Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les paradoxes de l'écriture

 | 
Christel Coton
, 
Laurence Proteau

Troisième partie. Scribes sous contrainte du droit

L’écriture des gradés en maison pour peine sous le regard de l’évaluation

Gaëtan Cliquennois

Texte intégral

  • 1 On entend par institution toute organisation placée au moins partiellement sous l’autorité de l’Ét (...)
  • 2 Voir en ce sens la contribution de Christian Mouhanna dans le présent ouvrage. On rappellera ici l (...)

1Les écritures professionnelles, qui renvoient à de multiples écrits dont la nature et les statuts peuvent être très différents, présentent au moins un double intérêt dans une perspective d’analyse des évaluations effectuées par les institutions1, en particulier les institutions de contrôle. D’une part, les écritures professionnelles matérialisent l’acte de travail et visibilisent le travail d’évaluation effectué en institution, celui accompli sur les populations prises en charge, mais aussi sur les professionnels qui rédigent ces écrits. D’autre part, les écritures permettent d’accéder aux interdépendances et aux relations tissées entre les évaluations des populations réalisées par la hiérarchie intermédiaire et le contrôle professionnel et éventuellement judiciaire qui pèse sur ces évaluations. Les écritures renseignent de fait sur les présentations institutionnelles et professionnelles des évaluations du public par les professionnels. Le travail d’évaluation réalisé par les professionnels n’est pas indépendant du regard hiérarchique qui peut lui-même évaluer la qualité et/ou la quantité des écritures. En cela, il indique peut-être aussi les mutations et les évolutions que connaissent les contenus de la socialisation professionnelle et du travail prescrit et réel. Autrement dit, l’inflation des processus d’évaluation que connaissent les institutions2 se traduit-elle ou s’accompagne-t-elle d’une augmentation du travail d’écriture ? En somme, écrire, c’est travailler et travailler implique d’écrire sous l’influence non seulement de la hiérarchie, mais aussi des collègues et des subordonnés dont les pratiques d’écriture affectent certainement celles de leurs homologues et de leurs supérieurs. À cet égard, les écritures constituent des chaînes reliées les unes aux autres dont les relations et les connections mériteraient d’être disséquées, à savoir que non seulement les écritures se superposent et s’ajoutent les unes aux autres, mais aussi qu’elles se font mutuellement référence. On peut alors interroger autant les manières dont se construisent ces chaînes d’écriture que leurs effets sur les populations prises en charge par les institutions. En retour, il est probable que les écritures formatent et influencent quelque peu les pratiques d’évaluation, les cadres cognitifs et les représentations des professionnels (Goody, 2007), ces derniers anticipant, lors des interactions, le travail de rédaction et d’écriture qu’ils doivent effectuer ensuite. Les professionnels lisent donc probablement les interactions d’une manière différente de celles qui se dérouleraient librement sans leur mise en écriture. L’écriture présente dès lors un intérêt tout particulier pour rendre compte des pratiques d’évaluation des populations et des professionnels en institution.

  • 3 Dénomination utilisée par les acteurs lors la période d’enquête, même si les nouveaux grades étaie (...)

2La prison constitue une institution intéressante à étudier du point de vue des écritures professionnelles dans le sens où elle est marquée par des mouvements profonds de juridicisation (par la mise en écriture juridique) et de judiciarisation, par l’activité de recours des justiciables auprès des cours et tribunaux (Cliquennois, 2010). L’inflation des regards sociaux et judiciaires portés sur la prison implique un recours croissant à l’écrit comme activité de justification et comme trace pouvant faire office de preuve dans le cadre de la judiciarisation. Ces différents mouvements et l’introduction d’un management par objectifs (LOLF, 1er janvier 2006) ne sont pas non plus étrangers à l’inflation des évaluations pratiquées au sein des établissements pénitentiaires. Pour autant, la sociologie de la prison ne s’est jusqu’à présent que peu intéressée à l’écriture des professionnels comme moyen, trace et vecteur de l’évaluation des détenus. De même, l’évaluation hiérarchique des écrits des différents professionnels n’a pas fait réellement l’objet de recherches. Ces deux domaines de l’évaluation ont été davantage appréhendés sous l’angle des interactions et des négociations informelles entre surveillants et détenus (Chauvenet et al., 1994), que sous l’angle des écrits professionnels. Si comme nous le pensons, la raison scripturale affecte les pratiques professionnelles d’évaluation, il nous faut alors définir et préciser la nature et le contenu de cette influence en analysant les écritures des gradés, à savoir celles des premiers surveillants et des chefs de service pénitentiaire3.

  • 4 Le nombre d’observations (n = 6) en centre de détention représente 20 % des arrivants annuels, alo (...)

3C’est pourquoi nous rendrons compte de certaines pratiques d’écritures professionnelles des gradés à partir d’observations menées durant huit mois dans deux établissements pénitentiaires pour peine situés en région parisienne. Il s’agit d’une vieille maison centrale (établissement public) composée de condamnés à de longues peines et dont les missions sont clairement sécuritaires, et d’un centre de détention récent (1991, établissement à gestion mixte), tourné davantage vers la « réinsertion », qui accueille des détenus en principe en fin de peine. Les observations ont porté précisément sur le travail décisionnel des commissions pluridisciplinaires apparues récemment en prison : commissions d’affectation, de discipline, de prévention du suicide, de classement des détenus au travail et d’application des peines (permissions de sortie et réductions de peine), ainsi que sur celui du tribunal d’application des peines. La création de ces commissions pluri-professionnelles, entre 1990 et 2005, suppose pléthore d’écrits professionnels contenant les avis rédigés en amont de la tenue des commissions, les professionnels (le service d’insertion et de probation, le service pénitentiaire, le parquet) étant tenu de préparer un avis motivé avant la commission. C’est la raison pour laquelle les observations non participantes ont également porté sur ce travail d’avis des différents professionnels siégeant dans les commissions, puisqu’il prend dans la plupart des cas une forme écrite. On se concentrera néanmoins ici sur le travail d’avis des premiers surveillants et de l’encadrement intermédiaire (que l’on appelle les gradés, à savoir les chefs de service pénitentiaire qui assistent à ces différentes commissions) au sein principalement de la commission d’affectation4. Ce travail d’avis consiste essentiellement à trier et à sélectionner les détenus à partir des évaluations effectuées par les surveillants et des propres évaluations des gradés sous le regard de la hiérarchie. Le choix de se concentrer principalement sur l’affectation des détenus tient notamment au rôle fondamental des écrits professionnels à l’arrivée des nouveaux détenus.

4Nous montrerons que les écrits produisent à la fois des effets sur l’évaluation des détenus (en termes de production et d’entretien d’un stigmate) et sur celle du travail des gradés pénitentiaires. Dans ce cadre, les modalités de tri et de catégorisation des populations sont le produit d’une tension entre deux grands types de jugements, à savoir le jugement à distance et le jugement en interaction. Le jugement à distance, qui fait l’objet de nombreuses écritures professionnelles et génère des effets stigmatisants chez les détenus, s’effectue en dehors de la présence physique du détenu et suppose que les gradés ne connaissent pas le détenu en situation d’interaction. Ce type de jugement à distance est complété par un dispositif de jugement en interaction composé d’épreuves multiples que sont les entretiens, les observations et les simulations comportementales utilisés par les chefs de bâtiment et les premiers surveillants. Ce jugement en interaction qui n’est que partiellement consigné à l’écrit implique une certaine individualisation et une singularisation du jugement et du processus de catégorisation, ce qui conduit tantôt à réduire les processus d’étiquetage et de stigmatisation, tantôt à les multiplier. Cette hybridation entre jugement à distance et jugement en interaction possède des spécificités propres dont nous nous proposons de rendre compte ici. Ces spécificités renvoient au particularisme de la prise en charge carcérale qui s’opère sur un mode total, tant du point de sa nature que des durées de séjour en maison centrale parfois très longues. Ces particularismes contrastent en maison centrale avec le travail de tri au guichet pour les étrangers (Spire, 2008), dans les services sociaux (Dubois, 2003 ; Weller, 1999) ou encore aux urgences (Peneff, 1992 ; Dodier et Camus, 1999 ; Vassy, 2000) où les interactions sont beaucoup plus fugaces.

5L’observation du travail d’évaluation des détenus permettra également de discuter la thèse de l’autonomie professionnelle des agents de première ligne. Il semble que les écrits professionnels qui tendent à se multiplier sous la pression exercée par les mouvements de juridicisation, de judiciarisation et d’introduction d’un management par objectifs et de labellisation des quartiers arrivants (Chauvenet et Rambourg, 2010) constituent un moyen de contrôler et d’évaluer a minima l’activité de ces agents.

Les pratiques de sélection et de tri des détenus par la mise en écriture

  • 5 Le « CV pénitentiaire » est un terme indigène. Il comprend les informations de nature pénale, péni (...)

6L’étude de la mise en écriture de l’évaluation de la population carcérale permet d’analyser et de qualifier les opérations successives de tri auxquels procèdent les personnels pénitentiaires en matière d’affectation, mais aussi et surtout de rendre compte des effets stigmatisants qu’implique l’usage du « CV pénitentiaire5 ».

7Les différents écrits professionnels qui travaillent le regard que portent les surveillants sur leur public marquent en général au fer rouge les détenus. Il en va ainsi pour le jugement à distance qui redouble les peines « passées » en peines « présentes » (ou en affectation plus ou moins tranquille) lors de l’arrivée dans un nouvel établissement. Ainsi, le CV pénitentiaire, qui est l’une des composantes du jugement à distance, étiquette, stigmatise et conditionne le type d’affectation. À l’inverse, quand le jugement s’effectue dans l’interaction (mise en présence du détenu et du surveillant), les procédures d’écriture ou de contrôle en vigueur dans les établissements impliquent une orientation et un encadrement du regard par les écrits que les membres du personnel doivent remplir. Cette orientation se veut très guidée en centre de détention, alors qu’elle est beaucoup plus lâche en maison centrale.

8Les membres du personnel de détention chargés d’affecter les nouveaux détenus mobilisent des écrits professionnels qui procèdent explicitement ou implicitement à leur évaluation, à leur tri et à leur sélection. Ainsi, les personnels focalisent leur attention sur un petit nombre de détenus dont les profils font craindre l’évasion, l’hétéro et l’auto-agressivité (tentative de suicide), la rébellion et l’émeute. Les pratiques de tri permettent surtout aux professionnels d’effectuer plus rapidement la sélection lorsque le nombre de cas à traiter est conséquent.

Le jugement à distance et son objectivation dans les usages du CV pénitentiaire

9La différence entre les deux établissements se situe essentiellement dans le profil des détenus qui sont craints et dans les missions beaucoup plus sécuritaires de la maison centrale qui accueille des condamnés à de très longues peines de prison (ce qui explique la focalisation sur la figure de l’évadé), sans que le mode de raisonnement sur lequel repose le jugement à distance ne diffère réellement d’un établissement à l’autre. Les personnels pénitentiaires du centre de détention, qui ne reçoit en principe que des détenus en fin de peine, ainsi que des détenus condamnés à de très courtes peines, redoutent particulièrement les détenus qui ne présentent pas ce profil.

  • 6 Une telle commission n’existe pas au sein de la maison centrale, l’affectation étant faite par le (...)

10La commission d’affectation, qui est composée en centre de détention de gradés (directeur adjoint, chefs de bâtiment, premiers surveillants), est compétente pour répartir les détenus au sein des quatre bâtiments que comporte la détention6. Le travail d’avis de cette commission est documenté par des écrits professionnels qui sont constitués d’une fiche signalétique, sorte de CV du détenu qui reprend ses condamnations pénales et son parcours pénitentiaire.

11Ainsi, en centre de détention, les détenus qui font le plus l’objet d’écrits professionnels sont ceux qui sont condamnés aux très longues et aux très courtes peines (dans l’incapacité d’obtenir des permissions de sortie et d’obtenir un aménagement de peine), ceux ayant un lourd passé pénitentiaire et ceux qui sont transférés pour des raisons disciplinaires. Particulièrement signalés et craints, ils sont soumis à des mesures de surveillance renforcée et une affectation dans un régime de détention fermé (Cliquennois, 2009). Des conflits surgissent entre gradés concernant l’identification des catégories les plus dangereuses. Certains désignent les transférés disciplinaires, d’autres les longues peines (quand ces deux catégories ne se confondent pas), d’autres encore la réputation et la nature de l’établissement d’origine du détenu.

12En maison centrale, le logiciel GIDE contient principalement des informations sur l’âge du condamné, le profil pénal, la longueur de peine, le parcours pénitentiaire (transferts disciplinaires), l’historique disciplinaire et les raisons de la venue dans l’établissement. Le tri prend principalement pour cible les jeunes détenus, les détenus particulièrement signalés (au sein desquels figurent principalement les condamnés pour grand banditisme, pour terrorisme et les évadés) et les transférés disciplinaires. Cette différence de tri tient à la nature de l’établissement. Alors que la maison centrale accueille en majorité des détenus d’un certain âge condamnés à de longues peines, c’est l’inverse qui prévaut pour le centre de détention. Mais dans les deux établissements, tout écart avec le profil majoritaire tiré des statistiques que l’établissement calcule et rend publiques dans son rapport annuel, fait l’objet d’un jugement négatif. Ce jugement implique une surveillance renforcée à l’égard de ces détenus et une affectation particulière.

Tableau 1. – Critères utilisés par les gradés (et présents dans le CV pénitentiaire) pour le tri et la détermination des détenus signalés en centre de détention et des détenus surveillés en maison centrale

Critères socio-pénaux et pénitentiaires utilisés pour le tri des arrivants

Détenus signalés en centre de détention

Détenus surveillés en maison centrale

Reliquat de peine

Moins de six mois et plus de cinq ans

Pas de critère de peine

Nature de l’infraction

Infraction non sexuelle assortie d’une très longue peine : homicide, tentative de meurtre, acte de terrorisme

Grand banditisme
Terrorisme
Évasion

Passé pénitentiaire

Transferts disciplinaires
Actes auto-agressifs

Transferts disciplinaires
Évasion

Passé disciplinaire

Incidents disciplinaires jugés graves : agressions de personnel, mouvements collectifs, évasions, refus de réintégration de cellule, incendie de cellule…

Incidents disciplinaires, à savoir surtout l’évasion

Raison de la venue dans l’établissement

Transfert disciplinaire
Éloignement de la famille et/ou des connaissances du détenu

Transfert disciplinaire
Éloignement de la famille et/ou des connaissances du détenu

Âge

Très jeune (moins de 25 ans)

Relativement jeune (moins de 30 ans)

État de santé

Problème de santé mentale

Problème de santé mentale aigu

Projet d’aménagement de peine

Impossibilité de projet dans le moyen terme lié à la longueur de peine

Intérêt pour un futur aménagement de peine

  • 7 En centre de détention, on compte plus d’une vingtaine d’arrivants certaines semaines. Dans ce cas (...)
  • 8 La maison centrale ne reçoit en moyenne que 2 à 3 arrivants par semaine et n’accueille que 230 dét (...)
  • 9 Le centre de détention compte 4 bâtiments éloignés les uns des autres pour un seul en centre de dé (...)

13De fait, tant en maison centrale qu’en centre de détention, les gradés s’appuient sur le passé pénitentiaire et criminel du détenu arrivant pour lire ses comportements de façon sélective et prédire ses futures conduites. Ce jugement est produit à distance, en l’absence physique des détenus. Il se fonde sur un raisonnement déductif puisque des comportements sont inférés et prédits à partir des données socio-pénales et pénitentiaires. En somme, il s’agit d’un dispositif de connaissances qui traduit et vient convertir une non-familiarité en familiarité (Luhmann, 1988). Il tire justement son efficacité du fait qu’il produit un savoir dans une situation d’ignorance des futures conduites des détenus. De surcroît, le jugement à distance constitue « une solution économique de lecture des comportements dans la situation d’intense stimulation » (Duru-Bellat, 1990, p. 55) qu’implique l’arrivée de nouveaux détenus pour les personnels. L’économie de temps et d’effort de recherches d’informations, réalisée grâce à l’usage de ces critères socio-pénaux standards (Eymard-Duvernay et Marchal, 1996, p. 77-78 et 82), est en effet substantielle au vu de l’importance du flux d’arrivants en centre de détention7. En outre, le recours à ces standards administratifs permet de mettre en équivalence les êtres, de les comparer plus facilement et de procéder plus aisément à la sélection et au tri (Dodier, 1993). Enfin, le jugement à distance est à la base de la coordination de l’action, en ce qu’il est une aide à la décision d’affectation. C’est pourquoi il est plus utilisé et plus influent en centre de détention où le flux et le nombre de détenus sont beaucoup plus conséquents qu’en maison centrale8. De plus, le fort turn-over des détenus et l’architecture des lieux9 en centre de détention favorisent moins la connaissance en face-à-face qu’en maison centrale où les durées de séjour sont beaucoup plus longues. C’est la raison pour laquelle les processus d’écritures professionnelles sont bien plus systématiques en centre de détention.

14Si le jugement à distance se rapproche du jugement formel des instituteurs à l’école dont l’activité d’évaluation des copies d’écoliers est influencée par le passé scolaire de ces derniers (Merle, 1998) et par un jugement formel constitué d’interactions (Perrenoud, 1984), il s’en départit au niveau du degré plus important de méconnaissance interactionnelle auquel sont confrontés les surveillants. En effet, si l’instituteur entre en principe en relation avec ses élèves avant de s’intéresser à leur passé scolaire, la situation est rigoureusement inverse en prison.

15C’est en fait plutôt dans la situation de recruteurs sur le marché du travail que se trouvent les chefs de bâtiment en centre de détention, à la différence près qu’ils ne choisissent pas les candidats, même s’ils ont la possibilité de les affecter dans différents régimes de vie, ce qui justifie le travail de sélection. Tout comme eux, ils se livrent à des activités de classement, de catégorisation, de tri et d’anticipation, à l’aide notamment des informations contenues dans le CV (Eymard-Duvernay et Marchal, 1996). Les données socio-pénales et pénitentiaires du CV équivalent respectivement à des titres scolaires et à des expériences professionnelles auxquels sont sensibles à la fois les recruteurs (Bessy, 1997) et les gradés. La proximité avec le travail de recrutement est d’autant plus forte que les personnels de détention du bâtiment accueillant les arrivants en centre de détention y sont affectés en permanence et que leur rôle équivaut à celui d’un département de ressources humaines sur lequel reposerait l’entièreté de la décision d’embauche. L’usage et le rôle des écrits y sont quelque peu similaires. Le jugement à distance privilégie en effet le raisonnement déductif, en inférant des comportements à partir de profils pénitentiaires mis en écriture sous forme de fiches. Pour autant, le travail de tri s’en distingue quelque peu puisqu’il ne s’agit pas de recruter les plus qualifiés, mais de concentrer son attention sur les plus problématiques a priori.

L’étude des interactions encadrées par des procédures d’écriture

16Au sein des deux établissements, le jugement en interaction repose quant à lui sur un jugement effectué en face-à-face à partir de l’observation des conduites, des codes langagiers, corporels, émotionnels et vestimentaires des détenus : « Vous avez vu ses vêtements de marque ? On dirait qu’il a des sous… » (Premier surveillant, centre de détention.) « Ça a l’air d’être une force de la nature. Il est bâti comme un roc. » (Chef de service en charge du travail, centre de détention.) « Il n’a pas toute sa tête, il est bizarre, il doit être sacrément cachetonné. » (Premier surveillant, maison centrale.) « Tu as vu comme il est charismatique et comment il regarde droit dans les yeux, il ne baisse pas le regard. » (Sous-directeur à propos d’un arrivant signalé, centre de détention.) « Vous l’avez entendu parler ? C’est un jeune des quartiers, des banlieues. » (Chef de bâtiment, maison centrale.) Le raisonnement sur lequel se fonde le jugement en interaction est inverse à celui du jugement à distance, puisqu’il induit et infère des qualités morales à partir d’observations menées en situation, ce qui implique de plus fortes différences de perception entre les membres du personnel de détention.

17En centre de détention, les interactions sont complètement cadrées par les écritures professionnelles qui renseignent des critères précis d’observation des conduites des détenus signalés. En effet, des écrits professionnels supplémentaires exclusivement réservés aux « détenus signalés » impliquent une surveillance et une observation renforcée de ceux-ci, ainsi qu’une consignation formalisée de ces observations au moyen d’un modèle d’observation des conduites. Ces suppléments d’écriture sont inspirés par un modèle de tri et de sélection des détenus jugés les plus problématiques sur le plan du comportement adopté en groupe, ainsi qu’à l’égard des membres du personnel. Cette fiche de suivi, prévue uniquement pour les détenus signalés, contient en premier lieu, par le remplissage d’items standardisés, une mesure des attitudes, des rôles sociaux et des attitudes sociales : « Dit-il bonjour ? Recherche-t-il ou non le dialogue ? Accepte-t-il le règlement ? Adresse-t-il des critiques éventuelles à l’égard des institutions, de la loi… ? Accepte-t-il un refus ? Un échec ? Doit-il être rappelé à l’ordre ? Est-il auteur ou non de demandes fréquentes ? » Dans la même veine, la fiche de suivi rend compte du comportement que les « détenus signalés » entretiennent avec leurs codétenus (nombre de fréquentations, d’évitement, posture à leur égard : ascendance, peur, mise en avant, respect, solitude), c’est-à-dire de leur comportement global, tant en groupe qu’individuellement (calme, agressif ou réservé). La fiche d’évaluation comporte également une évaluation des liens sociaux des « détenus signalés », de leur rapport à l’hygiène et de leurs habitudes de consommation alimentaire, vestimentaire et culturelle, ainsi que de leurs activités quotidiennes puisque les surveillants renseignent le volume et la fréquence des commandes de cantines (achat de biens), du courrier, des contacts téléphoniques, des demandes d’activités, des activités en cellule (télévision, jeux vidéo, lecture, musique) et des activités collectives (bibliothèque, sport, promenade). Les surveillants sont également censés juger l’état de leur cellule (propreté, rangement, nombre d’affaires, respect du matériel collectif), de leur tenue vestimentaire (vêtements de marque, vêtements d’occasion, nombre de vêtements), de leurs sujets de préoccupation et de leurs projets (projets de réinsertion, famille, infractions, activités extérieures). Il s’agit donc d’apprécier et de renseigner sur un mode totalitaire et exhaustif la vie sociale des « détenus signalés » de manière à en livrer un profil le plus complet possible. Toute notion de vie privée se trouve donc proscrite pour ces détenus alors que les détenus non signalés se trouvent davantage en capacité d’échapper au regard pénitentiaire.

18À cette fiche de suivi contrôlée par le chef de bâtiment s’ajoutent, toujours exclusivement pour les « détenus signalés », celle qui émane des membres de la commission d’application des peines, ainsi qu’une synthèse de la mission de suivi du gradé. Les critères d’évaluation de cette synthèse relèvent là encore explicitement d’un jugement des attitudes sociales puisqu’ils renvoient à la nature du comportement lors d’une demande au personnel – « respectueux, patient, exigeant ou insistant » –, à la similarité ou non de la conduite du détenu avec les autres agents, au type de comportement lors d’un conflit avec un membre du personnel – « correct, arrogant, grossier ou violent » –, à la concordance d’avis sur le détenu entre le gradé et son personnel, au comportement par rapport à la discipline – « discipliné, obéissant, réfractaire ou contrevenant » –, au rapport à ses codétenus – « sociable, protecteur, serviable, indépendant, médisant, influençable, imbu, querelleur, racketté, méprisant, dominateur ou racketteur » –, au comportement général – « correct, sociable, intégré, bruyant, indifférent, solitaire, marginal, ponctuel, provocateur, exubérant, instable, agressif, dominateur ou déséquilibré » –, au rôle dans la détention – « porte-parole, calculateur, manipulateur, fragile, meneur, soumis ou agitateur » –, au rapport à l’hygiène – « bon, moyen ou mauvais » –, à ses relations avec l’extérieur – « parloirs ou non » – et à la réalisation ou non des objectifs assignés par le chef de bâtiment au détenu. Il est intéressant de noter à quel point ces jugements sont redondants et s’exercent sur un mode totalitaire, mais aussi à quel point ces qualificatifs écrits réduisent la nature et la complexité des conduites en contribuant à orienter le jugement en interaction. De fait, la mise en écriture du jugement en interaction influence les interactions et leurs observations, qui obéissent ainsi à un processus d’anticipation des items à remplir ensuite.

19Pour « les détenus signalés » qui bénéficieraient d’un travail ou d’une formation, des fiches de suivi en situation professionnelle, d’appréciation du comportement et des compétences en atelier ou en maintenance/formation professionnelle et des grilles d’évaluation des compétences auxiliaires de nettoyage sont renseignées. Les éléments d’appréciation portent ici, une fois de plus, sur les capacités sociales (présentation, ponctualité, propreté et hygiène, pas d’absentéisme injustifié, intégration à une équipe, aide des autres), les attitudes émotionnelles (disponibilité, contrôle et maîtrise de soi dans des situations tendues) et les rapports normatifs à l’ordre carcéral (respect de la hiérarchie et de l’autorité, de l’équipe et des équipements), qui sont couplés à des compétences professionnelles minimales (compréhension et respect des consignes de travail, connaissance et application des tâches à effectuer, des procédures de qualité et des règles de sécurité, savoir-faire, pratique du métier, organisation, intérêt pour le travail en question, assiduité, capacité d’adaptation au poste de travail et efficacité).

20Les interactions avec ces détenus font donc l’objet d’un codage et d’une lecture écrite des interactions en fonction d’un certain nombre d’items redondants qui renvoient à un modèle normatif de socialisation (propreté, sociabilité, esprit d’équipe, respectueux, etc.). Autrement dit, les « détenus signalés » font l’objet d’une attention particulière et d’une mobilisation plus importante des personnels à travers l’activité d’écriture qui oblige à les observer davantage. L’accroissement du suivi et des contrôles écrits et visuels pour ces détenus génère une augmentation des possibilités d’observation de comportements répréhensibles. Ceci joue d’autant plus que les contradictions comportementales figurent comme critère formel et pratique d’évaluation des conduites. La multiplication des regards professionnels et des scènes d’évaluation et d’observation des conduites sociales des « détenus signalés » accroît les types d’attentes et les possibilités de constat de comportements indésirables, car l’ensemble des personnels « croient à la nécessaire unité de l’individu, gage, pour les condamnés comme pour le personnel de la vérité de la personne, et du même coup sans doute de la leur » (Le Caisne, 2000, p. 85).

  • 10 Nous verrons lors de l’étude des sanctions disciplinaires que des antécédents pénitentiaires jouen (...)

21Il est dès lors difficile pour les « détenus signalés », qui sont presque constamment observés, de résister aux ambivalences et aux divergences de comportements entre scènes et d’adopter une conduite discrète (Cliquennois, 2009). Un certain nombre d’entre eux finissent d’ailleurs, au cours de la période d’observation en quartier arrivant, par faire l’objet d’un rapport d’incident et d’une condamnation disciplinaire. C’est notamment le cas de quatre détenus arrivants signalés dont la fiche signalétique renseignait un passé carcéral chargé10. À l’inverse, les autres détenus passent plus facilement avec succès ces épreuves d’évaluation, puisqu’elles sont moins nombreuses et qu’ils sont moins surveillés, exposés et contrôlés, les regards des gardiens étant essentiellement tournés vers les « détenus signalés ». Il leur est donc plus facile d’être discrets et d’échapper aux jugements négatifs.

22Toutefois, certains gradés et certains surveillants tentent d’affiner et de personnaliser leur jugement en utilisant dans ces différents écrits l’item « observation supplémentaire » qui laisse la possibilité, certes toute relative, d’échapper au CV pénitentiaire et aux qualificatifs imposés par les fiches de suivi et, partant, d’individualiser davantage l’évaluation. Un chef de service insiste par exemple sur l’humour dont fait preuve un détenu signalé :

« Il ne paraît pas comme ça. Il cache peut-être son jeu, mais il me fait plutôt bonne impression et il a de l’humour. Il s’emporte peut-être un peu vite, c’est pour ça qu’il a une fiche signalétique bien remplie. » (Un chef de service.)

  • 11 Les observations effectuées en 2005 et 2006 sont antérieures à l’introduction du cahier électroniq (...)

23À l’inverse, en maison centrale, les premières interactions ne font que très peu l’objet de mise en écriture et cette écriture n’est pas encadrée par un modèle formalisé d’observation. On y trouve seulement un cahier d’écriture11 réservé au personnel de surveillance qui en fait un usage modéré et se focalise uniquement sur des situations et des détenus jugés « à problème ». Les observations des interactions sont par conséquent beaucoup moins formalisées, formatées et homogènes qu’elles ne le sont en centre de détention. Au sein de la maison centrale, les interactions y tiennent un rôle bien plus important. Les gradés souhaitant se démarquer des plus jeunes et des plus inexpérimentés d’entre eux jugent en majorité que la plus-value de leur évaluation tient à leur capacité à observer une interaction et à singulariser leur jugement, sans passer par des critères standards et impersonnels attachés au jugement à distance ou par des critères d’observation formalisés dans un document écrit. Par exemple, il arrive fréquemment que le chef de service responsable de la formation et le chef de bâtiment testent le détenu lors du premier entretien en lui posant des questions sur son travail, ses motivations, les raisons de sa venue dans l’établissement. Des réponses vagues et parfois extravagantes à des questions de plus en plus précises permettent de considérer qu’un détenu affirmant travailler pour un cabinet d’avocats « souffre » tout à la fois de mythomanie et de mégalomanie : « Tu l’as entendu là ? Il est vraiment mytho et mégalo, pas dangereux, mais délirant… » Leur jugement ne sera pas consigné à l’écrit, mais gardé en mémoire : « Même toi, tu connais maintenant presque tous les détenus… » C’est pourquoi l’écriture pèse beaucoup moins sur les interactions dont les évaluations dépendent davantage de facteurs professionnels (âge, expérience, profils socio-professionnels des gradés). Ainsi, les gradés les plus âgés et les plus expérimentés procèdent à des évaluations dans une optique de singularisation et d’individualisation du jugement avec l’intention de se distinguer des plus inexpérimentés et des stagiaires qui s’en tiennent généralement pour leur part à un jugement à distance. Individualiser et prédire les conduites reviennent de fait, sur un plan plus symbolique, à affirmer son expérience du métier et son professionnalisme, comme le laissent à penser ces propos d’un premier surveillant (âgé), tenus peu de temps après mon arrivée dans l’établissement :

« Apprends à bien observer le regard et l’attitude de ceux qui arrivent. Au bout d’un moment quand t’as l’expérience, tu sais très vite à qui t’as affaire. Ça, c’est le métier qui parle. Un détenu qui va nous emmerder, tu le renifles comme une mauvaise odeur. Tu sais qu’il va t’emmerder et qu’il faut tout de suite faire gaffe. Tu vois tout de suite ceux qui n’aiment pas le bleu. »

24Par conséquent, l’influence respective des jugements à distance et des jugements en interaction diffère selon l’établissement. Il apparaît en effet que l’influence du jugement à distance sur le jugement en interaction est bien moindre en maison centrale qu’elle ne l’est en centre de détention. L’interdépendance entre jugement à distance et jugement en interaction en centre de détention est notamment liée aux effets d’attente et aux émotions générées en interaction par la prise de connaissance du profil socio-pénal et pénitentiaire consigné à l’écrit et dont l’usage est généralisé. En maison centrale, le jugement en interaction est beaucoup plus influent de par sa moindre formalisation, la plus faible influence des écritures, une population pénitentiaire beaucoup moins nombreuse (230 détenus en maison centrale contre 550 en centre de détention), un plus faible taux de rotation et une disposition architecturale favorisant les interactions (un seul bâtiment à quatre étages). Au sein de cet établissement, le jugement en interaction actualise et révise régulièrement le CV pénal et pénitentiaire à l’aune des conduites observées en interaction.

25L’usage et les formes des écrits professionnels affectent donc les pratiques de tri et de catégorisation des détenus. Sous la pression du flux de nouveaux arrivants, du turn-over des détenus et de la faible connaissance interactionnelle liée à l’architecture du centre de détention, la multiplication d’écrits professionnels formalisés homogénéise quelque peu le jugement et œuvre à sa standardisation. Le tri s’apparente ici à celui effectué par les guichetiers des services publics dont le travail de catégorisation est lié à la pression des flux et à l’usage de normes bureaucratiques (Spire, 2008). À l’inverse, au sein de la maison centrale, une population moins nombreuse et plus stable (qui connaît des durées de séjour beaucoup plus longues), un moindre flux de détenus corrélé à une pression de travail plus faible et une architecture favorisant les contacts entre personnel et détenus génèrent des possibilités plus grandes d’individualisation du jugement. En outre, le moindre usage des écrits professionnels et leur plus faible degré de formalisation qui s’expliquent par leur moindre utilité (chaque gradé et surveillant connaît très vite les détenus sans devoir passer par une standardisation du jugement) rendent compte pour partie de la toute-puissance du jugement en interaction et l’importance du travail de singularisation et d’individualisation de l’évaluation. Ce travail de tri réalisé en interaction est, dans ce cas, pour partie fonction des caractéristiques socioprofessionnelles des gradés et des premiers surveillants (âge, sexe, expériences professionnelles précédentes, formation, etc.) et pour partie fonction des dispositions qu’ont les détenus pour négocier avec les gradés, les détenus étant présents pour des durées beaucoup plus longues.

26Au terme de cette analyse de l’évaluation des détenus, il apparaît que la place du jugement en interaction laisse plus de marge de manœuvre aux surveillants. Une forme d’autonomie professionnelle s’exprime dans cette pratique (seul le surveillant peut mener ces évaluations en situation). Mais dans une institution qui exige une mise par écrit des jugements en interactions et qui utilise ces observations pour défendre sa position vis-à-vis d’autres institutions ou pour appuyer sa légitimité, l’écriture des surveillants apparaît également sous contrôle. De fait, le travail de tri ne s’effectue pas de manière totalement indépendante du regard de la hiérarchie qui peut tenter de contrôler de manière incidente la qualité et la quantité des écritures professionnelles.

Évaluation des écrits par la hiérarchie professionnelle : discussion sur l’autonomie professionnelle

27Certains auteurs insistent sur la très large autonomie professionnelle dont bénéficieraient traditionnellement certains fonctionnaires (Osborne et Gaebler, 1992) et certains corps de métiers et de professions capables de se dérober au contrôle et à l’évaluation hiérarchique (Freidson, 2001). Un certain nombre de sociologues du travail et des organisations considèrent en effet que, dans le cadre de la professionnalisation croissante des acteurs du service public et du gain d’autonomie qu’elle signifie pour eux, ces derniers ont tenté d’échapper aux processus d’évaluation (Mintzberg, 1984). Selon ces auteurs, un modèle relationnel de l’administration semble être caractérisé par l’évitement du face-à-face (Crozier, 1963) et par un système de non communication généralisé à tous les échelons hiérarchiques (Dupuy et Thoenig, 1983). La prévalence des règles et des procédures, de l’autonomie professionnelle et de la bureaucratisation des processus d’évaluation (Crozier, 1963), ainsi que la faiblesse corrélative du contrôle externe sur l’évaluation rendraient compte de l’importance de cette autonomie professionnelle. La marge d’autonomie dont disposeraient ces agents de première ligne en contact direct avec le public au sein des « street level bureaucraties » tiendrait également à leur capacité à traiter et à qualifier des situations qui échappent aux définitions normatives et juridiques (Lipsky, 1980). Il s’agit par exemple des travailleurs sociaux, des enseignants, des policiers (Maynard-Moody et Musheno, 2003), des médecins, de certains guichetiers (Dubois, 2003 ; Weller, 1999) tels que les conseillers à l’emploi ou encore des surveillants de prison (Chauvenet et al., 1994). Étant confrontés à des situations complexes auxquelles ils sont quotidiennement soumis, ces professionnels seraient donc peu contrôlés et peu évalués (Freidson, 2001) en raison de l’impossibilité à évaluer véritablement le contenu de leur travail.

28Cette thèse mérite probablement d’être discutée pour le cas de l’institution pénitentiaire en raison de la place croissante qu’y occupent les écrits professionnels et des enjeux de légitimité et des enjeux professionnels auxquels renvoient ces écritures.

Les enjeux constitués par la hiérarchie autour des écrits professionnels des petits gradés

29L’essor des écrits professionnels au sein des prisons françaises est essentiellement lié au développement des processus de juridicisation, de judiciarisation et d’introduction d’un management par objectifs qui exigent un nombre toujours croissant d’écritures. Dès lors que l’institution pénitentiaire trouve, dans les écrits professionnels présentés plus haut, de nouvelles sources de légitimité dans un contexte où elle doit rendre compte de ses décisions et des mesures prises à l’encontre des détenus, il ne paraît pas illogique que les supérieurs hiérarchiques des chefs de service pénitentiaire que sont les directeurs et les directeurs adjoints d’établissements tentent d’encadrer, de contrôler ou du moins de réguler les écritures professionnelles des gradés et des premiers surveillants.

30La tenue des différentes commissions (d’affectation, de discipline, de prévention du suicide, d’allocation du travail, d’application des peines) exige d’autant plus d’écrits professionnels précis que le contexte est à la juridicisation et à la judiciarisation croissantes des rapports sociaux en prison. C’est d’ailleurs une exigence de la direction interrégionale de Paris de motiver l’ensemble des décisions prises à l’égard des détenus. Même si ces commissions se révèlent être, dans nombre de cas, des commissions d’entérinement de décisions prises en amont, les écrits constituent sinon une aide à la décision, du moins un moyen de preuve, de motivation et de traçabilité de la décision. La qualité de la motivation permet d’éviter les recours ainsi que les décisions des tribunaux administratifs défavorables à l’administration pénitentiaire.

31En outre, les écrits présentent également un enjeu professionnel interne en permettant à la direction de collecter des informations, de renseigner les éventuels désordres à venir, d’anticiper en quelque sorte, mais aussi de dépendre un peu moins de la hiérarchie intermédiaire et des agents de première ligne. Il y a donc clairement un enjeu professionnel sous-jacent au regard hiérarchique posé par la direction et la hiérarchie intermédiaire sur les écrits des surveillants qui peuvent constituer le moyen et la cible d’un contrôle professionnel. C’est confrontée à ces enjeux que la thèse de l’autonomie professionnelle des agents de première ligne doit être à présent discutée.

Une écriture sous contrôle

32Les processus d’écriture, et notamment le travail de remplissage des différentes fiches de suivi par les chefs de service pénitentiaire, ne s’effectuent pas indépendamment du regard hiérarchique et d’un certain contrôle professionnel. L’écriture fournit même une possibilité de contrôle de professions qui le sont a priori peu (Lipsky, 1980). Le directeur adjoint du centre de détention a en effet accès aux écritures et aux avis rendus par les chefs de service pénitentiaire, qui s’appuient eux-mêmes pour partie sur les écritures des surveillants. On se trouve ici en présence d’une véritable chaîne d’écrits professionnels dont les contrôles successifs ont un effet en amont sur le travail d’écriture.

33Au sein du centre de détention, le directeur adjoint est ainsi amené à prendre connaissance des écritures des gradés lorsqu’il siège à la commission d’affectation et à la commission d’application des peines, où lui-même lit au juge d’application des peines les avis rendus par le service pénitentiaire, ce qui est une manière de réaliser un certain contrôle du travail d’avis et d’orienter ce travail : « Votre avis pour garder L. en régime fermé n’est pas vraiment justifié. Il faut le justifier davantage », insiste le directeur adjoint du centre de détention. La préparation de ces commissions est une opportunité de contrôle professionnel et d’explicitation de ce qui constitue un bon travail d’avis :

« N. [un chef de bâtiment] travaille bien. Il rend des avis hyper détaillés parce qu’il est bon en observation et qu’il lit tous les cahiers des surveillants. Il demande aux premiers surveillants et aux surveillants de faire ce travail d’écriture. » (Directeur adjoint, centre de détention.)

34Un bon chef de service doit exiger de ses surveillants qu’ils écrivent un maximum d’informations dans les cahiers et les fiches de suivi et qu’ils singularisent leurs observations, ce qui implique un certain contrôle professionnel et une certaine autorité de sa part :

« Moi, je demande aux surveillants d’écrire un maximum d’informations et d’observations dans les cahiers et les fiches. Mais au bâtiment B, le chef de bâtiment ne fait pas écrire les surveillants, c’est un problème. Ils ne peuvent pas bien justifier les décisions ensuite. » (Chef de bâtiment, centre de détention.)

35Le directeur adjoint sera d’autant plus soucieux de la qualité du travail d’écriture et d’avis qu’il joue sa crédibilité professionnelle face au juge d’application des peines et au représentant du parquet en commission d’application des peines. Le contenu des avis lus au sein de cette commission constitue l’une des conditions de légitimité du travail de l’administration pénitentiaire à l’égard d’autres professionnels. Plus ces avis sont étayés et singularisés, plus ils sont jugés estimables et de qualité, ce qui revient à remettre en question le caractère standardisé du jugement à distance et à valoriser l’usage d’un jugement en interaction le plus individualisé possible.

36Au sein de la maison centrale, en raison de l’inexistence d’une commission d’affectation, le contrôle professionnel est beaucoup plus lâche et l’autonomie professionnelle plus importante. Il n’empêche que là encore, il existe un certain contrôle des écritures effectué par la directrice de l’établissement qui siège en commission d’application des peines et lit également les avis rédigés par les chefs de service pénitentiaire. Elle valorise également les avis détaillés et les observations fines et singularisées des chefs de service car son influence sur les autres professionnels dépend notamment de cette finesse d’observation émise en interaction à laquelle aucune autre profession en présence ne peut prétendre : « Je préfère que ce soit S. qui rédige les avis pour la commission d’application des peines. Il est plus minutieux dans ses observations », dit-elle.

37Le regard hiérarchique ne produit pas seulement des effets sur le travail d’avis effectué par les chefs de service. Il est également susceptible de transformer son contenu lors de sa lecture en commission. Au sein de certaines commissions où ils doivent dialoguer et coopérer avec d’autres professions (notamment avec les juges d’application des peines), les directeurs et directeurs adjoints peuvent mettre à distance les avis rendus par les chefs de service, en les occultant ou en se les rappropriant pour se rapprocher des logiques promues par d’autres professionnels (comme celle de réinsertion défendue par certains juges d’application des peines et directeurs d’insertion et de probation), ce qui contribue à en altérer la nature : « C’est typique d’un propos de premier surveillant. Il ne faut pas trop y accorder d’importance. Je serais plutôt de l’avis contraire pour ce détenu qui a un certain potentiel », affirme ainsi un directeur adjoint en commission d’application des peines dans le centre de détention. Ici, le directeur adjoint met en cause le jugement du surveillant suspecté de ne considérer que l’attitude du détenu à son égard et non ses perspectives plus larges de réinsertion.

Discussion de la thèse de l’autonomie professionnelle

38En dépit parfois de l’absence de contrôle professionnel, certains gradés anticipent ce dernier en recourant à des écritures et à des motivations décisionnelles qu’ils estiment crédibles et légitimes d’un point de vue professionnel.

39L’anticipation par les surveillants des réactions et de l’évaluation de la hiérarchie intermédiaire par la direction infléchit l’hypothèse de l’autonomie professionnelle des agents de première ligne. Certes, le plus souvent, la direction ne demande pas tant à l’encadrement intermédiaire et aux agents de première ligne de rendre compte et de justifier leur activité professionnelle que de maintenir l’ordre, de négocier et d’éviter les évasions au quotidien. Les évaluations des écrits des professionnels portent donc d’abord et en priorité sur le savoir relationnel dont font preuve les personnels de surveillance avec les détenus. Les écrits sont même peu souhaitables dans certains domaines, tel que la procédure disciplinaire des détenus qui requiert la rédaction d’un rapport d’incident, alors même qu’un faible nombre d’incidents disciplinaires constitue un indicateur de performance de l’administration pénitentiaire dans le cadre de la LOLF (le nombre d’incidents disciplinaires dépendant du nombre de comptes rendus d’incidents). De même, les pressions exercées par la direction sur la hiérarchie intermédiaire et sur les surveillants sont réduites en raison de son faible pouvoir de sanction et des fortes pressions syndicales. Quant aux possibilités d’influer sur le salaire ou de sanctionner l’absentéisme, elles sont presque inexistantes. Il reste cependant que la direction récompense certains personnels en les affectant à des postes moins exposés, comme les fonctions de surveillant au greffe, aux unités de visite familiale (qui sont des postes fixes), au suivi des procédures disciplinaires, etc. La direction octroie aussi des gratifications plus symboliques tels que la visite d’établissements pénitentiaires étrangers, les activités de consolidation ou de construction d’un esprit d’équipe ou encore le prononcé d’une sanction disciplinaire ferme pour un détenu ayant outragé ou agressé un agent, ce qui constitue une reconnaissance professionnelle pour ce dernier.

Conclusion

  • 12 Voir dans le présent ouvrage la contribution de Christel Coton.

40Les écrits professionnels permettent d’abord de rendre compte de la matérialité du travail en prison. Les professionnels (premiers surveillants, chefs de service pénitentiaire) sont de fait, pour une part au moins, des spécialistes d’un type d’écriture administrative : remplir une fiche signalétique, une fiche de suivi, rédiger un compte rendu d’incident, écrire un avis motivant l’octroi ou le refus d’un travail ou encore d’un aménagement de peine… Ceci implique, pour les professionnels, une attention aux conditions de forme auxquelles doivent répondre ces écrits pour valoir comme trace de l’activité de travail de l’agent, comme objet de pratiques de régulation et éventuellement comme preuve fournie par l’institution dans le cadre des litiges qui l’opposent aux détenus quand ils contestent et exercent un recours judiciaire. Les qualités d’écriture requises par ces différents processus sont probablement à la base de nouvelles hiérarchies professionnelles et d’inégalités sociales, les professionnels les moins diplômés et les plus mal à l’aise à l’écrit étant désormais désavantagés par rapport aux plus diplômés12.

41Les écrits professionnels servent aussi et surtout à opérer un tri et une sélection parmi la population pénitentiaire et à préparer les prises de décision. Ce travail de tri a pour effet d’identifier, de stigmatiser et d’enfermer dans la déviance. Ces effets de stigmatisation sont décuplés lorsque le tri fait l’objet d’une mise en écriture plus importante. En effet, l’écrit ne fait pas que conserver la trace du jugement effectué par les professionnels. Il cristallise le jugement en assurant la mémoire et la transmission à d’autres professionnels et d’autres établissements lorsque les détenus seront transférés. On doit donc prendre ici acte des premiers effets du management qui accroît les processus d’écriture et, par là même, les processus de stigmatisation.

42Par ailleurs, cette montée en puissance des procédures de mises en écriture qui servent notamment au tri ne s’effectue pas indépendamment du regard hiérarchique qui y voit un prétexte au contrôle. De fait, les directeurs d’établissement tentent de contrôler, voire même d’orienter le contenu des écrits professionnels en valorisant la singularisation et l’individualisation du jugement en interaction. Ce processus de mise en écriture favorisé par le management affaiblit l’autonomie professionnelle des agents subalternes de l’institution pénitentiaire dont le travail de surveillance est désormais lui-même sous surveillance.

Bibliographie

Bibliographie

Avril C., Cartier M. et Siblot Y., « Le rapport aux services publics des usagers et agents de milieux populaires : quels effets des réformes de modernisation ? », Sociétés contemporaines, no 58, 2005, p. 5-18.

Bessy C., « Cabinets de recrutement et formes d’intermédiation sur le marché du travail », inBessy C. et Eymard-Duvernay F. (dir.), Les intermédiaires du marché du travail. Paris, PUF, 1997, p. 103-141.

Brehm J. et Gates S., Working, Shirking and Sabotage: Bureaucratic Response to a Democratic Public, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1997.

Chauvenet A. et Rambourg C., De quelques observations sur la mise en œuvre des règles pénitentiaires européennes, Paris, École nationale d’administration pénitentiaire, 2010.

Chauvenet A., Orlic F. et Benguigui G., Le monde des surveillants de prison, Paris, PUF, 1994.

Cliquennois G., « Preventing Suicide in French Prisons », British Journal of Criminology, no 50, 6, 2010, p. 1023-1040.

Cliquennois G., « Tri et affectation des détenus en régime différencié », Sociologie du travail, no 52, 1, 2009, p. 355-371.

Crozier M., Le phénomène bureaucratique, Paris, Le Seuil, 1963.

Dodier N. et Camus A., « L’hospitalité de l’hôpital : l’accueil et le tri des patients aux urgences médicales », Communications, no 65, 1997, p. 109-119.

Dodier N., L’expertise médicale, essai de sociologie sur l’exercice du jugement, Paris, Métailié, 1993.

Dubois V., La vie au guichet, relation administrative et traitement de la misère, Paris, Economica, 2003.

Dupuy F. et Thoenig J.-C., Sociologie de l’administration française, Paris, Armand Colin, 1983.

Duru-Bellat M., L’école des filles : quelle famille pour quels rôles sociaux ?, Paris, L’Harmattan, 1990.

Eymard-Duvernay F. et Marchal E., Façons de recruter. Le jugement des compétences sur le marché du travail, Paris, Métailié, 1996.

Freidson E., Professionnalism, the third logic: on the practice of knowledge, Chicago, The University of Chicago Press, 2001.

Goody J., Savoirs et pouvoirs de l’écrit, Paris, La Dispute, 2007.

Jonkheere A., « Les assistants de justice aux prises avec Sipar, un outil de gestion informatique », Pyramides, no 17, 1, 2009, p. 93-109.

Le Caisne L., Une ethnologue en maison centrale, Paris, Odile Jacob, 2000.

Lipsky M., Street-Level Bureaucraty and Public Accountability. Public Administration, New York, Russel Foundation, 1980.

Luhmann N., « Familiarity, Confidence and trust: problems and alternatives », inGambetta D. (dir.), Trust: Making and Breaking Cooperative Relations, Oxford, Blackwell, 1988, p. 94-107.

Maynard-Moody S. et Musheno M., Cops, Teachers, Counselors: Narratives of Street-Level Judgment, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2003.

Merle P., Sociologie de l’évaluation scolaire, Paris, PUF, 1998.

Mintzberg H., Le manager au quotidien, les dix rôles du cadre, Paris, Les Éditions d’organisation, 1984.

Osborne D. E. et Gaebler T. A., Reinventing Government, MA, Addison-Wesley, 1992.

Peneff J., L’hôpital en urgence, Paris, Métailié, 1992.

Perrenoud P., La fabrication de l’excellence scolaire, Genève-Paris, Droz, 1984.

Spire A., Accueillir ou reconduire. Enquête sur les guichets d’immigration, Paris, Raisons d’agir, 2008.

Vassy C., « Vraies et fausses urgences : comment trier les usagers », inCresson G. et Schweyer F.-X. (dir.), Les usagers du système de soins, Rennes, Édition de l’ENSP, 2000, p. 193-212.

Weller J.-M., L’État au guichet. Sociologie cognitive du travail et modernisation administrative des services publics, Paris, Desclée de Brouwer, 1999.

Liste des sigles

GIDE : gestion informatisée des détenus en établissement

LOLF : loi organique relative aux lois de finances

Notes

1 On entend par institution toute organisation placée au moins partiellement sous l’autorité de l’État et assurant une mission de service public : école, hôpital, services sociaux, service des étrangers, pôle emploi, caserne militaire, police, parquet, cours et tribunaux, prison, etc.

2 Voir en ce sens la contribution de Christian Mouhanna dans le présent ouvrage. On rappellera ici l’adoption récente de la loi organique des lois de finances (LOLF), entrée en vigueur le 1er janvier 2006, qui fait de l’évaluation de l’action des institutions publiques une condition de leur financement.

3 Dénomination utilisée par les acteurs lors la période d’enquête, même si les nouveaux grades étaient déjà entrés en vigueur. Les chefs de service pénitentiaire sont principalement le chef de détention, les chefs de bâtiment, le responsable du travail et le responsable de la formation professionnelle.

4 Le nombre d’observations (n = 6) en centre de détention représente 20 % des arrivants annuels, alors qu’il représente 32 % des arrivants annuels en maison centrale. Signalons également que la commission d’affectation est composée, outre des gradés pénitentiaires, du directeur d’établissement et de conseillers d’insertion et de probation.

5 Le « CV pénitentiaire » est un terme indigène. Il comprend les informations de nature pénale, pénitentiaire et sociale : type d’infraction, longueur de peine, historique pénitentiaire (établissements précédents, incidents disciplinaires, etc.), raison de la venue dans l’établissement, âge, région d’origine.

6 Une telle commission n’existe pas au sein de la maison centrale, l’affectation étant faite par le chef de bâtiment et par son adjoint éventuellement aidé du chef de détention à partir des informations pénales et pénitentiaires contenues dans le logiciel GIDE (gestion informatisée des détenus en établissement).

7 En centre de détention, on compte plus d’une vingtaine d’arrivants certaines semaines. Dans ce cas, disposer rapidement des informations livrées par la fiche signalétique permet aux personnels d’économiser moyens, efforts et temps.

8 La maison centrale ne reçoit en moyenne que 2 à 3 arrivants par semaine et n’accueille que 230 détenus pour 550 en centre de détention.

9 Le centre de détention compte 4 bâtiments éloignés les uns des autres pour un seul en centre de détention.

10 Nous verrons lors de l’étude des sanctions disciplinaires que des antécédents pénitentiaires jouent en défaveur du détenu en commission de discipline. La sanction disciplinaire est donc en général plus lourde pour les « détenus signalés ».

11 Les observations effectuées en 2005 et 2006 sont antérieures à l’introduction du cahier électronique de liaison.

12 Voir dans le présent ouvrage la contribution de Christel Coton.

Auteur

Sociologue, chargé de recherches, FRS-FNRS (fond national de la recherche scientifique belge), CRIDEP – université catholique de Louvain.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540