Version classiqueVersion mobile

À chacun sa tragédie ?

 | 
Le Guen Brigitte

Chapitre 1. Les Perses d’Eschyle : l’entrée de la tragédie dans la culture commémorative des années 4701 ?

Oliver Taplin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’histoire des débuts de la tragédie est celle d’un formidable succès : l’étoile montante du genre tragique lui fait dominer ses rivaux en poièsis d’une manière triomphale2 . La tragédie n’est pas seulement rapidement en mesure de contester la suprématie de l’épopée, elle va jusqu’à lui voler la vedette sur son propre terrain : une représentation profonde, moralement et artistiquement, du passé héroïque – victoire rendue officielle au cours de ce qui ressemble fort à une remise générale des prix dans la Poétique d’Aristote. Ce succès est d’autant plus remarquable que la tragédie est le produit, la réussite, d’une cité ; et pourtant elle est unanimement considérée, bien avant la fin du quatrième siècle, comme essentielle à la culture hellénique commune3. Je vais, dans cette intervention, tâcher de démontrer que ce pari gagné sur le prestige du genre tragique, reconnu par l’ensemble du monde grec, a commencé beaucoup plus tôt dans l’histoire de la tragédie que l’on ne le reconnaît en ...

Auteur

Magdalen College (Oxford)

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search