Version classiqueVersion mobile

L'artisanat français

 | 
Caroline Mazaud

Première partie. L'énigme de l'artisanat

Chapitre III. Organisation du travail artisanal et cheminement socioprofessionnel

Texte intégral

L’idéaltype artisanal de Bernard zarca en questions

  • 1 Weber M., Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1965.
  • 2 Zarca B., L’artisanat français, du métier au groupe social, op. cit., 1986, p. 8.

1S’appuyant sur l’idéaltype de l’artisanat dessiné par Max Weber1, Bernard Zarca propose un modèle permettant de saisir « la signification culturelle », « l’esprit » de l’artisanat2. Ainsi, une de ses particularités essentielles repose sur sa division du travail. Dans le modèle proposé, il n’y a pas de division technique du travail séparant ouvrier qualifié et artisan. Ceux-ci exercent leur métier ensemble. Le salarié n’est en effet pas le seul exécutant ; l’employeur est lui-même un travailleur qualifié de métier et, en ce sens, participe effectivement au travail de production au sein de l’atelier artisanal. Il n’est donc pas un chef gérant son entreprise et déléguant à ses salariés l’ensemble des tâches productives. Le partage d’un même métier, exercé simultanément, qui participe à caractériser l’idéaltype artisanal de la division du travail, éclaire, au-delà de l’aspect technique, les relations entretenues entre eux par les membres de l’artisanat. Zarca a ainsi distingué quelques indicateurs pertinents, révélateurs de cette singularité des rapports, comme le tutoiement entre ouvriers et patrons de l’artisanat ou encore la fréquence des verres partagés entre eux, en fin de journée. Tout ceci contribue à la création et au maintien de ce qu’il appelle une « complicité de métier » entre les membres de l’artisanat qui partagent une pratique professionnelle identique et adhérent aux mêmes normes d’excellence professionnelle.

  • 3 Ibid., p. 12.

« À l’intérieur d’une même unité de production, la division du travail fondée sur le métier est telle que chaque travailleur n’a pas la charge d’une des opérations nécessaires à la confection de l’ouvrage qui lui est confié, mais de l’ensemble de ces opérations3 », explique Zarca, poursuivant sa description de la division du travail artisanal idéaltypique.

2Ainsi, ouvriers et patrons de l’artisanat, sans distinction de statut, maîtrisent l’ensemble du procès de fabrication, sans spécialisation de tâches. Christine Jaeger, enquêtant également l’artisanat dans les années 1970-1980, confirme par les faits :

  • 4 Jaeger C., Artisanat et capitalisme, l’envers de la roue de l’histoire, op. cit., p. 156.

« À qualification équivalente, les salariés maîtrisent leur procès de travail autant que le chef d’entreprise ; ils sont aussi autonomes et responsables les uns que les autres de l’exécution et de la qualité de leur travaux4. »

  • 5 Cela n’exclut cependant pas qu’il puisse y avoir d’autres formes de complicité entre ouvriers de l (...)

3Il s’agit là d’une caractéristique majeure de l’artisanat qui le distingue de l’industrie. Le travail industriel est plus hiérarchique, la division technique du travail y est forte, le patron n’exerçant pas d’activité d’exécution et les ouvriers étant en charge d’une tâche partielle sans maîtriser l’ensemble du procès de fabrication. Dans une telle configuration, et contrairement à ce qui se passe au sein des ateliers artisanaux, aucune « complicité de métier » ne peut s’établir entre les membres de l’industrie, tous statuts confondus5.

  • 6 Zarca B., L’artisanat français…, op. cit., p. 15.
  • 7 Idem.
  • 8 Ibid., p. 14-15.

4La division sociale du travail artisanal idéaltypique est définie comme une division en quatre âges successifs. Le premier âge, qui correspond à la socialisation primaire, est celui de « la production des dispositions premières6 ». Il témoigne du rôle déterminant de l’ethos de classe dans le recrutement des membres de l’artisanat, « où le rapport de domination-dépendance parent/enfant est homologue au rapport de domination-dépendance maître/apprenti7 ». « L’âge de l’apprentissage » est ensuite le temps de l’acquisition de la qualification professionnelle et du renforcement des dispositions acquises antérieurement dans l’espace familial. Le savoir-faire s’enrichit au cours du troisième âge, temps du cumul des expériences en tant qu’ouvrier qualifié. Durant cet « âge du compagnon » (il faut entendre « salarié de l’artisanat »), le savoir-faire professionnel s’accroît et permet au travailleur d’exercer finalement son métier de manière autonome. Le statut d’« artisan » constitue le dernier âge. Désormais installé à son compte, c’est-à-dire propriétaire d’une unité de production, l’artisan contribue, à son tour, à la transmission du métier en formant des apprentis et décide éventuellement d’embaucher quelques salariés supplémentaires pour travailler à ses côtés. La division du travail au sein des ateliers artisanaux respecte ainsi l’organisation des hommes de métier par groupes d’âge. Parce que le patron est un ancien salarié du métier et, le salarié, un patron potentiel, l’artisanat forme alors « une structure ordonnée de positions que chaque agent a occupées, occupe, ou occupera avec une probabilité objective suffisamment forte pour que ses espérances aient un effet significatif sur la définition même de sa position présente8 ». Autrement dit, la similarité des cheminements socioprofessionnels des membres de l’artisanat a des conséquences sur la manière dont ces hommes de métier se projettent aux différents âges et positions occupé(e) s successivement, tendant vers le statut d’artisan.

  • 9 Rappelons, au passage, la devise des compagnons : « Ni se servir, ni s’asservir, mais servir. » Su (...)

5La norme d’acquisition des savoirs prend généralement la forme d’une formation en alternance entre un centre de formation des apprentis (CFA) et un maître d’apprentissage en entreprise. Elle aboutit à l’obtention d’une qualification de métier, un certificat d’aptitude professionnelle (CAP) dans la majorité des cas. L’homme de métier développe ensuite son savoir-faire, au fil du temps, à travers ses différentes expériences professionnelles en tant qu’ouvrier qualifié, pour parvenir, à terme, à exercer son métier de façon autonome. Sur le modèle de formation issu du compagnonnage, base de la norme d’acquisition des savoirs de métier, il cumule des connaissances et tours de main qu’il ne peut recueillir qu’en changeant régulièrement d’entreprises. Plus qu’un simple enseignement technique véhiculant gestes et savoirs professionnels, le compagnonnage, socle historique de l’organisation des ouvriers de métier, forme également l’homme en lui transmettant le sens du devoir et des valeurs morales telles que l’honnêteté, la fidélité à soi-même et à ses engagements, la rigueur, le respect, etc.9.

6L’idéal socioprofessionnel des salariés de l’artisanat réside dans le projet de s’installer à leur compte. Comme l’ascension professionnelle, et par là-même sociale, n’est permise que par l’indépendance, le projet de mobilité de l’ouvrier de l’artisanat diverge de celui de l’ouvrier de l’industrie. Alors que ce dernier tente une ascension par le poste au sein d’une même entreprise gravissant les échelons de la hiérarchie, l’ouvrier de l’artisanat multiplie les expériences professionnelles en allant « de patron en patron ». Ces expériences servent non seulement à enrichir son savoir-faire de métier mais lui permettent également de s’assurer une reconnaissance par le nécessaire tissage d’un réseau professionnel qui pourra l’informer, l’encourager parfois dans le projet de mise à son compte et l’aider souvent matériellement dans son installation. Ce désir d’indépendance induit donc l’adhésion à un même modèle de réussite sociale de la part de l’ensemble des membres de l’artisanat.

7On pourrait ainsi avancer qu’une sorte de miroir identificatoire unit donc patron et ouvrier de l’artisanat : le premier voit dans le second son passé, quand le second projette dans le premier l’image de son avenir désiré. Mesurant l’écart entre cet idéal et la réalité vécue, Bernard Zarca précise, dans les années 1980, que même si la probabilité d’installation d’un salarié qualifié de l’artisanat est plus faible que celle de conserver son statut, ce cheminement a valeur de norme de comportement car l’idéal socioprofessionnel des hommes de métier demeure encore de s’installer à leur compte. Et, bien que les conditions de travail soient moins bonnes dans l’artisanat que dans l’industrie (salaires plus faibles, heures supplémentaires souvent ni payées, ni récupérées), elles ne sont pas fondamentalement contestées. Le sociologue imagine ainsi le discours tenu par l’ouvrier-type de l’artisanat :

  • 10 Zarca B., « La spécificité de l’artisanat au sein des classes moyennes traditionnelles », Revue fra (...)

« Je suis présentement exploité. Je vois bien quel bénéfice le patron tire de mon travail. Mais quand je serai (si j’étais) patron j’en ferai(s) autant avec mes ouvriers. Je n’ai rien à reprocher à mon patron puisque pour réussir il faut bien faire ce qu’il fait avec moi et que je ferai avec d’autres. Et ces autres pourront le faire également avec d’autres encore10… »

  • 11 Liliane Bernardo, qui utilise le concept de maisonnée (collectif productif visant au maintien du g (...)

8Le miroir identificatoire n’enlève évidemment en rien la réalité du rapport de subordination, mais permet de saisir la relation ouvrier/patron de l’artisanat dans sa complexité11. Zarca l’indique d’ailleurs clairement :

  • 12 Zarca B., L’artisanat français, du métier au groupe social, op. cit., p. 20.

« [Cela] n’exclut pas le partage inégal des fruits du travail entre artisans et compagnons, dont les moyens d’existence diffèrent comme diffèrent leurs âges. Mais un équilibrage des échanges s’opère à l’échelle des générations. Chacun accepte de payer le prix pour devenir à son tour indépendant. Au surplus, ce partage inégal est complété par des arrangements que facilite l’absence de comptabilité des temps et, plus généralement, de tout calcul économique explicite12. »

9Cette relecture de l’idéaltype artisanal nous permet de comprendre que c’est bien l’idéal d’installation qui entraîne une modération des exigences salariales et l’adhésion à ce même modèle de réussite sociale qui régule les relations au sein de l’artisanat et permet une relative homogénéité du groupe unissant salariés et employeurs de l’artisanat.

  • 13 Zarca B., « Artisanat et trajectoires sociales », Actes de la recherche en sciences sociales, no 29 (...)
  • 14 Ibid., p. 5.

10Qu’en est-il désormais de ce modèle idéaltypique définissant la culture artisanale et son mode de régulation ? Bernard Zarca a lui-même montré que l’artisanat des années 1970-1980 s’écartait de cet idéal car il présentait une plus grande variété de cas réels. À cette époque, la culture de métier constituait cependant encore le socle commun aux membres de l’artisanat sur lequel reposaient leur formation, leurs pratiques professionnelles et l’organisation du travail au sein des ateliers. Bernard Zarca affirmait en effet que les artisans, qui possédaient une qualification de métier acquise principalement par la voie de l’apprentissage, participaient directement au travail productif de l’entreprise et que le métier constituait « la base réelle du mode de production artisanal13 », en même temps qu’une « idéologie partagée à la fois par les salariés et les patrons14 ». À l’époque, le cadre juridique restreignait les limites de l’entreprise artisanale en termes d’effectifs salariés : moins de 5 salariés avant 1976, puis jusqu’à 10 à partir de cette date. Depuis, comme nous l’avons vu au chapitre précédent, le contexte législatif s’est considérablement transformé, élargissant les frontières de l’entreprise artisanale et réduisant les freins à l’installation. Les institutions représentant et défendant les intérêts des artisans se sont multipliées au cours des trente dernières années, en même temps que s’élargissaient leurs domaines de compétences conduisant à un encouragement au développement économique des entreprises artisanales et à une politique de valorisation de l’artisanat en direction du grand public. En interne, la structure des activités artisanales s’est aussi modifiée, la part des métiers de la production laissant plus de place au bâtiment et aux activités de services, qui s’adressent moins fréquemment à une clientèle de particuliers. Le contexte socioéconomique s’est enfin considérablement transformé : les artisans enquêtés dans les années 1970-1980 sont majoritairement entrés sur le marché du travail, voire se sont installés à leur compte, à la fin des Trente Glorieuses, période de forte croissance économique, propice à une mobilité sociale ascendante. L’observation des pratiques et des trajectoires artisanales d’aujourd’hui nous permet-elle alors de mettre en exergue de nouvelles caractéristiques ? D’autres formes de division du travail ont-elles émergé depuis une trentaine d’années ? La norme du cheminement socioprofessionnel de l’homme de métier est-elle concurrencée par de nouveaux cursus ? L’artisanat est-il toujours régulé par ce miroir identificatoire unissant ouvriers et patrons ? L’installation répond-elle encore à une attente de mobilité sociale ?

Une division du travail redéfinie

Toujours plus de « travail de bureau »

11On sait que le temps consacré à la gestion (entendue au sens large d’administration de l’entreprise) croît au fur et à mesure qu’augmente le nombre de salariés au sein de l’entreprise. Comme les chercheurs de l’artisanat le remarquaient dans les années 1980, le temps de travail administratif du chef d’entreprise augmentae en même temps que progresse le nombre de salariés. La plupart des artisans rencontrés aujourd’hui s’accordent aussi pour considérer qu’au-delà de dix salariés, il est difficile de maintenir une activité productive et que le temps passé au bureau à gérer l’entreprise et le relationnel avec clients et fournisseurs l’emporte alors sur le temps consacré à l’atelier. Or, la tendance est précisément à la hausse de l’emploi artisanal et à l’augmentation du nombre moyen de salariés par établissement : les données extraites du RIM révèlent, rappelons-le, qu’en Loire-Atlantique, le nombre d’établissements artisanaux a progressé de 22,7 % sur les quinze dernières années. Sur la même période, l’emploi du secteur a augmenté de 51,9 %. Autrement dit, l’effectif salarié progresse beaucoup plus rapidement que le nombre d’entreprises artisanales. La place occupée par les tâches de gestion de l’entreprise augmente donc globalement alors que le temps de production des dirigeants se réduit dans l’ensemble.

  • 15 Jaeger C. (dir.), L’artisanat en évolution : l’exemple de cinq métiers, rapport, ministère du Comme (...)
  • 16 Guignon S., « La femme du fromager. Le mariage : condition de sa professionnalisation », in Jacques (...)

12Si nous nous penchons à présent sur les histoires individuelles des artisans, nous pouvons nous apercevoir que la part consacrée à la gestion s’amplifie au sein même des trajectoires professionnelles et que les frais de gestion progressent dans le même temps. Comparant cinq métiers de l’artisanat à dix ans d’intervalle, Christine Jaeger constatait déjà, en 1983, que « tous les artisans revus [dans le cadre d’une seconde enquête] […] passent un temps bien plus important qu’autrefois à suivre leur comptabilité et dépensent cinq fois, voire dix fois plus d’argent en frais de gestion qu’il y a dix ans ». Et de conclure : « C’est dire l’ampleur qu’a prise cette tâche en temps de travail comme en poste de dépense15. » Ce constat est confirmé par les travaux récemment produits en sciences de gestion, mais également par les résultats d’enquêtes sociologiques conduites sur certains métiers artisanaux ; Sylvie Guignon observe par exemple l’augmentation de la place de la gestion au cours des carrières des artisans fromagers depuis les années 197016. Parmi mes enquêtés, une forte majorité d’artisans « sortants » a suivi le cheminement traditionnel de l’artisan, à savoir un apprentissage en alternance auquel ont succédé plusieurs expériences professionnelles en tant qu’ouvrier qualifié. Devenus artisans, ils ont ensuite développé leur entreprise en embauchant toujours davantage de personnel. Ces artisans ont finalement laissé de côté l’activité de production pour ne plus (ou quasiment plus) se consacrer qu’à la « gestion », ou au « travail de bureau », selon l’appellation utilisée par la plupart d’entre eux. Plus encore, de nouveaux installés ne se sont jamais soumis à l’exercice productif de l’activité. Ce sont des reconvertis qui limitent leur travail à la gestion de l’entreprise, c’est-à-dire aux fonctions commerciale, financière et de gestion des ressources humaines et délèguent aux ouvriers qualifiés l’ensemble des tâches de production.

Les ouvriers à la production, les patrons à la gestion ?

13L’augmentation du temps que le dirigeant consacre à la gestion de son entreprise, voire sa spécialisation dans cette unique tâche, diminue, de fait, la pratique commune et simultanée du métier entre ouvriers et patrons de l’artisanat. La différence de statut entre employeur et employés s’avère d’autant plus nette que la division du travail entre les membres de l’artisanat tend à se redéfinir schématiquement ainsi : aux ouvriers l’exercice professionnel de production, transformation, réparation ou prestation de service – qui définit les métiers artisanaux – et, aux patrons, la direction générale de l’entreprise avec la gestion des tâches administratives, la comptabilité, la commercialisation des produits et des services, la prospection de nouveaux clients et la gestion des ressources humaines. Selon la taille de l’entreprise, le dirigeant peut avoir à sa charge l’ensemble de ces fonctions de gestion ou ne conserver que la définition de la stratégie globale et déléguer toutes les autres fonctions.

14Dans le cadre de notre enquête, nous avons par exemple, mené un entretien avec le directeur général d’une entreprise employant près de 300 salariés et relevant officiellement de l’artisanat. Sa fonction se réduisait à la direction du développement de l’entreprise.

  • 17 J’ai pris rendez-vous avec Antoine Bernard par l’intermédiaire de son assistante, qu’il solliciter (...)
  • 18 La première propose du conseil opérationnel en réduction de coûts et emploie huit personnes. L’act (...)

« Mon rôle est principalement un rôle de pilotage du développement. » Antoine Bernard, directeur général de Flexi-rapid’17
Flexi-rapid’ est une SARL créée en 1995 par trois chefs d’entreprises du pays nantais. Tous à la tête de sociétés dont l’activité nécessitait l’usage de flexibles hydrauliques, ils subissaient les contraintes engendrées par la rupture de ces flexibles et les délais importants de réparation pour ce type de panne. Ils ont donc décidé, par la création de cette entreprise, de se positionner sur un créneau bien particulier, le marché de la réparation de flexibles sur site et en urgence. Ils ont embauché un premier mécanicien dépanneur, ont fortement investi dans l’entreprise, « et puis, la boule-de-neige est partie », explique Antoine Bernard, l’actuel directeur général de Flexi-rapid’. « La caractéristique, c’est que les trois dirigeants n’ont jamais travaillé dans l’entreprise, poursuit-il, moi, je suis arrivé trois ou quatre mois après. » Dans un premier temps, les créateurs de la société ont sollicité Antoine Bernard, tout juste formé à la chambre de commerce et d’industrie, afin qu’il mène une étude sur le développement possible de cette structure en France. Il est ensuite recruté pour « piloter le développement de l’entreprise » à partir de ce concept novateur, cette « niche » : faire intervenir le mécanicien directement sur place pour qu’il prenne lui-même les mesures de la pièce à changer, la fabrique sur site et l’installe enfin dans les plus brefs délais. Le processus est ainsi rendu complètement autonome et toute l’activité est pilotée à distance à partir du siège de l’entreprise d’où sont déclenchées les interventions des techniciens répartis sur tout le territoire français et localisés en temps réel grâce à un système GPS.
Interrogé sur sa fonction dans l’entreprise, Antoine Bernard explique : « Le rôle du dirigeant évolue beaucoup selon la taille de l’entreprise. Ça, c’est le premier point… Et il évolue beaucoup en fonction de sa sensibilité : un dirigeant qui est plus de sensibilité gestion va passer plus de temps dans son bureau à regarder ses chiffres, qu’un dirigeant à tendance commerciale qui va passer plus de temps avec ses clients, qu’un dirigeant à tendance technique qui va passer son temps à vérifier que les chantiers se passent bien, qu’un dirigeant à tendance développeur qui va passer son temps à essayer d’organiser la boutique pour qu’elle se développe le plus rapidement possible. Je suis plutôt développeur et commercial. D’accord ?… Donc mon rôle est principalement un rôle de pilotage du développement. »
Ce fils de cadre bancaire, qui connaissait personnellement un des créateurs de Flexirapid’, est par ailleurs à la tête de trois autres entreprises de taille plus modestes, dans des secteurs d’activité tout à fait différents18 : « L’objectif, c’était de saisir des opportunités qui m’apparaissaient être des opportunités de marché », répond Antoine Bernard lorsque je l’interroge sur la stratégie sous-jacente à ces créations, dans ces secteurs d’activité en particulier. L’idée est aussi de réunir le capital suffisant au rachat des parts détenues par les autres actionnaires de la firme Flexi-rapid’.

15Bien entendu, il s’agit là d’un cas exceptionnel car la majorité des configurations dans les entreprises artisanales se situent dans des positions intermédiaires, entre la pratique commune et simultanée du métier entre tous les membres et la stricte séparation des tâches de production et de gestion stratégique de l’entreprise. Il n’en demeure pas moins vrai qu’avec la multiplication de ces entreprises employant plus de dix salariés et appartenant officiellement au secteur des métiers, ouvriers et patrons de l’artisanat partagent globalement de moins en moins cette pratique commune du métier qui caractérisait leur relation. Ainsi, une partie de l’artisanat se rapproche de l’industrie.

De moins en moins maîtres du procès

  • 19 Zarca B., L’artisanat français, op. cit., p. 113.

16Bernard Zarca remarquait, dans les années 1980, que « la polyvalence des ouvriers est d’autant moins probable que l’entreprise qui les emploie est plus grande19 ». Aussi, avec l’augmentation du nombre de salariés par entreprise artisanale, la division technique du travail au sein des ateliers tend à augmenter. Sans pour autant devenir une norme, la spécialisation des tâches et la hiérarchisation des fonctions au sein des ateliers artisanaux se développent, ce qui entraîne une diminution de la maîtrise de l’ensemble du procès de fabrication par les ouvriers et réduit ainsi leurs chances d’installation future.

17Dans certains secteurs, les travailleurs ne maîtrisent plus un métier dans son ensemble, mais connaissent et exercent seulement une partie de celui-ci. L’histoire de la réparation automobile est à ce titre particulièrement éclairante de ce phénomène. Métier unique il y a un siècle, il est aujourd’hui éclaté en spécialités : mécanique, carrosserie, entretien courant, électricité, électronique, etc. En outre, au sein même de ces spécialités, on trouve de plus en plus de procédures et matériels de réparation variés d’une marque automobile à l’autre, ce qui spécialise toujours plus le savoir-faire des travailleurs selon qu’ils travaillent pour telle ou telle marque. Le développement des terminaux de cuisson en boulangerie tend, de la même façon, à spécialiser les tâches du métier puisqu’il ne s’agit plus de produire du pain, du pétrissage de la pâte à la cuisson finale mais de cuire les pâtons congelés qui sont directement livrés, c’est-à-dire de ne réaliser qu’une partie du procès de fabrication du produit.

  • 20 Delteil G., La franchise commerciale, Paris, PUF, 2002.
  • 21 Dubernet A.-C., « Des “métiers traditionnels aux vrais métiers” », in Piotet F. (dir.), La révoluti (...)

18Cette spécialisation des tâches est renforcée par la présence grandissante d’un certain nombre d’acteurs intervenant en amont de l’activité artisanale, comme les réseaux de fournisseurs de matière première (constructeurs automobile ou minotiers pour reprendre les deux exemples précédemment cités) et/ou en aval organisant la distribution des produits, comme les franchises. Certains de ces acteurs ont la main mise sur des secteurs entiers et l’organisation du travail en leur sein. Les chaînes se sont ainsi développées en France à partir des années 1960 pour s’imposer sur le marché français dans les années 1990, au point qu’il est devenu pratiquement impossible de se lancer dans certains secteurs sans leur soutien, affirme Gérard Delteil, donnant précisément comme exemple celui de la réparation automobile20. Les franchises sont présentes dans de nombreux métiers, en particulier la coiffure, l’esthétique, la fleuristerie, la boulangerie ou encore la cordonnerie. Guidé par un principe d’efficacité, les marques ou franchises imposent fréquemment une rationalisation dans l’organisation du travail qui passe par une séparation des tâches. L’exemple de la coiffure est sans doute le plus édifiant avec sa distinction entre « techniciens », c’est-à-dire spécialistes des couleurs, balayages et permanentes, et « coiffeurs », experts en shampooings, coiffages et brushings. Anne-Chantal Dubernet, qui a étudié ce métier, a montré combien le mot « coiffeur » recouvrait des réalités différentes selon le statut de l’artisan : indépendant en nom propre ou dirigeant d’une société franchisée21. Dans le deuxième cas, le métier se divise en tâches parcellisées réalisées par des « spécialistes ». Ainsi, les ouvriers ne connaissent qu’une partie du métier et ne peuvent prétendre s’installer à leur compte car ils ne peuvent exercer leur métier de façon autonome. Autrement dit, ce type d’entreprises entrave la norme du cheminement socioprofessionnel des membres de l’artisanat en n’offrant pas aux ouvriers les conditions nécessaires à leur formation puis à leur installation.

  • 22 Jaeger C., Artisanat et capitalisme, l’envers de la roue de l’histoire, op. cit., p. 157.
  • 23 Ibid., p. 185.

19Cependant, c’est l’introduction d’une hiérarchisation par l’embauche de chefs d’équipe qui transforme le plus l’organisation du travail artisanal. Dans les années 1980, Christine Jaeger affirmait que, dans l’artisanat, « la présence d’un chef d’atelier qui répartit et surtout contrôle l’accomplissement et le rythme des opérations effectuées par les autres travailleurs, est ce qui modifie le plus radicalement le procès de travail, et par conséquent la nature de l’entreprise22 ». C’est en particulier le cas dans ce qu’elle appelait « les petites entreprises capitalistes », entreprises artisanales employant six à neuf salariés précisément caractérisées par la présence d’un chef d’atelier ou de chantier contrôlant le travail des ouvriers. Au sein de ces structures, « non seulement les travaux d’exécution se séparent de ceux d’organisation et de direction, mais les tâches de la direction elles-mêmes se divisent entre la “technique” et l’“administration”23 » expliquait-elle. Le chef d’entreprise gère ainsi le plus souvent la fonction administrative, tandis qu’un salarié, intermédiaire entre les exécutants et le dirigeant, organise et contrôle la partie technique du travail.

  • 24 Ibid., p. 191.

20Si nous pouvons toujours nous accorder avec Christine Jaeger sur un tel constat, les prévisions qu’elle élaborait il y a une trentaine d’années s’écartent de la réalité observée aujourd’hui du fait des évolutions réglementaires. En effet, selon elle, ces « petites entreprises capitalistes » seraient amenées à sortir du secteur des métiers notamment parce que leur croissance en nombre de salariés les obligerait à ne plus être inscrites au RIM. Or, nous avons vu que, depuis 1995, le « droit de suite » permet aux entreprises artisanales de rester immatriculées au RIM au-delà de dix salariés. En outre, Christine Jaeger avançait un argument d’ordre fiscal pour justifier le départ du secteur des métiers de ces « petites entreprises capitalistes ». Selon elle, « les avantages fiscaux liés à l’imposition au bénéfice réel, puis à l’impôt sur les sociétés devraient inciter l’entrepreneur à transformer l’entreprise de départ en société et s’inscrire au registre du commerce24 ». Si une entreprise individuelle qui grossit a en effet plutôt intérêt à passer en société pour payer l’impôt sur les sociétés (moins élevé que l’imposition sur le revenu), elle n’est pas pour autant exclue du RIM car l’immatriculation au RIM n’est pas, aujourd’hui, soumise à une forme juridique particulière, ce qui signifie que les entreprises artisanales ne sont pas nécessairement des entreprises individuelles : la part des sociétés parmi les entreprises artisanales est même désormais plus importante que celle des entreprises individuelles. Selon les données du RIM, les entreprises individuelles, rappelons-le, représentent, en 2011, 46 % des entreprises artisanales de Loire-Atlantique. Par ailleurs, une entreprise peut avoir une double immatriculation au RIM et au registre du commerce et des sociétés (RCS) : c’est le cas des entreprises artisanales exerçant une activité commerciale et des entreprises artisanales sous forme sociétaire. Il convient de préciser enfin que certains montages juridiques rendent plus intéressant d’un point de vue fiscal le fait de rester immatriculé au RIM, alors qu’une immatriculation au RCS suffirait pour être en règle ; c’est notamment le cas de la location-gérance. Aussi, si ces « petites entreprises capitalistes », où des chefs d’atelier contrôlent le travail productif, s’éloignent de ce qui caractérise l’artisanat, elles n’ont pas vocation à sortir expressément du secteur des métiers et participent aujourd’hui à la définition officielle de l’artisanat.

Des cursus de formation variés

21Après cette observation détaillée de l’organisation du travail artisanal, nous pouvons nous demander si les savoirs et les modes d’acquisition des savoirs caractérisant l’artisanat se sont transformés au cours des trente dernières années, éloignant encore la réalité artisanale de son idéaltype.

La « mosaïque apprentie »

  • 25 Moreau G., Le monde apprenti, op. cit., p. 106-107.
  • 26 Delavaud L. et Poulain L., Être apprenti en Pays-de-la-Loire, Céreq régional des Pays-de-la-Loire, (...)
  • 27 Loi no 87-572 du 23 juillet 1987 modifiant le titre premier du Code du travail et relative à l’app (...)

22Le niveau de formation dans l’artisanat ne cesse d’augmenter, à commencer par celui des apprentis. Gilles Moreau a montré qu’à la signature de son contrat, l’apprenti est aujourd’hui, en moyenne, plus vieux et plus diplômé qu’hier. Il rapporte que la part des apprentis de niveau inférieur à la troisième est passée, à l’échelle nationale, de 73 % en 1977 à 30 % en 200025. Une enquête menée en 2006-2007 sur les apprentis en Pays-de-la-Loire confirme cette tendance26. Pour ma part, j’ai rencontré des artisans qui jugeaient l’obtention du brevet des collèges comme le sésame indispensable pour prendre un candidat à l’apprentissage en CAP dans leur entreprise. Il n’est d’ailleurs pas rare que l’artisan, ayant pourtant souvent lui-même suivi une scolarité chaotique, demande au jeune qui se présente de lui fournir ses bulletins scolaires, afin d’apprécier son niveau. L’augmentation de l’âge limite d’entrée en apprentissage jusqu’à 25 ans puis l’élargissement du champ d’application de l’apprentissage l’ouvrant du CAP au diplôme d’ingénieur avec la possibilité de faire se succéder plusieurs contrats d’apprentissage27 a permis l’arrivée de nouveaux entrants, favorisant cette tendance à l’élévation du niveau de formation en apprentissage.

  • 28 Certificat d’aptitude professionnelle et brevet d’enseignement professionnel.
  • 29 Brevet de technicien, brevet de maîtrise, brevet professionnel.
  • 30 Brevet de technicien supérieur, diplôme universitaire de technologie.

23Dans le secteur des métiers, en Loire-Atlantique, les effectifs apprentis préparant un diplôme de niveau v (CAP, BEP28) représentent encore 58 % des apprentis mais sont en constante diminution. A contrario, les apprentis de niveau IV (BT, BM, BP29 et bac professionnel) sont passés de 30 % en 2007 à près de 40 % en 2011. Hier insignifiant, le taux d’apprentis préparant un diplôme de niveau iii et plus, correspondant à un bac + 2 et au-delà (BTS, DUT30…) réunit, en 2011, 3 % des apprentis du secteur des métiers.

Figure 6. – Niveau de formation des apprentis du secteur des métiers en Loire-Atlantique en 2011

Figure 6. – Niveau de formation des apprentis du secteur des métiers en Loire-Atlantique en 2011

Source : chambre de métiers et de l’artisanat de Loire-Atlantique, 1er janvier 2011.

  • 31 Selon le système d’information sur les apprentis (Sifa), Repères et références statistiques, minis (...)

24Loin d’être une caractéristique départementale, le constat de la progression du niveau des apprentis du secteur des métiers de Loire-Atlantique s’inscrit dans une tendance nationale : entre 1995 et 2010, les effectifs apprentis de niveau bac et plus ont progressé, en France, de plus de 90 000 quand le nombre d’apprentis de niveau V diminuait de 40 000 sur la même période31.

  • 32 Moreau G., Le monde apprenti, op. cit., p. 110.
  • 33 Ibid., p. 117 et suiv.

25L’apprentissage se diversifie et se segmente au point que Gilles Moreau parle de « mosaïque apprentie » pour qualifier le monde apprenti32 : non seulement les apprentis d’aujourd’hui ont des origines sociales différentes selon leurs niveaux, mais les jeunes formés aux nivaux v ou iv vont rarement au-delà. L’auteur souligne ce faible flux entre niveau iv et iii de l’apprentissage, opposant un « apprentissage du haut » et un « apprentissage du bas » séparé par « un plafond de verre33 ». Autrement dit, il n’existe pas d’effet de filière qui verrait les apprentis gravir progressivement les niveaux de formation, malgré cette augmentation manifeste du niveau global des apprentis.

26Du point de vue des « modes d’adhésion à l’apprentissage », Gilles Moreau met également en lumière différents systèmes de valeurs justifiant l’orientation vers l’apprentissage. Outre « la pré-socialisation dans une famille d’indépendant » ou « l’anti-intellectualisme populaire » sur lesquels s’appuie traditionnellement l’apprentissage, il distingue une troisième voie : « la réappropriation du modèle lycéen ». Il s’agit là d’un nouveau mode d’adhésion à l’apprentissage apparu après que la politique d’allongement des scolarités ait maintenu dans le système scolaire et sans espoir de réussite, des jeunes de milieux populaires. Or, l’allongement de la scolarité contrarie la tradition d’autonomie, notamment financière, des jeunes de milieux populaires. L’apprentissage vient ainsi résoudre cette contradiction leur permettant de préparer un diplôme tout en percevant un salaire. Autrement dit, ils accèdent au modèle dominant de la jeunesse lycéenne en reproduisant, dans le même temps, le modèle traditionnel d’autonomie de la jeunesse populaire. Ils adhèrent ainsi moins aux valeurs de l’entreprise qu’à une forme hybride de modèle de la jeunesse.

27L’élargissement du panel des diplômes préparés et la variété des profils des apprentis fragilisent donc l’homogénéité supposée du groupe des apprentis. Ainsi s’effrite l’image de l’apprentissage comme étape socialisatrice au cheminement socioprofessionnel de l’homme de métier. L’hétérogénéité du groupe des apprentis et la réduction de l’adhésion au modèle artisanal transforme nécessairement le mode de transmission des savoirs et le rapport au métier car l’apprentissage n’est pas un simple enseignement technique mais forme l’homme de métier dans ses valeurs, son rapport au monde et ses aspirations.

Diffusion de l’enseignement de gestion

28Mais ce n’est pas que le cadre de l’apprentissage qui se transforme, ce sont également de nouveaux contenus et temps de formation qui apparaissent : l’enseignement de gestion est ainsi davantage dispensé au début et au cours de la carrière des professionnels de l’artisanat.

  • 34 Sauf si au moins un salarié, en permanence présent durant les heures d’ouverture du salon, en disp (...)

29Diplôme national de niveau iv, le brevet professionnel (BP) se prépare en deux ans après un CAP ou un BEP, soit par la voie de la formation initiale, soit en formation continue. Le contenu de la formation porte sur des enseignements professionnels mais aussi généraux, avec un volet important consacré à la gestion des entreprises. Il se prépare ainsi fréquemment en vue d’un projet de création ou de reprise d’entreprise. Le BP est d’ailleurs obligatoire pour ouvrir un salon de coiffure34.

30Délivré par les chambres de métiers et de l’artisanat, le brevet de maîtrise (BM) est lui-aussi de plus en plus fréquemment préparé et obtenu. Qualification majeure de l’artisanat, il sanctionne une excellence professionnelle mais prépare surtout aux fonctions de chef d’entreprise : outre des enseignements techniques, il propose différents modules spécifiques : création d’entreprise artisanale, stratégie commerciale, communication, analyse financière ou encore gestion des ressources humaines.

  • 35 Loi no 82-1091 du 23 décembre 1982 relative à la formation professionnelle des artisans, article 2 (...)
  • 36 Il lui en coûtera 300 euros. Si une autre personne participe (le conjoint par exemple ou un associ (...)
  • 37 Comme le stage est organisé par les chambres de métiers et de l’artisanat et des organisations pro (...)

31Mais si le candidat à l’installation a échappé à cette formation, le stage préalable de gestion instauré depuis 1982 rectifiera ses « lacunes » ; il s’agit d’un passage obligé pour tout artisan créant ou reprenant une entreprise. Cette formation, dispensée par les chambres de métiers et de l’artisanat, vise en effet à assurer « une initiation à la comptabilité générale et à la comptabilité analytique, ainsi qu’une information sur l’environnement économique, juridique et social de l’entreprise artisanale », précise la loi35. En Loire-Atlantique, le stage préalable à l’installation dure cinq jours. Les groupes sont désormais constitués par grands secteurs d’activité et différenciés selon que le futur dirigeant ait un projet de création ou de reprise d’entreprise36. Le contenu du stage de création porte essentiellement sur le montage juridique et financier du projet. Sont ainsi calculées la faisabilité et la rentabilité du projet, et sont étudiés plan de financement, compte de résultat, obligations comptables et régimes d’imposition. Les formes juridiques de l’entreprise sont présentées ainsi que la règlementation spécifique au secteur d’activité. Les repreneurs se centrent quant à eux sur l’étude prévisionnelle du projet de reprise d’entreprise. Dans tous les cas, la chambre de métiers et de l’artisanat propose aux futurs créateurs ou repreneurs un module présentant « le métier de chef d’entreprise ». Les stagiaires peuvent enfin participer à une ou deux journées supplémentaires de formation sur une thématique pouvant les intéresser, notamment dans le domaine commercial, la gestion ou l’informatique37.

32La formation (et la préparation de diplômes) ne s’achève donc plus à l’issue de l’apprentissage à travers la connaissance et la maîtrise du métier. Des artisans se forment tout au long de leur carrière professionnelle et notamment en ce qui concerne la gestion, la commercialisation ou le management. Certains hommes de métiers optent ainsi pour la formation continue.

  • 38 J’ai rencontré Guy Martin par le biais de son prédécesseur. Je suis en effet passée à l’adresse in (...)

« Voir autre chose pour connaître son métier. » Guy Martin, dirigeant d’une entreprise de marbrerie et pompes funèbres à Abbaretz38
Fils d’artisans marbriers installés en Limousin, Guy Martin explique sa trajectoire par cette volonté de sortir de l’artisanat, comme l’incitait à le faire son propre père : « Mon père avait toujours dit que si on restait dans l’artisanat, dans notre profession, tout au moins en marbrier pur, on n’avait pas un gros avenir Je pense que maintenant, là où il est, il est en paix mais je dirais… qu’il avait raison. » Et, ajoute-t-il, « les faits sont là de toute façon ». Dès son plus jeune âge, son père lui conseille de « voir autre chose », « pour connaître son métier ». Il entre donc en apprentissage, non pas en alternance chez son père, mais près de Grenoble (chez un patron et dans un CFA « qui a beaucoup grandi depuis »). Cependant, cette formation initiale n’est pas pensée comme une fin en soi. Il obtient son CAP de marbrier et, de retour en Limousin, il travaille un peu avec son père, et suit parallèlement des « cours du soir » à la société comptable de Limoges ; il y apprend la comptabilité et les sciences économiques. Il estime qu’il avait à l’époque le choix entre deux options : ou se spécialiser dans la taille et devenir compagnon, l’élite artisanale (« ce n’était pas mon truc ») ou bien élargir son champ de compétence, au-delà du métier. C’est bien cette deuxième voie qu’il choisit d’emprunter. Après le passage obligatoire de l’armée, Guy Martin revient travailler à nouveau dans l’entreprise familiale (3 ans au total), en suivant encore simultanément des « cours du soir ». Mais son père ne souhaite pas qu’il reste : « Il voulait que je voie autre chose. »
Le jeune marbrier entame alors différentes formations complémentaires lui offrant une connaissance générale de toutes les professions qui « encadrent la mort » : pompes funèbres, qui commencent à intéresser quelques marbriers dont l’activité diminue et qui cherchent à se diversifier, et thanatopraxie (soins de conservation des morts), formation qu’il suit en Angleterre. Il se met ensuite à pratiquer la thanatopraxie en activité libérale et l’enseigne au sein de l’école fondée par la Fédération française des pompes funèbres (FFPF). Guy Martin participe ainsi, de façon active, à la mutation du métier : vers le milieu des années 1980, les marbriers se sont en effet rapprochés de la pompe funèbre car l’activité de taille de pierre diminuait, fortement concurrencée par les granits étrangers (importés notamment de Chine et d’Inde) et par l’augmentation de la crémation. Il est d’ailleurs en pourparler, au moment de notre entretien, qu’il y ait un crématorium dans le groupe.
Guy Martin entre alors dans un groupe (constitué d’environ huit agences réparties sur deux départements), lui-même membre d’une holding (une SA qui réunit 700 points de vente sur toute la France). Au sein de ce groupe, Guy Martin rachète une grande entreprise qu’il transforme en SARL ; il s’agit d’une importante entreprise familiale de pompes funèbres du département (trois générations s’y sont succédées). Grâce à cette SARL, il s’empare des parts de marché de petites marbreries (dont celle d’Abbaretz), qu’il rachète ensuite. L’encastrement de ces sociétés laisse néanmoins chacune des structures juridiquement indépendantes. La marbrerie d’Abbaretz reste ainsi une entreprise indépendante et continue, au regard du petit nombre de ses salariés, d’être immatriculée au répertoire des métiers. Il s’agit là d’une stratégie visant à ne pas soumettre l’entreprise à l’obligation de tenir des élections de représentants du personnel qui, selon Guy Martin, ralentissent la marche de l’entreprise. Il l’affirme d’ailleurs haut et fort :
« Si on n’était pas différentes sociétés dans le groupe, on se retrouverait avec des délégués syndicaux… J’adore ! Excusez-moi, je suis encore de la vieille école, mais… On va se retrouver avec notre comité d’entreprises, notre comité d’hygiène et de sécurité… Vous savez, il faut les supporter hein ! »
Le rôle de Guy Martin au sein du groupe, et particulièrement à la tête de la SARL, guidé par ses multiples compétences et sa connaissance du secteur (et non plus seulement sa pratique du métier), est d’assurer la relève entre les cédants et l’arrivée de jeunes chargés de prendre des responsabilités dans les différentes agences du groupe que sont devenues les entreprises indépendantes rachetées. Sa fonction consiste aussi à manager cette équipe et à leur transmettre les stratégies commerciales qu’il a acquises : il s’agit principalement de racheter des petites marbreries en leur prenant peu à peu leurs parts de marché (grâce à un porteur d’affaires envoyé sur le secteur), afin de diminuer leur chiffre d’affaires et donc leur prix de vente : « Vous prenez des parts de marché du secteur […], vous lui faites baisser son chiffre d’affaires… Et vous l’achetez pour quoi ? Pour une bouchée de pain ! » Il convient également d’identifier les zones rentables où implanter les agences du groupe : Guy Martin invite ainsi les jeunes à travailler sur les tables de mortalité (« Il faut aller dans les communes où la population est vieillissante »), à observer la présence ou non de maisons de retraite et de politiques de maintien des personnes âgées à leur domicile. Il leur apprend aussi à se rapprocher des hôpitaux et des ambulances qui disposent, selon son expression « de la matière première » :
« Excusez-moi de parler comme ça… mais qui a la matière première ?… C’est l’ambulancier. Il le transporte en taxi au départ, il le transporte en malade allongé. Et, s’il dit qu’il fait pompes funèbres, obligatoirement… si tout s’est bien passé, la famille le connaissant, il va assurer les pompes funèbres ! Bon… Et si en supplément, par-derrière, on a une entreprise de marbrerie qui est capable… de lui faire ses caveaux… de lui apporter tous les conseils… Il fait la totalité. »
Guy Martin forme par ailleurs des thanatopracteurs en interne pour limiter la sous-traitance qui coûte cher à l’ entreprise :
« Il y a quelques années en arrière, je ne faisais que de la gestion, mais, en venant ici, j’ai été très très surpris de voir que dans le groupe, il n’y avait pas de thanatopracteur…, qu’on sous-traitait. Et, fidèle à ma réputation, j’ai commencé à parler de marge. […] et j’ai eu le feu vert pour former des thanatopracteurs au sein du groupe. Voilà. »
Enfin, Guy Martin apprend à la jeune génération à proposer de multiples produits et services à la clientèle, comme les contrats obsèques par exemple.
« Aujourd’hui, il y a une majorité de petites structures familiales », mais « dans quelques décennies, il n’y aura plus que des grands groupes », prédit-il, contribuant lui-même à la mutation de la profession par l’acquisition et la mise en pratique de compétences bien différentes de son seul savoir-faire de métier. Il résume ainsi son parcours professionnel :
« De marbrier, je suis passé dans les pompes funèbres. De la pompe funèbre, je suis passé par la thanatopraxie. Et comme j’ai passé tous les, je dirais, tous les échelons qu’il peut y avoir, eh bien, je me retrouve à l’heure actuelle responsable, si je puis dire, d’une entreprise de pompes funèbres marbrerie. »

33Si l’organisation du travail réelle tend à s’écarter du modèle idéaltypique de l’artisanat et que la formation de ses membres varie du seul apprentissage de métier, qu’en est-il alors du cheminement socioprofessionnel caractéristique des artisans ? Ces changements révèlent-ils des modifications de leurs origines et de leurs cursus ? D’une génération à l’autre, observe-t-on des transformations dans le recrutement des artisans ?

D’une génération à l’autre : le recrutement des artisans

  • 39 Gresle F., L’univers de la boutique, les petits patrons du Nord (1920-1975), Lille, Presses univers (...)

34« Autrefois le dessein de nombreux indépendants était de voir leurs enfants prendre leur succession », expliquait François Gresle, « un jeune apprenait le métier auprès de son père et il débutait comme aide familial39 », pour reprendre ensuite l’entreprise paternelle. La reproduction du groupe professionnel se superposait donc à la reproduction familiale. Mais François Gresle affirmait ensuite que cette logique de transmission familiale a laissé place, dans les années 1960-1970, à un recrutement ouvrier.

  • 40 Mayer N., « Une filière de mobilité ouvrière : l’accès à la petite entreprise artisanale et commerc (...)

35À la même époque, Nonna Mayer avançait plus précisément que l’indépendance, notamment artisanale, constituait « une filière relativement privilégiée de “promotion ouvrière”40 ». En observant les déplacements professionnels des ouvriers entre 1965 et 1970, grâce à l’enquête FQP 1970, elle constatait que les ouvriers devenus petits commerçants ou artisans étaient plus nombreux que ceux devenus techniciens ou cadres. Il était ainsi plus probable pour un ouvrier de se hisser dans la hiérarchie sociale en se mettant à son compte, qu’en bénéficiant d’une promotion dans l’espace salarié. L’indépendance constituait donc, à la fin des années 1960, la voie la plus probable et effective d’ascension sociale pour les ouvriers.

  • 41 Girod R., Mobilité sociale, faits établis et problèmes ouverts, Genève, Droz, 1971.
  • 42 Bertaux D., « Mobilité sociale biographique. Une critique de l’approche transversale », Revue franç (...)
  • 43 Gresle F., op. cit., p. 22.

36Cependant, le passage du statut d’ouvrier à celui d’indépendant aurait pu ne révéler qu’une ascension professionnelle et non sociale, les ouvriers mobiles pouvant être des fils d’artisans passés par un statut d’ouvrier au cours de leur carrière avant leur installation, accédant ainsi au même statut que leur père. Dit autrement, cette ascension intragénérationnelle (restreinte à la vie personnelle d’un individu) aurait masqué un phénomène de contre-mobilité, c’est-à-dire un déplacement conduisant un individu issu d’une catégorie donnée vers cette même catégorie, « un retour au bercail », selon l’expression de Roger Girod41. Attentive à cette critique, Nonna Mayer s’est penchée sur l’origine sociale de ces ex-ouvriers devenus petits patrons révélant que, les « mobilités sociales authentiques », pour reprendre les termes de Daniel Bertaux42, étaient plus fréquentes que les situations de reproduction sociale parmi les ouvriers devenus petits patrons. Les sociologues de l’époque s’accordaient sur l’origine sociale ouvrière des petits indépendants : « Commerce et artisanat n’attirent pas […] indistinctement des jeunes issus de toutes les catégories sociales, affirmait ainsi François Gresle, leur influence s’exerce de façon différentielle : le premier est ouvert aux enfants d’agriculteurs, le second intéresse les enfants d’ouvriers43. »

  • 44 Chauvel L., « Les nouvelles générations devant la panne prolongée de l’ascenseur social », document (...)
  • 45 Chauvel L., Le destin des générations. Structure sociale et cohortes en France au XXe siècle, Paris (...)

37Qu’en est-il désormais alors que, les Trente Glorieuses achevées, ralentissement économique et chômage de masse caractérisent l’environnement socioéconomique ? Quel sens dans la mobilité traduit aujourd’hui l’installation à son compte quand « la dynamique d’ascension sociale typique de la période précédente44 » a été remise en cause depuis 1973, touchant particulièrement les générations arrivées sur le marché du travail après cette date45. Quel itinéraire professionnel les artisans ont-ils suivis avant leur installation et quelle est leur origine sociale ?

38Pour répondre à ces questions et dans le prolongement des analyses précédentes, il conviendrait de s’appuyer sur la même population des entrants et des sortants dont les entreprises sont immatriculées au RIM dans les communes qui constituent notre terrain d’investigation. Nous pourrions comparer l’origine sociale des dirigeants nouvellement installés avec celle des artisans de 50 ans et plus puis examiner la profession antérieure à l’installation pour ces deux sous-populations. Or, le RIM immatricule des personnes physique ou morale et s’intéresse donc moins aux dirigeants qu’à leurs entreprises. Facultatives, les informations relatives aux artisans ne sont ainsi pas systématiquement renseignées. Il est donc impossible de procéder à un traitement statistique pour ces données trop partielles.

  • 46 Pour éviter toute confusion dans les catégories, on indiquera « artisan » entre guillemet lorsqu’i (...)

39Nous pourrons cependant observer l’origine sociale et le statut professionnel antérieur à l’installation grâce à l’enquête FQP (formation et qualification professionnelle) qui nous donne, à l’échelle nationale et à partir de la nomenclature des catégories socioprofessionnelles de l’INSEE, des informations intéressantes. Cela signifie que l’on va devoir faire varier notre échelle d’observation et s’éloigner du territoire initialement défini comme terrain d’investigation et que la définition ici retenue de l’« artisan46 » ne se superposera pas à celle jusqu’alors prise en compte, à savoir la définition juridique de l’entreprise artisanale, l’artisan étant par extension le dirigeant de cette entreprise. L’enquête FQP de l’INSEE propose d’autres frontières à ce groupe. Le champ de la nomenclature recouvre d’assez près les activités du champ officiel du répertoire des métiers, mais le nombre de salariés est ici strictement limité au seuil de 10.

Les enseignements de l’enquête FQP

Origines sociales

40L’enquête FQP 2003 nous apprend que le principal groupe socioprofessionnel dans lequel se recrute les « artisans » reste celui des ouvriers puisque 35,2 % de cette catégorie a, en 2003, un père ouvrier. Nous pouvons ainsi affirmer que, malgré toutes les transformations précédemment décrites, l’artisanat constitue toujours une voie de promotion ouvrière. Si l’on ajoute les enfants d’employés, c’est 44,8 % des « artisans » que l’on peut considérer comme issus des classes populaires en 2003.

  • 47 Voir notamment : Chenu A., Sociologie des employés, paris, La Découverte, 2005 et Alonzo P., « Les (...)

41Il faut cependant être prudent quant à l’interprétation du sens du déplacement des employés en direction de l’indépendance artisanale. Les recherches sur ce groupe ont en effet montré que les employés constituait un « archipel » réunissant des actifs très différents : la catégorie réunit notamment des employés de maison sans qualification proches du monde ouvrier et des employés administratifs qui partagent davantage de points communs avec les professions intermédiaires, qu’il s’agisse de leurs conditions de travail, d’emploi ou de leurs modes de vie en général47. Autrement dit, l’accès à l’indépendance artisanale de ces 9,6 % d’employés ne signifie pas qu’il s’agisse systématiquement d’une ascension sociale.

  • 48 Zarca B., « Barrières à l’entrée, turbulences et facteurs d’exclusion de l’artisanat », Consommatio (...)
  • 49 Ibid., p. 84.
  • 50 Estrade M.-A. et Missègue N., « Se mettre à son compte et rester indépendant, des logiques différen (...)

42Nous pouvons par ailleurs nous demander si les artisans issus des classes populaires constituent ceux qui dirigent les entreprises les plus pérennes. Nous pouvons en douter au regard des travaux antérieurs qui ont montré que les turbulences étaient d’autant plus fortes que l’origine sociale des artisans était plus modeste. « Ne devient pas, mais surtout ne demeure pas artisan qui veut48 », soulignait ainsi Bernard Zarca : « Un fils d’ouvrier a quatre fois plus de chance qu’un fils de petit indépendant de perdre son statut de chef d’entreprise artisanale sur une période de cinq ans49 », affirmait-il à partir des données de l’enquête FQP de 1970. La règle s’applique toujours si l’on en croit des enquêtes plus récentes. Ainsi, se référant à l’enquête FQP de 1993, Marc-Antoine Estrade et Nathalie Missègue confirmaient que l’« on reste d’autant plus longtemps artisan que l’on a des parents indépendants ou cadres50 ». Si les « artisans » d’aujourd’hui sont fréquemment d’origine populaire, cela ne signifie pas qu’ils constituent ceux qui pérenniseront le groupe.

  • 51 Ont été exclus les individus dont le père exercé une profession inconnue ou étaient inactifs, soit (...)

Tableau 3. – Groupe socioprofessionnel du père des « artisans » de 200351

Groupe socioprofessionnel du père

« Artisans »

Agriculteur exploitant

12,7

Artisan commerçant et chef d’entreprise

30,1

Cadre et profession intellectuelle supérieure

3,9

Profession intermédiaire

8,4

Employé

9,6

Ouvrier

35,2

Ensemble

100

Champ : Français, artisans âgés de 25 à 59 ans ayant exercé une activité professionnelle.
Source : Insee, Enquête formation et qualification professionnelle en 2003.

43Quelle est donc aujourd’hui l’origine sociale des quelques 65 % d’« artisans » qui n’ont pas un père ouvrier ? Si l’on se penche à nouveau sur le tableau précédant, on constate que 30,1 % des « artisans » de 2003 ont un père « artisan », commerçant ou chef d’entreprise de dix salariés ou plus. S’il reste statistiquement fort, ce groupe socioprofessionnel fournit cependant, encore en 2003, moins d’entrants que le groupe des ouvriers. Autrement dit, la reproduction est plus faible que l’ascension ouvrière. Mais, on l’a dit, ces « artisans » constituent ceux qui ont le plus de chances statistiques de conserver ce statut dans la durée.

  • 52 Pour comparaison, 10,3 % de l’ensemble des actifs de l’enquête FQP 2003 ont un père agriculteur.

4412,7 % des « artisans » de 2003 ont un père agriculteur, ce qui nous permet de conclure au maintien de ce groupe socioprofessionnel comme pourvoyeur d’« artisans » malgré la baisse de la part qu’il représente dans la structure sociale52. Mes entretiens, réalisés pour une part importantes dans des communes rurales, témoignent tout particulièrement du maintien de cette origine sociale.

45Si la part des enfants de professions intermédiaires n’est pas extrêmement élevée, elle n’est pas à négliger puisqu’elle représente tout de même 8,4 % de l’origine sociale des « artisans » de 2003. Quant aux enfants de cadres, ils représentent 3,9 % de notre population.

  • 53 Zarca B., « Barrières à l’entrée, turbulences et facteurs d’exclusion de l’artisanat », Consommatio (...)

46Bien que la part des fils d’ouvriers et d’indépendants soit statistiquement forte chez les « artisans » de 2003, nous pouvons affirmer que le recrutement parmi les classes moyennes cultivées et les classes supérieures est visiblement en augmentation à en croire les chiffres rapportés par Bernard Zarca. Trente ans plus tôt, celui-ci affirmait en effet que les « artisans » enquêtés dans le cadre de l’enquête FQP 1970 et nés entre 1918 et 1935 étaient seulement 3 % à avoir un père cadre ou exerçant une profession libérale53.

47Si nous nous intéressons à la répartition des « artisans » de 2003 selon l’âge et que nous isolons deux sous-populations, celle des 50-59 ans et celle des 25-39 ans, cette remarque apparaît plus pertinente et plus vraie encore pour les classes supérieures.

Tableau 4. – Groupe socioprofessionnel du père des « artisans » de 2003 selon la classe d’âge d’appartenance professionnelle

Groupe socioprofessionnel du père

« Artisans » de 50 à 59 ans

« Artisans » de 25 à 39 ans

Agriculteur exploitant

13,9

12,4

Artisan commerçant et chef d’entreprise

32,1

29,6

Cadre et Profession intellectuelle supérieure

2,0

6,7

Profession intermédiaire

8,4

9,1

Employé

10,6

8

Ouvrier

33,0

34,2

Ensemble

100,0

100

Champ : artisans français âgés de 25 à 39 ans et de 50 à 59 ans ayant exercé une activité. Source : Insee, Enquête formation et qualification professionnelle en 2003.

488,4 % des « artisans » âgés de 50 à 59 ans ont un père exerçant une profession intermédiaire, contre 9,1 % des « artisans » âgés de 25 à 39 ans et seulement 2 % des « artisans » de 50-59 ans ont un père cadre ou exerçant une profession intellectuelle supérieure, alors qu’ils représentent 6,7 % des 25-39 ans. Ainsi, la part des enfants de professions intermédiaires, mais surtout de cadres et professions intellectuelles supérieures, est beaucoup plus importante chez les plus jeunes. La variable générationnelle joue donc un rôle dans la modification du recrutement social des artisans. La probabilité pour qu’un artisan soit issu des classes moyennes cultivées et des classes supérieures est d’autant plus forte qu’il appartient aux classes d’âge les plus jeunes, ou, plus précisément aux cohortes socialisées et entrées sur un marché de l’emploi plus tendu que pour les générations précédentes.

  • 54 Zarca B., « Barrières à l’entrée, turbulences et facteurs d’exclusion de l’artisanat », Consommatio (...)

« Si l’avenir nous réserve un néo-artisanat “petit bourgeois-nouvelle manière” vers lequel s’orienteraient les enfants des familles de la petite bourgeoisie qui accepteraient de reconvertir une partie de leur capital culturel en capital économique, l’artisanat d’aujourd’hui, écrivait Bernard Zarca en 1977, recrute encore ses membres principalement dans la petite bourgeoisie traditionnelle (artisans et petits commerçants), la paysannerie et la classe ouvrière54. »

49L’affirmation paraît encore en partie juste au regard des statistiques produites par l’Insee, mais semble l’être de moins en moins au fur et à mesure que se succèdent les générations à la tête des entreprises artisanales. Le contexte socioéconomique a transformé peu à peu le recrutement social des artisans qui voit de plus en plus d’enfants issus des classes moyennes cultivées et des classes supérieures, se diriger vers l’indépendance.

Itinéraires professionnels

  • 55 L’enquête porte sur les actifs occupés aux deux dates et les définitions des deux populations sont (...)

50Si l’on s’intéresse non plus à l’origine sociale des indépendants, mais à leur itinéraire profesionnel antérieur, que nous enseigne l’enquête (FQP de l’INSEE ? Poursuivant ses investigations sur les filières d’accès à l’indépendance à partir de l’enquête FQP 1970, Nonna Mayer affirmait que 51,2 % des petits indépendants entrants de 1970 étaient ouvriers cinq ans plus tôt. Autrement dit plus d’un petit commerçant ou « artisan » sur deux qui n’étaient pas classés dans l’une ou l’autre de ces catégories cinq ans auparavant occupait un emploi d’ouvrier. Si l’on actualise ces données à partir de l’enquête FQP 2003, la part de ces petits indépendants mobiles d’origine professionnelle ouvrière descend à 38,7 %55. Autrement dit, les petits indépendants passent aujourd’hui moins fréquemment par un statut d’ouvrier avant leur installation.

51Mais Nonna Mayer remarquait, plus précisément, que n’importe quel ouvrier ne devenait pas n’importe quel petit patron. Tous les ouvriers n’avaient en effet pas la même chance d’accéder au statut d’indépendant : il s’agissait avant tout de la destinée d’ouvriers qualifiés de l’artisanat installés à leur compte comme artisan dans le même secteur d’activité où ils travaillaient antérieurement, et notamment le bâtiment, le bois et l’alimentation. Ces ouvriers-là étaient les plus proches des petits patrons, de même que ces petits patrons-ci avaient le plus de similitudes avec le groupe des ouvriers : ouvriers qualifiés de l’artisanat et artisans se rapprochaient en fonction des qualifications acquises (techniques), de la taille de l’entreprise dans laquelle ils exerçaient (faible effectif salarié) et, plus globalement, au regard des conditions de travail, et même de leur comportement électoral, soulignait Nonna Mayer.

52Prolongeant la comparaison, si nous nous penchons plus précisément sur le groupe des « artisans » entrants de 2003, et non plus sur l’ensemble des petits indépendants, on observe que 34,9 % d’entre eux occupaient un emploi d’ouvrier qualifié de type artisanal cinq ans plus tôt. Autrement dit, la catégorie dans laquelle puise traditionnellement le groupe des artisans pour se renouveler (à savoir les ouvriers qualifiés de l’artisanat), qui reste conséquente, ne représente cependant qu’un peu plus du tiers de l’origine professionnelle des « artisans » entrants de 2003. Si elle reste la principale catégorie socioprofessionnelle dans laquelle puisent les « artisans » pour se renouveler, elle n’est donc pas majoritaire. Ainsi, aujourd’hui, les apprentis et les ouvriers qualifiés de l’artisanat voient dans leurs patrons des individus qui sont le plus souvent passés par un autre statut que celui qu’eux-mêmes occupent actuellement. Il s’agit là d’un autre angle d’observation (par le statut professionnel) pour observer la fissure du miroir identificatoire qui unissait patrons et ouvriers de l’artisanat.

  • 56 Les artisans mobiles sont, rappelons-le, les individus classés dans la catégorie socioprofessionne (...)

53Quels sont donc les itinéraires professionnels suivis par les « artisans » nouvellement installés ? La part des « artisans » mobiles56 de 2003 passés par un statut d’ouvrier reste élevée puisque 57,3 % d’entre eux occupaient un tel statut en 1998. Ce groupe est constitué pour l’essentiel d’ouvriers qualifiés, pas seulement venus de l’artisanat on l’a dit, mais également de l’industrie et du transport.

5415,2 % des « artisans » nouvellement installés étaient employés cinq ans auparavant. Si le personnel des services directs aux entreprises fournit le gros des troupes, les employés de commerce et, plus encore, les employés administratifs d’entreprises ne sont pas en reste puisqu’ils réunissent respectivement 5 136 et 6 649 individus du groupe des ex-employés devenus « artisans » (voir tableau suivant).

Tableau 5. – Groupe socioprofessionnel en 1998 des « artisans » entrants en 2003

Tableau 5. – Groupe socioprofessionnel en 1998 des « artisans » entrants en 2003

Champ : Français, artisans âgés de 25 à 59 ans ayant exercé une activité professionnelle.
Source : Insee, Enquête formation et qualification professionnelle en 2003.

5510,3 % des « artisans » mobiles exerçaient une profession intermédiaire : c’est plus que le taux de commerçants et chefs d’entreprises de 10 salariés et plus venus à l’artisanat, qui comptent 9,6 % des « artisans » mobiles issus de l’une ou l’autre de ces deux catégories socioprofessionnelles. Parmi ces reconvertis qui viennent du salariat intermédiaire, on trouve essentiellement des individus travaillant dans le secteur privé : contremaîtres et agents de maîtrise avant tout, mais aussi techniciens ou professions intermédiaires administratives et commerciales d’entreprises.

  • 57 Zarca B., « Barrières à l’entrée, turbulences et facteurs d’exclusion de l’artisanat », Consommatio (...)

564,4 % des « artisans » mobiles étaient quant à eux cadres cinq ans auparavant. Ce groupe est principalement constitué de salariés d’entreprises qui occupaient des fonctions administratives et commerciales. Si ce taux est plutôt faible, il n’est pas insignifiant et même en augmentation si l’on compare avec les travaux antérieurs où Bernard Zarca, s’appuyant sur l’enquête FQP de 1970, qualifiait en effet d’« exceptionnel » le fait « qu’un cadre administratif supérieur devînt artisan57 ». Plus surprenant, si l’on retourne vers des données de 2003, on compte parmi les 6 288 cas recensés dans le groupe des cadres reconvertis, 1 462 ex-professeurs ou exerçant une profession scientifique : c’est plus que le nombre d’individus exerçant une profession libérale qui se sont finalement tournés vers l’artisanat.

57Pour finir, 3,3 % des « artisans » mobiles de 2003 étaient classés parmi les agriculteurs exploitants cinq ans plus tôt. Ceux-ci viennent, à parts égales, d’exploitations de petite, moyenne ou grande tailles édifiant la multiplicité des sens de déplacements des nouveaux entrants dans le groupe des « artisans » au niveau intragénérationnel : l’indépendance constitue parfois une ascension sociale, d’autres fois une stabilité, et parfois encore, un déclassement social.

58Pour résumer les enseignements que nous pouvons tirer de l’enquête FQP 2003, nous pouvons dire que les « artisans » sont encore le plus fréquemment issus du monde ouvrier, que l’on considère leur origine sociale ou leur statut professionnel cinq ans auparavant. En ce sens, l’indépendance artisanale peut encore être considérée comme une filière de promotion ouvrière.

59Cependant, cette enquête révèle dans le même temps que la variable générationnelle a un impact sur l’origine sociale des « artisans », les plus jeunes se distribuant davantage sur l’échelle sociale ; ceux-ci sont plus souvent issus des classes moyennes salariées, voire des classes supérieures.

60L’itinéraire professionnel des « artisans » nous conduit aussi vers des conclusions en demi-teinte : les « artisans » de 2003 qui n’appartenaient pas à cette catégorie socioprofessionnelle cinq ans plus tôt étaient le plus souvent classés parmi les ouvriers. Cependant, les ouvriers qualifiés de type artisanal ne réunissent plus la majorité absolue parmi les « artisans » mobiles de 2003. Là encore, l’origine professionnelle de cette population s’étire sur l’éventail des catégories socioprofessionnelles. Si l’ont peut distinguer une fréquente proximité entre l’univers professionnel antérieur et le secteur des métiers finalement choisi, certains déplacements semblent relever de bifurcations a priori plus radicales, tels ces reconvertis venus du salariat administratif et commercial ou plus encore ces enseignants ou ces individus exerçant auparavant une profession scientifique.

Les limites de l’enquête FQP 2003

61Il nous faut, à ce stade, adresser à l’enquête FQP 2003 un regard critique et souligner les limites de ses enseignements. Nous pouvons ainsi raisonnablement penser que les données produites grâce à l’enquête FQP 2003 sous-estiment la part des salariés reconvertis venus s’installer comme artisans. Les données récoltées l’ont, certes, été après la période faste des trente glorieuses, mais avant la crise économique de 2008 qui a vu chuter le taux de croissance économique et dégradé davantage les conditions d’emploi et de travail des salariés. Autrement dit, on peut émettre l’hypothèse que les reconversions en direction de l’indépendance artisanale se sont multipliées depuis cette date, à côté du développement de status d’emploi indépendant tels l’auto-entreprenariat.

62Les données produites grâce à l’enquête FQP sous-estiment par ailleurs vraisemblablement l’origine professionnelle et sociale moyenne et supérieure des artisans nouvellement installés car la définition de l’INSEE est plus restrictive que la définition juridique que nous avons retenue dans cette enquête. Rappelons en effet que les « artisans » de l’Insee, à la différence des artisans du RIM, emploient au maximum neuf salariés. Ainsi, est-il fort probable que la part d’enfants issus des classes moyennes et supérieures serait plus élevée parmi les artisans nouvellement installés, si nous disposions des statistiques établies à partir de la population des artisans officiellement définie. Les chances de trouver des fils de classes supérieures sont d’autant plus élevées que le nombre de salariés occupés augmente.

63Les recherches sociologiques conduites dans les années 1970 et 1980 pouvaient s’appuyer avec pertinence sur les enquêtes FQP successives car la catégorie de l’INSEE et la catégorie juridique se superposaient à peu près. Or, depuis que le « droit de suite » a ouvert les frontières officielles du groupe des artisans au-delà du seuil de dix salariés, l’écart s’est creusé entre les deux catégories. Ceci rend plus difficile l’interprétation des résultats offerts par l’enquête FQP de l’INSEE pour un sociologue qui s’attacherait à caractériser les artisans officiellement définis. Il est, à cet égard, intéressant de rappeler qu’un conflit portant sur des questions de catégories oppose l’INSEE Pays-de-la-Loire à la chambre régionale de métiers et de l’artisanat. Le partenariat qui liait les deux institutions et qui se manifestait par des publications communes sur l’état de l’artisanat régional a en effet été rompu mettant fin à ces productions chiffrées conjointes. L’INSEE Pays-de-la-Loire conteste le « droit de suite » ouvrant le champ à des entreprises qui ne peuvent pas, selon lui, être considérées comme telles ; par ailleurs, retenir l’activité secondaire de l’entreprise comme critère et pas seulement l’activité principale conduirait, selon le salarié de l’INSEE rencontré à ce sujet, à des « aberrations » : un vendeur de voitures peut par exemple appartenir à l’artisanat, étaye notre interviewé, s’il exerce aussi parallèlement une activité de service après-vente comme par exemple les entreprises Darty qui ont ainsi une activité de réparation. Selon lui, les chiffres de la chambre de métiers devraient diminuer de 30 à 40 % pour refléter tout à fait la « réalité » de ce qu’il considère être des entreprises artisanales. De son côté, la chambre régionale de métiers et de l’artisanat qui a toujours produit ses chiffres selon la définition officielle de l’entreprise artisanale refuse de se plier à une nouvelle définition réduisant le champ de l’artisanat.

  • 58 Lahire B., « Mobilités et influences », La culture des individus. Dissonances culturelles et distin (...)

64Il convient par ailleurs de rappeler que les données de l’enquête FQP ne nous révèlent que le groupe socioprofessionnel des « artisans » entrants cinq ans auparavant, mais rien ne nous dit à quel groupe ils appartenaient plus tôt ou entre les deux dates. Nous pouvons, par exemple, raisonnablement imaginer qu’un cadre change d’orientation professionnelle en apprenant un nouveau métier, accède provisoirement à un emploi d’ouvrier puis s’installe à son compte. Il pourra alors être classé dans la catégorie « ouvrier » cinq ans avant d’être « artisan », les données statistiques révélant en vérité assez mal la réalité de son déplacement dans la stratification sociale. De la même façon, les ouvriers nouvellement installés et repérables dans l’enquête FQP peuvent avoir suivi des études supérieures avant de se reconvertir, à l’image de décrocheurs de l’université rencontrés. Ceci modifie alors l’interprétation que nous pouvons faire de leur déplacement professionnel car ces artisans-là ne sont pas d’ex-ouvriers « comme les autres ». Les données statistiques passent ainsi sous silence ces « petits déplacements sociaux » pour reprendre l’expression de Bernard Lahire caractérisant ces petites mobilités invisibles à l’échelle macrosociale, mais bien réelles dans le vécu de l’individu socialisé dans plusieurs environnements58. En dehors de spectaculaires changements de classes sociales, le sociologue peut mettre en évidence des micro-mobilités à condition qu’il s’intéresse à l’histoire des individus et aux différents cadres socialisateurs auxquels il a été soumis.

  • 59 Bertaux D., « Mobilité sociale biographique. Une critique de l’approche transversale », Revue franç (...)
  • 60 Cf. Bourdieu P., La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979 (...)

65Cette critique a déjà été formulée par Daniel Bertaux qui suggérait de compléter l’analyse synchronique, voire structurelle, de flux, par un autre « mode d’enquête et de pensée longitudinale59 », ou diachronique. Il s’agit de passer d’une description d’ensemble du groupe à une description des cheminements individuels à l’échelle de toute une vie de ceux qui composent ce groupe. Grâce à cette méthode, nous pouvons connaître toutes les étapes qui constituent la trajectoire individuelle des enquêtés, mais aussi comprendre les différents changements de statut qui la jalonnent. Nous passons ainsi de la photographie d’un groupe à un moment t (ou à différents moments) à une mise en lumière des processus qui le traverse. De cette façon, nous examinons les mouvements et les sens de ces mouvements. L’idéal, en matière d’analyse longitudinale, consiste à interviewer, à différents moments, une cohorte d’individus. Cependant, s’agissant des artisans, il est impossible de suivre un même échantillon d’enquêtés sur une longue durée puisque leur cheminement socioprofessionnel se réalise à l’échelle de toute une vie. Ainsi, la méthodologie la mieux adaptée à cette population consiste à recueillir, de façon rétrospective, le récit de la carrière professionnelle et familiale des individus. On connaît bien les limites de cette méthode : les interviewés reconstruisent leur passé en fonction de leur point d’arrivée et se racontent pour donner un sens (c’est-à-dire une signification autant qu’une direction) aux événements60. Cependant, les représentations des individus comptent pour saisir leurs pratiques, c’est-à-dire que leur interprétation des faits apporte un éclairage pertinent sur les trajectoires, notamment s’agissant de mobilité sociale. Par ailleurs, il convient de ne pas prendre l’histoire individuelle « en dehors de toutes choses » ; elle s’inscrit dans différents contextes : historique et conjoncturel, spatial, législatif et institutionnel…

66Pour tenter de synthétiser les résultats de ce chapitre, nous pouvons dire que, dans le modèle idéaltypique proposé par Bernard Zarca, c’est l’exercice commun du métier et la proximité des cursus socioprofessionnels des ouvriers et des patrons qui entraînent une identification mutuelle des membres de l’artisanat et régulent les comportements. Or, le miroir identificatoire qui les unit se fissure dès lors que que la division du travail artisanal est modifiée par une séparation entre fonctions de production et de gestion, entraînant une diminution de la pratique commune et simultanée du métier entre membres de l’artisanat tous statuts confondus.

67Cette fissure semble d’autant plus nette que les normes d’acquisition des savoirs se sont diversifiées et que le groupe s’est ouvert à un public qui ne se destinait pas initialement aux métiers de l’artisanat. Sans conclure à une fin de l’artisanat trop souvent programmée, nous pouvons tout de même pointer sa « dérégulation » par l’atteinte à ce qui fondait sa particularité, à savoir sa division du travail par classes d’âge et la singularité du cheminement socioprofessionnel de ses membres. Les nouveaux entrants semblent se disperser davantage selon la fonction occupée, entre l’homme de métier producteur et le gestionnaire. Le groupe des artisans, à l’unité éclatée, rassemble des individus aux origines sociales et aux itinéraires professionnels variés et apparaît finalement de moins en moins nettement sous les traits d’un groupe social qui réunirait des individus aux propriétés communes.

Notes

1 Weber M., Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1965.

2 Zarca B., L’artisanat français, du métier au groupe social, op. cit., 1986, p. 8.

3 Ibid., p. 12.

4 Jaeger C., Artisanat et capitalisme, l’envers de la roue de l’histoire, op. cit., p. 156.

5 Cela n’exclut cependant pas qu’il puisse y avoir d’autres formes de complicité entre ouvriers de l’industrie.

6 Zarca B., L’artisanat français…, op. cit., p. 15.

7 Idem.

8 Ibid., p. 14-15.

9 Rappelons, au passage, la devise des compagnons : « Ni se servir, ni s’asservir, mais servir. » Sur l’étude du compagnonnage, le lecteur pourra se reporter notamment à Guédez A., Compagnonnage et apprentissage, Paris, PUF, 1994, et à Castéra B., Le compagnonnage : culture ouvrière, Paris, PUF, 2002.

10 Zarca B., « La spécificité de l’artisanat au sein des classes moyennes traditionnelles », Revue française de sciences politiques, no 32 (2), 1982, p. 215.

11 Liliane Bernardo, qui utilise le concept de maisonnée (collectif productif visant au maintien du groupe par un engagement dans une « cause commune ») pour penser les relations entre patronne et femme de ménage, insiste aussi sur le fait que cette proximité ne retire rien à la réalité de l’inégalité des rapports employeur/employé : Bernardo L., « La place des sentiments dans l’aide professionnelle de gré à gré », in Weber F., Gojard S. et Gramain A. (dir.), Charges de famille, dépendance et parenté dans la France contemporaine, Paris, La Découverte, 2003, p. 362-389.

12 Zarca B., L’artisanat français, du métier au groupe social, op. cit., p. 20.

13 Zarca B., « Artisanat et trajectoires sociales », Actes de la recherche en sciences sociales, no 29, 1979, p. 4.

14 Ibid., p. 5.

15 Jaeger C. (dir.), L’artisanat en évolution : l’exemple de cinq métiers, rapport, ministère du Commerce et de l’Artisanat, ministère du Plan et de l’Aménagement du territoire, Centre de l’image et de la recherche audiovisuelle, 1983, p. 224-225.

16 Guignon S., « La femme du fromager. Le mariage : condition de sa professionnalisation », in Jacques-jouvenot D. et Tripier P. (dir.), « Loin des mégalopoles, couples et travail indépendant », Les Cahiers du genre, no 37, 2004, p. 41-57.

17 J’ai pris rendez-vous avec Antoine Bernard par l’intermédiaire de son assistante, qu’il sollicitera d’ailleurs au cours de l’entretien pour qu’elle lui porte un logiciel de présentation de l’entreprise qu’il souhaite me montrer. L’interview, enregistrée, a duré un peu moins d’une heure et s’est déroulée à l’étage le plus haut du bâtiment, dans le vaste bureau d’Antoine Bernard où nous avons pris place dans de larges fauteuils de cuir.

18 La première propose du conseil opérationnel en réduction de coûts et emploie huit personnes. L’activité de la seconde porte sur la diffusion de cartes de réduction pour les salariés de comités d’entreprises et occupe cinq salariés. Enfin, la troisième (avec ses deux employés) s’inscrit sur le marché de l’édition et de la diffusion de souvenirs de famille.

19 Zarca B., L’artisanat français, op. cit., p. 113.

20 Delteil G., La franchise commerciale, Paris, PUF, 2002.

21 Dubernet A.-C., « Des “métiers traditionnels aux vrais métiers” », in Piotet F. (dir.), La révolution des métiers, Paris, PUF, 2002, p. 25-52.

22 Jaeger C., Artisanat et capitalisme, l’envers de la roue de l’histoire, op. cit., p. 157.

23 Ibid., p. 185.

24 Ibid., p. 191.

25 Moreau G., Le monde apprenti, op. cit., p. 106-107.

26 Delavaud L. et Poulain L., Être apprenti en Pays-de-la-Loire, Céreq régional des Pays-de-la-Loire, MSH Ange Guépin, 2008 et Riot L., Des CFA ouverts au regard sociologique, enquête relative à l’accueil et à l’intégration des apprentis en Pays-de-la-Loire, Céreq régional des Pays-de-la-Loire, MSH Ange Guépin, 2008.

27 Loi no 87-572 du 23 juillet 1987 modifiant le titre premier du Code du travail et relative à l’apprentissage, dite réforme Seguin.

28 Certificat d’aptitude professionnelle et brevet d’enseignement professionnel.

29 Brevet de technicien, brevet de maîtrise, brevet professionnel.

30 Brevet de technicien supérieur, diplôme universitaire de technologie.

31 Selon le système d’information sur les apprentis (Sifa), Repères et références statistiques, ministère de l’Éducation nationale, 2012.

32 Moreau G., Le monde apprenti, op. cit., p. 110.

33 Ibid., p. 117 et suiv.

34 Sauf si au moins un salarié, en permanence présent durant les heures d’ouverture du salon, en dispose à la place du patron.

35 Loi no 82-1091 du 23 décembre 1982 relative à la formation professionnelle des artisans, article 2, Journal officiel de la République française (JORF), 24 décembre 1982, p. 3850.

36 Il lui en coûtera 300 euros. Si une autre personne participe (le conjoint par exemple ou un associé) celle-ci ne s’acquittera que de 150 euros.

37 Comme le stage est organisé par les chambres de métiers et de l’artisanat et des organisations professionnelles, son contenu et les modalités de son déroulement peuvent varier d’un département à l’autre.

38 J’ai rencontré Guy Martin par le biais de son prédécesseur. Je suis en effet passée à l’adresse indiquée sur mon listing ; là, j’ai été accueillie, un peu froidement, par Mme Peron. Sans jamais refuser l’entretien, elle avançait différents prétextes pour m’écarter de l’entreprise : son mari était absent, elle avait beaucoup de travail et puis, elle ne voyait pas l’intérêt d’une telle rencontre. Face à mon insistance, Mme Peron m’a finalement avoué qu’ils n’étaient désormais plus les propriétaires de l’entreprise. Oui, le numéro que je possédais était bien celui de leur domicile comme celui de l’entreprise, mais ils étaient désormais salariés ! Parce que je le lui demandais (et vraisemblablement dans l’espoir de se débarrasser enfin de moi !), Mme Peron m’a donné le numéro de téléphone de leur repreneur, en précisant mystérieusement : « je ne sais pas sur qui vous allez tomber ! » Acceptant directement que nous nous rencontrions pour retracer sa trajectoire, Guy Martin m’a proposé un rendez-vous dans un autre magasin de pompes funèbres qu’il gérait, dans une petite ville du département. L’entretien, enregistré, a duré environ deux heures. Nous nous sommes installés dans un petit bureau qui permet d’ordinaire de recevoir les clients.

39 Gresle F., L’univers de la boutique, les petits patrons du Nord (1920-1975), Lille, Presses universitaires de Lille, 1981, p. 29.

40 Mayer N., « Une filière de mobilité ouvrière : l’accès à la petite entreprise artisanale et commerciale », Revue française de sociologie, no 18, 1977, p. 29.

41 Girod R., Mobilité sociale, faits établis et problèmes ouverts, Genève, Droz, 1971.

42 Bertaux D., « Mobilité sociale biographique. Une critique de l’approche transversale », Revue française de sociologie, no 15, 1974, p. 329-362.

43 Gresle F., op. cit., p. 22.

44 Chauvel L., « Les nouvelles générations devant la panne prolongée de l’ascenseur social », document de travail préparatoire à l’article, Revue de l’OFCE, janvier 2006, [http : //louis.chauvel.free.fr/ofceralentissementgenerationnel5.pdf] (consulté le 20 juin 2009), p. 1.

45 Chauvel L., Le destin des générations. Structure sociale et cohortes en France au XXe siècle, Paris, PUF, 2002 (1re édition : 1998).

46 Pour éviter toute confusion dans les catégories, on indiquera « artisan » entre guillemet lorsqu’il s’agit de la catégorie socioprofessionnelle 21 de l’Insee et artisan sans guillemet quand la définition retenue sera la définition juridique.

47 Voir notamment : Chenu A., Sociologie des employés, paris, La Découverte, 2005 et Alonzo P., « Les employés : « un archipel à la dérive » », in Bouffartigue P. (dir.), Le retour des classes sociales. Inégalités, dominations, conflits, Paris, La Dispute, 2004, p. 93-109.

48 Zarca B., « Barrières à l’entrée, turbulences et facteurs d’exclusion de l’artisanat », Consommation, no 4, 1977, p. 59.

49 Ibid., p. 84.

50 Estrade M.-A. et Missègue N., « Se mettre à son compte et rester indépendant, des logiques différentes pour les artisans et les indépendants des services », Économie et statistiques, no 337-338, 2000, p. 175.

51 Ont été exclus les individus dont le père exercé une profession inconnue ou étaient inactifs, soit 3,3 % de notre population.

52 Pour comparaison, 10,3 % de l’ensemble des actifs de l’enquête FQP 2003 ont un père agriculteur.

53 Zarca B., « Barrières à l’entrée, turbulences et facteurs d’exclusion de l’artisanat », Consommation, no 4, 1977, p. 62.

54 Zarca B., « Barrières à l’entrée, turbulences et facteurs d’exclusion de l’artisanat », Consommation, no 4, 1977, p. 59.

55 L’enquête porte sur les actifs occupés aux deux dates et les définitions des deux populations sont les suivantes : les ouvriers de 1970 correspondent aux catégories socioprofessionnelles 60 à 68 de la classification antérieure de l’INSEE (60 : contremaîtres, 61 : ouvriers qualifiés, 63 : ouvriers spécialisés, 65 : mineurs, 66 : marins et pêcheurs, 67 : apprentis ouvriers, 68 : manœuvres). L’équivalent retenu pour 2003 correspond au groupe socioprofessionnel des ouvriers (6), regroupant les catégories socioprofessionnelles 62 à 69 (62 : ouvriers qualifiés de type industriel, 63 : ouvriers qualifiés de type artisanal, 64 : chauffeurs, 65 : ouvriers qualifiés de la manutention, du magasinage et du transport, 67 : ouvriers non qualifiés de type industriel, 68 : ouvriers non qualifiés de type artisanal et enfin 69 : ouvriers agricoles). Quant aux petits patrons de 1970, ils réunissent les catégories socioprofessionnelles 22 (artisans) et 27 (petits commerçants) de l’ancienne nomenclature et, en 2003, les catégories socioprofessionnelles équivalentes, à savoirs les artisans (21) et les commerçants et assimilés (22).

56 Les artisans mobiles sont, rappelons-le, les individus classés dans la catégorie socioprofessionnelle « artisan » en 2003, mais dans une autre en 1998.

57 Zarca B., « Barrières à l’entrée, turbulences et facteurs d’exclusion de l’artisanat », Consommation, no 4, 1977, p. 74.

58 Lahire B., « Mobilités et influences », La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte, 2004, p. 411-556.

59 Bertaux D., « Mobilité sociale biographique. Une critique de l’approche transversale », Revue française de sociologie, no 15, 1974, p. 331.

60 Cf. Bourdieu P., La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979, p. 81-89.

Table des illustrations

Titre Figure 6. – Niveau de formation des apprentis du secteur des métiers en Loire-Atlantique en 2011
Légende Source : chambre de métiers et de l’artisanat de Loire-Atlantique, 1er janvier 2011.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/68172/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Tableau 5. – Groupe socioprofessionnel en 1998 des « artisans » entrants en 2003
Légende Champ : Français, artisans âgés de 25 à 59 ans ayant exercé une activité professionnelle.Source : Insee, Enquête formation et qualification professionnelle en 2003.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/68172/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search