Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les paradoxes de l'écriture

 | 
Christel Coton
, 
Laurence Proteau

Première partie. L'écriture, un capital ambigu

Passer au fil de la plume. La délicate conversion des officiers combattants en officiers rédacteurs

Christel Coton

Texte intégral

  • 1 La première partie de carrière d’un officier (du grade de sous-lieutenant au grade de capitaine) d (...)

1Dans l’institution militaire, les chefs sont des figures d’autorité qui doivent conquérir le respect de leurs hommes sans se contenter du prestige de leur fonction. Surtout dans les premières années de leur carrière, on attend d’eux qu’ils attestent de leur charisme personnel et de leur capacité à « enlever » la troupe. Affectés en régiment, les officiers sont évalués à l’aune de leurs qualités de commandement et de leur prestance physique, en un mot, de leur propension à incarner l’officier de contact, proche de ses hommes dans la réalisation de missions proprement militaires. Si la période du commandement de contact ne dure pas très longtemps1, cet aspect du métier d’officier est cependant unanimement présenté comme l’activité centrale de la fonction. Comme de nombreux professionnels engagés dans un métier offrant des perspectives de carrière réglementées par une institution, les officiers sont amenés au cours de leur carrière à abandonner cette activité centrale pour se consacrer à des fonctions nouvelles (Hugues, 1996, p. 175-186), comme la planification et la gestion bureaucratique des missions et des hommes.

2L’institution militaire orchestre avec une grande précision les différentes temporalités de la carrière de ses officiers. Quelles que soient leurs dispositions pour le commandement, quelles que soient leurs aspirations personnelles, ils doivent s’inscrire dans les cadres de la carrière duale que l’institution leur réserve. L’abandon du terrain, des unités opérationnelles et du commandement de contact sont inscrits dans le marbre des règles de gestion du personnel.

3L’officier combattant a ainsi une durée de vie limitée dans l’institution. Arrivé à mi-carrière, au grade de capitaine, il est appelé à des fonctions d’état-major où il devra attester de qualités de rédaction et de synthèse. Dorénavant, il orchestrera les missions qu’il réalisait jusque-là sur le « terrain ». Les officiers qui quittent leur costume de chef et rejoignent les états-majors pour exercer la fonction de rédacteur, de simple « gratte-papier » au service de plus hautes autorités, vivent douloureusement cette nouvelle affectation. Ils rejettent le travail de bureau qui est désormais le leur et qui ne leur offre que peu l’occasion de s’éprouver comme de véritables militaires.

4Il y a ici un paradoxe. Bien que l’occupation d’un poste de rédacteur s’accompagne, pour l’ensemble des officiers, d’une mobilité professionnelle et hiérarchique, elle génère également de puissantes incertitudes qui menacent un habitus professionnel forgé autour de la spécificité combattante et de l’action. Selon l’origine de leur recrutement et leur parcours, les officiers vivent plus ou moins bien cette conversion professionnelle qui les amène à abandonner ce qu’ils ont le plus souvent travaillé à édifier comme leur cœur de métier.

5Comme l’a souligné Everett Hugues, il n’est pas rare que la position d’une personne dans la division du travail change au fur et à mesure qu’elle avance dans sa carrière. Les officiers ne font, à ce titre, pas exception à une règle qui qualifie les montées en grade et en responsabilités dans nombre de professions (chercheur, ingénieur, infirmière, policier…) (Hugues, 1996, p. 181). L’intérêt d’une étude attentive aux effets contrastés de cette conversion dans le corps des officiers réside en premier lieu dans le fait que, loin de s’apparenter uniquement à un changement de place dans la division du travail, le passage à la fonction de rédacteur cristallise et donne à voir des inégalités de perspectives jusque-là passées sous silence. En effet, la première partie de carrière des officiers n’est pas uniquement celle du terrain, de l’action et du commandement de contact. Elle s’apparente aussi à un espace-temps où sont suspendues, provisoirement, les inégalités de carrière associées aux différentes origines de recrutement des officiers qui sont pour partie issus de Saint-Cyr et, pour l’autre, issus du corps des sous-officiers. Alors même que l’origine de recrutement pèse lourdement sur les perspectives de carrières des officiers du corps (cf. encadré 1), cette dernière est partiellement neutralisée durant les premières années passées sous l’épaulette : les futures élites saint-cyriennes et les futurs capitaines au long cours se côtoient en régiment dans les mêmes fonctions et progressent selon une temporalité partagée. L’origine de recrutement, plus ou moins prestigieuse, ne pèse pas sur l’avancement durant la première partie de carrière et c’est ainsi dans un véritable tronc commun égalitaire que s’engagent les officiers lorsqu’ils endossent l’épaulette : quels que soient leur niveau scolaire, leur école de formation ou le cursus professionnel qu’ils ont engagés en amont. Parce que l’étude de la « mise à l’écriture » orchestrée par l’institution militaire révèle des inégalités de traitement et des inégalités de perspective jusque-là passées sous silence, elle constitue une entrée intéressante pour saisir les hiérarchies et les tensions dans l’institution et dans le corps des officiers.

6Cette contribution étudie comment la conversion en « gratte-papier » est vécue par les officiers, et ce, en rapportant cette transformation forcée et les sentiments qu’elle suscite à la position qu’ils occupent dans le corps (origine de recrutement, arme d’appartenance) mais aussi, plus généralement, à la position de l’institution militaire et de ses élites dans le champ du pouvoir. Selon leur origine de recrutement et leur parcours, les officiers négocient plus ou moins bien leurs nouvelles fonctions et leur nouvelle identité de rédacteur. Il s’agit de questionner ce qui est au principe de ces « conversions » inégalement négociées, en s’intéressant aux dispositions et aux traits institutionnels et sociaux de ceux qui parviennent à s’approprier, au mieux de leurs intérêts, cette deuxième partie de carrière. Ces conversions « réussies » seront ensuite rapportées au désarroi des officiers issus du rang qui, bien qu’en ascension professionnelle, expérimentent à cette occasion des formes puissantes de relégation.

Le poids du verbe dans la pratique du commandement militaire

7L’institution militaire est un univers très bureaucratique dans lequel l’écrit est omniprésent. De fait, la lecture et l’écriture sont centrales dans l’activité professionnelle des officiers. La gamme des écrits est vaste : ordres journaliers reportés par le chef sur le cahier d’ordre qui trône dans l’entrée des unités régimentaires, comptes rendus ou rapports d’activités (exercices de tir, exercices opérationnels), documents de réglementation ou de planification de la vie courante d’une unité… Et pourtant, lorsque l’on interroge les officiers sur leurs pratiques de commandement, les dimensions bureaucratiques disparaissent au profit d’une déclinaison plus intuitive et plus « humaine » de la fonction. Le commandement reste, pour eux, une histoire d’hommes, c’est-à-dire de « gueule et de coups de gueule », de mise en jeu du corps et de préservation de la face qui, en aucun cas, ne peut se réduire à son versant administratif. Cette dramatisation qui emprunte à l’oralité est présentée comme un aspect fondamental de la pratique du commandement. Elle fait consensus au sein du corps. Quand il s’agit d’évoquer leur rôle de chef, les officiers mobilisent la métaphore du théâtre et mettent à distance tout ce qui relève des coulisses du métier, notamment ce qui s’apparente au traitement administratif du service. Ce dernier est toujours effectué à l’abri des regards, dans un bureau dont la porte a été soigneusement fermée, le plus souvent en dehors des heures de service, quand les sollicitations téléphoniques et humaines se font plus rares. Si, dès leur début de carrière, les officiers sont bien engagés dans un travail de type bureaucratique où il leur faut produire et traiter des écrits standardisés à vocation gestionnaire, cette dimension de leur pratique professionnelle est volontiers atténuée et tenue à distance des présentations déclinant « la répartition idéale du temps et de l’énergie » de la fonction où se définit de « façon implicite une hiérarchisation reposant sur la valeur et le prestige des diverses activités constituant le métier » (Hugues, 1996, p. 180-181).

  • 2 Résultats calculés sur la population des officiers de carrière, d’après l’annuaire des officiers d (...)
  • 3 Je laisse de côté ici, par manque de place, les profils de recrutement des officiers assimilés sai (...)

Encadré 1. – Modalités de recrutement et perspectives de carrière dans le corps des officiers
Il existe plusieurs modalités d’accès au corps des officiers. Le recrutement « direct » par l’École spéciale militaire de Saint-Cyr incarne la voie royale : après la réussite au concours d’entrée de l’école et trois années de formation initiale, les officiers saint-cyriens intègrent l’institution directement comme officiers. Âgés d’une vingtaine d’années lors de leur entrée dans le corps, ils intègrent le corps des officiers précocement, se destinent aux plus brillantes carrières et sont largement surreprésentés dans les grades d’officiers supérieurs et généraux. Si les saint-cyriens incarnent une figure connue même hors du milieu militaire, ils ne représentent cependant que 30 % des officiers du corps2.
La grande majorité des officiers du corps sont issus des recrutements internes. Les sous-officiers peuvent en effet présenter, tout au long de leur carrière, plusieurs concours donnant accès à l’épaulette d’officier. Pour les plus jeunes et les plus diplômés d’entre eux, le concours de l’École militaire Interarmes (école de formation destinée aux officiers issus du corps des sous-officiers) constitue la première opportunité de rejoindre le corps des officiers. Nécessairement bacheliers et relativement jeunes lors de leur entrée dans le corps, les officiers « EMIA » (du nom de leur école de formation, distincte de celle des saint-cyriens) suivent une formation de deux ans en école d’officiers avant de porter l’épaulette.
Ils représentent 36 % des officiers du corps. Du fait des limites d’âge dans les grades et de la nature scolaire des épreuves conditionnant, à mi-carrière, l’accès aux plus hauts postes, ils finissent le plus souvent leur carrière au grade de lieutenant-colonel (1er grade d’officier supérieur). D’autres concours ou dispositifs permettent, en cas d’échec au concours de l’EMIA, de rejoindre plus tardivement le corps des officiers. Ils ouvrent de droit à une carrière d’officier, mais privent leurs lauréats des dispositifs de formation (initiale et continue) destinés aux officiers. Ces officiers, plus âgés lors de leur promotion dans le corps et moins diplômés que la moyenne, ne dépassent pas, le plus souvent, les grades d’officiers subalternes (capitaine). Ils représentent 23 % des officiers du corps3.

  • 4 C’est ainsi que l’on appelle l’officier supérieur en charge du commandement d’un régiment.

8Bien que les opérations d’écriture et de lecture propres à l’activité militaire soient incontournables, il n’en reste pas moins qu’il est de mauvais goût de s’y investir pleinement au risque de s’éloigner de la figure canonique du « bon chef », attentif à ses subordonnés et physiquement engagé à leurs côtés. Tout officier s’accommodant un peu trop facilement des pesanteurs bureaucratiques est facilement moqué et perd souvent le respect de ses troupes et de ses pairs. Cette valorisation de l’« humain » et cette mise à distance du « bureaucrate » ne sont pas l’apanage des jeunes officiers ou des subordonnés. Les officiers supérieurs participent également à la diffusion de ce modèle qui caractérise plus largement, nous le verrons, une posture institutionnelle propre à l’armée de terre. Quand un chef de corps4 s’adresse à ses subordonnés pour leur décrire la figure du « petit chef » dont il espère qu’ils sauront se tenir à distance, il stigmatise d’abord l’engagement dans l’activité bureaucratique :

  • 5 Le colonel Kempf est un officier supérieur saint-cyrien, breveté de l’École supérieure de Guerre. (...)

« “Le petit chef” […] : il s’agit là d’un chef intelligent, rationnel, mais qui n’est pas à l’aise avec autrui, et ce depuis le début de sa carrière. Il se réfugie donc dans les dossiers et l’application des règles, cadre idéal pour réguler les rapports humains. L’autorité formelle tient lieu de charisme, il est “habité” par sa fonction : il n’y a donc plus des hommes en face de lui, mais des rouages. Avec le temps et les responsabilités qui l’accompagnent, il devient infernal dans son pointillisme qui ne regarde pas le cas d’espèce. Le mépris, puis la méchanceté viennent. » (Kempf, 2010, p. 135.)

9Cette mise en valeur de la dimension orale et spontanée du commandement s’inscrit plus particulièrement dans une valorisation de la spécificité combattante de l’institution, présentée comme le cœur de la fonction militaire.

La défense d’une spécificité militaire combattante

10Le consensus que l’on peut observer autour de la valorisation du combat et du commandement dans la définition de la spécificité militaire est le produit d’un certain nombre de dispositifs qui assurent les pôles les plus combattants de l’institution d’un grand prestige et d’une forte reconnaissance. Cette valorisation s’inscrit en premier lieu dans la tonalité de la formation initiale des officiers. Délivrée dans un cadre strictement militaire et fondée sur la pédagogie de l’exemple et de la mise en situation, elle « entretient et diffuse la vision guerrière de l’officier héritée des conflits de masse et des guerres de décolonisation » (Hamelin, 2003, p. 449). Avant d’être des professionnels officiant dans une arme spécifique (infanterie, cavalerie, artillerie, génie, matériel, train et logistique), les officiers sont formés à devenir des soldats, ou tout au moins à placer la dimension combattante au cœur de leur identité professionnelle. Cet investissement de l’institution militaire dans la dimension combattante de ses fonctions ne reflète en rien une quelconque spécificité ontologique du métier des armes. Le référent « opérationnel » n’a pas toujours qualifié les politiques de formation des officiers de l’armée de terre et la centralité de ce dernier apparaît depuis l’après-guerre comme le produit des stratégies de placement des élites militaires dans le champ des élites étatiques. Comme l’a bien montré Fabrice Hamelin (Hamelin, 2003) l’institution militaire a répondu au lent processus de déclassement de ses élites depuis le début du XXe siècle, en s’engageant à la fois dans un mouvement de revalorisation scolaire et en les assurant d’une spécificité combattante peu susceptible d’être possédée par les élites civiles. En investissant la défense de la fonction combattante et en la constituant comme un étalon de référence dans l’institution, les élites militaires ont voulu accroître leur légitimité dans le champ du pouvoir où la qualité de leur formation initiale (faiblement reconnue sur le plan scolaire et à distance des autres instances de formation fréquentées par les élites civiles) participait de leur lente éviction des instances de décision (Cohen, 1994 ; de Lespinois, 2001).

  • 6 En 1975, la création du corps des officiers des armes (COA) a mis un terme aux dispositifs statuta (...)

11La dualité des carrières militaires et le tronc commun « opérationnel » imposé à tous les officiers lors de leur entrée dans le corps sont le produit des stratégies déployées par l’institution pour préserver la position de ses élites dans le champ du pouvoir et, notamment, son autonomie en matière de recrutement et de sélection de ces dernières. Depuis les années 1970, l’institution n’a cessé de réaffirmer l’importance de l’expérience proprement militaire dans la promotion et l’avancement dans le corps des officiers. En revalorisant les modes de recrutement internes et en offrant de nouvelles perspectives aux officiers issus du rang6, l’armée a ainsi, dans un premier temps, continué à valoriser l’expérience professionnelle comme critère pertinent de mobilité interne. Ce critère a également été réaffirmé pour défendre la spécificité des élites militaires et le contrôle de l’institution sur leur sélection. L’armée n’a jamais pu se résoudre à pleinement confier la sélection de ses élites aux seules sanctions du concours (scolaire) de Saint-Cyr. Le maintien d’un mode d’avancement commun et progressif participe à la valorisation de l’expérience professionnelle spécifiquement militaire dans l’évaluation et la sélection des futures élites. En imposant à l’ensemble des officiers du corps une première partie de carrière commune, qu’ils soient issus du rang ou qu’ils se soient distingués lors du concours de Saint-Cyr, l’institution défend son autonomie en matière de consécration interne. En théorie, si un saint-cyrien ne fait pas ses preuves dans l’exercice du commandement et s’il ne se distingue pas dans ses fonctions d’officier de terrain, ses chefs peuvent le sanctionner et ainsi le tenir à distance des voies royales. Ce qui permet de soutenir l’idée selon laquelle l’accès aux plus hautes fonctions institutionnelles n’est pas conditionné strictement aux ressources scolaires et académiques.

12Cette valorisation de l’expérience professionnelle proprement militaire (i. e. combattante) n’est pas cantonnée aux premières années de la carrière lorsque les officiers sont effectivement engagés dans des fonctions opérationnelles. Elle reste prégnante alors même qu’ils engagent obligatoirement leur deuxième partie de carrière et deviennent des officiers rédacteurs. La conversion des combattants en « gratte-papiers » est encouragée par l’institution mais, dans le même temps, cette dernière n’a de cesse d’entretenir la prédominance de la fonction combattante, plaçant les officiers d’état-major dans une situation paradoxale où ils sont enjoints à « s’élever » dans des fonctions offrant pourtant peu de ressources distinctives.

L’école d’état-major, un entre-deux institutionnel

  • 7 Seuls les officiers issus du rang, c’est-à-dire les officiers ayant intégré le corps sans passer p (...)

13L’institution consacre des moyens conséquents à l’accompagnement de cette conversion professionnelle. Avant d’être affectés en état-major, la quasi-totalité des officiers du corps suit un stage de six mois à l’école d’état-major, « l’école des méthodes et des procédures », installée à Compiègne7. Dans cette école-internat, les officiers, âgés de 30 à 40 ans selon leur profil de recrutement, apprennent à devenir un « indien », surnom donné aux officiers d’état-major dans l’armée de terre : ils doivent désormais manier élégamment la plume au profit de la pensée d’un « grand chef ». L’arrivée à l’école sonne un peu comme une fin de règne. À cet égard, la mise en garde que martèle le responsable des promotions de l’école est claire : « Vous n’êtes plus le chef de vos hommes. Vous êtes dorénavant au service du chef. » Les capitaines stagiaires doivent faire l’apprentissage de la « discipline intellectuelle » et de l’écriture administrative sous contrainte, tant dans le domaine de la gestion des hommes, des ressources, des bâtiments, des relations civiles militaires, que dans le domaine opérationnel. Il leur faut bâtir et proposer un plan de bataille au chef et non plus se contenter de décrypter et d’appliquer les ordres de la hiérarchie.

Encadré 2. – Méthodologie et présentation des terrains d’enquête
En 2004, j’ai suivi six mois durant l’intégralité du stage de l’école d’état-major de Compiègne, en qualité de stagiaire civile, où j’ai participé aux examens et à la vie de la promotion. Je résidais sur place, aux côtés des capitaines stagiaires alors en pleine phase de conversion professionnelle. Ce premier terrain, complété par un séjour de quatre mois dans un régiment de combat, m’a permis d’observer comment cette conversion en officier rédacteur était vécue et négociée par les officiers du corps quelles que soient leurs origines de recrutement et leurs perspectives de carrière. J’ai distribué à l’ensemble des officiers du régiment et à quatre promotions de l’école un questionnaire afin de recueillir des données sur leurs origines sociales et leurs profils scolaires. Mon enquête en régiment a élargi l’analyse aux officiers issus du rang également affectés dans un poste d’officier rédacteur à l’issue de leur temps de commandement.

La valorisation de la mêlée à l’école d’état-major

14Si l’école consacre une rupture professionnelle et n’a de cesse d’amener les stagiaires à se projeter dans la peau d’un officier d’état-major, elle continue pourtant à entretenir et à valoriser une déclinaison combattante de la figure du chef militaire, et ce en conformité avec l’institution elle-même qui, plus généralement, consacre également le rayonnement des missions les plus en prise avec la fonction combat.

15Le format des documents d’état-major sur lesquels travaillent quotidiennement les stagiaires dessine en premier lieu une certaine hiérarchie entre les différentes armes de l’institution. Dans un OPORD (ordre d’opérations), les missions attribuées à l’infanterie constituent le cœur du document, cependant que celles des armes de soutien ou des appuis relèvent d’annexes numérotées. Si l’école est censée transmettre des compétences interarmes aux stagiaires et si les missions propres au génie, à l’artillerie, aux transmissions ou à la logistique font l’objet d’un enseignement spécifique, le temps qui leur est consacré ne rivalise pas, loin de là, avec celui réservé aux armes de mêlées (cavalerie et infanterie). Les missions de l’infanterie et de la cavalerie sont plus longuement étudiées lors des différents exercices tactiques qui mobilisent les stagiaires sur plusieurs semaines. L’épreuve de tactique souligne par ailleurs la prédominance des missions de la cavalerie et de l’infanterie : la question principale de l’épreuve tactique du diplôme porte sur la manipulation d’unités de mêlée ; les méthodes et procédures propres à l’artillerie, au génie, aux transmissions ou à la logistique sont évaluées alternativement selon les sujets proposés. Les stagiaires n’y sont donc pas systématiquement confrontés, ce qui limite, chez les officiers « non combattants » les domaines dans lesquels ils se sentent plus à même de « briller ». La relégation des spécialités professionnelles des officiers des corps techniques et administratifs est encore plus flagrante. Les sessions consacrées à la gestion des ressources humaines n’interviennent que dans les dernières semaines du stage et elles ne font l’objet d’aucune évaluation.

16L’école donne par ailleurs une définition de l’officier d’état-major qui ne tient pas à distance l’hexis guerrière du soldat. Lorsque la devise de l’école – « Pour le chef et pour le soldat » – est visuellement incarnée sur les murs des bâtiments, elle privilégie les traits des plus combattants des soldats de l’institution. Dans le hall distribuant les différentes cellules du centre de simulation tactique, le portrait d’un soldat visiblement engagé sur le terrain côtoie celui d’un général de division. Les murs de l’école sont couverts de photographies montrant des officiers au contact du terrain ou des soldats engagés au front, notamment en Indochine, en Algérie ou durant la Première Guerre mondiale. Dans le couloir menant à notre salle de cours, trône également un large portrait du chef d’état-major de l’armée de terre de l’époque. Il est représenté en tenue de combat, sous une tente militaire en Irak lors de la première guerre du Golfe (1990-1991), alors qu’il était le chef de corps d’un régiment de mêlée engagé au front.

17La nature des formations proposées et évaluées dans le cadre de l’école d’état-major participe au rayonnement et à la prédominance symbolique et « scolaire » des officiers issus des armes de mêlée. Destinée à former les officiers de l’armée de terre, toutes armes confondues, au travail en état-major interarmes, l’école valorise pourtant les connaissances et les compétences tactiques des hommes de la mêlée. La grande majorité des exercices effectués sur carte mettent en scène des unités et des modes d’action familiers aux officiers issus d’unités de combat : « Mais ça, c’est évident que des mecs comme moi sont favorisés en tactique. Quand je vois une carte ou un calque de manœuvre, ça me parle. Je connais les symboles. » (Capitaine saint-cyrien, en stage à l’école d’état-major.)

Officier d’état-major : une fonction commune, une plume mineure

  • 8 Documentation interne à l’école d’état-major présentant le stage du diplôme d’état-major aux capit (...)

18Le peu de valeur accordée à la position d’officier rédacteur transparaît dans la nature et la tonalité des enseignements délivrés à l’école d’état-major qui entend « livrer » des officiers efficaces aux administrations centrales et aux grands organismes de l’armée de terre. Les stagiaires doivent incorporer, selon les termes de la plaquette présentant l’école, des « savoir-être » et des « savoir-faire »8 indispensables à leur fonction : maîtrise de la rédaction des ordres opérationnels, des principaux documents de correspondance militaire et des différents outils de bureautiques civils et militaires ; « rigueur de l’expression orale et écrite » ; « réalisme, souci du détail et aptitude à se situer au bon niveau » ; « discipline intellectuelle, loyauté, modestie » ; « esprit de service et sens de l’intérêt général » ; « exemplarité du comportement, de la tenue, réserve, objectivité, honnêteté ». La transmission du savoir-être de l’officier d’état-major est placée au même niveau que celle des savoir-faire attachés à sa fonction. Le futur officier d’état-major est en effet susceptible de côtoyer quotidiennement des officiers généraux. Il doit savoir adopter la posture et le style d’une haute autorité militaire, afin de prendre en charge la rédaction de ses courriers et de ses messages avec justesse et sans « fausses notes ». Une des épreuves du diplôme d’état-major consiste justement à étudier un dossier pour proposer diverses solutions au commandement et rédiger la lettre que le chef adresserait aux subordonnés pour transmettre ses ordres.

  • 9 Les officiers doivent assimiler un volume conséquent de connaissances interarmes. Ces éléments son (...)

19Les capitaines ne prennent plus la plume en leur nom, comme c’était le cas en régiment lorsqu’ils étaient des « forces de propositions ». Ils doivent se glisser dans la peau de leurs supérieurs et parler leur langage. C’est pourquoi les fautes d’orthographe et de grammaire sont très durement sanctionnées. Le style des stagiaires est également longuement commenté. Les nombreuses séances de correction sont largement consacrées à l’incorporation du ton singulier prêté aux autorités militaires et les copies reviennent le plus souvent surchargées de remarques (cf. encadré 3). Au stylo rouge, les correcteurs entourent les fautes d’orthographe et soulignent les passages approximatifs d’un point d’exclamation ou d’un point d’interrogation. La propreté de la copie est tout particulièrement recherchée. Si les stagiaires se risquent à utiliser un correcteur pour dissimuler des fautes d’orthographe identifiées à la relecture, ces marques disgracieuses sont également systématiquement entourées avec énergie. Bien que les écrits produits en état-major soient tous rédigés avec un logiciel de bureautique corrigeant partiellement les fautes d’orthographe et dissimulant les écritures disgracieuses disqualifiées par les professeurs, les autorités de l’école se montrent intraitables sur l’aspect et la forme des travaux produits à la main par les officiers. Comme le répétait systématiquement le professeur du groupe dans lequel j’étais affectée : « Le beau appelle le bon. » Et il importe que la prose des officiers soit de belle facture. Si une part non négligeable des épreuves du diplôme d’état-major est consacrée à l’évaluation de connaissances militaires9, il n’en reste pas moins que les qualités de rédaction et d’expression sont décisives.

20Cet aspect cosmétique de l’évaluation est redoublé par le faible degré de réflexion exigé dans les exercices consacrés à l’étude d’un dossier d’état-major et surtout par le peu d’importance que les correcteurs accordent à la cohérence des propositions. Les professeurs sont certes soucieux du degré de réalisme des solutions proposées par les capitaines, mais ils sont avant tout attentifs à la façon dont ils construisent leur argumentaire, lequel laisse peu de place à la libre improvisation. Il faut, en effet, « coller au canevas » et aux « hommes jaunes », nom donné aux éléments de correction : une fiche d’état-major est composée de différentes parties et de plusieurs paragraphes qui ont chacun un rôle spécifique. Il importe d’entrer en conformité avec le modèle originel et le moindre écart de présentation joue sur la notation. L’attention se porte d’abord sur la forme, l’orthographe, la grammaire et le style ; l’essentiel est de produire des documents manuscrits impeccables.

  • 10 Le texte en italique, figurant entre guillemets, reprend des expressions relevées par le professeu (...)

Encadré 3. – Extraits d’une séance de correction10
Style :
Trop courtois : « J’ai l’honneur de vous demander de vouloir bien prendre en compte mes remarques[...]. »
Trop fort : « Catastrophique, médiocrité, particulièrement alarmant, piètre application, échec retentissant, amateurisme. »
– « Vous n’êtes pas l’adjudant qui engueule le caporal. »
– « Le style est en général perfectible. Il est parfois lourd. Il faut s’efforcer de choisir le mot juste, les phrases sont souvent trop longues, la syntaxe n’est pas toujours respectée […]. Il doit être clair, précis, concis mais aussi correct et de bon goût. Le rédacteur écrit pour un général de corps d’armée. Il ne peut, par définition, rédiger comme il parle. Il faut conserver à l’esprit qu’il y a une langue écrite et une langue parlée. »
– « C’est le général qui écrit et qui signe, donc écrivez : “J’ai constaté” ou “j’ai noté” et non pas : “Il a été constaté.” »
– « Pour le style, dites-vous bien que vous n’êtes pas en train de donner votre avis sur L’Équipe du matin. »
– « Phrases simples et courtes : la longueur entraîne la lourdeur. »
La présentation :
– « Un document court doit faire l’objet d’une présentation particulièrement soignée (écriture, titres soulignés, utilisation minimale voire nulle du correcteur). Le travail doit être rédigé au brouillon et recopié au propre sur la copie définitive. Aérez votre copie en sautant des lignes entre les paragraphes. [...] Numéros de paragraphes en chiffres arabes, pas de titre en bas de page […]. »
– « Si votre copie est dégueulasse, à cause du typex. Recommencez […] ! Pratiquez une relecture active ! Les accords en genre et en nombre, soulignez à la règle les titres des parties. Vérifiez l’orthographe, les participes passés […]. Essayez de tendre vers cette perfection, cette amélioration. »

21Cette insistance sur l’esthétique déclasse la formation aux yeux de ceux qui la suivent et, plus paradoxalement, de l’institution elle-même : il n’en sortirait pas une élite de grands tacticiens, mais juste des « petits » scribes sans envergure. Les officiers-stagiaires se moquent souvent de la « marteau thérapie » appliquée à l’école, et de ces « meuhtodes » de travail, qui ne laissent pas de place aux pensées brillantes. Une maxime précise d’ailleurs que l’école d’état-major ne forme pas des chefs, mais qu’elle permet avant tout « au chef de dormir » les petites mains se chargeant de fournir des éléments à même de nourrir la fulgurance tactique du chef. De plus, rapportée au système de l’enseignement militaire supérieur, l’école d’état-major est un établissement mineur, situé au tout premier degré du cursus. Il est courant de voir des officiers comparer le diplôme d’état-major au brevet des collèges : « Tout le monde l’a. » C’est en effet à l’issue du stage d’état-major que les choses sérieuses commencent. Si l’entrée dans la deuxième partie de carrière génère des incertitudes, ce n’est pas seulement du fait de la posture ambiguë qu’adopte l’institution vis-à-vis des fonctions auxquelles elle destine ses membres. La seconde partie de carrière ne se résume en effet pas seulement à une succession d’emplois peu valorisés dans le système des valeurs et des représentations professionnelles. Elle fonctionne également comme une longue instance de sélection où se succèdent les examens, les périodes de stages évalués et les concours. C’est en parallèle de leurs emplois de rédacteurs que les officiers doivent préparer ces concours, en s’astreignant à de nombreuses séances de travail nocturne ou, pour les plus « chanceux » (qui sont aussi le plus souvent saint-cyriens) en bénéficiant d’affectations relativement protégées et du soutien d’anciens lauréats des concours en poste dans des fonctions de direction. Les officiers doivent impérativement se distinguer dans les épreuves de l’enseignement militaire supérieur (dont l’école d’état-major constitue le premier degré), s’ils veulent atteindre les plus hauts grades et les plus hautes fonctions. L’échec ou la réussite aux concours de l’enseignement militaire supérieur distinguent ceux qui resteront des officiers « moyens », bloqués dans des emplois administratifs mineurs, de ceux qui pourront prétendre aux étoiles du généralat et entrer en lice pour des postes de commandement de haut niveau (commandement d’un régiment au grade de colonel, d’une brigade ou d’un théâtre d’opérations aux grades de généraux). C’est dans la réussite à ces concours que se nichent les opportunités de carrière valorisantes, à distance des simples fonctions de « gratte-papier », dans des emplois en prise avec l’opérationnel de haut niveau ou la direction de services centraux.

  • 11 71 % des officiers admis au Cours supérieur d’état-major (une des filières de l’enseignement milit (...)
  • 12 Les officiers des armes de mêlée ont un taux de réussite légèrement supérieur à 50 %. Les officier (...)
  • 13 Les épreuves de l’enseignement militaire supérieur sanctionnent en effet avant tout des dispositio (...)

22L’entrée dans la deuxième partie de carrière vient ainsi sonner le glas du tronc commun emprunté jusque-là par l’ensemble des officiers. L’analyse des résultats des concours de l’enseignement militaire supérieur confirme la prédominance des officiers saint-cyriens11. Elle souligne également, au sein du groupe des saint-cyriens, la domination des officiers servant dans les armes de mêlée. Ces derniers ont des taux de réussite supérieurs à la moyenne12. Dans la mesure où les officiers de mêlée en question figuraient également dans le peloton de tête de leur promotion à Saint-Cyr –les armes de mêlée sont choisies par les premiers classés dans une promotion de saint-cyriens– il n’est pas étonnant de les retrouver massivement représentées chez les lauréats des concours de l’école de Guerre13.

23C’est ainsi que, quand vient le temps d’endosser la tenue et la plume de l’officier rédacteur, les inégales perspectives de carrière des officiers selon leur origine de recrutement se manifestent au grand jour. Ces différences de perspectives travaillent le rapport à la fonction d’officier d’état-major et, par là même, aux différents dispositifs d’écriture dans lesquels sont engagés les officiers selon leur réussite ou leur échec aux concours.

S’élever par la culture

24Pour les officiers assurés, du fait de leur profil de recrutement et de leurs dispositions scolaires, de pouvoir prétendre aux plus hautes fonctions, le passage par l’école d’état-major et les fonctions de simple officier rédacteur sont d’entrée de jeu des positions éphémères. La forte probabilité de réussir un des concours de l’enseignement militaire supérieur prédispose en effet les saint-cyriens à un destin institutionnel plus brillant que celui des officiers qui échoueront aux concours. Même s’ils n’hériteront pas forcément du commandement d’un régiment, ils sont néanmoins assurés d’occuper des positions administratives plus valorisantes et plus spécialisées que celle de simple officier rédacteur. Engagés avec sérieux dans la préparation des concours de l’enseignement militaire supérieur, c’est dès leur arrivée à l’école d’état-major qu’ils se replongent dans les manuels de physique, de mathématiques ou de culture générale qu’ils avaient laissés de côté à la sortie de l’école. Soucieux de se préparer au mieux aux épreuves de l’enseignement militaire supérieur, ils peuvent ponctuellement consacrer des soirées entières à s’exercer dans ces disciplines, alors même que certains de leurs collègues issus du corps des sous-officiers composent des groupes de travail nocturnes pour se préparer au mieux aux épreuves du simple diplôme d’état-major.

Patrick, un saint-cyrien de l’infanterie de marine aéroportée, lui-même fils d’officier, refuse depuis quelque temps de nous accompagner dans les virées en ville improvisées à l’issue des journées de cours. Il s’astreint à des exercices de mathématiques en prévision des concours de l’enseignement militaire supérieur. Il sollicite même mes compétences d’universitaire pour la composition de « fiches » de culture générale sur « la place des femmes dans la société française » ou les « organisations non gouvernementales ».

  • 14 « L’école de Guerre » désigne, dans le langage courant, le deuxième degré de l’enseignement milita (...)

25Engagés dans la course au titre de « breveté » de l’école de Guerre14, c’est dès le stage d’état-major que les saint-cyriens prennent de la distance avec la fonction d’officier-rédacteur et les pratiques qui lui sont associées. S’ils seront un temps, comme les autres, des indiens armés de leurs petites plumes en état-major, ils aspirent à de plus hautes destinées et ils mettent tout en œuvre pour s’extraire au plus tôt de cette fonction mineure. Ainsi, dès le stage en école d’état-major, des changements de posture s’opèrent. L’observation des saint-cyriens de l’école d’état-major durant le stage à Compiègne, puis lors des sessions de préparation des concours, montre qu’ils réalisent progressivement, de façon plus ou moins consciente, une conversion des corps, de la langue et de la plume qui n’a pas grand-chose à voir avec la figure étriquée de l’officier d’état-major. Les officiers les plus susceptibles de réussir les concours se tournent vers la figure de l’intellectuel, et ce, en cohérence avec une institution militaire multipliant les incitations à « briller sous l’uniforme » par la plume et la pensée académique.

  • 15 Les concours de l’enseignement militaire supérieur proposent plusieurs options aux candidats. La f (...)

26En effet, l’institution est engagée depuis plusieurs décennies dans des stratégies de revalorisation du niveau scolaire de ses officiers destinées à assurer l’assise du corps dans le champ du pouvoir, aux côtés des élites civiles des autres grands corps de l’État toujours plus titrées scolairement. Dans leur seconde partie de carrière, les futures élites militaires fréquentent ainsi de nombreux espaces institutionnels où ils peuvent déployer des formes d’écritures ou de postures plus réflexives et plus susceptibles d’être valorisées en dehors de l’institution. Que ce soit dans les épreuves des concours de l’enseignement militaire supérieur (de type dissertation) ou dans le cadre de leur formation à l’École militaire de Paris, les officiers sont enjoints à écrire selon les canons académiques : article de fond sur telle ou telle mission de l’institution, débat dans des revues de réflexion internes à l’institution et enfin, préparation d’un mémoire de recherche pour ceux formés dans les universités ou les grandes écoles avec lesquelles l’institution militaire entretient des liens15. Les officiers saint-cyriens investissent de nouveaux espaces où l’écriture et la réflexion génèrent de nouvelles formes de profits symboliques.

À l’issue du stage de l’école d’état-major, je revois ponctuellement Patrick (saint-cyrien, infanterie de marine aéroportée), un officier de la mêlée qui se plaisait à incarner le « soldat de guerre » à Compiègne. Il s’efforce désormais de travailler son phrasé et ses postures pour satisfaire au mieux les attentes des jurys civilo-militaires du concours. Sans que je le sollicite, il s’empresse de me faire part de ses progrès : il dessine sous mes yeux, à main levée, une carte de l’Europe indiquant pays, frontières et capitales. Au cours de nos discussions, il souligne sur tel ou tel sujet qu’il peut à présent tenir son rang dans une conversation : « Tu vois, avant, là-dessus, je t’aurais tenu un truc du genre café du commerce. »

27Paradoxalement, ce sont les officiers inscrits au pôle combattant de l’institution (armes de mêlée) qui figurent parmi ceux qui négocient le plus facilement cette conversion en officier de papiers : ils possèdent en effet tous les capitaux et les ressources autorisant une conversion sereine, ne menaçant pas leurs aspirations professionnelles et leur identité professionnelle forgée autour du référent combattant. Officiers appelés à endosser les plus hautes fonctions dans l’institution, ils ne souffrent pas outre mesure de leur départ des régiments et de l’abandon du treillis. Bien sûr, ils endossent comme les autres la fonction mineure d’officier d’état-major mais, comme ils peuvent se projeter dans une carrière à plus long terme, ils savent qu’ils retrouveront de nouveau des postes de commandement opérationnel encore plus prestigieux que ceux qu’ils quittent.

  • 16 Un ancien officier stagiaire saint-cyrien de l’école d’état-major a récemment consacré un ouvrage (...)

28Si tous les saint-cyriens appartenant à des armes combattantes ne finiront pas au grade de général à un poste de commandement, ils concourent tous pour atteindre cet idéal. Ces ambitions sont encadrées, préparées, soutenues par l’institution qui leur ouvre l’espace des possibles et fait correspondre des aspirations forgées depuis l’adolescence dans les classes préparatoires avec des postes effectivement accessibles. Pour Patrick (saint-cyrien, infanterie de marine aéroportée) le retour à la lecture, aux exercices littéraires et à la posture d’étudiant est une arme pour la conquête du commandement du « régiment de ses rêves ». Dans ce cadre-là, la soumission à l’écriture mineure de l’institution est acceptable, d’autant plus qu’il est possible de lui substituer –ou du moins de lui adosser– une écriture plus fine et susceptible de générer des profits symboliques dans et en dehors de l’institution16.

29Un graffiti éphémère sur les murs de l’internat illustre bien la posture de ces officiers pressés de se distinguer sur des épreuves plus discriminantes et plus susceptibles de leur ouvrir l’accès à des postes valorisés : « L’EEM [École d’état-major], le couronnement des abrutis besogneux. » Cet écrit anonyme témoigne de lignes de fracture au sein du corps. Cependant que les officiers issus du corps des sous-officiers ou issus du rang peuvent aborder avec difficulté leur deuxième partie de carrière où ils sont soumis aux formes d’impositions culturelles que cette dernière charrie inévitablement, d’autres, plus à l’aise avec l’écrit et la production de synthèses, aspirent déjà à d’autres positions, considérant avec mépris celle d’officier rédacteur.

30Dans cette institution, où les futures élites institutionnelles partagent longuement la même condition et les mêmes grades que ceux appelés à ne pas dépasser les postes d’officiers subalternes, la fonction d’officier rédacteur est une position à double face : synonyme de tremplin vers les hauteurs de l’institution pour les saint-cyriens, elle correspond, nous allons le voir à présent, à une stagnation et à une « petite mort » pour les officiers issus du rang. Ces derniers savent bien qu’ils termineront leur carrière dans ce type de fonction généraliste, comme énième « petite main » dans un état-major quelconque, dont ils ne pourront a priori pas se dégager. C’est ainsi au cœur des emplois administratifs que les positions contenues en puissance dans les profils de recrutement initiaux s’incarnent peu à peu, la carrière des uns marquant un brutal coup d’arrêt, quand celle des autres prend brutalement de la hauteur. Après un tronc commun de près de dix ans dans des unités combattantes en régiment où l’on cultive l’égalité de position et la fraternité d’arme, les inégales perspectives de carrières associées aux origines de recrutement se dévoilent dans l’atmosphère feutrée et studieuse des bureaux.

Le désarroi des officiers issus du rang

31Pour les officiers issus du rang et les officiers EMIA les moins susceptibles de rivaliser avec les saint-cyriens lors des concours scolaires de la seconde partie de carrière, la projection dans un quotidien professionnel où domine l’écriture administrative a un goût amer. N’ayant pas les ressources pour pleinement répondre aux nouvelles exigences scripturales de l’institution, mais étant assez sensibles aux garants scolaires pour vouloir donner le change, ils souffrent de leur nouvelle position. Du fait de leur faible maîtrise de la bureautique, de l’orthographe, de la grammaire, et plus généralement du style « qui plaît aux chefs », ils sont sans cesse rappelés à l’ordre scriptural et culturel en vigueur dans l’institution : les travaux qu’ils produisent en état-major reviennent parfois maculés des remarques portées au stylo rouge par leur chef de service, furieux de devoir corriger les nombreuses fautes d’orthographe d’un courrier qu’il ne devrait normalement que parapher.

« C’est souvent fait par nécessité de service, sur ce que tu fais… une note de service, un courrier… quand tu ne choisis pas les bons termes… et alors, le chef, il ne partage pas la même façon de faire, alors c’est normal, il rectifie en disant : “Moi, je ne veux pas de ça !” C’est normal, parce que c’est lui qui va le signer le courrier… Donc… Et puis des fois, tu fais des fautes… et c’est comme ça ! L’autre, il dit : “Non, ça va pas… il faut mettre un s [perplexe et désolé]. Bah, c’est regrettable, mais il a raison ! Il n’y a rien à dire ! » (Capitaine issu du rang, 51 ans, officier rédacteur dans un état-major régimentaire, non bachelier.)

32Comme les officiers saint-cyriens ou EMIA, les officiers issus du rang appréhendent le travail d’état-major. Mais ce sentiment d’insécurité est redoublé par leur éviction du stage d’état-major où les autres officiers peuvent incorporer des techniques de travail, des façons de faire et des façons d’être adaptées à leur nouvel environnement de travail.

  • 17 Cadre de raisonnement tactique et d’élaboration des ordres, dont la méthode est enseignée à l’écol (...)

« Ce que je trouve dommage, c’est qu’on n’ait pas eu de formation d’état-major… de base. Au moins pour comprendre les rouages et les fonctionnements du système et être… comme je te dis, être utilisés dans le bon sens, et non pas devenir des mecs à la ramasse. Par exemple, rien que l’informatique. Tu vois, j’ai vraiment appris sur le tas, quoi. Et je me démerde toujours comme un con dans la mesure où je n’utilise pas un millionième des possibilités de la machine, parce que je ne les connais pas. Je connais vraiment que le basique : copier/coller, reprendre, refaire, mais c’est tout. Je suis incapable de faire un tableau Excel, je ne sais pas faire. Pour l’instant, je n’ai pas eu le temps de m’y intéresser. Et du coup, tu es moins rentable… […] Et puis, moi, je le dis franchement, je ne me sens pas opérationnel dans un environnement tactique. En situation de combat, je ne suis pas opérationnel. Bon, j’ai une fibre, mais j’ai pas la méthodologie de la conception de la manœuvre. Je suis un parfait exécutant, ça oui ! Je saurais faire, mais dire aux autres de faire ! Les bons termes, les bons mots correspondant à l’environnement qui m’est imposé par le haut, etc. Je pense à leur nouvelle méthode, là, la MEDO17 ! J’ai jamais fait ça en école application. J’ai vu les schémas. Bon, ça reste toujours basique : “Où, quoi, comment, pourquoi ?” ; “Contre qui, avec qui ?”… Ça, je connais un peu… Mais la logique de raisonnement ! “L’étude de l’ennemi” ! Je ne sais pas faire parce que je n’ai jamais été mis en situation !
– Oui, j’ai vu ça… les schémas de la MEDO, vous êtes censés les faire rapidement…
– Oui, c’est une gymnastique intellectuelle ! Logique ! Et automatique… automatisée, si je puis dire ! Moi maintenant, si je suis en train de prendre mon bouquin… Toc, toc, toc !… Ça va être laborieux. Bon, c’est tout de suite les décisions. C’est tout de suite et pas dans une heure ! [dans un souffle]… Y’a des moments, il faut que ça… » (Commandant issu du rang, adjoint du chef de l’état-major régimentaire [BOI], 49 ans, non bachelier lors de son engagement.)

  • 18 Pour une illustration des préoccupations qu’une affectation en état-major peut susciter chez un of (...)

33On le voit, le dénuement ne s’incarne pas exclusivement dans les travaux de rédaction ou la maîtrise d’outils informatiques, non spécifiquement militaires18. C’est également dans le cœur du métier, l’opérationnel, que les officiers issus du rang peuvent éprouver leur manque de prise. Persuadé de ne pas maîtriser les codes de l’expression, de la conception et de la rédaction opérationnelle propre aux états-majors, c’est désormais pénétré d’angoisse et d’appréhension que le commandant cité plus haut me dit partir en opération ou en exercice :

« Quand on est partis en Afghanistan, je suis parti comme chef CO [centre opérationnel]… j’avais un petit nœud aux tripes. Est-ce que je vais être à la hauteur ? »

34Mais plus fondamentalement encore, le malaise des officiers issus du rang procède de la douloureuse prise de conscience que cette projection « en solitaire » dans leur deuxième partie de carrière leur révèle sur la position qu’ils occupent dans le corps des officiers. Si les officiers issus du rang sont conscients, dès leur engagement, des limites de leur carrière sous l’épaulette, ils bénéficient, tout au long de leur première partie de carrière, d’un climat participant à la relative euphémisation de leur faible potentiel institutionnel. En effet, jusqu’au grade de lieutenant et de jeune capitaine, les officiers issus du rang sont respectés par les saint-cyriens qui voient en eux les dignes représentants des « soldats de guerre » à même de leur faire partager leur expérience de l’institution et des hommes. En quittant les unités opérationnelles, ce n’est pas seulement la figure de l’officier de contact que les officiers issus du rang doivent abandonner mais, plus largement, l’image valorisante dont ils pouvaient hériter dans le service. Une fois « oubliés » dans les bureaux, ils évoquent la violence que représente pour eux le renversement des hiérarchies symboliques.

35Bien qu’ayant atteint le grade de commandant, Bernard, l’officier issu du rang précédemment cité, m’explique comment il doit se retenir de ne pas saluer les jeunes lieutenants ou capitaines qui rentrent dans son bureau et qui, pour lui, incarnent la vérité du métier, celle du commandement au contact des hommes. Depuis son affectation en état-major régimentaire, il se sent « dépassé » et en insécurité. Il reproche à l’institution de l’avoir promu sans pour autant lui donner les moyens de tenir sa place avec brio et aisance.

Encadré 4 : un officier combattant en état-major (extraits de correspondance adressée par un capitaine à sa famille, 2006)
« La routine s’installe avec sa compagne de toujours, élément pittoresque de l’administration en général et celle militaire en particulier, je veux parler, tout le monde le devine, du respect de la procédure réglementaire.
Cela commence par des détails anodins. “La marge des documents doit être de trois centimètres et demi, et non de quatre, notez-le je vous prie”, suivi d’un inquiétant “la police de caractère doit être en Times New Roman, format 12 et non 11”, bientôt balayé par un impérieux “le journal de marche et des opérations doit répondre aux exigences du modèle no 685-0/01 de l’instruction no 7584/DN/EMAT/SH/C du 16 octobre 1970 et au format 21× 29,7, en respectant toutes les prescriptions et rien que les prescriptions de la charte graphique de l’armée de terre du 16 janvier 2002 modifiée par l’instruction ministérielle du 15 décembre 2003” – ce qui aurait tendance à me faire rire… mais au bout de quatre corrections successives du même document, la lassitude m’envahit. Car la perfide charte graphique de l’armée de terre est comme un animal que vous connaissez bien : le caméléon.
Donc, tout semble simple, il suffit de copier un modèle. Mais à cet instant, l’immonde bête (le caméléon) surgit et cache de redoutables astuces comme l’absence d’espace avant la virgule ou la nécessité d’en glisser un avant le double point. Les noms ne s’écrivent pas tous de la même manière : s’il est propre, il faut au moins une majuscule, “fonction de l’importance du terme, relative à la compréhension du texte” ; s’il est sale, il peut être en gras (ce qui est proche) et s’il est très sale, souligné (pas de cadeau, la saleté ne passera pas). Les termes malfaisants s’inscrivent en italique (style ancien découvert par Léonard de Vinci sous la Renaissance).
Il y a plus terrible car la bête de plus en plus immonde –le caméléon– agite des magies noires appelées “numérotations automatiques” ou “puces” ou “tirets”. Ici, la féroce accroît sa nuisance car cela efface ou affiche des symboles et des numéros contraires à ma volonté, mais surtout totalement incompréhensibles à un chef dont la patience, déjà bien émoussée par mes progrès en anglais (“et Mer… à la reine d’Angleterre !”), se restreint de pages en pages. Moi (le bète, grand consommateur de papier et de cartouches d’imprimante pour les raisons citées précédemment), je m’efforce de dominer ces terreurs ancestrales, parfois au moyen d’une autre diablerie appelée “photocopieurectoverso”, mais surtout en faisant passer “à confesse” le document. Je veux parler du correcteur d’orthographe et grammatical, accessoire présentant encore de graves lacunes car il me soumet des questions sournoises sur les accords ou propose de choisir entre “bete, bète, bette, bettes, blettes” et quelques autres variétés de légumes.
Bref, vous voyez que je maîtrise la technologie autant que la charte graphique. Tout cela pour vous dire que la bureaucratie reprend ses droits jusqu’au prochain attentat sur la ville. Inutile de vous dire que cela (surtout la charte graphique) me rend nerveux. Je guette toutes les occasions de m’aérer et de retrouver les fondamentaux du métier, à savoir le terrain. »

  • 19 Source : questionnaire distribué aux officiers du Xe RIMa, 2004 (n = 45).

36Et si les officiers issus du rang représentent souvent, pour les saint-cyriens, la figure du « soldat de guerre », ils ne sont pas pour autant insensibles aux jugements scolaires ou culturels fort présents lors de l’entrée dans la seconde partie de carrière. Ceux que j’ai rencontrés étaient certes tous en échec scolaire lors de leur engagement dans l’institution19, mais cela ne les empêchait pas, bien au contraire, d’avoir un profond respect pour la culture et les garants scolaires de leurs collègues. En effet, s’ils sont devenus officiers, c’est avant tout en se soumettant à des jugements scolaires puisque les concours internes sont, eux aussi, de factures scolaires. Ce n’est pas avec leur casque de soldat qu’ils ont conquis l’épaulette d’officier, mais bien par la plume et les cours du soir. De ce fait, leur sensibilité aux effets d’imposition orthographiques et culturels est particulièrement forte et source de désarroi. En fonction dans un poste qu’ils savent être le dernier, peu préparés et peu formés à leurs nouvelles missions de « gratte-papier », ils ressentent une forme de dénuement professionnel, alors même qu’auparavant ils étaient de brillants éléments engagés dans un long parcours d’ascension professionnelle. Ces anciens soldats ou ces anciens sous-officiers sont en effet toujours apparus comme des personnels pleins d’avenir. Ils étaient poussés par l’institution et par leurs chefs à tenter les concours internes permettant de monter en grade plus rapidement. Mais une fois « arrivés » dans le corps des officiers, ils m’ont souvent confié leur désarroi, le désarroi de ceux qui se savent confusément remis à leur place. Leur promotion en grade apparaît au final comme une illusion promotionnelle bien vite mise à nue par les conditions d’emploi que l’institution leur réserve lors de leur seconde partie de carrière. Peu à même, comme les officiers saint-cyriens par exemple, d’apprécier le nouveau rôle professionnel qu’ils sont amenés à jouer, inscrits au pôle mineur de l’écriture dans l’institution, ils se vivent comme des officiers en situation de relégation. Ils vont parfois même jusqu’à s’exclure du corps en parlant des officiers à la troisième personne du pluriel.

  • 20 L’origine de recrutement n’apparaît pas sur les uniformes. Seuls le grade, l’arme d’appartenance, (...)

37S’ils peuvent, dans leur première partie de carrière, investir leur fonction d’officier de contact en mobilisant des savoir-faire et une expérience hérités de leur parcours dans l’institution, il n’en va plus de même dans leur seconde partie de carrière. Cantonnés dans des fonctions mineures de simples rédacteurs, peu à même de se sentir valorisés dans des emplois pour lesquels ils ne disposent pas des codes pour briller, c’est parfois de leur propre chef qu’ils s’excluent du corps des « vrais » officiers, ceux qui, issus des recrutements plus nobles, semblent pleinement justifiés d’être là. Bernard, le commandant issu du rang, affecté à l’état-major régimentaire en qualité d’adjoint du chef se prend ainsi à rêver que son origine de recrutement soit apparente sur son uniforme20 :

« Nous, on vient du corps des sous-officiers. On ne renie pas ses origines. Et moi, j’en suis fier, au contraire. Et je dirais même qu’on devrait pouvoir l’afficher. Parce que souvent, il y a quatre commandants, on ne sait pas qui est qui. Toc ! On va nous filer un truc à responsabilités et manque de pot, ben… Alors, on a sa fierté et on va prendre, mais on ne sait pas faire. Alors qu’un jeune à côté, il a fait ça depuis tout petit, il sait faire. Il faut que les gars arrivent à se dire : “Lui, c’est un [officier] rang.”
– Tu voudrais que ce soit plus clair ?
– Plus clair, oui. Moi, ça me dérange. Parce que je me sens malhonnête par rapport à… enfin, pas malhonnête, mais, c’est grave de ne pas connaître son métier à ce niveau-là ! Et moi, je le vis très mal. Très très mal. J’en fais pas des complexes, mais ça m’agresse. Ça m’agresse parce que j’aime bien être maître de la situation, savoir ce que je fais, où je vais et surtout, ne pas passer pour un charlot vis-à-vis des subordonnés ! Parce que c’est ça, aussi, qui est important. Donc, si tu veux, c’est angoissant, c’est angoissant et malsain. »

  • 21 La centralité des concours internes dans l’accès aux grades d’officiers supérieurs et généraux ent (...)

38Dans une institution qui entretient le mythe du « bâton de maréchal dans la giberne de chaque soldat21 », ce sont les agents eux-mêmes qui légitiment au final une exclusion qui repose d’abord sur des critères de gestion et des conditions d’avancement où beaucoup de choses sont en premier lieu indexées sur le type de recrutement initial. Le passage douloureux à l’écriture bureaucratique joue ici un rôle prédominant dans l’incorporation de la domination et de la place occupée dans les hiérarchies sociales et institutionnelles traversant le corps.

Bibliographie

Bibliographie

Augé A., « La formation initiale des futures élites militaires à Saint-Cyr : un dispositif institutionnel en évolution », Éducation et sociétés, 1, no 21, 2008, p. 81-94.

Boëne B. (dir.), La spécificité militaire. Actes du colloque de Coëtquidan, Paris, Armand Colin, 1990.

Cailleteau F. et Bonnardot G., « Le recrutement des généraux en France, en Grande-Bretagne et en Allemagne », in Mendras H. et Suleiman E. (dir.), La sélection des élites en Europe, Paris, La Découverte, 1995, p. 158-180.

Cailleteau F., « La sélection des élites dans le corps des officiers de l’armée de terre en France », inThomas H. J. P. (dir.), Officiers, sous-officiers, la dialectique des légitimités, Paris, Addim, 1994, p. 149-163.

Cohen S., La défaite des généraux. Le pouvoir politique et l’armée sous la Ve République, Paris, Fayard, 1994.

Coton C., « Au service du mythe. Récit d’un capitaine de l’armée de terre », Agone, no 37, 2007, p. 131-150.

Goffman E., Les rites d’interactions, Paris, Les Éditions de Minuit, 1974.

Hamelin F., « La formation des officiers : quelle politique ? », inVenesson P. (dir.), Politiques de défense : institutions, innovations, européanisation, Paris, L’Harmattan, 2000a, p. 27-85.

Hamelin F., La spécificité militaire, une construction institutionnelle. Le cas de la formation des officiers du génie au XIXe et XXe siècle, Paris, Institut d’études politiques, thèse de science politique, 2000b.

Hamelin F., « Le combattant et le technocrate. La formation des officiers à l’aune du modèle des élites civiles », Revue française de science politique, 3, no 53, 2003, p. 435-463.

Hughes E., Le regard sociologique, Paris, EHESS, 1996.

Kempf O., Le casque et la plume. Lettres de commandement, Paris, Economica, 2010.

Lespinois J. de, L’armée de terre française. De la défense du sanctuaire à la projection. t. I : 1974-1981, Paris, L’Harmattan, 2001.

Oger C., Le façonnage des élites de la République : culture générale et haute fonction publique, Paris, Presses de Science Po, 2008.

Strauss A. L., Miroirs et masques : une introduction à l’interactionnisme, Paris, Métailié, 1992.

Sigles

CSEM : cours supérieur d’état-major

DEM : diplôme d’état-major

ESM Saint-Cyr : école supérieure militaire de Saint-Cyr

Notes

1 La première partie de carrière d’un officier (du grade de sous-lieutenant au grade de capitaine) dure en moyenne 7 ans (durant lesquels les officiers peuvent être détachés, pour quelques mois, de leur régiment dans le cadre de leur formation en école d’application ou de divers stages qualifiants). À l’issue de cette période où les officiers commandent successivement un peloton (3 ans en moyenne) et une compagnie (2 ans), ils sont orientés dans des postes de rédacteurs en état-major ou dans les grandes administrations centrales.

2 Résultats calculés sur la population des officiers de carrière, d’après l’annuaire des officiers d’active de l’armée de terre en 2007. (Source : ministère de la Défense, direction du personnel militaire de l’armée de terre, Annuaire des officiers d’active de l’armée de terre. Corps des officiers des armes, situation à la date du 23 avril 2007.)

3 Je laisse de côté ici, par manque de place, les profils de recrutement des officiers assimilés saint-cyriens ou assimilés EMIA dans leur gestion de carrière : ce sont essentiellement des anciens officiers du contingent, intégrés au corps des officiers d’active du fait de leurs diplômes universitaires (ces officiers représentaient 12 % des officiers du corps en 2007). Je ne parlerai pas non plus des officiers sous contrat qui servent l’institution pour une durée limitée. Il s’agit le plus souvent d’étudiants trouvant sous le statut d’officier une première expérience professionnelle ou de candidats recalés au concours de Saint-Cyr espérant bénéficier des rares mesures d’intégration autorisant certains officiers sous contrat à obtenir le statut d’officier de carrière.

4 C’est ainsi que l’on appelle l’officier supérieur en charge du commandement d’un régiment.

5 Le colonel Kempf est un officier supérieur saint-cyrien, breveté de l’École supérieure de Guerre. Il a publié de nombreux articles de stratégie. En 2010, il réunit dans un ouvrage quelques-unes des lettres qu’il adressait tous les mois aux officiers subalternes du régiment qu’il commandait. Il y abordait de nombreux aspects du commandement (notation, punition, préparation aux opérations, etc.) et se proposait de guider les jeunes officiers dans leur fonction de chef.

6 En 1975, la création du corps des officiers des armes (COA) a mis un terme aux dispositifs statutaires qui maintenaient les officiers issus du rang, n’ayant pas fréquenté les écoles militaires, sous un statut différent de celui des officiers issus des écoles de Saint-Cyr ou de l’EMIA. Avant 1975, les sous-officiers promus officiers « au choix » intégraient un corps spécifique (le corps des officiers techniciens) en souscrivant un contrat d’engagement temporaire qui leur faisait perdre leur statut de militaire de carrière une fois qu’ils endossaient l’épaulette. À compter de 1975, les officiers issus du rang intégrant le corps des officiers sans passer par le concours de l’EMIA gardent leur statut d’officier de carrière et ne se distinguent pas par l’appartenance à un corps différent de celui des officiers issus des écoles.

7 Seuls les officiers issus du rang, c’est-à-dire les officiers ayant intégré le corps sans passer par une école d’officiers, sont exclus de la formation. L’institution impose en effet la possession d’un diplôme de niveau bac + 2 pour intégrer l’école. De fait, les officiers issus du rang (le plus souvent, au mieux, titulaires du baccalauréat) s’engagent dans leurs fonctions d’officier rédacteur sans bénéficier de la formation délivrée à l’école d’état-major.

8 Documentation interne à l’école d’état-major présentant le stage du diplôme d’état-major aux capitaines de la future promotion (document en possession de l’auteur).

9 Les officiers doivent assimiler un volume conséquent de connaissances interarmes. Ces éléments sont tous regroupés dans la « brique », le document de travail des stagiaires qui compte près de 550 pages.

10 Le texte en italique, figurant entre guillemets, reprend des expressions relevées par le professeur dans les copies des stagiaires. Le texte figurant entre guillemets reprend les propos du professeur, à l’oral, lors de la séance de correction.

11 71 % des officiers admis au Cours supérieur d’état-major (une des filières de l’enseignement militaire supérieur) étaient saint-cyriens. 27 % seulement des lauréats étaient issus des recrutements semi-directs, alors même que la part des candidats EMIA et saint-cyriens est globalement similaire. Les saint-cyriens enregistrent un taux de réussite largement supérieur à la moyenne (46,2 % contre 30 % pour l’ensemble des candidats). (Source : moyenne calculée d’après les rapports du président du jury 2006-2008.)

12 Les officiers des armes de mêlée ont un taux de réussite légèrement supérieur à 50 %. Les officiers servant dans des armes de soutien ou d’appui ont un taux de réussite de seulement 30 %. (Source : moyenne calculée d’après les rapports du président du jury 2006-2008.)

13 Les épreuves de l’enseignement militaire supérieur sanctionnent en effet avant tout des dispositions scolaires, tout comme la scolarité à Saint-Cyr, de plus en plus tournée vers la transmission et l’évaluation de compétences académiques (Augé, 2008 ; Oger, 2008).

14 « L’école de Guerre » désigne, dans le langage courant, le deuxième degré de l’enseignement militaire supérieur. Les officiers diplômés de l’école de Guerre sont dits « brevetés » car ils sont titulaires d’un brevet d’enseignement militaire supérieur.

15 Les concours de l’enseignement militaire supérieur proposent plusieurs options aux candidats. La filière classique (d’orientation tactique – qui débouche sur une formation à l’École militaire de Paris, le Cours supérieur d’état-major) côtoie une filière « universitaire » (l’EMSST – Enseignement militaire supérieur scientifique et technique) où les officiers sont évalués en sciences, langues ou sciences humaines et sociales. En cas de réussite à ces concours « universitaires », les officiers sont appelés à suivre des formations diplômantes de niveau master dans des établissements d’enseignement supérieur civils (Institut d’études politiques de Paris, Institut national des langues et cultures orientales, universités, École supérieure de commerce de Paris, École nationale des ponts et chaussées…).

16 Un ancien officier stagiaire saint-cyrien de l’école d’état-major a récemment consacré un ouvrage humoristique aux expressions fleuries des régiments. Cet officier rédacteur, que j’avais rencontré à l’école d’état-major avant qu’il ne devienne « écrivain », m’avait longuement parlé de la façon dont, depuis son passage en état-major, il s’efforçait d’introduire des éléments d’écriture plus littéraires dans ses productions courantes (message, notes de service) afin de rendre compte, « avec subtilité et émotion », du cœur du métier militaire (Coton, 2007).

17 Cadre de raisonnement tactique et d’élaboration des ordres, dont la méthode est enseignée à l’école d’état-major.

18 Pour une illustration des préoccupations qu’une affectation en état-major peut susciter chez un officier issu du rang, voir l’encadré 4. Un capitaine y relate les péripéties informatiques et orthographiques qu’occasionne sa prise de fonction dans un emploi d’officier rédacteur dans un état-major en Afghanistan.

19 Source : questionnaire distribué aux officiers du Xe RIMa, 2004 (n = 45).

20 L’origine de recrutement n’apparaît pas sur les uniformes. Seuls le grade, l’arme d’appartenance, les décorations et certaines qualifications techniques figurent sur les tenues militaires.

21 La centralité des concours internes dans l’accès aux grades d’officiers supérieurs et généraux entretient le mythe d’une méritocratie accomplie alors même que l’étude des conditions d’avancement au sein des corps de grade atteste des nombreux privilèges dont jouissent les saint-cyriens : affectation dans des emplois ou des unités où ils sont plus susceptibles de se distinguer dans la pratique du commandement, affectation prioritaire en opérations extérieures, meilleure notation (Cailletreau, 1994).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540