Version classiqueVersion mobile

L'artisanat français

 | 
Caroline Mazaud

Première partie. L'énigme de l'artisanat

Chapitre I. L’artisanat, première entreprise de France ?

Texte intégral

Retour législatif sur la constitution du secteur des métiers

1Tout groupe est un construit social, fruit d’un consensus provisoire entre des forces et des intérêts divergents. Saisir l’artisanat aujourd’hui, les frontières qui délimitent son périmètre, les critères autoriant son accès et la place qu’il occupe dans les politiques publiques implique de procéder à un retour historique éclairant la genèse de la catégorie. Comment est né l’artisanat et quelle histoire ce secteur a-t-il suivie pour être aujourd’hui présenté comme « la première entreprise de France » ?

  • 1 Zarca B., « Identité de métier et identité artisanale », Revue française de sociologie, XXIX, 1988, (...)
  • 2 Offerlé M., Sociologie des groupes d’intérêt, Paris, Montchrestien, 1994, p. 26.

2Néologisme allemand forgé par des représentants de la chambre de métiers d’Alsace souhaitant traduire le mot « Handwerk », le terme d’« artisanat » n’a été prononcé pour la première fois qu’en 1921. S’il est incontestable que la France possédait avant cette date des artisans sur son territoire, elle n’avait cependant pas d’institution artisanale constituée. Bernard Zarca a bien montré que l’identité de métier est apparue avant l’identité artisanale. Historiquement, et c’est encore vrai aujourd’hui, l’homme de métier se sent charpentier ou boucher par exemple avant de se prétendre artisan. Le métier constitue un groupe de culture qui se transmet de génération en génération par apprentissage et s’inscrit dans les corps, quand l’identité artisanale, qui n’a pas d’ancrage culturel, rassemble un groupe d’intérêt qui s’unit dans un contexte particulier1. Comme le précise Michel Offerlé, la raison première du groupe d’intérêt est d’accéder « à la position d’acteur pertinent reconnu, ou à tout le moins existant, dans la définition des politiques publiques en général ou de certaines politiques sectorielles2 ». Il n’y a ainsi pas eu d’émergence d’une « conscience de classe » qui aurait poussé les artisans à se rassembler entre eux, tous métiers confondus. L’artisanat s’est en effet construit au cours du XXe siècle par la « rencontre » de plusieurs facteurs conjoncturels mais surtout d’une réelle volonté politique.

  • 3 Zarca B., « La constitution de l’artisanat dans la France contemporaine », in L’artisanat français, (...)

3C’est suite au rattachement de l’Alsace-Lorraine à la France en 1918 que s’amorce l’institutionnalisation de ce secteur. Les chambres de métiers avaient en effet vu le jour en Allemagne en 1897, et en 1899 en Alsace-Lorraine alors annexée. Il devenait donc nécessaire d’« harmoniser » l’encadrement de ce secteur sur l’ensemble du territoire, à l’issue de la Première Guerre mondiale. Mais, cet événement propice ne peut expliquer seul la détermination à « créer » un artisanat. Nous ne pouvons comprendre cette réalité sans saisir les diverses volontés du moment. Certains petits producteurs, menacés par la grande industrie, décident en effet de se mobiliser pour défendre leurs intérêts : la Fédération nationale de la petite industrie de la chaussure voit donc le jour en 1917. Parallèlement se renforce, à cette époque, la volonté politique d’organiser les classes moyennes, et notamment les petits producteurs non agricoles, et de réorganiser l’apprentissage face à l’essor de la grande industrie. En 1922, est alors constituée la Confédération générale de l’artisanat français (CGAF), mouvement de rassemblement syndical interprofessionnel dont le congrès constitutif se déroule avec l’aval de la puissance publique de l’époque et en présence de certains députés et sénateurs. En résumé, l’institutionnalisation de l’artisanat serait née au cours du XXe siècle par la rencontre de facteurs conjoncturels, d’une mobilisation professionnelle de petits producteurs face à la croissance de l’industrie et de la volonté politique d’organiser les classes moyennes et de réorganiser l’apprentissage pour résorber le déficit en main-d’œuvre qualifiée3.

Du métier au statut social

  • 4 Jusque-là, c’étaient les chambres de commerce qui représentaient conjointement industrie, commerce (...)
  • 5 Loi du 26 juillet 1925 portant création des chambres de métiers, article 17, Journal officiel de l (...)
  • 6 Décret no 55-658 du 20 mai 1955 portant réforme du registre des métiers, exposé des motifs, Journa (...)
  • 7 Loi du 30 avril 1941 relative à l’organisation du secrétariat à la production industrielle, Journa (...)

4L’institutionnalisation de l’artisanat débute par la création d’un organisme qui le représente spécifiquement : la loi du 26 juillet 1925 crée ainsi les chambres de métiers4. Ces établissements publics sont expressément chargés de « sauvegarder les intérêts professionnels et économiques des métiers » et de « participer à l’organisation de l’apprentissage5 ». C’est donc bien autour de la défense des métiers et de la nécessité d’organiser la formation spécifique de ses membres que se crée cette institution. À cette époque, le pouvoir représentatif est davantage aux mains des organisations professionnelles (les syndicats de patrons), mais cette administration consulaire qu’est la chambre de métiers va s’organiser peu à peu, asseoir son pouvoir puis étendre progressivement son champ d’intervention. Le recensement des artisans se précise en 1934, par la loi du 27 mars instituant le registre des métiers, dans lequel sont enregistrées les entreprises artisanales. Puis, le décret du 23 mai 1955 cherchera à apporter plus d’ordre et de rigueur dans la tenue de ce registre ; il accorde ainsi au ministre de l’Industrie et du Commerce, comme aux chambres de métiers, « le pouvoir de requérir d’office l’immatriculation ou la radiation des artisans ayant omis de procéder à ces formalités6 ». Avec la loi du 30 avril 19417, ce sont des représentants de l’État pour l’artisanat qui sont installés dans les régions et les départements ; le maillage du territoire est donc lancé.

  • 8 Ce terme désignait l’ensemble des salariés de l’artisanat.

5Durant cette première moitié du XXe siècle, le cadre législatif restreint encore les salariés employés à un nombre limité (dix, puis cinq à partir du décret-loi du 2 mars 1938) et c’est la référence au métier qui continue de primer pour définir le champ d’intervention des chambres de métiers. Mais le décret-loi no 55-658 du 20 mai 1955 fait un pas en direction de l’instauration de la prédominance du statut social (de non salarié) sur le métier exercé. Le nombre de sièges réservés aux compagnons8 dans la gestion des chambres de métiers diminue : on compte un compagnon pour quatre artisans, quand la loi du 26 juillet 1925, dans son article 4, prévoyait que les compagnies, défendant les intérêts communs à l’ensemble de leurs ressortissants, comprenaient deux tiers d’artisans maîtres et un tiers de compagnons. Les principaux membres du bureau (président, trésorier et trésorier adjoint) doivent par ailleurs obligatoirement être recrutés parmi les artisans. Le texte du 20 mai 1955 prévoit aussi que les compagnons ne puissent pas faire partie de la commission permanente des finances de chaque chambre de métiers. Celles-ci ne sont d’ailleurs aujourd’hui plus, co-administrées par des salariés ; le décret no 99-403 du 27 mai 1999 conserve en effet le collège des catégories professionnelles (constitué d’artisans) et le collège syndical (qui devient collège des organisations professionnelles) mais supprime le collège des compagnons car leur participation au scrutin était jugée trop insuffisante. Le décret-loi du 20 mai 1955 amorce donc ce tournant vers la représentativité des seuls artisans ; à partir de cette date, les chambres de métiers sont chargées de sauvegarder l’intérêt des artisans, et non plus des métiers comme c’était inscrit dans la loi de 1925, qui entendait par là maîtres, compagnons et apprentis. Désormais, il n’est plus question que des non-salariés, qu’ils soient employeurs ou non. Et si la qualification professionnelle est toujours exigée pour être inscrit au registre des métiers, aucun décret d’application ne verra jamais le jour à ce sujet. Quant au nombre de salariés autorisés à être employés, Bernard Zarca rapporte que des dérogations au seuil de cinq compagnons sont prévues à cette époque, pour chaque métier.

De l’artisan à l’entreprise

  • 9 La tenue du répertoire des métiers est dès lors confiée directement aux chambres de métiers, et no (...)
  • 10 Décret no 62-235 du 1er mars 1962 relatif au Répertoire des métiers et aux titres d’artisan et de (...)

6Si la référence au métier s’estompe peu à peu à la faveur d’une référence au statut social, on peut indiquer que le législateur se rapporte ensuite de plus en plus explicitement à l’entreprise. Autrement dit, alors que la loi définissait initialement l’artisanat par le métier (tout statut confondu), elle l’identifie ensuite aux seuls propriétaires des moyens de production, puis elle circonscrit son champ d’application à l’entreprise considérée au sens large. Un cap majeur est ainsi franchi avec la publication du décret no 62-235 du 1er mars 1962, instituant le secteur des métiers : il définit un ensemble d’entreprises, et non pas un ensemble d’individus, répondant à des critères économiques et devant être immatriculées au répertoire des métiers9. Distinguant nettement l’artisanat du commerce, le décret l’apparente à l’industrie et aux services ; c’est principalement leur petite taille qui distinguerait les entreprises artisanales. Le décret a ainsi l’ambition de réviser certains textes législatifs antérieurs qui « tendaient fâcheusement à fermer l’accès aux professions artisanales et à réaliser un retour au système corporatif10 ». Afin de respecter cette « liberté d’entreprise », il est réaffirmé que l’exercice des métiers n’est subordonné à aucune qualification, hormis pour certaines professions déjà concernées par ces restrictions. C’est, dès lors, l’activité économique de l’entreprise qui prime sur le métier exercé par l’artisan. Même si les artisans et maîtres-artisans sont des titres auxquels seuls ont droit les dirigeants justifiant d’une qualification professionnelle et prenant personnellement part à l’exécution du travail, le chef d’entreprise artisanale n’est désormais plus nécessairement un homme de métier.

7En outre, bien que la main-d’œuvre soit limitée à 5 salariés, il est dès lors possible de rester inscrit au répertoire des métiers, durant 3 ans de plus, si le seuil ne dépasse pas 5 emplois supplémentaires. Ceci ouvre la voie, en 1970 (décret no 70-714 du 4 août), à une augmentation du seuil autorisé (passant de 5 à 10 salariés) pour certaines activités seulement. Puis, en 1976, la taille est portée à 10 salariés maximum pour l’ensemble des entreprises artisanales (décret no 76-879 du 21 septembre 1976). Et, si la loi aujourd’hui en vigueur restreint l’immatriculation au répertoire informatique des métiers (RIM) à 10 salariés maximum, le « droit de suite » permet de rester immatriculé, sans délimitation de durée, sous certaines conditions : avoir ou obtenir, dans les 3 ans qui suivent, la qualité d’artisan ou le titre de maître-artisan, c’est-à-dire, aujourd’hui, acquérir la qualification requise à l’exercice du métier ou justifier de 6 années d’inscription au RIM ou au registre du commerce et des sociétés (RCS) (décret no 95-1287 du 14 décembre 1995). Dans le cas où le dirigeant ne remplirait pas cette obligation, il devrait théoriquement faire radier son entreprise du RIM, pour l’inscrire au RCS. Pourtant, un responsable du centre de formalités des entreprises (CFE) à la CMA LA me confiait : « Si on appliquait les textes à la lettre, la personne devrait être radiée. Mais, si elle le désire, si elle se sent proche de l’esprit artisanal, elle peut rester au Répertoire des métiers. » L’institution elle-même ne procède pas à ces vérifications n’allant jamais jusqu’à radier des entreprises qui ne respecteraient pas ces conditions.

  • 11 Loi no 73-1 193 du 27 décembre 1973 d’orientation du commerce et de l’artisanat, article 1er, JORF (...)

8Ce n’est cependant pas seulement le seuil du nombre de salariés que l’État fait croître au fil du temps, il s’engage plus largement en faveur d’une politique économique de développement des entreprises. Dès 1969, le plan « 1 000 assistants techniques des métiers » est lancé afin de recruter et former des personnels salariés des chambres de métiers, avec l’ambition affichée d’accompagner les chefs d’entreprises dans leur développement. Une série de lois voit le jour, à commencer par la loi-cadre d’orientation du commerce et de l’artisanat du 27 décembre 1973, dite loi Royer. Il s’agit notamment d’améliorer la productivité et la compétitivité des entreprises commerciales et artisanales mais, précise le texte, sans pour autant provoquer « l’écrasement de la petite entreprise11 ». La loi Royer prévoit aussi que les chambres de commerce et d’industrie et les chambres de métiers participent désormais à l’établissement des schémas directeurs d’aménagement et d’urbanisme et à celui des plans d’aménagement rural ; c’est ce volet aménagement que l’on retient le plus souvent de cette loi. Pourtant, des aides aux dirigeants professionnels sont aussi envisagées, en particulier des facilités financières pour les chefs d’entreprises justifiant d’une qualification professionnelle. Ces aides concernent également les individus entrés dans le commerce et l’artisanat à la suite d’une reconversion professionnelle. Enfin, la loi a pour ambition de favoriser l’enseignement et la formation professionnelle, entendus à la fois comme enseignement technique et de gestion des entreprises.

9D’ailleurs, l’organisation de l’apprentissage et de la formation professionnelle s’intègre parallèlement plus clairement dans la politique de développement économique du secteur : on retiendra la loi du 17 juillet 1971, portant création des centres de formation des apprentis (CFA) et la loi du 23 décembre 1982 relative à la formation professionnelle des artisans ; le stage de gestion, préalable à l’installation est ainsi institué, assurant au futur dirigeant d’entreprise artisanale et à son conjoint une initiation à la comptabilité et une information sur l’environnement économique, juridique et social de l’entreprise artisanale.

10L’État, en collaboration avec les représentants de l’artisanat, se dote alors d’un outil de formation et d’étude : le Centre d’études et de perfectionnement de l’artisanat et des métiers (CEPAM), devenu l’Institut supérieur des métiers (ISM) en 1990, qui s’inscrit clairement dans cette dynamique de « modernisation » et d’innovation du secteur.

11Enfin, la loi du 11 février 1994, relative à l’initiative et l’entreprise individuelle, dite loi Madelin, traite moins de l’artisan que de l’entrepreneur individuel, et pas de l’artisanat mais de l’entreprise en général. La loi vise principalement à simplifier les formalités administratives imposées à toutes les entreprises. Ainsi, l’obligation, pour une entreprise, de déclarer sa création, sa cessation d’activité ou tout changement de situation peut désormais être satisfaite par le dépôt d’un dossier unique. De même, on envisage désormais de lui attribuer un numéro d’identification unique. Le principe de simplification est aussi appliqué au fonctionnement (à « la vie sociale ») des sociétés, aux obligations comptables et dispositions fiscales, à la protection sociale et, enfin, aux règles du droit du travail.

L’artisanat comme levier pour l’emploi

  • 12 À partir d’une recherche empirique au sein d’un organisme de placement des cadres, Azdine Henni a, (...)

12Alors que le législateur fait de plus en plus explicitement référence à l’entreprise et à son développement quand il traite du secteur des métiers, il s’opère ensuite un glissement en direction d’une politique en faveur de l’emploi. Autrement dit, l’artisanat est désormais clairement mobilisé comme levier pour l’emploi. Il s’agit de remédier au problème du chômage en incitant à la création d’entreprises (en facilitant les démarches administratives pour créer son propre emploi en se mettant à son compte12) et en encourageant l’embauche de salariés supplémentaires par la multiplication des aides (comme l’allégement, voire l’exonération de charges sociales pour les employeurs).

  • 13 Loi 96-603 du 5 juillet 1996 relative au développement et à la promotion du commerce et de l’artis (...)
  • 14 Loi 73-1 193 du 27 décembre 1973 d’orientation du commerce et de l’artisanat, article 1er, JORF, 3 (...)
  • 15 Loi 96-603 du 5 juillet 1996 relative au développement et à la promotion du commerce et de l’artis (...)
  • 16 Loi 96-603 du 5 juillet 1996 relative au développement et à la promotion du commerce et de l’artis (...)
  • 17 Il s’agit de l’entretien et la réparation des véhicules et des machines ; la construction, l’entre (...)

13La loi Raffarin du 5 juillet 1996, relative au développement et à la promotion du commerce et de l’artisanat, témoigne de cette vision d’un secteur comme outil d’une politique en faveur de l’emploi ; elle précise en effet que le commerce et l’artisanat « doivent participer au développement de l’emploi et contribuer à accroître la compétitivité de l’économie nationale13 ». Ainsi, à l’orientation édictée au 1er article de la loi Royer, à savoir que « les pouvoirs publics veillent à ce que l’essor du commerce et de l’artisanat permette l’expansion de toutes les formes d’entreprises indépendantes, groupées ou intégrées14 », est ajouté le principe d’éviter de causer préjudice à l’emploi. Outre les exigences en matière d’aménagement du territoire et de protection de l’environnement, il est précisé que les implantations d’entreprises commerciales et artisanales doivent « contribuer à la modernisation des équipements commerciaux, à leur adaptation à l’évolution des modes de consommation et des techniques de commercialisation15 ». En somme, c’est l’exigence de « modernisation » du secteur et d’adaptabilité aux modes « modernes » de vente qui est affirmée. Le consommateur et les salariés font aussi l’objet d’une attention particulière. Et, si la loi instaure l’obligation d’acquérir une qualification pour certains métiers, elle permet en même temps de s’y soustraire si un salarié, présent en permanence dans l’entreprise à ses heures d’ouverture, en dispose à la place du dirigeant. En fait, c’est l’exercice du métier ou le contrôle de l’activité, et non la direction de l’entreprise, qui est visé par l’obligation de qualification dans la loi Raffarin. Le texte dispose expressément : « Ne peuvent être exercées que par une personne qualifiée professionnellement ou sous le contrôle effectif et permanent de celle-ci16 » les activités où la sécurité et la santé du consommateur sont menacées17. Autrement dit, un non-professionnel peut, malgré ces dispositions relatives à la qualification, diriger une entreprise artisanale relevant de ces activités, à condition d’y déléguer l’exercice professionnel à un ou plusieurs ouvriers qualifiés en permanence dans l’entreprise en activité. C’est surtout les questions de la responsabilité de l’activité et la protection du consommateur qui sont en jeu ici.

14Cette loi, qui peut sembler composée d’éléments contradictoires, est en fait le fruit du compromis d’acteurs aux intérêts différents. Ainsi, la fermeture professionnelle induite par l’exigence de qualification est accordée aux organisations professionnelles qui exercent une activité de lobbying, afin de défendre leurs intérêts spécifiques. Cependant, c’est l’argument de la protection du consommateur qui est avancé pour justifier de l’exigence de qualification professionnelle des travailleurs ; ainsi, les tenants de l’ouverture de ces groupes professionnels sont satisfaits par la possibilité offerte de détourner cette apparente fermeture en faveur d’entrepreneurs sans qualification de métier. Ces derniers, non garants d’un savoir-faire artisanal mais davantage compétents en matière de gestion et de développement d’entreprises, peuvent contribuer à l’expansion du secteur par l’accroissement de l’activité et de l’emploi artisanal. Il s’agira, pour ces chefs d’entreprise, de « moderniser » l’appareil de production, de rationaliser certaines pratiques professionnelles, de mettre l’accent sur la commercialisation des produits et des services et d’embaucher davantage de personnel.

15Les lois Dutreil du 1er août 2003, pour l’initiative économique, et du 2 août 2005, en faveur des petites et moyennes entreprises (PME), proposent des mesures ciblées qui vont dans le même sens d’une facilitation de la création/reprise d’entreprises, dans la perspective d’un développement de l’emploi. La loi Dutreil 1 simplifie les démarches administratives et raccourcit les délais nécessaires à la création et la reprise d’entreprises. Cependant, ces mesures ne sont pas spécifiques à l’artisanat mais concernent également le commerce et l’agriculture. La loi crée aussi des passerelles entre le statut de salarié et celui d’entrepreneur, incite au développement et à la transmission des entreprises par des facilités d’ordre financier et soutient leur développement international. La seconde loi participe également de cette volonté d’aide à la création d’entreprise et d’accompagnement dans leur pérennisation. Elle propose non seulement un soutien à la création et à la reprise d’entreprise mais vise également à accompagner leur développement, notamment par des dispositions relatives à la « modernisation des relations commerciales ». Là encore, la loi ne s’applique pas au seul secteur artisanal. Dans les mesures favorisant la transmission d’entreprises, on retiendra notamment le « tutorat d’entreprise » : il s’agit d’une convention entre un cédant et un repreneur, instaurée afin de faciliter la transition et d’assurer les chances de pérennité de l’entreprise.

  • 18 Réalisé entre 2005 et 2007, mon travail de terrain est antérieur à cette loi et ma recherche ne pe (...)

16La loi no 2008-776 du 4 août 2008, dite loi de modernisation de l’économie, qui a instauré le statut d’auto-entrepreneur, s’inscrit dans cette politique visant à réduire le chômage par l’auto-emploi en allégeant les formalités de création d’entreprise et en simplifiant le mode de calcul et de paiement des cotisations sociales et de l’impôt sur le revenu18.

  • 19 Zarca B., « La représentation des artisans dans la statistique officielle de la France depuis un si (...)
  • 20 Boutillier S., « Politique publique et création d’entreprise, une analyse contemporaine du capitali (...)

17En définitive, si l’histoire de la législation relative à l’artisanat ne témoigne pas d’une ambition claire de mise en place d’une politique spécifique de long terme, on peut distinguer une tension forte entre la défense d’une singularité et d’intérêts spécifiques à ses membres (des professionnels qualifiés, maîtrisant l’ensemble du procès de fabrication et travaillant au sein de petites unités) et une inscription dans une politique économique globale en faveur de l’entreprise et, aujourd’hui, plus particulièrement des PME et de l’emploi qu’elles sont susceptibles de générer. Quelques grandes tendances se dégagent cependant : d’une vision « corporative », autour de l’identification au métier, on passe assez clairement, comme l’interprète Bernard Zarca, à une vision « classiste » où c’est le statut social qui prime. L’évolution de la définition du mot « artisan » est, à cet égard, tout à fait édifiante. Zarca repère qu’au XIIIe siècle, ce terme désigne aussi bien le maître, le valet ou l’apprenti et qu’au XIXe siècle prédomine encore la définition de l’artisan par le métier. Il faudra attendre les années 1930 et l’institutionnalisation de l’artisanat pour que la position sociale finisse par s’imposer. L’artisan devient un petit entrepreneur travaillant avec un petit capital19. Au cours du XXe siècle, le pouvoir consulaire se renforce, les chambres de métiers défendent les intérêts des artisans et, finalement, davantage les entreprises qu’elles immatriculent au répertoire des métiers. La référence à l’entreprise devenant prégnante, la loi tend aujourd’hui à se saisir de l’artisanat comme autant d’« entreprises en plus petit », amenées à se développer pour favoriser l’emploi. Désormais, les deux principaux verrous qui limitaient le cadre officiel de l’entreprise artisanale ont sauté : il est à présent possible de diriger une entreprise artisanale sans disposer de qualification de métier et le seuil limitant le nombre de salariés a volé en éclat. En même temps qu’elle ouvre le groupe professionnel dans une vision libérale, la loi introduit des mesures favorisant l’initiative individuelle (aides à la création d’entreprise) pour résoudre un problème collectif (le chômage de masse). Cette politique ne vise d’ailleurs pas seulement l’artisanat mais la petite entreprise en général et ne s’applique pas qu’en France : Sophie Boutillier rapporte ainsi que depuis les années 1980, dans tous les pays de l’Union européenne, les gouvernements cherchent à réduire les barrières administratives à la création d’entreprise afin de diminuer le taux de chômage. Plus récemment, cette politique commune a été entérinée en 2000, à Lisbonne, par les dirigeants de l’UE, traçant le cadre du développement futur de l’Union20. Cette politique s’explique d’abord par la crise économique : alors que la croissance économique ralentit, le chômage se résorbe difficilement. La grande industrie est également en crise, ce qui enjoint les gouvernements à se pencher sur le potentiel des petites entreprises qui constitueraient un réservoir d’emploi conséquent pour résoudre la question du chômage.

Les actions des institutions représentatives : l’extension du pouvoir d’influence

  • 21 Les chambres de métiers ont été renommées chambre de métiers et de l’artisanat par le décret 2004- (...)

18Pendant que les pouvoirs publics ouvraient les frontières du groupe des artisans, l’artisanat s’est structuré au niveau institutionnel, et tout particulièrement au cours des trente dernières années, pour devenir un interlocuteur incontournable du pouvoir en même temps qu’un membre actif du développement économique à l’échelle des territoires. Les artisans ont une double représentation institutionnelle, répartie entre un pouvoir syndical, à travers leurs organisations professionnelles, à commencer par l’Union professionnelle artisanale (UPA) qui est la seule organisation interprofessionnelle et fédérative du secteur et un pouvoir consulaire à-travers les chambres de métiers et de l’artisanat (CMA21) de chaque département. Nées au XXe siècle, ces institutions représentatives se sont déployées et associées autour d’intérêts communs, en particulier ces trente dernières années. Quelles sont aujourd’hui leurs actions ?

L’UPA : parler au nom des employeurs de l’artisanat

  • 22 Millet M., « Parler d’une seule voix. La naissance de l’UPA et la (re)structuration du syndicalisme (...)
  • 23 Le CICA est lui-même le fruit de l’unification, en 1967 seulement, de la CAPEB (Confédération de l (...)
  • 24 Le CIDUNATI (Comité d’information et de défense – Union nationale des travailleurs indépendants de (...)

19L’Union professionnelle artisanale a pour mission de représenter, fédérer et défendre les intérêts des artisans. Fruit d’un long travail d’unification22, elle a été créée en 1975 par le CICA (Comité interconfédéral de coordination de l’artisanat23) et la section artisanale de la CGAD (Confédération générale de l’alimentation de détail) qui ont décidé de s’unir malgré leurs divergences face à la montée en puissance d’organisations protestataires24 qui siphonnaient leur base militante et ravissaient la présidence de chambres de métiers. Il s’agit alors aussi d’en finir avec les divisions et de parler d’une même voix pour mieux peser sur les politiques économiques et sociales.

  • 25 Les décisions du Conseil national de l’UPA sont prises à l’unanimité des trois membres fondateurs (...)

20Toujours mue par cette volonté de peser sur l’action publique, l’UPA représente le secteur des métiers à travers les quatre secteurs d’activité que sont le bâtiment, l’alimentation, la production et les services en associant désormais les trois grandes confédérations professionnelles que sont la Confédération de l’artisanat des petites entreprises du bâtiment (CAPEB), la Confédération générale de l’alimentation de détail (CGAD) et la Confédération nationale de l’artisanat des métiers et services (CNAMS), et associée depuis 2010, la CNATP (chambre nationale de l’artisanat, des travaux publics, des paysagistes et des activités annexes)25.

  • 26 Aux côtés de l’APCMA (Assemblée permanente des chambres de métiers et de l’artisanat).
  • 27 Michel Debré qui a, dans les années 1930, écrit sa thèse intitulée L’artisanat, classe sociale, s’ (...)
  • 28 Millet M., « Parler d’une seule voix… », op. cit., p. 506.

21S’affirmant progressivement comme un interlocuteur écouté des pouvoirs publics, l’UPA est reconnue comme partenaire social en 1983, et participe, depuis 1988, aux négociations paritaires interprofessionnelles aux côtés du CNPF (Conseil national du patronat français), devenu Medef (Mouvement des entreprises de France), et de la CGPME (Confédération générale des petites et moyennes entreprises). Depuis 1994, l’UPA est adhérente de l’UEAPME (Union européenne de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises26). L’UPA, représentant les entreprises, devient ainsi un défenseur des intérêts petits patronaux face aux syndicats de salariés, ce qui exclue de fait la possibilité pour l’artisanat d’occuper cette troisième voie entre salariat et patronat27. Bien que l’UPA représente à la fois les indépendants (artisans sans salarié) et les employeurs, l’action collective privilégie l’identité patronale. Ainsi affirme Marc Millet, « la voie artisanale passe par la voie patronale28 ». En ce sens, on comprend comment les représentants syndicaux de l’artisanat ne contredisent pas les mesures prises en faveur de l’entreprise et de l’élargissement des frontières du secteur des métiers. Si l’on reconnaît qu’il existe des organisations professionnelles non adhérentes de l’UPA, on doit admettre qu’elles ne fédèrent pas l’ensemble des secteurs de l’artisanat et pèsent beaucoup moins fortement sur les pouvoirs publics puisqu’elles sont absentes des espaces de négociations paritaires.

Les CMA : de l’assistance technique à l’animation économique

  • 29 Les CMA sont en partie financées par la taxe pour frais de chambre de métiers, impôt obligatoire p (...)

22Les chambres de métiers et de l’artisanat sont les interlocutrices économiques et éducatives (à travers les CFA) des pouvoirs publics. Ce sont des structures publiques et la cotisation y est obligatoire pour chacun des artisans inscrits au Répertoire des métiers29, quand l’UPA, institution de droit privé, relève, pour sa part, de l’adhésion libre. Les CMA sont administrées par des artisans élus au suffrage universel tous les cinq ans. Elles assurent un double rôle de porte-parole et de relais permanent des politiques mises en œuvre par l’État et les régions. Ainsi, outre leurs fonctions consultatives et représentatives, les CMA ont, entre autres missions, de diffuser l’information juridique, fiscale, sociale et économique nécessaire à l’entreprise artisanale. Les CMA exercent enfin une fonction administrative en tenant le répertoire des métiers, où sont immatriculées les entreprises de leurs ressortissants, dans chaque département.

  • 30 Benoît C., Les chambres de métiers face aux mutations de l’artisanat, mémoire de sciences politique (...)

23Au fil du temps, les attributions des chambres de métiers se sont élargies ; il s’est ainsi opéré un glissement de l’assistance technique vers l’animation économique. En effet, au-delà de leur simple rôle de représentation, les CMA s’attachent à accompagner l’entreprise artisanale à chaque étape décisive, de la création à la transmission, en passant par l’accompagnement de sa croissance et la recherche d’une plus grande compétitivité30. Lors d’une réunion d’information destinée à des futurs repreneurs à laquelle j’ai assisté, une technicienne de la CMA de Loire-Atlantique, a d’ailleurs ainsi caractérisé les « trois fonctions essentielles du chef d’entreprise » : « produire, gérer, commercialiser ». Dessinant une accolade englobant le deuxième et le troisième point, elle a expliqué que ces deux fonctions faisaient l’objet de l’accompagnement proposé par la chambre de métiers. Il s’agit d’élargir l’activité, d’aider à définir de nouveaux produits et services, développer le chiffre d’affaires, recruter du personnel et s’ouvrir à l’export. Parallèlement à ce suivi des entreprises artisanales dans leur développement, les CMA ont une mission d’animation du développement économique, notamment par leur participation à la définition des politiques locales. Qu’il s’agisse de l’emploi ou de l’aménagement du territoire, les CMA sont désormais des acteurs locaux incontournables.

Maillage territorial, structuration interne et professionnalisation du personnel

24Outre l’élargissement de leurs missions, les représentants de l’artisanat se sont structurés en interne et ont couvert le territoire par un maillage serré. L’UPA est présente à l’échelle des territoires à travers ses 115 structures régionales et départementales. Elle rassemble ainsi près de 55 fédérations professionnelles nationales et 5 000 syndicats départementaux (plus ou moins actifs). Quant au pouvoir consulaire, il couvre tout le territoire de ses chambres implantées dans chaque région et chaque département français. L’Assemblée permanente des chambres de métiers et de l’artisanat (APCMA) fédère l’ensemble au niveau national. Si l’on s’intéresse à la Loire-Atlantique, ce ne sont pas moins de six antennes ou agences interconsulaires qui sont réparties sur le département. Cette implantation consulaire locale permet une offre de services de proximité pour des candidats à l’installation et de futurs apprentis, mais donne aussi l’opportunité de créer des réseaux de partenaires à l’échelle locale, autour de l’aménagement du territoire et du développement économique. Si l’institution a l’apparence d’une structure pyramidale hiérarchisée, elle fonctionne plutôt « en sens inverse » : les CMA (départementales) sont souveraines car prédomine la volonté de défendre les intérêts des entreprises artisanales à l’échelle locale. Ainsi, les chambres régionales n’ont aucun pouvoir légal sur les chambres départementales : les chambres régionales de métiers (CRMA) sont les interlocutrices des institutions régionales dans les domaines de la formation professionnelle et du développement économique de l’artisanat ; elles coordonnent seulement l’exercice des missions des CMA en assurant la cohérence de leurs actions. De la même façon, l’APCMA ne peut obliger ni les chambres régionales, ni les chambres départementales, et ne traite que des questions d’intérêt national.

  • 31 Magliulo B., Les chambres de métiers, Paris, PUF, 1985.

25L’effectif des salariés permanents travaillant au sein des chambres de métiers et de l’artisanat ne cesse de croître, au point d’être numériquement très supérieur à celui des artisans élus chargés d’administrer ces institutions : on compte en effet 230 salariés pour seulement 35 artisans élus à la CMA de Loire-Atlantique. Il s’agit d’agents de divers services, qui peuvent être enseignants, assistants techniques des métiers (ATM), moniteurs de gestion ou animateurs. Ces trois dernières catégories de salariés permanents sont plus particulièrement chargées de conseiller et d’informer les artisans afin de perfectionner la marche de leur entreprise. Leur recrutement a débuté au début des années 1960 et croît régulièrement depuis31. Outre la direction générale et la direction financière du personnel qui assurent le fonctionnement de la structure, on retrouve ces salariés permanents à la direction des formations, à la direction des actions économiques et au service communication. Dans le détail, la direction des formations organise l’apprentissage et gère le Centre interprofessionnel de formation pour l’artisanat et les métiers (CIFAM). Le service des actions économiques, qui emploie le plus de personnels, accompagne la création et la transmission des entreprises, mais aussi leur développement autour de l’hygiène, l’environnement, l’aménagement du territoire, la qualité, l’export, la commercialisation et, plus récemment, la gestion des ressources humaines. Le service communication enfin, contribue à la valorisation de la formation en alternance et des entreprises artisanales.

  • 32 Millet M., « Parler d’une seule voix… », op. cit.
  • 33 J’en ai fait personnellement l’expérience au cours de cette enquête.

26L’UPA, organisation interprofessionnelle qui s’est construite à l’échelon national, est moins structurée localement. Pour autant, le développement de son action collective accéléré par sa reconnaissance comme partenaire social en 1983 a engendré une rationalisation des formes d’organisation et participé au mouvement de professionnalisation de son personnel32. Ce sont davantage les organisations professionnelles représentants de métiers ou de secteurs d’activité qui maillent le territoire, le nombre de leurs techniciens allant croissant. Le « poids » et le rôle de ces salariés permanents ne sont pas négligeables dans la mise en place des politiques de développement économique des entreprises. Toute personne qui entre en contact avec la CMA de son département ou avec les principales organisations professionnelles artisanales, est automatiquement mis en relation avec l’un de ces techniciens, non artisan33. Si une recherche entière mériterait d’être consacrée à cette population, et plus particulièrement aux agents des services économiques des CMA, qui influence considérablement les actions des représentants élus de l’artisanat sur le territoire, mes données empiriques révèlent quelques récurrences dans leurs trajectoires : tous ceux que j’ai rencontrés au cours de cette enquête sont effectivement passés par l’université, initialement formés à la géographie, l’économie ou la gestion, parcours souvent conclu par un diplôme professionnalisant (notamment en aménagement du territoire). On peut ainsi émettre l’hypothèse que, moins sensibles à la culture de métier, ils orientent davantage leurs actions en faveur du développement économique des entreprises artisanales, contribuant à accélérer un mouvement déjà engagé par des élus peu représentatifs des artisans. Christine Jaeger soutenait déjà, dans les années 1970, que les artisans élus étaient plus sensibles aux thèses en faveur du développement économique. Ansi, affirmait-elle :

  • 34 Jaeger C., Artisanat et capitalisme, l’envers de la roue de l’histoire, Paris, Payot, 1982. C’est a (...)

« Les présidents des chambres de métier sont des entrepreneurs qui ont suffisamment de personnel pour que leur entreprise puisse fonctionner en leur absence. Ils s’éloignent donc de la définition de l’artisan, qui suppose une participation effective et habituelle au travail, et sont en réalité de petits “capitalistes”. Ils sont donc plus sensibles que les autres aux arguments capitalistes34. »

27La formation de tous ces représentants décideurs est homogénéisée par l’Institut supérieur des métiers (ISM). Créée en 1990 par l’État, l’APCM et l’UPA, l’ISM illustre bien le consensus établi à l’échelle nationale pour « moderniser l’artisanat ». L’ISM, a, entre autres missions, celle de former les responsables et cadres employés par les CMA et les organisations professionnelles ainsi que les artisans élus. De façon générale, l’ISM apporte son concours aux organismes relevant de l’artisanat, afin de les appuyer dans leurs initiatives et de développer, sur le terrain, des opérations utiles aux entreprises.

Innovation et recherche

  • 35 Propos rapportés par Michel David, ex-président de l’ISM, dans la préface du document « Artisanat (...)
  • 36 « Un réseau opérationnel pour l’artisanat : les pôles d’innovation », ibid.

28L’administration de l’artisanat œuvre désormais au développement technologique et à l’innovation. Grâce à l’ISM, elle s’est munie d’une institution chargée, entre autres, de cette mission. Il s’agit d’aider à la diffusion des technologies nouvelles et de coordonner les actions visant à les faire pénétrer dans les entreprises artisanales. Il est ici question de permettre aux entreprises artisanales de suivre les progrès des techniques, des matériaux et des matériels. L’innovation serait, selon l’expression de Jean Paquet, président de l’APCM de 1982 à 1994, « la clé du renouveau artisanal35 ». Aussi s’agit-il de faciliter l’appropriation des innovations technologiques par les entreprises artisanales elles-mêmes. L’ISM organise donc un partenariat entre les représentants des artisans et des établissements d’enseignement et de recherche ; il construit des réseaux de manière à entretenir des passerelles entre l’artisanat, l’université, les centres techniques industriels et les centres de formation. Sous l’impulsion des pouvoirs publics, sont ainsi créés des « pôles d’innovation », label attribué aux centres témoignant de conditions précises de développement d’activités innovantes, d’organisation de filières de formation et, plus largement, de diffusion au plus grand nombre des recherches et progrès technologiques réalisés. Outre la volonté de répondre aux besoins techniques des entreprises artisanales et de les rapprocher d’organismes de recherche, les pôles d’innovation ont l’ambition affichée de « changer la mentalité à long terme des chefs d’entreprise artisanale et de s’appuyer en particulier sur les jeunes36 ». Le document présentant le réseau s’achève ainsi, par une proposition :

  • 37 Ibid.

« On pourrait monter des projets visant la reprise ou la création d’entreprises par des jeunes ingénieurs. La demande existe du côté des grandes écoles. Ces chantiers doivent obligatoirement être engagés si on veut pérenniser les pôles d’innovation37. »

29On voit bien comment, à travers cette mission de « modernisation » technologique, on cherche d’une part à rapprocher l’artisanat du fonctionnement d’entreprises appartenant à d’autres secteurs (qui disposent de services « recherche et développement ») et, par le renouvellement de ses chefs, à introduire de nouvelles façons de travailler. Le changement technologique passerait entre autres par le recrutement de professionnels hautement qualifiés, proches du monde de la conception et de l’innovation.

  • 38 Saint-pé M.-C., L’innovation artisanale : un monde de créateurs, thèse de doctorat, sociologie, Tou (...)

30L’artisanat, à travers l’ISM en particulier, participe par ailleurs à la réalisation et à la diffusion d’études et de recherches sur l’artisanat. L’institut encourage la production de recherches sur l’artisanat, dans cette perspective du rapprochement avec des organismes de recherche. Ainsi, à titre d’exemple, on peut citer le cas de Marie-Claude Saint-Pé, qui a préparé une thèse de doctorat intitulée « L’innovation artisanale : un monde de créateurs38 », en sa qualité de chargée d’études à l’ISM. Si l’on peut s’accorder avec elle sur l’idée que les organisations professionnelles et les chambres de métiers tendent à aplanir les différences entre les entreprises artisanales et les autres et que domine le point de vue du développement économique industriel dans les pratiques et analyses institutionnelles, on retiendra aussi le brouillage entre le monde des artisans et celui de la recherche : même si elle ne se réduit pas à son volet technique, la thématique de l’innovation retenue dans cet exercice académique n’est pas sans lien avec les intérêts des professionnels du secteur. À ce titre, le réseau « artisanat-université » (mis en place par l’ISM) et les « clubs de dirigeants » (conjugaison régionale de ce dispositif national) sont exemplaires. Ils institutionnalisent ce rapprochement initialement souhaité par les organisations professionnelles de l’artisanat. L’objectif de départ est double : il s’agit, d’un côté, de mettre à disposition de l’artisanat des ressources de l’enseignement supérieur et de la recherche universitaire ; de l’autre, il convient d’enrichir le champ de la recherche universitaire d’une source de contacts et d’échanges directs avec les entreprises artisanales. Les textes fondateurs de ce réseau, fournis à la première rencontre Artisanat-Université à laquelle j’ai assisté le 7 octobre 2004 au Conseil économique et social, insistent tout particulièrement sur le fait que « les filières de formation professionnelle aux métiers de l’artisanat, trop exclusivement axées sur les dimensions techniques, ne préparent pas les profils de collaborateurs et de « managers-dirigeants » dont le secteur a besoin pour valoriser ses atouts ». Lors de cette rencontre, M. Perrin, alors président de l’UPA, évoquait cette dimension entrepreneuriale à développer : apprendre « le métier de chef d’entreprise », encourageait-il dans cette volonté de concilier deux logiques antagonistes.

31Plus que l’encouragement ou la participation directe à la production d’études et de recherches, les représentants de l’artisanat cherchent à diffuser leurs discours bénéficiant d’une caution scientifique, ou au moins, de la validation d’une expertise, en interne comme en direction des pouvoirs publics et des médias. L’ISM est ainsi doté d’un centre de documentation. Proposant un catalogue documentaire consultable en ligne, il réalise lui-même des recherches documentaires sur demande. Il produit également des bibliographies thématiques à l’occasion de manifestations organisées par l’ISM et contribue, de façon générale, aux publications de l’institut (Newsletter du réseau des « pôles d’innovation de l’artisanat », « Lettre de l’observatoire » synthétisant l’actualité des aides et politiques en matière de développement économique et synthèses documentaires ponctuelles sur des évolutions technologiques). Le centre de documentation produit et diffuse aussi, chaque mois, un bulletin bibliographique (papier et électronique) signalant la parution d’une sélection de documents variés : articles, études, rapports ou livres portant sur les métiers. Il présente un bref résumé signalétique des documents classés de façon thématique, qui nous éclaire bien sur la direction souhaitée pour le secteur : « Économie de l’entreprise » (rubrique dans laquelle on retrouve notamment l’« artisanat-commerce »), « Formation-emploi », « Développement territorial », « Technologies-innovation » et « Secteurs d’activités » (avec des sous-rubriques par secteur). C’est la dimension économique du secteur des métiers associé au commerce qui est privilégiée. On retrouve l’intérêt pour les fonctions d’aménagement du territoire (se présenter comme un animateur incontournable des territoires) et la modernisation par l’innovation. Enfin, depuis 2006, l’ISM assure l’animation du réseau documentaire « Artisanat-Petites entreprises » qui vise à favoriser la coopération entre les différentes institutions représentatives de l’artisanat.

32Diverses manifestations sont par ailleurs organisées comme les rencontres « artisanat-université » se tenant au Conseil économique et social, que nous venons d’évoquer. La stratégie d’actions de ces manifestations repose essentiellement, on l’a vu, sur des logiques de formation et de recrutement. Elles sont aussi l’occasion de faire remonter, au niveau national, les travaux des « clubs de dirigeants » en région qui réunissent aussi des artisans et des universitaires (en sciences de gestion et en économie pour la plupart). Ainsi, dans le cadre des travaux menés par le club des dirigeants en Pays-de-la-Loire, Emmanuel Chéné, maître de conférences à l’Institut d’administration des entreprises (IAE) de Nantes, introduit son rapport en ces termes :

  • 39 Chéné E., « L’innovation participative dans les entreprises artisanales », communication à la journ (...)

« L’entreprise artisanale est souvent qualifiée de traditionnelle, repliée sur ses connaissances et sur ses acquis, son savoir faire immuable… Pourtant, elle est de plus en plus explorée pour discerner les modèles de ces entreprises créatrices de richesses, mais également d’emplois. C’est notamment dans ce cadre qu’un travail de recherche a été engagé39. »

33Les rapports d’activité de ces clubs de dirigeants sont bien entendu par ailleurs publiés et signalés par l’ISM. On voit bien comment les espaces professionnels et savants s’entrecroisent. Des colloques sont aussi organisés et bénéficient, comme toutes les autres manifestations, du relais d’information de l’ensemble des représentants de l’artisanat. Ainsi, l’APCM a organisé le 20 novembre 2002 au Conservatoire national des arts et métiers de Paris un colloque intitulé : « Du salariat à l’entreprise artisanale : vers un nouveau modèle économique français. » Outre des universitaires, ont participé à cette manifestation Renaud Dutreil, alors secrétaire d’État aux PME, au Commerce, à l’Artisanat, aux Professions libérales et à la Consommation, des députés et sénateurs, des représentants des chambres de métiers et d’organisations professionnelles, des banquiers et des journalistes. En plus de la présentation d’« histoires de repreneurs », le colloque a fait état des « exemples et bonnes pratiques de nos voisins européens » : exonération d’impôt sur les transmissions en Grèce, abolition des droits de succession et donation en Italie ou encore dégrèvement pour retraite anticipée au Danemark, autant de mesures répondant aux demandes libérales du patronat.

Promotion de l’artisanat et recrutement de ses membres : deux discours pour deux publics

34L’artisanat soigne son image et orchestre une communication très visible. C’est à la fois pour faire en sorte que les entreprises artisanales soient mieux prises en compte par les pouvoirs publics et pour valoriser l’artisanat auprès de l’opinion publique que le Fond national de promotion et de communication de l’artisanat (FNPCA) a vu le jour, en 1997. Le FNPCA est un établissement public, placé à l’origine sous la tutelle du secrétariat d’État aux PME, au Commerce et à l’Artisanat. Alimenté par une contribution obligatoire payée par les artisans, il est animé à la fois par les CMA, l’UPA mais aussi l’État et a pour but de favoriser le développement de l’artisanat en valorisant son image. La première action du FNPCA a été menée au printemps 1999. D’envergure nationale pour ne pas réduire l’impact du message par un émiettement local, elle visait à promouvoir « l’Artisanat, première entreprise de France ». Des campagnes de promotion, parfois déclinées par secteur d’activité (bâtiment, alimentation, production, services) sont depuis adressées à des publics différents. En fait, on peut distinguer deux discours pour deux cibles différentes : le premier, autour du métier et de l’ascension sociale par l’indépendance, s’adresse à des jeunes, pour favoriser leur engagement sur la voie de l’apprentissage ; il s’agit là de recruter la main-d’œuvre qualifiée dont l’artisanat a besoin. Le second discours, autour de l’entreprise, tend à séduire les futurs dirigeants ; il est ici question de développer une nouvelle piste d’entrants, de futurs créateurs, mais surtout des repreneurs d’entreprises artisanales.

Le métier et l’ascension sociale pour recruter la main-d’œuvre qualifiée

35De vastes campagnes sont menées pour assurer la transmission des savoir-faire de métier. Le contexte démographique conduira en effet à un départ massif d’ouvriers qualifiés, dans les vingt ans qui viennent. Comme pour les artisans, ces salariés de la génération du baby-boom vont prendre leur retraite ; leur renouvellement s’impose donc car le savoir-faire de métier est un bien des plus précieux pour l’entreprise artisanale, sur lequel repose en grande partie sa valeur. Ainsi, comme me le confiait une responsable de l’UPA des Pays-de-la-Loire :

« On va avoir des besoins très importants et l’on sait d’ores et déjà aujourd’hui que les nouveaux entrants qui arrivent par le biais des filières classiques que sont les lycées professionnels ou les centres de formation par l’apprentissage ne suffiront pas à remplacer [les salariés sortants]. Parce que ces populations d’entrants vous en avez une partie qui reste dans l’artisanat mais vous en avez une partie, je pense à des bouchers-charcutiers, qui partent par exemple dans l’industrie agroalimentaire et puis, vous en avez qui rentrent dans les collectivités territoriales, les jardiniers, les maçons, les hommes d’entretien, etc., ont souvent des formations artisanales. Donc, vous avez déjà, je dirais, une hémorragie naturelle de ces populations vers d’autres secteurs, mais, ça va être d’autant plus dramatique qu’en plus, il y a vraiment des départs massifs au sein de l’artisanat. »

36Et d’ajouter le défi que se sont lancés les représentants de l’artisanat :

« Même si on combat depuis des années, justement à coups de communication, il y a toujours une image très obsolète des métiers de l’artisanat et qui ne colle plus du tout à la réalité. Donc, ça, c’est des mentalités à faire évoluer et pas seulement les mentalités des jeunes, les mentalités des parents qui ne sont pas tous contents quand leurs enfants décident d’arrêter une filière d’enseignement général pour se mettre en apprentissage parce qu’il y a toujours de la valorisation du travail intellectuel, des parcours intellectuels. »

37Une communication spécifique destinée à la jeunesse en formation initiale est donc orchestrée, s’appuyant sur tout l’éventail de supports possibles : papier (affiches, cartes, publications diverses), radio, télévision, internet.

  • 40 Aldebert L. et Mascaro P., Métiers passions, pour l’orientation des jeunes vers l’artisanat, Paris, (...)

Métiers passions, pour l’orientation des jeunes vers l’artisanat
Visant explicitement à valoriser l’apprentissage et à conduire de nouveaux jeunes vers cette filière de formation, l’ouvrage Métiers Passions illustre le consensus à l’échelle nationale entre représentants de l’artisanat et État. La préface écrite par deux ministres en charge de l’Artisanat et de l’Éducation nationale, dont voici un extrait, donne le ton de l’ouvrage :
« À l’époque de leur vie où les adultes commencent à leur demander de formuler un projet d’avenir, l’univers des jeunes se réduit généralement au cercle familial, aux murs de l’école, et à l’image que les médias veulent bien leur donner du monde. Ils peinent à imaginer leur avenir dans le monde des adultes, et le choix le plus sûr semble alors de suivre la voie des études générales, dans l’attente de se sentir “appelé” vers une forme spécifique d’accomplissement. Que le parcours scolaire soit réussi ou non, la méconnaissance de la richesse et de la diversité des métiers ne peut qu’accentuer l’anxiété liée au sentiment d’indétermination propre à cette période de la vie.
Voici enfin le livre qui pourra pallier cette ignorance : il relate cinquante histoires individuelles, cinquante trajectoires différentes qui ont en commun d’aboutir à l’exercice passionné d’un métier […].
Le livre fait ainsi un sort à l’image du “pauvre artisan”, et démontre qu’il n’est pas besoin de sortir d’une “grande école” ni de devenir footballeur ou animateur de télévision pour très bien gagner sa vie : il suffit pour cela de prendre possession d’un savoir-faire original que l’on saura valoriser.
Il évoque surtout le bonheur de vivre des artisans, lequel émane de l’exercice même de leur activité : plaisir de créer ou de fabriquer, chance de n’avoir pour maître que soi-même et de travailler à échelle humaine, parfois même en famille. L’appréhension des jeunes au moment d’entrer dans le monde du travail est de s’y ennuyer ; les jeunes artisans dont les itinéraires sont ici retracés en témoignent : leur vie est intense, non seulement parce qu’ils se sont découvert une passion qui leur donne envie de se dépasser et de progresser jusqu’à l’excellence, mais aussi dans la mesure où ils ont la possibilité de toucher à tous les instruments de l’entreprise moderne – gestion, communication, informatique – et ce même lorsqu’ils exercent dans un domaine qui appartient à la tradition.
Nous sommes deux ministres à nous unir pour vous présenter cet ouvrage. Nous souhaitons que le foisonnement des illustrations contenues dans ce livre incite les jeunes à sortir des sentiers battus et à vouloir en apprendre davantage sur les métiers d’aujourd’hui. Nous sommes sûrs qu’il contribuera à éveiller des vocations40. »
Renaud Dutreil, secrétaire d’État aux Petites et moyennes entreprises, au Commerce, à l’Artisanat, aux Professions libérales et à la Consommation et Luc Ferry, ministre de la Jeunesse, de l’Éducation nationale et de la Recherche.

  • 41 La campagne de communication de 2006 a ainsi mobilisé Omar et Fred, deux humoristes populaires che (...)

38Prenant le contrepied de la filière de relégation, l’apprentissage est présenté comme une voie qu’il convient d’embrasser positivement. Les contraintes liées à l’exercice manuel d’un métier sont minimisées au profit de la dimension créative, artistique du travail artisanal. L’image du maçon se brisant le dos sous le poids des sacs de ciment seraient complètement dépassée. Les conditions de travail se seraient fortement améliorées faisant la part belle à l’épanouissement dans la réalisation de son métier. Apprendre un métier serait une voie pour réussir sa vie, être heureux et vivre confortablement. Le discours s’adapte à la population ciblée, notamment par le concours de personnalités médiatiques chez les jeunes41. Le ton se veut léger pour atteindre au mieux sa cible.

  • 42 Données recueillies le 10 avril 2007.

Deux e-cartes produites par le FNPCA, disponibles sur [http://www.artisanat.info./​], rubrique communication42

  • 43 Moreau G., Le monde apprenti, Paris, La Dispute, 2003.

39Cette communication s’adresse clairement à la génération des jeunes bacheliers qui s’engagent massivement sur la voie de l’enseignement supérieur à travers ses filières générales, au détriment des filières professionnelles ou techniques. L’apprentissage est ainsi présenté comme un véritable lieu de formation mais permettant de bénéficier d’un solide savoir-faire de métier et, grâce au système d’alternance, d’être rémunéré, c’est-à-dire d’avoir la possibilité d’être rapidement indépendant financièrement, ce qui parle particulièrement aux jeunes de milieux populaires, comme l’a montré Gilles Moreau43. L’apprentissage ancré dans la réalité professionnelle, par opposition à l’abstraction et à l’incertitude des filières d’enseignement général, est ainsi présentée comme une filière de formation sûre en terme d’emploi. Ce discours prend le contrepied de l’information statistique disponible qui témoigne du fait que les jeunes sont les principales victimes du chômage et que l’attente entre la fin des études et l’emploi est aujourd’hui structurellement établie. Plus encore, la communication insiste sur les possibilités d’ascension sociale par le métier. C’est la possibilité de « devenir son propre patron » qui est mis en avant. Ainsi, l’entrée en apprentissage assurerait une autonomie financière rapide grâce au salaire qu’il offre dès l’entrée en formation, permettrait de bénéficier d’un cadre de formation solide, avec des possibilités de préparer des diplômes de niveaux de plus en plus hauts grâce à la « filière apprentissage » puis d’obtenir un emploi rapidement à l’issue de la formation, et enfin de profiter d’une promotion sociale par la mise à son compte.

L’entreprise pour séduire les dirigeants

40La communication de l’artisanat ne cible cependant pas seulement les jeunes qui constitueront la main-d’œuvre de métier de demain. Vu le contexte démographique, elle vise également le renouvellement des dirigeants d’entreprises et par là-même la transmission des entreprises existantes.

41Les chambres de métier et de l’artisanat et les organisations professionnelles cherchent à convaincre les artisans proches de l’âge de la retraite de transmettre leurs entreprises. Ainsi convient-elles régulièrement les artisans de plus de 50 ans à participer à des réunions d’informations et de sensibilisation à la transmission de leurs entreprises. Ces événements sont l’occasion de rappeler que la valeur d’une entreprise artisanale repose sur des biens matériels et immatériels. Il y a bien sûr les locaux, les équipements, les machines, le matériel et les stocks, mais l’évaluation d’une entreprise repose aussi sur le marché qu’elle génère et la clientèle qu’elle alimente. Les CMA propose ensuite des visites d’entreprises afin d’évaluer le patrimoine professionnel de cédants potentiels. Pour les CMA, veiller à la transmission des entreprises répond à l’enjeu de maintenir un équilibre économique à l’échelle du territoire : outre la clientèle, c’est aussi le réseau de fournisseurs que l’entreprise artisanale fait travailler qu’il est important de conserver. Mais la transmission d’entreprises artisanales repose surtout sur un enjeu en termes d’emplois. Comme le souligne un salarié permanent de la CMA LA, « une entreprise de 10 ou 15 salariés qui n’est pas reprise, c’est 10 ou 15 chômeurs ». Ainsi, les représentants de l’artisanat s’accordent sur l’idée que toute entreprise ne mérite pas d’être transmise. Les arguments reposent sur la rentabilité économique de l’affaire. « Toute entreprise est transmissible à partir du moment où le prix est proportionnel à la taille », me confie une technicienne de la CMA qui assure un service de visite et de diagnostic auprès d’entreprises du département. Cependant, dans les faits, la CMA réalise peu d’accompagnement d’entreprise sans salarié. Les artisans qui travaillent seuls s’éliminent d’eux-mêmes par le coût et la disponibilité que cette opération exige. « Ça coûte 150 € et occupe au moins une demi-journée au chef d’entreprise. » Ainsi, avoue mon informatrice, « on privilégie les entreprises les plus importantes ».

  • 44 Maresca S., Les dirigeants paysans, op. cit., p. 279.

42Le pendant de la sensibilisation à la transmission d’entreprises artisanales c’est l’incitation à la reprise. Une des missions des représentants de l’artisanat consiste donc à « encourager [des candidats à l’installation] mais pas n’importe qui », « sélectionner mais sans décourager », comme les représentants paysans enquêtés par Sylvain Maresca l’ont fait imposant un modèle professionnel en interne face aux supposés « impératifs de transformation économique et sociale engendrés par le développement de la société44 ». Il s’agit ici, et pour reprendre l’expression de la responsable de l’UPA Pays-de-la-Loire rencontrée, de relever le « grand défi de réussir à développer de nouvelles pistes d’entrants ». Le premier levier de l’adaptation nécessaire de l’artisanat au contexte actuel porterait, selon Pierre Perrin, s’exprimant à la première rencontre « artisanat-université », sur le recrutement des artisans, et plus particulièrement sur le niveau de recrutement des dirigeants, la fréquence des entrants formés à l’université allant, dans le bon sens. M. Martin, à l’époque président de la chambre de métiers de l’Yonne, devenu ensuite président de l’UPA de 2004 à 2007, insistait, lors de ce même rassemblement, sur le problème démographique actuel qui crée un manque de repreneurs. Selon lui, l’augmentation actuelle de la taille des entreprises rendrait leur reprise intéressante pour de jeunes diplômés : il fallait favoriser la reprise par des non-professionnels et se féliciter que les organisations professionnelles et les chambres de métiers soient précisément engagées dans cette démarche. Conjugaison locale d’une politique nationale, dans le même esprit, un salarié permanent de la CMA LA m’a montré un document interne où le savoir-faire des dirigeants d’entreprise artisanale était représenté sous la forme d’une pyramide.

La culture. La culture évolue en fonction de la relation au savoir-faire de base

La culture. La culture évolue en fonction de la relation au savoir-faire de base

43À la base, figure l’« apprenti », au-dessus, le « salarié-compagnon », puis l’« artisan », le « gestionnaire », le « manager » définissant « la stratégie globale » et dirigeant « la fonction commerciale », enfin, au sommet de la pyramide, le « manager » qui « définit la stratégie globale et délègue toutes les autres fonctions ». Un nuancier de couleur indique la diminution de la part technique dans le métier du chef d’entreprise, partant du plus foncé à la base, pour s’éclaircir davantage, à chaque palier de la pyramide. Mon informateur commente :

« L’artisan qui va partir à la retraite est passé par ces différentes étapes : il a été apprenti, salarié puis artisan. Il a dû apprendre un peu la gestion mais il est resté au “stade artisan”. Il est souhaitable que les futurs chefs d’entreprises artisanales aient au moins le niveau bac car la connaissance du métier ne suffit plus aujourd’hui, et n’est d’ailleurs pas absolument indispensable : il faut être gestionnaire, avoir des connaissances théoriques et plus seulement pratiques. »

  • 45 Citation extraite du « Projet politique de la chambre de métiers pour l’artisanat de Loire-Atlanti (...)

44Poursuivant son commentaire de la pyramide, mon interlocuteur termine sur les individus possédant aujourd’hui un CAP ou un BEP : « Au mieux, on ne pourra en faire que des salariés. » Il convient donc d’inciter des bacheliers, et des personnes formées à l’université déjà insérées ou non sur le marché de l’emploi à se reconvertir et reprendre des entreprises artisanales. Ainsi, la chambre de métiers et de l’artisanat cherche à informer des publics élargis sur les opportunités de reprises qui s’ouvrent à présent. Le projet politique de la CMA LA indique précisément cette piste : il s’agit d’informer des « publics nouveaux comme les agents de maîtrise et cadres de l’industrie ou du commerce qui souhaitent changer d’orientation et réussir ainsi une deuxième vie professionnelle à la direction d’une entreprise45 ». Ce message est clair : il faut informer et convaincre des techniciens et des cadres, à se reconvertir professionnellement et à reprendre une entreprise artisanale, non pas pour y exercer un métier manuel mais pour en prendre la direction. Il est sous-entendu qu’il est aussi question de manager une équipe de salariés. D’ailleurs, la communication orchestrée par les représentants de l’artisanat multiplie les exemples de ces profils de reconvertis professionnels devenus dirigeants et managers. Ainsi, à l’occasion du colloque « Du salariat à l’entreprise artisanale : vers un nouveau modèle économique français » organisé par l’APCM évoqué un peu plus haut, des « histoires de repreneurs » exemplaires ont notamment été présentées : M. Lagarge, ancien cadre du secteur bancaire, désormais directeur général d’une entreprise artisanale du bâtiment, employant 9 salariés ; M. Mallard, ingénieur de formation devenu directeur commercial chez SPIE Batignolles, finalement repreneur d’une société de restauration de bâtiments ; ou encore M. Duchazeau, chimiste dans le groupe Péchiney, touché par un plan social, aujourd’hui à la tête d’une menuiserie employant 7 salariés.

45Si les chambres de métiers et de l’artisanat interviennent directement sur le terrain de la transmission sur les aspects juridiques et financiers en particulier, ce sont les chambres régionales qui coordonnent la communication autour de cette thématique. Ainsi, la CRMA Pays-de-la-Loire organise-t-elle « le mois de la transmission », vaste réunion de sensibilisation à la reprise d’entreprises artisanales. L’événement a lieu à la Cité des congrès de Nantes et cible un public élargi par des annonces dans la presse locale notamment. Un réseau partenarial de banques, assurances, experts-comptables et notaires est convié pour l’occasion. Des récits de transmissions réussies sont mis en lumière à travers les témoignages de cédants et de repreneurs « plutôt diplômés », me confie une salariée de la CRMA. Cet événement attire souvent « de jeunes cadres dynamiques », avoue-t-elle par ailleurs. Une forte demande afflue de la part de repreneurs potentiels qui disposent d’une formation supérieure confirme une conseillère en création-reprise de la CMA LA. Plus de la moitié des dossiers de reprises d’entreprises artisanales seraient portés par des candidats ayant « une formation gestionnaire-manager », affirme ainsi mon interlocutrice.

  • 46 Le CNPA est une organisation professionnelle affiliée à la CNAMS et donc à l’UPA. Elle est par ail (...)

46La chambre de métiers et de l’artisanat informe et conseille donc les cédants potentiels, mobilise et oriente des candidats à la reprise et met en relation cédants et repreneurs. Un de ses rôles consiste en effet à faire en sorte « que le mariage réussisse » explique la responsable de la CRMA rencontrée. L’institution gère ainsi une bourse régionale, bulletin qu’elle édite tous les quatre mois et dans lequel sont référencées, par département, les annonces d’entreprises artisanales à céder dans les Pays-de-la-Loire. Chaque annonce est anonyme pour ne pas éveiller les inquiétudes des salariés, clients et fournisseurs et révèle seulement le métier, la zone géographique, le chiffre d’affaires et la taille des locaux. Le bulletin édité par la chambre régionale de métiers est ensuite envoyé dans toute la région et les départements limitrophes, à 4 000 partenaires qui accueillent un public intéressé par le monde de l’entreprise. Sans participer à des rapprochements entre des cédants et des repreneurs, la plupart des organisations professionnelles alimentent la bourse régionale en orientant les personnes intéressées vers les chambres de métiers et de l’artisanat. Elles peuvent également diriger les demandes vers des cabinets privés. C’est ainsi le cas du Conseil national des professions de l’automobile de Loire-Atlantique46 (CNPA LA) qui a signé un partenariat, au niveau national, avec une société. Spécialisée dans les métiers de l’automobile, elle met en relation vendeurs et acheteurs. La salariée permanente du CNPA LA, m’explique leur mode de fonctionnement :

« Dans tous les départements, de par ce partenariat au niveau national, on a vocation, si on a des dossiers intéressants de les confier à [cette société] pour [qu’elle] se déplace, vienne faire un petit peu un audit sur site pour voir si ça correspond un petit peu au style de projets qu’ils peuvent prendre en charge. »

47Et de préciser : « Maintenant, inutile de vous dire que cette société est plus intéressée par des grosses structures. » Ici encore, en confiant l’opération de transmission à un cabinet spécialisé, ce sont les plus grosses entreprises qui sont privilégiées.

48Tout se passe comme si le contexte démographique actuel était l’occasion pour les représentants de l’artisanat, appuyés par le concours actif des pouvoirs publics, de conduire une action manifeste d’ouverture du groupe des artisans en direction de reconvertis qui prendraient la tête de plus grandes entreprises artisanales. Visant le maintien de l’activité économique sur l’ensemble du territoire, avec la prégnance de l’enjeu en termes d’emploi, le personnel professionnalisé des chambres de métiers et de l’artisanat et des organisations professionnelles chercheraient à recruter de nouveaux entrants éloignés de la culture de métier mais plus diplômés et plus prompts au développement de leurs unités de production. Ceux-ci seraient encouragés et accompagnés à travers une multitude de services et d’actions proposés par des représentants dont les attributions et les moyens se sont largement étendus depuis une trentaine d’années. Nous pouvons nous demander dans quelle mesure cette analyse législative et institutionnelle révèle la réalité artisanale. Autrement dit, quelle résonnance cette politique a-t-elle effectivement dans le monde artisanal ? Les vieux hommes de métier cèdent-ils leurs entreprises à des repreneurs qui développent l’activité et embauchent davantage de salariés ? Par un affaiblissement de la culture et des pratiques de métier, assiste-t-on en somme, à une sorte d’industrialisation du monde artisanal ? Les données statistiques disponibles enregistrent-elles le dynamisme revendiqué par les représentants de l’artisanat ?

Notes

1 Zarca B., « Identité de métier et identité artisanale », Revue française de sociologie, XXIX, 1988, p. 247-273.

2 Offerlé M., Sociologie des groupes d’intérêt, Paris, Montchrestien, 1994, p. 26.

3 Zarca B., « La constitution de l’artisanat dans la France contemporaine », in L’artisanat français, du métier traditionnel au groupe social, Paris, Economica, 1986, p. 21-108.

4 Jusque-là, c’étaient les chambres de commerce qui représentaient conjointement industrie, commerce et artisanat.

5 Loi du 26 juillet 1925 portant création des chambres de métiers, article 17, Journal officiel de la République française (JORF), 30 juillet 1925, p. 7191.

6 Décret no 55-658 du 20 mai 1955 portant réforme du registre des métiers, exposé des motifs, Journal officiel de la République française (JORF), 22 mai 1955, p. 5180.

7 Loi du 30 avril 1941 relative à l’organisation du secrétariat à la production industrielle, Journal officiel de la République française (JORF), 8 mai 1941.

8 Ce terme désignait l’ensemble des salariés de l’artisanat.

9 La tenue du répertoire des métiers est dès lors confiée directement aux chambres de métiers, et non plus au greffier du tribunal de commerce comme c’était le cas du registre des métiers, et comme c’est d’ailleurs toujours le cas aujourd’hui pour le commerce et l’industrie dépendant du registre du commerce et des sociétés (RCS).

10 Décret no 62-235 du 1er mars 1962 relatif au Répertoire des métiers et aux titres d’artisan et de maître artisan, Journal officiel de la République française (JORF), 4 mars 1962, p. 2217.

11 Loi no 73-1 193 du 27 décembre 1973 d’orientation du commerce et de l’artisanat, article 1er, JORF, 30 décembre 1973, p. 14139.

12 À partir d’une recherche empirique au sein d’un organisme de placement des cadres, Azdine Henni a, par exemple, pu observer comment, à travers les dispositifs d’accompagnement personnalisé des chômeurs, des cadres apprennent à « débusquer leur emploi », notamment en créant le leur. Cf. Henni A., « Quand la recherche d’emploi devient une compétence », Formation-Emploi, no 92, 2005, p. 51-64.

13 Loi 96-603 du 5 juillet 1996 relative au développement et à la promotion du commerce et de l’artisanat, article 1er, a, Journal officiel de la République française (JORF), 6 juillet 1996, p. 10199.

14 Loi 73-1 193 du 27 décembre 1973 d’orientation du commerce et de l’artisanat, article 1er, JORF, 30 décembre 1973, p. 14139.

15 Loi 96-603 du 5 juillet 1996 relative au développement et à la promotion du commerce et de l’artisanat, article 1er, c, Journal officiel de la République française (JORF), 6 juillet 1996, p. 10199.

16 Loi 96-603 du 5 juillet 1996 relative au développement et à la promotion du commerce et de l’artisanat, article 16, Journal officiel de la République française (JORF), 6 juillet 1996, p. 10203.

17 Il s’agit de l’entretien et la réparation des véhicules et des machines ; la construction, l’entretien et la réparation des bâtiments ; la mise en place, l’entretien et la réparation des réseaux et des équipements utilisant des fluides, ainsi que des matériels et équipements destinés à l’alimentation en gaz, au chauffage des immeubles et aux installations électriques ; le ramonage ; les soins esthétiques à la personne autres que médicaux et paramédicaux ; la réalisation de prothèses dentaires ; la préparation ou la fabrication de produits frais de boulangerie, pâtisserie, boucherie, charcuterie et poissonnerie, ainsi que la préparation ou la fabrication de glaces alimentaires artisanales et, enfin, l’activité de maréchal-ferrant.

18 Réalisé entre 2005 et 2007, mon travail de terrain est antérieur à cette loi et ma recherche ne peut tenir compte des conséquences de ce nouveau statut.

19 Zarca B., « La représentation des artisans dans la statistique officielle de la France depuis un siècle », Consommation, no 3, 1976, p. 7-42.

20 Boutillier S., « Politique publique et création d’entreprise, une analyse contemporaine du capitalisme aménagé de J.-M. Keynes », Cahiers du Lab. RII, documents de travail, no 154, mai 2007, p. 9.

21 Les chambres de métiers ont été renommées chambre de métiers et de l’artisanat par le décret 2004-1164 du 2 novembre 2004, portant sur diverses dispositions relatives au fonctionnement des chambres de métiers et de l’artisanat départementales et régionales (décret 2004-1165). Cette nouvelle appellation répond à la volonté de communiquer plus efficacement. Il convient d’ajouter que ce choix du terme « artisanat », plutôt qu’« artisan » concorde avec l’image que souhaitent donner les réformateurs actuels des organisations patronales, à savoir celle d’organisations de promotion de l’entreprise, plutôt que de défenseurs des intérêts de ses dirigeants. Autrement dit, il s’agit de se défaire de la représentation d’une organisation défendant le patrimoine et les intérêts personnels des « détenteurs des moyens de production », pour une image plus moderne et a priori plus consensuelle de soutien à la croissance, l’emploi et l’innovation. De la même façon, le CNPF (Conseil national du patronat français) devient Medef (Mouvement des entreprises de France) en 1998.

22 Millet M., « Parler d’une seule voix. La naissance de l’UPA et la (re)structuration du syndicalisme artisanal au tournant des années 1970 », Revue française de sciences politiques, no 58, 2008/3, p. 483-509.

23 Le CICA est lui-même le fruit de l’unification, en 1967 seulement, de la CAPEB (Confédération de l’artisanat des petites entreprises du bâtiment), de la CNAM (Confédération nationale de l’artisanat et des métiers) et de la CNAR (Confédération nationale des artisans ruraux).

24 Le CIDUNATI (Comité d’information et de défense – Union nationale des travailleurs indépendants devenu Confédération intersyndicale de défense et union nationale des travailleurs indépendants) de Gérard Nicoud après l’UDCA (Union de défense des commerçants et artisans) fondée par Pierre Poujade.

25 Les décisions du Conseil national de l’UPA sont prises à l’unanimité des trois membres fondateurs seulement que sont la CAPEB, la CGAD et la CNAMS. Le comité directeur de l’UPA, en charge de préparer et d’exécuter les décisions du Conseil national, fonctionne de la même façon.

26 Aux côtés de l’APCMA (Assemblée permanente des chambres de métiers et de l’artisanat).

27 Michel Debré qui a, dans les années 1930, écrit sa thèse intitulée L’artisanat, classe sociale, s’est fait le « porte-parole » de cette conception : l’artisan serait un « individu intermédiaire » qui, pour reprendre un schéma marxien, serait à la fois détenteur des moyens de production (le capital) et du travail, c’est-à-dire son corps qu’il mettrait à contribution autant que le matériel qu’il possèderait.

28 Millet M., « Parler d’une seule voix… », op. cit., p. 506.

29 Les CMA sont en partie financées par la taxe pour frais de chambre de métiers, impôt obligatoire payé annuellement par leurs ressortissants. Mais elles sont aussi alimentées grâce à des subventions diverses, des recettes liées à des prestations de services payants ou encore par des ressources extraordinaires telles que des emprunts.

30 Benoît C., Les chambres de métiers face aux mutations de l’artisanat, mémoire de sciences politiques, IEP Grenoble, 2001.

31 Magliulo B., Les chambres de métiers, Paris, PUF, 1985.

32 Millet M., « Parler d’une seule voix… », op. cit.

33 J’en ai fait personnellement l’expérience au cours de cette enquête.

34 Jaeger C., Artisanat et capitalisme, l’envers de la roue de l’histoire, Paris, Payot, 1982. C’est aussi ce que pointait Sylvain Maresca à propos des agriculteurs élus au sein d’organisations professionnelles (Maresca S., Les dirigeants paysans, Paris, Les Éditions de Minuit, 1983).

35 Propos rapportés par Michel David, ex-président de l’ISM, dans la préface du document « Artisanat Technologie Innovation » [http://ism.infometiers.org/enter/].

36 « Un réseau opérationnel pour l’artisanat : les pôles d’innovation », ibid.

37 Ibid.

38 Saint-pé M.-C., L’innovation artisanale : un monde de créateurs, thèse de doctorat, sociologie, Tours, université François Rabelais, 1995.

39 Chéné E., « L’innovation participative dans les entreprises artisanales », communication à la journée de l’atelier « Innovation & tradition », Association internationale de management stratégique, organisée par l’ESCCA et l’université d’Angers, le 15 mai 2007, accès : [http://www.strategie-aims.com/actesateliers/innovtrad/CheneEm.pdf].

40 Aldebert L. et Mascaro P., Métiers passions, pour l’orientation des jeunes vers l’artisanat, Paris, Le Cherche midi, 2003.

41 La campagne de communication de 2006 a ainsi mobilisé Omar et Fred, deux humoristes populaires chez les jeunes, pour présenter de courtes séquences décalées autour du thème « un métier, un jour ».

42 Données recueillies le 10 avril 2007.

43 Moreau G., Le monde apprenti, Paris, La Dispute, 2003.

44 Maresca S., Les dirigeants paysans, op. cit., p. 279.

45 Citation extraite du « Projet politique de la chambre de métiers pour l’artisanat de Loire-Atlantique », [http://212.43.237.181/cferm/sitescm/upload/171/200522416347.pdf] (consulté le 7 avril 2008). Il est à noter que ce projet a été conçu conjointement entre les artisans élus et les cadres permanents de la CMA.

46 Le CNPA est une organisation professionnelle affiliée à la CNAMS et donc à l’UPA. Elle est par ailleurs adhérente de la CGPME et du Medef, c’est-à-dire aux trois organisations patronales représentatives.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/68166/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre La culture. La culture évolue en fonction de la relation au savoir-faire de base
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/68166/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search