Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les paradoxes de l'écriture

 | 
Christel Coton
, 
Laurence Proteau

Introduction : La division sociale du travail d’écriture

Christel Coton et Laurence Proteau

Texte intégral

1On le sait, l’écriture balise notre existence. D’avant la naissance jusqu’après la mort, elle certifie des identités, valide des positions, garantit des droits et des propriétés, distribue des honneurs et des déshonneurs. Que l’écriture structure notre organisation mentale, sociale et politique ne fait désormais aucun doute (Chartier, 1999 ; Goody, 1979, 2007). La raison graphique est bien plus qu’une simple technique de communication, c’est avant tout un système cognitif et sociopolitique ; un dispositif de savoir-pouvoir et un mode de gouvernement (Artières, 1998 ; Foucault, 1971). Que les écrits organisent notre quotidien et en gardent traces dans des dossiers, des fichiers, des archives n’est plus à démontrer (About et Denis, 2010 ; Béliard et Biland, 2008 ; Dardy, 1998 ; Noiriel, 2007). La multiplication et la prolifération des dossiers, des circulaires, des notes de services et plus largement de tous ces écrits administratifs –qui ont partie liée avec l’émergence de l’État moderne et la croissance du système bureaucratique (Bourdieu, 1994)– ont pour vocation d’accompagner, de certifier et d’encadrer la pratique des agents de l’État.

2L’écriture est bien au fondement de l’État et ce dernier s’incarne en chacun de nous lorsque l’on écrit ou lorsque l’on est écrit par les institutions.

3Les travaux présentés ici s’inscrivent dans la continuité de ceux engagés depuis maintenant plusieurs décennies sur les pratiques d’écriture en milieu professionnel (Borzeix et Fraenkel, 2001b ; Gardey, 2008 ; Fraenkel, Pontille, Collard et Deharo, 2010). Les sociologues et anthropologues qui participent à cet ouvrage explorent cependant des dimensions jusque-là relativement tenues à distance dans ce domaine d’étude.

4Tout d’abord, leurs contributions soulignent combien le travail d’encadrement que réalisent l’armée, la police, la justice, la prison, le travail social et la médecine, repose en grande partie sur la production de nombreux écrits administratifs, tels que des circulaires, des notes de service, des plaintes, des jugements, des réquisitions, des dossiers, des ordonnances, etc. Dans ces institutions de mise en ordre du monde social qui gèrent, contrôlent et prennent en charge des hommes et des femmes, les dispositifs d’écriture sont tout aussi prégnants que dans des instances a priori plus explicitement définies par la formalisation, telles que la comptabilité nationale ou encore l’état civil.

5Ensuite, si aucun auteur n’a l’écriture professionnelle comme axe principal de recherche, chacun a pu noter à quel point une réflexion sur les écrits était pertinente pour comprendre le travail institutionnel. Tous ont ainsi observé les pratiques d’écriture et leur distribution pour rendre compte avant tout des usages professionnels parfois ambigus de cette ressource inégalement partagée et valorisée. Dans tous les cas, le capital scriptural occupe une place de choix dans la division du travail et sa maîtrise contribue à la mobilité professionnelle.

6Les auteurs ont ainsi saisi l’écriture comme un rapport social inégal et comme une structure élémentaire des pratiques professionnelles dont ils restituent les ambiguïtés : forme de savoir dans un espace donné et parfois sur des populations particulières, elle autorise des prises de pouvoir sur l’un et l’autre ; condition de l’accès aux droits, elle entraîne aussi de multiples complexifications bureaucratiques ; outil du témoignage et du dévoilement, elle contribue également aux lissages de la « réalité » observée par la standardisation.

7Par-delà la diversité des terrains mobilisés ici, les pratiques d’écritures rendent partout compte des tensions, des hiérarchies et plus largement de la division du travail structurant ces univers. On voit alors combien le travail institutionnel d’écriture engage des positions et des identités professionnelles, mais aussi des stratégies de placement et des luttes de classement.

Ambiguïté de l’écrit

  • 1 Si l’on exclut les codes, normes, règles explicites et implicites qui en réalité l’ordonnent.
  • 2 Nous ne considérerons ici ni les écrits adressés par les administrés aux institutions, ni les écri (...)

8Contrairement à l’écriture privée (journal intime, correspondance, etc.) qui a les apparences de la liberté de ton et de style1, l’écriture administrative se distingue a priori par sa forte dimension contraignante. La documentation d’état-major construite par les militaires, les procès-verbaux et les plaintes rédigés par les policiers, les formulaires ou les écrits encadrant telle ou telle procédure judiciaire ou pénitentiaire, les différentes pièces constituant les dossiers des usagers des services sociaux, les prescriptions médicales, etc., sont strictement encadrés et réglementés par l’institution dont ils relèvent et dont ils incarnent l’activité propre : ils doivent être autorisés et contrôlés par l’État2. Ceux qui ont obtenu délégation d’écrire en son nom, qu’ils soient fonctionnaires ou professions libérales (huissiers, notaires, médecins, etc.), sont tenus par des procédures et des codifications en échange du pouvoir et de l’autorité dont ils sont investis. Écriture sous contrainte, l’écriture administrative attise ainsi les critiques et les railleries qui dénoncent les lourdeurs des procédures bureaucratiques.

9Nombreux sont les professionnels prompts à dévaloriser cet aspect de leur métier, avec lequel ils disent pourtant devoir composer pour mener à bien leurs missions. Ils parlent rarement de la part écrite de leurs activités professionnelles ; ils sont plus volontiers disposés à décrire ce qui « bouge » dans leur métier. Les tâches bureaucratiques et leur cortège d’écritures disparaissent souvent des récits de travail ou bien sont évoqués strictement sur le mode de la charge indue. Tout se passe comme si l’écrit était la part d’ombre du travail, l’aspect honteux de la fonction dont on ne fait pas état, parce que cela risquerait de dévaluer sa position en la renvoyant à l’image grise et dominée du commis aux écritures. Mais, en réalité, dans ces univers professionnels le plus souvent tournés vers la valorisation de l’oral et de l’action, le rapport à l’écrit est complexe et ambigu. En effet, l’écriture administrative est tout à la fois source de discrédit symbolique et condition de la mobilité professionnelle. Cette tension action/rédaction ouvre des pistes de réflexion sur les processus de domination et de distinction, dont l’écrit est une forme privilégiée d’expression.

10Cette configuration contradictoire est particulièrement visible dans les institutions militaires et policières. Dans l’une et l’autre, ce qui est valorisé, c’est avant tout le fait de s’engager sur le terrain et de briller dans l’action. Pourtant, la maîtrise de la plume et de la procédure est aussi une condition nécessaire à toute forme d’ascension dans les grades et les corps de métiers. Pour espérer s’élever dans leurs institutions, les officiers de l’armée de terre et les gardiens de la paix, étudiés respectivement par Christel Coton et Laurence Proteau, doivent nécessairement abandonner l’action pour endosser la posture du scribe affecté au bureau et au stylo. Ces deux contributions objectivent les coûts que représente pour les agents subalternes des institutions d’ordre la maîtrise progressive et incertaine de l’écriture administrative. Ces professionnels disposent en effet de ressources inégales (sociales, scolaires, professionnelles) pour faire face à l’ambiguïté de la figure du scribe, à la fois stigmatisé comme scribouillard et renvoyé au pôle féminin du métier.

Standardisation de l’écrit

11Les professionnels de la mise en ordre des populations et des corps manipulent et produisent des écrits –circulaires, procès-verbaux, dossiers, notes de service, ordonnances, documents de travail ou écrits juridiques– qui encadrent et réglementent leurs pratiques et, de plus en plus, participent également à leur contrôle. La « modernisation » des services de l’État, la montée en puissance de la logique managériale et le procès de rationalisation du travail ont contribué à la multiplication de dispositifs d’évaluation toujours plus codifiés. L’écrit d’inspiration gestionnaire participe d’un double mouvement qui se renforce : d’une part, le contrôle des activités des agents qui écrivent et, d’autre part, l’encadrement des populations qui sont écrites. Les dossiers s’étoffent encore et cette injonction à la « traçabilité » a un coût sur les pratiques professionnelles puisqu’elle accroît le temps d’enregistrement, réduit l’autonomie scripturale des agents ainsi que la richesse de leurs écrits : les formulaires et les masques informatiques encadrent la plume des fonctionnaires.

12Qu’il s’agisse des gardiens de la paix étudiés par Élodie Lemaire, des greffières observées par Sabrina Nouiri-Mangold, ou des magistrats décrits par Christian Mouhanna, la grande majorité des professionnels sont de plus en plus confrontés à des écrits bureaucratiques standardisés et parfois réduits à leur plus simple expression. L’irruption du management dans l’univers judiciaire a bouleversé les pratiques professionnelles de ses membres. Les greffières apparaissent particulièrement touchées par la standardisation et l’informatisation de leur profession. La nouvelle division du travail consécutive à cette simplification des procédures leur a confié des tâches d’écriture qui étaient auparavant l’apanage des juges. Cependant, ces écrits, en raison de leur extrême standardisation, perdent de leur valeur et cantonnent toujours les greffières dans une position mineure. Les magistrats, eux non plus, ne sont pas épargnés par ce mouvement. Soumis à des contraintes de productivité, ils voient le temps consacré à l’analyse et à la rédaction se réduire au profit d’une gestion en flux tendus. Certains d’entre eux, le plus souvent les nouveaux entrants, trouvent un intérêt aux injonctions managériales. Ils délaissent alors la belle plume au profit d’une organisation du travail où la rapidité de leur décision devient centrale. La montée en puissance de cette logique gestionnaire s’observe également dans l’institution policière. La restitution de la trajectoire des plaintes dans un commissariat montre comment un document essentiel à l’enquête devient un outil de gestion visant à contrôler le travail et à réduire la marge d’autonomie des policiers.

13Si tous les professionnels, qu’ils exercent en bas de la hiérarchie ou à son sommet, sont de plus en plus confrontés à la standardisation de leurs productions écrites et aux injonctions de la culture du résultat, ils ont su néanmoins conserver ou inventer des marges de manœuvre. Certains policiers parviennent à élaborer des stratégies pour contourner ces contraintes et défendre une certaine idée de leur métier, pendant que les greffières tentent de réenchanter leur position professionnelle en s’écartant de la figure de simple scribe.

Écrit sous contrainte du droit

14Si, dans certains cas, la « rationnalisation » du travail administratif s’accompagne d’un appauvrissement des écrits, elle peut aussi les densifier et les complexifier. La « modernisation » des services de l’État se manifeste alors surtout par l’inflation des dispositifs d’évaluation que les institutions sont sommées de mettre en œuvre. Ces procédures qui s’appuient sur l’écriture sont présentées comme des garanties de transparence et de respect des droits des administrés. Que ce soit dans l’institution pénitentiaire ou dans le travail social, les professionnels ont affaire à des dispositifs d’écriture en transformation : d’écrits restreints aux nécessités de la gestion ordinaire des populations –qui n’étaient que très rarement diffusés–, ils deviennent quasi-publics. Ils s’inscrivent maintenant dans un mode de gouvernement où la traçabilité des populations et le contrôle des agents s’imposent au nom de la démocratisation de l’accès au droit.

15C’est le cas des écrits des surveillants pénitentiaires, étudiés par Gaëtan Cliquennois, soumis aux exigences d’une hiérarchie obligée de rendre des comptes et d’aligner les règles carcérales sur le droit. Les surveillants –auparavant seuls dépositaires d’un sens pratique institutionnel les autorisant à « juger » et « évaluer » les détenus– sont désormais contraints de formaliser leurs observations pour légitimer les décisions prises par leur hiérarchie. Ce qui relevait jusqu’alors de leur seule « intuition » s’inscrit dorénavant dans des contraintes scripturales fortes, placées sous le regard évaluateur de leurs supérieurs. Élodie Janicaud et Camille Lancelevée analysent, elles, la mise en pratique des nouvelles injonctions relatives à l’accès au droit à la santé et au droit à la famille en détention qui entraîne la multiplication des dossiers. Les écrits supplémentaires sur les détenus ne permettent pas pour autant de généraliser ces droits. En revanche, et malgré la formalisation des procédures, l’inflation de connaissances institutionnelles sur la population carcérale favorise un contrôle accru. Il en va de même dans les institutions sociales. Si les travailleurs sociaux étudiés par Coline Cardi et Fabien Deshayes doivent dorénavant rendre compte aux usagers des écrits les concernant, en réalité cette relative publicisation n’est pas fidèle au projet initial qui avait pour ambition la « démocratisation » de l’action sociale. Le point de vue reste moral puisque ce droit de regard octroyé aux populations sur leur dossier s’accompagne d’une injonction à se « responsabiliser » et à remettre en question leurs méthodes éducatives. Parallèlement, cette exigence d’accès au droit oblige les professionnels à surveiller plus encore leurs écrits, placés sous le double contrôle des usagers et de l’institution.

Force de l’écrit

16Si les écrits de ces professionnels sont encadrés, les petites mains de l’État ne sont pas pour autant des scribes dociles, strictement enfermés dans les prescriptions organisant leurs pratiques d’écriture. Le quotidien bureaucratique ne se réduit pas à ses dimensions les plus évidentes, comme la production d’information, de mémoire et de réglementation. Au contraire, les usages de l’écriture sont multiples et permettent, par exemple, la réalisation de stratégies de placement et de domination le plus souvent occultées par l’analyse interne du contenu des documents. De nombreux travaux consacrés aux pratiques professionnelles des agents de différentes administrations ont, en effet, montré combien les processus d’écriture (et donc la fabrique des écrits les plus réglementés) pouvaient être traversés par des logiques extérieures à celles inscrites dans les directives officielles (Laurens, 2008 ; Markel et Minna Stern, 1999 – cité par Laurens, 2008 ; Spire, 2008).

17Sur ce point, la contribution de Léonore Le Caisne est particulièrement éclairante. L’auteur y rend compte de la façon dont les professionnels utilisent et manipulent certains de leurs écrits en vue d’asseoir une position. La réquisition de mandat de dépôt est constituée, dans ce cas, comme un support de luttes de placement entre procureurs et juges des enfants. On voit ainsi combien l’indigence scripturale de certains écrits juridiques très standardisés permet de soutenir des luttes entre agents d’une même institution. Claude Thiaudière, lui, questionne les usages ordinaires d’un écrit médical –l’ordonnance– en privilégiant le point de vue des médecins. Elle est à la fois un système d’imposition –c’est-à-dire un attribut d’autorité légitimant des prescriptions morales autant que médicales– et un dispositif de justification, puisque le droit de rédiger une ordonnance occupe une place centrale dans l’identité professionnelle du médecin. Dans un autre registre, en s’intéressant aux pratiques d’écriture et aux modalités de rédaction des rapports sur l’état des prisons du Comité de prévention de la torture et autres traitements inhumains (CPT), Benjamin Pécoud observe les luttes et les investissements distincts dont font l’objet les écrits de cette instance. La mise en forme collective des rapports, prise en charge par les membres du secrétariat, n’a plus grand-chose à voir avec les écrits individuels des experts visiteurs, ce qui redéfinit les rapports de pouvoir au sein du Comité.

18L’écriture est une ressource que les agents utilisent pour traiter les populations qui relèvent de leur juridiction. Ils la mobilisent également comme un capital dans les stratégies de distinctions professionnelles. L’écrit classe donc autant ceux qui écrivent que ceux qui sont écrits. Lorsqu’il investit de plus en plus le travail au quotidien et lorsque les exigences quant à ses formes sont de plus en plus rigoureuses, l’organisation du travail se modifie, le temps consacré aux divers aspects de l’activité professionnelle se recompose, les opportunités de briller se redistribuent et l’espace des positions se transforme.

19Les recherches présentées ici observent les multiples investissements dont un écrit bureaucratique peut faire l’objet.

Bibliographie

Bibliographie

About I. et Denis V., Histoire de l’identification des personnes, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2010.

Artières P., Clinique de l’écriture. Une histoire du regard médical sur l’écriture, Paris, Éditions Synthélabo, coll. « Des empêcheurs de penser en rond », 1998.

Béliard A. et Biland E., « Enquêter à partir de dossiers personnels. Une ethnographie des relations entre institutions et individus », Genèses, no 70, 2008, p. 106-119.

Bourdieu P., Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982.

Boutet J., « Écrits au travail », in Fraenkel B. (dir.), Illettrismes. Variations historiques et anthropologiques, Paris, BPI-Centre Georges Pompidou, 1993, p. 253-266.

Chartier R., « Les pratiques de l’écrit », in Ariès P. et Duby G. (dir.), Histoire de la vie privée, vol. 3 : De la Renaissance aux Lumières, Paris, Le Seuil, 1999, p. 109-157.

Dardy C., Identités de papiers, Paris, Lieu commun, 1991.

Dewerpe A., « Écrire en usinant (XIXe-XXe siècles) », Langage et travail, no 6, 1993, p. 3-7.

Fabre D. (dir.), Écritures ordinaires, Paris, Éditions P.O.L./Centre Georges Pompidou, 1993

Fabre D. (dir.), Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, Éditions MSH, 1997.

Farcy J.-C., Kalifa D. et Luc J.-N. (dir.), L’enquête judiciaire en Europe au XIXe siècle, Paris, Créaphis, 2007.

Foucault M., L’ordre du discours, Paris, Gallimard, 1971.

Fraenkel B., La signature. Genèse d’un signe, Paris, Gallimard, 1992.

Fraenkel B. (dir.), Illettrismes. Variations historiques et anthropologiques, Paris, BPI-Centre Georges Pompidou, 1993.

Fraenkel B., « La traçabilité, une fonction caractéristique des écrits au travail », Connexions, no 1, 1995, p. 63-75.

Fraenkel B., « Enquêter sur les écrits dans l’organisation », inBorzeix A. et Fraenkel B. (dir.), Langage et travail. Communication, cognition, action, Paris, CNRS Éditions, 2001a, p. 231-261.

Fraenkel B., « L’irrésistible ascension de l’écrit au travail », inBorzeix A. et Fraenkel B. (dir.), Langage et travail. Communication, cognition, action, Paris, CNRS Éditions, 2001b, p. 113-142.

Fraenkel B., « Le moment de la signature dans le travail de l’huissier de Justice : une performativité située », in Bidet A., Borzeix A., Pillon T., Rot G. et Vatin F., Sociologie du travail et activité, Toulouse, Octarès Éditions, 2006, p. 101-112.

Fraenkel B., Pontille D., Collard D. et Deharo G., Le travail des huissiers. Transformations d’un métier de l’écrit, Toulouse, Octarès Éditions, 2010.

Gardey D., Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines (1800-1940), Paris, La Découverte, 2008.

Goody J., La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

Goody J., La logique de l’écriture : aux origines des sociétés humaines, Paris, Armand Colin, 1986.

Goody J., Entre l’oralité et l’écriture, Paris, PUF, 1994.

Goody J., Pouvoirs et savoirs de l’écrit, Paris, La Dispute, 2007.

Grosjean M. et Lacoste M., « L’oral et l’écrit dans les communications de travail ou les illusions du “tout écrit” », Sociologie du travail, no 4, 1998, p. 439-461.

Laé J.-F., Les nuits de la main courante. Écritures au travail, Paris, Stock, 2008.

Laurens S., « Les agents de l’État face à leur propre pouvoir. Éléments pour une microanalyse des mots griffonnés en marge des décisions officielles », Genèses, no 72, 2008, p. 26-41.

Noiriel G. (dir.), L’identification des personnes. Genèse d’un travail d’État, Paris, Belin, 2007.

Serre D., « Une écriture sous surveillance : les assistantes sociales et la rédaction du signalement d’enfant en danger », Langage et société, no 126, 2008, p. 39-56.

Spire A., Accueillir ou reconduire. Enquête sur les guichets de l’immigration, Paris, Raisons d’agir, 2008.

Weber F., « La lettre et les lettres : codes graphiques, compétences sociales. Des outils pour l’analyse des écritures ordinaires », Genèses, no 18, 1995, p. 152-165.

Notes

1 Si l’on exclut les codes, normes, règles explicites et implicites qui en réalité l’ordonnent.

2 Nous ne considérerons ici ni les écrits adressés par les administrés aux institutions, ni les écrits domestiques informels, ni les correspondances privées, parce qu’ils ne sont pas produits par des professionnels dans le cadre de leurs missions.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540