre chaque week-end à Nantes. C’est une crise familiale qui le conduit à abandonner son poste et à chercher une situation professionnelle qui lui permette d’être moins absent de son domicile. L’idée de s’installer à son propre compte, qui avait déjà germé plus tôt dans son esprit, mûrit davantage ; Bertrand Willard exprime ainsi son « ras-le-bol de réaliser des études dont le directeur ne tenait pas compte ». Il négocie sa sortie et construit le projet de mettre en place sa propre structure grâce à ce qu’il appelle lui-même un « golden parachute » de 250 000 euros qui lui assure une sécurité financière pour l’avenir. Sollicitant les services de la chambre de commerce et d’industrie et de la chambre de métiers, il cherche à reprendre une affaire. N’ayant aucune préférence quant au choix du secteur d’activité, il avoue : « J’ai regardé des croissanteries, j’ai regardé tout ce qui pouvait faire de l’argent. » Bertrand Willard reprend finalement un garage franchisé : il rachète le fond, mais crée une structure indépendante pour ne pas reprendre ainsi le passif de l’entreprise précédente, succursale du groupe28, et ne pas être contraint de reprendre l’ensemble des salariés. Il met alors en place une stratégie pour intégrer l’entreprise et, avoue-t-il, « voir la face immergée de l’iceberg ». Il entre en effet officiellement comme salarié, en remplacement du directeur du garage. Observant ainsi l’organisation du travail et le comportement des salariés, il organise, durant cette phase, la restructuration de l’entreprise. Il devient alors le chef de l’entreprise et ne reprend que quatre des huit salariés antérieurement employés qui avaient le plus l’« esprit service ». Comparant avec sa situation professionnelle antérieure, Bertrand Willard explique : « C’est moins enrichissant mais on y gagne en vie de famille ! »

41Plutôt à la tête de sociétés que d’entreprise individuelles, les chefs d’entreprise s’attachent à dinstinguer leur patrimoine personnel de leur patrimoine professionnel. Cas extrême, Bertrand Willard affirme ne pas avoir investi sa prime de licenciement (d’un montant de 250 000 euros) dans le capital de son entreprise car, dans ce cas, c’est elle qui aurait été en dette vis-à-vis de lui.

42Nous l’avons indiqué précédemment, les chefs d’entreprise n’hésitent pas à transformer les pratiques ordinaires des ateliers artisanaux, guidés par un principe de rationalisation économique du travail. Ainsi, une hiérarchisation est souvent instaurée au sein des ateliers par l’arrivée de chefs d’équipe qui transforment l’organisation du travail artisanal. Autrement dit, ces dirigeants participent à redéfinir la division du travail artisanal explicitée au chapitre iii de ce livre. Le management du personnel est aussi revisité : d’une logique de métier, on passe à un « esprit client » ; autrement dit, l’intérêt est moins porté sur la qualité des prduits fabriqués que sur les compétences commerciales des salariés qui doivent avoir l’« esprit client ». Enfin, l’innovation est guidée en fonction des tendances, de modes jugées économiquement porteuses. Ainsi, Bernard Boutet avoue-t-il qu’il a « tout cassé » lorsqu’il a repris la boulangerie de ses prédécesseurs. Il a ainsi fait tomber le mur séparant le fournil du magasin de manière à ce que les clients aient accès à l’espace réservé de la fabrication. Cet aménagement transforme en profondeur les conditions de travail des boulangers ainsi « mis en scène » en permanence. La modification des horaires de travail a également permis de faire coller l’activité des boulangers à la demande de la clientèle. C’est au sein de ces entreprises artisanales que les ouvriers, davantage soumis à une parcellisation du travail, ont le moins de chances d’exercer leur métier de façon autonome en maîtrisant le procès de fabrication du début à la fin. C’est également dans ce type de sociétés que les salariés s’identifient le moins à leur dirigeant, contribuant ainsi à écorner ce qui faisait la singularité des cheminements socioprofessionnels des membres de l’artisanat : ici, le patron n’a jamais été ouvrier de métier. C’est grâce à son capital et ses expériences antérieures de gestionnaire qu’il occupe aujourd’hui cette place et ces fonctions. Les ouvriers, non reconnus comme des doubles par les dirigeants, auront peu de chances de bénéficier du soutien de leur patron dans un éventuel projet d’ascension sociale par l’indépendance.

Les néo-artisans

  • 29 Voir notamment Léger D. et Hervieu B., Le retour à la nature, « au fond de la forêt… l’État », Par (...)

43Parmi la catégorie des reconvertis, nous pouvons identifier à l’autre bout de l’axe du nombre de salariés, un deuxième type d’artisans : les néo-artisans, héritiers des néo-ruraux enquêtés par des sociologues dans les années 1970 et 1980. Ceux-ci ont en effet identifié une population d’indépendants n’ayant pas suivi la norme du cheminement en vigueur dans leur groupe et qui ne s’inscrivent pas pour autant dans une logique entrepreneuriale29. Installés à la campagne pour des raisons idéologiques, ces néo-ruraux rejettent la société salariale et choisissent de vivre des fruits de leur travail : indépendants dans l’agriculture ou dans l’artisanat, ils échappent aux trajectoires ordinaires de ces secteurs et réinventent le métier par l’introduction de pratiques nouvelles.

Les néo-artisans de 1968 et des années 1975-1980

44La première vague de néo-ruraux apparaît au tournant de Mai-1968. Elle constitue alors l’expression de la contestation de la société de consommation. Une certaine jeunesse refuse le modèle de la société salariale et la déferlante consommatrice qui l’accompagne. C’est le moment de la recherche d’alternatives dans les modes d’existence. Des citadins quittent la ville pour s’installer à la campagne et vivre de l’agriculture ou de l’artisanat. Ces migrations utopiques sont mues par une critique de l’industrialisation capitaliste et une logique d’initiatives anti-institutionnelles ; il s’agit d’expérimenter de nouvelles formes d’organisation sociale.

45Ces migrants sont alors considérés comme des marginaux, et ce, à plusieurs titres. La marginalité de ces néo-ruraux tient d’abord au fait que leurs effectifs demeurent faibles. Leur récente arrivée dans les villages où ils choisissent de vivre en communauté les distingue, par ailleurs, de la population locale : ils ne sont pas des autochtones, mais des citadins qui investissent des lieux caractérisés, au contraire, par un mouvement de désertification ; leur mobilité est donc strictement inverse de celle des populations originaires de ces communes. Leur mode d’existence même diffère de celui des habitants locaux : là-bas, ces néo-ruraux s’installent, non pas en famille, mais en communauté. Enfin, issus des classes moyennes cultivées, ils restent des intellectuels devenus agriculteurs ou artisans. Leur origine sociale diverge de celle des indépendants traditionnels qui ne se reproduisent pas, d’ordinaire, en recrutant dans ces classes-là. Les néo-ruraux ont également souvent atteint un niveau d’études supérieur à la moyenne de leurs collègues/concurrents indépendants.

  • 30 Léger D., ibid.

46Ce phénomène de retour est un symptôme de la crise sociale et culturelle du moment. Danièle Léger distingue une seconde vague de « retour à la nature30 », qui apparaît dès 1974-1975, en raison, cette fois, de la crise énergétique. L’auteur évoque, dès cette époque, la « conscience écologique » qui guide ces nouveaux migrants : ceux-ci, en s’installant à la campagne, cherchent à se soumettre à un ordre naturel par des pratiques agricoles respectant la terre ou encore l’usage de méthodes médicales naturelles, comme la médecine par les plantes.

  • 31 Auvolat M., Lavigne J.-C. et Mayère A., L’artisanat en France, réflexion générale et prospective, P (...)

47D’autres sociologues ont analysé les pratiques spécifiques aux néo-artisans, sous-population appartenant à ces néo-indépendants. Michel Auvolat, Jean-Claude Lavigne et Anne Mayère identifient, en 1985, parmi les « nouvelles populations de l’artisanat », des créateurs qu’ils qualifient de « néo-artisans » : ce sont « des candidats à un emploi et une activité artisanale ayant suivi des itinéraires socioprofessionnels non directement en prise avec l’artisanat31 ». Ces nouveaux entrants refusent de s’intégrer à la société salariale.

  • 32 Il s’agit d’une forme particulière de société où les salariés-coopérateurs détiennent au moins 51  (...)

48Ces auteurs distinguent, comme Danièle Léger, deux sous-populations de néo-artisans, associés à deux périodes différentes : la vague de 1968 a fait naître, selon eux, les « rétro-ruraux », dans la logique du retour à la nature, et les années 1980 ont vu apparaître ceux qu’ils qualifient de « nouveaux entrepreneurs ». Les premiers néo-artisans ont la particularité de s’être spécialisés dans les produits « fait main » : tissage, poterie et autres activités relevant de l’artisanat d’art. Les « nouveaux entrepreneurs » cherchent aussi une autre forme de vie, « plus de vérité ». Cependant, ils se distinguent de la première génération de néo-artisans par un engagement pour que leur activité soit rentable et pérenne. Ils s’éloignent de l’idéologie utopique initiale pour réaliser concrètement leurs projets et introduisent des pratiques innovantes : création de sociétés coopératives de production (SCOP32) et usage des technologies modernes par exemple. Ces néo-artisans mobilisent des institutions pour financer leurs projets. On les retrouve dans les métiers du bâtiment, la menuiserie et la peinture en particulier.

Les néo-artisans d’aujourd’hui

49Les néo-artisans d’aujourd’hui sont les héritiers à la fois des utopistes de 1968 et de leurs successeurs, moins farouchement anti-institutionnels. Rejetant la société salariale, ils souhaitent vivre et exercer leur activité professionnelle à leur rythme et selon leur propre modalité de fonctionnement. Ils n’expérimentent cependant pas de nouvelles formes d’organisation sociale, comme la première génération de migrants : loin de la vie communautaire, les néo-artisans appliquent leurs principes dans l’espace privé du foyer familial, comme l’a fait la deuxième génération d’utopiste, ou pensent leur reconversion comme un projet individuel, dans une logique d’épanouissement personnel. Ils s’écartent aussi des valeurs anti-institutionnelles des premiers émigrés de l’utopie : eux recherchent, au contraire, le soutien d’institutions locales et l’aide de subventions diverses. En ce sens, les néo-artisans que j’ai rencontrés se rapprochent de la seconde vague de migrants.

50Leur spécificité repose sur le fait qu’ils sont fortement imprégnés d’une conscience écologique et morale : protéger la planète et prendre soin de soi par l’usage de produits jugés sains et fabriqués en respectant une certaine éthique. Aussi retrouve-t-on aujourd’hui les néo-artisans dans les secteurs de l’alimentation et des services aux particuliers. L’artisanat de bouche (boulangerie, fromagerie, traiteur, confiture…) ou les soins à la personne, tels que l’esthétique ou la coiffure par exemple, sont particulièrement investis par cette nouvelle vague de néo-artisans.

51Par ailleurs, leur trajectoire ne se traduit pas nécessairement par une mobilité géographique, comme c’était le cas pour les néo-ruraux précédents. Le phénomène peut en effet concerner une population locale déjà enracinée ou bien des individus issus d’une commune et qui renouent avec leurs racines. C’est plutôt un style de vie et une idéologie qui rassemblent ces individus. Leur mobilité est une mobilité professionnelle : ces néo-artisans sont tous des reconvertis qui ont souhaité rompre avec la société salariale, et s’épanouir dans l’indépendance offerte par leur exercice professionnel. Souvent préoccupés par la question du développement durable, ils veulent s’engager dans des pratiques de conservation des savoir-faire traditionnels, tout en contribuant à la vitalité d’un territoire.

  • 33 J’ai pris rendez-vous avec Anne Poulaud, par téléphone. Elle a accepté assez facilement que nous n (...)

« Donner cette notion qu’on peut faire autrement. » Anne Poulaud, coiffeuse à domicile à La Turballe33
Née en 1955, Anne Poulaud raconte que, plus jeune, elle aurait souhaité passer un CAP de coiffeuse, mais que son père, cadre de la raffinerie de Donges, avait refusé, exigeant d’elle qu’elle obtienne son baccalauréat. À cette époque, « l’apprentissage […], au niveau intellectuel, ce n’était pas terrible », argumente-t-elle. La jeune femme passe donc un bac bio et devient laborantine. Elle exerce cette profession, en alternant avec des périodes de congé parental pour élever tour à tour chacune de ses quatre filles. À l’issue de cette période, elle commence à s’occuper de personnes âgées à leurs domiciles, situés à La Turballe et ses environs, activité qu’elle exercera durant quatre ans.
C’est à l’âge de 47 ans qu’Anne Poulaud prend la décision de mener à bien sa reconversion professionnelle. Elle choisit de s’installer dans la coiffure, sur le créneau des soins aux personnes âgées. « Pourquoi pas cette prestation ? », interroge-t-elle en effet. Elle justifie son choix par l’idée de ne pas donner à ses filles « que l’image de la femme-mère », tout en conservant cette notion de plaisir, de réalisation de soi dans sa profession.
Anne Poulaud constitue donc un dossier auprès de l’ANPE afin d’obtenir le financement de sa formation. Faisant explicitement référence à notre propre situation d’entretien, elle m’indique : « J’avais fait une enquête moi aussi pour voir les débouchés ! » Son dossier validé, elle débute un apprentissage du métier de coiffeuse en alternance entre une école et un salon de coiffure situé à Saint-Nazaire.
Son mari, entrepreneur dans le transport, à la tête d’une structure employant cinquante salariés, lui offre la sécurité financière à la concrétisation de son projet ; elle avoue d’ailleurs : « À l’heure actuelle, les jeunes, je ne sais pas comment elles font […] ! Il y a quand même pas mal de frais au départ » : matériel, stock, « avoir une voiture à peu près potable, le gazole »…
Anne Poulaud se renseigne et opte pour le statut juridique le plus favorable à son fonctionnement : elle s’installe en micro-entreprise, modalité qui lui permet de prévoir le montant de ses charges, puisqu’elles sont forfaitaires et donc fixes. En contrepartie, elle paie la TVA sur les produits et ne la récupère pas. « Ça permet aussi de ne pas avoir de comptable », précise-t-elle. « Moi, je peux faire ma comptabilité toute seule. » La condition pour conserver ce statut : « Tant qu’on ne dépasse pas 27 000 euros de chiffres d’affaire, on peut se permettre de rester en micro-entreprise. »
Pour expliquer son choix et ses succès, Anne Poulaud insiste sur la dimension artistique de son activité, en harmonie avec son éducation et sa personnalité. Son père chantait beaucoup et l’un de ses frères est devenu artiste peintre. L’aînée de ses filles est, quant à elle, intermittente du spectacle : après une licence d’anglais, elle a suivi une formation de « maquilleuse-postichière » et rêve de ne travailler que dans le domaine du théâtre et du cinéma. « C’est dans les gênes ! », affirme l’artisane. Et de justifier sa propre expérience créative : « C’est vrai que j’ai fait pas mal de portraits tout ça, peintures, sculptures… » Le CAP ne lui paraît donc pas difficile à obtenir ; elle n’éprouve aucune difficulté au niveau de la théorie comme de la pratique : « La prof m’avait dit : “Si vous avez un sens un peu artistique, c’est vrai que ça se fera assez facilement.” »
Son projet professionnel s’inscrit sur un marché singulier et cible une clientèle particulière : Anne Poulaud souhaite orienter son activité de coiffeuse à domicile sur le créneau des services à la personne, autour du bien-être, des massages et de la relaxation. Elle vise alors une clientèle constituée de personnes âgées ou « isolées », ou encore des pensionnaires d’établissements hospitaliers, institutions qu’elle a démarchées dès le début de son activité. Elle explique qu’elle souhaite consacrer du temps à chaque personne, refusant « l’abattage » que font certaines jeunes coiffeuses à domicile. Elle insiste sur le fait de prendre le temps, de consacrer une durée suffisante aux massages du cuir chevelu par exemple et de contribuer au bien-être de la personne : « Moi, mon grand bonheur, c’est de m’entendre dire, ces femmes que je coiffe, qui sont d’un certain âge : “Oh, je voudrais ne pas dormir ce soir ! Si je pouvais sortir, je sortirai !” Et se dire qu’on a apporté plein d’énergie, sur le moment, à cette personne-là. Finalement, un petit moment de bonheur ! »
« Ce qui me plaisait aussi, c’était d’apporter une notion de produits naturels », continue de justifier Anne Poulaud. Elle se fournit donc dans un magasin bio situé à Guérande, boutique qui lui sert de vitrine : « Donc je travaille une gamme de couleurs de chez eux […]. Je me fais connaître énormément par ce magasin-là qui a mes petites cartes […]. Je travaille aussi avec des pigments végétaux », me précise-t-elle ; il s’agit de « donner cette notion qu’on peut faire autrement ». Et puis, « ça m’intéresse de me démarquer, parce qu’il y en a beaucoup de coiffeuses à domicile ». Le rapport à la clientèle est alors jugé « différent » : « On est un peu sur les mêmes idées, les mêmes façons de voir. »

52Des différentes trajectoires de néo-artisans ressortent des régularités. Tous affirment d’abord leur volonté de prendre le temps, qu’il s’agisse de leurs pratiques professionnelles ou, plus globalement, de la conduite de leur existence. Henri-Pierre Gautier, reconverti dont nous avons précédemment dressé le portrait au début de ce chapitre et qui se rapproche du pôle néo-artisan, insiste sur l’importance de décider de son rythme de vie et de travail, souhait qui a orienté son choix de reconversion. Anne Poulaud condamne aussi cette course à l’urgence dans laquelle nous sommes enrôlés malgré nous : « À l’heure actuelle, je trouve que les gens font tout vite ! » Il convient de remarquer que ce rapport au temps diverge de celui des hommes de métier, qui érigent en valeur principale le sens de l’effort associé au temps passé au travail.

53Pour autant, les néo-artisans partagent une idéologie commune avec les artisans traditionnels ; critiquant cette quête permanente de la vitesse, les néo-artisans réprouvent surtout l’appât du gain qui lui est associé. Et, pourtant bien dotés en ressources économiques, ils témoignent d’un regard aiguisé sur cette loi de la finance qui régit nos comportements sociaux : « Dans cette société hyperfiscalisée, j’ai gagné plus d’argent en plus-value sur les placements de mes économies que par mon travail ! », déplore Henri-Pierre Gautier. De la même façon, Anne Poulaud exprime son désintérêt pour toutes les questions financières, tout en s’interrogeant sur le mode de fonctionnement des jeunes installées qui n’ont pas, comme elle, la sécurité financière assurée par le revenu important de son époux. Non sans un certain paradoxe, elle affirme cependant que l’aspect financier ne l’intéresse pas : « C’est mon côté marginal, un petit peu utopique ! » En ce sens, les néo-artisans se rapprochent, en valeur, des hommes de métier. Ce discours fait ainsi par exemple écho à celui de Gilbert Jaquin, maçon installé à Machecoul, qui encense la beauté du travail « artistique » et singulier de l’artisan (mais attaché à l’effort fourni pour ce faire) qu’il oppose à « la course au matériel » et à la volonté de profit. Schématisant l’ordre de ses priorités, il affirme que pour lui c’est « l’homme, puis le travail, puis l’argent », alors que pour notre époque, ce serait « l’argent, le travail puis l’homme ».

54Par leur entrée dans l’artisanat, les néo-artisans s’inscrivent dans une logique alternative au modèle économique dominant : ils veulent (se) prouver que l’on peut choisir la durée et l’organisation de son travail, que l’on peut s’inscrire dans une filière où des fournisseurs proposent et des clients cherchent des produits différents. La conscience écologique et la logique du commerce équitable (ou, au moins, alternatif au modèle dominant) sous-tendent ces pratiques. L’installation de ces néo-artisans répondant à des choix de vie en accord avec leurs valeurs (développement durable, équitabilité des échanges…) est justifiée et argumentée.

55Il convient, à ce stade de l’analyse, de bien préciser le faible effectif des néo-artisans. Si, d’un point de vue strictement statistique, la part qu’ils occupent au sein du groupe reste faible, leur présence mérite toute notre attention pour l’importance qu’elle véhicule sur le plan symbolique. D’abord parce qu’ils participent de la diffusion du modèle de métier tout en renouvelant pratiques et représentations du métier. Enfin, parce que les néo-artisans sont particulièrement visibles par les institutions représentatives de l’artisanat qu’ils sollicitent, mais aussi aux yeux du grand public puisqu’ils savent bien communiquer et sont très présents sur les marchés et les salons artisanaux.

Le marché de l’authentique

  • 34 Cormier-Salem M.-C., « Le recours (ou retour) au terroir : instrument de développement local ou rep (...)

56Ces néo-artisans qui investissent aujourd’hui le secteur des métiers « surfent » sur un contexte particulier, l’engouement actuel pour les produits de terroir. Selon la définition qu’en donne Marie-Christine Cormier-Salem, le terroir se caractérise par la combinaison de trois éléments : une ressource, un lieu et un savoir-faire34. Dans un souci de protection de l’environnement, il s’agit donc autant de conserver un patrimoine naturel, un territoire et les techniques de métier qui leur sont associées. Cet engouement, qui se traduit par la volonté de consommer des produits naturels et singuliers, est exploité par ces néo-artisans qui s’en emparent et l’inscrivent sur le « marché de l’authentique ». De cette façon, ils produisent non seulement une activité économique, mais aussi leur propre emploi, correspondant aux valeurs et à un certain style de vie auxquels ils adhèrent.

  • 35 Warnier J.-P. (dir.), Le paradoxe de la marchandise authentique, imaginaire et consommation de mass (...)

57Il y a, dans cette demande de terroir ou d’« authenticité » pour reprendre le terme de Jean-Pierre Warnier35, la recherche de qualités intrinsèques, mais aussi extrinsèques des produits achetés. La qualité intrinsèque relève des caractéristiques propres au produit : c’est par exemple le naturel des légumes biologiques, qui ont poussé sans engrais ni pesticide, et qui sont perçus comme garantissant à son consommateur une alimentation saine et bénéfique à son organisme. La qualité extrinsèque du produit lui est extérieure. Il s’agit de ce qui est considéré par le consommateur comme une valeur véhiculée par le produit : le respect de l’environnement par exemple ou la garantie de la juste rémunération des producteurs, s’agissant du commerce équitable.

58Le produit authentique conserve une forte dimension symbolique : il mobilise, chez le consommateur, la nostalgie d’un ailleurs, dans le temps ou dans l’espace. Il se réfère en effet à un ordre du passé (« le bon vieux temps ») ou le plonge dans un univers exotique. Il peut s’agir tout autant de la tourte de pain cuite au feu de bois que du plateau marocain en étain finement ciselé, en passant par la vaisselle ancienne ou les meubles laqués venus de Chine.

  • 36 Ibid., p. 18.
  • 37 Ibid., p. 20.

59Comme nous le rappelle Jean-Pierre Warnier, en l’absence de l’héritage d’un objet authentique, c’est bien l’argent qui permet d’acquérir un produit singulier. Pourtant, « la singularité est idéalement ce qui ne s’achète pas36 ». Jean-Pierre Warnier soulève ainsi ce qu’il appelle « le paradoxe de la marchandise authentique ». L’authenticité est en effet incompatible avec la marchandisation : la nostalgie du passé ou le rêve d’un ailleurs ne peuvent être « marchandisés ». Autrement dit, la singularité ne peut être substituée à cette valeur d’échange qu’est l’argent. « La marchandise authentique est donc paradoxale : marquée par l’argent, et cependant garante d’une “personnalisation”37. »

  • 38 Ibid., p. 19.

60Afin d’élucider ce paradoxe, Jean-Pierre Warnier propose un schéma visant à décrire la circulation des objets et les processus observables sur le marché de l’authentique : « Les objets circulent le long d’un continuum polarisé à ses deux extrêmes par la marchandise d’une part, l’objet singulier, personnalisé de l’autre. Entre les deux, un même objet pourra circuler alternativement dans les deux sens38. » Cette circulation de l’objet entre le pôle de la marchandise et celui de la singularité relève de deux processus d’authentification : la « singularisation-personnalisation » et la « marchandisation ».

61La singularisation-personnalisation transforme une marchandise en un objet singulier. C’est l’exemple de la bague de fiançailles qui cesse de devenir une marchandise dès lors qu’elle est passée cérémonieusement au doigt d’une jeune fille. On peut alors dire de cet objet qu’il « n’a pas de prix », c’est-à-dire que sa valeur ne peut se réduire à son estimation marchande. Transmise au fil des générations au sein d’une famille, elle est devenue un bien singulier chargé de symbole. Pourtant, cette bague pourra redevenir une simple marchandise si elle est à nouveau mise en vente (aux enchères ou chez un brocanteur par exemple). L’objet suit alors un mouvement contraire, passant de la singularité à l’état de marchandise : c’est la marchandisation.

62C’est précisément ces processus d’authentification que les néo-artisans réalisent, en s’emparant de l’engouement actuel pour la singularité et en créant un nouveau marché sur le créneau de l’authentique. L’authentification relève d’un processus de personnalisation d’une marchandise ou d’un service ou, à l’inverse, de la marchandisation d’un objet singulier.

63Anne Poulaud personnalise ainsi le service ordinaire de coiffure à domicile en s’adressant à un public cible (les personnes dépendantes), en conceptualisant sa pratique (autour de la lutte contre l’isolement et la recherche du lien social dans la dispense d’un acte de bien-être) et en utilisant certains produits (bio, naturels). Son savoir-faire ordinaire, validé par un diplôme de portée nationale, est donc singularisé par l’artisane.

64Au contraire, Marianne Martial, en vendant ses confitures « maison », marchandise des produits et un savoir-faire singuliers. Elle cultive elle-même ses fruits qu’elle transforme à partir de sa propre recette et conditionne ensuite sa confiture en pots. Jusqu’ici, le produit est un objet singulier, attaché à la personne de Marianne Martial. Il pourrait ne jamais devenir une marchandise, comme c’est le cas des confitures maison faites au sein des familles. Le produit pourrait circuler en dehors d’un marché si sa créatrice décidait d’offrir un pot à des voisins ou des membres de sa famille, par exemple. Or, la confiture de Marianne Martial accède au statut de marchandise dans la mesure où il devient possible à quiconque de s’en procurer en échange du versement d’une somme d’argent fixée par sa productrice. Mais il ne s’agit pas pour autant d’un produit ordinaire et interchangeable : devenue une marchandise, la confiture de Marianne Martial s’inscrit sur le marché de l’authentique, c’est-à-dire qu’elle est « marchandisée » en fonction de ses caractéristiques singulières initiales.

65Par ailleurs, tout un travail de mise en scène du produit permet de le promouvoir comme une marchandise singulière : Marianne Martial prend le soin d’étiqueter elle-même ses pots sur lesquels figurent tous les attributs se rapportant à l’aspect artisanal et singulier de sa fabrication. Ses pots de confiture ne s’achètent pas non plus n’importe où : l’artisane dispose d’une boutique sur son lieu de production de fruits, également atelier de transformation et de conditionnement, et qui se trouve être aussi son domicile. Refusant de diffuser ses produits via la grande distribution, Marianne Martial livre ses confitures dans des épiceries fines.

66Dans les deux cas, qu’il s’agisse d’un processus de singularisation (à l’image de la coiffure dispensée par Anne Poulaud) ou, au contraire, de marchandisation (comme la confiture de Marianne Martial), leur activité s’inscrit sur le marché de l’authentique.

67J’insiste sur le fait que les processus d’authentification passent par un important travail de rhétorique : ils exigent de faire parler du concept pour attirer un public-cible. Travail de mise en scène et mise en valeur du produit ou du service, la communication est essentielle aux néo-artisans qui inscrivent un produit sur le marché de l’authentique : attention particulière accordée à l’emballage des produits (le packaging) et à la police d’écriture des étiquettes et autres supports d’information, choix vestimentaire des promoteurs du produit (sur les marchés notamment), décor de l’espace de réception de la clientèle, lieux de diffusion des produits…

68En même temps qu’ils exploitent l’engouement pour l’authentique et le transforment en moteur d’une activité économique, les néo-artisans créent leur propre emploi. La crise économique est ici déterminante, de même que la crise sociale et culturelle expliquait le phénomène initial de « retour à la nature » étudié par Danièle Léger. Les néo-ruraux résumaient alors les rapports sociaux en termes d’affrontement du Bien (le monde rural) contre le Mal (la civilisation citadine). Aujourd’hui, la crise économique détermine certains licenciés, ou désenchantés en quête de reconversion, dans une logique de placement. Le Bien relève ici de l’indépendance artisanale et le Mal est incarné par la grande entreprise ou les grands groupes.

69Ainsi, comme les hommes de métier traditionnel, les néo-artisans s’éloignent de la logique entrepreneuriale par leurs représentations, comme par leurs pratiques. Leur indépendance répond à leur volonté de ne pas avoir de comptes à rendre à un supérieur hiérarchique et va souvent de pair avec le désir de n’embaucher aucun salarié. C’est ainsi toute forme de subordination qui est contestée, comme l’exprime Henri-Pierre Gautier à travers l’expression de « n’avoir ni personne au-dessus, ni personne au-dessous ». Chacun de ces néo-artisans refuse, à sa manière, d’être le maillon d’une longue chaîne hiérarchisée.

70Les néo-artisans refusent toute forme d’expansion, mus par ce désir de « rester à taille humaine ». Ils ne s’inscrivent donc pas dans une logique d’embauche de personnel, ne cherchent pas à augmenter le nombre et le type de produits ou services proposés mais plutôt à maintenir une activité stable. Enfin, ils ne souhaitent pas élargir leur clientèle, ni par le périmètre géographique, ni par le nombre de destinataires de leurs produits. Cette dimension « humaine » se rapporte aussi au fait de pouvoir maîtriser l’ensemble du procès de fabrication et de diffusion d’un produit. Loin de l’organisation en multiples services de la grande entreprise qui masque, à chaque salarié, les étapes précédentes ou postérieures à son activité, l’artisan orchestre la stratégie globale de production et de diffusion d’un produit : de l’origine des matières premières jusqu’à la destination finale du produit, en passant par sa fabrication et sa commercialisation, rien ne lui échappe.

71Enfin, dernière caractéristique opposant les néo-artisans à la logique entrepreneuriale : comme les hommes de métier traditionnel, ils exercent eux-mêmes le métier, c’est-à-dire qu’ils ne délèguent pas l’activité de production ou de service à un ou plusieurs salariés. Quand bien même leur activité peut être simple, c’est-à-dire n’exigeant pas un savoir-faire très élaboré, ou se réduire à un temps de travail limité, ils restent des travailleurs manuels et non des chefs d’entreprise exclusivement tournés vers la gestion de leur entreprise.

72Pour autant, on ne doit pas perdre de vue que les néo-artisans ne sont pas des hommes de métier traditionnel et que n’importe qui ne devient pas néo-artisan. Insistons d’abord sur le fait qu’ils sont des reconvertis que rien ne prédestinait (en dehors du contexte actuel de resserrement de l’emploi et de détérioration des conditions de travail salarial) à devenir artisan. Leur entrée dans l’artisanat relève donc d’un second choix : les néo-artisans n’ont pas initialement suivi la norme du cheminement de métier.

73Ces artisans diffèrent ensuite des hommes de métier par les nouvelles pratiques qu’ils introduisent. Dans la plupart des cas, la forme juridique de leur entreprise n’est ni une entreprise individuelle, comme c’est le cas pour la majorité des hommes de métier traditionnel, ni une SARL, qui reste la norme chez les entrepreneurs (qu’il s’agisse d’hommes de métier entrepreneuriaux ou de chefs d’entreprise). Les néo-artisans optent plutôt pour la création d’une EURL ou choisissent le régime de la micro-entreprise. Leurs pratiques de communication sont aussi particulièrement inventives. Et c’est précisément ce qui nous permet d’opposer le plus nettement hommes de métier traditionnel et néo-artisans. L’installation et le maintien de l’activité de ces derniers ne reposent pas sur leur savoir-faire de métier, mais sur d’autres types de ressources. Ce sont leurs compétences en matière de gestion mais surtout de communication qui favorisent l’accès au statut d’indépendant de ces néo-artisans. Ils démarchent et prospectent. Ils s’investissent enfin particulièrement dans des stratégies de mise en scène de leurs produits afin de les valoriser et de les vendre.

74En résumé, n’importe qui ne devient pas néo-artisan. Il est d’abord nécessaire d’avoir une bonne connaissance du marché et des stratégies de communication. Il est ensuite nécessaire de capter et de développer une demande pour alimenter un marché singulier. L’activité générée doit enfin être suffisamment stable et rémunératrice pour assurer à l’indépendant, un emploi pérenne et rentable. Ces néo-artisans sont donc bien informés, bien formés (en termes de capital culturel) et disposent également des moyens financiers leur permettant de concrétiser leur projet.

Notes

1 Le rapport réalisé par l’Observatoire de la vie étudiante, en mai 2007, précise que 90 000 étudiants sortent chaque année de l’enseignement supérieur sans diplôme, soit un quart des sortants de l’enseignement supérieur. Cf. : Beaupère N., Chalumeau L., Gury N. et Hugrée C., L’abandon des études supérieures, Paris, La Documentation française, 2007.

2 Beaud S., 80 % au bac… et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire, Paris, La Découverte, 2002, p. 18.

3 Coulon A., Le métier d’étudiant : approche ethnométhodologique et institutionnelle de l’entrée dans la vie universitaire, Paris, PUF, 1997.

4 Je sais que son mari est ouvrier boulanger.

5 Je suis passée à la boutique de Sophie Marchand quelques jours avant notre entretien. Là, j’y ai rencontré une salariée, âgée d’une cinquantaine d’années, qui a noté tous les renseignements que je lui donnais afin de les transmettre à sa patronne, pour l’heure, occupée à faire un soin à une cliente. Quand j’ai rappelé, Sophie Marchand était effectivement informée de mon passage. J’ai remarqué, ce qui est assez rare pour être souligné, qu’elle avait retenu qu’il s’agissait d’un entretien sociologique (je comprendrai pourquoi par la suite…). Elle a accepté volontiers que nous nous rencontrions, malgré un emploi du temps chargé. Le rendez-vous a été fixé en début d’après-midi. Nous nous sommes installées dans le renfoncement du couloir qui mène aux cabines, où Sophie Marchand a installé un bureau et son ordinateur.

6 J’ai pris contact par téléphone avec Patrick Bouquet qui a immédiatement accepté de me rencontrer afin de retracer son parcours professionnel. Il m’a reçue un après-midi du printemps 2007 dans les locaux neufs qu’il loue au cœur de la pépinière d’entreprises nouvellement créée en périphérie de Nantes.

7 Il s’agit de l’ACCRE, l’aide aux chômeurs créateurs repreneurs d’entreprises.

8 Peugny C., Le déclassement, Paris, Grasset, 2009.

9 J’ai pris rendez-vous avec Henri-Pierre Gautier en passant directement sur son lieu de travail (qui est aussi son domicile), la semaine précédant notre entretien. Il a immédiatement accepté que nous nous rencontrions, me demandant cependant quelques précisions sur le type d’étude que je menais et à quel niveau j’étais arrivée. Il m’a donc proposé de revenir le lundi suivant, à l’heure de l’apéritif, vers midi, plaisantant sur mon statut d’étudiant peut-être trop sérieux pour prendre l’apéritif… L’entretien s’est déroulé dans une petite cour intérieure. Nous nous sommes installés autour d’une table de jardin que nous avons quittée à deux reprises : la première fois, Henri-Pierre Gautier m’a montré les aménagements qu’il avait réalisés dans sa maison pour en faire trois appartements, et, la seconde fois, à ma demande, il m’a fait découvrir le fonctionnement de son torréfacteur.

10 Zalc C., Melting Shops, une histoire des commerçants étrangers en France, Paris, Perrin, 2010, p. 15.

11 Ibid., p. 13.

12 Perrin C., Entre glorification et abandon, l’État et les artisans en France (1938-1970), op. cit.

13 Jaeger C., Artisanat et capitalisme…, op. cit., p. 287.

14 Mazaud C., « La confusion entre argent de l’entreprise et argent du ménage chez les indépendants », Actes de colloque « Les usages sociaux de l’argent », Cens, MSH Ange Guépin, 2011, [http://www.sociologie.univ-nantes.fr/64473970/0/fiche___pagelibre/&RH=SOCIOLOGIE].

15 Bertaux-Wiame I., « Devenir indépendant, une affaire de couple », op. cit.

16 Fonseca R., Michaud P.-C. et Sopraseuth T., « Le travail indépendant passé 50 ans : le rôle de la richesse individuelle et des coûts de création d’entreprise », Économie et statistique, no 403-404, 2007, p. 63.

17 Je me suis rendue au domicile de Bernard Boutet un matin de novembre 2005 pour une première prise de contact. Sa maison, située au cœur des marais, n’est pas très facile d’accès ; il faut emprunter un sentier étroit et boueux pour atteindre finalement la vieille ferme rénovée. Surpris de mon déplacement jusque chez lui, Bernard Boutet m’a écoutée attentivement et accepté que nous prenions rendez-vous afin de discuter plus amplement de sa trajectoire. L’entretien s’est déroulé dans le vaste séjour où nous avons pris place autour d’une grande table en bois.

18 École nationale d’administration.

19 Haute école de commerce.

20 Soit environ 686 000 euros, ce qui représente une somme considérable pour une installation dans l’artisanat.

21 Nathalie Scala-Riondet. a bien montré que ces formations accélérées ne permettent pas d’apprendre le métier de boulanger mais la fonction de chef d’entreprise (Scala-Riondet N., Des formations aux professions dans un secteur artisanal : la boulangerie, thèse de doctorat, sociologie, université Paris 8, 2006, p. 250-256).

22 Casella P. et Tripier P., « Dynamique des métiers, contraintes et ressources de la culture de métier », Économie rurale, no 169, 1985, p. 31-33.

23 Delteil G., La franchise commerciale, op. cit., p. 10.

24 Ibid., p. 71.

25 Ibid., p. 4.

26 Casella P. et Tripier P., « Dynamique des métiers, contraintes et ressources de la culture de métier », op. cit.

27 Bertrand Willard s’est montré immédiatement très intéressé lorsque je lui ai téléphoné pour lui présenter mon enquête et lui demander un rendez-vous. Nous avons fixé cette rencontre le jour même. L’entretien s’est déroulé dans son petit bureau, en fin d’après-midi et s’est prolongé par une discussion informelle, alors que nous quittions le garage et que l’ensemble des salariés avait déjà débauché.

28 Son prédécesseur n’était pas un indépendant mais un dirigeant salarié du groupe. Bertrand Willard devient, lui, un agent indépendant, sous contrat d’exploitation de la marque.

29 Voir notamment Léger D. et Hervieu B., Le retour à la nature, « au fond de la forêt… l’État », Paris, Le Seuil, 1979 et Léger D., « Les utopies du “retour” », Actes de la recherche en sciences sociales, no 29, 1979, p. 45-63.

30 Léger D., ibid.

31 Auvolat M., Lavigne J.-C. et Mayère A., L’artisanat en France, réflexion générale et prospective, Paris, La Documentation française, 1985, p. 173.

32 Il s’agit d’une forme particulière de société où les salariés-coopérateurs détiennent au moins 51 % du capital et 65 % des droits de vote.

33 J’ai pris rendez-vous avec Anne Poulaud, par téléphone. Elle a accepté assez facilement que nous nous rencontrions, précisant cependant que son parcours était atypique, information qu’elle répétera à plusieurs reprises au cours de l’entretien. Celui-ci s’est déroulé, quelques jours après ce premier contact, à son domicile, où l’artisane m’a accueillie dans son salon.

34 Cormier-Salem M.-C., « Le recours (ou retour) au terroir : instrument de développement local ou repli identitaire ? », séminaire « Les lundis de la MSH », le 4 mai 2009, MSH Ange Guépin, Nantes.

35 Warnier J.-P. (dir.), Le paradoxe de la marchandise authentique, imaginaire et consommation de masse, Paris, L’Harmattan, 1994.

36 Ibid., p. 18.

37 Ibid., p. 20.

38 Ibid., p. 19.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/68184/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search