Version classiqueVersion mobile

L'artisanat français

 | 
Caroline Mazaud

Deuxième partie. Devenir et rester artisan

Devenir et rester artisan

Texte intégral

1Les artisans qui s’installent à leur compte aujourd’hui intègrent un groupees aux frontières largement ouvertes par les transformations législatives et institutionnelles opérées depuis une trentaine d’années. Les données macro-sociales décrivant les activités et la forme des entreprises artisanales, l’organisation du travail en leur sein et le recrutement social des artisans témoignent de ces changements. Sans préjuger d’un strict déterminisme qui induirait de façon mécanique les transformations du groupe des artisans, nous pouvons nous interroger sur leurs trajectoires. Qui sont les artisans d’aujourd’hui et comment accèdent-ils à ce statut ? De quelles ressources bénéficient-ils pour s’installer à leur compte et s’y maintenir et quels sont les motifs avancés pour justifier de ces « choix » ?

2Nous verrons que nous pouvons distinguer deux catégories d’artisans qui s’opposent par leur mode d’accès au statut d’artisan : les hommes de métier et les reconvertis. Les premiers se sont initialement formés à l’apprentissage d’un métier et, après quelques années d’expériences professionnelles en tant qu’ouvrier qualifié de l’artisanat, se sont installés à leur compte, souvent avec leurs épouses à leurs côtés.

3La seconde catégorie d’artisans ne se destinaient pas a priori au monde de l’artisanat ; ces reconvertis s’y sont dirigés après une première formation et/ou expérience professionnelle dans un autre domaine.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search