Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie du soi

 | 
Johann Michel

Deuxième partie. Récits de vie de descendants de travailleurs algériens immigrés en France

Récits de vie de descendants de travailleurs algériens immigrés en France

Texte intégral

  • 1 Nous reprenons ici pour partie les développements qui figurent dans l’ouvrage de Jacques Simon, (L (...)
  • 2 Il existe cependant des circulations trans-méditerranéennes de populations avant la colonisation f (...)

1Dans la mesure où toute trajectoire biographique et familiale s’inscrit dans un contexte historique plus vaste, il nous semble nécessaire, au cours de cette introduction et dans le corps de nos analyses, de rappeler certaines données factuelles, non exhaustives, s’agissant de l’histoire de l’immigration algérienne1, immigration dont le processus est aussi ancien que la colonisation française de la terre d’Algérie2. Durant le XIXe siècle, l’émigration-immigration algérienne, strictement encadrée par les autorités administratives du fait de la délivrance de permis de voyage, est saisonnière, limitée surtout aux régions du Sud-Est, cantonnée essentiellement aux travaux agricoles (notamment durant la période des vendanges) ; elle concerne avant tout des populations rurales originaires de Kabylie.

2Le phénomène migratoire algérien connaît un premier mouvement d’ampleur, de la fin du XIXe siècle jusqu’à la Première Guerre mondiale, lorsque l’expansion coloniale française (conquête de la Tunisie et du Maroc) et la perspective d’une revanche contre l’ennemi prussien nécessitent un appel important de main d’œuvre. L’immigration algérienne, accentuée après la répression de l’insurrection de 1871 en Kabylie et la paupérisation de la paysannerie, s’agrège alors aux migrations européennes (polonaises, italiennes, belges) et investit massivement le secteur industriel des régions du Nord, de l’Est et du bassin parisien. Les Algériens, régis par le code discriminant de l’indigénat, ne bénéficient pas des mêmes droits que les autres ouvriers français, et peuvent être utilisés par le patronat, le cas échéant, comme main-d’œuvre de substitution pour briser une grève. Employés principalement dans les secteurs du bâtiment, de la chimie, du textile, de la métallurgie, les immigrés algériens vivent dans des conditions indigentes et précaires, sacrifiant le plus souvent leur bien-être personnel au profit de la famille, restée au pays, à laquelle est envoyé l’essentiel de leurs modestes revenus.

  • 3 Simon J., L’immigration algérienne en France…, op. cit., p. 43.

3La Première Guerre mondiale marque un second tournant dans ce processus migratoire en raison du nombre important d’Algériens, soit enrôlés ou engagés dans l’armée française (172 019 hommes), soit recrutés dans les entreprises (78 556 hommes) pour assurer l’effort de guerre (selon les chiffres fournis par J. Simon3). Cette migration, dans les circonstances exceptionnelles d’une guerre mondiale, modifie de manière substantielle le rapport des Algériens, d’une part, à leur culture importée, d’autre part, et corrélativement, à la société du pays d’accueil :

  • 4 Ibid., p. 44.

« Pour la première fois, les Algériens de toutes les régions, de toute origine, et de toute condition, ont été détachés des structures régionales, sociales et religieuses, dépersonnalisés puis malaxés et remodelés dans le creuset de l’armée. Celle-ci a donc permis l’existence de solidarités transcendant le cadre local, régional et tribal, et créant le premier sentiment d’appartenance à un même pays4. »

  • 5 Les préjugés récurrents portent en particulier sur leur dangerosité médicale (tuberculose et syphi (...)

4Malgré les préjugés5 et les discriminations structurantes qui pèsent sur ceux que l’on appelle alors les « turcos », les « sidis » ou les « bicots », les Algériens musulmans, considérés comme de « vaillants combattants » pendant la guerre, jouissent d’une forme de prestige national après-guerre.

5Pour répondre aux nécessités de la reconstruction, pour satisfaire les besoins d’une nouvelle organisation du travail fondée sur le taylorisme, la migration algérienne ne faiblit pas après 1918. Rares sont les ouvriers algériens à s’installer durablement sur le sol métropolitain. Selon la théorie des « trois âges de l’émigration » algérienne en France développée par A. Sayad, la première phase (jusque dans les années 1950) est caractérisée par une émigration, souvent de courte durée, sous le contrôle de la communauté paysanne d’origine qui « lutte pour sa survie » (Sayad appelle ce premier âge « une émigration sur ordre »). La fidélité du migrant au groupe d’origine doit être de rigueur et ordonnée dans le but de nourrir la famille, de payer les dettes, d’aider à l’achat du bétail ou d’une maison… Les contacts des immigrés avec la société d’accueil sont souvent réduits. Alors même que l’immigré algérien devient par son nouveau statut le plus souvent ouvrier et urbain, l’injonction du groupe d’origine à rester paysan et rural persiste dans ses structures mentales. Le caractère transitoire de la migration doit alors permettre de ne pas laisser trop de traces de la société d’immigration dans les dispositions socio-psychiques de ceux qui sont amenés à retrouver la vie au pays, comme si rien ne s’était passé, sans en bouleverser l’ordre ancestral.

6Les ouvriers algériens connaissent cependant une forme (relative) d’intégration sociale et économique à travers l’appareil syndical et politique, surtout la CGTU et le PCF. Des Algériens, grâce au militantisme et à la formation interne dispensée dans ces organisations, prennent davantage conscience de leur condition, de leurs droits politiques et sociaux. À la fois en liaison étroite avec la CGTU et le PCF et indépendantes d’eux, des structures politiques inédites destinées aux ouvriers algériens prennent naissance durant l’entre-deux-guerres. Le mouvement nationaliste algérien s’institutionnalise notamment avec l’initiative fondatrice de Messali Hadj, à l’origine de la création de l’Étoile nord-africaine (ENA) et du Parti du peuple algérien (PPA) qui militent pour la constitution d’une nation algérienne souveraine :

  • 6 Simon J., L’immigration algérienne en France…, op. cit., p. 99.

« Cet ancrage de l’Étoile dans le tissu industriel et social met en évidence l’importance du syndicat, du PCF et des municipalités ouvrières comme facteurs essentiels de l’intégration, de la sociabilisation et de la politisation de l’immigration algérienne dans la région parisienne. Et quand le communisme se développe dans les usines et les banlieues, il marque en profondeur la population algérienne immigrée, malgré toutes les barrières juridiques et sociales dressées par les pouvoirs publics et le patronat entre travailleurs et étrangers6. »

7L’intense activisme de l’ENA et du PPA, jugés subversifs et sécessionnistes, suscite en retour de vives réactions de la part de l’appareil d’État qui, en 1924, crée, rue Lecomte, un « service de surveillance et de protection des indigènes nord-africains » :

  • 7 Ibid., p. 79.

« Le gouvernement met en place un dispositif pour surveiller et contrôler la main-d’œuvre algérienne, l’empêcher de s’organiser en utilisant les libertés démocratiques et le soutien des partis et syndicats ouvriers. Plusieurs mesures sont prises, à commencer par le décret du 4 avril 1928 qui réglemente la venue en France des travailleurs indigènes algériens et le renforcement du service de la “rue Lecomte” jusqu’à la veille du Front populaire7. »

8Malgré la répression et la surveillance accrue du pouvoir d’État, malgré les relations parfois tendues avec les partis et les syndicats de la gauche traditionnelle qui voient d’un mauvais œil l’indépendance revendiquée par l’ENA et le PPA et qui accusent parfois les « travailleurs coloniaux » de tirer les salaires des « travailleurs nationaux » vers le bas, l’activisme des immigrés algériens, sous la tutelle charismatique de M. Hadj, ne faiblit pas. Il faiblit d’autant moins au sortir de la Seconde Guerre mondiale que la perte de prestige de la France, les nouveaux efforts consentis par les régiments coloniaux pour la Libération, les massacres de Sétif en 1945, et les débuts de l’émancipation des peuples colonisés à travers le monde renforcent la prise de conscience indépendantiste des immigrés algériens. Sur la base des mêmes principes revendicatifs fondateurs (affirmation de l’indépendance de l’Algérie dans le cadre d’un Commonwealth franco-africain), de nouvelles organisations nationalistes (surtout le Mouvement pour un triomphe des libertés démocratiques, le MTLD) voient le jour en France et en Algérie en remplacement du PPA et de l’ENA. Bien que divisé entre défenseurs et adversaires d’une assemblée constituante de tous les habitants d’Algérie (musulmans et européens), le MTLD bénéficie cependant de la caution historique de Messali Hadj. Jusqu’à la guerre d’indépendance, Messali Hadj, bien qu’étroitement surveillé par la police française, bénéficie d’une popularité presque sans faille auprès des immigrés algériens.

9La structure de l’immigration algérienne en France connaît, après la Seconde Guerre mondiale, surtout à partir des années 1950, des modifications substantielles. D’une part, si l’émigration kabyle demeure la plus ancienne et la mieux organisée, l’origine géographique et culturelle des immigrés s’ouvre davantage aux autres populations algériennes, touchées par la pauvreté et encouragées par l’appel de main-d’œuvre en métropole pour répondre à la modernisation industrielle. D’autre part, l’immigration n’est plus seulement saisonnière et transitoire : ou bien des immigrés algériens, en épousant des Françaises, décident de faire leur vie en France, ou bien les épouses et les enfants restés au pays rejoignent le mari et le père pour une installation, sinon définitive, au moins durable :

  • 8 Ibid., p. 184-185.

« De mai 1952 à août 1953, les premières familles arrivent au rythme moyen d’environ une centaine de familles par mois. La croissance est ensuite plus élevée et on compte environ 6 000 familles musulmanes présentes en France en octobre 1954, avec 14 000 enfants environ […]. Au recensement de 1962, sur un total de 350 484 Algériens en France, on compte 292 777 hommes et 57 707 femmes8. »

10L’ensemble de ces transformations annonce le « deuxième âge » de l’émigration-immigration algérienne en France. Les contacts répétés des émigrés algériens avec la société d’immigration (milieu urbain, monde salarié et ouvrier, monde syndical et politique…) accélèrent et renforcent la « dépaysannisation » en Algérie qui, à son tour, favorise de nouvelles vagues migratoires et en transforme les conditions. L’acculturation, progressivement, modifie en profondeur les structures mentales des émigrés-immigrés qui se vivent de moins en moins comme des paysans en transit dans une société étrangère. L’ethos de l’ouvrier immigré prend de plus en plus le pas sur l’ethos du paysan émigré. La communauté, le clan, la famille perdent une partie du contrôle qui s’exerce sur les émigrés ; l’émigration devient plus individualiste. Si l’obligation pour l’immigré de transférer une partie de ses revenus à la famille restée au pays demeure, elle s’acquitte en contrepartie d’un contrôle de l’immigré sur le bon usage qui est fait de ce capital :

  • 9 Sayad A., « Les trois âges de l’émigration algérienne en France », op. cit., p. 66.

« N’étant plus une mission confiée par le groupe à l’un de ses membres, mais l’acte d’un individu agissant de son propre chef et pour son propre compte, l’émigration devenait une entreprise individuelle dépouillée de son objectif initialement collectif. Émigrer non plus pour assister le groupe, mais pour s’émanciper de ses contraintes ; non plus pour se mettre au service de l’objectif communautaire […], mais en vue d’un objectif singulier ; non plus pour vivre comme autrefois parmi les autres émigrés et à leur manière, mais pour tenter une expérience individuelle originale, cette forme d’émigration s’avérait être une “aventure” fondamentalement individualiste9. »

  • 10 Sur la violence policière en France pendant la guerre d’Algérie, voir notamment Amiri L., « La rép (...)

11Les débuts de la guerre d’indépendance, après la « Toussaint sanglante », contribuent à renforcer les divisions politiques entre les immigrés algériens en France. Une première ligne de division sépare, d’un côté, les nationalistes, et de l’autre, les immigrés algériens, militaires de carrière (actifs et en retraite) ou enrôlés, plus souvent de force que de gré, dans la « police auxiliaire musulmane », corps de harkis chargé de réprimer les velléités révolutionnaires des indépendantistes en France métropolitaine. Cette police dite auxiliaire, notamment utilisée par la Préfecture de police de Paris, se rendra tristement célèbre lors de la répression de la manifestation pacifique du 17 octobre 196110. Une seconde ligne de division sépare les nationalistes entre les « messalistes » (rassemblés autour du MNA, après la dissolution du MTLD) et les « frontistes », lorsque se crée en 1955 la fédération française du FLN. Au début de la guerre d’indépendance, les immigrés algériens sont encore profondément fidèles à la figure pionnière du nationalisme algérien (M. Hadj). Le MNA, à la différence du FLN, jouit d’une légitimité historique, d’un enracinement profond dans le milieu ouvrier algérien. Mais les cadres du FLN gagnent en influence au cours de la guerre, grâce à une puissante organisation partisane et militaire, soutenue par des réseaux étrangers (l’Égypte de Nasser, le Maroc, la Tunisie), grâce à des campagnes de dé-légitimation de Messali, jugé trop faible, trop vieux, et trop compromis avec le pouvoir colonial. Une lutte acharnée oppose les frontistes et les messalistes, à la fois sur les moyens pour combattre le système colonial et sur la manière d’envisager la reconstruction politique de l’Algérie après l’indépendance.

  • 11 Meynier G., « Le PPA-MTLD et le FLN-ALN », in Harbi M. et Stora B. (dir.), La guerre d’Algérie, Pa (...)

12À la différence des frontistes, souvent militaires de carrière, déserteurs, issus des cadres radicaux du MTLD (« les centralistes »), les messalistes ont la conviction « que la lutte militaire en soi est impuissante à construire l’Algérie indépendante […]. Messali est inclus dans une vision politique structurée par le Parti communiste pour laquelle la libération des peuples opprimés devait émerger d’un effort internationaliste des peuples solidaires du monde entier11 ». Le mode de fonctionnement du FLN, selon J. Simon (qui ne cache pas ses sympathies messalistes),

  • 12 Simon J., op. cit., p. 386. Pour une étude de référence sur le FLN, voir Harbi M., Le FLN, mirage e (...)

« combine le modèle stalinien et celui des partis arabes, exclut tout contrôle de la vie politique par les militants, les débats internes, le combat pour les libertés démocratiques et l’action militante en milieu ouvrier. Formation paramilitaire, le FLN considère l’émigration comme une population à embrigader, le peuple français, dans sa globalité, comme un peuple colonialiste – à l’exception des “porteurs de valise” – la France comme un pays ennemi et les messalistes comme des traîtres à abattre12 ».

  • 13 Gilbert Meynier relativise cependant le fonctionnement démocratique des organisations politiques m (...)

13Inversement, le MNA, attaché aux libertés fondamentales, s’appuie sur un consentement populaire, sur le principe d’élections libres et pluralistes13. Le MNA et le FLN se combattent mutuellement pour obtenir le leadership au sein de l’armée de libération nationale, pour rallier à leur cause le plus grand nombre de soutiens parmi les Algériens musulmans, enfin, pour être le seul interlocuteur légitime du pouvoir colonial, de l’ONU et des États-Unis. Au terme de cette lutte fratricide entre nationalistes algériens, qui connaîtra son lot de massacres, d’assassinats sommaires et de tortures, le FLN aura raison, par les armes, des courants adversaires, même si résisteront en métropole, jusqu’à la fin de la guerre, des foyers messalistes.

  • 14 Sur cette période voir Simon J., L’immigration algérienne en France, de 1962 à nos jours, Paris, L (...)

14La signature des accords d’Évian et la proclamation de l’indépendance provoquent une migration inédite, différente par nature des précédentes, suite aux représailles qui s’abattent sur les populations pieds-noirs et sur les harkis. La France voit arriver sur son territoire plus d’un million de migrants déracinés : les rapatriés. En sens inverse, l’indépendance consacrée, plus de 150 000 Algériens retournent au pays. La migration algérienne de travail se poursuit cependant de manière importante après la guerre, jusqu’à ce que les autorités françaises et algériennes décident d’y mettre un terme en 197414.

  • 15 Sayad A., « Les trois âges de l’émigration algérienne en France », op. cit., p. 77.

15C’est surtout après la guerre d’indépendance que l’on assiste au « troisième âge de l’émigration » algérienne en France qui radicalise et renforce le « deuxième âge ». L’installation des Algériens en France présente un caractère plus définitif, les retours au pays s’effectuant le plus souvent lors des périodes de vacances. L’émigration n’est plus seulement le fait de populations paysannes et pauvres, mais déjà de populations urbanisées en Algérie dont certaines sont diplômées et aspirent à occuper des emplois autres que les emplois d’ouvriers non qualifiés en France. Du fait du nombre important d’immigrés algériens en France, et ce, malgré les allers-retours entre les deux pays, on peut observer la présence d’une communauté permanente, dotée de structures propres, qui tente, selon les mots de Sayad, de reconstituer un « petit pays » sur le modèle du « grand pays » : si, à sa manière, « le petit pays » « adapte à la condition d’immigré, c’est par contre par son intermédiaire que se renforcent et se revivifient les relations avec le pays d’origine ; s’il assure la permanence de l’immigré, il entretient le sentiment du provisoire15 ». Si la fréquentation des institutions de la société d’accueil (entreprises, écoles, administrations…) n’est pas sans effets sur la nouvelle socialisation des immigrés algériens, la persistance de dispositifs d’exclusion et de discrimination à l’endroit de cette population renforce son appartenance au « petit pays ».

  • 16 Fabbiano G., « Mémoires postalégériennes », in Grandjean G. et Jamin J. (dir.), La concurrence mém (...)

16Un tel arrière-plan historique, brossé ici à grands traits, est indispensable pour comprendre les tiraillements et les blessures laissés en héritage à leurs descendants par les immigrés algériens, avant la guerre, pendant, et après. Unis initialement par une même condition sociale et culturelle, bien qu’évoluant au gré des « âges de l’émigration », les immigrés algériens se sont retrouvés profondément divisés entre, d’un côté, ceux attachés par profession, intérêt ou conviction à l’Algérie française, ceux enrôlés de force dans les unités supplétives de l’armée ou de la police française, de l’autre, ceux revendiquant l’indépendance dans la tradition messaliste, ceux, enfin, s’engageant auprès du FLN. À partir des choix de chacun (certains contraints par la menace, le chantage, les logiques claniques et politiques), se sont dessinées pour toujours des trajectoires individuelles et familiales. Il revient aux enfants de ces Algériens de porter en héritage la guerre et « les âges » de l’émigration-immigration, héritage dont ils sont d’abord les patients et les subissants. Mais un héritage n’est pas seulement quelque chose de subi ou de reçu. Son sens et sa reconfiguration dépendent de ce que les descendants parviennent à en faire. L’héritage se présente alors comme un procès qui s’incorpore aux subjectivations. Pour le dire avec les mots de G. Fabbiano, il s’agit « d’aller au-delà d’une approche existentialiste de la mémoire collective en tant que réalité aux traits autonomes pour s’intéresser aux individualités qui en façonnent le palimpseste par un travail d’arrangements, d’agencements, de branchements à chaque fois dynamique et sans cesse renouvelé16 ».

  • 17 Claudine Attias-Donfut et François-Charles Wolff observent que statistiquement les enfants d’immig (...)

17Les descendants d’immigrés algériens avec lesquels nous avons réalisé les entretiens narratifs partagent sensiblement une même ascension sociale. Issus de milieux populaires, à faible capital économique, culturel et social, ils ont connu, ou connaissent, une mobilité sociale importante, via la socialisation scolaire, si l’on prend en compte leur situation professionnelle et sociale actuelle. En ce sens, ils ne sont pas représentatifs de l’ensemble des descendants de migrants algériens et des enfants d’immigrés en général17. Sans être nécessairement des professionnels de la parole, le capital culturel qu’ils ont pu acquérir leur permet plus facilement que d’autres d’opérer des retours réflexifs sur leur biographie personnelle et familiale. Originaires de zones géographiques très différentes (le Sud-Est, le Nord, l’Est…), nos narrateurs sont tous domiciliés, au moment des entretiens, en Seine-Maritime. Notre panel se compose de deux hommes et de trois femmes. S’ils appartiennent à la « deuxième génération » (en prenant en considération le critère de la migration de leurs parents), celle-ci n’a pas du tout la même signification lorsque l’arrivée en France des parents s’est déroulée durant l’entre-deux-guerres ou lorsqu’elle a eu lieu juste après l’indépendance. Nos narrateurs ont donc des âges très différents (certains sont nés après la Seconde Guerre mondiale, d’autres au début des années 1980). Cette variation générationnelle a un impact considérable sur l’expérience de vie que chacun met en récit.

Notes

1 Nous reprenons ici pour partie les développements qui figurent dans l’ouvrage de Jacques Simon, (L’immigration algérienne en France, des origines à l’indépendance, Paris, Éditions Paris-Méditerranée, 2000) et les analyses désormais classiques de A. Sayad (« Les trois âges de l’émigration algérienne en France », Actes de la recherche en sciences sociales, no 15, 1977, p. 59-79), l’immigration ne pouvant se comprendre pleinement sans s’interroger en même temps sur les conditions de l’émigration. Sur la construction juridique de l’immigration comme « mot » et comme « idée », sous la Troisième République, voir les analyses de Noiriel G., Le creuset français…, op. cit., p. 78-124.

2 Il existe cependant des circulations trans-méditerranéennes de populations avant la colonisation française.

3 Simon J., L’immigration algérienne en France…, op. cit., p. 43.

4 Ibid., p. 44.

5 Les préjugés récurrents portent en particulier sur leur dangerosité médicale (tuberculose et syphilis) et sur leur dangerosité criminelle (délinquance, assassinats…).

6 Simon J., L’immigration algérienne en France…, op. cit., p. 99.

7 Ibid., p. 79.

8 Ibid., p. 184-185.

9 Sayad A., « Les trois âges de l’émigration algérienne en France », op. cit., p. 66.

10 Sur la violence policière en France pendant la guerre d’Algérie, voir notamment Amiri L., « La répression policière en France vue par les archives », in Harbi M. et Stora B. (dir.), La guerre d’Algérie, Paris, Hachette, 2004, p. 581-602. Voir également Dewerpe A., Charonne, 8 février 1962. Anthropologie d’un massacre, Paris, Gallimard, 2006.

11 Meynier G., « Le PPA-MTLD et le FLN-ALN », in Harbi M. et Stora B. (dir.), La guerre d’Algérie, Paris, Hachette/Robert Laffont, 2004, p. 613.

12 Simon J., op. cit., p. 386. Pour une étude de référence sur le FLN, voir Harbi M., Le FLN, mirage et réalité, Jeune Afrique, 1993.

13 Gilbert Meynier relativise cependant le fonctionnement démocratique des organisations politiques messalistes, voir « Le PPA-MTLD et le FLN-ALN », op. cit., p. 626-627.

14 Sur cette période voir Simon J., L’immigration algérienne en France, de 1962 à nos jours, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 11-28.

15 Sayad A., « Les trois âges de l’émigration algérienne en France », op. cit., p. 77.

16 Fabbiano G., « Mémoires postalégériennes », in Grandjean G. et Jamin J. (dir.), La concurrence mémorielle, Paris, Armand Colin, 2011, p. 131-147.

17 Claudine Attias-Donfut et François-Charles Wolff observent que statistiquement les enfants d’immigrés réussissent mieux leur scolarité que l’on ne le pense couramment. Certes, rapportés à l’ensemble des résultats des enfants scolarisés en France, ils réussissent moins bien. Mais si l’on rapporte ces données aux origines sociales des parents (en comparant notamment les résultats scolaires des enfants d’ouvriers et d’employés dont les parents sont nés en France avec ceux dont les parents sont nés à l’étranger), « les enfants d’immigrés font relativement de plus longues études » (Le destin des enfants d’immigrés, Paris, Stock, 2009, p. 218). Cette tendance varie cependant fortement en fonction de l’origine migratoire des parents, la réussite scolaire et universitaire étant la plus forte parmi les enfants issus de familles d’Asie, et la moins forte parmi les enfants issus de familles turques. Outre le poids du capital social et scolaire des parents, la maîtrise de la langue française, l’attitude des parents à l’égard de l’école, le degré d’insertion dans la société française sont autant de facteurs qui expliquent, pour une large part, les variations des résultats d’une catégorie d’immigrés à l’autre, d’une famille immigrée à l’autre : « La réussite scolaire des enfants est associée à des systèmes organisés de représentations de l’émigration qui se traduisent par l’existence de projets migratoires où l’école occupe une place prépondérante. Une immigration familiale, stable, centrée sur le pays d’accueil et s’inscrivant dans un projet d’insertion et de promotion défini autour de la réussite scolaire des enfants. » (Zéroulou Z., « La réussite scolaire des enfants d’immigrés. L’apport d’une approche en termes de mobilisation », Revue française de sociologie, vol. 29, 3, 1988, p. 454.)

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540