Version classiqueVersion mobile

L'artisanat français

 | 
Caroline Mazaud

Deuxième partie. Devenir et rester artisan

Chapitre IV. Les hommes de métier

Texte intégral

Apprendre un métier

1Les hommes de métier que j’ai rencontré ont le plus souvent des parents ouvriers, agriculteurs, voire artisans ou petits commerçants. Ce qui importe, pour ces familles, c’est que leurs enfants – et particulièrement leurs fils − apprennent assez tôt un métier, souvent pour ne plus être à la charge de la famille et apporter ainsi un revenu au foyer. Cette raison économique est du moins la première qu’avancent les hommes de métier, et plus particulièrement les plus âgés d’entre eux, pour expliquer leur orientation précoce vers l’artisanat. Fils d’une famille qui compte six enfants, Jacques Chenu, aujourd’hui maçon installé à Machecoul, a perdu son père, ouvrier de l’industrie, qui était âgé de seulement 38 ans. Sa mère s’est ainsi retrouvée sans revenu avec ses six enfants à élever. « C’est pour ça qu’on est tous partis travailler à partir de 14 ans », explique l’artisan, pour « gagner notre croûte ». Apprendre un métier signifie avant tout « partir travailler », c’est-à-dire gagner de l’argent. « On est parti en apprentissage et on a tous géré notre argent », poursuit Jacques Chenu, précisant que chacun versait alors à leur mère « une petite pension […] pour aider à faire bouillir la marmite ».

2Cette entrée en apprentissage est d’autant plus probable que les résultats scolaires obtenus ne sont pas bons, autrement dit, que l’institution scolaire sanctionne le parcours du jeune, l’orientant de fait vers le monde professionnel et l’apprentissage d’un métier dit « manuel ». À l’image de bien d’autres hommes de métier, et alors que je lui demande de me raconter son entrée dans le métier, Christian Guénard, prothésiste dentaire à Machecoul me glisse « je n’étais pas féru d’études supérieures » comme pour justifier a posteriori de son entrée en apprentissage.

3Adolescents, ces hommes de métier en devenir partent ainsi « chercher un patron » qui les accueillera en apprentissage. Celui-ci se fait le plus fréquemment sous la forme d’une alternance entre un centre de formation et un maître en entreprise. L’apprentissage correspond aux valeurs acquises au cours de la socialisation primaire : valorisation du travail (et du temps passé au travail), respect des aînés et acceptation de la dureté des règles (surtout pour la génération la plus âgée). Jacques Chenu explique ainsi que ses frères et lui travaillaient avant même leur entrée en apprentissage : « Mais, même avant 14 ans, on commençait à travailler, on avait de la famille qui était en ferme, le jeudi, après l’école, on allait travailler à la ferme. » Yves Le Berre, cordonnier installé à Machecoul, fait de la même façon référence à ce rapport au travail entretenu très tôt, dès l’enfance, où il cumulait les petits boulots durant les congés d’été. « Nous les vacances, c’était pas le bord de la mer ! On travaillait pendant toutes nos vacances », insiste pour sa part, Jacques Morisson, électricien automobile de Machecoul. Ces dispositions sont réactualisées au cours de l’apprentissage. Ainsi, alors que je l’interroge sur la durée de sa formation initiale, Joseph Micheau, tapissier-décorateur de Machecoul, me répond par le temps passé au travail : « Et ça a duré combien de temps ? – 3 ans, 10 heures par jour, 60 heures par semaine », rétorque-t-il d’emblée. Relatant les conditions de sa formation, René Mérieau, poseur de menuiseries et charpentes métalliques à Machecoul, insiste aussi : « On passait beaucoup d’heures […] on travaillait même jusqu’à 24 heures sans se plaindre ! » Et d’insister pour affirmer qu’il s’agit d’une pratique qui n’a dès lors pas changée : « Je me donne à la peine et je n’oublie pas de me lever le matin ». « Croyez-moi, on faisait les cours toute la journée du lundi et on travaillait tous les autres jours de la semaine ! », explique pour sa part Micheline Randin, coiffeuse installée à Machecoul à propos de son apprentissage. Avant d’être le lieu d’une formation professionnelle, l’apprentissage qui se traduit par l’entrée dans un atelier aux côtés d’hommes de métier aguerris, réactualise donc les dispositions de travail et d’endurance acquises antérieurement et renforce le sens de la hiérarchie et du respect des aînés.

4L’apprentissage passe par la figure d’un patron qui exerce un métier et transmet ainsi son savoir-faire et ses tours de main. Le jeune se forme progressivement à son métier qui s’inscrit peu à peu dans son corps par l’imitation et la répétition des gestes observés. L’apprenti incorpore son métier dans sa singularité.

  • 1 Zarca B., « Identité de métier et identité artisanale », Revue française de sociologie, no 29, 1988 (...)

La culture de métier
« Il est des métiers minutieux, aux gestes précis, de faible amplitude : le travail à la lime du bijoutier exige de lui jusqu’à un rythme respiratoire qui n’est pas celui du charpentier dont les gestes sont larges, toniques, et impliquent une adresse de tout le corps et non seulement celle des mains. Cette “virilité” du geste du charpentier qui affronte, dans de larges espaces et parfois par temps rude, une matière qui résiste à son corps tout entier, dont le travail, le levage en particulier, exige la conjugaison des efforts de plusieurs hommes, ne peut s’effacer au moment du repos, lorsqu’il “serre la pince d’une coterie”, “boit un coup”, raconte une histoire. Ce geste acquis, dans la mesure où il est un geste appris, qu’il va de soi, dans le milieu de travail, n’est ni contrôlé ni censuré. Par lui s’affirme une identité qu’il a contribué à produire. Il n’y a pas de gaucherie dans les gestes du métier, même si l’habileté, l’adresse, l’astuce varient selon les individus, car ce sont des gestes légitimes. Si ceux du charpentier sont rudes, ceux du pâtissier, habitué à travailler les pâtes, les crèmes, les coulis, sont plus ronds, plus coulés et ceux du coiffeur plus précieux, plus raffinés, “féminins”. Bref, le métier s’inscrit dans le corps dont l’aisance est rehaussée par le vêtement de travail. Fonctionnel, qu’il soit blouse, pantalon large, salopette, etc., celui-ci est aussi attribut de l’identité corporative1. »

5Cet apprentissage, qui se clôt le plus souvent par l’obtention d’un CAP, fait passer l’individu du statut d’apprenti à celui d’ouvrier qualifié de l’artisanat. L’homme de métier va alors cumuler différentes expériences professionnelles dans plusieurs entreprises artisanales, pour assoir ses connaissances et parfaire ses tours de main. La plupart des hommes de métier rencontrés estiment qu’il faut entre 5 et 7 ans pour maîtriser son métier. Durant cette période, l’ouvrier poursuit sa formation en actes le plus souvent au sein d’entreprises artisanales, avec un « esprit de famille » et une interconnaissance où il y a une « bonne ambiance ».

  • 2 Je suis passée à la boutique de Joseph Micheau deux jours avant notre entretien. Le magasin m’a pa (...)

« Je n’ai toujours travaillé que chez les artisans. » Joseph Micheau, tapissier-décorateur à Machecoul2
Joseph Micheau a 60 ans au moment de notre entretien. Veuf depuis 3 ans, il vit désormais seul dans la maison au-dessus de la boutique qu’il tient toujours dans le bourg de Machecoul. Fils d’agriculteurs vendéens, Joseph Micheau entre en apprentissage en alternance à l’âge de 14 ans (en 1959), auprès d’un artisan tapissier-décorateur de son département. Après l’obtention de son CAP, devenu ouvrier qualifié, il multiplie les expériences professionnelles : sur une période de huit ans, Joseph Micheau est embauché tour à tour comme salarié dans quatre petites entreprises situées dans quatre communes différentes de la région : « Je n’ai toujours travaillé que chez les artisans », revendique-t-il fièrement. Il explique le choix de ses départs successifs par la volonté de se former davantage (« Pour me perfectionner. Ça n’est pas dans la même boîte qu’on apprend… »), précisant qu’aucune querelle n’a jamais motivé ces changements : « Je suis resté bien avec tous mes patrons. » Il formule, un ou deux ans après le passage obligé de l’armée, le projet d’ouvrir sa propre boutique. En 1970, Joseph Micheau se marie et se met à son compte : « J’ai tout fait la même année ! » Mme Micheau, employée comme couturière chez un tapissier, a rejoint son mari dès la mise à son compte. Dès lors, elle ne cessera son investissement au sein de l’entreprise familiale, jusqu’à ce qu’elle tombe gravement malade. La répartition du travail respecte la division sexuelle des tâches domestiques : à Monsieur, le travail le plus noble (création et restauration), exigeant de la force et exercé à l’extérieur (à l’atelier ou au domicile des clients) ; à Madame, les travaux délicats, jugés féminins, exigeant de la minutie (comme la fabrication de rideaux) et la pratique restreinte à l’intérieur (la boutique) maintenant un lien social avec l’extérieur (magasin et téléphone).
C’est par l’intermédiaire d’un représentant de commerce que Joseph Micheau, alors ouvrier qualifié dans une entreprise artisanale, apprend qu’un tapissier de Machecoul va partir prochainement à la retraite. Ne souhaitant pas vendre son atelier accolé à son domicile, celui-ci trouve un autre local à Joseph Micheau et le présente à sa clientèle, afin de garantir la continuité de l’activité.
L’homme de métier exercera ainsi son activité dans cet atelier durant plusieurs décennies. Après 35 ans d’indépendance, Joseph Micheau n’envisage pas, au moment de notre entretien, de cesser son activité, même s’il avoue « en faire moins qu’avant ».

6Le changement d’une entreprise à l’autre est déterminé par la volonté d’élargir son savoir au contact de différents artisans. Les hommes de métier insistent ainsi sur le fait qu’aucun conflit ne justifie cette mobilité professionnelle : « Je suis resté bien avec tous mes patrons », précise Joseph Micheau, tapissier-décorateur à Machecoul. Plus encore : « J’ai toujours dit merci à mon patron », affirme Jacques Michel, peintre en bâtiment à Abbaretz.

7En même temps que toutes les facettes du métier sont apprises et que le réseau professionnel se tisse à-travers des échanges multiples, l’organisation du travail artisanal finit d’être incorporée et le désir d’installation se manifeste plus expressément. Le moment de l’installation varie en fonction des ressources disponibles et des possibilités de les mobiliser.

Ne pas rester ouvrier

8C’est le désir d’indépendance qui est mis en avant par les artisans quand je les interroge sur les motifs à l’origine de leur installation. Chacun dit sa volonté de ne pas avoir de compte à rendre à un patron. « J’aurais du mal à être commandé », me confie Jacques Michel, peintre en bâtiment à Abbaretz, après plusieurs décennies d’indépendance. Mais les plus jeunes ne sont pas en reste : « J’aime autant bosser comme un fou pour moi plutôt que d’aller le faire pour un autre », affirme Cédric Legeais, jeune maçon de 23 ans installé à Abbaretz.

9La reconstruction a posteriori des motifs individuels ne doit cependant pas nous faire oublier que l’installation reste quasiment la seule voie d’ascension sociale ouverte aux ouvriers qualifiés de l’artisanat. Puisque la promotion professionnelle n’est pas ou peu permise à l’intérieur de l’entreprise artisanale qui se caractérise, malgré les transformations de l’organisation du travail pointées au chapitre précédent, par une division technique du travail assez faible, l’idéal socioprofessionnel de l’ouvrier de l’artisanat réside dans le projet de s’installer à son compte. Les travaux publiés dans les années 1970-1980 sur les petits patrons et les artisans en particulier témoignent de ce désir d’ascension sociale par l’indépendance. Mes entretiens auprès d’hommes de métier (et tout particulièrement des plus âgés, entrés sur le marché du travail dans les années 1960-1970) témoignent de ce projet d’installation qui apparaît assez tôt dans la carrière. Dès l’apprentissage ou au début de leur expérience salariée, les jeune ouvriers de l’artisanat commencent à y penser ; c’est souvent après le passage à l’armée que les hommes de métier s’engagent effectivement dans le projet d’installation. De quelles ressources bénéficient-ils pour y parvenir et comment les mobilisent-ils ?

Les ressources professionnelles

Un réseau d’informations et de conseils

10Une multitude d’acteurs (représentants de commerce, livreurs de matériel ou de matière première…) tissent du lien entre les membres de l’artisanat. Ils sillonnent le territoire et échangent, d’atelier en atelier, informations et conseils. Autrement dit, les artisans − et leurs ouvriers éventuels − n’exercent pas leur activité de manière isolée. Plus que de simples démonstrateurs de matériel ou des preneurs et livreurs de commandes, ces commerciaux créent et entretiennent du lien professionnel. Les gens de métier se renseignent ainsi sur l’actualité du matériel, les nouvelles techniques et les nouveaux matériaux, mais ils prennent et donnent aussi d’autres informations : les échanges portent alors sur les prochains départs en retraite d’artisans ou de salariés, les opportunités de rachat de matériel, de fonds de commerce… Joseph Micheau, racontant la manière dont il s’est installé à son compte en témoigne de façon exemplaire. Il explique ainsi que « ça s’est fait bizarrement », par l’intermédiaire d’un représentant de commerce qui l’avait informé, alors qu’il était ouvrier qualifié chez un artisan, qu’un tapissier-décorateur de Machecoul cherchait à vendre son affaire puisqu’il partait en retraite. Ce réseau d’informateur existe dans tous les métiers ; les boulangers l’appellent entre eux avec humour « radio-pétrin ». Dans ce secteur, le réseau est si solide et fermé qu’il exclue la chambre de métiers et de l’artisanat de toutes transactions. Une salariée permanente de la CRMA m’avouait que les opérations de transmission-reprises d’entreprises artisanales en boulangerie se déroulaient « en interne ». Alors qu’elle informe, conseille et met en relation cédants et repreneurs d’entreprises artisanales, la CMA est donc court-circuitée, dans certains secteurs, par ce réseau professionnel.

11Au-delà du rôle d’informateur joué par ce réseau, certains des acteurs qui le constituent incitent et aident à la mise à son compte. Des fournisseurs facilitent ainsi l’installation d’hommes de métier en proposant au candidat un prêt, lui permettant de réunir l’apport personnel initial indispensable à l’octroi d’un emprunt bancaire. C’est, par exemple, une pratique courante chez les minotiers qui aident ainsi des boulangers à se mettre à leur compte.

12Il n’est pas rare que le cédant aide aussi le repreneur dans son installation. Le prédécesseur de Joseph Micheau, par exemple, revendait son fond de commerce mais ne souhaitait ni vendre ni louer sa maison, accolée à son atelier-boutique. Comme le jeune tapissier ne connaissait pas la commune de Machecoul, ayant seulement appris par un représentant de commerce qu’un tapissier laissait sa place, son prédécesseur l’a aidé à trouver un pas de porte et un logement. Les hommes de métier apportent ainsi fréquemment une aide à celui qui reprend leur affaire : transmettre des informations utiles bien sûr, présenter le repreneur à la clientèle mais aussi souvent proposer des facilités de paiement ou aller jusqu’à réduire le prix de vente de l’entreprise. Ces pratiques ne sont pas celles d’une autre époque et si Joseph Micheau a bénéficié, en son temps, du soutien de son prédécesseur, Pierre Chenu, électricien installé à Abbaretz, en a fait de même lorsqu’il a récemment revendu son entreprise en réduisant le prix de vente initialement fixé « pour aider » le jeune homme de métier qui reprenait l’affaire.

Des « coups de main » entre collègues à la création de groupements

  • 3 Durand M. et Frémont J.-P., L’artisanat en France, Paris, PUF, 1979, p. 69.

13Non seulement les hommes de métier accèdent au statut d’artisan grâce notamment à leur réseau, mais ils s’y maintiennent également en s’appuyant sur cette solidarité professionnelle. L’observation des pratiques vient ici tordre le cou à cette idée largement répandue, consistant à affirmer que les artisans seraient individualistes. Ce préjugé est véhiculé par le sens commun autant qu’il circule au sein des institutions représentatives de l’artisanat et même dans des publications académiques. Partisan d’une conception de la vie basée sur la réussite individuelle, l’artisan manquerait donc d’esprit de solidarité. Une salariée permanente du Conseil national des professions de l’automobile (CNPA) des Pays-de-la-Loire déplorait ainsi lors d’un entretien qu’elle m’a accordé : « C’est une profession qui est individualiste, donc, de toute façon, on n’arrivera pas à leur dire : “Essayez de faire quelque chose” ou : “Essayez de faire un regroupement” […]. Tout ça, c’est peine perdue ! » D’autres membres d’organisations professionnelles ou des salariés permanents de la CMA et de l’Union professionnelle artisanale m’ont tenu des propos similaires tout au long de cette enquête. Au-delà du discours de ces représentants institutionnels, l’individualisme artisan est fréquemment mis en avant dans des écrits académiques, qui se désolent parfois ouvertement des conséquences d’un tel comportement : « Les groupements, trop souvent malheureusement, échouent en raison de l’individualisme des artisans », affirment ainsi Marc Durand et Jean-Paul Frémont dans le « Que-sais-je ? » qu’ils consacrent à l’artisanat en France3. Et, plus récemment, pour Cédric Perrin :

  • 4 Perrin C., Entre glorification et abandon, l’État et les artisans en France (1938-1970), Paris, Com (...)

« Inciter les artisans à fédérer leurs forces est une idée intéressante. Ensemble, ils pèseraient plus et pourraient accéder à des avantages que leur interdit habituellement leur dispersion. Mais l’idée doit faire face au fort individualisme d’artisans très méfiants4. »

14Bien qu’ils exercent, pour la plupart, seuls ou en petit comité au sein de leurs ateliers, les hommes de métier participent à de fréquents « arrangements entre collègues ». L’expression, commune à tous les métiers, est utilisée par les artisans eux-mêmes pour décrire les aides échangées entre artisans concurrents. Peu visibles car échappant aux actions formalisées d’organisations représentatives, les pratiques de solidarité de métiers sont très fréquentes et ne sont pas spécifiques à certains métiers de l’artisanat qui ferait figure d’exception dans un monde individualiste. Ces pratiques sont d’ailleurs parfois délibérément passées sous silence car interdites. C’est notamment le cas des entraides passées entre des réparateurs automobiles de marques différentes. Les hommes de métier de ce secteur racontent fréquemment des anecdotes de ce type : la réparation des véhicules récents exige de disposer de matériels que les constructeurs ne fournissent qu’aux membres de leur réseau, c’est-à-dire à ceux qui possèdent leurs « panneaux ». Or, la plupart des garages proposent des réparations toutes marques et se retrouvent ainsi parfois démunis face à une panne exigeant un équipement particulier. Les réparateurs s’échangent alors des « coups de main » sur la base de la solidarité de métier : des garagistes de l’enseigne Renault conduisent ainsi, par exemple, un véhicule de marque Citroën à un « collègue-concurrent » pour qu’il vienne à bout d’une panne. Ce dernier fera appel au savoir-faire et au matériel du premier au moment où il ne saura pas lui-même réparer une voiture de marque Renault. Les hommes de métier contournent ainsi, en toute discrétion, les prérogatives imposées par les constructeurs avec qui ils sont liés par un contrat. De cette façon, ils assurent leur service à l’insu de la marque, comme du client. « On travaille en bonne intelligence ! », conclut Bernard Rivalan, réparateur automobile installé à Nantes, qui fut, de nombreuses années, agent Renault. On retrouve ces pratiques d’entraide dans différents secteurs : on se prête du matériel dans le bâtiment, on se dépanne en pièces de rechange dans l’artisanat de réparation, on se remplace les jours de repos et les vacances pour fournir les dépôts de pain dans la boulangerie… S’agissant d’associations plus formelles, force est de constater qu’ils s’opèrent, comme les arrangements informels, davantage en fonction du métier exercé plutôt que de manière interprofessionnelle ou en devenant adhérant d’une organisation professionnelle. Pour défendre leurs intérêts, les artisans rejoignent ainsi parfois des groupes qui leur semblent les plus proches de leurs préoccupations spécifiques. Il est ainsi fréquent que certains se réunissent, par métier ou secteur d’activité, au sein de groupements d’achat. En passant des commandes collectives et donc plus importantes, ils parviennent à diminuer le prix de leurs fournitures, ce qui contribue au maintien de leur activité.

  • 5 Je suis passée directement à l’entreprise d’André Rialland un matin de mai 2006. Après avoir écout (...)
  • 6 La réparation consiste à souder (à chaud) les fissures de pneus accidentés : c’est la vulcanisatio (...)

« À plusieurs, on est plus forts ! » André Rialland, réparateur de pneumatiques et mécanique automobile à Saint-Vincent-des-Landes et membre d’un groupement d’achat5
Fils d’agriculteurs installés à Saint-Vincent-des-Landes, André Rialland entre en 1976 comme salarié chez un « marchand de pneus ». Là, il se forme « sur le tas » à la vente et à la réparation de pneumatiques6 ; aucun CAP n’existe en effet pour dispenser un tel savoir-faire. Les manufacturiers (comme Michelin) qui contrôlent toute la filière du pneumatique incitent rapidement André Rialland à se mettre à son compte. Sur leurs conseils, il rachète donc un garage, en novembre 1978. Un contrat lie alors l’indépendant aux manufacturiers, fournisseurs uniques de matière première. André Rialland me raconte l’effet pervers du système dans lequel il tombe alors rapidement : « Plus vous faites de chiffres, plus vous avez de remise. » Mais, l’année suivante, les objectifs à atteindre vont croissant. Si le niveau n’est pas atteint, les fournisseurs dégradent alors les conditions d’achat de leur client. « Les manufacturiers font la pluie et le beau temps, lance l’artisan, on est tributaire du monopole ! » Il compare la situation à celle des stations-services face aux pétroliers ou des petits producteurs qui fournissent les grandes surfaces : on leur dicte les lois et on leur impose les prix. En 1991, André Rialland ne peut plus atteindre les objectifs fixés et est « étranglé » par les tarifs fixés unilatéralement par ses fournisseurs : il est contraint de déposer le bilan.
L’artisan bénéficie alors d’une aide extérieure : une amie, tenant elle-même une stationservice qu’il fournissait en pneus, rachète son entreprise. Elle lui permet d’en rester le gérant. Fort des leçons tirées de son échec précédent, André Rialland met en place une tout autre stratégie pour se fournir : il ne se sert plus directement chez les manufacturiers, mais importe des pneumatiques de l’étranger à des sociétés concurrentes ou achète à ses précédents fournisseurs, via un groupement d’achat. Ce groupement permet à plusieurs petits indépendants de passer ensemble une commande importante. Comme les remises sont d’autant plus grandes que la quantité demandée est élevée, chacun des participants à la commande groupée bénéficie de rabais qui lui auraient été impossibles d’obtenir individuellement. « À plusieurs, on est plus forts ! », lance l’artisan. « Ils croyaient que tous les petits auraient suivi leurs prix, mais non […] ! Tout le monde s’est rebellé et aujourd’hui, les groupements, ils font pression ! » Chacun des 133 adhérents de ce groupement est libre d’acheter le type et la quantité de produits qu’il souhaite : il n’y a aucune obligation d’achat. Le groupement achète aussi lui-même des pneus et pièces mécaniques qu’il rétrocède à ses adhérents à des tarifs avantageux.
Quelques années après son dépôt de bilan, André Rialland a ainsi pu racheter son entreprise avec ses deux fils. Il conclut alors que « la réussite, c’est de voir qu’on progresse dans le métier ». Et de préciser : « Il n’y a pas que l’argent, il y a le bonheur de voir qu’on a progressé. »

15On trouve des groupements d’achat dans quasiment tous les métiers, mais ces structures sont d’autant plus présentes que l’activité est menacée par de gros concurrents. C’est notamment le cas du secteur automobile où les industriels, constructeurs et manufacturiers, contrôlent la filière. La photographie, secteur particulièrement concurrencé par la vente de matériel et de services sur internet, se mobilise aussi à travers ce type de groupements. Le principe de l’achat groupé permet ainsi à plusieurs indépendants de réduire leurs coûts de fourniture.

16Ces résistances de métiers qui participent à rendre pérennes certaines activités artisanales peuvent aussi prendre la forme de création de groupes ex nihilo. Plutôt que de rejoindre un groupe préalablement existant, des artisans sont en effet à l’initiative de regroupements. Ces unions peuvent prendre des formes diverses, et notamment celles de coopératives.

  • 7 Fabrice Pineau a accepté bien volontiers de me recevoir pour discuter de son parcours et de l’init (...)

« Le but de la coopérative, c’est de faire des maisons le moins cher possible. » Fabrice Pineau, menuisier installé à La Turballe et créateur de la Coopérative Turballaise7
Le point de départ de la création de la Coopérative Turballaise repose sur la volonté de petits artisans locaux de réagir collectivement face à une nouvelle concurrence. Des entreprises du bâtiment, subissant une baisse globale d’activité, élargissent leur périmètre de travail et viennent du Morbihan concurrencer des artisans installés sur la côte ligérienne ; grâce au marché de la construction et de la rénovation de maisons secondaires, l’activité du bâtiment y reste en effet importante.
Ces grandes entreprises possèdent des points forts face aux artisans locaux isolés. Elles proposent d’abord des maisons neuves « clés en main », où l’ensemble des tâches sont réalisées, des fondations jusqu’aux finitions, alors que l’artisan ne propose ses services que dans le périmètre de son savoir-faire. L’intervention de tous les corps de métier est par ailleurs mieux coordonnée que lorsque chaque artisan s’occupe individuellement de son propre chantier. Ces grandes entreprises centralisent en effet les informations et organisent l’emploi du temps de chacun en fonction de l’avancée réelle des travaux. Au contraire, chaque indépendant intervient compte tenu de son calendrier propre ; or, le moindre petit retard désorganise l’ensemble du chantier et c’est chaque artisan, individuellement, qui doit se coordonner avec les autres intervenants. Enfin, les entreprises concurrentes proposent, à leur clientèle, des tarifs plus attractifs que ceux des artisans. Pour résoudre ces problèmes de concurrence, une dizaine d’artisans locaux décident de réagir ensemble. En 2003, c’est Fabrice Pineau, artisan-menuisier à la tête d’une entreprise de 16 salariés, alors âgé d’un peu plus de 35 ans, qui prend l’initiative de se renseigner sur les modalités de groupements possibles. Il se déplace à la chambre de commerce de Saint-Nazaire et commence à glaner, ici et là, quelques informations. « J’ai feuilleté pas mal de bouquins », raconte Fabrice Pineau. Après cette recherche, il opte pour la coopérative qui lui semble être l’organisation la mieux adaptée aux besoins des artisans. Cette structure permet en effet de concurrencer les nouveaux venus sur le marché local du bâtiment, en offrant des prestations comparables. La réunion de l’ensemble des métiers du bâtiment leur permet de proposer eux aussi des maisons « clés en main » et de coordonner l’intervention de chaque artisan sur le chantier. Chaque corps de métier est en effet représenté au sein de la coopérative et chaque membre a en charge une fonction précise relative au chantier et donc transversale aux métiers : « Il y en avait un qui s’occupait des comptes, une autre personne qui s’occupait des plannings… et puis moi, j’avais la charge des rendez-vous de chantiers, des comptes rendus du moins », explique Fabrice Pineau. Enfin, une partie des frais engagés par la coopérative est compensée par des subventions étatiques destinées à encourager ce type de regroupements. En contrepartie de ces aides financières, la coopérative ne doit tirer aucun bénéfice de son activité. La structure centralise les demandes, coordonne les chantiers et paie des prestations à chaque artisan membre, qui reste ainsi indépendant et dégage des bénéfices à l’échelle de sa propre entreprise.
Si l’initiateur de ce projet de coopérative a depuis quitté ses fonctions, on ne peut pas considérer cette démarche de regroupement comme l’échec prévisible de l’union d’artisans individualistes car la structure continue d’exister. La coordination entre les différents membres ne lui donnant pas satisfaction, Fabrice Pineau a préféré quitter le groupe, aussitôt remplacé par un autre artisan menuisier. Pour autant, le créateur affirme que l’expérience a été positive et précise qu’il est resté en très bons termes avec chacun des membres de la coopérative. Il a seulement choisi de se retirer car sa rigueur était incompatible avec la variété des rythmes de chacun. Il s’amuse d’ailleurs du fait que la coopérative est toujours aussi « anarchique » : « Ils s’engueulent aux réunions », mais, ajoute-t-il, « après ils boivent un coup », et le collectif reste soudé. Les dissensions ne sont pas suffisamment importantes pour faire imploser le groupe dont les membres sont réunis autour d’intérêts communs.
Selon Fabrice Pineau, une coopérative du même type a été créée en Vendée, depuis une quinzaine d’années et fonctionne très bien : elle construit, en moyenne, une trentaine de maisons par an.

17Les initiatives comme celle-ci ne sont pas monnaie courante dans l’artisanat. Pour autant, dans l’inventaire des pratiques observées, il est nécessaire de signaler qu’elles existent bel et bien. Par ailleurs, les modalités de travail dans le bâtiment offrent les meilleures conditions pour créer de telles coopératives : le fait que les artisans indépendants travaillent sur les mêmes chantiers renforce l’interconnaissance déjà présente entre ces hommes de métier issus d’une même localité et favorise les liens et les projets entre eux.

  • 8 Auvolat M., « Les coopératives d’artisans, du métier au développement coopératif », Revue internati (...)

18Les groupements interprofessionnels, comme les groupements d’achat, sont des initiatives nées de la menace que fait peser la concurrence sur l’activité artisanale. La conjoncture actuelle favorise en effet ces pratiques car, comme l’analyse Michel Auvolat, qui a étudié ce type de regroupement, le libéralisme des marchés reste le meilleur stimulant de la coopération d’entreprises8. Face à la puissance de grandes entreprises ou de groupes bien structurés, des hommes de métier savent se mobiliser ensemble pour défendre leurs intérêts propres, tout en conservant leurs pratiques et leur culture de métier. L’individualisme supposé des artisans repose en fait sur leur désir de rester indépendant. Autrement dit, ils souhaitent qu’aucune instance extérieure ne régisse leur travail. Or, quand la concurrence se fait trop forte, c’est bien leur liberté qui est menacée : ils sont alors contraints de se plier aux exigences du marché et à la loi de ceux qui sont les mieux organisés. C’est dans un tel contexte que certains artisans mutualisent leurs efforts et leur force. Mais ils ne s’unissent pas de n’importe quelle façon et, là encore, le respect de l’indépendance reste la condition de leur rassemblement. Le cas de la Coopérative Turballaise est, en ce sens, particulièrement éclairant. Cette structure, qui réunit plusieurs artisans, leur garantit l’indépendance souhaitée. En effet, chaque adhérent participe aux chantiers obtenus par la coopérative et est rémunéré à hauteur de son investissement dans le projet collectif. Chacun conserve, par ailleurs, une activité professionnelle en dehors du cadre de la coopérative, qui constitue finalement un des clients de chaque artisan adhérent.

  • 9 Selon l’UPA qui tire ses sources d’une enquête qu’elle a commanditée en 2005, 38 % des artisans se (...)
  • 10 Baptiste Giraud investit également le terrain des mobilisations de dirigeants en PME « par le bas  (...)

19Si l’on s’en tient à ce qui se voit globalement, c’est-à-dire à ce qui se mesure − comme le nombre de coopératives artisanales ou le taux d’adhésion aux organisations professionnelles artisanales9 –, on conclura bien sûr à l’individualisme des artisans, comme le font la plupart de ceux qui portent un jugement sur ce groupe. L’erreur repose en fait sur le choix des marqueurs révélant l’individualisme, ou au contraire, la coopération des artisans. Si ce discours persiste, c’est parce qu’il ne s’appuie pas suffisamment sur une observation détaillée de terrain10. Les artisans eux-mêmes ont d’ailleurs parfois intérêt à cacher leurs pratiques d’entraides, comme c’est le cas dans le secteur automobile où les marques interdisent à leurs ressortissants d’aider un professionnel qui ne serait pas membre de leur réseau. Enfin, contribuant à alimenter la figure valorisante du self-made-man, les artisans taisent aussi fréquemment ces pratiques d’entraide qui leur semblent ternir l’image qu’ils souhaitent donner d’eux.

Les ressources locales

Rassemblements à l’échelle locale

20Si les artisans défendent leurs intérêts spécifiques en se regroupant par métier ou par secteur d’activité, ils additionnent aussi leurs forces sur la base d’un rassemblement interprofessionnel à l’échelle locale participant à ancrer leur activité de manière durable dans un territoire. Des dirigeants d’entreprises implantées sur la zone intermédiaire de Machecoul se sont unis au sein du GERM, le Groupement des entreprises de la région de Machecoul. Cette association a pour but de permettre aux dirigeants de mieux se connaître et d’échanger sur les questions d’économie et de territoire. Il réunit principalement des PME – notamment artisanales − installées en zone intermédiaire. Ainsi, entre autres initiatives, les adhérents ont sécurisé leur espace de travail, désert la nuit, en partageant les frais d’une société extérieure veillant sur leurs établissements. Au-delà de cet exemple particulier, de nombreux enquêtés que j’ai interviewés sont adhérents d’une association locale des commerçants et artisans. Ces rassemblements, non plus professionnels mais locaux, sont particulièrement fréquents au sein des petites communes. Elles visent à animer la localité ou le quartier tout en permettant à chacun des participants de dynamiser son activité propre. Elles sont par exemple à l’initiative de braderies et autres fêtes. Les plus engagées mènent aussi une politique active de défense du commerce et de l’artisanat, face à la concurrence de la grande distribution notamment, comme l’ACAT (l’association des commerçants et artisans turballais) qui conduit des études prospectives sur l’évolution du commerce et de l’artisanat local.

Le capital d’autochtonie

  • 11 Pour plus de développement sur le capital d’autochtonie, voir le numéro spécial « Dimension spatia (...)

21Mais cette ressource du territoire va plus loin : au cours de mon enquête, j’ai ainsi pu observer que certains hommes de métier, sans nécessairement s’engager dans des associations de commerçants et d’artisans, utilisaient au profit de leur entreprise, le fait d’être « du coin », Si le territoire apparaît, au premier abord, comme une donnée, une réalité visible bornée par des frontières, c’est seulement en observant attentivement les phénomènes sociaux qui se déroulent en son sein, qu’il ne se donne plus à voir comme le simple cadre géographique entourant un événement, mais bien sous un jour nouveau : celui d’une ressource possédée par certains que l’on peut identifier comme étant des « gars du coin », bénéficiant d’un capital d’autochtonie11.

22Mobilisant ce concept afin de saisir le sens social de la pratique de la chasse, Michel Bozon et Jean-Claude Chamboredon remarquent que le capital d’autochtonie est une ressource symbolique utilisée pour accéder aux réserves de chasse par certains individus : Ce sont notamment des « ruraux dépaysannés », c’est-à-dire des « ruraux non-paysans […] ouvriers, employés, artisans, petits commerçants et retraités qui continuent à habiter le village où leurs parents cultivaient peut-être la terre ». Ce capital bénéficie également aux « couches populaires dépaysannées ». Il s’agit de membres des classes populaires, issus du village, partis vivre en ville, mais souhaitant maintenir un lien avec leur famille et leur village d’origine, notamment par la pratique de la chasse en société communale. L’autochtonie est ainsi définie comme l’expression d’« une relation particulière au terroir villageois, comme compensation à la dépaysannisation », ce moment qui a vu l’effondrement du nombre des agriculteurs dans la structure sociale, conduisant les ruraux non paysans à devenir majoritaires dans les campagnes. En un mot, l’autochtonie est affirmée comme « refus du déracinement ».

  • 12 Retière J.-N., « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », P (...)

23Plus de vingt ans plus tard, Jean-Noël Retière propose une réflexion sur l’autochtonie, qu’il qualifie de « capital social populaire12 ». Il fait ainsi explicitement référence au capital social dont disposent les classes supérieures, qui se voient conférer crédit et autorité grâce à l’ensemble des relations sociales dont elles bénéficient et qu’elles entretiennent. Jean-Noël Retière mobilise ainsi ce concept et participe à sa définition en partant de son terrain d’enquête, la commune de Lanester où il a étudié l’identité ouvrière. Selon lui, il s’agit pour les classes populaires, du « fait et/ou du sentiment d’appartenir à l’espace local dans la participation à la vie publique, au double sens de l’engagement et de l’intérêt a minima manifesté pour la chose publique ». Et c’est bien là qu’est l’avancée dans la construction du concept. Malgré l’importance de la durée de l’inscription locale de la lignée (puisque l’autochtonie est un capital et s’hérite donc par la famille), il ne suffit pas d’être natif du lieu ou d’y résider de longue date pour se voir conférer un tel capital, encore faut-il y exercer « des compétences statutaires particulières ». Ainsi, une fraction seulement capitalise, et même revendique, son autochtonie. Dans son terrain, il s’agit de « ceux qui nageaient comme des poissons dans l’eau dans les arcanes municipales et associatives », formant ainsi ce qu’il appelle une « aristocratie ouvrière ». Ainsi, les Lanestériens jouissant d’une telle autorité s’occupaient bénévolement du foot, du club de boule, de la mutuelle ou du théâtre, et c’est sur le mode du dévouement qu’ils accédaient à cette notoriété locale.

24Cette définition du capital d’autochtonie offre une clé de lecture indispensable à la compréhension de pratiques d’artisans installés dans des communes rurales. Certains d’entre eux bénéficient en effet de cette ressource sociale limitée à un territoire et l’entretiennent à travers leurs pratiques.

  • 13 J’ai contacté Pierre Chenu par téléphone, après avoir mené un entretien avec son frère Jacques, ma (...)
  • 14 À Abbaretz, l’ancienne mine, qui n’a été en activité que durant cinq ans, dans les années 1950, es (...)
  • 15 Le domaine social, et notamment les bulletins de paie des salariés, est confié à un comptable, rec (...)

« Quand je me suis installé, je connaissais 95 % des habitants d’Abbaretz ! » Pierre Chenu, électricien installé à Abbaretz13
Abbaretz, située à une quarantaine de kilomètres au nord de Nantes, compte environ 1 500 habitants. Éloignée des deux principales zones d’activités du département, elle s’inscrit dans un territoire agricole d’élevage, essentiellement laitier, mais aussi de production de viande bovine. Comme dans toutes les zones rurales, la densité artisanale y est plus importante qu’en ville. La population d’Abbaretz était, jusque-là, vieillissante, mais quelques jeunes familles se sont récemment installées sur la commune. Cependant, l’arrivée de cette population d’origine urbaine, qui « profite » de la proximité de l’axe routier Nantes-Rennes, bénéficie davantage aux communes qui bordent la « 4 voies », dont Abbaretz est éloignée d’une dizaine de kilomètres, reliée par une petite route départementale. Mais, même moins massivement, ces nouvelles familles emménagent à Abbaretz, où l’on trouve les services de « première nécessité » : médecin, pharmacie, boulangeries et même une « supérette » – diversification de la boucherie qui n’aurait pas pu « tenir » avec cette seule activité. Trois cafés animent par ailleurs encore le bourg. Sans être un lieu de longue tradition ouvrière, la richesse du sol d’Abbaretz a vu quelques sociétés s’implanter localement dans la perspective de son exploitation. Du point de vue des institutions éducatives, les enfants doivent quitter la commune pour aller au collège, mais deux écoles, une publique, l’autre privée, leur dispensent sur place un enseignement primaire. Pierre et Élisabeth Chenu, à la tête d’une entreprise artisanale d’électricité, plomberie et chauffage, ont toujours vécu à Abbaretz. Leurs propres parents y sont nés et leurs enfants y résident encore aujourd’hui. Fils d’un ouvrier travaillant à la mine14 devenu OS d’une usine de la commune voisine, Pierre Chenu a cinq frères et sœur : après avoir exercé le métier de couturière en usine de confection, son unique sœur s’est mariée pour travailler ensuite « en ferme » avec son époux. Quant à ses frères, ils ont tous appris un métier artisanal : on compte un charcutier, un carreleur, un maçon et un plâtrier. Les deux derniers se sont d’ailleurs mis à leur compte dans la commune. Et si le plâtrier est aujourd’hui décédé, son fils lui a succédé.
En 1965, et pour une durée de trois ans, Pierre Chenu entre en apprentissage en alternance entre un centre de formation et un patron, installé dans la commune d’Abbaretz. Après l’obtention de son CAP, il reste ouvrier dans la même entreprise jusqu’en 1975, époque à laquelle il décide de se mettre à son compte. Malgré une bonne entente avec son patron, M. Chenu juge que celui-ci « se relâche » un peu : signe, selon lui, de sa perte de professionnalisme, des artisans extérieurs à la commune viennent à Abbaretz faire des chantiers qui devraient être « normalement » honorés par l’artisan local.
En 1976, Pierre Chenu, alors âgé de 24 ans, s’installe donc à Abbaretz comme électricien. Sa femme, Élisabeth, quitte alors son emploi d’ouvrière dans la beurrerie d’une commune voisine pour suivre son mari. Disposant initialement d’un simple local professionnel, le couple ouvre rapidement un magasin de vente de matériel électroménager. Mme Chenu tient la boutique, gère le secrétariat, rédige les devis « au propre » et s’occupe de la factu ration15. Tout ce qui relève de l’aspect technique de l’activité est le domaine réservé de M. Chenu : interventions chez les clients, suivi de chantiers, réalisation de devis, ainsi que l’accueil des représentants de commerce. Au moment de son installation, Pierre Chenu connaît quasiment tous ses clients, des particuliers installés localement, notamment dans la commune : « Quand je me suis installé, je connaissais 95 % des habitants d’Abbaretz ! » Ceux-ci l’estiment et reconnaissent son travail, notamment pour l’avoir vu intervenir en tant qu’ouvrier dans l’entreprise de son ex-patron ; ils lui font confiance et lui demandent rapidement d’intervenir pour des problèmes de plomberie et de chauffage. C’est pour répondre à cette demande que l’artisan embauche un ouvrier qualifié en plomberie et fera former plusieurs apprentis au sein de son entreprise en électricité, ainsi qu’en plomberie et chauffage. Certains salariés partiront pour s’installer à leur compte, d’autres seront « piqués par des grosses boîtes de Nantes », contre lesquelles il est impossible de rivaliser. (« Ils proposaient des voitures de fonction ! ») L’un décidera de suivre sa copine, qui a trouvé un emploi « à l’extérieur », et un dernier de repartir dans « son pays » d’origine (à une soixantaine de kilomètres d’Abbaretz). Au moment de notre rencontre, le couple emploie deux salariés qualifiés en électricité et plomberie-chauffage, au service d’une clientèle locale, constituée par « le bouche à oreille ».

25Le capital d’autochtonie ne fonctionne pas dans n’importe quel lieu. Le territoire dans lequel il est mobilisé doit être de petite taille, c’est-à-dire une commune (ou un ensemble de communes) réunissant un nombre limité d’habitants. Celles où j’ai observé la présence et l’usage d’une telle ressource locale ne comptent jamais plus de 6 000 habitants. Le plus souvent, ces communes appartiennent à une zone rurale. Autrement dit, ce ne sont pas de simples communes-dortoirs situées en périphérie de grandes villes ; on observe, au contraire, une certaine vitalité de l’activité économique à l’intérieur des territoires où le capital d’autochtonie joue un rôle. Là-bas, l’interconnaissance y est importante : les résidants se connaissent, discutent et échangent régulièrement. Un sentiment d’appartenance à la communauté locale unit les habitants qui se sentent « obligés » à l’égard du groupe de résidence.

26Tous les habitants de la commune ne disposent pas pour autant d’un capital d’autochtonie. Ceux qui bénéficient de cette ressource locale et l’exploitent appartiennent à une famille ancrée de longue date dans le territoire. Si l’on reprend l’exemple de Pierre et Élisabeth Chenu, l’appartenance familiale à la commune est évidente. L’un et l’autre sont nés à Abbaretz, tout comme leurs parents respectifs. La génération suivante s’inscrit aussi dans le réseau local puisque les fils du couple d’artisan vivent également dans la commune, et l’un d’eux y exerce son activité professionnelle. La famille élargie maille aussi le territoire local : frères, sœurs, cousins et neveux habitent « dans le coin ». J’ai d’ailleurs interviewé non seulement Pierre Chenu − et sa femme, Élisabeth, qui nous a rejoints au cours de l’entretien −, mais aussi son frère Jacques qui est maçon et son épouse Marie, ainsi que leur neveu, Frédéric Chenu, jeune plâtrier qui a succédé à son père.

  • 16 Certains observateurs de l’artisanat ont d’ailleurs bien compris le rôle crucial de la transmissio (...)

27Le domicile, l’atelier, et éventuellement la boutique des artisans dotés en capital d’autochtonie, sont implantés dans la commune. La majorité de ces artisans s’accorde d’ailleurs à penser que la visibilité locale de leur nom de famille a favorisé le démarrage de leur activité. Cette reconnaissance a permis d’accélérer le processus de confiance nécessaire à tout échange marchand16. Les clients/habitants savaient que l’artisan était « le fils untel », ou mieux, cherchaient à aider « le fils untel » débutant son activité dans la commune ; il y a derrière cette attitude non seulement la volonté de « faire travailler » quelqu’un appartenant au réseau d’interconnaissance, mais aussi de contribuer au dynamisme économique local en favorisant une entreprise implantée dans la commune. Ainsi, Michel Boisseau, réparateur en électroménager, appartient à une famille connue et installée de longue date à Machecoul. Ses parents, maraîchers, vendaient régulièrement leurs produits sur les marchés locaux. L’artisan reconnaît lui-même l’effet de dynamisme des demandes, en particulier au démarrage de son activité, qu’a permis le fait d’être le fils d’une famille localement visible.

  • 17 Précisément, on notera que Jean-Noël Retière a, entre autres, mis en évidence l’enjeu du capital d (...)

28Pour se voir conférer les attributs du capital d’autochtonie, encore faut-il exercer, dans la commune d’appartenance, des compétences statutaires particulières. Au-delà de l’activité professionnelle, il s’agit d’être visible par un engagement actif au sein d’institutions locales, qu’il s’agisse de mandats électifs ou de fonctions associatives. Mes enquêtés, dotés en capital d’autochtonie, s’investissent au service de la vie municipale. Ainsi, on ne sera pas surpris d’apprendre que Pierre Chenu a été, durant 20 années, pompier volontaire de la commune pour « donner de son temps et rendre service aux gens17 ». S’il n’appartient plus au corps des sapeurs-pompiers, il affirme cependant « participer toujours aux bons trucs », repas et voyages, qui soudent ce collectif. Mais c’est la famille Chenu dans son ensemble, et au-delà du simple fait d’être natif d’Abbaretz, qui témoigne d’un fort ancrage local, en participant activement à la vie de la commune : l’un des frères Chenu était notamment conseiller municipal et « s’occupait de la Croix Rouge », quand un autre participe encore à la Commission développement économique de la communauté de communes. Le jeune neveu, plâtrier, qui a succédé à son père, poursuit également cet investissement : s’il refuse, parce qu’il a un enfant en bas âge, de rejoindre, pour le moment, l’équipe du conseil municipal qui l’a sollicité, il s’investit tout de même dans des associations sportives locales, comme le volley-ball qu’il pratique avec des amis. Et, même s’il déclare ne « pas être très foot », il donne chaque année une somme d’argent au club, officiellement comme sponsor, pour que le nom de son entreprise apparaisse sur le panneau sportif. Bien qu’il refuse des chantiers et se dise assailli de demandes impossibles à satisfaire, sa notoriété n’étant plus à faire, il reconnaît que : « C’est plus pour les aider qu’autre chose ! »

29Loin de se réduire au cas Chenu, la visibilité locale des hommes de métier que j’ai interviewés en zone rurale est monnaie courante. Christian Guénard, l’aîné des deux frères installés à Machecoul en prothèse dentaire est élu au conseil municipal, et l’épouse de son frère est pour sa part adjointe au maire. Marcel Dousset, artisan métallier-serrurier installé à Abbaretz, fils d’agriculteurs locaux, occupe par ailleurs la fonction d’adjoint au maire de sa commune. Marie-Jeanne Braton, qui a d’abord été ambulancière-salariée avant de s’installer à son compte à Machecoul, s’est, elle aussi, fortement investie localement : elle a longtemps été bénévole dans diverses associations, l’amicale laïque notamment, et a animé des cours de danse au sein de la commune. Son associée est elle-même localement très visible : issue du pays, elle a épousé un « gars du coin », aujourd’hui pompier volontaire et par ailleurs musicien fortement impliqué dans l’animation de la commune.

30Si les cas précédemment décrits montrent que le capital d’autochtonie détenu par ces artisans a certainement facilité en son temps leur installation puis le maintien de leur activité, l’actuel choix de leur repreneur est aussi fortement déterminé par cette dimension locale. Autrement dit, le capital d’autochtonie se conjugue au présent et les jeunes hommes de métier bénéficient encore aujourd’hui de cette ressource locale pour s’installer.

« Il faut trouver quelqu’un qui corresponde aux gens. » La transmission de l’entreprise artisanale des Chenu
Approchant de l’âge de la retraite et sensibilisé par une réunion d’information organisée par la chambre de métiers à l’intention des futurs cédants d’entreprises artisanales, le couple Chenu décide de se faire accompagner pour la mise en vente de son entreprise : une évaluation est établie et des repreneurs potentiels sont aiguillés par la chambre de métiers vers M. et Mme Chenu. Sont essentiellement dirigés des candidats que Mme Chenu qualifie de « financiers » : il s’agit d’individus sans savoir-faire de métier, intéressés par la seule gestion de l’entreprise sans participer à son activité productive. Ils « défilent » chez les artisans : « À une époque, c’était toutes les semaines qu’ils en envoyaient, voire deux par semaine ! », rapporte Mme Chenu. Ils leur demandent de « poser cartes sur table », les incitent à augmenter l’activité et à poursuivre les investissements avant que la transaction n’ait lieu. À l’inverse, ces candidats souhaitent rester discrets sur leur identité ; certains semblent être cadres de grosses entreprises, fournisseurs de matériaux à des artisans et désirant que leur reconversion professionnelle en projet ne soit pas révélée. Ils dévoilent ainsi à peine leurs noms, restent muets sur leur profession et surtout n’indiquent nullement « d’où ils viennent ». Il semble que certains soient originaires de la région parisienne, attirés par le potentiel que promet le projet de création d’un aéroport international au nord de la Loire, sur l’axe Nantes-Rennes. L’un des candidats qui manifeste le plus d’intérêt pour le rachat de l’entreprise (« Il est venu longtemps celui-là ! Et des demi-journées entières ! ») éveille la méfiance du couple : il ne se déplace jamais avec le même véhicule (« immatriculé tantôt en 44, tantôt en 35 »). Les rencontres ne se décident qu’à l’initiative du repreneur potentiel, qui demande au couple de faire des efforts supplémentaires en matière de développement de l’entreprise, de manière à supporter le coût d’un improductif ; il s’agit, autrement dit, de faire en sorte que l’activité génère suffisamment de marge pour que le dirigeant ne se consacre qu’aux tâches de gestion et de commercialisation. Aucun terrain d’entente ne sera trouvé entre les deux parties et la transaction n’aura finalement pas lieu avec celui que Mme Chenu finit par nommer « le 35-44 », les deux numéros de département dont il semble être issu.
C’est au contraire un jeune homme inscrit dans le réseau local et familial qui est pressenti pour reprendre les rênes de l’entreprise : introduit par un ami de la famille, leur successeur, Mickaël, 27 ans, plombier qualifié, habite à proximité de la commune. Le couple me relate les faits : lors d’un déjeuner chez les artisans, Xavier, un ami qui réalisait des travaux chez un des fils Chenu (« Comme on le connaissait bien, il mangeait avec nous le midi, on n’allait pas le faire rentrer chez lui »), leur confie connaître quelqu’un peut-être intéressé par la reprise de leur entreprise. Le samedi suivant, Xavier accompagne Mickaël chez les Chenu pour discuter de l’affaire. Huit jours plus tard, l’accord est conclu. Quittant son ancien patron pour se faire embaucher comme ouvrier par M. et Mme Chenu, Mickaël devrait racheter leur entreprise quand ils partiront en retraite. (« Mais, il n’y a rien de signé hein, c’est un engagement oral ! ») Si ce repreneur n’est pas originaire d’Abbaretz, il vient d’une petite commune située non loin de là, ce qui rassure M. Chenu : « C’est à 12 km, ça reste la région ! » Là-bas, sa femme y exerce une activité de coiffeuse, métier artisanal conférant une certaine visibilité locale.

31La détention d’un capital d’autochtonie, ou plutôt, dans le cas Chenu, la non-détention de ce capital par le premier candidat repreneur, influe directement sur les négociations relatives à la cession de l’entreprise. Inversement, être un « gars du coin » procure au second candidat un avantage certain aux yeux des cédants. Ceux-ci possèdent en effet le pouvoir d’accepter ou de refuser l’offre d’un repreneur potentiel, ce qui les met en position d’agent décideur. Précisément, le choix du repreneur est crucial pour M. Chenu au regard de sa clientèle. « Ça fait 40 ans que je vais chez eux ! », justifie-t-il. Et d’expliquer sur le registre du dévouement à la communauté locale, l’importance de la disponibilité, de ne pas regarder l’heure ou le jour de la semaine pour aller dépanner « dans les fermes, les personnes âgées l’hiver ou le boulanger la nuit ». On se souvient que Pierre Chenu justifiait son engagement comme pompier volontaire avec ces mêmes arguments du dévouement à la population locale. Il s’agit aussi, même si M. Chenu ne l’avoue pas directement, de se voir reconnu et gratifié par les habitants d’Abbaretz qui formaient les principales victimes secourues. Cette reconnaissance locale est primordiale, même lorsque les artisans auront achevé leur vie professionnelle, car ils appartiendront toujours à la communauté des habitants qui constituait leur clientèle. À la campagne, dans la plupart des cas, les artisans qui prennent leur retraite continuent en effet de vivre sur place. M. et Mme Chenu se sont ainsi fait construire une maison dans le bourg d’Abbaretz pour le jour où ils devront quitter leur domicile attenant au magasin. Dans ces espaces où se chevauchent et se confondent vie professionnelle, familiale et sociale, la vente de l’entreprise est l’élément qui permet de se vanter d’avoir « réussi » et, même après le départ à la retraite, de bénéficier toujours de cette notoriété locale en n’ayant pas mis la population communale « dans la gueule du loup ». Ce droit de bien gagner sa vie, d’être reconnu localement, exige en contrepartie un certain nombre de devoirs : être disponible et loyal envers la communauté locale. Ces artisans ne peuvent se résigner à céder leur entreprise à un « extérieur » dénué de la valeur du dévouement à l’égard des clients. Plus que de simples destinataires des produits et services ciblés par l’activité économique de l’entreprise, leurs clients incarnent la communauté locale à laquelle ils appartiennent et envers qui ils estiment avoir un devoir de solidarité. Dans le cas Chenu, le premier acheteur potentiel néglige tout à fait, sans même s’en apercevoir, l’appartenance locale et les obligations qu’elle implique vis-à-vis du collectif. Il rend visite au couple d’artisans durant leurs heures de travail, monopolisant leur temps et s’intéressant avant tout aux documents papiers, réduisant ainsi l’activité à son strict fonctionnement chiffré. Il leur demande de consentir des efforts sur le mode du management par le seul vocabulaire de l’entreprise (« investir », « développer », et pour cela « élargir la zone de chalandise »…) rythmé par des encouragements intéressés (« je compte beaucoup sur vous »), mais sans se soucier de l’inscription locale de l’activité et de l’attachement au territoire des cédants, en un mot, sans saisir le sens de la pratique des artisans.

  • 18 Alice Barthez fait le même constat s’agissant du diagnostic proposé par les techniciens du monde a (...)

32Les membres de la chambre de métiers et de l’artisanat qui observent ces phénomènes, ignorant eux-mêmes la notion et le rôle du capital d’autochtonie pour comprendre ces transactions, soulignent, pour leur part, l’importance du feeling dans la transmission d’entreprises artisanales. Terme aux actions quasi magiques, le feeling expliquerait à lui seul et on ne sait par quel mécanisme, que « parfois ça passe et parfois ça ne passe pas entre un cédant et un candidat à la reprise18 ». Aux yeux du couple Chenu, le second candidat dispose, au contraire, des qualités requises à la reprise de leur entreprise. Introduit par un ami de la famille, il est clairement identifié et géographiquement situé : lui et sa femme viennent d’une commune voisine. Ce repreneur potentiel rend visite aux artisans en dehors de leur temps de travail et ne s’intéresse pas qu’à la dimension économique de leur activité. Témoignant d’un intérêt pour la connaissance du fonctionnement local, il n’hésite pas à se faire d’abord engager comme ouvrier par les Chenu. C’est l’occasion pour lui d’apprendre à connaître la clientèle et de se faire reconnaître par elle avant de s’installer à son propre compte.

  • 19 Renahy N., Les gars du coin, enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2005.
  • 20 Selon les données du recensement de la population de 1999 publiées par l’Insee, la part des actifs (...)
  • 21 Les 25-39 ans constitue la tranche d’âge la mieux représentée parmi les nouveaux habitants des com (...)

33Loin de se réduire à la commune d’Abbaretz, le capital d’autochtonie témoigne de sa vitalité dans les autres zones rurales que j’ai étudiées. Si ces communes présentent évidemment des visages démographiques variés, elles diffèrent toutes des caractéristiques soulevées par Nicolas Renahy pour expliquer l’affaiblissement du capital d’autochtonie dans la commune de Foulange qu’il a enquêté récemment19. D’abord, contrairement au terrain d’enquête de Nicolas Renahy, aucune des communes enquêtées ne voit sa population résidentielle diminuer ; au contraire, le nombre d’habitants de chacune d’entre elles est en progression. Ensuite, la majorité des travailleurs exerçant dans ces communes y résident également20. Enfin, de jeunes arrivants issus des classes moyennes et supérieures élisent domicile dans ces communes sans y exercer leur activité professionnelle21. Autrement dit, l’activité économique locale reste majoritairement aux mains de la population municipale. C’est vraisemblablement l’installation de ces nouveaux résidents qui nous permet de constater la vitalité du capital d’autochtonie. L’arrivée de cette population « extérieure » souvent d’origine urbaine, met « en danger » un certain mode de vie rural. Cela provoque, du même coup, une réaction de défense par la réaffirmation d’une autochtonie resserrant les liens du collectif local. La population entrante mobilise peu ou pas le réseau local. Les nouveaux habitants d’Abbaretz par exemple, pour faire construire leurs maisons, font majoritairement appel à des pavillonneurs, avec qui les artisans locaux ne travaillent pas car ils « tirent les prix » et leurs délais de paiement sont très longs. Avec amertume, M. Chenu rapporte ainsi qu’il a vu se monter une maison à deux pas de chez lui, sans que les propriétaires ne l’aient sollicité pour réaliser le chantier. Et, lorsque ces nouveaux arrivants contactent tout de même les artisans de la commune, ils demandent des devis à différentes entreprises pour les comparer et faire jouer la concurrence. Les artisans-autochtones ont ainsi le sentiment que ces « extérieurs à la commune » sont moins compréhensifs et plus méfiants que les autres habitants. Mme Chenu se désole : « Des fois, les gens confondent la ville et la campagne », à cause d’émissions télévisées qui montrent des arnaques réalisées, à Paris, par des professionnels peu scrupuleux. Ne privilégiant pas les entreprises locales, cette nouvelle population venue, dans la plupart des cas, parce que les prix de l’immobilier l’exclue du marché foncier nantais, ne participe pas non plus à la vie de la commune. « On les voit juste qui emmènent les enfants à l’école et puis c’est tout », me confie Mme Chenu.

34L’arrivée de ces familles d’origine urbaine n’est pas sans poser des problèmes localement. L’écart entre les styles de vie des deux populations de résidants se cristallise à travers des conflits d’intérêt. Cela se traduit par exemple par une augmentation du prix du foncier crispant les relations locaux/extérieurs pour l’appropriation de l’espace résidentiel. Mais, comme me l’a confiée une chargée de mission de la communauté de communes à laquelle Abbaretz appartient, d’autres conflits naissent entre les deux catégories de résidants : la nouvelle population a de fortes exigences en matière d’équipements (construction de crèches ou installation de réverbères à proximité de leurs domiciles par exemple), que les communes accueillantes, faute de moyens, ne peuvent pas toujours satisfaire. Ces nouveaux arrivants apparaissent d’ailleurs suspects aux yeux de la population locale car ils souhaitent que soient mis à leur disposition certains services et équipements, mais sans pour autant participer activement à la vie de la commune, c’est-à-dire, aux yeux des autochtones, exigent sans devoir de contrepartie vis-à-vis de la communauté.

  • 22 La chasse est, à cet égard, un objet tout à fait emblématique pour illustrer ces conflits que révè (...)

35Par ailleurs, les deux représentations de l’espace rural divergent et ne font pas toujours bon ménage : les « urbains » arrivent souvent avec une vision idyllique de la campagne, synonyme de proximité avec la nature, de calme et de tranquillité, qui s’inscrit dans une sorte de retour à un état antérieur mystifié où l’homme serait en harmonie avec la nature. Cette représentation trouve ses sources dans une certaine vision écologique citadine, qui ignore les réalités du mode de vie rural ou lui dénie une quelconque légitimité22 : à la campagne, les tracteurs, qui roulent au pas, encombrent les routes ; les agriculteurs embauchent tôt et terminent tard. Souvent au volant de machines bruyantes, ils utilisent fréquemment des engrais qui ne respectent pas toujours l’environnement. Une commune limitrophe à Abbaretz a d’ailleurs mis en place une « charte de bon voisinage » pour tenter de désamorcer ces conflits.

36Pour saisir le poids des atouts dont dispose chacune des deux catégories d’habitants, je rappelle que la population d’origine locale, contrôlant à la fois l’activité économique locale et le pouvoir municipal, conserve une marge de manœuvre et peut encore faire jouer comme capital social ses ressources d’autochtonie (honorabilité, estime, notoriété, etc.) La seule dimension économique ne sera ainsi pas forcément privilégiée pour mener à bien une transmission d’entreprise. Loin d’un strict raisonnement économiquement rationnel, on ne sera pas surpris d’apprendre que M. Chenu a décidé de vendre son entreprise à Mickaël à un prix moins élevé que ce qu’elle a été évaluée, consentant, en parlant du successeur qu’il a choisi : « Il faut bien l’aider ! »

  • 23 À ce sujet et à partir d’une enquête menée dans plusieurs communes des Alpes-de-Haute-Provence, Fa (...)

37Ici, s’entremêlent en fait conflit de territoire et conflit professionnel. L’usage du capital d’autochtonie sert la défense du territoire comme des intérêts d’hommes de métier. On remarquera, à cet égard, la double inscription de la famille élargie des Chenu dont j’ai dressé le portrait : engagés dans la vie locale, ses membres s’impliquent tout autant dans les réseaux professionnels. Leur engagement consiste à participer à l’évaluation et au renouvellement de la main-d’œuvre qualifiée ou de défendre les intérêts de métier de tous ceux qui ne sont jamais pensés comme des concurrents, mais avant tout comme des « collègues ». Membre du bureau de la CAPEB au niveau départemental et correcteur des CAP pour l’un des frères ; élu à l’AVA (assurance vieillesse des artisans) et à la CAPEB pour le second. Quant au neveu, il a aussi des responsabilités dans cette organisation professionnelle, bien qu’il manque aujourd’hui de temps pour honorer toutes les réunions. Au-delà du cas Chenu, on retrouve fréquemment cette combinaison de l’engagement local et professionnel chez les artisans enracinés que j’ai enquêtés23. Sous la pression du mouvement de transformation, tant de la démographie locale que de celle, plus globale, de l’environnement économique et social des artisans, l’attachement à l’autochtonie, plus qu’une réaction à un « envahisseur extérieur », peut être ainsi perçu comme une résistance pour le maintien de valeurs morales : le dévouement à la communauté, la quête de reconnaissance par le travail érigé en valeur, le rejet de l’individualisme et l’attachement au collectif. La réaction face aux « extérieurs » doit en effet être comprise comme l’usage d’un capital social populaire encore actif – également partagé par des petits indépendants –, face à la montée en force de classes sociales moyennes et supérieures citadines qui « menacent » l’espace local comme l’espace professionnel. Au-delà du conflit de territoire, c’est dans la défense d’un mode de vie rural et populaire, inscrit dans l’attachement à la valeur du travail et au collectif qu’il faut interpréter la réaffirmation de l’autochtonie dans ce contexte de rurbanisation.

  • 24 Auvolat M., Lavigne J.-C. et Mayère A., L’artisanat en France, réflexion générale et prospective, P (...)

38En résumé, en zone rurale, être du coin et y être visible peut offrir un atout aux candidats de métier face aux entrepreneurs pour reprendre une entreprise artisanale. Ici, c’est l’appartenance territoriale qui est mobilisée comme défense d’un certain style de vie rurale et d’une logique de métier. Il semble ainsi nécessaire de relativiser les propos de Michel Auvolat expliquant le processus qui pousse l’artisan à s’engager toujours plus dans une logique économique concurrentielle : « La mutation qui s’est engagée depuis une quinzaine d’années est à comprendre dans le contexte de dissolution des liens communautaires de village et de quartier et, par là, de dépersonnalisation des rapports marchands24 », affirmait-il en 1985.

Les ressources familiales

  • 25 Gresle F., L’univers de la boutique, famille et métier chez les petits patrons du Nord (1920-1975),(...)
  • 26 Cf. Bertaux D. et Bertaux-Wiame I., Transformation et permanence de l’artisanat boulanger en Franc (...)
  • 27 Bertaux-Wiame I., « L’installation dans la boulangerie artisanale », Sociologie du travail, no 1, 1 (...)

39Les ressources professionnelles et locales n’agissent pas seules dans l’installation et le maintien à son compte d’hommes de métier. L’ensemble des travaux publiés sur l’artisanat à la fin des années 1970 ou au tout début des années 1980 insistait sur le rôle primordial joué par la famille dans la norme de fonctionnement du métier. Pour François Gresle, le mariage était ainsi « une condition presque nécessaire et préalable à l’installation25 ». Il allait même jusqu’à affirmer que l’indépendance supposait quasi obligatoirement la présence d’une famille entourant et soutenant l’indépendant lui-même. Daniel Bertaux et Isabelle Bertaux-Wiame précisaient, quant à eux, que la coopération de travail au sein du ménage restait incontestablement la condition de survie économique de la boulangerie artisanale26. Les hommes de métier se sont majoritairement, mariés en même temps qu’ils se sont installés (et très souvent la même année). Isabelle Bertaux-Wiame, qui a étudié des trajectoires de boulangers, soulève, à ce sujet, les fréquents lapsus entre « installation » et « mariage » que commettent ces individus dont le projet professionnel est si intimement mêlé au projet conjugal27. Installation et maintien de l’activité artisanale étaient donc exclus en dehors d’une mobilisation familiale et particulièrement conjugale. La famille constitue-t-elle toujours une ressource indispensable à l’homme de métier qui désire s’installer à son compte ? La féminisation de l’emploi ne change-t-elle pas la donne ? Quelle place occupent aujourd’hui les conjoints d’artisans et quelles fonctions exercent-ils ? L’artisan mobilise-t-il au-delà de sa famille nucléaire ?

La prise en charge des obligations d’ordre domestique

40La question du temps de travail était déjà centrale dans l’artisanat des années 1980 ; elle l’est toujours aujourd’hui. Symbole fort, le sens de l’effort incarné par le temps consacré à l’activité professionnelle était revendiqué comme le signe de la réussite sociale des gens de métier : prétendre « ne pas compter ses heures » et affirmer « se donner à la tâche » était, pour un artisan, une façon d’exprimer qu’il avait gagné sa réussite « à la sueur de son front », par le temps passé au travail. C’est encore le cas aujourd’hui. Les entretiens réalisés avec des hommes de métier regorgent de ce type de remarques. Mes enquêtés évoquent fréquemment le fait qu’il faille cumuler de nombreuses heures de travail pour gagner convenablement leur vie : « Moi, je trouve normal de bien gagner sa vie quand on travaille », lance ainsi Geoffroy Le Bel, poissonnier nouvellement installé à La Turballe ; et d’évoquer son admiration pour les agriculteurs ou les marins qui passent beaucoup de temps à exercer leur métier. Mais le rapport au temps relevait aussi, et relève toujours, d’une réalité objective : l’enquête emploi en continu 2007 de l’INSEE, qui s’appuie, certes, sur des données déclaratives, révèle que, sur l’ensemble de la population active occupée, les indépendants sont ceux dont le temps de travail représente la durée moyenne hebdomadaire la plus élevée : ils consacrent, en moyenne, 51,2 heures par semaine à leur activité professionnelle, contre seulement 36,3 heures hebdomadaires pour les salariés. C’est sur cette question du temps qu’intervient la famille, et en premier lieu le conjoint, ou, pour s’en tenir au plus près de la réalité, la conjointe. Je rappelle en effet que 80 % des artisans sont des hommes. L’épouse permet à l’artisan de se libérer du temps pour s’investir davantage dans son activité professionnelle. Le « couple conjugal », catégorie définie par Isabelle Bertaux-Wiame, illustre parfaitement ce mode de fonctionnement :

  • 28 Bertaux-Wiame I., « Devenir indépendant, une affaire de couple », Les Cahiers du genre, no 37, 2004 (...)

« L’installation [mais on pourrait élargir au maintien de l’activité] s’appuie sur la prise en charge quasi exclusive des tâches familiales et de la vie privée par l’épouse, libérant ainsi l’artisan de tout souci domestique28. »

41La femme d’artisan prend ainsi fréquemment en charge l’ensemble des obligations d’ordre domestique et éducatif : elle gère les corvées ménagères (entretien du domicile, linge, courses, cuisine…) et toutes les tâches administratives du foyer : règlement des factures, gestion des comptes, relations avec les administrations… L’éducation des enfants relève aussi de ses prérogatives : dans cette configuration conjugale, les soins quotidiens et l’aide aux devoirs sont entièrement gérées par l’épouse de l’artisan. Elle assiste aux réunions scolaires, participe parfois à l’association des parents d’élèves et accompagne ses enfants à l’occasion d’activités extrascolaires. Plus globalement, elle reste la garante du maintien du lien avec l’extérieur dans le domaine privé, qu’il s’agisse de la famille, des amis ou encore du voisinage : elle s’enquiert des nouvelles des proches, passe des visites de courtoisie et reçoit chez elle. Ce que la conjointe apporte ainsi à son mari, c’est avant tout du temps, qu’il pourra entièrement consacrer à son entreprise. On remarque ainsi les limites de l’opposition entre l’entreprise, espace de la production et de la rationalité économique, et la famille, lieu désintéressé où ne régnerait que la dimension affective.

42Moins évident que le temps mesurable, mais aussi considérable, c’est une entière disponibilité d’esprit que la femme offre ainsi à son conjoint. En prenant à sa charge la totalité des obligations familiales d’ordres domestique et éducatif, elle empêche que toute contrainte privée ne vienne perturber son professionnel de mari. Les témoignages abondent dans ce sens à travers mes entretiens et la plupart des artisans concernés admettent, avec plus ou moins de reconnaissance, que leur conjointe leur permet de ne consacrer leur esprit qu’à leur activité professionnelle. L’épouse de Gilbert Jaquin, maçon installé à Machecoul, est ainsi femme au foyer : « Ça a été mes conditions au départ », affirme-t-il. Selon lui, l’éducation des enfants est une chose bien trop précieuse pour être déléguée à une autre personne que la mère. Et de justifier : « Aujourd’hui, la famille, elle souffre ! » Héritier de l’entreprise de son père, Gilbert Jaquin est lui-même en train de transmettre sa société à son fils. Celui-ci, reproduisant le schéma paternel, reprend les rennes de l’entreprise, pendant que son épouse élève leurs enfants.

43Il est cependant important de modérer la prégnance de ce modèle traditionnel du « couple conjugal », moins fréquemment présent chez les nouvelles générations. Ce partage des tâches entre conjoints est en effet moins rare chez les plus jeunes. Mais c’est surtout l’augmentation du taux d’activité des femmes qui explique la diminution de la part de ce modèle du « couple conjugal » parmi les artisans : l’activité professionnelle des femmes ne leur permet pas de prendre totalement en charge les obligations domestiques et éducatives du foyer. Il n’en reste pas moins vrai qu’il s’agit d’une modalité artisanale qui n’a pas disparu, même parmi les nouveaux entrants, récemment immatriculés au répertoire des métiers.

44Parfois, ce sont d’autres membres de la famille que l’épouse qui se chargent partiellement des obligations domestiques et éducatives. Souvent, l’aîné(e) des enfants est ponctuellement sollicité (e) pour surveiller ses plus jeunes frères et sœurs, ou encore chargé(e) de faire une course ou des tâches ménagères. Vivant fréquemment à proximité, les parents ou les beaux-parents de l’indépendant sont par ailleurs mobilisés. Ils viennent alors régulièrement ou occasionnellement garder leurs petits-enfants : ils font faire les devoirs, donnent le bain, préparent un repas, afin de libérer partiellement les artisans de leurs obligations familiales. Cet atout que représente la mobilisation des descendants ou des ascendants est rarement évoqué par les artisans eux-mêmes. Les obligations domestiques et éducatives étant plus ou moins explicitement dévolues à l’épouse, cette sollicitation extérieure relève en quelque sorte d’une « sous-traitance » des tâches maternelles, dont l’artisan ne se préoccupe pas toujours. Les femmes expriment plus souvent l’apport de ces « petits coups de main » familiaux. La solidarité familiale reste une source dans laquelle puisent toujours les ménages artisans.

L’apport administratif et commercial

  • 29 Jaeger C., Artisanat et capitalisme, op. cit., p. 134.

45L’installation puis le maintien du statut d’artisan est aussi permis par la prise en charge, par un membre de la famille, de tout ou partie de la fonction administrative de l’entreprise artisanale. Pour Christine Jaeger, écrivant dans les années 1980, c’est là le principal lieu de soutien familial. Selon elle, l’aide de la famille est en effet « considérable et s’exerce dans des domaines non techniques : commerce, dactylographie des factures, comptabilité, contacts avec les clients et parfois les fournisseurs, permanence au téléphone, etc.29 ». La mobilisation familiale en faveur de la prise en charge du travail administratif de l’entreprise reste aujourd’hui encore particulièrement forte.

46L’installation dans des activités artisanales se doublant d’une activité commerciale s’opère en effet encore aujourd’hui quasi systématiquement grâce à l’engagement de l’épouse qui « tient la boutique », quand son mari ne se consacre qu’à la production. Favorisant la prise de contact directe en me déplaçant sur le lieu de travail des artisans, j’ai donc été presque toujours accueillie par les épouses d’artisans quand l’entreprise artisanale disposait d’un magasin.

47Sans toujours « tenir la boutique », la plupart des femmes d’artisans jouent un rôle relationnel important au service de l’activité de leurs époux. Elles s’occupent ainsi fréquemment de l’accueil physique et téléphonique des clients et des fournisseurs et se rendent souvent disponibles en recevant en face-à-face ou par téléphone pour toute sollicitation émanant de l’extérieur et relative à l’entreprise de leur mari. Comme des secrétaires, elles évaluent l’importance et la priorité des demandes. Ainsi repoussent-elles parfois une sollicitation, au nom de leur époux, prétextant que ce dernier est occupé, qu’il n’aura pas le temps ou, plus franchement encore, que ça ne l’intéressera pas. Elles peuvent aussi transmettre un message ou prendre directement en charge la demande si cela leur paraît envisageable. Autrement dit, les femmes d’artisans filtrent les demandes pour ne pas assaillir leur mari de travail supplémentaire. À ce propos, Nathalie Scala-Riondet évoque, non sans humour, l’épreuve du « passage de la boulangère », première étape avant d’atteindre le boulanger à interviewer : celle-ci est en effet en première ligne au magasin, quand son époux travaille « derrière », au fournil, qui n’est accessible qu’une fois passé le comptoir de la boulangère.

  • 30 Beaucoup d’artisans âgés d’une cinquantaine d’années délèguent à leurs épouses la bureautique, se (...)
  • 31 Lorsque je me suis rendue au domicile des Jaulin pour solliciter un rendez-vous, Mme Jaulin était (...)

48Les épouses prennent aussi très souvent à leur charge ce que les artisans appellent « la paperasse ». Il s’agit de l’ensemble du travail administratif : rédaction de devis « au propre » (le plus souvent tapé à l’ordinateur, à partir d’une évaluation griffonnée sur un bout de papier par leur mari30), établissement et paiement de factures, gestion du courrier aux administrations, relevé des horaires de travail des salariés pour l’établissement des fiches de paie. On retrouve plus fréquemment ces pratiques chez les hommes de métier sortants, mais elles n’ont pas disparu parmi la population des entrants que j’ai interviewée. Or, ces fonctions sont particulièrement peu visibles puisqu’elles sont souvent masquées par l’activité exercée par la conjointe. Autrement dit, ces services sont souvent rendus par les épouses, « en plus » de leur activité principale. Ainsi, Mme Jaulin, assistante maternelle à son domicile, reçoit les coups de téléphone professionnels de son mari, renseigne et prend les messages éventuels chez elle, en même temps qu’elle exerce sa propre activité professionnelle. Elle s’occupe, par ailleurs, de la comptabilité de l’entreprise de son époux et transmet ensuite tous les documents à leur comptable, pour le bilan annuel. Installé à son compte depuis 1976, son mari n’a jamais rencontré le comptable de son entreprise, remarque Mme Jaulin, amusée. Cette femme d’artisan, qui ne dispose d’aucun statut officiel dans l’entreprise, minimise pourtant elle-même son apport, en réduisant l’activité artisanale à la seule dimension productive exercée par son mari. Tout en se rendant systématiquement disponible pour l’entreprise de son époux, Mme Jaulin assure aussi toutes les tâches domestiques et éducatives du foyer31.

  • 32 Les textes régissant cette disposition sont la loi no 2005-882 du 2 août 2005, dite loi « en faveu (...)
  • 33 Dominique Jacques-Jouvenot et Pierre Tripier ont interviewé Mme Roset à deux reprises : en 1985 al (...)

49Notons que depuis le 1er juillet 200732, la loi reconnaît officiellement un statut au conjoint d’indépendant, ou, plutôt, oblige le conjoint à choisir un statut parmi trois modalités, correspondant à des cotisations et des droits variés : conjoint collaborateur, conjoint salarié ou conjoint associé. Avant cela, depuis 1982, il était possible de choisir un statut parmi ces trois alternatives, mais le caractère facultatif du choix proposé par la loi le rendait rare : en 2003, seules 15 % des conjointes d’artisans avaient opté pour un tel statut. « Les femmes ont peur de faire des frais pour l’entreprise », expliquait ainsi Mme Roset, conjointe d’artisan interrogée par Dominique Jacques-Jouvenot et Pierre Tripier33. Sans ce caractère obligatoire, la plupart des femmes d’artisans, gérant la comptabilité de l’entreprise de leur époux, c’est-à-dire ayant un regard permanent sur les dépenses et les recettes de l’entreprise, préféreraient sacrifier leur statut au profit de cette dernière.

  • 34 Il s’agit du neveu de Jacques Chenu et de Pierre Chenu (dont j’ai longuement dressé le portrait pl (...)

50La comptabilité de l’entreprise est souvent une fonction remplie par l’épouse. Il n’est d’ailleurs pas rare que les femmes d’artisans disposent d’une formation de comptable. Associées ou non à l’entreprise, elles possèdent une qualification en comptabilité que leur mari exploite plus ou moins, au service de son activité. C’est notamment le cas de Patrick Gouret, carreleur installé à La Turballe, de Marc Castel, chaudronnier à Saint-Vincent-des-Landes, ou encore d’André Charon, entrepreneur en électricité industrielle dans l’agglomération nantaise ; la femme de ce dernier exerce d’ailleurs son activité d’expert-comptable comme salariée au sein de l’entreprise de son époux. Mais le couple mari-homme de métier/épouse-comptable se retrouve aussi chez les nouveaux entrants. Ainsi, Frédéric Chenu34, plâtrier récemment installé à Abbaretz, s’appuie, par exemple, sur les compétences de son épouse, salariée dans un cabinet comptable. On confie aussi parfois la comptabilité de l’entreprise à un membre de la famille élargie. Une belle-sœur, un cousin sont ainsi souvent sollicités, restant une source d’information fiable et disponible en permanence. Ainsi, Jacques Michel, peintre en bâtiment à Abbaretz, a épousé Christine, détentrice d’un CAP de secrétaire-comptable. C’est elle qui se charge de la comptabilité courante de l’entreprise, mais elle délègue le bilan annuel à une cousine comptable. Les honoraires facturés par un membre de la famille sont souvent moins élevés que si la fonction était sous-traitée à un cabinet privé. Cette aide familiale permet de réduire les frais engagés par la gestion de l’entreprise.

L’apport financier

  • 35 Casella P., Continuité professionnelle et indépendance, la mise à son compte dans le BTP, thèse de (...)
  • 36 Cf. Jaeger C., « Les artisans et leur famille », Artisanat et capitalisme…, op. cit., p. 119-144.

51Philippe Casella, qui s’est penché sur l’artisanat du bâtiment dans les années 1980, relevait l’aspect primordial de l’aide financière apportée par la famille pour compléter, remplacer ou seulement attendre provisoirement un emprunt bancaire. Il remarquait : « Cet apport monétaire peut décider du sort d’une installation35. » Le recours à l’aide de l’entourage, en particulier de l’entourage familial, sous la forme d’un prêt en nature ou en argent, était aussi une des stratégies identifiée par Christine Jaeger afin de réunir les fonds nécessaires à l’installation de l’artisan36.

52Ce soutien familial, qui se matérialise par le versement d’une certaine somme d’argent, est toujours en vigueur pour aider les candidats à l’indépendance. Hier comme aujourd’hui, les jeunes entrants trouvent souvent, au sein de leur famille, l’aide financière dont ils ont besoin. Le plus souvent, ce sont les parents qui prêtent ou donnent le capital nécessaire. Mais ce peut être aussi les beaux-parents qui apportent au nouvel (ou futur) installé une aide financière. Plus rarement, d’autres membres de la famille sont sollicités, comme les frères et sœurs. Ainsi, en plus de l’aide de ses parents agriculteurs, deux des frères de Daniel Moreau, réparateur automobile à Nantes, ont hypothéqué leurs maisons pour lui offrir les garanties suffisantes à l’obtention d’un prêt bancaire. Aussi, admet-il l’importance de l’aide apportée par la famille : « C’est vrai que quelqu’un de seul, quelqu’un qui n’a pas de papa-maman, pour se lancer, c’est très difficile ! »

53La famille peut offrir à l’artisan une aide indirecte, c’est-à-dire qui a un impact secondaire sur la dimension financière du projet de l’entreprise ou, plus tard, sur son équilibre budgétaire. C’est par exemple le cas lorsqu’un parent se porte caution auprès d’un organisme bancaire, favorisant ainsi l’acceptation d’un prêt. Les nouveaux installés font souvent état de cette exigence des banques, qui veulent s’assurer que leur client peut fournir tous les gages d’un projet solide.

  • 37 Bertaux-Wiame I., « Devenir indépendant, une affaire de couple », op. cit., p. 16.

54L’aide financière indirecte peut aussi reposer sur le travail fourni par un ou plusieurs membres de la famille. Il peut s’agir d’une activité exercée régulièrement ou occasionnellement au sein de l’entreprise, permettant ainsi l’économie du versement d’un ou de plusieurs salaires. L’aide familiale dispensée par le travail effectif au sein de l’entreprise est une pratique répandue de longue date chez les indépendants. Dans le cas des installations d’entreprises artisanales se doublant d’une activité commerciale, l’exercice professionnel de la conjointe au sein de l’entreprise familiale reste la norme. C’est le modèle du « couple de travail », qui « implique dès le départ l’épouse sans laquelle le mari ne pourra envisager de changer de statut », nous rappelle Isabelle Bertaux-Wiame37. Plus encore, sans la participation active de ces conjointes, l’installation serait inenvisageable selon l’organisation traditionnelle du travail des gens de métiers. Beaucoup de mes enquêtés affirment qu’ils « ne tiendraient pas », c’est-à-dire que leur entreprise ne serait pas économiquement viable s’ils devaient alourdir leurs charges en embauchant un salarié à la place de leur conjoint. C’est ce que révèle Michel Boisseau qui, alors qu’il relate le récit de son installation, emploie le pronom « on » bien que sa femme n’était pas initialement engagée dans le projet. Quand je le lui fais remarquer, il sourit et avoue :

« C’est vrai, on ne s’installe pas, on ne se met pas artisan sans que l’épouse participe. Ce n’est pas possible. Pour faire un métier comme ça c’est difficile. Là, elle ne travaille pas mais c’est vrai que bon, elle a tous les coups de téléphones, les personnes qui viennent… Donc il faut toujours quelqu’un. Sans elle, il faudrait que j’embauche quelqu’un. Pas à temps plein, mais c’est vrai que… embaucher quelqu’un à mi-temps par exemple. »

55En plus du coût du salaire « fixe » qu’imposerait cette embauche, les dirigeants dont les épouses sont les plus investies pensent souvent qu’il serait impossible de respecter le droit du travail si un salarié devait faire la même amplitude horaire que leur conjointe, à moins d’embaucher plusieurs salariés pour la remplacer, ce qui leur paraît économiquement inenvisageable.

56Les enfants participent aussi, occasionnellement, à l’activité de l’entreprise. Ainsi, entre autres exemples, Jacques Brissaud raconte les « coups de main » rendus par sa fille tout au long de sa carrière d’artisan :

« Elle savait ce que c’était que la coiffure parce que, quand elle avait 14-15 ans, toutes les fêtes de Noël, elle les a faites au salon. Elle servait le café aux clients, elle passait le balai, elle rangeait les serviettes… »

57Là encore, d’autres membres de la famille sont plus ponctuellement sollicités, comme les frères, sœurs, neveux, cousins… Ainsi, Karine Lambert, couturière nouvellement installée à Machecoul, s’est vu offrir l’aide d’une cousine à la fin de sa grossesse : celle-ci, non qualifiée dans le secteur de la couture, se contentait d’ouvrir le magasin et de réceptionner la marchandise.

  • 38 Ibid., p. 17.

58Autre manière de soutenir financièrement le nouvel artisan : travailler à l’extérieur de l’entreprise et rapporter ainsi un revenu régulier au sein du foyer. Il s’agit de la modalité d’installation caractérisant ceux qu’Isabelle Bertaux-Wiame nomme les « couples professionnels » : « Le passage du salariat à l’indépendance de l’un des conjoints s’appuie sur le salariat de l’autre38. » Au-delà du temps de l’installation, c’est un mode de fonctionnement permanent choisi par certains couples. Isabelle Bertaux-Wiame précise qu’il s’agit d’un modèle émergeant, s’inscrivant dans le contexte actuel :

  • 39 Ibid., p. 31.

« Dans un monde où leur bon niveau scolaire se confirme, les femmes entendent devenir économiquement indépendantes de leur mari et exercer une profession avec une reconnaissance individualisée de leur position professionnelle, et ce, quelle que soit la situation de leur conjoint39. »

  • 40 Bessière C., « “Vaut mieux qu’elle travaille à l’extérieur”, enjeux du travail salarié des femmes d (...)

59De nombreux cas le confirment, notamment parmi les nouveaux entrants. Remarquons enfin que ce phénomène (un membre du couple indépendant et l’autre salarié à l’extérieur) ne se diffuse pas seulement chez les artisans, mais chez les indépendants en général, agriculteurs ou membres des professions libérales notamment. Ainsi, selon Céline Bessière, « deux tiers des jeunes ménages comprenant un actif agricole comptent aujourd’hui un conjoint actif non agricole40 ».

  • 41 Voir notamment, Weber F., Gojard S. et Gramain A. (dir.), Charges de famille, dépendance et parent (...)
  • 42 L’activité scientifique est actuellement abondante sur ce sujet. Ainsi, j’ai moi-même participé, a (...)

60Pour conclure sur ces ressources familiales, il semble important de réaffirmer le rôle joué par la famille dans le maintien d’une organisation et de pratiques de métier. Il apparaît indispensable d’explorer ces espaces d’interconnexion entre sphère professionnelle et sphère familiale, comme le propose l’équipe réunie autour de Florence Weber41. Le projet de ce groupe de chercheurs est en effet né d’une double insatisfaction face à l’économie de la famille et face à la sociologie de la famille. Ils reprochent à la première de penser trop strictement les configurations familiales et les pratiques sous l’angle de la rationalité économique. Au contraire, ils jugent que la seconde, « psychologisante », ignore les aspects objectifs que sont les dimensions juridiques et économiques. Aussi convient-il de ne pas analyser séparément logique professionnelle et logique familiale et de ne pas associer à la sphère professionnelle la seule fonction de production pour réserver à la sphère familiale celle de reproduction. On pourrait ajouter que les sciences de gestion, même à travers les spécialités qui prennent en compte la dimension familiale des entreprises, ne donnent pas non plus entière satisfaction. Dans ces recherches42, la définition de l’« entreprise familiale » se réduit en effet à la possession du capital (la propriété) et à la direction de l’établissement (c’est-à-dire son contrôle) : ne sont considérées comme « entreprises familiales » que celles dont le capital est majoritairement détenu par une même famille et dont deux générations au moins se sont succédées à sa tête. Autrement dit, le rôle joué par un ou plusieurs membres de la famille, en dehors de la possession de parts de capital ou de l’exercice du pouvoir, n’est pas pris en compte. Et si la configuration familiale de l’entreprise n’a pas fait l’objet d’au moins un passage de flambeau à la génération suivante, elle sera exclue du champ d’étude des gestionnaires s’intéressant à l’entreprise familiale. Ainsi le rôle de la famille, à travers son aide plus indirecte mais indispensable au quotidien du dirigeant, est ignoré. Plus encore, ce qui relève de la sphère domestique semble hors sujet pour les gestionnaires étudiant l’entreprise familiale, alors que les choix qui y sont faits peuvent avoir des conséquences importantes sur le fonctionnement de l’entreprise.

61L’artisan n’est donc pas ce self made man qui laisse à penser que seule sa volonté déterminerait son accès à l’indépendance. Pour répondre à son désir d’indépendance et à sa volonté de promotion, l’homme de métier, individu pris dans différents collectifs, puise ses ressources dans son réseau professionnel, son territoire ou encore sa famille. Il n’est pas ce personnage courageux qui prend tous les risques et se lance dans l’aventure solitaire de l’indépendance. Ainsi devenir artisan et le rester ne peut se comprendre qu’en considérant que la sphère économique est encastrée dans les autres sphères.

Être artisan : se développer ou non ?

62Une fois installé, et en s’appuyant sur les ressources qui lui a permis d’accéder au statut d’indépendant, l’homme de métier doit assurer une activité suffisante pour se maintenir comme artisan. Il doit ainsi se faire une clientèle (« se faire connaître ») ou tâcher de conserver celle qui lui a précédé s’il s’agit d’une reprise d’entreprise artisanale. La clientèle se construit progressivement, par l’effet du bouche-à-oreille dans la plupart des cas. Quand ils font le récit de leur installation, la plupart des hommes de métier racontent qu’ils ont fait imprimer des flyers qu’ils ont distribués dans les boîtes aux lettres de clients potentiels des environs. Mais, ces artisans affirment presque aussitôt que ces tentatives étaient vaines : « ça ne ramène pas grand monde », répètent mes enquêtés, « ce qui marche, c’est le bouche à oreille », qu’ils considèrent comme la récompense du travail bien fait.

63La clientèle se constituant progressivement, l’homme de métier se voit alors souvent dans l’obligation de se faire épauler pour répondre à la demande qui lui est faite. On l’a dit, la famille, mais également les amis, peuvent alors donner ponctuellement un « coup de main » à l’artisan. Pour assurer son activité de façon systématique et suffisante, il décide fréquemment de prendre un apprenti qui lui permet de produire davantage à moindre frais. L’embauche d’un apprenti répond ainsi souvent à un besoin de main-d’œuvre pour honorer les commandes des clients, sans que les charges induites par cet emploi ne soient trop lourdes pour la jeune entreprise artisanale.

64Il s’agit aussi, bien sûr, pour l’artisan, de transmettre son métier à une nouvelle génération de travailleurs. Christian Guénard, prothésiste dentaire installé à Machecoul, insiste ainsi sur l’importance de former des jeunes et s’insurge contre le dénigrement des métiers manuels à l’origine, selon lui, d’une carence en main-d’œuvre qualifiée :

« On a dévalorisé le travail manuel en général, je trouve ça scandaleux ! Il n’y a plus de plâtriers, il n’y a plus de plombiers, des prothésistes, des bons, ben il faut en trouver… Moi je travaille en relation avec l’école des Salarières, je prends des stagiaires régulièrement, j’ai toujours formé des jeunes, toujours et tous mes professionnels qui sont ici sont des jeunes que j’ai eu chez moi en tant que formation. »

65Il explique que son laboratoire a toujours été ouvert à tout moment aux jeunes en formation à qui il n’a jamais rien caché comme le font certains professionnels qui craignent que les ouvriers ainsi formés s’installent à leur tour et deviennent des concurrents. Christian Guénard justifie ce principe par le fait que la concurrence est quelque chose de subjectif : « Le client il vient d’abord pour un rapport humain […]. Vous pouvez plaire à quelqu’un et pas à l’autre. »

  • 43 Connaissant ce système de valeurs des hommes de métier, j’ai moi-même privilégié les déplacements (...)

66Au-delà de l’accueil d’apprentis au sein de leur atelier, les artisans embauchent parfois aussi quelques ouvriers qualifiés pour répondre à la demande. On se souvient par exemple de Pierre Chenu qui, après quelques années d’indépendance artisanale, embauche un plombier car les clients qu’ils dépannent alors en électricité font appel à lui pour des travaux qu’il ne peut pas honorer : l’entreprise d’électricité assure dès lors les travaux d’électricité-plomberie-chauffage. Le recrutement de salariés se fait le plus souvent, pour les hommes de métier, dans leur espace d’interconnaissance. Ces petits patrons privilégient en effet le contact direct plutôt que la médiation d’une institution extérieure. Aussi, embauchent-ils le plus souvent « un gars qui s’est présenté » à l’entreprise. Les hommes de métier font ainsi rarement appel aux services de Pôle emploi pour recruter, ni ne mobilisent des agences d’intérim, excepté dans le bâtiment où la main-d’œuvre se fait plus rare et les besoins peuvent être plus ponctuels. Ce système de recrutement est valable pour l’embauche d’ouvriers comme celle des apprentis. Ces artisans se méfient des appels téléphoniques passés par un parent qui cherchera à trouver un patron à son enfant qui s’oriente vers l’apprentissage. Un des critères d’évaluation de la motivation du potentiel salarié repose, pour ces hommes de métier, sur le fait de voir le candidat se déplacer lui-même pour proposer ses services au patron43.

67La plupart des hommes de métier estiment avoir de bonnes relations avec leurs salariés et travailler dans un « esprit de famille ». L’expression revient souvent dans leur bouche. Gilbert Jaquin, maçon installé à Machecoul insiste par exemple sur les rituels quotidiens qui rythment la journée au sein de son entreprise : chaque matin, tout le monde se réunit, tous statuts confondus, pour discuter, autour d’un café du déroulement de la journée. Le soir, tous se retrouvent à nouveau autour d’une boisson pour faire le bilan de l’avancée des chantiers. Cherchant à se distinguer des relations qui existent dans de plus grandes entreprises ou rapports de subordination et contrôles s’imposent plus systématiquement, Christian Guénard estime travailler sur le mode de la confiance avec ses salariés et affirme par exemple qu’il est contre la pointeuse qui introduit immédiatement une suspicion :

« Donc, moi, à la fin du mois [se mettant en scène face à un salarié fictif] : “Il y a combien d’heures supplémentaires ?” Ils me donnent un carnet [il imite le fait de signer sans regarder] tatata, je ne suis pas là à contrôler ! »

68Au-delà de ce que ces artisans veulent bien dire des relations qu’ils entretiennent avec leurs ouvriers et de la bonne figure qu’ils tiennent à conserver face à l’enquêtrice que je suis, nous pouvons affirmer que ces informations corroborent les données produites par les chercheurs de l’artisanat sur les relations spécifiques qui lient ouvriers et patrons de l’artisanat. Ainsi, malgré les transformations globales dans l’organisation du travail artisanal mises précédemment en lumière, une complicité de métier persiste dans les ateliers que dirigent ces hommes de métier.

Rester un homme de métier…

69Nous l’avons vu au chapitre précédent, les trajectoires d’artisans se distinguent selon le rythme et le volume d’embauches réalisées. Ainsi, si la voie d’accès au statut d’artisan des hommes de métier est identique, ils peuvent, après cela, s’orienter vers des voies différentes répondant à des stratégies et des contextes variés. Certains vont garder la maîtrise de la production, soit qu’ils désirent continuer d’exercer leur métier soit que l’activité de leur entreprise ne leur permettent pas qu’il en soit autrement, alors que d’autres développeront leur entreprise et délégueront l’exercice productif à leurs salariés. On distinguera ainsi deux pôles qui opposent les hommes de métier traditionnels et les hommes de métier entrepreneuriaux. Il ne s’agit pas formellement de catégories distinctes, les artisans se situant en réalité le long de cet axe qui va d’une entière maîtrise de l’exercice du métier à une délégation totale de l’activité productive.

« On est à la tâche, on n’est pas des donneurs d’ordres. » Christian Guénard, prothésiste dentaire à Machecoul
Christian Guénard se forme au métier de prothésiste dentaire en apprentissage, au milieu des années 1960. Sa formation en alternance qui dure trois ans le conduit « tout naturellement » à un emploi d’ouvrier qualifié de l’artisanat. Il exerce ainsi son métier durant un an puis part assurer ses obligations militaires pendant 15 ou 16 mois. De retour, Christian Guénard est embauché dans une nouvelle entreprise.
Il a alors rapidement l’opportunité de monter son propre laboratoire : il devient ainsi indépendant en 1972, à l’âge de 25 ans. « Je me suis installé seul, raconte l’artisan, mais je n’ai pas été seul longtemps. Très rapidement, j’ai pris un apprenti. Et puis, et puis de fil en aiguille, j’ai eu un apprenti et puis j’ai eu un employé… ».
Suite à cela, son frère Antoine, de trois ans son cadet, orthopédiste de métier, souhaite se reconvertir parce que « l’ambiance des hôpitaux ne lui plaisait pas ». Christian Guénard l’envoie se former chez un de ses amis, prothésiste dentaire qu’il avait connu alors qu’il était ouvrier. L’homme de métier n’a pas voulu apprendre lui-même le métier à son frère parce qu’« il faut avoir d’abord un élément extérieur […]. Il faut que chacun fasse son expérience soi-même et après apporte ce qu’il a vu ailleurs, ce qui enrichit les deux ». Une fois formé, Antoine rejoint son frère et s’installe en parallèle : « Il a fait une catégorie de travail que je ne faisais pas, pendant un an », raconte Christian Guérard.
Au bout de cette courte période, les deux entreprises artisanales fusionnent. La société des deux frères se développe alors progressivement. Les artisans accueillent stagiaires et apprentis qu’ils forment et embauchent petit à petit des ouvriers (dont certains qui ont débuté leur apprentissage auprès d’eux). Au moment de notre entretien, l’entreprise compte neuf salariés. L’homme de métier affirme cependant ne pas vouloir dépasser le seuil de 10 salariés afin de continuer à exercer son métier, autrement dit, sans être obligé de restreindre sa fonction à celle de dirigeant d’entreprise.
Pour autant, Christian Guénard prépare sa transmission, et pour cela, agrandit leur espace de travail, à la veille de partir en retraite. L’artisan avait déjà quitté son premier appartement où il exerçait de façon indépendante son métier de prothésiste. Il s’était alors installé, en 1990, dans le laboratoire où il me reçoit. Les frères vont prochainement passer de 125 à 350 m ² : ils font en effet construire un nouveau bâtiment dans la zone intermédiaire de la commune. Selon Christian Guénard, pour transmettre l’entreprise, il faut disposer d’un local qui soit susceptible d’intéresser un repreneur qui veuille développer l’activité. Le terrain choisi permet d’ailleurs une extension possible des locaux de 200 m². En attendant, les deux frères continuent d’exercer leur métier : « On est à la tâche, on n’est pas des donneurs d’ordres », insiste mon enquêté. Même s’il s’occupe de la dimension commerciale (« c’est moi qui ai tout le relationnel avec les clients »), Christian Guénard et son frère participent toujours directement à l’activité productive.

70« Je ne dépasserai pas 10 employés », affirme Christian Guénard qui dirige, avec son frère une entreprise artisanale qui compte 9 salariés. Justifiant les raisons qui le poussent à ne pas embaucher davantage, il explique :

« Moi, je garde un état d’esprit familial si vous voulez. Donc, mon laboratoire, c’est un laboratoire familial. Moi, je suis à la tâche, je ne suis pas dans mon bureau à donner des ordres, je suis un tâcheron, je suis un besogneux si je voulais dire les choses d’une façon plus triviale. Mais, je n’ai pas honte d’être un besogneux, on fait un métier artistique. Et, dès qu’on passe au stade après, vous ne pouvez plus être dedans, vous êtes dans le bureau à faire la gestion, à faire le relationnel permanent avec les clients donc, ça sort un peu d’une optique que je n’ai pas. Et puis… on est là, à la tâche, c’est-à-dire, on n’est pas des donneurs d’ordres ! »

  • 44 Ces professionnels fabriquent en effet des prothèses dont les cotes ont été prises par les dentist (...)

71Les hommes de métier qui ne délèguent pas toute leur production à leurs salariés parlent plus souvent que les autres de l’amour de leur métier. Ainsi, Christian Guénard insiste sur la chance qu’il a d’exercer un métier qu’il aime : « C’est important parce qu’il y a beaucoup de gens qui font des métiers qu’ils n’aiment pas. » De la prothèse dentaire, il vante le caractère exceptionnel « unique au monde » où l’on travaille « de l’ordre du micron sur une cote qu’on n’a pas prise44 ». Loin de se réduire à ce seul cas, les hommes de métier que je suis allée rencontrer sur leur lieu de travail m’ont souvent fait visiter leurs ateliers ou, pour les artisans des métiers de bouche, ne me laissaient pas repartir sans un produit de leur confection. Les coiffeurs parlaient avec passion du « travail de la matière », insistant ici comme dans d’autres secteurs, sur la dimension artistique de leur métier. Les maçons vantaient la grandeur de leurs œuvres qui restent dans le temps. Le discours de Gilbert Jaquin, maçon installé à Machecoul, est à cet égard tout à fait exemplaire de cet amour du métier qui caractérise la culture de ces hommes de métier. La dextérité des artisans se définit, selon lui, par le fait de « faire quelque chose de compliqué dans un geste d’apparence simple » et pour cela, le travailleur ne devra pas ménager son « effort », qu’il oppose au « réconfort ».

  • 45 Sur la mise en lumière de ces invisibilités : Daubas-Letourneux V. (coord.), « Les accidents du tr (...)

72Il ne s’agit pas ici de minimiser les facteurs déterminants qui ont conduit ces artisans à occuper le statut qui est le leur. Il ne s’agit pas non plus d’enjoliver l’exercice d’un métier artisanal dont on sait qu’il use physiquement, malgré l’invisibilité des accidents du travail et des maladies professionnelles chez les indépendants45. Mettre en avant l’attachement au métier, c’est révéler la spécificité d’une culture, déceler les effets socialisateurs de l’apprentissage et la réactualisation des valeurs acquises à-travers le discours et les pratiques des hommes de métier.

73Indicateur de la culture de métier déjà remarqué par Philippe Casella et Pierre Tripier, les innovations introduites par les hommes de métier participent à améliorer l’exercice de leur métier, plutôt qu’elles ne contribuent à introduire des nouveautés sur le plan commercial. C’est précisément au regard de sa pratique professionnelle que Christian Guénard a fait construire un laboratoire qui réponde aux contraintes du métier. Il a ainsi fait orienter les fenêtres au nord « pour ne pas avoir d’interférences de lumière ». Afin d’améliorer leurs conditions de travail, l’artisan a par ailleurs inventé ce qu’il appelle un « biplace », siège qui n’existe pas dans le commerce : avec une seule chaise, en pivotant, il peut travailler soit sur un premier établi, soit sur un second pour réaliser un autre type de tâche. Il m’explique que dans son prochain laboratoire, ce sera un triplace et qu’il prolongera l’établi en un bureau pour observer des plans ou étudier des nouveautés.

… ou devenir un homme de métier entrepreneurial

74Les hommes de métier pourront, au cours de leur carrière d’indépendant, développer leur entreprise au point de déléguer tout ou partie des fonctions productives à leurs salariés. L’homme de métier qui ne met plus « la main à la patte » se situe à l’opposé de cet axe de la fonction occupée, les artisans réels se répartissant, nous l’avons dit, sur ce continuum.

75Issu de l’apprentissage et ayant suivi le cheminement socioprofessionnel classique dans l’artisanat, l’homme de métier entrepreneurial s’entoure d’abord d’apprentis, puis, progressivement embauche des ouvriers, exerce de moins en moins son métier et finit par cantonner son activité à la gestion de son entreprise. Dans le récit qu’ils font de leur carrière, tout se passe comme si l’obligation de maintenir le cap de leur entreprise les éloignait malgré eux de la pratique de leur métier. « Je suis toujours resté électricien dans ma tête », me répond Jean-Louis André qui dirige une entreprise de quatorze salariés, quand je lui demande de se définir, « mais je suis obligé maintenant de faire autre chose que de l’électricité ». Après l’obtention d’un CAP et une carrière d’ouvrier, l’homme de métier s’est installé à son compte et son entreprise a grossi progressivement au point que, répondant aux sollicitations de sa clientèle, ses fonctions se restreignent désormais au volet technique de la direction de son entreprise : Jean-Louis André établit des devis, se charge de la facturation, gère les plannings de ses salariés et assure les suivis de chantiers. Sa comptabilité est entièrement sous-traitée à un cabinet privé. C’est fréquemment sur le volet technique que ces hommes de métier se spécialisent quand ils ne peuvent plus assurer toutes les fonctions de l’entreprise, mais la comptabilité n’est pas nécessairement déléguée à un professionnel extérieur. Certains assurent une partie de celle-ci, d’autres mobilisent, en interne, une personne dédiée à cette fonction qui peut occuper un statut de salarié ou être associée à la direction de l’entreprise. Ainsi les époux Bouin qui dirigent une entreprise de « constructions de machines spéciales » pour l’industrie se répartissent ainsi le travail : Monsieur dirige le pôle technique de l’entreprise, quand Madame gère le volet comptabilité ; la production est assurée par les salariés.

« Les affaires ont pas mal tournées. » Christian Duval, mécanicien automobile à la Turballe
D’origine populaire (son père était ouvrier et sa mère femme au foyer), Christian Duval entre en apprentissage chez un garagiste de sa commune à l’âge de 14 ans en 1961. Il apprend le métier de mécanicien en alternance et restera salarié chez ce même patron jusqu’en 1981, date à laquelle il s’installe à son compte.
Demeurant de longue date dans la commune de La Turballe, Christian Duval est connu (« je suis un gars du coin »), et on lui demande fréquemment de l’aide pour réparer des automobiles (« je connaissais beaucoup de monde »). Aussi, tout en restant ouvrier chez son patron la semaine, il dépanne à son domicile, le week-end. Comme il veut exercer son activité dans la légalité, Christian Duval s’installe officiellement à son compte mais limite ses frais : « J’ai commencé avec une caisse à outils et un cric rouleur […] J’en avais pour 500 francs d’outillage. » Son patron n’apprécie cependnt pas ce double statut et lui demande d’exercer 100 % de son activité en tant que salarié. « J’ai fait l’inverse », explique Christian Duval, qui démissionne alors de son emploi pour exercer son métier uniquement en tant qu’indépendant. En 1983, l’artisan achète un terrain sur la commune et fait construire un atelier. On lui propose alors de prendre une enseigne qu’il connaît bien puisqu’il s’agit de la même que celle qu’avait son patron précédent. Il accepte car même si les constructeurs ont des exigences importantes (« Ils en ont jamais assez ! »), l’image de marque lui assure une activité. (« Ça nous pose des soucis mais ça nous donne quand même du travail ! ») Au fur et à mesure que la demande progresse, Christian Duval s’entoure de salariés : « J’étais tout seul, j’ai pris un apprenti puis on a été deux, trois, quatre, etc. » Aujourd’hui « on est onze », affirme Christian Duval, se comptant dans l’effectif salarié. L’un de ses fils a repris l’entreprise et Christian Duval y occupe désormais un emploi de salarié « pour donner un coup de main » et « resté couvert ». L’entreprise assure un éventail d’activités assez large allant du dépannage à la mécanique en passant par la tôlerie et la peinture. Elle accueille pratiquement toutes les marques automobiles. Christian Duval assure être obligé de refuser certaines demandes parce qu’il manque de main-d’œuvre qualifiée à embaucher. (« Et le personnel vous le trouvez où ? »)
L’homme de métier ne freine pas pour autant ses élans d’expansion. Depuis un an et demi, il a en effet fait construire une station de lavage. Fonctionnant de manière automatique, elle n’exige pas la présence de salarié. Et, si l’atelier a été agrandi au cours de la carrière de Christian Duval pour consacrer un espace dédié à la tôlerie, il pourra encore l’être à l’avenir parce que l’artisan dispose d’un vaste terrain de 1 500 m ². Il avait d’ailleurs pensé l’utiliser pour faire du gardiennage de bateaux et de caravanes, dans cette commune de la côte atlantique où la demande est forte.
Au fur et à mesure que son entreprise a grossi, Christian Duval s’est éloigné de son métier de mécanicien pour gérer son entreprise. Il reçoit désormais les clients et fait parfois encore quelques dépannages sur la route. Mais, affirme-t-il : « Je ne suis plus à l’atelier, il y a déjà longtemps que je ne fais plus de mécanique, parce que tout le temps au bureau, tout le temps au bureau ! » Et de justifier cet état de fait par le nombre de salariés occupés dans l’entreprise indiquant la quantité d’activité qu’elle génère : « On ne peut pas être là et puis partout : on est quand même onze ! » D’ailleurs, avoue-t-il, face à la montée de l’électronique et de l’usage de l’informatique dans son métier, « moi, je ne pouvais plus suivre […] et puis ça ne m’intéressait pas ».

  • 46 Thuderoz C., « Notaires et huissiers de justice : du patrimoine à l’entreprise », Revue française d (...)
  • 47 Quemin A., Les commissaires-priseurs, la mutation d’une profession, Paris, Anthropos/Economica, 199 (...)

76Mais outre la fonction qu’ils occupent au sein de leur entreprise, les hommes de métier entrepreneuriaux se distinguent des hommes de métier traditionnels par les modalités d’innovation qu’ils mettent en place. Alors que ces derniers cherchent davantage à améliorer leur outil de travail, les hommes de métier entrepreneuriaux visent l’expansion et cherchent de nouveaux débouchés commerciaux à leur activité. Ainsi, beaucoup d’entre eux étendent leurs ateliers et prévoient que des agrandissements supplémentaires de leur espace de travail puissent se faire dans l’avenir. Ils peuvent aussi créer de nouvelles activités en parallèle de leur cœur de métier. Ainsi, Christian Duval, mécanicien de métier, a développé son entreprise, agrandi son garage sur un terrain offrant des possibilités d’extension et a monté une station de lavage automatique qui n’exige pas l’embauche d’un salarié de métier. Autrement dit, après que la demande les ait « contraints » de se spécialiser dans la gestion de leur entreprise et d’abandonner à leurs ouvriers l’exercice du métier, ces hommes de métier ont mis en place des stratégies de développement de leur entreprise. Ce processus s’apparente au phénomène d’entrepreneurisation mis en exergue par certains sociologues des professions. L’« entrepreneurisation » décrit un processus où la logique d’entreprise prend le dessus sur l’organisation antérieure de la profession. Ce phénomène a été dévoilé dans l’analyse de certaines « professions établies ». Ainsi, Christian Thuderoz utilise le concept d’entrepreneurisation afin de rendre compte des recompositions en cours au sein des professions de notaires et d’huissiers de justice46. L’auteur caractérise notamment ce processus par les transformations dans les modes de captation et de régulation des marchés. Il identifie également des logiques d’actions qualifiées d’« entrepreneuriales », en rupture avec les formes traditionnelles d’exercice de la profession : création de nouveaux produits et services par exemple. À travers l’enquête auprès de commissaires-priseurs, Alain Quemin observe également un processus d’entrepreneurisation au sein de cette profession : il le définit comme « un glissement de la logique professionnelle (centrée sur la cohésion du groupe professionnel, donc collective) vers la logique d’entreprise (visant à développer l’activité dans une perspective concurrentielle, donc plus individualiste47 ». Plus concrètement, l’entrepreneurisation se caractérise par une rationalisation du travail conduisant à une augmentation des profits et à une croissance de la structure (en termes d’embauche de salariés, et d’extension des marchés). Les activités de gestion et de commercialisation y sont déterminantes.

77Ce qui distingue un homme de métier entrepreneurial d’un chef d’entreprise artisanale qui serait seulement un gestionnaire, c’est sa formation de métier et la possibilité pour lui de faire la tâche qu’il dicte à son salarié. Cet argument revient régulièrement dans la bouche des hommes de métier entrepreneuriaux que j’ai rencontré : « Moi, je suis capable de dire à un de mes employés, quel qu’il soit : “Pousse-toi, je vais te montrer comment on fait.” Ça, c’est fondamental ! », m’assure le patron d’une entreprise qui compte une petite dizaine de salariés. L’acquisition d’un savoir-faire de métier, identique à celui qu’incorpore l’apprenti ou l’ouvrier en formation, et la maîtrise de tours de mains assurent une légitimité au dirigeant. On retrouve ce respect du patron pour la dextérité de son geste, malgré son attitude souvent contestable dans le récit que Gaston Lucas, artisan serrurier formé dans les années 1920, fait du patron qui l’a formé. Racontant la manière dont se déroulait l’arrivée inopinée du patron, parti au café pendant que les apprentis et ouvriers restaient à l’atelier, il se souvient :

  • 48 Ibid., p. 41-42.

« “Vingt-deux, voilà le singe !”, criait celui qui se trouvait le plus près de la porte et chacun faisait aussitôt mine de s’appliquer. Lui nous observait un moment sans rien dire […]. Mais dès qu’il s’apercevait que l’un d’entre nous ne s’y prenait pas à son idée, il se jetait sur lui, lui arrachait le marteau des mains : “Nom d’un petit bonhomme ! Qu’est-ce que c’est que ce travail ! Je vais te faire voir comment il faut faire48.” »

78Ainsi, après avoir raillé ses façons, et notamment son penchant pour l’alcool, Gaston Lucas reconnaît à son patron un talent incontestable :

  • 49 Ibid., p. 42.

« Mais ça ne l’empêchait pas d’être un ouvrier hors ligne, le meilleur que j’aie jamais connu. Il avait l’adresse, il avait l’œil, il avait le goût […]. Dans son esprit, c’était un honneur de former un bon ouvrier et de notre côté nous passions sur bien des choses, parce que nous avions conscience qu’il nous faisait faire du beau travail49. »

79Tout se passe, encore aujourd’hui, comme si le fait de ne pas participer à l’exercice productif était justifié par la trajectoire de ces hommes de métier passés par toutes les étapes qui font l’artisan. C’est aussi toute la socialisation dans l’environnement artisanal du patron qui fait écho à celle de l’ouvrier qualifié.

Transmettre ?

Choisir un successeur

80Approchant de l’âge de la retraite, leur carrière derrière eux, les artisans peuvent s’interroger sur la question de la transmission de leur entreprise. Celle-ci aura d’autant plus de chance d’être transmise qu’elle constitue un patrimoine important et/ou qu’elle compte plusieurs salariés.

81La présence d’un fils qui a appris le même métier que son père favorise une succession familiale plutôt qu’une cession à un tiers. La dimension affective qu’investissent de nombreux hommes de métier dans l’entreprise qu’ils ont souvent fait naître les conduit à préférer qu’elle reste dans le giron familial, comme pour ne pas s’en séparer tout à fait même après leur départ en retraite. On le voit notamment à travers l’exemple de Christian Guénard dont le fils a entamé des études de prothésiste dentaire et qui devient ainsi le candidat le plus probable pour reprendre l’entreprise familiale. C’est aussi le cas du fils de Gilbert Jaquin, maçon installé à Machecoul qui a hérité de l’entreprise de son père, et qu’il va lui-même transmettre à son fils, formé au métier. Les sociologues de l’artisanat ont déjà montré, dans les années 1970-1980, que la présence d’un fils disqualifiait presque systématiquement les autres candidats à la reprise. Tout est alors fait pour que le successeur hérite d’une société des plus saines : des investissements sont réalisés et des agrandissements sont envisagés. Les artisans affirment alors qu’ils feront leur possible pour transmettre leur entreprise à leur enfant dans les meilleures conditions.

82Il arrive aussi qu’un fils reprenne l’entreprise paternelle sans avoir appris le métier ; le successeur prend alors la direction de la société. Le cas de figure semble plus rare et ne concerne que les enfants d’hommes de métier entrepreneuriaux qui dirigent des entreprises suffisamment grandes, générant assez d’activité et de profit pour accueillir un actif improductif. C’est le cas de Christian Duval, mécanicien automobile dont j’ai dressé le portrait plus haut. Alors qu’un salarié de la concession était disposé à racheter son entreprise, une surprise est survenue : l’un des fils de l’artisan, gendarme de métier, a quitté l’armée pour succéder à son père. L’entreprise emploie suffisamment de salariés pour supporter le coût d’un improductif en son sein : « Comme il n’est pas de la profession, il ne lui faut pas une boîte de deux ou trois salariés. Il lui fallait au moins 10 salariés parce qu’il ne rapporte rien », explique Christian Duval. C’était d’ailleurs ce qui intéressait aussi le repreneur envoyé par la marque automobile du garage car ce candidat à la reprise ne disposait pas non plus d’une formation de mécanicien. Sa candidature a cependant été immédiatement écartée par l’homme de métier, préférant son fils à un candidat extérieur au cercle familial. Le fils de Christian Duval, comme les autres héritiers non formés au métier de leur père et qui pourtant leur succèdent, entrent finalement dans l’artisanat par le statut d’indépendant et non par le métier. Ils constituent une partie des reconvertis dont nous analyserons les trajectoires au chapitre suivant.

83Pour autant, nous l’avons vu précédemment, transmission d’entreprise ne signifie pas systématiquement, et même assez peu souvent, succession familiale. Si la présence d’un fils potentiellement repreneur écarte d’emblée les autres candidats, les entreprises aux mains d’hommes de métier sont le plus fréquemment transmises à un tiers. Plus le dirigeant se trouve proche du pôle entreprise, plus il aura de chances de transmettre son bien à un repreneur au profil plus entrepreneurial. Ceux-là iront jusqu’à céder leur bien à un gestionnaire sans qualification artisanale, mais disposé à payer un prix jugé « juste » par le cédant. Au contraire, les hommes de métier qui se situent davantage du côté du métier chercheront un repreneur qui leur ressemble. Le récit précédemment retracé de la transmission de l’entreprise d’électricité-plomberie-chauffage de Pierre Chenu l’illustre parfaitement. En fin de carrière et désirant vendre l’entreprise qu’il a créé et qu’il a développé, l’homme de métier, parmi les candidats qui se présentent, choisit pour successeur un gars du coin, ouvrier de métier, comme il l’était au moment de sa propre installation. Il s’agit alors de transmettre à un alter ego. « Transmettre, c’est le plus dur », confie ainsi André Rialland, réparateur de pneumatiques à Saint-Vincent-des-Landes, « il faut que l’individu en face ait un peu le comportement de celui qui transmet », pressent-il. Cela signifie que le sortant souhaite céder son bien à quelqu’un qui lui ressemble, ou plutôt à l’image plus ou moins idéalisée qu’il se fait de lui, au moment où il s’est mis à son compte. Le repreneur-type imaginé par l’homme de métier traditionnel sortant est souvent décrit en ces termes : un jeune, qui connaisse bien son métier, qui soit motivé par son travail et qui ne compte pas ses heures. Les époux Bertaux ont aussi montré que la boulangerie artisanale se reproduisait ainsi, les ouvriers de métier rachetant les entreprises d’artisans boulangers sur le départ. Dans ce type d’entreprises, le patrimoine est important et il est rare que le départ de l’artisan se solde par une cessation d’activité sans cession de l’entreprise. Mais on ne peut généraliser ce phénomène à l’ensemble des entreprises qui disposent d’une boutique ou d’un vaste atelier et qui restent les entreprises artisanales les plus coûteuses. Certains hommes de métier, et parmi eux des artisans dont l’activité artisanale se double d’une activité commerciale, ne transmettent pas leur entreprise. Ils maintiennent une activité réduite en attendant leur départ en retraite. Essayons d’éclaircir ce phénomène.

Transformer son capital économique en capital culturel

84Joseph Micheau, tapissier-décorateur de Machecoul, dont nous avons dressé le portrait au début de ce chapitre, est un homme de métier qui, à la veille de son départ en retraite, n’envisage aucunement de transmettre son entreprise. Il diminue progressivement son activité avant de la cesser tout à fait à l’heure de sa retraite. Cette diminution de l’activité se traduit par le refus d’honorer certaines nouvelles commandes. Ainsi, avoue Joseph Micheau : « Je me casse moins la tête que j’ai fait. J’en prends, j’en laisse ! » Comme la plupart des hommes de métier traditionnels qui envisagent de fermer boutique sans céder leur entreprise, il se contente désormais d’une activité qui recouvre ses seuls besoins, jugeant inutile de faire davantage de chantiers.

85L’homme de métier réduit également son espace de travail, limité, dès lors, à un marché strictement local. Ainsi Joseph Micheau ne fait-il plus d’installation de rideaux à domicile que dans les communes environnantes. De même, M. Guillou, plaquiste de Machecoul en fin de carrière, n’exerce désormais plus que sur un marché local, quand ses chantiers se situaient autrefois essentiellement sur Nantes. Alors que la plupart d’entre eux ont élargi leur périmètre de travail au cours de leur carrière, ils préfèrent donc, en fin d’activité, ne pas trop s’étendre, et même réduire leur zone de chalandise.

86Leur temps de travail diminue aussi à la veille de leur départ. Ainsi, quand je l’interroge sur la rentabilité de son entreprise lorsque ses enfants étaient encore à sa charge, Joseph Micheau explique la modification des plages d’ouverture de la boutique, comme une variable d’ajustement aux besoins de l’artisan et de sa famille :

« Et quand vous aviez vos filles sous votre toit, vous arriviez à avoir une activité assez bonne ?
– Oui oui, mais il faut dire qu’à l’époque on était ouvert davantage. On ne fermait le soir qu’à 7 heures, 7 h 30. Maintenant, je ferme à 6 h 30 le soir. Je n’ouvre qu’à 2 h 30 le tantôt. Le samedi, je n’ouvre presque plus maintenant. Le lundi, je suis fermé. Alors, automatiquement, tout ça, ça joue ! »

87Enfin, à cette baisse de l’espace et du temps de travail, s’ajoute un « laisser-aller » en matière de vieillissement du matériel, par l’arrêt (ou la diminution au strict nécessaire) des investissements. Ces hommes de métier-là s’accordent en effet à dire qu’il ne sert à rien de se charger d’emprunts supplémentaires alors qu’ils sont sur le point de prendre leur retraite et qu’ils n’envisagent pas de céder leur entreprise. Ils ne cherchent pas à valoriser leurs biens, puisqu’ils ne s’inscrivent pas dans une stratégie de transmission de leur activité.

88La trajectoire de Joseph Micheau ne relève pas d’un cas isolé. Ainsi, Jacqueline Guérin, femme de photographe installé à Machecoul, relate une histoire similaire. Le couple n’emploie aucun salarié, ni même d’apprenti. Depuis qu’ils ont programmé leur départ en retraite, ils restreignent peu à peu leur activité. M. et Mme Guérin ont ainsi réduit leur clientèle, ne travaillant plus que pour des particuliers quand ils faisaient « de l’industrie », c’est-à-dire des photographies publicitaires pour des entreprises et « les scolaires », autrement dit les photos de classe dans les écoles de la commune. Le développement du numérique et la réduction de la sous-traitance en matière de production d’images n’expliquent qu’en partie cette diminution de leur exercice professionnel. En effet, ces artisans ont la volonté de réduire leur activité et choisissent ainsi délibérément de rétrécir leur zone de chalandise : ils se bornent aujourd’hui à un marché essentiellement local, restreint à Machecoul et aux communes environnantes, alors qu’ils exerçaient antérieurement à Nantes, et même, occasionnellement, à Paris. S’ils participaient à de nombreuses expositions, ils diminuent aujourd’hui leur communication et ne font de la promotion que dans les journaux locaux. Leurs horaires de travail sont également considérablement réduits : la boutique était ouverte toute la semaine et le week-end ; ce n’est désormais plus le cas. M. et Mme Guérin refusent aussi d’honorer certaines commandes si elles dépassent le quota qu’ils se sont fixés, alors qu’ils faisaient autrefois appel à des « extras » pour assurer toutes les demandes de leur clientèle. S’agissant du matériel enfin, Mme Guérin m’explique : « On a fait en sorte de ne pas renouveler parce qu’on allait s’arrêter. » Ainsi, seul le matériel d’usage courant (« les identités ») est changé. Tout ce qui appartient au « professionnel » n’est pas renouvelé. Comme ils n’auront pas de repreneurs, le matériel finira sa vie (« Ce sont des machines que l’on ne peut pas vendre […]. On les mettra peut-être à la déchetterie »), en même temps que le couple achèvera son propre parcours professionnel.

89Comment comprendre cette attitude ? Un salarié permanent de la chambre de métiers que j’ai interviewé me confiait son étonnement de voir l’activité fréquemment diminuer au sein d’entreprises artisanales jugées économiquement viables, au fur et à mesure de la montée en âge de leurs dirigeants. Cette attitude lui semblait incompréhensible car économiquement suicidaire : il aurait en effet été nécessaire, à la veille de la transmission, de réinvestir dans du matériel neuf et de dynamiser l’activité pour rendre l’entreprise encore plus attractive aux yeux de potentiels acquéreurs.

90Nous ne pouvons effectivement pas saisir de telles pratiques si nous cherchons les clés de compréhension du phénomène dans la sphère professionnelle ; c’est bien ailleurs, dans le domaine familial et social, que nous pourrons trouver les raisons de telles pratiques. C’est le sens que les hommes de métier donnent à leur trajectoire professionnelle et sociale à travers ce qu’ils choisissent de transmettre que l’on analysera ici. Il s’agit de dirigeants à la tête de petites entreprises qui ne comptent aucun salarié dans la plupart des cas.

  • 50 Bourdieu P., La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979, p.  (...)

91« La disparition de beaucoup de petites entreprises commerciales ou artisanales cache le travail de reconversion, plus ou moins réussi, que réalisent des agents particuliers50 » affirmait Pierre Bourdieu à la fin des années 1970. Cette reconversion caractérise, plus précisément, le processus de transformation du capital économique en capital culturel de petits patrons. Pierre Bourdieu, Luc Boltanski et Monique de Saint Martin décrivent ainsi ce processus et l’objectif visé par les agents mettant cette stratégie à exécution :

  • 51 Bourdieu P., Boltanski L. et Saint-martin M. de, « Les stratégies de reconversion : les classes soc (...)

« Les détenteurs de patrimoines individuels ou familiaux tendent à reconvertir certains de leurs avoirs transmissibles par héritage en investissements éducatifs de façon à léguer à leurs enfants une partie de leur patrimoine sous l’espèce de capital culturel certifié favorisant l’accès aux positions dominantes des appareils des entreprises51. »

92Autrement dit, les possesseurs de biens économiques cherchent à transmettre à leurs enfants ce capital partiellement transformé en titres scolaires. Pour ce faire, ils investissent dans les études de leurs descendants, de manière à ce que ceux-ci occupent, par la suite, des emplois qualifiés et à responsabilité. Autrement dit, la stratégie de reconversion de capital permet d’assurer la reproduction des positions, non pas par la transmission directe du capital économique, mais par la transformation du capital détenu en une espèce jugée plus rentable et/ou plus légitime.

93Pierre Bourdieu développe, quelques années plus tard, les mécanismes de ce processus dans son ouvrage La distinction où il consacre une quarantaine de pages aux stratégies de reconversion. Il insiste sur le fait qu’il convient de différencier déplacements verticaux et déplacements transversaux dans l’étude des mobilités sociales. Le premier, renvoyant à un mouvement ascendant ou descendant, se déroule dans le même secteur vertical de l’espace social ; c’est notamment le cas de l’instituteur devenant professeur ou du petit patron devenant grand patron. Les déplacements transversaux impliquent, au contraire, le passage d’un champ à un autre. Le mouvement peut se produire soit dans le même plan horizontal, comme pour l’instituteur, ou son enfant, qui devient petit commerçant, ou dans des plans différents, si l’instituteur, ou son enfant, devient patron d’industrie par exemple. Dans le schéma théorique de Bourdieu, cela signifie que les déplacements verticaux supposent la seule modification du volume de l’espèce de capital en vigueur dans le champ concerné, alors que les déplacements transversaux exigent la reconversion d’une espèce de capital en une autre ou d’une sous-espèce de capital en une autre, aboutissant ainsi à une transformation de la structure patrimoniale.

  • 52 On peut certainement appartenir à un univers social sans que celui-ci combine toutes les caractéri (...)
  • 53 Selon la configuration, certaines ressources, à l’intérieur d’un même univers social, peuvent s’av (...)

94Sans se réapproprier tout l’arsenal conceptuel proposé, à savoir la logique de champ52 et la supériorité d’une seule espèce de capital qu’elle suppose53, on retiendra le mouvement décrit ici pour comprendre les stratégies de certains artisans, et notamment celle d’hommes de métier sortants à la tête de petites entreprises. Dépourvus de diplômes scolaires, ces petits possesseurs de capital économique sont conscients de l’importance grandissante de posséder cette ressource culturelle pour bénéficier d’une situation privilégiée (c’est-à-dire pour échapper aux postes d’exécution), mais surtout plus légitime. Il s’agit donc d’une mobilité transversale, à laquelle on va plus particulièrement s’intéresser dans sa dimension intergénérationnelle. Autrement dit, parents et enfants occupent la même position hiérarchique au sein de la stratification sociale (en l’occurrence un niveau intermédiaire entre classes populaires et classes supérieures), mais, pour les parents, en raison de la prééminence de leur capital économique et, pour les seconds, grâce à la possession de ressources culturelles et notamment scolaires.

  • 54 Gresle F., L’univers de la boutique…, op. cit., p. 87.

95Des sociologues enquêtant sur les petits indépendants ont observé, sur le terrain, de telles pratiques. François Gresle évoque notamment la « stratégie qui vise à substituer à la transmission d’un héritage matériel incertain un capital scolaire perçu comme plus essentiel ou plus probant pour l’avenir54 ». J’ai moi-même pu constater que ces pratiques étaient toujours en vigueur aujourd’hui.

  • 55 Je suis passée à la boutique des artisans au début du mois d’août 2005. Il a tout de suite été que (...)
  • 56 Les photographes ont longtemps été associés aux bijoutiers qui les « hébergeaient » dans leur bout (...)

« Moi je trouve qu’artisan, ça n’est pas facile ! » Madame et Monsieur Guérin, photographes à Machecoul55
Fille d’un ouvrier maçon et d’une couturière indépendante, Jacqueline Guérin débute sa carrière professionnelle comme vendeuse en pâtisserie. Elle rencontre Bernard, jeune photographe, qu’elle épouse en 1971 et aux côtés de qui elle se met à son compte, l’année suivante. Avant cela, Bernard avait appris son métier en alternance ; son maître n’était autre que son propre père, indépendant installé dans une bijouterie de Machecoul56. Suite à l’obtention de son CAP, Bernard Guérin reste ouvrier pour le compte de son père durant quelques années.
En 1972, le couple Guérin, alors âgé de 24 et 22 ans, s’installe donc, cette fois dans leurs propres murs (en vérité des locaux appartenant à la famille de M. Guérin). Le père de Bernard Guérin, qui n’a pas suffisamment cotisé pour obtenir sa retraite (il avait été lui-même ouvrier au début de sa carrière), devient alors le salarié de son fils : « On a inversé les rôles », explique mon enquêtée. M. Guérin père forme alors sa belle-fille et donne quelques « coups de main », même une fois parti en retraite. Sa femme offrira également son soutien au couple, notamment en leur permettant d’agrandir leurs locaux, en leur cédant l’espace de l’épicerie mitoyenne qu’elle tenait jusqu’alors.
Bernard et Jacqueline Guérin s’investissent beaucoup dans leur entreprise jusqu’à ce qu’ils soient assurés qu’aucun de leurs deux fils ne leur succédera et que ces derniers bénéficieront effectivement des conditions jugées préférables d’un emploi à responsabilité au sein d’une grande entreprise. Autrement dit, quand les stratégies de reconversion de capital ont abouti, c’est-à-dire que les parents sont parvenus à assurer à leurs enfants un avenir hors de l’artisanat et sans déclassement social, tout investissement dans l’entreprise est interrompu, ou réduit au minimum :
« On a fait en sorte, nous, de ne pas renouveler parce qu’on savait qu’on allait s’arrêter, on n’a pas de successeur, donc bon.
– Oui, c’est ce que j’allais vous demander…
– Voilà. Non non, on n’a pas de successeur. Donc on n’a pas maintenant… Le matériel n’a pas été renouvelé ».
En bref, les Guérin réduisent leur activité ce qui se traduit par une diminution de l’investissement (et notamment le non-renouvellement du matériel et de l’équipement), une réduction de la clientèle et une baisse de leur temps de travail.
Des soucis de santé sont en partie à l’origine de cette diminution d’activité : M. Guérin a en effet dû interrompre l’exercice de son métier à deux reprises, pour subir des interventions chirurgicales. Mais la principale raison avancée est sans appel : ce n’est ni la conjoncture défavorable à la photographie professionnelle, ni les problèmes de santé de l’artisan qui expliquent directement cette diminution des investissements et plus largement ce ralentissement de l’activité économique de l’entreprise, mais bien l’orientation professionnelle des enfants :
« – Vous auriez peut-être investi à une autre période ?
– C’est-à-dire, si on avait eu des successeurs […]. Ah ben oui, là on l’aurait fait. Mais pas…
Non parce que ce sont des coûts très élevés. Très élevés, très élevés ! »
Au fond, le resserrement de la demande et les soucis de santé renforcent la volonté que les enfants ne subissent pas les mêmes conditions de travail. On leur préfère la situation jugée plus confortable d’un emploi de salarié non manuel :
« – Notre fils aîné est responsable d’une agence à Poitiers, [au sein d’une concession automobile]. Et puis, l’autre, il est acheteur. Alors, voyez-vous, tout ça c’est…
– D’accord, donc ils n’ont pas…
– Mais pas de photographe ! Non non…
– Ils n’ont pas eu envie ou vous ne les avez…
– Je ne les ai p… euh, non, ils n’ont pas eu envie de toute façon hein ! Et puis moi, je ne les aurais pas forcés […]. Non parce que je trouve qu’artisan ça n’est pas facile […]. Toujours… Il faut toujours chercher le travail, il faut toujours se stimuler, il faut toujours… C’est bien, c’est intéressant mais bon… quelquefois c’est lassant. Et puis c’est inquiétant aussi ! Donc, moi non, je ne les aurais pas incités. Mais ils auraient voulu, ils auraient voulu, on l’aurait fait hein ! Non, il n’y en a pas un qui a voulu être photographe, non non. L’aîné aimait bien, mais pas pour en faire son métier, non. Mais moi […], j’aime autant comme ça, je ne m’inquiéterai pas pour eux [rires] ! »

96On voit clairement la relation établie, par ces artisans, entre l’investissement dans l’avenir professionnel des enfants et l’investissement financier dans l’entreprise. Dans le cas Guérin, comme les fils se dirigent hors de l’entreprise, il n’est plus question de lui faire supporter des coûts supplémentaires, puisqu’ils n’en hériteront pas. Mais, si le couple avait finalement eu un successeur familial, il aurait investi dans l’entreprise qui serait alors devenue le patrimoine directement transmis aux descendants, c’est-à-dire le capital économique non reconverti. Les artisans gardent toutefois un œil attentif sur d’éventuels retournements dans la situation professionnelle de leurs enfants : c’est quand leur avenir est définitivement assuré en dehors de l’artisanat qu’ils se désengagent tout à fait du développement de leur entreprise.

97Il faut bien comprendre que l’investissement dans l’entreprise se fait au bénéfice de la génération suivante. Aussi, quand il est avéré qu’aucun des enfants ne succédera aux parents et que leur avenir de salariés qualifiés dans une grande entreprise est assuré, le développement de l’entreprise n’a plus d’intérêt pour les parents. L’activité est alors maintenue au ralenti, de façon à faire vivre seulement le couple d’artisans jusqu’à sa retraite.

  • 57 Delbos G. et Jorion P., La transmission des savoirs, Paris, Éditions de la MSH, 1990.

98Le sens de cette pratique repose sur l’amélioration des conditions de travail et de vie de la génération suivante. Si la logique familiale peut permettre de comprendre ce qui se joue dans la sphère professionnelle, en prenant la situation à l’autre bout, on constate aussi que les stratégies de gestion de l’entreprise peuvent parfois révéler un projet familial singulier. Geneviève Delbos et Paul Jorion ont mis en exergue la relation famille/travail en fonction du « cycle évolutif de l’unité familiale de production57 ». Ils ont ainsi montré, dans le domaine de la pêche artisanale et de la saliculture, comment l’unité de production était gérée et l’effort productif modulé en fonction des stratégies familiales des indépendants. Gestion économique de l’entreprise et logique de développement de la famille sont donc intimement mêlées. De la même façon que c’est le désir d’ascension sociale pour soi-même et la génération suivante qui a conduit les hommes de métier à s’installer à leur compte, c’est ainsi fréquemment le cycle familial qui détermine le rythme de l’activité de l’entreprise artisanale.

99J’ajoute que la vente de leur entreprise n’est désormais plus la seule source de revenus pour les artisans partant en retraite. Depuis 1973, le régime de retraite de base est en effet aligné sur celui des salariés (cotisations égales et durée d’assurance égale). De la même façon, la retraite complémentaire des artisans, créée en 1979 garantit une retraite équivalente à la retraite complémentaire des salariés (non-cadres). Alors qu’ils sont souvent propriétaires de leur logement et comme leurs enfants sont effectivement sortis de l’artisanat, ces couples d’artisans qui partent en retraite ne souhaitent pas, en plus, s’investir davantage dans l’entreprise. Puisque leurs conditions d’existence, pour eux et leurs enfants, sont assurées, le développement de leur entreprise en vue de réunir les meilleures conditions de sa revente est jugé superflu ; en quelque sorte, « le jeu n’en vaut pas la chandelle ». Ainsi, faisant le constat qu’il n’aura pas de successeur, Jacques Brissaud, coiffeur âgé de 56 ans, à la tête, avec sa femme, de deux salons (dont un situé dans la commune de Machecoul), me confiait :

« Je suis un peu déçu dans la mesure où on arrive en fin d’activité et quelque part, c’est vrai que bon… demain je voudrais rouvrir une autre affaire, un troisième ou un quatrième salon, je pense que je suis en mesure de le faire… mais pour qui ? »

100Le maître mot pour penser le développement ou non des entreprises artisanales de ces hommes de métier traditionnel n’est donc pas « pourquoi » mais bien « pour qui ». Dans la mesure où cet investissement ne profite pas directement aux enfants ou à des repreneurs considérés comme des doubles, prolongateurs de l’activité des artisans, il n’a pas d’intérêt à leurs yeux.

101L’explication de la mise en place de ces stratégies de reconversion repose sur trois raisons principales : l’irrégularité de la demande qui crée une insécurité du statut d’indépendant, les problèmes de santé dus aux difficiles conditions de travail qui rendent l’activité physiquement usante, et enfin (et surtout) l’aspect manuel de l’exercice du métier, interprété comme pas suffisamment légitime. Les hommes de métier recherchent ainsi pour leurs enfants un statut leur offrant davantage de stabilité, un emploi aux meilleures conditions de travail et non manuel pour acquérir une meilleure légitimité sociale.

102On l’a vu à travers le discours de Jacqueline Guérin dans l’étude de cas présentée plus haut, les stratégies de reconversion de capital reposent sur la volonté de voir les enfants bénéficier d’une situation souffrant de moins d’aléas et exigeant moins d’investissement personnel pour réussir à gagner sa vie. C’est le statut social d’indépendant qui est ici clairement dénoncé. Ces artisans opposent l’insécurité de leur situation au confort du salarié. C’est l’idée que, quel que soit son investissement au travail, le salarié serait assuré de bénéficier d’un revenu stable :

« Les inconvénients [d’être à son compte], c’est qu’il faut toujours aller de l’avant. Et puis, il faut toujours être stimulé. Il y a des fois, on n’a pas envie […] ! Quand on travaille chez quelqu’un d’autre, on a peut-être plus de sécurité que quand on est artisan. Quand on est artisan, si on ne travaille pas, on n’a pas de sous hein […] ! C’est clair ! Tandis que je trouve que quand on est chez quelqu’un, bon bien sûr, je sais bien qu’il faut travailler, mais il y a quand même, je trouve… une petite sécurité en plus. »

103Les hommes de métier, dans leur stratégie de reconversion de capital, désirent éloigner leurs enfants des conditions de travail difficiles associées à l’exercice de l’activité artisanale. Les exemples ne manquent pas pour étayer ce propos. La plupart des trajectoires de ces artisans sont émaillées de plus ou moins grands problèmes de santé : douleurs physiques, maladies professionnelles ou graves ennuis plus immédiats nécessitant des interventions chirurgicales. La menace d’arrêts brutaux, non programmés, plane alors, à l’image de la confession de Jacqueline Guérin à propos des opérations subies par son mari :

« Heureusement que c’était des choses où il pouvait s’arrêter quand il le voulait ! Mais ça n’est pas simple hein, quand on est artisan !
– Il a dû arrêter à certaines périodes ?
– Ah ben oui. Oui, aux interventions. Donc il fallait choisir les moments où c’était le plus calme, parce que moi, j’ai toujours tenu la boutique. »

104Les femmes d’artisans, en particulier des hommes de métier, m’ont souvent fait état de leur inquiétude quant à la dégradation de la santé de leurs époux. Mme Guérin me confiait ainsi : « Il est temps qu’il s’arrête lui ! Il est fatigué ! » Les parents, et les mères en particulier, désirent protéger la santé de leurs enfants et les faire durablement sortir de la condition artisanale et de l’exercice physique du métier.

105Les hommes de métier souhaitent généralement pour leurs enfants un avenir plus sécurisé, moins usant physiquement, mais sans déclassement social. Ceci implique de leur faire accéder à ce qu’ils ignorent eux-mêmes : l’enseignement supérieur. L’interrogeant sur la formation de ses fils, Mme Guérin insiste sur le nombre des années d’études menées après le bac : « L’aîné a fait un bac + 2 dans la force de vente lui, et puis Cédric a fait un bac + 3 en BTS action commerciale, plus une année supplémentaire pour être acheteur. » Jacqueline Guérin témoigne ainsi de sa conscience qu’il est aujourd’hui nécessaire d’obtenir des diplômes pour s’assurer une situation professionnelle sécurisée. Comparant avec la situation actuelle, elle dira d’ailleurs à propos de sa génération, commentant la formation de son mari : « À l’époque, ce n’était pas… On avait son CAP, on arrêtait. » Ainsi, le nombre d’années d’études après ce diplôme symbolique qu’est le bac, atteste de la concrétisation de cet investissement éducatif des artisans au bénéfice de leurs enfants. Nés en 1974 et en 1979, leurs fils appartiennent à la génération qui a mené sa scolarité dans la période de massification de l’enseignement secondaire, puis supérieur. Autrement dit, au-delà même du profit de la stratégie de reconversion de capital de leurs parents, ces enfants ont bénéficié de l’explosion scolaire, puis universitaire, touchant les classes les moins détentrices de capitaux culturels.

106En résumé, par son travail, le couple d’artisans a investi dans l’enseignement supérieur de leurs fils pour que ceux-ci accèdent, par leurs titres scolaires, à une position non déclassée et prestigieuse ou, au moins, qui leur paraît plus prestigieuse que l’exercice d’un métier manuel. Cette formation, les éloignant du monde des artisans, leur permet en effet d’occuper un poste à responsabilités au sein d’une grande entreprise.

107Il est nécessaire de soulever ici le rôle différencié du père et de la mère dans ces stratégies familiales, que le lecteur remarquera à travers l’hésitation de Jacqueline Guérin à répondre pour son mari sur son désir ou non d’une succession familiale :

« Et votre mari, il l’aurait souhaité [transmettre l’entreprise à l’un de ses fils] ? – [Hésitante.] Pas forcément… Je n’ai pas l’impression, non. Non, non, pas forcément, non non. Parce que bon, c’est vrai qu’il faut toujours être en… C’est vrai que c’est un beau métier, c’est vrai… Mais enfin bon, il faut toujours être en action. [Énumérant.] Et les salons, et il faut toujours renouveler et… pff ! Ils n’ont pas demandé, on n’a pas insisté [rires] ! »

  • 58 Cf. Segalen M., Sociologie de la famille, Paris, Armand Colin, 2002, et notamment le chapitre vii (...)

108Martine Ségalen a déjà souligné l’influence maternelle déterminante sur l’orientation scolaire des enfants58. S’agissant du choix de cette reconversion de capital économique en capital culturel, des rapports ambivalents, et même parfois contradictoires, naissent souvent entre chacun des membres du couple. Isabelle Bertaux-Wiame a très bien montré les logiques de fonctionnement d’artisans qu’elle définit comme « des couples de travail », c’est-à-dire où la femme est, dès l’installation, directement impliquée dans l’exercice de l’entreprise et participe à son maintien. Nous l’avons précisé précédemment, c’est plus particulièrement le cas des secteurs où l’artisanat se double d’une activité de commerce : les hommes prennent en charge la production quand les femmes s’occupent de la vente des produits fabriqués. Dans ces configurations si singulières où univers professionnel et familial se mêlent, on peut lire une sorte de contrat implicite qui unit le mari à sa femme et qui s’actualise au moment du départ en retraite, ou plutôt au moment où la question de la transmission de l’entreprise devient plus pressante. S’appuyant sur l’exemple des boulangers, Isabelle Bertaux-Wiame explique :

  • 59 Bertaux-Wiame I. « Devenir indépendant, une affaire de couple », Les Cahiers du genre, no 37, 2004, (...)

« L’artisan qui renonce en tant que père à transmettre le fruit de toute une vie de travail dont il est “malgré tout” fier, fait écho au renoncement qu’a fait son épouse pour se marier avec lui et devenir boulangère à ses côtés59. »

109Autrement dit, ce « sacrifice » féminin au service de l’entreprise (projet du mari) dans la configuration conjugale « exige », en retour, celui de ce conjoint devenu père à abandonner l’idée d’une succession dans la configuration intergénérationnelle. Ainsi, l’engagement de la femme est vécu comme une étape intermédiaire, le moyen d’une mobilité sociale pour la génération suivante. Elle renonce à tout projet personnel et accepte un engagement « sans limite » dans celui de son mari, dans la mesure où ce projet bénéficie à l’amélioration du sort des enfants qu’elle aura avec lui.

  • 60 Idem.
  • 61 Idem.

110L’époux se soumettra à cette stratégie familiale plus tardivement, lorsque l’orientation des enfants impliquera définitivement l’exclusion de leur professionnalisation dans le métier du père. « L’ambivalence paternelle laisse ouverte la possibilité d’une reprise car “on ne sait jamais”60 », écrit Isabelle Bertaux-Wiame. Par jeu et par fierté, les pères convient ainsi volontiers leurs enfants dans leur atelier et ce, dès leur plus jeune âge. Au contraire, les mères les en éloignent, en usant de leur rôle référentiel en matière éducative. L’auteur explique que la femme d’artisan « mesure sa réussite à l’aune de sa capacité d’orienter ses enfants vers des voies différentes61 ». Et de conclure :

  • 62 Ibid., p. 38.

« Dans cette perspective, la non-transmission familiale [de l’entreprise sous-entend l’auteur, mais on pourrait l’étendre au métier et au statut social] est un signe de réussite sociale mais un déchirement professionnel, plus masculin que féminin62. »

111Même si cet arrangement conduit souvent à une situation qui « va de soi », il arrive que des conflits éclatent au sein du couple quand le contrat tacite liant les époux est effectivement rompu. J’en ai fait l’expérience alors que je venais interviewer Jacques Michel, artisan sortant installé comme peintre en bâtiment dans la commune d’Abbaretz. Sa femme, qui occupait un emploi de comptable dans une agence immobilière, a renoncé à sa carrière professionnelle pour se consacrer au projet professionnel de son mari. En 1977, Mme Michel a en effet démissionné pour aider son époux qui s’installait à son compte et pour élever leur premier enfant. Or, en 1995, leur deuxième fils choisit de suivre la filière de l’apprentissage ; il exerce aujourd’hui le métier de peintre en bâtiment aux côtés de son père et s’apprête, en toute vraisemblance, à reprendre son entreprise. Alors que nous allions débuter l’entretien, à peine avions-nous pris place autour de la table, que Mme Michel, souhaitant profiter de ma présence pour témoigner de sa propre expérience, entame la discussion avec virulence, donnant le ton de notre échange : « Moi, l’artisanat, je ne peux plus le voir, ni le sentir ! », me lance-t-elle. Et d’affirmer ouvertement qu’elle souhaiterait que leur fils ne reprenne pas leur entreprise, lui préférant une carrière dans l’espace salarial. Mme Michel sait pourtant qu’elle n’a plus de prise sur cette décision : après que leur fils se soit formé à l’apprentissage du métier de peintre en bâtiment, il devait quitter l’entreprise paternelle pour trouver un emploi à l’extérieur. Mais le calendrier de travail déjà engagé prévoyait un programme de travail nécessitant deux personnes. Aussi a-t-il été finalement embauché par son propre père. Jacques Michel a, dès lors, investi dans du matériel, s’est aussi informatisé, contribuant à favoriser la succession de son patrimoine dans les meilleures conditions. Face à l’hypothèse que son fils ne reprenne pas le flambeau, l’artisan affirme, au contraire de sa femme : « En même temps, ce serait navrant, on a une clientèle… » Et, à l’issue de l’entretien, alors que nous évoquons les contraintes liées au statut d’artisan, Mme Michel m’explique : « Des fois, Jacques me disait : “Je me suis installé pour toi, pour que tu puisses rester à la maison.” » Puis, se tournant vers son mari : « Des fois, je t’en veux de ça ! »

112Pour conclure ce chapitre consacré aux hommes de métier socialisés dans le monde artisanal et bien saisir sur quoi repose la distinction proposée entre hommes de métier traditionnels et hommes de métier entrepreneuriaux, il est important d’avoir à l’esprit que le fait d’embaucher, principal indicateur qui les distingue, ne peut se réduire à la seule volonté de l’artisan qui décide de grossir ou non. Ainsi, des enquêtés qui exercent seuls leur métier auraient pu devenir des hommes de métier entrepreneuriaux si les conditions leur avaient permis de développer leur entreprise au point de ne plus mettre eux-mêmes « la main à la pâte ». Le fait d’embaucher ou non repose sur des déterminants variables. Ainsi, la structure du marché est telle que certains secteurs d’activité se prêtent davantage à l’embauche de salariés que d’autres : la menuiserie est par exemple un métier plus favorable à l’emploi de main-d’œuvre que la cordonnerie. Des opportunités de marché peuvent aussi décider de la tournure que va prendre l’entreprise artisanale. Le fait que l’entreprise ait un successeur peut également, on l’a dit, favoriser le développement économique de l’entreprise. Pour autant, cet accroissement peut aussi relever d’un choix. Ainsi, certains hommes de métier ne veulent pas faire grossir leur entreprise afin de ne pas être uniquement au bureau et souhaitent ainsi poursuivre le travail en contact direct avec la matière.

113Il convient donc de bien saisir le statut de cet axe de la fonction occupée dans l’entreprise qui oppose homme de métier traditionnel exerçant seul l’activité productive et homme de métier entrepreneurial qui délègue la production à ses ouvriers pour ne se consacrer qu’à la gestion de son entreprise. Entre les deux, toute une variété de situations réelles se déploie. Il ne s’agit donc nullement de catégories stables mais plutôt de types-idéaux entre lesquelles se positionnent les artisans qui peuvent d’ailleurs circuler le long de ce continuum au cours de leur carrière. Cette photographie prise à un moment t qui positionne l’enquêté plutôt de tel côté ou de tel autre n’a pas la prétention d’enfermer l’individu et sa carrière professionnelle entière. Ainsi, certains hommes de métier entrepreneuriaux étaient plus proches des hommes de métier traditionnel quelques années plus tôt.

114Cependant, la place occupée entre ces deux pôles représente un indicateur utile pour saisir la place occupée par l’artisan dans le monde artisanal et au-delà dans la stratification sociale. Pris à l’échelle du groupe des artisans, cela nous révèle une ligne de fracture pertinente pour saisir l’hétérogénéité du groupe, loin des catégories statistiques qui ont tendance à lisser la réalité et les individus. Cette position éclaire avec plus ou moins de justesse l’origine sociale des artisans, leurs pratiques et leurs représentations, mais aussi leurs stratégies de transmission.

Notes

1 Zarca B., « Identité de métier et identité artisanale », Revue française de sociologie, no 29, 1988, p. 254.

2 Je suis passée à la boutique de Joseph Micheau deux jours avant notre entretien. Le magasin m’a paru minuscule, envahi d’un tas de mobiliers et de tissus en tous genres. Des fauteuils, des canapés, des tentures de couleurs sombres et au bout, quasi inaccessible, le comptoir. Tout de suite, en entrant, j’ai remarqué un cadre où un texte calligraphié vantait la qualité du travail de l’artisan. Après un bref échange, Joseph Micheau m’a proposé de repasser le jeudi suivant, « pas trop tôt dans la matinée, les jeunes filles n’aimant pas se lever tôt le matin ! » L’artisan m’a reçu dans sa cuisine qui se trouve juste derrière la boutique pour un entretien enregistré de deux heures environ.

3 Durand M. et Frémont J.-P., L’artisanat en France, Paris, PUF, 1979, p. 69.

4 Perrin C., Entre glorification et abandon, l’État et les artisans en France (1938-1970), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2007, p. 346.

5 Je suis passée directement à l’entreprise d’André Rialland un matin de mai 2006. Après avoir écouté un bref exposé de ma demande, il a accepté que nous programmions un rendez-vous afin de discuter de son parcours. Il avait des choses à dire… Je l’ai donc interviewé quelques jours plus tard, dans son petit bureau, un peu à l’abri du vacarme des machines de l’atelier.

6 La réparation consiste à souder (à chaud) les fissures de pneus accidentés : c’est la vulcanisation. Le rechapage de pneus est une opération différente puisqu’il s’agit de mouler et de recoller une bande de caoutchouc sur la bande de roulement.

7 Fabrice Pineau a accepté bien volontiers de me recevoir pour discuter de son parcours et de l’initiative de la Coopérative Turballaise. Je l’ai rencontré après avoir mené un entretien individuel avec deux des membres de la coopérative (Patrick Gouret, carreleur et Marc Jouin, électricien), qui m’avaient expliqué le fonctionnement et l’intérêt qu’ils trouvaient à participer à un tel dispositif associatif.

8 Auvolat M., « Les coopératives d’artisans, du métier au développement coopératif », Revue internationale de l’économie sociale, no 307, 2008, p. 58-66 et, plus globalement, voir l’ensemble du dossier portant sur « les coopératives d’entreprises ».

9 Selon l’UPA qui tire ses sources d’une enquête qu’elle a commanditée en 2005, 38 % des artisans seraient adhérents d’une organisation professionnelle.

10 Baptiste Giraud investit également le terrain des mobilisations de dirigeants en PME « par le bas », contribuant ainsi à décentrer le regard quasi systématiquement porté sur les organisations représentatives, à l’échelle nationale, pour saisir l’action collective des dirigeants (Giraud B., « Les conditions de formation et d’appropriation d’un club d’entreprise de PME en territoire rural. Une autre facette de l’activité des dirigeants de PME », Travail et emploi, no 130, avril-juin 2012, p. 21-38).

11 Pour plus de développement sur le capital d’autochtonie, voir le numéro spécial « Dimension spatiale des ressources sociales de la revue Regards sociologiques (no 40, 2010). Et, pour plus de détails sur les raisons expliquant la vitalité de ce capital dans les communes que j’ai enquêtées, voir, à l’intérieur de ce numéro, l’article « Le rôle du capital d’autochtonie dans la transmission d’entreprises artisanales en zone rurale ».

12 Retière J.-N., « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, vol. 16, no 63, 2003, p. 121-143.

13 J’ai contacté Pierre Chenu par téléphone, après avoir mené un entretien avec son frère Jacques, maçon âgé de plus de 50 ans et installé dans la même commune. Comme je lui ai signalé que j’avais déjà vu son frère dans le cadre de cette recherche, il a tout de suite accepté que nous nous rencontrions et nous avons immédiatement fixé un rendez-vous un soir de la semaine, après que l’artisan ait accompli sa journée de travail. M. Chenu m’a accueillie à son domicile (mitoyen de la boutique) ; l’entretien, qui a duré environ deux heures, s’est déroulé dans la cuisine, comme ce fut fréquemment le cas chez les hommes de métier.

14 À Abbaretz, l’ancienne mine, qui n’a été en activité que durant cinq ans, dans les années 1950, est aujourd’hui transformée en zone de loisirs où l’on pratique désormais ski nautique, deltaplane, parapente et VTT.

15 Le domaine social, et notamment les bulletins de paie des salariés, est confié à un comptable, recommandé par un cousin, lui-même installé à son compte comme maçon.

16 Certains observateurs de l’artisanat ont d’ailleurs bien compris le rôle crucial de la transmission de la confiance en même temps que de la clientèle pour pérenniser l’activité de l’entreprise. Ainsi, un grand nombre de repreneurs continuent de faire figurer le nom de leurs prédécesseurs sur la devanture de l’entreprise rachetée car il constitue un gage de reconnaissance et de confiance pour les clients.

17 Précisément, on notera que Jean-Noël Retière a, entre autres, mis en évidence l’enjeu du capital d’autochtonie pour saisir l’engagement singulier de pompiers volontaires enracinés, cf. Retière J.-N., « Être sapeur-pompier volontaire. Du dévouement à la compétence », Genèses, no 16, 1994, p. 94-113.

18 Alice Barthez fait le même constat s’agissant du diagnostic proposé par les techniciens du monde agricole pour expliquer les ruptures en GAEC (groupement agricole d’exploitation en commun) : « La notion de mésentente utilisée par les techniciens désigne tout ce qu’ils ne comprennent pas à partir de leur approche économique ou juridique des comportements, ce qu’ils appellent souvent les “aspects psy”. » Barthez A., « GAEC en rupture : à l’intersection du groupe domestique et du groupe professionnel », inWeber F., Gojard S. et Gramain A. (dir.), Charges de famille, dépendance et parenté dans la France contemporaine, Paris, La Découverte, 2003, p. 216.

19 Renahy N., Les gars du coin, enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2005.

20 Selon les données du recensement de la population de 1999 publiées par l’Insee, la part des actifs occupés travaillant et résidant dans la commune est de 77 % à Abbaretz, 64 % à Saint-Vincent-des-Landes, 67 % à Machecoul et 51 % à La Turballe (commune côtière qui attire une population extérieure, ce qui produit une augmentation du coût du logement et oblige une partie de la population locale à s’installer dans les communes limitrophes).

21 Les 25-39 ans constitue la tranche d’âge la mieux représentée parmi les nouveaux habitants des communes étudiées si l’on observe la mobilité géographique de la population entre 1990 et 1999. Les principaux groupes socioprofessionnels dans lesquelles se recrutent ces nouveaux résidants sont les professions intermédiaires et les cadres et professions intellectuelles supérieures.

22 La chasse est, à cet égard, un objet tout à fait emblématique pour illustrer ces conflits que révèle cette lutte pour l’appropriation réelle et symbolique de l’espace rural ; Michel Bozon et Jean-Claude Chamboredon énumèrent ainsi les thèmes popularisés par la critique écologique sur la chasse : « dénonciation de la cruauté des chasseurs qui s’exerce dans le meurtre », « nuisance de l’activité (bruit, limites diverses imposées à la libre promenade) » et « caractère nocif du point de vue de la conservation des espèces ou du point de vue de la régulation de l’équilibre entre les espèces », cf. Bozon M. et Chamboredon J.-C., op. cit., p. 66.

23 À ce sujet et à partir d’une enquête menée dans plusieurs communes des Alpes-de-Haute-Provence, Fabien Conord indique ainsi qu’en 2003, « la part des maires artisans et commerçants est deux fois plus importante que leur part au sein des catégories socioprofessionnelles » (Conord F., « Profil socioprofessionnel des maires des Alpes-de-Haute-Provence en 1953 et 2003 », Méditerranée, no 107, 2006, p. 33).

24 Auvolat M., Lavigne J.-C. et Mayère A., L’artisanat en France, réflexion générale et prospective, Paris, La Documentation française, 1985, p. 109.

25 Gresle F., L’univers de la boutique, famille et métier chez les petits patrons du Nord (1920-1975), Lille, Presses universitaires de Lille, 1981, p. 50.

26 Cf. Bertaux D. et Bertaux-Wiame I., Transformation et permanence de l’artisanat boulanger en France, Paris, rapport CORDES, 1978-1980.

27 Bertaux-Wiame I., « L’installation dans la boulangerie artisanale », Sociologie du travail, no 1, 1982, p. 8-23.

28 Bertaux-Wiame I., « Devenir indépendant, une affaire de couple », Les Cahiers du genre, no 37, 2004, p. 17.

29 Jaeger C., Artisanat et capitalisme, op. cit., p. 134.

30 Beaucoup d’artisans âgés d’une cinquantaine d’années délèguent à leurs épouses la bureautique, se justifiant par un fréquent : « L’informatique, ça n’est pas mon truc ! »

31 Lorsque je me suis rendue au domicile des Jaulin pour solliciter un rendez-vous, Mme Jaulin était en pleine activité jardinage. Elle a immédiatement posé ses outils pour me recevoir. Et, alors qu’elle s’apprêtait à tondre le carré de pelouse situé devant sa maison, elle m’a proposé de m’accorder un entretien puisque son mari n’était pas disponible pour me répondre.

32 Les textes régissant cette disposition sont la loi no 2005-882 du 2 août 2005, dite loi « en faveur des petites et moyennes entreprises » et le décret 2006-966 du 1er août 2006 relatif au conjoint collaborateur.

33 Dominique Jacques-Jouvenot et Pierre Tripier ont interviewé Mme Roset à deux reprises : en 1985 alors qu’elle occupait le poste de présidente nationale de la CAPEB femmes (qu’elle avait contribué à créer) et en 2003, devenue présidente de la Fédération nationale des retraités de l’artisanat (FNARA). Cf. : Jacques-Jouvenot D., Tripier P., « Conquérir un statut pour les femmes d’artisans, entretien avec Madame Roset », Les Cahiers du genre, no 37, 2004, p. 59-69.

34 Il s’agit du neveu de Jacques Chenu et de Pierre Chenu (dont j’ai longuement dressé le portrait plus haut).

35 Casella P., Continuité professionnelle et indépendance, la mise à son compte dans le BTP, thèse de doctorat, sociologie, Paris, université René Descartes, 1987, p. 164.

36 Cf. Jaeger C., « Les artisans et leur famille », Artisanat et capitalisme…, op. cit., p. 119-144.

37 Bertaux-Wiame I., « Devenir indépendant, une affaire de couple », op. cit., p. 16.

38 Ibid., p. 17.

39 Ibid., p. 31.

40 Bessière C., « “Vaut mieux qu’elle travaille à l’extérieur”, enjeux du travail salarié des femmes d’agriculteurs dans les exploitations familiales », Les Cahiers du genre, no 37, 2004, p. 93.

41 Voir notamment, Weber F., Gojard S. et Gramain A. (dir.), Charges de famille, dépendance et parenté dans la France contemporaine, Paris, La Découverte, 2003.

42 L’activité scientifique est actuellement abondante sur ce sujet. Ainsi, j’ai moi-même participé, au cours de ma recherche, à deux colloques portant sur le thème de l’entreprise familiale, mais jamais organisés à l’initiative de sociologues : IIes journées Georges Doriot « Entrepreneuriat familial : état des lieux et perspectives de recherche », HEC Paris, École de management de Normandie, les 15 et 16 mai 2008, Paris, et « Entreprise familiale : vivier du tissu économique et unité d’affaires », FATIAD/Union des entrepreneurs francoturcs, le 1er décembre 2007 au Sénat, Paris.

43 Connaissant ce système de valeurs des hommes de métier, j’ai moi-même privilégié les déplacements directs pour négocier des entretiens avec mes enquêtés. Pour les dirigeants d’entreprises artisanales dont les informations extraites du RIM me laissaient à penser qu’ils ne s’inscrivaient pas dans cette culture, j’ai eu le souci, au contraire, d’appeler au préalable afin de prendre un rendez-vous et de ne pas paraître trop intrusive en me déplaçant sans m’être annoncée auparavant.

44 Ces professionnels fabriquent en effet des prothèses dont les cotes ont été prises par les dentistes.

45 Sur la mise en lumière de ces invisibilités : Daubas-Letourneux V. (coord.), « Les accidents du travail et problèmes de santé liés au travail dans l’enquête SIP. (In) visibilités et inscriptions dans les trajectoires professionnelles », rapport de recherche, Centre d’études de l’emploi, juin 2012. Sur cette thématique également, O. Crasset conduit actuellement une thèse intitulée Conditions de travail et santé chez les artisans, à l’université de Nantes.

46 Thuderoz C., « Notaires et huissiers de justice : du patrimoine à l’entreprise », Revue française de sociologie, no 32, 1991, p. 209-239.

47 Quemin A., Les commissaires-priseurs, la mutation d’une profession, Paris, Anthropos/Economica, 1997, p. 364.

48 Ibid., p. 41-42.

49 Ibid., p. 42.

50 Bourdieu P., La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979, p. 155.

51 Bourdieu P., Boltanski L. et Saint-martin M. de, « Les stratégies de reconversion : les classes sociales et le système d’enseignement », Informations sur les sciences sociales, vol. 12, no 5, 1973, p. 88.

52 On peut certainement appartenir à un univers social sans que celui-ci combine toutes les caractéristiques qui permettraient de le définir comme un champ. On peut aussi appartenir à un univers social sans toutefois participer au jeu de lutte de pouvoir qui se joue en son sein, comme le remarque Bernard Lahire : Lahire B. « Champ, hors champ, contrechamp », in Le travail sociologique de Pierre Bourdieu, dettes et critiques, Paris, La Découverte, 2001, p. 23-57.

53 Selon la configuration, certaines ressources, à l’intérieur d’un même univers social, peuvent s’avérer plus ou moins performantes.

54 Gresle F., L’univers de la boutique…, op. cit., p. 87.

55 Je suis passée à la boutique des artisans au début du mois d’août 2005. Il a tout de suite été question de m’entretenir non pas avec M. Guérin, très occupé et « n’aimant pas trop discuter », mais avec sa femme qui s’engageait à répondre pour le couple. Jacqueline Guérin et moi avons donc fixé un rendez-vous, pour quelques jours plus tard. Celui-ci a été annulé pour des raisons techniques (une machine était brusquement tombée en panne et Mme Guérin attendait le réparateur à l’horaire programmé de notre rencontre). Je suis repassée quelques semaines plus tard et nous sommes convenues d’un nouveau rendez-vous dans les jours suivants. L’entretien, qui a duré plus de 2 heures, s’est déroulé dans la boutique des photographes où nous avons pris place dans les fauteuils qui servent d’ordinaire au studio photo. Nous avons été interrompues quelquefois par la venue de clients ou des appels téléphoniques, riches occasions d’observations.

56 Les photographes ont longtemps été associés aux bijoutiers qui les « hébergeaient » dans leur boutique où ils pouvaient ainsi exposer leurs travaux.

57 Delbos G. et Jorion P., La transmission des savoirs, Paris, Éditions de la MSH, 1990.

58 Cf. Segalen M., Sociologie de la famille, Paris, Armand Colin, 2002, et notamment le chapitre vii « Socialiser, éduquer, scolariser ».

59 Bertaux-Wiame I. « Devenir indépendant, une affaire de couple », Les Cahiers du genre, no 37, 2004, p. 37.

60 Idem.

61 Idem.

62 Ibid., p. 38.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search