Version classiqueVersion mobile

L'artisanat français

 | 
Caroline Mazaud

Première partie. L'énigme de l'artisanat

Chapitre II. Focus sur les chiffres de l’artisanat

Texte intégral

  • 1 Sources de ces données chiffrées : APCMA, 2007.
  • 2 Voir notamment Marchand O. et Thélot C., Le travail en France (1800-2000), Paris, Nathan, 1997 (et (...)

1Avec ses 920 000 entreprises sur le territoire national, l’artisanat représente un tiers des entreprises françaises. Le secteur réunit plus de 3 millions d’actifs, soit environ 13 % de la population active totale. Occupant 2,5 millions de salariés et générant 300 milliards d’euros de chiffres d’affaires chaque année, l’artisanat est un des principaux producteurs de richesse en France. Réparties sur le tout le territoire, les entreprises artisanales forment 200 000 apprentis par an, constituant en même temps qu’une véritable économie de proximité un acteur de la formation de premier plan1. Les données globales relatives à l’artisanat, sur lesquelles s’appuie la communication professionnelle orchestrée par ses représentants, offrent l’image d’un secteur économique dynamique. La photographie statique ne contredirait d’ailleurs pas l’image animée du secteur au fil du temps. Qu’il s’agisse du nombre de ses entreprises, de l’emploi qu’il génère, l’artisanat afficherait des effectifs en perpétuelle progression. Il serait même un des secteurs qui résiste le mieux à la crise. Pourtant, cette image de vitalité vient s’opposer aux connaissances que nous avons de l’évolution de la structure sociale en France : celle-ci se caractérise en effet par un mouvement de salarisation accrue et durable qui se manifeste par un recul de la part des indépendants dans la population active. Les possesseurs des moyens de production, qu’ils soient exploitants agricoles, artisans ou boutiquiers, ont ainsi vu leurs effectifs (et leur part relative) fortement diminuer au cours des deux derniers siècles. Au milieu du XIXe siècle, on comptait environ 9 millions d’indépendants, pour moins de 3 millions aujourd’hui. Les travailleurs non salariés représentaient ainsi plus de la moitié de la population active au début de cette période, alors qu’ils ne réunissent, aujourd’hui, que 10 % du total des actifs2.

Un dynamisme global apparent…

  • 3 Durand M. et Frémont J.-P., L’artisanat en France, Paris, PUF, 1979, p. 46.

2Marc Durand et Jean-Paul Frémont, qui ont observé l’évolution de l’artisanat sur la longue durée, rapportent que le nombre d’entreprises artisanales a diminué à partir du début du siècle dernier jusqu’en 1972. Depuis, on enregistre une progression modeste des immatriculations au répertoire des métiers, passant de 771 000 à cette date à 814 000 cinq ans plus tard3. Si l’on prolonge l’observation en s’appuyant de la même façon sur les effectifs d’entreprises immatriculées au répertoire des métiers à plus courts termes, on constate une progression constante. Selon l’Assemblée permanente des chambres de métiers et de l’artisanat (APCMA), le nombre d’entreprises artisanales a progressé en France de plus de 100 000 unités en moins de 10 ans : on en comptait en effet 920000 en 2007, pour seulement 819 000 en 1998. Le dynamisme profite aussi à la taille des entreprises. En effet, non seulement le nombre d’entreprises artisanales ne cesse de progresser, mais l’effectif salarié également. On a ainsi atteint, en France, la barre des 2 500 000 salariés en 2007, alors que moins de 2 000 000 étaient encore salariés 9 ans plus tôt. Mais il y a plus : l’emploi du secteur progresse plus vite que l’effectif des entreprises artisanales, si bien que le nombre moyen de salariés par entreprise augmente également.

3En Loire-Atlantique, l’évolution suit la même tendance qu’à l’échelle nationale. Et, si certaines années voient leurs effectifs légèrement plus bas que l’année précédente, cela ne remet pas en cause l’augmentation tendancielle. Autrement dit, la tendance à l’augmentation du nombre d’entreprises se vérifie malgré le contexte économique difficile.

Figure 1. – Évolution du nombre d’établissements et de salariés de l’artisanat en Loire-Atlantique de 1996 à 2011

Figure 1. – Évolution du nombre d’établissements et de salariés de l’artisanat en Loire-Atlantique de 1996 à 2011

Sources : RIM (effectif au 1er janvier de chaque année), chambre de métiers et de l’artisanat de Loire-Atlantique.

4Les données statistiques de la Loire-Atlantique ne démentent pas non plus la tendance nationale quant à l’emploi. On enregistre en effet sur les quinze dernières années une progression de 22,7 % du nombre d’entreprises, quand l’effectif salarié a augmenté de 51,9 % sur cette même période. Malgré le fait qu’environ une entreprise artisanale sur deux n’emploie encore aucun salarié, la moyenne s’élève, à 2,6 salariés par entreprise dans le département. Si l’on ne s’intéresse qu’aux entreprises qui emploient des salariés, l’effectif moyen s’élève alors à 5,5 salariés par entreprise.

5Alors que la part des entreprises artisanales employant plus de dix salariés est encore faible (de l’ordre de 6 % du secteur), l’effectif salarié occupé y est, lui, important. Ainsi, en Loire-Atlantique, les salariés employés en 2010 dans les entreprises artisanales de plus de 10 salariés représentent environ 46 % de l’emploi total de l’artisanat du département. Cela signifie que le « droit de suite », qui autorise une entreprise à rester immatriculée au répertoire des métiers si elle dépasse le seuil de dix salariés, permet à près de la moitié de l’emploi du secteur d’appartenir officiellement à l’artisanat. Autrement dit, un salarié sur deux, employé dans l’artisanat départemental, n’aurait pu être considéré comme tel il y a plus d’une quinzaine d’années de cela.

  • 4 Observatoire régional de l’artisanat, Note régionale de conjoncture de l’artisanat des Pays-de-la-L (...)

6S’agissant de la conjoncture actuelle, si certains dirigeants d’entreprises artisanales évoquent un ralentissement de leur activité, voire des difficultés de trésorerie, la majorité d’entre eux déclarent une activité stable au cours du dernier semestre 2012 ; l’emploi a, par ailleurs, été en grande partie préservé, souligne la chambre régionale de métiers et de l’artisanat dans sa note de conjoncture qu’elle publie désormais chaque trimestre4. Ce ralentissement relatif qui se manifeste avant tout par un sentiment d’inquiétude de certains dirigeants ne se traduit pas en effet par une réduction des effectifs salariés de l’artisanat.

7Les informations avancées ici s’intègrent dans le tableau actuellement dressé de l’artisanat par ses représentants, comme par certains chercheurs en sciences sociales. Les théories du renouveau artisanal s’appuient en effet souvent sur ces données globales portant sur l’évolution à court terme de l’artisanat. Loin d’être en déclin, l’artisanat serait un secteur dynamique et prometteur en termes de développement d’activité et d’emploi. L’entrepreneuriat, domaine des sciences de gestion qui étudie la création d’entreprises, participe à l’émergence de cette représentation de l’artisanat comme d’un secteur en plein développement économique. Ni associé à l’image négative d’un secteur vieilli ou dépassé (survivance du passé), ni attaché à son pendant positif, folklore respecté (mais tout autant désuet), l’artisanat serait « moderne ». Ainsi, appuyant notamment son argumentation sur les actuels chiffres officiels de l’artisanat (nombre d’entreprises, nombre de salariés, chiffre d’affaire…), Alioune Ba, maître de conférences en gestion, affirme :

  • 5 Ba A., « Artisans sans frontières », in Boutillier S. et Fournier C. (dir.), Artisanat, la modernit (...)

« L’artisanat est un acteur de poids dans le tissu économique français. Il occupe une place prépondérante dans le paysage économique. Toutefois, ce secteur est souvent négligé à cause de sa petite taille. De plus, il y a une relative méconnaissance du monde de l’artisanat, car c’est un secteur complexe, qui regroupe notamment beaucoup de métiers différents. C’est une erreur, car aujourd’hui, l’artisanat est prometteur en terme de dynamisme et d’emploi5. »

8Or, ces travaux s’appuient dans la plupart des cas sur des indicateurs économiques, tirés d’une observation globale de l’artisanat, c’est-à-dire selon une vision unifiée du secteur des métiers où les effectifs agrégés suffisent à justifier d’une tendance unique. Et, le choix de tels indicateurs, comme l’échelle d’observation retenue, ignore les différenciations et les mutations internes, derrière cette progression généralisée. Autrement dit, ils aplatissent les différences en procédant à une opération de moyenne d’un ensemble varié.

… qui masque des réalités très variées

9Le dynamisme global affiché par les représentants de l’artisanat, qui reçoivent le soutien de certaines recherches en sciences de gestion, résiste mal à un niveau d’observation moins agrégé. Comme l’affirme en effet Jacques Revel, « le choix d’une échelle particulière d’observation produit des effets de connaissances ». Ainsi :

« Faire varier la focale de l’objectif, ce n’est pas seulement faire grandir (ou diminuer) la taille de l’objet dans le viseur, c’est en modifier la forme et la trame. Ou, pour recourir à un autre système de références, jouer sur les échelles de représentation en cartographie ne revient pas à représenter une réalité constante en plus grand ou en plus petit, mais à transformer le contenu de la représentation (c’est-à-dire le choix de ce qui est représentable). »

  • 6 Revel J., « Micro-analyse et construction du social », in Revel J. (dir.), Jeux d’échelle, la micro (...)
  • 7 Ibid., p. 23.

10Mais précise-t-il, « la dimension “micro” ne jouit, à cet égard, d’aucun privilège particulier. C’est le principe de la variation qui compte, non le choix d’une échelle particulière6 ». Aussi, changer d’échelle, c’est permettre « un retour critique sur l’utilisation de critères et de découpages dont la pertinence semblait aller de soi7 ». Pour apprécier plus justement la situation de l’artisanat, il faut donc, non pas se satisfaire d’une description globale du secteur mais se pencher aussi sur le détail de ses activités. Si l’on compare les entreprises artisanales immatriculées au répertoire des métiers à plus de trente ans d’intervalle, on observe ainsi une transformation structurelle importante.

Figure 2. – Répartition des entreprises artisanales françaises selon leur secteur d’activité (en %) en 1974 et en 2008

Figure 2. – Répartition des entreprises artisanales françaises selon leur secteur d’activité (en %) en 1974 et en 2008

Sources : RIM 1974 et 2008.

  • 8 Ces données sont fournies par Marc Durand et Jean-Paul Frémont (Durand M. et Frémont J.-P., op. ci (...)

11Sur la période 19748-2008, la part du secteur de l’alimentation se réduit fortement passant de 17 % à 11 % du total des entreprises artisanales. Concurrencée par l’industrie, la production artisanale qui rassemblait près de 20 % des immatriculés au répertoire des métiers en 1974 n’en réunit aujourd’hui que 17 %. En revanche, le bâtiment qui rassemble le plus d’entreprises bénéficie d’une augmentation remarquable passant de 35 % à 40 % des entreprises artisanales françaises. La part du secteur de la réparation et des services progresse de la même façon passant de 28 % à 32 % des entreprises artisanales. L’artisan d’aujourd’hui semble être moins fréquemment un commerçant de proximité ou un petit producteur de biens. Plus souvent à la tête d’une entreprise de bâtiment, il peut également être plus souvent qu’il y a une trentaine d’années, un prestataire de services.

12La répartition sectorielle des entreprises artisanales de Loire-Atlantique est proche de la répartition nationale. On notera cependant que l’artisanat du département est marqué par une part du bâtiment plus forte qu’à l’échelle nationale puisque les entreprises de ce secteur représentent 44 % du secteur des métiers soit 4 points de plus qu’au niveau national. La part des trois autres grands secteurs est légèrement plus faible en Loire-Atlantique.

13L’observation de la répartition de l’emploi artisanal, et non plus seulement les entreprises, selon le secteur d’activité, nous éclaire sur les disparités sectorielles que masquent les statistiques agrégées.

Figure 3. – Répartition des établissements artisanaux par secteurs d’activité en Loire-Atlantique. Figure 4. – Répartition de l’emploi artisanal par secteurs d’activité en Loire-Atlantique

Figure 3. – Répartition des établissements artisanaux par secteurs d’activité en Loire-Atlantique. Figure 4. – Répartition de l’emploi artisanal par secteurs d’activité en Loire-Atlantique

Sources : RIM, chambre de métiers et de l’artisanat de Loire-Atlantique au 1er janvier 2011.

  • 9 Si, à l’échelle nationale, la répartition sectorielle varie quelque peu, les activités qui emploie (...)

14C’est dans le domaine de la production que l’emploi est le plus important : alors que ce secteur représente 15 % des établissements de Loire-Atlantique, il réunit en effet 22 % de l’emploi artisanal. La part de l’emploi artisanal du secteur de l’alimentation est également supérieure à la part occupée par ses établissements au sein du secteur des métiers : on compte 13 % des salariés artisanaux dans ce secteur pour 10 % des établissements artisanaux. Ce sont le bâtiment et la réparation/services qui embauchent le moins de salariés : leur taux d’emploi (respectivement 40 % et 25 %) est inférieur à la part que leurs établissements occupent dans l’artisanat départemental (44 % et 31 %9). Mais ces quatre grands secteurs manquent d’unité et nous observerons que les situations peuvent être extrêmement variables d’un métier à l’autre, à l’intérieur d’un même secteur.

  • 10 L’extraction a été effectuée en janvier 2006 et le traitement des données a été réalisé grâce au l (...)
  • 11 Il s’agit de dirigeants nés en 1956 et avant [N = 932].
  • 12 Ce sont des dirigeants dont l’entreprise a été immatriculée au RIM entre le 1er janvier 2002 et le (...)
  • 13 15 % des nouveaux immatriculés ont 50 ans et plus. Cette sous-population, qui réunit 173 individus (...)
  • 14 Plus l’observation est fine et plus les effectifs sont faibles. Gardant à l’esprit qu’une variatio (...)

15Ainsi, lorsque l’on entre, plus finement encore, dans la répartition détaillée par métiers, on s’aperçoit que la réalité artisanale est beaucoup plus variée, et que l’embellie globale masque de graves difficultés de reproduction de certains groupes. Évitant de se satisfaire de la photographie d’un moment, on n’oubliera pas d’inscrire ces observations plus fines dans le temps long. Afin de saisir l’évolution des métiers de l’artisanat en Loire-Atlantique, je propose de faire reposer l’analyse sur la comparaison de deux populations : la première correspondant aux artisans sur le départ et la seconde à ceux qui viennent tout juste grossir les rangs des immatriculés au répertoire des métiers. À partir d’une extraction tirée du RIM et portant particulièrement sur les cinq communes de Loire-Atlantique qui constituent mon terrain (à savoir, Nantes, Machecoul, La Turballe, Abbaretz et Saint-Vincent-des-Landes10), je propose de comparer des « sortants » âgés de 50 ans et plus11 et des « entrants » immatriculés au RIM depuis moins de 4 ans12. Sans préjuger d’un strict remplacement des premiers par les seconds, j’ai établi ces comparaisons pour donner un aperçu des grandes tendances qui traversent la structure des activités artisanales à ce moment clé qui voit les baby-boomers partir en retraite. En effet, il ne peut s’agir d’une stricte substitution d’une population par l’autre puisque les critères les délimitant sont d’ordres différents : le premier groupe constitue ce que l’on pourrait appeler une « génération », quand le second rassemble les professionnels les plus récemment immatriculés au répertoire des métiers et qui peuvent d’ailleurs tout à la fois appartenir à la première population13. Néanmoins, en plaçant le regard du point de vue du groupe des artisans définis juridiquement et dans la perspective de voir les transformations à l’œuvre, il semble que les deux populations ainsi définies soient les plus pertinentes pour décrire ceux qui partent et ceux qui entrent14.

Des difficultés de renouvellement dans certains métiers…

L’alimentation, un secteur très contrasté

  • 15 On compte 26 boulangeries-pâtisseries chez les sortants pour 73 chez les entrants.
  • 16 On compte 10 boucheries pures chez les sortants contre 7 chez les entrants et 9 boucheries-charcut (...)
  • 17 Auvolat M., Lavigne J.-C. et Mayère A., L’artisanat en France, réflexion générale et prospective, P (...)

16La situation du secteur de l’alimentation est très contrastée. Alors que la part des boulangeries-pâtisseries est plus de deux fois supérieure chez les entrants que chez les sortants15, les boucheries affichent un taux presque deux fois plus faible chez les nouveaux immatriculés que chez les artisans sur le départ16. Michel Auvolat avait déjà souligné ce meilleur maintien de la boulangerie artisanale par rapport aux boucheries17 : après une tentative, à la fin des années 1960 et au début des années 1970, de se positionner sur le marché des grandes surfaces et des collectivités, les artisans boulangers se sont finalement resserrés sur une clientèle de proximité. Par ailleurs, plutôt que de poursuivre dans la vente de produits industrialisés, ils ont diversifié leur gamme en proposant différents produits à base de pâte à pain, comme la fabrication et la vente de pizzas par exemple. Au contraire, l’industrialisation de la filière viande (de la production à la distribution) a eu un impact plus lourd sur la boucherie que sur la boulangerie artisanale, affirme Michel Auvolat, qui avance trois raisons principales à la fragilisation du secteur de la boucherie : des raisons réglementaires d’abord, avec notamment, à partir de 1968, l’interdiction de l’abattage par les bouchers pour des questions d’hygiène, ont exclu ces artisans de l’amont de la filière. De grands groupes se sont alors emparés de la première transformation (les carcasses). Enfin, des chaînes de boucherie de moyennes et de grandes surfaces ont fortement concurrencé les artisans dans les dernières transformations et la distribution du produit fini. J’ai justement rencontré, au cours de mon enquête, un couple (M. et Mme Leroux) installé en boucherie depuis trois ans (à Abbaretz). Toutefois, leur installation n’a pu se faire que parce que l’entreprise reprise est en fait une supérette, dont la boucherie représente moins de la moitié du chiffre d’affaires. Ils souhaitaient initialement reprendre une boucherie pure, mais ils en ont été dissuadés par leur entourage, et notamment des amis qui s’étaient eux-mêmes installés dans ce métier sans autre activité complémentaire.

  • 18 J’ai mené un entretien avec Nathalie Leroux un après-midi du mois de mai 2007. J’étais passée quel (...)

« À entendre dire, c’était cher, ce n’était pas très viable. » Nathalie et Jean-Christophe Leroux, bouchers et gérants d’une supérette à Abbaretz18
Jean-Christophe Leroux entame, en 1983, un CAP en boucherie. Bien qu’il n’ait pas obtenu son diplôme, il est embauché comme ouvrier dans un supermarché. Il quitte cet emploi pour un autre établissement, toujours dans la grande distribution, lui offrant l’opportunité d’une promotion professionnelle : il passe d’ouvrier boucher au poste de second boucher, pour finir responsable du rayon boucherie.
Mais « il a voulu aller encore plus loin », m’explique son épouse. C’est alors que mûrit leur projet d’installation en boucherie. Or, les renseignements pris auprès d’amis qui sont passés par une telle expérience ne sont pas très encourageants : « À entendre dire… C’était cher. Ce n’était pas très viable », raconte Mme Leroux. C’est une discussion avec des fournisseurs de viandes, avec qui Jean-Christophe Leroux a longtemps travaillé, qui l’oriente finalement vers Abbaretz : « Il y a souvent des tuyaux, des indices sur les magasins qui sont à vendre. » Dans cette commune, la supérette, dont le rayon boucherie représente 40 % du chiffre d’affaires, est à vendre. Leur prédécesseur a auparavant diversifié son activité de boucherie en proposant à sa clientèle d’autres produits de consommation : la boucherie est devenue supérette. Le couple décide donc de racheter cette entreprise. Ouvrière dans une usine de chaussures, Mme Leroux démissionne ; son époux quitte lui aussi son emploi. La vente de leur maison individuelle leur fournit l’apport personnel nécessaire au prêt bancaire dont ils ont besoin.

  • 19 19 entreprises sont immatriculées au RIM chez les sortants contre seulement 8 chez les entrants.

17Mais c’est aujourd’hui le nombre de charcuteries artisanales qui est le plus en recul dans le secteur de l’alimentation. La part qu’elles occupent dans l’artisanat est en effet presque trois fois moins importante chez les nouveaux immatriculés que chez les sortants19. Cette difficulté dans la reproduction du groupe semble par ailleurs accentuée par l’âge des entrants de ce métier : sur les 8 charcutiers nouvellement installés, seulement 2 ont en effet moins de 40 ans.

  • 20 Les métiers indiqués en italique correspondent aux APRM de l’analyse sectorielle.
  • 21 Au cours de notre entretien, Jean-Michel Martin me demande quand j’ai mangé du pâté pour la derniè (...)

18Pour autant, les métiers de charcutier et de boucher se transforment pour s’adapter aux nouvelles normes de consommation et les secteurs artisanaux de la viande et de la charcuterie diversifient leur gamme de produits proposés. Sans compenser totalement la baisse des effectifs de ces métiers, des charcutiers deviennent des préparateurs de plats à emporter en charcuterie20 et certains bouchers des fabricants de plats cuisinés à base de viande. Mes entretiens en témoignent : l’activité de traiteur est indispensable à la survie des charcuteries et boucheries artisanales car les pratiques alimentaires se sont fortement modifiées en quelques décennies : le consommateur lambda mange moins de charcuterie et prend moins de repas à domicile. Il passe aussi globalement moins de temps à cuisiner et achète davantage de produits préparés, ce qui le conduit à consommer davantage de sandwiches et de produits traiteur. C’est ce qu’expliquent Jean-Michel et Brigitte Martin, couple de charcutier-traiteur âgé de plus de 50 ans, installé à La Turballe. Troisième génération à prendre les rênes de l’entreprise créée par son grand-père en 1914, Jean-Michel Martin ne transmettra pas la charcuterie à ses enfants. Le contexte actuel (concurrence de la grande distribution, et de plus en plus du hard discount, et transformation des modes de consommation) qui ne permet pas aux charcuteries artisanales de prospérer, a eu raison de la tradition de la succession21. L’entreprise familiale a ainsi perdu un grand nombre de salariés ces dernières décennies et a dû modifier sa gamme de produits pour ne se consacrer quasiment qu’à une activité de traiteur. D’autres métiers de bouche sont concernés par ces transformations des pratiques alimentaires. Ainsi, Geoffroy Le Bel, jeune poissonnier installé à La Turballe déclare :

« Les gens ne veulent plus rien foutre ! Ils veulent des filets… sans arêtes. Il faut faire, il faut faire… [énumérant] Il faut faire des paëllas, il faut faire de la choucroute de la mer, il faut faire des moules-frites, il faut faire des plateaux de fruits de mer. Alors, c’est le truc ! Le truc que je vends maintenant, c’est les plateaux de fruits de mer. Je me suis déclaré spécialiste des plateaux de fruits de mer [rires]. [Prenant un ton grandiloquent.] Je suis officialisé spécialiste des plateaux de fruits de mer ! »

L’artisanat de production concurrencé par l’industrie

  • 22 Ces données ont été établies en additionnant les activités réparties en NAR 8 qui appartiennent au (...)
  • 23 Zdatny S.M., Les artisans en France au XXe siècle, Paris, Belin, 1999.

19Le secteur de la production voit aussi sa part se réduire fortement si on compare celle des sortants à celle des entrants ; elle représente en effet 19,4 % de la première sous-population contre seulement 11,1 % de la seconde22. Le nombre d’entreprises de ce secteur de l’artisanat, directement concurrencé par l’industrie, diminue progressivement. Ceci s’inscrit dans une tendance de fond, déjà observée à l’échelle nationale et sur le temps long par d’autres chercheurs. Steven M. Zdatny rapporte ainsi que depuis la fin du XIXe siècle et tout au long de la IVe République, l’artisanat a perdu approximativement un quart de sa population. La diminution du nombre d’entreprises artisanales s’est notamment produite face à la montée de l’industrie du bois, des métaux, du textile, du travail des étoffes et du cuir23. Le textile, cuir et habillement ainsi que l’imprimerie sont, dans nos données de Loire-Atlantique, particulièrement touchés par cette diminution.

  • 24 Zarca B., « La dépendance économique », L’artisanat français, du métier traditionnel au groupe soci (...)

20C’est plutôt dans les interstices laissés par l’industrie que l’artisanat de production se développe aujourd’hui, à l’image de la société créée par Pierre Mabileau dans la métropole nantaise et dont l’activité (le profilage à froid par formage ou pliage) s’inscrit dans un créneau spécifique, celui de l’urgence. La grande industrie ne concurrence pas cette entreprise artisanale dont la petite structure permet une plus grande réactivité et offre donc des délais d’exécution plus courts. L’industrie ne s’intéresse d’ailleurs pas à ces petits chantiers jugés pas suffisamment lucratifs. Même exerçant à 100 % une activité de sous-traitance industrielle, ces entreprises artisanales de production ne sont pas forcément dépendantes de leurs donneurs d’ordre ; c’est plutôt l’industrie qui a besoin d’elles pour s’approvisionner. D’autres chercheurs ont déjà montré la variété des situations de sous-traitance, entre dépendance et position de force, selon le degré de rareté des produits et services proposés par les entreprises artisanales aux industriels24.

21Bien qu’elles soient de moins en moins nombreuses, les entreprises du secteur de la production sont cependant les plus gros employeurs de l’artisanat. Rappelons que ce secteur rassemble sur toute la Loire-Atlantique 2 511 établissements, soit 15 % du secteur des métiers ligérien et emploie 9 672 salariés, soit 22 % de l’emploi artisanal. Situées à la frontière entre artisanat et industrie, leurs caractéristiques (activité et nombre de salariés) les font pourtant (et pour le moment) appartenir au premier secteur.

  • 25 On compte, dans ce métier, 15 sortants pour seulement 4 entrants.

22La fabrication de prothèses dentaires, autre métier du secteur de la production, réunit aussi proportionnellement moins d’entrants que de sortants (respectivement 0,3 % contre 1,6 % des immatriculés25). Mais il semblerait que l’on assiste ici à un phénomène de concentration : moins nombreuses, les entreprises de prothèses dentaires sont plus structurées et emploient davantage de salariés. Selon un prothésiste dentaire rencontré au cours de cette enquête et qui a lui-même fusionné son entreprise avec celle de son jeune frère, le numéro 1 français de la prothèse dentaire, installé en Vendée, emploierait entre 150 et 200 salariés. On compterait ensuite une multitude de laboratoires oscillant entre 60 et 80 salariés, puis des structures artisanales plus petites. Mais la tendance serait effectivement à la disparition des plus petits laboratoires.

La réparation face au marché du renouvellement et à un phénomène de concentration

  • 26 Ces données sont à interpréter avec prudence, les effectifs étant faibles : 10 cas chez les sortan (...)

23Subissant la suprématie d’un marché du renouvellement au détriment d’un marché de la réparation, certains métiers de ce secteur sont beaucoup moins présents parmi les plus récentes immatriculations au RIM. La réparation d’appareils électriques à usage domestique réunit proportionnellement six fois plus de sortants que d’entrants26. Ainsi, Michel Boisseau, 50 ans, réparateur en électroménager depuis 1980 dans la commune de Machecoul, fait état de son manque d’optimisme quant à l’avenir de son métier : « Les marques [fabricants en électroménager] poussent à la vente perpétuelle et pas à la réparation. » Ce processus est d’ailleurs déjà achevé en ce qui concerne le petit électroménager (sèche-cheveux ou fers à repasser) que l’artisan réparait dans les années 1980, mais plus du tout aujourd’hui. « Je ne vois pas ce métier comme un métier d’avenir », déclare-t-il, pronostiquant la fin des réparateurs indépendants car, selon lui, la réparation sera, dans quelques années, entièrement réalisée par le service après vente des grandes enseignes qui établiront systématiquement des contrats d’entretien et de réparation avec leurs clients.

  • 27 On compte 15 sortants et 2 entrants.

24Contraint par le même mécanisme de remplacement au détriment de la réparation des objets, le métier de cordonnier ne se reproduit pas non plus puisque les entrants sont proportionnellement huit fois moins nombreux que les sortants27. Les entretiens menés avec des artisans exerçant ce métier confirment, là encore, ces données statistiques. Les deux cordonniers rencontrés (âgés de plus de 50 ans) ne disposaient, au moment de nos entretiens, d’aucun repreneur à leurs entreprises (alors que l’un d’eux était le dernier cordonnier de sa commune). Le métier a d’autant plus de mal à se reproduire que les ateliers, de petites dimensions, n’offrent souvent pas suffisamment d’activité pour plusieurs travailleurs, si bien que peu de salariés sont employés et peu d’apprentis sont accueillis en formation au sein des cordonneries.

25Mais, de la même façon qu’au sein des métiers de l’alimentation, les artisans cordonniers ont dû diversifier leur activité pour se maintenir. Ainsi, Jacques Moretti, installé dans la commune touristique de La Turballe, exerce, parallèlement à son métier artisanal, une grande part de commerce : il vend maroquinerie, bijoux et accessoires ; sa femme expose et vend par ailleurs, dans la boutique, les peintures et œufs décorés qu’elle fabrique. Yves Le Berre, cordonnier de Machecoul, propose pour sa part divers services annexes à la cordonnerie.

  • 28 Je suis passée directement à la boutique d’Yves Le Berre pour le rencontrer. Celui-ci a accepté qu (...)

« Celui qui n’a pas compris qu’il doit faire du multi-services, il n’a rien compris ! » Yves Le Berre, cordonnier à Machecoul28
Yves Le Berre débute sa carrière professionnelle par un « parcours alimentaire » de sept ans : après l’obtention d’un CAP de pâtissier, il est ainsi embauché en tant qu’ouvrier qualifié. Le jeune homme souhaite se mettre à son compte, mais, explique-t-il a posteriori, le coût à l’installation l’a dissuadé. Il honore alors ses obligations militaires, reprend un emploi dans l’alimentation, puis décide de se reconvertir : il passe le test d’entrée et intègre la gendarmerie en 1972. Après vingt ans de carrière au sein de cette institution, Yves Le Berre avoue son « ras-le-bol » et engage son ultime reconversion. Âgé de 41 ans (en 1991), il suit un stage de remise à niveau en cordonnerie : il avait en effet déjà travaillé dans ce métier, lorsqu’enfant, il allait passer ses vacances chez un ami de son père, artisan cordonnier.
Il reprend alors la cordonnerie située dans le bourg de Machecoul et diversifie ses activités : « Celui qui n’a pas compris qu’il doit faire du multi-services, il n’a rien compris ! » Ainsi, propose-t-il reproduction de clés et fabrication de tampons ou de plaques d’immatriculation. Yves Le Berre explique en particulier que lorsque les numéros de téléphone ont été modifiés (« quand on est passé au 02 »), il a senti qu’il y avait un marché à prendre sur le créneau de la production de plaques et tampons encreurs.

26De la même façon que pour les métiers de la réparation déjà évoqués, on constate une diminution de l’activité de réparation de montres, horloges et bijoux : on relève 6 inscrits chez les 50 ans et plus, pour seulement une immatriculation post-2001. Là encore, la diversification est nécessaire : les horlogers se contentent de moins en moins de réparer, mais s’intègrent au marché de la vente de bijoux.

  • 29 Chez les sortants, on compte 22 immatriculés en entretien courant et 15 en mécanique alors qu’ils (...)
  • 30 Bensoussan V., Les artisans réparateurs d’automobiles…, op. cit.

27La réparation automobile voit aussi le nombre de ses immatriculations au RIM diminuer parmi les entrants, puisqu’ils sont proportionnellement trois fois moins importants que parmi les sortants29. Ce phénomène s’inscrit dans le temps long ; Véronique Bensoussan a ainsi montré que le nombre de mécaniciens réparateurs automobiles (MRA) n’a cessé de diminuer, à l’échelle nationale, depuis le début des années 198030. Mais il s’agit là d’un autre phénomène que ces seules données chiffrées ne nous permettent pas d’expliquer, à savoir, comme dans la prothèse dentaire, un phénomène de concentration : les garages automobiles sont moins nombreux et de bien plus gros employeurs. La réparation automobile est un secteur qui n’est pas atteint par le marché du renouvellement puisque l’automobile reste encore un bien durable. Cependant, on constate la disparition de petits garages, et notamment de ceux qui ne possèdent pas de panneaux, c’est-à-dire sans contrat avec une marque de constructeurs. Ainsi, Jean Boulluec (employant un salarié) ou les époux Nicolas (sans salarié), mécaniciens réparateurs automobiles (MRA) indépendants sortants, envisagent de prendre leur retraite sans céder leur entreprise, la jugeant sans intérêt au regard d’un potentiel repreneur. Parallèlement à la disparition des petits garages, se multiplient les opérations de fusion, comme l’indique la salariée permanente du Conseil national des professions de l’automobile (CNPA) de Loire-Atlantique que j’ai rencontrée.

  • 31 J’ai rencontré mon interlocutrice le 15 juin 2004, à son bureau pour un entretien enregistré. Aprè (...)

« On appelle ça, nous, des cathédrales. » Salariée permanente du Conseil national des professions de l’automobile du secteur de Loire-Atlantique31
« Aujourd’hui, il n’est pas rare de voir un concessionnaire racheter également deux ou trois concessions pour faire ce que l’on appelle un groupe […]. Et on sait que dans moins de cinq ans, de toute façon, resteront sur le marché automobile des structures très conséquentes ou des agents très structurés. Mais la petite entreprise artisanale, de toute façon, aura du mal à continuer d’exister. Bon, c’est un langage qu’aujourd’hui le professionnel, je vais dire… entend, entend, lit au travers des circulaires, au travers des réseaux [de marques]. Et, aujourd’hui, un chef d’entreprise de taille artisanale se pose la question, en disant : est-ce que j’ai intérêt à continuer d’exister ? Est-ce que j’ai intérêt à chercher dans quatre cinq ans un repreneur ? Bon, aujourd’hui, par rapport au profil de l’automobile, c’est vrai que les structures qui continueront d’être en place, ce sont des entreprises très fortes, très structurées et qui auront pignon sur rue, avec un cahier des charges… on appelle ça, nous, des cathédrales… des cathédrales qui continueront, si vous voulez, à grossir ou à prendre d’autres marques. Puisqu’il y a un multi-marquisme aujourd’hui aussi dans l’automobile qui existe. Donc demain, un agent pourra être agent de marque Renault, mais pourra également être Nissan ou Daitsun, ou Suzuki. Il aura la possibilité de s’adjoindre plusieurs marques. Donc ce seront des structures beaucoup plus conséquentes qui continueront d’exister par rapport à tout ce que l’on a connu à une époque. »

28Fusion, développement et multi-marquisme conduisent ainsi à limiter le nombre d’entreprises de réparation automobile pour ne laisser sur le marché que de grosses structures, avec lesquelles les petites entreprises artisanales peuvent difficilement rivaliser (en termes d’investissements, d’équipements, de services et de formations), ce qui se traduit par de plus faibles effectifs d’entrants.

… compensées par des secteurs en forte progression

29La progression globale des effectifs artisanaux masque de fortes variations sectorielles. Ainsi, d’importantes diminutions du nombre d’immatriculés dans la production, la réparation ou certains métiers de l’alimentation sont compensées, et même dépassées, par de fortes hausses dans d’autres secteurs.

Quand le bâtiment va…

  • 32 Les entrants sont ici, je le rappelle, les personnes qui se sont immatriculées entre janvier 2002 (...)
  • 33 Les entreprises du bâtiment les plus récentes, immatriculées entre le 1er janvier 2003 et le 31 dé (...)

30Le bâtiment est, sans conteste, le secteur le plus dynamique. Il représente environ 26 % des activités des artisans âgés de 50 ans et + et 43 % des plus récents immatriculés. Cette envolée du nombre d’entreprises, qui n’est visible dans aucun autre secteur, aussi spectaculaire qu’elle soit, est à relativiser un peu : en effet, les installations dans le bâtiment ont un taux de pérennité des plus faibles et il faudrait peut-être observer les entreprises d’au moins trois ans d’existence pour mesurer, dans la durée, le poids de la relève32. On peut donc supposer qu’un taux important d’entreprises nouvelles ferme ses portes rapidement, diminuant, du même coup, la part du secteur du bâtiment dans l’ensemble de l’artisanat33. Pour autant, ces chiffres méritent toute notre attention car ils semblent se révéler proches des données exhaustives de l’ensemble du département, caractérisé par une forte implantation du bâtiment : pour rappel, selon la chambre de métiers et de l’artisanat de Loire-Atlantique, le bâtiment représente, en 2011, environ 44 % de l’artisanat du département, alors qu’il réunissait 40 % des entreprises artisanales sur l’ensemble du territoire français.

  • 34 32 entreprises sont immatriculées en maçonnerie chez les sortants et 110 chez les entrants.

31Dans le détail, l’embellie profite particulièrement à la maçonnerie où l’on compte proportionnellement quasiment trois fois plus d’entrants que de sortants34. Il faut noter qu’il s’agit du seul métier (avec les travaux d’étanchéification) où les dirigeants de nationalité étrangère sont majoritaires, les Turcs représentants à eux-seuls 41 % des maçons nouvellement installés. Il faut, là encore, être prudent dans l’interprétation de ces données et ne pas conclure trop rapidement à une filière de promotion sociale pour les travailleurs étrangers dont l’entreprise n’est pas toujours pérenne. Si certains parviennent effectivement à s’installer, mes entretiens montrent que les étrangers forment davantage le personnel des entreprises du bâtiment qu’ils n’en constituent les dirigeants. Parfois, pour pallier au manque de main-d’œuvre, des entreprises de maçonnerie sous-traitent une partie de leur activité à des maçons indépendants de nationalité turque ; le tâcheronnat constitue ainsi une sorte de salariat déguisé.

  • 35 Validation des acquis de l’expérience.
  • 36 J’ai pris rendez-vous par téléphone quelques jours avant notre entretien qui s’est déroulé un soir (...)

« Je ferai une VAE35 quand j’aurai le temps. » Cédric et Fabrice Legeais, maçons à Abbaretz36
Né à la Réunion en 1959, Fabrice Legeais s’installe en métropole en 1977. Il se forme, puis obtient un CAP de maçon. Il est alors embauché comme ouvrier dans de grosses entreprises de maçonnerie. « Marre de courir pour rien », il souhaite se mettre à son compte : en 1984, il passe ainsi le stage de gestion dispensé par la chambre de métiers, mais il est contraint d’abandonner son projet d’installation car il est seul pour le mener à bien. Quinze ans plus tard, malgré une scolarité brillante, Cédric, le fils de Fabrice Legeais, souhaite à son tour passer un CAP en maçonnerie. Ses enseignants le lui déconseillent vivement (« Ils m’ont regardé : “Ah mais si toi tu fais un CAP, qu’est-ce qu’ils vont faire les autres ?” ») ; ils le dirigent finalement en seconde STI (sciences et technologies industrielles). Le jeune homme opte pour l’option génie civil qui le rapproche le plus de son vœu initial.
Ayant le projet de travailler en famille, Fabrice Legeais s’installe finalement à son compte en 2000 : il mène à bien ses chantiers, pendant que son fils s’occupe du volet administratif de l’entreprise. En 2002, Cédric Legeais quitte le lycée avant d’avoir obtenu son bac car son père ne parvient plus à assumer seul le travail et que la « paperasse » s’amoncelle à vive allure. « Je ferai une VAE quand j’aurai le temps », lance Cédric Legeais cinq ans après avoir rejoint son père.
Au moment de notre entretien, le père et le fils, respectivement âgés de 48 et de 23 ans, sont à la tête d’une SARL employant dix salariés au service de particuliers mais aussi d’entreprises. Leur objectif clairement affiché est de développer leur entreprise car la demande est forte et qu’une part importante de maçons s’apprête à partir en retraite m’explique Cédric Legeais ; ainsi, le but, d’ici dix ans, serait « d’avoir une boutique d’une vingtaine ou d’une trentaine de bonhommes », mais, selon eux, la main-d’œuvre qualifiée nécessaire pour répondre à la demande se fait rare.

32La menuiserie (bois et matière plastique), la couverture et la plâtrerie sont aussi des métiers qui accueillent davantage de nouveaux entrants grâce à la dynamique de la construction et de la rénovation qui a profité à l’ensemble des métiers du secteur du bâtiment. Le développement de la construction (de maisons individuelles notamment) d’abord, a profité au gros œuvre (maçonnerie, charpente…) comme au second œuvre (peinture, plâtrerie, plomberie…). La diminution de la TVA à 5,5 % sur les travaux d’entretien et rénovation des logements (en septembre 1999) a eu aussi un effet moteur sur le développement de l’activité du secteur.

L’embellie des métiers du service

  • 37 On compte 17 sortants en soins de beauté et 39 entrants dans ce même métier.
  • 38 La part des femmes représentent plus de 9 immatriculations sur 10 dans le métier de l’esthétique c (...)

33Dans un autre registre, l’esthétique connaît une progression sur l’ensemble de l’artisanat puisque le taux des nouveaux immatriculés est presque deux fois plus important que celui des sortants37. Mais cette donnée est à relativiser quelque peu puisque, comme dans la coiffure, l’esthétique est un métier où les femmes38 s’installent jeunes et que beaucoup quittent quelques années plus tard. Autrement dit, ces entreprises ne seront vraisemblablement pas toutes pérennes et participeront pour un bref moment à grossir les effectifs de l’artisanat. En effet, les jeunes femmes récemment installées dans ces métiers que j’ai rencontrées au cours de mon enquête m’ont toutes déclaré ne pas être certaines de poursuivre leur activité à très long terme. Ainsi, Sophie Marchand, esthéticienne nouvellement installée à Machecoul et dont le conjoint est actuellement ouvrier boulanger dans la grande distribution, n’exclut pas de le suivre, par la suite, dans un projet d’installation en boulangerie : « Peut-être plus tard, on fera l’inverse. Lui s’installera et moi je le suivrai. » Émilie Ferré, jeune coiffeuse est, quant à elle, mariée à un pâtissier exerçant actuellement dans la grande distribution ; son époux, me confie-t-elle, souhaite que sa femme s’engage, à ses côtés, dans la reprise d’une boulangerie-pâtisserie. Cette artisane s’est d’ailleurs installée, en 2004, avec une associée qui a finalement quitté le métier lorsqu’elle a eu son deuxième enfant, alors que son mari était lui-même installé à son compte dans le bâtiment.

34Poursuivant l’inventaire des métiers qui font progresser le nombre global des immatriculations au RIM, il est indispensable de s’arrêter sur deux activités de services que sont le nettoyage de locaux et la réparation de matériel informatique.

  • 39 Ramené en valeur absolue, les sortants sont au nombre de 18 et les entrants 35.
  • 40 C’est d’ailleurs l’activité où mes tentatives de prise de rendez-vous ont été les plus vaines. Il (...)

35Le nettoyage de locaux, qui ne s’adresse qu’à une clientèle d’entreprises, représente 1,9 % des sortants et 3 % des entrants39. C’est une activité qui profite de la hausse de l’externalisation du tertiaire par les PME et les professions libérales, qui sous-traitent donc leur nettoyage à des entreprises artisanales. Remarquons que le nettoyage de locaux professionnels réunit des dirigeants aux profils extrêmement variés : il rassemble de grandes entreprises très structurées (employant un grand nombre de salariés, disposant d’un site internet…), comme des travailleurs indépendants dont l’adresse au RIM précise qu’ils sont « sans domicile fixe40 ». L’unique interviewée de ce secteur est une femme d’origine iranienne, diplômée d’une école de commerce.

  • 41 Marjane Bahrami m’a accueillie à son domicile après que je l’ai contactée par téléphone pour solli (...)

« Mon but n’était pas de travailler moi-même. Je voulais juste être créateur et puis gérer la société après. » Marjane Bahrami, dirigeante d’une entreprise de nettoyage de locaux, à Nantes41
Marjane Bahrami fuit l’Iran pour s’installer, en tant que réfugiée politique, en France au début des années 1980. Elle élève d’abord ses deux enfants et fait quelques « petits boulots » (travaux agricoles saisonniers, ménage…). Elle cumule ensuite deux activités durant trois années : agent d’entretien pour des particuliers le matin, elle est employée de bureau l’après-midi. Mais, licenciée pour cause économique, elle décide de mettre ses deux mois de préavis à profit pour se renseigner sur les conditions d’une mise à son compte. Elle opte pour une boutique de vente de produits exotiques, mais ferme au bout de six mois pour des raisons financières. Marjane Bahrami met alors sa carrière professionnelle entre parenthèses pour élever, durant quatre ans, son troisième enfant (handicapé), puis son quatrième enfant. En 2005 (« Ce n’est pas possible, je veux travailler ! »), elle décide de s’installer à son compte dans le secteur du nettoyage à destination des professionnels cette fois. Si elle déclare pourtant avoir, à l’époque, « ras le bol » du ménage, son projet consiste à ne pas participer elle-même à l’activité de nettoyage, pour se cantonner à la seule gestion de sa société :
« Mon but n’était pas de travailler moi-même. Je voulais juste être créateur et puis gérer la société après […]. Je me suis dit : je me donne deux ans pour mettre la société complètement sur pied et puis embaucher. »
Marjane Bahrami démarre donc seule, puis recrute rapidement et progressivement du personnel. Au moment de notre entretien, elle employait cinq salariés dans cette entreprise et quatre autres dans une société de nettoyage destinée aux particuliers qu’elle a créée en 2006.

36Les salariés occupés dans le nettoyage industriel sont, dans la plupart des cas, des employées de service, non qualifiées et travaillant à temps partiel. Autrement dit, un des secteurs qui permet à l’artisanat de voir ses effectifs grimper n’emploie pas le salarié type de l’artisanat tel que Bernard Zarca l’a décrit, à savoir, un homme, ouvrier de métier, qualifié et travaillant à temps plein.

  • 42 On compte 3 sortants en réparation informatique et 37 entrants.

37Autre activité en forte expansion, la réparation de matériel informatique bénéficie, pour sa part, de la diffusion des ordinateurs personnels, et des équipements informatiques en général, du côté des professionnels comme au sein des ménages. Ce contexte incite de nombreux individus à s’installer dans ce secteur : 0,3 % des sortants sont ainsi immatriculés en réparation informatique contre 3,2 % des entrants42. Les nouveaux installés rivalisent d’inventivité pour se distinguer sur ce marché en expansion.

  • 43 J’ai pris contact avec François Loriot de Rouvray par téléphone. En cette fin juillet, il n’avait (...)

« J’ai basé tout le vocabulaire de mon entreprise sur le médical. » François Loriot de Rouvray, réparateur informatique à Nantes43
François Loriot de Rouvray déclare qu’il est un médecin frustré. Il aurait souhaité faire médecine, mais on l’a dirigé vers une formation d’ingénieur. Il mène donc ses études à l’École supérieure de commerce de Brest puis clôt sa formation par un MBA (Master of Business Administration) à Harvard.
De 1995 à 1998, François Loriot de Rouvray est commercial, puis chef de produit dans une entreprise d’audio professionnelle. Il s’investit beaucoup dans cette société, mais celle-ci dépose le bilan : « Je l’ai mal vécu », explique-t-il. Il intègre ensuite d’autres entreprises comme commercial, expériences qui ne se déroulent pas toujours très bien : « Dans l’entreprise, il faut être bon, mais pas trop » car « celui qui est au-dessus de vous a peur que vous preniez sa place », explique-t-il. « Dans l’entreprise, il faut faire 50 % du temps de politique et 50 % du temps, il faut faire votre boulot », conclut-il.
En 2002, François Loriot de Rouvray est licencié. L’idée de s’installer à son compte, qui avait déjà germé, mûrit pendant cette période. Comme il est systématiquement sollicité par des amis pour réparer leurs ordinateurs personnels, il décide de s’installer dans le domaine de la réparation informatique. Il suit un stage de création d’entreprise à l’ANPE et vient frapper à la porte de la chambre de métiers. Il réfléchit au meilleur statut de son entreprise et opte pour la micro-entreprise pour démarrer son activité, afin de ne pas s’embarrasser des questions de gestion. Il se laisse trois ans, et envisage ainsi, au moment de notre entretien, de passer son entreprise en SARL, statut qu’il juge plus pérenne.
Le dirigeant construit son projet autour d’un concept : « J’ai basé tout le vocabulaire de mon entreprise sur le médical », explique-t-il. « Je ne fais pas des factures mais des feuilles de soin. Je remets des documents comme des radiographies, des comptes rendus opératoires… » Et, se distinguant encore de ces concurrents, François Loriot de Rouvray applique 10 % de remise à ses clients qui ont un chat.

  • 44 J’en ai d’ailleurs fait l’expérience, en tentant en vain de joindre des immatriculés figurant sur (...)

38Il faut cependant modérer quelque peu la hausse de la part que représente la réparation informatique qui subit en effet un turn-over important, la généralisation de l’outil informatique en direction des particuliers attirant de nombreux candidats à l’installation, pas toujours bien armés44. Cependant, malgré une pérennité plus faible que les chiffres avancés, on doit affirmer que la part de ce métier est importante et compense, en partie, la baisse des effectifs d’autres secteurs de la réparation. Autrement dit, dans les statistiques globales de l’artisanat réparti à travers les quatre grands secteurs d’activité, la place occupée par la réparation informatique « amortit » la crise de reproduction de certains métiers du secteur de la réparation/services tels que la réparation de matériels électroménagers, la cordonnerie ou encore l’horlogerie.

Rupture avec le sens commun

  • 45 Sur l’image de l’artisanat, Jean-Claude Abric a recueilli des données intéressantes : Voir Abric J (...)

39Si la situation de l’artisanat est plus variée que ce que les données globales nous donnent à voir, on peut se demander si les représentations que s’en fait le sens commun45 correspondent davantage à la réalité de l’artisanat d’aujourd’hui. L’image de l’artisan qui circule dans notre société est en effet celle d’un homme de métier, indépendant, qui travaille seul ou en famille. Il ne distinguerait pas vraiment vie professionnelle et vie personnelle, et logerait d’ailleurs tout près de son lieu de travail. Il disposerait d’un atelier ou d’une boutique ouverte à une clientèle de particuliers. Son activité (de la petite production) s’inscrirait dans un marché local. Qu’en est-il en effet ?

Séparation des biens personnels et des biens professionnels

  • 46 Sources : chambre de métiers et de l’artisanat de Loire-Atlantique, 2011 et 1996.

40La tendance est aujourd’hui à la séparation entre les biens personnels et les biens professionnels, tendance déjà soulevée par Bernard Zarca : ce mouvement participe plus globalement au processus historique de dissociation entre capital et force de travail qualifiée, c’est-à-dire entre les moyens de production (établissement, matériel, équipement…) et les hommes de métier eux-mêmes. Si l’artisan « ne faisait qu’un » avec son entreprise, la tendance est aujourd’hui nettement à la scission. L’indicateur le plus pertinent de ce phénomène est la forme juridique adoptée par les dirigeants d’entreprises artisanales. Le nombre des entreprises individuelles est en constante diminution, tandis que les sociétés (et notamment les SARL) sont toujours plus nombreuses. Ainsi, en Loire-Atlantique, seulement 46 % des entreprises artisanales sont des entreprises individuelles en 2011, alors qu’elles représentaient près de 70 % du secteur quinze ans plus tôt46.

41Ce choix de la forme juridique est loin d’être anecdotique car il engage des conséquences sur le statut du patrimoine du dirigeant. L’entreprise et son chef ne forment qu’un dans le cas de l’entreprise individuelle : les patrimoines professionnel et personnel sont juridiquement confondus, ce qui signifie que le dirigeant est responsable des dettes de l’entreprise sur l’ensemble de ses biens. Au contraire, créer une société c’est « donner naissance » à une nouvelle personne, qui sera juridiquement distincte du fondateur et de ses associés éventuels. L’entreprise dispose ainsi de son propre patrimoine et, en cas de difficultés, les biens personnels du dirigeant sont à l’abri des créanciers de l’entreprise.

Figure 5. – Répartition selon la forme juridique des entreprises artisanales de Loire-Atlantique

Figure 5. – Répartition selon la forme juridique des entreprises artisanales de Loire-Atlantique

Source : chambre de métiers et de l’artisanat de Loire-Atlantique.

42Le graphique précédent indique par ailleurs une progression de la part des EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limité) parmi les entreprises artisanales. Anecdotiques en 1996, elles n’ont cessé de se multiplier au point de représenter 15 % des entreprises immatriculées au RIM. L’EURL est une société semblable à une SARL (société anonyme à responsabilité limitée) mais qui peut être créée par un seul individu. Le montant du capital social est librement fixé et le gérant peut opter pour l’impôt sur les sociétés plutôt que de se soumettre à l’impôt sur le revenu. Si le dirigeant souhaite limiter sa responsabilité au montant de son apport et choisir un régime fiscal plus avantageux, l’EURL offre une bonne alternative à l’entreprise individuelle sans avoir les contraintes de la SARL qu’il s’agisse du nombre d’associés (qui doivent être au moins deux dans une SARL) ou encore de l’engagement financier initial nécessaire.

43Dans le même registre, on peut indiquer que l’on passe progressivement d’une indistinction entre le lieu de production et le lieu de vie de l’artisan, à une séparation nette entre l’espace de travail et le domicile des dirigeants. Contrairement à leurs prédécesseurs, les nouveaux immatriculés au répertoire des métiers (qui sont souvent plus jeunes) affirment en général leur désir d’établir une distance entre ces deux lieux. Leur domicile est ainsi souvent éloigné de leur atelier ou de leur boutique. Ils partagent fréquemment cette volonté de délimiter des espaces, mais aussi des temps clairement distincts entre vie professionnelle et vie privée. Lorsqu’ils travaillent à domicile, ils disposent, par exemple, souvent d’une ligne téléphonique professionnelle et d’une ligne personnelle ou bien, « filtrent » les appels à partir d’une certaine heure le soir et durant leurs jours de repos pour n’échanger que des communications strictement privées. Illustrant parfaitement ces transformations, Frédéric Chenu, artisan plâtrier installé à Abbaretz et dont le père était lui-même à son compte dans cette commune rapporte :

« Je pense que ça a évolué. Dans le temps, c’est vrai que, du temps de mon père, les clients, ils venaient le samedi, le dimanche. Maintenant, moi, je n’en ai plus de clients qui viennent le dimanche. J’en ai un ou deux parce que c’est des qui connaissent bien. Mais moi, si on veut, le samedi midi : terminé. L’entreprise, c’est fini ! Même les vacances : je prends trois semaines de vacances. Il y a moins de contraintes quand même. Enfin, je pense. Après, c’est à nous de savoir dire aux gens […]. Je sais que mon père, des fois, il était dans le jardin le dimanche matin, il y avait des clients qui se pointaient à 11 heures pour venir le voir et puis pour boire un p’tit coup. Ça s’est perdu. Heureusement […] ! Maintenant, les nouveaux artisans ont plus leur entreprise à part. La maison et l’entreprise sont séparées […]. Comme ça, les gens ne savent pas forcément où vous habitez. Donc déjà, ça sélectionne aussi. »

44Malgré l’effectivité d’un tel processus, il convient de ne pas perdre de vue que les indépendants vivent globalement plus près de leur domicile que les autres actifs. Ainsi, Isabelle Bertaux-Wiame nous rappelle que si

  • 47 Bertaux-Wiame I., « Profession, résidence et famille : analyse de quelques configurations résidenti (...)

« la relation entre le lieu de travail et le domicile s’est dans l’ensemble fortement distendue […], les configurations résidentielles des professions dites indépendantes apparaissent aujourd’hui encore particulièrement resserrées, ces professions contraignant bien souvent ceux qui les exercent à habiter, sinon sur les lieux même, du moins à proximité immédiate de leur activité47 ».

45Mais, la logique professionnelle n’est plus la seule à l’œuvre pour déterminer le lieu de résidence ; la place du conjoint (ou de la conjointe), plus fréquemment salarié à l’extérieur de l’entreprise modifie les configurations résidentielles.

Un renouvellement plus urbain que rural

46L’artisan exercerait plutôt en zone rurale ? La réalité observée vient, ici encore, modérer cette idée communément admise.

Tableau 1. – Répartition des sortants et des entrants parmi les immatriculés au RIM selon la commune

Tableau 1. – Répartition des sortants et des entrants parmi les immatriculés au RIM selon la commune

Champ : immatriculés au répertoire des métiers au 1er janvier 2006 à Nantes, Machecoul, La Turballe, Abbaretz et Saint-Vincent-des-Landes. Sortants : nés en 1956 et avant. Entrants : immatriculés au RIM entre le 1er janvier 2002 et le 31 décembre 2005. Sources : RIM, chambre de métiers et de l’artisanat de Loire-Atlantique.

  • 48 Le nombre d’habitants est établi à partir du recensement de la population de 1999.
  • 49 Il s’agit du rapport entrants/sortants qui augmente quand la taille de la commune augmente : il s’ (...)

47La part des Nantais est en effet légèrement plus importante chez les entrants que parmi les sortants (près de 2 points de plus), quand la situation est inversée dans les petites communes (excepté Machecoul où la part des entrants et des sortants est identique). Les plus petites communes semblent peiner davantage à renouveler leur tissu artisanal. Ainsi, plus la commune est petite, plus l’effectif et la part des entrants sont faibles : Saint-Vincent-des-Landes et ses 1 323 habitants48 réunit 0,5 % des sortants contre seulement 0,1 % des entrants. Abbaretz, commune un peu plus grande avec ses 1 511 habitants, occupe 1,5 % des sortants mais 1 % des entrants. La Turballe, dont la population s’élève à 4 042 habitants compte, pour sa part, 2,9 % des artisans de 50 ans et plus et 2,1 % des immatriculés post-2001. Avec ses 5 420 habitants, Machecoul atteint la même part (soit 4 %) parmi la sous-population des sortants et des entrants. Enfin, Nantes, métropole régionale de 270 251 habitants, compte proportionnellement davantage d’entrants que de sortants. Ainsi, plus le nombre d’habitants de la commune augmente et plus le tissu artisanal s’y renouvelle. Il faut tout de même rester prudent dans la description car plus on descend dans les sous-populations et plus les effectifs sont faibles ; cependant la corrélation49 fonctionne bien pour chacune des communes étudiées, bien que la différence entre Machecoul et Nantes reste faible à cet égard. Je montrerai au chapitre iv que ce phénomène est notamment dû au départ en retraite d’artisans qui, à l’issue de leur trajectoire professionnelle, ne cèdent pas leur entreprise.

Moins d’ancrage de boutiques de proximité

48Le nombre de commerces de proximité diminue, mais la vente sur éventaires et marchés se développe, sans toutefois compenser la perte des boutiques sans repreneurs. La propension à la vente sur éventaires et marchés, au détriment d’installation et de vente en magasin, s’explique en partie par l’adaptation à de nouvelles normes de consommation. Geoffroy Le Bel, poissonnier installé à La Turballe, m’explique ainsi qu’il vend ses produits dans sa boutique, bien sûr, mais aussi régulièrement sur le marché, situé à proximité. Il s’amuse du fait que de nombreux clients, ignorant qu’il est aussi le propriétaire de la boutique, ne se servent que sur le marché, jugeant la qualité des produits meilleure, quand bien même il s’agit d’une marchandise identique dans les deux points de vente : « Les halles, c’est plus frais, c’est mieux [rires] ! Il n’y a rien à faire hein, rien à faire […] ! Ça, je ne comprends pas. Je ne peux pas l’expliquer ! » Le développement de ce type de vente répond également à des contraintes plus structurelles : les normes d’hygiène, de plus en plus strictes, « interdisent » parfois le rachat de laboratoires et de boutiques anciens et favorisent la multiplication de points de vente sans préparation. C’est une tendance que nous pouvons voir également à l’œuvre dans tous les métiers du secteur de l’alimentation.

  • 50 On compte 23 sortants immatriculés en commerce de détail de fleurs pour 17 entrants.
  • 51 Les ordres de grandeur sont cependant très différents d’une catégorie à l’autre : on compte 123 so (...)

49De la même façon, alors que les fleuristes installés en boutique rassemblent 2,5 % de l’artisanat chez les sortants, ils ne sont plus que 1,5 % parmi les récents installés50. Ici, comme dans d’autres commerces de proximité, la vente sur éventaires et sur marchés progresse : 9 immatriculés post-2001, contre seulement un inscrit pour les 50 ans et +. La coiffure s’inscrit dans le même processus : alors que les coiffeurs en salons sont beaucoup moins nombreux chez les entrants que chez les sortants, la part des coiffeurs itinérants est au contraire plus grande chez les nouveaux immatriculés au RIM par rapport aux artisans de 50 ans et +51. Les raisons sont un peu différentes ici : ne pas s’installer en salon permet, bien entendu, de réduire les coûts à l’installation pour le nouvel artisan, mais répond aussi à de nouvelles demandes de la part des clients qui souhaitent bénéficier d’un certain nombre de services directement à leur domicile. Aussi, l’artisanat maille moins le territoire de ses boutiques de proximité pour se diffuser à travers une activité plus temporaire et itinérante.

Un artisanat qui s’adresse moins à une clientèle de particuliers

50Le type de clientèle ciblée éclaire également les transformations de l’artisanat et l’écart grandissant entre la réalité et les représentations que s’en fait le sens commun.

Tableau 2. – Répartition des sortants et des entrants parmi les immatriculés au RIM selon le destinataire des produits et services

Tableau 2. – Répartition des sortants et des entrants parmi les immatriculés au RIM selon le destinataire des produits et services

Champ : immatriculés au répertoire des métiers au 1er janvier 2006 à Nantes, Machecoul, La Turballe, Abbaretz et Saint-Vincent-des-Landes. Sortants : nés en 1956 et avant. Entrants : immatriculés au RIM entre le 1er janvier 2002 et le 31 décembre 2005. Sources : RIM, chambre de métiers et de l’artisanat de Loire-Atlantique.

51La part des biens et services mixtes (c’est-à-dire destinés à une clientèle de particuliers, comme de professionnels) est plus importante chez les entrants que chez les sortants ; ils représentent en effet 44,7 % de la première sous-population et seulement 30,7 % de la seconde. C’est la place occupée par le bâtiment dans cette catégorie qui produit cette progression manifeste puisque, on l’a dit, le nombre d’entreprises de ce secteur est plus important chez les entrants que chez les sortants. Ainsi, on ne peut pas interpréter ces chiffres comme une augmentation de la part des entreprises parmi les clients de l’artisanat puisque le bâtiment s’adresse à des professionnels et des particuliers. Le taux des biens et services uniquement destinés aux entreprises le prouve d’ailleurs puisqu’il rassemble 19 % des immatriculés chez les sortants et un taux moins élevé (17,5 %) chez les entrants. En revanche, et au regard de cette répartition des immatriculés, on peut observer un recul de la part de l’artisanat exclusivement orienté vers les particuliers. Sa part qui s’élève à 50,3 % des sortants ne représente plus que 37,9 % des entrants. Ici encore, la représentation communément admise des artisans comme petits producteurs travaillant pour une clientèle de particuliers s’effiloche puisqu’ils ne réunissent plus la majorité absolue des nouveaux entrants de l’artisanat.

52Ainsi, au dynamisme global apparent affiché par les représentants de l’artisanat répondent des situations très contrastées d’un secteur d’activité à l’autre, et même d’un métier à l’autre. La difficulté de reproduction de certains métiers de l’alimentation, des secteurs de la production et de la réparation est masquée par le développement d’autres activités. Les entreprises artisanales dynamiques du bâtiment, de nettoyage de locaux ou encore de la réparation informatique compensent la perte d’effectifs de certains métiers en recrutant davantage et en faisant progresser du même coup le nombre moyen de salarié par entreprise artisanale.

53Les difficultés de reproduction de certains métiers, comme les métiers de bouche, ne peuvent s’interpréter pour autant comme le sacrifice de petites entreprises sur l’autel de la modernité : on a vu que les entreprises artisanales se transforment et s’adaptent aux contextes : les artisans d’aujourd’hui prolongent ainsi ce qu’ont fait leurs prédécesseurs avant eux, à l’image des maréchaux-ferrants devenus, pour certains d’entre eux, mécaniciens agricoles après la mécanisation du monde agricole. Or, si la réalité de l’artisanat ne coïncide pas exactement avec l’image que véhiculent ses représentants ou certains universitaires, tenants d’une vision « moderniste » de l’artisanat, elle ne correspond pas davantage à l’image véhiculée par le sens commun. Les artisans nouvellement installés protègent leurs vies privées et séparent davantage leurs biens personnels de leurs biens professionnels. Le renouvellement du tissu artisanal semble par ailleurs s’opérer davantage dans les villes que dans les petites communes. Enfin, l’artisanat maille moins fréquemment le territoire de boutiques de proximité dont les produits seraient destinés uniquement à une clientèle de particuliers.

54Puisque l’évolution de la structure des activités et des métiers artisanaux témoigne à la fois d’une variété de situations et d’un monde en mutation, qu’en est-il donc si l’on change d’échelle d’observation, pour nous intéresser à leur fonctionnement au niveau des entreprises ? Comment se caractérise l’organisation du travail ? Les pratiques professionnelles laissent-elles place à une variété de modalités d’exercice professionnel ? Se transforment-elles ?

Notes

1 Sources de ces données chiffrées : APCMA, 2007.

2 Voir notamment Marchand O. et Thélot C., Le travail en France (1800-2000), Paris, Nathan, 1997 (et particulièrement le chapitre v « La métamorphose de la structure sociale », p. 113-136).

3 Durand M. et Frémont J.-P., L’artisanat en France, Paris, PUF, 1979, p. 46.

4 Observatoire régional de l’artisanat, Note régionale de conjoncture de l’artisanat des Pays-de-la-Loire, études, chambre de métiers et de l’artisanat des Pays-de-la-Loire, région Pays-de-la-Loire, juillet 2012, [http://www.cm-paysdelaloire.fr/wpFichiers/1/1/Ressources/file/NdC%20juillet%202012.pdf].

5 Ba A., « Artisans sans frontières », in Boutillier S. et Fournier C. (dir.), Artisanat, la modernité réinventée, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 121.

6 Revel J., « Micro-analyse et construction du social », in Revel J. (dir.), Jeux d’échelle, la micro-analyse à l’expérience, Paris, Le Seuil/Gallimard, 1996, p. 19.

7 Ibid., p. 23.

8 Ces données sont fournies par Marc Durand et Jean-Paul Frémont (Durand M. et Frémont J.-P., op. cit., p. 50).

9 Si, à l’échelle nationale, la répartition sectorielle varie quelque peu, les activités qui emploient le plus de main-d’œuvre sont les mêmes, à savoir, la production (avec 24 % de l’emploi artisanal pour 17 % des entreprises artisanales) et l’alimentation (15 % de l’effectif salarié pour une part de 12 % des entreprises). Le bâtiment et les services rassemblent aussi la part la plus importante des entreprises au niveau national, avec respectivement 40 % et 31 % de l’artisanat, mais proportionnellement moins de salariés avec 33 % et 28 % de l’emploi artisanal (source : APCM, estimations au 1er janvier 2007).

10 L’extraction a été effectuée en janvier 2006 et le traitement des données a été réalisé grâce au logiciel de traitement statistique Modalisa.

11 Il s’agit de dirigeants nés en 1956 et avant [N = 932].

12 Ce sont des dirigeants dont l’entreprise a été immatriculée au RIM entre le 1er janvier 2002 et le 31 décembre 2005 [N = 1151].

13 15 % des nouveaux immatriculés ont 50 ans et plus. Cette sous-population, qui réunit 173 individus, n’est pas homogène : elle compte des installés tardivement (des hommes de métier qui, faute d’avoir réuni plus tôt le capital nécessaire à leur installation, n’ont pu se mettre à leur compte avant, ainsi que des reconvertis professionnels) ou encore des dirigeants installés de longue date mais qui créent ou reprennent une nouvelle entreprise ou bien modifient la forme juridique de leur entreprise en la passant en société (ce qui implique une ré-immatriculation au répertoire des métiers).

14 Plus l’observation est fine et plus les effectifs sont faibles. Gardant à l’esprit qu’une variation en valeur absolue peut parfois impacter fortement une valeur relative et afin que le lecteur dispose de ces informations, j’indiquerai systématiquement les valeurs absolues en note de bas de page.

15 On compte 26 boulangeries-pâtisseries chez les sortants pour 73 chez les entrants.

16 On compte 10 boucheries pures chez les sortants contre 7 chez les entrants et 9 boucheries-charcuteries dans la première sous-population et 8 dans la seconde.

17 Auvolat M., Lavigne J.-C. et Mayère A., L’artisanat en France, réflexion générale et prospective, Paris, La Documentation française, 1985.

18 J’ai mené un entretien avec Nathalie Leroux un après-midi du mois de mai 2007. J’étais passée quelques jours plus tôt au magasin et j’avais rencontré M. Leroux qui m’avait proposé de repasser à cette date et à cet horaire. Son mari ayant oublié notre rendez-vous, Madame Leroux a accepté de me recevoir pour « répondre à sa place ». L’entretien a eu lieu dans le petit bureau situé à l’intérieur de la supérette ; nous avons été interrompues à quelques reprises pour que Mme Leroux encaisse l’achat de clients.

19 19 entreprises sont immatriculées au RIM chez les sortants contre seulement 8 chez les entrants.

20 Les métiers indiqués en italique correspondent aux APRM de l’analyse sectorielle.

21 Au cours de notre entretien, Jean-Michel Martin me demande quand j’ai mangé du pâté pour la dernière fois. Comme je ne m’en souviens pas, il se saisit de ma réponse comme d’une preuve du changement des habitudes alimentaires et de la diminution de la consommation de charcuterie.

22 Ces données ont été établies en additionnant les activités réparties en NAR 8 qui appartiennent au secteur de la production (Sources : RIM, 2006).

23 Zdatny S.M., Les artisans en France au XXe siècle, Paris, Belin, 1999.

24 Zarca B., « La dépendance économique », L’artisanat français, du métier traditionnel au groupe social, Paris, Economica, 1986, p. 125-137 et Auvolat M., Lavigne J.-C. et Mayère A., « Subordination ou coopération : la contractualisation des rapports économiques des artisans », L’artisanat en France, op. cit.

25 On compte, dans ce métier, 15 sortants pour seulement 4 entrants.

26 Ces données sont à interpréter avec prudence, les effectifs étant faibles : 10 cas chez les sortants et 2 cas chez les entrants.

27 On compte 15 sortants et 2 entrants.

28 Je suis passée directement à la boutique d’Yves Le Berre pour le rencontrer. Celui-ci a accepté que nous nous rencontrions quelques jours plus tard. Notre entretien a donc eu lieu le 28 septembre 2005 dans l’arrière-boutique aménagée en cuisine pour que le couple déjeune sur son lieu de travail.

29 Chez les sortants, on compte 22 immatriculés en entretien courant et 15 en mécanique alors qu’ils sont, chez les entrants respectivement 9 et 6.

30 Bensoussan V., Les artisans réparateurs d’automobiles…, op. cit.

31 J’ai rencontré mon interlocutrice le 15 juin 2004, à son bureau pour un entretien enregistré. Après lui avoir demandé des contacts, c’est la secrétaire générale de l’Union professionnelle artisanale des Pays-de-la-Loire qui m’a recommandé de rencontrer cette salariée permanente du CNPA. Rappelons au passage que le CNPA est adhérent de l’UPA, de la CGPME et du Medef.

32 Les entrants sont ici, je le rappelle, les personnes qui se sont immatriculées entre janvier 2002 et décembre 2005 ; l’extraction au RIM ayant été réalisée en janvier 2006, l’échantillon peut donc inclure des entreprises qui n’ont qu’un mois d’existence.

33 Les entreprises du bâtiment les plus récentes, immatriculées entre le 1er janvier 2003 et le 31 décembre 2005 sont plus de 5 fois plus nombreuses que celles immatriculées entre le 1er janvier 2002 et le 31 décembre 2002, alors que la première période de référence est seulement 3 fois plus longue que la seconde.

34 32 entreprises sont immatriculées en maçonnerie chez les sortants et 110 chez les entrants.

35 Validation des acquis de l’expérience.

36 J’ai pris rendez-vous par téléphone quelques jours avant notre entretien qui s’est déroulé un soir de mai 2007. Fabrice et Cédric Legeais m’ont accueillie ensemble, à l’issue de leur journée de travail au domicile familial où les ouvriers viennent déposer matériel et véhicules.

37 On compte 17 sortants en soins de beauté et 39 entrants dans ce même métier.

38 La part des femmes représentent plus de 9 immatriculations sur 10 dans le métier de l’esthétique chez les nouveaux installés.

39 Ramené en valeur absolue, les sortants sont au nombre de 18 et les entrants 35.

40 C’est d’ailleurs l’activité où mes tentatives de prise de rendez-vous ont été les plus vaines. Il m’a parfois été impossible de retrouver l’immatriculé (sans adresse et sans numéro de téléphone). Un nombre important d’entreprises n’était, par ailleurs, plus en activité au moment où je cherchais à joindre leur dirigeant. J’ai enfin essuyé un grand nombre de refus : pas le temps, opposition au fait de revenir sur le parcours… Si tout ceci conduit à une carence en matériaux de terrain concernant cette activité, mon expérience témoigne au moins de la particularité du nettoyage de locaux, au regard du reste de l’artisanat.

41 Marjane Bahrami m’a accueillie à son domicile après que je l’ai contactée par téléphone pour solliciter un entretien. Celui-ci a eu lieu un après-midi de septembre 2007.

42 On compte 3 sortants en réparation informatique et 37 entrants.

43 J’ai pris contact avec François Loriot de Rouvray par téléphone. En cette fin juillet, il n’avait pas beaucoup de travail et a accepté que nous nous rencontrions. Il m’a reçu à son domicile, à Nantes. Nous nous sommes installés dans son jardin pour un entretien d’une heure environ.

44 J’en ai d’ailleurs fait l’expérience, en tentant en vain de joindre des immatriculés figurant sur mon listing, mais déjà plus en activité au moment où je cherchais à les rencontrer ; il ne s’était toutefois passé qu’au maximum un an entre l’extraction au RIM et ma tentative de prise de rendez-vous.

45 Sur l’image de l’artisanat, Jean-Claude Abric a recueilli des données intéressantes : Voir Abric J.-C., Mardellat R., Les représentations sociales de l’artisan et de l’artisanat, CEPAM-GIFRESH, février 1983. Marc Durand et Jean-Paul Frémont évoquent, par ailleurs, fréquemment des sondages réalisés sur la représentation que le grand public se fait de l’artisan (Durand M. et Frémont J.P., op. cit.). J’ai enfin moi-même pu relever, au cours de conversations avec des interlocuteurs ignorant le monde des artisans, les caractéristiques qui leur étaient attribuées spontanément.

46 Sources : chambre de métiers et de l’artisanat de Loire-Atlantique, 2011 et 1996.

47 Bertaux-Wiame I., « Profession, résidence et famille : analyse de quelques configurations résidentielles des indépendants », in Bonvalet C., Gotman A. et Grafmeyer Y. (dir.), La famille et ses proches, l’aménagement des territoires, Paris, PUF, 1999, p. 183.

48 Le nombre d’habitants est établi à partir du recensement de la population de 1999.

49 Il s’agit du rapport entrants/sortants qui augmente quand la taille de la commune augmente : il s’élève à 0,2 à Saint-Vincent-des-Landes, à 0,67 à Abbaretz, à 0,72 à La Turballe, à 1 à Machecoul (le taux des sortants est équivalent au taux des entrants de la commune) et enfin de 1,02 pour la ville de Nantes.

50 On compte 23 sortants immatriculés en commerce de détail de fleurs pour 17 entrants.

51 Les ordres de grandeur sont cependant très différents d’une catégorie à l’autre : on compte 123 sortants en coiffure en salon pour 87 entrants et 6 sortants en coiffure hors salon pour 12 entrants.

Table des illustrations

Titre Figure 1. – Évolution du nombre d’établissements et de salariés de l’artisanat en Loire-Atlantique de 1996 à 2011
Légende Sources : RIM (effectif au 1er janvier de chaque année), chambre de métiers et de l’artisanat de Loire-Atlantique.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/68169/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Figure 2. – Répartition des entreprises artisanales françaises selon leur secteur d’activité (en %) en 1974 et en 2008
Légende Sources : RIM 1974 et 2008.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/68169/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Figure 3. – Répartition des établissements artisanaux par secteurs d’activité en Loire-Atlantique. Figure 4. – Répartition de l’emploi artisanal par secteurs d’activité en Loire-Atlantique
Légende Sources : RIM, chambre de métiers et de l’artisanat de Loire-Atlantique au 1er janvier 2011.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/68169/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Figure 5. – Répartition selon la forme juridique des entreprises artisanales de Loire-Atlantique
Légende Source : chambre de métiers et de l’artisanat de Loire-Atlantique.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/68169/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Tableau 1. – Répartition des sortants et des entrants parmi les immatriculés au RIM selon la commune
Légende Champ : immatriculés au répertoire des métiers au 1er janvier 2006 à Nantes, Machecoul, La Turballe, Abbaretz et Saint-Vincent-des-Landes. Sortants : nés en 1956 et avant. Entrants : immatriculés au RIM entre le 1er janvier 2002 et le 31 décembre 2005. Sources : RIM, chambre de métiers et de l’artisanat de Loire-Atlantique.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/68169/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 2. – Répartition des sortants et des entrants parmi les immatriculés au RIM selon le destinataire des produits et services
Légende Champ : immatriculés au répertoire des métiers au 1er janvier 2006 à Nantes, Machecoul, La Turballe, Abbaretz et Saint-Vincent-des-Landes. Sortants : nés en 1956 et avant. Entrants : immatriculés au RIM entre le 1er janvier 2002 et le 31 décembre 2005. Sources : RIM, chambre de métiers et de l’artisanat de Loire-Atlantique.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/68169/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search