Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les dynamiques des parcours sociaux

 | 
Vincent Caradec
, 
Servet Ertul
, 
Jean-Philippe Melchior

Introduction

Vincent Caradec, Servet Ertul et Jean-Philippe Melchior

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier Demazière D. et Samuel O., « Inscrire les parcours individuels dans leurs cont (...)

1Malgré l’abondance des travaux sur les parcours individuels menés au cours de ces dernières décennies1, ce n’est que récemment que l’analyse des parcours sociaux est devenue un objet d’étude, en sociologie en particulier, et en sciences sociales en général. Force est de constater que cette approche suscite aujourd’hui un intérêt croissant. Le concept de parcours sociaux fait désormais l’objet d’attentions et il donne lieu à des élaborations analytiques qui s’efforcent de le distinguer des concepts voisins de trajectoire, carrière ou itinéraire. Parallèlement, la théorie du parcours de vie (life course theory), très développée outre-Atlantique, se trouve au cœur de manifestations scientifiques et d’importants programmes de recherche dans l’espace francophone, notamment en Belgique et en Suisse. Les parcours sociaux deviennent ainsi un axe d’investigation majeur dans des domaines aussi variés que l’étude du travail, de la famille, de l’éducation, des âges de la vie, des mobilités géographiques ou encore de la mobilité sociale.

  • 2 Elias N., Au-delà de Freud. Sociologie, psychologie, psychanalyse, Paris, La Découverte, coll. « T (...)

2S’intéresser aux parcours des individus consiste à la fois à se montrer attentif à leur dimension subjective, restituée notamment à travers des récits de vie, et à inscrire ces cheminements individuels dans les contextes sociaux objectifs qui les balisent, ceux-ci étant appréhendés dans leurs multiples dimensions (temporelle, spatiale, économique, familiale, professionnelle, sexuée, etc.). Le concept de parcours vise ainsi à faire tenir ensemble les niveaux microsociologique et macrosociologique, à penser de manière conjointe le caractère à la fois individuel et social des existences humaines. En effet, un parcours individuel est toujours profondément social car même « “je sans tu”, n’est à l’évidence pas un phénomène isolé ; c’est un phénomène personnel et en même temps un phénomène social, caractéristique d’une époque et d’un mouvement particulier2 ».

3Sachant que l’individu constitue in fine l’élément de base d’un groupe ou de la société, on suivra volontiers le raisonnement de Norbert Elias :

  • 3 Ibid., p. 79.

« On voit, une fois de plus, pourquoi il n’est pas possible d’utiliser comme point de départ d’une étude des êtres humains le seul “individu” – l’homme au singulier. Sans l’existence d’un groupe d’êtres humains, nulle personne ne pourrait apprendre à parler et à se penser comme un “je”3. »

  • 4 On trouvera une réflexion sur ces moments de « bifurcation » dans Bessin M., Bidart C. et Grossett (...)
  • 5 Sewell W. H., Jr., « Trois temporalités : vers une sociologie événementielle », (traduit par Gross (...)
  • 6 Ertul S., Pour une orientation lato sensu, Dijon, thèse d’État, sous la direction de Duru-Bellat M (...)

4Il convient d’insister sur le fait qu’un parcours social ne peut être assimilé à une trajectoire car il n’est jamais linéaire ou, du moins, il ne saurait être prédéfini dans une forme géométrique tracée a priori. Parler de parcours revient à considérer que les existences individuelles ressemblent plutôt aujourd’hui à de multiples fragments de trajectoires mis bout à bout, que ces existences se trouvent, en quelque sorte, composées de morceaux de trajectoires, celles-ci ayant été tronquées, interrompues ou déviées par les événements vécus4, par les choix opérés et par les contraintes subies. Pour reprendre la métaphore de la dépendance du « sentier » de W. H. Sewell Jr.5, un parcours individuel dépend non seulement de la position objective de l’individu dans la société, mais aussi des événements vécus au fur et à mesure de l’avancée dans la vie et de la pertinence des projets qu’il cherche à réaliser. Aussi, situés dans des configurations sociales analogues, des individus socialement semblables peuvent-ils emprunter des chemins plus ou moins différents en fonction, justement, des événements qui les orientent dans telle ou telle direction et/ou des désirs qui les guident vers tel ou tel but6. Pour le dire autrement, les sentiers conditionnent le déroulement des parcours des individus et ces derniers peuvent aussi ouvrir de nouveaux sentiers.

  • 7 Zimmermann B., Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professio (...)
  • 8 Colloque international « Les parcours sociaux entre nouvelles contraintes et affirmation du sujet  (...)
  • 9 Outre les coordinateurs, ont participé au comité de lecture de cet ouvrage : Myriam Baron, Jean-Re (...)

5S’il ne peut être assimilé à une trajectoire, un parcours social est également différent de ce que désigne le concept de « carrière ». En effet, raisonner en termes de parcours social invite à ne pas restreindre le regard à un domaine particulier de l’existence (le domaine professionnel, par exemple), ce que tend à faire le concept de « carrière », mais à l’inverse à prendre en considération les multiples domaines dans lesquels se déploie la vie humaine (professionnel, conjugal, parental, résidentiel, de santé, etc.) et, de plus, à se montrer attentif à leurs enchevêtrements7. De ce point de vue, dans les sociétés contemporaines, en raison de leur complexité et de leur diversification de plus en plus marquées, les parcours sociaux se caractérisent par leur pluralité. Et c’est justement cette pluralité que cet ouvrage, issu des travaux du colloque international organisé au Mans en 2010 consacré aux parcours sociaux8, se propose d’explorer, en privilégiant trois dimensions clés des parcours contemporains : leurs dimensions temporelle, territoriale et professionnelle9.

  • 10 Chesneaux J., « Cinq propositions pour appréhender le temps », Temporalités, en ligne, 1/2004, mis (...)
  • 11 Ibid., p. 108. Cf. aussi Appadurai A., Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la gl (...)

6Les deux premières dimensions, temporelle et spatiale, ont un statut particulier, en ce sens qu’elles constituent les coordonnées de base de tout parcours. L’analyse des parcours est, en effet, indissociable de celle des temporalités et des lieux dans lesquels ils prennent forme. Il convient cependant d’observer que l’on parcourt de manière différente le temps et l’espace. Le premier est irréversible une fois parcouru, car ainsi que le souligne à juste titre Jean Chesneaux10, les « trois “moments” du temps, passé, présent et futur, se succèdent irrévocablement », alors que l’espace présente un caractère plus souple en ce sens qu’il peut subir des modifications et transformations, qui peuvent être d’ordre naturel ou advenir sous l’effet de l’action humaine. Comme l’écrit encore cet auteur, « l’articulation interne du temps (passé, présent, avenir) est irréductible à celle de l’espace, elle est d’une autre nature ». Par ailleurs, ce qui intéresse les sciences sociales n’est pas le temps et l’espace dans leur acception cosmologique ou physique, mais, d’une part, le « temps des humains11 » et, d’autre part, l’espace en tant que territoires multiples, parcourus, empruntés, modifiés par des humains à travers leurs activités liées au travail, aux loisirs, à la vie politique ou encore aux échanges commerciaux.

  • 12 Dubar C., « Temporalité, temporalités : philosophie et sciences sociales », Temporalités, en ligne (...)
  • 13 Ricœur P., Temps et récit, t. 1 : L’intrigue et le récit historique, Paris, Le Seuil, coll. « Poin (...)
  • 14 Cette revue a pris la suite du bulletin Temporalistes créé en 1984 par W. Grossin, sociologue des (...)

7Pour préciser ce point, il n’est pas inutile de revenir, même brièvement, sur les différentes approches théoriques du temps, ce à quoi invite un article récent de Claude Dubar dont nous nous inspirerons ici12. La plupart des philosophes qui, depuis Aristote, se sont intéressés de près au temps, ont voulu en proposer une théorie unifiante : cosmologique chez Aristote, psychologique chez Saint Augustin, transcendantale chez Kant, créant du coup une situation aporétique selon les termes de Paul Ricœur13. Pour s’extraire des impasses d’une perspective trop philosophique et unitaire du temps, il a fallu attendre la typologie heideggérienne différenciant niveau existential, niveau historial et niveau ordinaire (ou vulgaire) de la temporalité. En distinguant ces trois manières de définir et de vivre le temps, Heidegger a ouvert la voie à toute une série de réflexions qui ont permis aux sciences sociales de s’approprier définitivement l’analyse du temps en ne le considérant plus sur un mode unifié, mais en appréhendant la multiplicité des temps sociaux. Comme le souligne Claude Dubar à la fin de son article, « le temps devient [en sciences sociales], en se traduisant par des opérations empiriques diverses, un ensemble d’objets scientifiques concrets, quantitatifs et qualitatifs, différenciés selon des échelles et des significations déterminées ». Les temporalités analysées dans le présent ouvrage correspondent bien à la perspective défendue par Claude Dubar et par l’équipe de la revue en ligne Temporalités qui, depuis plus d’une décennie, explore les temps sociaux14.

  • 15 Urry J., Sociologie des mobilités. Une nouvelle frontière pour la sociologie, Paris, Armand Colin, (...)

8En ce qui concerne maintenant la dimension spatiale des parcours, il faut d’emblée apporter une précision de vocabulaire. Pour bien souligner que ce qui nous intéresse ici n’est pas l’espace physique tel qu’il pourrait être appréhendé et mesuré de manière objective, mais l’espace vécu, l’espace occupé, aménagé et traversé par des individus singuliers et des groupes sociaux, en un mot l’espace « habité ». Ainsi, nous avons opté, dans cet ouvrage, pour le terme de « territoire ». Les parcours sociaux sont faits à la fois d’ancrages dans des territoires et de mobilités entre territoires. Ces mobilités prennent des formes diverses : migrations, changements de résidence, mobilités de vacances, mobilités quotidiennes liées au travail et aux loisirs, et même mobilités « imaginaires » sans déplacement physique. Comme l’écrit John Urry, « les mobilités, comme métaphores et comme processus, sont au cœur de la vie sociale et doivent occuper une place de choix dans l’analyse sociologique15 ». Pour ce qui concerne l’étude des parcours sociaux, ce sont plus particulièrement les mobilités résidentielles, celles qui impliquent un changement dans le territoire habité, qui méritent plus particulièrement de retenir l’attention. Pour le dire autrement, les dynamiques résidentielles constituent une dimension majeure des parcours sociaux, à laquelle cet ouvrage donnera toute sa place.

9La troisième dimension retenue ici pour aborder les parcours sociaux apparaît d’emblée plus sociale que les deux précédentes : la dynamique professionnelle renvoie en effet directement à un ancrage dans le monde du travail. L’étude de cette dimension est difficilement contournable dans une société marquée par la centralité du travail. La sociologie a d’ailleurs toujours accordé une place privilégiée à la position sociale, qu’elle a définie à partir des rapports sociaux au travail et de la profession exercée. La position sociale a ainsi longtemps constitué la caractéristique quasi unique de l’homo sociologicus, avant que son portrait ne s’enrichisse en se trouvant doté d’autres attributs comme le genre ou l’âge. Ce privilège analytique accordé à la position sociale a conduit la sociologie à s’intéresser, dans une perspective dynamique, aux trajectoires sociales, soit la succession des positions sociales occupées au cours de l’existence. Raisonner en termes de parcours, comme y invite cet ouvrage, permet à la fois de prendre acte de l’importance des trajectoires sociales chères aux sociologues et de les inscrire dans une perspective plus large, attentive aux multiples dimensions des parcours. La dynamique professionnelle constitue ainsi l’une des dimensions des parcours sociaux, une dimension à laquelle il convient de donner toute sa place, mais qu’il importe aussi d’étudier en mettant en évidence ses interdépendances avec les autres dimensions : les dimensions temporelles et territoriales, que nous avons évoquées, mais également d’autres dimensions, comme par exemple la dimension familiale.

10Même si la plupart des chapitres de cet ouvrage s’efforcent de croiser plusieurs dimensions des parcours, nous les avons rassemblés en trois grandes parties, selon la dynamique principale qui se trouve au cœur de leur propos : la dynamique temporelle, tout d’abord ; la dynamique résidentielle, ensuite ; la dynamique professionnelle, enfin. En amont de ces trois parties, une ouverture réunit deux textes qui posent d’utiles jalons pour la compréhension des parcours sociaux. Les deux chapitres de cette ouverture visent à approfondir la réflexion sur les parcours et leurs transformations en dégageant quelques idées qu’il convient de garder à l’esprit quand on veut mettre en œuvre ce type d’analyse.

11Christian Lalive d’Épinay se propose de présenter, de manière précise, les grandes lignes et les grandes articulations du paradigme du parcours de vie. Il en expose notamment les trois principes fondamentaux : totalité, temporalité et individu-sujet. Il met aussi en relief le défique cherche à relever ce paradigme en tentant de rendre compte de la relation dialectique entre individu(s) et société, ce qui suppose de cerner avec précision les cadres historiques et sociétaux des parcours de vie, et notamment d’avancer dans la caractérisation de la « globalisation » qui est au cœur de la période historique contemporaine.

  • 16 Rappelons que les recherches de Claudine Attias-Donfut ont plus particulièrement porté sur les rap (...)
  • 17 Gauchet M., « Vers une mutation anthropologique ? », entretien avec N. Aubert et C. Haroche, in Au (...)

12Dans le deuxième texte de cette ouverture, Claudine Attias-Donfut invite, quant à elle, à associer l’étude des parcours de vie à celle des rapports entre générations16. S’appuyant sur les analyses de Marcel Gauchet17, elle rappelle que l’allongement sans précédent de la durée de vie, en moins de cent ans, participe à une « mutation anthropologique ». Non seulement la femme et l’homme vivent beaucoup plus vieux (ils ont gagné quasiment un tiers de vie supplémentaire), mais c’est aussi l’ensemble des âges de la vie qui se trouvent redéfinis, les frontières entre eux devenant moins nettes et les lignes de vie se diversifiant avec l’individualisation. Claudine Attias-Donfut souligne que ces transformations doivent être mises en regard des changements dans les rapports entre générations et que ceux-ci ne peuvent pas être appréhendés dans le seul registre du conflit ou de l’opposition, mais qu’ils doivent l’être de manière plus large, en se montrant attentifs avant tout à leur interdépendance, à ce qui fait lien entre elles. Par ailleurs, affirme-t-elle, il ne faut pas oublier que les parcours sociaux demeurent structurés par des normes d’âge chronologiques et se trouvent marqués par de fortes inégalités sociales et de genre.

  • 18 Kohli M., « The world we forgot: a historical review of the life course », in Marshall V. (dir.), (...)
  • 19 Esping-Andersen G., Les trois mondes de l’État-providence. Essai sur le capitalisme moderne, Paris (...)
  • 20 Kohli M., « Le cours de vie comme institution sociale », Enquête, no 5, 1989.

13Les textes rassemblés dans la première partie abordent les parcours sociaux en privilégiant leur dimension temporelle : ils s’intéressent aux dynamiques à l’œuvre au cours de différentes périodes de l’existence et aux transitions entre les âges, de la petite enfance au grand âge. Une telle perspective, attentive aux processus d’avancée en âge, permet de voir comment les parcours individuels sont structurés par des modèles sociaux prescripteurs, socialement situés et qui peuvent être en concurrence les uns avec les autres. Elle montre aussi que les parcours dépendent des ressources économiques, sociales, culturelles dont disposent les individus. Et elle présente l’intérêt d’éclairer certains enjeux, comme celui de l’autonomie, qui se trouvent posés de manière à la fois récurrente et spécifique selon les âges. C’est ce que nous verrons en explorant, avec Isabelle Danic, les parcours de scolarisation des enfants burkinabés, en nous intéressant, avec Carole Daverne, au rapport à l’avenir des élèves des classes préparatoires aux grandes écoles, en nous arrêtant, avec Armelle Testenoire, d’une part, Jean-Marie Le Goff et René Levy, d’autre part, sur l’entrée dans la parentalité, en nous interrogeant enfin, avec Vincent Caradec, sur l’épreuve et les enjeux du grand âge. Les textes rassemblés dans cette première partie permettent aussi de mesurer la portée et les limites de la sécurisation et/ou de l’encadrement institutionnel des parcours sociaux. Dans les pays occidentaux, la sécurisation des parcours sociaux (indissociable de leur « institutionnalisation », selon le terme de Martin Kohli18), s’est traduite par la mise en place, dès la fin du XIXe siècle, de systèmes de protection sociale, d’une scolarité obligatoire, du droit du travail. Ce sont autant d’éléments constitutifs de l’État-providence, au-delà des caractéristiques nationales qui, on le sait, font apparaître des spécificités significatives19. Dans les pays occidentaux, l’enjeu de la sécurisation des parcours de vie se trouve aujourd’hui à nouveau posé dans un contexte de « crise » ou de mutation de l’État-providence, d’approfondissement de l’individualisation des parcours et de « désinstitutionnalisation » du cours de vie20. En revanche, dans les pays en développement, cette sécurisation ne bénéficie qu’à une minorité plus ou moins importante de la population, laissant la grande majorité à la seule responsabilité des familles et des associations d’entraide non gouvernementales.

14Dans la deuxième partie, nous verrons que les lieux résidentiels, comme les lieux de travail ou les espaces publics communs (places publiques, commerces, services publics, transports en commun, etc., appelés communément aménités urbaines) déterminent considérablement non seulement les rapports que nous avons avec les espaces territorialisés, mais aussi les parcours sociaux des individus qui les fréquentent. Ce qui réunit les textes de cette deuxième partie est une commune attention à cette dimension territoriale des parcours sociaux, et donc aux dynamiques résidentielles : Lucie Bonnet s’y intéresse à travers l’étude des transformations des politiques du logement ; Rodolphe Dodier en explorant les stratégies individuelles et les contraintes sociétales en contexte périurbain ; Frédéric Leray en retraçant les parcours résidentiels des mères seules en Bretagne ; Myriam Baron en interrogeant les mobilités résidentielles des étudiants et, enfin, Thomas Pfirsch en analysant comment les parcours résidentiels dans les classes supérieures prennent appui sur les ressources patrimoniales au sein de la famille.

15En abordant les parcours sociaux à travers leurs dynamiques temporelles et résidentielles, certains des textes des deux premières parties ont offert un premier éclairage sur les dynamiques professionnelles. Les chapitres réunis dans la troisième partie creusent plus avant ce sillon. Ils placent, en effet, les dynamiques professionnelles au cœur de leur propos. Cependant, et c’est ce qui fait leur intérêt et justifie leur place dans cet ouvrage, les analyses qu’ils proposent ne s’en tiennent pas à la seule dimension professionnelle : elles s’efforcent de cerner la manière dont les dynamiques professionnelles s’articulent avec d’autres dimensions des parcours sociaux. C’est ce que font tour à tour Claude Lafabrègue et Arafat Tabé en soulignant le rôle de l’imaginaire dans le parcours de footballeurs d’origine béninoise qui ont migré vers la France, Barbara Morovich en insistant sur l’ancrage territorial des parcours associatifs des femmes dans un quartier de Strasbourg et Cécile Vignal en explorant comment s’articulent les sphères du travail, de la famille et du logement dans les parcours de salariés confrontés à la délocalisation de leur usine.

Notes

1 Voir en particulier Demazière D. et Samuel O., « Inscrire les parcours individuels dans leurs contextes », Temporalités, en ligne, 11/2010, mis en ligne le 5 juillet 2010, consulté le 13 septembre 2011, [http://temporalites.revues.org/index1167.html].

2 Elias N., Au-delà de Freud. Sociologie, psychologie, psychanalyse, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui/Laboratoire des sciences humaines », 2010, p. 78.

3 Ibid., p. 79.

4 On trouvera une réflexion sur ces moments de « bifurcation » dans Bessin M., Bidart C. et Grossetti M. (dir.), Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2010.

5 Sewell W. H., Jr., « Trois temporalités : vers une sociologie événementielle », (traduit par Grossetti M.), in Bessin M., Bidart C. et Grossetti M. (dir.), op. cit., p. 109-146. La métaphore du sentier, en tant que parcours imposé et douloureux, n’est pas sans rappeler « le chemin de croix » si présent dans la conscience collective du monde chrétien.

6 Ertul S., Pour une orientation lato sensu, Dijon, thèse d’État, sous la direction de Duru-Bellat M., 2001.

7 Zimmermann B., Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, Paris, Economica, coll. « Études sociologiques », 2011.

8 Colloque international « Les parcours sociaux entre nouvelles contraintes et affirmation du sujet », Le Mans, les 17-19 novembre 2010, université du Maine, Eso Le Mans, UMR 6590, CNRS. L’appel à communication du colloque s’articulait autour de cinq axes (à l’épreuve de la crise ; des politiques publiques en matière de l’éducation ; mobilités ; logique des parcours de vie ; mesures). La dimension temporelle des parcours sociaux qui a émergé fortement lors des discussions du colloque se trouve au cœur de nombreuses contributions. C’est la raison pour laquelle cet ouvrage s’est construit autour des temporalités en tenant compte des conclusions et des recommandations des membres de son comité scientifique, des rapporteurs, des modérateurs d’atelier et de son propre comité de lecture. Pour plus d’informations, voir :[http://parcours-sociaux.univ-lemans.fr/].

9 Outre les coordinateurs, ont participé au comité de lecture de cet ouvrage : Myriam Baron, Jean-René Bertrand, Jacques Broda, Rodolphe Dodier, Marcel Calvez, Philippe Warin et Bénédicte Zimmermann, qu’ils en soient remerciés. Nous tenons à remercier également Mesdames Annie Airieau-Danho et Roselyne Ertul qui ont bien voulu relire entièrement tous les textes.

10 Chesneaux J., « Cinq propositions pour appréhender le temps », Temporalités, en ligne, 1/2004, mis en ligne le 23 juin 2009, consulté le 13 septembre 2011, [http://temporalites.revues.org/index648.html], p. 108.

11 Ibid., p. 108. Cf. aussi Appadurai A., Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2005. L’auteur, en faisant référence à la phrase bien connue de B. Franklin (« Le temps c’est de l’argent ») et en s’appuyant en particulier sur les travaux de K. Marx et de E. P. Thomson, développe le concept de tempsmarchandise (temps de travail vendu, échangé, alloué ; temps de consommation de plaisir, de loisir, etc.). Voir en particulier les pages 132 à 134.

12 Dubar C., « Temporalité, temporalités : philosophie et sciences sociales », Temporalités, en ligne, 8/2008, mis en ligne le 9 juillet 2009, consulté le 13 septembre 2011, [http://temporalites.revues.org/index137.html].

13 Ricœur P., Temps et récit, t. 1 : L’intrigue et le récit historique, Paris, Le Seuil, coll. « Points Essais », 1983.

14 Cette revue a pris la suite du bulletin Temporalistes créé en 1984 par W. Grossin, sociologue des temporalités. Pour plus d’information voir leur site : [http://temporalites.revues.org/].

15 Urry J., Sociologie des mobilités. Une nouvelle frontière pour la sociologie, Paris, Armand Colin, 2005.

16 Rappelons que les recherches de Claudine Attias-Donfut ont plus particulièrement porté sur les rapports entre générations familiales. Cf. Attias-Donfut C. (dir.), Les solidarités entre générations. Vieillesse, familles, État, Paris, Nathan, 1995. On lui doit également d’avoir retravaillé, après Mannheim, le concept de générations, (voir : Mannheim K., présenté par Mauger G., Le problème de génération, Paris, Armand Colin, 2011). Cf. Attias-Donfut C., Sociologie des générations. L’empreinte du temps, Paris, PUF, 1988.

17 Gauchet M., « Vers une mutation anthropologique ? », entretien avec N. Aubert et C. Haroche, in Aubert N., L’homme hypermoderne, Toulouse, Érès, 2005, p. 291-301.

18 Kohli M., « The world we forgot: a historical review of the life course », in Marshall V. (dir.), Later life. The social psychology of aging, Beverly Hills, Sage, 1986.

19 Esping-Andersen G., Les trois mondes de l’État-providence. Essai sur le capitalisme moderne, Paris, PUF, 1999.

20 Kohli M., « Le cours de vie comme institution sociale », Enquête, no 5, 1989.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540