Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étrangers dans la cité romaine

 | 
Rita Compatangelo-Soussignan
, 
Christian-Georges Schwentzel

Deuxième partie. La physionomie des communautés étrangères en Occident et leurs cultes

La présence des Nabatéens en Italie (ier siècle av.-iie siècle apr. J.-C.)

Christian-Georges Schwentzel

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Les documents épigraphiques relatifs à la présence nabatéenne en Méditerranée ont été recensés par (...)

1La présence des Nabatéens en Italie est attestée par plusieurs documents épigraphiques ainsi que par quelques monuments découverts à Pouzzoles : des autels et des objets de culte, des sculptures1. Cette présence s’est sans doute développée à la fin du iie s. av. J.-C., ou au début du ier siècle av. J.-C., avant de s’effacer, probablement au iie siècle apr. J.-C. En tout cas, les documents épigraphiques mentionnant la présence de Nabatéens en Italie sont datés des règnes de Malichos Ier (58-30 av. J.-C.) à Arétas IV (9 av. J.-C.-40 apr. J.-C.).

2Les Nabatéens sont des Arabes originaires du sud de la Syrie et du nord de l’Arabie, c’est-à-dire de régions du Proche-Orient sans contact immédiat avec la Méditerranée ; ils n’ont possédé qu’occasionnellement un débouché maritime à Gaza. En cela, ils s’opposent aux Phéniciens dont les cités, qui se trouvent en bordure de mer, avaient déjà derrière elles, à l’époque hellénistique, une longue tradition des échanges avec l’Occident. Ce n’est qu’à la fin de la période hellénistique et dans l’empire romain que les Nabatéens se décident à prendre la mer et à s’expatrier.

3Nous nous demanderons, à travers l’étude des sources à notre disposition, quelles furent les raisons de ces déplacements ? Les motivations furent-elles seulement commerciales ? S’agissait-il de séjours de plus ou moins longue durée ou d’émigration définitive et d’installation de communautés orientales en Italie ?

4Deux sites italiens sont concernés par la présence nabatéenne : Rome et Pouzzoles.

Les Nabatéens à Rome

Une ambassade envoyée par Arétas IV

  • 2 Datation proposée par A. Degrassi en raison de la forme des lettres ; voir Degrassi, 1954, p. 3437 (...)

5Trois inscriptions nabatéennes ont été découvertes dans la capitale de l’empire romain. La première, rédigée en grec et en latin, évoque une ambassade envoyée à Rome pour des raisons politiques, sans doute par le roi Arétas IV (9 av. J.-C.-40 apr. J.-C.2). En voici la traduction d’après l’éditeur A. Degrassi :

« … Rabibel… fils de Thaemoobdathalli les envoyés… le roi… le roi des Nabatéens… Rabeibélos… fils de Thaimoobdathallos, les envoyés… ».

6Bien qu’elle soit très fragmentaire, on voit que cette inscription ne se réfère à aucune communauté nabatéenne présente à Rome. Il ne s’agit ici que de l’évocation d’une ambassade au séjour forcément temporaire. L’usage des deux langues alors couramment employées dans le Bassin méditerranéen, le grec et le latin, s’explique par ces raisons diplomatiques.

Dédicace à Doushara

  • 3 Voir Amadasi-Guzzo, 1988, p. 67-68 ; Roche, 1996, p. 90.

7Le second document, également très fragmentaire, était rédigé en latin et en nabatéen ; on le devine aux deux lettres latines encore visibles. Il a été découvert à Rome près du sanctuaire de Cybèle sur le Palatin. Il s’agit d’une dédicace au grand dieu nabatéen Doushara ou Dusarès sous sa forme latine3 :

« … (Malik) ô le roi… (pour Doushar) â le dieu au (mois)… ».

  • 4 Amadasi-Guzzo, 1988, p. 67.

8Cette inscription pourrait bien attester la présence de Nabatéens à Rome rendant un culte à leur dieu et affichant leur fidélité au roi de Nabatène, sans doute ici Malichos Ier (roi de 58 à 30 av. J.-C.) d’après M. G. Amadasi-Guzzo4.

La stèle funéraire d’Abdarétas : nefesh et dieux Mânes

  • 5 Roche, 1996, p. 93-94.

9La troisième inscription romaine à notre disposition est également écrite en latin et en nabatéen (cis II, 159). Il s’agit d’une dédicace funéraire découverte près du Tibre et datée de la seconde moitié du ier siècle av. J.-C.5. Le fait qu’un monument funéraire nabatéen ait pu être érigé à Rome ne laisse aucun doute sur la présence durable de ressortissants nabatéens dans la capitale impériale. En voici le texte, suivi de sa traduction :

  • DIIS MAN
  • ABGARVS.EV
  • TYCHI.F.PETRAE
  • VS ABDARETAE
  • COGNATO SVO
  • ESTECHI.F.VIXIT
  • AN.XXX.B.M.
  • DNH NFŠ ‘BDHRTT

« Aux dieux Mânes. Abgarus, fils d’Eutychès de Pétra, à son parent Abdarétas fils d’Estéchès. Il a vécu 30 ans. Il a bien mérité. Ceci est la nefesh d’Abdarétas. »

10On remarque que seule une ligne est en nabatéen, la dernière, alors que les sept premières sont écrites en latin. DIIS MAN (ibus) (« Aux dieux Mânes ») est l’expression latine consacrée pour les stèles funéraires. Abdarétas, le Nabatéen installé et décédé à Rome, adopte donc pour son monument funéraire une présentation typiquement latine ; cela suppose une relative « latinisation » ou « romanisation » du personnage et de son entourage. L’usage de la langue latine répond également au souci d’être compris par les Romains. Néanmoins, la dernière ligne en nabatéen donne le nom du monument funéraire : nefesh. C’est le mot couramment utilisé en Nabatène, dans les inscriptions, pour désigner des stèles funéraires généralement exécutées sous la forme d’aiguilles de pierre. Il s’agit de monuments traditionnels du monde sémitique. La nefesh représente symboliquement la présence du défunt ; c’est une matérialisation symbolique de l’âme. D’ailleurs, elle n’est pas obligatoirement placée sur le tombeau mais peut simplement avoir une fonction de commémoration. On a donc ici la preuve de l’existence d’un monument funéraire nabatéen à Rome, mais pas forcément d’un tombeau ; il pouvait s’agir d’un cénotaphe commémoratif, le corps ayant été rapatrié en Nabatène. Ce qui est certain en tout cas, c’est qu’Abdarétas évoluait entre deux cultures ; sa nefesh avec son inscription latine dédiée « aux dieux Mânes » peut être considérée comme un monument syncrétique « nabatéo-latin ».

Les Nabatéens à Pouzzoles

La réfection d’un sanctuaire par Aly l’orfèvre (50 av. J.-C.)

  • 6 Lacerenza, 1988-1989, p. 123-125 ; Roche, 1996, p. 86-87.

11C’est de Pouzzoles, porte d’entrée de l’Italie avant qu’Ostie ne remplisse cette fonction, que provient l’une des plus longues inscriptions nabatéennes (cis II, 1586). En voici la traduction d’après G. Lacerenza :

« Ceci est le sanctuaire offert par Aly l’orfèvre (fils d’) Abd, fils de… et… Merty qui est appelé Zabdat… et l’autel (qu’a agrandi) Saydou, fils d’Abd, en payant sur ses biens, pour la vie d’Arétas le roi et de Huldu sa sœur, la reine des Nabatéens, et de leurs enfants, au mois d’Ab, en l’an… après le temps de la construction du sanctuaire précédent qu’a fait Benhubal, fils de Ben… (en l’an) 8 de Malichos, roi des Nabatéens, ils ont déposé à l’intérieur ce sanctuaire… »

12Bien qu’il s’agisse encore une fois d’un document extrêmement fragmentaire et dont la compréhension n’est pas toujours aisée, on n’en découvre pas moins la présence d’un sanctuaire nabatéen à Pouzzoles qui fit l’objet d’une restauration ou d’un agrandissement par un certain Aly l’orfèvre. Le terme employé (Mahramah ou Mahramata, forme emphatique) désigne traditionnellement l’espace sacré en tant que lieu interdit au profane. On a là un terme du vocabulaire cultuel sémitique traditionnel.

Consécration de deux chameaux à Doushara (11 apr. J-C.)

13Une seconde inscription évoque la consécration de deux chameaux au grand dieu nabatéen Doushara (cis II, 157) :

  • 7 Roche, 1996, p. 87-88.

« Voici les deux chameaux qu’ont offerts Zaydou et Abdalga, fils de Taimu, à Doushara qui est… fils de Hanaw… an 20 d’A(rétas roi des Nabatéens)7. »

  • 8 Parr, 1990, p. 77-86.

14Les deux chameaux ne sont pas ici des bêtes réelles, mais des statuettes offertes en ex-voto à la divinité en remplacement des animaux. Des chameaux étaient selon toute vraisemblance sacrifiés en l’honneur de Doushara à Pétra, en particulier dans le haut-lieu du Jebel al-Madbah. On a également retrouvé à Pétra des représentations de cet animal sous la forme de petites figurines en terre cuite. Une sculpture rupestre représentant un chameau est également visible au débouché du Siq, la gorge étroite qui mène au centre de la ville basse8.

15Notre inscription évoque donc une offrande typiquement nabatéenne ; elle montre la fidélité des expatriés à leurs traditions d’origine.

Les objets du culte de Doushara-Dusarès

16L’inscription latine DVSARI SACRVM (« sanctifié pour Dusarès ») est visible sur plusieurs objets de cultes en pierre découverts à Pouzzoles : deux autels, trois bases à bétyles et deux plaques votives.

  • 9 Sartre, 1985, p. 93.
  • 10 Meyboom, 1978, p. 782-790.

17Les autels, de forme quadrangulaire reposant sur une base moulurée, ne présentent aucune originalité ; ils appartiennent à un type commun dans le monde méditerranéen hellénistique et romain. Par contre, les bases à bétyles constituent une caractéristique des cultes sémitiques traditionnels tels qu’on les rencontre en Nabatène, mais aussi en Phénicie et en Syrie. La base elle-même est appelée motab, terme qu’on traduit par « siège » ou « trône ». La forme des bases nabatéennes de Pouzzoles est quadrangulaire avec une base et une corniche également moulurées. Au sommet, des mortaises permettaient de fixer et de dresser des bétyles ou stèles (appelées nesiba en nabatéen) qui ont pour fonction de représenter symboliquement la présence de la divinité. Deux des trois motab de Pouzzoles présentent trois mortaises : trois bétyles s’y dressaient, représentant peut-être une triade divine (Doushara et deux parèdres féminines : les déesses Al-Uzza et Allath9 ?). La troisième base servait de support à sept stèles bétyliques dont quatre ont été retrouvées. Les sept stèles peuvent représenter Doushara accompagné de six divinités ; à moins qu’elles symbolisent sept clans, sept familles nabatéennes adoratrices du dieu10. On aurait ainsi une multiplication de la représentation symbolique de la même divinité.

18Quelle que soit l’interprétation retenue, on remarque que les Nabatéens de Pouzzoles restent fidèles au grand dieu de Pétra et de la monarchie nabatéenne. Ils ont importé en Italie le culte des bétyles, c’est-à-dire l’un des aspects les plus caractéristiques de leur religion.

19On remarque également que les inscriptions sont toujours en latin. Il est donc probable qu’elles étaient destinées à la population locale. En effet, les Nabatéens n’en avaient nul besoin ; ils connaissaient parfaitement la signification de leurs objets de culte. Il était par contre nécessaire d’affirmer leur caractère sacré à l’intention des Romains et des autres populations non nabatéennes.

Le buste de Dusarès

  • 11 Glueck, 1965, p. 28 et p. 347-348 ; Tubach, 1993, p. 57-61.

20Un buste masculin, souvent interprété comme une représentation de Dusarès, a été découvert à Pouzzoles au xviiie siècle, en même temps que les deux motab et un des deux autels dédiés à Dousarès ; il se trouve aujourd’hui au Musée du Vatican11 (fig. 1). Il représente un homme barbu et moustachu, coiffé d’une couronne de feuilles de vigne et de grappes de raisins. Les cheveux et la barbe sont très longs et semblent s’écouler en direction du buste. On aperçoit deux dauphins symétriques qui émergent des vagues formées par les longs poils de la barbe. La tête tout entière d’ailleurs semble sortir de l’eau puisque d’autres vagues décorent la base du buste et même les deux côtés où devraient se situer les épaules. Quand on examine de plus près le visage du dieu, on s’aperçoit que ses sourcils sont traités comme des feuilles qu’on retrouve à la base des joues et au sommet de la poitrine. Deux cornes, aujourd’hui en partie disparues, se dressaient au sommet du crâne.

Figure 1. Le buste de Dusarès ( ?) au Musée du Vatican

Figure 1. Le buste de Dusarès ( ?) au Musée du Vatican
  • 12 Schmid, 1999, p. 290.
  • 13 Schwentzel, 2005 et Schwentzel, 2006.

21La peau du visage se confondant avec de la végétation ainsi que la présence de dauphins associés au buste est un thème présent dans la sculpture nabatéenne, notamment parmi les œuvres découvertes à Khirbet et-Tannur, sanctuaire nabatéen qui se dresse au sommet d’une montagne à une centaine de kilomètres au nord de Pétra. Doushara-Dusarès était ressenti comme un dieu de la végétation et de l’eau, qu’il s’agisse des sources ou de la mer. Par ailleurs, on sait que dans son interprétation grecque, il a été assimilé à Dionysos12. Le buste de Pouzzoles nous le montre comme un Dionysos âgé ; les cornes de taureau et la couronne de vigne sont les attributs traditionnels du dieu grec. La longue chevelure est une caractéristique commune à l’iconographie de Dusarès et des rois nabatéens, comme le montre notamment l’étude de la numismatique ; Doushara-Dusarès jouait sans doute le rôle de dieu dynastique, protecteur des souverains de Pétra13.

  • 14 Un petit buste en bronze comparable à celui de Pouzzoles, mais imberbe, provient d’Aquilée ; il es (...)

22On aurait donc affaire ici, si l’interprétation nabatéenne du buste est juste, à une œuvre syncrétique, gréco-nabatéenne ; Dusarès-Dionysos apparaît comme le dieu de la végétation et de l’eau. On peut également remarquer que le caractère marin du dieu serait particulièrement bien adapté à la situation des Nabatéens de Pouzzoles qui restaient en contact avec leur patrie grâce aux échanges maritimes14.

Le rôle économique des Nabatéens en Italie

Pharmacie et parfumerie

23Tous les documents que nous venons d’évoquer nous renseignent sur l’existence de communautés nabatéennes en Italie, mais non sur les raisons de cette présence ni sur les activités des Nabatéens à Rome et surtout à Pouzzoles.

  • 15 Strabon XVI, 4.
  • 16 Flavius Josèphe, La Guerre des Juifs, I, 30.
  • 17 Johnson, 1990, p. 235-248.

24Le rôle économique joué par les Nabatéens est connu grâce à quelques documents littéraires, notamment des passages de Strabon15. Les raisons commerciales de l’installation des Nabatéens en Italie paraissent évidentes. Comme l’écrit Strabon, ils s’étaient spécialisés dans le commerce des aromates et de l’encens. Mais ils ne se contentaient pas de revendre ces produits qu’eux-mêmes importaient du Yémen ou de l’Éthiopie, ils les travaillaient, en préparant des parfums, fabricant des baumes, des médicaments, peut-être même des poisons comme le suggère un extrait de Flavius Josèphe16. Ils conservaient sans doute jalousement le secret de ces préparations, véritables spécialités nabatéennes. Ces produits étaient commercialisés dans de petites fioles piriformes trouvées en grand nombre à Pétra ; la poterie était devenue une activité annexe de la fabrication des cosmétiques17.

25Pour l’Italie, nous manquons d’informations précises ; il est vraisemblable que certains Nabatéens de Pouzzoles occupaient les fonctions de parfumeurs ou de pharmaciens. Cependant, aucun document ne permet de l’attester avec certitude. En tout cas, cela n’était pas leur seule activité puisque la première inscription de Pouzzoles que nous avons commentée (CIS II, 158) mentionne Aly l’orfèvre. L’orfèvrerie était donc également une activité nabatéenne en Occident. Il faut donc se méfier de toute généralisation.

Organisation sociale des communautés expatriées

26Il serait également intéressant de savoir comment les familles nabatéennes installées en Italie étaient organisées socialement ; mais là aussi, on doit se contenter de suppositions reposant essentiellement sur des comparaisons que rien ne permet de confirmer pour l’instant.

  • 18 Voir Picard, 1921, et Bruneau, 1970.
  • 19 Ce sanctuaire se trouvait sans doute dans le secteur du vicus Lartidianus, véritable quartier des (...)

27L’édification d’un monument aussi important que le Mahramah, le sanctuaire nabatéen de Pouzzoles, suppose une organisation sociale, cultuelle et culturelle des Nabatéens expatriés. Le temple de Doushara-Dusarès a pu jouer le rôle de centre social pour la communauté. Les marchands étrangers installés dans l’île de Délos en mer Égée étaient regroupés en sociétés ou associations placées sous le patronage de leur divinité nationale : on connaît par exemple l’association (koinon en grec) des marchands tyriens à Délos placée sous la protection d’Héraklès, forme hellénisée du dieu de Tyr, Melqart ; de même l’établissement délien des Bérytiens avait pour patron Poséidon, transposition grecque d’un Baal phénicien18. Doushara-Dusarès a pu jouer un rôle similaire pour les Nabatéens de Pouzzoles19.

Conclusion

28Les documents épigraphiques et archéologiques ne nous renseignent que de manière très imparfaite sur la présence des communautés nabatéennes à Rome et à Pouzzoles. Rares sont les noms des Nabatéens expatriés qui sont parvenus jusqu’à nous : Abdarétas et son parent Abgarus, Aly l’orfèvre. On peut néanmoins constater la fidélité des Nabatéens expatriés par rapport aux principales traditions religieuses et funéraires attestées en Nabatène. C’est ce que révèle la nefesh d’Abdarétas à Rome, les motab de Pouzzoles destinés au culte bétylique ou encore le mahramah consacré à Doushara. À l’inverse, on décèle aussi des éléments de romanisation : dédicace aux dieux Mânes sur la nefesh d’Abdarétas, inscriptions latines sur les objets destinés au culte de Doushara-Dusarès. Ces quelques informations, trop succinctes pour se prêter à une quelconque généralisation, nous laissent entrevoir un phénomène complexe, mêlant fidélité aux origines et acculturation partielle, propre sans doute à la plupart des communautés orientales installées en Italie.

Bibliographie

Bibliographie

Amadasi-Guzzo, M. G., « Iscrizione dedicatoria nabatea », Archeologia Laziale IX, Rome, 1988, p. 67-68.

Bowersock, G. W., « Nabataeans on the Capitoline », Hyperboreus, 3, 1997, p. 347-352.

Bruneau P., Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale, Paris, 1970.

Camodeca, G., « Ricerche sul vicus Lartidianus di Puteoli » dans Gianfrotta, P. A., Maniscalco, F. (éd.), Forma Maris. Forum Internazionale di Archeologia Subacquea (Pozzuoli 1998), Naples, 2001, p. 95-105.

Degrassi, A., « Le dediche di popoli e re asiatici al Popolo Romano », Bollettino della Commissione Archeologica di Roma, Rome, 1954, p. 34-37.

Glueck, N., Deities and Dolphins, New York, 1965.

Hackl, U., Jenni, H. et Schneider, C., Quellen zur Geschichte des Nabatäer (Textesammlung mit übersetzung und Kommentar), Université de Freiburg, 2003, p. 107-135.

Johnson, D. J., « Nabataean piriform Unguentaria », Aram, 2, 1990, p. 235-248.

Lacerenza, G., « Il dio Dusares a Puteoli », Puteoli, Studi di Storia Antica, XII-XIII, 1988-1989, p. 123-125.

Meyboom, P. G. P., « Un monument énigmatique Dusari Sacrum à Pouzzoles », dans Hommages à M. J. Vermaseren, EPRO 68.2, Leyde, 1978, p. 782-790.

Milik, J. T., « Noms de rois nabatéens dans les noms propres », LA, X, 1959-1960, p. 149.

Parr, P. J., « A Commentary on the Terracotta Figurines from the British Excavations at Petra 1958-1964 », dans Petra and the Caravan Cities, Amman, 1990, p. 77-86.

Picard, C., « L’établissement des Poséidoniastes de Bérytos », dans Exploration archéologique de Délos, tome 6, Paris, 1921.

Roche, M. J., « Remarques sur les Nabatéens en Méditerranée », Semitica, 45, 1996, p. 73-99.

Sartre, M., Bostra, des origines à l’Islam, Paris, 1985.

Schmid, S. G., « Un roi nabatéen à Délos ? », ADAJ, 43, 1999, p. 282-298.

Schwentzel, C. G., « Les thèmes du monnayage royal nabatéen et le modèle monarchique hellénistique », Syria, 2005, p. 149-166.

Schwentzel, C. G., « Statues royales nabatéennes », Res Antiquae, n° 3, 2006, p. 125-137.

Tubach, J., « Ein Kopf aus Puteoli (Pozzuoli) », Boreas, 16, 1993, p. 57-61.

Notes

1 Les documents épigraphiques relatifs à la présence nabatéenne en Méditerranée ont été recensés par M.-J. Roche dans un article essentiel et incontournable : Roche, 1996, p. 73-99 ; voir aussi le recueil récent de Hackl, Jenni et Schneider, 2003, p. 107-135.

2 Datation proposée par A. Degrassi en raison de la forme des lettres ; voir Degrassi, 1954, p. 3437 ; Roche, 1996, p. 90-91 ; Bowersock, 1997, p. 347-352. Le nom théophore royal formé sur « Obodas le dieu », Thaimoobdathallos pour Taim-‘Ubdat-allâh, a été étudié par J. T. Milik : Milik, 1959-1960, p. 149.

3 Voir Amadasi-Guzzo, 1988, p. 67-68 ; Roche, 1996, p. 90.

4 Amadasi-Guzzo, 1988, p. 67.

5 Roche, 1996, p. 93-94.

6 Lacerenza, 1988-1989, p. 123-125 ; Roche, 1996, p. 86-87.

7 Roche, 1996, p. 87-88.

8 Parr, 1990, p. 77-86.

9 Sartre, 1985, p. 93.

10 Meyboom, 1978, p. 782-790.

11 Glueck, 1965, p. 28 et p. 347-348 ; Tubach, 1993, p. 57-61.

12 Schmid, 1999, p. 290.

13 Schwentzel, 2005 et Schwentzel, 2006.

14 Un petit buste en bronze comparable à celui de Pouzzoles, mais imberbe, provient d’Aquilée ; il est peut-être en relation avec la présence de commerçants nabatéens dans cette ville : Glueck, 1965, p. 27 et p. 346.

15 Strabon XVI, 4.

16 Flavius Josèphe, La Guerre des Juifs, I, 30.

17 Johnson, 1990, p. 235-248.

18 Voir Picard, 1921, et Bruneau, 1970.

19 Ce sanctuaire se trouvait sans doute dans le secteur du vicus Lartidianus, véritable quartier des étrangers ou inquilini d’après une inscription de 121 ; voir Camodeca, 2001, p. 95-105.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le buste de Dusarès ( ?) au Musée du Vatican
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6737/img-1.png
Fichier image/, 358k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540